L’armée de Terre recrute beaucoup plus facilement dans les outre-Mer qu’en Île-de-France

En 2016, le chef du Pentagone, qui était alors Ashton Carter, avait déploré le fait qu’il était de plus en plus difficile de recruter de nouveaux soldats dans les États les plus urbanisés des États-Unis alors que l’US Army avait beaucoup de problème à faire signer des contrats d’engagement dans le monde rural et les États du sud.

Et il avait également souligné que les enfants de militaires étaient sur-représentés parmi les recrues. Aussi avait-il prôné d’adopter une « approche moins décourageante vis-à-vis de certaines catégories de personnes dont le nombre croît rapidement », en adoucissant des normes de recrutement jugées « trop restrictives » s’agissant de la forme physique, des tatouages et de la consommation [passée] de drogues. Sinon, avait-il estimé, l’US Army prenait le risque de « s’isoler du reste de la population ».

En France, de telles disparités dans le recrutement sont assez similaires, même si le contexte est différent de celui des États-Unis. Ainsi, par exemple, s’il n’y avait pas les territoires d’outre-Mer, l’armée de Terre aurait probablement beaucoup plus de difficultés à trouver les recrues dont elle a besoin.

En effet, selon des chiffres avancés en 2021 par l’ex-députée Nicole Sanquer, chaque année, plus d’un millier de jeunes originaires du Pacifique, en moyenne, rejoignent les armées, alors que ces territoires comptent, au total, environ 600’000 habitants. Et cela est d’autant plus remarquable qu’il y a encore peu, ils n’étaient pas éligibles à l’indemnité d’installation en métropole [INSMET], censée leur permettre de s’installer et d’accueillir leur famille. Cette anomalie a depuis a été corrigée.

Plus généralement, les outre-Mer représentent plus de 10% du recrutement de l’armée de Terre, pour une population de 2,8 millions d’individus. Soit autant que pour la région Île-de-France, qui, avec ses presque 12,4 millions d’habitants, présente pourtant un « vivier » beaucoup plus large. C’est en effet ce qu’a affirmé le général Pierre Schill, son chef d’état-major [CEMAT], au cours d’une audition à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen du projet de finances pour 2023.

« Les jeunes franciliens qui rejoignent l’armée de Terre ne sont pas plus nombreux que ceux de l’outre-mer », a-t-il en effet déclaré, après avoir déploré le fait que l’armée de Terre ne touchait « pas suffisamment les jeunes urbains, qu’ils soient ou non issus des quartiers sensibles ou prioritaires ». Et d’ajouter : « Des efforts doivent être menés dans notre recrutement sur ce point ». Lesquels? Le CEMAT ne l’a pas précisé.

Cela étant, en plus des 16’000 postes d’engagés qu’elle propose chaque année, l’armée de Terre devra également recruter plus de 20’000 réservistes opérationnels, leur nombre devant doubler dans les années à venir.

À ce propos, le général Schill a évoqué une « professionnalisation » des réserves.

« Il existe plusieurs façons d’employer les réservistes dans l’armée de Terre. D’une part, les compléments individuels de réserve, qui occupent des postes à part entière au sein du fonctionnement des armées, doivent bénéficier de davantage de visibilité sur le volume d’activité et sur le temps d’engagement qui leur sera demandé. D’autre part, les réservistes en unités constituées qui doivent être correctement équipés et entraînés », a-t-il expliqué.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

52 contributions

  1. MongroLito dit :

    Tout le monde sait pourquoi..

    Les antillais sont bien plus attachés a la France que les individus d’Ile de france. On devrait favoriser nos dom tom français plutôt que de fournir la plus grosse aide régionale a ce département casi étranger. Honteux

    • M.W dit :

      qu’ils soient ou non issus des quartiers sensibles ou prioritaires »
      …………………..
      ils sont seulement Français de papier et servir la France , ne les concernent pas , a moins d’avoir une autorité religieuse, dans les régiments , qui perçoit directement les ordres issus du livre saint….
      cela me rappelle les problèmes et sabotage ,engendrés sur le Foch et le Charles de Gaulle , Je pense que c’est une question qu’on est en droit de se poser , le passé nous a déjà appris que le refus de combattre s’est posé, des marins s’étaient mutinés pour s’insurger contre des frappes sur le Kosovo, considéré comme un sanctuaire islamique. En 2009 des militaires musulmans refusaient de partir en Afghanistan contre leurs frères de religion.

    • Rom dit :

      Attachés à la France les antillais ? Ils sont français de corps et d’esprit c’est normal…
      Par contre la r**aille de banlieue parisienne, ils sont administrativement français, mais ça s’arrête là.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit :[ Par contre la r**aille de banlieue parisienne, ils sont administrativement français, mais ça s’arrête là.]

        En l’occurrence ce déficit semble aussi bien concerner les jeunes bobos du XVII éme que la r**aille de la banlieue … ;0)
        Votre remarque s’applique aussi parfaitement à la  » faune  » que l’on trouve dans les bars de ce quartier à l » appiaoueure que celle des  » quartiers  » figurez-vous !
        C’est comme à la petite école ? Il faut lire tout le texte de M. Lagneau / « que l’armée de Terre ne touchait « pas suffisamment les jeunes urbains, qu’ils soient ou non issus des quartiers sensibles ou prioritaires »

  2. Anthonyl dit :

    On ne gagnera rien en levant des restrictions concernant la forme physique des futures recrues… c’est une très mauvaise idée.

    • Paddybus dit :

      Ne pensez vous pas que des personnes peu entraînées, en léger surpoids, peuvent avec une bonne prise en main alimentaire et sportive devenir des soldats à la hauteur…???
      Peut-être faut-il prévoir un rallongement de la période d’intégration et de formation… mais cela semble possible et même souhaitable…!!!!
      Je suis même assez sur que des types totalement démotivés et « mou du genou » peuvent avec une bonne prise en main de motivation, formation, entrainement, éducation, voire re-scolarisation peuvent devenir des hommes qui s’étonneront d’eux même…!!!!

    • Oliver dit :

      La Gen Z se muscle les pouces via leurs écrans.

    • Lado dit :

      Prenez un jeune de 19 ans.. Il marche 6 km.. »crache ses poumons » apres 4000m !
      Après 3 mois de sport intensif, encadré et progressif..il « ‘s’echauffe » le matin par un footing de 8 km et fait avec son sac , armement, (casque lourd),equipement 25 /30 km dans la nuit sans grand effort.Il s’installe en tourelle ou au poste de pilotage en 10 secondes max et non plus en 1à2 mn,
      Une expérience de tous les appelés dans les « forces de mélée » qui rejoignaient les « escadrons/compagnies de combats » mélangés avec des « engagés » pro
      L’idée que les jeunes « avant  » étaient plus sportifs en moyenne est assez faux depuis les années 60

      • Robert dit :

        L’immaturité affective et psychologique, la consommation régulière de drogue, l’habitude de refuser les règles imposées, sont très fréquents dans cette génération et les dom tom n’échappent pas vraiment à la règle.
        Le patriotisme pour certains je n’en doute pas, la possibilité de venir en métropole certainement, l’attrait pour un travail pour des régions au fort chomâge à coup sûr.
        Maintenant, attendons pour voir. Au moins, ils sont français de coeur.

        • lgbtqi+ dit :

          oh !

          ainsi il vous arrive d’examiner avant de juger ?

          On aimerait y croire.

        • LiqueurDeFEETENT dit :

          « la consommation régulière de drogue » non mais quel sketch ce Robert, on vous rappelle peut être que la génération mai68-babacool c’est pas la gen Z et à l’époque de ce que j’ai entendu ça y aller et ça fumait pas que des plantes qui donnent mal au crâne !

          • Robert dit :

            J’aime bien votre ton professeur qui s’adresse à un débile, mais le reste du message démontre que vous ne connaissez pas votre sujet.
            Pour résumer, la consommation de stupéfiants même autour de mai 68 restait limitée à certains milieux et essentiellement de l’herbe qui rendait nigaud et du LSD. Par la suite, cela s’est étendu par la permissivité sociale, la légalisation dans certains pays et la banalisation. Mais depuis quelques décennies, ce sont des millions de consommateurs réguliers de produits nouveaux, de cannabis dont le principe actif de THC a décuplé, de mélange cocaïne voire héroïne, produits à dépendance physique, et cannabis, produit à dépendance psychologique forte, et beaucoup de consommateurs depuis disons l’adolescence mais restés consommateurs réguliers dans la vie active.
            Je connais assez bien mon sujet pour ne pas me satisfaire d’un « de ce que j’ai entendu ». Plus précisément, j’ai vécu l’époque post 68 et la suite et je me suis bien informé sur ce qui se vit aujourd’hui.

  3. blavan dit :

    C’est bien pourquoi le service national, n’est pas à l’ordre du jour sauf pour certains nostalgique déconnectés de la jeunesse française qui dans sa majorité n’accepterait plus la conscription. Il reste heureusement des jeunes motivés qui s’engagent , mais ils sont à la marge. On ne peut même pas faire de sondage sauf à le réserver aux jeunes de 18 à 22 ans.

    • Mat49 dit :

      De toute façon même si on rétalissait le service national la qualité de la classe d’âge serait tellement faible que moins de 30 à 25% de la classe d’âge serait apte. Aucun intérêt.

      En revanche un service qui soit à dominente civile (centré sur les services publics et l’agriculture) et où seules les jeunes motivés pour un an de service militaire (au sens large y compris des tâches administratives pour les armées) passeraient des sélections pour incorporer autour de 15% de la classe d’âge (homme et femme) serait utile.

      Ce serait moins bien que des pro mais avec les tensions de recrutement que connaissent les armées, et les difficultés budgétaires, si on veut retrouver des forces crédibles il n’y a pas d’autres solutions. Un conscrit n’est pas payé, il n’est pas gratuit mais de fait ça coûte moins cher, surtout à long terme car on ne lui verse pas de pensions après.

      En plus cela permettrait d’augmenter les effectifs sans augmentation de la masse salariale, et par une obligation de réserve d’un ou deux an d’abonder sans soucis la réserve, surtout si cette dernière bénénficie d’un cadre juridique protecteur.

      Evidement ce service « civique » serait une porte d’entrée dans la citoyenneté. Ceux jugés aptes qui refusent de faire même une forme civile seraient déchus de leurs droits civiques. On devrait aussi assortir tout entré dans le service d’une prestation de serment sans ambiguïtés sur la primauté des lois de la République et la laïcité sur toute conviction individuelle…

      • Mat49 dit :

        Evidement on ne déprofessionalise pas les unités de combat professionnelles actuelle. Le levier de masse salariale fournis par l’emploie de conscrit dans des tâches de soutien est utilisé pour financé l’encadrement des conscrits qui seraient incorporés dans de nouvelles unités (surtout terrestre par la force des choses).

      • FJAG dit :

        Crise climatique, tension sur les terres arables, les droits de pèche et l’eau sur fond d’augmentation de la population, d’épuisement des ressources, de prolifération nucléaire… Il est évident que nous allons avoir droit, sinon à une 3ème GM, au moins à une mondialisation des catastrophes, famines, des économies de pillage type Daech/Hitler/Piraterie, et des mouvement de populations, épidémies et déclassement éducatifs et technologiques (et déforestations) que cela entrainera. Avec rétroaction positive en prime, sans oublier le retour de l’esclavage qu’implique le manque de nourriture – le food power, c’est : celui qui étanche ma faim, je lui appartient.

        S’investir d’avantage de le développement façon Marshall – mieux vaut mettre à disposition l’électricité de centrales nucléaire flottante construites en France, ou des examens en dur pour valider des moocs un peu moins bidons qu’aujourd’hui – permettrait peut-être de prévenir un peu… Si tu veut la paix, n’oublie pas non plus de préparer la paix !

        Mais, quoiqu’on fasse, les OPEX devraient virer de plus en plus au cauchemar humanitaire, et l’armée n’a ni les moyens (finances et matériel adaptés), ni la structure, ni la mission de gérer ce genre de situation, du moins à grande échelle.

        En face, se développe dans la société civile, à coté des engagements de fond, une économie du tourisme humanitaire. On peut faire plus efficace. Et surtout s’assurer de savoir qui pourra effectuer quelle tache en cas de mobilisation de ce type particulier de réservistes, à rapprocher par exemple des pompiers volontaires.

        Donc, non seulement il y aurait la place pour un service civil, sur le modèle de celui qu’accomplissaient les objecteurs de conscience (temps doublé, réservé aux associations d’utilité publique), mais il va y en avoir le besoin : Tout ce que les civils ne font pas, l’armée devra le faire, avec des personnels aux formations hautement spécialisées gaspillés à des tâches sans rapport, et pour un prix bien supérieur.

        • Mat49 dit :

          D’accord sur la catastrophe climatique en cours. Mais pas trop compris ce que vous vouliez en terme de service civile.

        • Ératosthène dit :

          @FJAG : « Crise climatique »
          Vous avez le droit de vous faire berné, mais vous êtes prié de le faire dans votre coin, et donc de ne pas contaminer les autres.
          Le climat a toujours évolué. L’Homme n’y a jamais été pour quoi que ce soit, en particulier par le CO2.

          Préférez-vous des livres ou des sites ?
          a) Littérature non scientifique
          _ Olivier Postel-Vinay
          La comédie du climat 250 p., Lattes, 2015, ISBN 13 : 9782709647007
          _ Philippe Verdier (présentateur météo renvoyé)
          Climat, investigation — Les dessous d’un scandale planétaire 395 p., La mécanique générale, 2015, ISBN 979–10–95776–06–2

          b) Littérature plus ou moins scientifique
          Littérature gratuite à télécharger
          – Roger Lamouline
          Nos mythes modernes vus par un mécréant 4 premiers chapitres à lire en ligne
          – Yves Lenoir
          Climat de panique 233 p.
          – Jacques-Marie Moranne (ingénieur) & Camille Veyres (spécialiste en
          rayonnement électromagnétique),
          La physique du climat 74 p.,

          c) Littérature classique
          – Pascal Acot (Historien)
          Climat, un débat dévoyé ? Éléments de réponse, 158 p., Armand Colin, 2010, ISBN-13 : 978–2200255589
          – Jean-Marc Bonnamy
          Réchauffement climatique, le pavé dans la marre 157 p., l’Harmatan, 2018, ISBN 2343149909
          – Vincent Courtillot (chercheur)
          Nouveau voyage au centre de la Terre 352 p., Odile Jacob, 2009, EAN13 : 9782738119391
          – Samuele Furfari (ingénieur chimiste & industriel, fonctionnaire à la Direction générale de l’énergie de la Commission européenne)
          L’écologie au pays des merveilles : Mirages et vérités du développement durable 249 p., Éditeur François Bourin, 2012, ISBN-13 : 978–2849413210
          – Christian Gérondeau (expert en politiques publiques)
          CO2 : un mythe planétaire 316 p., l’Artilleur, 2009, ISBN 2810003718
          Climat : j’accuse 200 p., du Toucan, 2015, ISBN 13 : 9782810006793
          Climat : la grande manipulation 270 p., l’Artilleur, 2017, ISBN 2810007772
          – François Gervais (chercheur)
          L’Innocence du carbone : L’effet de serre sera remis en question 320 p., Albin Michel, 2013, ISBN 978–2–226–20916–0
          L’urgence climatique est un leurre 304 p., L’Artilleur, 2018, ISBN 13 9782810008513
          – Drieu Godefridi (juriste)
          Le GIEC est mort, vive la science ! 120 p., Texquis, 2010, ISBN : 978–2–9600473–7–0
          – Arezki Hacène
          Climat, mensonges et propagande 320 p., Eyrolles, 2010, ISBN : 978–2–916878–60–7
          – Philippe de Larminat
          Changement climatique 138 p., ISTE Éditions, 2014, ISBN-13 : 978–1784050467
          – André Legendre (ingénieur)
          L’homme, est-il responsable du réchauffement climatique ? 250 p., EDP Sciences, 2009, ISBN 275980383X
          – Marc Le Menn
          Science et désinformation 246 p., Perspectives libres, 2016
          – Yves Lenoir
          La vérité sur l’effet de serre, Le dossier d’une manipulation planétaire 172 p., La découverte, 1992, ISBN 978–2–7071–2178–3
          Climat de panique 233 p., Favre, 2001, ISBN 13 : 9782828906733
          – Marcel Leroux (professeur émérite en climatologie) Global Warming, Myth or Reality, The Erring Ways of Climatology
          – István Markó (chimiste)
          15 vérités qui dérangent 400 p., Texquis, ISBN-13 : 978–2930650050
          – Rémy Prud’homme (économiste)
          L’idéologie du réchauffement, Science molle et doctrine dure 160 p., du Toucan, 2015, ISBN 13 : 9782810006816
          – Benoît Rittaud (mathématicien)
          Le mythe climatique 203 p., Seuil, 2010, ISBN 978–2–02–101132–6
          Ils s’imaginent sauver le monde, 224 p., Books, 2016, EAN : 9782366080841

          d) Sites
          https://www.science-climat-energie.be

          https://contreveritesclimatiques.wordpress.com

          http://climato-realiste.fr/

          https://www.bvoltaire.fr/auteur/marclemenn/

          etc.

          • Paddybus dit :

            Ho lala…. qu’est ce que vous êtes complotiste….. le négationisme climatique sera bientôt un crime contre l’humanité….!!!! ;0))))
            Je voyais récemment la présentation d’un bouquin relayé par un journaliste scientifique, livre écrit par un américain, qui reprend les documents avant trafic par le giec…. et qui montrent que ce qui se passe actuellement est loin d’être nouveau…

            Ce journaliste explique aussi que entre ce que dit le giec et ce que les journaliste ordinaires disent, il y a un monde…. alors, pas d’affolo…!!!!

          • M.W dit :

            Ératosthène………………..

            Je vois l’Afrique débarquer chaque jour , et prendre possession de nos villes et villages , en plus je suis ,météo sensibles souffrant de rhumatisme, et mes poils se redressent , au moindre coup de vent je confirme qu’il y a bien des problèmes climatique…

      • Roland de Roncevaux dit :

        prêter serment sur les « lois de la République »… allons allons… c’est bon pour la Corée-du-Nord ce genre de choses. La France est un régime libéral de longue date, et il faut y rester attaché. Ce n’est pas parce-que nos zélites font venir des populations étrangères inassimilées que les citoyens français doivent renoncer à leurs libertés historiques.
        Par ailleurs, il est assez inutile de ramasser des milliers de jeunes bons-à-rien pour encombrer l’armée, les services publics ou pourquoi pas les entreprises. Avoir un jeune mou et déculturé pendant un an ne sert à rien : on ne peut rien lui apprendre, et quand il commencera à un être un peu rentable, il partira et sera remplacé par un autre nase. On n’est pas la voiture-balais de la société post-moderne.
        Enfin, déchoir de leur nationalité les bons éléments qui auraient refusé le service militaire, c’est encore une dérive. D’abord, cela sous-entend que le volontariat ne l’est pas réellement. Ensuite, cela risque de provoquer l’exil de bons éléments (refuser d’aller faire le bidasse pour l’OTAN-UE n’est pas nécessairement un mauvais signe) qui vont manquer à la société.

        • Mat49 dit :

          « La France est un régime libéral de longue date, et il faut y rester attaché. » Tout dépend ce qu’on appel libéral.

          « Ce n’est pas parce-que nos zélites font venir des populations étrangères inassimilées » Le service et son serment permettront d’en préserver le peuple français car les plus inassimilés ne pourront accepter, ce qui les prive de citoyenneté.

          « Par ailleurs, il est assez inutile de ramasser des milliers de jeunes bons-à-rien » Ceux qui sont jugés trop problématiques seraient écartés bien sûr. Même pour le service civil il y aurait un minimum de sélection.

          « Enfin, déchoir de leur nationalité les bons éléments qui auraient refusé le service militaire » Vous faites fausse route. Je parle de déchoir de leurs droits civiques, et non de leur nationalité, ceux qui refusent le service en général. Ne passeraient les sélections pour la version militaire du service que ceux qui seraient motivés pour le faire, un bon élément qui veut un service non militaire ferait un service non militaire.

          Exemple un étudiant en ecole d’ingénieur pourrait s’il le souhaite tenter les sélections pour faire un service militaire. S’il ne veut pas, ou echoue aux tests, pas de soucis, il ferait un an dans l’éducation nationale pour aider les enseignants en mathématique compte tenu de ses compétences. S’il refuse on lui propose autre chose mais de moins en rapport avec ses compétences. S’il refuse tout service il est déchu de ses droits civiques. Compte tenu du fait que l’état lui a payé ses 2/3 ans de prépa on pourrait alors aussi lui infliger une sanction pécuniaire du type rembourser le coût de sa formation sur un certains nombre d’année.

          Seuls ceux, binationaux ou non, qui accompliraient un service dans un pays étranger seraient déchus de leur nationalité.

  4. Deux remarques :
    « Soit autant que pour la région Île-de-France, qui, avec ses presque 12,4 millions d’habitants, présente pourtant un « vivier » beaucoup plus large » En Guyane une personne sur deux à moins de 18 ans donc comparer quantitativement un vivier de jeunes avec un vivier métropolitain …
    Ensuite « mes » élèves Guyanais qui partent au RSMA pour y signer un contrat y vont pour des raisons surement très différentes de celles d’un « Français ». C’est d’abord pour passer le permis gratuit puis, en second choix, c’est pour gagner de l’argent facilement pendant qqs mois afin de pouvoir toucher des aides sociales et enfin arrive une volonté de stabilisation et de promotion sociale

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Laurent du Maroni,

      Regardez les chiffres de l’INSEE, pas seulement pour la Guyane 😉

    • Arnoult dit :

      On ne parle pas du SMA mais du recrutement dans des forces « classiques » c’est à dire des contrats de plusieurs années (5 ans il me semble). D’où la mention dans l’article de l’indemnité d’installation en métropole.
      Cdt

    • Réno dit :

      Idem à La Réunion.

    • dauriac eric dit :

      Très clairement les éléments factuels que j’ai pu connaître il y a 40 ans, période avec le service militaire, sont toujours d’actualité. L’armée est source d’intégration par la promotion sociale des jeunes des DOM TOM. Je regrette la disparition du service militaire pour plein de raisons et celle-ci en est une.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit :[ L’armée de Terre recrute beaucoup plus facilement dans les outre-Mer qu’en Île-de-France ]

       » Outre-Mer is the new Bouriatie  » !;0)

  5. Czar dit :

    « Des efforts doivent être menés dans notre recrutement sur ce point ». Lesquels? Le CEMAT ne l’a pas précisé.  »

    pour quoi faire ? pourquoi cehrcher à attirer des gens qui ne sont pas intéressés par eux-mêmes ? l’exemple des tahitiens montre que cveux qui veulentn peuvent

    l’ile-de-France c’est des étrangers et des bobeaufs, la concentration des deux augmentant dès qu’on se rapproche du point km des routes.

    les uns sont anti-France, par histoire, culture, et comme moyen de se fabriquer une identité érigeant leur migration au rang de revanche historique, assez joliment motivés à ce sujet par les seconds qui en plus d’être « de partout » cultivent leurs petites poses distanciées/cyniques sans laquelle les semi-prolos que la plupart sont (le public de Nuit debout) ne trouverait pas son rôle de bourgeois suffisamment convaincant

    si le CEMAT veut du monde, qu’il commence déjà par éviter de dégoûter ceux qui ont fait le choix de s’engager en se retrouvant à garder des synagogues vides. quand tu t’engages, tu sais bien que ça sera pas tous les jours Kolwezi, mais si t’avais voulu faire vigile tu l’aurais été directement.

    • rainbowknight dit :

      Je n’imaginais pas le dire un jour mais parfaitement d’accord avec ces observations pertinentes.
      J’ajouterai à cela que nos armées sont un excellent outil politique pour permettre de « stabiliser » les DOM-TOM en incorporant une partie de sa jeunesse. Cela limite les tensions sociales liées à l’emploi, diminue un peu la délinquance et développe la fierté d’appartenir à une seule et même Nation.
      La première « guerre » elle est faite au quotidien pour calmer, endiguer, tourner toutes les difficultés des français pour préserver la Paix sociale.
      L’épisode des Gilets Jaunes en a fait réfléchir et trembler plus d’un.

  6. PK dit :

    D’un autre côté, en Île-de-France, sur 12,8 millions de personnes, combien de Français ?

  7. Czar dit :

    mais selon un repenti, il se pourrait qu’on dispose de nouvelles vocations sous peu : https://twitter.com/mohamedlouizi/status/1590433612364918785?s=46&t=TtKXxnqLg7qvQGkiAY9EGw il cite des noms, des faits je finis par me demander si l’aveuglement n’est pas un choix délibéré de certains

  8. Yoann dit :

    Rien de surprenant, Paris les 12 millions de Franciliens combien ne sont français ni de papier, ni de coeur, ni de conviction ?
    Le vivier n’est plus aussi important.

  9. Celtibère dit :

    Dès le II° siècle, Rome recrutait des supplétifs parmi les barbares soumis, puis petit à petit, les citoyens romains d’origine ne voulant plus servir dans les légions, ces dernières ont presque exclusivement été composées de ces mêmes barbares. Même leurs chefs n’étaient plus des latins,on passera sur l’épisode précurseur Arminius, pour retenir qu’ Aetius « le dernier Romain » à avoir commandé des légions, notamment contre Attila était en fait d’origine Scythe. On sait ce qu’est devenu l’empire romain. Hélas nos « zélites » n’ont certainement pas lu Edward Gibbons et, l’auraient-ils fait, qu’ils n’en auraient retenu aucune leçon. Nos armées ressemblent de plus en plus à nos clubs de foot. Mais chuuut, il ne faut pas réveiller la Bête.

    • Roland de Roncevaux dit :

      c’est existentiel pour le Capital, qui a besoin de faire entrer de la main-d’œuvre à très bas coût… la mouvement démographique continuera, et ça finira en effet comme l’empire romain. On va devenir des pays cosmopolites… de toutes façons, même les français de souche ont largement abandonné leur culture, et se meuvent largement dans les références impériales américaines. Quant à la main-d’œuvre pour l’armée, on se demande pourquoi l’OTAN ne puise pas déjà massivement dans le vivier africain. On les enverrait 5 ans dans le Donbass ou à Taïwan avant de leur donner des papiers.

      • lgbtqi+ dit :

        Tiens, l’usurpateur qui n’est jamais allé à Roncevaux fait dans le marxisme…

        et : « les -f-rançais de souche se meuvent largement dans les références impériables américaines ».

        Putain, bordel, vous gâchez le boulot de robert il y a deux ou trois fils où il entreprenait d’expliquer que la poutinie n’avait plus rien à voir avec le communisme !

        Quelle absence de coordination dans votre clique poutinienne. Pas étonnant que vous soyez obligés de décarrer de Kherson, le zigouigoui entre les pattes… Après avoir tout cassé et piégé afin que les civils en prennent plein la figure.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Mais allez-y engagez vous! C’est incroyable ce mépris suffisant du papy vautré dans son canapé pour des gens qui s’engagent et parfois meurent pour la France!
      J’ai plus de respect pour n’importe quel soldat quel que soit son physique, même si c’est un légionaire pas encore naturalisé que pour un type, français depuis 20 générations, qui ne fait rien de sa vie et végette avec le RSA ou les allocations chomage.

    • VinceToto dit :

      Les Antillais, les Kanaks, etc., c’est pas des Wisigoths non plus!

  10. Amélior dit :

    Bon plusieurs choses à noter.
    Tout d’abord, pour nos amis antillais, il est vrai que s’engager est une façon sereine de trouver un boulot et partir pour la métropole. La vie dans les Antilles est très compliquée, chère, sans trop d’avenir pour la jeunesse.
    Ensuite, il est à prendre en compte que pour ces questions politiques d’emploi, un fort pourcentage de recrutement pour les armées est réservé à cette population, qu’elle soit compétitive ou non avec celle de métropole. Ça veut dire que quoi qu’il en coûte, un bon 15 à 20 % sera antillais, bon ou mauvais. Les critères sont différents en gros. Ce sont les recruteurs des CIRFA qui font en même temps passer les tests de sélections et dans ce cas, on va pas s étirer une balle dans le pied; ils sont donc tous des candidats excellents.
    Enfin, concernant l’armée de terre, les bureaux de recrutement outre-mer dépendent du groupement de recrutement de … Paris. Donc dans la guerre des chiffres entre les différents GRS pour savoir qui recrute le mieux et qui sera le bon CDC recruteur, bein le GRS IDF fait en tête grâce aux OM.
    Tout ça n’est qu’une question de chiffre, de rendement de recrutement des CIRFA.
    Après j’ai rien contre les antillais, bien au contraire j’adore l’ambiance mais question égalité avec le candidat métropolitain, bein y’en n’a pas, l’antillais est avantagé.
    Ce qui me gêne le plus est le fait de ne pas assumer ceci mais plutôt de faire croire que le candidat antillais est meilleur et plus volontaire à l’engagement que le métro, ce qui n’est pas vrai.

  11. FJAG dit :

    Intéressant : On associe trop souvent un plus grand engagement à des difficultés économiques, mais l’Ile-de France en concentre un certain nombre, et pourtant, ça ne fonctionne pas. Alors, s’il faut un bénéfice personnel, outre l’identité, peut-être aussi la sociabilité : La capitale est tout sauf un territoire isolé, et à l’opposé les migrants se retrouvent souvent isolés ou enfermé dans leur groupe et leur langue d’origine.

  12. Catoneo dit :

    Le taux de chômage est un incitateur puissant à s’engager.
    On le vit dans le passé quand des bac+3 passaient les concours de facteur.
    Le chômage outremer est important, ce qui est dû en grande partie à la gestion de ces territoires assimilés de force à des départements métropolitains.
    Les recrues n’en sont pas moins aptes à servir.

  13. PHILIPPE dit :

    Il est vrai que dans notre société la condition physique n’évolue pas dans le bon sens :
    * beaucoup de jeunes ne savent plus trop cuisiner d’où report excessif sur les burgers, les pizzas et les frites congelées etc….
    * beaucoup de temps passé devant la télévision, les ordinateurs et les consoles de jeux d’où souvent perte du goût de l’effort
    A titre indicatif alors qu’en France se faire dispenser des cours d’EPS est une pratique assez courante par contre au Japon chez les jeunes la pratique quotidienne du sport est une obligation car même en vacances ils doivent faire signer par les adultes un carnet prouvant leur pratique régulière du sport.
    Dernièrement avec un collègue nous sommes tombés d’accord pour constater que beaucoup de militaires d’un régiment bien connu se traînaient alors qu’ils pratiquaient le footing.

    • PHILIPPE dit :

      J’ai oublié de mentionner cette réalité que chacun peut constater : avant les élèves, dès le primaire, effectuaient souvent plusieurs kilomètres à pied (avec une pélerine si nécessaire) pour se rendre à l’école et une dizaine de kilomètres à vélo pour se rendre au collège alors que maintenant la dépose en voiture devant le lycée est souvent la règle.

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « et une dizaine de kilomètres à vélo pour se rendre au collège alors que maintenant la dépose en voiture devant le lycée est souvent la règle. » Une dizaine de kilomètres!!…………………………et souvent moins de 500 mètres! Je le constate dans ma localité. Une des multiples « facilités » de notre société au confort « émollient »! Il y a eu de nombreux reportages sur les économies d’énergie à faire dans le cadre de l’exploitation des piscines, il suffit de voir la réaction des utilisateurs des bassins quand on leur a annoncé que la température de l’eau serait baissé de 1 voire 2° c! Un concert de cris d’orfraies!

  14. Alfred dit :

    @Mat 49. « Un conscrit coûte moins cher, car on ne lui verse pas de pension après ». Sauf que, du temps du Service National, la durée passée sous les drapeaux était prise en compte par le régime général de retraite pour ceux qui avaient travaillé et cotisé avant d’être appelé. C’est comme les services accomplis en école à partir de 17 ans (dans un domaine qui ne relève pas de la conscription, évidemment)

  15. dompal dit :

    Combien y a-t-il de postes à pourvoir en IdF vs dom/tom ?
    Pas la peine d’avoir fait de hautes études pour répondre à la question.

    Encore un papier pour faire du buzz. 🙁

    • Marsouin-para dit :

      Exact. Pour un Francilien les opportunités niveau boulot sont plus grandes qu’en Polynésie. A partir de là, la concurence pour les CIRFA n’est pas la même…
      Il m’était beaucoup plus aisé de recruter à la Réunion qu’en IdF.
      En IdF je touchais plus de jeunes avec des profils et résultats hautement plus intéressants mais face au privé, la gendarmerie et la police beaucoup de ne donnaient pas suite. Pas le même contexte.
      Enfin et pour revenir sur certaines remarques:
      – le jeune/djeuns est le soldat que l’on en fera. la logique de groupe cassée (expérience vécue), le mec de cité est aussi valable que le rural;
      – niveau sport, les mecs font le job. En début d’armée (1998), les OPEX étaient moins ereintantes que maintenant où les équipements sont portés en quasi permanence…et sur des missions offensives
      – au contact, notre génération fait le job…beaucoup plus souvent que certains ici ne l’ont connus (aller au feu).
      Bien colonialement,