Le suédois Saab va s’impliquer dans le programme de drone MALE européen conduit par Airbus

En février dernier, neuf ans après avoir été proposé par Airbus, Dassault Aviation et Leonardo, le projet de drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] européen, encore appelé EuroDrone, a enfin pu être lancé après que l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement [OCCAr] a notifié le contrat « MALE RPAS Stage 2 », lequel ouvre la voie au développement et à la production de vingt systèmes [trois appareils et deux stations de contrôle au sol] pour les quatre pays clients, à savoir la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne.

Dès lors, il restait à régler quelques questions. À commencer par la motorisation de cet EuroDrone. Pour cela, le maître d’oeuvre désigné, Airbus Defence & Space, a choisi le turbopropulseur « Catalyst », proposé pr Avio Aero, la filiale italienne de l’américain General Electric [GE], aux dépens de l’Ardiden TP3 du motoriste français Safran.

Ce choix a soulevé des questions, notamment au sujet de la réglementation ITAR [International Traffic in Arms Regulations], que les États-Unis utilisent pour bloquer la vente d’équipements militaires s’ils estiment qu’elles vont à l’encontre de leurs intérêts, voire de porter atteinte à leur propre industrie. Les  » fournisseurs de systèmes critiques tels que le moteur doivent donc être européens ou basés dans l’UE [Union européenne] et offrir toutes les garanties de sécurité requises par la législation européenne applicable », d’ailleurs fait valoir Thierry Breton, commissaire européen, chargé du marché intérieur, de la politique industrielle, de la défense et de l’espace.

Cela étant, l’implication future de Saab dans le programme EuroDrone ne devrait pas poser de problème. En effet, le groupe suédois a été retenu par Airbus Defence & Space pour fournir des systèmes essentiels à la sécurité en matière de gestion de vol et d’intégration dans l’espace aérien européen.

Ce choix n’est pas surprenant dans la mesure où Saab a coordonné les travaux du projet « European Detect and Avoid System » [EUDAS], dans le cadre du Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense [PEDID] de la Commission européenne.

Le rôle de Saab sera essentiel dans la mesure où l’Eurodrone sera initialement conçu pour évoluer dans l’espace aérien civil, ce qui, explique Airbus Defence & Space, lui permettra « d’effectuer des vols en trajectoire directe ne nécessitant pas de sites d’atterrissage d’urgence définis à l’avance », ce qui réduira sa consommation de carbutant… et donc des émissions de gaz à effet de serre.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    « Le rôle de Saab sera essentiel dans la mesure où l’Eurodrone sera initialement conçu pour évoluer dans l’espace aérien civil, ce qui, explique Airbus Defence & Space, lui permettra « d’effectuer des vols en trajectoire directe ne nécessitant pas de sites d’atterrissage d’urgence définis à l’avance », ce qui réduira sa consommation de carbutant… et donc des émissions de gaz à effet de serre. »

    « Safe Space » pour tous ! « Safe Space » pour tout !

    Chine: Pékin instaure la vaccination obligatoire dans plusieurs lieux publics
    « Le rebond du variant Omicron est partiellement maitrisé à Pékin mais c’est de nouveau l’été de tous les dangers pour la cité interdite. La municipalité ne pouvant pas empêcher une année de plus à ses résidents de ne pas partir en congés, et surtout d’en revenir avec le risque de ramener des contaminations en ville. D’où cette accélération de la vaccination obligatoire pour entrer dans les lieux de divertissements, les équipements sportifs et les lieux de formation. « Dans les lieux publics, en particulier les espaces fermés où les gens se rassemblent, une fois qu’une source cachée d’infection pénètre, il existe un risque élevé de transmission du virus, ce qui aura un effet « amplificateur d’épidémie » », a confié Li Ang, le directeur adjoint de la commission de la santé de la capitale dans une conférence de presse mercredi. »
    https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20220707-chine-p%C3%A9kin-instaure-la-vaccination-obligatoire-dans-plusieurs-lieux-publics

    « Chained To The Rhythm »
    https://www.youtube.com/watch?v=Um7pMggPnug

    διαβάλλω diaballo (« désunir; calomnier »)
    dĭăbŏlus

  2. Jean-Michel Pragmatique dit :

    Vu comment Airbus aime saborder les projets de « coopération », il est probable que cet aéronoef soit totalement neutre en émission carbone, car il ne volera tout simplement jamais !

    • Distras dit :

      Ce n’est pas la mircro entreprise Dassault (50 appareils par an) qui va poser les jalons d’un vrai constructeur Europen multi-pays, ils n’ ont pas l’envergure pour cela !
      Belle stratégie d’Airbus de déjà fédérer autour d’eux ! Et pourquoi pas un SCAF européen avec Airbus et sans Dassault ? Il faut se décider maintenant !

      • Oliver dit :

        Airbus et la logique de son Eurofighter dont seule la Tranche 4 a des capacités air-sol comme le Rafale. Mais le Radar AESA Captor-E tarde à arriver.
        Ce qui limite l’emport d’armements !
        Pis Espagne, Allemagne – Italie et Royaume-Uni veulent tous construire le leur selon des spécifications tactiques qui feront encore bondir la facture.

        Les tergiversations des pays engagés au sein de l’Eurofighter débouchent maintenant sur trois versions du radar CAPTOR-E :
        Le CAPTOR-E Mk0 soit la version de base de Leonardo destinée au Qatar et au Koweit.
        Le CAPTOR-E MK1 dont l’interface est développée par Hebsoldt pour l’Allemagne et l’Espagne.
        Le CAPTOR-E en développement au Royaume-Uni pour la RAF

        Seule l’Espagne a lancé la production en série qui sera dans le lot de leurs futurs 20 prochains Eurofighter tranche 4.

        Le RBE-2 AESA vole depuis presque 10 ans…
        Si le SCAF prend la même direction que l’Eurofighter ce sera un puit sans fond façon F-35 si ce dernier n’aura pas siphonner les armées de l’air d’Europe de leurs derniers €uro.

      • Dambrugeac dit :

        Cela vous fait plaisir ces propos anti français ? Vive tout sauf nous…

      • Aramis dit :

        Cher troll boche, bien planqué dans ton pays de lèche botte russe:

        « Ce n’est pas la mircro entreprise Dassault (50 appareils par an) qui va poser les jalons d’un vrai constructeur Europen multi-pays, ils n’ ont pas l’envergure pour cela ! » La stratégie de Dassault est de faire des avions d’affaire et des avions de combat.

        « Belle stratégie d’Airbus de déjà fédérer autour d’eux ! Et pourquoi pas un SCAF européen avec Airbus et sans Dassault ? Il faut se décider maintenant ! » Vous n’avez qu’à faire votre avion tout seul, on en serait ravie. On va bien rigoler!

        Tschuss grosse ku!

        • Czar dit :

          distras, n’est pas schleuh, mais flamoutche c’est notre Bobo de jadis qui est revenu fourguer son petit complexe d’envieux waterzoï confit en sa morne plaine

      • Affreux Jojo dit :

        Apprends déjà à tirer un câble et n’oublie pas de bien visser à la clef dynamométrique les boulons de rotors de tes Tigre. Et après on en reparlera, de tes capacités à sortir 50 machines par an. Qui volent…

      • EchoDelta dit :

        Oui oui surtout un SCAF européen sans la France, sous panneaux Airbus ce sera très très bien.
        Que Airbus refasse un Typhoon bis cela nous ira très bien.

      • Distras dit :

        En postant mon post, certe un peu provocateur, je ne m’attendais pas à de telles réactions ! Tout d’abord, Airbus est 30% français, je le rapelle à ceux qui l’ont déjà oublié ! Ensuite Airbus face à Dassault, c’est comme comparer Bugatti face à Stelantis. Il y a d’un coté la technologie et de l’autrela puissance d’un groupe mondial ! Qui va l’emporter à votre avis ? Bugatti, c’est 300 voitures par an, Stellantis c’est 300 000 ! Faut arrêter de se voiler la face les gars, même si ça fait mal !

      • Bomber X dit :

        « Ce n’est pas la mircro entreprise Dassault (50 appareils par an) qui va poser les jalons d’un vrai constructeur Europen multi-pays, ils n’ ont pas l’envergure pour cela ! »
        En fait, ce qui a du vous échapper, c’est que Dassault ne revendique absolument pas ce que vous évoquez.
        Quant à l’envergure, rappelons que c’est notre petite entreprise nationale est le seul constructeur européen capable de concevoir et construire un chasseur hautes performances actuellement.
        Mais merci d’être venu ! 😉

    • Fralipolipi dit :

      @jean-Michel
      pas lorsque Airbus est désigné par tous Maitre d’Oeuvre et chef du bord ! 🙂
      .
      Par contre, on sait déjà qu’Airbus « Defense » (GmbH donc), une fois le projet bien avancé et financé en grande majorité, ne se privera pas pour annoncer des surcoûts (dont ils ne seraient pas responsables, naturellement) et exiger que les contributeurs étatiques remettent au pot.
      Same players @ same game, same rules.

      • Distas dit :

        Vous enfoncez des portes ouvertes là, c’est justement cette position qui est contestée !
        Dassault qui veut faire la loi n’en a pas les moyens face à Airbus ! Dassault c’est 12 000 employés pour 7 milliards de chiffre d’affaire, Airbus Groupe, c’est 127 000 employés pour 70 milliards de chiffre d’affaire ! On est dans un ordre de 1 à 10 ! Sans compter que Airbus a déjà tous les cotacts à l’international !

        • Bomber X dit :

          Ah, alors si Airbus a des « cotacts » à l’international, c’est sur, ça change tout ! 🙂
          Quant à votre « Dassault qui veut faire la loi n’en a pas les moyens face à Airbus ! » Visiblement, des choses ont du vous échapper car actuellement, Dassault résiste bien aux dictats d’Airbus et ne cède en rien .
          Airbus perdra tout sur ce programme SCAF/NGF et verra le gouvernement allemand commander des F-35 en plus. A moins qu’ils aillent quémander un strapontin sur le programme Tempest ? 🙂

  3. alex dit :

    je me demande bien qui va commander ce truc complétement dépassé, comme d’hab après s’être taillé la part du lion en réalisation, l’Allemagne a comme d’habitude passé la plus grosse commande pour diriger le projet qu’elle va diviser par 2 en disant qu’avec le reste elle fera de l’export et on se retrouvera avec un drone dépassé ayant surtout permis à Airbus military de faire de la R et D en Allemagne sur le dos des contribuables européen (conception européenne de l’Allemagne) avec en échange, un gros bordel sur le SCAF

  4. xaloy dit :

    On devrait quitter ce projet ridicule et développer le très prometteur drone de Dassault Neuron.

    • rga dit :

      exact, je plussois , il n’est pas trop cher…. quand on voit le reaper, ses résultats, et nous qui n’avons pas cru à l’intelligence du concept, une des nations qui ont pourtant lancé l’aviation.. no comment

  5. Flo dit :

    Bon déjà 10 ans dans la vue pour 20 systèmes c’est n’importe quoi. Y’a absolument aucun sérieux concernant la gestion des projets défense en europe…
    Toutefois les Suédois sont fiables avec une bonne industrie de défense, ça reste positif de les voir rentrer dans le projet. Mais c’est le projet, intrinsèquement qui est douteux…

    • Dambrugeac dit :

      Saab est déjà à moitié américain…

      • 341CGH dit :

        @Dambrugeac
        Ne confondez-vous pas avec SAABautomobiles ? Après recherches succinctes l’histoire de l’actionnariat de SAABauto (séparé de SAABavia) me semble un peu trop compliquée, avec même des Chinois dans la boucle, pour qu’on puisse dire « à moitié américain ».

  6. Sergio dit :

    Si la coopération de Saab permet de réduire les coûts alors c’est bien. Si cela contribue à retarder les programmes pour cause de désaccord alors c’est pas top.

  7. Oliver dit :

    Thales et SAAB développent ensemble des solutions anti-mines sous-marines dronisées, enfin autonomes.

  8. Lothringer dit :

    C’est génial de rejoindre un projet (et de demander un place dans le tour de table) vers la fin.
    Les autres ont fait tout le boulot et bouclé le projet….et mois j’essaye d’encaisser une partie du contrat.
    Vautour !
    Combien de temps va encore durer cette farce ?