L’armée australienne a dévoilé un blindé Bushmaster doté d’une motorisation électrique

Conçu par Thales Australia, le véhicule de transport de troupes Bushmaster de l’armée australienne est actuellement équipé d’un moteur diesel à six cylindres de type « Caterpillar 3126E » de 330 ch [ou 246 kW], lequel lui permet de faire rouler ses 12,4 tonnes [à vide] à la vitesse maximale de 100 km/h et d’avoir une autonomie de 800 km. Mais cela pourrait changer à l’avenir.

En effet, la semaine passée, à l’occasion du Chief of Army Symposium 2022, organisé à Adelaïde, le ministre adjoint australien de la Défense, Matt Thistlethwaite, a annoncé que le Bushmaster serait doté d’une motorisation électrique, dans le cadre du programme ePMV [electric Protected Military Vehicle].

« Nous avons connu un grand succès avec des véhicules conçus et construits en Australie pour assurer la sécurité du personnel au combat et le nouveau ePMV représente la prochaine étape innovante de cette tradition », a ainsi déclaré M. Thistlethwaite. « Cet ePMV apportera les avantages des véhicules électriques sur le champ de bataille, en étant notamment plus silencieux que ses homologues à moteur à combustion. Et j’ai hâte de le voir fonctionner lors d’essais sur le terrain », a-t-il ajouté.

« Il est essentiel que nous soutenions l’exploration et le développement de ces technologies pour les Forces de défense australiennes tout en soutenant l’industrie et les emplois australiens », a également fait valoir le ministre adjoint.

Peu de détails supplémentaires ont été donnés par le ministère australien de la Défense. Cependant, des photographies qu’il a publiées indiquent que les batteries de cet ePMV sont fournies par l’entreprise 3ME Technology, spécialiste de la propulsion électrique des véhicules lourds [des engins de chantier… et donc aux blindés].

Quoi qu’il en soit, et selon la presse australienne, le Bushmaster électrique aurait une autonomie de seulement 100 km. Mais celle-ci pourrait être portée à 300 km avec de futures batteries. Ce qui paraît peu… d’autant plus qu’il faut également disposer d’assez d’énergie pour recharger les batteries des équipements optroniques des fantassins…

Aussi, si la propulsion électrique peut simplifier la chaîne logistique et le Maintien en condition opérationnelle [MCO] d’un véhicule tout en étant plus « écologique » [sur ce point, tout le monde n’est pas d’accord… mais c’est un autre débat], il est peu probable de voir cet ePMV sur théâtre d’opérations dans un avenir proche. À moins d’adopter une motorisation hybride, qui combinerait les avantages de l’électrique et du moteur diesel.

« Dans le domaine capacitaire, les développements incluent systématiquement la prise en compte des nouvelles technologies, en particulier dans le domaine de la propulsion. La propulsion électrique est intéressante mais le problème du rechargement sur le terrain n’est pas totalement résolu. L’Agence de l’innovation de Défense [AID] a travaillé sur des scénarios de rupture pour le futur en prenant en compte la dépendance à l’électricité qui va devenir vitale », a d’ailleurs souligné le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une récente audition parlementaire.

C’est d’ailleurs la leçon de l’expérimentaion du robot mule « ROBOPEX », conduite par l’armée de Terre au Sahel, en 2021. « Les contraintes d’un robot électrique nécessitant un moyen dédié pour la recharge sont trop importantes pour permettre un engagement en milieu déstructuré », a ainsi expliqué le ministère des Armées, dans une réponse à une question écrite que lui avait adressé un député au sujet de cette évaluation.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

141 contributions

  1. ScopeWizard dit :

    À ce que j’ en sais , pour un véhicule type voiture civile , il faut compter 50000 km avant que du fait de sa motorisation électrique il y ait impact-carbone avantageux , alors qu’ un thermique l’ est tout de suite , c’ est après entre l’ usure et les quantités cumulées rejetées qu’ il perd cette propriété .

    Sachant bien que le CO2 , ce coupable idéal , dans les faits nous en avons énormément besoin….

    Et vive Rousseau !

    HEIN ?

    Euh , non , ce n’ est pas au Jean-Jacques auquel je faisais ici allusion…

    Changeons alors….

    Et vive Hidalgo !

    QUI ?

    Mais non , pas Michel….

    Alors , vive Brice !

    QUI QUOI ???

    Mais noon , pas celui de Nice !

    Bon , laissons tomber….

    • E-Faystos dit :

      @ ScopeWizard
      Effectivement, le CO2 n’est pas une plaie.
      Mais son rejet massif dans l’atmosphère l’est.
      Car il y capte humidité sous forme de micro particules d’eau.
      Et c’est là que commence le drame.
      L’eau capte la chaleur du soleil et augmente la température ambiante.
      Une chaleur sèche, le corps peut gérer : il transpire, et cela lui permet de garder sa température interne dans les clous.
      Une chaleur humide ne permet de sudation. Donc est inconfortable au mieux, mortelle au pire.

      • teddyK dit :

        Et la vapeur d’eau ? et le méthane ? voilà des gazs qui influe beaucoup plus sur le climat que le CO2, mais comme l’homme occidental Blanc n’en produit pas ou si peu nos « écolos » ont préférés cibler le CO2 … Tou cela sans aucun aval scientifique sur leurs théories jamais vérifiés depuis 50 ans.

        • Dolgan dit :

          Giec …..

          • Ératosthène dit :

            @Dolgan : Si vous vous intéressiez au GIEC, vous sauriez que cet organisme est composé
            – d’un secrétariat effectuant un travail administratif,
            – un groupe de scientifiques répertoriant les articles montrant comment le CO2 nuit,
            – un deuxième groupe dont les membres sont majoritairement scientifiques qui filtrent les articles répertoriés en les transmettant à un troisième groupe,
            – lequel est uniquement constitués de non-scientifiques qui formulent des normes.
            Le travail des deux derniers groupes, dans le domaine du devoir être, repose sur des jugements de valeur, il n’est donc pas scientifique.
            – d’une assemblée générale décidant en dernière instance des documents à émettre, dont les membres ne sont pas scientifiques et dont le travail est politique.

            La première erreur de raisonnement consiste à croire que les deuxième et troisième groupe de travail font un travail scientifique.
            D’autre part, une organisation ne peut pas être scientifique et politique à la fois. Par exemple, on ne peut pas démontrer un théorème scientifique en introduisant un argument politique. Donc le GIEC est entièrement politique, et plus précisemment scientiste. C’est la deuxième erreur de raisonnement : croire qu’on peut diriger le monde par la science.

            Si le GIEC était sérieux, le troisième groupe ne proposerait pas une série de normes cohérente, mais des bouquets de normes contradictoires en fonction de jugements de valeur divergents.
            Ces normes ne sont pas cohérentes avec la science mais avec des jugements de valeur ultra-minoritaires. Le GIEC propose aux pays riches la décroissance et de transférer aux pays pauvres (Chine et Brésil inclus) des centaines de milliards d’euros, qui eux sont temporairement autorisés à continuer à produire du CO2…

            Enfin, que demande-t-on au GIEC ?
            Dans ses statuts, il s’agit « d’évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. »

            Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, le problème est imposé : il y a réchauffement et il est anthropique.
            Il s’agissait simplement lors de sa création par Mme. Thatcher (et M. Reagan) de l’aider à fermer les mines de charbon britanniques pour qu’elle puisse bâtir des centrales nucléaires.

            Tout cela, sans évoquer son travail biaisé.

          • Dolgan dit :

            Le rapport du giec est politique (comme un rapport du sénat ou de la cours des comptes . Enfin en fait moins, mais on s’égare), mais il s appuie sur l intégralité des travaux scientifiques multi disciplines dans le monde entier, par des centaines de milliers de scientifiques .

            Nier cette réalité, c’est juste wtf.

          • Robert dit :

            Dolgan,
            Quand vous parlez de réalité à propos du GIEC donc indéniable, vous omettez que cette organisation a virée de nombreux membres quand ils émettaient des réserves sur la doxa. Le GIEC ce n’est pas « l’intégralité des travaux scientifiques multi disciplines dans le monde entier, par des centaines de milliers de scientifiques » mais uniquement ceux qui confirment son idéologie politique. Vous trouverez nombre de chercheurs reconnus qui tiennent un tout autre langage et pour certains sont ignorés ou considérés depuis ces propos »hérétiques », car on est dans la croyance, comme complotistes ou pire. Manque de transparence, magouilles de chiffres, ses experts sont cooptés et doivent donc défendre non pas la vérité scientifique, qui peut par définition être complexe mais la « vérité » du GIEC, critiques même de l’ONU si bien pensante. Le GIEC n’est pas la synthèse de la pensée intellectuelle crédible sur les sujets en cause, mais les tenants d’une certaine pensée qui prétend s’imposer à tous.
            Pour résumer, le GIEC n’est pas un concentré de la « vérité » mais de points de vues concordants dans un certain état d’esprit. Ils peuvent être incontestables, en dehors des magouilles pour parvenir au résultat, mais ils n’obligent nullement à les croire sur parole comme vérité scientifique incontestable. Le principe de la science c’est le doute critique, pas la croyance religieuse.
            https://www.valeursactuelles.com/monde/douche-froide-pour-le-giec
            http://www.slate.fr/story/18407/le-giec-climat-hostilite-politique-science-climategate-allegre
            https://www.contrepoints.org/2015/03/07/200348-climat-pourquoi-le-giec-doit-etre-demantele
            https://www.telerama.fr/ecrans/dereglement-climatique-cnews-revele-les-impostures-du-giec-7009720.php

        • NRJ dit :

          @TeddyK
          La vapeur d’eau dans la stratosphère causée par les trainéesd e condensation des avions est nocive pour le climat . C’est connu et reconnu. Dans la troposphère (à moins de 10 000 mètres), la vapeur d’eau participe surtout au cycle de l’eau.
          Le méthane est aussi connu et considéré comme gaz à effet de serre. Il provient des fuites lors de l’extraction et la distribution.

          « voilà des gazs qui influe beaucoup plus sur le climat que le CO2 ». Qu’est-ce que vous en savez que les émissions globales de méthane et de vapeur d’eau influent plus le climat que les émissions de CO2 ? Un guignol de plus….

          • teddyK dit :

            LA vapeur d’eau produite par les avions c’est dérisoire comparé à la vapeur d’eau dans l’atmosphère produite par l’évaporation des océans. Il n’y a que l’extrême gauche écolo pour se focaliser ainsi sur les activités humaines afin d’assoir leur théories délirantes.

          • teddyK dit :

            Wikipédia : « c’est (le méthane) un gaz à effet de serre bien plus puissant que le CO2, avec un potentiel de réchauffement global 28 fois plus élevé  » C’est pas nouveau mais vous semblez découvrir ce fait … ça en dit long sur vos connaissances sur le sujet.

          • ScopeWizard dit :

            @NRJ

            « La vapeur d’eau dans la stratosphère causée par les trainéesd e condensation des avions est nocive pour le climat . C’est connu et reconnu. »

            Les avions ne volent pas si haut ; en général ceux qui sont à moteurs à réaction ne quittent pas Troposphère ou Tropopause….

            De plus , la question est POURQUOI ?

            Car certains nuages ainsi chargés peuvent s’ étager très haut tel qu’ un cumulonimbus qui peut atteindre 15 km de hauteur pour plusieurs millions de m3 d’ eau….

            « C’est connu et reconnu. Dans la troposphère (à moins de 10 000 mètres), la vapeur d’eau participe surtout au cycle de l’eau. »

            À ma connaissance , la troposphère n’ est pas si précise , elle peut varier ; plus basse ou plus haute notamment en fonction des latitudes….

            « Qu’est-ce que vous en savez que les émissions globales de méthane et de vapeur d’eau influent plus le climat que les émissions de CO2 ? Un guignol de plus…. »

            Oui voilà ; celui qui ne va pas dans le sens requis , est un « guignol »….

            Vous croyez beaucoup trop à l’ « officiel » qui dès lors qu’ il est mis en doute , ou n’ est pas cru , se résume pour vous ou plutôt se traduit par une « mise en accusation » .

            Vous m’ avez fait le coup , vous le faites à d’ autres ; pourquoi ? je n’ en sais rien , c’ est probablement à relier à votre idiosyncrasie .

            Quoi qu’ il en soit , cela vous réduit à n’ être VOUS qu’ un idiot-utile de plus qui abruti de propagande idéologique se comporte en nouveau « garde rouge » ; ce qui est franchement assez déplaisant .

            Le GIEC utilise les scientifiques et ne retient de tout ce qu’ il se dit QUE ce qui l’ intéresse .

            Primo , du temps des dinosaures , les concentrations en CO2 étaient BEAUCOUP PLUS élevées .

            Secundo , le niveau des mers , qui sur Terre varie depuis au moins 100 millions d’ années , était lui aussi parfois beaucoup plus haut , à raison de plusieurs dizaines de mètres .

            https://dino-jurassic.com/blogs/blog-dinosaures-jurassique/climat-cretace

            https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/dinosaure-disparition-dinosaures-terre-etait-deja-stressee-rechauffement-climatique-oceans-acides-78838/

            https://www.acpco2.com/fr/co2-fournisseur-experimente-supplier-pour-lagriculture/stimulation-de-la-croissance-des-plantes

            https://www.climat-en-questions.fr/reponse/evolution-actuelle/niveau-oceans-dans-passe-par-claire-waelbroeck-catherine-ritz

            https://www.universalis.fr/encyclopedie/hausse-du-niveau-de-la-mer-il-y-a-14-650-ans/

            https://www.nationalgeographic.fr/environnement/elevation-du-niveau-de-la-mer-les-chiffres-clefs

            https://www.mer-ocean.com/levolution-des-oceans/

            https://sciencepost.fr/y-a-125-000-ans-niveau-oceans-etait-six-a-neuf-metres-plus-eleve/

            Bref , tel un cycle de respiration naturelle , au cours des siècles la mer monte et descend ; certaines variations auraient atteint 400 mètres , soit par comparaison au niveau actuel : 250 mètres en + il y a 100 millions d’ années , 150 mètres en – il y a 60 millions d’ années .

            Quant au CO2 la VIE en a besoin , la production agro-alimentaire aussi .

            En réalité , avec notamment cette folie éolienne , qui est une énergie intermittente ( dans les 20% à 25% du temps de production électrique , pas davantage dont 12% dont apparemment on ne sait que faire ) sachant qu’ un système électrique et plus encore un réseau doit toujours être en équilibre entre une OFFRE et une DEMANDE s’ il ne veut pas subir de coupures , il faut une capacité de redondance , de relais si vous préférez .

            Et le fait est que nous ne savons toujours pas stocker l’ énergie électrique….

            Par conséquent , une production électrique intermittente comme celle que produisent les éoliennes industrielles ou les panneaux photovoltaïques doit donc s’ accompagner de moyens pouvant être constitués de centrales nucléaires , centrales à charbon , centrales à gaz , qui soient pilotables de façon à pouvoir les démarrer le plus vite possible afin de TOUJOURS répondre à une DEMANDE par une OFFRE .

            Cela revient donc à doubler ou tripler nos capacités actuelles .

            En somme , plus vous aurez d’ éolien ou de solaire , plus vous aurez de renouvelable intermittent , plus vous aurez besoin du reste .

            Vous la voyez bien , l’ « énergie propre » , là ?

            En fait , il s’ agit via ces marchés captifs , d’ une fabrication artificielle et légale d’ une rente pour quelques uns ( entreprises privées Norvégiennes , Allemandes , Suédoises , Chinoises , Verts Allemands sans parler de tout ce qui est subventionné ou des promoteurs qui passent les accords avec ceux qui leur louent le terrain en obtenant des garanties de l’ Etat comme quoi l’ électricité leur sera achetée à un prix fixé à l’ avance pendant 20 ans ; là-dessus bonjour le mirifique contrat ) mais d’ un lot d’ emmerdes notamment à cause de factures trop élevées servant à financer de telles implantations si coûteuses qui au final n’ ont qu’ une rentabilité fort réduite et ne rapportent rien , pour tous les autres tel ce brave con-tribuable Français ainsi pris au piège pendant au moins 20 ou 30 ans .

            Sachant qu’ en plus , à terme le démontage d’ une éolienne soit un pylône de 150 à 200 mètres de haut ne sera pas entièrement pris en charge ; une masse considérable de béton sur les 20 à 25 mètres d’ enfouissement pour une superficie équivalent au quart de la superficie d’ un terrain de foot ne sera pas extraite .

            Données officielles communiquées et diffusées : 600 à 800 tonnes de béton enfoui + tout le reste soit entre le mât , les pales , la nacelle-générateur et boîte de vitesses , sur une hauteur totale de 150 à 200 mètres l’ équivalent en masse aérienne ; sachant que contractuellement en cas d’ enlèvement seuls quelques dizaines de centimètres d’ épaisseur des fondations seront concernés , principalement ceux qui affleurent , le reste étant à la charge de celui chez qui elle a été implantée qui évidemment peut être une collectivité , une commune .
            Or , vous savez que la bétonisation et les sols font très mauvais ménage , notamment car l’ eau ne peut plus circuler et s’ évacuer par absorption….

            Et donc QUI va in fine payer pour enlever ces 600 ou 800 tonnes de béton restant enfouies dans le sol ?

            Probablement personne .

            D’ autant que 600 à 800 tonnes « officielles » pour un tel volume , franchement ça paraît léger….
            Ce ne serait pas plutôt 6000 ou 8000 tonnes ?

            Bref !

            Vous êtes donc face à une aberration écologique comme à une véritable escroquerie qui tourne à celle d’ État a minima incompétent qui quoi qu’ il en soit met en évidence que certains responsables « sous influence » prennent des décisions en fonction d’ intérêts personnels et non pas dans un souci de bien commun .

            De là à y voir une atteinte à la démocratie….une de plus….

            Récemment proposé….

            Alors ça , c’ est typiquement le genre de vidéo promotionnelle où l’ on a décidé de te prendre pour un bon gros couillon destiné à n’ être que le gogo typé vache à lait de service….
            https://www.youtube.com/watch?v=ubdAEYWhHIM

            Celle-ci est déjà plus honnête….
            https://www.youtube.com/watch?v=VuxIgv5fjck

            Celle-ci illustrant l’ un des très grands inconvénients quant à l’ érection de ces gigantesques pylônes éoliens….
            https://www.youtube.com/watch?v=R4aGNf0ArnQ

            Accusez moi de ce que vous voudrez ou qualifiez moi de « guignol » si ça vous chante , mais au moins amenez des éléments .

          • NRJ dit :

            @teddyK
            « c’est dérisoire comparé à la vapeur d’eau dans l’atmosphère produite par l’évaporation des océans ». La quantité de vapeur d’eau qui va dans l’atmosphère à cause de l’évaporation des océans n’a quasiment pas beaucoup changé depuis 500 ans. Par contre la température, elle, a augmenté.

             » Il n’y a que l’extrême gauche écolo pour se focaliser ainsi sur les activités humaines afin d’assoir leur théories délirantes. » Il y a aussi les personnes qui ont 3 neurones et qui se basent sur un minimum de rigueur scientifique et qui se demandent ce qui a bien pu changer entre entre le 20ème siècle et le 21ème siècle pour causer un tel changement de température. A part l’activité humaine, on ne voit pas grand chose. C’est triste pour vous mais c’est comme ça.

            « C’est pas nouveau mais vous semblez découvrir ce fait … ça en dit long sur vos connaissances sur le sujet. ». Je le savais merci. Maintenant, si vous aviez lu ce que je disais, vous auriez compris que nos émissions de méthane sont assez limitées par rapport au CO2, sans être négligeables pour autant.
            Faites le calcul pour une centrale à gaz qui fait 23% de la production électrique mondiale. Prenez 2% de fuites de méthane (fuites de gaz venant de Russie selon l’ADEME, chiffre que l’on peut prendre comme approximation) et regardez quelle est la part d’émissions d’équivalents CO2 provenant du méthane et de CO2 provenant de la combustion de méthane. Et puis comparez ce chiffre avec ce qui est émis par du charbon qui fait 38% de la production électrique mondiale (presque uniquement en CO2).
            Comme ça vous utiliserez votre cerveau un peu et ça vous évitera de dire des bêtises. Et puis, ça vous donnera une petite idée de la façon de faire des gars du GIEC.

            @Scope
            « Les avions ne volent pas si haut ; en général ceux qui sont à moteurs à réaction ne quittent pas Troposphère ou Tropopause…. ». Les avions de ligne volent à environ 10 000 mètres d’altitude. C’est justement la limite basse de la stratosphère. Et comme la chaleur monte, la vapeur d’eau des trainées de condensation reste dans la stratosphère.

            « À ma connaissance , la troposphère n’ est pas si précise , elle peut varier ; plus basse ou plus haute notamment en fonction des latitudes… ». C’est vrai. Mais généralement on l’établit vers 10 000 mètres.

            « Vous croyez beaucoup trop à l’ « officiel » qui dès lors qu’ il est mis en doute , ou n’ est pas cru , se résume pour vous ou plutôt se traduit par une « mise en accusation » . ». Je dis qu’il est un guignol de se figurer sur son clavier que les nombreux chercheurs et scientifiques du GIEC n’ont pas pris en compte les émissions de méthane et de vapeur d’eau (cette dernière n’ayant d’ailleurs pas fondamentalement évolué depuis 1 siècle, contrairement à la température globale terrestre). Cette manie que certains ont de prendre les autres pour des crétins….

            « Vous m’ avez fait le coup , vous le faites à d’ autres ; pourquoi ? je n’ en sais rien , c’ est probablement à relier à votre idiosyncrasie . ». Parce que je suis prêt à traiter de guignol n’importe quelle personne prenant les autres pour des crétins.

            « Le GIEC utilise les scientifiques et ne retient de tout ce qu’ il se dit QUE ce qui l’ intéresse . ». Le GIEC est un groupe d’experts. Quel intérêt auraient t’ils à mentir/omettre volontairement ? Et sur quoi vous vous basez pour dire ça qu’ils ne prennent que ce qui les intéresse ?

            « Primo , du temps des dinosaures , les concentrations en CO2 étaient BEAUCOUP PLUS élevées . ». C’est vrai. Et ?
            Le problème n’est pas la concentration en CO2 actuelle. Le problème est l’évolution brutale et colossale (une telle variation n’a jamais été vue, y compris après la météorite de Chicxulub qui a mis fin aux dinosaures et provoqué une extinction massive) de la température et du CO2 dans l’atmosphère. Un tel phénomène n’a jamais été visible sur la Terre, des connaissances qu’ont accumulé les scientifiques depuis 1 siècle. Et aucune cause naturelle ne peut l’éclairer. Ne reste donc que… l’activité humaine.
            Tout cela est dit, redit, et rappelé aussi longtemps qu’on a envie de l’écouter. Allez voir n’importe quelle présentation sur Youtube, vous trouverez votre bonheur.

            « Quant au CO2 la VIE en a besoin , la production agro-alimentaire aussi . ». Oui, mais c’est l’excès de CO2 qui est une des causes du réchauffement climatique. Là encore, personne de sérieux parmi les chercheurs affirme qu’il faut supprimer intégralement le CO2 de l’atmosphère.

            « Et le fait est que nous ne savons toujours pas stocker l’ énergie électrique…. ». Vous avez raison sur le principe. Je vous mets quand même un bémol: on sait stocker dans les barrages STEP. Ce que vous dites reste cependant globalement vrai, même si les technologies évoluent rapidement dans ce domaine.

            Sur le reste, je ne vois pas le rapport. Je vous rejoins sur le fait que faire uniquement du renouvelable serait une bêtise. De toute façon l’énergie électrique ne représente qu’un quart de l’énergie que nous consommons (https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/mix-energetique-de-la-france).
            Or, c’est bien les 3/4 restants qu’il s’agira de décarboner. A partir de là, que ce soit sous forme électrique, ammoniac, hydrogène et pétrole synthétique, ou autre il faudra remplacer ces 3/4 d’énergies charbonnées. Et pour ça il faudra des installations de production d’énergie, qu’importe leur forme (éoliennes, photovoltaïque, et nucléaire). Et si on n’y arrive pas, ce sera de la sobriété (donc les plus modestes qui devront se serrer la ceinture, dit simplement, puisque c’est eux les plus vulnérables).

            « Et donc QUI va in fine payer pour enlever ces 600 ou 800 tonnes de béton restant enfouies dans le sol ?
            Probablement personne . » Aujourd’hui les fabricants d’éoliennes doivent laisser uen provision pour enlever les dites éoliennes. Il y a 10 ans, il y avait ce genre de problème (logique quand on démarre une industrie). Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Par ailleurs, toute cette masse est intégralement recyclée (il n’y que les pales des éoliennes qui ne sont pas encore recyclables, même si les premières pales recyclables commencent à sortir de l’industrie), là où nos chers déchets nucléaires doivent être mis des dizaines de mètres sous terre.

            « Or , vous savez que la bétonisation et les sols font très mauvais ménage , notamment car l’ eau ne peut plus circuler et s’ évacuer par absorption…. » La surface bétonnée ne représente qu’une faible fraction de la surface de terrain d’un champs d’éoliennes.

            « Accusez moi de ce que vous voudrez ou qualifiez moi de « guignol » si ça vous chante , mais au moins amenez des éléments . ». Rien ne permet de dire cela pour l’instant. Par contre, je vous suggère de prendre en compte les inconvénients de chaque énergie avant de juger. Dire « telle énergie est nulle parce que si et ça », c’est stupide. Toutes les énergies ont des avantages et inconvénients et il faut les accepter.

          • ScopeWizard dit :

            @NRJ

            « Les avions de ligne volent à environ 10 000 mètres d’altitude. C’est justement la limite basse de la stratosphère. »

            NON ; c’ est FAUX .

            Autrement dit , ça part d’ entrée de guingois .

            « Et comme la chaleur monte, la vapeur d’eau des trainées de condensation reste dans la stratosphère. »

            Et alors ? Quid ?

            « C’est vrai. Mais généralement on l’établit vers 10 000 mètres. »

            NON PLUS ; on l’ estime , mais les faits peuvent changer la donne .

            Je dis qu’il est un guignol de se figurer sur son clavier que les nombreux chercheurs et scientifiques du GIEC n’ont pas pris en compte les émissions de méthane et de vapeur d’eau (cette dernière n’ayant d’ailleurs pas fondamentalement évolué depuis 1 siècle, contrairement à la température globale terrestre). Cette manie que certains ont de prendre les autres pour des crétins…. »

            À commencer par le GIEC lui-même .

            D’ autant que « prendre en compte » c’ est très incomplet .

            « Parce que je suis prêt à traiter de guignol n’importe quelle personne prenant les autres pour des crétins. »

            Ben non ; parce qu’ il peut s’ agir là beaucoup plus d’ une perception basée sur du subjectif qu’ autre chose….
            Donc , la plupart du temps , vous ne pouvez même pas affirmer que celui que vous vous permettez de traiter de la sorte prend EFFECTIVEMENT les autres pour des crétins .

            Par contre , en réagissant de la sorte , VOUS , vous n’ êtes pas loin de passer pour un bas de plafond tout ce qu’ il y a d’ authentique .

            « Le GIEC est un groupe d’experts. Quel intérêt auraient t’ils à mentir/omettre volontairement ? Et sur quoi vous vous basez pour dire ça qu’ils ne prennent que ce qui les intéresse ? »

            Lisez plutôt ce qu’ expose @Ératosthène qui s’ est bien cassé la tête pour ça .

            « Primo , du temps des dinosaures , les concentrations en CO2 étaient BEAUCOUP PLUS élevées . ». C’est vrai. Et ?

            Et rien ; on s’ en fout .

            « Le problème n’est pas la concentration en CO2 actuelle. Le problème est l’évolution brutale et colossale (une telle variation n’a jamais été vue, y compris après la météorite de Chicxulub qui a mis fin aux dinosaures et provoqué une extinction massive) de la température et du CO2 dans l’atmosphère.  »

            MAIS QUI AFFIRME ÇA ? VOUS ?

            « Un tel phénomène n’a jamais été visible sur la Terre, »

            Affirmation gratuite et non étayée , ni même d’ une démonstration .

            « des connaissances qu’ont accumulé les scientifiques depuis 1 siècle. Et aucune cause naturelle ne peut l’éclairer. Ne reste donc que… l’activité humaine. »

            NON ; ce n’ est pas vrai .
            Déjà 1 siècle , surtout à ce niveau , c’ est epsilon .

            « Tout cela est dit, redit, et rappelé aussi longtemps qu’on a envie de l’écouter. Allez voir n’importe quelle présentation sur Youtube, vous trouverez votre bonheur. »

            Je m’ en fous ; Youtube n’ est pas synonyme de garant de vérité intangible et en cherchant bien vous pouvez y trouver exactement le contraire .

            « c’est l’excès de CO2 qui est une des causes du réchauffement climatique. »

            NON ; il y a déjà d’ entrée relais d’ une erreur volontaire de vocabulaire par abus , là .

            « Là encore, personne de sérieux parmi les chercheurs affirme qu’il faut supprimer intégralement le CO2 de l’atmosphère. »

            Ben heureusement .

            « Vous avez raison sur le principe. Je vous mets quand même un bémol: on sait stocker dans les barrages STEP. »

            NON , ou alors vous jouez sur les mots or ceux-ci ont un sens parfois très précis ; les barrages hydroélectriques de type STEP n’ ont pas capacité à stocker de l’ énergie électrique , il s’ agit d’ un « transfert » permettant à l’ aide de turbines de stocker de l’ énergie afin de produire de l’ électricité , PAS de STOCKER l’ électricité .

            « Ce que vous dites reste cependant globalement vrai, même si les technologies évoluent rapidement dans ce domaine. »

            On s’ en fout ; pour l’ heure nous n’ en sommes toujours pas là ; c’ est ça qu’ il faut retenir .

            « Sur le reste, je ne vois pas le rapport. Je vous rejoins sur le fait que faire uniquement du renouvelable serait une bêtise. De toute façon l’énergie électrique ne représente qu’un quart de l’énergie que nous consommons »

            Le fait est que SANS pétrole , gaz , ou électricité , tous les pays fonctionnant sur nos systèmes modernes ayant donné des sociétés complexes se cassent la gueule ; tous sans exception .

            (https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/mix-energetique-de-la-france).

            « Or, c’est bien les 3/4 restants qu’il s’agira de décarboner. A partir de là, que ce soit sous forme électrique, ammoniac, hydrogène et pétrole synthétique, ou autre il faudra remplacer ces 3/4 d’énergies charbonnées. Et pour ça il faudra des installations de production d’énergie, qu’importe leur forme (éoliennes, photovoltaïque, et nucléaire). »

            Ah non ; seule l’ énergie nucléaire permet cela ; et ce type de production électrique n’ est pas sans risque .

            « Et si on n’y arrive pas, ce sera de la sobriété (donc les plus modestes qui devront se serrer la ceinture, dit simplement, puisque c’est eux les plus vulnérables). »

            C’ est ça , ils n’ ont qu’ à crever , ça débarrassera le plancher .

            « Aujourd’hui les fabricants d’éoliennes doivent laisser uen provision pour enlever les dites éoliennes. »

            Ah oui ? Laquelle et pour faire quoi ?

            « Il y a 10 ans, il y avait ce genre de problème (logique quand on démarre une industrie). »

            NON ; ni logique , ni normal .

            Mais vous , vous trouveriez ça « logique »….

            « Ce n’est plus le cas aujourd’hui. »

            Mais qu’ est-ce qui n’ est plus le cas ?

            On le sait que les éoliennes seront démantelées , mais pas entièrement , et pas avant 20 ou 30 ans .

            « (il n’y que les pales des éoliennes qui ne sont pas encore recyclables, même si les premières pales recyclables commencent à sortir de l’industrie), »

            Ce qui n’ a rien de normal ou logique non-plus .

            « là où nos chers déchets nucléaires doivent être mis des dizaines de mètres sous terre. »

            Je sais bien mais ça n’ excuse rien , surtout pas l’ injustifiable .

            « La surface bétonnée ne représente qu’une faible fraction de la surface de terrain d’un champs d’éoliennes. »

            Vous le faites exprès ? C’ est ARCHI-FAUX .

            20 pylônes éoliens de 150 à 200 m de hauteur pales comprises c’ est minimum une superficie bétonnée totale équivalant à 5 terrains de foot .
            200 c’ est donc 50 .

            Et qui s’ élèvent à partir de fondations de béton s’ enfonçant entre 20 et 25 mètres sous terre .

            Vous imaginez les conséquences au niveau de la circulation de l’ eau ou son absorption par les sols ?

            Donc vous racontez n’ importe quoi et relayez ce que vous ne savez pas .

            « je vous suggère de prendre en compte les inconvénients de chaque énergie avant de juger. »

            Je ne juge pas , je cherche à comprendre et me faire une idée si possible précise et claire de ce qu’ il en est au plus près de la réalité .

            « Dire « telle énergie est nulle parce que si et ça », c’est stupide. Toutes les énergies ont des avantages et inconvénients et il faut les accepter. »

            Merci ; je ne vous ai pas attendu .

            La « préoccupation écologique » , remontant me concernant , aux grandes heures de gens tels que Cousteau .

        • john dit :

          Mais bien sûr…
          Le méthane fait partie des études, et c’est bien pour cela que la question de la viande bovine est considérée dans les problèmes climatiques, c’est pour cela que les déchets organiques sont de plus en plus traités pour que le méthane ne s’échappe pas dans l’atmosphère.
          Et si vous lisiez réellement les études scientifiques, ce que vous pourriez apprendre, c’est que la limite de 2° ne sort pas d’un chapeau magique. Les scientifiques ont constaté que ces changements de 2° en plus ont existé par le passé. Par contre, au-delà de 2°, c’est un monde inconnu. Et inconnu signifie que tous les scénarios sont permis.
          – une interruption des courants océaniques à cause de la fonte des glaces pourrait rendre la redistribution d’énergie sur terre obsolète. L’Europe du Nord deviendra très froide. Et les régions tropicales seront bien plus chaudes. L’Europe risque de ne plus recevoir les précipitations venant de l’Atlantique.

          – Ou alors, et c’est le scénario catastrophe, le permafrost dans toute le nord (Europe, Asie, Amérique) fond. Et celui-ci contient une quantité énormissime de méthane, et si cela commence à s’échapper, il y a un risque d’emballement, et l’humain pourrait entièrement arrêter d’émettre des gaz à effet de serre, cela ne stoppera plus rien. Le méthane continuera à être rejeté, la température continuera à augmenter, et on ne connait absolument pas les conséquences d’une telle situation.

          Pourquoi parle-t-on plus du CO2? Parce que le CO2 est le gaz le plus rejeté par l’activité humaine.
          Mais les solutions des scientifiques concernent l’arrêt de la consommation d’énergies fossiles (gaz + pétrole). Une partie de la raison, c’est qu’en exploitant ces énergies, du méthane, du butane, pentane sont rejetés dans l’atmosphère et donc ont un impact.
          Autre gaz que les scientifiques mentionnent en permanence, et qui ont fait une apparition depuis un moment dans les régulations pour les moteurs, le N2O, l’oxyde d’azote. Pour une même quantité émise, l’effet sur le climat et de 298 fois celui du CO2. Mais il reste moins longtemps dans l’atmosphère.
          Le méthane lui représente 84 fois l’effet sur le CO2.

          Mais regardons de quelle manière l’atmosphère a évolué depuis le début de l’aire industrielle.
          – 280 ppm de CO2 avant, 421 ppm en 2022
          – 722 ppb de CH4 avant 1650, 1900 ppb aujourd’hui.
          Que disent les scientifiques? 30% du réchauffement climatique est due au méthane.
          Ne parlez pas des scientifique, ne parlez pas des vrais écolos, parlez plutôt des politiques qui font tout pour éviter le problème. Parlez des industries pétrolières qui sont responsable du CO2 et du méthane émis et qui font tout pour bloquer les évolutions de la part des gouvernements. Quant au méthane issu de l’agriculture, c’est plus complexe, et les humains auront plus de peine à vouloir agir sur cela. Mais une transition énergétique vers des énergies moins émettrices de CO2 et de gaz naturel ne change rien à l’humain. On a besoin d’énergie. D’où elle vient impacte la terre de diverses manières. Mais aujourd’hui, la plus grande menace pour l’humanité et le monde vivant, c’est le réchauffement climatique à un rythme sans précédent.
          https://www.iea.org/reports/methane-tracker-2020

          Donc non, les scientifiques ne sont pas bêtes. Et les journalistes sont détenus par des milliardaires qui eux se fichent du réchauffement climatique. Et si vous savez que le méthane est un gaz à effet de serre, c’est grâce à eux, et pas à vous.
          Si le méthane est moins abordé, c’est simplement parce que la partie émise que l’humain peut empêcher facilement, c’est celle venant de l’exploitation des énergies fossiles et qui créent ensuite du CO2. En s’attaquant aux énergies fossiles, le CO2 et le méthane sont impactés.
          MAIS autre point essentiel, le méthane dans l’atmosphère a une durée de vie d’une douzaine d’année. Pour le CO2 cela se compte en siècle.
          Le méthane réagit chimiquement avec son environnement. Le méthane CH4, en contact de l’ozone (O3) se transforme en CO2 + H2O.

          Pour la question de la vapeur d’eau, c’est un faux débat.
          La vapeur d’eau est déjà créée par l’utilisation de pétrole ou de gaz. L’énergie fossile est donc responsable.
          Mais surtout, les gaz à effet de serre sont nécessaires pour contenir la chaleur sur terre. Mais leur quantité est ce qui évolue. Pour la vapeur d’eau, il y a une différence majeure avec le reste, c’est que sa quantité contenue dans l’air a ses limites, et quand ces limites sont atteintes il pleut.
          Mais là où c’est problématique, c’est que le réchauffement de l’atmosphère signifie que la quantité de vapeur d’eau dans l’air peut augmenter. Donc ça crée ce problème d’emballement. Mais cela est indépendant des émissions. Les processus naturels créent une majeure partie de l’eau dans l’atmosphère. Mais la chaleur permet une plus grande quantité d’eau dans l’atmosphère est responsable des ouragans, pluies diluviennes, grêle, orages plus intenses et plus fréquentes. Et l’origine de cette chaleur, c’est le carbone fossile exploité.

          Autre point intéressant, dans l’océan arctique, il y a du méthane stocké en son fond. Les courants atlantiques plus chaud commencent à dégeler le sol sous la Mer. Il y a des poches de gaz qui peuvent être relâchées d’un coup. Et une qui pose problème contient 50 Gt. Si cela venait à se produire, c’est 12 x la quantité de méthane contenue dans l’atmosphère terrestre actuellement. Il y a 1400 Gt de méthane dans l’océan arctique, une bonne partie à risque en cas de réchauffement des eaux.

          Bref, vous en faites pas, les vrais écolos, les scientifiques sont bien conscients de la complexité des problèmes, des interactions, etc.
          Et ils sont aussi très humbles. Il sont les seuls à dire ouvertement que le problème principal du réchauffement climatique, ce sont les inconnues en cas de dépassement d’un certain seuil. Et le problème, c’est que les concentrations actuelles de gaz à effet de serre dans l’atmosphère dépassent totalement ce qui a pu exister pendant les ères modernes avec des êtres vivants comme on le connait aujourd’hui.
          Au delà de 2°, il n’est pas impossible que des processus naturels se déclenchent pour contrer cela. Mais l’activité humaine pourrait rendre ces mécanismes naturels moins efficaces si on continue à émettre des gaz à effet de serre. Et dans les possibles scénarios, il y a des hausses de températures massifs. Ou alors une extrémisation du climat en limitant les courants sous-marins, courants qui ralentissent déjà !

          • ScopeWizard dit :

            @John

            Bon ben , trop long….

            Essayons donc comme ça….

            PARTIE I

            Déjà et pour faire court , il existe 2 gaz , qui sont principaux responsables du dérèglement et du réchauffement climatique : le CO2 , le méthane .

            Eh bien m’ en voyez-vous à ce point navré , mais il y a d’ entrée un problème dans une telle formulation .

            Quel « dérèglement » ?
            Quel « réchauffement » ?

            Et pourquoi seulement pointer ces 2 gaz qui sont attribués à l’ activité industrielle alors qu’ ils sont naturels ?

            Ne pas chercher à tenir un discours fait d’ une rhétorique « qui fait peur » consisterait plutôt à parler de « changement » .

            Ainsi qu’ à mettre en avant la possibilité d’ un cycle naturel comme le fait que même si l’ activité humaine contribue , nul ne sait quelle est la part entre l’ artificiel et le naturel .

            De même , un truc à la noix dont je suis personnellement bien conscient depuis ma prime adolescence boutonneuse aussi hormonale que stupide , l’ évidence que l’ être humain ce n’ est pas Dieu le Père et que selon ce que cette brave Gaïa pourrait réserver , il se pourrait qu’ il ait à payer un certain prix , tel qu’ une quasi-extinction , et que tout son génie créatif le plus hautement technologique qui soit ne puisse rien faire pour l’ empêcher ou s’ en préserver .

            Et l’ autre problème par rapport à tout ça , tient aux « solutions » qui sont proposées ou plutôt qui sont « vendues » comme étant les bonnes .

            L’ Eolien par ces gigantesques éoliennes est par exemple , du moins au point de leur conception technologique actuelle , une parfaite aberration .
            Tant sur le plan esthétique donc visuel , celui de la bétonisation des sols , celui des conditions de leur implantation , celui de leur fin de carrière , celui de leur rendement , celui de leurs nuisances telles que sonores ( engrenages , infra-sons ) , celui de leur impact sur la faune , celui de leur rentabilité faite de profit pour certains synonyme de rente mais pour la grande majorité des autres d’ emmerdements à n’ en plus finir .

            Ceux qui nous imposent ces horreurs qui ne servent à rien étant principalement les Etats .

            L’ Allemagne s’ est couverte d’ éoliennes et même de photovoltaïque c’ est dire si elle s’ est voulue puissante en termes de renouvelable , expliquez alors pourquoi une fois que le génie Merkel sous la pression des Verts Allemands ( faut voir les liens avec Greenpeace , ça vaut son pesant ) ferme les centrales nucléaires ( que les Verts cherchent à tout prix à foutre en l’ air en France tandis que c’ était l’ un des points forts de notre pays ) , les Allemands sont alors dans l’ obligation de les remplacer par ces merveilles écologiques que sont les centrales à charbon parfois fonctionnant à l’ aide de lignite soit l’ un des charbons dont l’ extraction en vue d’ exploitation est l’ un des plus dégueulasses et invasifs qui puisse exister ?

            Sachant qu’ en parallèle , la Chine inaugure plusieurs fois par an une nouvelle centrale à charbon….

            C’ est vrai qu’ il ne saurait y avoir plus fantastiquement éco-responsablement écologique….
            https://www.youtube.com/watch?v=SM_tRfYmgA0

            https://www.youtube.com/watch?v=u2FCTMmn9Zw

          • ScopeWizard dit :

            @John

            PARTIE II

            « Et si vous lisiez réellement les études scientifiques, »

            Lesquelles ? financées par QUI ? selon quels protocoles ? Quels paramètres ? Choisies comment et sur quels critères ?

            Quelles sont celles qui aboutissaient à d’ autres conclusions fussent-elles diamétralement opposées ?
            Où sont-elles ?
            Où est l’ équilibre qui permettrait d’ obtenir quelque chose de bien plus objectif , plutôt que toute cette subjectivité censée nous informer .

            C’ est du bla bla , tout ça .

            « ce que vous pourriez apprendre, c’est que la limite de 2° ne sort pas d’un chapeau magique. Les scientifiques ont constaté que ces changements de 2° en plus ont existé par le passé. Par contre, au-delà de 2°, c’est un monde inconnu. Et inconnu signifie que tous les scénarios sont permis. »

            MAIS QUI DIT ÇA ?
            POURQUOI se sentir obligés de croire les uns plus que les autres ?

            « – Ou alors, et c’est le scénario catastrophe, le permafrost dans toute le nord (Europe, Asie, Amérique) fond. Et celui-ci contient une quantité énormissime de méthane, et si cela commence à s’échapper, il y a un risque d’emballement, et l’humain pourrait entièrement arrêter d’émettre des gaz à effet de serre, cela ne stoppera plus rien. Le méthane continuera à être rejeté, la température continuera à augmenter, et on ne connait absolument pas les conséquences d’une telle situation. »

            Oui ? et concernant le permafrost , comment se fait-il que soit « oublié » l’ autre très grand problème ? celui de tout ce qu’ il peut renfermer comme virus ou organismes microbiens éventuellement pathogènes susceptibles alors de s’ éparpiller dans le paysage ?

            « Pourquoi parle-t-on plus du CO2? Parce que le CO2 est le gaz le plus rejeté par l’activité humaine. »

            NON ; le dioxyde de carbone est le gaz le plus massivement rejeté par tout ce qui vit et qui aussi scandaleux que cela puisse paraître est indispensable au cycle de la vie .
            L’ activité industrielle de l’ homme en rejette aussi , certes , mais en quelles proportions par rapport au reste ?

            « Autre gaz que les scientifiques mentionnent en permanence, et qui ont fait une apparition depuis un moment dans les régulations pour les moteurs, le N2O, l’oxyde d’azote. Pour une même quantité émise, l’effet sur le climat et de 298 fois celui du CO2. Mais il reste moins longtemps dans l’atmosphère. Le méthane lui représente 84 fois l’effet sur le CO2. »

            Mais QUI l’ a mesuré et comment ?

            « Mais regardons de quelle manière l’atmosphère a évolué depuis le début de l’aire industrielle. »

            Mais on s’ en fout de ça ; c’ est du partiel et peut-être même du partial , quid de ce qu’ il en était AVANT ?

            « Que disent les scientifiques? 30% du réchauffement climatique est due au méthane. »

            Encore une fois , LESQUELS ?

            Vous n’ avez pas encore compris que « scientifique » ne rime pas avec « vérité intangible » , encore moins en ce monde si concurrentiel et obsédé de pognon ou de contrôle ?

            La super-harmonie mondiale ou même locale de toute cette crise COVID ne vous a pas suffi à réaliser à quel point les « scientifiques » pouvaient être en désaccords , et parfois avec des raisons opposables mais tout aussi valables bien que sujettes à controverse ou débat ?

          • ScopeWizard dit :

            @John

            PARTIE III

            « On a besoin d’énergie. D’où elle vient impacte la terre de diverses manières. Mais aujourd’hui, la plus grande menace pour l’humanité et le monde vivant, c’est le réchauffement climatique à un rythme sans précédent . »
            https://www.iea.org/reports/methane-tracker-2020

            Vous n’ en savez rien du tout ; encore une fois le terme « réchauffement » ne convient pas .

            « Donc non, les scientifiques ne sont pas bêtes. »

            Certes , mais il n’ en demeure pas moins que souvent ils bossent pour de grandes entités capitalistiques qui les paient , ils peuvent donc être comptables de résultat avec telle ou telle conclusion en guise de figure imposée .

            « Et les journalistes sont détenus par des milliardaires qui eux se fichent du réchauffement climatique. »

            Ils ne s’ en fichent absolument pas .

            « Et si vous savez que le méthane est un gaz à effet de serre, c’est grâce à eux, et pas à vous. »

            Sans blague ? Tandis que VOUS , vous en saviez tellement plus dès votre naissance , n’ est-il pas ?

            « Si le méthane est moins abordé, c’est simplement parce que la partie émise que l’humain peut empêcher facilement, c’est celle venant de l’exploitation des énergies fossiles et qui créent ensuite du CO2. En s’attaquant aux énergies fossiles, le CO2 et le méthane sont impactés. »

            C’ est la répétition du discours officiel , ça ; et en plus pas loin d’ être aussi clair que du jus de chique .

            « MAIS autre point essentiel, le méthane dans l’atmosphère a une durée de vie d’une douzaine d’année. Pour le CO2 cela se compte en siècle. »

            Et alors ??????? On s’en tape de ça ; ce que perso je voudrais bien savoir avec précision et certitude c’ est à quel point cela joue et la proportion entre ce qui serait « contrôlable » voire « maîtrisable » et ce qui ne l’ est pas .

            … « La vapeur d’eau est déjà créée par l’utilisation de pétrole ou de gaz. L’énergie fossile est donc responsable. »

            NON ; la vapeur d’ eau n’ est pas créée par l’ utilisation du pétrole ou du gaz qui en seraient responsables ; seul , ça ne tient pas .
            Cela signifierait donc que depuis gaz et pétrole , il pleut sur Terre ?

            « Mais surtout, les gaz à effet de serre sont nécessaires pour contenir la chaleur sur terre. Mais leur quantité est ce qui évolue. Pour la vapeur d’eau, il y a une différence majeure avec le reste, c’est que sa quantité contenue dans l’air a ses limites, et quand ces limites sont atteintes il pleut. »

            Et voilà , vous y venez tout seul .

            « Mais là où c’est problématique, c’est que le réchauffement de l’atmosphère signifie que la quantité de vapeur d’eau dans l’air peut augmenter. Donc ça crée ce problème d’emballement. »

            NON ; ça crée un problème de « CRAINTE » d’ emballement que SEULEMENT certains ont prévu ou redoutent , nuance .

            « Mais cela est indépendant des émissions. Les processus naturels créent une majeure partie de l’eau dans l’atmosphère. »

            Effectivement , cela coule de source….

            « Mais la chaleur permet une plus grande quantité d’eau dans l’atmosphère est responsable des ouragans, pluies diluviennes, grêle, orages plus intenses et plus fréquentes. Et l’origine de cette chaleur, c’est le carbone fossile exploité. »

            NON ; vous affirmez mais en réalité vous n’ en savez rien .

          • ScopeWizard dit :

            @John

            PARTIE IV ET FIN

            « Autre point intéressant, dans l’océan arctique, »

            Quid de l’ Antarctique ?

            « il y a du méthane stocké en son fond. Les courants atlantiques plus chaud commencent à dégeler le sol sous la Mer. Il y a des poches de gaz qui peuvent être relâchées d’un coup. Et une qui pose problème contient 50 Gt. Si cela venait à se produire, c’est 12 x la quantité de méthane contenue dans l’atmosphère terrestre actuellement. Il y a 1400 Gt de méthane dans l’océan arctique, une bonne partie à risque en cas de réchauffement des eaux. »

            Comme je vous l’ ai précisé , l’ Homme ce n’ est pas Dieu , et même si cela était dans un futur plus ou moins lointain le fait est qu’il n’ en est pas là ; au point où il en est il ne peut donc pas tout contrôler et agir sur ce qui , ne serait-ce que par sa puissance , le dépasse .

            Il peut essayer , mais peut ainsi aussi être facteur d’ aggravation , non d’ amélioration voire déclencher une autre cause d’ emballement .

            « Bref, vous en faites pas, les vrais écolos, les scientifiques sont bien conscients de la complexité des problèmes, des interactions, etc. »

            les « vrais écolos » , les « scientifiques » ; faites moi rire avec ces labels…..

            « Et ils sont aussi très humbles. Il sont les seuls à dire ouvertement que le problème principal du réchauffement climatique, ce sont les inconnues en cas de dépassement d’un certain seuil. »

            Le fait est qu’ effectivement il y a constatation du niveau d’ élévation de la température , mais est-ce pour autant à qualifier de « réchauffement » ? Ou plutôt de « changement » voire de « cycle » propre à la Terre et à sa Vie ?

            « Et le problème, c’est que les concentrations actuelles de gaz à effet de serre dans l’atmosphère dépassent totalement ce qui a pu exister pendant les ères modernes avec des êtres vivants comme on le connait aujourd’hui. »

            OK , mais quid de ce qu’ il en était AVANT ?

            « Au delà de 2°, il n’est pas impossible que des processus naturels se déclenchent pour contrer cela. »

            Vous le précisez donc vous-même , rien n’ est sûr .

            « Mais l’activité humaine pourrait rendre ces mécanismes naturels moins efficaces si on continue à émettre des gaz à effet de serre. »

            Pareil ; hypothèse , et non « certitude » .

            « Et dans les possibles scénarios, il y a des hausses de températures massifs. Ou alors une extrémisation du climat en limitant les courants sous-marins, courants qui ralentissent déjà ! »

            En somme , à vous suivre , nous sommes carrément dans une nouvelle échelle de mise en application du contraignant -mais pas forcément pour tout le monde- principe de précaution….

            Eh bien , nous voilà rendus et surtout incroyablement bien outillés….

      • Ératosthène dit :

        @E-Faystos : 
        Nul ne vous empêche de vous faire propagandé, mais de grâce, ne contaminez pas les autres.
        Les sites et livres prouvant que le CO2 ne chauffe pas spécialement sont légions.
        Un échantillon de livres :
        Littérature non scientifique :
        _ Olivier Postel-Vinay
        La comédie du climat 250 p., Lattes, 2015, ISBN 13 : 9782709647007
        _ Philippe Verdier (présentateur météo renvoyé pour ne pas avoir présenté de climat torride dans les dizaines d’années à venir)
        Climat, investigation — Les dessous d’un scandale planétaire 395 p., La mécanique générale, 2015, ISBN 979–10–95776–06–2

        Littérature plus ou moins scientifique
        Littérature gratuite à télécharger
        – Roger Lamouline
        Nos mythes modernes vus par un mécréant 4 premiers chapitres à lire en ligne
        – Yves Lenoir
        Climat de panique 233 p.
        – Jacques-Marie Moranne (ingénieur) & Camille Veyres (spécialiste en
        rayonnement électromagnétique),
        La physique du climat 74 p.,

        Littérature classique
        – Pascal Acot (Historien)
        Climat, un débat dévoyé ? Éléments de réponse, 158 p., Armand Colin, 2010, ISBN-13 : 978–2200255589
        – Claude Allègre (géochimiste)
        L’imposture climatique 300 p., Plon, 2010, ISBN 978–2–259–20985–4
        – Jean-Marc Bonnamy
        Réchauffement climatique, le pavé dans la marre 157 p., l’Harmatan, 2018, ISBN 2343149909
        – Vincent Courtillot (chercheur)
        Nouveau voyage au centre de la Terre 352 p., Odile Jacob, 2009, EAN13 : 9782738119391
        – Samuele Furfari (ingénieur chimiste & industriel, fonctionnaire à la Direction générale de l’énergie de la Commission européenne)
        L’écologie au pays des merveilles : Mirages et vérités du développement durable 249 p., Éditeur François Bourin, 2012, ISBN-13 : 978–2849413210
        – Christian Gérondeau (expert en politiques publiques)
        CO2 : un mythe planétaire 316 p., l’Artilleur, 2009, ISBN 2810003718
        Climat : j’accuse, 200 p., du Toucan, 2015, ISBN 13 : 9782810006793
        Climat : la grande manipulation, 270 p., l’Artilleur, 2017, ISBN 2810007772
        – François Gervais (chercheur)
        L’Innocence du carbone : L’effet de serre sera remis en question 320 p., Albin Michel, 2013, ISBN 978–2–226–20916–0
        L’urgence climatique est un leurre 304 p., L’Artilleur, 2018, ISBN 13 9782810008513
        – Drieu Godefridi (juriste)
        Le GIEC est mort, vive la science ! 120 p., Texquis, 2010, ISBN : 978–2–9600473–7–0
        – Arezki Hacène
        Climat, mensonges et propagande 320 p., Eyrolles, 2010, ISBN : 978–2–916878–60–7
        – Philippe de Larminat
        Changement climatique 138 p., ISTE Éditions, 2014, ISBN-13 : 978–1784050467
        – André Legendre (ingénieur)
        L’homme, est-il responsable du réchauffement climatique ? 250 p., EDP Sciences, 2009, ISBN 275980383X
        – Marc Le Menn
        Science et désinformation 246 p., Perspectives libres, 2016
        – Yves Lenoir
        La vérité sur l’effet de serre, Le dossier d’une manipulation planétaire 172 p., La découverte, 1992, ISBN 978–2–7071–2178–3
        Climat de panique 233 p., Favre, 2001, ISBN 13 : 9782828906733
        – Marcel Leroux (professeur émérite en climatologie)
        Global Warming, Myth or Reality, The Erring Ways of Climatology
        – István Markó (chimiste)
        15 vérités qui dérangent 400 p., Texquis, ISBN-13 : 978–2930650050
        – Rémy Prud’homme (économiste)
        L’idéologie du réchauffement, Science molle et doctrine dure 160 p., du Toucan, 2015, ISBN 13 : 9782810006816
        – Benoît Rittaud (mathématicien)
        Le mythe climatique 203 p., Seuil, 2010, ISBN 978–2–02–101132–6
        Ils s’imaginent sauver le monde, 224 p., Books, 2016, EAN : 9782366080841

        Remarque : La presse n’est plus libre depuis longtemps, mais l’édition l’est encore 🙂

        PS : Quand je présente quelque chose dont je ne suis pas expert, j’essaie toujours de choisir mes sources parmi des gens d’opinion différente.

        • Dolgan dit :

          J’ai bien cru que allègre ne ferait pas partie de la liste.

          Je suis déçu (mais pas surpris) de constater que le niveau de contradiction n’a pas évolué d un pouce.

          En 2022, en être resté à brandir allègre, c’est vraiment affligeant.

          • Ératosthène dit :

            @Dolgan : Très bien. Supprimons-le de la liste (ça ne change vraiment pas grand chose).

          • Ératosthène dit :

            @Dolgan :
            Et si vous faisiez une recension de « Unsettled », le livre de M. Koonin, un proche de M. Obama, expliquant les limitations sérieuses des modèles actuels de climat ?
            Pourriez-vous par ailleurs résumer la publication récente de Connolly, Soon et 23 autres auteurs, « How much the Sun influenced Northern Hemisphere temperature trends? », qui attribue aux variations de l’activité solaire les changements climatiques en cours ?

          • Robert dit :

            Dolgan,
            Vous êtes malhonnête, ce qui n’est pas très scientifique.
            Les dogmes sont faits pour être abattus quand ils reposent sur un consensus idéologique et des mensonges.

        • ScopeWizard dit :

          @Dolgan

          « J’ai bien cru que allègre ne ferait pas partie de la liste.

          Je suis déçu (mais pas surpris) de constater que le niveau de contradiction n’a pas évolué d un pouce.

          En 2022, en être resté à brandir allègre, c’est vraiment affligeant. »

          Et donc , il n’ y a que ce détail qui compte ?

          Quant au GIEC , ça ne vaut rien .

          Mais bon , croyez qui vous convient ; mais laissez tranquille ceux qui pensent différemment .

      • ScopeWizard dit :

        @E-Faystos

        « Mais son rejet massif dans l’atmosphère l’est. »

        Attention à ne pas tomber dans l’ affirmation absurde….
        https://planet-terre.ens-lyon.fr/ressource/co2-depuis-4ga.xml

        Je vous fournis ce lien que perso je n’ ai pas eu le temps de lire , sachez juste que du « rejet massif » de CO2 dans l’ atmosphère il y en a eu bien plus dans le passé et que l’ activité humaine industrielle même par son cumul n’ y était pour rien .

        Ceci dit , dites-vous bien aussi que même si en France depuis environ 200 ans nous avons doublé la superficie en bois et forêts tombée à un très bas niveau vers 1800 , dans le reste du monde comme chez-nous , entre la part de forêts « artificielles » souvent composées d’ un nombre trop réduit d’ essences ( notion de fragilité face aux parasites , faune et flore limitées ) et une déforestation massive doublée d’ une agriculture intensive en monoculture sur de grandes superficies ayant notamment du fait de la destruction des bocages ou du recours à des pesticides type néonicotinoïdes provoqué la disparition ou la raréfaction d’ insectes pollinisateurs , certains pointent désormais une photosynthèse devenue insuffisante….

        Ce qui fait que les organismes photosynthétiques c’ est-à-dire possédant de la chlorophylle soit les plantes , les algues , certaines bactéries ne parviennent plus à absorber le CO2 et donc à réguler , mais ne libèrent plus non-plus l’ indispensable O2 permettant de maintenir un équilibre entre oxydation et désoxydation .

        Et l’ une des conséquences de tout ça , ce sont les feux de forêt….qui libèrent une quantité phénoménale de CO2….et qui depuis quelques années sont d’ une puissance destructrice -mais à terme régénératrice- beaucoup plus importante .

        Et puis vous avez un autre phénomène qui se rajoute , il y a beaucoup moins d’ oiseaux .

        Et donc ?

        Et donc , certes les insectes pollinisateurs peuvent davantage proliférer , ce qui dans nombre de zones n’ est de toute façon plus autant possible tellement ils sont détruits par les néonicotinoïdes , mais surtout nombre de parasites n’ ont plus de prédateurs et donc dès lors qu’ ils arrivent sur une vaste étendue cultivée en monoculture , c’ est là qu’ ils peuvent devenir massivement destructeurs….

        Vous le voyez le cercle vicieux ?

        Et la disparition des oiseaux est due à quoi ?

        Au fait qu’ à force d’ utiliser des néonicotinoïdes afin de se protéger de ces attaques aussi destructrices d’ insectes destructeurs aussi invasifs , comme de si vastes étendues mono-cultivées dépourvues de haies/habitats , leur pitance comme leurs habitats se sont raréfiés et se sont concentrés ailleurs….

        Alors , venir maintenant m’ expliquer que tout ceci serait à minimiser et que le vrai responsable de tout ce CO2 c’ est le moteur thermique , j’ ai un doute d’ autant qu’ à ce moment-là , en plus de ce qui est en cours dans le Secteur Primaire , il faudrait plutôt tout changer au niveau de la production industrielle….

        Vous pouvez évidemment ne pas être d’ accord avec ça .

        Mais bon , à mon avis , sachant que nous sommes dans un monde marchand cherchant à toujours être en position de te vendre quelque chose , il y a des questions à se poser….

        C’ est à vous de voir et vous faire votre idée .

        • Gaulois78 dit :

          Je suis rentré de la côte Bretonne, pardon de la région Loire Atlantique hier, que de la voie rapide et de l’autoroute, résultat pare brise pratiquement propre…Aucune hécatombe où génocide d’insectes à déplorer..

          J’habite les Yvelines, environnement péri-urbain, du vert, de l’eau, des arbres, de la végétation à une centaine de mètres de la Seine, plus de vols d’hirondelles, canards, oies, peu d’oiseaux, les papillons, abeilles, guêpes se font très très rares, plus de fourmis, de ver de terre … J’estime (?) le début de cet effondrement brutal à partir de 2010…De toute façon l’immense majorité des imbéciles qui peuplent ce pays s’en foutent de la nature, quand aux kmers vert, aucun conscience morale, sauf pour nous emmerder avec les trotinettes, vélos, pistes cyclables, interdictions, taxes, contribution, amendes…

          l n’y a qu’à voir l’état du port de La Turballe, l’eau est irisé par l’essence, vaut mieux pas y faire de plongeon… Même la côte sauvage c’est pas respectée c’est pourtant pas difficile de mettre sa canette de soda dans son sac à dos…

          • ScopeWizard dit :

            @Gaulois78

            « résultat pare brise pratiquement propre…Aucune hécatombe où génocide d’insectes à déplorer.. »

            Oui ; parfaitement normal .

            Il y a 20 ans , cela l’ aurait été beaucoup moins .

            « plus de vols d’hirondelles, canards, oies, peu d’oiseaux, les papillons, abeilles, guêpes se font très très rares, plus de fourmis, de ver de terre … »

            Ici , en gros en vallée de Garonne vers les Pyrénées et même vers le Nord , ça dépend des coins .

            Du côté de chez-moi , effectivement il n’ y a plus grand-chose ; évidemment plus un seul doryphore ou salamandre , papillons ou abeilles très peu fréquents avec les trois-quarts du temps les abeilles aperçues isolées et en perdition , guêpes en abondance mais commençant à leur tour à donner des signes de faiblesse mais par contre nombre d’ insectes xylophages , moineaux très abondants disparus , plus la moindre mésange , rouge-gorge ou pinson un de temps en temps , encore pas mal de vers de terre , même les « gros » volatiles style corbeaux , pies , chouettes chevêches ou effraies , ou merles se font de plus en plus discrets et y compris les tourterelles , etc….
            Tu vois de moins en moins de crapauds , grenouilles , lézards , hérissons , pigeons , étourneaux , faucheux , lucanes , gendarmes , hannetons , scarabées , et même les mouches , les araignées , ou les pipistrelles , ou même les fourmis sont moins nombreuses….

            Les moustiques en revanche se portent plutôt très bien ; pas loin de tenir la grande forme…

            Par contre , à quelques kilomètres , rien qu’ en oiseaux et selon les périodes de l’ année et les conditions météo , là tu peux apercevoir des aigrettes , hérons cendrés , buses , faucons crécerelles , canards , moineaux , hirondelles , martinets , rossignols , mésanges , huppes , coucous , pic-verts , palombes , éperviers , perdrix , faisans , engoulevents , milans , grives , grues , oies , etc….

            Avec du bol tu pourras observer des biches , chevreuils , sangliers , peut-être même une martre ou une belette voire un renard….

            Mais question insectes , là bernique !

            Je vous propose cet extrait car c’ est tout ce qui est encore disponible en ligne et qui bien qu’ incomplet était plutôt instructif et bien fait….

            https://www.facebook.com/artetv/videos/710735500023787/

            Ce qui est particulièrement intéressant c’ est POURQUOI nous en sommes arrivés là….

            « J’estime (?) le début de cet effondrement brutal à partir de 2010… »

            Plus ou moins oui .

            « De toute façon l’immense majorité des imbéciles qui peuplent ce pays s’en foutent de la nature, quand aux kmers vert, aucun conscience morale, sauf pour nous emmerder avec les trotinettes, vélos, pistes cyclables, interdictions, taxes, contribution, amendes… »

            Parce que l’ écologie s’ est beaucoup trop politisée , que la plupart de ses « têtes pensantes » sont des citadins à qui il manque la référence essentielle qu’ est la confrontation avec la Nature , qu’ ils croient en savoir beaucoup , qu’ ils sont dans l’ idéologie , qu’ ils se sont faits infiltrer par d’ autres mouvements quand d’ autres jouent double-jeu , etc….

            Résultat : un paquet de « gardes rouges » actifs et militants qui pour nombre pratiquent l’ entrisme y compris certains de nos chers , si chers « intervenants » qui n’ ont strictement rien à dire ou opposer , puisque telle n’ est pas leur mission consistant plutôt à diffuser par prosélytisme leur idéologie voire à te « tuer » si jamais tu n’ allais pas dans le sens attendu….

            « Il n’y a qu’à voir l’état du port de La Turballe, l’eau est irisé par l’essence, vaut mieux pas y faire de plongeon… »

            Quoi d’ étonnant….

            « Même la côte sauvage c’est pas respectée c’est pourtant pas difficile de mettre sa canette de soda dans son sac à dos… »

            Oui ; mais vas dire quoi que ce soit , prends-toi un bourre-pif en guise de réponse , réplique par un gnon bien placé qui fasse bien bobo , et que l’ autre con porte plainte avec en plus un ou deux « témoins » , et c’ est toi qui risques de te retrouver gros-jean comme devant à devoir rendre des comptes à la « justice »….ce qui quoi qu’ il en soit ne sera pas donné….

            Ainsi va le monde….

            Prenez soin de vous

            https://theconversation.com/neonicotino-des-un-debat-qui-reduit-la-nature-a-sa-valeur-financiere-163757

            https://theconversation.com/interdiction-des-insecticides-neonicotino-des-pourquoi-a-t-il-fallu-attendre-plus-de-20-ans-95759

          • lgbtqi+ dit :

            Constats similaire au vôtre, dans d’autres régions.

            Au printemps, j’ai fait 1600 km AR Nord-Sud : pare-brise propre.

            Quand je me promène dans un parc : cartons à pizza, plastiques à sandwich et canettes de tous les côtés.

            Voisins qui tondent leur pelouse dès qu’une fleur apparaît, et tant pis pour les abeilles.

            Bureaux qui laissent leurs écrans PC allumés toute la nuit.

            Athlètes de 20 berges qui font de la trotinette et du vélo électrique, branché sur centrales nucléaires.

            Lumières de ville encore allumées à 7H30 en plein jour.

            Et tout ce beau monde qui nous assaille avec ses partis écologistes, ses culpabilités prêtes-à-porter, et qui « ne veut plus faire d’enfants afin de sauver la planète »…

          • JC dit :

            @Scope

            Et si on demandait à Bayer ce qu’ils en pensent de la disparition des insectes et par incidence de celle des oiseaux. Parce que là le CO²…

          • ScopeWizard dit :

            @lgbt

            « Constats similaire au vôtre, dans d’autres régions. »

            Partout et probablement idem dans toute l’ Europe , disons la plus « agricole » .

            « Au printemps, j’ai fait 1600 km AR Nord-Sud : pare-brise propre. »

            Il y a plus de 10 ans j’ en avais parcouru plus de 1800 AR ( Vieilles Charrues de Carhaix ) , déjà pratiquement la même chose : presque le même constat .

            « Quand je me promène dans un parc : cartons à pizza, plastiques à sandwich et canettes de tous les côtés. »

            Au pied de mes chères montagnes , là où il est donc particulièrement sympa et aisé de se poser et pourquoi pas camper , dégueulasse , carrément à vomir ; 100 mètres plus haut , pratiquement plus rien….forcément , l’ effort exerçant son pouvoir de dissuasion….

            « Voisins qui tondent leur pelouse dès qu’une fleur apparaît, et tant pis pour les abeilles. »

            Perso , à l’ ancienne , utilisation d’ une faux .
            Mais bon , une fois au moins , disons avant le retrait de la sève cet automne , faudra bien que je songe à tondre ; le résultat est tout de même plus net et puis ainsi l’ herbe poussant bien moins en saison froide , il peut durer plus longtemps .

            Bon , si tu as des fleurs , par exemple en pot ou jardinières , ou même des plantes qu’ elles apprécient , ce n’ est pas bien important ; le problème tenant surtout à leur raréfaction comme à leurs troubles presque à chaque fois constatés .

            « Bureaux qui laissent leurs écrans PC allumés toute la nuit. »

            Là je ne sais pas ; c’ est parfois peut-être préférable ou nécessaire….

            « Athlètes de 20 berges qui font de la trotinette et du vélo électrique, branché sur centrales nucléaires. »

            M’ en parlez pas ; et qui se comportent comme de véritables sales cons imbus et teintés despotes .

            « Lumières de ville encore allumées à 7H30 en plein jour. »

            Sans-doute une histoire de minuterie sachant que par exemple une ville comme Paris plongée dans le noir façon coupe-gorge , ce n’ est pas bon non-plus .

            « Et tout ce beau monde qui nous assaille avec ses partis écologistes, ses culpabilités prêtes-à-porter, et qui « ne veut plus faire d’enfants afin de sauver la planète »… »

            Et crois-moi , ce n’ est pas fini ; ça ne fait que commencer , je le crains .

            Raison pour laquelle certains en sont à affirmer que le « Caucasien » va à terme se faire très rare en Europe et en particulier en France métropolitaine , ce qui à terme risque de changer beaucoup de choses….

            Mais bon , faut surtout pas le dire , encore moins en parler , ne serait-ce que pour essayer de faire la part entre le bon grain et l’ ivraie et ainsi ne pas tout mélanger ; et comme ça on avance et on progresse , enfin « certains » avanceront et progresseront….en ce qui concerne les autres…..

          • ScopeWizard dit :

            @JC

            « Et si on demandait à Bayer ce qu’ils en pensent de la disparition des insectes et par incidence de celle des oiseaux. Parce que là le CO²… »

            Oui ; BASF , BayerMonsanto , la Dow Chemical Co ( à sa grande époque en voilà bien une dont le rôle a été énorme tout comme celui joué par DuPont ou Monsanto… ) , Sumitomo , DuPont , Syngenta , Nufarm….

            Quoi qu’ il en soit , ce qui est particulièrement intéressant et instructif c’ est POURQUOI nous sommes passés à cette agriculture intensive….

            Si l’ on veut être complet les raisons « bonnes » ou « moins bonnes » étant multiples , c’ est certes long , mais plutôt instructif et disons que ça te permet de comprendre , de cerner le sujet avec ses tenants et aboutissants , bref d’ avoir cette vision globale selon moi si importante .

            Une autre fois , sans-doute .

            En attendant , si tu as l’ occasion de visionner le documentaire diffusé par ARTE il y a quelques semaines ( environ 1H 30min ) , il était bien fait et bien qu’ il manquât un point essentiel ( ce que je ne comprends d’ ailleurs pas tellement il est important pour bien réaliser le pourquoi du comment ) , assez complet .

            A+ et prenez soin de vous

      • Ératosthène dit :

        PS : Ce que décrit E-Faystos est un modèle.
        On a que des modèles pour décrire le climat dans 100 ans.
        Si on veut construire un Rafale ou un Famas, on ne fait pas des modèles en choisissant des tailles de pièces plus ou moins au hasard, puis par exemple en choisissant le Famas qui tire le plus loin parmi ceux modélisés ; mais on part de lois physiques et on fait des plans précis en sachant ce qu’on obtiendra selon les formes et tailles des pièces. Le résultat obtenu colle toujours avec ce qu’on attendait. De même quand on construit un immeuble ou quand on produit un nouveau pot de yaourt.
        Presque toujours, avec les plans et les lois de la physique et de la chimie, on peut prouver que la chose aura telle qualité.
        Concernant le climat, on ne prouve rien. On a pas de preuve, mais que des modèles.
        Exemple de modèle stupide : 
        Le moteur électrique est équivalent au moteur à liquide inflammable. Au lieu de transporter de l’essence on transporte des batteries. Donc si on fait des A330 ou un Concorde (à liquide inflammable), on peut aussi faire l’équivalent électrique.
        C’est un très beau modèle mais irréalisable.

        • ScopeWizard dit :

          @Ératosthène

          Se souvenir qu’ en son temps et concernant le « trou » dans l’ ozone principalement dû aux CFC ( systèmes de refroidissement , aérosols… ) le couple Thatcher-Reagan a joué un rôle non négligeable quant à sa prise de conscience permettant de trouver une solution .

          Sachant bien que si en altitude la couche d’ ozone nous protège , être à son contact est fort dangereux .

          Bref !

          Malheureusement , les CFC ont été remplacés par des HFC certes bien moins nocifs pour la couche d’ ozone mais qui sont apparemment fauteurs de concentration de gaz à effet de serre….

          Sauf qu’ il y a ça aussi….
          Les C.F.C. , H.C.F.C. , et H.F.C. contribuent à la fois à l’effet de serre et à la destruction de la couche d’ozone lorsqu’ils sont libérés dans l’atmosphère .
          Le chlore et le fluor , contenus dans les molécules , réagissent chimiquement et détruisent des molécules d’ozone .

          Autrement dit , va y comprendre quelque chose….

          https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/a-l-origine-quand-margareth-thatcher-et-ronald-regan-ont-cree-le-giec-148067.html

          Prenez soin de vous

    • JMI dit :

      La guerre c’est la guerre, ça pollue à mort, alors l’utilité de véhicules électriques, franchement je ne vois pas. Par ailleurs, en temps de conflit intense, est-ce qu’on peut laisser un véhicule immobilisé branché des heures à une prise le temps qu’il se recharge ? Est-on sûrs de trouver des prises partout, ou faudra-t’il se livrer à un jeu de piste sous le feu adverse ? Voyons comment les choses se passent en Ukraine et dites moi qui serait assez fou pour aller au combat avec des véhicules électriques quand tout est rasé partout et que plus rien ne fonctionne ? Franchement je me demande dans quel esprit ce concept a pu naître. Sûrement pas dans la tête des combattants dont la survie dépendra de l’état de charge d’une batterie. Si les écolos veulent faire la guerre qu’ils y aillent et qu’ils nous fassent voir.

      • Le Suren dit :

        Il vaudrait mieux un hybride dont le moteur électrique peut permettre l’approche sasn bruit.

      • Gaulois78 dit :

        @JMI & les autres
        On s’en fiche un peu de ce truc improbable qui ne trouvera jamais son utilité lors d’un conflit en dehors de la foire du Trône (nombreuses prises électriques grâce aux manèges)…

        Ça concerne les Australiens, laissons les s’enfoncer dans leurs erreurs et puis si ça permet à Thalès France de remonter des dividendes d’Australie…

      • ScopeWizard dit :

        @JMI

        Je souscris assez .

        Seulement , il est sans-doute également utile de faire des essais afin de collecter suffisamment de renseignements quant à la viabilité de la formule .

    • Plusdepognon dit :

      @ ScopeWizard
      On va parler minier…
      https://www.areion24.news/2022/05/30/lindustrie-europeenne-des-batteries-prise-dans-la-geopolitique-des-minerais/

      https://www.diploweb.com/Carte-Les-principaux-fournisseurs-de-matieres-premieres-critiques-de-l-Union-europeenne.html

      Puis énergie…
      https://www.letemps.ch/opinions/dominance-energetique-plus-importante-puissance-armee

      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/comment-la-guerre-en-ukraine-faconne-une-nouvelle-geopolitique-de-l-energie-924647.html

      Et enfin brevets…
      https://www.areion24.news/2021/03/17/technologies-critiques-dans-le-secteur-energetique-pour-la-securite-et-la-defense/

      https://www.ege.fr/infoguerre/2020/06/france-peine-a-se-degager-de-lentrisme-technologique-americain

      Le tout dans un monde où l’espionnage est rendu plus facile pour certains, pas forcément des Etats.
      https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/les-geants-americains-font-main-bassesur-les-cables-sous-marins-et-les-satellites-20220424

      Et tout cela est bien évidemment côté en bourse.

      Ce qui est important dans une société où l’information peut valoir très cher, n’est pas criée sur les toits…
      https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/telecommunications-la-bataille-de-l-arctique-pour-le-controle-des-cables-sous-marins-ne-fait-que-commencer-927196.html

      Un petit extrait d’une chanson du groupe Téléphone pour le ScopeWizard : Et je t’achète et je te vends…

    • francois dit :

      « alors qu’ un thermique l’ est tout de suite » ??
      alors qu’ un thermique ne l’est jamais !

      • asvard dit :

        L’emission de CO2 lors de la construction d’un systeme electrique est de 30% plus importante que pour celle d’un thermique donc ce dernier pourra rejeter à l’utilisation avant que cette écart soit comblé.

        • garand dit :

          ca n’enlève rien à l’exactitude de la réponse de francois…

          • ScopeWizard dit :

            @garand

            « impact-carbone avantageux » .

            C’ est l’ adjectif « avantageux » qui change tout .

            Les mots et leur précision comptent .

            Par conséquent , la réponse de @françois est inexacte , elle est même fausse .

      • ScopeWizard dit :

        @françois

        Et si , il l’ est .

        Ne perdez pas de vue , que la comparaison porte ici sur la production d’ un thermique et d’ un électrique .

        Lequel des deux présente la plus grande empreinte CO2 lorsqu’ il est mis sur le marché du neuf puis entre en circulation .

    • Aramis dit :

      Besoin du CO2, oui mais là la question c est d en avoir plus.

      • ScopeWizard dit :

        @Aramis

        Non , selon moi ce n’ est pas là qu’ est le problème ; il est dans ce qui permet d’ en faire quelque chose qui fasse , qu’ il soit en excès ou non , qu’ il ne soit pas nocif .

        Lisez à ce sujet la réponse destinée à E-Faystos .

    • Requin dit :

      Faut pas être fute-fute pour croire que sur la durée de vie, le seul critère de durée de temps qui compte in fine un véhicule à pétrole pollue moins qu’un électrique. D’autant que dans le bilan électrique, la production de la batterie dans un pays comme la Chine qui utilise très majoritairement du charbon compte beaucoup. La même batterie construite en France aurait un bien meilleur bilan equivCO2 et en fin de vie, un véhicule électrique, avec bien moins de pièces mécaniques est beaucoup plus facilement recyclable quand les voiture thermiques s’entasse par millions dans les casses auto.
      Mais je vous rassure, les voitures à pétrole neuves seront bien interdite à la vente en Europe en 2035

      • Frede6 dit :

        Les constructeurs de moteur vont progressivement se désengager ou pour le moins réduire les investissements dans les moteurs thermiques dans les décennies à venir faute de débouchés. Il ne me semble pas idiot pour les armées d’accompagner le développement de l’électrique pour en tester les bienfaits et limites opérationnelles.

        • Ératosthène dit :

          @Frede6 :
          Faux : Dans les dizanes d’années à venir, on se rendra nécessairement compte que passer au tout électrique est un non-sens, pour la seule raison qu’un tel système n’est pas rentable du tout, en énergie et en pognon.

          • Gaulois78 dit :

            @Ératosthène @Frede6 & consorts
            Un peu de patience, attendons l’hiver qui d’après les commentaires de personnes autorisés va durer deux ans…
            La fin du thermique, la transition énergétique, le 0 carbone risque d’entraîner une nouvelle terreur dont seront victime les Khmers vert bobo idolâtres…

            Ils seront les nouveaux chouans…La revanche des vendéens et des Bordelais…

      • ScopeWizard dit :

        @Requin

        Ne perdez pas de vue , que la comparaison porte ici sur la production d’ un thermique et d’ un électrique . Lequel des deux présente la plus grande empreinte CO2 lorsqu’ il est mis sur le marché du neuf puis entre en circulation .

        Pour que de ce point de vue , un électrique soit disons bénéfique , en moyenne d’ après ce qui a été calculé , il faut dans les 50 000 km parcourus .

        Tandis que le thermique qui certes génère une pollution , en génèrera beaucoup moins à son stade de production .

        Cela étant , tout rejette quelque chose .

        D’ une façon ou d’ une autre , même un pauvre caillou apparemment parfaitement innocent et inerte , tout comme votre propre corps ou le mien ou celui de votre chat ou de votre chien , émet un rayonnement que l’ on connaît comme étant une radio-activité naturelle , donc le problème est-il dans ce rejet ou dans ce qui permettrait de l’ absorber , de le canaliser , voire de le réguler et d’ abaisser ou même d’ annihiler sa potentielle nocivité ?

        Lisez par exemple ce que je réponds à l’ ami @E-Faystos….

        Plus il y a de rejet , plus il faut un contre-rejet afin de rétablir l’ équilibre , et je crois que c’ est surtout à ce niveau là que se situe le gros du problème dès lors qu’ il s’ agit d’ émissions polluantes sachant bien que depuis maintenant plus d’ un siècle , au niveau mondial notre consommation en énergie d’ origine fossile est stable et se situe vers 80%…

        Certes , il y a d’ abord surtout eu le charbon , puis essentiellement le pétrole , aujourd’hui c’ est plutôt le gaz….
        Mais le fait est que c’ est toujours dans les 80% .

        Et le fait est aussi que nous avons beaucoup trop ralenti notre effort de recherche dans le fossile tandis que nous allons en avoir besoin de plus en plus ; pour vous donner une idée , il y a 10 ans le budget de recherche des Seven Sisters du pétrole se situait vers 650 milliards de $ , il serait à ce jour tombé à moins de 300…

        Les Sept Sœurs les plus influentes de nos jours étant ( sans ordre quant au classement ) de grandes compagnies pétrolières nationalisées appartenant à des pays hors OCDE , on parle alors de « nouvelles Sept Sœurs » , soit :
        1) pour la Chine , la China National Petroleum Corporation , 2) Petroliam Nasional Berhad ou Petronas , une société Malaisienne , 3) la société Saoudienne Saudi Aramco , 4) JSC Gazprom pour la Russie , 5) Venezuela Petroleos de Venezuela S.A. , 6) Petróleo Brasileiro S.A – Petrobras , 7) Iran National Iranian Oil Company .

        Vous trouvez également , en ne prenant en considération que le chiffres d’ affaires de 2007 et en laissant de côté les considérations géopolitiques , ce qu’ en 2008 la presse économique Italienne a classé comme étant les Cinq Sœurs ainsi que ce qui officieusement est appelé « grandes compagnies pétrolières » soit : BP , ExxonMobil , Total , Royal Dutch Shell , Eni , Repsol , et d’ autres…..

        Pour comparaison , les précédentes Seven Sisters , c’ est-à-dire celles APRÈS la Seconde Guerre Mondiale , donc pas nécessairement celles du Pacte d’ Achnacarry de 1928 :

        _ Standard Oil New Jersey ( SONJ ) soit« Exxon » pour l’ensemble de ses points de vente « Enco » et « Esso » aux USA , demeuré Esso » dans les autres pays avant en 1999 de fusionner avec Mobil pour devenir ExxonMobil .
        _Royaume-Uni/Pays-Bas : Royal Dutch Shell , une société Anglo-hollandaise .
        _Royaume-Uni : Anglo-Persian Oil Company devenant par la suite après transformation : British Petroleum connu sous le nom BP .
        _Standard Oil COmpany New York ( SOCONY ) , devenu Mobil qui fusionnera donc plus tard avec Exxon pour devenir ExxonMobil .
        _Texaco fusion avec Chevron pour devenir ChevronTexaco puis Chevron ( me semble t-il vers 2005 ) .
        _Standard Oil of CALifornia ( SOCAL ) , puis Chevron , ChevronTexaco , puis à nouveau Chevron .
        _ Gulf Oil , fusionné avec Chevron.

        Car les prix de l’ énergie fossile vont exploser quand le renouvelable ne donnera rien ou trop peu , déjà parce que du fait de sa non-constance en terme de production comme du fait que nous ne savons pas stocker l’ électricité , il faut être en mesure de compenser donc d’ augmenter le fossile , ce qui tourne à la farce aberrante .

        Quoi qu’ il en soit , prenez soin de vous et des vôtres

      • ScopeWizard dit :

        @Requin

        Complétons le propos…

        Pourquoi les prix vont-ils exploser ou disons risquent-ils d’ exploser ?

        Il faut savoir qu’ aujourd’hui notre consommation mondiale en termes de barils/jour/pétrole est d’ environ 100 millions pour une production au maximum équivalente….

        À ce jour , on ne peut pas en produire plus et je vous rappelle que pour faire la part belle au renouvelable nous avons considérablement ralenti la recherche en fossile dont notre consommation est de 80%….

        Une recherche qui par ce qu’ elle exige en matériel et hommes qu’ il s’ agit parfois de plusieurs fois par an déplacer aux quatre coins de la planète , ou son côté aléatoire , coûte très cher .

        Cela signifie quoi ?

        Tout simplement , que si quelque chose venait à se produire et que la production en pétrole , ou mettons en hydrocarbures venait à en être affectée , c’ est une pénurie qui nous attend , du moins en matière d’ énergies fossiles .

        Et vous savez comme moi , comme nous tous , que nous sommes dans une économie de marché basée sur la loi de l’ offre et de la demande ; par conséquent , qui dit moins d’ offre en pétrole mais une demande toujours aussi forte , dit montée des prix avec possible doublement ou triplement de ceux-ci .

        Et vous devez également bien vous être dû rendu compte que l’ exigence en demande n’ a rien d’ élastique , donc que celui qui tient à faire tourner son usine ou même son véhicule paiera ce qu’ il faut pour ça car il n’ a tout simplement pas le choix de faire autrement .

        Or , il faut bien comprendre que s’ il y a hausse de ce type tandis que nous avons trop ralenti l’ investissement en recherche , elle se fera méchamment en vertical sans vous laisser le temps nécessaire pour vous adapter….

        Et pourquoi , une telle brutalité dans la grimpée de la hausse des prix de l’ énergie fossile ? pour une raison très simple et ultra-logique , que chaque partie a ses intérêts propres qu’ elle défend et que donc une fois atteint un seuil de rentabilité très élevé ou disons suffisant , les investissements à consentir en termes de recherche pourront reprendre….

        C’ est ce qui caractérise les « grandes hausses » .

        Vous saisissez l’ urgence qu’ il y a à reprendre ce type de recherches ? ce qui à ma connaissance n’ est toujours pas CHEZ-NOUS à l’ ordre du jour ?
        Sachant qu’ un cycle de l’ énergie peut durer 25 ans….
        Entre la phase de recherche , de construction , de production , de formation des personnels , de rentabilité = 25 ans .

        En parallèle , il faut bien savoir que l’ Union Européenne est la zone du monde où tout coûte le plus cher : le travail , la règlementation , la fonction publique , l’ énergie , la protection sociale , etc…

        Donc que va t-il se passer si le prix du baril monte à 200 ou 300 $ voire plus ?

        Eh bien , que d’ une part vu que le renouvelable actuel n’ est pas au point et s’ apparente plus à une escroquerie bourrée d’ idéologie écolo qu’ autre chose , mais vu aussi que d’ autre part notre filière nucléaire n’ est ni au mieux de sa forme ni en mode dynamique et n’ est remplacée par RIEN , nous serons devenus totalement dépendants des approvisionnements en fossile étrangers , et qu’ à ce prix nous ne pourrons pas nous les offrir .

        Ce qui est aggravé par le fait que suite à son effondrement par pans entiers , notre outil industriel n’ est plus suffisant pour créer toute la richesse nécessaire….

        Tant que nous pouvions nous approvisionner grâce à la Russie avec laquelle nous pouvions convenir d’ échéances à long terme et d’ une quantité conséquente avec un Dollar plutôt avantageux , ça allait ; mais là ? quand il va falloir payer trois ou quatre fois le prix à brève échéance ou sur le moment avec une monnaie désavantageuse ?

        Et plus encore si la saison froide s’ avère très froide au point que ceux qui se passeront de chauffage risquent d’ en crever ?

        Nous devrons donc à terme faire un peu comme les Allemands avec cette infâme saloperie de lignite , nous approvisionner en gaz de schiste autre merveilleux progrès écologique , ou faire appel à des pays tellement moralement plus recommandables que la Russie tels que l’ Arabie Saoudite et autres Pays du Golfe….

        Et nous n’ avons pas ce qu’ il faut pour pouvoir exploiter et nous approvisionner en GNL c’ est-à-dire la forme liquide sous laquelle nous sera vendue le gaz US qu’ il faudra alors transformer ( milliers de navires méthaniers à construire , terminaux idem , raffineries à modifier ) .

        Par conséquent , je crains que ce soit toute l’ Europe qui se dirige droit vers une crise sans précédent avec un affaiblissement extrême de l’ Euro jusqu’ à une implosion de toute la zone .

        Compte tenu de ce qu’ est l’ Euro , du fait que notre Consommation est depuis des années soutenue par la Dette que nul ne consentira à nous acheter à moins de contre-parties vraisemblablement inacceptables ou peut-être à moins de la mutualiser ce que l’ UE du Nord refusera , les probabilités sont assez élevées .

        « D’autant que dans le bilan électrique, la production de la batterie dans un pays comme la Chine qui utilise très majoritairement du charbon compte beaucoup. »

        Pas forcément , primo il n’ y a pas que la question du charbon servant à cela loin de là , secundo tout dépend de la qualité dudit charbon ; certains comme la lignite étant beaucoup plus dégueulasses que d’ autres .

        « La même batterie construite en France aurait un bien meilleur bilan equivCO2 »

        Oui , c’ est possible ; mais elle est où l’ industrie ?
        Plus ici en tout cas .

        « et en fin de vie, un véhicule électrique, avec bien moins de pièces mécaniques est beaucoup plus facilement recyclable quand les voiture thermiques s’entasse par millions dans les casses auto. »

        Certes , mais n’ oubliez que cela entretient une filière et que c’ est toujours ça , que la question du recyclage des batteries usagées reste prégnante tout comme celle de leur durée de vie au niveau du ratio de la baisse de leur rentabilité qui du reste intervient assez vite .

        « Mais je vous rassure, les voitures à pétrole neuves seront bien interdite à la vente en Europe en 2035 »

        Eh bien là voyez j’ en doute , j’ en doute même énormément .

        Avez-vous idée de ce qu’ il va nous falloir comme quantité d’ électricité rien que pour permettre à 10/15 millions de véhicules électriques de rouler chaque jour , en France ? mais en plus de tout le reste comme durant la saison la plus énergivore , cela va de soi .

        Les avis sur cette question sont évidemment très partagés , mais au minimum , c’ est-à-dire au plus optimiste , pour bien faire et ne pas risquer de coupures il faudrait presque doubler et passer à plus de 250 Gw contre dans les 140 à ce jour .
        Et notre nucléaire Français qui fournissait dans les 75% d’ énergie électrique est aujourd’hui très proche de la panne , et ce , à tous les niveaux y compris celui du savoir-faire….

        Faudra alors faire appel aux Russes , aux Chinois….

        Bref , la France à son meilleur….

        • Belzebuth dit :

          @ ScopeWizard
          La corruption n’est pas un mal qui ne sévit qu’en Afrique, l’affaire des moteurs de secours américains de nos centrales nucléaires interdits aux États-Unis est un scandale bien plus grand que tout ce qui est arrivé dans ce secteur.
          https://www.capital.fr/entreprises-marches/edf-les-moteurs-de-secours-des-centrales-nucleaires-sont-ils-vraiment-surs-1386772

          Silence radio…

          • lgbtqi+ dit :

            intéressant, merci.

          • ScopeWizard dit :

            @Belzebuth

            Merci du lien et de l’ info ! 🙂

            Vous savez , il existe une sorte de « règle » : dans tout ce qui relève de l’ économie , de l’ entreprise , de l’ industrie , des banques et j’ en passe , plus la part de l’ Etat est importante , plus la courbe de corruption sera en rapport .

          • Belzebuth dit :

            Et ces moteurs de secours prennent feu dès l’allumage, un problème connu d’où l’interdiction de la vente pour le nucléaire aux États-Unis.

            Du coup, l’éviction de l’entreprise française MAN du marché, signalé par un haut cadre d’EDF au parquet national financier est encore plus étrange…

          • Gaulois78 dit :

            @Belzebuth
            Votre article m’a mis en rogne, espérons qu’un grave accident n’obligera pas EDF à avoir recours aux moteurs de secours…Je constate qu’aucune enquête n’est ouverte sur ce scandale, nous sommes bien en France…

          • Belzebuth dit :

            @ Gaulois78
            Désolé, mais pour être un citoyen, il faut avoir conscience que les « penseurs complexes » ne sont très souvent que des moralistes aux poches pleines et plus ravageurs qu’une nuée de criquets.

            La relance du nucléaire en France serait évaluée à 150 milliards d’euros:
            https://mobile.twitter.com/canardenchaine/status/1549646789086568450

            Mais pour cela, nous aurons bientôt besoin des américains…
            https://www.lopinion.fr/international/retour-du-nucleaire-y-a-t-il-un-constructeur-de-reacteurs-dans-la-salle

          • lgbtqi+ dit :

            @ scope :

            le problème, l’énorme problème, avec le prétendu « caucasien »… qui n’est jamais passé par le Caucase… c’est lui-même.

            Qui ne cesse de céder du terrain en tous les domaines et qui croit qu’il va compenser ça avec des envolées idéologiques, quelles qu’elles soient. Il ne peut plus s’asseoir tranquillement dans un parc ? Pas grave, il va faire des assemblages d’idées, des constructions mentales à la place. Et éventuellement il va se faire un tatouage de pseudo-templier, une coupe de viking, voter machin-chose et convoquer toutes les raisons possibles à son impuissance. Mais surtout ne rien faire de concret pour gâcher la vie de ceux qui lui gâchent la sienne.

            C’est minable. Et il n’a que ce qu’il mérite.

          • ScopeWizard dit :

            @lgbt

            Le Caucasien est passé par où il est passé ; c’ est ainsi qu’ il est connu , alors je fais avec .

            Parfait , mais que suggérez-vous ? une révolte ? une révolution ?

            Parce que n’ oubliez pas que le Caucasien est dirigé….

            Il y a des « grands chefs » qui décident de « grandes choses » , donc si les « grands chefs » lui nuisent à force d’ empiler les conneries ou pire , que reste t-il à notre brave Caucasien ?

            La Révolution ; or , pour bien la faire , il vaut mieux être jeune et avoir l’ estomac vide , autrement ça ne marche pas car les « Caucasiens » peinent alors à se mobiliser et vu que l’ union fait la force….

            Et oui , il y a ça aussi….

    • john dit :

      C’est vrai que l’électricité n’a pas d’intérêt opérationnel… Les besoins électriques pour l’observation et les capteurs n’existent pas. La puissance et le couple d’une propulsion électrique n’ont pas le moindre intérêt. Et l’absence de bruit et d’émissions d’un moteur thermique, alors que les caméras thermiques, capteurs de son sont partout dans le monde militaire moderne, cela n’a pas plus d’intérêt.

      Haaaa, oups, non, c’est hyper utile en fait, et ultra complémentaire. Et à terme, la densité des thermiques des batteries va être de loin supérieure au pétrole Et quand cela sera le cas, le rayon d’action ne sera pas comparable. De plus, pour le ravitaillement, des systèmes à distance sont développés de sorte à ne pas devoir s’arrêter pour charger les batteries. Les intérêts de l’électrique sont énormes.
      Et encore plus important, en termes de rusticité, un moteur électrique est de loin supérieur à un moteur thermique. Beaucoup moins de pièces en mouvement, donc moins de risques de casse, moins d’usure…
      Bref, ils ont une raison d’être que ce soit en hybride ou 100% electrique.
      Penser que c’est seulement pour des raisons écologiques est absurde. Il s’agit d’un industriel qui développe cela sur fond propre. Vous pensez qu’ils le font par bonne conscience? Bien sûr que non. Il y a des potentiels économiques gigantesques.
      Et prenez le cas de la France. Imaginez que demain, pour des raisons x ou y, plus de gaz ou de pétrole n’y est livré… Quelles énergies existent en France? L’électricité produite par le nucléaire, l’hydraulique, le solaire, l’éolien. Donc l’électrique sera la seule solution.

      • ScopeWizard dit :

        @John

        Mais tout le monde , du moins ceux qui ont pris conscience des choses , a compris et depuis parfois des décennies que l’ électricité comme son développement était l’ avenir .

        Le problème n’ est pas dans cette croyance , perspective , vision ou autre , non il est d’ une part dans ce qu’ est notre actuel état technologique , qui n’ est d’ ailleurs pas forcément réel car peuvent s’ exercer des freins sur par exemple tel ou tel progrès sur l’ autonomie dus soit au fait qu’ il y a d’ autres « priorités » industrielles ou commerciales , soit qu’ un tel progrès présente tel ou tel problème qui empêche toute entrée en production-diffusion-commercialisation , soit pire encore , d’ autre part à ce que NOUS faisons de la technologie dans son état actuel .

        Et le fait est , et vous pouvez le tourner en tout sens , que depuis plus de 100 ans , c’ est l’ énergie d’ origine fossile qui tient la corde puisque 80% constitue notre consommation planétaire , ce qui en dépit d’ évolutions démontre par cette constante qu’ existe une stabilité .

        Cela signifie que seuls 20% de toute notre consommation n’ est pas d’ origine fossile ; or , la production c’ est déjà de l’ énergie utilisée et transformée , donc on ne peut pas s’ en passer .

        Bref , pour l’ instant nous en sommes là .

        Il se trouve que dans tout ce qui est « renouvelable » , c’ est-à-dire qui contrairement au fossile peut être recrée et se renouveler je dirais à volonté ou disons à la demande , parmi les énergies éolienne , solaire , géothermie , biomasse , récupération de chaleur , hydraulique et sans-doute quelques autres , celles que l’ UE promeut et met en avant sont deux énergies qui ne peuvent produire de l’ électricité que de façon aléatoire et intermittente , qui sont invasives , qui présentent le défaut majeur d’ exiger une « redondance » en moyens , du moins tant que nous ne savons pas stocker l’ énergie électrique mais juste la produire et l’ exploiter afin de l’ utiliser .

        Pour faire court , les moulins à vent , ou les miroirs magiques , ça ne fonctionne pas ou très insuffisamment , ça nuit , ça coûte cher avec un modèle économique qui se cache derrière on ne peut plus discutable , ça pollue les sols comme c’ est pas permis , ça tue la faune , ça exige une « assistance » telle que cela oblige à doubler les capacités de production par d’ autres moyens tels que les centrales à gaz , charbon , ou nucléaire , et ce , tout simplement du fait qu’ un réseau de distribution électrique requiert un équilibre qui soit permanent entre une offre et une demande autrement il saute .
        C’ est donc tout sauf écologique .

        C’ est même à rebours de l’ écologie .

        Et puis quid des autres ? Pourquoi n’ en entend-on pas plus souvent parler voire si rarement , voire jamais en fait….

        Curieux , non ?

        Je crois que souvent vous prenez les « gens » pour des ignares ou des naïfs….or ils ne le sont peut-être pas tant que ça , voyez vous….

  2. Raymond75 dit :

    C’est une excellente idée : il suffira d’installer des parcs de rechargement électrique approvisionnés par des éoliennes sur les champs de bataille.

    La guerre verte est plus belle, plus juste, plus humaine.

    • Lagrange dit :

      Ce qui est juste beau et humain c est d être indulgent face aux messages de Raymond75.

      • Clavier dit :

        Il y a bien pire que lui ici…..

      • LM dit :

        Là , c’était rigolo quand même.

      • Raymond75 dit :

        Mais je ne comprends pas : j’exprime mon admiration pour le génie créatif du complexe militaro-industriel, ainsi que pour ses représentants de commerce, et je me fais critiquer !!!

  3. Alpha dit :

    Mais c’est magnifique… Il y a donc des gens sur cette planète qui croient qu’il est possible de faire dans la guerre écologiquement propre? On roule donc à l’électrique mais on truffe le paysage de plomb et autre uranium appauvri?

    Je ne parle même pas de l’aspect logistique: Quand en plein conflit, il faut recharger les batteries, on cherche une prise encore sous tension pour recharger la bête pendant une quinzaine d’heures? Quand toutes la colonne de véhicules du régiment sera en mesure de reprendre la route, la guerre sera finie…

    Et là. les habituels de opex360 vont dire « espèce de crét***, il y a des groupes électrogènes! »… Ben oui, les gars, tous les véhicules à moteur thermique dispose déjà d’un groupe électrogène… C’est leur bon vieux moteur à explosion.

    A moins… A moins que l’ennemi fasse exploser une petite bombinette EM au-dessus de la ville rendant définitivement hors service tout ce qui ressemble de près ou de loin à de l’électronique…

    • Alpha (α) dit :

      Put*** ! Pour une fois, « l’Imposteur », l’Usurpateur », le « Faux Alpha en manque d’imagination », mon @Bêta à moi, nous sort un com pertinent et réfléchi ! Fichtre…
      Mais après avoir lu : « on cherche une prise encore sous tension pour recharger la bête pendant une quinzaine d’heures? » je me demande… Combien de temps il t’ a fallu à toi ? 🙂

    • Gaulois78 dit :

      Alpha (l’imposteur)
      Et si on revenait à nos moutons l’imposteur…

      D’après vous j’utilise une quinzaine de pseudos sur ce site… Lesquels ?…

      Les contributeurs devraient s’amuser de votre réponse…

    • john dit :

      Aucun intérêt technique n’est-ce pas?
      – la chaleur émise par un moteur électrique bien moindre n’a aucun intérêt pour contrer les caméras thermiques des adversaires, les missiles guidés par la chaleur
      Les hélicos Tigre ont tiré des missiles mistral contre des blindés en Libye car ils étaient à court de munitions, et ces missiles ont réussi à se locker sur ces blindés et les ont détruit. Pourquoi? Ils émettaient de la chaleur qui les distinguait de leur environnement. Cela serait impossible si ils avaient été électrique.
      – en termes de furtivité sonore, on est à un niveau incomparable
      – la puissance et le couple d’un moteur électrique est exceptionnelle. Et cela avec un moteur ultra-compact.
      – la position des moteurs est moins contrainte, cela permet des conceptions plus libres des formes de blindés, et de se concentrer sur d’autres éléments
      – la densité énergétique des batteries va bientôt dépasser celle de l’essence.
      – la maintenance sur un tel moteur est quasiment pas nécessaire. Moins de pièces en mouvement, conception ultra-simplifiée, bref, moteurs bien plus robustes.
      – des solutions de chargement à distance sont en développement. Il serait possible de charger des blindés depuis des dizaines de km voire plus. Donc votre centrale de production électrique n’aura pas besoin d’être sur le front. Et il sera un point aussi critique que les réservoirs de carburant dans un conflit, rien de bien nouveau.

      Pour les bombinettes EM, c’est pas aussi simple. Et ces mêmes bombinettes détruisent toute l’électronique, donc 100% des moteurs dans l’armée actuellement. Mais aussi 100* des équipements des deux armées. Plus de missiles utilisables, plus de radar utilisable, plus de blindé, plus rien. Donc ce raisonnement est absurde, simpliste et bête.

      Comme pour TOUT choix de technologie et de conception, il y a des avantages, des inconvénients. L’approche actuelle est de se diriger soit vers l’hybride pour avoir une meilleure efficacité énergétique, pouvoir aller plus loin, mais aussi passer en 100% électrique quand c’est possible. Et pouvoir être en observation moteur éteint, sans émettre de chaleur ou de bruit.
      Et surtout, l’approche principale est d’avoir une meilleur diversité de ce type d’équipements en fonction des missions.
      Dans bien des cas, plus de couple serait bien utile. La discrétion peut aussi l’être, et permet des assauts encore plus discrets et plus impactant qu’une arrivée de forces spéciales par hélicoptère. Bref… un peu de bonne foi.
      Les militaires eux même sont intéressés à cela pour les options tactiques que cela peut apporter !

      • Alpha dit :

        « La densité énergétique des batteries va bientôt dépasser celle de l’essence? »

        « Il serait possible de charger des blindés depuis des dizaines de km voire plus? »

        De deux choses l’une, soit tu regardes trop de films de science-fiction hollywoodiens, soit tu roules au gros rouge qui pique en ne dépassant jamais un taux d’alcoolémie en dessous de 2g/litre!

  4. asvard dit :

    « …Sachant bien que le CO2 , ce coupable idéal , dans les faits nous en avons énormément besoin…. »
    Comme souvent c’est une question d’équilibre : trop c’est pas bon, pas assez ce n’est pas bon non plus. Ensuite si vous modifiez cet équilibre, l’important c’est à la vitesse que vous le modifiez. Si c’est trop rapide le reste ne pourra pas suivre pour s’adapter.
    Il y a eu des périodes avec moins de Co2 et d’autres avec plus mais les changements ont pris des siècles sinon des millénaires.

    Avec Brice changez d’air !

  5. Félix GARCIA dit :

    « Il est essentiel que nous soutenions l’exploration et le développement de ces technologies pour les Forces de défense australiennes tout en soutenant l’industrie et les emplois australiens »

    Vive les mines dégueulasses !
    ^^

    Perso, j’préfère le PGAC et les champs communs au Qatar et à l’Iran, ainsi que de nouveaux accords avec les Algériens (notamment pour un pipeline Nigeria-Niger-Algérie), que faire des mines partout pour électrifier/métalliser tout ce qui nous entoure.

    « Les contraintes d’un robot électrique nécessitant un moyen dédié pour la recharge sont trop importantes pour permettre un engagement en milieu déstructuré »
    Bah oui, c’est pratique les carburants habituels quand même … pourquoi pas de l’électrique si cela donne un gain opérationnel (« Scarabee » par exemple …), mais sinon, je vois pas pourquoi « se mettre Martel en tête ».

    • Félix GARCIA dit :

      PS : « pourquoi pas de l’électrique si cela donne un gain opérationnel » ;
      Ou encore avec les drones par exemple, qu’ils soient terrestres, aériens ou maritimes.

      • john dit :

        Sauf si vous suivez les technologies en développement…
        Pour l’aérien, la question principale c’est le poids, les batteries actuelles n’ont pas la densité énergétique du pétrole, donc pas un choix pertinent. Pour le maritime, on parle de navires au milieu de nulle part, donc soit ils ont des centrales nucléaires ou du carburant fossile.
        PAR CONTRE, dans le domaine terrestre, la situation est loin d’être aussi simpliste.
        – gains sonores
        – émissions thermiques réduites, donc sécurité accrue face aux missiles IR, et face aux systèmes de détections thermiques de plus en plus standards dans les armées du monde entier.
        – mécanique bien plus simple. La mécanique d’un véhicule électrique sera bien plus fiable que les véhicules actuels de l’armée !
        – la puissance et le couple apporteront un gain énorme en capacités
        – à relativement court terme, des batteries avec une meilleure densité énergétique existeront et donc la distance franchissable sera accrue.

        Pour le chargement, des solutions se développent. Des systèmes de charge ultra rapides voire même des chargements à distance, oui, cela est en développement, et ce n’est pas de la science fiction.
        Pour la logistique, c’est peut-être même plus simple que le pétrole. Des réacteurs nucléaires en format réduit permettrait une meilleure indépendance énergétique sur le champ de bataille que de devoir s’approvisionner en pétrole localement. Les infrastructures peuvent facilement être détruites par des missiles et rendre tout mouvement impossible.
        Donc non, ici, l’Australie et bcp d’armées commencent à s’y intéresser parce que la maturité des technologies est suffisamment bonne pour avoir un intérêt opérationnel majeur !

        • Félix GARCIA dit :

          C’est sûr que si on met en place une technologie de transmission de l’énergie électrique basée sur les ondes de surface de ZENNECK au cul de ch’tits réacteurs nucléaires, alors là, y a plus de milites et j’ai rien à dire.

    • Steph dit :

      Exact, d’autant que de sa hauteur, il ne connait pas les bornes à charge rapides, publiques ou résidentielles, ne sait pas qu’une simple prise murale permet de recharger, et qu’il est très facile de charger de véhicule à véhicule.
      Heureux lui-même.

      • Félix GARCIA dit :

        « Exact, d’autant que de sa hauteur »
        « Heureux lui-même. »
        ?
        J’avoue ne pas avoir saisi le sens de votre propos.

  6. Rom dit :

    Autonomie de 100km, voir 300km, mdr vraiment.

    • Lucide dit :

      Les Chinois en pensent quoi ?

    • PK dit :

      Il suffit de les brancher à une rallonge électrique en permanence… ou alors de les équiper d’une remorque avec un moteur électrogène pour l’alimenter – moteur diesel bien entendu.

      Ou alors une hélice sur le toit pour faire éolienne ?

      • Idée lumineuse dit :

        @PK
        Qu´est-ce que vous avez contre les panneaux photovoltaïques ? Ce serait bien aussi.

        • PK dit :

          Excellent. Avec une voile, au cas où, pour augmenter la vitesse avec le vent dans le dos. Un foc quoi…

      • Gaulois78 dit :

        @PK
        Lucibel va nous pondre une variante lifi permettant la transmission de l’énergie électrique, elle devra être par onde et non par optique…Sait-on jamais, des fois que…

  7. JMN dit :

    Pour une utilisation militaire de l’hybride pourquoi pas (et encore ça alourdi, alors que le poids est déjà un problème sur un blindé) mais le plein électrique c’est carrément stupide, même s’ils parvenaient à fournir une autonomie décente : une fois en rade dans la cambrousse tu recharge comment ? Ah oui tu attends 12 heures au cul d’un camion avec générateur. L’ennemi attends sagement pendant ce temps.

  8. Opexum dit :

    Il suffit de positionner des bornes de recharge tous les 100 km, pfff
    Plus facile pour les généraux, vous pourrez planifier la manoeuvre combat/log à 100 km jour.
    Ça fait une carte de 100km , un jour, une borne (par engin, mdr). Autant repasser en hippomobile, on économise les bornes et ça a la classe.

    • asvard dit :

      Et le picotin d’avoine pour les 200 chevaux nécessaires pour tirer la roulotte de 20 T (et encore cela ne compte pas le blindage pour protéger un tel attelage ?

      • Opexum dit :

        L’empereur à réussi à pousser la grande Armée jusqu’à Moscou, alors l’avoine doit nous attendre en route. Après pour l’Australie, ils n’ont qu’a essayer des attelages de Kangourou. C’est du local, pour le Bush ça ou une borne électrique …

        • Plouc putatif dit :

          « Bush » avec majuscule : Opexum est nostalgique de Deubeuliou, sûrement.
          Ou alors c’est le mot « borne », un peu plus loin, qui a suscité l´association d´idées.

  9. dompal dit :

    Apparemment, certains n’ont toujours pas compris qu’il faut à un moment recharger les batteries…et quand on est au milieu de nulle part, trouver une borne va pas être une mince affaire, à moins de faire la guerre à proximité des agglomérations mais ça va bouchonner un petit peu en fin de journée pour ‘aller faire le plein’. 😉

  10. Franck dit :

    Effectivement le moteur électrique est moins polluant pour l’atmosphère dès le premier kilomètres et dégage moins de CO2 dès 30000km.
    Sur le plan opérationnel il représente plusieurs avantage: Il a un fort couple et est silencieux.
    Il y aura bientôt plus de borne de recharge dans le monde que de station service. Dans un avenir proche il y en aura dans chaque village. Les dernières bornes permettent la recharge en moins d’une heure. Et on est qu’au début de cette révolution technologique. Donc ce n’est pas idiot. Mais le moteur hybride permettrait de cumuler les avantages même si son volume et son poids sont supérieurs.
    L’argument qui consiste à dire une guerre pollue qu’elle est donc l’intérêt écologique des moteurs électriques ne tient pas. Combien de guerres on fait nos chars Leclercs ou chacun de nos blindés rapporté à leur nombre d’années de service ? Toute activité humaine pollue, est-ce une raison pour ne pas limiter cette pollution?

    • PK dit :

      « Les dernières bornes permettent la recharge en moins d’une heure. »

      LOL. Faut pas être troisième quoi…

      Une recharge à 60% en plus… de quoi essayer de trouver la prochaine borne (à condition de vivre dans un environnement bobo-compatible…)

      • Dolgan dit :

        La guerre, c’est beaucoup d attente, très peu d action et des élongations assez réduites en phase de combat.

        Pour des patrouilles au sahel, c’est compliqué. Pour un conflit type ukraine par contre ça colle assez bien.

        • PK dit :

          Bien sûr : les véhicules attendent trois heures pour faire le plein de 3 véhicules…

    • civis17 dit :

      Vous croyez vraiment à ce que vous affirmez ?

    • Carin dit :

      @Franck
      Vous avez mis le doigt dessus…
      L’institut St. Louis travaille sur le rechargement rapide des batteries, à ce jour, ils l’ont réalisé en quelque dizaines de seconde… le problème c’est que cela dégrade les blocs puissance en quelques rechargement… donc ils bossent sur de nouveaux matériaux capables d’encaisser ces rechargements rapides, mais rien n’interdit d’allonger le temps de rechargement à X minutes, sans dépasser la dizaine par trop pénalisante. En attendant de trouver les bons matériaux.

    • Ératosthène dit :

      @Franck : Merci de lire ma réponse à E-Faystos tout en haut.

    • JMI dit :

      c’est pour ça, il faut interdire la guerre … :o)

    • Unhommequisefaitdévoréparlesmoustiques dit :

      Vous mettez le doigt dans l’engrenage. Le PIB n’est que le reflet de la consommation d’un pays. Le « green deal » est seulement là pour que les pays occidentaux consomme plus d’énergie. Ce qui mécaniquement fera augmenter le PIB.
      Le rendement d’un véhicule électrique est ignoble. C’est une multiplication par 3 voir 10 de la consommation d’énergie pour réalisé un même travail (comparé au thermique). Je vous laisse regarder la consommation d’Un TER et d’une Tesla par exemple…
      Les ordres de grandeurs sont défavorable a l’électrique dans le transport à tous les niveaux, hormis pour le train…
      Ce que le Green Deal se dit combatre est finalement sont leitmotiv… Tant qu’il n’est pas compris par les population que c’est un mensonge ils plongerons, et la terre tournera de moins en moins rond.
      A bien des égares nous utilisons beaucoup d’énergie pour par grand chose… Une disqueuse pour couper un fer a béton de 7 par exemple, une scie ira tout aussi vite pour 1000 fois moins d’énergie…
      Les bases de ma thermodynamique manque cruellement dans la formation du peuple…

    • Ciment_Platre dit :

      Avec la moitié de nos centrales nucléaire en maintenance et l’électricité au charbon de l’Allemagne, où est l’écologie ?
      Une centrale nucléaire en Ukraine volé par la Russie est a deux doigts de mette en pérille l’approvisionnement en électricité de la France.
      Allez-y, continuez à faire plus de moteur électrique. Il n’y aura pas assez de centrale dans toute l’Europe pour les alimenter. Les moteurs thermiques ont encore des belles années devant eux.

      • PK dit :

        Le pérille russe nous étrille : c’est une grille de lecture assez ville…

  11. teddyK dit :

    Question : Comment est produite l’électricité qui va alimenter ces batteries ? si elle est produite a 75% par des centrales à charbon et au gaz comme en Allemagne (leurs écolos ayant fermés leurs centrales nucléaires …) leurs blindés seront encore plus polluant globalement que ceux avec des moteurs thermiques ! Bien joué les soit disant « écolos »

  12. civis17 dit :

    Bon allez on va revenir aux fantassins portés sur rangers ou et à vélos pour les agents de liaisons.
    Gageons que les promoteurs de ces machines électriques (inutilisables sur un champ de bataille) rêvent d’abord d’une planète où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.

  13. Garance dit :

    Je commence à me demander si les « verts » ne sont pas financés en sous-main par Vladimir et consorts comme les pacifistes à une autre époque pour nous affaiblir. Car je n’entends pas trop parler de mouvements écologistes vers l’Est et l’Asie.

  14. Géo l'ignare dit :

    On observe que le gouvernement australien a la décence de ne pas évoquer l’écologie dans ce pays qui fabrique 1/3 de son électricité en brûlant du charbon et tout le reste (ou presque) en brûlant des hydrocarbures.
    Quant à l’aspect opérationnel, le silence c’est bien mais 100 km ou 300km d’autonomie, c’est court.
    Personne ne parle (pourquoi ?) de la meilleure résistance à l’incendie grâce à l’absence de carburant et d’huile. C’est un matériel suffisant pour faire des défilés et impressionner les foules, le cas échéant mater les émeutes (surtout s’il résiste aux projectiles incendiaires).
    .
    Par conséquent c’est un matériel qui devrait très bien s’exporter vers les dictatures qui répriment dans le sang les manifestations populaires : un très large marché potentiel.
    Si le prix est modéré ou si l’acheteur peut inscrire la dépense (de façon détournée, bien entendu) dans un programme international d’aide au développement, « l’industrie et les emplois australiens » devraient s’en trouver bien.
    Ils sont forts, ces Australiens.

  15. Vieille suspente dit :

    Bonjour, sans vouloir la ramener, il me semble qu’en termes de couple moteur, bruit et signature thermique la propulsion électrique propose certains avantages. Si on couple le tout à des moyens de camouflage tels que le camouflage actif adaptatif, on peut arriver à un effet de surprise. Cela peut offrir par exemple la création de brèches dans une ligne de défense par concentration des moyens et exploitation de la percée. Bien sûr pour l’instant l’autonomie n’est pas suffisante et on peut se poser la question de l’hybride (déplacement au loin grâce à un moteur thermique et approche jusqu’au contact par moteur électrique). C’est certain, après les premiers coups de canon, rien ne sert de rester discret, sauf peut-être la discrétion thermique pour éviter détection et tir missile. Il y a 30 ans dans ma tourelle de B2, la caméra thermique castor nous apportait un avantage non négligeable dans la surveillance détection et tir. Si on imagine difficilement qu’un transport de troupes ait les pattes courtes, la question de la propulsion électrique peut se poser notamment pour les chars. combien aujourd’hui pensent qu’on va tranquillement faire faire 1000km par la route sur les chenilles pour arriver jusqu’à la zone des contacts?

    • Ciment_Platre dit :

      « combien aujourd’hui pensent qu’on va tranquillement faire faire 1000km par la route sur les chenilles pour arriver jusqu’à la zone des contacts? »

      Euh, c’est justement ce que fond les russes. Ils utilisent les milliers de kilomètres de route pour se déplacer et déplacer les chars.

      • VinceToto dit :

        trains + remorques pour le convoyage
        Sinon, ils font aussi dans le parachutage de chenillés BMD (à l’entrainement): https://youtu.be/KZ8QSZ_w-QA

      • Paul Letissier dit :

        @CP Ce n´est pas nouveau : certains ont toujours été incapables d´imaginer que l´on pourrait utiliser des chars autrement qu´en temps de paix dans des champs de manœuvres.
        Utiliser les routes pour se déplacer en zone d´insécurité, c’est beaucoup plus sûr que la voie ferrée. Mais c’est hors de certains schémas intellectuels, notamment pour ceux qui croient que l´on ira au combat comme l´on va en manœuvres.

  16. MAS 36 dit :

    Moralité toutes les sources de production d’électricité de l’ennemi (avec un parc électrique.. ou pas d’ailleurs…) sont des cibles prioritaires.

    • Dolgan dit :

      Elles le sont déjà en théorie. En pratique, en Ukraine, les russes ont souvent laissé le courant. Pas parce qu’ils sont gentils, mais parce que déjà aujourd’hui, ils en ont besoin.

      • FTAM dit :

        Depuis que l´on a des missiles tactiques filoguidés (i.e. depuis le SS11) la question des lignes électriques sur le champ de bataille s´est posée.
        .
        Dans les préfectures, on sait depuis longtemps qu´en guerre de haute intensité il faudra couper l´alimentation électrique générale dans ĺa zone des combats.
        .
        Les unités de combat sur le terrain devront utiliser les ressources électriques locales.
        C’est pourquoi ÉDF encourage la multiplication de ces sources locales : groupes électrogènes dans les entreprises, panneaux photovoltaïques sur les maisons individuelles.
        .
        L´infrastructure en Ukraine n´est sûrement pas aussi avancée qu´en France.
        Ni d´ailleurs la préparation à la guerre de haute intensité sur le territoire national, pour laquelle les administrations françaises ne sont pas aussi en retard que l´on pourrait le croire.

    • john dit :

      Pareil pour le pétrole actuellement non?
      Et les sources de pétrole sont souvent plus réduites que celles de centrales électriques il me semble…

  17. Lolo-Ito dit :

    100 km d’autonomie… mais c’est EnOrme, bravo Thalès !

    • Plouc putatif dit :

      @Lolo-Ito
      Je n´ai pas lu que ce nouveau véhicule est conçu par Thalès. L´ancien, qui sera remplacé par celui-ci, est un Thalès.
      Celui-ci, j´en suis moins sûr.
      Mais si Thalès a réussi à refiler une telle daube aux Australiens, alors oui : bravo Thalès.

  18. Posca35 dit :

    Et ils vont les recharger comment au millieu du busch australien ? Avec des groupes électrogènes fonctionnant au gasoil ! Quelle stupidité , et au Mali ils auraient fait quoi avec ça ?

    • john dit :

      Quel manque d’imagination…
      Bon, pour commencer, l’Australie a comme la France, une armée qui n’est pas conçue pour être déployée sur son territoire mais pour être déployée à l’étranger en appui d’alliés.
      Ensuite, la production électrique dans le monde est multiple. Allez au Mali, et la France a dû sécuriser l’approvisionnement en pétrole, donc de pipelines sur des centaines de km. Protéger des moyens de production électrique est moins demandeur en ressources. Et surtout, la production de réacteurs nucléaires transportables (et bcp de nations nucléaires s’y intéressent, probablement aussi pour des frégates et autres navires) permettrait une totale indépendance énergétique sur le champ de bataille.
      Sinon, partout dans le monde électrifié, une simple prise permet de recharger. Mais dans les solutions intéressantes, il y a le transfert à distance en cours de développement. Donc moins de logistique à prévoir, moins de coûts. Techniquement, les moteurs sont ultra-simples et plus robustes, demandent moins d’entretien.
      En termes de capacités, la discrétion sonore, thermique ont un avantage tactique majeur. La puissance et le couple de moteurs de taille réduite sont bien meilleures que pour un moteur thermique, et de loin.

      Mais pour finir… A quel moment quelqu’un parle de tout remplacer par ce genre de véhicules maintenant?
      Avec votre approche, l’énergie nucléaire n’existerait pas. Et les moteurs thermiques non plus. Les chevaux restaient plus fiables et plus efficaces pendant les premières dizaines d’années des moteurs thermiques.
      Et si vous ne comprenez pas que des innovations militaires ayant un intérêt tactique et stratégique ont permis de développer des technologies utiles au civil, vous oubliez un des aspect des armées.

      Et en plus, ce genre de technologie est COMPLEMENTAIRE à ce qui est en service en ce moment. Il y a des missions ou la discrétion est clé, et si elle demande une certaine puissance de feu, un Centauro B2 8×8 avec un canon de 120mm propulsé par l’électrique + des véhicules blindés sur roues avec des canons de 20-30-40-50 mm, voire même sur chenilles à bande souple. Soyez discrets avec des moteurs de 300-1000 cv. Bonne chance !

  19. Qpgt86 dit :

    Et pourquoi pas développer un système de pack batteries interchangeables ? Un véhicule conventionnel thermique ou hybride transporte ces batteries, les recharges et les amènes aux véhicules électriques qui en ont besoin..

    Il me semble avoir lu il y a quelques années qu’une société israélienne avait développé avec Renault ce concept ou le véhicule en fin de charge allait en station, un dispositif sortait la batterie déchargée et la remplaçait par une batterie chargée. Je penses que ça n’a pas abouti pour certaines raisons mais le concept transposé dans cette version mobile pourrait peut-être avoir son intérêt dans ce cas d’un point de vue opérationnel.

    • john dit :

      Parce que d’autres solutions intéressantes sont en développement. Un camion équipé d’un groupe électrogène produisant de l’électricité qui recharge par induction les véhicules devant et derrière lui.
      Dans les autres solutions plus intéressantes en réalité, il y a la réduction de la logistique, et votre solution augmente le besoin en logistique sur le champ de combat. Un véhicule peut être branché sur le réseau électrique local pour se charger. Encore plus intéressant, mais plus une solution du futur, le rechargement à distance en cours de développement !
      https://www.brunel.net/en/blog/renewable-energy/electricity-out-of-air

  20. VinceToto dit :

    Un « Bushmaster » électrique avec 100, 300(?) km d’autonomie? = »Urbanmaster » police politique?

  21. xd dit :

    C’est assez consternant, cette mode de l’électrique… Un hybride pour une approche ou une évasion silencieuse évidemment, mais pour les pseudos experts de l’électrique, travaillant dans le domaine du moteur à combustion, il faut du pétrole, beaucoup de pétrole pour extraire les minerais servant à faire une voiture électrique et impossible de faire des pelleteuses ou des engins de chantier fonctionnant à l’électrique, vous enlevez le moteur à combustion interne, et vous êtes à pied, sans maison, et sans manger non plus car pour l’agricole pareil!

    Encore une bulle spéculative qui va éclater dans quelques années, l’accès et le prix de l’énergie vont exploser ,les bobos qui se disent expert car bmftv a dit que vont subitement devenir silencieux ou de mauvaise foi.

    Certains pays ne subventionnent plus l’électrique, mais l’hydrogène, mais la solution qui risque de sortir dans les années qui viennent ceux sont les carburants de synthèse, le problème ceux sont les rejets de la combustion du moteur à combustion interne, et plusieurs constructeurs et milliardaires (Bill Gates,etc…) Sont déjà sur des pistes prometteuses.

    Pour finir il faut être soit stupide,soit naïf pour croire que l’on va détruire tous les moteurs thermiques dans le monde, pour recycler et traiter cela coûte de l’argent et beaucoup d’énergie , c’est impossible !

    Le pétrole a un belle avenir devant lui, et si l’Europe veut finir à pied, les autres continents ne sont pas pour !

    • VinceToto dit :

      Les voitures électriques pour les particuliers? Quoi en faire d’un point de vue militaire?
      Je trouve génial d’utiliser une gentille Zoe à mamie et sa batterie pour un projet de tourelle contrôlable à distance pour laser ou micro-ondes dirigées, ou mortier 40mm à propulsion électrique, etc., etc. .
      Il y a un formidable potentiel militaire avec toutes ses batteries chargées de partout dans des véhicules.

    • Czar dit :

      « c’est assez consternant, cette mode de l’automobile, alors qu’avec une diligence…. »

      ok jacky, merci de ta contribution mais si tu veux être cohérent prive-nous des suivantes, qui sont faites ausi avec de l’électricité-de-bobo

  22. Catoneo dit :

    Le Bushmaster électrique est un véhicule militaire exportable au Liechtenstein, Andore, Monaco et San Marin voire à Singapour. L’Île de Man est aussi sur la liste. avec la Dominique et les Tuamoutou.
    Il n’est pas prévu qu’il entre en campagne. C’est une distraction pour ingénieur de l’armement sous-employé.

  23. Gaulois78 dit :

    @ScopeWizard
    Longtemps verrouillés dans le permafrost, les gaz à effet de serre s’en libèrent aujourd’hui. Entre le méthane (CH4) et le dioxyde de carbone (CO2), le permafrost contient quelque 1 700 milliards de tonnes de carbone organique, presque deux fois la quantité de carbone déjà présente dans l’atmosphère, visiblement ce phénomène a eu lieu des milliers de fois (centaines ?) depuis la naissance de la terre, l’homme n’étant même pas une parenthèse dans sa merveilleuse histoire …

    Concernant les gaz frigorigènes, je viens du secteur de la distribution spécialisée Génie climatique…En 1985 on abordé à peine les accords de Montréal, Kioto…Lors de la maintenance des centrales du palais des sports de Bercy, la vidange se faisait la nuit à l’air libre, à l’époque la récupération des fluides (12 tonnes) étaient un coût pour l’exploitant et le fabricant…
    On a remplacé le R11 R12 R22 R502 par des dizaines de fluides composés de plusieurs molécules, le problème étant la modification des propriétés du liquide par la fuite de la plus petite molécule à travers les raccords, joints, porosité des tubes …Pas bien pensé le machin…Depuis ça rame, modifications, interdictions de fluides même récents et arrivé de son remplaçant miracle dont l’usage sera interdit avant 8/10 ans