La Royal Air Force a validé un concept opérationnel basé sur des essaims de drones

À l’occasion de l’édition 2021 de la Global Air & Space Chiefs’ Conference, le chef d’état-major de la Royal Air Force [RAF], l’Air Chief Marshal Sir Mike Wigston, avait défendu l’utilité des mission menées avec des essaims de drones en vue de saturer une défense aérienne adverse, en évoquant le programme ALVINA, alors confié au 216 Squadron, dont la mission est d’évaluer et d’éprouver les nouvelles technologies pouvant intéresser les opérations aériennes.

« Le 216 Squadron a prouvé, sans le moindre doute, l’utilité perturbatrice et innovante des essaims de drones dans le cadre de notre programme ALVINA. En collaboration avec le laboratoire de la Défense pour les sciences et la technologie [Defence Science and Technology Laboratory – Dstl] et des partenaires industriels spécialistés, nous avons fait évoluer des essaims de plus de vingt drones à très bas coût contre des systèmes menaçant avec de très bons résultats », s’était en effet enthousiasmé l’Air Chief Marshal Wigston.

Les « essaims de drones feront partie de ce mélange de plateformes pilotées, télépilotées et autonomes qui formeront le système de combat aérien du futur [FCAS ou « Tempest »], avait ajouté le chef de la RAF.

Depuis, les expérimentations menées par le 216 Squadron se sont poursuivies… Et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, marquée par une puissance aérienne paraissant « muselée », a confirmé certaines réflexions. Et, un an plus tard, lors d’un nouveau discours prononcé lors de l’édition 2022 de la Global Air & Space Chiefs’ Conference, l’Air Chief Marshal Wigston a enfoncé le clou s’agissant de l’utilité des essaims de drones.

Ainsi, ces derniers mois, le 216 Squadron, le Rapid Capabilities Office [RCO] de la RAF et le Dstl ont testé cinq types de drones dans treize scénarios opérationnels différents, en variant leurs charges utiles. Avec des résultats concluants.

« Nos essais d’essaims de drones soulignent l’énorme potentiel opérationnel de ce systèmes pour leurrer et submerger les défenses aériennes d’un adversaire », a fait valoir le chef de la RAF. Et « à la lumière de ces travaux, je peux annoncer que nous avons déclaré une capacité utile et pertinente sur le plan opérationnel, en utilisant notre flotte actuelle de drones », a-t-il ajouté.

Cela étant, faire voler des essaims de drones suppose de disposer d’un grand nombre d’appareils à « sacrifier », qui plus est devant être assez performants [portée, vitesse] pour leurrer, voire détruire, les défenses aériennes adverses. Et plus on monte en gamme, plus un drone destiné à un tel usage sera coûteux…

Quoi qu’il en soit, l’Air Chief Marshal Wigston n’a pas de donné de détails sur les appareils utilisés par le 216 Squadron, si ce n’est qu’il a évoqué le Pizzookie, un drone biréacteur fabriqué par impression 3D et développé par le RCO en collaboration avec l’entreprise Intrepid Minds [voir photo ci-dessus]. Et cela pour illustrer le travail mené actuellement par la RAF pour élaborer de « nouveux modèles de fourniture de capacités et de production accélérée ». Celle-ci, a-t-il dit, entend disposer de drones quand « elle en a besoin » et non « au cas où elle en aurait besoin ».

À ce propos, le programme de drone de type « loyal wingman » [ou ailier fidèle] « Mosquito », auquel il a été mis un terme prématurément en juin dernier, aura apporté des enseignements précieux.

« Nous avons beaucoup appris avec notre programme Mosquito, notamment sur la conception numérique et les nouvelles techniques de fabrication. Nous avons décidé que nous devrions maintenant nous concentrer sur des systèmes qui peuvent être opérationnalisés beaucoup plus rapidement, et c’est pourquoi nous y avons mis fin », a expliqué le chef de la RAF.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

78 contributions

  1. yakafokon dit :

    Je valide des concepts opérationnels tous les jours aussi. Mais la procrastination m’oblige a y mettre, chaque fois, un terme prématurément.

    • farragut dit :

      Ou bien la remontée des taux d’intérêt ? 😉

    • Dolgan dit :

      Pareil…

      Nb : 20 c’est un essaim en uk? Je valide ses concepts à 1000 drones sans sortir de mon lit . D ailleurs la marine fr valide des contre mesures sur vrais essaims de drones low cost.

    • Foch dit :

      Je suis un Américain qui aime lire Opex360 et cet homme ici, yakafokon, capture parfaitement la nature parfois ridicule de cette industrie, j’ai eu exactement la même réaction. Je lève mon verre de vin vers vous, yakafokon, nous pourrions être éloignés par un ancêtre ancien.

  2. Parabellum dit :

    Drones en masse et missiles longue portée de saturation et de rupture sont les armés indispensables d une défense actuelle .ou. Sont les engins français et les programmes de série dans nos budgets ? On doit rapidement changer notre panoplie et aller vers la puissance de feu immédiate et même relancer un super hades .une heure de défilé à pied le 14 juillet c est joli mais périmé…une défense par drones n est pas romantique ni populaire mais casserait l adversaire.

    • kakavodka dit :

      Parce que vous imaginez que les Anglais ont l’argent pour ces projets ? C’est juste de la com.

      • lgbtqi+ dit :

        vous êtes le frère de xillotin, alias shimou fékaka ? Ou vous avez encore changé de pseudo ?

    • blavan dit :

      @parabellum. Ne vous inquiétez pas pour la défense de la France, le conflit en Ukraine est le dernier conflit classique puisque l’Ukraine était le seul pays important à ne pas faire partie de l’OTAN, c’est pourquoi les russes l’ont attaqué. Le prochain conflit sera nucléaire et c’est pourquoi il faut renforcer notre composante nucléaire et garder notre classique échantillonnaire pour vendre à l’export. Je pense que notre président l’a bien compris , enfin j’espère !!!

      • Aramis dit :

        « Le prochain conflit sera nucléaire » Rien ne permet de dire ça. Même en cas de confrontation directe avec la Russie.

        « c’est pourquoi il faut renforcer notre composante nucléaire » Nous avons déjà de quoi vitrifier la Chine ou la Russie utile. Donc à quoi nous servirait d’avoir plus d’armes nucléaires?

        « et garder notre classique échantillonnaire pour vendre à l’export. » C’est justement nos forces conventionnelles qu’il faut renforcer. Cela favoriserait l’export car un meilleur effet de série grâce à des commandes françaises plus importants fait baisser le prix des matériels.

         » Je pense que notre président l’a bien compris , enfin j’espère !!! » Il n’a pas du tout annoncer la proposition totalement inutile que vous faites. Sans surprise.

  3. Le sicaire dit :

    Dans tous les domaines, plus le volume est important et plus vous allez générer une saturation… il semble que cela soit une grande découverte pour certains…

    Par contre ces mêmes personnes ne semblent pas ce poser la question évidente : comment créer ce volume ? Ou devrais-je dire, comment financer et organiser la production industrielle de ce volume ?

    Ah ! Mais j’oubliais, les USA sont là pour ça… 😉

    • Dolgan dit :

      Effectivement, les russes ont voulu envahir l ukraine sans avoir recours a la masse. Se basant uniquement sur une supériorité technologique. On voit comment ça finit.

      Les occidentaux, nous on mets les deux.

      • Polymères dit :

        Supériorité technologique de BMP2 ? de T-72 ? de BTR80 ou de MT-LB ?

        Les russes ne sont pas entré en Ukraine en se basant sur une supériorité technologique, ils ont mis le maximum de moyens qu’ils avaient sans qu’ils ne soit forcément plus « technologique » que ce qu’il y a en face. Ils avaient la quantité avec eux.
        L’erreur russe était de se surestimer tout en sous-estimant les ukrainiens. Je reste persuadé que les russes ne s’attendaient tout simplement pas à faire la guerre à l’Ukraine, qu’ils pensaient faire une grande manoeuvre militaire sans opposition réelle en face. Ils pensaient que l’Ukraine allait tomber comme la Crimée et que sa population toute entière était à l’image des plus pro-russes des pro-russes du Donbass, donc accueillantes pour les troupes russes.
        Quand on voit la logique opérative de cette manoeuvre, elle n’est pas stupide en soit, mais elle s’inscrit très clairement dans une stratégie de guerre éclaire sur un terrain sans résistance. Des unités pas du tout taillées pour un imprévu sur la route. La prise de l’aéroport d’Hostomel n’était pas une mauvaise action, les renforts venant de Biélorussie puis des forces aéroportées venant gonfler les volumes sur place pour isoler Kiev du côté ouest. Une progression de Crimée et sur d’autres fronts, bref presque partout ou elles n’étaient pas attendues, car pour tout le monde on s’attendait à voir une action sur le Donbass. Les russes n’ont pas mal joué l’aspect tactique, en prenant une carte et en réfléchissant comment prendre l’Ukraine, beaucoup d’officiers auraient réalisés ce genre d’actions.
        Ils ont cependant fait une énorme erreur stratégique en étant très mal renseigné sur le potentiel de résistance ukrainien, ils se sont également trop surestimés en imaginant que leur frappe initiale allait mettre hors service toute l’aviation et les systèmes anti-aérien ukrainien et décourager l’armée ukrainienne à faire la guerre. Mais ce n’est pas 100 missiles qui va mettre à terre un pays comme l’Ukraine.
        Dans cette erreur stratégique les russes ont été pris au dépourvus, aucun plan B ne semblait être sur la table, on continuait d’envoyer des gardes nationaux sensés faire du maintien de l’ordre à Kiev alors que la situation virai à la guerre. Il n’y avait ni le soutien ni le renfort pour tenir une confrontation, la manoeuvre militaire était trop dépendante de la bonne réussite du plan initial, celui ou les ukrainiens ne résistent pas face aux troupes russes. Hostomel a été un désastre, le raid héliporté ayant connu quelques pertes, mais encore acceptable, une incapacité à en faire un pont aérien avec des troupes aéroportées, c’est ensuite la complexité d’amener les renforts de Biélorussie et le terrain (marécages, ponts…) qui finira par fixer les troupes envoyées et qui finiront par connaitre une attrition insupportable. Ailleurs les russes ont aussi connu le même destin, forçant un retrait et poussant à vouloir maintenir les gains territoriaux du Sud et à prendre le Donbass.
        On assiste désormais à une armée russe qui globalement sur la majorité de la ligne de front n’est pas en capacité d’avancer et qu’au niveau du Donbass ou elle met un maximum d’efforts, ce n’est guère mieux, on attend presque le moment ou elle ne pourra plus faire un effort offensif et se contentera de tenir ce qu’elle a devant une Ukraine qui cherchera à devenir plus offensive.
        Le problème des russes c’est qu’ils piochent dans leurs vieux stocks pour amener des matériels hors d’âge au front quand les ukrainiens reçoivent de l’armement de plus en plus modernes. Il suffit de voir l’artillerie, il y a des éléments qui changent sur le terrain, même s’il n’y a pas le volume, quand on voit les dépôts de munitions russes qui pètent presque chaque jour, on ne peut nier l’impact sur leur organisation. On voit également déjà l’Ukraine rendre impensable une action navale russe sur Odessa, la marine russe ne peut plus s’approcher des côtes. L’aviation russe ne peut pas survoler et bombarder efficacement l’Ukraine, ça puise dans les stocks de missiles au point de voir des missiles anti-aérien reconvertit en missile sol-sol (ça ne durera pas 1 an ainsi). Les russes manquent d’hommes, pour mener de grosses offensives, ils n’ont pas de supériorité face à des défenseurs retranchés. Les russes aujourd’hui n’ont que l’artillerie pour obtenir un avantage, il n’y a que ça et ne négligeons pas la perspective de voir cet avantage se craqueler pour diverses raisons.
        Les russes ne sont pas du tout à l’aise dans cette guerre. On sait comment commencer une guerre, mais on ne contrôle pas sa fin, l’Ukraine a une détermination qui se porte sur un long terme avec un soutien pour son effort de guerre qui voit venir de l’armement de plus en plus sérieux. Je reste convaincu que les américains fourniront tôt ou tard directement ou via un allié des missiles de précision capables de frapper en profondeur peu importe ce qu’ils disaient sur la peur que ça tombe en territoire russe. Ils n’ont fait que gagner du temps pour ne pas trop énerver les russes, mais en attendant ils placent les lanceurs et forment leurs servants petit à petit, ce sera très simple ensuite d’envoyer juste les missiles. Il y a une gradation de l’équipement fournit aux ukrainiens qui n’est pas à négliger et qui est aussi à prendre en compte sur le long terme, il ne faut pas se dire que ce qui prend 2 ou 3 mois arrivera trop tard, on part sur une guerre qui ne s’arrêtera pas quand Poutine dira « j’en ai marre ».

        • Vevert250 dit :

          Je trouve votre commentaire très pertinent et réaliste.
          J’ajoute que si l’armée russe devait s’avancer en territoire Ukrainien en dehors du Donbass, il lui faudra une grosse logistique et occuper des territoires hostiles où la population et des troupes infiltrées risque de mener une résistance durable.

        • Dolgan dit :

          Supériorité technologique initiale dans tous les domaines. Même avec des bmp2.

          C’est ça qui leur a fait croire qu une guerre éclair (mal préparée) était possible. Ça et sans doute la croyance que les soldats Russes sont supérieurs par nature .

          Je ne crois pas qu ils aient pu être aveuglé par leur propre propagande au point que vous décrivez. Ils sont en guerre depuis 8ans. Ça fait long pour ne pas voir que les ukrainiens résistent à l invasion .

        • LEONARD dit :

          @Polymères
          Comme souvent, globalement d’accord sur tout, avec quelques compléments :

          1- La Plan d’attaque initial. On est d’accord, la poussée rapide sur Kiev visant à la capture/soumission de Kiev et du Gouvernement Ukr était tactiquement jouable, mais il y a eu un certain nombre d’erreurs dans l’analyse initiale, d’erreurs stratègiques et d’incompétences tactiques :

          1-1 Le Plan de la prise de la capitale en 3 jours reposait sur une sous-estimation de la capacité de résistance de l’Ukraine.
          1-1.1 Résistance politique tout d’abord. Les politiques pro-russes n’étaient pas prêts (ou trop lâches, ou trop peu nombreux), pour prendre le pouvoir à Kiev. Or, tout reposait sur leur collaboration, ou au pire sur leur «pacifisme». Au lieu de cela, on a vu les députés, tous groupes confondus, y compris pro-russes, suivre Zelenski, l’armée, la résistance et même, l’Europe. Il faut toutefois noter qu’au Sud, dans les régions de Kherson et Zaporidzha, les pro-russes ont été beaucoup plus efficaces (même si quelques uns ont trahi sur Kharkiv).
          1-1.2 Résistance d’un homme, ensuite. Le clown Zelenski s’est transformé en chef de guerre et il faut bien reconnaître qu’il n’a pas fait d’erreur. Son élimination n’ayant pas pu avoir lieu dans les 1ères heures, il s’est transformé en symbole de la résistance des 1ères heures. Il a su faire souffler un esprit de résistance sur une opinion publique ukrainienne initialement assommée, inquiète, déboussolée.
          1-1.3 Sous-estimation militaire de l’Ukraine. La Russie, par mépris, a négligé les capacités défensives de l’armée ukrainienne, en se basant sur l’expérience de 2014. Là ou l’armée russe est globalement identique à 2014, l’armée ukrainienne s’était « occidentalisée », tant dans ses équipements (trans, santé, drones, plus que dans ses matériels), mais surtout dans ses méthodes (Forces Spéciales, entrainement, commandement, tactiques) et dans ses liaisons avec l’Otan. Ce sont les U.S qui ont fourni les renseignements qui ont permis aux F.S Ukr d’arriver juste à temps à Hostomel pour faire échouer la prise de l’aéroport et qui ont tuyauté Zelenski sur les 1ères tentatives d’assassinat.
          1-1.4 Sous-estimation du renseignement électronique, spatial, aérien occidental et de sa capacité de traitement quasi-immédiat par l’E.M Ukr.

          1-2 Le Plan aurait pu fonctionner s’il y avait eu un effet de « sidération » des militaires et/ou des civils. Cela n’a pas été le cas. Si les russes avaient copié les deux guerres du Golfe, ils auraient massivement frappé l’Ukraine par voie aérienne en vue de détruire les infrastructures de commandement, de combat, d’approvisionnement des civils. Ils ne l’ont pas fait, ou sans succès, puisque ni l’E.M Ukrainien, ni les transmissions, ni l’électricité, ni les infrastructures de communication civiles, ni le réseau ferroviaire n’ont été détruits. C’est ainsi que l’E.M Ukr a toujours pu communiquer avec ses troupes, les transférer, les approvisionner, galvaniser la population. Les destructions ont été ponctuelles et souvent imprécises.
          A l’inverse, la durée du conflit fait apparaître des faits de guerre (Moskva, ile aux serpents) ou des exactions (Théâtre de Marioupol, Butcha, etc….) qui soudent définitivement l’esprit de résistance Ukrainien.

          2 Erreurs stratègiques
          2-1 L’erreur stratègique la plus importante a été faite par Vlad lui-même. S’il avait concentré sa rhétorique sur l’Ukraine, en se donnant des buts de guerre régionaux, les occidentaux auraient tergiversé, puis laissé faire. Mais il a voulu faire de ce conflit slave une confrontation entre autocratie et démocratie, entre la Russie et l’Otan, entre les slaves et l’Occident dépravé. Les plus farouches adversaires de la Russie en Europe (parce qu’ils en ont supporté le joug) ont pu ainsi obliger les émolients allemands et latins à aider, supporter l’Ukraine et à sanctionner la Russie (au prix d’une crise économique, sûrement, mais nos démocraties ont compris qu’elles n’avaient pas le choix).

          2-2 La seconde erreur stratègique a été l’absence de Plan B. Une fois les forces qui devaient prendre Kiev en tenaille stoppées (et partiellement détruites), par les Ukrainiens, il a fallu aux russes, retraiter, se reconstituer, transférer leurs forces pour repartir à l’attaque au Sud. Ils ont donc perdu 1 mois, laissant l’aide occidentale arriver en nombre.

          3 Et puis, erreurs tactiques.
          3-1 En premier lieu, l’Armée de l’Air russe n’a jamais été capable d’avoir la supériorité aérienne ailleurs (et pas toujours), que sur la ligne de front, d’où l’utilisation de missiles de faible précision. Est-ce doctrinal, matériel, capacitaire, toujours est il que l’aviation russe a été (et est encore), la grande déception de ce conflit.
          3-2 En second lieu, le commandement, et ce qui lui est lié, les transmissions, se sont révélés inopérants. Le commandement verticalisé à la soviétique étant encore d’actualité, nombre d’unités sont incapables de combattre de façon autonome. Or, dans la guerre de partisans imposée par les Ukrainiens, la prise d’initiative et la coordination inter-unités était indispensable. Pire, l’utilisation de terminaux civils non cryptés a éclairé les rens ukrainiens .
          3-3 Troisième point, les insuffisances logistiques. Elles se sont ouvertement manifestées avec la fameuse colonne de XX kms bloquée des jours durant au Nord de Kiev. On en retrouve l’expression dans le nombre de chars abandonnés faute de carburant ou de dépannage.
          3-4 Enfin, toujours dans le cas de la doctrine soviètique, l’incapacité à l’initiative locale et la tentation de parier sur le nombre entraine certes des succès (par l’artillerie ces derniers temps), mais aussi des pertes humaines et un découragement des soldats (ce qui explique aussi nombre de tirs d’artillerie inopérants, de véhicules capturés intacts)

        • AirTatto dit :

          On peut rajouter que les Russes non pas l’organisation militaire adéquat pour envahir un grand pays. La chaine de commandement est inexistante, les généraux sont aux fronts, d’ailleurs très proche de la seconde guerre mondiale ce qui pénalise la vision tactique sur le terrain et chose surprenante pour moi, lecteur assidu du Soviet Military Power depuis les années 80, la déliquescence du soutient aux troupes… un contre exemple est les guerres en Irak où pour un soldat US, il y avait 10 personnes en supports.
          https://www.businessinsider.com/david-petraeus-russia-ukraine-surprisingly-unprofessional-military-invasion-putin-intelligence-2022-3?r=US&IR=T
          https://www.youtube.com/watch?v=vtmnNzscW2A&t=26s

    • Kaya dit :

      Heureusement que vous êtes là et que vous nous avez éclairé,le volume fait la saturation ,comment on fait pour louper ça dis donc ? 🙂 🙂
      Il n’est nulle besoin de dizaines de milliards pour développer et acquérir des drones tels qu’évoqués dans le sujet ,il faut tout simplement réunir sur un même engin toutes les technologies déjà existantes .Vous savez faire des chasseurs ,des missiles guidées mais pas un drone qui nécessite moins de difficultés technologiques et moins d’argent ,y’a pas un problème la ?? On ne peut pas enrichir certains et fabriquer des engins utiles ,c’est certain . 🙂 🙂

  4. Clavier dit :

    J’aime beaucoup l’idée d’un programme arrêté prématurément qui apporte de précieux enseignements…
    qu’est ce que ça serait s’il avait été poursuivi !
    les éléments de langages sont de plus en plus sur-réalistes ………..
    et le chef de la RAF m’a l’air de planer sérieusement …
    Ad astra per ardua

    • tehel dit :

      Où est le problème ? Le programme a permis de développer et tester des briques technologiques et des concepts, mais ils voulaient du matériel plus rapide et moins cher à fabriquer. C’est plutôt intelligent de ne pas s’entêter dans une impasse.

      Ah que j’aimerais lire ce genre d’articles au sujet de l’armée française…

      Sans forcément faire doublon. Au regard des évolutions actuelles il y aurait probablement quelque chose à faire avec des essaims de drones en attaque au sol, un genre de cavalerie dronisée, pour une reconnaissance fine du terrain juste en avant de l’attaque et une neutralisation des blindés, mitrailleuses, dépôts de munitions…

  5. Fabiano dit :

    Bravo, les anglais avancent vite pendant que nous restons ensablés dans le SCAF.
    D’ailleurs tout le monde avance vite, que ce soit les turcs, le Japon, les anglais, les russes ou les coréens du sud…
    Et nous pendant ce temps, on papote avec Airbus DS. Le psycho-rigide qui nous gouverne est en train de faire prendre un retard considérable à l’industrie aéronautique de défense française.
    L’avis de décès du SCAF doit arriver cet été et sans doute dans les 15 jours qui viennent. Si ce n’est pas le cas, Macron sera un candidat crédible au titre de petit télégraphiste de Berlin et de Washington.

    • Thierry (le plus ancien) dit :

      Vous oubliez un peu vite que toutes les nations grande comme petite adoptent des avions furtif car ces avions avec pilote restent encore indispensable et peuvent s’affranchir des armes de brouillage anti-drone en plus d’avoir une capacité d’emport et une vitesse sans commune mesure avec les drones.

      Les drones ne remplacent pas les chasseurs, ils les complètent.

      Perso je préférerais le F-35 au Scaf qui va arriver bien trop tard et sans doute pas avec les performances équivalente.

      • Kaya dit :

        La prochaine et proche génération de drones va complètement dépasser les chasseurs conventionnels avec pilote .Des drones supersoniques ,furtifs ,avec radar AESA ,contre mesures électronique ,une capacité d’emport de plusieurs tonnes,avec tous types de bombes guidées ,missiles air-air vont arriver dans une décennie,un premier du genre arrive très prochainement ,croire que les chasseurs avec pilote vont pouvoir rivaliser est utopique Mettre en danger la vie des pilotes alors que des drones sacrifiables peuvent faire toutes les missions d’un chasseur qui coûte de surcroît une fortune est complètement stupide .D’ici une vingtaine d’années les chasseurs conventionnels seront bons pour le musée ou ils seront juste bons à faire la circulation dans le ciel .

        • Czar dit :

          ok, Jückü.

        • saintebaguette dit :

          https://www.aa.com.tr/en/americas/us-house-passes-amendment-to-restrict-f-16-sales-to-turkiye/2637226

          Il va effectivement falloir un sacré musée pour caser toute l’armée de l’air turque ! 😀 😀

          • Kaya dit :

            Ahah,avec plus de 60 Mds de dollars de projets en cours ,la Turquie va renouveler toute son armée de A à Z ,beaucoup de pays aimeraient le faire mais ne le peuvent pas ,il suffit de voir la disponibilité de vos armes dont le taux est ridicule comparé à la Turquie .La très grande majorité de ces projets sont soit très avancés ou alors pratiquement terminés et en phase de production ,mis à part les systèmes touchant le nucléaire ,il n’y a pas un SEUL secteur n’étant pas remplacé par des systèmes de dernière génération n’ayant rien a envier aux meilleurs .Quand on voit les armées européennes aujourd’hui ,l’aviation est certes moderne mais très bientôt dépassée ,je ne parle des projets pour sa modernisation qui seront complétement à la ramasse avant même d’entrer en service sans parler du coût exorbitant de ces projets ,le projet Scaf est un rêve très lointain ,la Turquie et d’autres pays auront une aviation bien plus moderne . Pour la marine ,la Turquie est déjà meilleure que beaucoup de pays européens ,les projets en cours ,frégates légères ,sous marins ,patrouilleurs de haute mer et destroyers de défense aérienne vont élever encore plus son niveau ,tous ces programmes seront aboutis bien avant la fin de la décennie pour la quasi majorité et n’ont rien à envier et tous de fabrication locale pour tout l’armement et les radars . L’armée de terre turque est déjà aujourd’hui mieux équipée et surtout en bien plus grand nombre que la totalité des pays européens.Il ne fait aucun doute que la Turquie va s’attaquer au secteur des armes nucléaires ,si ce n’est déjà fait ,rien de bien compliqué pour les ingénieurs turcs .Allez mon petit copain ,continues de vivre dans ta bulle . 🙂 🙂

          • saintebaguette dit :

            Mon copain, comment veux-tu être pris au sérieux ? 🙁 Tu nous parles de projets et de maquettes, alors qu’en face les technologies et toute la chaîne de valeur sont maîtrisées depuis un demi siècle … 🙁

            « Il ne fait aucun doute que la Turquie va s’attaquer au secteur des armes nucléaires ,si ce n’est déjà fait ,rien de bien compliqué pour les ingénieurs turcs »
            C’est pour ça que ROSATOM construit la première centrale nucléaire turque ? 😉

            « Allez mon petit copain ,continues de vivre dans ta bulle .  »
            Ma bulle est confortable, son taux d’inflation ne dépasse pas 70% ! 🙂

      • Leroy dit :

        Un Rafale 5G ne serait-il pas préférable en attendant de tester grappe et essaim (la différence tient, à mon sens, dans le prix) ?
        Le SCAF à 30T implique un porte avions de 75000T => un seul, très ciblé dès l’engagement, alors que 2 de 45000T seraient guère moins chers (avions Rafale 5G compris).

        • Jack2 dit :

          Et tous les navires d’accompagnement nécessaires au deuxième porte-avions, il faut les compter dans le total

      • rga dit :

        le F 35? « monte mal, tourne mal, ne peut pas s’échapper ». Ce n’est pas moi qui le dit, mais un des pontes de l’USAF

    • Foch dit :

      vous surestimez largement la réalité en vous basant sur une seule déclaration. Tempest et SCAF avancent tous les deux très lentement, il n’y a pas de différence mesurable entre les deux projets. En tant que personne regardant de l’extérieur à la fois de Tempest et de SCAF, il n’y a aucune raison de s’inquiéter de ce que fait Tempest.

    • Kaya dit :

      On ne peut pas d’un côté privilégier des industriels dont je ne nommerai pas le nom au risque de me faire insulter sinon ,et développer des armes plus utiles mais moins rentables ,un grand nombre de personnes n’auraient plus à manger dans ce cas là. 🙂 🙂

      • Dolgan dit :

        Cessez de dénigrer la Turquie et son projet de TAI TFX.

        😉

        • Kaya dit :

          Le TUSAŞ et non TAI TF-X est sûrement plus avancé que le SCAF ,qui n’existe même pas sur le papier et pas envisager avant 2050 ,le TF-X sera présenté le 18 mars 2023 ,une date symbolique,débandade des armée française et anglaise face à l’armée ottomane en 1915 . 🙂 🙂

          • VladVirus22 dit :

            « une date symbolique…. » C’est vrai, mais tout ça pour finir dans l’OTAN c’est ballot !

  6. Bleih Moor dit :

    en France, aéromodélisme es devenu tres suspect voire à la limite de l’interdiction.
    il est devenu quasi impossible de developper des maquettes volantes sophistiquées car on est supposé faire du terrorisme!!! c’est ridicule! car tous ces concepts sont dans les cartons des modelistes depuis longtemps!!

    • lgbtqi+ dit :

      de toute façon en France, tout sera bientôt interdit. Taxes et interdictions sont les maîtres mots des hommes politiques.

      • Czar dit :

        on cherche même à traquer des ministresses en fonction pour pensées « non-conformes » qu’elles ont eues il y a dix ans. Qui serait derrière ça, une idée ?

    • Dolgan dit :

      Il est normal de réglementer une discipline qui explose et dont l accès est de plus en plus facile.

      Et dont les nuisances (sans avoir besoin de parler de terrorisme) sont réelles.

  7. farragut dit :

    A quand la commande massive de « loyal wingmen » à Boeing pour accompagner les F-35A et B de la RAF et de la Fleet Air Arm ?
    Ah oui, les anglais attendent la proposition de LM pour le Block 5… 😉

  8. Le Suren dit :

    « Parabellum », « Le sicaire » & « Fabiano », vous avez tout dit, bravo !

  9. albert dit :

    Franchement il n’est peut etre pas trop tard, il faut rejoindre le clan des anglais, quitte à y laisser un peu de notre fierté, si on veut réussir un beau projet prometteur européen. Mais Macron, ultra européen convaincu, reste dans sa volonté de faire payer les anglais du Brexit.
    Y a pas à dire, leur pojet avance très bien, et nous c’est quasi mort à cause des allemands qui ont tué le SCAF et on ne fait rien alors que c’est maintenant qu’il faut agir. On sent que Dassault n’ose pas tout plaquer par crainte de froisser Macron qui est toujours dans cette logique dépassé de toujours tout vouloir faire avec les allemands. E tl’état semble totalement incapable de gérer la situation donc elle laisse pourrir le programme qui mourra de lui meme au fil du temps passé et perdu.

    • wololo dit :

      La perfide Albion vous connaissez?

    • ji_louis dit :

      Dassault ne peut pas « tout plaquer » pour se brancher sur le projet anglais, tout simplement parce que les anglais ne lui laisseraient pas la place !
      Les anglais font contre le SCAF ce que les français avaient fait contre l’Eurofighter, pour un bilan qu’on connait : Un programme abouti, totalement maîtrisé, opérationnel et un sucés industriel.

      Les anglais ont avec les japonais les compétences équivalentes de Dassault et Safran, la volonté et les moyens financiers de mener le projet au bout dans des temps acceptables (en partageant les frais de conception avec le Japon). Ils sont en train de réussir un grop coup industriel (et financier) en étant susceptibles de s’imposer comme le premier programme de systèmes de systèmes volants, rendant tous les systèmes actuels obsolètes, et donc contraignant tous les autres à acheter leur système ou concevoir/ fabriquer l’équivalent avec retard. C’est l’équivalent du jackpot du F35.

      Les français espéraient faire pareil avec les allemands, mais les industriels allemands sont trop gourmands et espèrent obtenir la quasi-totalité du marché industriel de conception/fabrication du SCAF. Les politiciens allemands écoutent leurs industriels et manoeuvrent pour obtenir ce résultat : Faire prendre du retard au projet français (qui n’est pas financé), subventionner massivement le projet allemand (et les 100 M€ promis iront surtout vers l’industrie allemande), de manière à pouvoir s’imposer et raffler le futur marché européen (en faisant monter les espagnols et d’autres dans une proportion négligeable dans le projet industriel). C’est la même manoeuvre avec le char MGCS.

      Les polonais ont vu la manoeuvre de loin, et préfèrent acheter américain (pour du matos immédiatement opérationnel) ou s’allier aux coréens pour concevoir/produire localement et ne pas passer sous les fourches caudines allemandes (déjà que l’Allemagne fait des misères politiques à la Pologne via l’Union Européenne et ses menaces de boycott sur les subventions).

      • Fabiano dit :

        @ ji-louis

        Votre analyse est exacte et tout le monde voit ce que vous décrivez concernant les allemands. Et si tout le monde le voit, Macron le voit aussi. Pourtant, il fait comme s’il ne voyait pas.
        Quelle en est la raison? Si dans les prochains jours (semaines au plus tard), le Scaf n’est pas enterré, cela voudra dire que Macron est un président français au service du complexe militaro-industriel allemand.
        En langage normal, on appelle cela de la haute trahison. Dans le langage mondialiste de la davocrature, on préfère parler de coopération…

        • AirTatto dit :

          On est dans un pays ou l’Industrie n’est pas aux ordre du Président. Arrêtez de dire des conneries. Aujourd’hui le problème c’est las rivalité en Dassault et Airbus qui l’un comme l’autre sont des sociétés capables de faire un chasseurs de 5 – 6 générations mais pas sans le financement d’un état.
          Quand à la volonté du président actuel des Français de laisser une chance à une coopération européenne pour éviter de financer 100% d’un projet ambitieux, on est qui pour juger? On peut avoir un avis mais surement pas ce permettre de déclarer que notre Président est un traitre.
          Personnellement, j’en ai ras-le bol de voir écrire tous les 5 ans c’est la faute du Président X, Y… et pourtant j’ai ragé quand on a annulé le deuxième PA; annulé 8 FREMM, était incapable de faire un bon boulot avec les Italiens… et j’en passe. Je que je souhaite, c’est la fin des compromis avec des navires sans radars, sans sonars, sans missiles … ou des lanceurs Sylver inadéquat et le respect des LPM à l’euro prêt. A tout hazard mon cher @Fabiano, qu’elle président depuis 60 ans a respecté a l’Euro prêt la LPM?

          • Fabiano dit :

            @ Air’Tatto

            Un président qui a vendu Alstom Electric à General Electric, qui a vendu Alcatel Lucent à Nokia, qui a vendu Technip à FCP, qui a voulu vendre Alstom Transport à Siemens, qui a fait de l’entrisme pour Uber, qui ne prend plus une décision sans McKinsey, qui a signé le Traité d’Aix la Chapelle avec l’Allemagne, qui affaiblit notre BITD au nom des coopérations militaires avec l’Allemagne, qui a fermé inutilement Fessenheim, qui a participé au saccage d’EDF depuis une dizaine d’années pour faire plaisir aux allemands, qui endette notre pays comme jamais et le laisse être submergé par l’immigration (encore 3 morts ce week end à Angers), est-ce que vous appelez ça un patriote?

            En ce qui me concerne, c’est non. Il faut ouvrir les yeux. Macron détruit la France, il est là pour ça, c’est son boulot de « global young leader » mandaté par Davos.

          • PK dit :

            « On peut avoir un avis mais surement pas ce permettre de déclarer que notre Président est un traitre. »

            C’est vrai qu’un gars qui a vendu Alstom aux Américain, Young Leader, conseillé et financé par McKinsey, par Uber, par Amazon et par Google (liste à compléter par le prochain scandale « découvert » dans les semaines à venir), ne présente absolument aucune suspicion de traîtrise…

            Il y a vraiment pas pire qu’un âne qui n’a pas soif…

    • scalectric dit :

      Les britanniques sont les spécialistes pour inventer des concepts qu’ils abandonnent net après,
      Que reste-il de l’empire où le soleil ne se couche jamais ? c’est pas sérieux

  10. Thierry (le plus ancien) dit :

    Tout à fait d’accord avec les Anglais, l’essaim de drone est un concept hyper efficace, il faut avoir des drones armés lourd ou kamikazes mélangés avec d’autres drones d’attaques de taille moyenne et peu couteux pour être sacrifié intentionnellement et épargner ainsi les vies de ses propres soldats et infliger des pertes en franchissant tous les barrages adverse.

    C’est exactement ce dont a besoin l’Ukraine pour anéantir l’artillerie lourde russe.

    • blavan dit :

      @thierry. Il y a quelques mois toutes les innovations allaient vers le conflit au Sahel. Aujourd’hui on pense à l’Ukraine , demain ce sera Taiwan. Les lobbyistes des industries de la Défense se remuent pour nous fabriquer des besoins.

    • tehel dit :

      @Thierry : plus des drones d’observation, plus tous les effecteurs et observateurs (avions, infanterie…) autres. En plus la France a une vraie expérience sur l’intégration de données.

      En fait c’est exactement ce que les Ukrainiens mettent en place. Ils prennent tous les équipements hétérogènes qu’ils reçoivent et ils articulent leur action. Et quand il manque des briques ils bricolent efficacement (drones lance-grenades, logiciel de gestion des cibles d’artillerie…).

      • Tulio dit :

         » Ils bricolent efficacement » , en attendant, c’est la débandade : les Ukrainiens ne font que reculer.

        • tehel dit :

          @Tulio : vous vous rappeler qu’en février tout le monde prédisait que ce serait plié en deux semaines grand max ? Bon, ça résiste pas trop mal, non ?, pour une armée en débandade contre l’immense armée russe.

          Et puis, qui a reculé à Kiev, hein…

    • Aramis dit :

      Encore faut il guider ces drones ou qu’ils soient autonomes. Et qu’ils résisentent au brouillage.

  11. Et nous on rame, on discute avec les allemands. Blablabla. Objectif 2035 si tout va bien.

    • Dolgan dit :

      Nous on a le rafale. On est pas pressés.

      • Kaya dit :

        Avec les nouveaux drones ,le Rafale va disparaitre comme un coup de vent . : ) 🙂

        • Tulio dit :

          @Kaya, la drogue, c’est mal ! 😉

        • Czar dit :

          alors on se demande bien pourquoi Herr Duglan a glapi comme une sultane validé quand la Grèce a acheté des rafale

        • Dolgan dit :

          Quand on aura abattu vos drones, on s occupera de vos avions pilotés made in turkey.

        • saintebaguette dit :

          Il y a des gens qui savent faire des chasseurs opérationnels. Et il y a ceux qui font des maquettes, mon copain 🙂 🙂

          • Kaya dit :

            Ahah,vous savez faire des chasseurs opérationnels mais pas foutu de fabriquer un p’tit drone tactique comme le TB-2 ,c’est comique non ?? Quant à votre savoir dans le domaine de l’aviation et des moteurs à réaction ,des technologies développées grâce aux avancées faites par les nazis ,US,France ,Russie et Royaume Uni n’ont fait que développer cela en empêchant les autres pays d’y accéder ,rien de bien extraordinaire donc hein mon copain . 🙂 🙂

          • ScopeWizard dit :

            @Kaya

            « Quant à votre savoir dans le domaine de l’aviation et des moteurs à réaction ,des technologies développées grâce aux avancées faites par les nazis , »

            Ach , nein !

            Les SANGLAIS aussi , il y afait !

            Et afant même la PGM , il y avait eu les Roumains et les Français .

            Mais après-guerre , dès la seconde moitié des années 1940 , plus que les Allemands c’ était les British qui grâce à Whittle étaient les plus avancés et qui dès 1942 ont transmis aux USA ( moteurs General Electric ) .

          • saintebaguette dit :

            Si c’était si facile de copier les innovations allemandes en matière d’aéronautique et de moteur à réaction … pourquoi la Turquie ne l’a pas fait, mon copain ?? 🙂 🙂

            Par mansuétude, je n’évoquerai pas l’ignorance crasse de l’histoire aéronautique que ton commentaire démontre. Ton arrogance et tes couinements énervés peinent à cacher ton complexe d’infériorité typiquement oriental 😀

  12. wololo dit :

    Bof, je lisais déjà des BD il y a 40 ans qui mettaient en scène des essaims de drones. Au niveau de l’idée, faut pas prendre les auteurs de SF pour des burnes. On sait que la technologie est capable, ou presque de le faire, et c’est le cheminement normal de l’évolution des armements.

  13. Dambrugeac dit :

    Le Rafale niveau V pourrait il faire opérer un essain ? Et avons nous un projet de drône d’essain franco français non ”contaminé” par très chers voisins teutons ?

    • Dolgan dit :

      Les essaims c’est low cost. Moins de 10 000 euros pièce. Plutôt 2000.

      Pour le rafale, c’est à l unité (quelques drones high tech). Et c’est inclus dans scaf. Sorry. Faut rajouter plusieurs zéro.

  14. farragut dit :

    @Thierry (le plus ancien)
    Certes, mais la France n’a pas de voisin ennemi prêt à la « dénazifier » comme l’Ukraine. Pas encore ce risque avec nos « compétiteurs » allemands, ou « amis » anglais, belges, suisses, italiens et espagnols équipés de F-35A ou B…
    Des drones armés lourds ou kamikazes et autres drones moyens ne volent pas très loin, et seraient inutiles pour notre AAE, sauf en cas d’OPEX en Afrique, avec des bases aménagées, donc partagées avec les américains (ou les chinois comme à Djibouti)… 😉
    Du coup, il semble plus intéressant de disposer d’un vrai SCAF à longue portée, suffisamment « furtif » pour faire de la pénétration longue distance (dissuasion nucléaire) en environnement contesté. Et s’il faut s’approcher de la cible, un PA NG, sinon deux, donc un NGF embarqué pour se passer d’infrastructures vulnérables au sol…
    Et compléter le tout avec des missiles hypersoniques pour se défendre contre les autres missiles hypersoniques, si la menace s’avère réelle, et si la technologique de guidage est réaliste et suffisamment précise… Pour l’instant, les russes semblent nous refaire en retour le coup de bluff de Reagan avec sa « video de kill » de missiles anti-missile balistique de la SDI (Star Wars) de 1980.
    https://www.amazon.fr/Etoiles-noires-guerre-froide-Philippe/dp/2846082995

  15. Desquins dit :

    Ce n’est qu’un des multiples avatars de la question du choix optimal entre sophistication et volume (cf: Tigre2 vs T32) .

  16. Chris dit :

    Coupler a une IA autonome avec mimétisme d’un essaim de freulons. Manoeuvres offensives par vagues, accaparer l’attention de l’opposant et taper dedans jusqu’au dernier drone. Annihiler les capacités aa de l’opposant coupler a des bombardements.

    • AirTatto dit :

      Les terroristes utilisaient déjà des drones tueurs… J’en ai raz la casquette des news Turcs et de leurs drones efficaces contres les pauvres types sans défense. En passant, n’en déplaise à la diaspora Turc, le TB2… les Ukrainien ne l’utilise plus, il est systématiquement abattue dès qu’il s’approche des troupes russes.
      Quand il seront capable de faire un TB2 dirigé par Satellite on en reparlera.

      • Kaya dit :

        Et copain ,tu connais le ANKA-S ,le TUSAŞ AKSUNGUR et le BAYRAKTAR AKINCI ,tous en fonction dans l’armée turque ,tous beaucoup plus gros ,plus létaux et bien sûr équipés en SATCOM et même deux pour le dernier ??Je ne te parle même pas des BAYRAKTAR KIZILELMA et de de celui que TUSAŞ n’a toujours pas dévoilé mais très avancé ,eux encore mieux car furtifs et supersonique ,le KIZILELMA navalisé ,ils seront tous les deux opérationnels au plus tard en 2025 , premier vol prévu en 2023 pour le KIZILELMA et sûrement aussi pour celui de TUSAŞ je n’ai pas besoins de préciser qu’ils auront une antenne Satcom . Sur quelle planète tu vis ?? 🙂 🙂

        • Vendeur de tapis dit :

          Les moteurs de ces maquettes sont livrés en kit, ou en prêt-à-monter ?

          • Kaya dit :

            Ahaha,pauvre inculte que tu es , toi pas comprendre français je crois ,mes trois premiers drones sont actifs dans l’armée turque . 🙂 :);Il y a des centaines de vidéos là-dessus ,tu vis sur quelle planète ?? 🙂 🙂 Tout d’abord pour les deux premiers de la liste ,les moteurs sont entièrement de fabrication turque,le TEI PD 170 ,meilleurs que tous ses concurrents ,pour le AKINCI ,il y a le TEI PD 222 mais la Turquie les équipe pour l’instant avec des moteurs ukrainiens et canadiens ,pour le KIZILELMA ,qui fera son premier vol l’année prochaine ,le moteur sera certainement ukrainien pour les premiers prototypes et un de fabrication nationale présenté dernièrement par TEI le TD 6000 ,un turbo réacteur à post combustion plus puissant que l’ukrainien de 44 KN ,le moteur du Rafale fait seulement 75KN .Ce dernier drone furtif , supersonique et navalisé n’aura pas d équivalent .Tu es sûrement un marchand de tapis ,mais cela ne t’empêche pas de te renseigner un peu avant d’aborder un sujet ,tu serais moins ridicules . 🙂 🙂

  17. Félix GARCIA dit :

    Ukraine : la guerre va-t-elle relancer le projet Vigilus de MBDA ?
    https://air-cosmos.com/article/ukraine-la-guerre-va-t-elle-relancer-le-projet-vigilus-de-mbda-43224

    MBDA – CVS301 Vigilus Air-Launched Precision UAV Missile System Combat Simulation [720p]
    https://www.youtube.com/watch?v=wAlMPEn7-9A
    (lancés depuis des dirigeables [vaisseau-mère] dans la vidéo de présentation de l’époque)

    Depuis des dirigeables « Flying Whales », avec des versions « canonnières volantes » (ARX30, HELMA-P etc …) pour leur tenir compagnie ?