Ex-patrouilleur P400 de la Marine nationale, La Tapageuse reprend du service en Côte d’Ivoire

En 2012, et après vingt-quatre années de bons et loyaux services, la Marine nationale retira de sa flotte le patrouilleur P400 « La Tapageuse », alors affectée à la surveillance de la zone économique exclusive [ZEE] de la Polynésie française.

Cependant, le retour à Brest de ce navire n’annonçait pas sa fin. En effet, les Philippines firent part de leur intention de l’acquérir pour six millions d’euros, afin de reforcer leur garde-côtière. Mais aucun accord ne put être trouvé… Et, finalement, ce patrouilleur fut revendu au chantier naval Piriou, qui avait alors l’idée de le remettre en état pour ensuite le proposer à une marine étrangère souhaitant disposer d’un navire opérationnel à moindre coût.

« Le rachat de ‘La Tapageuse’, avant sa refonte puis sa revente, participe à notre stratégie commerciale sur le marché de l’action de l’État en mer. Notre positionnement est clairement celui des solutions originales. En ce sens, elle contribuera, nous l’espérons, à nous ouvrir la porte de marines étrangères en recherche de solutions rapides et bon marché pour se doter de moyens navals performants », avait expliqué Piriou, à l’époque.

Un an plus tard, le Gabon manifesta son intérêt pour l’ancien patrouilleur de la Marine. Celui-ci fut même vendu à la marine gabonaise, qui devait le rebaptiser « Capitaine de vaisseau Bivigou Nziengui ». Seulement, la vente fut annulée… Et « La Tapageuse » resta à Concarneau.

Mais ce navire reprendra quand même du service… mais sous le pavillon de la Côte d’Ivoire. En effet, via un communiqué publié le 9 septembre, Piriou a annoncé que ce patrouilleur P400 venait d’être officiellement remis à la marine ivoirienne, sous le nom de « Contre-amiral Fadika ».

« La livraison de ce bâtiment intervient suite à la signature par Le Ministère de la Défense de Côte d’Ivoire d’un contrat portant sur l’acquisition d’un patrouilleur hauturier type P400 destiné à la Marine ivoirienne. […] Ce contrat comprend également une session de formation de l’équipage à la prise en main du navire à Concarneau avant son départ ainsi qu’un contrat de Maintien en Condition Opérationnelle d’une durée de deux ans », a précisé le constructeur naval.

Celui-ci a indiqué que la modernisation de ce bâtiment avait consisté à réviser [ou à remplacer] son système de propulsion, ses groupes électrogènes, ses systèmes secondaires machine [osmoseur, séparateur d’eau mazouteuse, pompes incendies, groupe frigo-air et groupe frigo-vivres, système d’extinction fixe, etc], ses équipements électroniques de navigation et de communication ainsi que son système d’arme.

« Cette livraison est le fruit d’un travail engagé voilà plusieurs
années entre Piriou et les autorités de Côte d’Ivoire. Au-delà de la refonte du navire, c’est une relation de coopération et de confiance qui s’est nouée et que nous avons à cœur de cultiver », a commenté Vincent Faujour, le Pdg du groupe Piriou.

Pour rappel, l’ex-Tapageuse était le dixième et dernier patrouilleur P-400 livré à la Marine nationale par les CMN de Cherbourg. Long de 54,8 mètres pour 8 mètres de large et un déplacement de 480 tonnes en charge, ce navire peut naviguer à une vitesse de 23 noeuds et dispose d’une autonomie de 5000 nautiques. Armé d’un canon de 40 mm Bofors en plage avant et d’un canon de 20 mm GIAT F2 en plage arrière [et de deux mitrailleuses de 7,62mm], il est mis en oeuvre par un équipage de 25 marins.

Le « contre-amiral Fadika » va désormais rejoindre les quatre autres patrouilleurs de la marine ivoirienne, dont trois de type « RPB 33 » livrés par le chantier naval français Ufast dans les années 2010 [savoir : le P1401 L’Émergence, le P1402 Le Bouclier et le P1501 C.F Sékongo] et un fourni par la Chine [P1701 Atchan 2].

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. philbeau dit :

    Le coût de remise en condition de ces bâtiments , qui ont connu il est vrai certaines vicissitudes notamment au niveau de l’appareil moteur serait intéressant à connaître ; pour montrer le pavillon , il seraient plus démonstratifs que les modestes voire ridicules ex-chalutiers que la France , dans une absence totale d’amour-propre , utilise à St Pierre et Miquelon ( Fulmar https://fr.wikipedia.org/wiki/Fulmar_ , ou à laRéunion ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Malin). Honnêtement , voir le Fulmar en mission de représentation àMontréal , Québec , ou Boston est une pitié .

    • Thomas dit :

      J’avoue :
      Je viens de regarder le lien wiki du Malin…

      …Mouais.
      On notera le bandeau tricolore en travers, la classe (…)

    • Notapix dit :

      Et quel besoin y a-t-il, comme patrouilleur de police des pêches, d’y avoir plus à Saint-Pierre-et-Miquelon qu’un «ridicule ex-chalutier» ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Fulmar_(bateau)
      Quant au Malin, peut-être que transformer un bateau arraisonné et confisqué est un bon moyen de disposer à peu de frais d’un outil supplémentaire pour, là encore, faire de la police des pêches.
      On n’a pas besoin de canons de 380 pour faire ce genre de job 🙂

      @Thomas, le bandeau tricolore en travers, ce sont les bandes AEM, qui indiquent un bateau chargé des missions d’Action de l’État en Mer, c’est-à-dire toutes les missions de l’État en mer qui ne sont pas la défense du pays : police des pêches, lutte anti-trafics, etc.

      • philbeau dit :

        Vous noterez qu’il n’y a que la MN à avoir ce genre de bâtiment de récupération . Un chalutier poussif . Chacun son point de vue , perso je trouve cela déplorable pour l’image de marque du pays , que la marine porte à travers le monde . Mais la fierté nationale est un sentiment qui n’anime plus nos dirigeants , à tous les étages . Et donc cela se voit .

        • Notapix dit :

          Philbeau, vous parliez de Montréal ou Québec, ça tombe bien : la Marine Royale Canadienne dispose, avec l’ »Asterix », d’un porte-conteneurs de récupération transformé en ravitailleur.
          Donc non, il n’y a pas que la MN qui transforme des bateaux civils pour son usage.

          • Félix GARCIA dit :

            « Notapix »
            J’ai pas compris le jeu de mot (si c’en est un [mais normalement, quand on s’inspire d’Astéirx & Obélix, c’en est un ^^]).

          • philbeau dit :

            La marine canadienne …bel exemple en effet d’une marine équipée de bâtiments tragiquement peu nombreux eu égard aux enjeux du pays , et usés jusqu’à la corde ; que ce soit les sous-marins constamment défectueux , ou les frégates ou destroyers hors d’âge . Je parlais de marines de référence .

      • Franz35 dit :

        Regardez la vitesse d’un chalutier. Rien que ca fait que ce n’est pas adapté à de la police des pêches.

        • Jojo dit :

          ayant travailler sur le malin et dans la marine ,de même qu’une frégate de surveillance, ce n’est pas le bateau mère qui intercepte les contrevenants(zodiac rapide ou hélicoptère sont là pour cela)
          quand à la fierté nationale elle est mal placé quand on y connait rien,ce bateau est venu dans une période où toute l’armée était en restriction,depuis une réforme a eu lieu et tous les bateaux(de cet article) sont en remplacement,de même que toutes les frégates type FASM,FAA,ou ancien AVISO,ce qui a coûté chère (construction,et contrat de maintenance)

          • philbeau dit :

            On approuvera donc avec vous les politiques menées pour la défense qui ont mené à avoir une marine étique , spécialement outre-mer ; et la réforme comme vous dites ne fait pas le compte loin de là . Mais revenons au Malin : entre racheter une vieille coque et dépenser pour la remettre en état , pour un résultat bâtard ( une unité à la vitesse ridicule pour un patrouilleur , fut-il garde – pêches) , et remettre en condition un P400 ,quelle était la meilleure solution ? Sinon , pour la fierté nationale ,je vous laisse juge de l’impression que fait le Malin en escale dans les pays de la zone …

      • casanova dit :

        En haute mer en Atlantique Nord, tout marin préfèrera être a bord du Fulmar que d’un P400…

    • vrai_chasseur dit :

      @philbeau
      L’AEM, l’Action de l’Etat à la Mer est effectuée par plusieurs administrations distinctes : Marine Nationale, Douanes, Gendarmerie Maritime, Affaires Maritimes, .. chacun ses outils, pas d’homogénéité.
      Les Affaires Maritimes par ex. vont s’équiper d’un OPV 150 tout neuf de chez Ocea (http://www.meretmarine.com/fr/construction-navale/ocea-realisera-le-nouveau-patrouilleur-des-affaires-maritimes)
      – Le remplacement des PSP, les Patrouilleurs de Service Public dont le Fulmar fait partie, est en principe prévu par les nouveaux PCG, les Patrouilleurs Côtiers de Gendarmerie, un appel d’offres moins médiatisé que les POM de la MN.
      Le cas du Malin était particulier. L’opportunité était de saisir un bateau de pêche contrevenant en état de marche, construit en Norvège dont la coque renforcée est prévue pour naviguer en mer de glace (il n’est pas brise-glace cependant). Pour 2 millions € de rénovation cela permettait une patrouille annuelle permanente en ZEE Antarctique avec un excellent ratio efficacité / coût.

      • philbeau dit :

        Pour autant qu’on puisse en juger si l’on suit les états de service des bâtiments , notamment via le site dédié « cols bleus » , la zone d’action du Malin est la ZEE autour de la Réunion et Madagascar . L’océan austral est le domaine des frégates de surveillance de la Pointe des Galets .

  2. UFO26 dit :

    Bonjour a tous . Quelqu’un peut il m’expliquer pourquoi certains sujets ne sont pas ouvert aux commentaires ?

    • yakafokon dit :

      Pour éviter les guerres épistolaires entre groupes de trolls et les yakafokon. Ca tombe souvent très bas.

    • lgbtqi+ dit :

      Vous avez déjà posé la question récemment et il vous a été répondu. (inflation propagandiste pro-russe + insultes).

      • Bikoro dit :

        @lgtb. Il est intellectuellement honnête d’exempter le troll progressiste (de cette inflation d’insultes) qui n’y est pour rien. Le pauvre, la pauvre… Je ne sais plus.

        • lgbtqi+ dit :

          oh que si vous savez très bien madame kobiro. Et pour les insultes, une fois de plus, citez-les miennes, et qui en plus seraient en initiative… Avec mes hommages, très chère.

  3. Caribert dit :

    Parce que trop de polémique, de troll et d attitude deplorable

    • Castel dit :

      Oui, mais cela risque de faire perdre leur place aux employés des « fermes à trolls »
      …..mais, je ne m’inquiète pas trop pour eux quand même, car, ils doivent bien trouver sur d’autres sites moins regardants pour déverser leur propagande aux ordres de moscou, pour justifier leurs salaires !!

      • Bench dit :

        Ouaip! Perso ce qui ça m’a toujours grandement étonné Castel, c’est que sur l’équivalent Facebook d’Opex360, Zone Militaire (où on retrouve exactement les mêmes sujets), on n’y trouve curieusement pas les mêmes pseudos rageux ( à moins qu’ils n’en aient de différents sur FB, les rusés….) qui œuvrent ici.
        FB ne doit pas être assez chic.
        Et pourtant Dieu sait si ça clashe fort sur le Zone Militaire de FB où tous les articles sont ouverts aux commentaires. Témoin les commentaires sur le post dédié au contrat de maintenance des F-16 Pakistanais, maintenant fermé ici.

        • Félix GARCIA dit :

          Il y a une version FaceBook d’Opex360 ?
          je l’ignorais (et je continuerai de l’ignorer [désolé monsieur LAGNEAU]).

        • Castel dit :

          Il ne faut pas s’étonner Bench que ce site soit considéré comme prioritaire par les trolls, puisqu’il est censé toucher essentiellement les militaires, qu’ils soient d’active, ou bien des anciens, qui ont conservé des liens avec leurs unités…
          Le but est évident ; essayer d’influencer le jugement de nos forces armées, que ce soit au niveau de la troupe ou de l’encadrement, aussi, il ne faut pas s’étonner qu’ils mettent le « paquet » sur ce site, considéré par eux comme stratégique, en essayant de faire passer le plus souvent des « fakes », sachant que souvent les cibles visées ne penseront pas à vérifier, ou qu’elles seront dirigées vers des sites acquis à leur cause !!

  4. Paddybus dit :

    24 ans me semble bien jeune pour un navire… qu’est ce qui justifie une telle décision alors que notre Marine semble plutôt peu équipée…???

  5. Patrick, de Belgique dit :

    Un ex-patrouilleur français pour la Côte d’Ivoire, c’est aussi un patrouilleur chinois en moins là-bas, avec tout ce qui aurait été avec, formation, soutient technique, voir financier, etc… donc des pions chinois, même modestes, avancés! Là comme ailleurs, ce vieux pays de France doit lutter sans état d’âme pour défendre ses intérêts !

    • Aymard de Ledoner dit :

      Je note que la Cote d’Ivoire dispose déjà d’un patrouilleur chinois mais n’a pas l’air pressée d’en rachetter un autre et préfère un patrouilleur français d’occasion….

  6. JF le Roux dit :

    En escale à Abidjan en 73 puis en 84 j’avais retrouvé Fadika toujours reconnaissant de sa formation à l’Ecole Navale

  7. basstemp dit :

    Que le chantier Naval Piriou soit dans la transaction comme rénovateur j’ai aucun souci avec ça, par contre je n’aime pas l’idée que ce soit eux qui aient la main concernant toute la vente de ce matériel militaire et que cela devrait être INTEGRALEMENT sous l’autorité de la Marine Nationale pour que la France conserve tout azimut son droit et devoir tant d’images que le droit de décider si tel ou tel pays peut acquérir notre ancien matériel car nous ne sommes absolument pas a l’abris d’achats pour des projets de malveillance a ce propos par un ancien pays qui pourrait par exemple s’en servir pour humilier la France lors de la production d’un film/documentaire sur le navire ou il y apparait tout du moins ? Tout comme il me parait nécessaire que la MN garde absolument la main sur les informations détenues a bord sur les journaux de bord ou des choses + ou – secrêtes pourraient être révélées par la confirmation sur les journaux de bord que le batiment était bien ici ou la tel ou tel jour … Car le pays qui achète se fait forcément livrer avec, tout l’historique du journal de bord pour savoir ce que le batiment a globalement subit en termes d’usage du navire (ce qui lui a été mis dans les dents, ce qu’il a subit comme météo ect … Des attaques qui auraient pu l’endommager , des chargements non conventionnels qui aurait été a bord un temps ect ect ect !)

    Le pays qui en fait l’acquisition peut alors a tout moment révéler des informations potentiellement embarrassantes pour la France ! D’ou pourquoi, j’estime que le chantier naval Piriou n’a strictement RIEN A FAIRE dans la chaine commerciale de vente de ce navire et que c’est la MN qui doit absolument avoir la main a ce propos ! Ne serait ce que juste de conserver a tout prix la maitrise du pays qui va en faire l’acquisition : La France doit faire attention a qui elle vend ce genre de batiments , des pays pourraient avoir une attitude hostile dès qu’ils en feraient l’acquisition et alors révéler trop de choses qui n’ont pas a être ébruité !!!

    D’ou pourquoi, c’est bien la MN qui doit a tout prix conserver la main d’une telle transaction : Pour garantir que le pays qui va acheter déja n’est pas un habitué des comportements hostiles a la France (nous n’avons pas a armer ce genre de pays et ils n’ont pas a avoir accès a certaines informations qu’ils vont avoir forcément accès via les journaux de bord qu’ils sont en droit de réclamer pour estimer l’état global du navire par les informations nécessaires pour évaluer cela …)

    Un exemple simple , meme si oui je sais ce pays n’a probablement pas de marine puisque pas vraiment accès a l’océan (atlantique) le + proche (mais un accès potentiel via le fleuve Niger par contre …) : La France ne doit pas vendre un tel navire au Mali dans la période actuelle du fait du comportement de ce pays … C’est pour cela que ce n’est pas a Piriou de gérer ça !!!

    En fait, c’est typique de la gabegie de notre époque : Le libéralisme a tout les étages et voila comment on prend nos responsabilités nationales et historiques : On vend un navire sans couverture a un chantier naval qui lui n’aura aucun état d’ame a ce que des informations pouvant etre sensibles sur les activités passées du navire puisse fuiter !

    Non ! Je ne suis pas d’accord avec ça, une telle vente se doit d’etre sous le controle de l’état français de A a Z et avec tout l’aval du circuit diplomatique qui pourra alors s’assurer du comportement du pays une fois qu’il en aura fait l’acquisition , ou on aura alors pu se mettre d’accord avec ce pays sur toutes les informations qui ne doivent pas fuiter quand au passé de ce navire ! C’est d’une importance capitale surtout quand on parle d’anciens pays colonisés qui pourraient etre « choqués » de savoir certaines choses quand aux activités du navire, d’ou pourquoi : Il faut des accords diplomatiques sévèrement cadrés au préalable ! Donc, que cette vente reste dans les mains de la MN et pas dans les mains de Piriou ! Ca devrait sauter aux yeux de tous ça !

    • Aymard de Ledonner dit :

      Toutes les ventes de matériel militaire, neuf comme d’occasion doivent être validées par le contrôle d’exportation de la DGA qui impose éventuellement des modifications.
      La vente de ce patrouilleur a donc été validée.

  8. A. DEPIERRE dit :

    Bravo pour la Cote d’ivoire. bonne acquisition. Mais il aurait sans doute été plus intelligent que la M.N. le réemploi pour notre propre compte. C’est navrant de voir de telles choses, et de perdre du potentiel.