Après une rentrée réussie, la nouvelle école technique de l’armée de Terre dévoile son insigne

L’idée de fermer, pour des raisons budgétaires, l’École Nationale Technique des Sous-officiers d’Active [ENTSOA] d’Issoire, en 1995, n’aura pas été des plus heureuses… D’autant plus que, avec l’évolution technologique de ses matériels et, surtout, le lancement de son programme SCORPION [Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation], l’armée de Terre allait avoir besoin de plus en plus de techniciens. D’où la nécessité de corriger le tir.

Ainsi, alors qu’il était encore chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], le général Thierry Burkhard fit de la création d’une nouvelle école technique l’une des priorités de sa Vision stratégique, dévoilée en juin 2020. « La maîtrise technique des outils nécessitera aussi un renforcement dans ce domaine sous peine de ne pas utiliser correctement le matériel. […] Nous souhaitons attirer les talents en les confortant dans leur vocation technique avant de les endurcir au sens militaire », fera-t-il valoir par la suite.

L’armée de Terre avait dû répondre à une telle nécessité au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Et elle avait créé une « École militaire professionnelle technique » [EMPT] à Montreuil-sur-Mer. Puis, celle-ci ayant été par la suite transférée à Tulle, elle en ouvrit une seconde au Mans, après la Libération, les besoins en techniciens qualifiés étant alors plus importants que jamais. D’où la création, en 1963, de l’ENTSOA, qui justifia, par la suite, la fermeture de ces deux écoles techniques [l’une en 1967, l’autre en 1985].

Quoi qu’il en soit, en juin 2021, l’armée de Terre annonça l’ouverture prochaine d’une « École militaire préparatoire et technique » [EMPT] à Bourges. L’objectif était alors de recruter 150 élèves [âgés de 16 à 20 ans] d’ici la rentrée 2022, afin de les mener jusqu’à un baccalauréat professionnel [« Maintenance aéronautique », « Maintenance des véhicules de transport », « Systèmes numériques » et « Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable »], dont l’obtention leur permettra ensuite de signer un contrat d’engagé volontaire sous-officier [EVSO].

Visiblement, cette nouvelle école technique n’a eu aucune difficulté à recruter ses élèves. « L’armée de Terre, s’était fixée des objectifs ambitieux en matière de recrutement. Contrat rempli puisque tous les candidats sélectionnés étaient au rendez-vous! », s’est félicitée la Direction des ressources humaines de l’armée de Terre [DRHAT], peu après la rentrée scolaire.

« Nous avons vu des élèves extrêmement motivés d’emblée et des parents extrêmement enthousiastes à l’idée de confier leurs enfants à l’institution militaire, pour les former du point de vue technique, du point de vue académique mais aussi militaire et pour les éduquer », a relevé le colonel Maréchal, le premier chef de corps de l’EMPT.

Mais comme toute unité, l’EMPT a ses traditions. Elle a ainsi repris la devise de l’École du Mans, savoir « Instruits, droits, adroits ». Et elle vient de recevoir son insigne [la cérémonie prévue pour la remise de son drapeau, qui devait lieu le 15 septembre, a été reportée, ndlr].

Comme on pouvait s’y attendre, cet insigne reprend les traditions des anciennes écoles militaires préparatoires. « Son nom, EMPT de Bourges, établit clairement la filiation avec les écoles de Tulle et du Mans », souligne la DRHAT. Mais aussi leur continuité.

Ainsi, cet insigne représente un lion d’or armé d’un glaive abaissé, « symbole des écoles militaires préparatoires et du courage dont firent preuve les élèves dans les conflits auxquels ils eurent à prendre part ».

Ce « glaive abaissé », poursuit la DRAT, souligne le « caractère militaire mais non combattant » de l’unité. Le lion d’or est encadré par des palmes « académiques » afin de souligner « l’excellence » de l’enseignement. Enfin, il porte un bouclier [ou un blason] représantant les armes de la ville de Bourges.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Alex dit :

    Vsiblement, cela pourrait décupler notre impact militaire imaginaire…

  2. Enzodugard dit :

    « Technologies du developpement durable »…..
    « Militaire mais non combattant »…..
    En avant vers la haute intensité!

    • Too dit :

      « Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable ».
      On ne cite que si on met réellement la totalité de la chose.
      Et oui le développement durable est important pour l’armée. Sans même parler de la planète, elle gère une quantité de ressources incroyable, et améliorer le développement durable d’une structure aussi grande permet aussi de réduire grandement ses coûts et pertes.
      .
      Et qu’est ce qui vous choque dans « militaire mais non combattant » ?
      On envoie tous les mécaniciens en première ligne histoire de ne plus réparer les chars par la suite ?
      On ne peut être cuisinier ou médecin que si on est sorti major de promo des stages de paras ?

      • Daniel BESSON dit :

        Cit :[ On envoie tous les mécaniciens en première ligne histoire de ne plus réparer les chars par la suite ?]

        C’est un changement de tactique , on envoie les dépanneuses de char en 1ere ligne ! ;0)

      • Enzodugard dit :

        Le raccourci de la citation fait par facilité d’écriture n’en change pas le sens puisqu’il n’y a pas de virgule dans l’intitulé….ce qui me choque c’est qu’il n’est pas nécessaire de créer une filière dans l’institution alors que des modules existent déjà par ailleurs dans le civil.
        De la même manière un militaire est par essence et définition un combattant, certes TTA peut être comme on disait autrefois mais combattant quand même !
        Affirmer l’inverse c’est mentir et racoler.
        Je n’ai pas parlé de « soldat d’élite », et dans ma mémoire les cuisinier et les médecins militaires étaient aussi armés et entraînés mais peut-être que là aussi les choses ont changé

  3. Hyle dit :

    L’héraldique fait dire bien des choses, car Bourges, ville royale (magnifique Cathédrale, couronnement de Charles VII et avènement de Jeanne d’Arc avec une résistance face aux anglo-saxon !)

    L’agneau c’est le symbole de ruralité française et le travail de la terre.
    Les trois fleurs de lys, représentent la Sainte Trinité, blason de la couronne de France.
    Le bleu céruléen est la couleur de Marie.
    Le lion et l’épée sont les symboles du pouvoir par excellence: l’exercice de la souveraineté par la force des armes. Comme il est écrit, l’épée est pointée vers le sol, par conséquent c’est un lion pacifique.
    Les « lauriers » académiques dixit représentant symboliquement , signification gréco-romaine qui renvoie en France là aussi à la souveraineté française. Ou est-ce que ça ne renverrait pas aussi à des « flammes » d’Héphaïstos/Vulcain qui renverraient alors à la technique, à la science et aux savoirs manuels et industriels.

    Bref, ce blason est bien trop chauvin, pas assez inclusif ! Il discrimine des populations entières et ne permet pas la soumission à l’UE/US

    • Auguste dit :

      Vous avez raison.
      On a choisi les armoiries de Bourges et leur devise, « le pouvoir suprême appartient aux Bituriges »:qu’est-ce à dire,les Canutes,Arvernes….sentent le gaz?.
      Créons vite un comité pour réparer cette injustice.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit :[ Bref, ce blason est bien trop chauvin, pas assez inclusif ! Il discrimine des populations entières et ne permet pas la soumission à l’UE/US ]

      Votre discours est des plus intéressant mais cela va se négocier à combien un pin’s – OUPS une épinglette – de ce bahut à la sortie de la première promo ?
      Par rapport à celle d’un metteur au point de Gnôme-Rhône par exemple ou du 421 éme RCC ? ;0)

    • lgbtqi+ dit :

      Il était sûr qu’à côté de propos d’une érudition certaine vous n’alliez pas réussir à réfreiner certaines ratiocinations itératives vis à vis de l’Union Européenne et des « stazunis / ricains », R.

      • Czar dit :

        « vis-à-vis » , cuistre de Jupiter.

        • lgbtqi+ dit :

          Non, juste la flemme d’aller chercher deux fois le trait d’union dans la barre du haut pour répondre à votre petit copain idéologique.

          • Czar dit :

            d’accord donc l’essentiel de ta production ici est de jouer les Maître Capello idéologiconforme mais, quand il s’agit de toi, les règles ne s’appliquent pas.

            Tu es bien de ton époque, à défaut d’être de tes prétentions, trissotine.

    • Waroch dit :

      @Hyle: Allons, allons! Faut pas vous en faire pour si peu! Tenez, pour vous consoler: Bourges, c’est l’ancienne Avaricum. Et si vous connaissez votre histoire gauloise, vous savez que sans ces salauds de bourges en question, notre bon Vercingetorix national aurait regardé Jules César crever de famine en bouffant du pop-corn. Pardon, en grignotant une quelconque céréale du cru préparée de façon originale et patriotique. C’est à dire que Vévère aurait bouffé la céréale, pas Juju, suivez un peu, nom d’un canis!

      Pas de soucis donc, il s’agit bien d’un hommage aux traîtres, à la soumission à l’étranger, etc…
      De rien.

  4. VinceToto dit :

    Les trois moutons: probablement une histoire avec l’industrie textile.
    Grand glaive renversé: le choix du glaive plutôt qu’épée semble un rappel à l’Empire romain(ou alors jeux vidéos/mangas vue la taille disproportionnée). Que ce gros et grand glaive soit en main mais pas en pal/etc.: faiblesse car trop de prétentions plutôt que car en paix.
    En tout cas, cela n’a pas l’air d’être des formations artistiques.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Les trois moutons: probablement une histoire avec l’industrie textile ]

      Il faut noter que c’est assez rare de trouver des ruminants sur des insignes militaires ! J’ai bien vu un phacochère sur un patch d’épaule étasunien et un bison sur un insigne divisionnaire mais le mouton comme le lapin cela peut provoquer – à juste titre – des sourires ! ;0)
      C’est pareil pour ce qui a des ailes , on voit plus des aigles ou des faucons que des poules ou des moineaux …. ;0)

  5. Lagrange dit :

    Il en aura fallu du temps pour corriger une décision complètement hors sol.

  6. Michel Moutard dit :

    leurs logo est dégueulasse même pas les thunes pour engager un graphiste

    • Czar dit :

      le ‘logo’ c’est un truc de boumeurs, comme les mectons qui s’appellent michel. Dans le reste du monde, ça s’appelle de l’héraldique (même si ce cercle n’a aucun autre sens que celui de l’alignement sur la mode uhesse, puisque les gonzes -élevés par des boumeurs – sont incapables de connaître les blasons français traditionnels

      https://www.heraldique.net/logotype/blason/art.html

      • lgbtqi+ dit :

        Merci de nous avoir rappelé votre obsession des « uhesse » et des « boumeurs », éléments clefs de votre Weltanschauung. On avait failli les oublier depuis hier.

        • Czar dit :

          merci de continuer à être aussi manifestement dispensable, leTGV. Puisque ta contribution essentielle à ce blogue est, outre la promotion de la secte de l’alphabet, de traquer les fautes des autres, commence donc par te concentrer sur les tiennes qui seules donnent du relief à tes philippiques-le-cul : éléments-clefs

          • lgbtqi+ dit :

            eh oui czar, ça vous emmerde qu’on ne vous laisse pas déblatérer, je le comprends.

            Mais que voulez-vous, dans cette France que vous conchiez à longueur d’interventions, et malgré l’assiduité de vos petits copains en ce blog, il reste quelque liberté d’opinion, dont celle de se dresser contre votre propagande, vos insultes, votre tutoiement ridicule et tout aussi éthylique.

      • VinceToto dit :

        Les blasons sont des logos, marques, symboles.
        L’héraldique est une méthodologie(certains diront art, les incultes diront science) standardisée des temps modernes pour la description et la création d’armoiries.

        • Czar dit :

          le blason n’est pas un logo, foutriquet : puisque le premier contrairement au second est régi par des principes intangibles d’association de formes comme de couleurs.

    • Too dit :

      Si vous ne connaissez pas la différence entre un logo et un blason, trouvez de la « thune » pour vous éduquer.

  7. Lakolo dit :

    Une belle idée de remettre en route des écoles qui fonctionnaient très bien.
    Cet insigne a un petit air de l’insigne de l’EMPR à La Réunion, école fermée en juillet 1992.
    Souhaitons lui le succès qu’elle mérite pour l’armée de Terre

  8. bonnechancemonpapa dit :

    Point de détail pour M. Lagneau : on ne dit pas bouclier, on parle d’écu, sur lequel figure le blason (ou armoiries – on dit aussi « armes ») .

  9. alfo dit :

    Des moutons, un Lyon pacifique, un glaive pointé au sol … Manque plus que des bougies et des fleurs blanches.

  10. rga dit :

    l’ENTSOA, c’était 500 sous off technicien par ans, avec trois ans école + 4 ans de régiment. bon, en régiment, on devait commander des gars du même âge que nous, et plutôt anti militariste – des appelés, quoi. pas cool du tout.

  11. Alfred dit :

    @Dolo. N’ayant pu répondre à votre dernière réaction parce que les commentaires sur les sergents chefs 4 chevrons etaient fermés, je profite de ce sujet sur la création d’un EMPT et l’historique des EMP pour le faire. D’abord, parce que mon passage par les petites classes de l’une d’elles m’a laissé un souvenir inoubliable (dans le bon sens du terme, faut-il le préciser), et ensuite, parce que ce qu’on y apprenait manque à votre formation. Vous seriez certainement moins coincé et prendriez le temps de lire et de réfléchir au lieu de réciter des platitudes. Vous devriez aussi penser à changer de pseudo parce que ça fait un peu boeuf au delà des premières années qui suivent la sortie d’école. (Les traditions c’est bien, mais ça ne fait pas tout.) Le mien, par exemple, renvoie à une expression joviale que vous devez certainement connaître.

  12. Gratia dit :

    Hélas ! l’esprit de l’ENTSOA a été effacé

  13. Thierry le plus ancien dit :

    Pour les armoiries elles sont inspirés de la ville de Lyon (Moyen-âge) :

    https://fr.geneawiki.com/index.php?title=69123_-_Blason_-_Lyon&mobileaction=toggle_view_desktop

    qui présente des similitudes avec le blason de la monarchie d’Angleterre sous Henri V ;

    https://www.geneanet.org/gallery/?action=detail&rubrique=blasons&id=6876407&desc=angleterre_roi_london_armes_d_henri_v_qui

    On pourrait trouver curieux qu’un symbole de monarchie orne une institution républicaine mais s’il s’agit uniquement d’histoire ça peut être acceptable, pour autant je n’aurais jamais fait un tel choix, quelque chose de plus moderne aurait mieux convenu pour les jeunes de cette école dont la cantine va leur servir du kebab de mouton 3 fois par jour comme c’est écris au menu sur l’enseigne ! faudrait voir rajouter aussi 3 frites pour que ça passe mieux (c;

    • bonnechancemonpapa dit :

      Les armes de Lyon figurent un lion rampant alors que les armes des Plantagenêt figurent un léopard passant. En héraldique le lion et le léopards représentent le même animal, mais le lion est toujours représenté debout, tête de profil (rampant) alors que le léopard est représenté marchant, tête de face (passant) et griffes et langue bleues.

      A vrai dire, les blasons de Lyon et de la dynastie anglo-angevine des Plantagenêt n’ont guère de choses en commun.

      • Thierry le plus ancien dit :

        Il y avait quand même un lien fort entre les Bourguignons qui possédaient Lyon et les Anglais, la ressemblance n’est pas un hasard mais un choix délibéré.

        Philippe le Bon (un Bourguignon) va s’allier à l’Angleterre contre les Armagnacs faisant du roi anglais l’héritier de la couronne de France !!! (traité de Troye en 1420).

        En 1435 la guerre prend fin par la reconnaissance de Charles VII (leur adversaire) comme roi de France mais les Bourguignons ne rejoignent pas la France et s’établissent en Etat indépendant jusqu’en 1477 !

        Cela n’est pas seulement un blason monarchiste, mais aussi indépendantiste de la France, ça fait quand même un peu beaucoup pour remettre ça au goût du jour… on pourrait croire un message subliminal prônant une monarchie indépendante séparé de la France.

        J’espère quand même que les élèves ne sont pas endoctrinés à ces valeurs là ! ça ferait mal aux fesses du contribuable français de payer pour ça.

        • Czar dit :

          quel ramassis de foutaises absolues tu veux pas te contenter de tes divagations aigres sur le Rafale, tarik l’ancien ?

          « les bourguignons » c’est deux siècles après que le Plantagenêt ait pris la couronne d’Angleterre et puis c’est pas « les bourguignons » mais charles le téméraire – donc le petit-fils du premier apanagé qui a tenté de créer un Etat séparé, et c’est deux décennies après la fin de la guerre de cent ans
          et Lyon, c’est Lugdunum, soit le nom de la ville depuis l’époque gauloise

          quelle bouillie

          • Thierry le plus ancien dit :

            j’ai toujours su que Czar le pro-Poutine c’était mat49 l’islamophobe avec ses délires à coté de la plaque et là vous en avez mis une belle couche imbibé de vodka sans doute.

            Vous êtes tout excusé vu que c’est votre état normal, et heureusement parce que si vous vous relisiez avec un esprit lucide vous tomberiez des nus !

          • Thierry le plus ancien dit :

            Il va sans dire que toute tentative séparatiste en France ne peut venir que d’une seule alambique fumeuse, celle du Kremlin.

            Les royalistes ont toujours été dans l’ultradroite qui prennent leurs ordres et leur argent sous le drapeau soviétique, reconversion oblige…

  14. lgbtqi+ dit :

    Bravo aux élèves qui s’engagent et zut aux grincheux de tous poils, dont on se demande bien ce qu’ils ont pu faire de leur vie bientôt passée.

    Formez-vous, une belle évolution humaine et une belle carrière vous attendent en notre monde si troublé.

  15. Ppsd dit :

    la police de caractère est trop fine ça manque d impact, pour le reste…..

  16. charly10 dit :

    37 ans après on ré ouvre les EMPT. Excellente initiative, et en plus ces jeunes auront un petit « salaire » et des chambres doubles, ce que nous n’avions pas à l’époque. Une vidéo retraçant les origines de l’EMPT le Mans https://youtu.be/bOclLmJE6Go
    Salut a tous les anciens ….

  17. Sherpa78 dit :

    En 1963, c’est l’E.E.T.A.T qui fut crée.L’école prit le nom d’E.N.T.S.O.A en 1977. De tout temps, il y a des retours en arrière.

  18. JLL33 dit :

    Pourquoi cet insigne ? Que reproche t-on à l’EETAT/ENTSOA, cette école qui a formé pendant 35 ans des sous officiers dans les spécialités « mécanique » et « électronique » dont le niveau était reconnu ? L’esprit de cette école, plus « technicien » que « militaire » ? Nombreux sont ceux qui, issus de ses rangs, se sont parfaitement adaptés dans les régiments de mêlée et y ont fait d’excellentes carrières. Je ne suis pas certain que celui des élèves issus des EMPT ait été meilleur …

    • T632 dit :

      Parfaitement d’accord avec la remarque. N’oubliez pas les spécialités de nos camarades de Tulle. Un peu troublé par l’intérêt de noter qu’ils sont plus technicien que militaire…par ailleurs cela permet de regonfler les effectifs de Bourges qui ont baissés suite à la perte de formation Alat ( Tigre par exemple)

      • dompal dit :

        @T632, @JLL33,
        Oui mais non. 😉

        Effectivement avoir fermé l’ENTSOA a été une connerie sans nom, on se demande même comment les Gnx n’ont pas freiné des quatre fers pour interdire sa fermeture ???…..sans doute étaient-ils en perm’ très longue durée ou en pré-EHPAD ou un truc comme ça ? 🙁

        Je pense plutôt la DRHAT veut copier l’Ecole des mousses de la Royale avec une scolarité militaire à partir de l’âge de 16 ans mais avec l’obtention d’un ‘bac pro militaire’.

        C’est tout bénéf’ pour les régiments de l’AdT avec des jeunes militaires techniciens de 18 ans qui baignent déjà depuis 2 ans dans la boutique avec une spé qu’ils auront choisi.

        L’AdT ‘gagne’ ainsi deux ans de formation par rapport à l’ancien cursus.
        ……et puis vous savez, la culture d’entreprise ça compte pour beaucoup dans une boîte (formaté dès l’adolescence) et ce n’est pas rien !
        Pour les plus motivés, certainement des carrières Off en perspective…..un peu comme hier en fin de compte. 😉

        Quant à l’insigne de cette école, je préfère m’abstenir de tout commentaire… 🙁

      • JLL33 dit :

        Bah les « camarade de Tulle », je connais : 6éme promo, annex d’Issoire à Tulle … Force est de reconnaître que niveau militaire, nous avions moins l’esprit que ceux qui, venant des régiments, venaient à St Maixent passer le CM1. Mais à chacun la possibilité par la suite de faire son chemin, il y a suffisamment de « guides » pour les jeunes sous-officiers en régiments.

  19. michel dit :

    Très proche de l’insigne du Lycée Militaire d’Autun! Pour ne pas dire complètement inspiré.

  20. Ltikf dit :

    Dans la ligne du renommge de l ENA en INSP et autres ripolinages… S attaquer a la forme et non au fond ne rend pas le pays meilleur !

  21. Alfred dit :

    @Itbqi+, Le tout étant de savoir si alfo a voulu dire il ne manque plus que… (intransitif) ou ne manquent plus que…. et… (transif), sans vouloir vous vexer. Et bravo pour vos encouragements aux jeunes

  22. Granjon dit :

    Tout me semble parfait pour lancer la formation technique nécessaire à l’évolution de nos armées.J’ai enseigné à l’ENTSOA et plus tard j’ai eu sous mes ordres de nombreux sous officiers issus de cette école et vraiment c’était des excellents collaborateurs dans bien des domaines.Je suis certain que les futurs cadres qui sortiront de cette nouvelle école seront à la hauteur.

  23. aldo dit :

    Merci de m’aider à me faire comprendre par les intellectuelles de haut niveau qui éclairent ce blog. Je ne pensais pas me trouver sur le site de l’académie Française.

  24. dompal dit :

     » …….. dont l’obtention leur permettra ensuite de signer un contrat d’engagé volontaire sous-officier [EVSO].  »
    Attention, les mots ont un sens !!!

    A l’issue de l’obtention de leur bac pro, les jeunes bacheliers DEVRONT signer un contrat de 9 ans comme EVSO ; ce n’est pas une possibilité qui leur est offerte mais une obligation. 😉

    https://rh-terre.defense.gouv.fr/formation/l-empt-admission

    • Sempre en Davant dit :

      Ici https://rh-terre.defense.gouv.fr/formation/l-empt-presentation Il est écrit : « Un contrat de sous-officier de l’armée de Terre de 9 ans sera proposé à l’issue de la formation et de l’obtention du diplôme du Baccalauréat leur permettant de rejoindre l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) de Saint-Maixent pendant 4 mois. »

      Proposé donc sans contrainte. Mais merci pour le lien, j’avais un doute.
      Et les 4 mois à l’ENSOA montrent qu’il ne s’agit donc pas d’une école de sous off comme l’était Issoire.

      Il est regrettable qu’un éventuel passage Off ne soit pas déjà conçu. Pourront’ils présenter l’EMIA et après combien d’années de service? Car le Matos semble tout indiqué pour fournir aux meilleurs une fin de carrière comme off mais toutes les armes auront ce besoin.
      A moins que ce soit trop long et qu’un passage à l’EMAC soit plus opportun pour retrouver des responsabilités dans leur spé?
      Deux ans c’est long 24 semaines c’est court.
      Pour des techniciens devant accéder à des positions hiérarchiques plus générales il y a beaucoup de choses à apprendre. Et ce n’est pas la même chose de l’avoir vu faire que de savoir le faire: leur expérience quotidienne prise a l’envers : ceci est une clé anglaise pas un marteau…

      Bref : faut’ils des officiers pleins et pleinement techniciens? Faut’il fabriquer leur chaîne de production? Après tout la formation c’est l’histoire d’une tôle qui passe sous le marteau pilon. Incapable de me souvenir si elle s’appelle Paf?!?

  25. Alfred dit :

    @aldo. Comme quoi les apparences sont trompeuses

  26. Saucisson furtif dit :

    Cette ouverture va dans le bon sens. Il convient de rapidement faire gonfler les effectifs des promotions. J’espère que les carrières ont été repensées notamment en terme de soldes et de primes, sinon l’attrition sera toujours présente au moment du BSTAT.