Première Vedette de soutien à la plongée, l’Ophrys sera bientôt livrée à la Marine nationale

Devant compléter le Système de lutte anti-mine du futur [SLAMF] avec huit unités, le programme VSP [Vedette de soutien à la plongée] a été notifié au chantier naval Merré [filiale du groupe BMA] par la Direction générale de l’armement [DGA].

La première unité – appelé Ophrys – a ensuite été mise à l’eau en avril dernier, par la Chaudronnerie Industrielle de Bretagne [CIB, une autre filiale de BMA, ndlr]. Puis, après une campagne d’essais en mer, elle vient d’être livrée à la Direction générale de l’armement [DGA], qui la remettra ensuite à la Marine nationale. L’annonce en a été faite via Twitter.

Dans le détail, ces huit VSP vont remplacer les Vedette d’Intervention Plongeurs Démineurs [VIPD] utilisées depuis une trentaine d’années par les trois Groupements de Plongeurs Démineurs [GPD] ainsi que par l’École de plongée de Saint-Mandrier [Var].

Construite en aluminium, l’Ophrys affiche une longueur de 26,5 mètres pour un déplacement de 87 tonnes. D’une autonomie de 450 km, elle est doté d’un moteur diésel ainsi qu’une propulsion électrique, afin de naviguer discrètement, à vitesse réduite. Le ministère des Armées précise que son faible tirant d’eau lui permettra de se déployer dans des zones de faible profondeur [et « non accessibles aux moyens plus conséquents »] et qu’elle pourra mettre en oeuvre un sonar remorqué, afin de mener des missions de recherche jusqu’à 100 mètres sous la surface de la mer.

Équipée d’une mitrailleuse de 7,62 mm, elle est mise en oeuvre par six marins. Enfin, elle peut embarquer jusqu’à 30 plongeurs « pour des missions à la journée ».

Outre, la recherche et la neutralisation de mines, les VSP seront aussi utilisées pour la formation, le soutien aux travaux sous-marins et l’intervention sur les coques de navires. La réception de l’Orphys était prévue pour le début de l’année 2022, la livraison des unités suivantes devant s’étaler jusqu’en 2025.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

66 contributions

  1. dompal dit :

    On a vraiment besoin de dépenser de l’argent pour cette classe de rafiots de la Royale ???

    On peut pas faire appel à des sociétés civiles…ça couterait pas moins cher ?

    • Grosminet dit :

      @ Dompal: faire appel à des sociétés civiles pour chercher/détruire des mines?

      Bon,déjà,cette mission relèce EXCLUSIVEMENT du ministère de la Defense pour le domaine maritime…..
      Et pour cette mission,ils ont besoin de bateaux adaptés,que les civils ne sont pas prêts d’avoir…..

      • Prépositions dit :

        « que les civils ne sont pas prêts d’avoir »
        Près d’avoir, éventuellement prêts à avoir, mais ni « prêts d’avoir » ni « près à avoir ».

    • tschok dit :

      @dompal,

      Si vous parlez de la construction des navires, Merré et CIB, les constructeurs de ces navires, sont des entreprises civiles.

      Si ensuite vous parlez du services qu’ils rendent et de la possibilité de privatiser la mission, bon, pourquoi pas? Mais là on parle quand même de mission de déminage.

      Guerre des mines, je sais pas si on privatise. Privatiser l’élaboration, la confection et le service de repas chauds ou froids, ça se fait. Privatiser du MCO aussi. Privatiser de la formation aussi.

      Privatiser la guerre des mines, bof. Surtout qu’on a lancé un programme de lutte anti-mine à base de drones, toussa, qui est considéré comme un des plus innovants du moment par la marine.

      Maintenant si ces navires sont appelés à intervenir exclusivement sur du pétardage de vieilles munitions en mer aux abords des côtes, après tout, pourquoi pas?

      • Mica X dit :

        Soutenir le tissu de l’industrie des chantiers navals français et de leur BIT est une vielle tradition afin de préserver la nation dans sa pleine et entière territorialité.

        Un peu d’humour dans ce monde brutes et petit hommage au beau discours de P Dac

        https://youtu.be/S9cQr74vDSY

    • Caius dit :

      Ayant travaillé sur VIPD il y a moins de 2 ans, vu leur état plus que vieillissant, avarie récurrente avec obsolescence du matos et le confort ignoble à bord, je te garantie que c’est une dépense plus qu’apprécié pour la Royale et ses futurs utilisateurs. Sans compter le gain niveau pollution et dépenses de réparation. Plus les nuisance au planning car vedette non disponible pour avarie.
      Ce ne sera pas de trop et il est grand temps d’envoyer les vieux tas de pu à la casse.
      Et tu ne peux pas faire appel à des sociétés civiles pour faire de la formation militaire au déminage, au plongée spéciale et les opérations citées dans l’article.
      Le monde civil à ses limites avec ses normes extravagante parfois, et je doute qu’il existe des boite civiles de ce genre en France…

    • Breton de Paris dit :

      Il est tout à fait évident que les sociétés sont habilitées à faire du déminage, des dizaines d’entre elles font cela tous les jours …

    • Aymard de Ledonner dit :

      Des sociétés civiles pour faire du déminage? Pour blanchir une zone avant une sortie de SNLE ou un essai?

      • Dédé dit :

        @ Aymard de Ledonner
        Cela n’est pas pensable et vous le savez.

        « Blanchir la zone » : assurer la sécurité de sortie ou d’entrée d’un SNLE de sa base à la haute mer.

        Sur le trajet entre sa base d’attache et sa dilution en haute mer, un SNLE – qu’il parte ou qu’il revienne de patrouille – est très vulnérable puisqu’il navigue en surface, à 12 nœuds de vitesse moyenne dans le Goulet de Brest.

        Il a donc besoin de moyens extérieurs pour assurer sa sécurité et sa défense. À Brest, il lui faut une journée de navigation pour atteindre la haute mer.

        Pour assurer sa liberté de mouvement et sa sécurisation, un certain nombre de moyens militaires terrestres, navals et aériens spécifiques sont mobilisés pour « blanchir la zone », selon l’expression consacrée en France.

        Ainsi, chaque SNLE partant de l’Île longue est systématiquement accompagné d’une frégate d’escorte à capacité anti sous-marine, d’hélicoptères alors qu’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 surveille les approches et qu’un SNA ouvre la marche.

        Régulièrement, la Marine nationale mène des opérations de surveillance renforcées et de nettoyage de la rade de Brest (opérations Damier) pour réactualiser la base de données des fonds marins et détecter des « anomalies » éventuelles (présence de mines, d’instrument d’enregistrement de la signature acoustique des SNLE, donc d’écoute et d’espionnage…).

        Quel que soit l’État concerné, chaque base de SNLE fonctionne globalement sur le même modèle.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Merci pour ces précisions, qui illustrent bien que ce type de moyens ne peut et ne sera jamais privatisé.

    • joj dit :

      absolument d’accord , je dirai même privatisons la guerre comme cela l’état fera des économie, vive le pillage et autre joie de la guerre…………

    • dompal dit :

      @tous,
      Vous avez mal compris mes propos ou peut-être me suis-je mal exprimé ?

      Je ne parle pas de faire appel à des sociétés civiles mais de louer ces coques.

      Combien de jours de travail/an font les marins de la Royale sur ces navires en réel (ne peuvent-ils pas s’entrainer sur de des rafiots civils) ???

  2. Clavier dit :

    chic ..on va pouvoir saboter des gazoducs et accuser ensuite l’ennemi ….

  3. AirTatto dit :

    un mot: moche.

    • lym dit :

      C’est pas faux! Mais un ferry à faible tirant d’eau taillé pour faire des créneaux dans le port n’est pas joli-joli non plus. L’important c’est qu’il fasse le job.

    • Plaisancier dit :

      Non seulement il est moche (et peu importe) mais il n’a pas l’apparence d’un bateau qui tient dans le gros temps. Je suppose qu’il est fait pour opérer par temps calme.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Je pense que les sorties de plongée avec des vagues de 6 mètres de haut sont assez rares en effet.

      • Carin dit :

        C’est surtout qu’aller faire du déminage par gros temps, c’est moyen moyen non?

  4. tschok dit :

    @LL,

    Il ne manque pas un zéro à 450 km d’autonomie?

    Pour faire le transit de Brest vers Toulon en passant par Gibraltar, ça doit pas être commode, sinon.

    • Yoyolegigolo dit :

      C’est un bâtiment pour soutenir les plongeurs lors de déminages et réparation de coques de bâteau, leurs but est de rester près des côtes ( max 6 milles des côtes) car jusqu’à preuve du contraire les mines sous marines ne se trouvent pas dans les abysses marines elles se trouvent à proximité des ports et des côtes, donc 450km ( soit 225 milles ) c’est largement suffisant pour ce job , on ne vas pas leurs demander d’intégrer un GAN ou d’aller déminer dans le pacifique

      • Carin dit :

        Et pourtant…
        Ces bateaux sont appelés à se rendre dans nos territoires et autres départements outre-mer, Papeete mérite la même protection que Bordeaux…
        Sans compter le nombre de ports de nos alliés dans ces régions, qui ne sont pas équipés pour ce boulot, et dont les ports sont susceptibles de servir de bases arrières en cas de clash avec nos copains chinois, qui eux maitrisent le minage des abords de ports.
        Mais peut-être que pour le lointain, c’est ce qui va sortir de notre association avec belges et néerlandais qui s’en chargeront…

    • Aymard de Ledonner dit :

      C’est une vedette pour faire des missions à la journée…

    • tschok dit :

      Oui, je le conçois, mais pour un navire de 87 t, je trouve l’autonomie étonnement faible.

      L’encombrement du caisson hyperbare et l’espace octroyé aux plongeurs l’expliquent peut-être.

    • Logos dit :

      @Tschok.
      Me suis fait la même réflexion… aprés qq calculs basiques, on a en données : vmax 13 nds / moteurs x2 Vovlo D13 avec conso /h entre 170-200/ engin, soit deux réservoirs de 2500l. Je ne mentionne pas les moteurs électriques qui doivent servir d’appoint / d’approche.
      Du coup, on a un peu plus de 24h d’autonomie et en effet dans les 450km de capacité. Vraiment du day-cruiser. Pour les « longs trajets », débrouillards comme ils sont, y vont bien réussir à capeler quelques citernes en plus sur la plage avant, quitte à pousser l’Oerlikon 20mm pour faire de la place. Ha zut, c est vrai, y’en a pas, de 20mm.
      Le truc qui me laisse pantois, c est l’absence de tout armement (sans jeu de mots) significatif sur le rafiot.
      On est sur du bateau gris ou sur un traine couillons classique? Parce que la chtite 7.62 en seule arme, c est quand même léger (en terme de portée comme en terme de dissuasion, face à des vilains décidés).
      Ha, et aussi, coté peinture, c est QUOI la tache immonde sur la paroi babord ??

      Quelques liens = http://www.merre.fr/dernieres_realisations/ https://www.defense.gouv.fr/sites/default/files/ministere-armees/Fiche%20LPM%20-%20Vedette%20de%20soutien%20%C3%A0%20la%20plong%C3%A9e%20%28VSP%29.pdf

      • tschok dit :

        @Logos,

        Oui. Je suis allé voir sur le site de Merré où est présenté un autre modèle, je crois: la VSP SEEM 26-880 de 190 t en charge avec un réservoir de 6.000 l de gasoil.

        J’ai l’impression que c’est ce modèle qui sert d’illustration à l’article en lien que vous m’avez adressé, ce dont je vous remercie.

        Les deux modèles diffèrent: celui qu’on voit sur la photo de l’article de LL n’est pas doté de cheminées, derrière la superstructure principale, alors que celui qui apparait en illustration de votre lien l’est.

        Ce ne sont pas exactement les mêmes navires. Mais je comprends ce que vous m’expliquez, et effectivement, ça se tient.

        Et puis j’en reste aussi à l’idée que, dans un bâtiment de moins de 30 m, loger un caisson hyperbare et un espace dévolu à une équipe de 30 plongeurs prend nécessairement de la place.

        Un plongeur démineur, c’est pas un type en maillot de bain-tuba-palmes, comme je le fais en rivière ou depuis une plage lac/mer. C’est de l’équipement plus lourd (combis, bouteilles, masques, etc), à multiplier par 30. Et un caisson. Avec, sans doute, des explosifs+détonateurs. Pour des plongées jusqu’à des profondeurs où un amateur ne va pas.

        Donc, à vue de pif, on comprend que le design du navire intègre une unité de vie&opération importante. Ce qui doit prendre du volume sur les réservoirs de carburant, étant précisé que le navire est équipé de « caisses » eaux grises, noires, etc, pour être aux normes (encore elles!).

        Par ailleurs, un navire de plongée doit rester en place: il ne faut pas que le navire dérive alors que les plongeurs sont en dessous. Donc, il faut soit des ancres, soit que l’équipage manoeuvre le navire pour qu’il reste proche de l’endroit où les plongeurs vont refaire surface, pendant toute la durée d’une plongée, qui peut être longue. Ca veut dire du carburant non pas employé pour se déplacer, mais au contraire pour… rester au même endroit.

        Donc, ok, si je fais la somme de toussa, je m’habitue à l’idée de l’autonomie indiquée de 450 km, certes faible, mais qu’il faut peut-être prendre comme un rayon d’action? Je ne sais pas.

        Côté armement, en revanche, je ne partage pas du tout vos préventions. Une mitrailleuse de calibre fusil sert à tirer sur des mines de surface, et si l’équipage est amené à le faire, c’est que l’engagement des plongeurs n’était pas adapté. Mauvais emploi de la ressource, donc.

        Et puis, son rôle est d’assumer une fonction résiduelle d’auto-défense, contre des menaces asymétriques, ou permettre au navire de servir, de façon auxiliaire, à des missions de sécurisation des atterrages ou portuaire, en appui de forces spécifiques qui, elles, seront équipées en fonction de la menace.

        Donc sa mitrailleuse légère ne me choque pas plus que ça. C’est pas le Tirpitz, non plus.

        En tout cas, merci pour le lien.

      • Patatra dit :

        Disons qu’une 7,62, c’est largement suffisant pour le tonnage du bâtiment et des missions à la journée…
        Avec 450 Km d’endurance il n’est pas fait pour aller loins des côtes.

    • Dolgan dit :

      C’est certain, dommage que cette côte est déserte. Il y aurait eu des ports, ça aurait été facile. Et il est bien entendu magiquement impossible de ravitailler ce navire en mer.

      Merci de votre intervention toujours aussi ….

    • vrai_chasseur dit :

      @tschok
      C’est bien 450 km.
      Ces navires très techniques ne sont pas destinés à faire de longues traversées mais de l’intervention côtière très pointue où l’expertise humaine est prépondérante sous l’eau.
      Dans les caractéristiques techniques par ex. ils sont amagnétiques (d’où aluminium et matériau composite) et leur tirant d’eau est à peine de 1,70m, moins qu’un voilier de plaisancier.
      Si on a besoin de les envoyer loin, on fait comme pour les chasseurs de mines CMT actuels : on préserve leur potentiel et on les envoie par cargo maritime.
      cf
      http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-deux-chasseurs-de-mines-en-route-pour-le-golfe-persique-sur-le-pont-d-un-cargo-28-01-2019-12194632.php

      • tschok dit :

        @vrai_chasseur,

        Pour la projection de forces, je vous suis: après tout, un navire se transporte sur… un autre navire. C’est courant.

        Je me posais plutôt la question des transits. Pour commencer sa carrière, ce navire a dû en faire un, de Brest vers Toulon en passant par Gibraltar. Et il en fera sans doute d’autres du même genre au cours de sa vie opérationnelle.

        Rien d’exotique, juste du cabotage. Mais avec 450 km de fuel devant soi, pour accomplir un tel trajet, on doit souvent s’arrêter à la station service, je suppose.

      • Bench dit :

        @vrai_chasseur: intéressant petit article du Télégramme. Mais plus intéressant encore, le commentaire qui l’accompagne signé de C.H. Sanson, plus connu ici sous le pseudo de Guillotin.

    • Grosminet dit :

      @ Tschok:

      Il est prévu dans le contrat que cette petite vedette puisse voyager dans la soute d’un cargo pour le « long-cours »….
      D’où ses dimensions et son poids

  5. Frédéric dit :

    Je me demande si vous avez compris le rôle de ces navires.

  6. Stéphane Leroy dit :

    je croyais qu’il ne fallait plus avoir les noms et numéros de coque de visible par l’ennemi, pour rendre plus difficile l’identification…

    Y-… comme Yole?
    ‍♂️‍♂️‍♂️

    • Finaud dit :

      Comme goélette.

    • lgbtqi+ dit :

      eh oui, mais guillotin / « shimou fékaka » (sic) le chiottin est contre l’anonymisation de nos navires, car ça complique trop la vie de l’ennemi. Cf. le fil récent à ce sujet.

  7. Sempre en Davant dit :

    Le caisson hyperbare est standard et systématique?

  8. Ératosthène dit :

    Que deviendront les Vedette d’Intervention Plongeurs Démineurs (VIPD) utilisées depuis une trentaine d’années svp ?

  9. guepratte dit :

    Difficile de faire plus moche!! les archi navals Français sont archi nuls !!! Quand on voit la beauté des lignes des navires de guerre Russes….Les archis Français peuvent aller à Moscou prendre urgemment des cours de design naval ….

    • Frédéric dit :

      Troisième ou quatrième degré j’espère ?

    • Grosminet dit :

      @ guepratte:

      Même Philippe Stark,voire le studio Pininfarina,ne peuvent faire grand chose côté design quand,DANS MOINS DE 26x7m,il faut intégrer 2 moteurs,un caisson hyperbar,et des salles d’équipement pour les plongeurs,le tout avec une plate-forme de travail assez grande pour manoeuvrer en sécurité treuils et grues…….

      En l’occurence,tant que la vedette est EFFICACE dans son job,l’esthétique on s’en balance pas mal

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « En l’occurence,tant que la vedette est EFFICACE dans son job,l’esthétique on s’en balance pas mal » Les « experts » de ce blog s’imaginent qu’un bateau support d’unités de plongeurs démineurs doit être conçu comme un bateau spécialisé dans les croisières plongées de mer Rouge où des Maldives et en avoir le ………….look !

      • J'ai un petit creux dit :

        Pour poser les tonnelets de bière, les bouteilles de blanc et le pastaga, le caisson « hyperbar » ça doit être pratique.
        Sinon, pour la plongée (plutôt que la plonge), le caisson hyperbare c’est plus recommandé.

      • GUEPRATTE dit :

        réponse à gros minet…..en aviation ,on a coutume de dire que plus un avion est beau et mieux il vole…..et c’est aussi valable pour les avions de guerre….tu veux un exemple , en voilà un : la daube du F35 !! il est moche et il vole mal …..bref tout l’inverse du Rafale , du F 14 ou d’un SU 27 … alors pareil pour les bateaux !

    • scalectric dit :

      Il suffit pas d’être beau pour faire la guerre mais d’être efficace ce que n’est plus du tout ou n’a jamais été la marine russe

    • Finaud dit :

      @ Erathostène
      La question est actuellement débattue en Conseil de Défense. Ne le répétez pas, c’est secret : on envisage de les donner au Mali, en réparation de tout le mal que nous leur avons fait.

      • GUEPRATTE dit :

        Réponse à Finaud ….çà m’étonne pas on a bien vendu des chasse – neige au Togo dans les années 80…

    • Ryan dit :

      Ou plutôt aller plonger en Mer noire pour aller voir les navires russes au fond

  10. Kamelot dit :

    La poussière navale est tout aussi importante que les grands bâtiments médiatisés. Elle contribue aussi au maintien et à l’excellence de l’industrie navale.
    Bon vent aux « invisibles » de la la Marine Nationale.

  11. belouga dit :

    Le besoin existe et ne peut pas être sous-traité ( confidentialité et dangerosité potentielle). Il est vrai que l’engin ressemble plus a un
    « house boat » qu’à un navire de la marine nationale.

  12. Yrr dit :

    Je sais bien que ce bateau n’a pas vocation à combattre, mais quand même sur un véhicule de 87 tonnes, je trouve la mitrailleuse 7.62 un peu légère, surtout en mer où les tirs sont à longue distance par rapport à ce qui se passe sur terre.

    • ji_louis dit :

      Ce navire n’est pas fait pour combattre mais pour pétarder des mines.

    • Dolgan dit :

      Si un jour le truc embarque des fusillers marins ou FS pour une mission un peu musclée, ils embarqueront avec le matos qui leur est nécessaire.

  13. Caius dit :

    @Érathosthène Vu leur état, le démantèlement est plus que probable… Sauf s’ils arrivent à les refourguer à une nation interessée, j’en doute malgré tout.

  14. Adren dit :

    Nan mais sérieusement ??? Pourquoi tant d’argent gaspillé dans des bâtiments presque inutiles ?!! Ce ne sont pas des vedettes de soutien qu’il nous faut, ce sont des frégates, des destroyers, des PHA, des porte-avions, des sous-marins ! Ce sont ces navires qu’il nous faut ! Des navires beaucoup plus armés et puissant, beaucoup plus dissuadant, qui sont capables de réaliser de nombreuses mission, et qui sont capables de répondre aux mêmes missions que ces vedettes de soutien !
    C’est une marine puissante qu’il nous faut ! Une MARINE à l’image de notre PUISSANCE MARITIME !
    La France possède le 2e plus grand domaine maritime au monde derrière les États-Unis, et pourtant la Marine Nationale se classe seulement en 7e position au classement des marines mondiales ! Tellement de choses à dire…

    • alexandre dit :

      @adren, prière de vous référer à la nouvelle doctrine de guerre navale française, a termes l’idée est d’en concevoir environ 15k , les Bouret d’explosifs et les balancer sur les ports chinois…
      Sinon Bercy voudrait vous parler de votre idée d’envoyer les frégates faire du déminage d’approche portuaire.

    • C'est curieux, chez les marins dit :

      @ Adren, vous avez raison sur le principe MAIS 1) ce n’est pas de l´argent gaspillé car ces bateaux sont indispensables
      2) si l´on faisait accomplir le même travail par des bâtiments de combat comme vous le suggérez, oui ce serait de l´argent gaspillé.

    • PLDEM806 dit :

      Disons les ces choses …
      Je vous rappelle que durant toutes ces années où le budget des Armées a servi de variable d’ajustement pour financer d’autres budgets, les Français ont toujours réélu les auteurs de ces coupes budgétaires sombres! Ces mêmes Français qui aujourd’hui se plaignent de ne pas disposer d’un outil militaire susceptible de faire face à de la « haute intensité » (la formulation « longue intensité » serait mieux adaptée) et de ne pas être défendu.
      Cela dit, ne dites pas que ces bâtiments n’ont aucune utilité : l’intervention sous la mer nécessite des bâtiments de soutien adapté à la mission, on ne va pas déplacer une FREMM pour faire intervenir une douzaine de plongeurs démineurs. Bien sûr, la Marine pourrait posséder une frégate ASM qui soit aussi AA avec une capacité Amphibie et porte hélicoptères et surtout Soutien Plongeurs mais pour effectuer un pétardement en rade des Vignettes cela va faire cher l’intervention !
      Une Marine puissante ne signifie rien ! Une Marine adaptée aux besoins nationaux et servie avec compétence est plus cohérent! Les Russes ont une marine puissante, sur le papier, mais servie par des incompétents.
      Je partage votre opinion quant aux besoins outre-mer au vu de notre domaine maritime mais la puissance d’une flotte se définit aussi par ses moyens à accomplir toutes les missions qui sont les siennes et ces VSP sont nécessaires dans le domaine de la guerre des mines qui reste un pôle d’excellence français et une mission d’importance stratégique en assurant la sécurité de mouvements des SNLE.

    • Yrr dit :

      Vous repenserez à votre commentaire le jour où un gros bâtiment aura touché une mine.

  15. PLDEM806 dit :

    Pour avoir connu et pratiqué les vedettes de 13 m en bois puis celles de 21 m en CVR (mal conçues, sous motorisées, inadaptées à la plongée et instable à la mer avec le caisson sur le pont teugue), les VSP ne peuvent qu’apporter un plus aux opérations de plongée et surtout aux plongeurs démineurs en termes de sécurité (caisson de recompression) et de confort (douches et espace). Il faudra voir à l’usage !
    Je rassure Tschok, les vedettes de 21 m ont rallié Toulon via Gibraltar sans aucun problème, les VSP devraient y arriver de même

  16. Fils de Bitche dit :

    Pour fêter les 75 ans d’existence, les plongeurs de l’armée de terre, eux, ont un parcours de tir nautique:
    https://www.forcesoperations.com/de-leau-a-la-terre-les-plongeurs-de-larmee-de-terre-inaugurent-un-champ-de-tir-unique-sur-fond-danniversaire/

  17. VinceToto dit :

    Il y en a qui vont en Martinique et ont un patrouilleur Antilles Guyane pour aller faire de la plongée, et puis d’autres ils ont le VSP pour aller déboucher les sorties d’égouts en eaux troubles, forcément, en Métropole. C’est la vie. Mais c’est important d’avoir des déboucheurs d’égouts en bon état et des gens motivés pour. Encore merci.