Le projet TARAMMAA permettra au Rafale F4 de voir encore plus loin

Premier radar à équiper le Rafale de série et développé par le groupe Thomson-CSF [devenu depuis Thales] à partir d’une technologie mise en point dans les années 1970 par la société Radant, le RBE2 [Radar à Balayage Électronique 2 plans] à antenne passive [PESA] fut l’un des plus avancés de son temps, non seulement parce que, contrairement à ses prédécesseurs, il combinait la détection air-air avec des fonctions de suivi de terrain, mais aussi en raison de ses performances, grâce à ses calculateurs capables de réaliser jusqu’à un milliard d’opérations par seconde, permettant ainsi la poursuite de quarante cibles et d’en engager huit simultanément.

Puis, le RBE2 a évolué grâce à l’apport des antennes actives [AESA, pour Active Electronically Scanned Array]. Sans trop entrer dans les détails techniques, un tel radar intégre des milliers de capteurs appelé TRM [Transmitter Receiver Module / modules émetteurs-récepteurs], lesquels renforcent à la fois sa fiabilité [grâce à la redondance de ces derniers] et ses performances étant donné qu’il est plus difficilement détectable et moins vulnérable au brouillage électronique tout en disposant d’une portée de détection accrue, y compris pour les cibles à signature radar réduite.

En effet, selon la description qu’en fait Thales, le RBE2 AESA, mis en service en 2012, peut détecter et poursuivre simultanément de « très nombreuses cibles aériennes, vers le bas ou vers le haut, pour le combat rapproché et l’interception à longue portée de nombreuses cibles terrestres ou maritimes, en environnement clair ou brouillé et par tous les temps ». En outre, il permet l’élaboration, en temps réel, de cartes 3 D pour le suivi du terrain et de « cartes radar haute résolution 2D du terrain survolé pour la navigation et la désignation de cibles ». Et avec le missile air-air METEOR longue portée, grâce à sa capacité de détection étendue, il permet au Rafale d’engager des cibles au-delà de la portée visuelle [BVR].

Cependant, le RBE2 AESA aura évidemment un successeur. Et, comme l’a souligné le magazine spécialisé Air Fan, dans son dernier numéro dédié au Rafale F4, la Direction générale de l’armement [DGA] s’y emploie, via le projet scientifique et technique [PST] « TARAMMAA », pour Technologies et architecture radar MLU multivoies à antenne active », lancé dans la continuité des programmes d’études amont [PEA] CARAA [Capacités accrues pour le radar RBE2 à antenne active] et MELBAA [Modes et exploitation large bande pour l’antenne active].

Ce projet TARAMMAA s’intéresse notamment à l’amélioration des performances des modules émetteurs-récepteurs ainsi qu’à une nouvelle architecture logicielle et matérielle. Directeur du programme Rafale au sein de la DGA, l’ingénieur général de l’armement [IGA] Guilhem Reboul explique que l’idée consiste à faire en sorte qu’une « partie de traitement se fasse directement dans l’antenne elle-même et non plus dans des calculateurs dédiés ».

« C’est très innovant », souligne-t-il. Et de préciser : « La technologie nitrure de gallium [GaN] sera privilégiée pour les modules de l’antenne afin de permettre des fonctions nouvelles comme l’entrelacement de modes air-air et air-sol. Alliés à des capacités de traitement renforcées grâce à des algorithmes et des moyens de calcul de plus en plus performants, ces modules garantiront des portées de détection remarquables et une grande résistance au brouillage », en lien avec le PST « Guerre électronique Aéro 2025, lequel prépare les évolutions Rafale F4 et… Rafale F5.

D’où, d’ailleurs, la priorité donnée par la DGA à la mise sur pied d’une filière française de nitrure de gallium, dans le cadre du programme NIGAMIL [pour « NItrure de Gallium pour applications MILlimétriques »]. En effet, ce matériau sert notamment à à la fabrication de circuits intégrés hautes performances fonctionnant jusqu’à 100 GHz, ce qui permettrait d’améliorer significativement le niveau de puissance, le rendement et donc la compacité des systèmes radars, d’antennes actives ou des systèmes de guerre électronique.

En attendant, explique Air Fan, le Rafale F4.1, en cours de développement, disposera d’un radar RBE2 AESA doté d’un mode GMTI [Ground Moving Target Indicator] pour la détection et la poursuite de cibles au sol [les essais de celui-ci sont d’ailleurs terminés] ainsi qu’un mode SAR [radar à synthèse d’ouverture] amélioré pour l’élaboration de cartes sol radars à très haute résolution. « Pour les équipages, ces évolutions constitueront une spectaculaire avancée opérationnelle ».

Illustration : Thales

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

252 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Cette électronique de pointe utilise t’elle des processeurs conçus et fabriqués en France ?

    • PK dit :

      A priori oui, car le Rafale est ITAR Free.

      • asvard dit :

        ITAR free ne veut pas dire qu’il n’y a pas de composants US mais que les composants US ou découlant de brevets US pouvant être dans le Rafale ne sont pas dans la liste ITAR.

        • Carin dit :

          @asvard
          En théorie vous avez raison, mais nos amis américains nous ont déjà fait la démonstration que cette liste de produits et composants ITAR, est très souple et évolutive… en quelques jours!
          Donc non, rien de proprement américain dans un rafale. Et plus rien non plus dans ses armements à venir, l’épisode sur l’armement des rafale vendus aux pharaons a réveillé notre conscience!

          • Gaulois78 dit :

            @Carin @PK
            Il se passe quoi avec les produits Exxelia si Heico achète le groupe ?

            Extraterritorialité US ?

            Rafale, F35, Ariane 5 et 6, satellites, centrales nucléaires etc, etc…

            Pas fichu de trouver 480 millions pour racheter le groupe Lecornu…Soit la facture du bouclier carburant sur une journée et six heures , 140000000 de litres x 0.3€…

        • PK dit :

          La liste ITAR étant à la discrétion de l’administration US, tout composant d’origine US est susceptible d’y entrer.

          Et connaissant les margoulins US, ils sont tout à fait capables de la modifier pour des raisons économiques, comme pour empêcher un concurrent sur un marché comme la vente d’avion de combat.

          • Carin dit :

            @Gaulois78
            Les produits que exxelia a pu faire monter à bord du rafale ou de tout autres matériels militaires restent la propriété de la France…
            Vous l’avez vu avec la vente d’alstom les chaudières nucléaires sont restées propriété française, et Général Electric n’y a jamais eu accès… et c’est pas faute d’avoir essayé.. du coup Alstom a beaucoup perdu de son intérêt, et est remis sur le marché, je crois meme que la France compte bien la racheter par l’intermédiaire d’EDF.

        • Vinz dit :

          Oui mais ça veut dire prosaïquement « free of US component/technology », vu que ce qui ne figure pas dans liste ajourd’hui potentiellement peut s’y retrouver demain. En revanche ca veut pas dire obligatoiremement « fabriqué en France » ; ça peut l’être en papouasie si les papous sont eux-mêmes itar free.

        • v_atekor dit :

          Non plus. Itar inclus n’importe quel produit considéré par les US comme soumis à la législation sur les armes. Ce qui en pratique a pu couvrir des réalités très changeantes selon les gouvernements, et rien ne les empêche d’y ajouter un simple boulon.

    • Too dit :

      Je ne saurais pas répondre pour le Rafale, mais il ne faut pas oublier que STMicroelectronics est Franco-Italienne et un des leader mondial des semi-conducteurs et il produisent aussi des processeurs.
      Donc ce n’est pas impossible.

    • vrai_chasseur dit :

      @R75
      http://www.ommic.com/about-us/
      à Limeil-Brévannes dans le 94

    • v_atekor dit :

      @PK. itar ne considère que les lois US, mais les US ne sont plus les maîtres de ce secteurs depuis 10 ans.
      @Raymond je ne sais pas quelle sera la part de la France mais il est probable que ça repose sur une techno originaire de chez nos voisins britannique qui est aujourd’hui le standard. Cela étant, le détail de la valeur ajoutée sur les conceptions et production des processeurs depuis 10 ans est très compliqué à suivre puisque si les uns produisent un plan d’ensemble, les producteurs peuvent non seulement les compléter et les intégrer à leur guise mais aussi être là où bon leur semblent – en France au pif – pourvu qu’ils paient une licence…

  2. Un Sapeur dit :

    Perso.
    Je comprends que le Rafale poura évaluer à la version F100.
    Qu est qu on s’ embête avec le Scaf ?
    Le Rafale chasseur omnirole, poura être une plateforme d’ arme et optronique avec différentes version. (Roem, laser, capacité guerre de l Espace etc etc..).en coutant bien moins cher que ces projets pharaoniques de pseudo alliance R and D avec nos cousins germains.

    Qu’ en pensez vous ?

    • wagdoox dit :

      Que c’est pas réaliste à moyen terme.
      Il y a une perte de savoir faire évidente dans le BITD si on lance pas très rapidement un nouveau chasseur, trappier lui meme le disait.
      Ensuite, il y a le probleme de la génération de puissance qui limite les équipements sauf à changer de réacteur, ce qui sera plus complexe que de partir d’une page complement blanche.
      Enfin la fonction de « furtivité active » de SPECTRA fonctionne d’autant mieux que la SER de l’appareil est faible.
      Ca sera d’autant plus problématique que ni la furtivité active ni passive ne pourront faire face aux radar passifs ou multistatiques qui commenceront à apparaitre en 2030-5. D’ou le SCAF qui est un systeme de systeme (et non un avion) dont le rafale sera le centre (et le NGF en 2040).
      Furtivité active et passive combinées ne suffira pas sera une bonne base pour contrer ces systèmes de tracking.

      je ne parle meme pas de l’augmentation de l’autonomie nécessaire, des armes a énergie défensives…
      Le rafale ne sera plus capable de tenir le très haut du spectre apres 2050. Le scaf (hors NGF) doit lui mettre de tenir jusque là et voir un peu après. Mais le successeur devra compléter apres cette date, ca veut dire un avion mature, comme le rafale de F3 et non le rafale F1. En d’autres termes le temps presse.

      Apres le rafale a couté moins cher à la France que l’EF n’a couté à l’Allemagne seule (oui, oui les coop ne sont pas une garantie de payer moins cher loin de là)

      • Sorensen dit :

        « dont le rafale sera le centre ». Non.

        • Flightcombat dit :

          oh, il est chafouin le monsieur. Il peut pas s’empêcher…. Si, le Rafale sera au centre grâce à l’Airbox/contact/Ers-a mais seulement pour la France le temps qu’arrive le NGR. Pour les autres, ils feront pareil avec l’EF T4 ou autre.

        • Wagdoox dit :

          Si, ca ete dit dans un communique officiel de l’aae et pareil chez les allemands et espagnol sauf que le centre en question, c’est l’ef.
          Bref….

          • Sorensen dit :

            Voilà, le Rafale et le EF2000 serviront de plateforme pour le développement des systèmes du SCAF.

        • UnKnown dit :

          A priori côté français on est bien parti pour faire du Rafale la première plateforme à utiliser des éléments du SCAF… Parce que l’avion le permet au vu de sa modularité (jusqu’à une certaine limite).
          Au vu des derniers échos qu’on a des performances en combat simulé du Rafale face à des adversaires « opfor » de dernière génération, au final, rien ne presse concernant la production du SCAF et du NGF. (référence aux récents retour des Egyptiens, qui ont réalisés plusieurs entrainement entre leurs Rafale et les 4 Su-35 de test/entrainement dont ils disposaient en attendant la livraison de ces derniers. Les retours qui ont percés étaient à sens unique, sans doute favorisés par la situation géopolitique mondiale ; les Rafales brouillaient et faisaient carrément planter la suite radar des Su-35, par le biais de leur Spectra, coupant littéralement la SA/Situationnal Awareness des appareils Russes. Résultat : commande annulée par le Caire (alors que les avions étaient disponibles mais en attente de transfert – désormais revente possible à l’Iran), mais sans doute confortée par le poids des USA.

          • Sorensen dit :

            Un avion de chasse modulaire? Mais quelle ânerie. Du coups il fait quoi? Pompier, infirmière, distributeur de café?

          • ScopeWizard dit :

            @Sorensen

            Primo , tout dépend de ce que l’ on appelle « modulaire » .

            Secundo , il y a eu un projet d’ avion d’ entraînement me semble t-il Anglais qui s’ appelait le DART JET , le concept pourrait donc s’ étendre à un chasseur .

            Tertio , quid de ce qu’ il en est dans l’ aviation civile ?

          • Sorensen dit :

            Non cela ne dépend pas. Il y a des chasseurs dans l’aviation civile?

          • UnKnown dit :

            @Sorensen
            Modulaire dans le sens : Un avion prévu pour remplir toutes les missions de l’armée de l’air française, et dont l’ensemble des fonctions concernées sont prévues pour être améliorées/modifiées séparément.
            Donc qui à la place pour intégrer certains systèmes du SCAF. Mais vous allez me dire que l’EF fera 3000 fois mieux et qu’il aura un siège massant… Je n’en mettrai pas ma main à couper concernant le domaine du air-sol.

          • Sorensen dit :

            « The modularity of DART JET’s training system is based on what the student and the
            operator require to achieve the quickest and safest route to an operational conversion unit
            (OCU) to fly a front-line, fourth or fifth generation fast jet. »
            Voilà. Ce n’est pas l’architecture de l’avion qui est modulaire. Je ne vois pas comment cela serait faisable.

          • ScopeWizard dit :

            @Sorensen

            Précisément cela dépend et tu viens toi-même de le démontrer .

            « Il y a des chasseurs dans l’aviation civile? »

            Ah , tu n’ as pas compris la question ? eh bien écoute s’ il n’ y a que ça , la revoici :
            Tertio , quid de ce qu’ il en est dans l’ aviation civile ?

          • Sorensen dit :

            Non cela ne dépend pas de ce que l’on appelle modularité, le sujet est bien la modularité dont parle Uknow et qui est la seule.
            Vous exemple était débile – l’avion n’est pas modulaire, un A ne peut pas être transformé en B à la volé, c’est la plateforme de développement qui l’est- et votre allusion à l’aviation civile aussi.

          • ScopeWizard dit :

            @Sorensen

            Oh la la , mais quel drame….

            Tu sais au moins qu’ on meurt à un moment-donné ?

            Alors ne te fais pas autant chier avant ; t’ as mieux à faire .

            « Un avion de chasse modulaire? Mais quelle ânerie. Du coups il fait quoi? Pompier, infirmière, distributeur de café? »

            Ceci posé , si tu n’ avais pas sorti des exemples aussi excessifs et caricaturaux , le drame était évité .
            Parce qu’ à cause de ça , tu n’ as fait que tout embrouiller .

        • ScopeWizard dit :

          Sorensen

          Hug !

      • ScopeWizard dit :

        @wagdoox

        « Ensuite, il y a le probleme de la génération de puissance qui limite les équipements sauf à changer de réacteur, ce qui sera plus complexe que de partir d’une page complement blanche. »

        ???

        Soit je suis con ou disons pas bien réveillé , soit il y a quelque chose qui manque de logique….

        J’ aurais mieux compris si : « Ensuite, il y a le probleme de la génération de puissance qui limite les équipements sauf à changer de réacteur, ce qui sera MOINS complexe que de partir d’une page complement blanche.

        Je ne sais pas moi , mais à partir du moment où tu pars de zéro , il me semble que les choses ne peuvent être que PLUS complexes qui si l’ ouvrage est déjà même un minimum avancé…

        Enfin , ce n’ est pas toujours si valable ; tout dépend du sujet à traiter .

        Par exemple , si je devais corriger une équation même du premier degré , personnellement et quelle que soit sa complexité , je préfèrerais tout recommencer depuis l’ énoncé de façon à suivre une progression qui soit logique dont la résolution m’ appartienne au maximum .

        Mais bon , dans le cas d’ une conception si technologiquement exigeante , évidemment je préfèrerais ne pas partir de si loin….

        Qu’ en pensez-vous ?

        • EchoDelta dit :

          C’est clair que c’est plus compliqué de partir d’une feuille blanche que d’améliorer ce qui existe déjà et fonctionne bien. Mais éventuellement on peut partir d’un nouveau Cahier des Charges : Encombrement, masse, poussé, consommation, maintenance, usure, matériaux, et surtout PRIX etc.

          • ScopeWizard dit :

            @EchoDelta

            C’ est effectivement ce qu’ il me semble de plus logique….

            Maintenant , à partir d’ un nouveau cahier des charges , en définitive ne risque t-on pas de devoir revoir notre copie , ce qui équivaudrait à repartir de zéro ?

          • EchoDelta dit :

            Scope vous vous faites des noeuds au cerveau…
            Mais je suis d’accord sur le fond. Après si la classe d’avion change il faut faire une homothétie des moteurs en première approche, pas facile mais cela donne une enveloppe de ce qu’il faut provisionner comme encombrement, consommation, poussé, etc.

          • ScopeWizard dit :

            @EchoDelta

            Oui ; c’ est-à-dire que ce qui me sert de matière grise s’ avère nanti d’ une certaine plasticité….

            Et puis en tant que corde , c’ est plus facile à grimper….

          • Jack2 dit :

            En partant d’un avion existant on peut tomber sur des impossibilités. Par exemple une cellule qui n’est pas assez grande pour accepter des moteurs capables de fournir assez d’énergie à une arme à rayonnement.

    • h dit :

      La valeur ajoutée du scaf ne réside pas dans l’avion, qui n’en est qu’une composante parmi d’autres, mais dans le développement de systèmes de drones consommables en essaim et dans la mise en réseau des différents objets volant dans une architecture de données, avec utilisation accrue de l’intelligence artificielle. On devrait avoir thales comme maître d’oeuvre et non dassault, et se préoccuper davantage de la partie mise en système que de l’avion en tant que tel. C’est une erreur historique de la France, non sans possible conflit d’intérêt vis-à-vis de Dassault, qui fera qu’elle sera déclassée dans quinze ans.

      • Carin dit :

        @h
        Dassault est un fabricant de cellule d’avions… pour le reste, c’est un intégrateur!
        Donc non, il n’y aura jamais de conflit entre Dassault et n’importe quel autre entreprise de la BITD Française, Dassault intégré leurs produits dans les cellules de ses créations!

      • Fralipolipi dit :

        @h
         » On devrait avoir thales comme maître d’oeuvre et non dassault, et se préoccuper davantage de la partie mise en système que de l’avion en tant que tel. »
        … je vous rejoints sur la fait qu’il ne faille en aucun cas accepter que Thalès soit remplacé par un leadership de Dielh (moins compétent et expérimenté, qui plus est) … ce serait une gigantesque catastrophe pour notre autonomie stratégique (et pour les FAS) à long terme.
        .
        Mais, avec ou sans drones en réseau/en essaim/ avec ou sans AI … vous semblez minorer l’importance majeure de pouvoir construire cela autour d’un cellule d’avion au top, avec des moteurs au top.
        … Cf le risque de retomber sur un Fail-35, avec des super-capteurs et capacité électroniques, … mais montés sur une enclume volante à la finesse aérodynamique d’un Yak … avant la tonte !
        .
        Un avion de combat (ou système aérien de combat), c’est un tout, une osmose, un équilibre subtil à trouver. Tout doit se construire ensemble en pleine cohésion, comme l’a fait le Team Rafale avec Dassault- Thalès- Safran en trio de tête.
        .
        Et c’est sûr qu’avec un NGF dont 5 piliers sur 7 sont confiés aux Allemands-Espagnols, cette condition sine-qua-non ne sera jamais respectée … on est parti pour bouffer – EN TROP – du temps (pas paquets d’années) et des € (par paquets de milliards) … pour un résultat qui finirait par être plus bancale et largement moins souverain et souple que s’il n’avait été fait pas nos seules sociétés tricolores.
        .
        Abandonner (en grande partie) l’excellent Thalès … comme cela est prévu au sein du SCAF (avec les Germano-Espagnols croquant toute les responsabilités) … ce serait un crime !

        • Math dit :

          Oui, mais les pro européens ont bien voté la loi Nome en 2010. Et saqué EDF aujourd’hui. Macron a lui aussi un passé qui ne plaide pas pour lui, conduisant Alstom à vendre son activité turbine ou SFR à un endettement record pour assurer de se faire élire. Fliguer Thales est une chose qu’il a déjà accepté dans ses « piliers ». Il faut partir des faits. Macron s’en fout, ce qu’il veut, c’est sa place, pas celle de son pays. Tout s’achète, du moment qu’une certaine gloriole personnelle est assurée. Il nous l’a déjà prouvé.

          • asvard dit :

            Macron n’a donné que son accord pour la vente des turbines d’Alsthom, société privée, qui s’est foutue elle-même dans la mouise qui la contrainte à cette vente. Macron n’a rien vendu puisque ce n’était pas la propriété de l’Etat.
            Altice, groupe propriétaire de SFR, a 50 milliards de dette c’est de la faute de Macron ? Ca coute vraiment cher une réélection, plus qu’aux US, et Macron a vraiment de bons amis pour s’endetter autant pour lui …

          • Carin dit :

            @Math
            Vous êtes nombreux à dire que Macron a vendu Alstom…
            Je rappelle qu’Alstom est une entreprise privée, qui a toute seule décide de mettre sur le marché une branche de ses activités, et que le président d’alors a donné son accord sous quelques réserves, et à charge Macron, alors ministre de vérifier que les réserves soient appliquées, puis de donner l’accord à cette vente… Macron s’est exécuté, et à fait sortir du paquet cadeau les chaufferies nucléaires, mais comme indiqué par le président Hollande, a laissé la partie turbines…
            Macron n’est aucunement responsable de cette vente, par contre, il est à l’origine du rachat de cette branche d’Alstom par EDF..
            et l’actuel soum de la classe suffren a sa chaudière et sa turbine ITAR free!

        • Thierry le plus ancien dit :

          des moteurs au top ???? vous ne lisez pas l’actualité, certains acheteurs potentiel reprochaient au Rafale une sous-motorisation par rapport à ses concurrents Russe, Américain et même Eurofighter.

          l’argument Dassault c’est de dire qu’une augmentation de la consommation diminuerait la portée du Rafale et sa petite taille le rend plus manœuvrable donc pas question de l’alourdir avec un moteur plus performant et du carburant en plus !

          mais personne n’a jamais prétendu que le moteur est au top car c’est faux, le Rafale est bel et bien sous-motorisé.

          • Fralipolipi dit :

            @Thierry
            « le Rafale est bel et bien sous-motorisé. »
            … vous êtes en plein délire mon pauv’ vieux … comme d’hab quand il s’agit du Rafale que vous détestez à en devenir bête (ce que vous n’êtes pourtant pas) 🙂
            … et vous radotez du bashing anglo-saxon idiot d’il y a 15 ans … qui n’a déjà plus cours depuis bieeeen longtemps => meilleures preuves archi concrètes = les commandes Rafale au Qatar et aux EAU … des pays très chauds où le rendement et la puissance moteur compte vraiment beaucoup.

          • EchoDelta dit :

            Que le rafale soit sous motorisé dans certaines phases n’est pas incompatible avec l’utilisation de moteurs au Top, juste qu’ils sont trop petits pour l’avion.
            mais le rapport Poids / poussé / maintenance / Prix HdV / Consommation reste l’un des tout meilleur du marché.

          • Bomber X dit :

            « vous ne lisez pas l’actualité, certains acheteurs potentiel reprochaient au Rafale une sous-motorisation  »
            Vous avez des sources ?
            Ou bien c’est le néant comme d’habitude avec vous ?

          • Titeuf dit :

            J’ai eu plaisir il y a quelques temps de discuter et échanger avec des mécanos de la BA113.
            Après un bon apéro et quelques gueze ça aide…
            Les pilotes ne s’en plaignent pas,charger au taquet il grimpe comme si il avait le diable aux fesses.
            En opération et ou en exercice inter alliés les mécanos du Typhoon regarde avec envie la dépose et remontage du M88 parce qu’apparemment sur la foufoune c’est plus galère…
            Vrai ou faux libre à vous d’y croire ou pas.
            Moi je me suis fait mon idée.

          • tschok dit :

            @Bomber X,

            Ate Chuet a fait allusion au problème.

            Ce blog aussi:http://www.opex360.com/2016/03/15/des-moteurs-plus-puissants-pour-le-rafale/

            Mais les gardiens du temple ont décidé qu’il n’y avait pas de problème de sous-motorisation.

            Enfin, pas tous…

            https://www.avionslegendaires.net/2017/12/actu/rafale-france-ne-remotorise-t-jamais-avions-de-combat-milieu-de-vie-monde/

          • ScopeWizard dit :

            @Thierry le plus ancien

            Si tu vas par là , TOUS les Mirage de Dassault étaient sous-motorisés ; TOUS .

            C’ est-à-dire que par rapport à sa taille , son poids , ses choix de conception aérodynamique , ses utilisations , TOUS les chasseurs Dassault manquent de puissance-moteur .

            Mais même si concevoir de nouveaux moteurs est toujours long et coûteux , un avion ce n’ est pas qu’ une motorisation .

            C’ est un TOUT .

            Avec son unique SNECMA ATAR 9 B de 6 tonnes de poussée , un Mirage III C pourtant léger et spécialisé INTERCEPTION , filait à plus de Mach 2 ( 1.95 à 2.15 selon les sources et probablement les configurations ) , le III E plus lourd , plus polyvalent , et légèrement plus puissant propulsé par un ATAR 9 C atteignait Mach 2.2 .

            Les deux ne disposaient que de trois points d’ emport ( avant de passer à cinq par extension en bouts d’ ailes ) et disposaient d’ un châssis-fusée ( respectivement SEPR 841 et SEPR 844 ) pour la grimpe rapide à haute altitude qui pouvait être déclenché et coupé tant qu’ il y avait de quoi l’ alimenter , sachant que la fusée SEPR 844 du III E contrairement au liquide TX de la SEPR 841 du III C fonctionnait grâce à un mélange dont le carburant avion était l’ une des composantes ( l’autre composante ne dépassant la contenance de 200 ou 300 litres ce qui dans les deux cas limitait la durée totale de fonctionnement à quelques dizaines de secondes ) .

            Par contre , à partir d’ une certaine altitude , le moteur-fusée conférait un très important surcroît de puissance qui doublait presque la poussée fournie par le moteur principal qui quant à lui commençait à être à la peine .

            A titre de comparaison un Super Sabre F-100 et son Pratt&Whitney J 57 de 7000 kgp plafonnait à Mach 1.2 / 1.3 en palier .

            Sachant que le SNECMA ATAR 8K 50 du Super Etendard en faisait autant mais SANS post combustion ou PC ( la version 8K50 étant un 9K50 dépourvu de ce dispositif ) .

            Avec les 7200 kgp de son ATAR 9K 50 ( évolution du 9K monté sur Mirage IV A permettant au bombardier biréacteur de maintenir une vitesse à Mach constant élevée ) , un Mirage F1 et ses sept points d’ emport pouvait se passer du moteur-fusée SEPR et malgré tout filer à Mach 2.2 mais faire mieux en tout , surtout en manœuvrabilité , vitesse ascensionnelle , vitesse de décrochage , autonomie y compris en combat air-air passant de 1 à 2 minutes à plus de 5 ( plus tard sera modifié le circuit carburant en vue de l’ équiper d’ une perche désaxée de ravitaillement en vol ) .

            A cette époque là , les moteurs Américains tels que les J 79 de General Electric et leurs presque 8 tonnes de poussée faisaient très fort ( F-104 Starfighter , F-4 Phantom II , A-5 Vigilante , B 58 Hustler ) ; les Israéliens s’ en sont même servis pour améliorer leurs Mirage ( KFIR ) .

            La lignée des TF 30 de Pratt&Whitney dépassait les 11 tonnes , chez les Anglais de Rolls Royce idem et ça ne chômait pas non plus , en Russie les moteurs devenaient les rois de la puissance , etc….

            Mais tous ces moteurs sont lourds et gros et longs et gourmands en pétrole .

            Ce qui sous licence ou d’ origine n’ empêchera pas Marcel Dassault de les utiliser sur nombre de prototypes tels que le Mirage III V ou son petit prédécesseur le Balzac ( Bristol Orpheus ) , le Mirage III F2 , le Mirage G , le Rafale A…

            Passons sur le SEPECAT Jaguar qui malgré tout avec ses deux petits TURBOMECA ADOUR ne déméritait pas ; surtout ceux de la RAF qui sur ce plan là n’ ont cessé d’ évoluer et d’ augmenter la puissance passant de 3 tonnes unitaires ( Mk 102 ) à près de 3700 kgp ( Mk 106 ) .

            Que dire du Mirage 2000 ( 9 points d’ emport et max Mach 2.2 ) équipé du Super ATAR ou SNECMA M53 ( Mirage F1 E ( pour Europe Marché du Siècle ) ou Super Mirage 4000 ) assez innovant , plus court que les autres ATAR , dont la plus puissante version pousse près de 10 tonnes ( M53 P2 de 9700 kgp ) .

            Lui aussi est réputé sous-motorisé , pourtant en performances il surclasse tous ses prédécesseurs et fait même mieux que nombre de ses concurrents….

            Alors maintenant avec le Rafale , cette espèce d’ ultra-moderne évolution miniature de l’ infortuné Super-Mirage 4000 , qui en somme embarque 2 réacteurs SNECMA M88 ( désormais SAFRAN ) chacun de la puissance de l’ ATAR 9K 50 du Mirage F1 pour un encombrement à peine supérieur à celui de l’ ADOUR et un poids-plume , imaginez le gain en tout avec de surcroît des moteurs relativement sobres en consommation mais très souples et super-réactifs qui permettent à l’ avion de porter une fois et demi son poids à vide sur 14 points d’ emport TOUT EN proposant la super-croisière à Mach 1.4 .

            Certes , sa vitesse maximale ne dépasse pas Mach 1.8 ( en version AIR donc plus légère que la M qui plafonne entre Mach 1.6 et 1.7 ) , mais le F-18 Hornet qui est pratiquement aussi manœuvrable ne fait pas mieux et n’ a pas accès à la super-croisière ( pouvoir voler à Mach élevé sans recours à la PC si dévoreuse en kérosène , donc longtemps ) ; il est pourtant propulsé par des GE F 404 ( utilisés sur démonstrateur Rafale A ) de près de 8 tonnes unitaires mais plus longs et plus lourds donc plus encombrants et facteurs d’ alourdissement….

            Et ne perdez pas de vue que le compact M88 si pratique quant à sa maintenance pourrait encore évoluer ; les 10 tonnes sont à sa portée .

            Conclusion : il serait plus fin de relativiser cette mystique de la « sous-motorisation » et de ne pas parler trop vite….

          • ScopeWizard dit :

            @tschok

            Faut pas juger les gens si sévèrement ; en définitive c’ est à toi que tu fais du mal….

            C’ est idiot…

          • Bomber X dit :

            @tschok
            2016 et 2017, vos articles commencent à dater !
            Et depuis ? Cette demande de moteurs plus puissants émanait des Emirats à l’époque.
            On voit que depuis il ont été convaincus des performances des moteurs du Rafale.
            A votre tour.

      • Huin dit :

        Ce n’est pas Dassault le maître d’œuvre de ce que vous décrivez, me semble-t-il, mais Airbus. Et d’accord avec vous, c’est une erreur.

      • Twouan dit :

        Il est urgent de faire plus simple.

        Les turcs, iraniens et les ukrainiens ne font rien de tout ça et c’est très déjà très casse pied.

        Si on sera déclassé c’est par ceux qui font simple pas cher efficace.

        • lgbtqi+ dit :

          Je crains que votre intervention ne soit pas remarquée à la hauteur de sa pertinence hélas.

        • Wagdoox dit :

          Les turcs et les iraniens cherchent aussi a developper leurs avions de chasses. C’est complémentaire !
          Et en france, il faut que le produit est un minimum de valeur ajouter pour etre rentable donc c’est plus complexe a faire chez nous.

        • Petit Gibus dit :

          Alors je sais que l’orthographe, la grammaire, la ponctuation, tout ça, c’est assez éloigné du sujet que vous commentez et que c’est considéré comme très surfait voire inutile dans certains cercles, mais là je craque.
          Écrire comme on parle, bien que ce soit déjà limite, ça peut parfois passer, mais à condition d’essayer de s’exprimer à peu près correctement à l’oral.
          Or, vraiment, « Si on sera déclassé c’est par ceux qui font simple pas cher efficace. », ça fait aussi mal aux yeux qu’aux oreilles !
          Essayez plutôt comme ça : Si on était (ou si on devait être) déclassé, ce serait par ceux qui font simple, pas cher, efficace. »
          Et si ce que je vous dis vous incitait à essayer d’améliorer votre style, vous pourriez consulter ce lien : https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-28092.php

      • Wagdoox dit :

        C’est loin d’etre aussi simple !
        Certains seront consommables d’autre sacrifiable. Les essaims de drones c’est un truc particulier. La mise en reseaux ca indique des capteurs sur drones qui seront pas forcement gratuits.
        Non car l’avion reste le centre nevralgique du systeme, l’ia ne replace pas l’homme, elle l’accompagne, lui simplifie la tache.
        Dire que l’avion est un vecteur comme un autre est d’autant plus faux que le reseau ne tient que par la communication, si cette com. pour une raison ou une autre ne fonctionne pas, l’avion doit pouvoir operer en mode degradé voir seul.

    • berger dit :

      je pense comme toi

    • Fralipolipi dit :

      @Sapeur
      Même si le Rafale est basé sur une cellule extraordinaire, et des moteurs plutôt très bons (surtout au regard de leur format compact), et même s’il a été prévu pour évoluer le plus facilement et le plus longtemps possible, il y a un moment où nous atteindrons une limite.
      .
      Lorsque l’on regarde la ou les maquettes du NGF, on perçoit ce que recherchent l’AAE et le MN pour le moyen-long terme :
      un avion de taille et de poids alentour à 14/15 tonnes, au lieu des 10 tonnes du Rafale.
      Pourquoi ces dimensions supérieures ?
      Je pense qu’il s’agit certes d’intégrer plus de discrétion passive, mais sans en faire la priorité (loin de là), mais surtout de donner à la fois plus d’autonomie de vol à l’avion (pour des vols – hors ravitos en vol – encore plus longs que ceux du Rafale) et pour permettre d’intégrer une plus grande variété encore de capteurs/senseurs /et d’armements …
      .
      L’autonomie de vol est déjà et sera encore plus un facteur de supériorité aérienne indéniable, en même temps qu’un facilitateur pour tous les strikes lointains … et nous voyons bien que nous sommes potentiellement concernés par tous les théâtres de conflit, même les plus lointains.
      .
      La nécessité de l’augmentation du nombre des capteurs/senseurs (et l’énergie nécessaire pour tout cela) est démontrée au fil des ans. Et ce n’est pas fini de terminer (antennes radar conforme, optronique de plus en plus perfectionnée, liaisons de données de tous types comme celle concernant les drones type loyal wingman, on parle effectivement de Laser, etc …).
      Le tout avec une variété d’armements qui n’est pas prête de diminuer.
      .
      Et si l’on considère ce qui fait le succès du Rafale + la limitation des budgets de l’AAE et de la MN, ceci doit pouvoir se faire dans une enveloppe de cellule d’avion la plus compacte possible … pour éviter les formats F15/F22 ou Su35 normalement requis pour la très longue allonge (car sur le long terme, plus un avion de combat est lourd, plus il coûte cher).
      Et pour que la philosophie d’équilibre et de polyvalence du Rafale puisse être conservée, avec un format un peu supérieur mais pas trop, alors il faut développer de nouveaux moteurs alliant à nouveau la compacité du M88 avec un excellent rendement, … mais bien meilleur encore !!!
      .
      Bref, c’est le nouveau moteur que Safran saura produire qui déterminera largement le format du remplaçant du Rafale.
      Rien ne sera définitivement acté au niveau de l’avion avant qu’il y ait des certitudes sur le moteur futur (x2)
      … car Dassault n’aime pas trop faire les choses à l’envers (à l’inverse de certains de ses confrères/concurrents …).
      .
      Et si Safran, en se servant des briques du nouveau moteur NGF (nouveau moteur NGF qui sera sans doute un peu plus gros qu’un M88 malgré tout), permet d’obtenir en même temps une évolution du M88, mais toujours dans un même format M88, offrant plus de puissance et moins de consommation, pour toujours autant d’endurance, alors ce serait l’idéal.
      Car nous aurions alors les éléments pour lancer un NGF de plus grande taille que le Rafale, tout en permettant au Rafale de continuer à en offrir plus en parallèle (notamment pour les nouveaux capteurs/dispositifs embarqués), sans obérer son autonomie de vol ni ses performances générales.
      .
      Il faut donc croiser les doigts pour que les ingés de Safran fassent de petits miracles dans les années qui viennent !
      On croise les doigts. Les choses se mettent en place pas à pas.
      https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/comment-safran-avance-vers-le-moteur-ultra-sobre-des-futurs-airbus-et-boeing-1867506

      • Titeuf dit :

        Le poids du nouvel avion sera déterminant comme vous dîtes.
        Les soutes seront larges pour un grand nombres de missiles et bombes.
        De plus emporter plus de kérosène pour les longs vols en super croisière sera un atout.

        • Carin dit :

          @Titeuf
          Je ne suis pas sûr qu’il y ait des soutes…
          Le rafale a un avantage que les autres n’ont pas encore… sa furtivité active, qui lui permet de passer inaperçu ou de leurrer les radars au sol, et ceux embarqués, malgré que tout son armement et ses capteurs (dont ses missiles font partie), sont apparents! Et je suis persuadé que le futur NGAD, n’aura pas de grandes soutes à armement, et qu’il utilisera ses armements comme capteurs aussi.

      • Nexterience dit :

        Je pense que la masse en hausse du NGF est liée à l’embarquement furtif en soute de missile de croisière et de  » remonte carrier ». Si vous avez des infos là dessus, merci.

        • Fralipolipi dit :

          Les soutes fermées pour embarquement furtifs, sur la seule maquette NGF connue jusqu’ici, sont peu nombreuses (seulement 2 je crois) et pas si grandes que cela.
          Sur le NGF, elles sont très loin de prendre autant de volume (par rapport au reste de la cellule) que sur les F22, F35 et même J20.
          Ce ne sont pas ces modestes soutes qui sont à l’origine du grossissement de volume et de poids du NGF versus le Rafale, mais bien la recherche d’une très longue autonomie de vol (et de la place pour les très nombreux capteurs et systèmes).

      • Wagdoox dit :

        Fort bien resumé
        Il manque juste la partie « generation electrique » et on est parfait.

      • Carin dit :

        @Frali
        Je pense que vous vous perdez…
        Le futur moteur du NGF est le M88 avec un 3eme étage, et des aubes et des sorties de réacteurs supportants les hautes températures…
        Le M88 actuel est largement suffisant pour pousser le rafale, si vous augmentez sa poussée, vous augmentez sa consommation…
        À ce jour les 2 M88 poussent jusqu’à 24,5 tonnes sans problème. Le rafale n’ira pas plus loin.

        • Fralipolipi dit :

          @Carin
          « Je pense que vous vous perdez… »
          Pas tout à fait 🙂
          .
          « Le M88 actuel est largement suffisant pour pousser le rafale »
          … je n’ai jamais dit l’inverse, tout au contraire (Cf ma réponse plus haut à Thierry … un tout petit effort SVP)
          .
          « si vous augmentez sa poussée, vous augmentez sa consommation… »
          … C’est vrai, sauf si justement on augmente son rendement, ce qui est l’objet des recherches que vous évoquez pour augmenter la température de combustion.
          .
          « À ce jour les 2 M88 poussent jusqu’à 24,5 tonnes sans problème. Le rafale n’ira pas plus loin. »
          … sauf si un jour, les technos développées sur le futur moteur du NGF sont transposables à un moteur du même format que le M88 ou au M88 lui-même (avec les ventes Export, la flotte augmente très significativement, les clients potentiels pour des améliorations futures aussi).
          .
          « Le futur moteur du NGF est le M88 »
          … spéculation de votre part ou certitude ???
          De ce que j’ai compris il devrait être un peu plus gros qu’un M88 (car on vise une poussée d’un avion qui pèsera dans les 32 tonnes à pleine charge) … le fossé est « sans aucun doute » un peu grand pour rester sur un format aussi compact que celui du M88, malgré les améliorations de rendement espérées avec les nouvelles technos en cours de développement.
          De plus, vous oubliez la problématique de génération électrique devant être de plus en plus grande avec les nouveaux capteurs et armements (comme un Laser de brouillage pourquoi pas) : Cf mon post et celui de Wagdoox.
          Le nouveau moteur du NGF (de 14 à 15 tonnes à vide) … s’il se fait … risque donc d’être effectivement un peu plus grand que le M88, malgré tout le soin qui sera porté à lui conserver un format le plus compact possible (comme pour le M88).
          .
          L’avenir nous en dira plus 😉

          • Carin dit :

            @Fralipolipi
            Ni « spéculation » ni
            « certitude », juste que les tests de 3eme étage, renfort des aubes, et des matériels en sortie du moteur pour supporter les hautes températures qui permettront une bien plus forte poussée, ce font sur un M88 et pas un des autres moteurs que Safran a a sa disposition…

    • Pascal, (l'autre) dit :

      @ Un Sapeur Qu’ en pensez vous ? » Le savoir faire tout simplement afin de « gérer », ne pas se laisser distancer par l’évolution technologique. Comparaison n’est pas raison mais observez chez nous le cas de l’industrie nucléaire, nous nous sommes endormis sur nos lauriers, nous avons perdu des compétences alors que la France était en pointe dans ce domaine, résultat un E.P.R. toujours pas en service! Il faudra bien franchir le « cap » Rafale même s’il possède encore un intéressant potentiel d’évolution! (Preuve quoi qu’en disent les habituels déclinologues, pétochards, « experts » en French bashing, adorateurs de technologies étrangères et autres adeptes de la soumission que c’est un avion bien né!)

    • HMX dit :

      Le Rafale est une grande réussite, et il dispose encore d’une capacité d’évolution qui doit à tout prix être exploitée (standard F4, puis F5). Mais il faut être lucide et regarder ce que prépare la concurrence. Les évolutions technologiques évoquées ici ont également vocation à être intégrées sur les appareils US, chinois, russes, etc… A cet égard, le facteur limitant du Rafale, c’est indéniablement sa cellule.

      Il faut plus de place et de puissance pour accueillir davantage d’équipements toujours plus gourmands (radar plus puissant, antennes 360° pour communiquer avec les effecteurs déportés, brouilleurs NG, laser d’autoprotection…), plus de furtivité qui suppose d’intégrer davantage de matériaux composites, des entrées d’air retravaillées, une soute à armement et une dérive en « V », un nouveau moteur pour propulser un appareil qui sera forcément plus lourd, bref, il faut une nouvelle cellule.

      Cette nouvelle cellule, c’est en théorie le NGF du programme SCAF. Mais sauf miracle, au vu de l’impasse dans notre coopération avec les allemands, il est permis d’espérer l’adoption d’un « plan B » proposé par Dassault, qui consisterait (notez l’emploi du conditionnel…) à capitaliser sur le développement du standard F4/F5 du Rafale pour proposer un « reboot » de l’appareil, une nouvelle cellule qui pourrait bien s’appeler « Super Rafale », et qui aurait le bon goût d’être disponible d’ici à 2030. Cette idée replacerait Dassault et l’AAE dans le bon « timing » la course mondiale sur les chasseurs Gen5/6, et permettrait à l’AAE de disposer d’un appareil au meilleur niveau à l’horizon 2030, soit au moment où un pic de tensions internationales est attendu.

  3. E-Faystos dit :

    Hé bé.
    D’abord merci pour l’article sur les avancées de notre chasseur national.
    J’ y constate que contrairement à l’AAE, la recherche s’emploie à utiliser des acronymes français, quoique barbares. Mais les PEA semblent accoucher d’avancées spectaculaires. surtout sur les radars et missiles où la France à longtemps été en retrait.
    Au sortir de la deuxième guerre mondiale c’est l’Angleterre qui caracolait en tête aux côtés des USA.

    • wagdoox dit :

      A bon ?
      Les américains ont déchanté quand la France a détecté les B2 via le Nostradamus.
      Les missiles stato fr ont meme été financé par les américains tellement on avait de l’avance.

      Au sortir de la guerre on avait une légère reconstruction à faire donc logiquement on avait des retards.

      • E-Faystos dit :

        Une suprématie que les Britanniques ont gardé jusque dans les années 70.
        la France rattrape son gros retard sur les missiles dans les années 80.
        elle profite des retours de la guerre Iran/Irak sur le mirage F1.
        S’ensuivront des améliorations sensibles sur ses deux missiles air/air (les 530 et Magic) et sur le missile anti-radiation AS 37 Martel, qui est à la base Franco-Britannique.
        sur les radars, les Britanniques ont un très bon capteur sur le Harrier, mais l’arrêt de fabrication de chasseur leur fait perdre de la compétence, que le captor ne permet pas de rattraper : c’est le radar du Harrier surdimensionné.
        il faut attendre 2020 pour voir l’antenne ASEA.
        l’analyste du RUSI Justin Bronk -bien connu pour ses sorties où le Typhoon est surestimé- n’oublie jamais de dire que l’avantage du Captor est sa puissance d’émission, la capacité du RBE2 est surtout dans sa capacité à suivre de multiples pistes.
        Bien entendu, Justin joue le politique en disant que le Typhoon fait tout très bien, et même mieux que tous les autres, mais la finesse de lecture du détecteur principal du Rafale n’est pas si mal… dont acte.
        on peut ensuite revenir aux armement avec les Britanniques qui achètent des AMRAAM sur étagère, comme les autres clients du Typhoon, mais mettent le METEOR en chantier.
        quand aux Allemands, ils veulent un missile d’auto défense et ce sera l’IRIS T.
        une très bonne arme soit dit en passant.
        mais la France a rattrapé son retard dans le missile moyenne portée avec la famille MICA: 80 kilomètres de portée, une énergie terminale plus importante grâce à ses ailettes, ce qui permet de jouer dans la même cours que les poids lourds du secteur : les Russes et US.
        Le METEOR est un cas à part, créant une nouvelle catégorie par ses performances (statoréacteur, portée, liaison montante et descendante).
        .
        mais le retard français s’explique aussi que l’on s’est caché derrière les missiles US Sidewinder, comme sur les mirages IIIE.
        Il faut dire que les produits de MATRA ont mis du temps avant d’abandonner leurs sobriquet « d’à quoi bon? » les 511 et Magic ayant souffert de grosses déficiences se doctrines et technologiques.
        Par la suite, les Exocets, les Magic II et les 530D ont cassé la réputation calamiteuse des missiles matra.
        quand aux radars, les RDM étaient affublés du sobriquet de « radar TEFAL » qui chauffe mais n’accroche pas.
        le RDI sera un gros rattrapage, et le RDY sera le radar qui a vingt ans d’avance sur le captor.
        mais le F1 malgré son petit nez n’en sera pas moins un avion capable et l’un des seuls qui s’offrira des F14 à son palmarès.
        d’où l’absence du chasseur star de la Navy en 91… trop connu des Irakiens, trop vulnérable en combat tournoyant, et bien protégé par ses brouilleurs

        • Sorensen dit :

          Le CAPTOR, cela ne veut rien dire. Il y a des CAPTOR. Bronk compare le RBE2 à un CAPTOR-M, et il ne dit ce que vous dites qu’il dit -qui je dois le dire, me semble particulièrement stupide, cela ne risque pas d’être plus puissant qu’une antenne AESA-.

           » Air-to-air engagements at long ranges
          The RBE2 (has the advantage) against targets with a low radar cross section due to the greater performance of AESA types against these threats. CAPTOR-M (has the advantage) against larger targets such as bombers or MiG-31 ‘Foxhound’s due to a much larger aperture and generally higher altitude perch during air-to-air engagements. (Radar 0 will out-range both against airborne targets)

          Air-to-air engagements at short ranges and why?
          RBE2 due to much faster AESA scan, acquisition and classification of target capabilities, greater resistance to dropping contacts during manoeuvres, as well as excellent information display for pilots in F3R cockpit. (RBE2 likely to still beat Radar 0 upon IOC due to more mature system and HMI).

          Air-to-ground
          RBE2 as a multifunction AESA radar gives far more air-to-ground functionality than CAPTOR-M. (Radar 0 is optimised for air-to-air and is unlikely to challenge RBE2 in this arena).

          Maritime attack
          RBE2 again due to advantages of AESA array plus a more mature maritime attack mode with Exocet integrated. Typhoon has anti-ship munition options but no current operators use them.

          Which aircraft has a superior infra-red search and track system and why? Typhoon with the PIRATE system is significantly ahead of the legacy Rafale IRST. The latter was deleted from the latest F3R standard aircraft pending an updated capability in the F4 standard jets, leaving a laser rangefinder/EO ball only. PIRATE is a genuinely exceptional IRST, although for years shortages of spare parts limited its use by various frontline squadrons. »

          • E-Faystos dit :

            cet article est excellent !
            on voit bien comment l’ASEA écrase les technologies précédentes.
            pile poil ce que je disais supra, mais en français…

          • Sorensen dit :

            Ce n’est pas un article, c’est l’extrait d’une entrevue de Justin Bronk qui ne dit pas l’imbécilité -en Anglais- que vous avez écrite, en français.

          • Czar dit :

            toi, en revanche, c’est pas vraiment écrit en français on dit « un entretien » et pas une entrevue, ‘imbécillité’ prend toujours deux ‘l’ et TOUS les idiomes ne prennent pas de majuscule, pas uniquement ceux que tu souhaites dénigrer.

          • Sorensen dit :

            Oui Czar, mais vous avez déjà été éclairé sur le sujet. Je peux mettre un l, je peux mettre une majuscule. Je peux faire ce que je vais tant que je peux le justifier. C’est formel, il s’agit bien d’une entrevue.

        • Alpha (α) dit :

          Sorensen… Ou comment se tirer une balle dans le pied.
          Aïe !

      • Thierry le plus ancien dit :

        personne n’a chanté ni déchanté, le radar Nostradamus utilise les ondes HF et l’ont sait depuis longtemps que les ondes des anciens radar UHF et VHF peuvent dire qu’il y a un avion furtif en vol mais néanmoins dans l’incapacité total de le situer précisément à cause de la largeur ultra grande de la bande de fréquence, ce qui rend totalement impossible le tir d’un missile qui ne se verrouillera sur rien du tout.

        même les iraniens se vantent de détecter les F-35 israéliens avec leurs vieux radars, mais ça ne va pas plus loin que la fanfaronnade.

        • E-Faystos dit :

          si titi.
          Nostradamus est un radar à onde basse fréquence.
          et les Iraniens ont déjà réussi à détourner des drones furtifs US.

          • Thierry le plus ancien dit :

            curieusement les drones iraniens en Ukraine acheté par les russes se font taper dedans jusqu’à tomber par terre, telle une faucheuse qui tond l’herbe, même les drones turc leur sont bien supérieur et tiennent mieux en l’air dans un environnement de conflit de haute intensité ! faut croire que les iraniens n’ont pas une technologie bien formidable et Poutine s’adresse à eux car il n’a aucun autre fournisseur.

            Nostradamus ne présente pas une bien grande menace pour les avions furtif, pas plus que les autres radar, sinon vous pensez bien que la Russie (entre autre) en aurait fabriqué quantité.

            Vous aurez au moins appris quelque chose !
            —————————————————————-

            (En outre) : ces ondes de fréquence plus basse (et donc de longueur d’onde plus grande), sont aussi beaucoup moins efficaces pour obtenir une image et une position très précises de la cible, bref, elles sont capables de détecter un avion furtif, mais très décevantes lorsqu’il s’agit de guider un tir….

            source :
            https://accrodavion.be/Accrodavions/lafurtivite5.html
            ————————————————————-

          • E-Faystos dit :

            je plussoie Titi.
            mais une défense aérienne, c’est un tout.
            on commence avec un radar de veille lointaine, puis on envoie un chasseur avec un flir et des missiles IR.
            pour les drones, je ne suis pas responsable si les Ukrainiens ont de bonnes défenses.AA.
            après tout, c’est vous qui venez vomir sous mes postes, sans répondre à quoique ce soit

  4. albert dit :

    Connait on la portée du radar RBE2 AESA du Rafale ? parce que c’était le pont faible du PESA (ancien radar du Rafale) qui portait à 80km contre 150/180km pour les radar AESA du F35 et du radar conventionnel du Typhoon.
    Je sais que la portée d’un radar n’est pas l’essentiel, et c’est ce qui fait la force du RBE2 AESA, il faut aussi compter sur sa capacité à résister aux brouillage, à la capacité du nombre de cible accrochable, à la capacité de suivi de terrain ou de multimode air/sol, etc.

    • ScopeWizard dit :

      @albert

      Hmmm….y a un truc qui va pas….

      Quelle portée ?

      Celle de recherche , d’ acquisition , ou de poursuite ?

      Exprimée en nautiques ou en kilomètres ?

      Sachant qu’ un RDY ( Mirage 2000-5 ) n’ est en somme qu’ un RDI ( Mirage 2000 C à partir de la seconde tranche de 38 à 124 , la première de 1 à 37 étant équipée en RDM avant d’ être convertie en 2000-5 RDY ) mais multi-cibles ; soit un radar lookdown-shootdown multi modes et multi cibles qui fonctionne sur le principe « poursuite sur information discontinues » ou PSID que l’ on trouvait déjà sur le RDM quant à lui dans la lignée du Cyrano IV ( Mirage F1 ) et sa portée de détection vers 110 km selon conditions , chasseur détectable à 75 et pouvant être engagé aux environs de 30 .

      Capable de détecter 24 cibles , d’ en poursuivre 8 , de définir 4 modèles de tir simultanés , ce radar lookdown-shootdown ( détection et tir vers le bas donc capable de s’ affranchir des échos-parasites du sol ) s’ avère être une bête de guerre très efficace surtout après couplage au révolutionnaire missile MICA .

      Pour plus d’ infos , le RDY est relié au Système de Navigation et d’ Attaque ( SNA ) du Mirage 2000-5 et présente une capacité de détection et de poursuite tout dénivelé jusqu’à 55 nautiques ( 102 km ) avec usage IFF .
      Le couplage avec le SNA permet de suivre une situation tactique complexe en BVR ( au-delà de l’ horizon ou Beyond Visual Range ) en multi cibles .

      Pour plus de précision , le RDY utilise trois formes d’ondes :

      _HFR soit Haute Fréquence de Récurrence recherche et verrouillage sur des objectifs à Basse altitude.

      _MFR pour la détection toutes altitudes tous secteurs .

      _BFR pour la détection longue portée vers le haut l’air sol et l’air mer ( Mirage 2000–5Mk2 de la force aérienne de la Grèce ) .
      Dans cette dernière configuration la portée étant donnée pour 300 kilomètres , ce qui est beaucoup .

      En sus , le radar RDY est assorti à un glass cockpit complet avec 5 visus et le concept HOTAS ( mains sur manche et manette ou Hands On Throttle And Stick ) .

      Par conséquent , quand arrive le RBE2 PESA qui est donc une version ultra-moderne du radar embarqué cette fois-ci à antenne fixe ( RBE = Radar à Balayage Electronique ) mais basée sur la technologie des TRM ( modules émetteurs-récepteurs ou Transmitter Receiver Module actuellement à l’ arséniure de gallium , plus tard au nitrure ce qui permettra d’ accroître la portée par augmentation de puissance donc de chaleur électrique supportée par les matériaux et circuits composants ) permettant plusieurs fonctions ( détection , acquisition , brouillage , poursuite ) la portée ne peut qu’ être équivalente ou supérieure à celle du RDY elle-même équivalente ou plus importante à celle du RDI ( Radar Doppler à Impulsions et premier lookdown-shootdown Français ; 80 nautiques ou environ 145 km ) des Mirage 2000 C .

      Alors , je veux bien croire que le RBE2 PESA ( Passive Electronically Scanned Array) étaient moins poussés et que l’ effort porterait surtout sur sa modernisation en AESA ( Active E S A ) , mais auriez-vous quelque info plus précise sur ce point ?

      Disons qu’ il y a là quelque chose qui ne me paraît pas bien logique….

      • tschok dit :

        Oui.

        https://cf2r.org/documentation/les-radars-lpi-une-menace/

        https://omnirole-rafale.com/avionique/rbe2/

        Quand un truc ne vous parait pas logique, c’est que vous êtes sur la bonne piste (n’oubliez pas que vous comprenez tout, mais de traviole, ce qui veut dire que vous ne comprenez rien).

        • ScopeWizard dit :

          C’ est vrai ; je comprends que dalle….

          Par contre , une erreur de taille s’ est glissée dans mon commentaire , perso je l’ ai identifiée et même corrigée , mais toi saurais-tu la repérer ?

          Et on ne triche pas ! 🙁

          😎

          • Alpha (α) dit :

            Scope…
            Vous avez compris que vous comprenez que dalle ? Etrange… 😉

          • ScopeWizard dit :

            @Alpha Aphrodite’ s Child

            https://www.youtube.com/watch?v=3KCbqhJt16k

            Et encore , je ne me plains pas ; c’ est rien par rapport à l’ inaccessible et immarcescible @Sorensen….

            Là , je suis carrément niveau attardé-neuneu….

            Ah je te jure , le coup est rude…. 🙁

          • tschok dit :

            L’erreur de taille, c’est le commentaire en entier.

          • ScopeWizard dit :

            @tschok

            C’ est vrai ; mais tout dépend dans quelle dimension….

            Vraiment en ce moment il y a un truc qui ne va pas ; c’ est pour ça , autant ne plus te contrarier , tu as déjà assez de soucis comme ça….

      • Mécano Mirage dit :

        Je me permets de rectifier :

        – Les Mirage 2000 C 1 à 37 étaient équipés du RDM S3
        – Les Mirage 2000 C 38 à 78 étaient équipés du RDI S4-2A
        – Les Mirage 2000 C 79 à 124 étaient équipés du RDI S5-2C

        Les 38 à 78 ont été transformés en « Tiret 5 », équipés du RDY ; ce qui a libéré les RDI S4-2A pour les cellules 1 à 37.

        • ScopeWizard dit :

          @Mécano Mirage

          Oui , c’ est bien ça ; les 37 RDM ont été convertis en RDI et les premiers RDI ont ensuite troqué leur RDI pour le RDY .

          Bien vu et merci ! 🙂

    • wagdoox dit :

      Non, le RBE2 n’est simplement pas comparable.
      Comme dit dans l’article il combinait fonction air et sol, ce qu’aucun autre radar passif ne proposait.
      Le mécanisme utilise un lentille qui prend énormément d’énergie d’ou la limitation à 100km et non 80.
      Ce mécanisme permettait aussi une forme de LPI.
      L’asbence de lentille sur AESA donne un résultat +100% environ.
      On est pas loin des 200 km (c’est évidemment de la rumeur, le chiffre étant par nature secret mais aussi dépendant de la SER d’en face).
      Ancien radar non, il est toujours en service sur la très large majorité des avions FR.

      • albert dit :

        @wagdoox & Scope Wizard.
        Merci pour vos infos intéressantes et précises
        Effectivement ma source était douteuse, ça venait de d’une discussion commentaires sur avianews il y a quelques temps, il faut dire que Avianews est un blog suisse qui est réputé pour faire du French bashing et du Rafale bashing.
        Merci à vous pour ces précisions qui montrent bien la mauvaise foi des anti Rafale d’Avianews

        • ScopeWizard dit :

          @albert

          Je vous en prie .

          Oui , je connais un peu mais sans plus .

          Quoi qu’ il en soit , j’ ai repéré deux trucs qui ne vont pas dans ce que j’ ai rédigé….

          1)_ »portée de détection vers 110 km selon conditions , chasseur détectable à 75 et pouvant être engagé aux environs de 30 . »

          Je pense que la donnée 30 doit être comprise comme étant exprimée en nautiques ( voyez comme il est facile de se faire avoir et de se mélanger les pinceaux ) soit dans les 55 km ( et non pas seulement 30 ) .

          2)_ »quand arrive le RBE2 PESA qui est donc une version ultra-moderne du radar embarqué cette fois-ci à antenne fixe ( RBE = Radar à Balayage Electronique ) mais basée sur la technologie des TRM ( modules émetteurs-récepteurs ou Transmitter Receiver Module actuellement à l’ arséniure de gallium , »

          Là aussi erreur du rédacteur : si l’ antenne AESA c’ est-à-dire « active » est effectivement conçue autour de cette technologie TRM , il n’ en va pas de même de l’ antenne PESA , « passive » , qui elle l’ est autour des diodes PIN ; du moins sur le RBE2 de Thalès .

          Pour spécialistes…
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Diode_PIN

          Un poil moins technique et élitiste…
          https://www.radartutorial.eu/21.semiconductors/hl14.fr.html

          https://www.radartutorial.eu/19.kartei/04.battle/karte006.en.html

          Noter que comme déjà fait mention , le Thomson Cyrano IV du Mirage F1 pouvait rechercher à partir de 60 nautiques ( 110 km environ ) , détecter un chasseur vers 40 nautiques ( 75 km ) mais ne pouvoir le poursuivre qu’ à 30 nautiques ( 55 km ) en vue de se ménager une fenêtre de tir une fois engagé .
          Bien sûr les conditions météo pouvaient faire varier ces paramètres .

          Ainsi rectifié , tout ça est tout de même un peu plus précis . 🙂

      • ScopeWizard dit :

        @wagdoox @albert

        Sous réserves , la portée du RBE2 AESA permettrait de détecter un liner en montée après décollage ( donc à moins de 1000 m de hauteur-sol ) à 220 km de l’ émission .

        Quant à ses capacités à combiner AIR et SOL , si l’ on y réfléchit froidement , c’ est en somme ce que nous recherchons depuis le THOMSON CSF Cyrano I bis ( apparu en 1958 et monté Mirage III C ) devenu Cyrano II ( 1964 ) sur le plus puissant et plus lourd Mirage III E et son système de navigation et d’ attaque couplé au Doppler de suivi de terrain permettant au Mirage d’ évoluer tout-temps aux environs de 60 m du sol en suivant le relief en haut subsonique avec me semble t-il une vision avant allant jusqu’ à 90 km .

        Dès le Cyrano IV ( 1972 ) monté sur Mirage F1 qui permet de tout combiner grâce à une antenne de 57 cm de diamètre au lieu des 36 des précédents , l’ amélioration est tellement notable que ce radar jouera les prolongations sous la forme du RDM des premiers Mirage 2000 C .

        En comparaison , le Cyrano I bis comme le missile air-air MATRA R530 de l’ intercepteur Mirage III C étaient des « débutants » et manquaient de portée comme de précision ; respectivement moins de 30 nautiques ( environ 27 nautiques ou 50 km pour diamètre de l’ antenne 36 cm ) et 15 km en EM , tout juste 3 en IR .
        Couplés au Cyrano IV et après les MAGIC I et II les missiles Super 530 amélioreront ces paramètres surtout le D .

        Précisions techniques .

        Avec cette antenne , son entière transistorisation et ses circuits intégrés sur cartes enfichables d’ accès facile , il augmente la portée de détection qui passe à 60 nautiques ( dans les 110 km ) et propose souplesse et réactivité ( deux modes rapides poursuite-recherche en combat rapproché lorsque précision des infos de distance deviennent prioritaires pour assurer la réussite du tir ( TL soit par télémétrie axiale pour une cible se situant au centre du viseur et BZ soit un balayage de zone via carré virtuel de 20° de côté pouvant être déplacé par curseur pour accrocher une cible déportée par exemple en configuration virage serré ; dans ces deux modes l’ accrochage sera rapide et se fera automatiquement soit par mesure de la vitesse relative en mode tir-canon soit par données angle de l’ avion par rapport à la cible en mode tir-missile ) mais s’ il peut rechercher dès 60 nautiques , le Cyrano IV ne peut « accrocher » qu’ aux environs de 30 nautiques et encore si les conditions sont bonnes , parfois cette capacité d’ accroche descendant à 20 ou 15 .

        Toutefois , tout comme ses prédécesseurs , même si en version IVMR ( après le IVM pour Modulaire vers 1980 , le IVMR pour Modernisé Reconnaissance ) il présente d’ appréciables qualités en air-sol en permettant une certaine ‘vision vers le bas » , notamment de la cartographie* , recalage radar de la centrale inertielle sur points remarquables , télémétrie air-sol , ou même en mode air-air de rejoindre en totale autonomie un avion ravitailleur comme d’ assurer sa propre autodéfense , pour autant , hormis ses capacités en accroche limitées en portée , le Cyrano IV n’ est pas sans autres défauts ou incapacités .
        __________________________________________________________________________________________________________

        *La « cartographie » qui consiste à être en capacité de présenter au pilote l’ élévation des différents reliefs lui faisant face autorise du vol en percée en aveugle ou suivi de terrain à basse altitude de jour comme de nuit , se rajoutant en l’ occurrence à la faculté du Cyrano IV de repérer à distance de grosses formations géophysiques telles des montagnes , des lacs , des forêts , des traits de côte , ce qui par exemple pouvait permettre des retours à basse altitude en supersonique de la zone de tir de Solenzara , le pilote du Mirage F1 pouvant alors « ralentir » à seulement 20 nautiques des côtes continentales .
        ________________________________________________________________________________________________________

        Parmi ses plus pénalisants défauts ou incapacités , le radar Cyrano IV n’ a pas de capacités « look down » et n’ est absolument pas multi-cibles .
        En revanche , couplé au missiles air-air MATRA MAGIC II puis SUPER 530 F meilleurs en précision , conditions d’ utilisation , portée , le Cyrano IV sera bien plus efficace que ne l’ était le couple Cyrano I BIS-CYRANO II/MATRA R530 .

        Quoi qu’ il en soit , en dépit d’ un encombrement à peine supérieur à celui d’ un Cyrano de la génération précédente , le Cyrano IV qui saura se loger dans le radôme si effilé du Mirage F1 peut détecter un chasseur dès 40 nautiques ( dans les 75 km ) , reste utilisable à toutes les altitudes et tout le domaine de vol , balaie à 120° en azimut et 60° en élévation , peut passer du mode recherche au mode poursuite en automatique en donnant des indications de distance et de vitesse relative par rapport à la cible , un calculateur de tir offrant par la suite au pilote de l’ avion début et fin de fenêtre de tir avec moment optimum .

        Mais malgré ce fort progrès , les Américains sont en avance comparés à nous .

        Faute de crédits débloqués à temps , nous stagnerons encore plusieurs années avec le Cyrano IVM amélioré à savoir le RDM du Mirage 2000 qui mettra son temps avant de faire au moins aussi bien que le IVMR du Mirage F1 une fois ses divers standards livrés ( S1 S2 S3 ) mais nous aurons un radar tout-temps/toutes altitudes .
        La précision de détection du RDM ( apparu en 1980 ) lui permettait de repérer tout hostile non identifié par l’ IFF de 5m2 de Surface Équivalente Radar .

        Ce radar conçu autour de modes air-air et air-sol , était également bon en air-mer ( bon vecteur potentiel pour missile Exocet ) et présentait une nouveauté quant à son fonctionnement basé sur l’ agilité de fréquences et compression d’ impulsions lui conférant de bonnes capacités de lutte contre tout brouillage électronique .

        Le RDM étant plus moderne que le Cyrano IV mais de portée en détection identique , il fait mieux en air-sol et évitement d’ obstacles et en plus des grandes formations géophysiques peut par exemple détecter des ouvrages d’ art tels des ponts ou des viaducs , il dispose de mesures de découpe iso altitude , recalage de la centrale inertielle de navigation , télémétrie air sol , il dispose d’une aptitude pénétration Basse Altitude .

        En résumé , si le RDM faisait du Mirage 2000 un bon chasseur multi-rôle , en mode air-air soit son principal rôle en France , les performances attendues sont décevantes ; à l’ image d’ une poêle TEFAL , le RDM chauffe beaucoup mais n’ accroche pas .

        Mais c’ est quand-même un progrès quoi qu’ on en dise .

        Le salut viendra vers 1987-1988 du RDI premier lookdown-shootdown Français , qui faute de crédits débloqués à temps , se sera fait attendre et assurera à Dassault d’ enfin pouvoir exporter son Mirage 2000 tandis que le F-16 raflait tous les marchés….
        Rapidement suivi du RDY ( apparu vers 1987 mais monté en 1994 ) multi-cibles et rajoutant de la capacité air-sol .

        Depuis , entre les RBE 2 PESA ( 1993 ) et AESA ( 2010 et véritable saut technologique ) présentant un fort potentiel d’ évolution , il n’ y a plus de retards , cela a coûté cher mais cette fois-ci nous sommes vraiment dans la course .

        https://omnirole-rafale.com/avionique/rbe2/

        RBE2 PESA conçu avec des diodes PIN :
        https://omnirole-rafale.com/wp-content/uploads/2018/04/RBE2-PESA.jpg

        https://omnirole-rafale.com/wp-content/uploads/2018/04/RBE2-PESA-2.jpg

        RBE2 AESA basé sur technologie TRM :
        http://rafalefan.e-monsite.com/medias/images/rbe2-aesa.jpeg

        https://omnirole-rafale.com/wp-content/uploads/2021/02/Radar.jpg

        https://omnirole-rafale.com/wp-content/uploads/2018/04/Avantage-AESA.jpg

        https://qph.cf2.quoracdn.net/main-qimg-2f323e81bd3a23613f2756a56f8d8beb-lq

        Oui , je sais ; c’ est touffu .

        Bon , mais le sujet n’ est pas non plus des plus simples…. 😉

        • E-Faystos dit :

          effectivement.
          mais merci pour les précisions.

          • ScopeWizard dit :

            @E-Faystos

            Je vous en prie .

            Disons que partir de si loin avec le couple antenne-radar embarquée THOMSON CSF Cyrano I bis-missile MATRA R 530 qui déjà en tant que missile air-air faisait bien mieux que le R 511 , prouve à quel point nous avons su faire évoluer nos capacités en air-air puis air-sol d’ abord avec le couple Cyrano II-MATRA R 530 et toutes les merveilles à suivre , notamment les sauts technologiques accomplis grâce à l’ après Cyrano IV MR / Cyrano 500 / RDM , à savoir le RDI , le RDY , le RBE 2 PESA , le RBE2 AESA .

            Par rapport aux Américains qui n’ étaient pas très en forme durant les années Vietnam mais qui dès les années 1970 vont sur les radars ou les missiles technologiquement incroyablement progresser , la France a longtemps marqué le pas .

            Mais disons que depuis le RDI , en 20 ans le fossé a été franchi au point que nous sommes à présent très bien placés dans la course .

            En tout , depuis 1958 , cela nous aura demandé plus de 50 ans d’ efforts ininterrompus dont les 30 premières années furent plus que laborieuses….

            Après ces 30 premières années , déjà l’ amélioration était plus que sensible ; il nous faudra 20 ans de plus pour prétendre rivaliser avec les meilleurs et les plus avancés du secteur .

            Objectif atteint !

            Il ne nous reste donc plus qu’ à devenir les nouveaux lièvres ! 🙂

            Il y avait un film typique du début des années 1980 qui en filigrane de son intrigue policière-espionnage traitait de ce sujet et des efforts faits nationalement afin de perfectionner ces technologies….

            Peut-être le connaissez-vous ; à voir au moins une fois….
            https://www.youtube.com/watch?v=Gem-YiIcs8I

        • Gaulois78 dit :

          @Scope
          J’ai mis le lien du Rafale & rb2 sur l’article des soums Coréens + F35..Vous en avez la primeur..

  5. lecoq dit :

    pourvu qu’on en fasse pas cadeau aux Allemands …

  6. Czar dit :

    C’est pas mal le TARAMAA mais j’aurais quand même préféré le projet BEUR 2 OMAR (Bivouac Etendu à Usage Radial Redondant pour l’Omnirôle MARitime) qui me semblait plus goûtu pour prendre l’ennemi en sandwich

  7. Clavier dit :

    Quand on a réussi à ce point une cellule ….on la garde pour perfectionner autour tout ce qui fait en pratique, carrément un nouvel avion: Moteurs, radars, capteurs, avionique, armement .
    C’est ce que fait Dassault et point n’est besoin de financement allemand pour pondre un SCAF….!

  8. Guillotin dit :

    Quels sont les pays possédant et exploitant le précieux gallium , nécessaire à ce futur radar ? Il suffit de regarder ici par exemple :

    https://www.researchgate.net/figure/Diagramme-de-production-de-gallium-par-pays-producteur-entre-2002-et-2011-Jaskula-2012_fig2_303541002

    La Chine arrive en tête, mais aussi la Russie , entre autres … quelques pays dans la shère atlantiste, mais donc sous la coupe des USA qui préfèreront comme d’habitude se servir largement eux-mêmes ..et nous tirer dans les pattes pour le reste …

    La France a donc tout intérêt à modérer sa posture agressive contre la Chine et la Russie, encore une fois, si elle ne veut pas se retrouver encore une fois en slip, et vu que l’Afrique lui échappe désormais, ainsi que l’Amérique du sud et une bonne parie du Moyen-Orient .
    Finalement il nous reste quoi ? Mayotte? St Pierre et Miquelon ? la Guyane ? c’est avec ça et comme ça qu’on va rester une grande puissance, si on passe son temps en plus à continuer à cracher sur la Chine et la Russie ?
    Pour l’avenir des prochaines versions du Rafale, comme pour le reste, on a tout intérêt donc à se dégager de la sphère atlantiste et à arrêter nos postures d’inféodés aux ordres de Washington.
    A moins qu’on trouve miraculeusement du gallium en Corrèze ?

    • Frédéric dit :

      Commentaire d’une abyssale ignorance. Êtes vous incapable de lire le lien que vous avez vous même posté ? l’Allemagne , l’Ukraine, c’est plus proche que la Russie. Et avez cherché, idolâtre des autocraties que vous êtes, COMMENT il se constitue ? Il n’y a pas de mine, c’est juste un sous-produit dans la production d’aluminium ou de zinc.

    • Frédéric dit :

      Commentaire d’une abyssale ignorance. Êtes vous incapable de lire le lien que vous avez vous même posté ? l’Allemagne , l’Ukraine, c’est plus proche que la Russie. Et avez cherché, idolâtre des autocraties que vous êtes, COMMENT il se constitue avant d’écrire des bobards ? Il n’y a pas de mines nulle part le monde ! C’est juste un sous-produit dans la production d’aluminium ou de zinc. Je savais que vous étiez un mythomane, je sais désormais que vous êtes nulle en géologie.

    • Frédéric dit :

      Il n’y a pas de mines nulle part le monde ! C’est juste un sous-produit dans la production d’aluminium ou de zinc. Je savais que étiez un mythomane, je sais désormais que vous êtes nulle en géologie. Commentaire d’une abyssale ignorance. Êtes vous incapable de lire le lien que vous avez vous même posté ? l’Allemagne , l’Ukraine, c’est plus proche que la Russie. Avez cherché, idolâtre des autocraties que vous êtes, COMMENT il se constitue avant de vous ridiculiser ?

      • Guillotin dit :

        Frédéric : vous savez lire ? au lieu de répéter trois fois la même éructation ! le produit de base en question, le gallium comme il est indiqué, est majoritairement issu de Chine .. les autres producteurs de nitrure de gallium sont sous l’influence américaine.. je n’ai jamais dit que le nitrure de gallium, c’est le minerai , je parlais du gallium lui-même! la buse ridicule ici, c’est vous !
        https://www.usinenouvelle.com/article/nxp-ouvre-la-plus-grande-usine-de-puces-en-nitrure-de-gallium-au-monde.N1010869
        vous croyez qu’ils vont fabriquer aux USA ce précieux composant pour nos Rafale qui sont en concurrence directe avec leur F35 .. ? je sais donc que vous êtes nul en lecture et nul en géostratégie, trois fois de rang !

    • Lado dit :

      Arretez ,,par pitié, vous êtes ridicule..

      Le Ga n’est pas rare, bien au contraire c’est une impureté de la bauxite (l’Al est un des constituant des plus frequent de la terre). Ce qui est important c’est la filiere industrielle qui produit les mono cristaux ultra purs et les « sources » pour les dépôts en phase vapeur (ou par épitaxie) .Il y a tout ce qu’il faut en Europe et en France (on produit des siubstrats à petite échelle chez Exagan/ST à Grenoble) si on décide d’investir face à une demande solvable.La filière GaN est aussi critique pour des application haute temp et haute tension que l’on rencontre ailleurs comme dans l’automobile (Idem pour le SiC)

    • fab le vrai dit :

      posture agressive… il va falloir définir un peu plus..

      Je m’attendais plutôt à un argument du genre : le mieux pour le tarama, c’est quand même un blini fait maison!!! et du coup on en revenait à la Russie!! 🙂

    • yakavodka dit :

      Oh, le bon caniche de ses maîtres. Faut vite que tu rentres à la niche car il va pleuvoir.

    • asvard dit :

      Il y du Gallium en France métropolitaine, ça n’a jamais été exploité en tant que tel (c’est un co-minerais avec le zinc et l’aluminium) tout comme d’autres métaux et terres dites rares à ce jour pas exploités qu’il n’y en a pas. Ce ne sont certes pas des gisements très gros pas de quoi concurrencer économiquement d’autres pays mais on ne serait pas nu le jour où … pour sortir quelques minerais stratégiques

    • Myf dit :

      Bonjour,

      Le gallium n’est pas la pierre philosophale vainement recherchée par les alchimistes !

      Le brgm (Bureau de Recherche Géologique et Minière, organisme français de référence cf lien ci-dessous) explique que le Gallium n’est pas très rare car c’est un sous-produit à l’état de trace dans la très banale bauxite (le minerai d’aluminium), il y a d’ailleurs des mines de bauxite en France, par exemple dans l’Herault à 250km au SE de la Corrèze. Ce métal, au cours un peu spéculatif, n’est pas très cher (environ 120eur la tonne). Son usage devient de plus en plus commun en électronique et les quelques composants électroniques du Rafale en Ga peuvent être fondus en europe (de l’ouest) par des co-entreprises française, italienne, allemande, hollandaise qui se tiennent par des accords croisés vue l’ampleur de l’investissement. De toute manière ce radar ne doit utiliser que quelques milligrammes de Gallium, mais ils doivent être particulièrement purs. Si nous faisions un voyage dans le temps, il devait être impossible d’obtenir une telle pureté jusqu’aux années 1960 ou 1980…

      https://www.mineralinfo.fr/sites/default/files/documents/2020-12/fichecriticitegallium-publique160912.pdf
      La page wikipedia du Gallium fait une vulgarisation bien venue de ce métal et de ses spécificités.

      Cordialement.

      F. qui espère avoir intéressé l’un ou l’autre…

      • Myf dit :

        Oups !
        C’est 120eur/kg ! le gramme coûte 1.2eur le milligramme moins de 0.01eur…

      • lgbtqi+ dit :

        Heureusement, vos connaissances en minéralogie sont plus certaines qu’en matière alchimique.

        Mais merci pour votre intervention, car elle portait sur la minéralogie !

    • Jean Mineur dit :

      Mais bien sûr, c’est logique et lumineux, pourquoi personne n’y avait pensé avant vous ?
      Pour ne pas risquer de nous mettre en dépendance de pays qui sont nos alliés, il faut d’urgence que nous nous mettions en dépendance de pays qui ne le sont pas.
      Heureusement que vous êtes là. Sans vous l’industrie aéronautique française courrait droit à sa perte.

    • joe dit :

      @Guillotin, notre éternel pro-russe quoiqu’il en coûte… La France n’a pas intérêt à s’asseoir sur les principes démocratiques, tout l’inverse. L’important est la filière technologique, l’arséniure de gallium n’a pas besoin d’être approvisionné par tonnes mais par kilos pour la production de radar. Pour info il y a longtemps que la France n’est plus considérée comme une grande puissance, même par les politiques Français. C’est une moyenne puissance, riche (quoique l’on en dise et malgré la dette) alors que la russie est une moyenne puissance pauvre… Le PIB de l’espagne et ça c’était avant le 24 février dernier. Il n’y a bien que des troll pro russe pour proposer, au vu des évènements, la dictature russe attaquant un pays souverain, comme allié sur (lol). Pendant ce temps, les US dépensent plus de 50 milliards pour aider l’Europe… et ce n’est qu’un début, le tout même pas compenser par l’énergie que nous leur achetons. Pour info je vous invite à lire « Le Gallium, un métal rare, inépuisable grâce à sa production secondaire » et de comprendre que la Chine est le premier producteur mondial avec un objectif : le commerce, pas la guerre avec US+Europe, leurs principaux clients et pour très longtemps versus le nain russe qui va s’appauvir encore d’avantage après avoir détruit son économie et son armée.

      • lgbtqi+ dit :

        s’il n’était que pro-poutine… Mais non… Dans les revues qu’il feuillette à en cachette figurent d’autres figures pour lui sexy : xi le génocideur et kim l’unique obèse.

        En fait, vous voyez, il n’en a rien à secouer de poutine-kim-xi. L’important pour lui est de chier quotidiennement sa détestation de la France et des Français à qui il refuse la majuscule.

    • Titeuf dit :

      Vous êtes incorrigible !!!
      Vous dites : finalement il nous reste quoi ???
      Vous qui haïssez la France,la dédaigner sans égards vous vous faites du mourront pour cette dernière ???
      Je ne vous suis plus trop là…

    • Alpha (α) dit :

      « La France a donc tout intérêt à modérer sa posture agressive contre la Chine et la Russie » [pour le gallium]
      La France et l’Europe, ont pris en compte cette vulnérabilité de nos filières en ce qui concerne le gallium depuis… 2010 !
      Cela se traduit depuis quelques années (2015), par l’existence de réserves stratégiques en Europe et par la création de divers programmes, notamment français, histoire de sécuriser nos filières. La France, dispose ainsi de plusieurs pôles de compétences techniques dans le domaine du gallium, aussi bien dans la métallurgie que dans le raffinage et la production notamment de GaN, et aussi via du recyclage, avec en particulier UMS – United Monolithic Semiconductors, société franco-allemande
      Ah, et puis au fait : pas possible de trouver du gallium en Corrèze… ou ailleurs !
      Il n’existe pas de gisements propres de gallium, celui-ci est produit principalement et à 95 %, lors du traitement de la bauxite destinée à élaborer l’alumine puis l’aluminium. Le gallium peut également être produit, pour 5 % de la production, lors du traitement de minerais de zinc.
      Sois donc plus précis Guigui l’Aigri ! … 😉

    • Aymard de Ledonner dit :

      La Russie nous vends toujours du titane et nous vendra du gallium et tout ce qu’elle pourra nous vendre. Ne vous inquiétez pas. Comme les ventes d’hydrocarbures chuttent (en montant : les indiens et les chinois achètent à bas prix) et que les ventes d’armes s’effondrent, je doute que les russes refusent de nous vendre ce gallium, nécessaire de toute façon en faible quantité contrairement au titane.

      • Vinz dit :

        La preuve ils nous vendent leur gaz à pas cher, ce qui fait qu’on passera l’hiver au chaud.

        • Aymard de Ledonner dit :

          On s’en fout du gaz russe. Même les réserves allemandes sont pleines à plus de 90% alors qu’avant la guerre l’Allemagne dépendait largement du gaz russe. Donc oui, ne vous en déplaise petit troll russe, nous passerons l’hiver au chaud.

      • Carin dit :

        @Pascal (l’autre)
        Si ces produits sont rentables, rien ne nous empêche des créer des machines pour aller le chercher… je pense aux foreuses qui peuvent faire 100 mètres ou plus de longueur, et constituées de différents wagons d’extraction, arrosage, et traitement, des roches et terres récoltées par la tête de forage, qui elle-même pause les rails lui permettant d’avancer… car on ne réformera pas des masses de mineurs aujourd’hui que l’on sait que c’est mortel à court terme, non pas par respect de la vie… tout s’achète pour certaines gens, mais pour ce que la moindre maladie d’un mineur va entraîner comme frais de soins, de justice, de pressium doloris à verser aux veuves et veufs, ou descendants/ascendants qui ne manqueraient pas de germer par paquets de mille!
        On peut penser que l’exploitation des anciennes mines va reprendre sous cette forme d’exploitation.

        • Pascal, (l'autre) dit :

          @ Carin Bien sûr que l’éventuelle exploitation ne se fera plus comme aux grandes heures des H.B.N.P.C.*. Il faudra d’illeurs déterminer si l’exploitation sera rentable et même si la réponse est positive il faudra compter avec les associations écologistes et les riverains qui n’ont certainement pas trop envie de revoir une industrie minière près de chez eux. Cette région ayant payé et paie encore un lourd tribut à la pollution industrielle! ( »l’ancien site de Métaleurop en particulier)**
          Il est à noter que ce qui était un fléau du temps de l’exploitation du charbon est devenu une modeste mais viable source d’énergie.
          https://www.echosciences-hauts-de-france.fr/articles/exploitation-gaz-de-mine-grisou
          En fait ma réponse que vous avez complété était destiné à notre pilote, prof d’Anglais, globe trotteur en Extrême Orient, radio amateur porte parole du Kremlin est depuis peu ingénieur géologue!
          * H.B.N.P.C. Houillères du Bassin du Nord et du Pas de Calais
          ** Métaleurop
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Metaleurop

    • VinceToto dit :

      Précieux? Relativement: dans les 600 $ le kilo en raffiné, haute pureté (source: https://pubs.usgs.gov/periodicals/mcs2022/mcs2022-gallium.pdf source fiable même si US)
      « La Chine arrive en tête, mais aussi la Russie , entre autres »
      Genre, 100 fois moins que la Chine, mais effectivement elle est sur le podium…
      Votre post n’est pas parfait, mais c’était marrant de lire les réponses encore pires! Le coté fan de club de foot ne rend pas forcément plus intelligent.

      • joe dit :

        Et c’est tellement vrai que pendant que nous livrons des armes par train entier, donnant ainsi la possibilité de vaincre poutine, les russes essayent de vendre leur gaz en passant par la Turquie, comme si le fait de passer en Turquie en changeait la provenance. Avec un peu de chance, l’hiver sera doux et poutine verra se poindre une autre année avec une baisse substantielle des revenus et une accélération des sources alternatives pour l’Europe. Non seulement ils vendront ce que nous voulons bien acheter, titane, gallium, aluminium, mais à des prix inférieurs 🙂

        • VinceToto dit :

          CQFD… Bravo…

        • Tulio dit :

          Le titane ne se brade pas, d’où qu’ils vienne, faut pas rêver. Ce qui est bradé et ce n’est pas nouveau c’est le pétrole brut russe qui est de très mauvaise qualité . Tout le monde veut du gaz et la Russie écoule facilement sa production. Le gaz en question sera officiellement acheté aux Turcs pour préserver les apparences. Les pays clients notamment ceux de l’ex-Yougoslavie n’auront plus besoin d’être livrés en provenance de la Hongrie. Enfin « des armes par train entier. », ça vient pas de chez nous, vu qu’on est à poil : )

    • Aramis dit :

      Товарищ Guillotin je vai écricre dans ta langue c’est plus simple: Если вы русский, то вы действительно плохой пропагандист. Если вы француз, то вы голый и предатель, и в этом случае вы заслуживаете пулю в шею.

    • vrai_chasseur dit :

      @guillotin
      Le gallium se trouve partout dans le monde.
      On l’extrait directement (extraction primaire) ou à partir d’autres minerais comme la bauxite où sa teneur est importante (extraction secondaire).
      Les plus grandes réserves européennes de bauxite sont situées en Grèce, en Hongrie et en France.
      La production chinoise de gallium arrive en tête non pas en raison de la concentration géographique de gallium en Chine, mais uniquement parce que le coût d’extraction primaire chinois est moindre.
      Ce modèle économique chinois des terres rares extraites à moindre coût n’est cependant pas soutenable :
      le coût social subira (subit déjà) des rattrapages inévitables à la hausse. Et surtout le coût environnemental devient exorbitant : les entreprises chinoises rejettent les boues acides de séparation minerais / terres rares directement dans la nature. Aucune filière de retraitement en aval, pour que ça coûte moins cher. Le lac de Baotou en Mongolie est devenu un lac de 10 km² d’acide sulfurique, avec en plus de la radioactivité (14 fois la normale) due au thorium rejeté. Les conséquences sur la population avoisinante sont gravissimes.
      Si la Chine venait à fermer ses sources de gallium à l’export pour des raisons politiques, en Europe on l’extrairait de la bauxite. ça coûtera plus cher mais on en aura autant qu’on veut. La Chine le sait parfaitement et ne ferme pas le robinet pour ne pas tuer ses mines. Mais son modèle ne tient pas la route à moyen terme.

    • lgbtqi+ dit :

      TSS TSSSS, il nous reste… vous !

      Nickel pour les projets de méthanisation, et de fertilisation des sols.

      Bon, ok, faut vous nourrir un peu, mais le rendement vaut le coût…

  9. Fralipolipi dit :

    C’est toute l’histoire du Rafale.
    Sur la base d’une cellule au top, des améliorations continues, génériques à très spécifiques, développées par une équipe d’industriels et la DGA en circuit court et totalement autonome-souverain … ce qu’il faut impérativement conserver pour le remplacement futur du Rafale … et ce que le modèle actuel du SCAF semble vouloir effacer-annnihiler…
    Heureusement, il reste du bon sens et de l’ambition.
    Bravo.

  10. Titeuf dit :

    Cool.
    Il va continuer à être au top le Rafale !!!

    • tschok dit :

      Oui, mais il a une DLC.

      Faut bien en avoir conscience.

      Pour l’instant, quand on ouvre la porte du frigo, la barquette Rafale supporte une DLC qui est située dans le futur. Ca nous rassure, on peut filer le truc à bouffer aux gosses et à Mémé, sans qu’ils succombent aux salmonelles.

      Mais il y a deux choses qui devrait nous inquiéter, et qui n’inquiètent pas vraiment les gens sur ce blog:

      – Au fait, la DLC du Rafale, c’est quand? Plus précisément?
      – Et puis: il y a quoi de prévu, pour l’après?

      On est trop dans le flou sur ces deux points, parce que le dieu Rafale oblitère la réflexion chez les membres de son fan club.

      • UnKnown dit :

        Faire du neuf avec du vieux, ça semble bien marcher outre atlantique à en juger par les nouvelles variantes de F-16 et de F-15 qui sont commandées. Si la plateforme est bonne, pourquoi vouloir en réinventer une autre pour laquelle on n’a aucune certitude qu’elle sera aussi bonne? Après il est vrai que le Rafale est un peu petit et donc court sur pattes. Une variante « XL » ne serait pas du luxe.

        • tschok dit :

          @Unknown,

          Donc, pas de DLC pour le Rafale? Il va encore durer un siècle?

          Wagdoox, répondant à Sapeur, supra, fixe la DLC à 2050. Je le trouve très optimiste.

      • E-Faystos dit :

        effectivement, vous pourrez difficilement trouver plus fan que moi.
        mais.
        Décortiquons ça en deux phases.
        historiquement, Les US ont pris de l’avance dès les années 50 avec des deltas comme le F106.
        au passage, déjà des missiles.en soutes, un radar et un système d’armes.intégrant des stations au sol.
        personne n’aurait pu faire mieux et plus vite à l’époque.
        parce que cette technologie avant -gardiste était chère.
        et puis politiquement, les USa voulais aller au combat, et s’arrogeait le premier rôle dans la défense de l’OTAN, donc l’Europe.
        lors delà.soetie de la France de l’OTAN, il fallut alors assurer notre D.A. avec du matériel indigène.
        et c’est là que la genèse du couple mirage III/ IV prend son importance.
        je ne m’étendrai pas sur les victoires comparée des Mirages et Phantom sur les MiG: ça appartient autant à l’histoire qu’au facteur humain et de la doctrine d’emploi… donc rien de technique: uniquement du bon sens dans l’emploi et optimisation du matériel.
        remarquez au passage qu’entourée d’alliée, la France vendait des armes sur la base de son non-alignement. Ce n’est qu’au feu que la réputation de ces dernières a bondi.
        Ce point permet la transition : les programmes concurrents.sont dans la panade. tous, sans exception.
        et plein s ces derniers seront délayés et plus on aura le temps pour voir.
        car c’est avoir tord que d’avoir raison trop tôt.
        mais il vaut mieux avoir raison seul que tort à plusieurs, comme les acheteurs de F35.
        on voit en effet que le flot de rechange n’est as à la.hauteur. alors quand ils voudront tous des moteurs en même temps…
        donc on tractionne pour le SCAF. mais d’une manière qui ne fonctionne pas car les Allemands veulent monter en compétences.
        et c’est un énorme problème

      • Carin dit :

        @Tschock
        Vous vous doutez bien qu’une autre cellule tourne sur les machines des ingénieurs de chez Dassault, depuis la sortie du rafale… c’est comme ça que toute entreprise sérieuse travaille… la suite… c’est pas parce qu’on est pas tenus dans le secret des dieux, qu’il n’y a pas de secret.
        La DLC du rafale, est connue par Dassault toutes les grosses entreprises de la BITD.

        • tschok dit :

          @Carin,

          Je n’en doute pas. Je parlais du fan club, ici, sur ce blog. Eux, ils croient que le Rafale est éternel.

  11. Alexis dit :

    bravo Thales 🙂

  12. F Pirot dit :

    Je sens que quelqu’un veut utiliser des pilotes traîtres en mode UBM avec un aimant en dessous pour faire un mix et se servir en parallèle du nettoyage magnétique à l’avant pour gagner en champ de vision effectif. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière. Le mix sera trop lourd et fondra le Rafale ou vous incitera à tuer des pilotes propres et donc à perdre en capacité militaire (ou au mieux les avions suivants perdent en visibilité). Il vaut mieux ne jamais utiliser le mode UBM mais le nettoyage aux aimants est par contre excellent et pourquoi ne pas transformer les réserves de carburant en tireuses de petites bombes Pu à partir de nettoyage de fallout atmosphérique en traversant les nuages (90% vide au premier take off, ensuite on remplit avec un aimant à l’arrière à partir des nuages lourds et on plutogénise au laser… et un injecteur variable de liquide modérant (l’équipe au sol estime si besoin de chlore ou de coke ou même de captagon en fonction des nuages et du tx d’ensoleillement)… puis utilisation comme roquette avec le tir par l’arrière sur l’aimant et une micro tête Pu à l’avant du réservoir) ? Tout à fait faisable.

    • Fralipolipi dit :

      Elle est « Pirot-technique » votre idée fumante 😉

      • Pascal, (l'autre) dit :

        « Elle est « Pirot-technique » votre idée fumante  » Effectivement……………et dire que le Beaujolais nouveau n’arrivera que dans 5 semaines, ca promet!

    • Professeur Tournesol dit :

      Tout à fait pliable ?
      Si vous dites.
      Mais un peu plus à l’ouest, alors.

    • Achille-64 dit :

      Très bon.
      Je suis entièrement d’accord avec ça.
      Si ça marche pas, il y a encore le plan Q 🙂

  13. Le Suren dit :

    Un seul mot : BRAVO !

  14. Math dit :

    Il y a des évolutions qui semblent bien plus claires que des piliers de programme. Ça fait du bien de savoir que l’on croit en nous mêmes.

  15. Bob dit :

    un acronyme qui donne faim

  16. Chasseur de trolls dit :

    D’excellentes nouvelles qui rassurent quant à la volonté de continuer à assurer l’indépendance de la Base Industrielle et Technologique de Défense française.
    Il n’y a plus qu’à concrétiser tout ça avec des démonstrateurs nationaux, puis, surtout, des programmes complets.

  17. Crimson Dynamo dit :

    Bravo à Thales et la DGA pour la coordination des PEA successifs. On voit bien que les leçons du développement mal coordonné du RDI en son temps on éte maîtrisées.
    D’après mes lectures Thales a déclaré comparer son RBE2-AA à l’APG-79 américain de en termes de technologie, ce qui est exceptionnel compte-tenu de la différence de budget R&D entre les 2 industriels.
    Rappelons que les russes sont complètement (et malheureusement) inexistants sur la technologie d’antenne active aéroportée. Reste les britanniques, les italiens et les israeliens dans la compétition.

  18. Crimson Dynamo dit :

    La France reste dans la course mais pour combien de temps encore ?
    J’ai lu quelque part si ce n’est sur ce site que l’efficacité scientifique française s’expliquait par LE BON FINANCEMENT et la bonne coordination entre la recherche appliquée et la recherche fondamentale. Quelqu’un peut il expliquer de quoi il s’agit ainsi que la complémentarité entre les 2? Merci

    • Fralipolipi dit :

      N’oublions pas l’effet aussi favorable – côte budgétaire – des (nombreuses) ventes Export.

    • E-Faystos dit :

      la recherche fondamentale, c’est quand un gars gagné une médaille Fields ou un prix Nobel.
      ça récompense une théorie avant gardiste ou très pointue. Sans aller jusqu’à la découverte du boson de Higgs, il y a énormément de formules mathématiques déjà identifiée.comme prometteuses pour des programmes informatiques assurant le traitement de l’information, ou pour des matériaux prometteurs comme le graphène.
      Le graphène… matériau prometteur qui a récemment été mis à toutes les sauces. il n’y a pas d’usage où me.graphène n’est as une solution d’avenir.
      Seul problème : son coût de fabrication.
      c’est peu dire que c’est cher.
      Aussi les entreprises capables d’en créer cherchent des capitaux pour en permettre l’industrialisation de sa fabrication.
      avec un matériaux de bas pour nos cher, les tests peuvent s’enchainer et faire la part du réaliste et et du fantasme : on rentre alors dans les sciences appliquées, qui consistent à transformer une découverte en application.
      dans le cas présent, on a la combinaison d’un matériaux novateur comme l’arseniure de gallium qui permet une nouvelle génération de radar, donc un matériel de détection, qui va se couplée à un logiciel d’analyse en temps réel.
      Et même un gros matériel puisqu’il se tape le travail de deux radars très différents pour un poids… inférieur au plaisir s léger des deux avec des fonctions largement supérieures à la génération précédente (celui du mirage 2000 D).
      ce genre d’applications permettra à terme de repartir le besoin de puissance de calculette le calculateur proprement dit, et le radar qui développe des fonctionnalités inédites.
      ça fera de la place pour l’instrumentation des drones en binôme.

    • Clavier dit :

      Demande donc à F.Pirot…..

    • wagdoox dit :

      Recherche fondamentale, c’est le fonctionne de la nature. ex CERNES.
      Recherche appliquée, c’est on prendre les découverte fondementale et on « applique » à un solution. Ex Thales qui reprend le fonctionnement de GaN en sachant que le conducteur est plus efficient que d’autres pour en faire un radar.
      Innovation c’est l’application de la recherche appliqué sur des fonctionnalités pour lesquels ca n’avait pas été prévu au départ. l’iPhone ou apple reprend un modem mobile, un écran tactile et telephone pour créer le smartphone.
      (C’est évidement plus complexe mais je simplifie a dessein merci).

      Encore le lien entre les deux, c’est que tu peux très bon dans la recherche fondamentale (c’est le cas de la France) si tu permets pas à la recherche appliquée de prendre le relais ca ne profite à personne et surtout pas à l’économie.
      Ca a été un point faible de la France depuis les années 70 apres avoir rater le marché des puces électroniques (carte de crédit), avoir choisi le minitel et non le web… l’état a voulu laisser le marché gérer, alors qu’il fallait accompagner (et non dicter).
      C’est la 4eme revolution industriel qu’on a complètement manquée et l’UE reste incapable de faire le nécessaire.

    • gmél dit :

      recherche fondamentale —> comprendre

      recherche applique —> utiliser

      et pour avancer il faut parfois comprendre 🙂

      quand au financement, comme pour le reste il diminue. le cnrs d aujourd’hui n’est plus celui d’hier. comme la défense, comme l’éducation…. la faute est principalement politique, la conséquence économique. voila pour faire simple.

    • Carin dit :

      Ça fait 3/4 ans qu’il a été mis en place des financements de la part d’organismes d’état, et des grands de la BITD, couplé à des « tours de table » pour récolter des financements pour aider les
      « pépites » de France…

  19. penandreff dit :

    le gallium est un mélange de bauxite et de zinc, donc des produits disponibles au niveau mondiale; la France en créant sa propre production de Gallium sera donc indépendante, dans la même voie une usine de microprocesseurs « stratégiques » est en construction à Grenoble.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Le Gallium est métal. Et pas un métal de bauxite et de zinc…

    • PeterR dit :

      Ceci dit le silicium c’est du sable. On disait dans ma jeunesse qu’une brouette permettait de fournir les waffers pour 1 an (bon il en faudrait peut-être 5 ou 6 de nos jour). Ce n’est pas parceque la matière première est très courante qu’on est devenu indépendant pour autant.
      Espéront qu’on ne loupera pas le virage GaN dont on parle depuis des années déjà

      • PK dit :

        Pas vraiment non. Pour créer des galettes de silicium, on fond de longs lingots du diamètre de la galette, que l’on découpe ensuite en tranches fines. Mais dans un lingot (par exemple, 0,2m x plusieurs mètres), vous n’avez pas la production d’un semaine, surtout au niveau mondial.

        Une galette reste en production pendant un mois ou deux par cycle d’une vingtaine de galettes. Mais il y en a des milliers simultanément. Certaines grosses galettes, de diamètre 300 mm, ne produisent que quelques puces unitaires (par exemple les processeurs graphiques) tandis que certaines petites galettes (de très vieilles techno) produisent parfois des milliers de puces.

        Au final, ce sont des tonnes de silicium qui sont utilisées chaque année, et seulement pour la galette.

        Donc ça ne tient pas dans une brouette 🙂

        https://www.mineralinfo.fr/fr/ecomine/silicium-un-element-chimique-tres-abondant-un-affinage-strategique

        La microélectronique consomme 1% des 20 millions de tonnes annuels… Soit 200 000 tonnes. Ça fait quand même une grosse brouette…

    • asvard dit :

      Le gallium c’est du gallium (corps pur simple) pas un mélange de X,Y ou Z. Il est par contre souvent rencontré dans les mines de bauxite (aluminium) ou de zinc.

  20. Sorensen dit :

    Sympathique mise à jour qui permettra à la France de ne pas trop se faire distancer en attendant le F5. Ultime limite pour une cellule trop compacted qui n’ira pas plus loincloth.
    Mais alors que les évaluations du ECRS MK2 vont commencer, aucune communication sur la version more-than-radar. En 2030, la France aura alors 5 ans de retard sur l’Europe, au minimum.

    • patex dit :

      Que signifie ce charabia ?

      • Carin dit :

        Ce « charabia » signifie que @Sorensen n’a rien à dire…
        Il sent bien qu’il dit des conneries, mais c’est plus fort que lui… il faut qu’il bave sur la France, et la supériorité actuelle (depuis sa sortie quand même), du rafale, l’irrite au plus haut point, donc il le dit dans son habituelle version de pipicaca!
        Je vous dirais bien de ne surtout pas lui répondre, mais je n’ai aucun droit de le faire, sachez quand même que l’absence de réponse ou demande d’éclaircissement, le met dans un état proche de la maladie dites de
        « Calimero »… et personnellement, je trouve ça bien!

      • Alpha (α) dit :

        Sorensen est en souffrance. Comme d’hab…

    • philbeau dit :

      Votre problème Sorensen , c’est que la France existe et existera toujours en aéronautique militaire, grâce à Dassault et ses coéquipiers Safran et Thalès entre autres . Où en sera votre Allemagne , réduite à se fournir sur étagère chez l’oncle Sam?

    • vno dit :

      Dassault travaille avec les meilleurs, vous pouvez nous raconter comment avec des technos qui ont maintenant dix ans de retard sur eux et ne sont même pas vraiment industrialisées, les autres Européens vont prendre cinq ans d’avance , soit quinze ans à rattraper en sept ans ? Saboter le SCAF pour gagner du temps, c’est pour encore quatre ans. Pas plus ! De quoi décrocher quelques contrats d’avions dépassés au standard F4.1 puis F4.2 et se passer du progrès Européen !

      • Sorensen dit :

        Vous racontez n’importe quoi.

      • Carin dit :

        @vno
        Vous voulez bien nous faire la liste des technologies aériennes que l’Europe travaille avec 10 ou 15 ans d’avance sur la BITD française?
        Parce que là, tout ce que je vois, c’est que le seul chasseur qui devrait en profiter et affirmer ainsi sa supériorité, à savoir le seul avion de chasse vraiment européen, est dépourvu de cette formidable avancée technologique, et ne tient qu’au toutes dernières commandes de ses créateurs…
        Sinon pour le reste du monde, il est déjà à la retraite… même les Saoudiens ne l’utilise pas au Yémen, ils préfèrent utiliser leurs plus anciens F15!

        • Sorensen dit :

          Vous ne savez pas lire. Il a exactement écrit l’inverse de vos délires.
          Sinon, la fusée Vega qui n’est capable de mettre sur orbite basse que 50 kg et le F-15 GA de l’Allemagne et Rheinmetall qui ne fait pas de tank et j’en passe, vous avez réussi à les trouver depuis le temps?

      • Carin dit :

        @vno
        Désolé je vous ai lu un peu trop vite….
        Mille excuses.

  21. ONERESQUE dit :

    Très bien, notamment sur le NiGa qui permet des tensions de claquage beaucoup plus élevées, donc de la puissance en plus…..il ne faudrait PAS NON PLUS oublier que l’AVENIR se fera aussi dans les émetteurs distribués SUR LES AILES et DÉRIVES de plus faibles fréquences ( Bande C 5cm ) que la Bande X (3cm ) à Ka (1cm). Il faut du bi-bande, voire du tri-bandes pour améliorer la détection des furtifs en basse fréquence, voire de la S à 10 cm difficile sur un avion ) et des fréquences plus élevées Ka pour traquer du missile attaquant en secteur arrière et larguer les futurs mini missiles anti missiles AA , ceci sur 360°/////Penser 3 coups d’avance dans l’innovation militaire, sinon, c’est cuit….

  22. Lado dit :

    Voir le projet GREAT entre la DGA et le CNRS par ex

  23. Paddybus dit :

    Récemment, une société de pointe en électronique militaire, fournisseur sur Rafale, était menacée de rachat, une fois encore par les ricains…. je n’en ai pas retrouvé le nom, mais quelqu’un sait-il ou elle en est…???
    Car s’il faut encore avoir l’autorisation ricains pour vendre nos projets, ça va pas le faire…!!!

      • Paddybus dit :

        Oui, merci d’avoir complété mon info.

      • Moogli dit :

        Faire son marché ?

        Si les méchants ricains retirent les systèmes PIXL, MEDA et SUPERCAM de leur robot Persévérance, à quel date la France propose-t’elle ses innovations en sciences appliquées pour quel endroit ?

        Mars en solo ? La Lune en solo (puisque ESA inside Artemis) ?

        A propos de « marché », si on retire plus du tiers des revenus d’exportations partant vers les USA chaque année de notre balance commerciale, on fait quoi avec qui ensuite ?

        Qui est l’ennemi du résultat d’exploitation, quand la participation au capital suggère un accès au marché haut-de-trame chez le premier utilisateur mondial ?

        Au fait, hier c’étaient les anglais qui possédaient les part. Question simple: pourquoi aucun français n’était financièrement capable de financer le projet initial ? Plusieurs réponses possibles, mais pas de « ils prennent le pain dans la bouche de mes enfants » quand on a ni la boulangerie ni le débouché commercial nécessaire.

        Voilà. J’attends Tintin sur la dune du Pilat, maintenant.

        • Charognard dit :

          @ Moogli
          Peut être parce que notre droit n’est pas extraterritoriaĺ et nos leviers bien moins puissants…
          https://www.latribune.fr/economie/international/les-sept-armes-imparables-qui-permettent-aux-etats-unis-de-dominer-le-monde-789141.html

          • Moogli dit :

            D’accord sur les deux points, je le regrette aussi. Je regrette que sans Europe, notre grande nation rencontre des difficultés à défendre ses intérêts toute seule. Je regrette aussi que le marché commun UE soir une passoire qui n’applique jamais la réciprocité, à l’ouest comme ailleurs.

            Il n’empêche, j’ai abordé un débouché au dessus (spatial) où j’estime que la France gagnera plus en partenariat (UE, occident, Inde,…) que si elle se projette en solo.

            Concernant des enjeux possibles du XXIe siècle comme le contrôle spatial défensif (basses couches) et des projets lunaires, je suis content quand Thomas Pesquet commande l’ISS, quand il pourrait alunir bientôt, quand des technologies françaises sont sur Mars en ce moment.

            Ça participe mieux aux boucles économiques qui alimentent la RD française ensuite, puis les débouchés annexes.

            Si on propose mieux tout seul, d’accord. J’attends de comparer la différence, c’est tout. Quels débouchés pour deux boîtes citées dans lt.fr sans investissement et clientèle suffisants en métropole ?

            Encore une fois, je suis complètement d’accord avec les deux points du dessus et la source.

      • Lothringer dit :

        C’est d’autant plus facile pour les génocideurs de bisons qu’actuellement le $$ est très élevé, donc acheter des entreprises étrangères ne leur coût pas très cher.

        • Pascal, (l'autre) dit :

          « C’est d’autant plus facile pour les génocideurs de bisons qu’actuellement le $$ est très élevé, donc acheter des entreprises étrangères ne leur coût pas très cher. » Oui, les Ricains achètent mais qui…………………………vend? S’il n’y a pas de biens à vendre l’acheteur il va voir ailleurs. Un peu comme dans l’immobilier. Dans les zones balnéaires, les bords de mer du Pays Basque à la Normandie beaucoup d’autochtones (surtout les jeunes) se plaignent de ne plus pouvoir se loger, accéder à la propriété du fait de la flambée des prix de l’immobilier provoqué par des étrangers (souvent de la région parisienne à cause de leur aisance financières) à à la région. Mais là aussi, qui vend? Qui loue?

    • lgbtqi+ dit :

      eh… les Ricains ! Bien sûr…

      Partout !

      Sous votre lit, dans votre placard, sous la banquette arrière de votre voiture, cachés dans votre télévision…

      Partout !

      • Tulio dit :

        Cela dit, si Alexa trône dans le salon, pas besoin de trafiquer la téloche…

        • lgbtqi+ dit :

          Je crois que vous faites allusion à une box qui capte les conversations environnantes ?

          Il est ahurissant que des gens acceptent cela chez eux…

          Le pas suivant est l’acceptation des entraves dès la naissance jusqu’au cercueil et une sonde à demeure pour le prise des constantes biologiques.

  24. EBM dit :

    Et tout ça sans l Allemagne!

  25. plic dit :

    De toute façon les Allemand ont démontrés qu ils n étaient pas des alliés fiables, entre autre, ils fauttent sans arret avec l Oncle Sam. Autant develloper un super raffale et un monomoteur hyperveloce « super-mirage » en 2 versions: piloté et drone/allier .

  26. Prof de physique dit :

    C’est effectivement très impressionnant.
    Une filière à protéger.
    Elle peut aussi servir à développer des micro processeurs et autres composants électroniques, au cas ou une ile dont les habitants ont choisi la démocratie se ferait envahir par une dictature impérialiste.
    Le soucis n’est pas nos scientifiques et nos ingénieurs, mais notre classe politique.

  27. koala dit :

    Tarammaa, Melba, tapenade, guacamole, tortilla, cacahuète……C’est pas mauvais comme acronyme ….. Limite cucul.. Nul doute que la gastronomie s’exporte , mais hormis la Turquie et la Grèce je ne vois pas bien quelle pourrait être la cible.

  28. Alpha (α) dit :

    Avec cette évolution radar associée à un SPECTRA avec des évolutions étendues en détection et brouillage vers les bandes basses et hautes, Rafale F4 sera le nec le plus ultra de ce qui se fait en Europe, laissant loin derrière le Typhoon européen qui essaie, tant bien que mal, de rester à niveau.
    Ce standard sera le trait d’union avec SCAF/NGF s’il se fait, ou avec la solution française, et permettra à nos forces armées de rester au « top » jusqu’en 2035, en attendant la toute aussi prometteuse version F5 « MLU » dont le lancement d’étude devrait être accéléré.
    Encore de belles commandes à prévoir pour l’export !

    • Sorensen dit :

      Voilà, encore n’importe quoi. Et c’est pour 2025.
      https://www.youtube.com/watch?v=hzYnxMxtJuk

      Et le mk2, pour 2030. Qui sera sans équivalent hors USA.

      • Fralipolipi dit :

        Oh cool, les Germano-espagnols vont découvrir le radar AESA … plus de 10 ans après tout le monde ou presque.
        C’est sûr, tout va bien pour eux 🙂
        .
        Et sinon, pourriez-vous nous dire pourquoi UK et Italie ont fait leurs propres radars AESA, aussi pour Typhoon … mais sans les Germano-Espagnols, et surtout avant eux (même si toujours bien après la France pour son Rafale) …?
        .
        C’est plutôt ça qui est intéressant à savoir, immédiatement, plutôt que de regarder un gentil film promotionnel en images de synthèse.

        • Sorensen dit :

          Votre commentaire est grotesque.

          Mais cela va me faire plaisir de me répéter :

          -En 1993, conjointement, France, Allemagne et Angleterre travaillent sur un ASMAR.
          – Le premier radar AESA p&p développé pour le EF2000 date de 2008. Développé sur fond propre et hors programme par le consortium EuroRADAR. Le CAESAR -c’est dans la vidéo « promotionnelle »-. La France n’a jamais eu la moindre avance technologique.
          – Le consortium Eurofighter GmbH, contrairement à la France et à raison, n’a pas jugé nécessaire d’un point de vue financier, économique et opérationnel d’assumer une dépense conséquente pour équiper prématurément le EF2000 d’un radar AESA.
          – La vidéo « promotionnelle » a le mérite de ramasser les capacités du ECRS mk1, supérieures à celles du RBE2 AEASA. Le projet TARAMMA lui permettra de se mettre à niveau avec la concurrence, dont le ECRS mk1.

          L’Angleterre et l’Italie ne développent pas de radar AESA. L’Allemagne, l’Italie et l’Espagne n’ont pas jugé nécessaire d’équiper pour le CAPTOR-E de fonction EW. Si l’Allemagne et l’Espagne vont s’équiper d’un AESA, l’Italie n’a passé aucune commande et pourrait se retrouver avec un mk0. Mais Leonardo espère voir l’Italie sélectionner le MK2, pour soutenir le FCAS.

          L’Angleterre a décidé d’équiper son AESA de fonction EW pour être en cohérence avec le radar du F-35, le AN/APG-81. Le meilleur au monde actuellement.
          Le développement des telles IP se fera donc hors consortium et sera une étape dans le développement du radar du FCAS Anglais. Pour se faire BAE bénéficie d’une base issue des fusions lors du développement du EF2000 et a soumis le développent à Leonardo -qui n’est pas l’Italie-.
          Comme tout se goupille bien entre BAE et Leonardo pour le FCAS, ce dernier a sélectionné dans ses IP un radar développé par SELEX et SAAB -qui rejoindra le FCAS-, pour en créer des variants qui rejoindront le FCAS et pourraient équiper les EF2000 LTE anglais : le RAVEN.

          Le ECRS MK1 sera déployé en 2025 voir 2024 s’il est accéléré par le fond spécial de la Bundeswehr et le MK2 en 2030.
          Là où le EF2000 peut intégrer une ECRS MK2, le Rafale en est incapable. Pour son équivalent français, Il faudra pour cela attendre 2035 et une cellule Rafale remaniée, celle du Rafale F5.
          Et cela m’amuse beaucoup.
          Rein ne sert de courir …..bla bla bla….

          • ScopeWizard dit :

            @Sorensen

            Quelle élite !

            Ce Sorensen : c’ est tellement de haut niveau que même en faisant syllabe par syllabe , je ne comprends rien….

          • ONERESQUE dit :

            Air-to-air engagements at long ranges
            The RBE2 (has the advantage) against targets with a low radar cross section due to the greater performance of AESA types against these threats. CAPTOR-M (has the advantage) against larger targets such as bombers or MiG-31 ‘Foxhound’s due to a much larger aperture and generally higher altitude perch during air-to-air engagements. (Radar 0 will out-range both against airborne targets)

            Air-to-air engagements at short ranges and why?
            RBE2 due to much faster AESA scan, acquisition and classification of target capabilities, greater resistance to dropping contacts during manoeuvres, as well as excellent information display for pilots in F3R cockpit. (RBE2 likely to still beat Radar 0 upon IOC due to more mature system and HMI).

            Air-to-ground
            RBE2 as a multifunction AESA radar gives far more air-to-ground functionality than CAPTOR-M. (Radar 0 is optimised for air-to-air and is unlikely to challenge RBE2 in this arena).

            Maritime attack
            RBE2 again due to advantages of AESA array plus a more mature maritime attack mode with Exocet integrated. Typhoon has anti-ship munition options but no current operators use them.

          • et v'lan passe moi l'éponge dit :

            L’avance technologique ce n’est pas de dire je vais faire, mais je fais ou mieux j’ai fait
            Donc la tortue il faut quand même qu’elle arrive avant la fermeture des chaine du Typhoon.
            Enfin je dis ça je dis rien.

          • Sorensen dit :

            Le EF2000 est sécurisé jusqu’en 2030, les définitions des LTE sont en cours. Mais cela n’a rien à voir avec la production du EF2000.
            Vous racontez n’importe quoi en confondant le développement et l’acquisition d’une technologie avec sa commercialisation.
            Nous sommes bien dans « j’ai fait » -CAESAR, ECRS MK0 ECRS MK1- et « je suis en train de faire »-ECRS MK2-.

          • Fralipolipi dit :

            @Sossotte
            Ah ma Sossotte …toujours là à bégayer votre arrogance crue …
            .
            Pour ta (petite) gouverne, en l’espèce, c’est ton post qui est totalement grotesque.
            Alambiqué comme pas possible, tes propos sont illisibles du fait d’une immense confusion.
            Mais je sais que c’est voulu, car tu veux tenter de brouiller les pistes, et faire croire à une quelconque avance du projet Tyhoon AESA.
            Ce qui est évidemment et pathétiquement FAUX !… ma pauvre sossotte …
            .
            1/ un Proto d’antenne AESA n’a jamais été qu’un proto, et là, tes champions typhooniens, en 2008 n’ont jamais fait autre chose qu’une antenne de démo, mais étaient encore à des années et des années (et quelques centaines de Millions d’€ d’invest au total) de pondre un truc opérationnel sur avion de combat.
            Pour ta gouverne au passage : une antenne radar peut être au top du top (en Hardware), mais si le software et les algorithmes qui vont avec sont en mode Beta gros béta … et bien ton radar reste une daube.
            La partie Software et Data, c’est au moins la moitié des bonnes performances d’un radar moderne… et là encore, en 2008, tes Typhooniens étaient bien loin du compte.
            .
            2/ tu étales un savant (euh non, plutôt un très brouillon) méli-mélo de versions radars Captor E.
            la seule vérité ici, c’est que la 1ere version Mk0 (faite pour les Typhoon du Koweït, et non pour les Européens) est à peine opérationnelle.
            que la version Mk1, pour l’Allemagne-Espagne, ne le sera qu’en 2025
            et que la version MK2, pour le UK est elle aussi toujours en développement.
            .
            3/ la version MK1 pour l’Allemagne, ne peut se faire sans la participation majeure de Leonardo … l’Allemand Hensoldt fait le canard, mais en fait, ils sont totalement dépendants de l’expertise (même tardive) de Leonardo !
            .
            4/ … le RAVEN, c’est pour le Saab Gripen … pas la peine de tenter d’ajouter des termes savants à votre verbiage déjà confus … tu es Hors-Sujet.
            .
            En conclusion, ma Sossotte, comme d’habitude … tu racontes des salades (pour ne pas dire autre chose) …

          • Sorensen dit :

            -Le CAESAR n’était plus un démonstrateur. Et sa crhonologie prouve que la France n’a jamais eu d’avance sur qui que ce soit.
            -Le Captor-E est une famille de radar avec deux variants et non des versions.
            -le MK0 et le MK1 sont opérationnels et basés sur le CAEASAR. Premier variant.
            -Le déploiement du MK1 se fera en 2025 ou 2024. La date dépend du budget.
            -le MK2 est basé sur le RAVEN, pas le CAESAR. J’ai précisé qu’il serait déployé en 2030. Vous ne savez pas lire? Deuxième variant. Il vient de commencer ses tests sur EF2000. Quand la France commencera t’elle ses tests sur le F5 pour un équivalent? Dans 6 ans? 10?

            Tout ce qui a été énuméré ici est vérifiable, d’où l’inanité de votre commentaire. Commentaire vulgaire et grotesque, représentatif de ce que la communication de Dassault ramasse sur la toile.
            La France n’a jamais été en avance. Il important de détromper les lecteurs des commentaires de vos délires.

            *RAVEN n’est pas un mot savant. Il me serait difficile d’écrire sur une chose sans la nommer.

          • et v'lan passe moi l'éponge dit :

            @Sorensen
            –La France n’a jamais été en avance. Il important de détromper les lecteurs des commentaires de vos délires.

            Pour l’instant la seule personne a délirer c’est vous. Quand aux lecteurs ils se demandent comment peut-on affirmer d’une avance technologique sur un produit dont les performances sont à démonter et qui ne sera livré que dans plusieurs années alors que la concurrence à déjà livré des exemplaires aux performances démontrées, depuis 10 ans.
            Essayez de garder un peu les pieds sur terre.
            La tendance anglo-saxonne de vouloir toujours réécrire l’histoire à son avantage est très présente chez vous vous en temps normal, mais là vous êtes en train de vous satelliser.

        • et v'lan passe moi l'éponge dit :

          @Sorensen
          Le radar ECRS MK1 entrera en production en 2025, ce n’est pas moi qui le dis c’est Leonardo. Cela fera juste 13 ans que le RBE2 AESA aurait été livré… Et cela uniquement si les délais sont tenu ce qui est rarement le cas un glissement d’un an ou deux n’est pas irréaliste.
          Donc non ce n’est pas fait.

          Quant à l’ECRS MK2 un premier vol se fera fin 2023 avec un mise en production envisagée pour 2030…Là encore si tout va bien, parce que si vous réfléchissez un peu cela fait livraison du ECRS MK1 en 2025 et livraison ECRS MK2 en 2030… 5 ans d’écart c’est trop peu au vu des investissements il y a une version qui va en pâtir. les budgets ne sont pas extensibles.
          En tous cas la tortue doit vraiment se dépêcher… A moins qu’elle ait peur du Typhoon et qu’elle ne préfère le Tempest… Alors là oui elle a le temps!

      • Alpha (α) dit :

        Sorensen, c’est tout ? Ridicule…
        Un petit Xanax ?

        • Sorensen dit :

          Le Xanax, c’est pour les pauvres. Oui il y a tout.

          • Alpha (α) dit :

            Ben justement, le Xanax est parfaitement adapté à ta situation vue la pauvreté de tes commentaires… 🙂

  29. Parabellum dit :

    Très bien mais quel prix et le fait qu il ait un pilote rend tout ça a problème formation et coût vie humaine. Mieux vaut des missiles et des drones en masse.quand on voit le nombre de ce qui est tiré en Ukraine et le fait que les avions semblent avoir disparu quelles leçons ?

    • Achille-64 dit :

      Bonne remarque, je trouve … mais …
      Premièrement, si les avions russes volent mais que vous ne le savez pas, votre argument est affaibli à cause d’un biais de perception voulu par la propagande d’un des deux côtés.
      Deuxièmement, l’aviation russe est victime d’une grave lacune qui est la grande faiblesse de son armement guidé laser. Donc, son faible emploi en CAS serait dû à sa pauvreté en armements type GBU.

      L’emploi des avions tactiques serait différent s’il s’agissait de F-16, F-35, Rafale armés en GBU … à condition qu’ils soient accompagnés de missiles SEAD pour diminuer la menace à moyenne altitude qui semble très forte, d’après les échos disponibles (sans parler des ManPad très nombreux et très létaux en BA).

      Mais sinon, c’est vrai que ce conflit remet à jour l’emploi des drones de toutes sortes et des moyens de les abattre.
      Je dirais que les grands absents sont surtout les hélicos de combat et de manoeuvre, trop vulnérables. Il y a aussi la quasi-impossibilité côte russe de mener un assaut aéroporté de grande ampleur.

      Donc, ce conflit rebat les cartes de la ‘haute intensité’.

    • Carin dit :

      La leçon à retenir est que les avions russes ne sont pas bons! C’est tout.

      • Carin dit :

        Je vais rectifier…
        Ces avions sont beaux et puissants, mais ils embarquent des technologies largement dépassées, qui ne font pas honneur à ces oiseaux.
        Et pour mettre en service leurs armes, ils doivent descendre à portée des MANPADS que l’occident distribue comme des bonbons… donc plus d’avions russes dans les cieux ukrainiens!
        Et comme nos amis russes sont adeptes de l’auto persuasion, ils ont fait comme ils ont toujours fait « nos chasseurs et bombardiers sont invincibles ».. je pense à cet ambassadeur russe qui prétendait que les SU 30 MKI, allait foutre une raclée aux rafale, je suis persuadé qu’il en était intimement convaincu, et qu’après les différentes rencontres auxquelles il a assisté, en tant que représentant de la Russie, je suis sûr qu’il a déclaré que si les SU 30 avaient été pilotés par des russes, ils ne se seraient pas fait démonter la gueule… c’est comme ça un russe, persuadé que ses matériels militaires sont vraiment les meilleurs, dans tous les modes d’emplois!

  30. Moogli dit :

    Suite aux multiples plaintes reçues par le Ministère, concernant les anglicismes qui insultent les mémoires de Jeanne d’Arc et Thierry la Vronce, le prochain programme de torpille lourde hyperveloce à profondeur hyperbarique exposant douze sera nommé « faut qu’j’y aille! » de façon à faciliter la digestion des pangolins de l’ère quaternaire en zone tempérée qui auront le droit de reprendre leur souffle cérébral juste après le point final de cette phrase dédiée à leur endroit .

    Vive la France 🙂

  31. Kaya dit :

    Scaf , Eurodrone, Patroller,Rafale F4 ou 45 ,tous des projets dépassés et plus plus ridicules les uns les autres . 🙂 🙂

    • Bench dit :

      @Kaya: et tu propose quoi à la place mon comique? Des projets turcs de la mort qui tue?

    • NRJ dit :

      @Kaya
      MDR. C’est pour ça que vous faites que les turcs font des pieds et des mains pour essayer d’avoir des chasseurs largement inférieurs au Rafale.
      Pauvres turcs. Ils se ruinent pour avoir une armée qui est inférieure à ce qui leur fait face. Même les grecs pourraient leur mettre un carnage.

    • Alpha (α) dit :

      Tiens, j’ai trouvé un article rigolo…
      https://www.medyaturk.info/international/2022/07/25/la-turquie-souhaite-acquerir-des-rafale-a-la-france/
      En rêve ! 🙂
      Comme @Kaya, les médias « turcs » disent n’importe quoi… Le désespoir sans doute… 😉

    • saintebaguette dit :

      Tu vois mon copain, le monde se divise en deux catégories : ceux qui construisent leurs propres avions de combat, et ceux qui mendient des kits de modernisation à l’étranger. Toi, tu dois mendier.

  32. Thierry le plus ancien dit :

    La Chine produit 95% du nitrure de gallium au plan mondiale, les américains l’ont identifié comme un problème de sécurité national au niveau de la production primaire du Gallium.

    Toute concurrence ayant été écrasé par la baisse des prix, l’effet inflation du Covid pourrait bien relancer la production au Kazakhstan et en Allemagne qui ont fermés leurs usines il y a une dizaine d’année.

    avant de produire de l’électronique au gallium il faudrait peut-être s’assurer en premier de la pérennité des approvisionnements sauf à faire comme la Russie qui utilise de l’électronique américaine et occidentale dans ses missiles et se retrouva fort dépourvu quand la guerre fût venu !…

    • Toulaho dit :

      Soyez pas triste si personne vous répond. Ce sujet a déjà été à peu près épuisé plus haut dans les commentaire en réponse à la tirade de Grillepin.

  33. Bomber X dit :

    Projet intéressant. Décidément ce Rafale F 4 est très prometteur. Tout ce qui est prévu pour cette version lui fera un bond technologique qui lui permettra de rester loin devant la concurrence européenne et de rester au niveau des américains.

    • Moogli dit :

      Merci pour le lien.

      Autant face à de l’AESA, je percute naïvement le principe des 3 échos décalés déformés. Autant face à du PESA, je pige moins sur une seule émission en fréquence (je n’ai aucune compétence) :

      – Émission puis réception d’onde:  » _ _  » avec le premier _ en émission et le second _ en réception.

      – Réponse Spectra dans l’intervalle de temps entre émission et réception du radar:  » ___  » avec le premier _ en émission et le troisième _ en réception. Entre les deux, l’envoi par Spectra de la même onde _ engendre un signal continu qui devrait peut-être annuler la détection par le radar.

      Je n’ai aucune connaissance technique donc ce qui précède est sûrement nul. J’avais cru entendre parler d’active cancellation à l’époque du F2.

      Concernant un missile doppler qui activerait son auto-directeur à très brève échéance, je croyais (avant l’article) que Spectra lui faisait croire qu’il arrivait sur cible plus vite que prévu :
       » _…_.._._.__ boum  » , alors que la distance réelle donnerait  » _.._  » .

      Merci pour le lien qui m’a appris et invalide ma vieille interprétation erronée. Désolé si mes signes employés sont du martien.

      • PK dit :

        Il y a 2 moyens d’annuler une onde radar.

        Une onde radar, c’est une onde électromagnétique. C’est une onde, donc elle a donc une fréquence (le nombre de fois qu’elle vibre par seconde) et une amplitude (son énergie : la distance max entre un creux et un haut de l’onde).

        Pour annuler une onde, vous pouvez l’absorber : quand elle arrive sur un matériau mou, elle n’est pas renvoyée (principe de l’écho radar pour la géolocalisation : le principe de base est la loi de la réflexion : une onde repart toujours en réflexion selon l’angle avec lequel elle est arrivée). C’est ce que cherche à faire les matériaux passifs (ne garder que la partie transmission dans le principe de la loi de la réflexion). Problème : cela fonctionne pour une longueur d’onde donnée (une fréquence). SI l’onde change, il faut changer tout le revêtement…

        Pour annuler une onde, vous pouvez aussi émettre exactement la même onde en retour, mais décalée (un creux rencontre une bosse) : les ondes, par essence, s’additionnent (principe de superposition des ondes : 2 ondes de même nature s’additionnent). Quand un creux (une valeur négative) rencontre une bosse (la même valeur, mais positive), leur somme vaut zéro : l’onde disparaît. C’est le principe actif.

        L’intérêt du principe actif est son évolutivité : si vous changez la longueur d’onde, il est facile de régler l’onde retour à la nouvelle fréquence.

        Maintenant, un bon principe consiste à jouer sur le maximum de paramètre pour la furtivité :

        – laisser assez peu de surface accrochable pour l’onde (donc éviter les angles nets et les grandes surfaces)
        – avoir une surface très pénétrante à l’onde (ce qui entre ne sort pas : le problème est que l’onde entrée dispense de l’énergie : il faut l’évacuer). Ou alors se laisser transpercer intégralement (bois, plastique, polymère).
        – avoir des contre-mesures efficaces (elles doivent se trouvent dans le plan incident de l’onde émise en revanche, d’où la multiplication des « capteurs » sur l’avion)

  34. Kamelot dit :

    Une technique en pousse une autre… Le GaN permet de monter en fréquence, puissance et bande passante. les traitements electroinformatiques ouvrent des voies nouvelles sur les formes d’onde.
    Ceci pour dire que les antennes « panneaux » seront polyvalentes et efficientes. un très bon point pour Thales comme avec le AirMaster-C.
    la dronerie est vaste et nombreuse… les UCAV, wingman et autres RC demanderont de nombreux développements et une « interface » très complète pour être « utilisable » par un pilote dans un contexte opérationnel… Demain ne sera pas pour de suite!

  35. ICARE@ dit :

    Bonjour

    Après avoir lu tous ces commentaires, j’ai perso une question, n’est-il pas évident que l’avenir de l’aviation militaire mondial soit tout simplement équipée uniquement de drones évolués? n’ont t ils pas déjà des capacités de vol supérieur aux avions avec pilotes ?
    Je suis évidemment un profane, mais logiquement, pour aller plus vite & plus loin et sans contrainte physique lors de manœuvres en combat, mieux vaut un drone autonome ou en semi-autonomie non ?

    Le débat est ouvert 🙂

    • PK dit :

      Le débat est fermé depuis longtemps. L’un et l’autre ont leur domaine de compétence et si éventuellement l’avion piloté peut faire (presque) toutes les missions du drone – sauf les longues et encore -, le contraire ne sera pas vrai avant (très) longtemps.

    • Fralipolipi dit :

      @ICARE
      En dehors de toute considération de l’intérêt de l’intelligence, de l’intuitivité et de l’expérience d’un pilote en vol (éléments qui semblent déjà primordiaux),
      tant que les liaisons de communication vers les drones ne sont pas archi-sûres à 100%, quel que soit le contexte, … les pilotes (dans les avions) ont de l’avenir.
      .
      Or rien ne vous garantira jamais que Russie, Chine ou autres n’iront pas tenter de mettre un barouf d’enfer dans l’espace pour dézinguer les satellites militaires de communication (type Syracuse).
      Et pour les drones (plus petits) commandés directement depuis le sol ou la mer, comme les drones turcs par exemple (qui vont beaucoup moins loin), rien n’est acquis non plus …
      Le brouillage intense n’est jamais à exclure.
      .
      Ou alors, vous devrez vous en remettre à l’IA … certains y arriveront plus vite que les autres (et pas forcément les plus érudits et les plus sages) … mais cela pose alors des tonnes de problèmes et de questions …

    • E-Faystos dit :

      C’est un débat intéressant.
      mais votre argumentaire se heurte à deux problèmes.
      Le premier est éthique : l’occident ne fera de robots tueurs sans homme dans la boucle. Et comme les USa ont la main haute sur les technologies permettant d’avancer sur l’intelligence artificielle embarquée, il y aura à terme un combat entre les puissance éthiques -ou auto proclamée comme tel- et les autres.
      Un point de détail qui a son importance car les opinions publiques pèsent lourd depuis les années 50. Et il va falloir un sacré levier pour faire évoluer les mentalités qui sont réticentes à l’évocation d’une I.A. accolée à des objectifs létaux.
      .
      ensuite, il y a le problème des drones asservis à un contrôle humain : ça passe par des ondes radios, qui peuvent être détectées, brouillées.
      En résumé, ce qui est possible n’est pas opérationnel.
      les succès Ukrainiens sont manifestes, et ils le doivent à une préparation en amont qui s’est détourné des avions de chasse car ils étaient trop chers.
      avec la modification de stratégie des orcs -surnom Ukrainiens des Russes – les drones sont devenus plus vulnérables, voire largement inutiles.
      .
      mais la leçon est là, et les armées vont devoir s’adapter.
      .
      S’adapter à des adversaires qui peuvent agir à bas coût. c’est un problème que de se faire détruire un char à 5 millions par un missile qui ne coûte qu’une fraction du prix.
      .
      donc le problème n’est pas nouveau, il est juste profondément dérangeant car il montre que les technologies civiles.ont toute leur place sur un champ de bataille moderne, avec un effet de levier largement sous-estimé de beaucoup.
      .
      les leçons à en tirer sont toujours les mêmes : protection par brouillage pour mettre hors d’état les drones civils, et couverture des.rroupes par des.moyens de feu polyvalents, dont les munitions explosives à effets programmables qui deviennent une tendance de fond.
      .
      Le conflit Ukrainien déploie une grammaire qui ne s’est jamais vue avant tant elle opposé frontalement des armes d’un autre âge (guerre froide# contre des moyens duaux… mais pas tout puissant quand même.p

  36. Alex dit :

    @Carin
    Concernant Alstom, GE a bien fait chanter EDF peu après le rachat de la branche ilot conventionnel de centrales nucléaires, ce qui a à l’époque obligé EDF à arrêter certains réacteurs. Donc ce rachat a été une perte de souveraineté immédiate pour la France, l’est resté pendant 6 ans et l’est toujours aujourd’hui. Sans parler de la turbine à vapeur du Charles-de-Gaulle, qui est toujours un problème en approvisionnement et de l’incapacité de substituer Thermodyn pour fournir les sous-marins de la marine nationale. C’est Technicatome, une filliale de Framatome qui réalise les chaudières du Charles de Gaulle et Framatome des centrales nucléaires françaises, normale que GE n’y ait jamais eu accès, s’ils veulent vendre la branche ilot nucléaire conventionnel d’Alstom, c’est parce que même en la délocalisant en Pologne et en Inde ils ne parviennent pas à en tirer la rentabilité qu’ils veulent, les turbines à vapeur ne générant pas autant d’activité de service que les turbines à gaz, qui étaient ce qui intéressait principalement GE chez Alstom et car GE est en difficultés financières. Donc si Exxelia devait être rachetée par une entreprise américaine, il y a fort à parier que le gouvernement américain pourrait bloquer des ventes à l’export de Rafale, mais aussi des lancements de satellites avec Ariane 6 en déménageant ses brevets aux Etats-Unis. C’est le même problème que celui présenté par la motorisation retenue pour l’Eurodrone, toutes ces entreprises faussement américaines sont un moyen pour les Etats-Unis de vassaliser les industries de défense des pays européens. Donc si Exxelia venait à être rachetée par une entreprise américaine, le Rafale ne serait plus tellement « ITAR free », faute de pouvoir supprimer l’aéronautique militaire française, le gouvernement américain cherche à la mettre sous tutelle.