Airbus a testé avec succès un avion de transport A400M Atlas transformé en bombardier d’eau

Un rapport du Sénat publié en 2019 estimait que la flotte d’aéronefs mis en oeuvre par la Sécurité civile pour lutter contre les feux de forêt était « adaptée » aux besoins définis par la doctrine française en la matière. À l’époque, celle-ci se composait de douze Canadair CL-415, de sept S2F Tracker, de trois Dash 8 Q400 MR, de trois Beechcraft King 200 et d’une quarantaine d’hélicoptères EC-145. En outre, si nécessaire, il était troujours possible de faire jouer le mécanisme européen « RescEu » afin d’obtenir du renfort auprès d’autres États membres, comme cela a pu être le cas lors des deux incendies qui viennent de ravager 20.800 hectares de bois en Gironde.

Cependant, le document avait aussi souligné que cette flotte était vieillissante. Ainsi, la conception des S2F Tracker, utilisés pour des missions dites GAAR [guet aérien armé], avec trois tonnes de produit retardant en soute, remontait aux années 1950… Ils ont depuis été retirés du service, grâce à la montée en puissance des DHC-8-402 [ou Dash 8] MRBET [multirôle bombardier d’eau et de transport], dont un cinquième exemplaire vient d’être livré par la Direction générale de l’armement [DGA] à la Base aérienne de la sécurité civile de Nîmes.

Toujours est-il que les récents incendies qui ont fait la « une » de l’actualité ont donné lieu à une polémique sur les moyens de la Sécurité civile… certains estimant que le nombre d’avions mis en oeuvre pour lutter contre les feux de forêt était insuffisant. L’un des soucis est la disponibilité des appareils, qui n’est pas toujours optimale au moment d’aborder l’été. Ainsi, le 15 juillet, quatre Canadair CL-415 étaient immobilisés pour des opérations de maintenance…

Cela étant, la France a fait le choix de disposer de ses propres avions de lutte contre les incendies… Ce qui n’est pas le cas de l’Italie de la Grèce ou encore de l’Espagne, qui complètent leurs moyens respectifs en sollicitant des entreprises privées, comme le britannique Babcock ou l’américain Erikson. Mais une autre solution pourrait être bientôt disponible… Et si elle s’avère efficace, alors l’armée de l’Air & de l’Espace pourrait être davantage impliquée – si besoin – dans la lutte contre les feux de forêts. À noter qu’elle l’est déjà, au même titre que les autres armées, dans le cadre du dispositif Hephaïstos.

Ainsi, le 25 juillet, et comme il l’avait déjà fait pour son C-295 il y a quelques années, Airbus a indiqué avoir mené une campagne d’essais impliquant un avion de transport A400M « Atlas » doté d’un prototype de kit amovible pour la lutte contre les incendies.

« Réalisés de jour, ces essais ont consisté à larguer jusqu’à 20 tonnes d’eau à partir du réservoir actuel en moins de dix secondes, à basse altitude [150 pieds / 45 mètres] et faible vitesse [125 nœuds / 230 km/h] », a expliqué Airbus. Et de préciser que cette campagne, réalisée en étroite collaboration avec le 43ème escadron de l’Ejército del Aire y del Espacio, spécialisé dans la lutte contre les incendies de forêt, visait à « valider la quantité d’eau et le temps de largage ainsi que la capacité de l’avion à effectuer des missions de bombardier d’eau ».

L’installation de ce kit roulier de type RORO [roll-on/roll-off] ne demande aucune modification de l’A400M. L’eau est stockée dans un réservoir chargé dans la soute de l’appareil et doté de « deux sorties distinctes auxquelles sont raccordées des conduites d’eau qui, lorsque le largage est déclenché, expulse l’eau par deux sections
d’environ un demi-mètre carré à l’extrémité de la rampe arrière », détaille Airbus.

Qui plus est, la transformation d’un A400M en bombardier d’eau est à la fois facile et rapide, ce qui permet d’intervenir dans les délais les plus brefs.

À titre de comparaison, un Canadair CL-415 peut larguer 6000 litres d’eau ou de produit retardant quand un Dash 8 en emporte 10’000… Soit deux fois moins qu’un A400M équipé du kit que vient de tester Airbus. Et c’est un élément à prendre en considération avant d’envisager l’achat – au niveau européen – d’avions supplémentaires pour la sécurité civile, comme l’a suggéré le président Macron lors de son déplacement en Gironde, le 20 juillet dernier.

À noter que la Marine nationale dispose également d’une capacité de lutte contre les feux de forêts, ses hélicoptères Dauphin N3+ pouvant être gréés en « bombardiers d’eau » grâce à un « Bambi Bucket », c’est à dire une nacelle souple contenant jusqu’à 700 litres d’eau. L’un de ces appareils a d’ailleurs récemment été sollicité pour éteindre un incendie de brousse qui s’était déclaré à Punaauia, en Polynésie française.

Photo : © AIRBUS SAU 2022 – Adrián Molinos – Mango

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

196 contributions

  1. béber dit :

    En revanche ce système ne permet pas le remplissage par écopage ce qui diminue le temps de disponibilité de l’avion

    • vascocap dit :

      Ayant par le passé cotoyé de près et travaillé avec les canadairs de la sécurité civile, j’ai appris que près 80% de leur ravitaillement en eau est effectué sur des pelicandromes ou ils peuvent en plus se ravitailler en retardant, les plans d’eau aptes à l’écopage n’étant pas forcément nombreux et proches des incendies.
      Pour écoper, il faut en plus des équipages très spécialisés, généralement des anciens de l’aéronavale.
      Un gros avion se ravitaillant en retardant sur un pélicandrome est très efficace, voir plus qu’un écopage sans retardant…

      • Requin dit :

        Il y a quand même beaucoup de points d’eau en bordure méditerranéenne – à commencer par la mer – où sont la plupart des incendies. Entre autres hier (26/7), suivant l’heure entre 2 et 5 Canadairs faisaient la navette entre l’incendie à Gignac (près de Montpellier) et le lac du Salagou situé à moins d’une 20taine de km de l’incendie qui en était à 1000 hectares ravagées à 23 heures.
        Le principale atout de l’A400M ici, c’est sa capacité à larguer de nuit.

        • didixtrax dit :

          en effet l’important est le débit efficace largué au-dessus de l’incendie (eau de mer écopée à proximité ou eau douce + retardant chargée plus loin). Sur le sabin d’Archacon ça écopait dans la passe sud, bien protégée des vent d’est pour largage juste à l’autre côté de la dune ; refueling à Mérignac.

        • Frédéric dit :

          Je pense que cela serait une première pour un bombardier d’eau. Il y a quelques mois un avion de cette catégorie s’est accidenté aux États-Unis alors qu’il testé le vol avec JVN tuant son pilote.

          • Pascal, (l'autre) dit :

             » Il y a quelques mois un avion de cette catégorie s’est accidenté aux États-Unis alors qu’il testé le vol avec JVN tuant son pilote. » Des JVN dans le cadre d’une utilisation pour combattre des feux de forêts de nuit…………………….. A se demander combien de temps après le vol le pilote va recouvrer la vue!

      • Frede6 dit :

        Qu’est ce que vous appelez un pélicandrome ? Merci

    • Gaulois78 dit :

      Concept intéressant.
      Bien sûr il ne remplace pas le Canadair, il permet un appoint important et le largage de nuit afin d’éviter la progression des incendies pendant la nuit, on ne crachera pas dessus, même si c’est un Airbus Défense, la livraison des Canadair ne pouvant pas avoir lieu avant plusieurs années si les délais sont respectées.

      D’ici là on croise les doigts, je n’aimerai pas voir disparaître la forêt de Saint Germain en Laye.

      Deux réservoirs par avions au prix unitaire de 7 millions d’euros c’est rien, il s’agit du bien être de Gaïa…

      • dompal dit :

        @Gaulois78,
        Il n’y a pas de largages de nuit (interdits par la Sécurité civile) mais peut-être qu’avec les A400M cela sera-t-il possible ?
        … Quant à la forêt de St-Germain-en-Laye ???…. à votre place je m’inquièterais plutôt pour le Bois de Boulogne… 😉 😉 😉

        • Gaulois78 dit :

          @dompal
          Je faisais bien allusion au vol de nuit du A400M

          Concernant le bois de boubou il peut brûler jusqu’à la moindre brindille ça ne me pose aucun problème, le jour ça craint et à la tombée de la nuit certaines portions sont des coupes gorges mortels, on y risque bien plus que son luc, la délinquance parisienne et mondialisée s’y est exportée.

          La forêt de Sgel c’est l’endroit idéal pour y faire un footing, une promenade familiale avec les enfants où respirer un bol d’air après la virée avec les copains au pub Anglais (Bitter End)

        • Ératosthène dit :

          @dompal :
          C’est n’importe quoi cette interdiction de largage de nuit.
          J’ai un cousin qui s’est pris une benne d’eau ou de produit d’un canadair. Il n’en est pas mort.

          • fred131 dit :

            C’est pour les avions que c’est dangereux… Le rase motte de nuit pour larguer au plus près, avec du relief, des lignes électriques, des bâtiments haut, des antennes, des château d’eau etc.
            .
            Bref ils leur arrivent de heurter ce genre de truc de jour, alors la nuit…

    • Le sicaire dit :

      @béber
      Bonjour, je ne sais pas ce que vous entendez par « …le temps de disponibilité de l’avion… » ?
      Pour information les Dash 8 actuellement en service utilise des pélicandromes (https://mobile.interieur.gouv.fr/fr/content/download/123058/986858/file/les-pelicandromes.pdf) pour se ravitailler, comme pourrait le faire les A400M…

    • Le sicaire dit :

      @ béber

      Je ne sais pas ce que vous entendez par « temps de disponibilité de l’avion » ? Le A400M pourrait utiliser les « pélicandromes » (https://mobile.interieur.gouv.fr/fr/content/download/123058/986858/file/les-pelicandromes.pdf) comme le font actuellement les Dash 8 de la sécurité Civil…

    • Thaurac dit :

      La dash idem et pourtant il est très utile, ajoute à cela les largages nocturnes et c’est un super atout!
      On a trouvé notre couteau suisse moderne de l’aviation.

    • Franz35 dit :

      Il faudrait déjà remplacer nos 12 canadaires survivants par une vingtaine de neufs. Sur les 15 reçu il y a plus de 25ans, 3 ont été accidentés.
      Clairement, des A400M en support pourrait être une bonne idée

    • Milo dit :

      Oui article incomplet il manque le temps de chargement et le nombre de rotation qu’il peut exercer … Appartement d’après un reportage il met 5 minutes pour le chargement des 20m3…

    • Nike dit :

      Pour comparer un Canadair et un A400M bombardier d’eau il faut parler en m^3 largués par heure.
      Dans les 2 cas le temps pour atteindre la zone de remplissage est essentiel. Objectivement il y a plus de plans d’eau en France que de Pélicandromes. Donc en moyenne il n’est pas certain qu’un A400M soit aussi efficace qu’un Canadair. Neanmoins sur un feu naissant un Dash8 ou A400M peuvent tuer l’incendie très rapidement. Pour autant qu’ils soient en patrouille comme le faisait les trackers.
      Il me semble que les deux sont complémentaires et qu’il faudra trouver une solution equivalente à la disparition programmée des Canadairs.
      Je ne pense pas qu’Airbus ait envie de développer un nouvel hydravion bombardier d’eau. C’est trop loin des process habituels. En revanche une boîte comme Dassault me paraît plus adaptée. Avec le réchauffement climatique il y a un réel marché qui s’ouvre pour les canadairs. Toute l’Europe devra renouveler son parc. J’imagine que les incendies en Gironde ont fait réfléchir ls employés de Dassault Bordelais…

  2. Félix GARCIA dit :

    A400M Successful Firefighter tests
    https://www.youtube.com/watch?v=k9u5ZA3GP7k

    • Félix GARCIA dit :

      Franchement, c’est génial.
      Bien joué Airbus !

    • Pascal dit :

      Merci pour le lien!
      J’espère qu’Airbus va penser à faire une version dediée au largage et épurée de ses équipements spécifiques militaires, ce qui reviendrait moins cher pour la lutte contre les incendies.

      • Korrigan dit :

        Bien sûr
        Au risque de refroidir certains je pense que
        Étant donné que nous n’avons déjà qu un nombre restreint d’avions de transport militaire pour les besoins de nos armées j’attends avec impatience qu un gros prélèvement ait lieu pour servir de bombardiers d’eau
        Et puis quelle motivation pour nos jeunes pilotes militaires de se dire qu lieu de parachutages ou de poser d’assaut leur avenir est dans les pompiers

  3. Twisted dit :

    Pas idéal du tout, c’est 20t de saupoudrage

    • RomainC dit :

      Oui ils s’embêtent à travailler et investir sur ce projet sans avoir consulté des spécialistes et des pompiers. Ils auraient vraiment du vous consulter à la place de ces incompétents.

    • Castel dit :

      ça fait quand même 3 fois plus qu’un Canadair, et Airbus pense pouvoir aller plus loin dans l’avenir….
      Il ne faut pas oublier que le plus important dans la lutte contre les incendies, c’est de pouvoir les neutraliser dès le départ, et avec 20t d’eau, ça devrait pouvoir le calmer, après, bien sûr, les Canadairs pourront prendre le relais, mais leur travail devrait être facilité, si le feu a été affaiblit dès le début….

    • Polo dit :

      Un canadair c’est 6t.
      Bonsoir

      • blavan dit :

        @polo. C’est 6 tonnes mais qui cognent , regardez les vidéos, l’eau est très dispersée, il faudra tester sur un feu réel puisque cet été on va avoir hélas des zones d’entrainement. Il ne faudrait pas que le gouvernement s’engage sur des images comme pour les bateaux qui devaient voler à un mètre au dessus de la Seine avec 6 passager , et dont les fonds ont disparus dans le plus grand silence médiatique !!!!

    • TINA dit :

      Bsr Twisted!

      Effectivement, il semblerait que le test ne soit pas concluant, pour la lutte contre le feu, pour le moment
      je poursuis mes recherches concernant les techniques de vol + méthodologie pour respectivement ralentir/ stopper/ modifier la direction d’un feu en créant des couloirs, réduire la température du combustible, souffler les flammes.
      Il semblerait que la méthode visant à diminuer la température du combustible pourrait être réalisée par cet A400 M… par vaporisation ( saupoudrage selon votre terme employé). A confirmer par des campagnes avec des pilotes de CANADAIR – Français et étrangers -.
      De même, ces pilotes nous apprennent que dans plusieurs configurations, une action coordonnée à plusieurs avions est recommandée sur la zone d’intervention retenue, avec des résultats probants …
      En conclusion, avec plusieurs expérimentations et campagnes avec des résultats probants avec cet A400 M modifié, plusieurs Kits pourraient être acquis. Mais , avec une mission supplémentaire, il faudrait augmenter le parc, avec un partage du budget ( SC et L’ADAe), et l’affectation de plusieurs unités durant la période considérée par les responsables de la SC.

      • TINA dit :

        pardon ….  » un partage du budget d’acquisition et d’exploitation »…A voir…
        Toutefois, ils sont plusieurs à regretter la diminution du parc, d’une part; le retrait des Trackers , d’autre part : décision radicale prise à l’emporte pièce… Plusieurs demandent une augmentation du parc des CANADAIR.

    • v_atekor dit :

      Si on met du sucre en effet, ça fait 20t de saupoudrage, pas idéal du tout pour un gâteau. Notez que 20t de vin ça peut être sympa aussi…

      • dompal dit :

        @v_atekor,
        Si c’est du sucre glace ça peut le faire mais faudra que les pâtissiers se sortent les doigts pour faire un gâteau en conséquence. 😉
        …… quant à 20 t de vin, vous n’y pensez pas tout de même sauf si c’est du Vinogel…? 😉

    • Le sicaire dit :

      @Twisted

      et le Dash 8, c’est 10 000 L de « saupoudrage »…
      et le CL 415, c’est 6 137 L de « saupoudrage »…

    • Thaurac dit :

      Et les canadairs 6 tonnes?
      Quand on ne veut pas comprendre…

      • Twisted dit :

        A tous les cretins qui écrivent avant de penser, la Canadair largue ses 6t en une seule passe. Le système d’Airbus est un brumisateur, c’est 20t larguées sur plusieurs centaines de mètres, et ce sans compter l’effet du vent.

        • Gribeauval dit :

          Le canadair c’est 6 tonnes larguées sur environ 400m, l’A400m c’est 20 tonnes sure 650m (dix secondes de largage à 230km/h, soit 64m/s).
          On est donc à 30 litres largués par m pour l’A400m, contre 15 litres/m pour le CL415…
          Je veux bien que le mode de diffusion soit différent mais au final c’est deux fois plus de volume d’eau par mètre traité. Vous devriez revoir vos calculs, ou votre affirmation péremptoire

          • Twisted dit :

            Gribeauf, on a déjà maints retours d’expériences sur le système MAFF utilisé sur C130, ça ne sert à rien à part larguer du retardateur. De ce qu’on voit sur les vidéos c’est encore pire que le MAFF puisque l’eau remonte du fait des turbulences de l’A400M. Continue de t’abreuver de tes chiffres.

          • Gribeauval dit :

            Dis donc Twiti, Si tu as des infos qu’on a pas, tu peux les fournir plutôt de balancer des demi-vérités rageuses, sans source, sans appuis, comme un vulgaire troll.
            Par rapport a tes affirmations précédentes, tu n’as jamais parlé de l’effet de souffle qui manquait au système de l’A400m, et quand tu te fais fesser, ça apparait par magie? tu vois ce n’était pas compliqué….
            Toujours est il que ton affirmation est fausse, les quantité d’eau larguées par surface traitée ne sont pas inférieur.
            Quand aux insultes et au ton de tes « apports », change de prof, Czar est dépassé

          • Czar dit :

            outre le ridicule de prétendre qu’aucune source n’a été donnée, alors que le reportage de la chaine poutino-complotiste France 3 réfutant tes allégations a été posté et validé avant que tu pondes ton déni rageur, gribeauf, tu ferais bien d’éviter de m’associer, moi comme ma didactique, avec tes niaiseries comme avec tes fautes de français : (bertrand) « Quant à »

            tu vois, vieux Czar n’est pas dépassé, la bonne vieille pédagogie du coup de règle sur les doigts est intemporelle et fait toujours des miracles avec les cancres las

    • ScopeWizard dit :

      @RomainC @Castel @Polo @v_atekor @Le sicaire @Thaurac

      Vous êtes bien sympas mais n’ oubliez pas que plus l’ avion-largueur sera gros , plus il sera délicat à piloter sur certains reliefs et plus en cas de pépin se soldant par un crash fatal , il sera fauteur de rifle .

      Alors c’ est vrai qu’ un tel crash n’ arrive jamais , nulle part ; n’ empêche que si ça arrive , t’ es vraiment pas au mieux .

      De plus , quid de l’ écopage en eau ?

      Quid aussi de la possible nocivité des retardants pour la Nature qui va évidemment finir par repousser….

      Et puis imaginez que vu sa contenance très supérieure , vous comptiez sur 1 A400M mais que ce-dernier connaisse un ennui qui le retarde ou l’ empêche carrément de procéder à l’ intervention ?

      Pendant ce temps , tout brûle et toi avec ?

      Perso , je suis donc beaucoup plus favorable à du CANADAIR CL XXX plut petit et de moindre contenance mais au moins plus souple et facile à utiliser tout en pouvant effectuer plus de rotations à intervalles de temps réduits .

      AIRBUS + BOMBARDIER pouvant très-bien conjuguer leurs efforts pour mettre au point un digne successeur aux CL 415 actuels dont 24 exemplaires seraient une bonne dotation pour notre flotte Sécurité Civile qui ainsi doublerait de volume , ce qui permettrait de moins taper dans le matériel comme de voir venir .

    • HMX dit :

      Non, le kit de largage a évidemment été spécifiquement conçu, dans le but d’être efficace. Il ne faudrait pas prendre les ingénieurs qui ont conçu ce kit pour des imbéciles…

      Par ailleurs, et pour ce que j’en sais, ce n’est pas tant l’eau qui va éteindre les flammes (l’eau s’évapore…), mais la combinaison eau + produit retardant : produit moussant incolore ajouté à l’eau qui va étouffer les flammes, ou produit à base de polyphosphate d’aluminium (de couleur rouge caractéristique). On peut imaginer que les A400 M feront « le plein » d’eau ET de produit retardant à chaque réapprovisionnement sur les bases spécialement dédiées à la lutte contre les feux de forêt (« Pélicandrome ») pour maximiser leur efficacité.

  4. philbeau dit :

    Astucieuse initiative ; maintenant il faut trouver un créneau entre les missions opérationnelles , et les incendies qui exigent une action immédiate . On peut suggérer que l’Allemagne , dont les nombreux Atlas déjà livrés ( 36 ! , à comparer à la France 18) dorment sur les parkings , d’être le pôle européen de cette fonction . A moins que la Luftwaffe détecte des défauts de dernière minute , clouant ses avions au sol . Pour l’anecdote , l’Allemagne a commandé 60 appareils , et prévoit d’en revendre 13 à ce jour . Une habitude classique chez les allemands . cf le Transall .
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Airbus_A400M_Atlas

    • L'ignorant dit :

      @philbeau
      Vous semblez taquin vis à vis des casques à pointes.

    • Sorensen dit :

      S’il y a des défauts, ils repartent chez le constructeur. Aucun A400M Allemand ne sera revendu.

    • Czar dit :

      sait-on quelle est la répartition de charge de travail par pays pour cet appareil ?

    • Paddybus dit :

      C’est pas tout d’avoir des avions…. encore faut-il avoir formé les pilotes…. ce qui n’est peut-être pas le cas, vu qu’ils ont l’intention de revendre une partie de leur appareils…!!! Oui, une spécialité… et à chaque fois ça marche…

    • Alex dit :

      très bonne remarque encore une attaque en règle contre les Allemands mais c’est toute la réalité.
      Je commande du matériel en grande quantité pour me tailler la part du Lion sur la charge de travail! une fois le programme lancé, je dis qu’au final j’ai pas besoin de tous ça mais que « ça va aller on va revendre  » ensuite je gare tous ça dans des hangars sous cloche et quand je dois les sortir je dis que ça marche pas ou qu’il manque une pièce. Voila toute la chaine de l’armée Allemande.
      AH si et quand les copains demandent de l’aide, je dis que j’en ai pas assez pour moi même ou bien je donne des trucs qui viennent de la casse ……mais à coté de ça je vends des belles audi à toute la planete

  5. Jupiter dit :

    Bonjour,
    Capacité intéressante, c’est certain.
    A noter cependant que la majorité des bombardiers d’eau font « le plein » directement en vol et n’ont pas besoin de se poser pour remplir leur soute d’eau.
    Donc, pourquoi pas avoir quelques kits, au niveau Européen ou en France pour les événements exceptionnels ou lors de problèmes techniques/maintenance sur le reste de la flotte pour maintenir une disponibilité

    • Un moblo dit :

      Faux…. seuls les canadaires ont cette capacité en France.

    • Thaurac dit :

      Esquels car le bombardiers écope ou comme le dash se pose pour faire le plein de flotte, je ne connais pas ceux qui font le plein de flotte en vol!

    • lym dit :

      L’A400M est en effet ravitaillable en vol… mais le largage du liquide qu’il biberonne ainsi sur un incendie est très déconseillé!

  6. Fralipolipi dit :

    Bravo. Tip top pour l’A400M … et ses utilisateurs !
    Voilà une capacité qui va aussi faire plaisir au dernier client indonésien de l’A400M, qui souhaitait justement disposer dès le départ de cette capacité là, anti-incendies.
    Par ailleurs, la capacité de suivi automatique de terrain en vol Basse Altitude (exigée par les Allemands en son temps) va peut-être trouver une autre utilité ici ( en temps de paix).
    .
    De leur côté, il semblerait que les Dauphin N3+ de la MN en Polynésie soient pas mal actifs chaque année depuis 2019 pour aider à contenir les incendies à Tahiti (ou les reliefs très accidentés et l’hyper densité de la végétation rendent de très larges parties de l’île totalement inaccessibles … même à pied).
    https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/punaauia/un-important-feu-de-brousse-ravage-les-hauteurs-de-punavai-1060222.html
    .
    Côté Aquitaine, échaudés par les 2 gros incendies en cours, le Conseil Général souhaitant disposer sur son territoire de capacités aériennes contre le feu (Nîmes-Garons étant un peu loin pour traiter les départs de feu),
    http://www.paxaquitania.fr/2022/07/la-nouvelle-aquitaine-veut-ses-avions.html
    … n’y aurait-il pas intérêt à développer une telle capacité « Bambi bucket » (mais plus lourde) sous un Caracal … dont l’essentiel du parc de l’AAE est justement basé en Aquitaine ? (je crois qu’il y a eu un projet en ce sens).

  7. PeterR dit :

    Dilemme intéressant.
    J’imagine que les prix d’achat et coût de l’heure de vol sont foncièrement différents.
    A comparer au fait qu’il existe déjà une flotte conséquent d’A400M (50 en commande dont 18 livrés en 2021 selon Wikipedia) et que même si on commande moins d’A400M en remplacement de DASH ou ce Canadairs le nombre d’avion mobilisable en cas de feu comme on a vu en Gironde sera sans commune mesure (à condition d’avoir le nb de kit ad-oc) et qu’en absence de feu la flotte d’A400M sera un peu plus importante plutôt que d’avoir des Canadairs qui font de l’endurance parking.

    Après on compare le tonnage d’eau largable mais on oublie de parler du nb de rotations que sont capables d’effectuer chaque avion.
    Je suppose qu’un Canadair qui a un plan d’eau exploitable pas trop loin va en faire beaucoup plus et donc au final en larguer autant si ce n’est plus. Si l’A400M doit rejoindre une base, se poser, faire le plein et redécoller avant de retourner sur le feu pas sur qu’il fasse une rotation par heure (le Canadair c’est de l’ordre de 6)

    • sepecat dit :

      A priori les deux appareils ne sont pas exclusifs l’un de l’autre mais complémentaires… Il n’est probablement pas question de se séparer des Canadairs qui, effectivement, rendent un service tout à fait appréciable.

    • Thaurac dit :

      Le canadair est comme les copains et quand le plain d’eau n’est pas valable il atterri et fait le plein à la pompe.
      Tu les vois écoper par exemple , dans une cuve de retardant?

      • PeterR dit :

        Oui, mais quand un plan d’eau est dispo (ce qui en France est le plus souvent le cas, on parle de 6 rotations par heure pour un Canadair) ça aide. Je me demandais alors si le tonnage largué par heure et par avion n’est pas meilleur pour un Canadair que pour un A400M.
        Les Canadairs ne larguent pas de retardant. Ce sont les DASH qui s’en chargent justement pour cette raison.

        Le gros avantage de l’A400M est qu’il sera capable de travailler de nuit donc comme dit par Sepecat plus complémentaire que concurrent du Canadair. L’A400M serait plus un concurrent du DASH

    • Charognard dit :

      @ PeteR
      Nous avons récemment reçu le 19 ème A 400 M:
      https://www.journal-aviation.com/actualites/la-france-tient-son-19e-airbus-a400m-les-prochains-seront-livres-au-standard-final~55553.html

      Déjà si un parachutiste passe par là, il vous posera la question qui fâche: quand seront retrofités les plus anciens pourqu’ils puissent sauter comme promis dans le contrat ?

  8. Parabellum dit :

    Bon maintenant vite des sous pour acheter ces kits et former trois ou quatre équipages.et la ligne de d’Hal Canadair est réouverte mais a déjà 22 commandes…allez on bouge Bercy…

    • FredericA dit :

      Sachant que la France à la 2ème flotte de Canadair d’Europe. Vous pensez vraiment que la France est étrangère à la commande de 22 appareils par l’UE ?

  9. Bruno dit :

    Ils sont rechargés en eau en combien de temps ? Et comment ? Parce que pour l’écopage j’ai un doute.

    • Fralipolipi dit :

      @Bruno
      🙂
      Oui, très bonnes questions.
      A partir de là, on pourra tenter une comparaison avec les Canadair..
      .
      Mais bon, il semble quasi sûr que cette nouvelle capacité A400M ne sera jamais qu’un complément aux Canadair en cas de gros et/ou trop nombreux incendies (hormis sur les zones où il n’y a aucun site d’écopage nulle part …là, les A400M seront plus que bénéfiques).
      .
      Mais globalement, je pense comme vous : les Canadair resteront la pointe de l’épée = les bêtes de somme les plus agiles et adaptées !

      • Paddybus dit :

        Il est dit qu’un remplissage des 20 m3 serait fait en 10 minutes… ce qui ne semble pas délirant, d’autant que cet appareil étant adapté à des posés sur terrains sommaires, on peut parfaitement imaginer un terrain provisoire à proximité voire l’utilisation d’une plage avec des pompes installées sur place…
        Avec deux ou trois appareils, cela peut faire une noria qui déverse des quantités appréciables… et une efficacité à même de réduire un feu important…
        De plus j’imagine qu’au vu du poids de l’engin, il est peut-être moins sensible au gros temps et pourrait peut-être agir malgré des vents forts…
        Il faut je pense attendre les avis des spécialistes quand ils auront pu le tester dans différentes conditions…

        • tschok dit :

          La limite, ce sont les ressources que devra faire l’appareil.

          Sous un G natif, 20 m3 = 20 t. Sous 2 G, 40 t, sous 3 G, 60 t, etc.

          Vous perdez vite vos ailes.

          https://www.gentside.com/avion/incroyable-accident-un-avion-perd-ses-ailes-en-vol_art1793.html

          La trajectoire qu’on adopte pour larguer de la flotte, c’est pas la même que celle qui est prévue pour larguer des parachutistes.

          Vous prenez votre vol avec 20 t de flotte, vous vous dites je suis OK, l’A400M est validé pour 30 t. Oui mais non, faut voir vos G.

          Vous savez, c’est la différence entre la masse et le poids. Et votre poids dépend de ce que vous allez faire avec votre avion.

          Ca dépend de l’incendie, du relief, du vent, toussa.

          • Paddybus dit :

            Peut-être sera-t-il seulement utilisé dans son enveloppe de vol…??? peut-être les pilotes seront-ils performants…??? peut-être que le fabricant y a pensé sans vous…??? peut-être même y on-t-ils déjà travaillé et connaissent-ils les limites mieux que vous…???

      • PeterR dit :

        Il faut aussi considérer que l’A400M aura besoin des infrastructures. Il faut que la base dispose de réservoirs d’eau importants et de quoi les réapprovisionner (cours d’eau) ainsi que dans ce cas des pompes et systèmes de filtration et des moyens de remplir rapidement le kit de largage. 20.000l même avec de bonnes pompes doit prendre un peu de temps
        On peut imaginer un jeu de 2 kits par avion à condition qu’ils puissent être chargés pleins et rapidement en soute

    • JC dit :

      Pas de problème, il y a le lac de Bricy !

    • Le sicaire dit :

      Et les Dash 8 de la Sécurité Civile, il font comment ? (https://mobile.interieur.gouv.fr/fr/content/download/123058/986858/file/les-pelicandromes.pdf)

    • Thaurac dit :

      Pompe à presiion, comme le sont les canadairs quand pas de plan d’eau à proximité, 6 t 6 mcube, une tout petit camion citerne

    • ricojaneiro dit :

      J’ai entendu hier que grâce à des pompes spéciales le remplissage pouvait s’effectuer en 5 minutes

  10. ScopeWizard dit :

    Rien qu’ à l’ observation de la photo , je dirais que l’ essai s’ est passé en Espagne….

    Il n’ y a pas que l’ aridité du terrain , surtout le petit avion accompagnateur qui ressemble à un CASA Aviojet….

    Bon après , on sait où se situe le siège des A400M ; pas loin de Séville….ça aide !

    Bref !

    Un truc que je n’ ai jamais pigé ; depuis les années 1970 nous étions équipés de CANADAIR CL 215 .

    Puis , vers la fin des années 1990 nous les avons remplacés par un nombre équivalent de CL 415 équipés en turbopropulseurs , évidemment plus modernes et plus performants , et de contenance supérieure d’ environ 500 ou 600 litres soit une quinzaine d’ avions à chaque fois….

    Or , il devient évident que si efficace qu’ elle soit , cette flotte ne suffit pas ; d’ où les Tracker ( à ma connaissance récemment retirés ) et autres DASH que renforcent des hélicoptères….

    Déjà , je ne comprenais pas pourquoi nous n’ avions pas de base du côté des Landes ce que l’ actualité du moment n’ a fait que dramatiquement surligner , mais je ne comprends pas davantage et tandis qu’ il nous arrive d’ intervenir loin , pour quelle raison plutôt que diversifier une flotte de bombardiers d’ eau , nous n’ avons pas travaillé à faire aussi bien que BOMBARDIER ou tout simplement développé une version encore meilleure que les CL 415 AVEC BOMBARDIER ?

    Pourquoi pas un CL XXX , plus rapide , plus de distance franchissable , d’ une contenance de 7000 ou 8000 litres au nombre de 20 à 25 ?
    Avec par exemple , 12 qui seraient basés en Provence-Alpes-Côte d’Azur soit le gros des troupes , 4 en Corse , 6 dans les Landes , par exemple à Cazaux ?

    Quant à eux , les DASH pourraient être stationnés du côté de la Bretagne qui elle aussi commence à donner d’ inquiétants signes à pouvoir brûler , DASH qui pourraient ainsi aussi couvrir la région Normandie….
    En espérant qu’ il ne se passe rien du côté du Jura , de Fontainebleau , ou encore des Ardennes….

    Le but d’ une telle « dispersion » , consistant en attendant du renfort aérien à conférer aux pompiers au sol un appui ; ils pourraient donc bénéficier d’ interventions sur site nettement plus rapides .

    Nous n’ allons quand-même pas risquer des A400M de l’ Armée pour ça ???

    C’ est très dangereux , c’ est pas leur boulot , par contre l’ entraînement à la manœuvre de bombardier d’ eau c’ est régulièrement qu’ il faut s’ y atteler….

    Ou alors , on fait comme les USA qui utilisent du très gros tel le B-747 ou le DC 10 et on se dote d’ une flotte A400M mais spécialement dédiée à combattre le feu le forêt .
    C’ est un choix .

    Perso , je préfèrerais un CL XXX plus moderne , plus modeste en dimensions mais plus nombreux donc plus facile à répartir….

    • LEONARD dit :

      Apparemment, la relance de la chaine de prod est actée maintenant qu’il y a une trentaine de commandes enregistrées et il est fort probable que la France augmente sa commande:
      https://www.leparisien.fr/economie/canadair-apres-les-incendies-geants-la-chaine-de-production-de-bombardiers-deau-va-se-relancer-26-07-2022-XOW7SH4HPJBC3FVZ6CGHIGPICA.php

      • ScopeWizard dit :

        @LEONARD

        Ben disons que comme dans bien des cas , même si prévu pour une utilisation intensive en environnement difficile , lorsqu’ un matériel est soumis à si rude épreuve , passé un certain temps de service , il risque de coûter plus cher en entretien .
        D’ une part , il sera plus fréquent ce qui de facto rendra l’ avion moins disponible , d’ autre part l’ entretien-maintenance se verra plus poussé .

        Avec 12 CL 415 grosso-modo la France n’ aligne que la moitié de ce dont elle aurait besoin .

        Or , moins il y a d’ avions et plus ce qu’ il y a sera sollicité , donc risque de s’ user prématurément .

        D’ où tout l’ intérêt de disposer d’ une flotte en quantité .

        Ce n’ est pas le cas ; sur les 15 initiales , me semble t-il nous avons perdu 3 machines donc se rajoutent ces 3 pertes à ce nombre déjà limite .

        Et ce qui est très inquiétant , c’ est ce qui se passe au niveau climatique .

        Avec le réchauffement des températures ainsi que celui de la connerie humaine -elle aussi en hausse- les risques de feux de forêt sont en augmentation ; d’ ores et déjà les prévisions pointent le Nord et l’ Ouest comme prochaines zones sur lesquelles les pompiers seront amenés à intervenir .

        C’ est-à-dire que sous peu , d’ ici une vingtaine d’ années , c’ est la totalité du territoire de notre pays qui risque de flamber….

        Et là , c’ est combien de bombardiers d’ eau qui vont s’ avérer nécessaires ?

        Au moins 50 + hélicos .

        Aujourd’hui nous devons aligner dans les 20 avions et une quinzaine d’ hélicoptères….
        C’ est donc plus du double qu’ il va nous falloir .

        Seulement attention , parce que la conjoncture économique menace sous peu de tourner vinaigre comme rarement dans notre Histoire ; aurons-nous les reins assez solides ou finirons-nous façon Ukraine ou Roumanie ?
        Surveillons déjà l’ Euro….

        • Paddybus dit :

          Mais mon cher ScopeWizard, il existe une solution qui correspond strictement a votre proposition… mais c’est pas nous qui l’avons développé…. il y a le Beriev 200 … qui avait été testé et l’ue participait à sa remotorisation avec un moteur occidental…. sauf qu’en 2014, tout a été abandonné…. politique oblige…
          Une fois encore les manigances ricaines chez nous sèment le bordel…!!!

          Pour ce qui est des feux Au sud de Bordeaux, il semble que le facteur aggravant a été le classement en zone « natura 2000 » qui interdit toute intervention humaine, donc le défrichage, le débroussaillage et donne du carburant au feu… un certain nombre de propriétaires se sont vu menacés par des riverains et des écolos de pacotille, de même qu’un certain nombre d’élus se sont vantés d’avoir retardé des projets de nature à réduire les risques de feu….!!!!
          Le réchauffisme est un argument un peu trop facile… Auparavant les forêt étaient entretenues, tout particulièrement dans ces régions qui ont subit d’énormes incendies dans les années 60… mais comme d’hab, l’humain à une capacité d’oubli consternante…
          Tout comme les inondations meurtrières l’an passé en Allemagne avaient eu lieu de la même façon en 1804 et 1810…. mais les constructions ont pullulé dans les fonds de vallées…. facile de se défausser sur le réchauffement…!!!!
          Mais aussi une chose que peu de gens savent…. on développe actuellement les centres de méthanisation par les agriculteurs…. mais ces méthaniseurs produisent des déchets, une sorte de boue qui est étendue dans les champs…. avec un petit défaut qui n’est jamais souligné…. c’est que cet épandage imperméabilise les sols…!!! donc à terme, le risque est de voir se développer des inondations à des endroits jamais vus…!!!! et on nous dira « réchauffement »…. alors que la cause sera ailleurs….

          Voilà pour mon petit grain de sel….
          Prenez soin de vous, cordialement.

        • ScopeWizard dit :

          @Paddybus

          Mon cher Paddybus ! 🙂

          « il y a le Beriev 200 … qui avait été testé et l’ue participait à sa remotorisation avec un moteur occidental…. »

          Il me semble en avoir effectivement entendu parler , mais sans certitude .

          « il semble que le facteur aggravant a été le classement en zone « natura 2000 » qui interdit toute intervention humaine, donc le défrichage, le débroussaillage et donne du carburant au feu… un certain nombre de propriétaires se sont vu menacés par des riverains et des écolos de pacotille, de même qu’un certain nombre d’élus se sont vantés d’avoir retardé des projets de nature à réduire les risques de feu….!!!! »

          Oui , c’ est bien ce qui s’ est dit .

          « Le réchauffisme est un argument un peu trop facile… »

          Absolument !

          Raison pour laquelle je précise « connerie humaine » et évidemment je vous suis .

          « Tout comme les inondations meurtrières l’an passé en Allemagne avaient eu lieu de la même façon en 1804 et 1810…. mais les constructions ont pullulé dans les fonds de vallées…. facile de se défausser sur le réchauffement…!!!! »

          Oui , c’ est-à-dire qu’ en résumé , l’ eau revient toujours là où elle était .

          « cet épandage imperméabilise les sols…!!! donc à terme, le risque est de voir se développer des inondations à des endroits jamais vus…!!!! et on nous dira « réchauffement »…. alors que la cause sera ailleurs…. »

          Il en va de même quand il est question de pics de pollution à Paris et Île de France qui en réalité sont majoritairement dus à l’ activité industrielle venue d’ Allemagne ; Ruhr , charbon , et autre .

          Quant à l’ imperméabilisation des sols qui est effectivement une catastrophe ( jusqu’ à un certain point s’ entend ) , il y a cet épandage de boue mais à cela promet de se rajouter toute une bétonisation notamment à coups d’ éoliennes….

          Merci de toutes ces infos et vous aussi prenez toujours soin de vous !
          Faut jamais lâcher !

          • midas le voltigeur dit :

            Les pics de pollution a Paris ont très peu a voir avec la Ruhr et beaucoup a voir avec les epandages dans toutes l Europe et en particulier chez nous . Prenez l autoroute pendant les période d épandages en hiver ou au printemps et observez sur les champs cette fine brume qui s élève et vous aurez mieux compris . FNSEA et gros céréaliers oblige on en parle pas et on ne cherche même pas a améliorer les pratiques .
            D ailleurs dans le bassin parisien les vents sont a 90% d ouest c est donc les allemands qui prennent notre pollution (et celle des belges et hollandais) en pleine poire . Pourquoi les beau quartier de Paris dont a l ouest ?
            Balayons devant notre porte avant….

          • ScopeWizard dit :

            @midas

            C’ est une bonne chose d’ enfin parler de cet état de fait ; en revanche , si je pense que les causes de la pollution sur Paris et alentour sont multi-factorielles , l’ activité industrielle de la Ruhr comme le retour à l’ exploitation du charbon Allemand jouent un rôle non négligeable dans ce qu’ il se passe et qui régulièrement affecte la région Parisienne .

    • ScopeWizard dit :

      @LEONARD

      Merci du lien ! 🙂

      Ben certes oui et c’ est très-bien mais évidemment toujours en réaction donc toujours après une catastrophe….

      Or , nous allons au devant de très gros ennuis d’ ordre financier et sans parler de l’ Euro qui promet une dégringolade….

      Comment va t-on faire dans ces conditions ?

    • HMX dit :

      Je partage avec vous le constat du manque de visibilité sur le devenir de notre flotte de bombardiers d’eau, et plus largement sur la stratégie de gestion des feux de forêt.

      Au stade de la prévention, davantage de moyens pourraient être mis en œuvre :
      – modification des règles d’urbanisme pour interdire ou soumettre à conditions les habitations proches des zones sensibles (effort similaire à celui engagé après les inondations/submersions consécutifs à le tempête Xynthia en 2010)
      – Aménagement des massifs forestiers avec des voies pompiers, incluant des canalisations d’eau et des points de tirage à intervalles réguliers : cela existe déjà, mais doit être systématisé et densifié.
      – Fin des monocultures (pins des Landes…)

      Sur le plan de la détection : en 2022, on utilise toujours des tours de guet dans les massifs forestiers, avec des types dotés de simples jumelles, pour détecter les départ de feux… il est urgent de passer à une détection automatique par des moyens satellites, ou en attendant un système satellitaire efficace, de se doter de drones (version civile du Patroler, par exemple) pour quadriller les zones à risque et augmenter considérablement l’efficacité et la portée de détection des feux de forêt.

      Sur le plan de l’intervention : la question du renouvellement de notre flotte doit être posée. Soit on repart sur l’acquisition d’un appareil spécifique et « monotâche », successeurs du CL415, soit on s’oriente sur des appareils de transport modifiés, à l’image de l’A400M et de son kit de largage (éventuellement dans des versions plus réduites : C130, CASA…). Un mix des deux est également envisageable.

      Une piste intéressante consisterait à mettre à contribution l’UE : au delà des accords interétatiques qui existent déjà entre les pays d’Europe du sud pour se secourir mutuellement en se prêtant des Canadairs, l’UE pourrait créer sa propre flotte d’appareils bombardiers d’eau, qu’elle mettrait à disposition des Etats chaque été, là où elle sera nécessaire. Si par hasard, ces appareils sont des A400M équipés du kit adapté, cette flotte constituerait également une flotte d’avions de transport, pouvant très utilement être mise à disposition au profit des opérations soutenues par l’UE. Une façon intelligente et utile d’avancer vers l’Europe de la défense…

      • farragut dit :

        @HMX
        Tout à fait d’accord avec vos remarques, surtout si l’on considère le coût d’un crash d’A400M militaire !
        Vu que les satellites « civils » utilisés pour la détection des feux de forêt sont capables de photographier des incendies causés par les obus russes en Ukraine, il vaudrait mieux investir en caméras automatiques IR jour/nuit sur des tours de guet en maillage dense.
        Après tout, le racket des radars sur les routes rapporte suffisamment pour que l’on généralise aussi l’automatisation de la surveillance des départs de feux et la distribution de « contraventions ».
        Si en plus, on peut « flasher » les incendiaires (y compris avec le bornage des smartphones rendus obligatoires en forêt ou en zone à risque (genre Corse, pour ne citer que les « succès » récents), cela serait en plus un moyen de « dissuader » les malfaisants de vouloir jouer aux allumettes, à condition d’en faire une promotion suffisante à la télé, identification par reconnaissance faciale en sus. 😉
        Sinon, on risque de multiplier le nombre de ceux qui considèreront les feux de forêt comme un moyen de jouir d’un spectacle de meeting aérien gratuit près de chez eux…
        Si l’on ne veut pas passer pour une « démocrature » en espionnant tout le monde, on peut aussi passer des accords secrets avec la NSA (ou publics avec Google pour faire plaisir à notre PR fan de techno GAFAM US), ou avec les Israéliens et leur logiciel Pegasus, pour tracer préventivement tous les déplacements des personnes ayant séjourné avant un incendie (ne pas hésiter à conserver les enregistrements pendant un siècle pour pouvoir traiter les « cold cases »!).
        Moins coûteux qu’une perte d’A400M (sans compter la vie des pilotes), ou d’autres pilotes de Canadair perdus en mission.

        Autant appliquer les technologies militaires duales à la lutte contre les incendies, puisque Poutine « nous montre l’exemple » en utilisant des obus incendiaires ou thermobariques pour incendier les champs de blé en Ukraine, et faire de la guerre économique (et de la spéculation sur le cours du blé!) avec de l’artillerie de l’ex-URSS. 😉
        Qu’en pense la Red Team de la DGA ? Déjà fait ? Bon , alors autant diffuser l’idée en Californie, ils ont aussi des feux « explosifs » là-bas !
        A ce propos, en Russie, il n’y a plus d’incendie en Sibérie, car en parler rapporte 15 ans de prison… 😉

        • lgbtqi+ dit :

          Oui, on peut installer des caméras en forêt, y rendre la puce obligatoire. On peut même faire beaucoup mieux et il ne faut surtout pas hésiter : on pourrait menotter aux mains et aux chevilles tout le monde, de la naissance au cercueil, avec sonde endoscopique pour s’assurer en permanence des paramètres vitaux, etc. Comme ça, plus aucun risque, plus aucun méfait, enfin un monde apaisé où il fait bon vivre.

      • ScopeWizard dit :

        @HMX

        « Au stade de la prévention, davantage de moyens pourraient être mis en œuvre :
        – modification des règles d’urbanisme pour interdire ou soumettre à conditions les habitations proches des zones sensibles (effort similaire à celui engagé après les inondations/submersions consécutifs à le tempête Xynthia en 2010) »

        Eh non , car là a minima vous heurtez de plein fouet la liberté d’ entreprendre .

        Ce qui va se passer et d’ ailleurs ce qui se passe , c’ est que d’ évidence même s’ il ne faudrait pas construire à tel endroit , si le maire A fait preuve de prudence et va bien dans ce sens , son successeur , le maire B , pourra faire tout le contraire ; il lui suffira de décréter le terrain constructible .

        En clair , il existe des critères cumulatifs qui s’ ils ne sont pas réunis font qu’ un terrain sera de fait déclaré inconstructible .

        Sécurité , salubrité , santé , protection du site , lieu classé en zone naturelle , obligation de prendre en compte un «projet d’intérêt général» , etc…

        Tout ça peut faire qu’ un terrain , une zone , un périmètre sera déclaré impropre à la construction .

        Peuvent se rajouter des risques de catastrophe naturelle tels que inondations , séismes , glissements de terrain , avalanches , ou des risques d’ ordre technologique .

        Seulement tout ceci serait parfait si une fois considérées et soigneusement étudiées en dehors de certaines évolutions les choses restaient en l’ état .

        Or , dans nombre de cas , si des aménagements sont réalisés , bien que toujours présents les risques peuvent alors être considérés comme ayant diminué , la zone peut donc redevenir constructible.

        Donc toute cette prudence affichée , n’ engage en réalité en rien car en parallèle des processus de révision et de modification existent pour rendre constructibles des terrains qui pourtant ne l’étaient pas .

        La notion d’inconstructibilité est donc très relative .

        De plus , un terrain peut être non-constructible pour un projet mais être constructible pour un autre .

        Par exemple , sur une terre agricole , seul un agriculteur sera autorisé à construire un édifice si cela s’ avère lié à son activité professionnelle .
        À l’ inverse , le quidam qui dépose une demande de permis de construire sur le même terrain pour une construction identique mais non liée à son activité professionnelle se le verra refusé .

        Comme vous le constatez , les obstacles à la constructibilité s’ étudient au cas par cas .

        C’ est ainsi qu’une DDE peut délivrer un permis des construire à titre précaire sur un terrain inconstructible pour une durée limitée , pour un bar-restauration au bord d’ un lac par exemple . Elle peut donc à tout moment demander la destruction des édifices éventuels .

        En résumé , force est de constater que la liste des causes d’inconstructibilité n’est pas limitée mais que souvent les obstacles peuvent être contournés .

        « Aménagement des massifs forestiers avec des voies pompiers, incluant des canalisations d’eau et des points de tirage à intervalles réguliers : cela existe déjà, mais doit être systématisé et densifié. »

        Ben disons que si « on » aménage trop , que reste t-il du « sauvage » d’ une zone forestière même si la forêt a depuis longtemps été plantée par l’ Homme ?
        Telle est aussi la question…

        « Fin des monocultures (pins des Landes…) »

        Alors ça va changer beaucoup de choses ; le charme de cette spécificité en termes d’ essence d’ abord , ensuite probablement la faune et le reste de la flore….
        Pour le meilleur ou pour le pire ?

        Allez savoir….

        « Sur le plan de la détection : en 2022, on utilise toujours des tours de guet dans les massifs forestiers, avec des types dotés de simples jumelles, pour détecter les départ de feux… »

        Vous savez , déjà il y a « jumelles » et « jumelles »….

        Par exemple , de la « MARINE » lumineuse en secteur large type 7 x 50 , ou du plus puissant en binoculaire 40 x 120 ; les deux combinées pouvant permettre d’ être très précis et de voir ce dont il s’ agit au moindre départ de feu .

        Il y aurait donc peut-être d’ emblée de quoi mieux s’ équiper sans dépenser des fortunes en moyens si sophistiqués….

        D’ autant que la chute d’ un drone peut vous mettre le rifle aussi .

        Pourquoi pas du ballon libre pouvant atteindre 15 km d’ altitude ou davantage sur lequel serait installé tout un système de surveillance et qui pourrait se guider à distance ?

        « Soit on repart sur l’acquisition d’un appareil spécifique et « monotâche », successeurs du CL415, soit on s’oriente sur des appareils de transport modifiés, à l’image de l’A400M et de son kit de largage (éventuellement dans des versions plus réduites : C130, CASA…). Un mix des deux est également envisageable. »

        Perso , je suis partisan d’ un appareil dédié type CL 515 à la fois plus petit mais très manœuvrable ce qui peut raccourcir l’ intervalle de temps entre deux largages d’ une même charge avant retour plan d’ eau pour écopage en vue de nouvelle intervention tout en offrant la possibilité de rajouter du largage de retardateur….

        « Une piste intéressante consisterait à mettre à contribution l’UE : au delà des accords interétatiques qui existent déjà entre les pays d’Europe du sud pour se secourir mutuellement en se prêtant des Canadairs, l’UE pourrait créer sa propre flotte d’appareils bombardiers d’eau, qu’elle mettrait à disposition des Etats chaque été, là où elle sera nécessaire. »

        L’ idée est certes excellente ; par contre , c’ est encore loin d’ être dans la poche….

        « Si par hasard, ces appareils sont des A400M équipés du kit adapté, cette flotte constituerait également une flotte d’avions de transport, pouvant très utilement être mise à disposition au profit des opérations soutenues par l’UE. Une façon intelligente et utile d’avancer vers l’Europe de la défense… »

        Puissiez-vous être entendu !

        Mais déjà , quid du devenir de notre Euro et de notre endettement qui avec l’ effondrement de nos services publics et l’ inflation notamment de notre énergie ou des matières premières , promet de nous conduire à la faillite ce qui signerait l’ implosion de l’ Union Européenne….

        Et oui , il y a ça aussi….

        • HMX dit :

          @ScopeWizard :
           » si le maire A fait preuve de prudence et va bien dans ce sens , son successeur , le maire B , pourra faire tout le contraire ; il lui suffira de décréter le terrain constructible  »
          –> Certes. Mais dans ce cas le maire B (ainsi que le Préfet qui aura laissé faire !) risque fort de finir sa carrière devant les tribunaux en cas de drame. Cf. la tempête Xynthia et le drame de la Faute-sur-Mer : depuis cette date, vous constaterez que beaucoup moins d’élus sont enclins à rendre constructible des zones dangereuses, et à juste titre, par peur d’avoir à rendre des compte. Principe de précaution… et peur du juge !

          « Ben disons que si « on » aménage trop , que reste t-il du « sauvage » d’ une zone forestière même si la forêt a depuis longtemps été plantée par l’ Homme ? »
          –> Je ne sais pas. Mais je sais qu’à la place d’une forêt, il ne restera plus qu’un désert après le passage successif de plusieurs incendies en quelques années. Entre deux maux, il faut choisir le moindre…

          « Fin des monocultures (pins des Landes…) » Alors ça va changer beaucoup de choses ; le charme de cette spécificité en termes d’ essence d’ abord , ensuite probablement la faune et le reste de la flore….
          Pour le meilleur ou pour le pire ? »
          –> Les monocultures intensives de pins ou de douglas sont de quasi-déserts écologiques, souvent arrosés d’engrais et de pesticides. L’équivalent de champs de maïs, destinés à être « récoltés » le plus tôt possible. Avec des risques gigantesques en matière de propagation de feux de forêt et de maladies, comme on peut tristement le constater. Bref, la faune et la flore ne s’en porteront que mieux, avec des forêts constituées d’essences variées…

          « Pourquoi pas du ballon libre pouvant atteindre 15 km d’ altitude ou davantage sur lequel serait installé tout un système de surveillance et qui pourrait se guider à distance ? »
          Proposition très judicieuse, en effet. Des ballons en altitude dotés de capteurs optroniques seront moins coûteux à l’achat et à l’usage que des drones, avec une portée de détection des départs de feux de plusieurs dizaines de kilomètres. Pour peu que leur implantation soit bien réfléchie, avec une redondance et un bon maillage du territoire, le système pourrait être très efficace pour détecter en temps réel n’importe quel départ de feu.

        • ScopeWizard dit :

          @HMX

          Premier et deuxième paragraphe ; parfaitement d’ accord .

          Encore que , lorsqu’ une étendue boisée brûle , pour sa vitalité lors de la phase de repousse , même si elle brûle régulièrement ce n’ est pas toujours si dramatique ; il faudrait que je retrouve un doc qui en faisait état….

          « Les monocultures intensives de pins ou de douglas sont de quasi-déserts écologiques, souvent arrosés d’engrais et de pesticides. L’équivalent de champs de maïs, destinés à être « récoltés » le plus tôt possible. Avec des risques gigantesques en matière de propagation de feux de forêt et de maladies, comme on peut tristement le constater. Bref, la faune et la flore ne s’en porteront que mieux, avec des forêts constituées d’essences variées… »

          Oui , je suis enclin à vous suivre .

          Concernant , le dispositif de surveillance par ballon libre , pour être sûrs de ne pas risquer qu’ il « se promène » ou échappe à tout contrôle ( par exemple à cause d’ éléments générant de la perturbation météo de grande ampleur ) , avec seulement un ou deux de ces ballons reliés à au sol par du câble mais positionnés sur des barges ( façon plateformes pétrolières offshore ou bateaux à fond plat pouvant de surcroît se déplacer ) situées à 200 ou 300 m du rivage qui comme vous le savez est particulièrement rectiligne , il y aurait certainement moyen de surveiller la totalité de la forêt Landaise sans risquer que le ballon ne se prenne dans la végétation lors de sa redescente sur terre , ce qui pourrait compliquer sa bonne récupération voire l’ endommager gravement .

          Ainsi , ses opérateurs conserveraient un contrôle maximal .

          • Esequiel dit :

            Ou met tout les capteurs dans les tours de guet évoquer précédemment ou on peut attacher les ballons captifs au tour de pour gagner en hauteur et probablement en portée de détection.

            On pourrait ajouter un système GSM pour envoyer des SMS aux gens dans la zone qu’un incendie est entrain de ce déclarer et qu’il serai plus prudent d’aller se promener ailleurs. Par la même occasion les numéros auxquels le SMS a été envoyé pourrait être enregistré pour les besoins de l’enquête concernant le sinistre.

            Bon maintenant reste plus qu’a créer la boite qui va vendre le concept

          • ScopeWizard dit :

            @Esequiel

            Perso , je les mettrais plutôt sur des barges , en tout cas le long de la côte .

            « On pourrait ajouter un système GSM pour envoyer des SMS aux gens dans la zone qu’un incendie est entrain de ce déclarer et qu’il serai plus prudent d’aller se promener ailleurs. Par la même occasion les numéros auxquels le SMS a été envoyé pourrait être enregistré pour les besoins de l’enquête concernant le sinistre. »

            Bon plan !

            Mais le risque est de rajouter une couche de surveillance des individus au profit d’ une répression/dissuasion avec téléguidage , plutôt qu’ encourager leur éducation dont leur bon-sens .

            « Bon maintenant reste plus qu’a créer la boite qui va vendre le concept »

            Si quelqu’ un de la « haute » ou disons de « bien placé » nous lit et qu’ il y voit un intérêt , ne vous en faites pas ce sera repris .
            Mais à son compte .

            Prenez soin de vous

      • Daniel BESSON dit :

        Cit :[ modification des règles d’urbanisme pour interdire ou soumettre à conditions les habitations proches des zones sensibles (effort similaire à celui engagé après les inondations/submersions consécutifs à le tempête Xynthia en 2010) ]

        A moins de vous lancer dans un terrorisme législatif il faut accepter de vivre au XXI éme siècle non techniciste !

        La tempête de 1999 a fait prendre conscience grâce à M. Leroy-Ladurie et d’autres que la  » Gaule chevelue  » méritait plus que jamais son surnom depuis 1799 en raison :
        – De l’abandon de la marine à voile
        – De la généralisation des constructions en pierre
        – De l’abandon du bois comme combustible et du charbon de bois comme source de carbone pour la métallurgie

        Dans la lignée de vos mesures , je propose donc pour éviter les incendies de forêts de remettre à l’état de nature originelle tous les espaces conquis par les forêts et le maquis depuis 1799 .

        – remise à l’état de landes de toutes les forêts artificielles crées depuis 1799 de la région Sud-Ouest
        – expulsion des agriculteurs de Notre-Dame des landes et remise à l’état de landes toute la région Nantaise selon la carte de Cassini
        – Remise en état des restanques sur toute la façade Méditerranéenne et subventions – Européennes – à des agricultures autarciques basées sur la culture du blé mais surtout d’orge et de seigle sur des surface de moins de 200m2 , le pâturage des caprins et l’exploitation de la forêt . Il faudra se passer par exemple des mesures visant à  » verdir  » la production de l’acier pour s’orienter vers la production de charbon de bois .
        La série  » Nans le berger  » pourrait nous servir de boussole :
        https://www.dailymotion.com/video/x3arhi

        – M.Anne la Dingo devra réautoriser les feux de cheminée – de bois – sur Paris afin de créer un débouché commercial aux propriétaires Méditerranéens . Paris sera embaumée en plein hiver par la résine et on mettra un peu d’été dans cette ville de M***** … ;0)

        Il n’ y aura même pas besoin de mesures concernant les règles d’urbanisme puisque en récupérant ces zones on risque de tomber sur des fondations attestant une occupation à titre d’habitation permanente et donc pouvant servir de base à une demande d’urbanisme en bonne et due forme … ;0)

    • Bench dit :

      « Rien qu’ à l’ observation de la photo , je dirais que l’ essai s’ est passé en Espagne….
      Il n’ y a pas que l’aridité du terrain , surtout le petit avion accompagnateur qui ressemble à un CASA Aviojet….
      Bon après , on sait où se situe le siège des A400M ; pas loin de Séville….ça aide !
      Bref ! »
      Ben c’est dit dans l’article il me semble, donc pour les dons d’observation c’est un peu loupé.
      Pour le reste, plutôt que de fantasmer sur d’hypothétiques CL XXX et faire votre prétentieux habituel, pourquoi ne pas écrire directement au CO de Canadair et à celui de la Sécurité Civile pour lui soumettre le fruit de vos intenses cogitations. Vous nous tiendrez au jus de leurs réponses?

    • Thaurac dit :

      « Rien qu’ à l’ observation de la photo , je dirais que l’ essai s’ est passé en Espagne…. »
      C’est annoncé dans tous les communiquées airbus 😉
      Il y a même une vidéo

      • ScopeWizard dit :

        @Thaurac

        Bé oui , mais môa tu vôa , j’ ai pas eu besoin….

        Eh non , j’ ai fait sans ; na !

        Qu’ est-ce tu veux , le talent ! 😉

        • Gaulois78 dit :

          @Hansimschnockeloch
          @czikan marcel

          Vous avez refroidi mon enthousiasme, je retire le commentaire de mon post plus haut

    • Doudous74 dit :

      Le DHC515 est en route après de nombreuses péripéties industrielles… Arrêt de la production par bombardier, reprise par Viking air puis De Havilland Canada.
      Nîmes Garon est la base mère, d’autres existent (je n’ai plus le liste en tête) et peuvent permettre du prépositionnement sur de courtes durées. Disperser plus les bases n’est pas forcément une bonne idée car il s’agit ici de gérer deux micro-flottes…
      Après je vous rejoint sur le fait que le largage d’eau est un métier qui n’a rien a voir avec le largage de palettes en ligne droite à haute altitude… Sur le point technique l’A400M serait sans doute plus adapté que le dash (il reste un avion tactique avec une grosse puissance et une bonne maniabilité alors que le Dash est un liner reconverti). Mais vu le prix du c’est pour en avoir deux fois moins dans une flotte spécialisée…

      • ScopeWizard dit :

        @Doudous74

        Merci de toutes ces précisions ! 🙂

        Oui , mais je reste partisan d’ un pré-positionnement qui d’ après moi permettrait d’ être plus réactifs donc de pouvoir éviter ce que vient de traverser la forêt Landaise .

        Au moins , pendant les mois « chauds » .

        Comme vous , je crains que l’ A400M soit trop gros et surtout que la flotte , même dédiée , soit insuffisante .

        Perso , je préfèrerais donc une flotte de CL XXX .

    • midas le voltigeur dit :

      Pour la Normandie c est gentil mais franchement pas besoin , nos foret sont très très rarement seches , pas de relief mais surtout très peu de monoculture de la foret a base de résineux . Le hêtre ou le chêne sur pied chez nous ça brûle pas même avec un jerrican d essence par arbre (bien trop d eau dans le bois) . Apres cela ne nous dérange pas de cotiser pour les dash ou les canadair (jamais vu un seul en Normandie) nous aussi on aime aller sur la dune du pyla ou dans l arrière pays niçois . Merci quand mêmes de penser a nous mais au pire de gros camion feront l affaire.

      • ScopeWizard dit :

        @midas le voltigeur

        « Pour la Normandie c est gentil mais franchement pas besoin , nos foret sont très très rarement seches , »

        Pour le moment !

        Car si l’ on en croit certaines « prévisions » , d’ ici quelques années , la situation pourrait changer et le Nord ou l’ Ouest de la France également menacés par les feux de forêt , donc qu’ une flotte de DASH ou autre soit en mesure d’ intervenir sur la Bretagne , la Vendée , ou la Normandie ne me paraît pas si « délirant »….

        « Merci quand mêmes de penser a nous mais au pire de gros camion feront l affaire. »

        Sincèrement , je l’ espère .

        Prenez soin de vous !

        • midas le voltigeur dit :

          Honnêtement je nous penses a l abri , nos foret non pas/peu de relief et les chemins nombreux , ils n y a donc jamais inaccessibilité. Nos massifs sont de grandes forets privé ou de grandes forets domaniales , il y a très peu de petites propriétés forestières cela facilite énormément l entretien et définis clairement les responsabilités .En cas de défaut difficile de se cacher , de fait on ne voit jamais de broussaille ou de « maquis »
          Les très nombreux matériels agricoles lourds immédiatement disponibles donnent des capacités , par exemple la réalisation de coupe feu ou chemin d accès serait ultra rapide , l acheminement de très importantes quantité d eau .
          Enfin et surtout ,malheureusement observez les images satellites et non pas les cartes et vous verrez que la surface sylvestre est ,par rapport aux landes par exemple, vraiment faible.

          • midas le voltigeur dit :

            Néanmoins merci encore de votre sollicitude , avec la modification du climat ce qui m inquiète le plus c est le changement des espèces et donc la disparition des nos grands chênes magnifiques et des ces hêtres formidables avec cervidés a foisons . Pensée qui me casse le moral. Bien a vous et merci de vos contributions même si nous ne sommes pas toujours d accord (assez rarement en fait)

          • ScopeWizard dit :

            @midas le voltigeur

            Oui , ici aussi c’ était très « vert » .

            Mais les choses changent et ça commence à craindre….

            « Néanmoins merci encore de votre sollicitude , »

            Quoi de plus naturel !

            « Bien a vous et merci de vos contributions même si nous ne sommes pas toujours d accord (assez rarement en fait) »

            Ben , vous savez , à condition que le savoir-vivre reste à bon niveau , il est toujours plus « équilibrant » d’ avoir un antagoniste .

            Que nous ne soyons que rarement sur la même ligne n’ a guère d’ importance .

            L’ essentiel étant de pouvoir échanger , sans interpréter au-delà d’ un certain seuil , sans nous juger à fins de condamnation .

            Il y en a ici dont c’ est la finalité ; heureusement tout le monde n’ est pas à ce niveau de connerie et je dirais même de malveillance que lui dispute une certaine stupidité dont du reste il y a fort à craindre….

            Gardez le moral !

    • ricojaneiro dit :

      L’utilisation de 747 en mode bombardier d’eau n’a jamais été concluante et quasi restée expérimentale… Trop lourd, peu maniable, imprecis. 3 modèles certifiés, très peu voire aucune opération menée. Aucun d’eux ne servent aujourd’hui. L’A400M en mode bombardier d’eau a déjà fait l’objet d’un article dans AIR& COSMOS en 2021. Le projet de transformer cet avion est né de demandes de clients comme l’Indonésie entre autres. Aujourd’hui ça avance et ça ouvre des perspectives pour le marché Européen. Les points forts de l’A400 M étant sa manoeuvrabilité (comparé à des 747…), sa capacité d’emport et la possibilité d’opération de nuit. Je trouve ça très intéressant et à ne surtout pas écarter du revers de main. Disposer d’A400M qui puissent être converti rapidement en bombardier d’eau serait excellent.

      • ScopeWizard dit :

        @ricojaneiro

        Merci de la précision dont j’ ignorais tout .

        Cela étant , ça ne m’ étonne pas du tout .

        Les Américains veulent toujours plus gros , plus « géant » ; l’ inconvénient c’ est que souvent ça coûte cher et ça ne fonctionne pas toujours si bien , par contre ils ont le mérite d’ essayer ce genre de trucs et parfois d’ aller au bout de leur idée ; ils osent ! et permettent ainsi d’ apprendre et de progresser .

        « Le projet de transformer cet avion est né de demandes de clients comme l’Indonésie entre autres. »

        Leur relief est peut-être plus adapté…

        « Aujourd’hui ça avance et ça ouvre des perspectives pour le marché Européen. »

        Oui et ça c’ est très positif .

        « Les points forts de l’A400 M étant sa manoeuvrabilité (comparé à des 747…), sa capacité d’emport et la possibilité d’opération de nuit. »

        N’ empêche qu’ il est gros , ce n’ est pas le meilleur critère ; par exemple , par ici , dans certains coins , larguer si bas tout en manœuvrant serré peut s’ avérer très difficile .

        « Je trouve ça très intéressant et à ne surtout pas écarter du revers de main. »

        Oui , je souscris .

        « Disposer d’A400M qui puissent être converti rapidement en bombardier d’eau serait excellent. »

        Alors là , je suis déjà moins sûr , voyez .

        Le largage sur feux ne pouvant s’ improviser , il faudrait alors que les équipages A400M s’ entraînent à l’ exercice très régulièrement .

        S’ il s’ agit d’ une flotte dédiée et spécialisée , la chose ne devrait guère poser de problèmes , mais il n’ est alors pas acquis que nous ayons suffisamment d’ appareils .

        Si à l’ instar d’ un « combi » , ce sont des équipages dont ce n’ est pas la priorité qui s’ y collent , par exemple des équipages de l’ Armée de l’ Air , là non seulement il y aura surcharge de travail et un surcroît d’ utilisation des avions mais quid des autres types de missions ?

        Seront-elles parfois « sacrifiées » au profit de cette activité « secondaire » ?

        Perso , je suis donc chaud partisan d’ une flotte de CL XXX certes plus petits , de contenance moindre , mais très souples et manœuvrants dont une nouvelle version pourrait être étudiée afin de permettre l’ intervention de nuit….

        Bref , tout ça se pose et s’ étudie car rien n’ est si évident….
        https://www.youtube.com/watch?v=MdnjgxLFakY

    • tschok dit :

      @Scope,

      Votre intelligence est mise en échec par un problème simple: vous répondez à un pic d’activité par plus de moyens.

      C’est votre façon de réagir. Plus d’incendies = plus de moyens.

      Les gens intelligents réagissent autrement. Ils réagissent à un pic d’activité par un mix: plus de moyens + meilleur emploi des moyens.

      Pourquoi ils font ça? Parce que la vie en générale réclame toujours plus de moyens. Donc, on ne pas peut avoir une stratégie de survie darwinienne uniquement fondée sur l’augmentation infinie des moyens, surtout que c’est lié au milieu, qui s’épuise plus vite que notre désir de sécurité et de monde parfait.

      Donc à un moment, les gens intelligents se sont dit: ok, il faut que l’emploie mieux mes moyens.

      Cékoi les gens intelligents, au fait?

      Ce sont les gens qui ont compris que la croissance de notre désir de monde parfait est supérieure à la croissance de nos moyens de rendre parfait ce monde. Ils se posent donc des questions de meilleur emploi des moyens là où vous, vous voulez en rajouter, en croyant que c’est ça l’intelligence.

      Et ce truc dont on discute (mettre une cuve de 20 m3 de flotte dans un A400M pour l’employer comme un moyen de lutte contre les incendies de forêts), c’est une idée pour employer mieux un moyen.

      Et naturellement, ben ça vous va pas. Vous, vous êtes un Monsieur Plus, pas un Monsieur Mieux. Vous venez d’une civilisation qui épuise son milieu naturel et vous ne comprenez pas ce qui déconne.

      Plus les forêts partirons en fumées, plus vous voudrez y mettre des moyens: des bases, des machins, des trucs, etc. Vous faites votre liste de Noël, comme Félix. Et en plus, vous renforcerez le type de société qui fait partir ces forêts en fumée, sans même vous en rendre compte.

      Les gens intelligents ont compris que ce n’est pas aussi simple: oui, il faudra renforcer les moyens, donc en rajouter comme les gens comme vous veulent faire, mais surtout employer mieux ce qu’on a et ce qu’on aura.

      Souvent, vous êtes mécontent de la société française, parce que vous voulez qu’elle fasse plus et vous ne comprenez pas que la solution est un mix qui passe par le mieux, pas par de l’accumulation infinie de toujours plus.

      C’est pénible d’être long à la détente comme ça, de rien comprendre.

      • ScopeWizard dit :

        @tschok

        Je ne sais pas quel est votre problème mais il reste intéressant à observer .

        Je n’ ai JAMAIS exprimé qu’ il fallait PLUS de moyens et que cela dispensait de FAIRE MIEUX avec ces moyens .

        Mais la QUALITE seule ne suffit pas .

        Drôle de charge donc .

      • ScopeWizard dit :

        D’ ailleurs tschoky , maintenant que vous soulevez le tapis….

        C’ est pas le gouvernement ainsi que le précédent qui passe son temps à nous expliquer que pour faire face à la dégradation de notre situation sécuritaire , il faut PLUS de moyens , PLUS de personnels notamment sur le terrain ?

        Ah , et donc là il n’ est pas question de faire MIEUX mais PLUS ?

        C’ est les DEUX qu’ il faut faire mais surtout déjà MIEUX dans ce cas .

        Par contre , concernant notre dispositif en bombardiers d’ eau , là c’ est clairement PLUS .

        Pourquoi ?

        Parce que déjà avant l’ accroissement des feux de forêt , nous étions trop justes en termes d’ effectif .
        Ce dont beaucoup étaient bien conscients .

        Ce qui fait qu’ à ce jour , si AVANT nous pouvions encore nous la raconter et faire les beaux , À PRÉSENT ce n’ est plus possible et l’ évidence vient de nous péter à la gueule .

        Je ne comprends donc rien à votre histoire d’ « intelligence »….

        Par contre , ce que je comprends , c’ est qu’ au vu d’ une telle réaction qui est évidemment loin d’ être la première et dont l’ agressivité méprisante va crescendo afin de faire de vous celui qui doit passer pour le héros du jour quand les autres ne sauraient être autre chose que des nuls et des cons , en fait leur rôle est d’ être réduits à celui de « faire-valoir » de l’ excellence tschokienne , @Alpha le Grec a probablement vu juste .

        Sous un vernis de « sagesse » voire de supériorité intellectuelle , peu importe que vous souffriez d’ un complexe de supériorité ou d’ infériorité , le fait est que vous avez des réactions de timbré ; tout porte donc à croire que vous êtes taré , cintré .

        Et le problème voyez-vous , c’ est que nombre sont ceux qui commencent à s’ en rendre compte….

        Je vous le dis ; ça va vous jouer des tours….

        Conseil : remettez vite la panoplie du « faux-sympa » hypocrite à souhait mais qui arrive à abuser le gogo , elle vous va beaucoup mieux .

    • Lotharingie dit :

      à Scope :

      « ………..En espérant qu’ il ne se passe rien du côté du Jura , de Fontainebleau , ou encore des Ardennes………. »

      Bonjour,

      le Grand Est et la Bourgogne Franche-Comté semblent se préparer aux incendies de forêts :

      « ……….À l’instar du Sud-Ouest, la zone Grand Est et la Bourgogne Franche-Comté bénéficie elle aussi d’un « Pélicandrome » basé dans les Vosges, à l’aéroport de Juvaincourt.

      Il est opérationnel depuis l’été dernier………… »
      .
      https://www.dna.fr/faits-divers-justice/2022/07/21/un-pelicandrome-operationnel-en-cas-de-gros-incendie-dans-l-est
      .
      Bien à vous.

      • ScopeWizard dit :

        @Lotharingie

        Bonjour ! 🙂

        Merci de l’ info !

        Ben , je ne savais pas mais encore une fois ça ne m’ étonne pas du tout .
        Ça correspond à ce que j’ ai cru comprendre des prévisions les plus alarmistes….

        Bien à vous !

      • Félix GARCIA dit :

        À Lotharingie (à propos de notre échange sur les drones, LRU, PHA etc …),

        « Je crois qu’en l’état, un PHA est un » peu court » pour faire décoller et/ou atterrir des drones à voilure fixe, il faudra ( ait ) procéder à des aménagements idoines ( catapultes, rampes, câbles d’arrêts, filets,….).. »
        Pas de SeaGuardian sur PHA donc.

        Il semble intéressant de pouvoir disposer de la capacité de frappes depuis la mer avec un navire amphibie (LRU sur PHA).
        Intégrée directement sur des navires, cette capacité aurait-elle un intérêt (frappes mer-sol depuis une distance de ~70/300 km [ce qui est la portée effective de nombreux missiles anti-navires si je ne m’abuse]) en-dehors de l’appoint momentané à une force d’assaut amphibie (LRU sur pont de PHA) ?

        « Drones Océanique-LRU » avec ER GLMRS envoyés depuis des BNE (ESB français, avec LARS et chambre d’immersion) disposant eux-mêmes de MGM-140 ATACMS/JFS-M dans des lanceurs intégrés à la structure du navire ?

  11. czikan marcel dit :

    C’est un système qui a déjà été utilisé . Je crois que ce sont les allemands et les italiens qui avaient monté des kits similaires sur des transal, si je me rappelle bien.
    Cela avait été testé à la 1ere et dernière manoeuvre Européenne feux de forêts en Lozère en 1985 .
    Le résultat n’est pas probant car c’est un écoulement du fluide et il n’y a pas l’effet de masse qui permet une chute bien verticale de la charge et évite une trop grande dilution dans l’atmosphère .
    Je pense que ça ne marchera pas. Ils devraient le savoir car il y a déja un certain temps Airbus , alors Eurocoptère a travaillé sur la soute mise dans les hélicoptères pumas pour les transformer en bombardiers d’eau. Cela permettait un largage tres efficace.
    Comme dans tous les bons appareils bombardiers d’eau la sortie d’évacuationdoit être beaucoup plus étroite que le réservoir pour provoquer un phénomène de pression impossible à générer quand l’eau s’écoule par gravité.
    Même avec une charge de 20 tonnes par forte aérologie il y aura tres peu d’eau qui atteindra le sol
    Si vous pouviez faire suivre ce mail aux responsables du programme cela leur évitera de dépenser de l’argent pour rien , ou alors de modifier leur kit .
    Merci pour votre blog particulièrement interessant

    • Félix GARCIA dit :

      Ah … voilà qui tempère mon enthousiasme …

    • PK dit :

      J’ai vu les Dash à l’œuvre et ça fonctionne (quand ils sont là, car la rotation est looooongue). Donc qu’est-ce qu’utilise le Dash que n’utilise pas l’Atlas ?

      (parce que Dash ou Canadair, faut drôlement serrer le miches dessous, car ça cartonne pas mal. Mais on est toujours content d’en prendre plein la gueule dans ces conditions).

    • Fralipolipi dit :

      @czikan marcel
      « Même avec une charge de 20 tonnes par forte aérologie il y aura tres peu d’eau qui atteindra le sol »
      … C’est effectivement ce que l’on perçoit en regardant la fin du film via le lien Youtube fourni par Felix Garcia ci-dessus.
      Ca vaporise bcp, avec un potentiel manque d’effet de masse.
      Si l’incendie est bien chaud, on peut imaginer que l’essentiel de l’eau sera évaporée avant de toucher le sol, et donc le feu lui-même.
      .
      Du coup, je suis comme Felix Garcia … un peu refroidi …

      • tschok dit :

        En fait, vous savez qu’on est pas obligé de viser le feu?

        On peut vaporiser sur la végétation pour l’humidifier, ce qui donne un répit pour déployer le dispositif au sol. C’est une tactique parmi d’autres.

        Le feu est un petit malin, le but du jeu n’est pas d’avoir l’arme absolue, à part napalmer nous-même la forêt, il n’y en a pas. C’est plus modestement, et plus astucieusement, d’avoir le maximum d’options.

        • Fralipolipi dit :

          @Tschok
          La manœuvre que vous évoquez est celle des Dash lorsqu’ils répandent du « retardant » (tellement plus efficace en cela que de l’eau), devant le front de l’incendie.
          Aussi, c’est sans doute plutôt du produit retardant que Airbus devrait tenter de tester dans son nouveau système anti-incendies de l’A400M (car quitte à devoir ravitailler, d’abord et surtout ensuite, sur un aéroport «pélicandrome», autant remplir alors le réservoir de l’A400 avec du retardant plutôt que de l’eau … non ?
          .
          A part ça, oui, qui ne serait pas pour une recherche de multiplicité des effets et des options ?
          C’est juste du bon sens, … si cela n’est pas inabordable financièrement.

          • Sorensen dit :

            Airbus n’a pas testé la capacité du A400M à larguer de l’eau mais a utiliser un MAFFS. Ce systèmes sont déjà validés pour le largage d’eau avec ou sans additif, entre autre -il n’y a d’ailleurs rien à tester de plus pour le largage avec additif, ils sont fait pour-.

            Stupidité sur stupidité…

          • ScopeWizard dit :

            @Sorensen

            « Stupidité sur stupidité… »

            Oui , ça vous va bien .

            FOUTEZ LA PAIX AUX INTERVENANTS .

            C’EST À CAUSE DE « SAVANTS » COMME VOUS QUE CET ESPACE D’ÉCHANGE PERD PLUS QU’IL NE GAGNE .

            @Fralipolipi et @tschok échangeaient normalement et c’ était plutôt intéressant , pourquoi les juger comme si vous et vous seul saviez tout ?
            Ça gâche tout et ça n’ apporte rien que de l’ humeur parfaitement dispensable .

            Laurent LAGNEAU va bientôt y mettre un terme et comme d’ habitude les bons paieront pour les cons .

            Et le pire c’ est qu’ il aura raison .

          • Sorensen dit :

            A la longue l’on peut espérer une sélection.

    • RomainC dit :

      La très grande majorité de l’eau attendra le sol mais peut-être effectivement avec une plus forte dispersion et moins de vitesse. A vérifier l’efficacité, mais en départ de feu cela pourrait être très efficace. Sinon c »est peut-être plus l’idéal pour du retardant. A voir. Ils n’auraient pas développés ça sans l’appui d’ingénieur et d’experts déjà au fait des précédents tests.

      • PK dit :

        « Ils n’auraient pas développés ça sans l’appui d’ingénieur et d’experts déjà au fait des précédents tests. »

        LOL.

    • Gandalf dit :

      La photo contredie ton propos

    • Sorensen dit :

      Le A400M ne sera pas un système anti-incendie, ce n’est qu’une capacité d’appoint et complémentaire dans les mêmes standards que l’exemple que vous avez cité. On peut aussi cité les MAFFS utilisés sur C130. Même résultat, peu probant mais c’est mieux que rien dans certaines situations.
      Avec 2t/s et une telle dilution, l’évaporation sera telle qu’il ne servira, à l’instar de ses prédécesseurs, qu’à retarder certains fronts.

    • K. dit :

      Oui, comme quoi, vaudrait mieux impliquer les pompiers dans le schmilblick.

      • Jack dit :

        Vous pensez réellement que les gars de chez Airbus auraient dépensé des millions pour développer un système anti-incendie sans jamais avoir impliqués des pompiers 😮 ?!?

        • ScopeWizard dit :

          @Jack

          Normalement , la réponse est NON , vous avez raison .

          Mais sommes-nous dans un monde à ce point « normal » ?

          Et quid des pompiers consultés ?

          Ceux de terrain qui au contact des sinistres transpirent et mouillent la tenue en risquant leur peau , ou ceux qui les supervisent , notamment aux échelons les plus élevés ?

    • Gravure dit :

      Par curiosité j’ai tapé votre nom sur Internet, et je suis tombé sur ceci
      : https://infodoc.agroparistech.fr/index.php?lvl=notice_display&id=87339 on pouvait pas demander plus expert sur la question ahaha

    • Thierry (le plus ancien) dit :

      Je doute fort que 20 tonnes d’eau s’évaporent avant d’atteindre le sol, c’est pas ce qu’on voit sur les vidéos, les Canadairs balancent certes des sacs d’eau qui écrasent littéralement le foyer de feu mais sur une très petite surface et tout autour le feu continue de plus belle, exigeant de très nombreuses rotations, l’A400 M traite une bien plus grande surface et la végétation mouillé brule plus difficilement, ce qui retarde l’avancée du feu qui va s’atténuer par manque de combustible.

      • Paddybus dit :

        Oui, et il semble qu’il y ai un effet refroidissement qui retarde aussi la progression du feu…. donc à confirmer par les maîtres de l’art….

    • Tim dit :

      C’est beau tous ces gens qui savent mieux que les autres et qui étalent leur science…
      Marrant car je ne vois personne dire que les canadair ne peuvent pas voler la nuit alors que le A400M oui …

    • Le sicaire dit :

      @ czikan marcel
      « …il n’y a pas l’effet de masse qui permet une chute bien verticale de la charge et évite une trop grande dilution dans l’atmosphère . »… Etes-vous convaincu par ce que vous écrivez ?

      • ScopeWizard dit :

        @Le sicaire

        Juste ceci ; le largage doit être effectué aux environs des 30 m au-dessus du feu à éteindre car plus haut il y a risque de complète dispersion façon poudre .

        En tout cas ceci est valable pour l’ eau .

        À mon très humble avis , M Marcel Czikan sait beaucoup mieux que nombre d’ entre-nous de quoi il retourne .

    • Thaurac dit :

      Oui ce sont des cons qui s’entêtent sans y avoir réfléchi malgré les milliers d’ingénieurs qui y bossent et les appareils de simulation au top mondial
      Merci donc de vos remarques

    • Jack dit :

      Quel dommage qu’Airbus n’y est pas pensé avant de construire ce prototype 🙁 .. .. .. .. .. .. LOL 🙂 !!!

    • lym dit :

      C’est en effet un problème possible également soulevé par les pilotes de canadair. Maintenant, 20T d’eau en 10s, c’est quand même pas mal pour un kit ajouté: 2T/s à une vitesse un peu supérieure à 60m/s, cela doit faire une très courte drache de l’ordre de 10000m3/h. Je ne suis pas certain que ce qui fut testé dans le passé fut de cet ordre de grandeur.

      Autre facteur propre à l’A400M, l’effet des turbines inversées par 1/2 aile conçu pour accroître la portance (et qui a causé des problèmes pour certaines capacités largage para/ravitaillement hélico) semblerait (intuitivement, au moins) susceptible de permettre de mieux contrôler la dispersion du flux d’eau larguée sous l’appareil selon altitude/vitesse (donc puissance/régime moteur) qu’une configuration plus classique « tout dans le sens des aiguilles d’une montre ».

      Ici le largage est assez haut, avec sans doute des essais qui démarrent à peine et un impact brutal du largage sur le centrage de l’avion restant à apprivoiser. Et comme dit par ailleurs, avec juste de l’eau non additionnée de boue retardante.

      Les pilotes de la sécurité civile avaient également critiqué le choix des Dash quand Sarkozy l’avait fait. J’ose imaginer que si on en rachète ils ont au final trouvé leur place en complément des canadairs, malgré les critiques liées aux facteurs de charge admissibles en particulier (interdisant les attaques proches au moindre relief). Une limitation que n’aura pas l’A400M.

  12. HMX dit :

    Belle performance, cela faisait des années qu’on évoquait la transformation d’avions de transport (C130, A400M…) en bombardiers d’eau occasionnels. C’est ce qui se pratique assez largement aux USA et au Canada. Ces appareils s’y prêtent particulièrement bien, du fait de la puissance de leur motorisation, de leur rampe arrière et de leur capacité à parachuter à basse altitude des matériels lourds ce qui a pour effet de modifier brusquement le centre de gravité (comme pour le largage d’eau). Encore fallait-il concevoir un dispositif de largage d’eau adaptable sans modification particulière de la soute, et c’est ce qui vient d’être fait.

    Sur le plan technique, on peut ajouter que la capacité de 20 tonnes d’eau pourra sans doute rapidement être portée à 30 tonnes (charge utile nominale de l’A400M). Soit la capacité de 5 Canadairs, tout de même.

    L’utilisation estivale d’A400M en bombardiers d’eau nécessitera de recenser les aéroports et pistes existantes, de les aménager, et si nécessaire de créer de toutes pièces un réseau de pistes, avec des moyens de ravitaillement rapide en eau. Rien d’insurmontable a priori.

    Par ailleurs, la question de la formation des équipages d’A400M à cette mission très particulière (et très risquée !) va très vite se poser. Tout comme celle de la consommation du potentiel des cellules de nos rares A400M. En clair, il faudra concevoir un cadre financier permettant de dédommager financièrement l’AAE pour l’utilisation et le détournement de ses moyens humains et matériels pour des mission de sécurité civile, en France et à l’étranger (Sud de l’Europe notamment).

    L’autre option consisterait à acheter une poignée d’A400M (2 ou 3 ?) spécifiquement affectés à la Sécurité Civile : outre les missions récurrentes de bombardier d’eau en renfort des Canadairs et Dash, ces appareils seraient appelés à se rendre utiles lors des crises et catastrophes naturelles partout dans le monde, avec des capacités bien supérieures à celles des appareils civils fréquemment affrétés dans ces circonstances. Le besoin existe, et apporterait une vraie plus-value aux services de sécurité Civile, tant sur les feux de forêt que sur la gestion des catastrophes humanitaires. Idée à creuser…

  13. Watson dit :

    Avec le plus grand respect dû aux pompiers et au travail qu’ils accomplissent quotidiennement, ce n’est pas le rôle des Forces armées que de suppléer « sous enveloppe » d’effectifs et de matériel aux difficultés similaires des autres services publics et ministères. La mutualisation des moyens sur des missions opérationnelles ne génère que de la marge budgétaire (encore que les coûts supplémentaires de formation et d’entrainements des pilotes dde l’AAE…?) conduit immanquablement à des rigidités décisionnelles ingérables et à des arbitrages douteux en cas de concomitance d’emploi ! Faudra t-il un jour choisir une une RESEVAC et un Méga-feu ???
    Puisque les feux et autres catastrophes naturelles seront désarmais plus intense, fréquents et présents dans notre quotidien, alors donnons à chaque corps les moyens de ses missions et si mutualisation il doit y avoir, qu’elle continue à se faire entre professionnels européens sur la base d’une politique commune répartissant équitablement les investissements entre les pays à risque de l’UE.
    A propos : demande t-on à la police nationale de filtrer les emprises militaires en OPEX…ou aux pompiers d’assurer la sécurité incendie des camps de manœuvre, bases aériennes et navales ???

    • PK dit :

      « Puisque les feux et autres catastrophes naturelles seront désarmais plus intense, fréquents et présents dans notre quotidien, »

      Quand la mémoire est courte, elle permet de conclure n’importe quoi.

      Les feux des années 80 étaient dix fois pire. C’est la raison pour laquelle on a rationalisé les défenses et créer entre autre les DFCI.

      Curieusement, ce sont les connards d’écolos qui n’aiment pas qu’on créé des routes dans les forêts et qu’on prépositionne des moyens (stockage d’eau notamment pour les CCF) qui ont limité les moyens ces derniers temps.

      Avec les superbes résultats qu’on connaît…

      À leur décharge, l’État panier percé y a pourvu de son côté (cf. l’état de la flotte). Les SP ont de leur côté de relativement bons moyens, étant donné que ce sont les départements qui financent et qu’ils sont au cœur du problème (comme quoi, la subsidiarité fonctionne quand on la met en œuvre).

  14. blavan dit :

    Le concept est intéressant, mais il faut que ces A400M soient affectés à l’Armée de l’air et utilisés en cas d’incendie par nos forces armées sur réquisition du premier ministre . L’arbitrage doit être tranché par le président de la république car les ministères de l’intérieur et de la défense ne pourront jamais accepter une telle solution qui pourtant semble si évidente.

  15. sepecat dit :

    En complément de la photo illustrant l’article, vidéo source Airbus disponible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=ic2KYu7spkI.

  16. Alexduke dit :

    Comme indiqué plus haut, 20t d’eau, ça parait top. Sauf que l’efficacité d’un largage tient pour beaucoup à l’effet de la masse d’eau tombant sur une petite surface.

    20t largué en 10 secondes c’est bien moins efficace que les 6t d’un CL-415 largué en 1,5 seconde.

    Après, en complément, si la mise en oeuvre est facile, pourquoi pas quelques kits que pourraient posséder l’AdAE pour venir en renfort dans des périodes de forte tension des CL-415.

  17. Alain d dit :

    Je venais de lire l’article sur Air et Cosmos, oui très utile ce kit qui doit est trop cher.
    Akka faire.
    Il y aussi de C295 H2O, pour le Canada……?

  18. Thierry (le plus ancien) dit :

    la polyvalence de l’A400M permet de se passer ou de compléter les Canadairs avec des capacités massive et un rayon d’action très supérieur, c’est assurément la bonne solution à mes yeux avec ce kit d’arrosage, les avions et équipages passent d’un type de mission à un autre en restant entrainé et opérationnel en permanence.

    Il nous faut encore plus d’A400M, ils peuvent tout faire et aller partout en emportant une grosse charge !

    • JC dit :

      L’Allemagne a reçu les 3/4 de ses A400M, la France ,…même pas la moitié. Tous les autres clients européens ont un taux supérieur au sien.

  19. Alfred dit :

    Effectivement, si l’A400M parcourt 639m pour larguer ses 20 m3, ça ne fait que 31litres/m, soit en se basant sur une largeur de 20 m au sol 1.55litre/m2, correspondant 1,55mm d’eau/m2. En outre, l’appareil une fois lesté de ses 20 tonnes d’eau ne doit pas être des plus manoeuvrant au dessus d’un relief accidenté (d’autant plus qu’il vaut mieux éviter de chahuter sa cargaison liquide pour éviter qu’elle prenne du ballant). Ce qui limite encore l’efficacite du bidule et en restreint l’emploi aux vastes plateaux comme sur la photographie.

  20. Sempre en Davant dit :

    Un article assez épatant : https://www.marsaly.fr/fred/les-systemes-darmes-des-bombardiers-deau/

    Il y a très longtemps qu’on aurait du confier aux tringlots paras la mise au point d’un système de largage d’eau emballée. Une manière de tetrapack anti feu à faire remplir par les punis durant les mois d’hiver aux récupérateurs d’eau des hangars.
    Un puni occupé est un puni sans problème.

    https://actu.fr/bretagne/meucon_56132/bretagne-a-quoi-sert-le-pelicandrome-active-pour-la-premiere-fois-pour-les-incendies_52580046.html
    https://actu.fr/occitanie/perpignan_66136/ces-pompiers-de-perpignan-ont-affronte-les-incendies-de-gironde_52708801.html Avec un bref témoignage à propos des animaux…Peut on équiper les pompiers pour abréger leurs souffrances? Et avec quel moyen?

    https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/ploemeur-il-brule-du-papier-toilette-et-met-feu-a-la-lande-80c94318-0c37-11ed-a675-e7ca7b9c54a3 Champion du monde!!! Même me Norovirus ne lui dit pas merci!

  21. Wrecker47 dit :

    …Et les KC 135V qu’on va mettre à la casse ?…On ne peut pas les transformer en avion de pompier citerne ?

  22. farragut dit :

    Question bête (et incendiaire!) : sachant que les pompiers utilisent la technique du contrefeu pour limiter la propagation d’un incendie de forêt déjà établi, ne serait-il pas plus efficace d’utiliser les bombardiers en « bombardiers » avec de vraies bombes incendiaires (ou mieux, thermobariques pour souffler l’oxygène) ? Je comprends qu’en cas de vent tourbillonnant, ce ne serait pas vraiment prudent, mais ce serait certainement plus rapide qu’avec des hommes au sol, non ?
    En détruisant la source de combustible « en avant » de la progression du feu, l’incendie « principal » s’étoufferait plus vite, l’appel d’air des deux feux les faisant se rapprocher au lieu d’aller dans la même direction.


    Et si l’on procède avant que la végétation ne soit trop sèche, on pourrait créer des zones de pare-feu suffisamment larges pour éviter le franchissement des trouées ainsi dégagées.

    Bon, évidemment, il reste la barrière juridique à franchir pour « indemniser » les propriétaires de parcelles AVANT plutôt que APRES.
    Mais il y a eu déjà tellement de lois antiterrorisme (et la Terreur par le feu, cela ne compte pas ?) et d’atteintes à la liberté sous prétexte d’Etat d’Urgence lors de « Macron I » que cela devrait passer comme une lettre à la Poste avant sa privatisation ! 😉

    Question promotion, on pourrait faire comme Poutine en Ukraine, appeler cela une « opération anti-incendie spéciale » !
    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/guerre-en-ukraine-les-armes-thermobariques-nouvel-instrument-de-la-propagande-militaire-russe_5184616.html

  23. steph dit :

    Concept intéressant, nous avons à Nîmes-Garons la base des canadair de la sécurité civil….
    Les infrastructures et la piste sont apte a accueillir de l’A400, il faudrait prépositionner ces kits de largage à Garons, former des pilotes sur ce pôle inexpérience et bien sur acquérir des A400 M en conséquence.
    A noter que ce concept est également valable outre-mer…Actuellement 1 Dash prépositionné à la Réunion pour la campagne feux de forêt, sachant que les A400 participe au relève et au transport à la réunion, il suffirait de prépositionné ce genre de KIT, plutôt que prépositionné un Dash, son équipage et sa logistique…
    Plein de pistes intéressantes à explorer

  24. Gégétto dit :

    Bon ok, à lire certains, l’ A400M transformé en bombardier d eau, c est pas la solution.
    Pour l instant, nous en sommes aux test et la façon de larguer l eau doit pouvoir progresser.
    Par contre, il faudrait dédier ces A400 à la seule lutte contre les incendies (protection civile) en complément ou remplacement des Canadair.

    Les pompiers corse utilisent des M113 pour lutter contre les incendies dans le maquis.

    Sinon, une solution, acheter des Mil MI 26 à la Russie et les équiper pour le largage d eau. Capacité d emport 20T!

    Qu est ce que tu dis Dédé?
    – » C est pas le moment »!
    -Ah bon ,pourquoi?

    • farragut dit :

      @Gégétto
      Sans parler de l’actualité, je me souviens parfaitement d’avoir assisté au crash d’un hélicoptère bombardier d’eau soviétique, depuis un cabanon sur la rive, alors qu’il larguait sa charge d’eau sur un feu de maquis à proximité.
      Le hic, c’est que les pilotes logeaient au même hôtel à Marignane, et que nous les avions côtoyés. Paix à leurs âmes.

      Donc, l’hélicoptère russe en bombardier d’eau, c’est bien en démo, un peu plus risqué pour les pilotes en opérations (et je ne parle pas de l’Ukraine).

      • Gégétto dit :

        @farragut

        Bon, c était un tantinet provocateur l hélico russe, mais ils ne sont pas les seuls à tomber.

        26 août 2004 : un Sikorsky CH-54 Skycrane loué par la société Ericson à la société Hélipaca, pour le compte de la Sécurité Civile française, s’écrase en Haute-Corse faisant deux morts (un Français, un Canadien)

        août 2005 : un Bell 205 s’abîme lors du pompage dans un plan d’eau de la commune du Muy . Le pilote et l’officier sapeur-pompier qui sont à bord en sortent indemnes.

        Un hélicoptère ( un Ecureuil) bombardier d’eau s’est écrasé dimanche 4 octobre 2015,l’après-midi à Voh dans le nord de la Nouvelle-Calédonie lors d’une intervention contre un incendie,

        Malheureusement les hélico ne sont pas les seuls:

        Un Canadair s’était écrasé en mer, le 1er août 2005, avec son pilote et son copilote, à Calvi en Haute-Corse.

        Deux pilotes de la Sécurité civile s’étaient aussi écrasés cette année-là en Ardèche à bord d’un Tracker.

        Nous avons perdu un tracker dans le Var en 2019

        Pour autant, pour des départs de feux il est fait appel à des hélicos ,parfois de sociétés privées; ce fut le cas récemment en Gironde.

        Une pensée pour ces équipages.

  25. dompal dit :

    Quid de la dispo des A400M dans l’AF pour faire ‘bombardier d’eau’ ???

    Je doute fort que l’AA les prête à la Sécurité civile car il faut une qualif pour voler sur ces coucous et les pilotes de l’AA ne sont pas former pour faire le job des pilotes ‘bombardiers d’eau’ de la Sécurité civile.

    Alors qui va utiliser cette nouvelle fonction de l’A400M ???

  26. Richard dit :

    Attention aux effets d’annonces publicitaires .
    On annonce du suivi de terrain, réfléchissons un peu pour se rendre compte de cette énormité.
    Pourquoi les canadairs n’opèrent pas de nuit. Ils pourraient le faire avec des lunettes de vision nocturnes. Sauf qu’avec la forte lueur de l’incendie cela est impossible, au risque de graves lésions pour les yeux.
    L’A400 M est un avion très lourd, donc moins facilement manœuvrable qu’un canadair. Donc son utilisation sera, si cela est retenu, sur des reliefs plus plat (les Landes, mais pas sur dans le Midi)

    Les avions bombardiers d’eau sont soumis à des contraintes très importantes :
    • ils doivent larguer au plus près du feu et doivent pour ce faire voler à basse altitude dans des reliefs souvent tourmentés entraînant des changements de direction et d’altitude importants,
    • Ils sont confrontés à des turbulences atmosphériques générées par les incendies et souvent des vents forts;
    • le largage lui-même provoque des contraintes importantes, notamment en raison du changement de masse rapide (perte de 6 tonnes 1,2 seconde pour un canadair, soit le 1/3 de sa masse)
    • Il existe plusieurs types de largage, soit par gravité, soit sous pression.
    • Il est fortement recommandé de ne pas se trouver sous un largage, au risque de blessures graves.

    • dompal dit :

      @Richard,
      +1
      Je ne saurais mieux dire.

      Comme je l’explique supra, on ne s’invente pas pilote de bombardier d’eau, même si nos pilotes d’A400M sont très loin d’être des bras cassés.

      C’est un métier à part entière et c’est pour cela qu’il est dévolu à la Sécurité civile et non à l’Armée.

  27. Roussel Roland dit :

    En tant que néophyte, je m’immisce en toute modestie dans vos débats de connaisseurs pour présenter ma réflexion qui se fonde sur ce que j’ai entendu ou lu dans vos liens.

    Si m’on admet donc que…
    – le A400M ne peux faire guère mieux qu’une rotation/h avec ses 20 000l qu’il largue en 10 sec à la vitesse de 250km/h et que …
    – le Canadair peut faire plus de 100 rotations/j avec ses 6 000l qu’il largue en 1,5 seconde à 185km/h…

    Il en résulte que …
    – le A400M pourrait potentiellement larguer en1j de 10h : 20 m3 x 10 = 200m3, ce qui représenterait pour chaque largage fait sur 694m : 28,82l largués tous les m soit, 1,44l/m2 équivalent d’1,44mm de pluie sur les 20m de largeur épandus soit pour 10 rotations l’équivalent de 14,4 mm de pluie
    – le Canadair pourrait larguer en 1j :
    6m3 x 100 rotations = 600m3, ce qui représenterait pour chaque rotation 77,9l épandus tous les m soit, rapporté à 20m de largeur d’épandage, 3,89l /m2, équivalent à une pluie de 3,89 me, soit pour 100 rotations, l’équivalent de 389 mm de pluie, tout en sachant bien entendu que l’appareil ne traite pas la même zone à chaque passage.

    Pour donner une échelle de comparaison, lorsqu’il pleut en Avignon, les pluies de plus de 20mm sont fréquentes et qu’il tombe dans l’année 600mm environ, comme en Bretagne d’ailleurs !
    Chez nous, il est courant qu’il pleuve en altitude mais que l’eau s’évapore avant de toucher le sol qui n’est pas en feu…

    …Alors j’imagine ce qu’il peut advenir du 1,44mm largué par un A400M à 45 m au dessus d’une foret surchauffée par l’incendie.
    Je n’ai pas vu la vidéo des essais en Espagne que vous évoquez. Ont-ils été réalisés sur une prairie ou sur une forêt de pins ou de chênes verts en feu car ces deux situations font toute la différence à mon humble avis.

  28. RENUCCI dit :

    C’est le moment de surveiller les cours et de se préparer à acheter de l’Airbus avant la hausse ! Ensuite continuer de surveiller pour revendre avant la contre-attaque de Boeing qui fera chuter le cours. Normalement les Américains devraient accuser Airbus d’avoir participé à la Shoah… ça marche toujours même s’ils ignorent ce dont il s’agit.

  29. Silgar dit :

    Beaucoup de commentaires très intéressants. Je comprends les critiques sur le fait que 20t d’eau étalés sur 10s pour l’A400M sont moins efficaces que 6t étalés sur 1,5s pour les CL415, d’autant plus que la vitesse supérieure de l’A400M tend à disperser plus encore le largage. Cela dit, ne peut-on pas imaginer que ce premier test est juste le premier d’une longue série et que le dispositif sera encore amélioré dans les prochains mois ? J’ai peine à croire que les ingénieurs qui travaillent sur ce sujet ne soient pas pleinement informés de tous les éléments à prendre en considération.

  30. DRAG30 dit :

    les seuls à même d’évaluer l’A400 sont les pilotes de la sécurité civile. Pour rappel, le C130 avait également été testé (12000 l si je me trompe pas) et le bilan au final n’a pas été concluant. Actuellement le seul spécialement conçu à cet effet est le CL415T. Sa force repose sur son domaine de vol et sa capacité de rotation. Toutefois, disposer de quelques « gros porteur » (2 par exemple) permet plusieurs approches opérationnelles dans l’attaque d’un feu.
    L’évaluation du BE-200 dans les années 2000 n’a également pas répondu au cahier des charges.
    L’opportunisme d’Airbus dans ce dossier ne doit pas nous rendre aveugle sur les spécificités de la lutte anti-incendie.
    Par contre, il devient urgent de réfléchir au remplacement des CL415T, notamment par son successeur le DHC-515 pour laquelle l’UE a commandé 12 exemplaires dont 2 sera affecté à la France.

    • Vertaco dit :

      En accord total avec votre commentaire. Et la prévention reste le meilleur moyen de lutte, ne serait-il pas intéressant d’investir dans des moyens légers de GAAR type AT802 ou Trush (comme utilisent le SDIS 34) ? Balancer 20 000 litres, ça marchera peut-être, mais c’est une vision à « trop tard » …

  31. vachefolle dit :

    le 400M a 30t de charge utile, donc il y a certainement le moyen de monter un peu au dessus des 20 tonnes d’eau.

  32. Pascal (l'autre) dit :

    Pour plusieurs bloggeurs les U.S. sont au minimum l ‘antéchrist, un pays infréquentable cependant ils utilisent du « lourd » pour traiter les incendies de forêts qui ravagent souvent leurs contrées en particulier en Californie avec des DC10. Il doit bien y avoir des « retex », (procédures de traitement d’un incendie, largage, efficacité) pourrait on pas s’en inspirer ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/McDonnell_Douglas_DC-10_Air_Tanker

    • Fralipolipi dit :

      @Pascal
      Les US utilisent de gros avions (en plus des petits) surtout parque sa géographie le lui impose.
      Un Canadair, c’est parfait pour la France où se trouvent des plans d’eaux partout pour écoper.
      Aux US, dans certains secteurs, il n’y a pas toujours de plans d’eau, mais surtout, il y a de bien plus grands distances et territoires à couvrir … la vitesse et la contenance d’un gros avion (comme le bon vieux DC10) sont alors très utiles.
      .
      En France, on aurait sans doute plus besoin de plus de Canadair (et de pilotes).

    • PK dit :

      C’est fait avec le Dash 8.

      Mais le problème est la dispo sur zone. Une rotation trop longue pour des largages moins précis que les « Pélicans ». Même si la masse apportée est intéressante dans certains cas.

  33. Alfred dit :

    @vachefolle. Pas si simple que cela. Il n’y a pas que la masse statique de l’eau qui intervient. Les liquides se déplaçant facilement dans les récipients, on a cloisonné les citernes montées sur des véhicules pour éviter que leur trajectoire soit affectée par le déplacement du centre de gravité de leur chargement. Et comme d’une part le cloisonnement freine l’écoulement des liquides, et d’autre part il faut dans le cas présent assurer la stabilité de vol de l’A400M ainsi que la vidange rapide du réservoir d’eau, il
    existe probablement un volume critique de réservoir non cloisonné (par exemple 20m3) au delà duquel ces contraintes ne seraient plus conciliables entre elles.

    • Sempre en Davant dit :

      On conditionne l’eau dans des emballages de « caprisun », on paléttise ou pas, on gâche un pépin ou pas… et tout avion cargo peu larguer de haut.

      Pour les emballages… bah ce sera comme avant le feu!

  34. Lothringer dit :

    Airbus va probablement réaliser des essais pendant encore quelques années pour affiner son concept. Et si on leur laissait le temps de travailler avant de leur « tirer » dessus ?
    Peut-être ce concept à base d’A400M est-il assez bien adapté à une zone relativement plate comme les Landes, et peu adapté à des zones escarpées, comme les collines provençales, la trouée de Carcassonne, la Corse.
    Mais pendant que l’A400M peut traiter ponctuellement les zones plates , grâce à son kit amovible, les autres avions spécialisés (dont Canadair, et autres) peuvent agir ailleurs.
    Jouer la complémentarité peut probablement être bénéfique, en contexte de multiplication des foyers qui nous fait courir un gros risque de dispersion des forces de lutte : ça brûle en Bretagne en même temps que dans le Sud.

    Laissons-leur le temps d’améliorer leur concept. Pour l’instant ce qui me rend sceptique c’est le débit horaire, en comparaison des Canadair qui peuvent écoper sur un lac. Mais peut-être trouveront-il à terme une solution à cette problématique…
    croisons les doigts.

  35. vno dit :

    Ok, le kit fonctionne dans les limites du centrage ! Reste plus qu’ à faire l’essai sur un vrai feu. Avant, il va falloir vérifier que Turbines et hélices supportent les variations brutales de température et la fumée sans pompage ! Perte de puissance avec un avion lourd et à basse vitesse en atmosphère trés instable et turbulente, ce n’est pas une situation d’avenir. Larguer plus haut pour être plus en sécurité ne sert plus à rien au sol !

    • ScopeWizard dit :

      @vno

      C’ est bien ça ! 🙂

      Le fait est que l’ A400M est gros et lourd , aussi maniable et manœuvrable soit-il ce n’ est pas un avion de voltige .

      Or , intervenir sur des feux exige très basse altitude donc proximité avec les têtes de flammes ou la chaleur intense , mais aussi d’ évoluer au-dessus d’ un relief inégal voire encaissé tandis qu’ il lui faut pouvoir virer serré et grimper rapidement pour se dégager .

      De plus , quid des contraintes sur la structure lors d’ un changement de masse soudain dès que le largage s’ effectue ?

      Enfin , comment faire pour intervenir par conditions de luminosité très basses alors que les flammes sont éblouissantes ?

      Perso , je suis donc à fond pour un nouveau CANADAIR , certes de contenance supérieure à l’ actuel mettons 7000 ou 8000 litres + réservoirs en nacelle de retardant , évidemment plus moderne et plus performant à tous les niveaux , mais de dimensions bien plus modestes qu’ un A400M et pouvant écoper à volonté , sans coûter une fortune en maintenance .

      De mon point de vue , comme plus haut plus ou moins déjà exposé , 25 de ces engins dont quelques-uns en détachement en vue d’ un pré-positionnement , seraient une bonne chose .

      Prenez soin de vous !