L’armée de l’Air et de l’Espace veut récupérer une capacité de suppression des défenses aériennes ennemies

Depuis la fin des années 1990, l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] ne dispose de missiles anti-radar, comme l’AS-37 MARTEL [Matra Anti-Radar TELévision], lequel était emporté par le chasseur-bombardier Jaguar. Et il s’en est fallu de peu pour qu’elle perde aussi sa capacité à établir un ordre de bataille électronique adverse, les nacelles ASTAC [Analyseur de Signaux TACtiques] ayant failli être retirées du service en même temps que les Mirage F1CR… Finalement, celles-ci ont pu être maintenues grâce à l’initiative d’un député qui fit voter, en 2010, un amendement pour les adapter aux Mirage 2000D.

L’abandon de la capacité à supprimer les défenses aériennes adverses [SEAD – Suppression of Enemy Air Defenses] a notamment été justifié par le fait que les chasseurs-bombardiers de l’AAE et de l’Aéronautique navale évoluerait dans des environnements dits permissifs. Ce qui n’est plus le cas désormais, avec la généralisation des moyens d’interdiction et de déni d’accès [A2/AD] et le retour de la « haute intensité ».

Pour autant, dans une réponse à un député qui l’interrogeait sur l’opportunité de développer un Rafale F4 de guerre électronique doté de missiles anti-radar, le ministère des Armées a expliqué que cela n’apparaissait « pas nécessaire pour assurer le maintien de notre supériorité opérationnelle ».

Et, estimant que les systèmes adverses « sont de plus en plus interconnectés, pleinement intégrés, redondants et beaucoup plus robustes », le ministère a ensuite estimé que cette évolution nécessiterait une « nouvelle approche vis-à-vis de ce type de défense », reposant sur la capacité à « appliquer des effets diversifiés et synchronisés sur ses différents constituants [centres de commandement et de contrôle, moyens de communication, réseaux, radars, systèmes sol-air…] pour en dégrader le fonctionnement ».

Cela étant, la force aérienne ukrainienne a démontré l’intérêt de disposer de missiles anti-radar, en particulier des AGM-88 HARM, fournis par les États-Unis. Et elle a même réussi le tour de force à les adapter à ses MiG-29 « Fulcrum », alors qu’ils ont été conçu pour être mis en oeuvre par des chasseurs-bombardiers occidentaux.

Quoi qu’il en soit, l’AAE est désormais déterminée à récupérer une capacité SEAD qui lui fait maintenant défaut. Les auditions parlementaires du général Stéphane Mille, son chef d’état-major [CEMAAE] n’ont pas encore été publiées… Mais, à l’Assemblée nationale, lors des débats portant sur les crédits de la mission Défense pour 2023, le député [LR] Jean-Louis Thiériot en a partiellement révélé la teneur.

« Tous ceux d’entre nous qui sont membres de la commission de la défense ont entendu le général Stéphane Mille, qui évoquait les missiles antiradars et plaidait pour une accélération du projet – lequel constitue probablement une des briques du SCAF [Système de combat aérien du futur, SCAF] – en le lançant dès maintenant. Si le SCAF se fait, tant mieux, sinon, on récupérera cette brique pour les missiles antiradars dont nous avons besoin », a en effet lâché le député de Seine-et-Marne.

Par ailleurs, la nécessité de récupérer une capacité SEAD pour l’AAE a également été défendue dans l’avis budgétaire publié par le député [RN] Frank Giletti.

« Le conflit actuel en Ukraine démontre également l’importance de disposer d’équipements de suppression des systèmes de défense sol-air dites SEAD. Or, l’armée de l’Air et de l’Espace ne dispose plus d’une telle capacité depuis 1999 […]. Cette rupture de capacité pouvait certes se justifier dans un contexte où les missions des aéronefs étaient effectuées exclusivement dans un environnement […] dans lequel la supériorité aérienne de nos forces était incontestée », a d’abord rappelé M. Giletti. Cependant, a-t-il continué, « le retour de la haute intensité rend indispensable pour nos forces armées de reconstituer des capacités SEAD, garantes de notre capacité à entrer en premier dans un environnement contesté » et « cette situation exige d’accélérer le programme Armement Air Sol Futur [AASF] ».

Cela étant, des solutions peuvent rapidement être trouvées pour remédier à ce déficit capacitaire. Évidemment, il y a celle d’un « achat sur étagère » de l’AGM-88 HARM américain. Mais une option européenne existe, avec le SPEAR-EW [voir photo] mis au point par MBDA, en partenariat avec Leonardo, pour l’Eurofighter.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

122 contributions

  1. farragut dit :

    Je m’étonne que personne n’ait demandé aux Iraniens de nous « renvoyer » les F1-EQ irakiens réfugiés chez eux, vu que ces derniers avaient été câblés pour tirer les AS-37 MARTEL (cf. les articles du maganzine Le Fana de l’Aviation, consacrés aux F1-EQ irakiens).
    Sinon, on pourrait demander aux Ukrainiens, quand ils en auront fini avec l’Armée russe, de nous prêter les Mig 29 restants, (re-)cablés avec les AGM-88 HARM.
    Evidemment, s’il n’y a plus de danger lié à la Russie, il ne sera plus nécessaire pour l’AAE de se faire peur avec le « retour de la Haute Intensité », vu que ce n’est pas demain la veille que nous irons envoyer se promener des missiles anti-radar en Mer de Chine…
    Autant subventionner directement les efforts de l’Armée de l’Air Ukrainienne, pas l’AAE (sauf pour jouer les passe-plats), avec des HARM achetés en sous-main aux USA. 😉
    Ah, c’est déjà le cas ! Pardon, je suis en retard sur les futurs annonces du MinArm… 😉

    • AirTatto dit :

      Déjà pour la bonne raison que le AS-37 Martel est obsolète face aux nouvelles capacités des radars anti-aériens… capablement de ce déconnecter en cas d’attaque . C’est pour cela que l’AGM-88E existe.

      • farragut dit :

        @AirTatto
        Certes, mais quel choix pour la France et l’AAE: « rien » mieux que le vieil AS-37 et des F1’CT recablés ?
        En fait, l’objection sur l’inutilité de la destruction d’un seul radar dans le cadre d’une défense intégrée est tout à fait recevable, mais qu’est-ce qui pourrait bien neutraliser tout un réseau de radars interconnectés ?
        Un virus israélien injecté via le réseau informatique ? Les émissions haute puissance des ECM du radar du F-22 permettant de griller l’électronique des radars ? Des missiles rodeurs à IEM en avant d’un raid ?
        Mais où sont donc toutes ces armes, si elles ne sont pas disponibles en emport sous Rafale ou dans le RBE2 ? Pas chez l’AAE ?
        Si ces armes sont au sol, attention aux coupures d’électricité cet hiver, ou aux limites budgétaires du montant du bouclier tarifaire alloué ! 😉

      • Brico54 dit :

        pour info le Martel, fini avec le M3E était capable de toucher sa cible même après extinction de celle ci. et de plus il faisait du renseignement.

        • AirTatto dit :

          Merci Brico54, je pensais à tord il semble que la version M3E était jamais entré en service sauf en Angleterre sous l’appellation AJ-168.

          • La tortue dit :

            Vous aviez tort de penser à « tord », mais auriez eu raison de penser à tort.
            Tort, avec un t.

      • Guillotin dit :

        @farragut : vous vivez à Disneyland ? en finir avec l’Armée Russe ? vous avez vu des avions de combat ukrainiens, vous ? ( à part dans un jeu vidéo ? ) le réveil sera brutal ! ma foi, une bonne douche froide n’a jamais tué personne ..

    • Themistocles dit :

      Avec sa gamme de fréquence étroite et ses courtes pattes (20 km), un avion en mission SEAD n’aurait que peu de chance devant des systèmes courte/moyenne portée comme leSA-6, pourtant déjà anciens. Alors face à du SAM moderne…

  2. Fralipolipi dit :

    Spear-EW ou AGM-88 Harm, cela ne serait que du pansement en attendant la vraie solution pour le plus long terme.
    .
    Or il se trouve que cela fait déjà de nombreux mois que l’on sait que le standard F5 du Rafale sera précisément optimisé pour le SEAD-DEAD (en plus de la mise en oeuvre du remplaçant de l’ASMP-A, l’ASN4G).
    Côté capteurs/senseurs/radars/antennes/capacités de calcul, etc …. pour développer les capacités de guerre électronique du Rafale,
    le standard F4 apportera à nouveau son lot d’améliorations (avec un standard F4.1 qui sera livré à l’AAE vers mi-2023 … déjà).
    .
    Sur le standard F5 du Rafale, cela ira vraisemblablement encore un peu plus loin (les composants GaN entreront sans doute dans la danse).
    Et côté missile SEAD-DEAD, il est question de faire usage du futur remplaçant « supersonique » de l’Exocet, le FMAN (Cf fin de 2nd paragraphe)
    https://air-cosmos.com/article/lancement-des-travaux-des-futurs-missile-de-croisiere-et-missile-anti-navire-franco-anglais-28343

    • Cricetus dit :

      Alléluia ! Alléluia ! Dormez tranquille citoyens: Le Rafale F8 arrive. Il comblera tout les trous capacitaires et lavera plus blanc que blanc …

      • Fralipolipi dit :

        @Cricetus
        Marrant, ça …on est en train de re-motoriser les B52, et là ça ne vous choque pas…
        Les F15 et F16 ne cessent d’être modernisés par l’USAF, voire toujours achetés neufs, … et ça ne vous choque toujours pas.
        Seule certitude, la Dinde Fail35 ne volera pas bien longtemps, et ça cela devrait vous choquer … si vous étiez intellectuellement honnête…
        … petit aigri désœuvré 😉

        • Cricetus dit :

          Je ne vois pas le rapport avec le B-52….
          Par contre, je trouve étrange que les personnages qui nous expliquaient ici il y a quelque mois que la France n’avait pas besoin de SEAD grâce à là soi-disant « furtivité active » de son avion magique aurait maintenant besoin d’une énième version du même avion qui assurait enfin le job…
          Quand à la durabilité du Rafale : ne vous inquiétez pas: probablement qu’ils voleront encore dans 30 ans …. chez un prestataire privé comme plastron pour l’USAF tandis que la version V du F-35 sortira des chaînes…

          • Fralipolipi dit :

            @Cricetus
            Vous vous trompez sur toute la ligne, à cause d’un immense manque de nuance de votre part.
            La France n’a jamais dit ne pas avoir besoin de faire du SEAD … elle a dit ne pas avoir besoin d’un avion « 100% » dédié au SEAD (comme le Growler), tant le Rafale se débrouille déjà plutôt bien par lui-même.
            .
            Après. dans la course entre l’epee et le bouclier, il est effectivement préférable que les capacités SEAD du Rafale (comme celles de tout autre avion de combat se voulant d’avenir) soient améliorées en permanence, ceci passant tant par l’amelioration des systèmes et capteurs embarqués que des armements ou autres systèmes associés … comme nos satellites CÉRÈS par exemple.
            Bref, vous vous étiez un peu perdu … 😉
            .
            Quand à savoir si le Rafale volera encore dans 30 ans, oui, c’est une absolue certitude, et ce sera au sein des nombreuses AA qui ont eu la saine idée de l’acquérir.
            On se donne RDV dans 30 ans, et même un peu plus 🙂
            (pour info, … pour vous éviter de continuer à maronner pour quedalle : des Rafale neufs seront encore livrés aux AA au début des années 2030 … à minima … et ce ne sera certainement pas pour les faire voler moins de 20 ans … CQFD).

          • Cantatrice dit :

            « Quand à la durabilité »
            Quant à. Avec un t comme dans Cricetus, pas un d comme dans Findus.

          • Bomber X dit :

            Le problème avec vous @Cricetus, c’est que vous ne comprenez rien.
            Ou alors, que vous faites celui qui ne comprend rien, pour vous rassurer.
            Aujourd’hui, comme hier, la France n’a visiblement pas besoin de nouvelles capacités dans le SEAD pour le court terme. L’article ci-dessus ne dit pas autre chose, révélant que le ministère des Armées l’a expliqué et confirme sa supériorité sur les menaces actuelles.
            C’est dit ! Et puis, des études, des simulations, des exercices ont été réalisés, et nos responsables militaires savent de quoi ils parlent. Vous, c’est beaucoup moins sur.
            Cependant, les menaces évoluant, il devient important de développer de nouvelles capacités pour le moyen terme.
            Et sur la durabilité du Rafale. Quand la plateforme est saine et évolutive, à contrario d’un F35, elle peut rester longtemps en service, à l’image d’un F-15 ou encore mieux, d’un F-16 dont les premiers vols remontent aux années aux années 70 (près de 50 ans quand même !!!), et qui n’ont cessé d’évoluer pour être toujours des avions performants. F-16, au passage que l’on trouve également au service de sociétés privées comme Top Aces Forces ou Draken International.
            (Rapport aussi avec le B-52, que vous ne voyez pas : cellule saine, évolutions et modernisations sur plusieurs décennies).
            Ainsi les dernières versions du Rafale seront encore en service, servant de « masse » à notre armée de l’air, suppléant efficacement le SCAF-NGF jusqu’en 2060, ce qui est d’ailleurs prévu par nos militaires.
            Quant à une hypothétique version « V » du F-35, il faudrait déjà voir arriver une version « IV » dévérollée et dans les temps. Problème : elle est déjà en retard de près 4 ans !!! Et on s’aperçoit maintenant qu’il faudra aussi changer de moteur pour alimenter les nouveaux équipements ! Donc nouveaux surcouts ! Priez qu’entre temps les Républicains ne prennent par le pouvoir aux États-Unis, eux qui voulaient se débarrasser de ce coucou hors de prix et à la fiabilité plus que douteuse !
            Et dans 15 ans maximum, il y a fort à parier que les nouveaux chasseurs 6Gen développés par le Pentagone pousseront la Dinde à sa juste place : dans le four de stockage du désert de Mojave !
            Ainsi, à l’image du F-104, cet avion mal né ne restera finalement que très peu de temps en service dans l’USAF et ne subsistera qu’un mauvais souvenir pour les militaires américains.
            Enfin bon, je vous laisse à vos rêves humides d’adolescent boutonneux.

          • Cricetus dit :

            @Frapolipi
            « tant le Rafale se débrouille déjà plutôt bien par lui-même. »
            @Bomber X
            « Aujourd’hui, comme hier, la France n’a visiblement pas besoin de nouvelles capacités dans le SEAD »
            Ouf, merci, me voilà tous rassurés… Pour le défilé du 14 juillet…
            … et heureusement que nous faisons encore partie de l’OTAN avec des alliés qui peuvent boucher les trous dans notre raquette si sa tourne au vinaigre…

          • Fralipolipi dit :

            @Cricetus
            « et heureusement que nous faisons encore partie de l’OTAN avec des alliés qui peuvent boucher les trous dans notre raquette si sa tourne au vinaigre… »
            .
            … êtes-vous seulement Français pour écrire « nous » ?
            Il semble en tous les cas que, même si vous le faites bien maladroitement et souvent en radotant du trolling, vous vous fassiez surtout plaisir en distillant du French-bashing tous azimuts …
            .
            Et je tends à penser que vous ne postez pas ici que sous ce seul pseudo de Cricetus … vilain petit garnement !

      • alex dit :

        que le livre Blanc ?

    • Bomber X dit :

      @Fralipolipi
      Cette phrase a retenu toute mon attention « …sur l’opportunité de développer un Rafale F4 de guerre électronique doté de missiles anti-radar, le ministère des Armées a expliqué que cela n’apparaissait « pas nécessaire pour assurer le maintien de notre supériorité opérationnelle ».  »
      Si les militaires, et donc les utilisateurs, disent que cet avion de guerre électronique n’est « pas nécessaire » cela veut donc dire que le Rafale actuel, et à fortiori futur comme vous le dites, peut faire le « taf » et donc que Spectra connait des capacités offensives.
      🙂

      • Fralipolipi dit :

        @BomberX
        En effet, le Spectra fonctionne bien de manière active pour leurrer les radars adverses, et ses capacités n’ont jamais cessé d’être améliorées.
        Et lorsque j’évoque une optimisation des capacités SEAD-DEAD avec le standard F5,
        cela se fera aussi, et déjà, avec le standard F4 (F4.2 plus précisément), notamment avec l’arrivée d’un système dont le développement a commencé avec le PEA INCAS. Il s’agit d’un nouveau « brouilleur autonome numérique », qui décuplera les capacités de Spectra, en permettant de neutraliser un plus grand nombre d’echos radar, simultanément,
        parmi toutes les autres (et nombreuses) nouveautés de ces nouveaux standards F4.1, F4.2, puis F5.
        On n’a pas fini de parler du Rafale …et tant pis pour ses qques rares détracteurs résiduels, qui eux n’ont pas fini d’en bouffer leur barbe 😉

        • Ion 5 dit :

          « le Spectra fonctionne bien de manière active pour leurrer les radars adverse »
          C’est bien là son problème. Il émet, dont il est visible. Par tous les radars passifs de la planète et les autres, utilisant des fréquences ou il n’est pas censé travailler.

          Il peut sans doute brouiller/tromper les divers radars des S-300 en bande I/J. C’est beaucoup moins vrai pour les vieux radars Yatagan des S-125 travaillant en basse fréquence.

          Tout ça pour dire quoi: le « leurrage actif », c’est très bien, mais ça a quand même ses limites…

  3. Prof de physique dit :

    Oui.
    Il serait temps.

    • Franz35 dit :

      Il y a des décideurs qui auraient dut être pendu pour haute trahison depuis longtemps face à leurs décisions suicidaires

      • Elégance dit :

        C’est marrant comme ça change vite, les modes.
        A la fin de l’été, la tendance était plutôt à la fusillade, au poteau, aux fossés. Maintenant que nous voilà entrés dans l’automne, c’est la corde qui a les faveurs d’un certain public.

      • Jack dit :

        @Franz35 : Tout comme il y a des commentateurs qui ne saisissent pas l’inadéquation de leurs propos 😉

        « Décider c’est prévoir ». Pour autant, les prévisions ne sont pas basées sur des dons divinatoires mais sur des analyses de probabilités. Les décisions sont prises sur ces bases. Plus la prévision se projette dans le temps, plus le risque d’erreur est grand.

        A titre d’exemple, reprocher aux dirigeants des années 80 de ne pas avoir « prévu » ce qui se passerait en 2022, n’est pas très réaliste.

        • Franz35 dit :

          N’importe quel stratège sait que si des armes existent, il faut avoir une parade. Il y a prolifération d’un type d’armement ? Quelqu’en soit le détenteur, il faut être capable de s’en prémunir. Ca fait plus de 20ans que tout le monde sait que nous avons cette lacune capacitaire et qu’elle est critique. Nous sommes un des rares pays occidentaux à ne pas avoir investi dans les capacités SEAD depuis plus de 20ans. Donc il n’est pas question de don divinatoire, juste d’être lucide. Mais apparemment, l’ENA lobotomise bien nos décideurs

  4. Lagrange dit :

    C’est marrant mais on nous rabachait qu’avec le fameux modèle d’armée complet il ne manquait pas un bouton de guètre. Et là oh surprise mais oui! Des vides capacitaires en pagaille dans ce modèle pas du tout complet finalement.

    Comme pour chaque vide capacitaire il va falloir sortir beaucoup plus d’argents sur les années à venir que si on avait toujours la capacité. Et comme il y a beaucoup de vides capacitaires en plus d’un format de juste insuffisance notre bêtise va provoquer une nouvelle bosse budgétaire parfaitement artificielle et liée à nos erreurs de programmation elles même produit de nos erreurs budgétaires.

    En Lybie ce type de missile nous aurait été bien utile par exemple. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’aviation en face qu’il n’y a pas de DCA. La justification du non remplacement du Martel ne tient pas deux secondes. Et ça va nous coûter beaucoup plus cher que si on l’avait remplacé.

    La bosse budgétaire des années 2000 où Rafale, Tigre, NH90, FREMM, VBCI, Patrouilleurs, porte hélicoptère sont tous arrivés en même temps sur la table est purement volontaire. Une bonne programmation aurait consisté à ne pas décaller certains programmes sans les réduire, à en décaler d’autres de dix ans sans les réduires, et à en annuler d’autres (Tigre et NH90 en tête) pour lancer des programmes de remplacement nouveaux en 2000 aboutissant à une arrivée des matériels fin des années 2000 ce qui n’aurait rien changé en terme de calendrier d’arrivé dans les forces au final.

    Mais non on va refaire la même erreur vers 2040 si on suit le calendrier actuel.

    • Dodo dit :

      « C’est marrant mais on nous rabachait qu’avec le fameux modèle d’armée complet il ne manquait pas un bouton de guètre »
      Ah bon et qui donc?

      • Lagrange dit :

        Arnaud D. député européen par exemple. « La France doit continuer à disposer d’un modèle d’armée complet. Ce n’est pas au moment où l’on décrit un monde plus instable avec des menaces protéiformes qu’il faut nous autoriser des impasses et renoncer à des capacités »

    • Carin dit :

      D’un autre côté le « modèle d’armée complet » c’est pour 2030….
      De plus, nous revenons de loin… très loin.

      • Lagrange dit :

        Non 2030 c’est l’ambition 2030. Le modèle supposé complet on l’a déjà d’après un certain Emmanuel M.

        • Carin dit :

          @Lagrange
          Ce que dit Macron, c’est que notre actuel modèle est plus complet que celui du reste de l’Europe, Angleterre comprise…
          Mais il est communément admis que le modèle visé pour nos armées sera atteint en 2030..
          faites-en ce que vous voulez, mais c’est de cette année-là que tous les professionnels parlent.
          L’actuel président voudrait accélérer le processus qu’il a initié pour le finir avant son départ, mais il y a de grande chances pour qu’il quitte la présidence un peu avant que le modèle dessiné ne soit atteint.. les augmentations de budget passant à 3 milliards d’euros ne servent que ce seul but… mais comme pour notre dame, (il a donné une date butoir que tout le monde s’accordait à déclarer beaucoup trop optimiste), mais il semble que plus cette date approche, plus elle paraît réaliste! Il faut s’attendre à tout avec ce gars.

  5. Shangri-Là dit :

    On est en 2022 et toujours pas de drone MALE ou HALE européen… A se demander ce que fout Dassault, Airbus Military, Snecma, MBDA, etc. Par contre je ne doute pas que l’actionnariat se dore la pilule au soleil, quand la R&D et les réinvestissements sont au point mort. Mais alors AUCUN DOUTE là dessus! La migration des militaires vers l’industrie de l’armement, est un inceste qui ruine l’intégrité et donc la performance. C’est quand il y a une guerre qu’ils jouent au concerné, et encore… Moi aussi avec des « si » je peux vous programmer sur le papier tout ce que vous avez rêvé. La réalité est une autre histoire.
    Mais continuons notre analyse: « L’abandon de la capacité à supprimer les défenses aériennes adverses [SEAD – Suppression of Enemy Air Defenses] a notamment été justifié par le fait que les chasseurs-bombardiers de l’AAE et de l’Aéronautique navale évoluerait dans des environnements dits permissifs. » Oui vous avez bien lu. Des types (Qui?) théorisent des guerres où le champ de bataille serait permissif, donc sans avoir besoin de missile anti-RADAR comme le Martel, qui a failli être retiré comme le savent déjà ceux qui suivent l’évolution de notre armée.
    Je vais donc rajouter une couche: Début 2000 la France commande 1000 canons TR-F1, pour que 20 ans après elle s’en débarrasse. Absurde! Surtout quand aujourd’hui on voit l’importance de l’artillerie longue portée, des MLRS et des HIMAR. D’ailleurs en parlant d’HIMAR, c’est triste que la France n’ai aucun vecteur pouvant tirer au delà de 40 km. Mais ceci est encore un autre problème dont les généraux qui craignent, évitent d’aborder. Ils sont les premiers à être responsables de notre toute petite armée et de ses 60 obusiers… Pour finir par dire que niveau prospective, cause de politiciens bidons, d’une DGA douteuse et des généraux y attenant, c’est la chienlit! Et dire qu’ils ont essayé de louer le matériel aux armées, ça en dit long sur ce qui les motive vraiment!

    • Grosminet dit :

      @ Shangri-Là/

      Bon,rien qu’en lisant TRF1 à 1000 unités,on se dit qu’il y’a un loup…..

      Puis lorsqu’on lit « c’est triste que la France n’ai aucun vecteur pouvant tirer au delà de 40 km »,alors que le LRU ex LRM tire jusqu’à 70km,et Jusqu’à 80 pour le CAESAR en munitions à charge diférée……

      Bien tenté,mais pas crédible

      • Shangri-Là dit :

        Les LRU devaient être retiré, tant mieux si ils vont en Ukraine. D’après ce que j’ai compris le LRU ne tire qu’un missile à la fois et ne peut donc prétendre au titre de MLRS. Enfin je laisse les experts à ces détails. Mais ce que je ne comprends pas, c’est l’idéologie qui empêche de créer de nouveaux vecteurs. C’est facile de critiquer l’OTAN et les US, mais si l’Europe n’étoffe pas ses armées avec de nouveaux matériels, la souveraineté ne restera qu’un lointain souvenir.

        • Carin dit :

          @Shangri-la
          Tirer au coups par coups, ne veut pas dire tir unique… cherchez sur votre ordi, LRU, et vous verrez le nombre de missiles que ce matériel peut tirer avant rechargement… (a compter sur la photo de présentation).

    • JC dit :

      Beau commentaire mais les premiers responsables ne sont-ils pas les politiques et les électeurs qui les mettent au pouvoir ? Je présume que les chefs militaires portent leurs cahiers de doléances et au final c’est Bercy qui décide. Par ailleurs, inutile de rappeler le nom du ministère qui sert de variable d’ajustement budgétaire, n’est-ce pas ?

    • mich dit :

      Bonjour ,  » Début 2000 la France commande 1000 canons TR-F1  » , vous avez lu ça ou ?

      • Math dit :

        Il ne l’a pas lu.

      • Shangri-Là dit :

        J’ai pris mes désires pour la réalité avec un vin trop gouleyant pour être authentique. C’est effectivement 105 TR-F1 commandé en 2006 et pas 1000… lol. Pour moi 1000 c’est plus réaliste et moins miteux, veuillez m’en excuser.

        • mich dit :

          Bonsoir , vraiment pas la peine de vous excusez , de toutes manière la cible aurait du être plus élevé que la centaine ,il faut que je me replonge dans mes vieilles revues .

    • Chamborant. dit :

      Comme tissu de « nonnerie », vous vous posez là. Commander des TRF 1 en 2000, alors que les premiers sont mis en place en 1989-1990! Conception remontant aux années 1970.

  6. Catoneo dit :

    Dur, dur de transformer notre gendarmerie coloniale en armée continentale européenne, et surtout de l’équiper d’armes de mêlée qui ne soient pas que des démonstrateurs pour l’Eurosatory.
    Espérons qu’on va renouveler aussi notre contingent d’ingénieurs de l’armement pour qui sophistiqué c’est l’évangile.

  7. HMX dit :

    Le Spear-EW qui illustre l’article est en effet une option très intéressante. Il ne s’agit pas d’un missile « classique » avec une charge explosive destinée à détruire par impact direct les radars ennemis. Il s’agit davantage d’un brouilleur déporté, visant à brouiller ou à leurrer les radars ennemis en simulant un grand nombre de cibles, et à amener ainsi les radars de conduite de tir à se révéler. Ceux-ci peuvent ensuite être « traités » par des munitions air-sol classiques (JDAM, AASM…).

    Le point intéressant, c’est qu’un seul missile Spear-EW peut donc neutraliser simultanément plusieurs radars, là où un AGM-88 va viser une seule cible. Dans un contexte où on observerait une très forte densité de défenses sol-air (Ex : Ukraine), détruire un ou deux radars ne changera pas fondamentalement la menace. D’où l’intérêt du Spear-EW, et sa capacité à ouvrir une brèche, certes temporaire (elle dépend de l’autonomie en vol du missile…), dans le dispositif A2AD ennemi.

    Par ailleurs, on notera que le fait que le Spear-EW n’étant pas lui-même destiné à détruire les radars ennemis, il offre des possibilités intéressantes pour des actions « en dessous du seuil », lorsque on souhaite mener un raid sur une cible en particulier, sans pour autant offrir à l’adversaire ou aux états voisins un casus belli, en bombardant des dizaines de sites de défense sol-air sur le trajet du raid…

    Sur la question de la destruction des défenses aériennes ennemies, on focalise à juste titre sur le rôle clé de l’AAE dans l’exercice de cette mission. Pour autant, comme le démontre le conflit en Ukraine, l’aviation n’est pas toujours disponible, et chaque raid est très coûteux (en matériel et potentiellement en vies humaines). Parallèlement à cela, il serait donc également très utile et pertinent de doter l’AdT d’une telle capacité, même « rustique ». En particulier, il serait souhaitable de concevoir l’équivalent du drone Harpy israélien, une munition rôdeuse qui cible les radars ennemis et capable de tenir l’air plusieurs heures. C’est largement à notre portée, relativement peu coûteux, et totalement complémentaire avec l’usage de munition Spear-EW… Plus ambitieux, et dans l’éventualité où l’AdT serait (enfin) dotée de lance roquettes multiples à longue portée, équivalents aux HIMARS, il pourrait s’avérer intéressant de disposer d’une roquette à haute vélocité, capable de se verrouiller sur un radar adverse, y compris si celui-ci n’émet que brièvement et de façon intermittente en se déplaçant régulièrement.

    • VinceToto dit :

      En fait, l’AGM-88 même les versions récentes semble être restés dans une vision Vietnam de la technologie des ennemis potentiels.
      En fait, cela n’a pas du être un exploit de l’adapter à du vieux Mig-29 délabré.

      • mich dit :

        Mais oui , l ‘ AARGM-ER c ‘est le Vietnam , c ‘est cela oui ! à mon avis je pense pas qu ‘on cracherait dessus et n’ oubliez pas que le SEAD ce n ‘est pas juste un missile et ça les US savent bien le faire ,d ‘ailleurs ils semblent bien aider vos  » mig 29 délabrés  » .

    • VonBulot dit :

      Vu les résultats des munitions rôdeuses sur les batteries SAM en Ukraine, en effet je mettrai en priorité plutôt un peu de budget la dessus. Surtout quand on voit le prix des produits de chez MBDA… on aurait 50 missiles anti radar pour 500 millions d’Euro cout d’intégration sur Rafale compris.
      Ces petits bidules, difficiles à détecter, difficiles à suivre (si l’on n’a pas de mode Radar adapté aux slow moving target), pas trop chers semblent à mon humble avis une solution efficace, abordable, pouvant être fabriqué sous licence en France dans un délai raisonnable.

      • Math dit :

        Entièrement d’accord. En Arménie ou en Ukraine, les vecteurs lents et pas chers posent plus de problèmes que les vecteurs très sophistiqués. Les petits drones sont nombreux et pas chers. On peut s’en servir, sans une planification de malade.
        La guerre n’est plus de l’industrie du luxe mais de l’industrie du jouet.

    • Cricetus dit :

      les missiles AGM 88 font eux encore plus fort : il suffit que la rumeur court quant à leur présence sur un champ de bataille pour que les radars de l’ennemi s’éteignent…
      même pas besoin de les tirer! certains aviateurs de l’OTAN s’amusaient à utiliser l’indicatif des tirs de HARM pour provoquer l’extinction des radars serbes…

      • Bomber X dit :

        En même temps, si ces AGM 88 sont embarqués sur F-35, il n’y aura que la rumeur pour faire éteindre les radars adverses…………..
        Car entre deux pannes de la « bête », les radars adverses ne sont pas prêts de voir physiquement ses fameux missiles sur le champ de bataille ! Vous me direz que ça fera faire des économies.

        • Cricetus dit :

          Comme la disponibilité des F-35 est supérieur à celle des Rafales ça sera toujours mieux que nos avions…
          Par contre, il est nullement nécessaire d’utiliser un vecteur furtif pour les HARM: leur portée permet l’avion de rester à distance de sécurité. Le travail des F-35 plutôt que le SEAD c’est le DEAD: s’approcher puis trouver les TEL et les malins qui ont éteint leur radars et les finir à la bombe guidées…

          • Aramis dit :

            « Comme la disponibilité des F-35 est supérieur à celle des Rafales ça sera toujours mieux que nos avions… » C’est marrants y’a jamais de source qui disent ça.

        • Prépositions dit :

          « pas prêts de voir »
          Pas près de voir.
          Eventuellement pas prêts à voir (mais pas dans ce cas).
          Mais ni « prêts de voir » ni « près à voir ».

  8. PATRICK ALLARD dit :

    Il y a aussi le missile Rudram développé par les Indiens et que ceux-ci seraient ravis d’intégrer au Rafale

    • Frédéric dit :

      Je ne connaissait pas. Le wiki dit qu’il peut être adapté par les Mirage 2000. Mais il ne semble toujours pas être en service.

  9. rga dit :

    « pas nécessaire…. » Vraiment? ce n’est même plus échantillonaire, nos armenents, ce sont les années 60. Nous serions généraux Russe, nous dirions » ils sont à poil, stock à zero, et peu de combattants. On fonce, et on casse massivement. ».

    • Grosminet dit :

      @ rga:

       » Nous serions généraux Russe, nous dirions » ils sont à poil, stock à zero, et peu de combattants. On fonce, et on casse massivement. »

      Vous seriez général Russe,en agissant ainsi,vous prendriez vite fait un avertissement « radiologique » sous forme d’ASMP

      • Cricetus dit :

        L’ASMP c’est devenu ici un peu comme la ligne Maginot…

        • Czar dit :

          la Ligne Maginot a parfaitement rempli la fonction pour laquelle elle a été bâtie.

        • Fralipolipi dit :

          @Cricetus
          La ligne Maginot a plutôt bien fonctionné partout où l’adversaire allemand a tenté d’y faire face … mais hélas elle ne couvrait pas les Ardennes …
          Quand à l’Asmp A, avec ses Mach 3,5 … il n’est que la 1ère rangée de fil de fer barbelé de notre nouvelle ligne Maginot … comme vous dites de manière faussement espiègle … le gros de cette ligne (désormais imaginaire), c’est le M51 … qui couvre bien les Ardennes désormais, et même les 10.000 kms au delà …
          Voilà voilà mon Cricetus … attention à ne pas trop te piquer plus 😀

          • Cricetus dit :

            En cas de conflit de forte intensité, il y a beaucoup de situations où la dissuasion ne sera pas crédible…
            S’arcbouter dessus comme unique solution à toutes nos carences dans le domaine conventionnel est une dangereuse illusion.
            Rappelons qu’en 1940 entre la lutte à outrance contre l’Allemagne et la soumission, les élites et le peuple de France ont préféré la soumission.
            Avec la dissuasion on aura le choix entre le suicide nucléaire et la soumission… alors avec les élites et le peuple actuel j’ai quelques doutes…

          • Fralipolipi dit :

            @Cricetus
            Vous continuez de naviguer en eaux troubles et sans aucune boussole, en comparant des incomparables.
            .
            Mais déjà, sans que je perde plus de temps avec vous (sinon en vous indiquant qu’il serait bon que vous chopiez un minimum de sens de la nuance … comme reconnaitres qu’entre asmp et M51 … c’est pas tout à fait la même), je dirais simplement : c’est VOUS qui avez fait un rapprochement entre ASMP et ligne Maginot !
            Pas moi.
            Faut assumer mon mignon.

          • Cricetus dit :

            OK : j’explique pour les mots du bulbe : il y a des similitudes entre la ligne Maginot et la dissuasion nucléaire.
            l’une comme l’autre servent à justifier l’absence d’investissement dans les armées. l’une comme l’autre présente des angles morts qui permettent à nos adversaires de facilement les contourner…

      • rga dit :

        Hello sylvestre,

        c’est bien là le souci: A un adversaire qui ne soucie pas des pertes, une fois nos rafales et notre feraille expédié, il ne reste que le gros supositoire – à condition qu’un coucou puisse le delivrer – et après? raser toulon, c’est détruire la ville. et on echange des frappes anti cités? formateur caesar, je connais bien la bestiole, et ses fragilités. et son échantillonage Au stses, le soutien absolu aux « Con-battants de la liberté » en ukraine attent ses limites: ce pays etait il y a ans le pays le plus corrompu d’europe, et egaleemnt la triste « thailande de l’europe  » tant qu’il y aura des guerres, il y aura des putes et des soldats, et des points de campagnes demi campagnes, bon pour la retraite du troufion

        • rga dit :

          fichu correcteur en ligne & avec toutes mes excuses. Mais scrutez les elections US, c’est instructif

    • Carin dit :

      C’est précisément ce que les
      « Généraux » russes ont dit pour l’Ukraine…. Et puis il y a la réalité qui s’étale depuis plus de 9 mois maintenant!

  10. Lionel Mathieu dit :

    La défense d’une nation est trop importante pour être confiée à des civils, des énarques…
    Aujourd’hui, à cause de décisions budgétaires naïves, on s’aperçoit que nous sommes gravement en danger en cas de conflit de haute intensité.
    ON NE DOIT PAS TOUCHER LE BUDGET DES ARMÉES A LA BAISSE…

    • Fopakrié dit :

      ET QUI PARLE DE LE FAIRE ?

    • mich dit :

      Vous avez oublié militaire ! Le probleme de votre raisonnement c ‘est que même avec un gros budget on n ‘est pas sur d’ être plus efficace et on a pleins d’ exemples concrets . C ‘est bête à dire mais pour être efficace il faut se sentir concerné , et notre pays avec sa dissuasion nucléaire et sa géographie ne sait plus vraiment senti concerné par un conflit conventionnel une fois le pacte de Varsovie éteint et il y avait déjà beaucoup de trou dans la raquette . Un pays comme Israël passe pour un leader en armement aujourd’hui mais c ‘est bien par la force des choses qu ‘ils ont du s’adapter pas pour le plaisir de vendre .

  11. Jul dit :

    Et dire que j’étais le premier à le dire y à 5 ans de ça et que tout le monde me baratiné avec le spectra que je considéré comme inutile voir très peut utile fasse à des défense anti aérienne multicouche et la voilà, enfin, 5 ans de patience pour que le CMAAE me donne raison, surement qu’ils ont vue mes message au part avant ??? en tout cas géniale !

    • Robert Larousse dit :

      Jul, on a beau être habitué à force, là, ça pique. Sur l’orthographe, le CEMAAE, même avec beaucoup d’indulgence, ne pourra pas vous donner raison.
      Dans l’espoir que cela puisse vous servir, voici la version conforme :
      Et dire que j’étais le premier à le dire il y a 5 ans de ça et que tout le monde me baratinait avec le Spectra que je considérais comme inutile voire très peu utile face à des défenses antiaériennes multicouches et là, voilà, enfin, 5 ans de patience pour que le CMAAE me donne raison, sûrement qu’ils ont vu mes message auparavant ??? En tout cas génial !

      • Vevert250 dit :

        Oups Robert! « mes messages auparavant »
        Je ne vais pas jouer le chevalier blanc car je ne suis pas un cador en orthographe grammaire mais avec @Jul, c’est vrai que ça pique depuis toujours.

        • Robert Larousse dit :

          En effet, il y en avait tant que l’une d’elles m’avait échappé.
          Heureusement que vous étiez là pour me seconder.

    • Vevert250 dit :

      Toujours pas acheté le Bescherelle et le Bled Jul!

  12. bullnar dit :

    le ministère des Armées a expliqué que cela n’apparaissait « pas nécessaire pour assurer le maintien de notre supériorité opérationnelle » : specificite francaise historique: les etoiles rendent con.. et c est proportionnel !

  13. R2D2 dit :

    Besoin d’une guerre pour commencer à se sortir les doigts du cul. On sort de plusieurs décennies à taper du pick up, il y a des mécanismes & habitudes qui vont avoir du mal à changer.

  14. bob HVE dit :

    A voir avec des vrais experts de l’air-sol mais un copier-collé de l’HARM me semble plus vraiment pertinent. Les opérateurs de systèmes sol-air savent allumer leurs radars de manière aléatoire et avec le développement de la mise en réseau, on peut imaginer un réseau de radar complètement déporté des systèmes de lanceurs de missiles sol-air.

    On a à priori, avec le SPECTRA sur le Rafale ou les systèmes ESM montés sur les AWACS, on a déjà une capacité à « sniffer » des radars.

    Le développement d’un kit anti-radar sur SBU Hammer avec le kit longue portée ou sur missile SCALP permettrait de tirer au delà de la portée de pas mal de systèmes sol-air avec pourquoi pas, un système de LAM (liaison -avion – missile) pour remettre à jour l’emplacement des détections radar.

    Même avec une munition sans tête de détection radar, une bonne liaison de donnée avec une munition guidée GPS et une tête en imagerie infrarouge donnerait de bons résultats.

    Un des points du conflit qui pousse à la réflexion c’est l’utilisation en masse de systèmes courtes portées infrarouges portatifs (MANPADS) indétectables depuis les airs qui a sauvé les ukrainiens de pas mal d’assauts aéroporté en avion ou en hélicoptères…

    Avons-nous en France, beaucoup de systèmes de ce type pour protéger les sites ou les convois blindés en mission et avons-nous également développé suffisamment de système de leurrage IR et de détections d’arrivés missile sur nos aéronefs de combats, hélicoptères et avions de transport tactiques compris, face à ces menaces diffuses au guidage de plus en plus intelligents… ?

    Au moins la question est mise sur la table par nos parlementaires et c’est déjà un début…

    • HMX dit :

      « Même avec une munition sans tête de détection radar, une bonne liaison de donnée avec une munition guidée GPS et une tête en imagerie infrarouge donnerait de bons résultats. »
      L’idée est certes louable, et du reste c’est à l’heure actuelle la doctrine de l’AAE : détection et localisation d’un radar par SPECTRA, et tir à distance de sécurité d’un AASM. ça fonctionne, mais le problème est qu’il s’agit là d’un pis-aller. Face à un adversaire qui n’émet pas, ou qui émet brièvement le temps d’illuminer une cible, de tirer, puis qui se déplace, cette stratégie risque fort de ne pas fonctionner. Par ailleurs, même si on parvient à éliminer ainsi plusieurs radars adverse, comment savoir si tous ont été mis hors service ? il suffit qu’un seul soit resté opérationnel (parce qu’il n’émettait pas au moment du tir..) pour que le raid d’avions de combat se retrouve illuminé et sous le feu d’une volée de missiles sol-air. Il ne faut pas sous estimer les opérateurs des défenses sol-air, qui connaissent pour la plupart parfaitement les stratégies évoquées ici, et qui savent faire preuve d’inventivité…

      la question de la munition (missile dédié anti-radar, bombe guidée « classique » guidée par liaison de donnée avec l’avion…) est donc presque secondaire. La question principale, si on cherche à pénétrer une bulle A2/AD adverse, c’est de pouvoir mettre en oeuvre :
      – Des brouilleurs de puissance, seuls à même d’assurer une relative « sécurité » aux avions qui s’exposeront au cœur du dispositif A2/AD adverse. Ces brouilleurs peuvent classiquement être directement embarqués sur les appareils, dans des nacelles. Mais compte tenu de la menace croissante et de la dangerosité de la mission, il est désormais plus logique d’employer des drones ou des effecteurs déportés : c’est exactement le concept du Spear-EW évoqué ci-dessus. Pour ma part, j’estime qu’un drone dédié capable d’accompagner les avions de combat (ou plu exactement de les précéder) serait encore plus pertinent que ce missile Spear-EW, parce qu’il offrirait une protection tout au long du raid, là où la durée de vol du missile est forcément limitée. Une combinaison drone-EW emportant des Spear-EW serait sans doute le nec plus ultra…
      – Une autre technique pour percer une bulle A2/AD consisterait à saturer les défenses sol-air adverses avec des dizaines de drones low cost et « jetables » (largués depuis un gros porteur type A400M, par exemple) qui exécuteraient un plan de vol selon un scénario pré-établi en simulant par exemple une attaque en formation suivie d’une dispersion, pour obliger l’adversaire non seulement à révéler la localisation des radars et des conduites de tir, mais aussi à vider ses stocks de missiles. Les drones pourraient eux-mêmes larguer d’autres drones plus petits, des chaffs, ou de simple réflecteurs radars qu’ils remorqueraient, créant encore davantage de cibles et de confusion sur les écrans radar ennemis. Une telle stratégie de leurrage par saturation serait évidemment très pertinente pour précéder une vraie attaque…

  15. EC dit :

    Un deuxième porte-avions nucléaire, des frégates, des rafales, des SEAD, le remplacement des leclercs, des hélicoptères lourds, des lances roquettes multiples. La liste de courses est invraisemblable; il va falloir choisir.

    • Thierry le plus ancien dit :

      choisir en fromage et dessert quand on est supposé avoir les deux au menu ? c’est plutôt à ceux qui nous privent de dessert qu’il faudra demander de choisir un autre métier.

    • PK dit :

      Quand on aime, on ne compte pas.

    • HMX dit :

      Rien d’invraisemblable, on ne parle d’acheter tout cela d’un seul coup et de tout payer sur une année… on parle d’une planification sur 10 à 15 ans, dans un contexte où le budget de la défense va augmenter assez fortement, compte tenu de la situation internationale.

    • beber dit :

      D’autant que notre niveau d’endettement plus nos couteuses politiques sociale et immigrationniste rendent tout simplement impossible ces investissements en ne laissant aucune possibilité de changement dans la situation économique de la France.

    • Sinope dit :

      Il faut donner la priorité à l’une des trois armées. On choisis en fonction de la stratégie. Si stratégie Indo pacifique la Marine est prioritaire. Si Afrique l’AAE. Si europe l’AdT.

  16. mich dit :

    Et bien , il va y avoir du pain sur la planche pour sortir l’ outil de défense post 2030 , de préférence en faisant attention aux vieilles lunes ou aux leçons récentes peut être un peu trop évidentes , car de quel outil de défense parle t ‘ on ? pour défendre quoi , contre qui et avec qui ?

  17. mich dit :

    Finalement , je commence à penser que le mur de Berlin est tombé 15 ans trop tôt , on aurait eu moins de trous dans la raquette quand même et peut être pas les 35 heures !!! (second degré bien sur )

  18. Matth dit :

    Époustouflant.
    Il nous a fallu une guerre en Europe pour nous rendre compte que nous n’avions pas d’armée.
    Pas d’artillerie, pas de missiles anti-radar,… pas de tactique nucléaire.

    Et certains demandaient à quitter l’OTAN (extrême droite et gauche).
    Mais le peuple est aussi une bande de traîtres.
    Merci l’ukraine.

  19. Thierry le plus ancien dit :

    Une fois de plus on constate l’insuffisance du Rafale même modernisé qui ne remplace pas tout le panel des avions précédant, sa réputation de chasseur multi-rôle est quand même largement surfaite. Il faudra admettre un jour qu’il ne peut pas tout faire et qu’avoir un seul avion en dotation est une faiblesse, pas une force.

    • Fralipolipi dit :

      Merci Titi pour ce nouveau post tarte à le crème !
      On avait failli croire que vous aviez trouvé la voie de la raison, mais bon il semble bien que vous soyez toujours perdu … bonne quête pour votre route l’ami 😉

  20. lgbtqi+ dit :

    « Depuis la fin des années 1990, l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] ne dispose de missiles anti-radar, »

    Bigre !

    Ah oui, quand même…

    Waouh…

    Vous m’en direz tant…

  21. Jean-Yves dit :

    Inutile, nous savons tous que le Rafale F9 aura une super cape d’invisibilité, la France achètera 4 nouveaux châssis de F9 et mettra à niveau 2% de la flotte actuelle au standard F9. Ensuite, nous nous pavanerons dans le monde entier en vantant les mérites des spécifications des brochures marketing de Dassault et Thales et nous essaierons de vendre des échantillons d’un équipement qui n’a jamais vu de combat réel et dont le délai de livraison effectif est de 10 ans, tout en prétendant que nous avons une armée capable de faire bien plus que d’engager un seigneur de guerre africain.

    Tous les franchouillards vivent dans un monde de rêve de « grandeur ». Ce pays a une armée équipée de moins d’un apéritif d’artillerie mais maintient une AP symbolique parce que l’ego a besoin d’être nourri. La prochaine défaite ne sera pas « étrange », elle sera évidente pour qui veut bien ouvrir les yeux.

  22. vrai_chasseur dit :

    Le SPEAR-EW agit différemment du HARM. Il préfigure plus la guerre anti-défense aérienne de demain.
    C’est un missile de croisière qui ne détruit rien, il agit électroniquement en brouillant et leurrant un réseau de radars adverses. Il peut par exemple rendre un radar complètement aveugle, ou bien multiplier les échos -jusqu’à 100 occurrences-, rendant ainsi la tâche adverse très compliquée : lancé depuis 1 seul chasseur, il peut leurrer tout un réseau de radars adverses et leur faire « voir » une attaque de 100 aéronefs, dont 99 sont en réalité des échos factices construits électroniquement.
    Une fois que le réseau de radars adverses s’est dévoilé pour tenter de traiter cette « attaque massive », sa destruction peut être menée en coordination étroite avec d’autres moyens : tirs air-sol, artillerie de précision, action terrestre directe, munitions rôdeuses.

    Et les munitions rôdeuses tiennent la corde : une ligne passée quasi-inaperçue dans le dernier paquet d’aide américaine à l’Ukraine ( http://www.defense.gov/News/Releases/Release/Article/3210297/400-million-in-additional-security-assistance-for-ukraine/ ),
    c’est 1100 munitions rôdeuses Phoenix Ghost -dont les performances sont classifiées-.
    On sait juste que le Phoenix Ghost peut rôder quasiment 6 heures en vol avant de frapper. On sait aussi qu’il est le gros casse-tête des unités russes sur le terrain: elles ne savent pas comment le contrer.

    • Patatra dit :

      Quid du SPEAR une fois lancé ? C’est risqué de le laisser si non détruit.

      • HMX dit :

        Oui, c’est en effet une question « gênante ». On suppose qu’il serait doté d’un mécanisme d’autodestruction.

        Le problème du Spear-EW, c’est son temps de vol forcément limité, qui limite son temps d’efficacité sur zone à une courte « fenêtre ». Sachant par ailleurs que son coût doit être assez élevé…

        A contrario, un drone équipé d’un brouilleur (potentiellement le même que celui su Spear-EW !) ferait le même travail, mais avec un temps d’efficacité sur zone beaucoup plus élevé, avec en bonus la possibilité de le récupérer et de le réutiliser (s’il n’a pas été abattu avant…).

    • fabrice dit :

      Non pas six heures. Les Ukrainiens veulent du matériel israélien.
      https://warontherocks.com/2022/04/loitering-munitions-in-ukraine-and-beyond/

  23. ONERESQUE dit :

    Pas sûr que les SPEAR suffisent…Ils sont subsoniques et pas si furtifs, avec une allonge limitée…….
    > Les US ont élaboré des scénarii d’usage de leur nouveau AARGM-88 G qui va remplacer le HARM grâce à ses capacités ultra-furtives, mêlées avec corps de missile lifting body et propulsion bi-stage avancée au bore. Il s’agit de lancer beaucoup plus loin que les sphères d’interception des S-400, vers 200 à 250 km sur des coordonnées identifiées par d’autres moyens ESSM que l’avion porteur (Wild Weasel, satellites, Rivet Joint, etc….). L’USAF a TOUJOURS considéré que la SEAD – EW était une composante essentielle CRUCIALE de la guerre aérienne, dès le Vietnam sur les SA-2 Guideline, et l’intégralité de ce que l’on voit en Ukraine depuis les 5 derniers mois ne fait que CONFIRMER de manière éclatante l’effet dévastateur de l’AA tous échelons sur l’opérabilité des vecteurs aériens, plus de 75 avions Su-25- Su-23, Su-30 et Su-35 abattus ( certainement plus ) et les VVS en grande partie inefficientes…….En France, il faudra aussi équiper les vecteurs pilotés de MINI-MISSILES anti-missiles comme l’a très PERTINEMMENT proposé MBDA récemment, les leurres éjectés vont devenir trop primitifs car ils NE SUFFIRONT PLUS à tromper les autodirecteurs bi-mode 2 bandes IR, LASER ou IR-UV…..

    • john dit :

      Alors pour corriger quelques éléments.
      Les missiles AGM-88E AARGM-ER ont été développés dans le cadre d’un contrat avec l’US Navy !
      Pout l’USAF par contre, il développent un autre missile, dont les technologies seront tirées de l’AGM-88E. Mais celui-ci sera adapté aux soutes du F-35. Il s’agit du programme SiAW.
      Et pour son historique, n’oubliez pas qu’actuellement, dans les forces américaines, ce n’est pas l’USAF qui se charge de la guerre électronique dans un environnement contesté mais la Navy avec ses F-18 Growler.
      L’USAF utilise des C130 pour cette mission, et ils seront remplacés par l’EC-37B qui sont basés sur le Gulfstream G550. Et l’USAF ne planifie que 10 appareils.
      L’USAF n’a pas d’avion conçu pour cette mission spécifiquement comme c’est la cas pour la Navy.
      Le F-35 a la capacité de brouiller les radars qui concernent leur propre appareil, comme pour le Rafale, mais ne brouillent pas tout un espace aérien. Cela suffit pour certaines missions, mais souvent lors de grosses opérations, la présence des F-18 Growler de la Navy a été nécessaire.

      Et en Europe, pour le moment, l’Allemagne a des appareils prévus pour cette mission, et conçoit en ce moment leur successeur, l’Eurofighter ECR. Sinon le Gripen E/F a potentiellement aussi des capacités comparables selon la configuration.

      Pour contrer les missiles anti aériens, le plan du futur c’est les lasers d’autodéfense à priori.

      • Fralipolipi dit :

        @John
        « Pour contrer les missiles anti aériens, le plan du futur c’est les lasers d’autodéfense à priori. »
        … avant cette étape du Laser, il y aura d’autres martingales.
        Pour le Rafale, dès le standard F4.2, ce sera le boulot du LEA … Leurre Électronique Actif, sur lequel on mise pas mal.

      • Cricetus dit :

        « « Le F-35 a la capacité de brouiller les radars qui concernent leur propre appareil, comme pour le Rafale, mais ne brouillent pas tout un espace aérien.  » »
        Notons que là on s’éloigne de la SEAD, on parle plutôt de guerre électronique. C’est deux choses différentes.
        Quelques notions à saisir concernant le brouillage :
        Quelque soit le principe du brouillage il faut émettre un signal qui permette de cacher ou de noyer l’écho en retour de la cible du radar.
        Donc l’efficacité d’un brouilleur augmente avec :
        -la puissance d’émission du brouilleur (plus le brouilleur est puissant plus son signal est intense)
        -la distance entre le radar ennemie et la cible qu’on essaye de protéger (plus la cible du radar est proche plus le retour est intense et plus il est difficile à masquer).
        L’efficacité d’un brouilleur diminue avec :
        -la puissance d’émission du radar ennemie (plus le radar est puissant plus te retour est intense plus il est difficile à masquer).
        -la surface équivalente radar de l’avion ami qu’on essaye de protéger (plus la SER est petite plus le retour est faible).
        -la distance entre le brouilleur et le radar ennemie (plus le brouilleur est loin du radar plus le signal du brouilleur est faible).
        Donc on comprend que le Growler qui a des contres mesures de grandes puissances d’émissions peut brouiller un grand nombre de radars à distance.
        Quid de l’influence de la distance si le brouilleur est embarqué sur l’appareil cibles (le cas par exemple du F-35 ou du Rafale) ?
        Quand la distance diminue l’intensité du retour croie plus vite que l’intensité du signal du brouilleur… En deçà d’une certaine distance les brouilleurs deviennent inefficace…. Mais plus tard pour le F-35 que pour le Rafale….
        Pour finir : la furtivité permet au F-35 de s’approcher près du radar ennemie : a priori l’USAF compte l’utiliser dans un rôle offensif pour brouiller le dit radar et ainsi protéger d’autre appareils donc pas seulement dans un rôle d’autoprotection…

  24. UnKnown dit :

    Pourquoi ne pas demander aux Indiens de participer à leur programme de missile anti-radar Rudram ? On gagnerait « peut-être » du temps et de l’argent, et au passage une intégration de ce système sur le Rafale bénéficierait aux deux nations (voir le rendrait encore plus intéressant sur le marché).
    Quitte à devoir en acheter sur étagère…

  25. john dit :

    Quoi !? Le Rafale n’avait pas ces capacités? Nous aurait-on menti?
    « Rafale, meilleur avion au monde, le plus multi-rôle au monde »… Bizarre qu’il fasse moins bien qu’un Mig-29 en la matière.

    C’est ce que bcp ont dit concernant le F-35 quand les USA ont annoncé développer un nouveau missile pour cette mission…
    http://www.opex360.com/2022/06/09/lus-air-force-lance-le-developpement-dun-nouveau-missile-pour-le-f-35-afin-de-contrer-les-capacites-de-deni-dacces/

  26. Patatra dit :

    Un rafale SEAD, étant donné qu’il faut aménager la cellule pour la protéger des émissions et produire l’énergie suffisante pour envoyer la musique c’est pas vraiment à l’ordre du jour je pense.
    Parcontre un achat sur étagère de SPEARS, c’est pas déconnant. C’est récent en plus.

    • Fralipolipi dit :

      @Patatra
      Le Rafale a bien déjà des capacités SEAD très concrètes.
      Elles vont juste être augmentées et améliorées.

      • Cricetus dit :

        @Fralipolipi
        « Le Rafale a bien déjà des capacités SEAD très concrètes. »
        …Mais ridicules…
        Donc on a d’un côté: Le HARM, un vieux missile des années 80, mainte fois modernisé….
        Portée du HARM 150 Km
        Vitesse du HARM : Mach 2
        Capacité d’engager une cible d’opportunité : oui
        Pour le Rafale: avec quelles armes?
        Le Scalp? Subsonique donc des temps rédhibitoires pour protéger des appareils amis déjà engagé (le job des SEAD) et l’incapacité d’engager des cibles d’opportunités….
        L’AASM? Subsonique et une portée de 70 Km, insuffisant pour ce type de mission (le HARM couvre une zone 4 fois plus grande en exposant moins le lanceur).

        • Fralipolipi dit :

          @Cricetus
          « …Mais ridicules… »
          … comme vous alors !!!
          qui mélangez à nouveau les sujets.
          .
          Certes, pour le DEAD, pas de HARM sous les ailes du Rafale … peut-être un jour (dans 10 ans) un missile FMAN supersonique (Mach 3+) pourra faire encore mieux ce job.
          En attendant, le Scalp (plutôt très discret puisque les Russes ne l’ont jamais vu dans le ciel de Syrie) fait très bien le job … notamment en Syrie.
          (et l’AASM pour les défenses courte portée).
          .
          Et pour le SEAD (… pas le DEAD) … Spectra et le radar du Rafale fonctionnent très bien, merci, déja en autonome,
          mais aussi avec l’aide des infos fournies par le réseau Satellite CERES (pas d’équivalent ailleurs en Europe).
          .
          Et je ne vais pas me recogner à donner à nouveau, rien que pour vous, toutes les infos que j’ai donné par ailleurs dans ce fil, sur les nouveautés à venir …
          .
          Par ailleurs :
          > « protéger des appareils amis déjà engagé » …
          les Rafale sont tous au même niveau côté SEAD/brouillage, et se protègent par eux-mêmes … mais certes, c’est pas sympa pour le M2000, le F16 ou le Typhoon d’à côté qu’ils ne peuvent pas protéger … mais rassurez vous, si ca chauffe en Sol-Air, ces 3 derniers ne seront pas dans le secteur.
          .
          > « incapacité d’engager des cibles d’opportunités…. »
          C’est là que vous avez le moins tord … le Rafale aura moins de facilités en DEAD contre celles-là.
          … mais notez que si c’est du Courte portée, l’AASM suffira.
          Et si c’est du longue portée, genre S400 (bien gros bien lourd) … alors c’est tout de même le 1er truc qu’on recherche en amont (déjà via l’espace) … et il est assez improbable qu’un système S400 sorte d’une grotte par surprise et soit opérationnel dans la foulée en 60 secondes 😉

          • La tortue dit :

            « C’est là que vous avez le moins tord »
            il a peut-être moins tort, mais personne n’a raison d’écrire tort avec un d plutôt qu’un t.

  27. Jean-Yves dit :

    Arrêtez de prétendre que la France a des intérêts sérieux dans le Pacifique qui sont menacés ou que la France envisagerait sérieusement de les défendre contre la Chine. Parce que nous n’essaierions même pas de défendre la Nouvelle-Calédonie si la Chine attaquait, pour la simple raison que nous ne pouvons pas, et que nous perdrions si nous le faisions, nous ne ferions que condamner bruyamment. Plus tôt la France acceptera sa propre puissance et ses capacités par rapport aux grandes puissances, plus tôt nous pourrons avoir une structure militaire plus pragmatique que nous pouvons nous permettre, nous ne pouvons pas nous permettre une armée complète, nous ne pouvons même pas nous permettre celle incomplète et de taille réduite que nous avons maintenant. Nous ne pouvons nous permettre ces choses qu’après une réforme massive des dépenses sociales et de la discipline budgétaire.

  28. Nexterience dit :

    Le Spear-EW, c’est une ingénierie MBDA-UK + leonardo.
    Reste à savoir si on achète anglo-italien ou si développer une solution MBDA France est intéressant.

  29. Franz35 dit :

    N’importe quel stratège sait que si des armes existent, il faut avoir une parade. Il y a prolifération d’un type d’armement ? Quelqu’en soit le détenteur, il faut être capable de s’en prémunir. Ca fait plus de 20ans que tout le monde sait que nous avons cette lacune capacitaire et qu’elle est critique. Nous sommes un des rares pays occidentaux à ne pas avoir investi dans les capacités SEAD depuis plus de 20ans. Donc il n’est pas question de don divinatoire, juste d’être lucide. Mais apparemment, l’ENA lobotomise bien nos décideurs

  30. Fralipolipi dit :

    Vu ce que l’on lit, je pense qu’il est judicieux de replacer ici cet article explicatif de synthèse :
    https://air-cosmos.com/article/de-la-discretion-du-rafale-a-la-furtivite-du-f-22-analyse-des-concepts-de-furtivite-face-aux-radars-62087
    Ce n’est qu’un des volets à considérer pour les missions SEAD, mais pas le moindre.
    .
    J’en profite au passage pour signaler une autre nouveauté à venir sur Rafale (F4.1 … l’année prochaine donc) : la triangulation 3D, via Spectra => plusieurs Rafale communiquent en réseau pour déterminer, de manière totalement passive et discrète, la localisation exacte d’une émission radar, pour permettre ensuite d’en définir une cible.
    Là, c’est assez inédit, et ça va servir autant à la lutte Ai-Air que Air-Sol type SEAD-DEAD.

    • Cricetus dit :

      @Frapipoli
      « une autre nouveauté à venir (…) la triangulation »
      La triangulation ce n’est pas révolutionnaire: C’était utilisé pour repérer en temps réel les menaces (radars et contremesures) depuis la préhistoire ( la guerre du Vietnam)… C’est comme cela, par exemple , que les HARM ont une info sur les coordonnée GPS du radar visé si il venait à s’éteindre….
      Quant à la 3D et la communication discrète c’est déjà depuis longtemps sûr F-35….
      Mais c’est bien….

      • Fralipolipi dit :

        @Cricetus
        Et oui c’est bien. En effet. Tout à fait l’ami.
        Le Rafale rattrape peu à peu son retard sur le F35 pour tout ce qui est capteurs et systèmes électroniques embarqués … avec un budget investi tellement moindre.
        Et comme il vole infiniment mieux que la Dinde, notamment en radada proche Mach 1 pour toujours chercher la couverture du relief (à ne jamais essayer avec la Dinde) … il ne lui manque vraiment plus qu’un missile du type Harm pour pouvoir faire du SEAD DEAD de top niveau.
        Pour cela, pour l’instant, on mise sur le FMAN.
        Si ce dernier met trop de temps à arriver, il n’est pas impossible que le Harm puisse être considéré comme solution … d’interim.
        .
        Entre temps tous les modes opératoires SEAD DEAD auront pas mal évolué.
        Les avions capteurs-brouilleurs ne seront plus forcément l’avion tirant lui même le missile (et sans que ce soit une simple capacité utilisée rarement comme à ce jour, ce sera plutôt alors le cas général), et puis il y aura surtout en plus l’appui de drones, effecteurs déportés, missiles rôdeurs.
        Dans ce contexte, la Dinde n’aura jamais eu le temps d’exploiter sérieusement sa gentille discrétion passive, qui la pénalise tant par ailleurs.
        Et comme la Dinde Fail 35 va se traîner toute sa vie comme un boulet cette pénalisation (voir mon post plus bas), la Dinde risque bien de se voir très vite dépassée pas la nouvelle concurrence, même par celle à base de Rafale, et même pour le SeadDead …

    • Cricetus dit :

      @Frapipoli
      A propos de l’article cité: Quelle bel article… qui oublie de préciser que les nouvel générations de radar AESA sont quasiment insensible au brouillage….
      Un système de brouillage ajoute un signal au retour de l’impulsion. La somme des deux signaux crée une image altérée du retour original qui trompe le radar.
      Sauf qu’avec radar AESA chaque impulsions est individuellement codé de façon pseudo aléatoire par une variation de sa fréquence. Le système de guerre électronique ne peut pas reproduire instantanément le codage de chaque impulsion… et donc l’émetteur retrouve dans le signal en retour la partie qui n’a pas été altérée….
      Le F-35 est un avion du XXIe siècle basé sur la furtivité ET les contremesures électroniques. Le Rafale est juste un avion du XXe….

      • Fralipolipi dit :

        @Cricetus
        Correction :
        Ces 2 aéronefs sont « tous deux » du tournant entre XXeme et XXIeme siècle.
        Mais lorsque le Rafale est un avion extrêmement bien né, qui vole à merveille, de manière fiable et résiliente, et pleinement adapté aux évolutions technos graduelles, régulières et de dernière génération,
        le Fail35 peine à être désigné comme « avion » tant sa formule aérodynamique a été sacrifiée sur l’hôtel de la furtivité passive adaptée à un trop petit format, devant intégrer trop de choses, dont une cellule adaptée au vol STOVL … aux contraintes tellement pénalisantes pour les versions A et C de ce gros bourrin à ailes atrophiées !
        Vous voulez voir un gros bouledogue, la gueule ouverte, volant au bord de ses limites à Mach 1 (en ligne droite de préférence) ? Il vous suffit de regarder la Dinde Fail35 durant son vol …. quand elle vole … 😉

        • Syndicat de l'hôtellerie française dit :

          Vous pouvez faire beaucoup de choses dans nos hôtels, mais pour les sacrifices rituels, vous êtes priés d’aller faire ça sur un autel.