La version sanitaire du Griffon qualifiée par la Direction générale de l’armement

L’annonce n’a pas été faite par le ministère des Armées mais par le Groupement momentané d’entreprises « Engins Blindés Multi-Rôles » [GME EBR], qui réunit Nexter, Arquus et Thales. Ainsi, dans un communiqué diffusé le 17 juin, celui-ci a fait savoir que le Véhicule blindé multi-rôles [VBMR] GRIFFON en version sanitaire [ou SAN] venait d’être qualifié par la Direction générale de l’armement [DGA].

La vocation de GRIFFON SAN est d’assurer la récupération et l’évacuation des blessés sur un théâtre d’opérations. Il « assure aux personnels évacués et à l’équipe médicale embarquée une protection, une mobilité et des conditions d’accomplissement des actes médicaux fortement améliorées par rapport aux moyens existants » [c’est à dire le Véhicule de l’avant blindé, ou VAB, ndlr], assure le GME EBR, qui dit se « réjouir » de cette qualification, laquelle « vient compléter l’étendue des capacités du GRIFFON.

En décembre dernier, le GME EBR avait indiqué que toutes les variantes de ce blindé en version « transport de troupes » avaient été toutes qualifiées par la DGA, c’est à dire les « variantes FELIN, section tireur délite [STE], mortier de 81 mm [MO81], ravitaillement [RAV], élément léger d’intervention [ELI], génie [GEN], missile moyenne portée [MMP], en complément de la version Engin poste de commandement [EPC] ».

Dans le détail, sur les 1872 GRIFFON qui seront livrés à l’armée de Terre d’ici 2030, 196 seront mis à la disposition du Service de santé des armées [SSA] à partir de 2023. Ils seront notamment utilisés par ses Équipes paramédicales mobiles [EPM] ainsi que par ses Escouades d’évacuation sanitaire [EES]. En outre, il sera également doté de 135 VBMR légers « Serval » en version sanitaire pour ses Équipes médicales mobiles [EMM].

En attendant l’arrivée de ces nouveaux moyens, laquelle coïncidera avec la mise en oeuvre de l’ambition stratégique SSA 2030, le SSA maintiendra en service ses VAB EVOL CIED, c’est à dire une version modernisée du VAB sanitaire, lancée en 2019.

Photo : archive

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

64 contributions

  1. tschok dit :

    Le véhicule d’EVAC SAN est un véhicule de combat à part entière, parce que le blessé est une cible symbolique autour de laquelle se concentrent des moyens, alors qu’un soldat isolé est un gâchis de munition et un groupe, une cible.

    Etre blessé, pour une soldat, c’est le moment où il redevient une cible prioritaire. Alors qu’auparavant il est noyé dans un groupe.

    Par ailleurs, soldat d’élite ou dilettante, il faut donner à chacun au moins une chance de s’en sortir. Cette chance, il faut la renouveler: c’est la bonne arme, la bonne tactique, le bon commandement… la bonne EVACSAN.

    On est d’autant plus courageux qu’on sait qu’on a au moins une chance de s’en sortir.

    Le combat ne cesse pas avec l’EVACSAN, il se poursuit et s’intensifie.

    • jyb dit :

      @tschok
      une vocation de criminel de guerre ?
      les véhicules d’évacuation sanitaires, identifiés comme tel, relèvent des conventions de genève ( la 3 ou 4 ème )

      • farragut dit :

        @jyb
        Il y a une réponse sur le respect des conventions de Genève dans le film de Clint Eastwood « Mémoires de nos pères » : pour les Japonais, un infirmier « valait » 7 combattants…
        https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9moires_de_nos_p%C3%A8res_(film)
        Bon, ne parlons pas de ce qui se passe en Ukraine, vu que les premières cibles de l’artillerie russe sont les civils ukrainiens (paraît qu’à distance de tir, ils sont tous nazis), accessoirement les hôpitaux… Genève, c’est loin de Moscou.

      • Logos dit :

        @Jyb
        Tout ce qui concerne les soins aux blessés, y compris les Evasan, est normalement bénéficiaire d’une protection absolue contre les actes de guerre = art 35 conv Genev. 1949 (https://ihl-databases.icrc.org/applic/ihl/dih.nsf/Comment.xsp?action=openDocument&documentId=A46F2218A9EEC263C1257F1500508429)
        Oui oui oui
        C est bien pour cela qu’au cours de tous les conflits entre gens biens, on a toujours utilisé des camions bachés ou des Vsab en Evasan, et que leur meilleur blindage a été un cercle blanc entourant une grande croix rouge.
        Mais quand on affronte des vilains, des Orcs pour reprendre un terme à la mode, on sait qu’ils vont considérer, comme les japs lors de la ww2, tous les services de soins comme des cibles prioritaires – d’ou l’idée de blinder / protéger / dissimuler les Evasan et les lieux de soins.
        Par contre, si vous avez un truc pour éduquer les orcs et leur apprendre à bien se conduire, perso, je prends !!

        • jyb dit :

          @logos
          une mission du cidh des nations unis appuyé par du nucléaire tactique.

          • Logos dit :

            @jyb
            😉 CIDH = Commission interaméricaine des droits de l’homme, organe de l’Organisation des États Américains (OEA) qui a pour mandat de promouvoir et de protéger les droits de la personne dans le continent américain.
            Pour protéger les droits des amérindiens contre l’agent orange (Trump) ?
            ok, ça maaarche !! (yhiiiihaaaa ! https://youtu.be/WizvOfDX2wg?t=49)

      • vrai_chasseur dit :

        @jyb
        La doctrine SAN française prévoit 4 rôles, le rôle 1 est directement intégré aux combattants de mêlée, en contraste avec d’autres armées où ils sont plus en arrière et prêts à intervenir pour évacuer (US Army par ex).
        L’avantage du rôle 1 est de permettre les soins immédiats d’urgence, souvent vitaux, L’inconvénient est qu’ils sont directement exposés au combat.
        Ce qui donne lieu à des actes de bravoure méconnus du public de la part du personnel SAN français ( http://www.asafrance.fr/item/decoration-legion-d-honneur-pour-un-infirmier-des-forces.html ) et aussi étranger, comme ici quand une équipe MEDEVAC américaine est intervenue « en mode rôle 1 français » en Afgha (http://www.dvidshub.net/news/80069/valor-awards-go-medevac-crew)

        La conséquence est que les GAT ont pris la fâcheuse habitude de cibler directement les véhicules avec la croix rouge, comme l’évoque @tschok ….

        Quant aux conventions de Genève, il faut garder l’esprit réaliste, quand on voit ce qui se passe en Ukraine. On va dire sobrement et sans prendre partie, que leur application ou non sur le terrain dépend pour beaucoup du niveau d’extraction sociale des combattants, officiers compris. Avec cependant, côté ukrainien, l’exposition aux doctrines OTAN depuis une décennie, qui les a plus sensibilisés.
        C’est d’ailleurs une vraie question HS aux spécialistes : comment se passe le médical dans l’armée russe ?
        Parce que, pour le moment, on ne ramasse même pas les morts côté russe, les ukrainiens les entassent dans des containers frigorifiques et les identifient. Et les combattants russes blessés sont mutés loin à l’arrière … quand ils peuvent être déplacés.

      • droitdereserve dit :

        en Afgha et ailleurs on virait les croix rouges, très pratiques pour ajuster le RPG, et on les équipait en 12.7 pour ne pas se distinguer; premiers objectifs, le chef, le médecin, le radio, l’interprète. Les conventions de Genève c’est pour nous, pas ceux d’en face…

        • Wrecker47 dit :

          le Soldat Popov est en train de mourir de rire !
          Il va falloir vite l’évacuer car après sa dernière cuite à le Vodka – Antigel il a déclaré que les VBCI étaient des cibles faciles , comme les autres; portant ou non la croix-rouge …Que les modèles civils transportaient des munitions ou des souris Ukrainiennes dont le sort serait le même qu’à BERLIN en 45 … qu’il se torche le c…avec la Convention de Genève et plus encore avec le Coran …
          P’tain on est mal barré avec nos tacots !

      • tschok dit :

        @jyb,

        Ce qui est criminel, c’est de peindre une croix rouge sur fond blanc sur un véhicule, parce que ça le désigne comme cible.

        J’espère que les Griffon en version SAN ne porteront pas ces marques distinctives, ce qui n’a rien d’évident juridiquement, pour la raison que vous indiquez.

        Il faudrait en effet vérifier que le texte de la convention n’implique pas d’afficher une signalétique visible pour pouvoir bénéficier de la protection de la convention.

        Nos militaires étant des gens assez à cheval sur les règlements, lois et autres normes à caractère impératif, ils pourraient en déduire qu’une marque distinctive est obligatoire.

        C’est-à-dire que le port d’une marque distinctive ne relèverait pas seulement d’un choix (vous faites le choix de bénéficier de la convention, ou non, en fonction de l’ennemi: s’il la respecte ou pas) mais d’une obligation juridique imposée par une convention supérieure à la loi française.

        Et ça, ce serait idiot.

        On sait que les Russes bombardaient les hôpitaux en Syrie, justement quand ils leur étaient signalés. La protection de la convention, ils n’en avaient absolument rien à carrer, et en plus on leur désignait des cibles.

        Donc, à un moment, il faut arrêter d’être con: les conventions de Genève n’arrêtent pas les obus. Et les violations de ces conventions par un Etat comme la Russie n’ont pas de conséquences graves. La sanction est essentiellement morale, et elle joue sur un terrain politique. Quand vous êtes un gouvernement sans scrupule, vous vous en foutez de la morale, et sur le plan politique vous mettez en place la propagande idoine, et il y en aura toujours pour marcher.

        Souvenez-vous, sur ce blog, tous nos pro-Russes ont instantanément débarqué pour nier ces bombardements et accuser au contraire les Occidentaux d’être responsables de tout. Et ils ont noyé le poisson comme ça. Et ça marche, parce qu’il est très simple de transformer une question même évidente en polémique sans fin.

        Dans la réalité, l’efficacité de ces conventions dépend d’un rapport de forces. Si vous n’êtes pas en mesure de dire à votre ennemi « si tu touches à mon système sanitaire, je détruis le tien » il vaut mieux considérer pour nos soldats que l’efficacité naturelle de ces conventions est faible à nulle, et donc traiter le maillon sanitaire comme un maillon combat.

        Si en cours d’opération on sait instaurer le bon rapport de forces, là on peut voir.

        Sinon, bien évidemment, je ne préconise pas de nous en prendre en système sanitaire de l’ennemi en tant que cible légitime avant toute montée aux extrêmes. Je dis qu’il faut être capable de protéger le nôtre. Et si ça passe par un rapport de dissuasion, alors il faudra le faire.

        Et là, on serait dans une interprétation intelligente des conventions, parce qu’on opposerait à l’ennemi le fond de la règle de droit en lui signifiant ce qui est pour nous non-négociable.

        C’est en effet le sens de la règle: c’est du non-négociable.

        Erratum: EVASAN et pas EVACSAN

    • Harambe dit :

      « On est d’autant plus courageux qu’on sait qu’on a au moins une chance de s’en sortir. »
      Ils sont encore plus courageux quand ils savent que 72 vierges les attendent s’ils ne s’en sortent pas hahaha ^^.

  2. PK dit :

    4000 VAB commandés en 1976… 1500 Griffons 40 ans plus tard.

    En 0250, on commander le successeur à moins de 500 exemplaires.

    On sera alors fin prêts pour la haute intensité.

    • mich dit :

      Vous savez au moins qui était nos adversaires en 1976 ? autre chose avec le griffon nos terriens vont avoir un véhicule parfaitement adapter aux missions actuelles et bien protégés , vous considérez que c ‘était le cas avec le vab ? vous allez aussi me dires que l’ AMX10 P c ‘ était l’ équivalent des marder allemand à l’époque peut être ? mais bon libre à vous de comparer le nombre de rafale avec celui des MS 406 .

    • Thoms dit :

      Le serval remplace aussi le vab dans certaines unité notamment la log et les troupes de montagnes ou le griffon est trop gros pour eux

    • CortoMaltese dit :

      Alors déjà c’est 1872, pas 1500. Ensuite, le remplacement du VAB repose sur le Griffon ET sur le Serval, qui lui sera commandé à 978 exemplaires.

    • Doudous74 dit :

      Plus 1000 serval qu’il ne faut pas oublier non plus…

    • tschok dit :

      @PK,

      La remise à niveau de l’armée française ne se fera pas au standards de format des années 70, années bénies de votre jeunesse.

      C’était il y a un demi siècle.

      Trop de choses ont changé pour qu’on vos file les manettes du pouvoir, et par ailleurs vous n’êtes pas suffisamment attentif à ce qui change la donne, dans le temps présent.

      Enfin, pour vous l’avenir est une abomination.

    • Dolgan dit :

      La guerre froide est loin. Et on voit aujourd’hui que même avec les dividende de la paix, on a grandement surestimé la Russie. Même les dubitatif comme moi.

    • Polymères dit :

      Vous êtes un habitué de ce site, pourtant ce n’est pas la première fois que je vois que vous donnez le sentiment de ne rien apprendre en cherchant juste à vouloir polémiquer.

      Sachez que le VAB est remplacé par deux véhicules, le Griffon et le Serval.
      Le Griffon sera commandé à 1872 exemplaires et le Serval à 2038 exemplaires soit un total de 3910 véhicules.

      Donc on va recevoir un nombre équivalent de VAB qu’on avait commandé en 1976 (pour garder votre date de référence).
      Sauf que constatons les faits, aujourd’hui nous avons 2600 VAB en service, on va donc avoir une densification du parc.

      Mais vu que vous aimez comparer au passé, dîtes moi en 1976, on avait la même armée qu’aujourd’hui? L’armée de conscrits donc de la « masse » d’hier avait autant de VAB que nous allons avoir de Griffon/Serval, il y a un problème vous ne trouvez pas? En fait non, c’est juste qu’avant la masse nous l’aurions envoyé sur des camions quand aujourd’hui toutes les unités sont blindés.

      La haute intensité avant d’en parler, il faut la comprendre, malheureusement beaucoup de monde vont lier la haute intensité avec une armée pléthorique, ce n’est pas le cas!
      La haute intensité c’est un type de combat comme la basse intensité l’est. Vous pouvez faire un combat de haute intensité avec 10 000 hommes comme de la basse intensité (type Afghanistan avec 100 000 hommes). Les volumes ne sont pas liés à l’un ou l’autre. Va falloir comprendre cela, comprendre que se préparer pour la haute intensité ne veut pas dire avoir une armée pléthorique pour combattre la Russie ou la Chine dans une guerre d’usure avec des pertes massives.
      La haute intensité est avant tout une affaire de commandement, de tactiques, d’organisation et d’engagement contre un ennemi étatique de même niveau. Vous pouvez très bien avoir un conflit de haute intensité entre deux nations ne disposant pas forcément de gros volumes militaires, on peut citer l’exemple de l’Arménie face à l’Azerbaïdjan.
      Vous comme d’autres devez arrêter de vouloir faire passer la préparation à la haute intensité comme passant uniquement par de la quantité de matériels ou d’hommes, car ce n’est pas cela.
      Un modèle d’armée permet de définir une masse, pas la préparation à la haute intensité qui se passe avant tout dans ce que j’ai cité plus haut.
      La haute intensité n’est pas réservée à une armée gigantesque tout comme la basse intensité n’est pas réservée à une petite armée. Il n’y a pas un nombre de chars, de navires ou d’avions qui va dire qu’une armée est prête ou non pour la haute intensité, un petit pays peut avoir une armée de 5 000 hommes très bien équipée qui peut parfaitement se retrouver face à nous contre laquelle on mènera un combat de haute intensité tout comme on peut se retrouver à faire de la basse intensité contre 10 000 hommes. Vraiment c’est important à saisir car visiblement je n’arrête pas de voir que beaucoup interprètent la haute intensité à leur propre sauce.

      • PK dit :

        « La haute intensité est avant tout une affaire de commandement, de tactiques, d’organisation et d’engagement contre un ennemi étatique de même niveau.  »

        LOL. Je vous décerne votre étoile. Vous l’avez méritée.

        Nous avions des officiers de basse intensité, nous allons former des officiers de haute-intensité. Chapeau !

        La haute-intensité, ce n’est pas 10 000 hommes qui se battent « en haute-intensité », c’est être capable de mettre tous les moyens sur la durée et prévoir que la durée peut… durer.

        Aujourd’hui, la durée de l’armée française, c’est au mieux quelques jours. Parce qu’il n’y a RIEN derrière, surtout dans les casemates : pas de mun, pas de pièce de rechange et pas de soldat.

        Alors, au mieux, en quelques jours, on se retrouve avec quelques dizaines de milliers de pax armés de baïonnette.

        Donc, contrairement à la litanie que vous êtes le premier à relayer ici, la haute-intensité, c’est d’ABORD des ressources pléthoriques, en matériel et en hommes. Ensuite, – mais en parallèle – c’est une chaîne industrielle capable de produire, et de produire en masse, en toute INDÉPENDANCE. Enfin, c’est la résilience de la population, capable d’encaisser de grands nombres de morts journaliers, parmi les troupes ET les civils. C’est aussi le soutien absolu de la nation envers ses soldats.

        Nous n’avons RIEN de cela et ce n’est pas en formant des officiers de « haute intensité » qu’on va changer les choses…

        En tout cas, merci pour la rigolade : pour la « densification » prévue dans les prochaines décennies, modulo sans doute les révisions incessantes des LPM, on n’est pas à une absurdité près.

        La guerre est à notre porte, mais la France prévoit de s’armer d’ici 2050. Il ne manquera sans doute pas un bouton de guêtre.

        Le pire, c’est que vous êtes peu-être sincère. Et là, cela montre vraiment nos limites actuelles…

        • Aymard de Ledonner dit :

          « La guerre est à notre porte »
          Pour raisonner correctement il faudrait expliciter cela. De quelle guerre parlez vous et contre qui?
          Si ce premier pas du raisonnement n’est pas correct, tout le reste n’aura aucun intérêt.

          Les forces terrestres françaises n’ont pas vocation a affronter seules les russes, On veut être capables de soutenir les roumains ou les pays baltes, en coopération avec d’autres pays, mais si les russes arrivaient a franchir les centaines de chars polonais (très hautement improbable aujourd’hui) pour ensuite traverser l’Allemagne et arriver a notre frontière, nous disposerions de l’arme nucléaire pour les arrêter.
          Nous devons par contre être capables de projeter rapidement des troupes pour défendre nos territoires d’outre mer ou aider des allies.
          Donc bien sur que Polymeres a raison : dans les scenarios que je viens d’évoquer on voit que nous avons besoin de troupes très aguerries et de matériel pointu et pas de ressources pléthoriques peu affutées.
          La ou je suis d’accord avec vous c’est sur le volet munitions. Mais il est tellement évident que les stocks et les capacités de production actuelles sont trop faibles qu’on se demande s’il est bien nécessaire de le rappeler.

          • PK dit :

            « Les forces terrestres françaises n’ont pas vocation a affronter seules les russes, »

            Qui vous parle des Russes ? Et quand à affronter des autres « en coalition », l’ histoire nous a cruellement appris qu’on ne pouvait compter vraiment que sur nous. Les États-Unis étaient absents en 1940, les Anglais se sont barrés à la vitesse de l’éclair et on est resté en slip pendant 4 ans, dépendant du bon-vouloir des deux premiers pour exister.

            Bref, à vouloir jouer les caniches, on n’existe qu’avec une laisse autour du cou. Je n’ai pas la vocation d’un pendu.

            Le monde bouge et il bouge vite. À chaque fois qu’il bouge vite, il s’accompagne de turbulences et de guerres. Vous êtes comme tous aveuglés par le demi-siècle passé, moment unique dans l’histoire de France où nous n’avons pas connu de guerre sur notre territoire.

            Nous allons forcément en connaître dans l’avenir, que ce soit la guerre civile qui se prépare (et pas forcément à cause seulement de l’immigration : certains Français – des vrais – préparent discrètement la sécession) ou bien une guerre de type étatique. Je ne crois pas du tout à une guerre contre la Russie, mais beaucoup plus contre l’Allemagne qui réarme (l’histoire, toujours l’histoire), sans compter la Chine.

            Bref, l’avenir est toujours flou quant aux adversaires. En revanche, il est clair qu’il nous mène droit à la guerre.

            Polymère a tort : il pérore. D’ailleurs, comme tous ceux qui pérore, il a besoin de centaines de lignes pour exprimer une opinion. Parce qu’il n’en a pas : il est là pour répéter la doctrine du gouvernement, sans avancer une seule idée personnelle.

        • Polymères dit :

          Je vais me répéter, mais vous ne savez pas ce qu’est la haute intensité et ça ne sert à rien d’expliquer ce qu’elle est selon VOUS pour me répondre.
          Je vous le redis, comprenez ce qu’elle est et n’interprétez pas la haute intensité avec vos scénarios de guerres totales car vous jouez sur un extrême militaire qui est la guerre totale et massive d’une nation face naturellement aux plus grosses armées existantes afin justement de vouloir faire le plus gros écart possible avec vos principes.

          Tant que vous ne voulez pas comprendre que la haute intensité est un style de confrontation symétrique qui ne dépend pas forcément d’un volume de force, vous continuerez ici à mal interprété l’ensemble des choses qui sont faîtes dans ce sens.
          Cessez de lier le combat de haute intensité à une guerre totale et massive d’un pays. Forcément une telle guerre sera de haute intensité, mais elle n’en est pas la définition.
          Il peut très bien y avoir du combat de haute intensité entre deux pays qui aligneront deux armées de 5 000 hommes au sol.
          Vous ne comprenez pas cela, vous ne comprenez pas que la haute intensité rime avec combat symétrique et la basse intensité avec combat asymétrique. Pour vous un combat de haute intensité c’est forcément une guerre type première guerre mondiale ou comme celle que mène les russes en Ukraine, moi je vous dis que vous avez tout faux avec cette vision, qu’un combat de haute intensité, peut se retrouver à une échelle bien différente, qu’on peut avoir un combat de haute intensité sur un endroit donné du front avec quelques centaines d’hommes d’un côté comme de l’autre. C’est pour ces raisons qu’on parle de « combats » de haute intensité et non d’une « guerre » de haute intensité.

          Vous avez un mal fou à ne pas comprendre ce qu’est premièrement un « combat » et secondement ce qu’est la définition de « haute intensité ». Arrêtez de lier cela à la plus grosse guerre possible et imaginable dans votre esprit. Les mots ont un sens.

          Ensuite il est forcément logique chez nous comme chez d’autres que le volume d’une armée, qu’on nommera « format d’armée » détermine les ambitions et les capacités d’un pays. Vous trouverez peut-être des armées plus grosses que la nôtre, je vous en trouverai des plus petites en plus grand nombre. Là encore tout dépend de ce que votre esprit imaginera comme scénario de guerre, ou forcément vous allez préférer voir une confrontation impossible plutôt que chercher à comprendre que nos ambitions ne nous pousserons pas à envahir un voisin comme les russes et ne nous pousserons pas à subir une invasion comme les ukrainiens en raison de notre arsenal nucléaire.
          Donc on en revient toujours aux fondamentaux, on construit son armée en fonction des menaces et réelles contre lesquelles nous sommes confrontées ou alors on construit une armée pour des ambitions (conquêtes…). Mais nous ne construisons pas une armée par l’imaginaire de guerres impossibles.
          Peut-être que vous regrettez que nous n’ayons pas un ennemi avec des revendications territoriales chez nous, à notre frontière qui comme par le passé justifierait de tenir une garde importante, peut-être regrettez vous que nous n’allons pas conquérir l’Europe comme Napoléon, peut-être regrettez vous que nous ayons l’arme nucléaire permettant d’avoir une dissuasion militaire qui ne se compte pas en canons mais en têtes nucléaires, mais ça m’est égal, moi je regarde la réalité de la situation, celle des menaces, celle de nos ambitions.
          Quand je lis des commentaires comme le vôtre j’ai l’impression d’être en face d’une personne qui se croit encore 100 ans en arrière, d’une personne qui pense encore que l’armé nucléaire n’existe pas, que l’on est entouré d’ennemis puissants prêts à se jeter contre nous car on serait militairement trop faible. J’ai l’impression qu’avec vous, la France est le pays le plus convoité du monde, que son armée serait la plus faible et que ça va nous condamner à subir la « défaite » fantasmée (ou souhaitée…) dans l’esprit de mai 1940. Mais ce n’est pas parce que l’armée française n’a pas le volume de celle des américains, des chinois ou des russes qu’elle est ridicule, pour vous si nous ne pouvons pas affronter des armées comme les leurs, c’est que nous ne valons rien, que dire alors de 95% des pays de la planète? On se demande alors pourquoi ils ne sont pas tous envahis si les choses seraient si simples militairement.
          Vous êtes dans un extrême militaire, vous vous attachez à cela sans comprendre la position de notre pays, ni de ses menaces, ni de ses ambitions. Vous voulez imaginer des guerres contre la Russie ou d’autres, imaginez que la France pourrait demain se retrouver à la place de l’Ukraine, mais pensez vous que si l’Ukraine disposerait de l’arme nucléaire, les russes s’useraient aujourd’hui de cette façon?
          Pensez vous qu’aujourd’hui les russes sont en mesure de se renouveler à la manière que vous l’imaginez? Non les russes ont la chance d’avoir hérité d’un grand nombre de matériels soviétiques, d’avoir un grand nombre de munitions, mais leur industrie n’est pas en mesure de produire chaque jour ce qu’ils consomment. Vous voyez bien qu’ils sont déjà dans une grande difficulté face à l’Ukraine, mais cette guerre ils l’ont cherchés par leurs ambitions, s’ils seraient restés chez eux, pensez vous que l’Ukraine aurait attaqué la Russie puissance nucléaire? Non, ben la France c’est pareil, aucun pays n’envahira une puissance nucléaire et ne lui imposera une guerre totale comme on pouvait en avoir par le passé, c’est cet « ordre » mondial entre les grandes puissances qui existent depuis 1945. Mais il n’est pas impossible d’avoir des pays non nucléaires s’envahissant l’une et l’autre ou des puissances nucléaires envahissant des pays non nucléaires. Là encore comprenons bien ou il faut se placer et cessons de se mettre à la place des ukrainiens, des sud-coréens ou d’autres pays qui ne peuvent compter que sur leurs armes conventionnelles pour se défendre.

          Remettez vous en question avant de prendre les autres de hauts ou de chercher à faire passer ce qu’ils disent pour des conneries, vous êtes loin d’être un sachant mais vous avez l’esprit borné pour vouloir continuer dans l’erreur afin de toujours avoir raison. Vous n’êtes plus ici pour apprendre mais pour polémiquer des événements que vous interprétez à votre convenance.

          • PK dit :

            « vous êtes loin d’être un sachant »

            LOL. Vocabulaire de l’EN… Êtes-vous vraiment militaire ?

      • greggg dit :

        Bonjour,
        Pouvez-vous me dire où vous avez vu le nombre de 2038 Servals commandés ? A ma connaissance il n’y en avait que +-980. Merci

      • Raspoutine dit :

        @Polymères
        Peut-être serez-vous d’accord pour considérer que le théâtre de guerre ukrainien actuel est assez représentatif d’un conflit assimilable à de la « haute intensité » en tout cas sur la zone actuelle des combats, qui s’étale sur une distance de 1000 à 2000km.
        On parle donc de 2 armées engagées en effectifs de l’ordre de CENTAINES de milliers.
        Donc on n’a peut-être pas tout compris en effet à la notion d’intensité, et effectivement rien de sert de comparer à la Guerre Froide des années 1970 … mais SI, la haute intensité peut intégrer une notion d’effectifs et de moyens, c.à.d. de masse, c’est le cas pour l’emploi des blindés et de l’artillerie, des forces aériennes aussi.
        Tout ne passe pas par la quantité certes, mais c’est qd mm important … et c’est un point préoccupant dans les armées occidentales, il faudrait ne pas se le cacher.

        • Dolgan dit :

          Ah? Qui a la masse équivalente à l OTAN?

          Pas la Russie en tout cas.

      • lgbtqi+ dit :

        La comparaison se fait habituellement avec le passé, comme avec l’autre. Beaucoup plus rarement avec le futur ou avec soi-même.

        L’aspect quantitatif qui me semble légitimement intérerrogé par PK ne doit pas non plus faire oublier un versant qualitatif, qui ne repose pas uniquement sur la qualité du matériel, mais aussi sur la volonté et la capacité psychologique d’affronter des combats de haute intensité.

        Et là, nous bouclons à nouveau sur l’Ukraine, avec des volontaires très déterminés, mais qui peinent énormément vu l’absence de matériel en quantité suffisante.

    • Aymard de Ledonner dit :

      En 1976 il y avait les appelés qu’il fallait bien véhiculer. Par ailleurs le chiffre indique est de 1872 et non 1500. Enfin rien n’empêche d’effectuer de nouvelles commandes… a condition d’avoir les soldats a mettre dedans.

    • Tih yellow dit :

      En même temps, rappelez les effectifs en 1976 lors de la commande du VAB et les effectifs en 2022?
      Et puis il y aura le serval qui permettra d’embarquer aussi pas mal de monde.
      Encore un qui voudra 10 000 griffons, 15 000 serval, 30 0000 vbae, 1000 leclerc, 200 CAESAR, 800 MO120, 500 rafales, 3 porte avions, 8 SNA, 8 SNLE, 30 FREMM alors qu’en termes d’effectifs, on a du mal à remplir les tableaux d’effectifs. Alors qu’est ce qu’on ferait de tout ce surplus matos qui moisirait au fond d’un hangar

      • phil135 dit :

        il faudrait aussi des hangars à humidité contrôlée : ça réduit beaucoup le vieillissement des matériels stockés
        et c’est pas si cher que ça dans un bâtiment bien fait

    • Oliver dit :

      Et une tripotée d’appelés qui ne sont plus là !
      Le citoyen combattant défendant la nation en arme. Dorénavant c’est le citoyen consommateur qui ne cesse de réclamer car il paie des impôts. Pourtant la liberté n’est pas un cadeau tombé du ciel, les ukrainiens en font la démonstration.
      Le service national avait un sens quant à la cohésion nationale républicaine.
      Mais certains n’y ont vu que le coût. Dommage car les dividendes de la paix c’est du passé.

  3. VinceToto dit :

    Sanitaire? ;)! https://www.cnrtl.fr/definition/sanitaire
    Ambulance, véhicule d’évacuation médicale, etc. en français.
    En plus en anglais, sanitation vehicle cela veut dire camion poubelle, etc. .

    • jyb dit :

      evasan en français, medevac en anglais.

      • VinceToto dit :

        Désolé, mais le terme Evacuation Sanitaire cela fait penser à un problème d’évacuation des toilettes et véhicule sanitaire à un chiotte mobile. Les sanitaires vous connaissez?
        Je ne sais pas qui a inventé ce terme, probablement des génies des armées françaises qui voulaient éviter de faire penser à des blessés. Evacuation médicale et ambulance sont beaucoup plus compréhensibles, plus historiques, et font beaucoup moins secte scato.

        • lgbtqi+ dit :

          Ceci dit, l’odeur de la guerre est toujours celle de la merde. À cause de la peur. À cause des blessures dans le centre de masse.

      • Tbtpat dit :

        Ou bien 9L
        Message 9 lines in english ou 9 lignes en français.
        Mais travaillant au sein de l’OTAN, l’anglais est plus utilisé que le nom français

    • PAM dit :

      Une ambulance obéit à des normes, que l’on ne peut transposer mécaniquement à un véhicule de combat. Le GRIFFON SAN est donc bel et bien un véhicule d’évacuation sanitaire au combat, et non une ambulance lindée.

    • tschok dit :

      Vous êtes un gueux, VinceToto.

      On vous livre un formidable engin de Plus de 20 t, avec de la mobilité et de la protection et tout ce que vous trouvez à dire c’est que c’est un camion poubelle.

      Vous crachez dans la soupe.

      A force cracher dans la soupe il y a de plus en plus de crachats, et de moins en moins moins de soupe.

      Il y a un seul antidote pour ça: les coups de trique.

      Vous les aurez, parce que vous les méritez.

      Le seul truc que vous aurez au mérite.

      • VinceToto dit :

        Désolé, mais en cas de problèmes médicaux je préfère un bon médecin, une bonne évacuation médicale qu’un camion poubelle de 20 tonnes. Apparemment vous avez eu droit à l’Evacuation Sanitaire en camion poubelle et cela a laissé des traces.

        • tschok dit :

          Non, ma peau douce est immarcescible. Et il me manque ce que vous avez: je n’ai ni poignées ni roulettes.

          J’observe d’ailleurs que c’est le point commun entre un bac poubelle et un brancard, votre confusion doit sans doute venir de là. Outre que les deux peuvent accueillir des ordures, ce qui a dû faciliter dans votre esprit l’identification de l »un à l’autre.

    • Czar dit :

      justemnet, c’est pas de l’anglais donc EVASAN et pas MEDEVAC.

      « cordon sanitaire » ( en anglais dans le texte) expression créée par le duc de richelieu (le premier gouverneur d’odessa, pas le maréchal ni le cardinal)) pour désigner la fermeture de la frontière appliquée lors d’une épidémie en espagne

    • vrai_chasseur dit :

      @Vincetoto
      – « sanitation » en anglais se traduit par assainissement en français.
      – sanitaire : tout ce qui a rapport à la santé et à sa préservation. Et spécifiquement en temps de guerre « qui concerne l’infrastructure mise en place pour le secours aux blessés » : c’est dans la page que vous citez.

    • ArtScenik dit :

      Votre définition fera énormément plaisir aux intervenant issus de ces services là:
      Qui est concerné par ce Service sanitaire ?
      – médecine.
      – maïeutique (sage-femme)
      – odontologie (dentistes)
      – pharmacie.
      – soins infirmiers.
      – kinésithérapie.

  4. Axer dit :

    On a jamais autant vu de matériel de guerre français à la Tv que depuis la guerre en Ukraine. Les images des canons Caesar tournent à plein toute la journée, c’est vu via les satellites par bon nombre d’Africains, etc. Macron demande qu’on passe à l’économie de guerre, mais seulement 3 mois après les débuts des combats sur le sol européen. Ce qui se passe c’est pas une bande de dévaliseurs dans le 9.3 qui tireraient en l’air pour faire peur au bijoutier du coin. C’est la Russie, un des géants mondial, qui attaque sur le sol Européen, on prend conscience peu à peu que Poutine nous a joué la symphonie des fakir pour charmer les serpents. Quand Macron dit « il faut passer en économie de guerre », qu’en parallèle ça équivaut à augmenter la production de 35 canons Caesar (et quelques autres équipements comme le Griffon ). Désolé mais c’est pas une économie de guerre que commander 35 canons supplémentaires (soit : +18 canons) !! Au mois de Mars 2022, il y a donc quelques semaines, l’Egypte a conclut un accord avec la Corée du sud la production sous licence de canons K-9, un concurrent direct du canon Caesar. Economie de guerre stipule que oui on vend des licences à nos alliés, au moins de quoi pérenniser l’industrie nationale, surtout en ces moment fort dangereux pour le continent européen. L’Egypte peut également, peut-être, fournir et équiper l’armée ukrainienne, elle a des canons soviétiques et les munitions qui vont avec. Sur les salons comme Eurosatory on voit que la plupart des pays européens fabriquent des armes de fantassins, l’économie de guerre, ça veut dire aussi des commandes à la chaîne de mitrailleuses et équipements de combat fantassin, de quoi équiper 2.3.5 millions d’ukrainiens. Où sont les AMX-10-RC ? Où sont les Centauro italiens, où sont les Strykers américains avec canons 105/120mm. Ils en ont plus besoin, ils les ont mis en cocon, Kiev en a terriblement besoin pour casser du char russe, des canons russes sur une localité donnée (par exemple reprendre Kherson, renforcer ODESSA). Où sont les Neptune transformés en missiles de croisières ? Si on arrête pas Poutine (et son armée) en Ukraine, j’ai bien peur qu’un jour ou l’autre faudra peut-être se battre sur la mer Baltique, en défendant les pays Baltes, la Pologne ou même la Transnistrie-Moldavie-Roumanie. Ça sera mille fois pire pour nous qu’aider utilement l’Ukraine aujourd’hui. La guerre au Mali s’était une promenade de santé à côté de ce qui se passe d’arriver en cas de déstabilisation de l’Europe de l’Est ou la mer Baltique. Va falloir que nos politiques arrêtent de frissonner devant les communiqués de Poutine, ou de ses dévots, ce que l’Europe a besoin, ce que la France a besoin, c’est 1.000, 2000 canons, de quoi faire face à l’armée soviétique ou de Xie. On a besoin de plus de Rafale, de Griffon, des chars, des matériels comme le Centauro II que l’on peut commander et construire en relation avec l’Italie, faut nous rapprocher de nos partenaires européens et préparer la défense du Continent.

    • VinceToto dit :

      L’UE s’effondrera d’elle même, de même que l’URSS s’est effondrée. Le conflit avec un ennemi extérieur ne fait que retarder l’effondrement, servir d’excuse à continuer un mauvais système voué à l’échec.
      La France a même perdu sa langue, sa culture, son Histoire, ses traditions à cause des idéologies ésotériques « progressistes » transgenre comme celles qui sévissent dans ses armées: évacuation sanitaire, véhicules sanitaire par exemple. En anglais et d’autres langues, les mots d’origine française ont gardé un sens, une histoire: medical, ambulance en anglais par exemple(parmi beaucoup d’autres).

    • lgbtqi+ dit :

      Tout à fait d’accord avec vous.

  5. Sorensen dit :

    https://twitter.com/Brevesdepresse/status/1538192145655517184 Faudrait une version anti-incendie.

  6. TINA dit :

    Ce VBMR … Sanitaire … constitue un mastodonte, complètement et volontairement obsolète! TROP DE PARAMÈTRES permettent de valider son inadéquation au regard des nombre de théâtres …Et donc , d »organisations opérationnelles et tactiques, d’une part ; et de leur mise en œuvre!

    PS : Nous devrions annuler cette commande de 135 VBMR, et commander 135 VAB MK3 SANITAIRE ! les collègues seraient mieux protégés… Et on obtient un véhicule totalement équipé présentant un poids total autorisé en charge de 19.5 T…. Je vous laisse rechercher et va:lider mes propos.

    • mich dit :

      Bonjour , si le VAB MK3 vous semble mieux correspondre ,alors il faut plutôt aller vers une version san du blindé SERVAL qui va aussi entré dans les forces . Sinon pourquoi le terme d’ obsolète pour le VBMR ? quand je vois sur quel théâtre on a deja fait se promener nos VBCI ,je me dis que VBMR à quand même sa place , et son volume de cabine est quand même appréciable ,non ?

      • Polymères dit :

        Car TINA s’est mis dans la tête que le Griffon est nul et inadapté, qu’il pense depuis le moment (où l’on cherchait le successeur du VAB) que le VAB MK3 est suffisant et adapté.
        Donc l’obsolescence est en fait simplement la non acceptation du Griffon car il s’est trop convaincu de ses propres réflexions. Alors bien entendu il aura « ses » explications mais elles ne reposent que sur « ses » impressions et il n’apportera aucunes sources autre que son avis.
        De toute façon c’est toujours le même individu sous ses multiples pseudos qui année après année récite son même discours car il est persuadé, lui, de savoir tout mieux que tout le monde.
        Je connais déjà sa réponse, il dira que le Griffon est un MRAP conçu pour le besoin du théâtre Afghan, qu’il est donc inadapté et obsolète car le vrai besoin selon lui ce sont les engins le plus ramassés possible.
        Heureusement qu’il n’est pas dans l’armée et n’utilise pas le VAB sinon il comprendrait ce qu’est une obsolescence et pourquoi on évolue vers ce qu’il rejette.
        Donc c’est essentiellement à son oeil que le Griffon est obsolète.
        Et ne l’emmenez pas sur le débat roues-chenilles, ça sera son point de rupture.

  7. Saint Luc dit :

    A lire les divers commentaires, le VBMR est un véhicule dernier cri.
    J ai cependant une interrogation très terre à terre : si l’ on se réfère aux photos sur internet et à la version que j ai pu visiter, la porte arrière a la largeur d’ un combattant équipé. Comment fait on rentrer un blessé médicalisé sur un brancard dedans?
    D’autre part l’article me laisse à penser que la version santé est l’une des dernières à être validée , comme la 5eme roue du carrosse….

  8. lxm dit :

    Un article intéressant avec interview de ceux qui s’occupent de la logistique de l’armée ukrainienne, on apprend que cette dernière aurait perdu 50% de ses capacités, soit donc en moins 1300 blindés, 400 chars, et 700 artilleries;

    https://www.nationaldefensemagazine.org/articles/2022/6/15/ukraine-to-us-defense-industry-we-need-long-range-precision-weapons

    Il n’est pas précisé l’influence du matériel pris à l’armée russe et reconditionné, cela pourrait signifier des stats pires. 1 million de personne travailleraient à l’effort de guerre sur le front ou à l’arrière. Cela nous rappelle directement la 1ere guerre mondiale, l’Ukraine est un pays très comparable à la France de 1914-18, avec une forte agriculture, une population de taille comparable et une large part de ses zones industrielles en pleine zones de guerre. D’ailleurs l’OTAN vient de dire que la guerre pourrait durer plusieurs années, la guerre étant déjà passée d’une phase de guerre de mouvement à une phase de guerre d’artillerie, lente et implacable.

    Pour ma part, dès le début du conflit, j’anticipais qu’il pourrait devenir une sorte de terrain de football avec l’OTAN remplaçant graduellement population et matériel des ukrainiens faisant face à des russes remplacés matériellement et en hommes par des chinois. Ce qui fait écho au front française de 1914-18 devenu de plus en plus international, mais aussi à la zone de bataille finale d’ouvrages comme le Mahabharata ou « les plaines de Vigrid », c’est en tout cas le schéma général qui se profile, celui où aucun soldat engagé dès le début de la guerre n’y survit assez pour en voir la fin, et où l’enthousiasme( et la lutte contre les modérés et pacifistes accusés de traitrise) est remplacé progressivement par le « y’en a marre, on manque de tout, quand est-ce que cela va cesser, à tout prix ». Les rumeurs commencent déjà à arriver, d’officiers tirant sur leurs propres troupes parce qu’elles reculent. Allons-nous devenir implacable comme un Pétain de son temps évitant la débandade en 1917 en foulant nos valeurs modernes ? L’arme chimique fut utilisée très localement pendant la 1ere guerre mondiale, chaque camp redoutant très vite son usage incontrôlable, et cela ne fût utilisé que par les japonais en chine sur des villes( qui bloquaient durablement le front) durant la seconde, cela peut à la fois nous réconforter sur l’usage du nucléaire et ses nuages radioactifs et nous effrayer qu’un front qui stagnerait trop inciterait à son usage.

  9. MERCATOR dit :

    @lxm

    « Les rumeurs commencent déjà à arriver, d’officiers tirant sur leurs propres troupes parce qu’elles reculent »

    Bon le trollage à ses règles , donner des fausses informations évidemment, mais plausibles, sinon tout le reste du discours est à mettre à la poubelle !. C’est la seconde observation ! faites attention !

    • lgbtqi+ dit :

      les exécutions sommaires, par des officiers russes, de soldats russes blessés sont attestées. Didier François en parlait l’autre soir sur LCI.

      • Wrecker47 dit :

        …Encombrant et inutile un blessé ?Je ne m’étonne pas que ces derniers se fassent flinguer par leurs personnels !

        • lgbtqi+ dit :

          Encombrants sur le terrain, et encombrants au niveau médiatique.

          On notera aussi l’emploi de camions-fours-crématoires russes, pour éviter d’avoir à rapatrier des cercueils de zinc.

          poutine n’a aucun respect pour le peuple russe.

  10. Albatros dit :

    Pas de MO120 pour le Griffon ?