La Direction du renseignement militaire a lancé un plan de transformation pour relever quatre défis

En mars dernier, la Direction du renseignement militaire [DRM] a connu quelques turbulences avec le départ de son chef, le général Éric Vidaud, nommé à sa tête seulement sept mois plus tôt. Plusieurs raisons ont été avancées pour expliquer ce départ prématuré. Ainsi, il lui aurait été reproché un « manque de maîtrise » de certains sujets et une attitude jugée désinvolte. D’autres ont émis l’hypothèse d’une décision « politique ».

Que ce soit l’une ou l’autre [voire les deux] explications, toujours est-il que le remplacement du général Vidaud a été « habillé » par de récentes déconvenues subies par le renseignement français, dont la rupture du contrat des sous-marins australiens avec l’affaire AUKUS et, surtout, de n’avoir pas permis d’anticiper la guerre en Ukraine, contrairement aux Américains et aux Britanniques.

Or, la DRM ne pouvait pas être mise en cause pour le premier cas, son rôle se limitant au seul renseignement d’intérêt militaire. Quant au second, les capacités déployées par la Russie aux abords de l’Ukraine semblaient alors insuffisantes pour lancer une offensive à grande échelle avec des chances raisonnables de succès. D’autant plus que l’attention se concentrait surtout sur la région du Donbass, dont les deux « oblasts » venaient de déclarer leur indépendance, ainsi que sur celle de Kherson, stratégique pour assurer l’approvisionnement de la Crimée en eau.

Depuis, la ligne de front s’est stabilisée au niveau du Donbass et de la rive sud du fleuve Dniepr, les forces russes ayant été mises grande difficulté par leurs homologues ukrainiennes qui, au-delà de leurs qualités intrinsèques, ont bénéficié du réseau de télécommunications par satellite Starlink et de l’aide militaire occidentale [équipements, renseignements, etc].

Quoi qu’il en soit, la DRM a-t-elle été défaillante? Ce n’est pas ce que suggère, en tout cas, le « programme annuel de performance » [PAP] du programme 178 « Préparation et emploi des forces », annexé au projet de loi de finances 2023.

Ce document mesure la « bonne anticipation et la qualité de la veille stratégique » et la « capacité de la DRM à satisfaire ses commanditaires en termes de délais », sans toutefois prendre en compte en considération la « qualité », jugée « trop subjective.

Plus précisément, le premier indicateur « compare le nombre de crises dont l’analyse a permis une réaction adaptée et en temps utile de nos forces par rapport à l’ensemble des crises impliquant les intérêts de la France » tandis que le second mesure le taux de satisfaction des besoins de renseignement d’intérêt militaire en termes de réactivité.

Or, selon ce PAP, la « capacité d’anticipation opérationnelle » de la DRM « se maintient à un niveau constant » [soit 85%] et « les tendances de fond sont analysées et prises en compte dans les travaux d’Anticipation Stratégique, et en conséquence veillées et suivies par le Centre de planification et de conduite des opérations [CPCO]. Quant à l’indicteur mesurant sa réactivité à repondre aux besoins en renseignements militaires dans les délais, il a atteint 90% en 2022.

Cela étant, interrogé par Var Matin sur le rôle de la DRM avant le début de la guerre en Ukraine, son directeur, le général Jacques Langlade de Montgros, a tenu à « rétablir des vérités ».

« En février 2022, la DRM disposait d’une vision claire et exhaustive du dispositif militaire russe en périphérie de l’Ukraine, de sa capacité d’action et de sa montée en puissance progressive » et elle « avait également pleinement mesuré le coût disproportionné qu’une invasion de l’Ukraine pouvait entraîner pour la Russie. Près de neuf mois après le déclenchement de l’offensive russe, cette analyse reste parfaitement pertinente », a en effet assuré le général Langlade de Montgros. Et d’insister : « Notre mission, c’est l’évaluation des capacités militaires de nos compétiteurs et je pense que la DRM avait rempli sa mission ».

Pour autant, même si elle s’acquitte bien de sa tâche [les indicateurs du PAP le disent…], la DRM doit se « transformer ». Et le général Langlade de Montgros a dit avoir lancé un plan à cette fin, peu après en avoir pris les rênes.

Ce plan, mis en oeuvre depuis le 1er septembre, vise à relever « quatre défis », a indiqué l’officier. À commencer par celui de « l’adaptation stratégique ».

« Ces dernières décennies, nous étions prioritairement tournés vers la lutte contre le terrorisme en Afghanistan puis en Afrique. Un peu avant le 24 février dernier [début de l’offensive russe en Ukraine], nous avons fort logiquement effectué une bascule d’effort », a expliqué le général Langlade de Montgros.

Le second axe de ce plan vise à « améliorer la production de renseignement », via une réorganisation consistant à rapprocher la collecte d’informations avec l’analyse. « Cela permet d’améliorer notre réactivité et de renforcer la cohérence de nos analyses face aux différentes menaces », a avancé le patron de la DRM.

Une autre défi, qui se posait déjà à ses prédécesseurs, est l’afflux de données. « Recueillir des informations, c’est bien, mais les analyser précisément, c’est mieux », a soutenu le général Langlade de Montgros. Pour cela, l’apport de l’intelligence artificielle et du big data s’avère essentiel. Enfin, la gestion du personnel est le dernier axe d’effort. « Nous devons avoir une ressource humaine qualifiée, en nombre suffisant, dans des domaines souvent techniques qui ne cessent d’évoluer, a–t-il dit. Mais pas seulement car « aujourd’hui, a-t-il conclu, j’ai plus besoin d’experts en langue russe qu’hier… »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

73 contributions

  1. Lagrange dit :

    Le président et les services ont merdés. Les américains avaient eu annoncé publiquement que l’attaque allait avoir lieu.

    Il y a eu aussi un gros problème de pensé en silos: la DRM a considérer qu’il n’y aurait pas d’attaque car militairement la Russie n’avait pas asser de troupes, oubliant tous les aspects non militaires. Ce n’est parce qu’une décision paraît mauvaise militairement que la personne qui peut la prendre ne va pas la prendre pour des raisons autres que militaires.

    • Hamilton dit :

      « Le président et les services ont merdés. » quelle sens de la modestie mon cher Lagrange…

      « il n’y aurait pas d’attaque car militairement la Russie n’avait pas asser de troupes, oubliant tous les aspects non militaires »
      ça veut strictement rien dire! le nombre de troupes nécessaires (théorique) vs présentes (réel) n’était pas lié à un quelconque pseudo « aspect non militaire »

      pour votre inmformation, tout le monde s’est trompé! Les ukrainiens ne croyaient pas à l’attaque, les USA ne croyaient pas que les ukrainiens allez résister. Poutine parlait de guerre de trois jours, etc.

      c’est toujours plus facil la critique après coup!

      • Lothringer dit :

        « Les ukrainiens ne croyaient pas à l’attaque »
        Le président ukrainien a avoué il y a quelques semaines qu’il savait que l’attaque allait avoir lieu, mais qu’il n’a pas voulu provoquer un mouvement de panique dans la population et l’organisation du pays.
        Avec le recul de quelques mois, il a probablement bien fait. Et sa décision de rester à Kiev (malgré les conseils de partir) a permis de galvaniser son peuple : il s’est érigé en exemple à suivre. Un peu comme un Churchill.

      • Lagrange dit :

        « quelle sens de la modestie mon cher Lagrange… » Parce que vous trouvez que le résultat est bon?

        « ça veut strictement rien dire! le nombre de troupes nécessaires (théorique) vs présentes (réel) n’était pas lié à un quelconque pseudo « aspect non militaire » » Et c’est en se limitant à votre raisonnement en silos qu’ils se sont plantés.

        « pour votre inmformation, tout le monde s’est trompé! » Non les USA ont annoncé publiquement que l’attaque aurait lieu. Pour votre information les anglais étaient sur la même ligne.

        « les USA ne croyaient pas que les ukrainiens allez résister. » Si, ils avaient des instructeurs sur place, ils avaient une bonne vue de l’état des Ukrainiens. S’ils pensaient que les Ukrainiens n’allaient pas donner du file à retordre aux Russes ils ne les auraient pas aidé dès le premier jour.

        Il n’y avait pas besoin d’être grand clerc pour voir que tout était réuni pour une attaque. Les Russes n’ont pas fait une opération clandestine. Et les américains eux ne se sont pas trompés.

    • Tonton flingué dit :

      @ Lagrange
      « Être dans la tête de Poutine » et de son premier cercle, c’est le travail de la DGSE.
      https://www.challenges.fr/entreprise/defense/guerre-en-ukraine-afrique-que-vaut-vraiment-la-dgse_817970

      La DRM a voulu des opérateurs sur le terrain, horreur et empiètement de plate-bandes… Ça ne rigole pas sur ces choses-là.
      Dans les hautes sphères, on ne tire pas à blanc.

      Plus d’autres raisons moins avouables de réseau qu’un autre contributeur bien au fait des choses a bien voulu nous partager sur ce site.

      • Lagrange dit :

        Le DGSE a été moins affirmative que la DRM. Mais la question est au dessus d’eux. Même si la DRM dit militairement ça va planter les décideurs ne doivent pas tirer de conclusion hatives.

    • Bertollet dit :

      « Le président et les services ont merdés. Les américains avaient eu annoncé publiquement que l’attaque allait avoir lieu.  »
      Les américains ont peut être été plus clairvoyants grâce à une source humaine russe…

      • Lagrange dit :

        Et parcequ’en recoupant ce que les atres moyens de renseignement voyaient ils ont conclu a juste titre que ce n’était pas un exercice.

    • Carin dit :

      @Lagrange
      La finalité est que le petit père des peuples aurait dû écouter la DRM, qui disait en substance qu’il n’avait pas assez de moyens autour de l’Ukraine pour réaliser ses vœux de conquête… 9 mois plus tard, l’analyse de nos services reste plus que pertinente!

      • Lagrange dit :

        Sur le plan militaire ils avaient raisons. Là où il y a eu plantage c’est dans l’analyse de ce constat.

    • MLTAB dit :

      Portant ce nom, je ne veux pas (2ème fois) être associé à ces « propos ». Prenez un autre pseudo!

    • HMX dit :

      il est difficile d’affirmer que la DRM ait réellement « merdé » dans cette affaire. Elle s’est apparemment concentré sur ce qui constitue son cœur de métier : le renseignement tactique et stratégique sur les théâtres d’opération militaires. Les renseignements collectés sur les forces russes déployées près de l’Ukraine lui ont très (trop ?) rationnellement fait conclure que ces forces étaient insuffisantes pour s’emparer de l’Ukraine. Ce en quoi elle n’avait pas complètement tort…

      En revanche, ce qui a « merdé », c’est l’analyse et l’interprétation des intentions de la Russie et de son dirigeant. C’est là dessus qu’il y a eu un grave problème. Nous avons naïvement supposé que Vladimir Poutine était un être parfaitement rationnel, qui savait que ses forces étaient quantitativement et qualitativement insuffisantes, et donc qu’il ne pouvait que bluffer en menaçant d’attaquer l’Ukraine. On connaît la suite de l’histoire. Et on sait désormais qu’il va falloir en tirer les leçons : il faut donc continuer à améliorer nos capacités à collecter du renseignement militaire, mais il faut aussi et surtout développer nos capacités et nos connaissances sur la politique et la psychologie des dirigeants des pays adverses, pour mieux déduire et anticiper leurs intentions. C’est là le rôle du Quai d’Orsay que de « cerner » davantage nos interlocuteurs, ainsi que le rôle de la DGSE, la DRM n’ayant qu’un rôle beaucoup plus factuel.

      On notera qu’il existe déjà plusieurs instances de coordination qui regroupent les différents services de renseignement français, et notamment la « Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme » (CNRLT). Comme son nom l’indique, cette instance est centrée sur la question du terrorisme. Peut être qu’il manque une instance équivalente sur les questions internationales et de sécurité extérieure ?

      • Lagrange dit :

        « En revanche, ce qui a « merdé », c’est l’analyse et l’interprétation des intentions de la Russie et de son dirigeant. C’est là dessus qu’il y a eu un grave problème. » Oui. J’ai parlé des services au pluriel.

  2. Félix GARCIA dit :

    On vous fait confiance.
    Bon courage pour la suite.

  3. PHILIPPE dit :

    Concernant « l’afflus de données » c’est bien connu « trop d’info tue l’info ».

    • Benji dit :

      Je pense qu’ici il est sous entendu « l’afflux de données >entrantes<" qui, quand elles ne sont pas traitées, effectivement tuent l'information.

      D'où la nécessité, comme il est évoqué ici, de rapprocher les services de recueil et analyse de données. Or, dans le monde actuel un afflux important de données ENTRANTES est justement un avantage, tant qu'on a la capacité de les traiter et les analyser derrière grâce à l'IA (qui, elles, n'ont pas de problèmes pour traiter une grande quantité d'info contrairement aux humains).

  4. Yrr dit :

    On se moque de nous, là. Tout le monde savait ce qui allait se passer en Ukraine, l’ultimatum Russe aux USA pour qu’ils cessent d’absorber petit à petit l’Ukraine dans l’OTAN quelques jours avant était public.

  5. Oeil de Moscou dit :

    Je rigole… expert en langue russe … Poussé dehors en 99. Il serait temps de réaliser …

  6. Patrick, de Belgique dit :

    A la fin du mois de janvier 2022, l’agence Reuter avait rapporté, sur base du renseignement américain, que la Russie avait acheminé près de la frontière ukrainienne non seulement des troupes mais aussi du matériel médical et des réserves de sang! Des munitions et du carburant, ça peut encore aller pour des grandes manoeuvres, mais du sang en quantité importante, à Moscou, on savait donc que ça allait saigner…

    • Carin dit :

      La DRM savait aussi cela…
      D’ailleurs son rapport ne dit pas que l’attaque n’aurait pas lieu… il dit que pour se faire, il n’y a pas assez de matos et de personnels, et que de fait, l’attaque n’aurait probablement pas lieu, et que les troupes russes massées aux frontières ukrainiennes seraient appelées à rentrer dans leurs casernements.
      La ou la DRM a péché, c’est de ne pas avoir évalué la force de persuasion de nos amis américains, qui on peut le leurs reconnaître, est énorme.

  7. farragut dit :

    Visiblement, ce n’est pas l’accès à l’information de nature militaire qui manquait à la DRM, mais une capacité d’analyse psychologique sur la prise de décision côté russe. Ce ne sont pas des « traducteurs » qui manquent pour comprendre l’information collectée, mais bien les « experts » du management politique coté Kremlin.
    Ce ne sont donc pas des moyens « mécaniques », fussent-ils des algorithmes d’IA ou des infrastructures « Big Data » qui sont requises, mais bien de l’intelligence humaine, avec de vrais neurones biologiques au lieu de neurones « profonds » !
    Comme dirait Biden, si vous avez des difficultés à recruter les personnes compétentes qu’il vous faut, une solution existe en 3 mots : « Pay them more ! ».
    Après tout, c’est bien ce que fait le conseil d’administration de TotalEnergies avec son P-DG, non ?

    • PK dit :

      J’ai du mal à situer la DRM sur le plan du renseignement.

      Ce que l’on reproche à la DRM fait à mon avis partie du boulot de la DGSE. La DRM relève normalement du renseignement tactique, donc à l’échelon militaire. Puisqu’on n’était pas en guerre, ni censé être en Ukraine, il n’y avait rien à leur demander quant à ce qu’il se passait là-bas. En revanche, la DGSE aurait dû être sur le coup (comme partout) et donc renseigner l’Élysée.

      S’il y a un trou dans la raquette, c’est du côté de la Piscine, pas de la DRM.

      Bon, pour le reste, cela montre notre total déclassement, car nos grands alliés américains ne nous ont même pas prévenu qu’ils ont fait déclencher la guerre là-bas. Cela prouve combien la parole de la France pèse désormais. Cela fait penser à Macron qui va suggérer au dictateur chinois d’aller « parler » à Poutine. On est vraiment au niveau zéro de la politique international : tout le monde se fout de notre gueule… et nos médias embrayent en saluant l’initiative.

  8. Thierry le plus ancien dit :

    il n’a pas seulement besoin d’experts en langue russe, mais aussi d’experts en stratégie militaire.

    Comme d’habitude quand il y a un problème on nous raconte que tout fonctionne parfaitement sans jamais établir la moindre responsabilité pour les erreurs commise ni identifier le moindre manquement ou déficit en matériel et moyens.

    Ils arrivent à un résultat faux avec des calculs exact en somme….

    Il va falloir quand même qu’ils se remettent un peu en cause et arrêtent de nous pondre des statistiques aussi peu fiable que les sondages et destiné à ne fâcher personne (pisqu’on vous dis que c’est l’ordinateur qui a bugué !!! y’a pas lieu de faire une enquête…surtout pas, on risque de perdre toutes les donnés par accident ou fausse manipulation…)

    C’est comme pour la météo, si c’est trop souvent faux ça ne sert à rien de faire des prévisions, il faut faire en sorte d’arriver à des résultats aussi exact que possible et la défaillance doit être l’exception, pas la règle et seulement de faible amplitude, pas question de se tromper sur une tempête aussi forte que l’attaque russe en Ukraine en ne prédisant pas qu’elle s’apprêtait à se déverser sur l’Ukraine alors qu’ils avaient apparemment tous les éléments pour l’existence de cette tempête et que la probabilité pour qu’elle fasse du sur place était infiniment faible.

    Il y a clairement en France des gens qui ont des sympathies pour le régime de Poutine (on le voit jusqu’au plus haut niveau politique, mais aussi économique et même militaire via les extrêmes). Il n’est pas illogique de supposer que certains aient voulu minimiser les faits dont ils étaient témoin. Cela peut-être par aveuglement ou engagement par rapport à la propagande russe qui a évidemment nié toute invasion jusqu’à la dernière seconde.

    bref il faut des analystes indépendant et pas des taupes à Poutine, faible d’esprit perméable à la propagande qui ruinent tout le système de renseignement français. Ceux là faut les pousser dehors sur une planche savonneuse et plouf aux requins (c; il s’agit d’une figure de style bien entendu, on sait à quel point le corporatisme en France empêche de séparer les brebis galeuses du troupeau.

    • Aramis dit :

      « Comme d’habitude quand il y a un problème on nous raconte que tout fonctionne parfaitement sans jamais établir la moindre responsabilité pour les erreurs commise ni identifier le moindre manquement ou déficit en matériel et moyens. » Le fusible a sauté tovaritch.

      « Il y a clairement en France des gens qui ont des sympathies pour le régime de Poutine » Macron n’en a pas tovaritch. Et lui et les ministres en charge devaient mobiliser leur neurones et tenir compte des éléments autres que ceux apportés par la DRM. DRM qui n’a pas dit que l’attaque n’aurait pas lieu mais que les Russes était trop faible pour réussir.

      « Il n’est pas illogique de supposer que certains aient voulu minimiser les faits dont ils étaient témoin. » Tout ce qui se passait était accessible en source ouverte dans la presse tovaritch.

      Bref tu sert bien ton role de troll provocateur tovaritch. Tu essayes de coller la bleuite aux lecteurs du site.

      Sinon ça va votre opération militaire spéciale?

      • Thierry le plus ancien dit :

        encore ce bot russe sans cervelle qui tag les commentaires de façon bien ridicule, le programmeur a confondu son clavier avec les nichons de sa soeur !

        • Aramis dit :

          Je sais que t’es un gros dégénéré tovaritch mais ne prend pas ton cas pour une généralité. Un argument sinon? Une once d’intelligence? Non? Bon…

          • Thierry le plus ancien dit :

            voilà, c’est juste un programme russe qui envoi des réponses automatique toute faite en détectant des mots clés, une sorte de disque rayé qui répète toujours la même chose quel que soit le sujet ou l’intervenant avec peu d e variation dans le style et le faible nombre de mots utilisé

            Et à la fin de la discussion il fini toujours pas vous demander votre numéro de carte bancaire… réflexe de hackers oblige.

            C’est l’âge de cro-magnon de l’intelligence artificiel avec un QI d’huitre et la prétention d’une nouille trop cuite, un fantôme du net.

            On ne cause pas avec un bot, c’est un répondeur automatique sans prise de message.

          • Aramis dit :

            « voilà, c’est juste un programme russe qui envoi des réponses automatique toute faite en détectant des mots clés » Tovaritch troll ne prend pas tes méthodes pour une généralité.

            Ma carte bancaire? Non contrairement à toi ce n’est pas la raison pour laquelle j’écris.

            Achète toi un cerveau.

  9. Morteau dit :

    Les Anglais pourront jamais passer les Rocheuses…
    le Québec ça aurait été sympat j’aime bien le sirop d’érable…
    temps
    Les boches ont va les sortir dans quetre mois…
    Les boches y pourront jamais survoler contourner, pardont je fais des lapsus la ligne Maginot… et pas passer les Ardennes

    Entre guillemets ont aurait pu gagner la guerre y partait que la wermat était en Pologne, bon ont a fait 20 km…
    Les Viets ben y pourront jamais monter les canons au sommet des collines…
    Bon ça ce démonte et ça peux ce remonter…
    Bon je vous donne un indice pour la prochaine incident du golf du Tonkin les américains sont très fort.
    Le problème :
    Sous estimation systématique de l ennemi,
    mauvaise connaissance de ses capacités
    mauvaise évaluation de nos capacité
    Mauvaise évaluation du terrain
    Et comme dans toutes les armées mauvaise logistique.
    A oui un élément de réponse ils gardent pas les meilleurs, oui papa est pas militaire.
    Voilà Messieurs ou l Armée a Papa nous à conduit…

  10. Charles FALCON dit :

    Si on comprend bien M. Poutine aurait du suivre l’avis du renseignement militaire français, qui s’est avéré au final fort pertinent sur le terrain, tandis que M. Macron aurait du écouter celui des américains, ce qui lui aurait évité de passer pour un naif auprès de l’opinion. Au final tout le monde avait tord et raison à la fois. Dur, dur, le renseignement. En vérité la prévision est facile quand elle intervient le jour après la survenance de l’evenement. Une observation cependant, dans cette affaire la France a demontré en creux qu’elle n’avait aucune source de renseignement humain fiable au sein du premier cercle en Russie, contrairement aux américains et sans doute aux anglais, on attend donc les sanctions du côté de la DGSE qui sur ce coup a indéniablement foiré…

    • La tortue dit :

      Au final, tout le monde a peut-être raison, mais personne n’a « tord ». Mais peut-être que tout le monde à tort.
      Tort.

  11. Hayots dit :

    Le renseignement français travaille presque seul, contrairement aux États-Unis et à la Grande-Bretagne.
    Si on compare le travail du renseignement français avec FVEY (5 yeux), où les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande travaillent ensemble, alors c’est très, très bien. Tout ce que la France fait, elle le fait par elle-même. Et étant dans cette position, c’est une puissance militaire reconnue avec un bon renseignement militaire.

  12. lgbtqi+ dit :

    à quoi pensait-on en voyant pareilles accumulations de troupes et de matériels militaires à la frontière de l’Ukraine ?

  13. Tintouin dit :

    D’où ma question (naïve, nous n’aurons sans doute pas la réponse, car couverte par le secret); qu’en a pensé la DGSE au début du mois de février?

    Et 2ème question : le coordonnateur du renseignement à l’Elysée n’a-t-il pas pour rôle de faire la synthèse des remontées ‘d’analyses de renseignement des différents services (DRM, DGSE…), pour apporter au PR une analyse globale sur tous les aspects, à la fois militaires et politiques d’une crise?

    3 hypothèses:
    1. soit la DGSE était du même avis que la DRM, et on peut lui reprocher tout autant -voire plus- de n’avoir pas su détecter dans les cercles du pouvoir politique russe la décision d’invasion de l’Ukraine.
    2. soit elle avait une analyse divergente de la DRM (et donc elle penchait pour une invasion), et son analyse a été écartée ou tue, ce qui serait tout autant problématique.
    3. la DGSE était incompétente/sans avis, car n’ayant aucune source fiable sur la zone Russie. Elle ne risquait donc pas de se tromper 😉

    • Aramis dit :

      Bonnes questions.

      1) Mystère. Mais Macron Ier a voulu punir les militaires en virant le chef de la DRM.

      2) « Le coordonnateur du renseignement à l’Elysée » En effet il aurait dû croiser, peser le pour et le contre et croiser avec le renseignement US.

      3) 1. Mystère.
      3) 2. « et son analyse a été écartée ou tue, ce qui serait tout autant problématique. » Ce serait typiquement le comportement de Macron
      3) 3. « la DGSE était incompétente/sans avis, car n’ayant aucune source fiable sur la zone Russie. » Vu sa taille ce n’est pas impossible. Et ce qui expliquerait tout ait pesé sur la DRM. Faute de sources humaines elle s’en est remis aux sources techniques et analysé en fonction pour faire une prédiction.

  14. SKoh6371 dit :

    L’empressement avec lequel VZ dénonce encore une fois les agresseurs devient pathétique et pathologique. On arrête quand de se mêler de ses affaires ? Pas marre de ces manipulations ?

  15. Bob dit :

    Le fiasco de la DRM au sujet de la guerre d’Ukraine et de son incompétence à prévenir la guerre est le résultat de cette réorganisation et du changement à la tête de la DRM. Le rôle de la DRM est de prévenir des attaques militaires et non pas seulement de faire l’état des lieux des forces en présence en un bel inventaire à la Prévert. La DRM a été crée suite aux difficultés rencontrés lors de la guerre du Golfe, la DRM aurait dû dégager et laver son nom par un autre.
    Son chef a raison de défendre sa crèmerie mais la DRM a aussi foiré en BSS avec les multiples coups d’états et l’éviction de la France de plusieurs pays au profit de la Russie. Je doute que la DRM ait tourné suffisamment les yeux vers l’Ukraine avant le 24 février. La DRM pensait que l’Ukraine allait s’effondrer militairement au premier coup d’épaule russe, la bonne blague de dire a posteriori que les forces armées russes allaient rencontrer des problèmes après les tactiques de techno-guérilla de Brossollette, viré par les caciques st-cyriens. L’envoi du GIGN à Kyiv était pour prévenir une éventuelle chute de Kyiv à l’image de la chute de Kaboul en 2021. La DRM n’a plus aucune crédibilité comme le BND allemand, seul l’Oncle Sam a vu juste surtout après les virées à Moscou des Jupiter et autres chanceliers.
    La DRM a encore faux en disant que les forces armées russes étaient placées en masse dans le Donbass, à croire qu’ils n’ont pas vu les axes d’effort des armées russes. La poussée russe dans le Donbass est le résultat de ses déboires et de sa défaite dans la bataille décisive de Kyiv et de sa réarticulation après son échec de son offensive aéroportée et blindée-mécanisée. Seul justement le front Sud qui est parti de Crimée a pu prendre Kherson et Melitopol en 7 jours avec de graves carences ukrainienne.
    Justement la DRM a foiré et le programme 178 lui permettra d’avoir des sous-sous avec plusieurs millions sur la table. Son absence de bilingue russe été donc prévu car les russes ne devaient pas attaqué. Il reste aussi la question des capteurs qui perdent en acuité, notamment dans l’aérien et elle ne demande rien la DRM? Les autosatisfecit entre les parlementaires et l’EMA avec la DRM sont bien drôles, entre munichois et pétainistes il est facile de s’entendre. Le chef de la DRM est un proche du CEMA, une entreaide bienvenue pour titi l’hystérique responsable de la DRM.

    • Aramis dit :

      « La DRM pensait que l’Ukraine allait s’effondrer militairement au premier coup d’épaule russe » Elle pensait tout l’invers et en a conclue que les Russes n’attaqueraient pas de ce fait.

  16. VinceToto dit :

    « « En février 2022, la DRM disposait d’une vision claire et exhaustive du dispositif militaire russe en périphérie de l’Ukraine, de sa capacité d’action et de sa montée en puissance progressive » et elle « avait également pleinement mesuré le coût disproportionné qu’une invasion de l’Ukraine pouvait entraîner pour la Russie. Près de neuf mois après le déclenchement de l’offensive russe, cette analyse reste parfaitement pertinente » »
    Cela en dit long sur l’angle d’analyse, donc les croyances à la DRM et la mentalité dans le militaire français: $/couts à court terme, pas de vision stratégique, ni morale.
    Cela doit être des gens avec la même idéologie $/court terme et sans morale qui ont décidé des sanctions anti-russie en croyant que la Fédération de Russie et les Russes avaient les même croyances idéologiques qu’eux, de plus sans prendre en compte la réalité géographique de la Fédération de Russie et la géostratégie. Pourtant, j’ai lu des commentaires sur TheDrive et ailleurs de personnes anti-Russie, anti-Poutine ayant bien étudié le sujet durant leur carrière et qui comme moi avaient évalué que les sanctions ne fonctionneraient pas, que l’Ouest ne serait pas capable de résister autant que la Fédération de Russie en cas de conflit long.
    Quant au rens. US, évidement que quand on force quelqu’un à la guerre on est au courant.

    • lgbtqi+ dit :

      Surtout ne vous posez jamais de questions. Ce serait totalement inutile. Car vous avez déjà les réponses. Il ne vous reste plus qu’à recueillir quelques éléments de langage et votre intelligence est alors parfaite en son expression.

  17. Guillotin dit :

    Le renseignement militaire a besoin tout d’abord d’un élément humain primordial au cœur de son dispositif. Un élément humain instruit, cultivé, avec un haut niveau d’information quotidienne sur la situation générale et les affaires du monde.
    Il suffit de constater les réactions hystériques hier soir à la suite d’une erreur de tir de la défense antiaérienne ukrainienne, qui a entraîné la chute de débris d’un S300 sur la Pologne. Et le décès de deux personnes..
    les débris étaient encore tièdes que fusaient de la part de certains pays particulièrement hystériques, des conclusions définitives et des appels à la vengeance, sans qu’une seule personne ne sache le réel des faits ni les circonstances précises de cette bavure ukrainienne.
    Hystérie qui a duré toute la soirée…
    cette nouvelle affaire est riche d’enseignements car on a vu sortir du bois les pousse- au- crime les plus virulents, qui sont parfois les plus inattendus : le gouvernement d’Estonie par exemple.. ces fameux pays baltes pour lesquels nous dépensons des sommes folles en protection, et qui sont eux aussi des héritiers directs du nazisme avec lequel ils collaborèrent activement..Un jour ou l’autre effectivement il faudra remettre les pendules à l’heure sérieusement, avec ces gens-là qui veulent en plus nous donner des ordres..

    la précipitation du dirigeant ukrainien, prévisible, était aussi amusante à observer… les Américains ne sont pas tombés dans le panneau et leurs réactions qui donnent le « la » à toute l  » atlantosphère », montre ou plutôt confirme une tendance à s’éloigner progressivement de l’énervé Kiévien et de toutes ces manipulations, ces inventions, ces ordres pour pousser tout le monde à intervenir toujours plus fort..Zélensky insupporte de plus en plus ..

    Le missile ukrainien tombé en Pologne : dernier épisode en date d’une longue série de manipulations, de coups tordus, de magouilles, de propagande et de  » false flags » qui sont devenus le cœur de la stratégie Atlantiste, puisque désormais, il faut se cacher, effacer ses traces, manipuler les esprits, inventer, fabriquer une réalité alternative.

    Prévoyant et prudent, j’ai moi aussi commencé à effacer les plaques d’immatriculation de mon véhicule ainsi que sa marque: le futur qui s’annonce sera anonyme, masqué, truqué, manipulé : bref tout ce que l’être humain (qui n’est jamais à court de ressources dans ce domaine ) , peut produire de lacheté, de fourberies et de manipulation des esprits

    • Aramis dit :

      « Le renseignement militaire a besoin tout d’abord d’un élément humain primordial au cœur de son dispositif. Un élément humain instruit, cultivé, avec un haut niveau d’information quotidienne sur la situation générale et les affaires du monde. » Votre erreur de jugement sur les Ukrainiens on en parle?

      « la précipitation du dirigeant ukrainien, prévisible, était aussi amusante à observer… » On ne peut qu’être d’acccord avec toi tovaritch.

      « j’ai moi aussi commencé à effacer les plaques d’immatriculation de mon véhicule » Dans ton pays c’est peut être possible d erouler sans mais pas ici.

    • lgbtqi+ dit :

      Vous qui fuyez frénétiquement toute thérapie qui vous permettrait de dépasser le stade anal où vous êtes manifestement coincé, « shimou fékaka » (sic!) qui chaque jour venez poser votre étron en ces lieux, vous parlez d’hystérie, vous vous targuez de quelque compétence en psychiatrie ?

      C’est amusant.

      Vous critiquez les pays baltes, mais vous taisez le pacte germano-soviétique avec staline fournissant au nazisme acier et charbon pour construire ses Panzer ?

      C’est comique.

      Vous critiquez l’anonymisation des navires français quand vous applaudissez à tout rompre aux petits hommes verts anonymes de poutine ?

      C’est pitoyable, hostile à la France et favorable à ses ennemis.

      Ce qui, de vous, ne nous surprend pas.

      Et comme vous êtes favorable à l’identification, comme je vous y ai exhorté précédemment, on attend de votre part communication publique, ici, des éléments suivants :
      – patronyme et prénoms
      – date de naissance
      – lieu de naissance
      – états de service
      – localisation actuelle, ville, rue, n°, étage
      – n° de sécurité sociale
      – RIB
      – résultats au Rorschach.

      Merci.

  18. Sacha dit :

    La vérité sur ce qui se passe en Ukraine, dans soixante ans avec le déclassement des archives américaines:
    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/quel-role-pour-les-services-secrets-occidentaux-dans-le-conflit-en-ukraine-905504.html

    • lgbtqi+ dit :

      Heureusement que vous, vous n’avez pas besoin d’attendre 60 ans, vu que manifestement, vous savez déjà tout et brûlez du désir de nous en faire part, tovaritch.

      En votre omniscience, n’oubliez pas de nous ré-exhumer le dossier de poutin au kgb, dans lequel ses supérieurs dénonçaient sa dangerosité par incapacité à mesurer les conséquences de ses actes.

  19. Foreass dit :

    C’est compliqué la gestion des affaires militaires par des abrutis incultes nourris à la testo la magouille la rafle d’arabes les assassinats commandités le vol et la trahison…

  20. Goblin21 dit :

    Tenez il ya un bon doc arte sur « L’espace, un nouveau champ de bataille »| ARTE

    https://m.youtube.com/watch?v=QTIf6f3_Fe8