Le sud-coréen KAI présente le concept d’un chasseur embarqué dérivé du KF-21 « Boramae »

Pourtant confirmé en août 2020, dans le cadre du plan de défense 2021-25, le projet sud-coréen de porte-avions légers CV-X a du plomb dans l’aile. D’abord en raison des réserves qu’il suscite au sein de la classe politique… sa pertinence n’étant pas, aux yeux de certains, prouvée au regard de la stratégie militaire mise en oeuvre face à la Corée du Nord. Puis à cause de son coût, jugé trop élevé.

Aussi, ces dernières semaines, deux éléments ont suggéré que le CV-X ne faisait plus partie des plans du ministère sud-coréen de la Défense.

En effet, en juillet, celui-ci fit part de son intention de commander 20 F-35A et non des F-35B, c’est à dire la version STOVL [Short Take Off Vertical Landing] du chasseur-bombardier américain, la seule capable d’opérer depuis un porte-avions en configuration STOBAR [doté d’un plan incliné]. Puis, en août, lors de la présentation du budget 2023, il apparut que le programme CV-X ne faisait l’objet d’aucune demande de crédits.

« L’Administration du programme d’acquisition de défense [DAPA] envisage de prendre une décision pour l’achat d’un porte-avions après des études de faisabilité », avait alors expliqué l’agence de presse sud-coréenne Yohnap, sur la foi de déclarations faites par des « officiels ».

Pour autant, Séoul n’a pas abandonné l’idée de doter sa marine de capacités aéronavales. Lors d’une audition parlementaire, le 19 septembre, le président des chefs d’état-major interarmées [JCS], le général Kim Seung-kyum, a déclaré que la possibilité de développer localement un avion de combat embarqué était à l’étude… Et que cela aurait évidemment des conséquences sur la conception du futur porte-avions.

Et selon le général Kim, il est question de mettre au point une version navale du KF-21 « Boramae », l’avion de combat de génération 4,5 que développe actuellement Korean Aerospace Industries. En clair, et comme celui-ci ne pourra pas être de type STOVL, la Corée du Sud envisagerait sans doute de se doter d’un porte-avions CATOBAR, c’est à dire avec catapultes et brin d’arrêt. Seuls les États-Unis, la France en disposent. Et ce sera bientôt le cas de la Chine.

Or, il ne suffit pas d’ajouter une crosse d’appontage à un avion de combat pour en faire un chasseur embarqué. Cela suppose un train d’atterrissage renforcé, de même qu’une cellule plus robuste pouvant « encaisser » les contraintes mécaniques durant les phases de catapultage et d’appontage. Il faut aussi penser à des protections contre les brins d’appontage afin de ne pas endommager le fuselage ou encore installer un « vide-vite » pour vidanger les réservoirs…

Cela étant, lors du salon DX Korea Defence Industry, qui vient d’ouvrir ses portes à Ilsan, KAI a dévoilé le concept d’un KF-21 Boramae embarqué [KF-21N], avec l’intention de faire savoir qu’il est en mesure de mettre au point un tel appareil si le ministère sud-coréen de la Défense le lui demande.

Selon KAI, ce KF-21N serait capable d’opérer depuis des porte-avions STOBAR et CATOBAR. Et si son apparence est la même que le KF-21 « Boramae », il présenterait une surface alaire plus grande [mais avec des ailes repliables]. Et, évidemment, ses structures seraient renforcées.

A priori, KAI pourrait adopter la même approche que celle suivie par Dassault Aviation pour concevoir le Rafale B/C et le Rafale M, les appareils destinés à l’armée de l’Air et à la Marine ayant 80% de composants en commun. Pour rappel, le KF-21 Boramae vient juste d’entamer ses essais en vol, la mise en service des premiers avions de série étant prévue en 2026. Les 120 exemplaires commandés remplaceront les F-4 Phantom II et les F-5E/F Tiger II de la RoKAF [Republic of Korea Air Force].

Reste à voir comment la Corée du Sud entend acquérir les compétences industrielles et opérationnelles dans un domaine où elle n’a aucune expérience…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

53 contributions

  1. Fralipolipi dit :

    Et bien au moins, il n’ont pas froid aux yeux les Coréens.
    Impressionnant.
    .
    Lorsque, en France où toutes ces technos et savoir-faire sont déjà connus et maitrisés, mais que malgré tout il y encore trop de personnes semblant ne pas avoir compris tout l’intérêt d’un GAN efficace pour la France (et donc autour d’un PA Catobar), et donc tout l’intérêt du PA-NG,
    … y-aurait de quoi prendre exemple !
    .
    Sinon, intéressant en complément (car les Chinois non plus n’ont pas froid aux yeux !)
    https://meta-defense.fr/2022/06/20/les-4-avancees-majeures-du-nouveau-porte-avions-chinois-cv-18-fujian/

    • john dit :

      Il faut arrêter de penser que les pays qui ont une industrie en place ont tant d’avance sur ceux qui cherchent à développer des compétences !
      Pour commencer, il est plus facile de développer une technologie qui existe déjà ailleurs pour la simple raison que la science fondamentale derrière tout ce qui est développé est connu, et bien souvent publique.
      Ensuite, les ingénieurs ont accès à un éventail de données actuellement avec internet qui est exceptionnelle, et simplifie le processus de recherche avant le développement.
      ET SURTOUT, aujourd’hui, il est possible de développer des doubles virtuels. Il est possible de simuler très précisément l’objet en question, et de simuler tout ce qui peut lui arriver, et optimiser une plateforme pour atteindre l’équilibre voulu, cela évite la phase de R&D des années 50-60 dans l’aéronautique militaire, là où réellement rattraper un concurrent était complexe et demandait des budgets importants pour développer des prototypes qui volent max une cinquantaine d’heures, ensuite raffiner voire changer la conception, puis refaire pareil, et ce 5 fois !
      Et cela va s’appliquer aux chars de combat, aux véhicules de combat d’infanterie, etc… Et la concurrence va se durcir. Et en l’occurrence, ça fait un moment que la Corée du Sud développe son industrie et investit fortement. Tout ce qu’il se passe maintenant est logique.
      Le Japon et la Chine vont probablement dans la même direction en termes d’exportations. Il y a de fortes chances que ces 3 remplacent le rôle de la Russie dans l’export. Mais en plus, ils vont prendre des marchés de l’OTAN en Asie, en Océanie, en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud.

      Quant à votre comparaison France Corée du Sud concernant la force aéronavale, la situation est difficilement comparable.
      La Corée du Sud est une « île ». Son lien au continent asiatique est bloqué, donc 100% des importations et exportations passent par la mer et les airs.
      Et comme la Chine, le fait d’être entouré par le Japon et Taiwan rend l’accès au Pacifique problématique en cas de problème. Donc une force navale capable d’être projetée a un intérêt réel.

      Pour la France par contre, le PAN n’a « que » un intérêt géopolitique / diplomatique, mais n’apporte pas tant que cela en termes de sécurité pour la France.
      De plus, durant les 30 dernières années, 100% des missions réalisées par la force aéronavale auraient ou ont pu être réalisées depuis la terre.
      Lors de la Première Guerre du Golfe, le porte avion n’a transporté que des hélicos de combat, ça fait cher le transport d’hélicos je pense. Pour le reste, la force aérienne était majoritairement constituée de Jaguar et Mirage 2000. Quelques Mirage F1 ont participé, mais c’était problématique à cause de l’Irak qui avait ces mêmes appareils.
      En Yougoslavie, partir depuis l’Allemagne, l’Italie, la Grèce était amplement suffisant pour être sur le territoire yougoslave.
      Pour la guerre d’Afghanistan, Les alliances ont joué leur rôle. Voler depuis les Emirats ou depuis la Mer d’Arabie n’amène pas de différence majeure, d’autant qu’il fallait des ravitailleurs dans le ciel pour ces missions…
      Et par la suite, des avions étaient basés à Bagram, et même au Tajikistan.
      Pour l’opération en Libye, la majorité des forces aériennes partaient d’Italie, de Grèce, Crête certains de la Corse, voire de la France, l’Allemagne, Chypre et le Royaume Uni.
      Contre le terrorisme en Irak et en Syrie, l’armée de l’air est sauf erreur basée au Liban.
      Pour le coût d’un porte avion, son exploitation, je pense qu’il vaudrait mieux ne pas développer d’avions pour PA, développement qui coûte cher et qui a 1% de chance d’export. Les sous-marins d’attaque sont probablement plus utiles ailleurs, ou pourraient ne pas être produits, ce qui ferait des économies.
      Les frégates anti-aériennes pour protéger le GAN coûtent cher.
      Qu’est-ce qui serait aussi efficace, voire plus efficace mais mois cher?
      – Plus de navires équipés de nombreux missiles de croisière / balistiques
      – Des bombardiers stratégiques capables de voler 15 heures sans ravitaillement, ce qui améliorerait aussi les capacités des forces de dissuasion.
      – Des missiles / bombes nucléaires tactiques

      • Fralipolipi dit :

        @John ou JeanJean
        C marrant votre propension à littéralement « inventer » des propos chez les autres, pour ensuite que vous puissiez répondre à ces propos imaginaires selon votre (mauvaise) humeur du jour ….
        Les Psy ont un nom pour qualifier ce genre d’attitude, mais j’ai peur que ce soit vexant pour vous …. 🙂
        Là, très clairement, vous avez un problème Jean !!!

      • mark41 dit :

        Oui bien sur c’est tellement facile de devellopper des nouvelles technologies^^

        « il est plus facile de développer une technologie qui existe déjà ailleurs pour la simple raison que la science fondamentale derrière tout ce qui est développé est connu, et bien souvent publique »

        Votre propos est totallement ridicule. S’immaginner que les ingenieurs publient leur secrets de recherche est lunaire. Dans le monde du XXie sciecle, les secrets industriels sont archi protégés, et il est réellement impossible de s’immaginer que les connaissances en sciences fondamentales (il faudrait dévellopper vos arguments sans doute) permettent de s’affranchir des connaissances techniques. Et je ne parle même pas des investissements nécessaires qui ne sont clairement pas à la portée de toutes les bourses. Tenez par exemple, la technologie des semi conducteurs n’est clairement à la portée de toutes les nations. Il faut déjà disposer d’un éventail très fourni d’industriels du secteur pour la sous traitance. En outre les investissements sont énormes, et il faut enfin, résussir a produire quelque chose qui serait pertinent sur le marché (en terme de qualité et de prix). La R&D ne peut pas garantir la résussite…

        Ensuite, l’idée qu’il serait plus facile aujourd’hui de develloper de nouvelles technologies par rapport aux années 50/60 est à proscrire. Wikipédia recense pas moins de 344 avions devellopés dans les années 50, et seulement 84 dans les années 2010. La principale raison est l’explosion des couts.

        Parler de jumeaux numériques c’est bien joli, encore faudrait-il disposer d’industriels capable de mettre en oeuvre des jumeaux réalistes et performants. Je n’ai pas l’impression que les champions de la conception de programmes dédiés aux « doubles virtuels » soient si nombreux.

        « Pour la France par contre, le PAN n’a « que » un intérêt géopolitique / diplomatique, mais n’apporte pas tant que cela en termes de sécurité pour la France »
        On pourrait sans aucun doute, affirmer le même genre d’élucubrations avec n’importe lequels des équipements militaires suisses.

        « Lors de la Première Guerre du Golfe, le porte avion n’a transporté que des hélicos de combat, ça fait cher le transport d’hélicos je pense »
        Au risque de vous apprendre quelque chose, un Porte avion peut également être utilisé pour d’autre utilsations. Et dans le cadre d’un assault aéroporté, il est tout de même plus facile de débarquer des soldats avec des hélicoptères plutot qu’avec des avions de combats. Encore heureux qu’au prix ou il coute (je vois bien que vous êtes obnibulé par les dépenses françaises) il puisse aussi servir de base arrière pour un assault aérien.

        « Pour l’opération en Libye, la majorité des forces aériennes partaient d’Italie » « En Yougoslavie, partir depuis l’Allemagne, (…) était amplement suffisant »
        Et c’est là que vous bien saisit l’intéret d’un PA. Tous ces décolages étrangers sont succeptibles pour des raisons politiques, de s’arreter du jour au lendemain. Un porte avion français, ce n’est pas un térritoire étranger…

        « Les sous-marins d’attaque sont probablement plus utiles ailleurs, ou pourraient ne pas être produits, ce qui ferait des économies.
        Les frégates anti-aériennes pour protéger le GAN coûtent cher. »

        Là encore, vos propos sont absolument grottesques. Pour votre information , les SNA ne servent pas uniquement a défendre les PA. Comme les frégates anti-aériennes d’ailleurs. Il serait bien douteux d’immaginer que sans PA, la France n’aurait subitement plus besoin de ces équipements.

  2. rainbowknight dit :

    Les « compétences  » ne s’acquièrent elles pas sur les bancs de l’école ? La Corée du Sud présente l’un sinon le plus compétitif des cursus scolaires. L’ingénierie du pays a dans beaucoup de domaines démontré sa compétence. On a regardé le Japon avec suspicions, on s’est effrayé de la montée en puissance de la Chine. On aurait oublié la Corée du Sud pourtant bien présente avec ses produits dans notre quotidien ? Un concurrent de plus pour nos SCAF et Tempête s’ils voient le jour avant ce nouvel et redoutable adversaire- sur les marchés exports s’entend –

    • john dit :

      Par contre, si vous connaissez des Coréens, vous apprendrez que la formation et la vie professionnelle sont très compliqués et exigeants. 5.5 heures de sommeil en moyenne, et pour les étudiants, 12-16h d’études par jour en moyenne (c’était aussi le cas pour moi en Suisse, et pas de weekend ni vacances excepté en été).
      Et pour la vie professionnelle, la semaine « standard » est de 52 heures de travail, et les « conservateurs » coréens militent pour une limite d’heures de travail fixée à ? 120 heures par semaine…

      Et non, le SCAF et le Tempest entreront en service au plus tôt en 2035. Le KF-21 entrera en service en 2026. Et pour le moment le calendrier est largement tenu, et malgré le Covid ! En 2028, 40 appareils seront déjà livrés, et 120 en 2032.
      Par contre, il faut bien comprendre qu’on ne parle pas d’appareils de même génération.
      Le KF-21 n’est pas furtif (armement en externe) mais a des mesures de réduction de signature radar très avancées. Et il est possible de créer une soute pour rendre cet appareil furtif, objectif voulu à la conception.
      Pour l’aspect combat en réseau, partage de données, et collaboration avec des effecteurs, pour le moment, quelque soit le projet, il est difficile de les comparer, les objectifs sont plus ou moins les mêmes.
      D’ici à 2035, il est possible par contre qu’il soit entièrement furtif, et qu’il ait une capacité totalement opérationnelle du combat collaboratif, de la gestion d’effecteurs, etc.

  3. Fralipolipi dit :

    J’adore le Camo « orque-épaulard » du projet d’avion de transport de KAI (en 2nd plan sur la photo).
    .
    D’ailleurs en parlant de baleine volante, il semble que les Allemands veuillent bricoler avec les vieux Beluga d’Airbus … et c’est pas mal du tout (… pour une fois 🙂 )
    https://www.airbus.com/en/newsroom/press-releases/2022-09-airbus-tests-loading-system-for-outsized-military-cargo-on-beluga

    • john dit :

      Comme souvent, les Allemands sont pragmatiques !
      Pourquoi dépenser des sommes de fou pour développer un 4×4 alors qu’il en existe sur le marché (le choix du Mowag Eagle). Pourquoi développer un nouveau véhicule entièrement alors que certains sont très efficaces? (le Dingo basé sur le châssis du Mercedes Unimog).

      Et pour le pragmatisme, ils ne sont pas prêts à développer eux mêmes un hélico lourd sans collaboration, mais exigent une production locale.
      Ils ne lancent pas des projets industriels si il y a un volume d’achat très limité et aucune chance d’export (avion de patrouille maritime).

      Oui, pour le Beluga, c’est un chois plus que logique, pas cher, basé sur un appareil efficace, et il a fait ses preuves puisque il assure la production des avions Airbus. Et en termes de volume et gâbarit, il est au-dessus de l’A400M, donc suffisant pour ce rôle !
      Et comme il est actuellement en production dans sa version XL basée sur A330-200, ce serait le bon moment pour en acheter. Et ce d’autant que la base est la même que pour l’A330 MRTT, et donc les moteurs, trains d’atterrissage le plancher sont les mêmes (A330 F).
      Par contre, en terme de charge, il n’apporte pas forcément bcp. Avec 50.5 t de capacité, cela permet surtout de transporter des hélicos lourds, ou alors plus de véhicules, voire des véhicules de combat d’infanterie lourds, ou obusiers lourds. Mais on ne peut tjs pas considérer cela comme avion de transport stratégique.
      L’idéal serait dans les 80 ou 140 tonnes de capacité !
      Et à ce niveau, il serait intelligent de collaborer avec Antonov, reprendre le An-124 et le moderniser avec des matériaux plus modernes, une avionique occidentale (retirer la zone navigateur), et des moteurs plus efficaces, éventuellement revoir l’aérodynamique et les ailes. Et cela devrait être une flotte européenne. Chaque nation n’a pas besoin de son avion. Avec de bons accords, pas de souci à se faire.

      • Fralipolipi dit :

        @Jean
        Le pragmatisme des Allemands sur bien des sujets est très loin de ce que vous glorifiez.
        Les exemples sont nombreux, dans le secteur de La Défense (Meads, etc) , comme civil.
        … vous semblez être dans l’idolâtrie aveugle.

      • mark41 dit :

        Pour votre information Mr le suisse qui ne connait pas grand chose aux questions de défense, le Bélouga n’est absolument pas comparable aux avions de transport militaires. Ce bélouga, doit impérativement se poser sur une piste en dur et est incapable d’embarquer des blindés pour le transport. Seul le fret et les hélicos, pourrait éventuellement bénéficier de ces capacités (m’enfin 1h30 pour charger 1 CH-53 quand même!). Il est donc facile de comprendre que cette proposition n’est pas pertinente.

    • Waroch dit :

      @Fralipolipi: à propos de déco marrante, il y a aussi le Bélouga XL:

      https://static.actu.fr/uploads/2018/03/A330-BELUGAXL_RR_AIB_V05-e1521628117491.jpg

      On va bien finir par avoir un avion de combat avec un camo spécial « chatons kromignons hihihi »… Je crois que je vais en rester aux Tiger Meet 😀

  4. philbeau dit :

    Dassault fait école …mais les sud coréens ont plus de volontarisme national que les politiques français incapables de penser « défense nationale ». L’esprit obnubilé par les questions de société plus prégnantes à leurs yeux de perdants . Pourquoi soutenir un constructeur d’avions militaires ? J’exagère ? A peine .

    • James dit :

      Leur volonté politique vient du fait qu’ils ont des menaces à leurs portes (et à leurs ports)

    • Vevert250 dit :

      @Philbeau N’oubliez pas que les deux Corée sont toujours en guerre puisqu’aucun accord de paix n’a été signé. ça change la vision de la défense nationale!! Ce conflit est d’ailleurs caractérisé comme une guerre civile puisque chaque camp veut s’imposer pour la domination de la péninsule.

    • john dit :

      Dassault n’est pas suffisamment soutenu?
      On en parle des bénéfices, et surtout des ventes subventionnées de Rafale? Les Rafale grecs et croates sont totalement subventionnés, c’est pour cela qu’ils ont été sélectionnés. Le rapport qualité prix était ridiculement bas ! Et cela a coûté bcp à la France.
      Pour la Suisse, la France voulait apparemment offrir CHF 3 milliards de recette fiscales des frontaliers sur 30 ans… Une subvention invisible pour le peuple, mais bien existante pour Dassault !
      Pour le Qatar, la vente de Rafale coincide étonnamment avec le complément de la convention fiscale franco-qatarie, celui-ci signé en 2015 et apporte des avantages énormes aux Qataris investissant en France. Les pertes de recettes fiscales sont une subvention à Dassault (estimée à €150 millions par an)
      https://www.senat.fr/questions/base/2015/qSEQ15121326S.html
      Donc 4.5 milliards sur 30 ans pour avoir une chance de vendre le Rafale, à nouveau une forme de subvention cachée.

      Pour l’Inde, il y a des soupçons concernant les avantages fiscaux donnés à Reliance Group, et c’est ce même groupe qui aurait dû être le producteur local, et qui est entouré de soupçons de corruption sur ce contrat indien.
      Avec les Emirats Arabes, la liste d’accords est en pleine explosion, et aura un coût pour le contribuable.
      Il ne faut pas s’étonner que les ventes françaises ne sont pas particulièrement dans les appels d’offre, mais dans les contrats négociés sans le cadre légal des appels d’offre !

      Après, c’est un choix qui se justifie. Mais ne sous-entendez pas que Dassault n’est pas soutenu !
      On peut aussi parler de la production décalée par l’état français pour que Dassault puisse optimiser sa production. C’est probablement la plus grosse aide accordée à Dassault. Grâce à cela, ils ont pu optimiser les bénéfices, multiplier les clients et prolonger la production. C’est un choix malin de la part de l’état et du constructeur. Mais ne sous-estimez pas ce soutien majeur à Dassault !
      Et on peut parler des formations réalisées par les militaires français pour la transition de ces pays sur Rafale !

      • mark41 dit :

        Pour une fois sur le fond je suis assez d’accord: Dassault est déjà suffisament aidé par le contribuable frnaçais, et devrait inover davantage sur fonds propres, plutot que de courir après les subventions publiques.

        Mais s’il vous plait, john, laissez votre francophobie de coté, arretez de de prendre vos réves pour une réalité…

        « Les Rafale grecs et croates sont totalement subventionnés, c’est pour cela qu’ils ont été sélectionnés. Le rapport qualité prix était ridiculement bas ! Et cela a coûté bcp à la France. »

        Subventionnés? dites vous? Cad? Vous trouvez que 1 milliard d’euros pour 12 avions d’occasion c’est bradé? Quand on voit le prix du neuf, j’ai pas vraiment l’impression. Mais peut-être que vous considérez que 1 milliard c’est pas grand chose? Il n’as certainement pas été aussi bradé que le F-35 (5 milliards de CHF pour 36 avions neufs! comparez donc au prix payé par les partenaires du programme) dans votre ridicule (car completement biaisé) évalution « air 2030″…

        Pour le Qatar, il me semble que le rafale a gagné une évaluation ou il était opposé a l’Eurofighter, au F-15 EX, au F/A-18, au Gripen, et au F-35 (rien que ça…)
        En outre, la convention fiscale date de 2009 (sous Sarkozy). Quel est donc le rapport entre cet avantage favorisant les investissements qataris en France, et une prétendue subvention déguisée pour Dassault? Votre haine anti française vous fait dire n’importe quoi. Votre mauvaise foi est totalle.

        Pour l’Inde, il y a eu effectivement des soupçons de corruption qui aurraient été exigées par le premier ministre indien. Visiblement l’information selon laquelle ces soupçons sont infondés ne vous sont pas parvenus.
        « Le 14 décembre 2018, la Cour suprême indiene a confirmé l’accord Rafale, déclarant qu’aucune irrégularité ou corruption n’avait été constatée ». Inutile, donc, de réchaufer les vielles rumeurs qui justifieraient votre haine si prononcée.

        « Avec les Emirats Arabes, la liste d’accords est en pleine explosion, et aura un coût pour le contribuable. » Attention! vous lisez l’avenir a travers votre haine, vous risquez de tomber de haut!

        « Il ne faut pas s’étonner que les ventes françaises ne sont pas particulièrement dans les appels d’offre, mais dans les contrats négociés sans le cadre légal des appels d’offre ! » Ha oui, le fameux discours bien rance d’avia news transpire jusqu’ici… Puisque ces messieurs ne connaissent que les deux appels d’offres archi pourris organisés pour l’armée de l’air suisse, forcément leur appréciation de la compétitivité française dans un appel d’offre est carrément orientée. Et cela les arrange bien, comme vous john, les francophobes y voient la confirmation (!?!!) de leur phantasmes. Pour ces gens il impossible d’admettre que si la Suisse avait été plus honnéte lors du premier appel d’offre (les resultat fuités d’air 2030 dirons peut-être la même chose), c’est bien Dassault qui aurait gagné…

        Quand au soutient français a l’un de ses fleurons de l’industrie de défense (les équivalents dans le monde sont tellement rares), il ne me semble pas que ces aides soient particulièrement plus avantageuses ques les aides auxquelles ces principaus concurents bénéficient.

        Il est tellement facile de critiquer les facilités étatiques accordées a Dassault, mais si on se refuse de les comparer à la situation de la concurence, c’est qu’il y a un léger soucis de neutralité…

  5. Alpha (α) dit :

    Riche idée d’une industrie coréenne très active ! Mais un KF-21 navalisé ne sera pas simple à concrétiser… Je dirais même qu’ils auraient du y penser avant. Cependant, si ça marche « bye bye F-35B » ?…
    Après, je ne vois pas trop l’utilité d’un PA (CATOBAR ou STOBAR) pour la Corée du Sud…

    • et v'lan passe moi l'éponge dit :

      Cela permettrait de de couvrir toute la Corée du nord et le littoral depuis la mer du Japon.

  6. Titeuf dit :

    Ça cogite sévère en Corée du sud…
    A propos de cogiter…Mr Sébastien Lecornu vient d’annoncer que le SCAF est une priorité..
    Il vient de l’annoncer avec son homologue allemand…
    Y’a t’il eu arrangement ???

  7. Lothringer dit :

    « Reste à voir comment la Corée du Sud entend acquérir les compétences industrielles et opérationnelles dans un domaine où elle n’a aucune expérience…  »

    …en faisant travailler ses ingénieurs sur le sujet

    En France on n’a plus d’argent pour quoique ce soit (sauf pour accueillir toute la misère du monde). Nous faisons semblant d’être puissants en se contentant de vivre sur des acquis technologiques développés par nos parents, et même parfois en jetant ces acquis technologiques à la poubelle. Il y a peu de temps, quelqu’un de mon entourage m’a raconté qu’il avait lui-même dans son entourage un ingénieur motoriste d’une grande firme automobile française. Et à l’occasion de son départ à la retraite, toutes ses compétences acquises au cours des années….partent à la poubelle. Il a bien proposé…mais « on » lui a fait comprendre que çà n’avait aucun intérêt. Pas de transmission de savoir-faire et de certaines connaissances empiriques. Pas de consignation de toutes ces connaissances sur un support durable. Et il paraît que c’est normal car dans les hautes sphères on ne jure que par le moteur électrique et on n’en a plus rien à foutre du moteur thermique. Donc les « petites trouvailles » non brevetées car justement trop secrètes pour être divulguées au travers d’un dépôt de brevet vont purement et s’évanouir. Voilà, çà c’est la réalité contemporaine de la France qui fait semblant d’avancer, et qui fait semblant d’être un pays de haute technologie. Une décadence industrielle volontaire et méthodiquement programmée dans les hautes sphères.

    Pendant ce temps là les Coréens…..

    Les Coréens, moins peuplés que nous, maîtrisent les composants électroniques ultra-modernes (ex: Samsung) , les réacteurs nucléaires (KEPCO) , les automobiles , les chantiers navals puissants.
    En 1945, ce pays sortait de plus de 50 ans de domination puis annexion japonaise, qui ne lui a pas apporté grand-chose (exploitation au pur profit du Japon). Puis il a subi la guerre de Corée. Autant dire que ce pays était totalement ravagé (l’un des plus pauvres du monde au sortir de la guerre de Corée).
    Aujourd’hui ce pays, qui revient de très loin, nous surclasse dans plusieurs domaines.

    Donc pour ce qui est de la navalisation de leur avion…comme dirait « Mutti Angela Merkel » : Wir schaffen das (on y arrivera).

    • asvard dit :

      Les entreprises sont rarement des philanthropes. A quoi ca leur sert de développer des compétences pour des produits qui seront interdits dans moins de 15 ans ? Dans le cas des véhicules à moteurs thermiques ce n’est pas un choix stratégique mais une obligation : ce sera interdit à la vente en 2035.
      Combien de boites françaises ont disparues parce qu’incapables de sortir de leur logiciel obsolète ?

      • Lothringer dit :

        Vous avez mal lu mes propos. Je ne parle pas de développer mais de consigner, de conserver une mémoire. Çà peut toujours être utile en cas de besoin. Qui vous dit que l’eau n’aura pas coulé sous les ponts d’ici 2035 ?

    • Requin dit :

      Ha, la France n’est pas en train de concevoir un PAN de 310 m de long, 85 de large et 75.000 t pour 6-7 Mds d’euros tout compris ?
      Quand à la disparition des voitures à pétrole, c’est acté pour toute l’Europe continental, y compris l’UK. Plus personne ne s’intéresse au technologie en train de mourir. Allez donc demandé aux USA s’ils savent encore construire des cuirassée comme l’USS New-Jersey.

    • Czar dit :

      en 1961, le PIB de l’Algérie française était supérieur à celui de la Corée du Sud. Il serait piquant de faire la comparaison aujourd’hui.

      • Lothringer dit :

        Et si vous posiez la question à notre cher ami Reality Checks ? Il serait à coup sûr honoré du questionnement et capable de vous répondre que l’Algérie est laaaaaargement supérieure à la Corée-du-Sud.

      • Kaya dit :

        La Corée du Sud est surtout un pays où il y a eu énormément d’investissements étrangers pour profiter de la situation à cette époque et surtout utiliser le pays comme levier dans la région .Un gros PIB ne fait pas tout ,si l’argent part dans les poches des investisseurs étrangers ,un peu comme la France où le CAC 40 et nombre de grosses entreprises dont les actions sont détenues par des fonds de pension US ou d’autres ,ce n’est que de la poudre aux yeux .

  8. patex dit :

    Il était rapporté début septembre sur ce blog que le projet de porte-avions coréen « prend l’eau »
    http://www.opex360.com/2022/09/02/la-coree-du-sud-delaisse-lidee-de-construire-un-porte-avions/

    Si le projet de PA coréen passe à la trappe, ce projet d’avion embarqué n’a aucune chance d’aboutir, car la liste des pays cherchant à se doter d’un PA est bien courte.
    L’Indonésie (partenaire dans ce projet d’avion coréen) vient de verser un acompte pour ses premiers Rafale, il faut plutôt voir ça comme un camouflet pour l’industrie aéro coréenne…
    Quant aux autres pays européens, ils ont déjà fait le choix du F-35 pour leurs groupes embarqués.

    • Requin dit :

      Sauf que le précédent projet était un V-STOL. Là, on parle d’un catobar ou d’un stobar qui sera donc plus gros que l’ancien projet. Il y a parfois des déclarations politiques qu’il faut pas trop prendre au pieds de la lettre. Surtout venant de l’autre bout du monde. Entre dépenser 100 Mds pour des avions à l’ETRANGER et 100 Mds faisant tourner l’économie locale, il y a une différence majeur.

  9. James dit :

    Beaucoup de boulot en perspective, et surtout avant que la forme de la version actuelle soit figée s’ils veulent avoir le max de parties communes

  10. VinceToto dit :

    « la mise en service des premiers avions de série étant prévue en 2026 »
    C’est peut-être ce qu’il y a d’écrit sur Wikipédia, mais les Coréens semblent très corrects et fiables dans leurs têtes, programmes, les dates, etc., impressionnant: https://www.koreaherald.com/view.php?ud=20220708000499
    Cela donne envie de travailler avec eux!

  11. Aramis dit :

    Bravo à eux. Si nous avions bien géré les choses nous serions en train de faire voler une cellule similaire avec les équipements du Rafale F4.2 à l’intérieur.

  12. Requin dit :

    La Corée-du-Sud est un très grand constructeur de navires océaniques, elle n’aura aucun mal, si elle le veut à construire des porte-avions conventionnels de l’ordre des 300 m. Taille minimum pour être à l’aise avec des catapultes électromagnétiques qui avoisinent les 100 m. Les déboires britanniques viennent de l’absence au préalable à leur programme de PA de chantier naval construisant des navires aussi gros. A l’inverse, la construction du PANG sera un jeu d’enfant pour les Chantier de l’Atlantique alors qu’il est maintenant annoncé de 310 m de long.
    L’abandon du précédent projet coréen n’était peut-être pas un manque d’intérêt de ce pays envers les PA mais parce que le modèle présenté jusqu’alors n’avait pas la taille nécessaire pour un catobar ou un stobar. De plus passer du F-35B à un avion local profiterait à l’économie du pays tout en améliorant les performances de l’aéronef. Sans oublier la possibilité d’embarquer des E-2D et la capacité d’auto-ravitaillement alors qu’on attend toujours le V-22 doté de cette capacité pour les navires d’assaut U.S. embarquant des F-35B et les PA britanniques.
    Le Japon devrait prendre exemple.

  13. Paddybus dit :

    Mais non, c’est pas possible, c’est une fausse nouvelle, car un aussi petit pays(seulement 50 millions d’habitant, ne peut en aucun cas développer seul un tel avion…. il faut impérativement faire partie d’un groupe, qui rend fort, qui permet de partager les coûts, et d’allonger les séries…. heureusement, nous on est dans l’europe…. pas eux, et il n ‘y a pas d’union asiatique…. alors, il ne faut surtout pas croire ce qui est écrit dans cet article….
    J’ai bon là…??? ;0))))

    • Sorensen dit :

      Ils le font avec le support de LM.

    • tschok dit :

      @Paddy,

      Presque: il s’agit d’un programme coréen, mais… en partenariat avec l’Indonésie à hauteur de 20% du coût. Les moteurs sont américains et LM a été associé au programme au début. Il est prévu d’intégrer le missile Meteor. Ce n’est donc pas du tout du 100% coréen.

      Par ailleurs, il s’agit d’un avion relativement low cost: le programme est budgété à 7/8 Mds USD, pour un coût unitaire évalué à 50 millions USD.

      On ne court pas dans la même division. Le SCAF, par exemple, c’est dix fois plus, a minima. C’est la charge financière de ces grands programmes d’équipement qui pousse les Etats européens à trouver des coopérations, bien davantage que leur volonté de bâtir une vaste maison commune européenne en matière de défense. Et je ne parle pas de la résistance de leurs industriels nationaux, qui en fait sont souvent en position de rivalité avec leurs homologues européens, ce qui ne facilite guère en pratique les rapprochements, comme on le voit bien en ce moment avec le SCAF et le MGCS.

      Mais on en a souvent discuté: comme beaucoup ici, vous subordonnez la recherche des coopérations internationales européennes à un impératif purement idéologique, spécifiquement macronien de surcroît.

      Si vous y tenez, croyez-le.

      Au vrai, les motifs sont beaucoup plus terre-à-terre: les Etats européens veulent d’abord et avant tout partager le fardeau du coût des grands programmes, et puis, comme il a été expliqué 10.000 fois, il y a une autre contrainte qui, elle, est beaucoup plus existentielle: en raison de l’augmentation inéluctable du coût des grands programmes, même des grandes nations comme la France ne parviennent plus à se les payer. A moins de sacrifier d’autres dépenses d’équipement et donc de faire l’impasse sur d’autres capacités opérationnelles.

      M’enfin toussa a déjà été expliqué en long, en large et en travers, de sorte qu’on peut maintenant dire qu’il y a ceux qui le comprennent et ceux qui ne veulent pas le comprendre.

      Là-dessus, choisis ton camp camarade!

      Mais essayez quand même de choisir les bons exemples, vous y gagnerez en crédibilité.

      Et retenez quelques chiffres, en ordre de grandeur: le programme SCAF, c’est dix fois plus que le KF 21 (environ 80 Mds d’euros contre 8 Mds USD) Est-ce que le PIB de la France, c’est dix fois celui de la Corée du Sud?

      Oui, non, peut-être? Ben non. proportionnellement, le SCAF est bien plus gros que le KF 21.

      Normalement, ce type de comparaisons remet les idées en place.

      Et puis regardez les modes de financement. Dans le cas du KF 21, la ventilation est la suivante: Indonésie = 20%, Corée du Sud = 60%, secteur privé = 20%. Même la prospère et active Corée du Sud a fait appel à un partenaire extérieur et fait financer par son secteur privé 40% du coût du programme, sur 8 Mds USD, ce qui n’est pourtant pas si énorme.

      C’est à peu près la somme qu’on va mettre dans notre futur PAN, financé à 100% par notre pomme.

      Donc, quand on regarde ce que font les autres pays, eux aussi recherchent des partenariats pour le partage du fardeau même pour des programmes qui sont comparativement plus légers à financer. Et alors même qu’ils ont une économie plus dynamique que la nôtre, particulièrement dans le secteur industriel, si on s’attache au cas particulier de la Corée du Sud.

      Alors, je ne sais pas si la Corée du Sud est macroniste, mais apparemment, les Coréens ont l’air d’avoir le même genre de problèmes que nous dès qu’il s’agit de financer des programmes d’armement.

      Et chez eux la guerre, c’est pas un truc lointain qui les concerne pas, en face ils ont les Nord-Coréens, avec un excité qui a la bombe. Ils ne sont pas dans un état d’esprit de bobos un peu négligents qui redécouvrent soudainement la guerre parce que Vlad envahit l’Ukraine, voyez?

      • Aramis dit :

        « Par ailleurs, il s’agit d’un avion relativement low cost: le programme est budgété à 7/8 Mds USD, pour un coût unitaire évalué à 50 millions USD. » C’est bien plus compliqué que ça. Les coûts en Corée du Sud étant plus faible on peut payer moins mais avoir la même chose. Surtout que ce type de chiffre est à prendre avec récaution s’ils n’y ont pas tout inclus, notamment les commandes.

        « On ne court pas dans la même division. Le SCAF, par exemple, c’est dix fois plus, a minima.  » Mais ce n’est pas qu’un avion le SCAF c’est un avion un drone et des effecturs déportés. Donc forcément la facture grimpe si on étale le programme sur des décennies et qu’on met en place un modèle économique où le fabricant va faire son beurre sur la R&D et la MCO et pas sur la faible production.

        « C’est la charge financière de ces grands programmes d’équipement qui pousse les Etats européens à trouver des coopérations » C’était aussi leur volonté de garder des budgets nationaux très bas.

        « Mais on en a souvent discuté: comme beaucoup ici, vous subordonnez la recherche des coopérations internationales européennes à un impératif purement idéologique » Ca joue mais c’est marginal.

        « Est-ce que le PIB de la France, c’est dix fois celui de la Corée du Sud? » France selon le FMI 2,936 MUSD, Corée du Sud 1,8. Il n’y a pas un rapport de 1 à 10 mais clairement les Coréens nous ridiculisent car avec un PIB bien inférieur ils sortent un avion, et un avion pour maintenant pas un truc où on essaye de repousser le plus loin possible la date d’entrée en service pour étaler au maximum les coûts annuels. Ils ont un cerveau et des couilles, tout ce qui nous manque quoi.

        « C’est à peu près la somme qu’on va mettre dans notre futur PAN, financé à 100% par notre pomme. » Sauf que c’est sur nettement moins d’année nous on veut étaler sur des décennie la dépense. Là encore ils nous ridiculisent.

        « Alors, je ne sais pas si la Corée du Sud est macroniste, mais apparemment, les Coréens ont l’air d’avoir le même genre de problèmes que nous dès qu’il s’agit de financer des programmes d’armement. » L’indonésie c’était surtout pour sécuriser un client immédiat. Sinon les 20% restant la Corée pouvait se le payer surtout que vous nous expliquer que le KF 21 c’est du bas de gamme pas cher.

        « Ils ne sont pas dans un état d’esprit de bobos un peu négligents qui redécouvrent soudainement la guerre parce que Vlad envahit l’Ukraine, voyez? » Le problème c’est qu’on s’acharne à vouloir rester dans cet état d’esprit malgré l’évidence du ridicule de notre programmation coûteuse à long terme, inapte à rester technologiquement compétitive, inapte à équiper en qualité et e quantité nos armées quand on en a besoin c’est à dire maintenant.

      • Paddybus dit :

        chocolat…. je n’ai vraiment pas besoins de vos leçons et de votre condescendance….qui sont une éternelle ritournelle, qui ressassent toujours les même non-arguments… qui ne sont que vos certitudes….
        Si nous étions sur papier, je dirais « je vous ai lu d’un derrière distrait »….!!!!!

  14. Sylvain dit :

    Moi, si j étais Dassault, je proposerais un partenariat à KAI, pour l aider à navaliser le KF-21, sur la base de technos françaises. La Corée est en pleine croissance. Ça serait une très bonne alternative à la coopération franco allemande

    • Nike dit :

      Les coréens apprennent très très vite sur les produits étrangers, puis ils améliorent en local et ont tot vite fait de se passer de l’aide étrangère.
      Les Coréens sont des travailleurs acharnés et ça paye, Samsung, LG, Kia, Hyundai, explosent la concurrence. Un peu comme le Japon des années 90, par contre la démographie n’est pas terrible et ils risquent de le payer comme le Japon aujourd’hui.

    • Tulio dit :

      Mais KAI n’a peut-être aucun intérêt à travailler avec Dassault…

    • Aramis dit :

      Pas d’accord ce serait aider un concurent qui a déjà developpé l’avion donc qui ne nous laisserait pas grand chose.

    • philbeau dit :

      Idée à creuser en effet …il y aurait des synergies de travailler avec les coréens , plutôt qu’avec les bourrins d’allemands .

  15. PK dit :

    Le projet est mené un peu l’envers (navaliser est plus compliqué a posteriori qu’a priori : cf. les déboires russes), mais s’ils y arrivent, chapeau. Cela montre qu’il est possible de se lancer dans des gros projets tout seul, y compris sans expérience préalable et que la formation d’élite d’ingénieurs suffit.

    Que ceux qui pensent qu’il faut des coalitions se mouchent.

    Question à 2 balles : tous les avions de chasse ne sont pas équipés d’un vide-vite ? C’est obligatoire pour les gros porteurs civils. Uniquement pour l’embarqué dans la chasse ?

  16. Catoneo dit :

    Les industriels coréens sont des gens sérieux à qui les pouvoirs publics font confiance. Ce qui explique la sévérité des verdicts quand cette confiance est rompue.

    Leurs chantiers navals peuvent lancer n’importe quel bateau aussi immense soit-il, et dans des délais époustouflants.
    Ils peuvent aussi construire des coques de porte-avions pour d’autres pays mal équipés comme le Brésil par exemple, voire même l’Australie.
    Et depuis quelques années ils déploient des équipes commerciales affûtées capables de vendre n’importe où des réacteurs nuclaires ou des avions de chasse.

  17. Chrislo dit :

    Sur la vidéo petit clin d’oeil, au transport bi-réacteur avec l’énorme empennage en T, mais surtout peint au couleur d’un orque 😉
    KF-21 en effet il ne suffit pas de mettre une « lunch bar » sur le train avant pour navaliser un avion… pas de saumon d’aile en échange ils ont mis un dernier support de munition en bout d’aile, une optronique disgracieuse sur le pointue au design anguleux,…c’est moyen cette maquette 😉

    • J'ai un petit creux dit :

      Pour boire un coup et manger un morceau, le « lunch bar », ça doit être sympa.
      Mais pour catapulter un avion d’un porte-avions, une « launch bar » sera probablement plus efficace.

  18. Jf dit :

    vous avez raison. On voit des personnes qui mettent en avant la montée en puissance de la Corée ( avec raison), et qui en même temps nous disent que la France ne peut rien faire sans Ue et encore indépendante. ils ne sont pas à une contradiction près. Pourtant, ils n’ont ni l’environnement naturel de notre pays, encore moins un positionnement facile dans la région avec des voisins difficile (la Russie et la Chine par les mers, la Corée du Nord et le Japon (leurs Angleterres)).