La hausse des dépenses militaires divise la coalition gouvernementale espagnole

Après les dernières élections législatives françaises, de nombreux commentateurs politiques ont estimé que l’exécutif aurait du mal à gouverner au regard de la composition de l’Assemblée nationale, les partis soutenant le président Macron n’ayant pas obtenu la majorité absolue. Mais il existe des situations beaucoup plus compliquée ailleurs en Europe… Comme par exemple en Espagne.

En novembre 2019, ayant obtenu 28% des suffrages exprimés [et 120 députés], le Parti socialiste espagnol [PSOE], emmené par Pedro Sanchez, a dû s’allier à la formation « Unidas Podemos » [gauche radicale] pour former un gouvernement. Et donc négocier un accord de gouvernement. Ce qui a été fait, avec l’élaboration d’un projet politique mettant l’accent sur les sujets sociaux et sociétiaux.

Seulement, il n’en reste pas moins que le PSOE et Unidas Podemos ont de profondes divergences politiques. Si les socialistes espagnols sont favorables à l’Otan, ce n’est pas le cas de leurs alliés de la gauche radicale. En janvier, et alors que les tensions aux abords de l’Ukraine ne cessaient de croître, ces derniers ont défendu l’idée d’un retrait de l’Espagne de l’Alliance atlantique, tout en exprimant leur « rejet total » de l’envoi de six avions de combat de l’Ejército del Aire en Bulgarie et le déploiement d’une frégate de l’Armada Española en mer Noire.

Depuis, Podemos s’est opposé aux livraisons d’équipements militaires à l’Ukraine, avant de bouder, en mai, la cérémonie marquant le 40e anniversaire de l’adhésion de l’Espagne à l’Otan… et de manifester, fin juin, contre la tenue du sommet de l’Alliance à Madrid. Justement, à cette occosion, Pedro Sanchez, a confirmé que les dépenses militaires espagnoles seraient à portées à 2% du PIB, conformément à l’engagement pris par l’ensemble des Alliés en 2014.

Seulement, l’Espagne part de très loin, le montant de son budget militaire, qui a cependant amorcé sa remontée en puissance, n’est que d’environ 13 milliards d’euros [1,03% du PIB] en 2022. En clair, il faudra donc l’augmenter progressivement jusqu’à au moins 26 milliards d’ici 2029, car telle est l’échéance fixée par M. Sanchez. « La guerre en Ukraine a ouvert les yeux des sociétés européennes et de la société espagnole : beaucoup ont compris que notre sécurité ne sera pas garantie indéfiniment », avait-il d’ailleurs justifié, lors du 40e anniversaire de l’adhésion de son pays à l’Otan.

Beaucoup ont compris… mais pas au sein de Podemos. D’où les tensions que traverse la coalition dirigée par M. Sanchez. En effet, le 5 juillet, et sans attendre le prochain cycle des discussions budgéraires qui s’annonce difficile, Madrid a annoncé le déblocage d’un enveloppe d’un milliard d’euros au bénéfice des forces armées espagnoles, afin de leur permettre de « faire face à toutes les dépenses extraordinaires » liées à la guerre en Ukraine. Et notamment celles liées au renforcement du flanc oriental de l’Otan.

Sauf que Podemos ne l’entend pas de cette oreille… Et plusieurs de ses responsables sont montés au créneau pour dénoncer cette décision. Ainsi, la ministre du Travail, Yolanda Diaz, a appelé à la tenue, sans délai, d’une réunion du comité de suivi de la coalition, chargé de veiller au respect de l’accord trouvé après les élections de novembre 2019.

« Dépenser de l’argent pour des armes à la demande d’une puissance étrangère plutôt que de l’investir dans de meilleurs soins de santé, l’éducation et la protection sociale n’est pas ce dont notre pays a besoin », a critiqué Ione Belarra, ministre des Droits sociaux et chef de Podemos. En outre, la formation de la gauche radicale espagnole affirme avoir appris le déblocage de ce milliard d’euros par la presse… Ce que le PSOE a démenti.

« Je ne peux pas croire qu’une force politique puisse être contre la garantie de la sécurité et de la protection de l’Espagne à un moment où les menaces ont augmenté d’une manière qu’on n’avait plus vue depuis des décennies », a rétorqué Jose Manuel Albares, le ministre [socialiste] des Affaires étrangères.

Quoi qu’il en soit, Podemos va visiblement à contre-courant de l’opinion publique espagnole, en particulier pour ce qui concerne l’Otan.

En effet, selon le baromètre de l’Institut royal Elcano [Real Instituto Elcano], 83% des personnes interrogés ont dit avoir un avis positif sur l’Otan. Et ce soutien s’établit à 66% parmi les sympathisants des partis de gauche.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

81 contributions

  1. Jre91 dit :

    Podemos / Nupes = mêmes combats.
    En gros il faudrait dissoudre les armées et s’allier au grand Vlad, bienfeteur des opprimés et grand humaniste.
    Qu’ils dégagent tous ces extrêmes.

    • PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

      +1
      vous oubliez que les mélenchoniens sont des défenseurs du wokisme… pas très « VVP friendly »… donc la seul cohérence pour Mélenchon c’est d’aller à contre courant, quitte, dans le cas que je viens de citer, défendre le wokisme d’un côté et vouloir voir la france se rapprocher d’un des plus anti-wokiste de la planète de l’autre…

      • Dolgan dit :

        Cohérence + Mélanchon ?

        Vous êtes sérieux?

        C’est le seul troll que j’ai vu défendre 3 oui TROIS positions contradictoires en une seule courte phrase .

        • PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

          visiblement vous n’avez pas compris ma phrase… ou pas lu en entier…

    • Thomas dit :

      Bienfeteur ?
      Ça sonne teufeur

      Cela étant, s’agiter aux sons des bass (et pas des canons) dans un champs a aussi des bienfaits !

    • Thierry (le plus ancien) dit :

      n’oubliez pas le RN qui est aussi dans cette liste.

      • Dolgan dit :

        J Espère me tromper, mais je pense que toutes ces ord**es, feront de l opposition bête et méchante .

        Comment attendre une once de patriotisme d un gus qui vote fn ou nupes? Et par extension, d un gus acceptant ces étiquettes

        • lgbtqi+ dit :

          Non, l’opposition bête et méchante, c’est la spécialité de la Dupes.

        • Czar dit :

          ok Duglan tu nous donnes une définition de ton « patriotisme » à toi, qu’on rigole un peu ?

      • Alpha (α) dit :

        Si, il peut oublier le RN…
        Car le RN veut une augmentation du budget de la Défense…
        Et si avant la guerre en Ukraine Marine Le Pen voulait négocier une entente avec la Russie, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    • Thaurac dit :

      Oui ilq ont aussi leur boulet et leurs futurs porteurs de valises.
      Des pourritures et surtout des gens qui votent pour eux ( mais peut être pas d’accord avec cette prise de position alors qu’ils le fassent savoir ce serait une première, une partie démenti par sa base)

    • lgbtqi+ dit :

      Podemos / Dupes = mêmes sabotages, mêmes complicités, plus précisément.

  2. E-Faystos dit :

    Position de l’Espagne… : L’on de l’Ukraine et face aux USA.
    Il volent sur Hornet, ce sont arrangés avec les US pour leurs sous marins de triste mémoire et sont forcés de s’entendre avec le Maroc qui a aussi ou et -largement- la porte aux intérêts US sur leur aviation de chasse.
    .
    Et un milliard. C’est rien.
    Mais dans un pays en crise, ça crispe beaucoup.

  3. HMX dit :

    Cela donne un petit avant-goût des débats que nous aurons à vivre au Parlement, lorsqu’il faudra approuver la LPM… l’entrée en force à l’Assemblée de groupes politiques historiquement opposés à tous les sujets touchant à la défense nationale va nécessairement compliquer les échanges, et potentiellement avoir une incidence sur ce qui sera voté.

    On imagine déjà ma teneur et la « qualité » des débats : non à la guerre et aux marchands de canons (Dassault en tête…) donc non à l’augmentation du budget défense, fin des OPEX, non au nucléaire militaire, et pourquoi ne pas investir l’argent dans l’hôpital ou dans l’éducation nationale plutôt que dans un programme de SNLE ou de porte avion nucléaire ? et où en est la transition écologique du ministère de la défense (vite, un char Leclerc électrique !) ? etc…

    La suite s’annonce longue et pénible ! reste à voir l’habileté du gouvernement pour établir une majorité de circonstance avec différents groupes politiques sur ce sujet régalien par essence…

    • Czar dit :

      « l’entrée en force à l’assemblée ? » encore un biberonné aux « infos » BFM qui tremblote parce qu’on lui a parlé des fameux et fumeux zesstraim

      la gauche réunie a fait son 3ème plus mauvais score depuis 1958. le seul groupe a être « entré en force » est le RN. la Nupes était un cartel électoral, chaque groupe en son sein conservera son autonomie de vote.

      • Dolgan dit :

        Gauche réunie ? J’ai raté un épisode ?

        Aux dernières nouvelles, la Gauche (comme la droite) à présenté une cruche decerebrée (avec ces deux cruches caricaturales, on est pas prêts d avoir une femme présidente ). Malgré ce boulevard, les extrêmes se sont ramassés .

        Et Malgré la trahison des dirigeants ps qui se sont retirés au profit de Mélanchon le troll anti démocratie, la raison l a emporté .

        J’ai peu d espoir en l avenir, je prépare mon bulletin blanc…

      • lgbtqi+ dit :

        Les Dupes ne dureront pas longtemps… L’égotisme histrionique de ronchonchon est déjà à beaucoup insupportable.

    • L'ignorant dit :

      @HMX
      Où avez-vous lu où entendu que le RN est opposé aux dépenses militaires ?

      Vous confondez avec les membres du Muppet show, ceux qui veulent désarmé cette police qui tue le plouc qui n’est rien.

      Sauf si Marine fuit en Russie et part avec la caisse le remboursement de la dette du RN est assurée.

      Sur ce sujet je serai vigilant.

      Rassurez-vous, si Macron décide une augmentation du budget il ne lui manquera pas une seule voix…du Rassemblement National…Sur certains votes Ensemble + RN = majorité absolue

  4. Clamarion dit :

    La Propagande de Putin est passée par là.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ La Propagande de Putin est passée par là.]

      Quittez votre clavier et allez sur les marchés lorsqu’ils se terminent ! Vous y verrez ceux que l’on appelle très pudiquement  » les glâneurs  » . Cela existe depuis plus de 20 ans et donc de l’arrivée du Vojd et de sa  » propagande  »

      Ce qui est terrible c’est que les véritables miséreux y côtoient aujourd’hui les  » bobos recycleurs  »
      Pour rester raccord , vous pouvez voir des vieilles mamies très dignes côtoyer des punks à chien en train de glaner des poubelles dans des rues situées non loin des bâtiments de l’ Ecole Militaire !;0(

      Cela se passe en France , dans une ville qui s’appelle  » Paris » . Pas en Espagne , à Madrid .

      • Thaurac dit :

        LEs bobos recycleurs sont en vacances à la plage, restent le sdf, mais eux vont migrer aussi,
        C’est partout pareil dans le monde, tu peux pas glandouiller toute ta vie et avoir ensuite une retraite de nabab, ça c’est pour le punks à chiens ou pas, mais puces, sûr!
        Les mamies, il y a des organismers et assos pour les aider, restos du coeur, secours catholique, populaire…c’est pas ce qui manque sans parler caf, ccas…

    • blavan dit :

      A coté de l’influence américaine sur l’UE, Poutine est un rigolo. L’ UE s’est autodétruite et l’euro est en train de suivre.

  5. Reality Checks dit :

    « Podemos va visiblement à contre-courant de l’opinion publique espagnole, en particulier pour ce qui concerne l’Otan.
    En effet, selon le baromètre de l’Institut royal Elcano [Real Instituto Elcano], 83% des personnes interrogés ont dit avoir un avis positif sur l’Otan. Et ce soutien monte à 66% parmi les sympathisants des partis de gauche. »

    C’est juste.
    Cependant, la côte de popularité du couple Sanchez/Albares est en chute libre, surtout depuis leur volteface sur le Sahara Occidental, qui a été vécu par la majorité écrasante de la population espagnole comme une trahison et une pantalonnade devant le chantage des autorités marocaines, les tensions qui s’en sont suivie avec l’Algérie, qui sont perçues comme un gâchis incompréhensible surtout à un moment ou les prix du gaz sont en augmentation, et le risque accru d’inflation.
    Dernier fiasco diplomatique en date, qui a fait coulé beaucoup d’encre à Madrid, Albares, qui ne recule devant aucune rodomontade pour se faire remarquer, a menacé le Mali d’une intervention militaire Otanesque en direct sur Antenna3 avant de se rétracter publiquement comme un mauvais garnement pris la main dans le pot de confiture.
    https://news.yahoo.com/spain-mali-fms-speak-row-114342230.html

    En résumé, il est utile et important de signaler que la défiance de Podemos s’inscrit dans un climat général de fin de règne lamentable pour le PSOE. Surtout que les enquêtes d’opinion sont sans appel pour la suite, le peuple espagnol semble bien décidé à nettoyer les écuries de Moncloa:
    https://amp.elmundo.es/espana/encuestas/2022/07/02/62c08f7c21efa027488b45ac.html

    Dans un tel contexte, d’un point de vue politique, Podemos a tout intérêt à se démarquer du PSOE avec lequel ils sont en désaccord sur bien d’autres sujets, pour se prémunir autant que faire se peut contre la bérézina électorale qui attend Pedro Sanchez aux prochaines électioons générales. Défaite qui s’annonce encore plus abyssale que la gifle mémorable qu’il a prise le 19 juin lors des régionales en Andalousie, province la plus peuplée d’Espagne.

    Dans le même esprit, il est à noter que le leader du PP (droite libérale, parti de gvt pro OTAN) est lui aussi allé jusqu’a annoncer qu’il pourrait refuser de voter la hausse des budgets militaires, car selon ses mots « il n’est pas certain que le soldat Pedro Sanchez mérite d’être sauvé’.

    https://amp.elmundo.es/espana/encuestas/2022/07/02/62c06cad21efa0f0288b4573.html

    C’est dire si l’amateurisme du PSOE leur a fait perdre toute crédibilité. Leur coalition tient à un fil, mais en réalité, leur gestion de la question de l’augmentation des budgets militaires est un paramètre parmi d’autres qui génèrent des soubresauts, et ne peut être analysée que dans le contexte politique plus large.

    Au final, les budgets seront peut être votés avec l’aide de VOX et du PP, à moins que ces derniers estiment que s’opposer au texte favorise une implosion de la coalition, et des élections anticipées?

    Qui vivra verra.

    • v_atekor dit :

      Tu vois midi à ta montre, mais l’affaire du Sahara occidental pèse beaucoup moins que les 10% d’inflation, et surtout sur l’énergie. Je sais que comme Algérien c’est le plus important, mais les habitants ont tendance à observer plus attentivement leur panier de légume avant les cailloux du sahara..
      .
      Mais oui, je pense que l’idée de Podemos est de faire voter les budgets en disant qu’ils ne les soutiennent pas, et en faisant porter le chapeau au PSOE et au PP d’une dépense importante en période d’inflation. Le PP le votera, il trouvera la formule pour expliquer que c’est grâce à lui, et malgré le PSOE qui est un incapable, et Podemos qui s’y oppose. J’ai déjà du voir ce scénario 3 fois l’an dernier.

      • Mica X dit :

        Si,

        les espagnols s’en tapent du Sahara occidental, nous aussi d’ailleurs (même le barnum du Paris Dakar n’y met plus ses roues), mais gare au « pouvoirdachat »

      • Reality Checks dit :

        ’affaire du Sahara occidental pèse beaucoup moins que les 10% d’inflation, et surtout sur l’énergie.

        Outre le fait que la majorité écrasante des Espagnols a un sens de l’honneur et une compassion humaine plus développés que les tiens, il est utile de rappeler que le GNL américain est 3 a 4 fois plus cher que le gaz venu d’Algérie, qui a maintenu ses livraisons et ses prix en vertu de contrats qui expirent en 2023.

        L’opinion publique espagnole, qui est éduquée et intelligente, a bien compris que le coût de la vie en Espagne est indexée sur le cout de l’energie, et ne comprend pas poourquoi Laurel et Hardy ont décidé de se déculotter devant le potentat maître chanteur marocain en mettant fin à un demi siècle de politique étrangère espagnole digne et efficace sans explication valable ni concertation, comme le prévoit la tradition démocratique espagnols sur les sujets engageant l’Etat.

        Que ce soit sur le fonds ou sur la forme, c’est une décision qui est jugée au mieux érronée et maladroite, ou pire suspicieuse par les Espagnols eux mêmes.

        Hormis quelques brebis galleuses écervelées, le peuple Espagnol, toutes tendances politiques confondues, a parfaitement compris que l’Algérie n’a aucune raison objective de continuer à vendre du gaz sous le prix du marché à un pays qui s’allie avec un régime mafieux qui veut lui faire la guerre et a procédé à des assassinats ciblés de ses ressortissants par drones interposés. Surtout que cette même nation a des vues territoriales sur l’Espagne elle même.

        D’ailleurs, l’opposition ET les partenaires du PSOE dans leur propre coalition ont voté une motion de censure en ce sens au parlement. Pour ce qui est de l’opinion publique en Espagne, comme d’habitude, je renvoie vers leur sens de l’humour inimitable, sur la section commentaires des grand journaux espagnols, ainsi que les sondages.
        Ils disent très exactement ce que je relate.

        Et ne parlons pas de la boucherie de Mellila la semaine dernière, et la réaction pitoyable du couple Sanchez et Albares sur ce sujet: ‘la gendarmerie marocaine a fait un travail magnifique’ suivi de ‘Je n’avais pas vu les images’ dixit Antonio.

        Claro.

        • v_atekor dit :

          Le pire, c’est que je te crois sincère… Tu sais, l’Espagne, c’est un vrai pays, avec de vraies gens, et pas l’idée qu’on aimerait s’en faire. L’Algérie aussi, au passage…
          .
          Il y a de grandes chances que le gv tombe un de ces 4 matins, mais pour y voir le résultat de la politique du psoe sur le sahara occidental, il faut vraiment en vouloir. Je serais à Bcn dans 3 jours, je ne suis pas sûr que le sahara soit au menu, et loin de l’être… Mais enfin bon, si ça te permet d’économiser des séances de psy, n’hésites pas à pondre un autre pavé.

          • Géo dit :

            @ v_atekor, je ne sais pas (et ne veux pas savoir) ce qui vous incite à être désagréable dans votre réponse mais je vous assure que ce serait mieux avec un minimum de courtoisie.
            Sur le fond, quand vous dites « l’Espagne est un vrai pays » j’ai quand-même un doute : certains Catalans veulent faire sécession, certaines régions administratives sont officiellement reconnues comme des « Nations ». Il serait bon de préciser ce que vous entendez par « vrai pays ».

          • v_atekor dit :

            @Géo. Les débats avec RC sont houleux depuis longtemps, en gros du moment où j’ai compris que sa marotte pour le Sahara commande presque toutes ses postures sur les autres sujets, jusqu’à l’absurde souvent.
            .
            J’entends par « vrai pays » que ce n’est pas une entité abstraite sur laquelle on peut broder n’importe quelle fable pourvu qu’elle corresponde à ses fantasmes du moment ; que la position officielle d’un pays sur un sujet ne reflète pas forcément les préoccupations immédiates de ses habitants. Lorsque je dis que l’Algérie aussi est un vrai pays, c’est aussi à ça que je me réfère : il serait bien que RC ne parle pas au nom de tous les algériens et leur demande leur opinion, car même si je connais moins d’algériens que lui, l’échantillon que j’en connais n’en a strictement rien faire.
            .
            Pour le reste, l’Espagne a une structure politique différente de la France, que certains au nord des Pyrénées n’arrive toujours pas à admettre, ça se comprend, le drame, c’est qu’au certains au sud ne l’admettent pas non plus. Il y a eu beaucoup d’espoir que ces prises de chignons cessent avec la transition démocratique, c’était une erreur, mais c’est un autre sujet.

          • v_atekor dit :

            @Géo. Ca fait longtemps que j’ai renoncé à expliquer aux français que leur modèle n’est pas exportable. J’ai toujours interprêté ça comme un transfert psy : les français on renoncé à la Trinité chrétienne pour l’unité de la langue, de la nation et de l’État, et en parlent avec une évidence religieuse ; moi ça me semble incongru, mais ça reste votre problème et votre modèle, l’Espagne a une autre organisation politique. Ceci étant, précisément, la Catalogne n’est (justement pas) reconnue comme nation, c’est en partie là que le bât blesse. Le Québec l’est, ce qui n’empêche pas le Canada d’être un pays, il me semble ?

        • Axer dit :

          Reality Checks : Tu oublies dans l’équation que c’est les « caudillo » algériens qui ont fait volte-face et prononcé un embargo gazier sur l’Espagne, en représailles et contre le gouv. Sanchez (qui c’est vrai s’est retourné). Si je m’en souviens bien le chef de gouvernement espagnol avait décidé de prendre le taureau par les cornes et que cette histoire du Sahara Occidental ne se terminera jamais à en suivre Alger. Même si dans le fond le Sahara a besoin d’une autonomie, ou d’une indépendance pure et simple, de l’Espagne (ancien pays colonisateur), de l’hégémonie Maroc ou des velléité algériennes (car ne nous trompons pas, Alger a toujours eu des vus sur ce territoire en bordure de l’Atlantique), il reste que c’est un conflit (de plus en plus chaud) qui n’a pas d’ouverture sinon une déflagration complète de tout le Maghreb, tout en entraînant avec lui le Sahel et une partie de l’Afrique noire (Burkina, Guinée, Nigeria ?). Où est-ce que ça va s’arrêter cette histoire ? L’Europe n’a plus les moyens de s’occuper de ce conflit larvé, le conflit en Ukraine menace à nos portes, et la France, autre grande puissance présente dans la région, a été « expulsée » du Mali, par Wagner et le gouvernement de Caudillo Maliens. Qui d’ailleurs répètent comme des perroquets ce que disent et leurs soufflent les Caudillo algériens, russes et autres pays cachés derrière l’armoire (ou le disque rayé), ça dépend d’où on se place pour voir cette soupe infernal. Quand est-ce ça va s’arrêter cette histoire, cette guerre, ce conflit larvé qui dure depuis les années 60 ou 70. C’est, je crois, le plus vieux conflit d’Afrique (avec celui de la corne de l’Afrique). Qu’on arrête de se moquer du peuple, de l’ONU et de tous les pays qui n’ont rien à fiche de ce bout de désert (certes très riches en ressources diverses). Quant est-ce que ça va s’arrêter ? Dans les années 70, le président algérien voulait le Sahara pour permettre d’y placer une base navale russe, sur l’Atlantique, de quoi prendre le relais des bases russes sur Cuba. Mais c’était il y a une éternité. C’est fini ce temps là, est-ce que la Russie demande encore une base algéro-russe sur l’Atlantique ? Je n’en suis pas sûr et ce site spécialisé (Opex360) pourrait enquêter à ce sujet. Néanmoins je ne pense plus que les russes ont cette ambition, les américains veillent au grain. Les exercices de débarquement americano-marocains sont là aussi pour éteindre les ambitions en cas de réalisation prématuré des plans algérois. ou russe. C’est selon. D’ailleurs la France et l’Espagne devraient y participer à ce débarquement massif, de quoi empêcher les forces algero-russes d’êtres trop proches de l’Espagne, la façade atlantique de l’Europe et de la France en particulier. Le Maroc n’est pas en reste, ses ambitions impériales sont pas plus faibles que ceux de Poutine (qui rend visite de temps à autre au roi, on oublie pas). Mais quand est-ce que cette « auberge espagnole » va s’arrêter, juste aux portes de l’Europe ? En plus vous savez très bien que les peuples n’ont rien à faire de ce genre de conflit, que c’est juste des tiraillades de gouvernements, de quoi secouer le cocotier et rester à imposer diktat et pillage en règle des ressources et des dollars.

        • Roberto dit :

          Incroyable, maintenant vous vous prenez pour le porte-parole  »je sais tout » de l’Espagne…Je suis espagnol et oui la plupart des gens se foutent comme de l’an quarante du Sahara Occidental et surtout des chefs du coin qui vivent du conflit et bouffent à tous les rateliers, comme venir en Espagne se refaire un beauté à nos frais ou vivre des aides…cela ne veut pas dire que la politique marrocaine soit mieux vue. Quand à des pantalonnades, la ou les réactions algériennes prouvent encore une fois que dépendre trops de ce genre de cleptocratie qui un jour vous dit que les prix ne seront pas changés, pour faire le contrare le lendemain, qui accuse, menace, pour aprés dire que c’est un malentendu, (surtout aprés que le gouvernement espagnol contacte Bruxelles pour lui faire par des menaces sur des accords commerciaux, et oui ils sont nuls, mais pas à ce point là) pour ensuite après la visite de Lavrov mettre le paquet sur des menaces et laissez les passeurs et les mafias du coin faire usage d’embarcations pour faire du chantage sur les migrants…et ben il vaut mieux diversifier les sources et l’Espagne à l’avantage d’avoir une très bonne infrasctrure gazière pour cela. Les crises de nerfs algéroises ne sont pas non plus passés inaperçus dans la presse, tous le contraire et les gens, qui ont marre de la crise migratoire, savent que les algériens font partis de ce lot, surtout des mineurs non accompagnés donc l’image de l’Algérie en à prit un coup (et même le Maroc fait figure d’être plus sérieux maintenant) et en gros non seulement les aboiements avec volte-faces et autres ne passent pas mais si il y a une crise economique entre les deux pays ce sera encore le peuple algérien qui va payer la note, puisque les altérnatives seront sans doutes plus chères dans un contexte de crise génerale.
          Quand à vos grandes connaissance qui se base sur les commentaires de journaux online…passons…
          Le fait est que l’Espagne peut changer de politique sur le Sahara Occidental (je ne suis pas dupe sur al nulité de l’actuel coalition et ses raisons pro-marrocaines) sans avoir à souffrir d’une pluies de menaces et volte faces economiques d’Alger qui ne vont rien changer, tout le contraire, elle ouvrent la voie à moin de dépendance énergétique. De plus le truc qui fait vraiment tiquer l’espagnol de base c’est de se faire dire ce que sont pays peut faire ou non par des étrangers.

          • Reality Checks dit :

            @Roberto

            « je ne suis pas dupe sur al nulité de l’actuel coalition et ses raisons pro-marrocaines’
            D’accord sur l’essentiel de mon propos à ce que je vois.
            Maintenant, il faut bien intégrer que ce qui nous dérange, ce n’est pas que l’Espagne fasse comme bon lui semble en politique étrangère sur un dossier lambda.
            Ce qui nous dérange, c’est d’abord la forme qu’a pris ce volte face, et ensuite sur le fonds, le fait que le Maroc menace l’Algérie et l’Espagne avec son expansionisme territorial (cf Ceuta, Mellila, Canaries et une partie de l’Algérie).
            Il s’agit donc d’une affaire de sécurité nationale, pas d’une simple affaire de désagrément politique.

            Pour le reste:
            Je me souviens qu’a la suite de la crise financière de 2008, les rues d’Oran grouillaient de travailleurs clandestins espagnols qui cherchaient du boulot dans le BTP pour nourrir leur famille.
            A l’époque, l’état Algérien a décidé d’octroyer des marchés importants dans le domaine du BTP aux entreprises espagnoles en difficulté, notamment dans le domaine de la construction de logement, afin d’aider l’Espagne à sortir de cette mauvaise passe, alors même que le coût était supérieur à celui de ses concurrents turcs ou chinois.
            En application d’un traité d’amitié qui a été bafoué par Sanchez et Albares.

            https://www.afrik.com/ces-immigres-europeens-qui-fuient-la-misere-en-partant-vers-l-afrique
            https://www.enqueteplus.com/content/crise-%C3%A9conomique-ces-europ%C3%A9ens-qui-fuient-la-mis%C3%A8re-en-partant-vers-l%E2%80%99afrique
            etc…
            Rendez vous dans 10 ans.

          • Lockass dit :

            « Je me souviens qu’a la suite de la crise financière de 2008, les rues d’Oran grouillaient de travailleurs clandestins espagnols qui cherchaient du boulot dans le BTP pour nourrir leur famille. »

            Celle-là on me l’avait jamais faite. Des clandestins espagnols à Oran ? Le Maroc a vraiment réussi à vous enfumer avec leur cannabis on dirait

          • v_atekor dit :

            « e fait que le Maroc menace l’Algérie et l’Espagne avec son expansionisme territorial (cf Ceuta, Mellila, Canaries et une partie de l’Algérie).
            Il s’agit donc d’une affaire de sécurité nationale, pas d’une simple affaire de désagrément politique. »
            .
            Certes. Et il n’est peut être bas nécessaire ni d’ajouter de l’huile sur le feu, ni de noircir un tableau sans raison mais il est important trouver des solutions pragmatiques sur ces sujets. Je ne crois pas que l’Algérie y soit disposée dès lors que l’on sort du cadre étroit de ses positions politiques passées. C’est le fond du problème.

          • v_atekor dit :

            RC:En 2008 j’étais à Oran, (pas pour le boulot ni comme clandestin), et s’il y avait des ouvriers du BTP très visibles il étaient surtout chinois.

        • v_atekor dit :

          Évidemment que sur un article sur le sahara, ceux qui sont intéressés par ce sujet commenteront probablement des articles sur ces sujets. Mais c’est une faute de logique de déduire qu’il s’agit d’un centre d’intérêt majeur pour le reste de la population. Si tu as fait des stats conditionnelles tu devrais savoir ça. Il n’y a que notre Raymond pour être un pacifiste déclaré sur un site militaire;
          .
          En fait, lorsque je lis ta prose, je suis certains que tu as un lien avec les producteurs de gaz et donc avec le gv. Que brandisses à demi mot une menace sur le gaz parce que la moyenne des espagnols ne se préoccupe pas du Sahara, ni de l’Algérie et à peine plus du Maroc, (même s’il occupe nettement plus de place) est proprement stupéfiant.
          .
          Après il est évident d’une part que le sujet te touche plus que moi, qu’il faille être deux pour que la situation soit bloquée, j’en conviens, que la solution algérienne soit préférable, sans doute, mais le blocage nuit à tout le monde, surtout aux intéressé, alors qu’il existe probablement d’autres voies pour un résultat équivalent.

        • EchoDelta dit :

          Sur les contrats de gaz les prix sont fixés par les contrats et sur le terme des contrats : donc le pays négocie ses prix et doit s’y tenir durant la durée du contrat. Je n’ai jamais mis vue un pays faire de cadeaux a ses sauf à être stupide…

          • Reality Checks dit :

            @EchoDelta
            International relations are not like poker, it’s not a zero sum game.
            Win/Win is a much better model.
            Simplement, il ne faut pas s’étonner que l’on s’achemine vers une détérioration des échanges, lorsqu’une partie ignore sciemment les intérêts de l’autre partie.
            C’est une triste mécanique, l’Histoire en donne de nombreux exemples.
            https://medium.com/the-bridgespace/decoding-the-zero-sum-game-in-international-relations-2aafae1f293c

          • v_atekor dit :

            @RC: il ne faut pas s’étonner que l’on s’achemine vers une détérioration des échanges, lorsqu’une partie ignore sciemment les intérêts de l’autre partie.
            .
            Le blocage qui dure n’est pas dans l’intérêt de l’Algérie, ni de personne, pas même des Sahraoui, quoiqu’en dise ton gouvernement. C’est la clef de notre différent : se braquer sur l’indépendance ou négocier des droits équivalents. Que tu ne veuilles pas entre parler de négociation est un élément de blocage, mais pas une partie de ton intérêt.

      • Czar dit :

        oui habituel syndrome de maghrébinocentrisme chez notre petit chaouche, tout pénétré de son importance imaginaire 8 Espagnols sur 10 seraient incapables de définir les tenants et aboutissants de la question sahraouie la seule chose pouvant avoir un impact est la ruée de zombies se lançant à l’assaut des Présides avec la complicité de l’appareil fellouze qui devra bien être traitée à un moment ou l’autre. peut-être qu’une forte réduction des exportations de blé rappelleront à cette maffia militarisée que passer l’hiver sans chauffage par manque de pétrole est une chose très désagréable, mais se passer de manger est infiniment plus risqué pour l’ordre social, surtout lorsqu’il est illégitime.

      • Reality Checks dit :

        Les ventes de blé dur auxquelles fait allusion czar au milieu de son déversement usuel de bile rance existent effectivement, pour deux raisons objectives:
        1- Pour l’Algérie, ces importations sont utiles tant que les cours internationaux du blé sont supérieur à ce que coûte notre production nationale, ce qui est de moins en moins le cas.
        2- Pour la France, ces exportations ont pour rôle de maintenir de commun accord avec l’Algérie une balance commerciale structurellement équilibrée.
        Je dis de commun accord car au cours des dernières décennies l’Algérie a maintenu ses approvisionnements de blé français malgré leur coût au quintal plus élevé que celui de ses concurrents dans l’objectif de respecter cet esprit sain d’équilibre des échanges commerciaux.

        Si la France décide unilatéralement de stopper ses livraisons de blé, grand bien lui fasse.
        Ses ventes de blé seront substituées promptement et allègrement, par un mix de production locale dont la montée en charge est déjà entamée en raison de la hausse des cours et des importations de pays tiers.

        Sources:
        https://www.tsa-algerie.com/le-ble-a-plus-de-400-euros-la-tonne-lalgerie-prend-ses-dispositions/
        https://www.tsa-algerie.com/cereales-dans-le-desert-lalgerie-subventionne-et-prend-des-risques/
        https://www.tsa-algerie.com/lalgerie-acquiert-un-demi-million-de-tonnes-de-ble-allemand-et-baltique/
        https://www.tsa-algerie.com/marche-algerien-du-ble-la-france-recule-la-russie-avance/

        UNe décision unilatérale française de réduire ses exportations vers l’Algérie aurait objectivement pour conséquence une balance commerciale structurellement déséquilibrée en défaveur de la France et des parts de marchés perdues sur le long terme.
        Etant donné que l’impulsion ne viendra pas d’Algérie, ceux qui prendront cette décision devront en assumer la paternité y compris lorsque le marché se sera stabilisé.
        Le déséquilibre ainsi créé de la balance commerciale sera de leur fait, pas du nôtre, et les fournisseurs de substition ne demandent pas mieux.
        D’autant que l’Algérie a les moyens de se fournir partout au prix du marché, sans aucun problème.

        TL/DR: cause toujours, tu m’intéresses.

        • v_atekor dit :

          RC: Prendre l’exportation de blé comme une menace est un non sens. Les français vendront leur blé, et si les algérien en produisent suffisamment pour s’assurer leur autonomie, tout le monde s’en portera mieux, en France comme en Algérie ou en Espagne. Ce n’est pas une menace, c’est une voie à suivre et qui aurait du être suivie de longue date.
          .
          Quant aux français ils seront ravi de vendre à l’Algérie des produits transformés de plus haute valeur ajoutée que de la matière première, concurrence ou pas concurrence, la question ne se pose pas.

        • v_atekor dit :

          RC: En résumé de mon précédent post. Si vous produisez votre blé, vous vous enrichissez, et ça profite à tout le monde, d’abord à votre économie locale qui en a bien besoin, ensuite à vos voisins qui auront un marché plus riche où se faire une niche.

        • Czar dit :

          « ce que coûte notre production nationale, ce qui est de moins en moins le cas. »

          c’est marrant, quand on est parti, il y a exactement 60 ans et deux jours, l’algérie était largement exportatrice en blé, et avait un PIB supérieur à celui de la corée du sud qu’a-t-il bien pu se passer depuis ? le néo-colonialisme français, sans nul doute (kek)

          • Lockass dit :

            Ça me rappelle la Rhodésie, « grenier de l’Afrique » devenu le Zimbabwe, l’un des pays les + dépendants de l’aide alimentaire internationale au monde. Mugabe et sa politique de redistribution et de collectivisation des terres agricoles a complètement détruit le secteur agricole de ce pays. Mandela a eu la sagesse de ne pas commettre la même erreur

    • Lockass dit :

      « Cependant, la côte de popularité du couple Sanchez/Albares est en chute libre, surtout depuis leur volteface sur le Sahara Occidental, qui a été vécu par la majorité écrasante de la population espagnole comme une trahison et une pantalonnade devant le chantage des autorités marocaines, les tensions qui s’en sont suivie avec l’Algérie, qui sont perçues comme un gâchis incompréhensible surtout à un moment ou les prix du gaz sont en augmentation, et le risque accru d’inflation. »

      Après la France, l’Algérien est persuadé être au centre du jeu politique espagnol. La population espagnole se contrefout du Sahara occidental. Le gaz que les Algériens ne leur vendront pas leur sera fourni par l’Italie (achats groupés et autre « taskforce »)

    • BRIMAR dit :

      En vrai, l’opinion publique s’en fout de la crise avec les voisins du sud tant que cette crise n’a aucune influence sur le porte-monnaie.
      Dans la crise du Sahara, vous, et pas mal d’autres y voient une soumission au Maroc, j’y vois personnellement une soumission aux Etats-Unis, toujours méfiants lorsqu’il s’agit de dealer avec un gouvernement ayant dans ses rangs des gens proches ideologiquement des courants de leurs adversaires.
      Il suffit de voir l’attitude de Biden depuis le revirement de Sanchez, ainsi que la fin des sanctions sur quelques produits exportés vers les USA, prises sous Trump… L’Espagne avait plus à y gagner qu’à y perdre dans cette histoire, du moins à court terme.
      L’erreur de l’Espagne, en terme énergétique, est plus sa politique la rendant dépendante au gaz naturel exclusivement algérien sous l’ère Rajoy (démantèlement de sa filière nucléaire, arrêt des subventions pour la mise en place des énergies solaires, éoliennes, …) que le revirement sur le Sahara.
      Le gouvernement actuel a fait montre d’amateurisme, notamment sur les sujets de politique extérieure, le corpus idéologique et les amitiés de PODEMOS pesant lourd sur la balance des relations internationales, car une méfiance de principe des alliés et partenaires s’est installée, notamment suite aux déclarations de l’ex vice-président du gouvernement, Pablo IGLESIAS, alors qu’il était en poste (il pensait qu’en étant vice-président, il pouvait faire des déclarations sur ce qu’il pense comme simple citoyen, sans que cela ait de conséquences…).
      Ce sont les règles de l’alternance politique, chaque parti ou coalition au pouvoir arrivant avec ses pour et ses contres. Mais en politique international, il n’y a pas d’amis, au mieux des alliés, et surtout des intérêts.
      PP et VOX, plutôt partisans de la main de fer et de l’augmentation des budgets militaires (surtout VOX) ne s’opposeront pas au texte, le critiqueront sûrement, mais auront d’autres occasions de tenter de faire sauter la coalition.
      Ce gouvernement sautera tout ou tard, mais pas à cause des crises avec le Maroc ou l’Algérie, mais plutôt suite à la crise COVID ou à cette inflation galopante et éventuellement la crise énergétique qui arrivera lors du prochain hiver, mais ils s’y préparent, et préparent l’opinion publique à cela depuis presque 2 ans en anticipant « El gran apagón ».
      Les prochains mois/années, seront difficiles, mais particulièrement liés à des années de politique post-crise de 2008, et bien entendu, à l’amateurisme affiché de ce gouvernement de coalition. La crise liée au Sahara est vraiment un sujet de préoccupation marginal.

      • v_atekor dit :

        Je suis d’accord dans l’ensemble. Sur l’énergie, le manque d’eau fait que l’option nucléaire n’est pas extensible, mais si l’on pouvait au moins renouveler les réacteurs existants ce serait sans doute mieux, mais ce n’est pas l’option choisie (j’ai eu un temps de l’espoir que les réacteurs à neutrons rapides intéressent les politiques, mais après son abandon en France, c’est un non-sujet.)
        .
        J’espère que le solaire pourvoira assez d’énergie à terme. La puissance installée augmente régulièrement malgré tout.

        • BRIMAR dit :

          Repsol avait déposé plusieurs brevets sur des hydroliennes également, qui auraient permis de fournir, en toute saison, une partie de l’énergie pour les villes côtières, mais le gouvernement Rajoy, influencé par Endesa ou Iberdrola a supprimé toutes les subventions pour développer les renouvelables… La baisse de budget en R&D en Espagne est affolant, et pourtant, le peu de budget permet à certaines startup d’émerger et ce, dans beaucoup de domaines… Après, vu comment ça gère l’argent dans les contrées du sud, pas sûr que plus de budget ne serait pas synonyme de plus de gâchis 🙂

          • v_atekor dit :

            Le gv Rajoy restera dans les mémoires pour son incurie, et pas que dans le domaine de l’énergie.
            .
            Quant à la gestion, ne pas exagérer quand même…

          • BRIMAR dit :

            @v_atekor

            J’avoue je force le trait sur la partie gestion, mais je déteste ce syndrome qui impacte certains espagnols (instituions publiques y compris) de gâcher les ressources lorsqu’elles sont en abondance sans penser aux éventuels lendemains difficiles.

  6. Maya dit :

    Pauvre Espagne , aussi décadente que le reste de l’occident et notamment la France.

    • joe dit :

      C’est vrai que la russie n’est pas du tout décadente LOL. Chez eux pas de débat mais la guerre déclarée à ceux qu’ils appelaient frères et sœurs il y a encore quelques mois et surtout dites merci au grand Vlad.

    • blavan dit :

      @maya. La France est le seul pays qui a tenté de lutter contre l’influence américaine , mais le combat était trop dur avec une Allemagne qui ne voit que l’OTAN et qui a savonné toute les initiatives de Mr Macron.

    • lgbtqi+ dit :

      Heureusement, poutine est là, pour défendre l’Europe, la Chrétienté … à grand coup de tchétchennes barbus.

  7. VinceToto dit :

    «  »un 46% de los entrevistados considera algo o muy probable que se produzcan acciones militares rusas contra España en el contexto de la guerra en Ucrania » »
    Donc d’après ce même sondage 46% des espagnols pensent que la Russie va probablement attaquer militairement l’Espagne dans le contexte de la guerre en Ukraine. Alors là, effectivement, il y a urgence au niveau éducation et tests anti drogues en Espagne. Ils ont l’air encore plus moins que les français.
    Et puis si on ne veut pas être dans l’OTAN, le truc normal et logique c’est d’avoir une bonne armée pour défendre ses intérêts, pas payer encore plus des profs qui remplissent de … le crane des espagnols et des médecins qui apparemment les droguent.
    L’Espagne, une histoire de dingues. Comme quoi la France n’est pas si mal que cela.

    • Scipion dit :

      Quand je me regarde je m’inquiète, quand je me compare je me rassure.
      Enfin…ça dépend. Si on se compare aux pays Asiatiques pas exemple…

  8. v_atekor dit :

    Même chez Podemos ils ont compris, qu’ils jouent une carte électorale est un autre sujet. La question est aussi (surtout?) de passer par l’assemblée pour prendre cette décision, ce qui ne paraît pas totalement déraisonnable, qui semble politiquement les détacher de devoir signer cette dépense puisque l’assemblée la voterait très certainement (encore qu’ici comme ailleurs, certains sont capables de tirer contre leur camp pourvu que ça assure leur réélection… )
    .
    “No son formas, es un acto de deslealtad al Gobierno, pero también al Congreso y a la mayoría de la ciudadanía”, dijo, recordando que “los fondos de contingencia están previstos para contingencias”. “La cuestión es si recurriendo a ellos se elude el deber de ponerlo a debate [el aumento de gasto en Defensa] en el Congreso”.
    .
    Bref, affaire à suivre mais sans trop de stress.
    .
    https://elpais.com/espana/2022-07-05/yolanda-diaz-pide-una-reunion-urgente-de-la-comision-de-seguimiento-de-la-coalicion.html

  9. jyb dit :

    – « et ce soutien descend à 66% » chez les sympathisants…
    – le ministre des ae josé manuel albares, a déclaré le 30 juin, que l’espagne n’excluait pas une intervention de l’otan au mali si besoin.
    la politique étrangère espagnole est un peu brouillonne (et maladroite) en ce qui concerne sa frontière sud.
    – la question étant que l’ukraine et les dépenses militaires sont assez éloignées des problèmes des espagnols. c’est la situation économique et financière du pays qui est l’enjeu immédiat avec le déclassement de l’espagne au sein de l’ue et son « sauvetage » (titre d’el pais)

    • v_atekor dit :

      « la politique étrangère espagnole est un peu brouillonne (et maladroite) en ce qui concerne sa frontière sud. »
      .
      La situation n’aide pas trop. Regarde d’où vient le gaz. Regarde la situation géographique de Ceuta, Melilla (et leurs migrants) et Îles Canaries. Regarde ce qu’il se passe lorsqu’on écrit le mot « sahara » dans un blog (voir ci dessus). Il y un cailloux espagnol qui a un jour reçu la visite d’une chèvre marocaine et on est passé à deux doigts du conflit armé (et la France s’est tirée en arrière lorsqu’on lui a demandé de jouer les médiateurs…). Ajoute avec délicatesse la touche So British qui va bien, et tu as sac de noeuds garanti.
      .
      Et ça sans compter le lot d’illuminés qui comptent encore reconquérir Cordoue et Séville.
      .
      Bizarrement c’est plus simple d’avoir des relations stables avec nos voisins français du nord, Italiens l’est et portugais à l’ouest…

    • BRIMAR dit :

      En fait, il a déclaré, très maladroitement que l’Espagne et l’OTAN n’avaient aucune intention d’intervenir actuellement au Mali, mais que si la situation sécuritaire l’exigeait, cela serait bien entendu envisagé, comme pour tout autre foyer de menace sécuritaire pour l’alliance.
      Dans le cadre de l’interview au global, c’était plutôt pour donner l’exemple des cas où l’OTAN pourrait agir pour la sécurité des membres de l’alliance.
      Dans les faits, au niveau diplomatique, c’est une terrible erreur, car pouvant être interprété, et à raison, comme une menace au mieux déguisée.
      L’Espagne veut avoir une diplomatie de grande puissance, mais avec une armée à la hollandaise et une économie pas si forte que ça pour combler. En attendant d’éventuelles réformes, il faudra qu’ils soignent le ton diplomatique qu’ils n’auront pas moyen d’assumer.

  10. Patbdx dit :

    La question qui se pose est celle de la géographie. Quand on est le pays le plus à l’ouest de l’Europe, le plus loin d’un éventuel agresseur, est-ce que l’on se sent aussi concerné que les autres ? Pas sûr… Et c’est sommes toutes assez compréhensible… Je ne dis pas qu’ils ont raison, mais que l’on peut se poser des questions.

    • BRIMAR dit :

      On va poser la question autrement : Quels sont les pays qui contrôlent le détroit de Gibraltar ? Quels sont les pays qui hébergent une grande partie du dispositif OTAN et/ou US en Méditerrannée ?

  11. Thierry (le plus ancien) dit :

    « Dépenser de l’argent pour des armes à la demande d’une puissance étrangère plutôt que de l’investir dans de meilleurs soins de santé, l’éducation et la protection sociale n’est pas ce dont notre pays a besoin », a critiqué Ione Belarra, ministre des Droits sociaux et chef de Podemos. (extrait de l’article)
    ———————————————————————————–

    C’est au contraire parmi les partis politique qui ont détruit le système social, ce sont eux qui s’en sont pris également aux dépenses militaires, et à toute dépense de l’état en général, il n’y a aucun antagonisme entre les dépenses militaires et celles sociales, santé, éducation, etc, partant d’un argument mensonger selon lequel l’état serait ruiné et endetté en imposant de se serrer la ceinture, et dans tous les pays c’est pareil.

    Sauf que cette politique austère du coup de fouet a prouvé qu’elle ne faisait que creuser davantage les déficits, pire même, comme on l’a vu en Russie, ça mène à la guerre, et tant que l’argent parti dans les poches des ultrariches ne retournera pas dans les poches de l’Etat il n’y aura que désordre et violence dans une misère partagé.

    Quand les Etats auront retrouvés leurs prérogatives et rôles régalien dans les domaines habituels (Défense, santé, éducation, social, etc) pour lesquels les citoyens payent des impôts alors il y aura plein d’argent et pour tous les secteurs d’activités.

    mais opposer la défense au social c’est comme opposer l’hôpital à l’école et c’est faire le jeu de l’ancien système en perte de vitesse. Du coup ce discours de Podemos ne m’apparaît pas très progressiste, mais plutôt conservateur…

  12. Hegel dit :

    On a la même tare en Belgique.

    Impensable de mettre 10 milliards par an dans la Défense. En même temps les 30.000 euros promis aux moins de 25 ans ne vont pas se verser tout seul:

    https://www.rtbf.be/article/30000-euros-pour-chaque-jeune-de-25-ans-a-investir-dans-leur-avenir-ecolo-propose-un-capital-universel-de-solidarite-11006950

    Léopold II n’avait pas tort: petit pays, petits esprits

    • Axer dit :

      C’est depuis l’introduction de l’euro que tout flambe. Bientôt avec cette monnaie trop forte, on pourra même plus acheter un navire ou un char. Depuis l’entrée en vigueur de cette monnaie, qui disait-on allait nous permettre de rivaliser avec les USA et l’Asie, le beurre a plus que doublé de prix, du jour au lendemain. Je n’ose imaginer l’effet sur les caisses étatiques, notamment pour les petits pays ou aux budgets serrés (Grèce, Italie, Espagne…France !). L’Espagne à ce rythme là, ne pourra même plus se payer une vedette rapide et encore moins payer son équipage, aussi modeste soit-il. En plus Covid nous a sur-endetté, collectivement. A un moment, les questions se posent et les gouvernements trépassent…

  13. Carin dit :

    Et c’est justement pour ce genre d’opposition viscérale chez le Melanchon, que la NUPES va exploser en vol… les socialistes vont s’éloigner, les verts aussi… restera le jean Luc droit dans ses bottes en peau d’ours russe, sûrement chassé par le petit père des peuples en personne.
    Le budget des armées sera voté à la majorité, trouver une quarantaine de voix (c’est ce qui manque à la majorité présidentielle), ne doit pas relever de la sorcellerie.

    • Fonctionnaire territorial ancien mili dit :

      @ Carin
      Effectivement, trouver une quarantaine de voix (c’est ce qui manque à la majorité présidentielle), ne relève pas de la sorcellerie : ça s’achète d’une façon ou d’une autre.
      Le seul problème pour le votant, car le vote est public, c’est de justifier un vote « surprenant ».
      HS : pendant le covid-19, les décisions étaient prises en « conseil de défense » i.e. en comité restreint et secret : c’est beaucoup moins cher que quarante votes publics. Bizness iz bizness.

  14. Clavier dit :

    Le seul investissement intelligent pour l’Espagne serait de renforcer les moyens de sa police aux frontières ….pareil pour nous

  15. Carin dit :

    Et pour en revenir au sujet, ces foutus communistes/intégristes espagnols rendraient presque sympathiques et bons enfants, l’armée des groupies en chaleur du petit père des peuples, qui sévissent sur OPEX360…
    Nan… je plaisante… je ne vous blaire pas plus qu’avant!

    • lgbtqi+ dit :

      La virilité, ça déclenche des chaleurs chez certains…

      Qui se rassurent vite en brûlant des emblêmes LGBT et en jetant publiquement des anathèmes, dont ils sont les seuls dupes.

  16. fredo dit :

    Effectivement NUPES – PODEMOS même combat, au pays des oui-oui : opposons leur -Russie, Chine…- des fleurs aux armes, il ne nous feront rien … Effrayant !!

  17. Seb dit :

    Ça sent mauvais pour le scaf…

  18. lxm dit :

    Tout pays qui est divisé géographiquement aura cycliquement « une poussée » pour tout relier. C’est comme quand vous faites du rangement, à un moment donné, vous déplacerez tout en le classant par notion/concept.
    Par exemple Que Kaliningrad soit séparé de la Russie pousse forcément cette dernière à tenter la guerre pour la relier, c’est inévitable, tout blocus de cette exclave fait avancer la guerre à grand pas.
    Se souvenir que la raison originelle des croisades était le blocage du pélerinage vers Jérusalem par les turcs.
    On a eu la Turquie qui s’est engouffrée dans le conflit Azerbaidjan-Arménie pour relier Bakou considéré comme faisant partie du monde turc, et par delà l’asie centrale, l’ancien turkestan.
    La Chine fait de même avec Taiwan, elel considère que c’est sa population de base et ne peur pas y renoncer, toute crise ayant la possibilité de la séparer définitivement de taiwan déclencherait illico la guerre, que le pays soit préparé ou pas.
    Là, en europe de l’ouest, on a Maroc et Algérie qui possèdent d’énormes communautés en Espagne France Belgique, et qui refusent de les « abandonner », qui refusent qu’elles s’assimilent( la Turquie pense pareil avec ses communautés qu’elle considère comme des colons), et cherchent à les préserver avec la double nationalité par le sang( ça ne dérange pas un grand nombre de français d’aller à Marrakech en vacance tout en criant au nazisme si la france avait les mêmes lois que le maroc).
    En gros, y’aura une guerre pour relier toutes ces communautés, cela prendra une forme ou une autre, mais il y aura forcément une forme de logique sur le moment, une crise qui poussera à relier toutes ces communautés éparpillées en une.
    Et donc l’Espagne sera sur le chemin, faudra espérer que à contrario des wisigoths qui ont laissé entrer les maures dans leur guerre civile, il n’y aura pas un camp de la traitrise.

    Si les gens lisaient plus l’histoire, y’aurait moins de crises et moins de victimes, c’est l’oubli, comme l’élection permanente, qui fait qu’on recommence toujours les mêmes types de crises en jouant la surprise, qui n’existe en réalité jamais.

  19. vrai_chasseur dit :

    Bref pour l’Espagne éviter la fin du monde en Ukraine c’est bien, mais éviter la fin du mois difficile c’est plus urgent.

  20. Sergio dit :

    Eurofighters, Tigre standard 3, F35 décollage vertical….Ça commence à piquer sévère dans le budget.