Des véhicules d’appui à l’engagement parachutiste de nouvelle génération ont été commandés par la DGA

En juin 2020, la Direction générale de l’armement publia un appel d’offres portant sur le développement, la qualification et la livraison d’un « Système d’appui à l’engagement du parachustiste de nouvelle génération » [SAEP-NG] en vue de remplacer une partie des engins mis en oeuvre par le 17e Régiment de Génie Parachutiste [RGP], dont certains furent conçus dans les années 1970.

Deux ans plus tard, cette procédure a abouti, avec la notification d’un marché de 40 millions d’euros à la société gardoise UNAC, laquelle fournit, pour rappel, les véhicules de type Fardier à la 11e BP et aux forces spéciales. Cette entreprise a également développé un Tracteur niveleur aérolargable [TNA] pour les besoins de la Section d’aide à l’engagement parachutiste [SAEP] du 17e RGP. Autant dire qu’elle a une expérience particulière à faire valoir dans ce domaine.

Dans le détail, la DGA a commandé douze nouveaux engins répartis en trois lots, chacun d’entre-eux étant constitué de deux bennes [ce qui en fera six au total], d’un tracto-chargeur [trois au total] et d’un compacteur [trois au total également].

Ces engins font partie d’un système plus vaste, comprendant deux autres « sous-systèmes », à savoir « transport-stockage » et « environnement SAEP-NG » [c’est à dire l’outillage spécialisé].

Selon la DGA, il s’agit de disposer d’une gamme complète d’engins aérotransportables, aérolargables et hélitransportables sous élingues » pour être en mesure « de rétablir une piste opérationnelle, revêtue ou non d’enrobé, pour de gros avions de transport tactiques

Le SAEP-NG pemettra à la section spécialisée du 17e RGP de conserver sa capacité à aménager des pistes sommaires [voire à remettre en état] pour les avions de transport tactiques [C-130, A400M] , afin de permettre ensuite l’arrivée de renforts et/ou de rétablir un flux logistique. Une telle capacité, que l’armée de Terre est la seule à posséder en Europe, a été très utile lors de l’opération Serval, notamment à Tombouctou et à Tessalit, deux villes qui étaient alors aux mains des jihadistes liés à al-Qaïda.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Kamelot dit :

    Matériel très spécifique pour le Génie aérolargué/aéroporté. L’usage est intéressant pour rétablir et permettre des points d’entrée.
    Afrique, Orient, Europe… où pouront-ils agir et dans quel contexte?

  2. Raymond75 dit :

    Mais toujours pas de petite broyeuse pour faire des vraies toilettes sèches ‘et non un trou pour chier) 🙁

    • Czar dit :

      on sent que tu l’as aimé ton stage brico à casto, hein régis (bon, grâce ton excellent lien j’ai appris qu’il fallait humidifier son caca pour qu’il sente pas, ça mer servira si j’intègre la religion survivaliste)

    • aleksandar dit :

      Le  » trou  » porte un nom.
      Ce sont de  » feuillées « 

    • Sempre en Davant dit :

      Ce n’est pas si simple de broyer du bois non seulement par ce qu’il peut être vert ou sec mais aussi par ce qu’une branche comporte des sections très différentes.
      Pour être sérieux en dessous de 30cv diesel c’est pour amuser les permacultrices qui croient que le bio dans du bois de classe III bourré d’arsenic ça va les rajeunir. Toujours agréable d’entendre une machine de 3000w dans les jardins c’est écolo.

      Mais le sujet est intéressant. Entre les broyeurs à vis, à lames et à couteau il y a de la diversité et des combinaisons.

      Faites un tour sur : https://udl.primo.exlibrisgroup.com/discovery/search?vid=33UDL_INST:UDL&tab=Everything&search_scope=MyInst_and_CI&mode=basic&displayMode=full&bulkSize=10&highlight=true&dum=true&query=any,contains,broyeurs%20v%C3%A9g%C3%A9taux&displayField=all&pcAvailabiltyMode=true

      Vous trouverez des heures de lecture et de gamberges. Ensuite, observez si dans votre commune le bois raméal fragmenté dit BRF est placé au dessus d’un film de paillage ou à la place de celui ci. Et suivez le développement des xylophages fongiques ou insectes.
      Dès fois quand une solution n’est pas employée c’est qu’elle est mauvaise.

    • dompal dit :

      @Raymonde,
      Arrête de nous chier dans les bottes avec tes « vraies toilettes sèches » !
      On appelle ça un ‘feuillé’ et ça existe depuis la nuit des temps !

      Il n’y a que les débiles mentaux (bobo-écolo-abruti.e.s) qui viennent de le découvrir !!!! 🙁 🙁 🙁

      Tu as remarqué que j’utilise l’écriture inclusive- il n’y a pas de raison à laisser au bord du chemin la gente féminine quand on peut l’associer à la connerie du moment- ce serait pas très sympa de ma part, elles me prendraient pour un misogyne) !

      Je suis pas sûr que les débilitAs féministes apprécient très longtemps l’écriture inclusive !???

  3. Gamberge dit :

    Ce renouvellement de matériel est évidemment une excellente chose.
    Au vu du très petit nombre de véhicules spécialisés qui a été commandé, on peut se demander si on n’est pas là devant un criant exemple du caractère échantillonaire de nos armées.
    En premier lieu, on peut s’interroger sur l’aspect du surcoût que représente l’acquisition et tout le processus de qualification de si petites séries.
    Mais au-delà de cette question financière, lorsque certains matériels ne sont présents qu’à trois exemplaires dans nos armées, la question se pose de leur attrition et de la capacité à les remplacer rapidement en cas de guerre.
    Plus généralement, le fait que les compétences nécessitant la mise en oeuvre de ces engins ne soient détenues que par une unique section d’un unique régiment interroge lui aussi quant à la pérennité de ces compétences en cas de combats de plus ou moins haute intensité.
    Mais peut-être qu’en l’occurrence le besoin prévisionnel en cas de conflit armé majeur n’est pas estimé comme supérieur et que cette seule section est considérée comme suffisante en toutes circonstances ? Cela paraît tout de même un peu douteux, ne serait-ce que par la nécessité opérationnelle d’un minimum de redondance.
    Inversement, l’article souligne bien que cette compétence, pour aussi légèrement dotée en personnels et en matériels qu’elle semble être, n’est possédée en Europe que par la seule armée française, ce qui illustre bien la notion de modèle complet.
    Au moins, la France sait faire, peut faire (quoique dans des limites semble-t-il relativement faibles) et peut remonter en puissance sur cette base (sur un rythme dont on peu toutefois se demander s’il est opérationnellement réaliste), alors que les autres armées européennes n’ont même pas cette compétence ou n’ont pas su la conserver.

    Matière à réflexion et à échanges sur ce forum…

    • Dolgan dit :

      « Une telle capacité, que l’armée de Terre est la seule à posséder en Europe, « 

    • Aymard de Ledonner dit :

      En même temps, il y a quand même peu de chance que l’on veuille coup sur coup réhabiliter/créer plus de 3 pistes….Ce type de matériel ne peut être qu’échantillonaire. On ne va pas la jouer Bruce Wayne et commander 3000 véhicules pour en utiliser 12.

      • Gamberge dit :

        @Aymard
        Merci pour votre réponse.
        Vous aurez noté que je n’envisageais pas d’en commander 3 000. Je m’interroge cependant sur le fait de savoir si, une fois pris en compte le coût du processus de qualification par la DGA et/ou la STAT ainsi que les coûts d’étude et conception par le constructeur, commander 6 tracto-chargeurs et compacteurs au lieu de 3 ou 12 bennes au lieu de 6 reviendrait tellement plus cher.
        Par ailleurs, j’avais aussi envisagé que, comme vous semblez le confirmer, ces matériels correspondent à un besoin tellement spécialisé qu’il puisse être considéré comme normal qu’ils soient si peu nombreux.

  4. VinceToto dit :

    L’image d’illustration me fait penser à la série Tiny Trucks, notation IMDb 8,5/10: https://www.imdb.com/title/tt7821952/
    Plus sérieusement, cela me semble étrange que seul le 17 RGP soit avec la capacité véhicules « génie » relativement facilement aérotransportables.

  5. Lolo dit :

    La dernière grande tentative d’opération aéroportée, c’était les russes en Ukraine ? on a vu le résultat… Je n’ai rien contre mais ça n’a pas permis de gagner la guerre ou tenir le terrain.

    • mich dit :

      Réfléchissez encore un peu , en plus mr Lagneau vous donne des indices ! il n ‘y pas que de  » grande tentative d’opération aéroportée  » dans la vie ,c ‘est souvent plus simple et surtout très utile , comme pour faire ça  » https://www.dailymotion.com/video/x4kc81  » , et ça tout le monde ne sait pas le faire à plus de 4000 km même si cela parait simple pour certains .

  6. Alex dit :

    Quel que soit le contexte, chie dur chie mou mais chie dans l’ trou !

  7. aleksandar dit :

    Concernant les personnels et son doublement au minimum, la variable a prendre en compte est la fréquence d’utilisation.
    Difficile a évaluer mais l’entrée en premier par une opération para risque de devenir rare parce que trop risquée.
    Kolwezi c’est possible en Afrique mais pas sur le théâtre Centre Europe.
    Et il est toujours possible d’utiliser les personnel du 25e régiment du génie de l’air, voire des 1er et 2eme REG.

  8. laquille dit :

    Tiens? le 25ème régiment du génie de l’air a été dissous?

  9. Sempre en Davant dit :

    L’ensemble est assez curieux et non encore mis en valeur sur le site https://www.unac-france.com/defense/produits/

    Pourquoi six bennes? Sont elles auto chargeuse ? Tri-verse?
    Trois tracto-chargeurs et compacteurs… Bon.

    Pourtant, l’ensemble peut il être commandé à distance de sécurité? Ou sacrifié s’il faut dé-piéger ou brêcher.

    C’est une fonction devenue habituelle sur les compacteur de tranchées dont l’absence est surprenante s’il faut tasser un peu fort par exemple pour rattraper un sabotage en damier d’une piste. Les compacteurs à un seul rouleau ne tassent pas si fort.
    Ajouter un compacteur à la liste et piquer la télécommande et la vidéo pour les autres engins…

    Il semble que la mission dévolue au 17 soit de parachuter trois équipes pour rétablir une ou des pistes pour C47 ou Ju 52 en attendant l’arrivée du 25éme RGA via antonov. Les amateurs d’avions auront remarqué l’élégance de l’esquive devant Transall, A 400M et C17.

    Évidemment faute de paras on peut aussi larguer les présents volontaires. Quel hélicoptère lourd? Vous réassemblerez sur place on a toujours fait comme ça…

    Enfin et plus encore avec l’avènement des drones de tout poils il semble quand même manquer dans les trois équipes prévues au moins une pelle arrière.
    Si on l’ajoute aux chargeurs ils ne pourront plus charger ou bouter quelques protections pour les autres paras. Une pelle arrière ça vous sort aussi le compacteur de la fouille ou n’importe quoi d’autre. Ça soulève aussi. Pour faire passer une poutre par dessus une coupure…

    L’UNAC indique que le Fardier dispose de 450 bar de pression max dans son circuit hydraulique. Sans indication de débit c’est un peu court mais enfin cela indique quand même la possibilité d’installer une pelle arrière pour tracteur compact.

    Créer une version 6 roues pelle arrière du Fardier ne doit pas être bien compliqué. La pelle est disponible chez votre marchand de machines agricoles voir de motoculture.
    Pour créer des trous individuels de combat, des tranchés et des fossés anti véhicules ce serait un saut technologique vis a vis de la pelle pliante et du lot de bord qui arrivera avec la cavalerie.

    Il me semble manquer trois types d’outils hydrauliques : brises sols et/(ou brise béton), découpeuse hydraulique et vérins.
    Il suffit d’adapter des distributeurs adaptés et des « rallonges hydraulique » et les fardiers deviennent des centres de puissance permettant de casser ou couper les sols ou bétons les plus durs. De soulever des dalles ou des machines.

    Les disques de découpeuse hydraulique vont jusquà 50cm de dia et une profondeur de coupe de 21cm voir 27 pour les modèles à couronne (un exemple https://www.outillage-btp.com/decoupeuses/24801-decoupeuse-hydraulique-k-3600-ring-equipe-d-un-disque-o370-vari-ring-r45-7392930604308.html)

    Soit pour entrer en force (action de secours autant que commando) soit pour fractionner des débris ingrouillables ces équipements sont simples a adapter sur le Fardier l’éventuel Fardier 6×6 pelle ou les autres engins.

    Les moteur hydraulique ça a pleins de capacités. Ça tape tellement plus fort que le matériel électrique et c’est tellement plus facile de transporter le flexible et les outils que les groupes électrogènes ou compresseurs, carburant, rallonges,…

    Alors un Fardier 6×6 avec un coffre au milieux pour les outils et l’opérateur du « qui croyait ronquer en attendant son tour » pourra faire du découpage ou de la démolition, ou du levage en attendant que le compactage de fouille et les apports de matériaux ce fassent.
    C’est quand même chouette d’avoir avec soit sa fabrique à gravats et son usine de trous de combat.

    Hop, un quatrième engins pour l’équipe avec deux ou trois pax et mitrailleuses.

    • Sempre en Davant dit :

      Puis je ajouter :

      1) Qu’il existe des rouleaux balayeurs hydrostatiques.
      Il ne doit y avoir aucune difficulté a obtenir une brosse chassant vers un seul coté ni un tunnel de sortie projetant la « poussière » de façon à l’agglomérer pour former un andain de latérite quelconque… au besoin derrière l’engin pour pas bourrer le filtre a air.
      L’idée est de nettoyer une zone avec le rouleau fixé au devant de la benne de récupérer l’andain avec le chargeur. Même une piste atterrissage avion doit pouvoir être nettoyée a vitesse record avec ces moyens.
      Désolé pour ceux qui voulaient faire balayer le pont du Clem par les punis avec leur brosse a dent.

      De simples balayeuses poussées fixées sur chariot élévateur m’avaient jadis bluffé par leur capacité à changer des dégueulasseries en lieux de travail. Les applications hydros allant du broyeur de végétation, au balayage c’est enthousiasmant! Suffit de changer l’outil.

      2) Qu’il doit être aisé de créer des rouleaux de ‘moquette de posé » pour les hélicos afin de préserver les moteurs. Bien sur j’ai découvert https://www.musthane.fr/nos-solutions/helipad/ mais j’ignore si l’on s’en sert ou si l’on emploi d’autres solutions.
      Quoi qu’il en soit si la machine peut le faire…

  10. dompal dit :

    Super bonnes nouvelles pour nos camarades du 17ème RGP……en espérant la DGA n’ait pas commandé des ‘bouses’ ?

  11. Frédéric dit :

    Avec ses micro séries, les pièces détachées sont elles commandé en nombre suffisant pour tenir plusieurs années. C’est en HS, mais ma famille a une 206 est au garage depuis des mois car un petit bidule électronique pour le moteur n’est plus fabriqué, qu’il n’y a plus de stock en neuf, er que l’on fouille toute les casses de la région pour en trouver un.

  12. jojo dit :

    donc grâce à ce matériel et à l’A400, la compagnie de secours parachutiste de l’UISC 7 peut à tout moment intervenir dans le monde et permettre l’installation d’une piste d’aviation dans une zone touché par une catastrophe naturel majeur?