La chaufferie nucléaire du sous-marin Duguay-Trouin a été mise en route

Mis à l’eau dans le bassin « Cachin » du chantier naval de Cherbourg au cours de l’été, le sous-marin nucléaire d’attaque [SNA] Duguay-Trouin, second de la série « Barracuda », qui en comptera six au total, a franchi une nouvelle étape, le 30 septembre, avec le démarrage de son réacteur nucléaire K-15, développé sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction des applications militaires [DAM] du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives [CEA] et réalisé sous la maîtrise d’œuvre de TechnicAtome. L’annonce en a été faite ce 3 octobre, par la Direction générale de l’armement [DGA].

Réalisée depuis le Poste de conduite de propulsion [PCP], cette opération, appelée « divergence », a consisté à déclencher une réaction en chaine de fission de l’uranium dans le coeur du réacteur. Elle marque également le début de la surveillance permanente de la chaufferie nucléaire du sous-marin par les équipes de conduite.

« Cette étape, réalisée après autorisation préalable du Délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les activités et installations intéressant la défense [DSND], sera suivie des essais à la mer du SNA Duguay-Trouin avant sa livraison en 2023 » par Naval Group, a expliqué la DGA dans son communiqué.

Normalement, et selon un nouveau calendrier établi pour prendre en compte les retards dus à la pandémie de covid-19, ce second SNA de type Barracuda aurait dû être remis à la Marine nationale au second semestre 2022. Cette échéance n’aura donc pas été tenue. C’est d’ailleurs ce qu’avait annoncé Joël Barre, lors sa dernière audition en qualité de Délégué général pour l’armement [DGA], en juillet.

Maintenant que la vapeur générée par le réacteur va alimenter ses turbines, le Duguay-Trouin passera, dans les semaines à venir, des tests de flottaison et effectuera ses premières plongées statiques afin de vérifier son étanchéité ainsi que sa stabilité, tant longitudinale que transversale. Ce n’est qu’après cette phase, au cours de laquelle ses systèmes de bord seront aussi contrôlés, qu’il commencera ses essais en mer, probablement à partir de janvier/février 2023, si l’on se fie au « parcours » du SNA Suffren, son prédécesseur.

Les essais de ce dernier avaient duré six mois, qui plus est dans des conditions rendues compliquées à cause des mesures sanitaires liées à la pandémie de covid-19 [et d’un retour en cale sèche pour des « ajustements techniques » concernant sa manoeuvrabilité]. Avec l’expérience acquise, ceux du Duguay-Trouin pourraient prendre moins de temps. En tout cas, il devrait être livré à la Marine nationale au cours de l’été prochain, au plus tard.

D’ailleurs, la Force océanique stratégique [FOST] n’a pas de marge de manoeuvre, comme l’a récemment souligné l’amiral Vandier, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM]. « On va descendre à quatre SNA pour les deux prochaines années, compte tenu du rythme de réparation des cinq sous-marins que nous détenons et des livraisons des suivants », a-t-il en effet dit aux députés.

Pour rappel, affichant un de 5300 tonnes en plongée pour une longueur de 99 mètres et un diamètre de 8,8 mètres, un SNA de type Barracuda est équipé des dernières innovations technologiques [automatisation, mât optronique, numérisation, recours à l’intelligence artificielle, etc].

Plus discret qu’un sous-marin de la classe Rubis, il dispose d’une manoeuvrabilité accrue grâce aux barres en X de son appareil à gouverner. Ses performances étant confidentielles [il peut naviguer à une profondeur supérieure à 300 mètres], il est armé de missiles de croisière navals [MdCN], de torpilles lourdes filoguidées F-21, de missiles antinavire Exocet SM39 modernisés et de mines. Grâce à son hangar de pont [« Dry Deck Shelter »], il abrite un propulseur sous-marin de troisième génération [PSM3G], utilisé par le commando marine Hubert.

Selon la DGA, les quatre autres sous-marins du programme [Tourville, de Grasse, Rubis et Casabianca] sont « actuellement à différents stades de construction, et leurs livraisons s’échelonneront jusqu’à l’horizon 2030 ».

Photo : Naval Group

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

79 contributions

  1. rga dit :

    surtout ne pas peaufiner les travaux à Toulon! il y a la bas du syndicat à l’ancienne…

  2. Titeuf dit :

    Ça fait plaisir de voir le renouveau de la sous marinade Française.

    • Namroud dit :

      oui mais 6 sna est ce suffisant pour un pays qui possède la 2 ème zee du monde ?

      • Carin dit :

        @Namroud
        Heureusement que l’on ne fait pas de la surveillance et contrôles des pêches avec des soums nucléaire d’attaque…
        Par contre augmenter et passer à huit, donnerait de la respiration à notre royale du fait que 4 pourraient être à la mer, 2 à quai prêts à partir, et 2 en entretient. Mais pour notre immense ZEE, c’est de POM dont nous avons besoin, et de petits bateaux des douanes et de gendarmerie/police, le tout additionné à quelques avions/hélicos/drones pour une identification rapide des pêcheurs, et autres trafiquants.

        • lgbtqi+ dit :

          laissez tomber le thé, Carin… Et passez me voir pour un petit entretien.

          • Carin dit :

            Bonjour maîtresse
            Ce serait sûrement avec plaisir mais, ou suis-je sensé venir vous voir?

        • Charles Falcon dit :

          des sous marins nucléaires armes de missiles possiblement à capacité nucléaire tactique sont ce qu’il nous faut pour assurer l’inviolabilité de nos départements et territoires d’outre mer. Prolonger à 8 la série des Suffren en les dotant d’une tranche de lancement de missiles à la verticale serait un excellent choix, aussi pertinent que la construction d’un porte avions unique demain très vulnérable.

      • Titeuf dit :

        clairement….non.

      • Patatra dit :

        Tout de suite les sujets qui fachent…
        Pour la deuxième ZEE du monde, un certain nombre de patrouilleurs de haute-mer au prix pour le prix d’un SNA seraient une solution plus efficace.

      • Vinz dit :

        6 sna peut être ; 6 soums d’attaque non.

      • NicoM dit :

        Les militaires veulent plus de sous marins plus de caesar plus de rafales etc.

        Les médecins plus d’hôpitaux plus d’infirmièrs etc.

        Les policiers plus d’équipements.

        Les pompiers plus de camions.

        Les profs plus d’écoles.

        Et tous les Français veulent que les impôts baissent…

        • PHILIPPE dit :

          Ce n’est absolument pas une pique mais avec tous les déserts médicaux et les médecins, quand il y en a encore, qui n’acceptent plus de nouveaux clients c’est surtout l’espérance de vie moyenne qui, hélas, risque de baisser en France….

    • Daniel F. dit :

      Même chaufferie de le Perle, ça marche.

  3. wololo dit :

    Le retard est aussi du au travaux sur le Perle en 2022 qui ont occupé la zone de mise à l’eau, alors que le Duguay-Trouin attendait.

    • Carin dit :

      @Wololo
      Vous avez raison, mais même si le Perle avait été stationné ailleurs, les équipes extrêmement spécialisées ont été prises sur les Barracuda…

  4. Florian dit :

    Un grand bravo aux équipes de conduite de Technicatome qui ont réalisés cette 1ère divergence !

  5. Sempre en Davant dit :

    La sous-marinade ce n’est pas à la portée de tous, surtout pas à bord.
    Même pour ceux qui ne sont des équipages c’est un sacré niveau !

    Bravo à tous !

  6. belouga dit :

    Si nos décideurs avaient la bonne idée d’allonger la série de deux exemplaires, cela nous éviterait de jouer les équilibristes à la mer.

    • Fralipolipi dit :

      @belouga
      On croise vraiment les doigts pour (au moins) un de plus !

      • Patatra dit :

        @frali, même question, j’ai du mal à trouver des sources sur un 7ème. C’est une idée qui phosphore ici ou bien c’est sorti quelques part ?

    • Charles Falcon dit :

      Absolument d’accord, d’autant que le coût serait très atténue par l’effet de série.

  7. Le Breton dit :

    Les 6 de cette série seront tous strictement identiques ?

    • Czar dit :

      non, ils leur ont mis des noms différents, histoire de tromper l’ennemi.

    • Comte Vertigo dit :

      Non, si en apparence rien de distingue la tête de série et le dernier sous-marin en réalité des nouveautés et améliorations sont apportées à chaque navire. Et en principe les premiers soums sont mis au niveau du dernier, considéré comme le plus moderne de la série

  8. Raymond75 dit :

    Macron avait évoqué « des mini centrales nucléaires » capables d’alimenter une ville. La technique employée pour les navires militaires ne pourrait elle pas servir de base d’étude à ces futurs projets ? En association avec des générateurs d’hydrogène pendant les périodes de faible consommation.

    • E-Faystos dit :

      c’est exactement l’objectif, Raymond : prendre un truc complexe, onéreux, qui fonctionne, pour produire à prix réduit.

    • Victoire 1 dit :

      A priori non, car l’enrichissement n’est pas le même…

      Pour l’hydrogène il faut des Températures aux alentours de 1200 à 1400 °c pour le caloporteur, là ce sont des rapides. ASTRID mais le programme a été abandonné il y a 2 ans, et surtout l’équipe du CEA a été dissoute…

    • Sempre en Davant dit :

      La production d’énergie nuc génère de la chaleur et sur le parc existant de l’évaporation à hauteur de 31% de la consommation d’eau en France. C’est gigantesque!

      Ne soyez pas dupe, s’il n’y a plus d’eau dans les fleuves, il n’y aura plus d’autre « solution » que de réchauffer le littoral. Problème supplémentaire et non solution.

      Comprenez que l’augmentation de la température de l’eau fait baisser la concentration en O2.
      Dès lors que vous prenez en compte la quantité d’eau disponible : IL N’Y A PAS DE FAIBLE CONSOMMATION! Pardonnez moi de hurler mais ne pas comprendre l’importance de conserver de l’eau froide et saine pour avoir une chance de survie est a mes yeux le signe évident d’un manque d’iode entraînant une bouffissure au cou en forme de papillon…

      La génération d’hydrogène comme substitut au pétrole est un fantasme de syndicaliste voulant changer de camping car. On les voit, matin et soir, sur les « spots » proche des parkings aller se vider et se laver dans la mer où ils font du « trucàlamodd » parfois.
      Car beaucoup il tournent en rond pour profiter de la clim qui peine par 40° et chercher un cimetière encore ouvert pour puiser de l’eau gratis comme ils vident les eaux noires au fossé ou droit dans le Golfe. 2€ à l’aire de service : trop cher!
      Ne me lancez pas sur les locations de bateau au port et les WC marin. Les joyeux marins campeurs ce résumes ainsi : bonbon lance le contenu du seau au papier rose par dessus le bord et crie « Chérie tu viens de baigner »!
      Ces « citoyens » mangeurs de triploïdes ont’ils bien besoin d’hydrogène pour propager davantage leur mal propreté avec toujours plus de clim’ Quouahh néÔbligeaifait 40°a ma plage ».

      Ignorez vous que les huîtres transgéniques prennent l’avions pour aller grossir en Irlande faute de plancton chez nous?
      Me répondrez vous comme d’autres « les huîtres voyagent bien! »? Ou « si l’avion est à l’hydrogène… »
      Ne lisez vous jamais le travail d’asso comme eaux et rivières de Bretagne ? La mer est l’égout de la terre, elle « reçoit » assez! Faites vous une « religion » sur l’histoire des huîtres jusqu’au déversement des naissains de triplos qui ont tout détruit. Mesurez que les eaux trop rares, trop filtrés par des invasives et pourtant trop pollués sont entrain d’achever le littoral. Même Charlie Hebdo à fait du super boulot à propos des illusoires pavillons bleus.

      Cré dié il est plus tard que vous ne pensez !!!

      • patex dit :

        @Sempre en davant
        Les inepties que vous mettez a la suite les unes des autres me font beaucoup rire, mais la plus inattendue est celle sur les huîtres. Dire que des huîtres triploïdes sont transgéniques, en plus d’être faux et ferait bondir n’importe quel professeur de biologie, revient à dire qu’un individu trisomique serait transgénique. Vous en avez d’autres comme ça ?
        Il faut retourner à l’école, ou ne rien dire quand on ne sait pas !

        • Sempre en Davant dit :

          Patex : Quelles inepties s’il vous plait?
          Avez vous raté un épisode cet été? Celui de la réduction de la production d’électricité nuc en raison de la T° de l’eau peut être?
          Vous voulez chicaner Triploïde? Où et comment étaient récupérés les naissains SVP? Pourquoi cette récolte est elle devenue insuffisante? Pourquoi l’intervention de l’Ifremer? La rigolade?
          Tiens cherchez un peu a vous documenter sur la crise du norovirus et vous tomberez de haut.
          Vous pourriez aussi regarder du coté des moules : c’est pas la fête non plus.
          A votre avis la corbicule n’affame t’elle que les gardons, rotengles et autre blanchaille? Sans effet à l’estuaire vraiment?

          Il y a vingt ans ne vous déplaise, cinq ou dit coups de bêche fournissaient assez d’arénicoles de grande taille pour trois ou quatre partie de pêche. Au même endroit désormais trouver un beau ver comme autrefois est rarissime. Les pécheurs en Surf ont quasiment disparus et ils ont changé d’appâts. Sûrement la mode.

          TeddyK : vous êtes choupii . J’ai déjà mit des liens récemment lisez les remontez jusqu’au chiffres du ministère et contestez. Je vous lirait avec intérêt. C’est vrai que j’ai aussi trouvé 20% ailleurs mais figurez vous que quand les gardes pêches faisait les relevés de températures des rejets… Ils n’avaient pas le même thermomètre qu’EDF. Pas d’O2 pas de poissons.

          Carin : 30% des rivières à sec! Ah j’ai pas le lien sous la main! Un autre https://www.ouest-france.fr/bretagne/ille-et-vilaine/secheresse-en-ille-et-vilaine-des-rivieres-a-sec-avec-des-milliers-d-insectes-morts-au-fond-823ae0f8-0e5d-11ed-a485-b9eb97a3858b
          Vous ne réalisez pas la gravité de la sécheresse par ce que vous avez de l’eau au robinet. Je ne crains pas le nucléaire. J’ai vécu presque fièrement a quelques centaines de mètre d’une centrale. Graphite gaz d’abord eau pressurisé ensuite.
          Je dis simplement le milieux a changé dramatiquement. Les nappes phréatiques ont été vidés par les arroseurs. Les reconstitutions hivernales ne se font plus. Et pour les nappes profondes ne croyez pas que le rechargement ce fait en un hiver. Renseignez vous sur la nappe de Beauce situé à 120m. J’ai vu forer à 144m sans trouver d’eau. Déçu le paysan!
          Un rapport du Sénat vient de sortir sur le déclassement de notre agriculture. Il semble oublier (premier commentaires TV) le rôle éminent de l’excès d’engrais et du sur labour dans la baisse de la culture de blé tendre en France. C’est presque drôle : je connais un beauceron du nord qui était passé au sans labour il y a plus de 30 ans à cause de la disparitions de la matière organique dans sa terre. La encore, sauf à imaginer de l’hydroponie pour les céréales, il faut comprendre que les problèmes ce cumulent et ne se laissent pas diviser par un rationalisme d’affichage. La division Cartésienne très bien mais sur tout le champ.

          Quand pour la dernière fois avez vous nettoyé phares et pare brise à la station à cause des « moucherons ». La rémanence des insecticides dans les milieux naturels ne vous inquiète pas? Jeune, je vieux connisait avec ma carte de pèche et les « péquenots » de chasse pêche nature et tradition. Ne vous déplaise notre refus de la mort des lièvres dans les champs de colza 00 (graine enrobé de néonicotinoïde déjà!) et de la disparition des perdrix dans les champs de blé n’étaient pas absurdes.
          Ne parlons plus de perdrix, elles sont quasi éteintes, mais de la disparitions des champs de blés… Les abeilles ne sont pas qu’un symbole napoléonien.
          Nous sommes devenus des importateurs de blés tendre, d’électricité etc…
          Rendez vous compte que la production d’électricité en fonction de la demande se faisait en hiver, par temps froid et hautes eaux. Aujourd’hui le Sud consomme plus que le Nord à cause de la clim. La demande est donc forte en été quand il n’y a pas d’eau. Et les plaisantins, veulent que les estivants rechargent leurs voitures électriques aux bornes super rapide au chassés-croisés estivaux? Le cycle tourne plus rond. D’abord laisser se re remplir les nappes!

          Vno : chiffres de la presse pas de mon imagination.

          Raymond : ne vous déplaise je suis aussi pacifiste que vous. Et maintiens que les approvisionnement en nourriture, en eau, et en énergie sont les sujets les plus importants pour la défense.
          « Quand le foin manque au râtelier les ânes se battent ».
          Bien d’accord avec vous pour la démographie. Mais ce n’est pas la notre. Et contrairement au gros des américains je n’imagine pas que « god » fournira tout pour tout le monde éternellement. Le bilan famine des instances internationales depuis les indépendances est dégueulasse…
          Pour les forêt souvenez vous que Colbert à dit à Louis XIV quelque chose comme « Dans 300 ans, grâce aux chênes de la forêt de Tronçais les bateaux de votre Majesté auront les plus beaux mats d’Europe » Les forêts de France sont artificielles pour la plus part. Bien souvent ce sont même des travaux d’assainissement pour assécher des régions marécageuses. Je vous laisse chercher les maladies qui ne se sont éteinte que dans les années 60 en Sologne c’est « curieux ».
          Vive le savon de Marseille!

          Ltikf : un peu de piquant fait réagir. Il est tout a fait extraordinaire de constater les comportement pavloviens et grégaires. L’influence de la publicité sur les comportement quotidien est inouï. Mais peut être pensez vous qu’une plage est cet espace criblé chaque matin où des douches bien chaude permettent de laver sa combi entre deux sessions? Ou qu’a rien ne sert de porter en déchetterie ses produits chimiques puisqu’il est si simple de flanquer tout à l’égout : l’été à la mer. Dans le film L’Homme qui voulut être roi une scène relate que ceux d’amont font rien qu’a pisser dans le fleuve pour emmer** ceux d’aval.
          Hors du cinéma rendu z-à la cote ils recommencent sur eux même. Aux chiots cela passe rapidement.
          Savez vous comment l’on distingue un « voyageur » d’un « camping cariste »? Le « voyageur » se lave le camping cariste se sent.
          https://i.redd.it/xefzo619dee31.png Zut il en manque! Rendez nous Proudhon ça c’était un imprécateur! https://www.proudhon.net/etre-gouverne/

      • teddyK dit :

        « La production d’énergie nuc génère de la chaleur et sur le parc existant de l’évaporation à hauteur de 31% de la consommation d’eau en France.  » : Même Greta Thurmberg n’oserait pas sortir de telles billevesées.

      • Carin dit :

        @Sempre…
        Il me semble que le cycle de l’eau, passe par l’évaporation de l’eau existante, qui se transforme en nuages, avant de retomber sur nos têtes sous forme de pluies, grêles, neiges…
        Vous oubliez juste que
        « Rien ne se crée, Rien ne se perd, Tout se transforme! »
        Vos 31% d’évaporation reviennent sous forme de pluies etc…
        L’actuel danger du nucléaire ne provient pas de ses tours d’évaporation, mais de la très longue durée de vie de ses résidus et déchets, auxquels nous n’allons pas tarder à être confronté, vu le nombre de fûts radioactifs que nous avons balancé à la mer, avant de créer des usines de retraitement et stockage.. par exemple, le Chanel en est par endroit truffé, et l’acier de ces fûts rouille et se détériore au contact de l’eau de mer, il nous faudrait récupérer ces fûts avant qu’ils ne se percent et que la manche soit interdite de pêche… et c’est pas le seul endroit où cela va se produire.

        • Lado dit :

          Attention à ne pas confondre retraitement (extraire le Pu à la Hague pour le réutiliser en Mox comme combustible et les déchets ultimes à très très longue vie.Mais ces déchets ont un volume très faible comparés aux autre déchets.On estime à 60000T en Europe dans les 50 ans..mais comme l’U ou le Pu sont hyper dense cela représente  »en net » hors emballage )une piscine olympique..
          Le stockage profond dans la bonne géologie retenu par ex en Finlande, Suède , Suisse ..ou a à Bures n’est pas ideal mais la moins mauvaise solution (Un tunnel de qq ce6ntaines voire un Km à 400m sous terre..
          Si on trouve dans la nature des gisements d’Uranium qui proviennent de l’histoire de la terre c’est bien que des stuctures géologigues les gardent sans dilution depuis des millénaires

        • Bravo Charlie dit :

          Du côté de Mourmansk, pas mal de fûts aussi.

      • vno dit :

        31 % ??? C’est la pisse de cochon bio dans les rivières en bretagne pas l’évaporation des centrales nucléaires !

      • Raymond75 dit :

        Ce n’est pas le lieu pour débattre écologie, et vous avez raison pour ce qui est du réchauffement des fleuves en période de sécheresse.

        Mais il faudra admettre qu’aucune production d’énergie, aucune fabrication de produit, aucune activité humaine ne peut avoir un bilan écologique neutre. On ne peut que rechercher un compromis. Et en premier lieu stabiliser la croissance démographique.

        Jusqu’à la fin de XVIIIème siècle, il n’y avait pas de transports, peu d’industries carbonées, on avait froid l’hiver, on mangeait peu, l’hygiène était déplorable et la médecine très très faible, mais on dévastait les forêts pour produire du charbon de bois …

      • Ltikf dit :

        Cré Dié… Huitre à babord ! Lancez la traduction automatique ! « Blub-blub-blub » trop de jus de citron mon Commandant !

    • Thierry le plus ancien dit :

      Il y a aussi les mini satellites tel des papillons éphémères et tout un lot monstre de conneries sans nom financé en pur perte avec nos impôts.

      Pour l’électricité il existe le pompage-turbinage :

      https://blog.romande-energie.ch/fr/comprendre-l-energie/127-le-role-du-pompage-turbinage

      qui me parait quand même bien moins débile que les projets suceur de pognon venu surtout des startup des minions à Macron, vous savez ces coquilles vide dont le principale poste de dépense est le salaire de ses dirigeants.

    • v_atekor dit :

      C’est l’idée. D’ailleurs, très bizarrement, les futurs réacteurs du porte avion français ont exactement cette puissance.
      .
      En moins polémique que Sempre endavant, chauffer de l’eau de mer plutôt que de l’eau douce a pas mal d’avantages.
      .
      PS : endavant en un seul mot normalement https://ca.wiktionary.org/wiki/endavant . C’est peut-être une variante nord catalane ? Peu importe, j’apprécie de ne pas être le seul catalan sur ce forum.

      • Czar dit :

        le nord de la Catalogne, c’est Figueras/Figuères. je pense que vous voulez parler du Roussillon (qui a effectivement sa propre variante dialectale du catalan)

        • v_atekor dit :

          La Catalogne nord n’est pas le nord de la Catalogne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Catalogne_nord
          .
          Quant au Roussillon, c’est la plaine de Perpignan, dans un espace essentiellement constitué par les Pyrénées, c’est à dire des montagnes.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Roussillon_(g%C3%A9ographie)
          .
          Le jacobinisme français qui prétendrait-il expliquer comment parler au sud des Pyrénées ?

          • Czar dit :

            la « catalogne-nord », ça n’existe pas c’est un truc inventé par les séparatistes en ayant ressorti des limbes le concept d’un secrétaire de mairie maurrassien (donc juste d’inspiration régionaliste/fédéraliste dans l’héritage du félibrige mistralien) ça n’a aucune épaisseur historique c’est juste ce qu’on appellerait « l’invention de la tradition) le terme a commencé à être diffusé dans les années 90.

            le Roussillon, ce n’est pas qu’une géographie, c’est aussi une histoire et historiquement parlant, ça désigne l’essentiel du département des PO sauf la Cerdagne, partagée en deux par le traité des Pyrénées (et le pays de Fenouillèdes, rajouté à la Révolution)

            le jacobinisme français » a ses tares, mais au moins il n’invente pas des titulatures spéciales catalanes aux rois d’Aragon en leur donnant des numéros totalement à rebours de ceux qu’on trouve dans toutes les historiographies de la planète pour fabuler un Etat catalan immanent et qui n’est masqué au monde que par la perfidie d’un vaste complot international, principalement jacobino-madrilène. (car oui, lorsqu’il s’agit de crucifier le pays des Segadors, l’odieux hidalgo-franquisto-castillan devient derechef un vrai bon jacobin afrancesado)

          • Sempre en Davant dit :

            v_atekor, Czar : il y a tellement longtemps que je n’ai pas vu le Canigou… Hélas!
            Pour être exact quand j’étais enfant, au temps ou Perpignan sortait chaque jeudi soir pour aller voir les sardanes entre les platanes, les plaques de fer peinte qui ornaient les cuisines portaient Sempre en Daban Mai Morirem.

            Alors dialecte séparé comme les « patois » de Lorraines ou d’Alsace vu d’Allemagne?
            Entre la saignée de 14 qui s’est prolongée, mon arrière grand père est mort des gaz en 23 (et de l’autre coté en 26), « l’invasion » liée a la guerre d’Espagne qui a apporté une autre « Catalanité », les bouleversement de l’occupation et dès avant la guerre (mon grand père paternel est parti mobilisé sous les menaces de mort de ses « camarades » CGT-coco, a résisté en dépit d’eux et n’a pas revu ça femme en 1945 car il s’était exfiltré « à Paris » grâce a d’autres résistant sans couleur politique et à l’avertissement d’un soldat « non pas allemand mais autrichien » qui lui avait dit « la gestapo est sur fous faut partir » ce qui lui a sauvé la peau. Les planqués sont venus le voir en 44… Son retour, la retraite venue, lui a fait retrouver un pays qui n’était plus vraiment le sien. En trouvant les vieux enfants de ses camarades morts et seulement deux vivants de sa compagnie il s’était heurté au vide de ceux qui n’étaient pas revenus et n’avaient pas eu de famille.
            Même ayant vécu, c’est une impressionnante façon de découvrir la disparition de sa jeunesse par la disparition des copains sans suite.
            Les pieds noirs furent « réinstallé » avec des moyens financier que n’avaient pas les locaux. Il faut leur rendre grâce, ils prirent une part importante dans le développement de l’arboriculture avec leurs techniques d’irrigation qui ont renouvelé les anciennes pratiques jusqu’à ce que la concurrence « pas chère » fasse perdre le sens de la qualité.
            Au marché de la (pauvre!) place Cassanyes dans les années 80 pas un marchand n’aurait osé présenter des pèches rabougries. Trois au Kg qualité moyenne !
            Essayant un coup de pèche vers Ille sur Têt je croise deux types affairés sous ce qui était bien des plans de Kiwi : au moins ça fait de l’ombre. « Monsieur, je ne dis pas. Parfois, enfants, nous prenions un fruit sur un arbre qui n’était pas nôtre… Maintenant il faudrait remercier s’ils ne cassent que des branches… »

            Bref M. Lagneau ayant consacré un article aux cluPs de rugby qui célébraient le centenaire de la guerre de 14 c’est pour répondre a un supporter du Stade Montois que j’ai pris ce pseudonyme et le vice de commenter. Chaque fois que le maillot de l’USAP de réception est désigné comme « bleu azur » j’en ai mal au bleu horizon qui rappelle constamment que 7 sur 15 des joueurs champions de France en 14 sont morts au feu.
            C’est cela que je respecte plus que l’orthographe d’une langue et d’un accent qui me filent entre les doigts.

            La nostalgie m’a fait découvrir que les PO produisaient la meilleure bière du monde en pleine sécheresse. Axurit? Poc axurit?
            Par dessus toute autre considération la France est divisée entre ceux dont les anciens ont combattu en 14 et ceux qui n’en étaient pas. Cela résume Sarko, ses postures et son insuffisance.

            Il me semble que Scope est aussi du bon coté des Pyrénées mais que lui y vit.

            Pour revenir au sujet eau et réchauffement : il y a tout le retour de la dessalinisation de l’eau en Israël et de l’entrée des poissons de mer rouge en méditerranée. Sur ce sujet il y a quelques 20 ans de retex sur la salinité, l’oxygène, et le grand remplacement. Et tout le monde s’en fiche! La pêche de thon rouge en Bretagne? Chouette il me faut un plus gros bateau et non au secours les poissons crèvent de faim.

            S’il m’arrive d »acheter des mangues d’Espagne ce n’est pas sans culpabiliser. Selon Peguy : « Le monde est plein d’honnêtes gens. On les reconnaît à ce qu’ils font les mauvais coups avec plus de maladresse ».

            Les Britons ont un nouveau King pour régner sur eux. Au temps de sa jeunesse il trouvait a expliquer ses vues dans le Saint-Hubert journal cynégétique français et à les mettre en œuvre dans le https://duchyofcornwall.org/
            Être d’accord avec un anglois était une des grandes surprise de ma jeunesse. Si His RM parvient à faire installer de l’assainissement qui ne se vide pas dans la manche à la première pluie comme une station balnéaire a son premier touriste un progrès grand fait nous aurons.

            Allez, petit conseil bibliographique : Histoire du Roussillon par Jean de GAZANYOLA Perpignan 1857

          • v_atekor dit :

            @Czar. « la « catalogne-nord », ça n’existe pas c’est un truc inventé par les séparatistes ». LOL. Bon, donc en bon fasciste tu t’entêtes à obliger les autres à penser comme toi, quelque soit la langue, et le pays. La Vérité sort de la bouche de Czar et les autres doivent obéir et appliquer sa conception et son point de vue.
            .
            On en a eu un dans ton genre, le même que le pingouin russe, pas fâché qu’il soit 3 pieds sous terre.

          • v_atekor dit :

            @Sempre en Davant. Pour ce qui est du « Dialecte », pour ce que j’en lis aujourd’hui, le catalan de Perpignan est exactement celui de Barcelone, il y a un alignement très clair. Pour la prononciation c’est une autre histoire 😉

          • v_atekor dit :

            @Czar. Prend une carte, et tu verras les noms de différentes zones constituent ce territoire. Pour les comarques, il n’y a pas que la Cerdagne, loin s’en faut. Mais j’éduque un âne qui n’a pas soif et qui veut tout sauf regarder une carte qui risquerait de mettre à mal ses certitudes.

          • Sempre en Davant dit :

            v_atekor,
            Vous avez raison l’accent c’est important.
            Perdant le peu que j’en avais, il m’arrive de faire des entorses scandaleuse au cannelle – citron de la crème catalane.
            A cause un truc épatant : le flanero con tapa avec ses trois verrous et sa petite poignée.
            deux cm d’eau dans le fond d’une cocotte minute, 5′ à la rotation, 30′ avant d’ouvrir une nuit au froid.
            3 ou 4 œufs blanchis avec 80g de sucre auquel un ajoute 1/2 litre de lait… ce qui se fait le temps que 40 autres grammes de sucre deviennent du caramel pour napper le flanero. Parfumé d’extrait de vanille si faignant ou longuement infusé (a chaud et la veille avant la nuit au frigo) de cannelle et du zeste d’un citron si gourmand.

            En partageant une petite douceur comme ça vous pourriez même vous entendre avec Czar! 😉

        • v_atekor dit :

          Je m’emporte un poil (chacun ses susceptibilités), mais vérification faite, l’expression existe également en français. Mais n’ayez crainte, ce n’est pas une revendication sur ce territoire ayant une histoire et une langue liée, je laisse ça à la Russie, ça a l’air de leur réussir à Donesk… 😉

          • Czar dit :

            je donne plus haut l’origine de l’expression « Catalogne-Nord » c’est un truc qui a tenté d’être imposé dans les années post 68 a disparu que les mouvements séparatistes (les médias n’accordant pas le

            Bon puisqu’a priori je reverrai le Canigou avant Sempre en Davant, je le saluerai depuis ma terrasse

            (revendication il y a , même si ces mouvements locaux sont essentiellement le fait d’Espagnols exilés pendant la guerre civile et qui remercient bien mal la France de ne pas les avoir bloqués au Perthus lors de la Retirada)

            après nulle crainte, nous savons nous défendre en 1621, l’ost perpignanais a déclaré la guerre au Principat de Catalunya et s’est martialement mis en route, quand bien même il s’est arrêté à Elne, vingt kilomètres au sud

          • Tulio dit :

            Czar, « la « catalogne-nord », ça n’existe pas » Bravo ! Le terme qui existait côté sud des Pyrénées, a été remis à la mode en France par l’écrivain Alphonse Mias (Alfons Miàs en catalan) dans un manifeste publié en 1935. Les années 68, ça doit être une référence à un autre idéologue, Llorenç Planes très actif dans les années 70. Pour info, le Royaume de Catalogne existait dès le XIIe siècle, il est devenu le royaume de Majorque et avait sa capitale à Perpignan alors que l’Espagne dont le territoire était occupé par les Maures, n’existait pas encore.

          • v_atekor dit :

            @Czar: c’est une dénomination tout à fait classique et apolitique au sud des Pyrénées. En 1968 de mon côté, on ne se serait pas vraiment amusé à pousser ce genre de fantaisie. La catalogne nord fait partie des pays catalans, c’est à dire les zones où on parle catalan (qu’on peu appeler valencien selon l’interlocuteur, ça ne me dérange pas, après tout le premier auteur était originaire des Baléares). C’est la zone annexée par louis XIV par le traité des Pyrénées, qui n’est pas le seul Roussillon, mais un ensemble de comarques qui de mémoire sont au moins 5 (mes cours sont loin) et plus avant des entités féodales dont le comté de Roussillon n’est qu’un élément. J’ai appris ça au collège ça fait loin, mais wikipédia est là.
            .
            C’est un peu comme beaucoup de français parlent de la Hollande pour les Pays-Bas, pas de quoi fouetter un chat.

          • Czar dit :

            atekor : l’une des clefs de la sagesse est de savoir choisir ses combats avec un peu plus de finesse, Eixurit, tu aurais compris à quelques allusions que je « connaissais un peu » le sujet et dès lors qu’il était assez vain de me sortir quelques platitudes et pas mal d’erreurs à ce sujet.

            @Tulio : je vois qu’on connaît le milieu : je pensais à Jean ‘Joan’ Becat et effectivement à Planes (mais quand j’ai parlé d’Espagnol c’était au chef de la mouvance séparatiste Jordi Vera)

            attention à une erreur toutefois : il n’existait pas de « royaume de catalogne » le Principat (et le comté de Roussillon comme celui de cerdagne étaient des unités administrativement autonomes incluses dans la couronne d’Aragon, quand les comptes de Bareelone ont obtenu la couronne pour eux (à la façon des stuart écossais en Angleterre) le royaume auquel vous faites référence est celui de Majorque, mini-Etat associant le Roussillon moderne et les Baléares (d’où les Palais à Perpi et collioure)

          • v_atekor dit :

            @Tulio. Pour le « Royaume » de Catalogne, il n’a pas existé sous ce nom, même si en pratique c’était la même chose. C’était à l’origine un Comté franc (Comté de Barcelone) qui est devenu indépendant de fait à partir de la fin du Xe siècle : Une razzia maure sur Barcelone, et suzerain,roi des Francs regarde ailleurs, du coup le comte laisse tomber le lien de vassalité, et la catalogne devient une Principauté et le reste fort longtemps avec une gestion séparée, ses constitutions et son parlement, mais sans prendre le titre de royaume, et même si par la suite le roi (d’Aragon) est en réalité issu de cette principauté. En pratique, ça revient peu ou prou revient au même, mais qui donne un argument à certains, comme si l’histoire de l’an mil avait une importance majeure dans la gestion de 2022.

          • v_atekor dit :

            @Czar. Donc, Wikipedia aidant, la province du Roussillon, est la structure administrative de l’ancien régime /après/ la conquête française. Pas un truc très connu pour moi. Que tu utilises cette formule, c’est ton droit, que tu me l’imposes c’est autre chose.
            .
            Bizarrement les souvenirs de la Retirada auquel tu fais écho ne sont pas très flatteurs, car s’ils n’ont pas été retenus au Perthus, ils l’ont été à quelques km de là. Regarde ce film, ça te changera les idées.
            .
            * https://www.youtube.com/watch?v=XJrbCNbNf5c
            .
            * https://www.elpuntavui.cat/cultura/article/19-cultura/1748618-dibuixar-el-dolor-i-l-exili.html

          • v_atekor dit :

            @Czar. Pour les combats, ce que je défends, c’est la possibilité de pratiquer ma langue – mes langues, mais l’espagnol, et maintenant le français ne sont pas exactement dans la même situation.

          • v_atekor dit :

            @Czar:… il y a bien d’autres points de politique intérieure, que tu peux imaginer si tu es à quelques km de la frontière, mais que je m’interdis d’aborder ici, comme le reste de la politique de la péninsule.

      • Tulio dit :

        Moi, le Canigou, je le vois de temps en temps, je ne suis pas trop loin… Je le verrai à la Toussaint quand j’irai au cimetière de Pollestres, fleurir les tombes de mes aieux…

    • Florian dit :

      Non, ça n’a absolument rien à voir.
      Il n’y a pas que la cuve et le Générateur de Vapeur [GV] dans une centrale, il y a tout le reste (je ne vais pas faire la liste).
      Je ne rentre pas dans le détail mais les chaufferies nucléaires utilisées en Propulsion Navale [PN] sont extrêmement compactes et demandent des efforts incroyables d’aménagement. Pour une centrale électrogène du civil, on les appelle mini centrale parce qu’elle ont une puissance relativement faible et donc des dimensions de la cuve et du GV qui sont dans les mêmes ordres de grandeur que celle de PN. Mais il n’y a pas la même exigence de compacité pour tout le reste.
      Mais les plus grandes différences résident dans le combustible. C’est à peu près la même matière fissile (enrichissement) mais la forme des éléments combustibles (fuel, gaine, absorbant, structure) n’ont rien à voir.
      Les exigences de conception liées à l’environnement militaire sont différente. On doit pouvoir faire ON/OFF très rapidement et très souvent en PN alors que dans le civil, l’appelle de puissance est beaucoup plus lissé. Il y a aussi des exigence de discrétion acoustique qu’il n’y a pas dans le civil…
      Donc non, je le répète, ça n’a absolument rien à voir.

      • Nexterience dit :

        Merci pour vos infos.
        Les K-15 auraient donc peu d’inertie thermique pour être plus réactifs.
        Par contre, j’ai pu lire que, grâce au K-15, Technicatome a un peu d’avance sur ses concurrents pour concevoir un SMR grâce à la maitrise de l’U faiblement enrichi pour des faibles puissances: anglais et américains utilisant du combustible fortement enrichi pour les PN, ils partiraient de plus loin pour atteindre les normes civiles.

    • B.M. dit :

      Il y a une dizaine d’années Naval Group, alors appelé DCNS, l’avait envisagé :
      https://www.usinenouvelle.com/article/une-centrale-nucleaire-sous-marine-signee-dcns.N145011
      Je ne sais pas si ce projet est définitivement enterré ou s’il est seulement en sommeil.

  9. J KONDRYSZYN dit :

    Sur sous marin nucléaire, que fait-on de la surproduction d’hydrogène ?

  10. patex dit :

    Vous voyez bien que quand on fait un programme en coopération avec les allemands, tout fonctionne à merveille !

  11. Momo dit :

    L’idée de ‘petites centrales nukes’ réparties dans le paysage est un leurre.
    Même pas certain qu’il soit volontaire au départ d’ailleurs, juste une pure connerie:
    Rien qu’en restant au niveau le plus simple:
    . Qui veut un petit réacteur nuke pas loin de chez lui?
    . Qui de compétent va être en permanence physiquement sur un nombre X de sites pour intervenir à tout moment en cas d’urgence?
    . Quelles sont les forces de l’ordre qui pourront protéger ces cibles merveilleuses et multiples de tous les vilains de la planète, neo-fachos-anarchos et islamo-ecolos en tête?
    . Comment sera assurée, et à quel prix, la connexion sécurisée au réseau?
    . Comment sera garantie la proximité immédiate des ressources nécessaires au refroidissement?
    . etc…
    N’en jetez plus.

    Il y a des sites nukes en France qui ne pourraient plus l’être maintenant. Même Fessenheim pourrait être reprise (chèrement mais on sait pourquoi) quoique vous racontent les menteurs (quel autre mot?) qui vous en parlent du plus haut.
    Ces sites sont parfaitement aptes à recevoir un nombre suffisant d’EPR qui permettront de subvenir à nos besoins si la politique a des vraies tripes, donc pas tout de suite.
    Sans s’emmerder avec la blague des mini-centrales locales qui n’ont aucun sens.
    Et n’existent nulle part, vous savez maintenant pourquoi.

    • Lothringer dit :

      Fessenheim ne manque pas d’approvisionnement en eau, car située au bord du Grand Canal d’Alsace. Si le niveau de l’eau baisse, on peut arrêter de turbiner la centrale hydroélectrique située juste à côté en aval, et ainsi on maintient le niveau de l’eau dans le canal.
      Les pylônes électriques pour acheminer l’électricité vers le réseau sont toujours là.
      On pourrait donc parfaitement imaginer poser 2 recteurs EPR2 (moins compliqués que celui de Flamanville) à cet endroit. Côté réserve foncière, je crois que c’est possible pour 3 réacteurs, parallèlement au démantèlement des R1 et R2).
      Le problème….c’est les Allemands (encore et toujours eux…). Ils font un caca nerveux parce que c’est trop près de leur frontière (ce qui ne les a pas empêché d’être actionnaires minoritaires dans ladite centrale) .
      Ah, il y a aussi le problème sismique du fossé rhénan (quoique le tremblement de terre historique , celui de Bâle-sud en 1356, est quand-même à 40km) . Mais face à ce risque sismique il y a aussi 2 solutions qui s’additionnent
      – les EPR/EPR2 sont conçus pour être + résistants que les PWR face aux risques sismiques
      – des expérimentations géologiques ont montré qu’on peut enfoncer une forêt de pieux (en béton , en acier ?) dans le sol, qui permet de dévier et diminuer les ondes sismiques et ainsi protéger des bâtiments. L’espace végétal qui entoure la centrale permettrait parfaitement de poser cette forêt de pieux.
      La situation actuelle de Fessenheim est une absurdité totale en matière de politique énergétique et une décision totalement politicienne médiocre. Elle aurait pu fonctionner pendant encore 10/20 ans pour alimenter nos maudites voitures électriques.
      Par contre…il faut éviter de manger les pigeons qui ont passé leur vie sur les dômes. Il parait que le taux de radioactivité de leur viande est élevé.
      Et on pourrait imaginer de ré-utiliser les anciens dômes R1 et R2 pour abriter 1-ou-2 réacteurs SMR chacun, qui eux aussi résistent aux aléas sismiques. On pourrait ainsi monter à 3 EPR2 + 2/4 SMR sur le même site.
      Mais çà…..Micron Ier (ou faut-il dire Micron II maintenant ?) n’aura pas les couilles de le faire et de tenir tête aux « Casque-à-Pointe ».

      • Momo dit :

        Vous avez une connaissance du sujet qui est louche voir coupable.
        Il faut écouter et croire ce que dit le Monsieur.
        Et éviter de réfléchir.
        Vous allez vous fatiguer, ingurgitez plutôt le prêt à penser, vous ferez plaisir…

      • PK dit :

        Les normes anti-sismiques ne sont pas faites pour les chiens. Étant donné le faible risque, il est tout à fait possible de construire des bâtiments anti-sismiques qui résistent à tout.

        L’archipel japonaise est construire sur une faille, connaît en permanence de très grandes secousses et a rarement des dégâts, car tout est aux normes anti-sismiques.

    • Achille-64 dit :

      Comment, vous n’avez pas envie que le petit opérateur privatisé de la région s’occupe de la petite centrale nuke à deux pas de chez vous … en surveillant chaque jour la cote de ses stocks options ?

      Entièrement d’accord avec vous …et ça va déjà pas être de la tarte de récupérer le savoir-faire perdu.

      • Momo dit :

        Demandez à la Belgique (Tractebel..) à propos du savoir perdu.
        Un véritable désastre

      • Nexterience dit :

        Qui parle d’opérateur privé?
        Pourquoi n’y aurait-il pas de personnel ou de gendarmes dédiés?
        Les SMR exigent une installation identique à une centrale actuelle mais en 3 x plus petit.
        Ils visent surtout le remplacement des centrales au charbon et à gaz sur des sites qui ne peuvent recevoir des EPR, faute de place ou de refroidissement suffisant.
        Le savoir faire des SMR n’existait pas et Technicatome a tout de même l’expérience de réacteur faible puissance au combustible civil, donc ne part pas de zéro.
        Oui, beaucoup de monde n’est pas pleutre et acceptera des réacteurs encore plus sûrs près de chez eux.

        • Momo dit :

          Rassurez-vous, la question ne sera jamais posée. Et les EPR seront largement répartis, la question de la proximité démontre que votre commentaire n’est pas fait en connaissance de cause. Il faut plus travailler.

          Et bien sûr cela n’est absolument pas une question de courage, vous n’êtes plus à la guerre, c’est simplement de l’intelligence.
          Vous voyez?

  12. Prof de physique dit :

    Bonne question.
    J’imagine bien un truc comme une pile à combustible, mais si la « cendre » est de l’eau au deutérium, c’est délicat à gérer.

  13. Lothringer dit :

    Bravo aux équipes de Technicatom. Vivement que ce 2e SNA soit opérationnel. On en aura bigrement besoin.

    Allez, en cette période de difficultés pétrolières/gazières, un petit refrain franchouillard pour détendre l’atmosphère générale.

    On avance, on avance, on avance.
    C’est une évidence :
    On a pas assez d’essence
    Pour faire la route dans l’autre sens.
    On avance.
    On avance, on avance, on avance.
    Tu vois pas tout ce qu’on dépense. On avance.
    Faut pas qu’on réfléchisse ni qu’on pense.
    Il faut qu’on avance.
    (Alain Souchon)

  14. Jean Le Bon dit :

    6 SNA: c’est juste pour: assurer la sécurité (sorties-entrées) des SNLE, l’escorte du porte-avions; éventuellement, si « grande forme », mettre un sous-marin en interdiction de zone maritime. Zone assez proche de la « base mère », (car manque de possibilité de relève discrète).
    Donc, limiter la flottille des SNA à 6, relève d’une vision du passé, (expression par ailleurs très à la mode dans tous les domaines…)
    Il en sera tiré les conséquences ?