La Belgique cherche des partenaires pour produire des munitions « intelligentes » de petit calibre

Le 16 septembre, le gouvernement belge a approuvé un plan stratégique qui, appelé DIRS [Defense, Industry and Research Strategy], prévoit un investissement de 1,8 milliard d’euros entre 2022 et 2030 visant à « assurer la capacité de production de certains éléments d’importance stratégique » en Belgique.

« La guerre en Ukraine montre clairement que nous devons devenir moins dépendants en matière de défense et de sécurité, entre autres, et c’est au gouvernement de jouer un rôle », a fait valoir Ludivine Dedonder, la ministre belge de la Défense, lors de la présentation de cette stratégie, le 4 octobre.

Pour Mme Dedonder, il s’agit de faire en sorte que les forces armées belges soient « moins dépendantes des fournisseurs étrangers » pour leur approvisionnement en cas de besoin. Ce qui passera donc par une « base industrielle renforcée », avec, par exemple, des « partenariats établis entre l’industrie et le monde de la recherche dès les premières étapes de la recherche et du développement de futures capacités ».

Lors de la présentation de cette « DIRS », le général Frédéric Goetynck, qui est à la tête de la Direction générale des ressources matérielles [DGMR] a évoqué deux projets susceptibles d’intéresser aussi la France.

Ainsi, le premier consiste à créer une capacité de maintien en condition opérationnelle [MCO] des véhicules terrestres sur le site militaire de Rocourt. Ce projet devrait se concrétiser en 2025, soit au moment où la Défense belge prendre possession de ses premiers Véhicules blindés multirôles [VBMR] Griffon et Engins blindés de reconnaissance et de combat [EBRC] Jaguar, issus du programme français SCORPION.

« On veut éviter de générer des concurrences au sein du pays, en créant un partenariat entre la Défense et l’entreprise, qui sera un consortium d’entreprises réunies au sein d’un pôle fort, à même d’assurer l’entretien des futurs blindés », a précisé le général Goetynck, auprès de la presse d’outre-Quiévrain.

Le second projet évoqué par le patron de la DGMR concerne des munitions « intelligentes » de petit calibre, lesquelles seraient produites par l’armurier FN Herstal, auquel le ministère français des Armées a récemment commandé 2600 fusils de précision SCAR-H PR [Precision Rifle] pour les besoins de l’armée de Terre.

D’après le général Goetynck, ce projet pourrait être soutenu par la France, les Pays-Bas et le Luxembourg, l’idée étant, à terme, d’avoir en commun, des armes et des munitions identiques, ce qui permettrait de sécuriser les stocks.

Actuellement, la FN Herstal propose des cartouches aux normes de l’Otan dans les calibres 5,7x28mm, 5,56×45 mm, 7,62×51 mm, 9×19 mm et 12,7x 99 mm. Et aucune de ces munitions n’est dite « intelligente », c’est à dire qu’il n’est pas possible de modifier leur trajectoire une fois le coup parti. Et aucune précision n’a été donnée sur les intentions de la DMGR… si ce n’est que ce projet sera lancé dès qu’un « accord sur le financement et le nombre munitions que les nations pourront absorber » sera trouvé.

Cela étant, des travaux visant à développer des munitions « intelligentes » de petit calibre ont été menés ces dernières années. Notamment aux États-Unis, où la DARPA, l’agende du Pentagone dédiée à l’innovation, a financé le projet « Exacto » [Extreme Accuracy Tasked Ordnance]

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Clavier dit :

    Il va falloir qu’ils arrêtent ….le matériel utilisé va devenir tellement cher que toute guerre sera impossible ou effroyablement courte même pour des puissances extrêmement riches…!

    • NRJ dit :

      @Clavier
      C’est clair. Ca va être coûteux de développer des petites munitions de ce type, et leur impact sur le terrain sera proche du niveau 0.

      • HMX dit :

        Cela dépend. Il n’est évidemment pas souhaitable de doter chaque fantassin de munitions guidées. En revanche, les tireurs de précision apprécieraient largement d’être davantage dotés de munitions « intelligentes »…

        • NRJ dit :

          @HMX
          Oui mais pas le contribuable. Et ce qui fera la qualité d’un armement fera toujours l’objet d’un compromis entre le coût et l’efficacité. Pas sur que ce soit le cas avec des munitions intelligentes.

          • leptilulu dit :

            Le contribuable n’en à cure quand il est six pieds sous terre.
            Croyez-vous que Poutine aurait agresser l’Ukraine si celle-ci avait conservé son armement nuke..?

    • joe dit :

      Au contraire les munitions « intelligentes » permettent in fine de diminuer le coût des opérations. On le vois très bien en Ukraine la ou les russes tirent des dizaines voir centaines d’obus pour espérer toucher un point précis, il suffit d’un seul obus guidé pour faire le job. 30 obus classiques de 155mm coutent180K€. Un obus guidé coûte 60K€ et les prix ne feront que diminuer avec la production. Avantage supplémentaire, la cible est éliminé sans délai. les combattants sur le terrain apprécient beaucoup ainsi que les états-majors. Pour en revenir au munitions de petits calibres, il existe déjà c’est munition en 12,7. Je doute que les plus petit calibre puisse contenir les dispositifs de changement de trajectoire, sauf à utiliser la macro technologie.

      • FredericA dit :

        En tout point d’accord avec vous 😉

      • Tulio dit :

        Là, l’article parle du petit calbre c’est à dire du 9 mm et calibre inférieur. Effectivement en CAL 50 (12,7), ça existe déjà chez nous et depuis un moment.

    • john dit :

      Vous constaterez pourtant que les munitions intelligentes telles que les obus allemands SMArt 155 utilisés en Ukraine permettent de toucher 1-2 chars ou blindés lors d’un tir. Il y a des images d’un Pantsir détruit, et de divers chars et transporteurs de troupes détruits.
      Ce ne sont pas des munitions gratuites ! MAIS elles sont très efficaces. Et plutôt que de risquer un char à 5-10 millions, même si les munitions ne sont pas si chères, ce genre de munitions intelligentes sont économiquement rentables. Et en touchant un Pantsir, c’est l’espace aérien qui est libéré !

      N’oubliez pas que dans la question des munitions précises et intelligentes, il y a moins de tirs nécessaires, donc bien moins d’usure du matériel, ce qui en fait une économie importante.
      Et le besoin en logistique est réduit, autant pour les éléments de maintenance que pour les munitions tirées.

      Maintenant, dans les nouveaux concepts, les munitions rôdeuses et drones divers de combat sont des solutions économiques et efficaces.

      Ce conflit démontre l’efficacité de la qualité face au volume ! Une fois que l’armement longue portée de qualité et de précision a été reçu, la Russie a commencé à perdre son artillerie, sa logistique pour l’artillerie, et le tout s’est effondré.
      Avec la précision, parfois une mission peut avoir un impact majeur ! Mais sans précision, il y a un gaspillage de ressources énormes. C’est plus facile de produire des kits de guidage à installer sur un obus que de produire 15 fois plus d’obus nécessaires pour toucher la même cible.
      Et au final, un point intéressant, c’est que si la munition permet de toucher une cible de plus haute valeur, économiquement, ça se tient comme raisonnement.

      Pour ce cas précis, on parle probablement de forces spéciales ! Et ces forces peuvent bénéficier à avoir des munitions plus précises et qui font mouche 95% des tirs à plus longue distance puisque la trajectoire est corrigée.
      Et vous savez combien coûte un opérateur de forces spéciales? Coût en formation, en entraînement, en expérience, et en capacité à impacter sur le terrain? On doit parler en millions.
      Donc si des munitions plus chères permettent de protéger cet investissement, c’est une bonne chose. Et je vous rappelle que la France n’a pas le même réservoir de militaires que la Russie…

    • Ppsd dit :

      ce qui n’ est pas un mal…

    • JMIDRK dit :

      Vous avez raison, mais en même temps, il faut comprendre. On est en Belgique, pays du surréalisme. Quant à la ministre Ludivine DEDONDER, allez voir sa photo sur internet et vous aurez compris. À un moment, la morpho-psychologie, ça parle.
      https://youtu.be/SUIlg-agGjU

    • scalectric dit :

      OUI MAIS ALORS QUEL BEAU SPECTACLE
      et si on ne le fait pas, les autres ne se gêneront pas pour les fabriquer et nous les vendre à vil prix

  2. ScopeWizard dit :

    Mais non , ça sert à rien !

    Nous produisons nos propres sous-marins , le Rafale de A à Z , nos porte-avions , et ceci et cela , et nanani et nanana ; alors , à quoi bon vouloir EN PLUS produire nos propres munitions ou armes individuelles ?

    Notre BITD est suffisamment occupée sans ça !

    Les ZAUTRES sont là pour nous fournir y compris des équipements d’ importance hautement stratégique .

    Quoi qu’ il en soit , les Belges vont produire des munitions intelligentes et ont pour ambition d’ être les moins dépendants que possible des approvisionnements venus d’ ailleurs…

    Et tu sais quoi ?

    Ben ils ont bien raison !

    GNA ! 😎

    • Tireur-d'élytres dit :

      Du 5.56, 7.62, du 9mm intelligents ? Impossible dans les faits. Basta ya.
      * par contre plus intelligent que nos décideurs c’est facile vu qu’ils sont « bleus » (tête inerte), ahah hihi ohoh.

      encore du pognon utilisé pour peanuts !!!

      • AirTatto dit :

        Ça existe déjà depuis plus de 7 ans en CAL50 et la Darpa y travail encore (perso j’y crois pas) en 2022 pour le calibre 9mm et 5.56. Par
        https://www.youtube.com/watch?v=YoOaJclkSZg&t=39s

      • ScopeWizard dit :

        @Tireur-d’élytres

        HA HA HA HA HA ! 😀

        Excellent ! 🙂

        https://www.youtube.com/watch?v=heMboVN12r0

      • Castel dit :

        Cela servira à quoi d’avoir des munitions intelligentes, utilisées par des tireurs idiots ?
        Cet argent serait mieux utilisé pour mieux former les tireurs à l’utilisation de leurs munitions en conditions réelles, plutôt que de passer tant de temps au stand de tir, dans des conditions qui n’auront dans la plus-part des cas, rien à voir avec celles rencontrées sur le terrain !!!

        • proxima dit :

          Qui vous dit que les tireurs soient nécessairement ‘idiots’ pour vous citer ?

          • Castel dit :

            J’entend par tireurs Idiots, ceux qui ne sauront pas se servir de leur arme efficacement, parce que on ne les aura pas suffisamment formés à se servir de leur arme en conditions réelles, ce qui n’arien à voir avec la capacité intellectuelle des individus concernés bien entendu, mais il me semble que j’avais été assez clair là dessus, donc, en ce qui vous concerne, il doit s’agir d’une autre forme d’idiotie !!

        • Sempre en Davant dit :

          Et pourquoi que les officiers d’infanterie ils allaient à cheval autrefois? Rhôôooh
          Par ce qu’ils avaient pas de balle à cerveau.
          A chaque coup tiré de l’IA s’en va.
          MdR.

  3. HBVL dit :

    Ils sont pragmatiques nos voisins belges et ils ont manifestement compris qu’il faut, pour les munitions de petit calibre, avoir une autonomie de production !

    • john dit :

      Aucun intérêt… Vraiment pas du tout stratégique ! Artillerie, obus de chars, missiles, bombes, équipements en réserve pour la maintenance de tous les véhicules, aéronefs, ça c’est stratégique.
      Le petit calibre, les réserves peuvent se faire en amont, et pour des années de combat. Et comme c’est standardisé, pas difficile de s’en fournir…

  4. EchoDelta dit :

    Faisable mais pas facile et les munitions vont couter chères. Il faudra pas gâcher.
    En revanche on s’entrainera avec des POD, plus besoin de tirer en réel mais alors les soldats perdront l’ambiance d’un champ de bataille sauf a recréer un environnement sonore, mécanique (vibration) et olfactif.

  5. Sylvain (aussi) dit :

    Dans la foulée du contrat CAMO, avec la Belgique, tout autre collaboration avec nos voisins en grande partie francophone est a privilégier et me paraît même stratégique. Cela pourrait constituer un bloc Europe de l’ouest militaro-industriel. Ce projet de munitions intelligentes de petit calibre serait a coup sûr une solution à l’absence de fabricant français sur ce marché. De plus avec la Belgique, pourront se greffer les luxembourgeois et les hollandais qui partagent déjà beaucoup de choses entre-eux (Benelux). Tout ceci sans la participation des outre – Rhin, bien sûr, lesquels sont générateurs de chienlit. Comme chacun sait …

  6. LaMeuse dit :

    En avant ! Et pendant que l’on y est , il serait utile de passer au nouveau 6,8 US et aux cartouches sans etui, ce qui pourrait les interresser.

    • Lothringer dit :

      Et si on construisait une usine commune à Montmedy , à 2-4 km de la Belgique, …dans la Meuse ?
      Ok , je sors.

    • Damien dit :

      Le nouveau calibre, c’est le 6,5×51

  7. E-Faystos dit :

    sympathique Belgique,de proposer ainsi des fusion de compétences et d’intérêts…
    Même si le diable est dans les détails, autant dépanner un allié proche qui joue le jeu plutôt qu’un compétiteur sous faux nez.

  8. Aramis dit :

    Avant d’essayer de produire des munitions hors de prix car comportant de l’électronique qui sera consommé à chaque cas, produisons d’abord nous même nos munitions, faisons des stocks pour des troupes d’active aptes à la haute intensité et une vrai réserve.

    • NRJ dit :

      @Aramis
      Fait assez peu courant: je suis complètement d’accord.
      Je maintiendrai cependant le « d’abord ». Je ne dis pas qu’il faut faire ce que vous mentionnez. Mais s’il fallait le faire, je pense également qu’il faudra « d’abord » commencer par ce que vous mentionnez.

    • HMX dit :

      @Aramis : l’un n’empêche pas l’autre…
      Je ne vois aucune contradiction entre le fait de devoir reconstituer nos stocks de munitions « classiques », et développer en parallèle des munitions « intelligentes », le cas échéant en coopération avec la Belgique.

  9. « Rachat de la pépite française de l’électronique Exxellia (qui équipe le Rafale, les sous-marins FR, Ariane 5 et 6 et même le F-35) par le groupe américain Heico  »

    Qu’est-ce qu’ils en disent les soi-disant patriotes français vendus à l’Otan? Que c’est super parce que les USA sont nos alliés? Les USA ne nous aiment que soumis comme des merdes…

    • Thaurac dit :

      Ce sir une verveine et au lit, sans cauchemar!

    • Xarlaxx dit :

      La vente n’est pas encore actée. La DGA refait un tour de table avec des investisseurs et industriels français afin de créer un pool capable de faire une offre de reprise susceptible d’être acceptée par le fond britannique propriétaire de la société.

    • Lothringer dit :

      Effectivement cela interroge. A la clé le Rafale pourrai ne plus être indemne de l’ITAR pour les marchés d’export.
      Sans parler de l’espionnage industriel pratiqué par la CIA et ses nombreuses officines.

    • précision dit :

      Si je ne me trompe pas, cette « pépite française » était possédée par le fond d’investissement britannique IK Partners qui voulait la vendre de longue date…

    • joe dit :

      Tout ces achats sont faits après consultation et l’accord du gouvernement. Ils inclus des clauses garantissant la possibilité à la France de garder tous les avantages des développements. Cela reviens à une prise de participation financière des US mais un partage des connaissances. Tout bénéfice… sauf pour les complotistes qui voient une poutre la ou il n’y a qu’une brindille.

      • FredericA dit :

        « Tout bénéfice… sauf pour les complotistes qui voient une poutre la ou il n’y a qu’une brindille »
        .
        Excellente comparaison 🙂 ! … Et tellement réaliste, aussi 🙁

      • Tulio dit :

        Un partage des connaissances… Bien sûr…

    • Paul Bismuth dit :

      @ le complotiste
      Le fonds détenteur qui vend est anglais et le directeur actuel de la DGA dit que: « les offres françaises ne sont pas à la hauteur » par rapport à l’offre de rachat américaine.
      https://www.challenges.fr/entreprise/defense/vente-de-la-pepite-francaise-exxelia-vers-une-nouvelle-affaire-photonis_830462

    • lgbtqi+ dit :

      on imagine sans peine le plaisir qui vous saisit quand vous tombez sur une information mal digérée et tout aussi mal restituée et que vous venez la poster ici pour prendre le monde à témoin de la pertinence de vos idées.

      Hélas, ça ne vous fait pas progresser dans l’élucidation de votre motif particulièrement répétitif. Mais ça, c’est vous qui voyez. C’est simplement dommage que vous pensiez qu’on a en être les témoins.

    • Tulio dit :

      Si ça se fait, c’est catastrophique et ça mettra les productions françaises en porte-à-faux par rapport à la règlementation ITAR.

  10. Czar dit :

    « Le second projet évoqué par le patron de la DGMR concerne des munitions « intelligentes » de petit calibre, lesquelles seraient produites par l’armurier FN Herstal, »

    c’était une riche idée du GIAT de bazarder FN Herstal qu’il avait rachetée, hein

    • Patrick, de Belgique dit :

      Là, je suis d’accord avec vous!

    • tschok dit :

      A l’époque, oui. Encore qu’on ne puisse pas vraiment parler d’une « riche idée », l’aventure ayant été ruineuse.

      • Czar dit :

        c’est ça ton souci, schnock tu eux toujours être « d’époque » donc tu es toujours daté, dépassé. Ce qui t’intéresse le « toi » est collectif, évidemment), c’est la validation de l’instant, y compris les totems dévalorisés du passé un Nobel à une ratiocineuse lacrymo-ouvriériste, ça t’en fait un grônticrivôn.

        Alors que dans un siècle on lira toujours Céline et Houellebecq.

  11. Mario 1114 dit :

    @Le complotiste : « Rachat de la pépite française de l’électronique Exxellia (qui équipe le Rafale, les sous-marins FR, Ariane 5 et 6 et même le F-35) par le groupe américain …

    C’est loin d’étre fait :
    https://www.usine-digitale.fr/article/exxelia-specialiste-francais-des-composants-electroniques-doit-passer-sous-pavillon-americain.N2051892

    Cela me rappelle l’affaire Photonis :
    https://www.usinenouvelle.com/article/avec-photonis-la-france-reussit-son-crash-test-sur-la-souverainete-industrielle.N1061619
    Beaucoup de bruit pour rien !

    @le coimplotiste : Les USA ne nous aiment que soumis comme des merdes…
    Ne génénalisez pas …

    Bonne continuation a tous et toutes !

  12. ulysse dit :

    Les US sont déjà à la phase d’essais sur le terrain. Un vrai « game changer » pour les tirs de précision ou anti véhicules.
    L’occasion pour la France de se repositionner sur le marché des munitions.

  13. Alfred dit :

    Il y a des choses à approfondir la dedans. Un système de fabrication sous license pourrait, par exemple, permettre aux pays participants qui le souhaiteraient de produire ensuite ce dont ils ont besoin de façon autonome. Ce qui permettrait de tailler des croupières à nos « amis » Teutons, spécialistes es récupération du savoir faire des autres à bon compte….

  14. Thierry le plus ancien dit :

    on peut soi améliorer la munition soit le vecteur qui tir cette munition, voir même créer un système d’arme de toute pièce comme on l’a fait avec les drones et à mon sens il existe de nombreuses possibilités.

    Il y a eu en Ukraine peu de soldats tués par balle et beaucoup par artillerie, ce qui est d’ailleurs une constante dans toute guerre depuis le 20ème siècle, la munition de petit calibre est utilisé en dernier ressort quand toutes les autres qrmes ont parlés, c’est ce qui est arrivé à la bayonnette qui d’essentiel et longue a été raccourcis et n’est plus guère qu’un outil.

    Cela remet en question l’arme du fantassin qui dans le future aura besoin de davantage de puissance de feu qu’un fusil d’assaut quelque soit le calibre. Le lance grenade de 40mm associé au fusil est lui-même devenu insuffisant, il faut voir plus gros et plus explosif que cela, un projectile explosif guidé bien plus lent qu’une balle mais beaucoup plus puissant à l’impact et ayant une portée pratique très supérieur, quasiment un petit missile avec un système de visé au delà de l’horizon par des drones pour identifier ou reconnaître et guider les projectiles.

    c’est mon analyse de la situation, tout cela reste à créer.

  15. vieux margi dit :

    Et en France on se regarde le nombril pour réfléchir si on refabrique ou pas les munitions de petit calibre….

    Bien les Belges. Raisonnons tactique … pratique… pour une fois…

  16. MERCATOR dit :

    EXACTO utilise une photodiode à la pointe de chaque cartouche pour suivre un faisceau de désignation laser, un peu comme une «bombe intelligente», et de petites ailettes sur la balle modifient sa direction dans les airs. Il est tiré par un canon à canon lisse et ne tourne pas en vol. Apparemment cela n’est envisageable que pour les fusils de sniper avec changement du canon pour passer en configuration lisse,or les fusils de tireurs d’élites sont dans des calibres en 7.62 ou 12.7 voire 14.5 .
    Lors du premier conflit mondial, l’arme la plus létale fut la mitrailleuse puis apres l’enfouissement dans des tranchées, les mortiers, les lance bombes, les crapouillots. Contrairement à une idée reçue,contre une troupe enfouie, l’obus à shrapnels tue peu si l’on tient compte du nombre extravagant de son emploi.
    La létalité est une chose, l’effroi de son emploi peut être bien supérieur à son efficacité, ainsi le lance-flammes, les gaz de combat et les projectiles thermobariques par lance-fusées de nos jours peuvent entrainer une rupture de front non directement liée à leur degré d’efficacité .

    • EchoDelta dit :

      Ce genre de munition s’adresse à des tireurs d’élite ou de loin pour faire mouche à 3 km de cible. Pas pour « sulfater » l’ennemis lors d’un assaut bâillonnette au canon.
      Donc on est dans le tir de sélection pas pour un tir en rafale.

    • Thierry le plus ancien dit :

      Durant la première guerre mondiale c’est l’artillerie lourde de siège (ou de forteresse) qui a fait le plus de dégâts et morts, particulièrement les plus gros calibres capable de détruire les abris les plus solide et profond. Du 120mm, en passant par le 155, le 220 et même du 450mm en canons et obusiers.

      Au début de la guerre l’Allemagne avait une très forte supériorité dans ce type d’artillerie et ce n’est qu’en 1917-18 que la France rattrapera son retard dans ce domaine et pourra enfin percer le front, grâce aussi aux chars et à l’aviation.

      On constate effectivement durant la plupart des batailles de la première guerre mondiale (comme la bataille de la Somme par exemple ou Verdun) que les barrages d’artillerie préparatoire à l’offensive (du calibre 75, 100 et 155mm plus rarement), d’un coté comme de l’autre n’arrivent pas à supplanter les défenses lorsqu’elles sont bien préparés et fortifiés ou enterrés profond, car le front a prit une telle longueur qu’il y a finalement trop peu de très gros canon pour ouvrir le passage, qu’ils sont plus lent à mettre en œuvre et à tirer, mais lorsqu’ils interviennent les pertes sont terrible, en offensive comme en défensive.

      Les déluges d’obus de 75 et autres calibre plus léger peuvent stopper une offensive mais pas anéantir une ligne défensive, cela aura été longtemps un casse tête pour les états majors embourbés dans la guerre de position, jusqu’à l’arrivée des chars.

      La combinaison de la mitrailleuse associé aux barbelés qui joue le rôle de papier -tue mouche pour fixer les troupes qui se font hacher sur place, n’arrive que bien après l’artillerie dans le domaine des pertes humaines, l’artillerie représente 70% à 80% des blessures (mortelle ou non).

      https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2008-2-page-247.htm

  17. Tina dit :

    Bsr Mr Joe.

    J’apprécie votre commentaire, en ajoutant ceci :
    – plusieurs munitions capable d délivrer des sous-munitions ( billes ou pics) .
    – portée améliorée de ces munitions (x2).
    – munitions capables de suivre les soldats collègues et se diriger puis terminer leurs courses sur les ennemis.

  18. DEFRANCE dit :

    encore une histoire Belge, ça va leur péter au nez

  19. DEFRANCE dit :

    les belges pensent avoir inventé les frites, maintenant, ils vont croire qu’il ont inventé la poudre. L’histoire se répète toujours.

    • Patrick, de Belgique dit :

      Je vous trouve bien cruel avec les Belges, tout n’est pas si triste que çà outre-Quiévrain; par exemple, le franco-belge que je suis, voit sa retraite régulièrement et automatiquement indexée par ces temps d’inflation ! Je ne suis pas sûr que tous les retraités côté français peuvent dire la même chose… Ce fut une erreur côté français d’avoir lâcher FN Herstal même si çà coûtait momentanément de l’argent, Giat misait sur l’américain Colt pour s’en débarrasser, mais Colt s’intéressait surtout à Remington et Winchester où la FN avait de gros intérêts et des commandes de l’armée US, et les syndicats et politiques wallons ont commencer à s’inquiéter de voir l’entreprise vidée de sa substance; le ministre président de la région wallonne, Robert Collignon (PS), était pourtant très favorable à la France mais avec Jospin qui en plus rognait sur les crédits militaires, il n’y a pas eu vraiment un intérêt français sur cette affaire, un manque de vision sur le long terme sans doute.

  20. Révolté dit :

    Guerrier ,Guerrier ,nous sommes tous de VILS GUERRIER ,N’ aurons nous pas un jour l’intelligence de créer des armes qui tuent en nous ce sanguinaire sentiment de destruction??! ,de domination , et d’asservissement de l’autre ???!

  21. Damien dit :

    Ce ne sont pas des munitions intelligentes dont nous devons disposer ! Mais de dirigeants intelligents !
    Et actuellement ….