L’US Army immobilise sa flotte d’hélicoptères H-47 Chinook en raison de risques d’incendie de moteur

Après l’immobilisation de plusieurs flottes d’avions de combat en raison de sièges éjectables potentiellement défectueux et la décision prise à la mi-août par l’Air Force Special Command [AFSOC] d’interdire temporairement de vol ses CV-22B Osprey après deux incidents dus à des problèmes mécaniques, c’est désormais au tour des 400 hélicoptères de transport lourd [HTL] H-47D/F Chinook de l’US Army d’être cloués au sol.

Cette décision, annoncée le 31 août, a été prise « à cause de fuites de carburant ayant provoqué des incendies de moteur sur quelques H-47 », a expliqué un porte-parole de l’US Army. « Bien qu’il n’y ait pas eu de décès ni de blessures, il a été décidé d’immobiliser temporairement au sol la flotte de H-47 par prudence, jusqu’à ce que les mesures correctrices soient appliquées », a-t-il ajouté.

Pour rappel, le Chinook est doté de deux turbomoteurs Lycoming T55 de 3750 ch qui, fournis par Honeywell, lui permettent de voler à une vitesse de croisière approchant les 300 km/h et de transporter plus de dix tonnes de charge.

Via un communiqué, Honeywell a indiqué avoir participé aux investigations menées pour déterminer l’origine des incidents ayant conduit à l’immobilisation des Chinook. Et il est apparu que des joints toriques non conformes ont été installés sur certains de ces turbomoteurs T55 lors d’opérations de maintenance assurées dans les dépôts de l’US Army.

« Aucun des joints toriques douteux ne provenait ou ne faisait partie d’une production de Honeywell ou de moteurs révisés par Honeywell », a assuré l’industriel, qui n’a pas pour autant précisé l’origine des composants défectueux. D’après le Wall Street Journal, plus de 70 Chinook seraient concernés.

Quoi qu’il en soit, cette affaire est étonnante car, normalement, chaque pièce installée sur un aéronef doit faire l’objet d’une certification, surtout quand cela touche aux moteurs. Et pour cause : il en va de la sécurité des vols, sujet qui n’autorise aucune négligence… Par ailleurs, l’installation des joints toriques défecteux doit être relativement récente puisque les incendies évoqués par l’US Army se sont produits « ces derniers jours », selon une source militaire citée par le Wall Street Journal.

En attendant, l’immobilisation des H-47 Chinook, si elle doit s’éterniser, risque de poser des problèmes d’ordre logistique pour l’US Army, cet hélicoptère étant, en quelque sorte, sa « bête de somme ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

37 contributions

  1. Florent Pirot dit :

    Est-ce que c’est une obsession de la propulsion au soldat crâmé à uranium appauvri (type Ch53K) ?
    Vu que effectivement en principe ça n’est pas inflammable (sauf au chlore) le zyklon…

  2. Félix GARCIA dit :

    Est-ce qu’on fera du transport lourd nous-même un jour ?
    Nélicos et navions (plus gros que le A400M) ?

    • albert dit :

      C’est clairement un manque pour notre armée. On l’a vu en Afghanistan et au Mali, nous étions très dépendant des autres pour le transports lourd par hélico. Les Chinook sont très apprécié par nos forces en opex.
      Honnetement, on pourrait s’offrir 5 ou 6 CH-53, voir meme des V-22, dont un pourrait servir sur le CDG.
      quand à en fabriquer nous meme, vu la faible demande, ce sera un cout de developpement et un temps trop important. Pour une faible quantité je pense que le mieux reste d’acheter. Ou alors il faudrait une grosse volonté et engagement de plusieurs pays européen. Mais avec les allemands ce serait trop compliqué…

      • Titi74 dit :

        C’est tout de même très étonnant qu’avec le types de missions et leur intensité depuis 20-25ans de nos armées que cette lacune ne soit toujours pas comblée, voir même encore remise en question par certain irresponsables, il doit y avoir un blocage psychologique quelque part…
        On peut avoir un budget pour un armada avec un ou des porte(s) avion(s), et des SNLE, des Satellites Espions, mais pas de budget pour des hélicos lourd, ça en devient pathétique, voir carrément ridicule en 2022!

      • Ronin dit :

        Depuis 26 ans, l’armée française est un corps expéditionnaire, sans moyens expéditionnaires : avions militaires (qui peuvent atterrir sur des pistes sommaires), mais, surtout moyens stratégiques maritimes (cargos rapides RO-RO) pour déployer autre chose que du très léger (dans tous les sens du terme encore une fois (juste capable de contre insurrection (et encore cela se termine fort piteusement ; mais c’était amplement prévisible !!!).

        Les britanniques ont dix fois plus de moyens que nous dans ce domaine (y compris 7 C17 aussi !!!), les américains vingt fois plus (à nombre d’unités déployées égal).

        Que voulez vous, depuis, plus de vingt ans on fait, presque systématiquement, tout en dépit du bon sens dans, nos vaches à lait que sont devenues, nos armées malheureusement; très malheureusement…

        • Alex dit :

          on est bien d’accords que l’on manque de moyen lourd, surtout en voilure tournante, ce qui serait utile tous les jours. Mais au niveau du corps expéditionnaire, nous sommes la seule armée européenne à pouvoir mettre en œuvre une Opex avec 2500 hommes sous 2 semaines même le RU n’en est plus capable

        • Félix GARCIA dit :

          « Depuis 26 ans, l’armée française est un corps expéditionnaire, sans moyens expéditionnaires : avions militaires (qui peuvent atterrir sur des pistes sommaires), mais, surtout moyens stratégiques maritimes (cargos rapides RO-RO) pour déployer autre chose que du très léger (dans tous les sens du terme encore une fois (juste capable de contre insurrection (et encore cela se termine fort piteusement ; mais c’était amplement prévisible !!!). »

          Bah quoi ? C’est pas la preuve de notre génie et de notre souveraineté ?
          …………
          Putain … j’déprime …

    • Plusdepognon dit :

      @ Félix GARCIA
      C’est pourtant la chasse aux crédits budgétaires qui fait dire ces énormités!
      http://www.opex360.com/2021/12/24/trop-couteux-le-ministere-des-armees-ne-privilegie-pas-lachat-dhelicopteres-de-transport-lourd-pour-le-moment/

      Quelque soit l’armée concernée, ALAT de l’armée de terre ou AAE, c’est faire fi du passé.

      Pour l’armée de l’air, non plus, un tel reniement du passé n’est pas très classe pour les grands anciens!
      https://aatlse.org/fr/appareils/sikorsky-h34/

      https://twitter.com/FuscoAir/status/1520377396574269441

      http://www.aha-helico-air.asso.fr/Timimoun.htm

      Le passé est parfois lourd, mais il faut savoir d’où l’on vient pour être crédible quand on dit savoir où l’on va…

      On peut même remonter à l’Indochine, point d’observation de la guerre de Corée (1950-1953):
      https://www.cairn.info/revue-strategique-2009-1-page-445.htm

      C’est vieux tout ça, mais aujourd’hui encore, on en voit encore les évolutions et l’héritage…
      https://theatrum-belli.com/le-bataillon-francais-de-lonu-en-coree-1950-1953/

      En effet, au cours de la guerre de Corée,12.000 blessés ont été évacués par hélicoptère les médecins du corps expéditionnaire ont estimé que 90% des hommes les plus atteints eussent perdu la vie s’ils avaient été transportés en jeep sous un pareil climat(cité par J.F Navard in les Giravions/Amiot-Dumont-1955).

      Dès le 16 mai 1950, l’hélicoptère a été utilisé pour l’EVASAN en Indochine, les évacuations primaires se faisaient avant par avions légers Morane 500 (dès 1947, dix avions assuraient les évacuations):
      http://blog-unp-thionville.over-blog.fr/article-16-mai-1950-premiere-evacuation-sanitaire-par-helicoptere-de-la-guerre-d-indochine-98255264.html

      Les anciens d’Indochine ont tendance à minorer le nombre d’hélicoptères.

      Pourtant le bilan est éloquent: le médecin général Bergeret a indiqué « plus de 11.000 évacuations primaires de blessés par hélicoptère ». Il faut ajouter 38 pilotes récupérés et 80 évadés de Dien Bien Phu.

      Le médecin capitaine Valérie André comptait 129 missions et 165 blessés évacués.
      Sa première mission date du 16 mars 1952.

      Pendant la guerre d’Algérie, l’hélicoptère sera au cœur des opérations.
      La directive sur l’emploi opérationnel des hélicoptères (ALAT) est datée du 15 mars 1956.

      Pour la petite histoire dans la grande, le Général Valérie André a fêté ses 100 ans le 21 avril 2022 !
      https://twitter.com/santearmees/status/1517049404179554304

      https://youtu.be/oERosZ4ZFaY

      Peu nombreux au début du conflit ,on en comptera 349 en septembre 1959 (193-ALAT,130-Armée de l’air,26-Marine).
      Les évacuations sanitaires primaires du lieu de l’enlèvement du blessé au relais chirurgical le plus proche seront la plupart du temps, effectuées par hélicoptère.

      Pour sa part, l’Armée de l’Air en effectuera 23.711 (MG Bergeret-RHA n° spécial sur le Service de Santé-1972).

      Aujourd’hui, nous dépendons entièrement de nos partenaires pour cette capacité et que nous ne sommes pas prêts d’avoir de nouveau des hélicoptères de transport lourd…
      http://www.opex360.com/2021/12/24/trop-couteux-le-ministere-des-armees-ne-privilegie-pas-lachat-dhelicopteres-de-transport-lourd-pour-le-moment/

      Ce sont pourtant deux officiers de l’armée de l’air qui ont fait armer les hélicoptères, en 1956, pour faciliter les EVASAN sous le feu adverse: le colonel Félix Brunet et le capitaine Émile Martin.
      http://www.aha-helico-air.asso.fr/pirate.htm

      https://histoire-militaire.pagesperso-orange.fr/aviation/helicoalgerie.htm

      http://avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com/article-20610074.html

      En 1956 aussi, la création des commandos de l’Air a été soutenue par le général de Maricourt en mars 1956, qui a cette vision de l’emploi d’unités de choc fut déterminante.

      Il a pu convaincre le CEMAA de l’époque et poser des fondations solides : sa note d’avril 1956 est détaillée et toujours pertinente de nos jours.

      La création des commandos parachutistes de l’air (CPA), initialement juste pour la durée de la guerre d’Algérie apris un coup dans l’aile après le putch d’Alger, mais depuis 1991 et la guerre du Golfe, plus personne ne pense a y revenir dessus :
      https://www.revueconflits.com/commandos-parachutistes-air/

      Pour la dépose de soldats par un hélicoptère, malgré Hollywood, il faut dire que ce sont les militaires français qui ont inventé cette méthode de contre-insurrection (les fameux paras de « Bruno »)!
      https://www.cairn.info/revue-strategique-2009-1-page-445.htm

      On a aujourd’hui en tête les missions des commandos marines, qui en ont gardés les savoir-faire depuis cette époque épique:
      https://www.avionslegendaires.net/dossier/recits/laventure-bananes-volantes-de-flottille-31f-algerie/

      On le voit, les armées françaises savaient employer leurs hélicoptères !

      Donc les excuses en carton sur le fait « qu’on ne sait pas faire »…

      • Albert dit :

        Y a pas que les helico qui existent en version lourd ….

      • Félix GARCIA dit :

        Mis à part l’histoire de Valérie ANDRÉ, je ne connaissais rien de tout ce dont vous venez de me parler.
        Excepté l’article de la revue Conflits que je n’ai pas pu lire, j’ai trouvé tout cela très intéressant (Les « Bananes » [explication « D’Avion de la Guerre d’Algérie »] ! J’ignorais qu’un jour des hélicoptères eurent une telle forme !).

        Il me semble remarquer que l’intégration de l’innovation (par exemple : « Rapidement les amiraux français comprirent l’intérêt de l’hélicoptère dans le déploiement de forces terrestres et amphibies. Il faut dire qu’ils étaient bien conseillés par quelques opiniâtres officiers qui plaidaient régulièrement la cause des voilures tournantes.Et c’est donc assez logiquement que l’Aviation Navale eut pour mission de créer sa propre unité de transport héliportée opérationnelle apte à être déployée sur le théâtre d’opérations en Algérie. Ce fut chose faite le 1er août 1956 avec la création de la Flottille 31F ») était tout autre à l’époque (si je ne m’abuse [mais il est, j’imagine, plus difficile d’intégrer un système complexe dans un autre système complexe]) …

        Merci encore pour la pertinence de vos propos (et de vos liens).

        PS : Je me demande comment calculent les gens qui disent « trop cher » (à propos du transport lourd) …
        Quand c’est « Jean-Budget » qui parle, j’veux bien, mais quand on parle géopolitique, le « déclassement », « ça coûte » combien ?
        Et nos politi … nan, oubliez cette question …

      • Félix GARCIA dit :

        PS : Sur l’intégration rapide de l’innovation, l’article du CAIRN tempère mes propos (notamment sur cette phrase amusante) ;

        « Nous avons l’engin qui nous permettrait la souplesse, la surprise, la brutalité, qui autoriserait le fignolage, qui garantirait la vitesse d’exécution, qui laisserait la place à toutes les variantes imaginables, et on l’a enfermé dans les règles rigides qui étaient en vigueur pour l’exécution d’un raid de bombardement de nuit sur Berlin en 1945. Le commandant de l’unité héliportée a autant d’initiative en cette matière que lorsqu’il prend le train d’Alger à Oran. Dans la conjoncture présente, je ne vois plus qu’un avantage dans ces engins : ils évitent de se fatiguer pour monter sur les pitons. Je doute que ce soit là leur rôle. »

      • EchoDelta dit :

        Déjà sans avoir des CH53 qui sont vraiment du très lourd, si nous avions les Caracal en nombre ce serait déjà pas mal.
        Il y a peu de mission ou un hélico très lourd est absolument indispensable : transport d’un véhicules lourd sans possibilité de faire un posé d’assault par un avion cargo par exemple.

      • Daniel BESSON dit :

        Cit : [ Ce sont pourtant deux officiers de l’armée de l’air qui ont fait armer les hélicoptères, en 1956, pour faciliter les EVASAN sous le feu adverse: le colonel Félix Brunet et le capitaine Émile Martin. ]

        Je comprends maintenant tout à la scène de  » Les Centurions  » où le Colonel RASPEGUY utilise un hélico EVASAN pour transporter un commando sur les arrières des fells’ de Maïdi ! ;0)

    • Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

      Ce n’est que maintenant que tu te poses la question ….?

      C’est bien le problème français de ne pas avoir de vision à long terme en matière de transport stratégique, pire cela ne date pas d’hier !

      • Félix GARCIA dit :

        « Ce n’est que maintenant que tu te poses la question ….? »
        Non.

  3. farragut dit :

    Ah ! Les joints toriques !
    Depuis l’accident de la navette Challenger, on sait qu’il faut s’en méfier comme de la peste…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_la_navette_spatiale_Challenger
    http://www.feynman.com/science/the-challenger-disaster/

    Maintenant, si ce ne sont pas des pièces d’origine Honeywell, mais des composants chinois achetés sur AliExpress par un responsable de la maintenance soucieux d’économies, ou de la nouvelle « frugalité » faisant désormais partie du mantra néolibéral du jour (03/09/2022), on peut s’attendre à d’autres « incidents ».
    Ce qui est étonnant, c’est que cela soit aussi bien documenté et diffusé auprès du grand public ! 😉
    Qu’en est-il des hélicoptères Chinook américains mis en oeuvre par les Allemands ? Ils ne sont pas (encore) touchés par ce mal, simplement parce qu’ils n’ont pas été commandés ?
    http://www.opex360.com/2022/03/26/airbus-se-joint-a-boeing-pour-proposer-lhelicoptere-de-transport-lourd-h-47-chinook-aux-forces-allemandes/
    Pourtant, avec leur mentalité d’épiciers, les Chinook allemands devraient être les premiers touchés, surtout si c’est Airbus DS qui les maintient… 😉
    Encore heureux que notre Armée de Terre n’ait pas ce genre d’ennuis…

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Maintenant, si ce ne sont pas des pièces d’origine Honeywell, mais des composants chinois ]

      Je ne sais pas si ce sont des composants OEM à contrario de vous du haut de votre ordinateur mais par contre un joint même de haute qualité conçu aux USA par des ingénieurs WASP et fabriqué aux USA par des ouvrières cougars boulottes et édentées WASP , enfin plus probablement au Mexique par des jeunes brunes torrides au sourire carnassier cathos , cela doit être stocké dans des conditions standadisées et cela  » vieillit  » . ;0)
      Après le mécano WASP a lui aussi peut-être commis une erreur au moment de la pose … ?
      Ps : C’est comme cela que l’on fait dans la  » vraie vie  » avant d’accuser les Pékinois lorsque l’on recherche des causes de défaillance .

      https://www.youtube.com/watch?v=BqHiQXSje_c

      • farragut dit :

        Vous vous focalisez sur les ouvriers chinois (les Ouighours doivent encore être « formés »), mais mon propos visait plutôt la prise de décision « absurde » concernant l’achat de composants de sécurité non conformes (« bogus parts »).
        Les exécutants ne savent probablement pas quel est l’intérêt de fabriquer des pièces de contrefaçon, alors que les commanditaires savent parfaitement quel profit ils peuvent en retirer.
        C’est pourquoi les normes en matière de traçabilité sont de plus en plus sévères, surtout pour des composants de sécurité en aéronautique.
        Connaissant votre goût pour l’histoire, je ne vous rappelle pas que le crash fatal du Concorde en juillet 2000 était initialement causé par une pièce non conforme (en titane plutôt qu’en acier ou en aluminium) détachée du DC-10 ayant décollé précédemment sur la piste.
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_du_Concorde
        https://www.bbc.com/news/world-europe-11923556
        https://www.thinkreliability.com/case_studies/crash-of-the-concorde/

        En résumé, rien à voir avec la nationalité des petites mains réalisant les pièces de sécurité non conformes, mais tout à voir avec la prise de décision malveillante…
        La mention de composants « chinois » n’est là que pour signaler la facilité de commander des contrefaçons via les applications de vente sur Internet.
        Désolé que la référence à la Chine vous fasse réagir ainsi 😉

        • Daniel BESSON dit :

          Cit :[ En résumé, rien à voir avec la nationalité des petites mains réalisant les pièces de sécurité non conformes, mais tout à voir avec la prise de décision malveillante… ]

          Je vous citerai Michel  » Anahaaa  » Rocard sur le complot et la conn**** ! ;0)

          Ces discussions reviennent régulièrement :Tests mécaniques falsifiés aux USA , accouplements défectueux pour le HMS Prince of Wales ,… Donc je m’abstiendrai de commenter plus en avant car il n’ y a pas d’éléments grands publics et la video avec le regretté Dick Miller est la première chose à laquelle je pense quand ce type de débats apparaît ! ;0)
          Comme vous le soulignez , les CV de ces joints doivent être complets sauf bien sûr encore une fois une action malveillante comme une falsification .

          Maintenant je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce que vous écrivez : Les personnels des usines Mexicaines et Chinoises ont un niveau d’étude désormais souvent supérieur à celui des usines Etasuniennes car les gouvernements de ces pays ont beaucoup investi dans la formation .
          Le principal problème à l’heure actuelle c’est d’ailleurs soit robotiser soit former des centaines de milliers , des millions de personnes en Asie pour délocaliser les productions actuelles de … Chine justement .
          Une câbleuse au Mexique est par exemple souvent diplômée d’un institut technique alors que l’ouvrière Etasunienne c’est souvent , pas toujours , l’ouvrière de l’abattoir Breton caricaturée par Macron en son temps .
          Pour des raisons simples : Une usine travaillant pour le CMI , oups BITD , Etasunien est souvent implantée sur la décision politique d’un gouverneur ou d’un représentant politique et donc  » il faut faire avec  » le personne local . Il y a rarement des plans de formation pour créer des  » écosystèmes  » .
          Ce sont bien sûr de très grandes lignes .

          Cit : [ Désolé que la référence à la Chine vous fasse réagir ainsi ]
          Maintenant vous utilisez très probablement des produits assemblés et/ou produits en RPC et dont vous n’avez pas à vous plaindre . La RPC semble être aussi un des derniers endroits ou l’on peut produire de la « camelote  » . C’est à vous de choisir ce que voulez !

    • Belzebuth dit :

      @ farragut
      C’est bien de troller, mais les casques à pointe, ils en auront 40, eux…
      http://www.opex360.com/2022/06/02/lallemagne-confirme-son-intention-dacquerir-60-helicopteres-de-transport-lourd-ch-47f-chinook/

  4. Thierry le plus ancien dit :

    L’armée américaine n’ayant pas de conflit à gérer directement peut s’offrir le luxe d’immobiliser ses flottes d’appareils sans qu’il y ait conséquence, le Chinook est fait pour l’armée française, dommage que le politicien français refuse cet union pour le meilleur…

    On a échappé de justesse à la distribution de tickets de métro aux soldats français pour qu’ils puissent se déplacer en opération extérieur…

  5. Alfred dit :

    Et si c’etait tout simplement une question de perte de compétences et de savoir faire ? On a bien vu dans un autre domaine une entreprise commander chez un fournisseur des tuyaux totalement inadaptés pour l’emploi sur un chantier français qui dure depuis très longtemps. Alors des joints…..

    • blavan dit :

      @alfred. Un non évènement pour ceux qui pratiquent ou ont pratiqué la maintenance des hélicoptères. Ce problème sera vite résolu pour un appareil déjà très ancien et éprouvé sur tous les terrains.

  6. Jul dit :

    Tien c’est bien un première ça