La Marine nationale réforme la spécialité de navigateur timonier, soumise à de fortes tensions

Déterminer la position en mer, tracer un cap et déchiffrer les signaux visuels… Tels sont les savoir-faire indispensables à la bonne marche d’un navire, même à l’époque des systèmes autonomes et des aides à la navigation. D’où les spécialités d’officier chef de quart [OCDQ] et de navigateur timonier [NAVIT] que propose la Marine nationale.

Seulement, aussi indispensable soit-elle, la spécialité NAVIT peine à recruter… ce qui est de nature à affecter la disponibilité opérationnelle des unités. Selon la Marine nationale, trois causes peuvent expliquer ce manque d’attractivité : la disparité géographique des emplois, l’érosion du volontariat à l’embarquement et une « moindre appétence pour le brevet supérieur [BS] ». D’où la réforme de cette filière qu’elle a lancée cette année et qu’elle présente comme « ambitieuse ».

Afin de répondre aux besoins les plus immédiats, une filière « officier sous contrat passerelle » [OSC/PASS] va être créée en recrutant dans celle dite « commandement et services » [COSER] et parmi les volontaires aspiants chefs du quart [VOA CDQ]. L’objectif, est-il expliqué dans le numéro estival de Cols Bleus, est de « pallier le déficit conjoncturel » en officiers-mariniers titulaires du brevet supérieur de navigateur timonier « sur certaines unités et de renforcer l’état-major de petites unités comme les bâtiments de soutien et d’assistance métropolitains [BSAM].

Mais avant d’obtenir un brevet supérieur dans une spécialité, encore faut-il qu’un marin soit titulaire d’un brevet d’aptitude technique [BAT].

Pour cela, la Marine a décidé de supprimer le métier de matelot navigation [MONAV] et de transformer une partie des postes embarqués en postes de niveau BAT NAVIT. Et, pour rendre cette spécialité plus attrayante, les marins qui la choisiront auront l’occasion de piloter des drones de surface au sein de la flottille de lutte contre les mines ou de se voir confier la responsabilité de patron d’engins de débarquement amphibie [EDA-S]. Du moins une étude en ce sens est en cours.

En outre, la Marine nationale prévoit une nouvelle voie « rapide » pour de jeunes titulaires du BAT NAVIT afin de leur permettre d’exercer les fonctions de chef de quart sur de petites unités s’ils en ont le potentiel.

Quant au brevet supérieur, son accès prendra en compte l’expérience et les compétences de chaque officier marinier. Leur formation se fera en deux parties : d’abord avec un stage qualifiant chef de quart élémentaire destiné aux officiers de quart de « petit bâtiment/unité auxiliaire » [PBAT], puis avec une instruction « supérieure » pour ceux qui seront appelés à servir « sur les grandes passerelles ou à exercer des responsabilités de commandement sur les petites unités ».

Si les perspectives de carrière des navigateurs timoniers seront plus attrayantes, cela ne règle pas le problème de l’érosion du volontariat à l’embarquement, dû principalement à des considérations familiales… Aussi, la Marine nationale va proposer un « parcours couple » et un accompagnement au retour à l’embarquement après un congé maternité, ainsi que des « offres d’alternance à la vie embarquée en s’appuyant sur les différents leviers existants [affectations à terre – affectations hors spécialité – doubles équipages, etc.] et l’expérimentation d’une sélection par bassin d’emploi ».

Signe de l’importance accordée à cette spécialité, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], l’amiral Pierre Vandier, a présidé, fin août, sur le site de l’École navale, une cérémonie marquant la « renaissance » de l’École de manoeuvre et de navigation, dont l’origine remonte à 1866.

« Cette nouvelle école permet de renforcer l’encadrement des élèves pour mieux transmettre, elle offre une meilleure visibilité aux métiers de marin et elle conforte le site de Lanvéoc-Poulmic comme pôle d’excellence de la formation maritime de tous les marins », a expliqué le ministère des Armées.

« Former, c’est à la fois transmettre et transformer […] Je ne trouverai jamais de chef de quart, de timonier, de manœuvrier ou de guetteur, ‘sur étagère’, formés et prêts à l’emploi en dehors de nos écoles », a fait valoir l’amiral Vandier.

Photo : Marine nationale

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

57 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

     » « La mer ne ment pas » disait Tabarly.  »
    😮
    J’ai regardé hier soir le 3ème épisode des « Anneaux de Pouvoir », et les marins de Numénor (pays des ancêtres d’Aragorn) se retournent vers la plage lors de leur débarquement, lèvent les bras au ciel, et prononcent cette formule : « La mer ne ment jamais » !
    ^^

    « Aussi, la Marine nationale va proposer un « parcours couple » et un accompagnement au retour à l’embarquement après un congé maternité, ainsi que des « offres d’alternance à la vie embarquée en s’appuyant sur les différents leviers existants [affectations à terre – affectations hors spécialité – doubles équipages, etc.] et l’expérimentation d’une sélection par bassin d’emploi ». »
    Je ne suis pas militaire, mais cela me semble attentionné et pertinent. Je lirai avec attention les commentaires sur ce sujet.

    • Félix GARCIA dit :

      Ayé, OCDQ_anonyme, LBzht, xorminet et tnato ont plus que tempéré mon enthousiasme …

      • GeePee dit :

        Le problème très profond n’est même pas celui des soldes mais bien de l’ensemble des rémunérations en France. Et encore en arrière-plan, celui de l’impôt. Ajoutons comme napage sur le gâteau, cette crise nouvelle des vocations, sans doute fruit partiel du COVID, qui pousse maintenant des centaines de milliers de Français à démissionner. Le problème est considérable. Le faible salaire des jeunes professeurs sera bientôt de l’histoire ancienne avec 2000 € net en début de carrière ? Je ne vois pas comment. Un professeur avec un an d’ancienneté gagnerait alors plus qu’un collègue plus ancien de deux ou trois ans. En si on va dans ce sens, il faudra aussi verser 2000 € net – hors primes – aux jeunes sous-lieutenants sortant de Cyr, de Salon ou de Navale… La redistribution sociale est considérablement trop forte en France, pour le bénéfice qu’elle apporte. Nous nous ruinons à entretenir des armées d’assistés jaloux alors que militaires, policiers, enseignants et personnel de santé pour ne parler que des fonctions publiques ne sont pas convenablement rémunérés.

        • lgbtqi+ dit :

          C’est peut-être le prix d’une paix sociale, qu’on sait guère menacée par les « militaires, policiers, enseignants et personnels de santé ».
          C’est néanmoins faire l’économie d’une réflexion concernant le recrutement de ces derniers et on le voit bien désormais.

      • Félix GARCIA dit :

        Bonsoir GeePee,
        Je lis avec attention tout ce qui est dit.
        Si je puis me permettre un commentaire personnel, je dirai que nombreux sont ceux qui ne sont ni reconnus, ni rétribués à leur juste valeur dans ce pays.

  2. xorminet dit :

    Le BS/BM navit lorsqu’il est de quart, a les mêmes responsabilités qu’un officier sans en avoir la solde.
    Forcément ça ne motive pas

    • Pierrot dit :

      le BS/BM NAVIT *expérimenté*, *lorsqu’il est de quart* (soit une partie de son temps) a les mêmes responsabilités qu’un *jeune* officier, *lorsqu’il est de quart*.

      Et la solde d’un PM/MP est comparable voire supérieure à celle d’un EV1 (la preuve, les OMS qui passent OSM touchent une compensation transitoire pour ne pas perdre au change, le temps que leur indice de solde d’officier rattrape leur ancien…).

      • xorminet dit :

        Vous oubliez un peu vite les MT et les LV qui font aussi du quart en tant qu’OCDQ

        • Pierrot dit :

          Je ne les oublie pas du tout, j’indique qu’un PM/MP gagne autant qu’un EV1.
          Et un LV reste un jeune officier.

      • vno dit :

        Pour être PM, il faut quinze ans et il a alors une expérience plus que considérable. Votre EV1, il sert à quoi puisqu’il n’a même pas la qualification « toile de pont » et n’est jamais laissé seul pour éviter les conneries ? C’est les premiers maître Navi qui ont détruit la filière ou les EV1 avec le profil psy de Sarko ou Macron ?

        • Pierrot dit :

          Vous avez vu ça où que les EV1 n’étaient jamais laissés seuls pour qu’ils ne fassent pas de conneries? il y a qui en double quand ils sont de quart, ça m’intéresse…

          Oui, il y a des EV1 qui s’avèrent pas compétents pour le quart en passerelle: ils sont en général réorientés vers autre chose. Et oui, quand un nouvel OCDQ arrive sur un bateau, il fait du double jusqu’à son lâché – MT, PM, MP, EV1 ou LV…

          Et vos « arguments » peuvent tout aussi bien s’appliquer un étage plus bas : « les jeunes SM ne savent rien faire, d’ailleurs on ne les laisse pas seuls pour pas qu’ils ne fassent de conneries, contrairement aux QM1 qui eux sont compétents »…

  3. Nauatg dit :

    C est drôle comme les commentaires sont désormais accessibles uniquement sur les sujets qui n intéressent personne. Les avis sur certaines problématiques conjoncturelles ne seraient elles plis les bienvenues?
    Certainement la magnifique liberté d expression don’t nous jouissons sous nos latitudes.
    C est vraiment bien la vraie liberté.

    • berger dit :

      homme libre toujoirs tu cheriras la mer… et c’est des hommes de mer dont il estquestion…

    • mulshoe dit :

      nautg
      : le responsable de ce blog a raison . Les commentaires son t souvent suivis d’insultes stupides . Dès lors aucun débat n’en sort renforcé . Rien à voir avec la liberté d’expression . Moi même villipendié par des absurdités , je me garde bien d’un quelconque commentaire sur ce blog dorénavant . Il fait le ménage et il a bien raison . C’est devenu n’importe quoi !

    • Citoyen Lambda dit :

      On ne devrait pas se plaindre, c’est encore pire sur les autres sites de presse nationale. La plupart des commentaires qui ne suivent pas la doxa régulièrement admise sont supprimés.
      Pour l’information, c’est filtré en amont et le narratif est sous contrôle. Certains sujets ne correspondent même pas avec le titre.
      Pour ma part, à part cette exception particulière, j’ai arrêté de commenter, j’ai compris qu’il fallait accepter de fermer sa g… Ils ont gagné, mais comme vous le suggérez, la liberté d’expression est morte depuis longtemps. Elle est désormais à sens unique.
      RIP

      • asvard dit :

        Votre liberté d’expression n’est pas empêchée : vous pouvez ouvrir un blog et vous exprimez, il y a plein des trucs gratuits où vous pouvez partager votre opinion à la terre entière en toute liberté. Ici c’est une zone privée et le maitre de maison à tout loisir de dire de fermer notre gueule si cela lui chante. Il en est de même sur les espaces commentaires des différents médias de quelque bord ils soient.

      • Habituė d' opex360 dit :

        @ citoyen lambda, ce que vous dites est en-dessous de la vérité : sur les sites de presse, les commentaires sont traités comme un « courrier des lecteurs » : le site en publie seulement quelques extraits qui, sortis du contexte, deviennent contraires à l´intention de leur rédacteur.
        C’est parfaitement malhonnête (c’est du journalisme).
        .
        L´on doit reconnaître qu´opex360 ne joue pas ce jeu malhonnête.
        Cela dit, je regrette moi aussi la disparition des commentaires parce que certains étaient (et sont encore) très instructifs, complétant utilement l´article qu´ils suiv(ai)ent.
        .
        Certes, il y avait trop d´interventions affligeantes, qui nous informaient seulement sur la bêtise de leur auteur, ou sur sa volonté de nuire, ou sur son incapacité à s´exprimer correctement, voire sur ses problèmes relationnels dans la vraie vie.
        .
        L´on pouvait comprendre que la modération (qui trop souvent consiste à chercher des perles parmi des détritus) est une activité ingrate. Mais il incombe au lecteur de compléter pour lui-même la modération faite par le blog.
        .
        Bref : en somme, c’est mieux avec commentaires que sans commentaires.
        .
        Mes excuses pour la longueur.

      • lucnets dit :

        « Doxa » « liberté d’expression » oula que de grands mots. Sur les espaces commentaires comme ici ou ceux des sites de presses nationaux, tout comme twitter facebook et autres réseaux sociaux vous n’êtes pas sur un espace publique mais privé si vous ne respecter par LEURS règles vous avez toute les chances de vous faire modérer et éjecter.
        Mais tout cela n’a rien a voir avec la liberté d’expression, rien ne vous empêche de créer un site ou un réseau social en France avec votre ligne éditorial. Si on vous empêchait de le faire là ce serait une atteinte à votre liberté d’expression.

        On faisait comment avant internet, quand on ne pouvait pas écrire un « commentaire » sous un article de presse ? Mais c’est horrible il n’y avait pas de réseau sociaux!!! A croire qu’aujourd’hui il n’est plus possible pour une personne d’exister sans qu’elle ce sente obliger de réagir sur les réseaux sociaux sur tous les sujets.

        Bon du coup j’écris moi même en total hors sujet sur l’article du coup j’ai toute les chances de me faire modérer ce qui serait vraiment trop injuste 🙂

      • Alexandre dit :

        Si je peux avoir 20 commentaires intéressant sur un sujet qui n’intéresse personne, plutôt que 200 radotage sur l’OTAN ou la Russie, ça me convient parfaitement. Et puis si vous êtes là pour les commentaires, allez sur fb, c’est fait pour.

        • Alexandre dit :

          Et puis merde, vu le nombre de conneries ou d’absurdité que l’on peut lire ou entendre dans notre pays tout les jours, la liberté d’expression va très bien…

    • mich dit :

      Magnifique comentaire de quelqu’ un qui n’ a pas du remarqué comment était utilisée cette liberté depuis un petit moment , rien a voir avec la géographie bien sur .

      • mich dit :

        J’oubliai , vous dites  » les sujets qui n intéressent personne  » , perso les comentaires que je viens de lire m ‘ont renseigné sur un problemme que je ne connaissais pas et c ‘est souvent le cas sur le site de monsieur Lagneau , que cela ne vous intéresse pas c ‘est une chose , mais le cas de votre petite personne n ‘est pas une généralité comme a nous tous et je suis sur que vous trouverez d’autre site plus proche de vos attentes en liberté d’expression . Désolé si j’en rajoute un peu ,mais votre comentaire est le type même de ceux qui n’ apporte vraiment , mais alors vraiment rien ! Bien sur que moi aussi j’ aurai bien vouloir certaines personnes nous faire de longues tirades sur l’ Ukraine mais je n’ en fait pas un drame .

    • VinceToto dit :

      « les sujets qui n intéressent personne. »
      J’ai essayé de comprendre ce que racontait l’article et l’histoire du timonier de la Royale qui s’occupe pas du timon mais des affaires du Capitaine qui est Comandant et qui a des problèmes de couple mais moins que le timonier qui ne l’est pas et qui est moins payé que l’officier naviguant du quart tout en l’étant vice-et-versa.
      L’Amiral, commandant des étagères va y mettre des guetteurs car il n’en trouve pas sur d’autres que l’Etat gère pas. Comme on dit dans la Marine Royale: l’étagère sinon rien.

    • Courmaceul dit :

      Etant chez lui (juridiquement) le Maitre de ces lieux est tout à fait en droit de faire une stricte distinction entre liberté d’expression et incontinences.

      Si chez vous, vous avez une difficulté à distinguer les deux, vous verrez ce qui se passera au prochain article « sensible » ouvert aux commentaires. 🙂

      Les réactions russes suite aux derniers évènements en Ukraine me laissent penser que la réouverture des commentaires soit pour bientôt.

      Perso je suis ravi de lire les articles ainsi que les commentaires reposant clairement sur une bonne culture technique et militaire.

  4. tnato dit :

    C’est pas vraiment une réforme de la spécialité, c’est la création d’une spécialité d’officier (mieux payée donc) pour compléter les effectifs dans la spécialité actuelle officier marinier navit qui peine à recruter et à fidéliser ?

  5. OCDQ_anonyme dit :

    Cette réforme est absurde et encore une fois ignore le réel problème : la rémunération. Récapitulons, un BS NAVIT à la mer est officier chef du quart (OCDQ), il conduit donc le navire, ce qui est dans les autres marines du monde réservé uniquement aux officiers. En revanche, sa rémunération est relative à son grade et il n’existe une prime pour les OCDQ officiers mariniers que depuis cette année (800 euros versés une fois par an). Ainsi quelqu’un qui sort du cours BS et qui est Maître voire Second-Maître effectue un travail d’officier mais pour 1800 euros par mois au début puis en montant en grade jusqu’à 2500. Et c’est ridicule. Les officiers Marine Nationale effectuant du quart en passerelle sont beaucoup mieux payés pour le même job à la mer. De même dans le civil, le même métier rapporte beaucoup plus.
    Ainsi être responsable du navire (si vous cassez le bateau ou qu’il y a des morts c’est votre responsabilité, ce n’est pas rien) pour 2000 euros par mois ça n’attire plus personne. Mais vous reformez autrement pensant que le problème vient d’ailleurs…
    Je ne comprends pas également pourquoi des spécialités en manque de recrutement comme les SIC ont pu créer des primes à l’engagement allant pour certaines jusqu’à 8000 euros mais que rien ne soit mis en place pour le spé NAVIT…

    • Baille au net dit :

      Les officiers, lorsqu’ils sont ocdq, ne font pas que de la passerelle, et ont un métier « en plus », à côté, selon leur spécialité.
      C’est moins vrai pour les navit, dont les à-côtés concernent aussi la passerelle.
      Sans faire dans la guerre de clocher, il faut cependant en tenir compte.

    • Pierrot dit :

      le BS/BM NAVIT *expérimenté*, *lorsqu’il est de quart* (soit une partie de son temps) a les mêmes responsabilités qu’un *jeune* officier, *lorsqu’il est de quart* (il serait *très* réducteur de réduire le travail seulement à des fonctions de quart).

      Et la solde d’un PM/MP est comparable voire supérieure à celle d’un EV1 (la preuve, les OMS qui passent OSM touchent une compensation transitoire pour ne pas perdre au change, le temps que leur indice de solde d’officier rattrape leur ancien…).

    • vrai_chasseur dit :

      @OCDQ
      C’est vrai.
      Chef de quart passerelle est un des rares postes de l’armée française où la fonction prend complètement le pas sur le grade. Le Chef de Quart a la responsabilité entière du bateau, de son équipage et on ne reporte qu’au commandant pendant son quart. Tous ceux qui l’ont fait savent que ça pèse lourd sur les épaules. La transposition en entreprise serait de diriger une filiale d’un grand groupe pendant le quart.
      Or tout le monde n’est effectivement pas rémunéré de la même façon pour exercer la même responsabilité.
      Un début de réforme aurait peut-être été de rémunérer toutes les heures de quart passerelle au même taux, indépendamment du grade. Une prime d’exercice OCDQ, en somme, la même pour tous pour un navire donné, et qui s’ajoute à la solde.

      • Félix GARCIA dit :

        Comment faites-vous pour savoir (« Le Savoir dans la peau », comme dirait Gérard CHALIAND) autant de choses ?
        Ôo
        je suis impressionné, vraiment.

        • Félix GARCIA dit :

          PS : Non, pas savoir (c’est pas « de la poussière sur étagère »), mais connaissance.

          • Félix GARCIA dit :

            PPS : Vous l’aurez compris, mon but est de vous faire lâcher votre fromage !
            ^^

      • asvard dit :

        Un PDG de filiale est responsable civilement et pénalement 24h/24h 7j/7j et ce même quand il en congé à 8000 km de l’établissement et quand il y a de la tempête il ne peut pas se reposer sur son patron pour reprendre la barre sous peine d’être débarqué avec pertes et fracas à la prochaine escale voire même passé par dessus bord avant. Le PDG est responsable de la bonne marche de l’entreprise (sa mission) et prend les décisions qui engagent celle-ci sur une longue période sans que personne ne vienne rectifier le tir le cas échéant dans les heures qui suivent, etc. Il est seul maitre à bord
        Votre OCDQ peut en dire autant ou bien à la fin de son quart il reporte à son Commandant tout ce qu’il a fait pour gérer les affaires courantes ?
        Evitez les comparaisons avec un poste civil.

        • Courmaceul dit :

          Pas sûr que le OCDQ du Moskova partage (partageait ?) votre opinion.

          • asvard dit :

            Pourquoi ? L’OCDQ ne rend la main au Commandant qu’a la fin de son quart même en situation de combat/urgence vitale pour le bâtiment ?

        • Royal Marine dit :

          Un PDG est responsable devant un conseil d’administration, qui lui a donné mandat pour un an, pour atteindre un but, et auquel il rend compte au moins une fois par trimestre… Au besoin, il est débarqué…
          Un Navit ou OCQ assure le quart en fonction des « ordres Commandant » écrits sur le livre de bord. En cas de difficultés de navigation (Route, vitesse, météo, …), il doit prévenir le Commandant, « à temps »! (C’est là sa première et plus lourde responsabilité…) Mis à part un temps de réaction beaucoup plus court pour un Chef du quart, Officier ou OM, les responsabilités effectives ne sont pas si éloignées entre un civil et un militaire, sauf que le militaire est beaucoup plus jeune (20 à 40 ans)… Et qu’un militaire ne donne pas d’ordres de façon courtelinesque, contrairement à de nombreux civils: « c’est moi l’chef! », « C’est comme çà! », ou autres billevesées… MDR!

      • vno dit :

        Sur les sous-marins, la fonction prime également le grade. La principale tache des EV1 lorsqu’ils deviennent Capitaine de frégate est donc de détruire ces particularismes qui les ont fait passer pour des idiots régulièrement faute de travail de leur part. On arrive donc au résultat actuel ou toutes les filières d’excellence pour les sous-officiers et les passerelles pour devenir officiers sont inaccessibles de fait (condition de grade). 2000 euros par mois pour plus de 5000 heures par an contre 2000 euros pour 1800 heures dans le civil, il y a un moment ou il faut choisir, et le choix est simple si vous ne voulez pas détruire votre vie privée quand vous avez eu le temps d’en créer une !

  6. Carin dit :

    L’amiral VANDIER a eu une excellente idée de donner de vrais débouchés à cette fonction essentielle… ce qui va la rendre attrayante pour nombre de jeunes qui choisissent la royale, et savent maintenant que de simple matelot, ils pourront accéder au commandement d’une petite ou plus grande unité, en fonction de ce qu’ils voudrons bien apprendre!! L’amiral vient juste de mettre la balle dans leur camp…

    • vno dit :

      L’amiral vient juste de rétablir une possibilité qui existait auparavant. Il manque juste d’officiers pour ces postes embarqués !

      • Carin dit :

        @vno
        Et c’est précisément parce qu’il manque d’officiers pour ce poste que l’amiral VANDIER, créé cette option qui contrairement à ce que vous dites, était loin… très loin d’être acquise, même si sur le papier elle était prévue!
        C’est comme la création d’un galon supplémentaire…(article de notre hôte), cela crée des débouchés, pour un engagé qui sait maintenant qu’il pourrait aller plus loin que sergent chef.

  7. LBzh dit :

    Grosses responsabilités, faible attractivité financière, grosse charge de travail ‘annexe’… Equation fatale.
    Seule marine militaire au monde confiant à des officiers mariniers la conduite de ses bâtiments (sauf erreur), la sonnette est cassée depuis quelques années tellement ‘on’ a tiré dessus…

  8. Bernez dit :

    Certains, j’en faisais partie, préfèrent, de loin, être sur un navire qu’à terre. Néanmoins, maintenant, avec les contraintes qui ont augmenté, il serait plus que temps de revoir, enfin, les soldes des officiers mariniers. Elles ne sont plus du tout au niveau de ces contraintes par rapport aux postes dans le civil. Le fait d’être embarqué est loin d’être assez rémunéré. Et, d’ailleurs, souvent, les notations sont plus élevées (donc meilleure carrière), à terre, que sur un navire. Il faudrait très largement renforcer les salaires des officiers mariniers à la mer. Exemple, un second maître qui passe patron, (maître), ne reçoit qu’une augmentation ridicule. Avec une prime mensuelle à l’embarquement doublée, vous auriez bien plus de volontaires.

    • Celtibère dit :

      Au-delà du problème du montant des soldes, il en est un dont peu de commentateurs se font l’écho, c’est celui des affectations et de la vie familiale qui est différente entre les officiers mariniers et les officiers. Je sais de quoi je parle j’ai fait partie des deux corps. En tant qu’OM embarqué, selon sa spécialité, on peut faire presque toute sa carrière dans le même port ce qui permet à l’épouse de conserver son emploi et à la famille de garder une certaine stabilité. lorsque je suis devenu officier, j’ai perçu une meilleure solde, mais j’ai fait des affectations de deux à trois ans maxi en changeant à chaque fois de région. Difficile pour mon épouse de s’engager dans un métier au sein d’une entreprise. Nous avons vécu avec deux enfants pendant des années avec ma seule solde, donc avec moins de revenus que lorsque j’étais OM. Il y a bien sur le choix du célibat géographique, mais cela engendre d’autres problèmes et quel intérêt d’être marié? Ceci dit, tout cela dépend de sa spécialité. Il est évident qu’un sous marinier nucléaire aura toutes les chances de passer l’essentiel de sa carrière à Brest, tout comme un TACO la passera à Lann-Bihoué.

      • JC dit :

        Quel exemple. Souvenir d’un ORSA qui chouinait sur les épaules de ses subordonnés qui en retour lui faisaient remarquer que personne ne l’avait obligé à changer de crèmerie. Le beurre……

  9. Le Bigouden ! dit :

    J’ai du mal à comprendre pourquoi, tant de changemens depuis plus de vingt ans que j’ai quitté la marine ! Et aujourd’hui retour en arrière… Pourtant ça fonctionnait bien avant ! Conserver les Tims et les maneus et leurs offrir la possibilité d’aller au BS Chequa, (pour ceux le souhaitant), ç’est très très bien ! Je n’ai pas eu cette chance et je suis parti, car la marine, tout comme l’Education Nationale, regarde le dossier scolaire et non l’Homme, ou la Femme et ce qu’il a fait après le BAT… Beaucoup de gars sont partis, ou ont été remerciés et maintenant tous le regrettent, car nous avions un savoir faire !

  10. belouga dit :

    Les officiers-mariniers qui en veulent peuvent concourir pour accéder à une carrière d’officier; pour cela il faut bosser ,être disponible et acquérire les compétences. C’est aussi vrai pour les chefs de quart.

  11. Lucide dit :

    L’argent, toujours l’argent.

  12. LV DOMI dit :

    Bonjour,
    pouvez-vous me citer une spécialité de la MN n’étant pas déficitaire?
    Merci
    Cordialement

  13. Félix GARCIA dit :

    HS à l’intention de Waroch :
    « C’est la version du film, celle du livre est un peu moins bourrinos »
    Tout comme « l’armée des morts » ne fait qu’aider Aragorn et ses compagnons à capturer les navires pirates, puis, ce sont 250 Dúnedains qui débarquent sur les champs du Pelennor, jusqu’au passage splendide de la rencontre d’Elessar (Aragorn) et Éomer sur le champ de bataille (devant les portes de Minas Tirith si ma mémoire est bonne).

    Le film s’écarte de l’œuvre originale (« Où qu’il est Tom Bombadil ? ^^), mais pour quel effet cinématographique !?
    😉

  14. BleihMoor dit :

    C’était à prévoir! on nous a démantelé peu à peu nos écoles de spécialité depuis les années 1990 sous couvert de redondances ‘aéronautique navale -armée de l’air), écoles de mécanique (Saint Mandrier) , etc, école de manœuvre et de navigation etc, où sous pretexte de « synergie, ou d’économies .. de bouts de chandelle! on a tout cassé! on avait vu arriver des réservistes en périodes de 100 jours venus pour faire des audits orientés, et toujours critiques sur tel ou tel aspect, mais toujours dans le sens de Bercy.. le but non avoué mais crevant les yeux était de faire des économies en fermant et démantelant si possible… oubliant qu’au bout il y avait les unités de combat qu’il fallait maintenir en état de marche… tout cela sous couvert de « dividendes de la paix »! quelle blague! maintenant la guerre est à nos portes… ca a paru fonctionner tant qu’on avait encore nos vieux officiers mariniers et nos vieux OSM, jusqu’au jour où ils sont tous partis à la retraite ou dans l’industrie….

    Maintenant on recrute des personnels dont la fiabilité et le savoir être et savoir être sont sujets à caution voire suspectes ! comment peut on encore constituer des équipages de haute valeur, et de confiance?
    personnellement j’ai été un des derniers directeurs de l’école des électroniciens d’aéronautique (ecole « DARAE » crée en 1943 au Canada puis au CEAN) après en avoir suivi la formation au début des années 1970 et suivi tout le cursus… j’en ai vu la disparition avec tristesse.. la formation que j’y avais reçue m’avait permis d’être toujours à la hauteur des fonctions que j’avais à remplir grâce à l’excellence de cette école et de ses instructeurs… maintenant, on en est à ronger l’os ! il aurait fallu y penser avant! tout est à reconstruire!

    • Aramis dit :

      « tout est à reconstruire! » Exactement. Le pire c’est que le discours actuel des médias et des politiques est dedire que c’est normal qu’on se retrouve l’os.

  15. Daniel 1945 dit :

    C’est sûr que l’E.AM.F : Ecole des Apprentis Mécaniciens de la Flotte des années 50 et 60, ça n’est plus tendance.

  16. kuhn dit :

    Je suis un ancien hydro chéqua. A mon époque il fallait être breton pour faire chéqua , je l’avais posé plusieurs fois le bs chéqua. jamais pris avec niveau de culture 4 je suis alsacien , j’ai posé le bs hydro et j’ai tout de suite été pris. cette situation à l’époque n’était pas normal, pourquoi ???? et je n’étais pas le seul….. pourtant je peux dire que le bs hydro est beaucoup plus difficile que le bs chéqua.
    Avec 10 ans de passerelles, je me suis baladé au bs chéqua à Lanvéoc.

  17. Je suis désolée d’avoir mis ça sur internet, mais je n’ai pas d’autre choix que de tenir ma promesse au Dr.WAVA, le puissant lanceur de sorts qui m’a aidé à ramener mon ex-mari qui était déjà parti depuis deux semaines sans le dire au revoir à moi. une expérience si douloureuse pour moi car il est mon premier amour et ma vie tourne autour de lui, mais quand il m’a quitté pour une autre dame, j’ai partagé des larmes et tout essayé pour l’oublier, mais au fond de mon cœur, nous chérissons tellement malgré la douleur qui m’a causé a souffert. Un soir fidèle, j’ai lu un commentaire sur le Dr.WAVA, un puissant lanceur de sorts qui peut aider à ramener un ex amant ou à réunir un foyer brisé et plus encore, au début c’était comme une blague parce que je n’ai jamais cru à la magie. et le Dr WAVA me fait ses preuves en ramenant mon mari à la maison après trois jours de son sortilège d’amour sur mon mari. merci Dr. WAVA de m’avoir fait redevenir une femme complète et de ramener mon amant perdu, je continuerai à partager cela à qui il peut être important de tout arranger dans un mariage, au lieu de partager des larmes ou de passer par un grondement contacts WAVA AT son adresse e-mail de contact ci-dessous (drwava3@gmail.com) vous pouvez également le WhatsApp au +12162022709 Bonne chance à vous qui donnez cet essai.https://www.drwavaofspirituallovespells.com/