L’Ukraine espère obtenir des chars Leopard 2 auprès de l’Allemagne

Quelques semaines avant de faire face à l’offensive russe, l’Ukraine avait reproché à l’Allemagne de bloquer certaines de ses commandes d’armes passées via l’Otan ainsi que le don par l’Estonie de canons D-30 de 122 mm ayant autrefois appartenu à la République démocratique allemande [RDA].

Puis, quand Moscou lança les hostilités, le 24 février, les autorités allemandes se montrèrent d’abord réticentes à fournir une aide militaire à Kiev, expliquant que la Bundeswehr [forces armées d’outre-Rhin] devait « maintenir ses capacités d’action et être en mesure de garantir sa défense ainsi que celle de l’Alliance » et que, par conséquent, elle ne pouvait pas prélever dans ses arsenaux des armes qui pourraient lui faire défaut le cas échéant.

« Pour les livraisons provenant des stocks de la Bundeswehr, je dois dire honnêtement que nous sommes entre-temps arrivés à une limite », avait ainsi déclaré Christine Lambrecht, la ministre allemande de la Défense.

Cela étant, Berlin a depuis changé son fusil d’épaule. Après avoir livré à Kiev des missiles anti-aériens portables de type 9K32 Strela-2 [code Otan : SA-7 « Grail »] stockés depuis la réunification allemande, le gouvernement allemand a approuvé l’envoi en Ukraine de blindés anti-aériens Gepard, de lance-roquettes multiples Mars II, de sept obusiers automoteurs PzH2000 et des systèmes de défense aérienne IRIS-T SLM. Et il a annoncé, en août, une aide supplémentaire de 500 millions d’euros. De quoi financer le don de chars de dépannage [des Bergepanzer Büffel?], des munitions, des moyens de lutte anti-drones [MILAD] et des lance-roquettes.

Dans le même temps, l’Allemagne a lancé l’initiative « Ringtausch », laquelle vise à favoriser la livraison à l’Ukraine d’équipements militaires d’origine soviétique par les pays membres de l’Otan en les remplaçant par des matériels de fabrication allemande. La République tchèque, la Grèce et la Slovaquie en ont ainsi profité. Mais pas la Pologne, malgré son insistance à vouloir des chars Leopard 2 en lieu et place de ses T-72, donnés à l’Ukraine.

Justement, l’armée ukrainienne serait aussi intéressée par le Leopard 2… D’ailleurs, en juin, l’Espagne était prête à lui céder ceux que l’Ejército de Tierra avait mis sous cocon en 2012 pour des raisons budgétaires. Finalement, le gouvernement espagnol s’est récemment ravisé en expliquant qu’il lui fallait l’accord de Berlin et que les chars étaient en trop mauvais état.

Quoi qu’il en soit, Kiev pourrait bien obtenir des Leopard 2 de la part de… l’Allemagne. En tout cas, le Premier ministre ukrainien, Denys Chmyhal, devait en faire la demande auprès d’Olaf Scholz, le chancelier allemand, lors d’une rencontre prévue le 4 septembre. C’est en effet ce qu’il a affirmé dans un entretien donné à Deutschen Presse-Agentur [dpa].

« Nous avons besoin d’un changement dans la philosophie des livraisons d’armes. Ce que je veux dire par là, c’est que des chars de combat modernes doivent également nous être livrés », a dit le chef du gouvernement ukrainien. Et d’ajouter : « Nous attendons des États-Unis qu’ils nous fournissent des chars Abrams et de l’Allemagne, nous attendons des Leopard 2. Ce sont les chars modernes dont l’Ukraine a besoin sur le champ de bataille ».

L’Ukraine obtiendra-t-elle ce qu’elle souhaite? En tout cas, selon la chancellerie allemande, M. Scholz a « promis de continuer à soutenir » Kiev « non seulement militairement mais aussi politiquement et financièrement ».

« Nous avons évoqué d’éventuelles livraisons de nouveaux équipements, notamment des chars allemands », a, de son côté, précisé le gouvernement ukrainien, dans un compte-rendu de la rencontre entre MM. Chmyhal et Scholz.

Pour rappel, la Bundeswehr a prévu de moderniser ses Leopard 2 et d’augmenter leur nombre de 40% d’ici 2023. À cette échéance, elle devrait en compter 328, dont 104 portés au standard Leopard 2A7. Reste donc à voir où seront prélevés ceux qui pourraient être cédés à l’Ukraine… À moins qu’il ne s’agisse pour Kiev de mener un programme d’équipement sur le moyen ou long terme.

Quant aux Abrams américains évoqués par M. Chmyhal, et alors que le montant de l’aide militaire accordée par Washington à Kiev avoisine désormais les 15 milliards de dollars, après le récent déblocage d’une [grosse] enveloppe de 3 milliards, il n’en avait pas été question jusqu’a présent… Et il n’est pas certain qu’une telle demande puisse être satisfaite, sauf à prélever des chars dans les stocks de l’US Army : d’une part parce que la Pologne va récupérer ceux que l’US Marine Corp ne veut plus, d’autre part parce que les chaînes d’assemblage de General Dynamics Land System [GDLS] risquent de ne plus fournir, après les commandes marocaines, polonaises et taïwanaises. Et il se murmure que d’autres contrats pourraient être bientôt signés, notamment par la Roumanie.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. « Z » pour Zavatta dit :

    Scholz s’est exprimé à ce sujet auj et il ne laisse aucune illusion aux ukrainiens de voir des Leopard livres…
    Par ailleurs tous les pzh2000 sont hits service à l’heure actuelle
    L’Allemagne est le meilleur allié de Poutine

  2. Raymond75 dit :

    Le courage et la dignité des Ukrainiens est digne de respect, et on doit tout faire pour aider ce pays …
    ‘Tout’ ? Pas tout à fait : tout sauf une guerre frontale avec la Russie, sauf à enclencher la troisième guerre mondiale.

    A t’on dans le passé un tel exemple de ‘guerre par délégation’ ?

  3. Félix GARCIA dit :

    « Justement, l’armée ukrainienne serait aussi intéressée par le Leopard 2… D’ailleurs, en juin, l’Espagne était prête à lui céder ceux que l’Ejército de Tierra avait mis sous cocon en 2012 pour des raisons budgétaires. Finalement, le gouvernement espagnol s’est récemment ravisé en expliquant qu’il lui fallait l’accord de Berlin et que les chars étaient en trop mauvais état. »
    https://twitter.com/uamemesforces/status/1535934761650335749/photo/1
    ^^

    Pas simple pour les Allemands … ils avaient choisi un « certain équilibre géopolitique » (protection américaine et énergie russe [ils ne sont pas les seuls]), et cet équilibre vient d’être rompu. Le choix qu’ils viennent de faire ne devait vraiment pas être simple pour eux (de même pour les pays de l’Est).
    Pas simple pour nous non plus … j’imagine qu’une bonne partie du gaz qu’on leur enverra ira vers la BASF (nan ?).
    Quelqu’un peut m’expliquer comment ferons les pays de l’Est ? Ça passera par les tuyaux allemands ?

  4. R2D2 dit :

    Amusant de voir l’Allemagne se montrer comme le meilleur allié de l’Ukraine alors qu’elle n’a pas arrêté de lui mettre la tete sous l’eau pour protéger sa sacro sainte industrie et ce gaz dont elle est si dépendante.
    Ah les années Merkhel, que du bonheur pour l’Allemagne au détriment de tout le reste de l’Europe…

  5. ScopeWizard dit :

    Mais il vaut rien ce Leopard 2….

    En plus du vestimentaire en T-shirt vert kaki règlementaire , z’ ont vraiment pas bon goût ceux de Kiev !

    Et puis quoi qu’ il en soit de ce qu’ il put en être en avoir été de ce qu’ il en fut , perso je préfère le Jeopardy , et pardi !
    https://www.youtube.com/watch?v=lnvbbMndEuU

    https://www.youtube.com/watch?v=C-bya9KLSv0

    https://www.youtube.com/watch?v=o6DFyNHu-n0

    Le ?

    Ah oui , toujours ce même sens du gag ! 😉

  6. Carin dit :

    C’est une livraison qui tient au seul gaz. Le petit père des peuples peut faire ouvrir le robinet, si l’Allemagne continue à jouer double jeu, et contourne ainsi les livraisons d’armes que lui réclament les ukrainiens. Je ne jette pas la pierre à l’Allemagne, car si nous étions aussi dépendant qu’elle au gaz russe, pas sûr que les CAESAr soient arrivés à bon port!
    Mais je n’éprouve aucune compassion pour l’Allemagne qui comptait bien devenir le seul pays d’Europe de l’Ouest à être le récepteur et distributeur de ce gaz moyennant de substantiels bénéfices à la revente. Et pour se faire, tente depuis plusieurs années de torpiller le nucléaire auprès des instances européennes…
    Aujourd’hui l’état français est obligé de racheter au prix de l’or cette entreprise, qui pour gaver ses actionnaires privés a mis sous le tapis les onéreux frais d’entretiens de nos centrales… ça va nous coûter une blinde, et j’espère bien que dès la remise à niveau d’EDF, nous seront dans notre ensemble prêts à descendre dans la rue, si par hazard un gouvernement se propose de re-vendre EDF pour encore une fois une bouchée de pain, pour gaver de nouveaux copains/coquins!
    Donc bien fait pour l’Allemagne, et tant pis pour son peuple si ils manquent de chauffage et de quoi faire tourner leurs industries cet hiver… ils n’avaient qu’à fournir l’Ukraine comme les copains, aujourd’hui le petit père des peuples serait proche du retour à la maison, et pour remonter son économie, obligé de vendre son gaz à l’Europe!

  7. VinceToto dit :

    Cela me semble être une manœuvre US pour décrédibiliser l’industrie d’armement allemande au cas où ses chars seraient utilisés en Ukraine.
    De toute façon, comme les stocks de chars ukrainiens sombrent, dont les T-72 polonais récemment arrivés, l’US/OTAN va devoir trouver une solution. Il y a beaucoup, des milliers, de Abrams en stock. Pourquoi pas ceux là?

  8. A l'est rien de nouveau dit :

    Merci pour cet article M. Lagneau.

    Mais vu la thématique vous avez pris un risque en laissant les commentaires actifs 😉

  9. PHILIPPE dit :

    La dépendance majeure de l’Allemagne au gaz russe explique beaucoup les tergiversations allemandes.
    Au-delà des mots les ukrainiens ET les européens attendent des faits de la part de l’Allemagne.
    En ce qui concerne le conflit ukrainien voici une synthèse récente assez bien documentée :
    Offensive de Kherson : vers une nouvelle phase de la guerre ?
    https://www.youtube.com/watch?v=UsfCuI1NBNU

  10. Patrick, de Belgique dit :

    Livrer des Léopard 2 à l’Ukraine pourrait peut-être justifier des commandes en urgence pour renforcer la Bundeswehr; comme il y a le Panzer KF-51 quasi-prêt et l’urgence prévalant, cela pourrait sans doute justifier l’abandon du char franco-allemand MGCS. Tout çà avec la noble excuse de vouloir aider l’Ukraine… Une pensée quand même pour tous les échelons de la chaine logistique ukrainienne, car avec ce qu’ils reçoivent de tous les pays et de toutes les époques en quantité plus ou moins grande, çà doit tourner au casse-tête pour l’approvisionnement en pièces de rechange et même en munitions !

  11. Monbars dit :

    Pour remporter la guerre, il faut provoque un choc technique supérieure à l’ennemi. Les Vikings lorsqu’ils se sont trouvés face à la belligérance des Iroquois, ils n’avaient pas vraiment d’armes capables de dominer la situation, bien qu’ils avaient le fer… Lorsque les Français ont commencé à utiliser l’artillerie à la guerre de 100 ans, les arcs Anglais ont été dépassés, lorsque les Espagnols sont arrivés au Mexique, ils avaient des arbalètes, des arquebuses et des chevaux etc… donc toujours des chocs techniques supérieurs. Pour en revenir à aujourd’hui, il en va de même, tant que les T72 auront des T72 en face, ou des moyens équivalents voire inférieurs.. rien ne bougera vraiment. En revanche, si des Léopard, Abrams ou type Leclerc débarquent sur le champs de bataille, cela change la mise. Idem pour les avions ou les HIMARS tirant à 300 bornes…