M. Macron veut un investissement « clair et fort » pour consolider le modèle d’armée complet

En 2021, le gouvernement a procédé à un « ajustement » de la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25 alors qu’il était prévu d’actualiser cette dernière par voie parlementaire, comme le prévoyait son article 7, pour en préciser les dernières annuités de sa trajectoire financière « en prenant en compte la situation macroéconomique ».

S’il fut critiqué par les parlementaires [et en particulier par les sénateurs], cet ajustement de la LPM se déclina selon trois axes : « Mieux détecter et contrer », « Mieux se protéger » et « Mieux se préparer ». Et il était alors question de développer certaines capacités [à enveloppe constante, ndlr], notamment dans les domaines du NRBC [nucléaire – radiologique – biologique et chimique], de la lutte anti-drone, du spatial, du cyber et de la « guerre des fonds marins ».

Depuis, le budget des armées a été porté à 40,9 milliards d’euros [moins une annulation de crédits de 300 millions qui devraient cependant être récupérés là l’occasion de le prochaine loi de finances rectificative], la Russie a envahi l’Ukraine et… la Cour des comptes a publié un rapport dans lequel elle a estimé que, compte tenu de la dégradation des finances publiques et de l’évolution défavorables des paramètres macro-économiques, le modèle d’armée complet ne serait plus tenable, sauf à consentir un effort financier important aux dépens d’autres priorités gouvernementales.

Or, d’après les propos qu’il a tenus à l’occasion de l’ouverture du salon de l’armement terrestre Eurosatory 2022, ce 13 juin, le président Macron envisage des investissements supplémentaires pour les armées.

« J’ai demandé au ministre [des Armées] et au chef d’état-major des armées de mener dans les semaines qui viennent une réévaluation de cette Loi de programmation militaire à l’aune du contexte géopolitique », a-t-il annoncé. « Ce travail donnera lieu […] à une nouvelle planification et à un investissement dans la durée, clair et fort, de la Nation pour pouvoir accompagner ce bouleversement du monde, consolider notre modèle d’armée complet mais aussi nous positionner encore plus fortement sur l’évolution à la fois de la menace et des réalités que nous sommes en train de vivre aussi bien sur le théâtre sahélien que dans cette guerre de haute intensité revenue sur le sol européen », a déclaré Emmanuel Macron.

Cela étant, « nous n’avons pas attendu les changements stratégiques pour réinvestir », a-t-il rappelé, dans une allusion à la hausse continue du budget des armées depuis cinq ans. Mais la guerre en Ukraine fait peser une « exigence supplémentaire pour aller plus vite, plus fort, au moindre coût », a-t-il estimé.

« Il nous reste beaucoup à faire pour nous adapter aux transformations profondes que nous sommes en train de vivre. Et pour qui douterait de l’urgence de ces efforts, il suffit de regarder une fois encore, vers l’Ukraine, dont les soldats réclament un armement de qualité et qui sont en droit d’avoir une réponse là aussi de notre part », a fait valoir le chef de l’État. Aussi, a-t-il poursuivi, « nous prendrons les décisions des investissements et nous aurons les exigences qui vont avec ».

Et cela passera par une « economie de guerre », dans laquelle, a estimé M. Macon, la France est « entrée » et « dans laquelle nous allons durablement nous organiser » car « on ne peut plus vitre avec la grammaire d’il y a un an ».

À propos d’économie de guerre, et selon des informations du quotidien Le Monde, la Direction générale de l’armement [DGA] est en train d’élaborer un texte législatif qui permettrait de réquisitionner certaines capacités de production ainsi que des matériaux critiques [titane, métaux rares, etc] et des composants [semi-conducteurs] à des fins militaires. Il s’agirait de s’inspirer du « Defense Priorities and Allocations System Program » [DPAS] qui, en vigueur aux États-Unis depuis la guerre de Corée, autorise le Pentagone à mobiliser et réorienter des ressources à des fins de sécurité nationale.

Par ailleurs, M. Macron a une nouvelle fois plaidé en faveur de davantage de coopération européenne en matière de défense. « Ne repartons pas de l’avant pour reproduire les erreurs du passé, dépenser beaucoup pour acheter ailleurs n’est pas une bonne idée », a-t-il soutenu, alors que l’industrie américaine de l’armement devrait profiter d’une bonne partie du « fonds spécial » mis en place par l’Allemagne pour financer la remontée en puissance de ses forces armées. « L’heure est à la mise en place d’une préférence européenne », a-t-il dit. « Nous avons besoin de renforcer une industrie et une base industrielle et technologique de défense européenne beaucoup plus forte et beaucoup plus exigeante […] sinon nous construirons les dépendances de demain », a-t-il insisté.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

148 contributions

  1. Kevin dit :

    Parfait. Mais ça va demander de l’argent. Donc, soit on renonce au grand libéralisme de défiscalisation de la finance, des riches et des grandes entreprises, au dumping fiscal et aux exils financiers dans les républiques bananières européennes (Pays-bas, Irlande, Luxembourg…), soit on continue de détruire les services publics et de paupériser la classe moyenne. Dans ce cas-là, ne pas oublier d’investir massivement dans les balles en caoutchouc. Quand il y aura deux millions de gilets jaunes dans la rue, ça va chouiner dans les conseils d’administration. Un Etat fort requiert une armée forte (mais aussi des infrastructures fortes, y compris les infrastructures sociales). Pour cela, il vaut se souvenir de ce que disait le Gal de Gaulle : « La politique de la France ne se fait pas à la corbeille. » Nos politiciens appartenant à une caste privilégiée qui pense que la politique de la France, c’est la corbeille, qui n’ont qu’une patrie, leur classe sociale, qu’un dieu, l’argent, soit ce grand plan de réarmement ne se fera pas, soit il va falloir que la finance apprenne que l’absorption des dettes pourries, c’est à elle de la payer, pas aux contribuables. Autant dire qu’avec la phagocytose de la politique par la haute bourgeoisie parisienne, tout ça est très mal parti.

    • Franz35 dit :

      L’argent est là, ou peut se provoquer. Pas besoin de créer d’impot. Déjà, si on réindustrialise la France et équilibrions la balance commerciale, ca se passerai bien. Imaginons faire passer la tva à 20% et diviser l’impôt sur les sociétés par 2 (moyennant une redistribution sur les salaires), le pouvoir d’achat reste stable, et le made in France devient beaucoup plus abordable (les Allemands l’ont fait).
      Ensuite, simplifions la gestion du pays, et on pourra là encore faire des économies. Pourquoi avoir des régions ET des départements alors qu’une seule strate bien équilibrée suffirait ? Avons nous besoin de 21 chaines publiqies de tv et de radio ?
      L’argent pour la défense est devant nous depuis longtemps, mais ca se vend mal auprès des électeurs.
      Si nous avions eut 1 président lucide depuis 30ans, nous n’aurions pas bradé notre défense.
      On fait semblant de découvrir nos faiblesses alors que ca fait 20ans qu’on en parle : stocks de munitions ridicules, plus de fabrication d’armes de petit calibre, pas d’investissement dans les drones, trop peu d’avions, trop peu de char, trop peu de navire
      On a voulu compenser un peu par la qualité et la loi du « high tech polyvalent » mais cela a accéléré la réduction de nos capacités.
      Aujourd’hui, comme hier, nos élites se réveillent bien tard. Trop tard même. Et dans la précipitation, ils feront de nombreuses erreurs car ils n’auront pas eut le temps de réfléchir ces sujets (sauf à payer Mc Kinsey pour pondre des rapports hors sujet).

    • john dit :

      Juste pour info, ne croyez pas que la France n’est pas un paradis fiscal pour certaines entreprises et certains privés.
      Certaines nationalités du Golfe ne paient pas d’impôts en France il semblerait. Évidemment il y a les milliardaires de Saint.Barthélémy qui ne paient rien sur la fortune ET sur le revenu, ne paient pas la TVA, ni le droit de succession pour les biens sur l’île. C’est probablement parmi les paradis fiscaux les plus paradisiaques pour les grandes fortunes!

      Pour les entreprises, la définition de paradis fiscaux est un peu ironique.
      Si vous prenez l’implantation du CAC40 en dehors de la France, le premier pays sont les USA, avec 1’352 filiales en 2020. Viennent ensuite le Royaume Uni (856), l’Allemagne (622), les Pays-Bas (562), la Chine (488), l’Italie (411), etc…
      Parmi ces pays cités, seuls les Pays Bas entrent dans la catégorie de paradis fiscal.
      Si vous prenez les USA, il y a un impôt dans chaque Etat, et un impôt fédéral. Beaucoup d’entreprises sont domiciliées au Delaware où ils ont une boite aux lettres pour ne quasiment rien payer. Et pour l’impôt fédéral, vous avez des entreprises comme les GAFA qui ne paient quasiment rien.
      le Delaware est un énorme paradis fiscal. Donc pourquoi est-ce que la liste des paradis fiscaux de l’UE ne mentionne pas les USA?
      Pour le Royaume Uni, ses territoires d’outre mer sont des paradis fiscaux, et en 2021, des recherches ont démontré que ces territoires devancent de loin la Suisse, les Pays Bas et le Luxembourg sur cette question. (Jersey, Bermudes, Iles Vierges, Iles Caïman, Bahamas particulièrement).
      Si on prend les cas des Pays-Bas, de la Suisse et du Luxembourg, contrairement au Royaume Uni et aux USA, les budgets publics sont au moins à l’équilibre. Donc ces pays peuvent dire que taxer plus n’a pas de sens puisque le budget est totalement financé.
      Par contre, pour les USA et le Royaume Uni dont les déficits sont permanents, c’est plus problématique à défendre. Et c’est d’autant plus problématique que les USA attaquent d’autres pays alors qu’ils font pareil voire pire !

      Et fait intéressant, alors que le G20 s’est mis d’accord pour un minimum de 15% d’imposition sur les multinationales, dès 2023, et 137 pays se sont joints à cette initiative, y compris l’UE sauf erreur, mais aussi la Suisse, la France présidente de l’UE avait retardé la mise en application de cet accord.

      Bref, tout cela c’est une bonne chose. Il est normale que les entreprises paient leur part. Et en particulier les grandes entreprises. Il a été prouvé un peu partout dans le monde que ces grandes entreprises coûtent plus à l’Etat qu’elles ne rapportent. Elle utilisent leur position de force pour contraindre les pouvoirs publics à les aider et à les taxer bcp moins.
      Et plus problématique, ces entreprises utilisent des stratégies d’optimisation qui leur permet de ne quasiment pas payer d’impôt. Au moins, avec un 15% minimum, il devrait y avoir des changements. Et j’espère aussi que les GAFA seront taxés à leur juste valeur en Europe. C’est trop facile pour le moment pour eux.
      A une période où les inégalités augmentent, et notamment à cause d’une baisse du salaire réel (merci les grandes entreprises), et une redistribution des richesses via l’impôt de plus en plus injuste, c’est une bonne initiative.
      Les PME n’ont pas la chance de pouvoir optimiser leurs impôts. Et souvent ils subissent des gros clients qui les pressent et qui ne veulent pas payer le travail réalisé. Et tout cela pour ensuite enrichir des actionnaires.
      Que les actionnaires soient rémunérés, ok, je comprends.
      MAIS, pourquoi les dividendes ne sont-ils pas imposés au même titre que les revenus sur le travail? L’excuse de « on a besoin d’investisseurs » est absurde. Ils seront toujours là même avec un impôt sur le revenu équivalent à celui sur le travail. Pourquoi? Parce qu’ils veulent faire travailler leur argent, et ne pas travailler eux-mêmes.

      Mais dans tout ça, je tiens à noter une chose. La France a de quoi luter contre la fraude, avec les recherches qui démontrent des dizaines / centaines de milliards qui échappent au fisc en France, je pense qu’un investissement majeur dans ce domaine serait bénéfique à tous les Français, l’armée y compris.
      Et potentiellement, cela permettrait de baisser les impôts. Si tout le monde paie son dû, la facture est mieux répartie ! Donc il y a un début de réponse

      • Aramis dit :

        « Si on prend les cas des Pays-Bas, de la Suisse et du Luxembourg, contrairement au Royaume Uni et aux USA, les budgets publics sont au moins à l’équilibre. Donc ces pays peuvent dire que taxer plus n’a pas de sens puisque le budget est totalement financé. » Vu leurs besoins par rapport à ce que génère leur fiscalité « souple » pas très difficile.

  2. Michel dit :

    Concernant le dernier paragraphe on ne peut que être d’accord avec lui.

    En tant que français je n’aurai aucune arrière pensée à acheter britannique ou allemand ou autre.
    Mais sans être parano j’ai l’impression que c’est pas le cas des autres européens.
    Rare sont les achats de matériel français alors qu’il est de qualité similaire à ce qui se fait ailleurs.
    On le voit avec Léa allemands. On fait beaucoup d’effort dans leur sens mais aucune contre partie (tigre, scaf, char de nouvelle génération) et j’en passe.
    Ça va jusque leur transférer la ligne de production des moteurs dariane mais ça ne suffit pas.

    • Loufi dit :

      Ils s’en foutent de l’Europe, ils protègent leurs exportation vers les US et la Chine en achetant chez eux.

  3. Liber dit :

    « un investissement clair et fort » …… en faveur de l’industrie allemande !!!!

  4. Moogli dit :

    C’est pas trop tôt !

    Commande directe de la version MK2 du Caesar pour compenser nombre pour nombre ceux fournis à l’Ukraine.

    Si un 7e SNA serait trop demande, malgré le besoin pour haut de spectre, 2 FDI à 100% équipées (pas 70% sans guerre électronique et sans MDCN ni Aster30) eviteraient l’absence de résilience lors d’un conflit face à du lourd.

    Avec les NH-90 qui seront un jour, plus tard, peut-être, disponibles à 50% du parc (!?!) : serait-il envisageable de penser à une dizaine de Caracal pour des OPEX et RESEVAC ?

    La défense sol-air SAMP/T et Mica VL, ça fait pitié quand on voit les quantités produites ? 2 systèmes complets de chaque permettraient de moins passer pour des peintres.

    Ce qui précède peut ressembler à une liste de Noël, mais vous ne pouvez pas opposer une volonté de souveraineté à des alliés qui vendent aux voisins partenaires, si vos arguments de terrain ressemblent à une petite boîte de Quality Street.

    Pour vendre aux autres (ensuite), il faut déjà être capable d’avoir des biscuits avant de s’asseoir à la table. Les voeux pieux sans redondances, avec des équipements en deçà du standard nominal, c’est valable en temps de paix, pendant des matchs amicaux.

    La protection de certains DOM-TOM à long terme sans interopérabilité complète avec nos alliés, j’y crois moyennement en cas de vrai problème. On ne va pas bien loin tout seul.

  5. Frédéric dit :

    On va enfin peut être revoir un site de production de munitions légères en France ? On voit avec l’Allemagne et la Suisse que cela peut coincé même pour des donations.

  6. PK dit :

    Le « en même temps » dans toute sa splendeur : réinvestir nationalement, mais avec l’Europe…

    • Frank dit :

      @PK L’éternel E. Macron.
      Des phrases martiales, des postures volontaristes, un théâtre permanent, des tirades interminables dans lesquelles il se contemple, et au final? Rien, ou presque.
      Après cinq ans, TOUS les indicateurs se sont dégradés, il refuse de s’en expliquer, et nul ne lui en tient rigueur, et en plus, la majorité lui redonne mandat pour refaire la claque cinq ans de plus.
      D’un autre coté, vu la médiocrité des autres acteurs sur la scène de Grand Guignol qu’est devenue la politique Française, il aurait tort de ne pas en profiter.
      Et c’est malin: Il n’a rien demandé au spectateur pour entrer dans la salle de son spectacle, mais ce dernier va (lourdement) payer une fois le rideau baissé.
      Chapeau l’artiste!
      Ce terme d’être « entrés dans une économie de guerre » devrait inquiéter beaucoup de béats, c’est dangereusement vague.
      Sommes nous en guerre? Contre qui exactement? Quelle définition du mot « guerre » pour notre Président? Quels fronts? Quel ennemi? Quels moyens? Quels buts? Quelle doctrine?
      Il se garde bien de nous le préciser, la guerre est pourtant une affaire sérieuse, mais bien sur, nul ne lui pose la question.

      • PK dit :

        La seule guerre que mène Macron est contre les Français.

      • Carin dit :

        @Franck
        D’autant que si on joint les déclarations de Macron, à celle de l’actuel patron de l’armée de terre «  on doit être prêt à partir demain matin » cela devient très inquiétant…
        J’ai également cru comprendre que nos dons de matos à l’Ukraine, ne vont pas s’arrêter aux CAESAr… ce que je traduit par un don de VBCI, EBRC,VBMR, AMX10 RC, etc…
        Quelqu’un aurait-il des infos sur nos bases? Parce que si j’ai raison, des milis ukrainiens sont actuellement en formation pour ces matériels…

      • Harry Kauver dit :

        Eh oui, nous n’avons qu’un seul groupe de mots (économie de guerre) pour, en même temps décrire la mise en état de défense de l’économie, et l’économie de temps de guerre active. Les Allemands utilisent deux mots différents: Wehrwirschaft ( économie de défense) pour désigner la préparation à une éventuelle guerre, et Kriegswirtschaft (économie de guerre) pour désigner l’économie de guerre active. ces appellations étaient utilisées lors de la préparation de la seconde guerre mondiale, ils ont donc de l’expérience…

  7. HMX dit :

    Timide début de réaction française à la guerre en Ukraine. Alors que tous nos voisins ont annoncé des mesures budgétaires importantes et chiffrées, alors que l’Allemagne a mis sur la table son fonds spécial de 100 milliards, alors que le sujet de la défense nationale a été totalement ignoré lors de l’élection présidentielle, puis lors des débats du 1er tour des législatives, voilà qu’entre les deux tours de cette élection, on se souvient brutalement que la France a une armée et que la guerre est aux portes de l’Europe… le « timing » de cette intervention ne doit évidemment rien au hasard. Grâce à ce sujet « régalien » par excellence, il s’agit probablement pour les communicants qui nous gouvernent de redonner une stature et un peu de lustre à notre Président, dans une période difficile.

    Pour le reste, on devra se contenter de cet effet de « teasing », puisque aucun chiffre n’a été annoncé, et pour cause… Au passage, la fin du discours, avec les traditionnelles incantations sur « l’Europe de la défense », n’est pas là pour nous rassurer. Il est à craindre que ces appels récurrents à la coopération européenne ne se traduisent par un soutien aveugle, idéologique et à sens unique à des programmes mal nés comme le SCAF ou le MGCS, qui malmènent notre BITD, et notre souveraineté (mais n’est ce pas justement là l’objectif caché, pour permettre enfin le grand saut vers le fédéralisme ?), là où nos partenaires , et l’Allemagne en particulier, veillent strictement à la défense de leurs intérêts.

    Bref, on va donc attendre d’en savoir davantage sur ces annonces, pour voir où nous allons placer la barre en terme d’ambitions (ce sera le rôle de la LPM révisée), et surtout quels moyens seront alloués pour atteindre ces objectifs (arbitrages budgétaires annuels du budget Mindef…)

  8. Bricoleur dit :

    A propos de  » base industrielle et technologique de défense européenne beaucoup plus forte » , je viens, au cours d’ une balade du côté de FIGEAC de découvrir une hélice d’ A 400 M exposée devant l’usine Ratier. Usine « décorée » des lettres géantes « Collins Aerospace ». Je saute sur Wiki, on y trouve :  » 1998 : Ratier-Figeac passe sous contrôle américain : Hamilton Standard acquiert 100 % du capital ». Merci Chirac. Notre bel A 400 M vole donc avec des hélices américaines fabriquées … chez nous. Les Hawkeye américians et ceux du Charles de Gaulle aussi: consolation.
    Autre invasion US ( parmi tant d’autres) dans l’armement européen: GDELS: General Dynamics European Land Systems est depuis 2001 une division européenne de General Dynamics Corporation (95000 employés). La gamme de produits va des véhicules de combat blindés et chenillés à roues aux ponts amphibies et aux systèmes de ferry. 2400 employés, en Allemagne, Autriche, Espagne et Suisse.
    On peut continuerà loisir la liste des acquisitions américaines RECENTES. Il suffit d’aller faire un tour à EUROSATORY 2022. Qui peut croire que nos amis US vont se défaire de leurs trophées européens !

    • Convertor dit :

      L’essentiel en termes d’indépendance nationale ou européenne est bien une « base industrielle et technologique de défense beaucoup plus forte », pas la nationalité des actionnaires … Même s’ils étaient russes aujourd’hui, il suffirait de nationaliser l’usine, et basta ! … Donc des actionnaires US ne poseraient problème que si nous devions faire la guerre aux USA, ce qui disons est assez peu probable, non ?

  9. Starbuck dit :

    Ils vivent dans quel monde à la cour des comptes?
    Je leur ferai faire un stage de 15 jours dans le donbass à ces têtes de noeuds
    Petite info, les acheteurs de Leo 2 vont devoir patienter. La production de blindés allemand est à l’arrêt pour cause de manque de titane (importé de Russie ).
    Mince alors. C’est maudites sanctions ou l’art de se tirer une balle dans le pied.

    • Polymères dit :

      La cour des comptes n’est pas un pouvoir exécutif.
      Leur « but » est exclusivement comptable, savoir si avec XX recettes on arrive à XX dépenses sans sortir des clous, bref si les objectifs définis sont atteignables en l’état.
      Ne les prenons pas pour ce qu’ils ne sont pas, il est bien important pou tout le monde de saisir qui fait quoi, qui influence quoi pour ne pas prendre par exemple la cours des comptes pour celle qui définirait la politique militaire et stratégique de la France. Si demain le pouvoir exécutif décide d’une LPM avec un budget militaire qui doublerait, elle ferait le même travail et si elle constate que ça ne suffirait pas pour arriver à se payer 5 porte-avions, elle proposerait d’en rester à 4.
      La cours des comptes s’en fout royalement du montant du budget militaire ou du contexte stratégique. Elle fait son travail de comptable financier que ce soit en analysant des dépenses à 40 milliards ou à 200 milliards, ce sera toujours pareil.
      L’exécutif dicte les choix et la politique, ce n’est ni la cours des comptes, ni un groupe de députés à l’assemblée, ni le sénat, ni je ne sais quoi qui sont les décisionnaires.
      La situation générale, le contexte, font comme je l’ai souvent répété depuis plusieurs années maintenant, que la défense est devenue (elle ne l’était pas avant) un segment « intouchable ». Ce que je veux dire c’est qu’il est inconcevable politiquement de réduire par exemple les dépenses ou le format d’armée sans en subir des conséquences importantes. Il y a 10 ans tout le monde s’en foutait, aujourd’hui ce n’est plus le cas, malgré que nombreux agissent et réfléchissent encore comme avant en pensant tout le temps qu’il y a des entourloupes et des plans secrets visant à réduire le budget et le format des armées, ces gens viennent à nier les augmentations budgétaires, à nier les efforts consentis, souvent aussi pour des raisons d’opposition politique. Mais il n’y a pas besoin d’être un adorateur de Macron pour constater des choses évidentes, tout ne va peut-être pas aussi vite qu’espéré par certains, mais l’effort ne peut être nier.

      Pour le titane, la Russie est très très loin d’être l’un de notre principal fournisseur et il faut sortir du concept que celui qui produit aujourd’hui serait celui qui possède et pour qui on doit dépendre. Le titane comme bien d’autres ressources, il y en a un peu partout, tout est une question d’exploitation. La Russie peut être emmerdante aujourd’hui, mais elle sera remplacée demain, car d’autres seront bien content d’exploiter de nouveaux gisements pour satisfaire l’offre.

    • Tulio dit :

      Ah bon, il manque seulement du titane ?

  10. KL42 dit :

    Economie de guerre ????
    Economie de pénurie
    Economie de restriction.
    Nous n’avons pas la base industriel pour faire une guerre de haute intensité, les Russes envoie 50 000 obus par jour dans le donbass.
    Les problèmes de logistique existaient avant le début de l’opération spécial en Ukraine et dû à la gestion politique du covid.
    L’inflation a commencé a pointé son nez au printemps de l’année passé.
    Leur Russophobie primaire vont les poussés à blamer la Russie pour tous les futurs problèmes alors que les problèmes existaient avant le début de cette année.

  11. Yoyolegigolo dit :

    Ah ben en voilà une bonne nouvelle.

    Maintenant reste plus qu’à voir de combien de milliards d’euros seras revue la LPM et la cadence des futures livraisons

    • Carin dit :

      @yoyolegigolo
      Facile… pour 2023 l’enveloppe de 3 milliards d’euros sera validée… cette enveloppe était vouée à baisser à hauteur de 1,7 milliards…
      Maintenant le président parle d’économie de guerre… et sa définition n’est sûrement pas la vôtre ou la mienne, ni celle de qui que ce soit…. D’où les 3 milliards!

  12. JC dit :

    Et en coopérant avec l’Allemagne, la France ne construit-elle pas sa dépendance de demain à Berlin ? Navrant ! Il est vrai que l’on a les dirigeants que l’on mérite, alors baissons la tête et direction…l’abattoir.

  13. Titeuf dit :

    Hallucinant les discours de nos zelites.
    Europe Europe Europe….
    Ils ont de la merde dans les yeux ou quoi ???
    Tu payes plus cher un truc qui ne correspond a pratiquement rien de ce que tu as demandé,un peu le syndrome fêtes des mères  » je voulais du parfum !!! ….ben t’as un jolie ensemble de casseroles avec une poignée pour tout…elle est pas belle la vie. !!! « 

  14. Félix GARCIA dit :

    Je suggères (en plus de ce qui est déjà prévu [et sur la base de ce que décrivent le CEMA, le CEMM, le CEMAT et CEMAAE) :

    Armée du Vent :
    – 250 Rafales
    – 15 MRTT Phénix
    – 12 Falcon 10X PATMAR
    – 50 dérivés de « nEUROn » : Air-Air, SEAD, Air-Mer/Air-Sol
    – 225 « Celera 1000L » français : 125 transport, 25 dronisés (nounou, ISR), 25 PATMAR et ISR, 50 Air-Sol/Air-Mer
    – 10 Dirigeables-AWACS à partir des LCA60T de « Flying Whales » (avec perche de ravitaillement)
    – 5 Dirigeables-Ravitailleurs (avec l’Armée de l’Eau)

    Armée de l’Eau :
    – PA-NG : 45 Rafales
    – 1 Porte-drones : 30 dérivés « nEUROn », 3 SeaGuardian (ou équivalent), 10 Celera « nounou »
    – 2 SNA supplémentaires
    – 1 FDA supplémentaire
    – 2 FLM (Frégates Lance-Missiles) : 32+16 MDCN, 16+16 FCM/Exocet
    – 6 BNE (Bases Navales Expéditionnaires, équivalent des ESB américains) : drones ECA Group + Naval Group, 1 NH90, 3 H160M, 1 VSR700, 4 Camcopter, drones V-BAT, 2 ETRACO
    – 6 Gowind 2500/3000
    – 6 Voiliers (voiles Solid Sail) motorisés pour la surveillance des pêches etc … (150-200m) : 1 H160M (avec hangar), 2 Camcopter, 3 V-BAT, dirigeables NATAC, ETRACO
    – 10 Dirigeables-PATMAR à partir des LCA60T de « Flying Whales » (avec perche de ravitaillement)
    – 5 Dirigeables-ASM à partir des LCA60T de « Flying Whales » (avec perche de ravitaillement)

    Armée du Terroir :
    – Leclerc 2.0 avec canon Ascalon
    – « Roikaat » français
    – CAESAr-AA : RapidFire 40mm et Oto Melara 76mm anti-aérien
    – Camion HELMA-P avec camouflage « CAMELEON » et blindage « SPINELLE ».
    – HIMARS français
    – Artillerie LOCUST (lance-munitions rôdeuses)
    – Sherpa A2M
    – Griffon-Akeron LP (mini-croiseur terrestre, avec 8/12 missiles)
    – Dirigeables de contre-batterie/trajectographie (COBRA volant)
    – Génie : dirigeables LCA60T de « Flying Whales » (transport sous élingue, moyens de franchissement …), trancheuses de sol, raboteuses minières, utilisation de conteneurs pré-équipés (enterrés, renforcés …) …
    – Unités de micro-logistique (« Sherpas ») inter-unités et intra-unités.

    « Vers l’infini et au-delà » (Spatial) :
    – Continuer ce qu’on fait
    – Et réussir à faire des lanceurs réutilisables

    Matrix (Cyber) :
    – Tout revoir en lien avec « la souveraineté numérique »
    – Réserve active étendue aux bidouilleurs et passionnés de l’infor-magique

    OSS 117 :
    – Investir dans le renseignement (notamment économique) et la diplomatie

    • Félix GARCIA dit :

      + Véhicules de logistique et de transport avec camouflage « Caméléon/Salamandre » et blindage « Spinelle ».

      • Félix GARCIA dit :

        😀
        En effet.

        Avec un potentiel pour une version fixe sur les bases militaires, les lieux sensibles (industrie, nœuds logistiques, entrepôts etc …) ou les côtes.

        Une version 76mm anti-aérienne et appui-feu (notamment en montagnes, mais depuis les points hauts en général), qui resterait plus en arrière, avec « pattes stabilisatrices », ça pourrait faire sens (là aussi éventuellement en version fixe [montée sur châssis et déployée par exemple]).

      • AirTatto dit :

        Qu’elle horreur…. les drones shoot entre 6 et 20km… bientôt 50 avec l »évolution du Spike NLOS… A noter que le ciblage des drones et la surveillance s’effectue à 20 km de la cible alors ce truc immonde avec une portée de 4Km … non merci idem pour les missiles additionnels qui ont une protée de 7 km… on est pas en Afrique contre des pickups.

    • Haha dit :

      Pense aussi a acheter des granola stp
      Et PQ y en a plus

    • Félix GARCIA dit :

      PS : Je n’ai pas mentionné les roquettes (RAIGL) « partout » (sur VBAE/Sherpa/VBCI/Themis …), les Griffon/Serval-Mistral et les MICA-LC (montés sur lanceurs terrestres) car il me semble que c’est déjà prévu.

      • Félix GARCIA dit :

        RAIGL pour l’infanterie ?
        À la manière des ATGM (Stugna-P), avec console de tir déportée.

    • Félix GARCIA dit :

      * 250 Rafales en tout
      ** 15 MRTT Phénix en tout

    • Félix GARCIA dit :

      Un chenillé très lourd dédié au combat urbain :
      – Châssis et mécanique du Leclerc
      – Avec protection active (GALIX, PROMETEUS ?) et passive (blindage lourd, plaque avant anti-mines, grilles anti-RPG, briques réactives etc …).
      – Armements sur tourelleaux indépendants (capables de viser à la quasi verticale [immeubles]) : 12.7mm téléopérée, lance-grenades de 40mm (explosives, incendiaires, fumigènes, étourdissantes, éclairantes, de signalisation …) téléopéré (type Mk19), avec un tourelleau à paniers de roquettes (RAIGL).
      – Caméras et périscopes disposés tout autour du blindé, de même que des systèmes de détection acoustique/laser, ainsi que des micros (et un téléphone à l’arrière pour communiquer avec l’équipage à l’intérieur 😀 ).

    • Félix GARCIA dit :

      + Bombardiers à long rayon d’action à partir du Falcon 10X, avec perche de ravitaillement et armement en soute : AASM, Smartglider, FMAN/FMC, Exocet, SCALP-EG, V-MAX …

    • Félix GARCIA dit :

      – Des voiliers de recherche océanographique conjoints avec l’IFREMER etc …
      – 4 « Polar Pod » en Antarctique
      – Des plateformes marines (un peu comme les plateformes pétrolières, flottantes ou non) avec des modules HaceWave au pied.

    • Félix GARCIA dit :

      Lancer un grand audit « récup’ et réparation » et remettre en état ce qui peut l’être ?

    • Félix GARCIA dit :

      —> Un « Super Tucano européen » :
      – 650/700 km/h max
      – 7 points d’emport/pylônes (dont deux pour MICA [missiles Air-Air] en bouts d’ailes, les trois les plus centraux « humides » [pouvant accueillir un réservoir de carburant] )

      J’imagine bien des « trios prêts à décoller » en Afrique, dans trois configurations :
      – 2x MICA, 2×2 Akeron-LP, 3x réservoirs de carburants
      – 2x MICA, 2×12 RAIGL, 3x réservoirs de carburants
      – 2x MICA, 2x Nacelles Canon 20mm, 3x réservoirs de carburants

      Même « trio » avec des Sea Venom / ANL à la place ou en plus (« quatuor ») des Akeron-LP en configuration Air-Mer.

      Avec trois configurations Air-Air :
      – Police du ciel : 2x MICA, 2x Nacelles Canon 20mm, 3x réservoirs de carburant
      – Chasse hélico/avion légers : 2x MICA, 2×2 Mistral, 3x réservoirs de carburant (ou 2×2 Mistral et un réservoir de carburant)
      – Défense anti-drones/hélicos/avions : 4x MICA, 2x Mistral, 1x réservoir de carburant / ou / 4x MICA, 3x réservoirs de carburant / ou / 6x MICA, 1x réservoir de carburant

    • Aramis dit :

      Comme toutes vos listes je ne vois pas ce qu’avoir ça changerait fondamentalement. Surtout au niveau naval.

  15. Anonyme dit :

    Attendons de voir… Avec la NUPES à presque 26% et la droite « patriote » à plus de 20% (RN+Reconquête+souverainistes), Macron risque d’avoir, qu’il le veuille ou non, d’autres priorités à financer avant la défense : pouvoir d’achat, santé, éducation, police, justice… Wait and see!

    • albatros dit :

      Les électeurs des Républicains donneront une majorité à Macron, les deux autres n’ont aucune réserve électorale
      Macron a ressuscité l’UDF

  16. TheVoyageur dit :

    Pourtant c’est son gouvernement qui a toujours été aux commandes, c’est comme avoué qu’on a pas fait ses devoirs et qu’on jure qu’on les fera à l’avenir (sans aucunes garanties).
    Il ne fait que demander des analyses alors qu’il y en a de partout, c’est de la poudre de perlimpinpin. La seule raison pour laquelle il avait augmenté le budget en 2017 c’était pour atteindre les 2% de PIB exigé par l’OTAN en 2025 (comme la LPM, c’est magique les hasard). Pour rappel il avait attribuer entièrement au budget des armées la charge des OPEX pour pouvoir augmenter artificiellement la valeur absolue du budget des armées sur le % du PIB

    • Polymères dit :

      Un commentaire qui n’a de sens que par sa tendance à vouloir jouer l’opposant politique.

      Des analyses il n’y en a pas partout, ou alors vous ne savez pas de quoi on parle et vous imaginez qu’on parle d’un compte-rendu sur twitter qui fera son bilan d’observation d’images et de déclarations sur la guerre en Ukraine.

      Je vais citer l’article:
      « « J’ai demandé au ministre [des Armées] et au chef d’état-major des armées de mener dans les semaines qui viennent une réévaluation de cette Loi de programmation militaire à l’aune du contexte géopolitique », a-t-il annoncé. « Ce travail donnera lieu […] à une nouvelle planification et à un investissement dans la durée, clair et fort, de la Nation »

      Il n’est pas en train de demander une analyse, il lance très clairement une transformation de la LPM et ne vous en déplaise, elle se fera à la hausse.
      Car oui, je dis bien « ne vous en déplaise » car il vous est insupportable politiquement de reconnaitre une amélioration qui aurait pour origine un président que vous détestez, que cela aurait été un autre ou une autre à qui vous dévouez votre soutien, votre discours serait tout autre. Les 2% de l’Otan vous faîtes comme si ce n’était rien et surtout vous faîtes tout pour donner l’impression que Macron n’y est pour rien, que ce serait l’Otan qui l’aurait « obligé » (je vais passer la leçon sur ce que vous connaissez de l’Otan car vous préférerez toujours ce que vous voulez imaginer).

      Vous faîtes ensuite exactement ce que je critique depuis des années avec ceux qui ne veulent pas comprendre et accepter (politiquement toujours!) que Macron soit à l’origine d’une hausse pour le budget des armées. Vous allez piocher dans le budget Opex pour tenter de dire qu’en réalité, la hausse serait fausse. Vous vous racontez une histoire pour vous convaincre personnellement d’une chose que vous ne voulez pas accepter tant elle heurte vos sentiments. J’ai l’impression que vous êtes resté en 2017, cette zone grise ou certains avaient du mal à voir au-delà du bout de leur nez, qui ne voulaient voir qu’une hausse annuelle sur laquelle ils cherchaient à en réduire au maximum l’importance afin là encore de satisfaire une envie « politique ».
      Non et encore non, je ne sais combien de fois je l’ai écrit, le budget des armées n’a pas stagné depuis 5 ans et la hausse n’a pas servie uniquement à couvrir les dépenses opex.
      Il est pourtant simple de voir qu’en 2017 le budget était à 33 milliards et qu’il est aujourd’hui à 41 milliards.
      Le budget Opex il a peut-être reçu 600 millions de plus par an, ce qui au passage a fortement réduit les surcoûts par lequel on ponctionnait dans le budget des armées en fin d’année. Donc globalement si on suit votre logique qui serait que la hausse budgétaire de la défense serait un trompe l’oeil qui ne servirait en réalité qu’à financer les opex, ben on devrait aujourd’hui avoir un budget de 33,6 milliards, soit le budget de 2017 majoré des 600 millions allant aux opex.
      Il y a un truc qui ne va pas, même un enfant de 7 ans qui sait à peine calculer comprendrait que vous racontez du grand n’importe quoi et ceci me pousse à m’interroger sur vos propres compétences. Remettez vous sérieusement en question et surtout apprenez à analyser des choses au-delà de vos convictions politiques, car vous devenez colporteur d’idioties qui ridiculisent votre personne.

  17. Aramis dit :

    Comprenez on ne va rien payer en plus. L’europe va répondre à nos besoins! Ah mince il y a l’OTAN qui le fait? Bon ben on va rien faire alors.

  18. Thaurac dit :

    Avec Mélanchon…on la dans le trognon
    800000 fonctionnaires de plus et retraite à 60 ans, on est sous asphyxie dans 1 an et demi
    Et l’armée n’est surtout pas une priorité pour lui, le nord de la France à la russie, le sud à la chine, la corse au Venezuela

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ la corse au Venezuela ]

      C’est un juste retour des choses avec l’immigration Corse au Venezuela !
      Il y a eu deux présidents d’origine Corse au Venezuela , Raul LEONI ( et non pas VOLFONI ) et Jaime LUSINCHI , c’est donc un juste retour des choses qu’un  » rastaquouère  » Vénézuélien style MADURO impose sa loi à la Corse ! ;0)
      Je m’étais promis de ne pas vous adresser la parole mais là … .0)

      • Auguste dit :

        Un Maduro à qui les US font des risettes,maintenant qu’ils en ont besoin.

      • Thaurac dit :

        Oui c’est bien connu le corse est la deuxième langue officielle de ce pays..
        autre chose?
        Epistolaire n’est pas oral….

    • Czar dit :

      cette hargne des retraités actuels, tous partis à 60 piges et qui comptent bien nous faire chier jusqu’à 100 ans, pour que les suivants n’aient surtout pas ce privilège, histoire qu’on vous paye rubis sur l’ongle vos grasses pensions.

      • PK dit :

        Macron ne peut survivre qu’en divisant les Français. Ce n’est pas déjà à la base un exercice très difficile, mais il faut lui reconnaître une certaine maîtrise dans ce domaine.

        • albatros dit :

          Oui son intérêt est un RN fort et éventuellement aussi Mélenchon pour capter le centre et la droite majoritaires en France depuis des lustres
          Et il y arrive très bien, en plus il est veinard.

          • PK dit :

            « Et il y arrive très bien, en plus il est veinard. »

            Les cocus ont une propension à la chance : c’est bien connu 🙂

          • Czar dit :

            quelle droite ? muselier qui appelle à voter communiste s’ils sont opposés au RN ? la ‘droite’/’gauche’, c’est un truc de boumeurs ineptes qui pensent encore qu’il s’agit de pompidou contre mendès-‘france’ et de la lutte éternelle du kapitalissss contre le komunissss

            il n’y a aucune différence idéologique majeure entre un christian jacob et un pierre moscouvicieu, faut vraiment avoir un QI d’huitre pour ne pas l’avoir saisi.

      • Thaurac dit :

        A 60 ans, pas tous , pensent aux fonctionnaires, aux régimes spéciaux ( sncf 57 ans…)

        • Czar dit :

          tu parles de bidassons qui partent à la retraite à 50 ans , là ? (ah non ceux-là, c’est évidemment normal)

          et pour ta gouverne le régime seuneuceufeu, ça n’existe plus depuis 10 ans, t’as dû rater le télétexte pour ton sonotone lors de ton ingestion quotidienne de bfm

          • Czar dit :

            Désolé j’ai branché mon cerveau, il reste encore des futur bénéficière des régimes spéciaux mais peut plus plus dans 10 ou 20 ans sauf les politiques.

      • Félix GARCIA dit :

        LA VICTOIRE DE MACRON EST CELLE DE L’ÉGOÏSME DES BOOMERS
        « Emmanuel Macron réélu, Blast a invité Olivier Berruyer du site Elucid (https://elucid.media/) et Emmanuel Todd pour analyser la situation politique et sociologique du pays. Le statisticien et l’anthropologue dressent le tableau d’un système politique à bout de souffle où les inactifs de plus de 65 ans font l’élection. Le résultat de ce système est absurde, une majorité de Français ne souhaite pas que le président tout juste élu puise avoir une majorité et gouverner alors que les législatives approchent. »
        https://www.youtube.com/watch?v=yulAKGSFquE

      • Félix GARCIA dit :

        PS : Macron: « libéral liquide ou chef de clan autoritaire? » par Erwan Barillot
        https://www.youtube.com/watch?v=miAEmezORRg

    • Ératosthène dit :

      @Thaurac : Au moins, avec Méluch, on sort de l’Euro tout de suite !

      • tschok dit :

        C’est étrange, cette fascination pour la catastrophe. Dans un groupe humain, il y a toujours une minorité qui a très envie de jouer aux allumettes près d’un baril de poudre.

        Tout ce qu’on sait sur la sortie de l’euro, c’est que c’est 100% d’incertitudes en plus de celles qui existent déjà.

        Vous êtes dans une situation où il y a de l’incertitude sur à peu près tout (le climat, l’énergie, l’alimentation, la croissance, la guerre ou la paix, le social, la politique, etc) et vous dites: « tiens, mais pourquoi pas en rajouter? Mais ouiiii, quelle super idée! ».

        Maintenant, Eratosthène, il y a un argument qui s’oppose à ce que je vous explique, mais vous verrez que lorsque je l’énoncerai, sous la forme d’une question, vous en percevrez normalement la dimension suicidaire.

        Cet argument est le suivant: quand on joue à la roulette russe, a-t-on vraiment besoin de savoir combien il y a de balles dans le barillet?

        Mais je pense que Polymères a raison, vous êtes dans une forme de dogmatisme idéologique qui exclut les questionnements pragmatiques.

        Vous êtes prêt à jouer à la roulette russe, et en fin de compte, il ne vaut mieux pas savoir combien il y a de balles dans le barillet, au point où vous en êtes.

        C’est un jeu où on dit au revolver: « étonne moi ». L’étonnement fait partie du pari.

    • Eurafale dit :

      Et pourtant c’est celui qui a le programme économique le mieux ficelé, le plus réalisable, celui qui dégagerait le plus de pognon. Parce que virer les fonctionnaires, fermer les services publics, c’est faire des économies de bout de chandelle… pour ensuite avoir des contrats avec des entreprises privées qui coûtent un pognon de dingue à l’état pour remplacer… les services publics fermés précédemment pour cause d’économies.

      • Czar dit :

        ahahahahhaa imbécile va. la politique économique de juan-luque melenchon , ça existe, ça s’appelle le vénézuéla (d’ailleurs les médias de grand chemin n’éprouvent ‘curieusement’ pas le besoin de lui foutre dans la gueule à chaque entretien son modèle bolivarien qui a de forts bon résultats sur l’obésité et le cholestérol)

    • Auguste dit :

      En vous lisant sur les retraites,je me dis que Pol Pot,tout compte fait,…bin il n’avait pas que de mauvaises idées.La distribution de pelles et de pioches à certaines catégories, en est une qui me plait assez bien.

      • tschok dit :

        Si vous nourrissez correctement les gens à qui vous filez des pelles et des pioches, que vous vous abstenez de les exécuter sommairement, et qu’à part le travail forcé, que vous limitez dans le temps afin de ménager des périodes de repos, vous vous abstenez également de maltraiter vos victimes, votre merveilleuse idée pourrait ne pas être considérée comme un crime contre l’humanité.

        Mais pour cela, il faudrait mettre un peu de justice et de loi quelque part dans le processus.

        En gros, Auguste, il faut que le truc ne dépendent pas totalement de votre bon plaisir. D’une façon générale, si vous commencez à prendre votre pied à l’idée de faire souffrir autrui, je dirais que ça sent pas bon et qu’on s’éloigne du souhaitable.

        Mais on a tous droit à nos moments d’égarement, en pensée.

        • Auguste dit :

          Les premières pelle et pioche,c’est pour vous Tschoc?.Apparemment vous ne connaissez pas le bas monde du Travail.On va vous mettre à jour.
          « Ménager », »ne pas maltraiter »,…et pourquoi pas « être polis et respectueux » » pendant que vous y êtes?.
          C’est l’esclavage et la maltraitance dans le comportement de beaucoup d’entreprises d’aujourd’hui,cher Monsieur.

    • Félix GARCIA dit :

      En tout cas, faudra qu’on m’explique sa volonté de ressembler physiquement à Mao et Kim-Jung Un :
      https://www.dailymotion.com/video/x8bn0ar

      C’est passé de mode tout de même …

      Pi quand il veut paraitre « présentable » : hop ! Costard gris !
      « Proche du peuple » ? Veste brune !
      Tin tin !

    • Tulio dit :

      Encore Mélenchon ! Décidément, c’est une obsession !

      • tschok dit :

        On va dire que, coté obsessions, Macron est la loco, Méluche le tender, et Le Pen le wagon restaurant.

        Un truc qui tire, un truc qui alimente la machine qui tire et un truc qui alimente les gens qui font marcher tout ça.

        En gros, c’est le schéma obsessionnel.

    • AirTatto dit :

      Ne pas oublier que son programme c’est 2 « quoi qu’il en coute » par an sur 5 ans :p La vache !!! c’est noël..heu … non pardon la Grèce.
      C’est dure la vie politique en France… vivement le changement de génération, les vieux lourds ça commence à peser.

  19. blavan dit :

    L’armée complète montre l’abandon réaliste à l’armée européenne. Je préfère que l’on ait une armée complète certes échantillonnaire, cela nous permet au moins de garder notre rang de troisième exportateur mondial d’armement . Pour le reste nous avons le nucléaire stratégique et heureusement , nous avons abandonné le Pluton, nucléaire tactique , ce qui a modifié notre stratégie.

    • Fralipolipi dit :

      @Blavan
      Ce n’est pas Pluton qui a été abandonné, mais Hadès !

      • blavan dit :

        @fralipolipi. Vous jouez sur les mots, le Pluton était un vrai vecteur nucléaire tactique 40km -120 km, alors que le Hadès était semi stratégique , jusqu’à 480 km. Le vrai concept du nucléaire tactique pour la France était le Pluton.

  20. petitjean dit :

    Encore du pipeau !
    dès septembre, vu l’état de la France et de la crise économique qui s’abat sur nous , il sera question de, réévaluer, rogner, raboter , réduire, reporter, (mot au choix), le budget de la défense.

    Et c’est Macron qui ose parler de « dépendance », lui le vassal de l’Allemagne et des USA !

    Parole, parole, parole…..

    • Vdunord dit :

      Sauf que c’est le seul à avoir augmenté les budgets !

      • Félix GARCIA dit :

        C’est « la corbeille de la mariée » (Notre Europe, URSS 2.0, toussa toussa …) …

        Éric TRAPPIER et Dassault répondent au « Qu’il parle maintenant ou se taise à jamais » ?

      • vno dit :

        Des cabinets de conseil ? oui on a cru comprendre malgré l’omerta !

        • Thaurac dit :

          et de l’armée, ne vous déplaise..
          Imaginez Mélenchan, déjà pas très chaud , sous la pression de ses potes extrémistes de gauche…on est mal barré, patron…

      • Tulio dit :

        Oui, provisoirement. On verra après les élections…

      • PK dit :

        Il n’a pas eu le choix pour les budgets :

        1. C’est une demande américaine et en temps que Young American Leader, sous les ordres de McKinsey, il n’a pas eu le choix
        2. Descendre encore les budgets auraient été planter les clous du cercueil de l’armée.

        Maintenant, la hausse, c’est juste de la peinture sur le cercueil. Ça fait plaisir aux Macroniens qui peuvent justifier leur bulletin de vote. De braves guerriers d’OPEX360, aux multiples accrochages verbales avec ces salauds de Français qui ne comprennent rien au génie élyséen.

        • tschok dit :

          Faut pas vous dévaloriser comme ça, PK, vous avez de bonnes idées de temps en temps.

  21. R2D2 dit :

    J’attends toujours un livret défiscalisé pour financer la souveraineté et en particulier l’industrie de la défense.
    Mais bon apparemment ce n’est pas dans les cartons…

    • tschok dit :

      @R2D2,

      Le problème est le suivant: proposer aux Français un produit d’épargne. Donc, un truc sûr.

      Quelle est l’activité à financer? La défense. Oui, mais quoi dans la défense? L’investissement dans les programmes d’équipements militaires. Et ça, c’est un truc à risque élevé.

      Donc, il faut proposer aux épargnants un produit très sûr pour financer un truc très risqué. C’est pas impossible, mais ce n’est pas quelque chose que le système financier sait faire si les épargnants intéressés par le challenge sont peu nombreux et frileux.

      Or, il se trouve qu’en France, les épargnants qui seraient intéressés par ce challenge sont peu nombreux et plutôt frileux.

      Frileux, ça veut pas seulement dire trouillards.Ca veut dire aussi que l’épargnant a devant lui une offre qui lui permet de faire d’autres choix, plus sûrs, plus rentables.

      Par ailleurs, pour être capable d’offrir aux Français un produit d’épargne compétitif, il faut être capable d’émettre les bons signaux. Donc, éviter d’avoir à publier des infos du genre la disponibilité du NH90 est merdique.

      Il faut percevoir la contrepartie de la logique financière: si vous gérez l »armée comme une entreprise financière, alors il faut émettre les bons signaux.

      Parce que, oui, j’ai oublié de vous dire ce par quoi j’aurais dû commencer: faire un produit d’épargne sûr pour la défense implique de gérer l’armée comme une entreprise financière.

      Je termine donc par le commencement: est-ce que c’est vraiment ce que vous voulez?

      Je vous rappelle que la logique financière appliquée à l’entreprise est certes efficace, mais elle est extrêmement prédatrice. C’est une question qui se pèse et se soupèse.

      Mon avis: il ne fait pas s’étonner qu’on ait pas trouvé le bon produit d’épargne à proposer aux épargnants, parce que le faire serait changer le paradigme de l’armée. Et on hésite, parce que la logique financière serait alors d’aller vers une wagnérisation des forces armées.

      Parce que dans le fond tout repose sur l’accaparement des matières premières, même l’économie financière, qui est une économie de casino en apparence disjointe des besoins réels.

      Donc, pour moi, ce n’est pas une question si évidente que ça. Alors que par ailleurs, l’Etat a son produit standard, l’OAT, qui fait le job. A part des produits de niche, je ne vois pas trop. Mais je ne suis pas compétent dans le domaine, et je manque très certainement d’imagination.

      M’enfin, toujours est-il que les données du problème sont à peu près celles que je vous dis, donc je ne pense pas me gourer de beaucoup.

      Vous avez des idées?

  22. Stoltenberg dit :

    Avant de parler de « l’économie de guerre » (on verra bien si c’est encore un « macronisme » creux ou pas), il faudrait réfléchir comment augmenter les capacités de production. L’industrie d’armement américaine peut augmenter les volumes assez rapidement alors que les industriels européens, surtout français, ont l’air d’avoir plus de difficultés. Dans le fil de commentaires d’un autre article les intervenants ont mentionné la faible cadence de production du canon Caesar. Cela fait aussi un certain temps que l’on parle d’une nécessité d’augmentation de la cadence de production des Rafale. Les exemples sont nombreux et ce serait le point numéro 1 à fixer. Il faut bien sûr qu’il y ait des commandes sérieuses qui vont suivre.

    • fabrice dit :

      Stoltenberg
      « économie de guerre », je pense qu’il faut comprendre ce terme comme une économie de manque, de pénurie, de restrictions voir même de carte de rationnement.
      En gros sous prétexte d’une guerre en Ukraine, la politique de « décroissance » de la COP21.

      • Stoltenberg dit :

        J’ai du mal à comprendre ce dont vous parlez…

        • tschok dit :

          Fabrice parle de l’autre face de la pièce.

          On a deux modèles:

          – Une économie de guerre cela peut-être une économie de l’autarcie, de la pénurie, des restrictions et des réquisitions, ou de l’ersatz: en gros l’économie allemande ou japonaise de la 2eGM.

          – Mais cela peut-être aussi une économie hyper-productiviste et exportatrice, qui va de l’avant, qui investit, qui mobilise la totalité de ses ressources, qui progresse et émerge en tant que puissance mondiale dominante: l’économie US de la 2eGM.

          Ca, ce sont les deux modèles classiques. Attention, les deux sont des économies « arsenal ». Elles produisent des armes et le font bien.

          Et à côté de ça, on a le modèle chinois, qui est une économie de guerre au sens où elle est conçue pour la guerre économique, qui est une expression ambivalente qui traduit un double mouvement:
          – L’application des logiques de la guerre à l’économie: l’économie est la poursuite de la guerre par d’autres moyens ‘(A vers B).
          – L’application à la guerre des logiques économiques (B vers A): ce que fait Michel Goya sur son blog, par exemple. La guerre elle-même se « stratégise » en lui appliquant des méthodes qui dérivent du champ économique.

          Et les Chinois font les deux. Et c’est aussi une économie « arsenal ».

          Ca nous fait un troisième modèle.

          Vous avez donc au moins 3 modèles d’économie de guerre, deux classiques, un néo. Elles ont toutes un point commun: ce sont des arsenaux.

          On pourrait parler éventuellement d’un quatrième modèle: le modèle israélien, mais il faudrait laisser la parole à fabrice, c’est son dada.

          C’est un modèle émergeant. Il est néo-néo. C’est une variété d’arsenal, mais en version high tech et il est très directement lié à l’impératif de la survie de la nation dans un milieu qui lui est réputé hostile, à la base.

          Même en état de paix, ce modèle se perçoit comme en état de guerre, en permanence. Un modèle spartiate, disons.

    • Polymères dit :

      Il ne faut pas faire l’erreur d’interprétation sur le terme « économie de guerre »
      Tel qu’il est utilisé, ce n’est pas une « économie en guerre » mais une économie pour ne plus dépendre de l’extérieur.
      Alors certains détesteront que Macron le conçoit à l’échelle européenne.

      • lxm dit :

        Si on entre en guerre contre l’algérie( alliée de la russie), on sera coupé des hydrocarbures d’algérie et vraisemblablement de ceux du moyen orient, comme du qatar, allié à la turquie contre laquelle on pourrait aussi entrer en guerre.
        La première dépendance c’est l’énergie, notre armée fonctionne au pétrole. Il est évidemment clair qu’il faut regarder dans le détail, on est devenu aussi importateurs nets en bouffe, mais quelle type de bouffe ?

        Y’avait un gars, Bayrou, à la présidentielle de 2007, qui s’il avait été élu, aurait fait en sorte qu’il n’y actuellement aucun problème, pas de déséquilibre, et une france forte aurait créée une europe forte, qui aurait dissuadé la russie, la turquie et toute velléité guerrière ou d’abaissement de notre pays. Perso, je me battrais jamais pour le président actuel je considère qu’il veut détruire la france jusqu’à ses fondements, il ne fait que réagir comme une girouette à l’actualité et instituer la peur pour contrôler.
        Diriger c’est prévoir.

        • tschok dit :

          @lxm,

          Non, administrer, c’est prévoir. Diriger, c’est choisir.

          Quand vous administrer quelque chose, vous faites des plans prévisionnels, parce que la gestion est une accumulation d’anticipations rationnelles.

          Quand vous avez à diriger quelque chose, donc à exercer une puissance de commandement, c’est que vous êtes dans une situation de crise. Une situation conflictuelle. Une situation d’incertitude. La prévision devient aléatoire, elle s’apparente à un pari. Un bon pari peut se faire d’instinct, vous n’avez pas besoin de réfléchir.

          En revanche, il y a un impératif qui s’impose avec de plus en plus de force: choisir. Choisir implique de savoir ce qu’on veut. C’est là qu’on devient stratège et que par un acte de volonté on transforme le cours des événements pour atteindre l’objectif visé.

          Revenons à la gestion: un gestionnaire a horreur de choisir, parce que choisir, c’est renoncer. Il préfère prévoir. Comptablement, c’est simple, c’est constituer des provisions. Mais c’est passif. On gère un aléa, c’est tout. C’est un truc d’actuaire. On ne déforme pas les événements, on les subit.

          L’autre aspect sur lequel vous auriez besoin d’une correction idéologique, c’est Macron. Bon, ok, j’ai compris que pour vous c’est un traitre à la France qui veut détruire les fondements de notre civilisation. C’est excessif.

          Entre nous, c’est une approche pathologique. Il faudrait que vous essayiez de vous corrigez par vous-même sur ce plan-là. Pourquoi?

          Parce que, si je ne me trompe pas, vous avez un désir objectif de bien comprendre les choses. Mais d’un autre côté, vous êtes tenté de faire passer votre compréhension du réel par des étapes un peu délirantes. Et vous espérez qu’elles vont vous apporter quelque chose en plus.

          Mon conseil: essayez de faire l’économie des étapes les plus délirantes de vos pensées, et vous verrez, vous y gagnerez plus que vous n’y perdrez.

          Par exemple, on peut très bien analyser la situation de la France en faisant complètement abstraction du Prèz. Vous faites comme si Macron n’existait plus, tout simplement.

          Et, regardez, vous aviez commencé par ça. Je vous cite:

          « La première dépendance c’est l’énergie »

          Pas de Macron dans le paysage.

          Donc, on se demande bien pourquoi vous terminez par une déclaration très axée sur lui:

          « Perso, je me battrais jamais pour le président actuel je considère qu’il veut détruire la france jusqu’à ses fondements, il ne fait que réagir comme une girouette à l’actualité et instituer la peur pour contrôler ».

          Alors que rien ni personne ne vous demande de vous battre pour lui. Vous être en train de « starifier » votre pensée (l’asservir à la star du moment).

          Je résume, au début vous démarrez sur une analyse objective (la dépendance de la France à l’énergie), et quelques lignes plus tard vous sombrez dans la personnification du pouvoir et la personnalisation de votre relation au pouvoir.

          Je vais vous demander de choisir:
          – Vous voulez réfléchir à la stratégie?

          ou

          – Vous voulez nous parler de votre relation personnelle à la personnification du pouvoir? En l’espèce, est-ce que vous voulez nous parler de Macron et de votre détestation du personnage?

          Deux objectifs différents. Sur le premier, vous avez des choses à dires, sur le second, on s’en fout, c’est extrêmement banal. Les mecs qui viennent déverser des torrents de haines sur untel ou untel vous savez, on s’en fout complètement.

          Je ne comprends d’ailleurs pas que les gens puissent raisonnablement penser que ça les distinguent. C’est banal et vulgaire.

          A moins de vivre le truc comme un défoulement assumé (arf! Putain ça fait du bien) je ne lui voit aucune utilité.

          Cela dit, je suis peut-être excessivement cérébral. Un être humain est doté d’un système nerveux, donc il y du nerf quelque part, pas que des neurones.

          • Aramis dit :

            « parce que la gestion est une accumulation d’anticipations rationnelles. » wahou ce type de postulat c’est la meilleure manière d’être un mauvais gestionnaire.

      • Stoltenberg dit :

        Probablement oui… D’autant plus qu’il a déjà dit que nous étions « en guerre » il y a 2 ans… Alors que celle-ci il ne l’a même pas vue venir puisque’il insistait jusqu’au bout que les Russes n’allaient pas attaquer. Donc oui, probablement un énième macronisme.

        • tschok dit :

          @Stolt,

          Il y a deux ans, la guerre s’appliquait à un virus.

          Aujourd’hui, il s’agit de la guerre des hommes entre eux.

          Plus tout à fait la même guerre, donc.

          Si vous maintenez la même psychorigidité à deux situations différentes, vous manquerez nécessairement d’adéquation.

          En fait, le reproche que vous faites à Macron est simple: vous lui reprochez de s’adapter à des situations changeantes, alors que vous restez le même.

          Donc, pour vous, ce type est une girouette.

          La girouette s’oriente dans le sens du vent, elle n’a pas l’impression que le vent tourne. Mais ceux qui observent la girouette la voient tourner en tout sens. Ils en déduisent qu’elle est inconstante.

          Nan, c’est le vent qui tourne.

          On le dit: non, ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent.

          https://www.dicocitations.com/citations/citation-44348.php

          • v_atekor dit :

            Ajoutons à ça que l’adaptation aux conditions environnementales est la définition même de l’intelligence : « L’intelligence est l’ensemble des processus retrouvés dans des systèmes, plus ou moins complexes, vivants ou non, qui permettent de comprendre, d’apprendre ou de s’adapter à des situations nouvelles. ».

      • Carin dit :

        Peut-être parce que les autres pays européens, ne le conçoivent pas à la même échelle…
        Ça fait 5 ans maintenant, que nos amis allemands nous en font l’éclatante démonstration.
        Tout ce qui faisait consensus au début du mandat de Trump, est passé à la trappe!

      • Czar dit :

        « mais une économie pour ne plus dépendre de l’extérieur. »

        tiens quand c’est promu par l’emmanchef, c’est plus populisss-autarcissss-stupide pour les suiveurs empressés.

        « souvent fan varie, bien fol qui s’y fie »

    • Auguste dit :

      Eh oui!.Economie de guerre,alors qu’on était sensé mettre la Russie à genoux.
      https://twitter.com/CREACleanAir/status/1536147854993108994?cxt=HHwWhMC9tbqVv9EqAAAA
      Le marrant dans l’affaire,c’est que c’est l’Inde qui fait le transport.Et comme elle ne dit pas d’où provient le pétrole qu’elle achète,c’est pas impossible que du pétrole russe ou iranien arrive aux raffineries US.Quoi qu’à 5$ le gallon,les Américains font moins les difficiles.

    • AirTatto dit :

      Je partage mais il faut aussi rester dans l’ordre de grandeur de la France qui est un petit pays (Géographiquement parlant) même si nos territoires ultra-marins sont très grand (mais c’est la Mer).
      Nos entreprises de la défense sont privées avec pour certaine une part publique. Le profit et la rentabilité sont donc de mise sans considération patriotique (Çà me rappel l’hôpital…). L’économie de guerre c’est les USA, la Russie, étonnamment le Japon pendant la seconde guerre mondiale et les 10 ans avant, des pays capables de consacrer plus de 35% du PIB, de requestionner les ressources, les industries, les gens ce que nous ne seront jamais capable de faire en France. Donc ce que je comprends du discours de E.Macron, notre Président, c’est qu’une réflexion sur l’optimisation du BITD va être entreprise et conduira à des commandes pour nos armées. Bonne mesures ou pas, on est très dépendant des vieux Généraux, des sages de la cours des comptes, des hommes politiques (tous plus de 60 ans…) et donc très probablement de très mauvaises idées (j’ai toujours en travers le Trapper VT4… ou la P4 d’ailleurs….)

      • tschok dit :

        @AirTatto,

        Ok, vous fonctionnez sur un prisme simpliste:
        – Le privé, c’est la traitrise
        – L’Etat, c’est le patriotisme

        Mouais…

        Encore un catholique pratiquant qui devient gauchiste en vieillissant. Ou l’inverse, on ne sait jamais avec les néo-pétainistes.

  23. Raymond75 dit :

    Parfait, mais il ne faudra pas oublier des cours de chinois, car on a compris depuis peu que la sécurité de la France repose essentiellement sur l’indépendance de Taïwan (région dont la France fut la première à reconnaitre qu’elle est une partie intégrante de la Chine, la RPC, donc sans indépendance).

    Sinon, papa US ne sera pas content !!!

    • tschok dit :

      Raymond, vous n’en avez pas marre de faire tourner votre moulin à prières?

      Bon, c’est vrai que le comique de répétition marche assez bien chez les obtus. Menfin quand même! Si Coluche était toujours vivant, il aurait renouvelé ses blagues.

      On dit que l’expérience, c’est le début du gâtisme. Je trouvais la formule injuste, mais en vous lisant, j’en viens à me dire qu’elle fait la juste part des choses.

  24. PHILIPPE dit :

    Le général de Villiers n’a-t-il pas eu tort d’avoir raison trop tôt ?
    L’avenir nous dira si la volonté exprimée aujourd’hui se concrétisera en résistant aux fameuses « contraintes budgétaires » ……….

  25. Albe dit :

    Le discours semble séduisant et cohérent, cela à un coût tout de même .. mais le deuxième tour des élections c’est quand déjà … ha oui, dimanche !

  26. Sylvain dit :

    Si c est l économie de guerre comme pour les masques, les tests et les vaccins pour la « guerre contre le covid », autant se rendre de suite. Ensuite, avec une inflation à 8%, ajouter 3 milliards ai budget des armées, c est juste compenser l inflation. Enfin, la Russie et l Ukraine sont en guerre, avec 300 morts par jour en moyenne. La France n est pas en guerre. 99% des guerriers français sont sur battlefield, fortnite ou ps4. On a la chance de ne pas être en guerre, alors autant arrêter ce discours à deux balles de « guerre contre le covid », « économie de guerre », bref tout une glose inutile. Si la guerre arrive chez nous on verra bien qui on aura comme combattants….

    • lgbtqi+ dit :

      L’arrivée du prochain gouvernement communiste devrait faciliter la rédition, et même la collaboration.

      « C’est cool » : on n’aura plus d’embrouilles avec poutine ni avec la dictature chinoise.

      On n’aura d’embrouilles qu’avec la liberté, la dignité et la prospérité, toutes choses bien secondaires il semble.

  27. VladVirus22 dit :

    L’idéal serait 2,5% du PIB pour le Conventionnel et 0,5% du PIB pour la Dissuasion Nucléaire. 3% en tout. Ça, c’est un geste clair et fort.
    On peut rêver ?

  28. Polymères dit :

    Comme je l’avais précisé la dernière fois sur l’article des « 100 milliards allemands » , la France va suivre car elle a un rang à tenir.
    Même si le contexte militaire ukrainien joue, c’est surtout les actions des autres européens qui exercent le plus de « pression » sur la France.
    Car qu’est-ce qui fait de la France une puissance européenne particulière si ce n’est sa puissance militaire accompagnée du nucléaire?
    On a un rang à tenir, celui de la principale puissance militaire européenne et on ne veut pas qu’elle soit remise en question par un rebond militaire venant d’Allemagne ou encore de Pologne sur certains aspects.

    On aura donc également droit à notre effort militaire supplémentaire à ce qui était prévu, sans doute l’horizon 2030 restera le cap.
    Car comme je l’ai expliqué la dernière fois, nous sommes naturellement limité pour agir sur le court terme, on a beau vouloir débloquer une enveloppe exceptionnelle qu’industriellement on ne pourrait pas faire plus ou forcément aller plus vite. On est donc de notre côté bien plus sur un effort qui sera étalé sur plusieurs années afin d’atteindre un modèle d’armée évolué et certainement renforcé.
    On assistera pour cette LPM à quelques efforts, mais ils ne seront pas les principaux, on cherchera à combler quelques trous, à accélérer quelques programmes, à renouveler quelques choses, mais ce n’est pas sur 2-3 ans qu’on verra un gain en terme de volume, car comme je l’ai déjà indiqué sur ce site, on est toujours engagé dans un effort militaire de rattrapage et de renouvellement des matériels en dotation. Comprenons qu’avant d’avoir des blindés en plus, on remplacera d’abord ceux qui ont 30-40 ans, qu’avant d’avoir plus de navires on remplacera d’abord les anciens et que même si le choix se ferait maintenant, la capacité industrielle ne se fera pas à l’instant ,mais sur des années.
    Je le répète assez souvent à ceux qui veulent l’entendre, dans la situation financière actuellement établie, ce n’est que vers 2027 qu’on commencera par pouvoir gonfler les capacités et à en acquérir de nouvelles qui ne soient pas des niches.

    Si on consent un effort, on pourrait réduire cela à 2025 tout en ayant revu les ambitions 2030 à la hausse.
    Ce que je veux dire, c’est que peu importe ce qui sera décidé, il ne faut pas s’attendre avant 3 ans à voir des résultats tangibles sur la masse et les capacités de nos armées.
    Par contre là aussi comme je l’ai déjà expliqué, il arrivera un moment ou la masse d’anciens matériels à remplacer sera beaucoup moins importante que la masse de matériels modernes, donc que la montée capacitaire et la prise de volume deviendra plus « facile à réaliser et à financer.
    Pour faire simple avec un exemple, quand on a 2500 vieux VAB à remplacer avec une production du Griffon/Serval qui est sans doute déjà dans une limite haute, tout ce qu’on verra pendant plusieurs années, c’est du remplacement, un VAB sortira des comptes pour voir arriver un Griffon, c’est ainsi qu’on va renouveler et maintenir un modèle d’armée. Si on a 500 Griffon et Serval sortent chaque année pendant 5 ans on ne verra aucun changement dans la masse des armées, par contre quand les 2500 VAB seront remplacés, rajoutez une production annuelle de 500 et vous verrez directement un gain en masse.
    J’insiste bien sur la compréhension qu’il faut plus de temps pour renouveler tout ce qu’on a que pour prendre du volume, que l’effort est d’arriver au plus vite à se débarrasser des vieilles choses pour pouvoir créer de la masse avec des choses nouvelles.
    En attendant on peut préparer cette perspective, car si beaucoup pensent que tout n’est qu’une question d’achat d’armements, la réalité c’est que derrière il faut créer des unités, créer de l’infrastructure, recruter des hommes et prévoir de tout soutenir. Mais là aussi l’effort préparatoire incombe au préalable d’être bon dans la gestion globale de nos hommes et de nos matériels. On ne peut pas se permettre de se retrouver (comme certains pays l’ont été) avec des sous-marin sans matelots, avec des avions sans pilotes. Faut-il rappeler qu’il faut plus de temps pour former un pilote de Rafale que pour construire l’avion?
    Sachons faire l’effort financier pour augmenter la disponibilité de nos matériels, on ne pourra pas se diriger vers un gain en masse en étant déjà aujourd’hui en difficulté pour avoir des taux acceptables. Entre avoir 300 avions disponibles à 30% et 100 avions disponibles à 100%, on est en terme opérationnelle sur la même ligne. On doit être capable d’exploiter au maximum ce que nous avons déjà avant de vouloir faire plus.

    Pour conclure, accélération pour virer l’ancien tout domaine confondu, effort immédiats sur des éléments de niches qui sont industriellement possibles à faire vite, effort sur la disponibilité, effort sur le personnel humain et l’infrastructure. Ensuite seulement on pourra voir « plus ».

    • Aramis dit :

      « Car comme je l’ai expliqué la dernière fois, nous sommes naturellement limité pour agir sur le court terme, on a beau vouloir débloquer une enveloppe exceptionnelle qu’industriellement on ne pourrait pas faire plus ou forcément aller plus vite. » Oui l’outil industriel et sa résilience est la clef sur le plan matériel.

      « On est donc de notre côté bien plus sur un effort qui sera étalé sur plusieurs années afin d’atteindre un modèle d’armée évolué et certainement renforcé. » Lequel?

      « J’insiste bien sur la compréhension qu’il faut plus de temps pour renouveler tout ce qu’on a que pour prendre du volume, que l’effort est d’arriver au plus vite à se débarrasser des vieilles choses pour pouvoir créer de la masse avec des choses nouvelles. » Sur le plan humain si on reste à l’étiage actuel on ne prendra pas de masse on arrive déjà pas à combler tous les postes.

      Prendre l’existant et juste l’améliorer ne mènera à rien car c’est beaucoup trop faible quantitativement et surtout le taux de projection restera pitoyable même en optimisant l’existant.

      Il faut de la masse. Mais avec le taux de candidature actuel la seul possibilité de prendre de la masse c’est une dose de conscription. Et je doute qu’on ai un surcroit de candidat ou qu’on se résolve à une dose de conscription.

      • AirTatto dit :

        Conscription ou réserve sur le modèle Canadien, US…. Petit pays petit moyens, il faut optimiser et pas lâcher la dissuasion Nucléaire.

        • Aramis dit :

          « Petit pays petit moyens, il faut optimiser et pas lâcher la dissuasion Nucléaire. » Oui.

          « réserve sur le modèle Canadien, US…. » cela suppose d’attirer les anciens pro. Aux USA si les anciens pro vont beacoup dans la garde nationale c’est qu’il y a beaucoup d’avantages à y être, notamment en terme sociaux et médicaux pour eux et leurs familles. Dans un pays sans vrai sécurité sociale cela compte.

          Donc plutôt dose de conscription.

  29. Sergio dit :

    Des propos qui ressemblent furieusement à des promesses en période électorale. Y verrait-on une volonté de récupérer in extremis l’électorat de la mouvance militaire et ratisser large. Mais probablement, ces déclarations ne sont qu’un pur hasard du calendrier!! Pour quelq’un qui annonçait il y a peu que l’Otan était en mort cérébrale et qui voyait la Défense comme une variable d’ajustement (l’ex CEMA s’en rappelle encore), ça laisse dubitatif quant à la justesse de la vision stratégique du personnage. C’est mal barré pour la suite. Je ne suis pas sûr que la saison 2 s’annonce bien pour notre pauvre pays.

    • Clavier dit :

      Je suis de votre avis …on peut s’attendre au pire !
      depuis combien de temps un Rafale neuf a été livré aux forces…..et le nouveau porte-avions risque aussi d’être une Arlésienne

    • lgbtqi+ dit :

      Raison de plus pour se bouger.

      S’il faut choisir entre la peste communiste et choléra macronique, je choisirai le choléra, qui se soigne plus facilement paraît-il. Et pourtant, on le sait, je n’ai aucune disposition en faveur du petit génie à sa maman.

    • Reality Checks dit :

      Il faut reconnaître à Emmanuel Macron que c’est un fin tacticien électoral.

      Il sait distiller les belles promesses au bon moment en segmantant son message à merveille.
      Il effectue de belles pirouettes quand elles ont le meilleur effet, crée le tempo idoine pour gonfler les baudruches faciles à percer, mets les coups de canifs là ou il faut pour défigurer ses concurrents les plus potents au bon moment, sait séduire ses détracteurs ou les juguler en fonction du climat, comme il a enjôlé les plébéiens qui avaient voté pour d’autres, afin de conserver son siège, pour ensuite les décréter excommuniés.

      Mine de rien, c’est tout un art, cela requiert du talent et beaucoup d’énergie.
      Ce sont des procédés indispensables pour réussir comme commercial dans le monde impitoyable de la banque d’affaires, un milieu sans pitié pour les enfants de choeur.
      Ces pratiques sont utilement transposables dans le système politique intérieur Français, dans lequel une fois élu et conforté par une majorité, un Président a les mains libres pour 5 ans.
      En politique étrangère, c’est différent, les cabrioles et les volte-faces ont des conséquences réelles sur les marges de manoeuvres qui s’en suivent.

      Cette tradition est décrite avec une précision clinique dans l’essai biographique intitulé ‘Le Traître et le Néant’, des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, aux éditions Fayard.

      https://livre.fnac.com/a16167427/Gerard-Davet-Le-traitre-et-le-neant

      ==
      Au fonds Gouverner c’est Prévoir.
      C’est un prisme de flitrage plus fécond que les affinités idéologiques, pour jauger le rendement passé et futur des personnages publics.

      • lgbtqi+ dit :

        Bien d’accord avec vous pour la citation du livre « le traître et le néant », que j’ai déjà abondamment cité ici par le passé.

        En revanche, non, gouverner ce n’est plus prévoir. En aucune façon.

        Gouverner, c’est séduire, et donc tenir les médias, et miser sur un empan mnésique des populations de l’ordre de 3 semaines.

        Là, il se trouve qu’Oedipe 1er voit sa séduction s’émousser, à force d’incompétence. Du coup, il se fait coiffer au poteau par un plus grand séducteur que lui, mélanchon le ronchonchon, qui promet, promet, et promet. À tour de bras et à en avoir la bouche desséchée à force de postillonner sur son auditoire.

        Mais la chose est bien connue quand on regarde l’histoire et qu’on se souvient de la citation de Volkoff : « le communisme promet du pain à ses enfants, mais il leur donne des pierres ».

        • Reality Checks dit :

          Je vous trouve bien sévère avec le « ronchonchon ».
          .
          Pour avoir observé les deux, je trouve que là ou le premier de la classe excelle quand il s’agit de resservir les plats préparés, le second a pour lui de réfléchir par lui même, c’est de la gastronomie fine en comparaison.
          Je précise que ce n’est pas du tout, pour ce qui me concerne, un acquiescement à ses raisonnements.
          Simplement, force est de constater qu’il raisonne, défriche ses dossiers, tente d’apporter des solutions nouvelles, originales, ce qui tranche avec l’occupant actuel de la Lanterne, qui ne donne rien d’autre à voir qu’une stratégie de communication rondement menée, pour appliquer des schémas venus d’ailleurs.
          .
          Ceci étant, je vais peut être vous surprendre, mais vu d’Alger, si l’on s’en tient au prisme de nos propres intérêts, le prétendant est perçu comme bien plus préoccupant que le prétendu 🙂 Contrairement à une idée reçue, nous ne sommes pas dupes des postures électoralistes du ‘ronchonchon’, qui ont en outre des relents rhétoriques qui nous rappellent des souvenirs très désagréables.
          .
          Pour revenir au sujet militaire, j’observe que des deux, le personnage qui me semble être le plus motivé et décidé à redonner à la France la plénitude de son outillage autonome n’est pas celui qui a la faveur du milieu, curieusement.
          Son ‘quoiqu’il en coûte’ à lui, n’est pas discriminant sur le plan sectoriel, là ou l’actuel est clientéliste au sens premier.
          Malgré cela, on dirait presque que le positionnement politique du Lider Maximo putatif le rend tellement rébarbatif pour certains, qu’il n’est pas vraiment écouté ou entendu en dehors de sa chambre d’écho.
          Pourtant il défend une ligne bien plus souverainiste que communiste, pour peu qu’on tende l’oreille.
          Un peu comme son mentor cachait bien ses moeurs de bourgeois de province, de tradition catholique et de droite sous des oripeaux socialistes de circonstance.
          Les apparences sont souvent trompeuses.

          • lgbtqi+ dit :

            Ronchonchon a affûté ses capacités de raisonnement au Grand Occident de France, comme l’avait nommé un internaute, pour bien différencier l’endroit où la lumière apparaît de l’endroit où … elle se couche. Cette obédience a gagné en raisonnement ce qu’elle a perdu en tradition, un peu à l’image des protestants qui ont gagné en moralisme ce qu’ils ont perdu en transcendance.

            Et en bon communiste, il sait cacher ses allégeances politiques le temps de séduire.

      • tschok dit :

        @RC,

        « Il faut reconnaître à Emmanuel Macron que c’est un fin tacticien électoral ».

        Là, tout de suite, c’est pas la qualité qui saute aux yeux.

        Mais je comprends la dose de second degré que vous voulez incorporer à votre propos, en espérant qu’il y en ait effectivement une.

        Et, tout bien pesé, je pense qu’il n’y en a pas.

        Sinon, notre république a tous les défauts d’une démocratie. Je suis flatté que vous passiez plus de temps à la critiquer qu’à faire évoluer votre propre régime politique, bien que je ne puisse totalement me libérer d’une certaine inquiétude en ce qui concerne l’avenir de l’Algérie.

        En fait, ce que j’aimerais, c’est pouvoir vous rendre tous les bons conseils que vous nous donnez pour que vous puissiez atteindre un stade d’évolution où, au moins, chez vous, les gens aient le droit de se poser toutes les questions que vous soulevez en ce qui nous concerne.

        J’aime être équanime.

        • Reality Checks dit :

          Pour être équanime, ce qui vous manque, ce n’est ni la motivation ni la matière, ni même les capacités à construire des avis pertinents.
          C’est la connaissance de la matière 😉
          Objectivement…………..

    • Thaurac dit :

      Il serait mieux avec marine ou mélanchon, notre « pauvre » pays..?
      Faut pas rêver, ..

      • lgbtqi+ dit :

        Le communisme a ruiné, déporté et tué partout où il a sévi.

        « Le communisme a tué, tue et tuera encore », Vladimir Volkoff.

  30. Oli dit :

    Je suis d accord avec felix

    • Félix GARCIA dit :

      D’accord avec mes suggestions ?
      D’accord avec l’idée qui est derrière ?

  31. wololo dit :

    Je pense qu’il faut juste calibrer la production industrielle a la demande future et actuelle. Et c’est le rôle de l’Etat, en France du moins, grâce au plan de 100 milliards de dette européenne (que les italiens ont bien mieux utilisé). Si on decide que l’outil Français doit être capable de sortir par an 1 sous-marin, 1 navire de combat de plus de 6000 tonnes, 2 de 4500t, 2 ou 3 de 2000t, une pléiade de patrouilleurs, > 300 blindes Griffon, > 50 Blindes Jaguar, > 40 Caesar. Je n’ose entrer dans la partie aéronautique ni des munition, obus intelligents, missiles etc. C’est une décision industrielle, de défense et de vision. Hélas le dédits si chèrement acquis servent a des dépenses du système et à aucun investissement.

  32. lgbtqi+ dit :

    Manifestement, Oedipe 1er oublie que sous très peu il ne pourra plus vouloir grand chose. Quand le gouvernement sera sous la houlette du communiste mélanchon, pro-poutine, pro-dictature-chinoise, pro-cuba, pro-vénézuela.

    Mais effectivement, il est plus confortable pour lui de rester dans le déni tant que c’est possible, puis ensuite de se consoler avec sa… femme en invoquant son génie incompris.

  33. Guillotin dit :

    Ce sont seulement les propos d’un velléitaire en campagne électorale…Les grandes phrases creuses qui enfoncent des portes ouvertes et qui resteront comme tant d’autres des vœux pieux..On veut donner satisfaction à tout le monde en même temps, à coups de promesses dispendieuses, et à la fin comme d’habitude c’est le réel qui gagne..et Bruxelles qui siffle la fin des parties.

    Le réel c’est que la France dépend de l’Europe-OTAN et c’est l’Europe-OTAN qui décide de notre budget…Nous avons déjà été rappelés à l’ordre par rapport au gouffre phénoménal de notre dette nationale et il est bien évident que nous n’avons plus les moyens financiers, notamment pour les mises à niveau militaires pourtant nécessaires..

    Nous sommes complètement plombés et ruinés par nos engagements internationaux dans l’OTAN, qui ne servent que les intérêts personnels des États-Unis..
    Nous n’avons plus le droit d’avoir des initiatives diplomatiques et encore moins stratégiques autonomes et originales. Toute velléité de décision indépendante se solde par un remontage de bretelles immédiat de la part de Berlin, Bruxelles ou Washington..

    La France est menottée, avec des boulets aux pieds et enfermée à double tour dans une forteresse avec au moins trois niveaux de parois infranchissables : Bruxelles, Berlin, Washington.

    Les boniments de la campagne électorale n’engagent que les pigeons qui perdent encore leur temps pour les écouter.
    La France n’est plus qu’une sorte de septième compagnie, enfermée dans une caserne, et qui attend sagement les ordres, au garde-à-vous…
    il semble que cette indignité ne dérange quasiment personne en France, dans la mesure où les fondamentaux continuent à être assurés: de la bagnole, du football, de la télé, des boissons alcoolisées, des jeux à gratter, de la téléréalité et des starlettes, et des nouveaux Smartphones tous les trois mois.
    La vie est belle au royaume de France. Oui, chef, bien, chef .

    • Bench dit :

      @Guillotin: dans ton inventaire à la noix mon comique, t’as oublié la fibre et internet qui te servent tout de même très bien à venir baver en HS ici à longueur de posts!

      • Guillotin dit :

        @ Bench : votre vulgarité empire, au fur et à mesure que le réel vient casser votre monde de fiction . Très bien, continuez ainsi, vous vous faites une excellente réputation pendant que je continue tranquillement ma route. Les chiens aboient, la caravane passe.

    • lgbtqi+ dit :

      à propos de grandes phrases creuses…

      C’est creux, mais comme d’hab’, le volume y est.

  34. Frede6 dit :

    « J’ai demandé au …de mener dans les semaines qui viennent une réévaluation… à l’aune du contexte géopolitique » Hum ca fleur bon la communication de cabinet…

    Pas la peine de s’embêter, suffit de filer 100 Mds pour commencer, comme les allemands; les armées sauront les dépenser.

    Si ce n’est pas le cas la DGA et la BITD sauront croquer là où il faut.

    Quoi qu’il en coute on vous a dit ! A moins que les taux d’interêt en ramènent certains à la raison.

    Surtout n’humilions pas la Russie en bâtissant une capacité de défense crédible.

    Bref un peu de cosmétique pour faire plaisir mais je doute que le format et les capacités changent drastiquement « à l’aune » de la situation politique actuelle.

  35. Félix GARCIA dit :

    Côté polonais :
    meumeu@meumeu03
    La Pologne à signé un accord avec la Corée du Sud pour développer ensemble de nouveaux chars de combat principaux et IFV pour l’armée polonaise.
    Environ 500 à 600 chars K2PL et un nombre similaire d’IFV devraient faire partie de l’accord.
    https://twitter.com/meumeu03/status/1536430158009204739?cxt=HHwWhoCw5dPFv9IqAAAA

  36. Bob dit :

    La girouette macron, jupiter et ses jupettes, are back !
    Il a n’a pas respecté la LPM 2019-25, le budget a augmenté par rapport à la précédente LPM mais a baissé par rapport au programme initial malgré les avertissements de l’Oncle Sam sur la guerre en Ukraine. Donc, il a mise en danger l’état français en baissant le budget militaire de la France. La fin du bourbier en BSS va permettre de gagner par loin de 1 milliards d’euros de dépenses inutiles alors que la guerre est en Europe, de haute intensité en plus.
    La faillite de l’EMA avec le départ du chef du renseignement militaire ne dédouane pas les responsabilités des autres dans ce fiasco. Les modifications de la revue stratégique sans LPM à jour est un coup d’épée dans l’eau. La duplicité et l’ambiguïté de jupiter avec les russes montrent la faiblesse et les russes en profitent bien. On verra si les palabres de macron modifieront l’armée française autre que le brassage d’air mais en BSS cela rafraîchit bien.

  37. ScopeWizard dit :

    Un investissement fort et clair….ou clair et fort…..

    Hé ben , vu ce qu’ il vient de se passer avec ces bons Australiens….

    D’ ailleurs , grâce à @Alpha le signe Grec alias Terence ou @Moogli ainsi que @Fralipolipi , on a pu en savoir plus sur les conséquences AUKUS….

    En résumé , dans ce contrat , la part de NAVAL GROUP était d’ environ 8,5 Milliards d’ Euros sur les 55 ou 56 Milliards du marché total , donc logiquement une fois tous les sous-marins produits et bien-sûr équipés prêts à être déclarés opérationnels une fois leur période d’ essais terminée .

    555 millions d’euros sont donc pour remboursement de sommes investies et engagées jusqu’ ici par le Français DCNS à présent NAVAL GROUP .

    Donc , vite calculé , ces 8.5 milliards d’ Euros représentaient dans les 15% du marché .

    Franchement , si on compare avec les autres puissances en lice , quoique correctement placée la France était tout de même loin d’ être à égalité .

    Et donc , in fine , avec l’ abandon du programme ATTACK et une France qui pour diverses raisons se retrouve mise sur la touche , ces 555 millions d’ Euros de remboursement nous dirons « généreux » représentent moins de 1% ; elles sont là les miettes auxquelles je faisais allusion sur le fil correspondant .

    C’ est-à-dire , qu’ en supposant qu’ il y ait eu doublement de la somme via quelque montant indemnitaire , de 15% la France passait à 2% .

    Ben , sans-doute suis-je par trop « regardant » , mais très sincèrement je ne considère pas cela « génial » .

    Et surtout , quid de la réaction des USA si les rôles avaient été inversés….

    TOUTEFOIS , cette somme étant LÉGÈREMENT SUPÉRIEURE ce qui diplomatiquement COMPENSE donc d’ autant le préjudice ( notions de générosité , de compréhension , et de sentiment de faute commise de la part de Canberra qu’ il convient de ce fait de « réparer » ) , en définitive cet « excédent » peut être considéré comme une partie INDEMNITAIRE .

    NÉANMOINS , en ce qui me concerne , j’ y vois un BÉMOL…

    Celui relatif au fait qu’ il devait y avoir INDEMNITÉ et que cette-dernière aurait dû se rajouter au remboursement des sommes précises en données corrigées et actualisées ( inflation , cours ) .
    Car il y a quand-même eu rupture UNILATÉRALE du contrat avec éviction d’ un des pays participant au profit d’ un autre , en l’ occurrence d’ une alliance .

    Ce n’ est pas sans raisons notamment d’ ordre géopolitique avec au Nord une Chine de plus en plus menaçante et donc des USA dominants desquels il fallait se rapprocher d’ autant que l’ Australie est l’ un des FIVE EYES ; nous sommes bien d’ accord .

    CEPENDANT , indépendamment de ce « bémol » , compte tenu du temps qui va être nécessaire à la mise en œuvre de tout le programme qui remplace ATTACK et qui sera donc à majorité Américaine , IL SE POURRAIT que dans quelques années Canberra fasse à nouveau appel à NAVAL GROUP et à la FRANCE .

    Par conséquent , pour Paris , il s’ agit de se montrer ni trop sévères , ni trop exigeants ou vindicatifs , ceci afin de ne pas nous fermer définitivement une porte qui doit donc rester entrouverte et que l’ Australie pourrait bien un jour envisager de pousser .

    L’ espoir fait certes vivre , mais je ne ferai pas mystère que je trouve la perspective bien hypothétique….

    Sur le coup , j’ ai plutôt l’ impression qu’ on se la raconte….

    MAIS !

    Quoi qu’ il en soit , grâce à cette somme du remboursement , étant-donné que si j’ ai bien tout saisi NAVAL GROUP est de par son actionnariat en majeure partie une entreprise détenue par l’ État Français ( 62 % pour 35% détenus par THALES ) , il serait possible d’ envisager de financer plus de la moitié d’ un 7 ème SNA de type Barracuda destiné à renforcer les 6 déjà prévus au sein de la sous-marinade Française qui selon moi devrait en compter un minimum de 8….

    Disons que 7 ce serait déjà mieux….

    Mais bon , les incantations du Macron et de la Macronie vu comment nous sommes endettés et le risque d’ un virage Mélenchon somme toute logique puisque quand ceux qui te gouvernent sont aussi nuls tout en étant bien portés à la Tyrannie ( fallait écouter Onfray sur CNEWS ce matin ) , en général ceux qui seront sollicités et qui de toute façon sauront toujours se placer au mieux pour leur succéder , seront pires encore…..

    Pauvre France….

    HEIN ?

    Euh oui ; contrairement à certains , perso j’ aime bien le mélange des genres ; bon , il n’ est pas toujours très équilibré , n’ empêche… 😉

  38. Lothringer dit :

    Dans son allocution, notre glorieux président a insisté lourdement à plusieurs reprises sur le terme « en même temps ». Un peu comme si il essayait de faire une caricature de lui-même. De l’auto-dérision ? De l’ironie vis-à-vis de ses détracteurs ? Que faut-il en déduire ? Qu’il fait de l’enfume, une fois de plus ?

    Pour produire, il faut des capacités de production. Nous sommes à 10-11% de PIB industriel, contre plus de 20% chez les Allemands et Italiens. Notre industrie ne parvient pas à recruter des personnels techniques-et-ingénieurs en nombre suffisant pour faire face à une accélération. Résultat, toute accélération se traduit pas une catastrophique ampleur du déficit commercial extérieur.

    30 ans de décrochage industriel (Arcelor / Pechiney / Alcatel / ..etc…) …quand ce ne sont pas des défauts de qualité de fabrication (réacteurs nucléaires 1400MW) . On récolte aujourd’hui ce que l’on a semé il y a 30 ans.

    Devons-nous déduire que nous allons ENFIN trouver les petits 150 millions d’euros nécessaires à la relance de la production de munitions de petit calibre ? Histoire d’avoir une souveraineté en approvisionnement. Il me semble que la guerre en Ukraine est AUSSI une guerre d’approvisionnement…

    La préférence européenne, cela consiste à acheter chez nos « amis » européens , histoire de creuser encore davantage notre déficit extérieur ?

  39. Sylvain dit :

    Le président Macron veut un modèle d armée complet, efficace, souverain….mais dans le cadre de coopérations européennes (donc avec l Allemagne, atlantiste, germano centrée). C est une antinomie.

  40. lxm dit :

    Modifier la LPM signifie modifier le livre blanc( même si le nom change).
    Le terme « économie de guerre  » me semble vraiment actuellement très exagéré pour la France; lors de la seconde guerre mondiale l’allemagne n’est entrée en  » économie de guerre  » qu’en 1943, une économie de guerre a de profondes répercussions sur le niveau de vie des civils car il réoriente la production et mets en place le rationnement, et les civils sont alors très mécontents, « l’économie de guerre » est alors une forme de désespoir, de va-tout, qui ne peut durer qu’un temps limité. Dans une  » économie de guerre  » les militaires prennent le contrôle du pays et tous ses flux, ses ressources, ses services ses industries, les habitants entrent dans une nouvelle phase de contrôle et de planification. Aucun civil n’est au chômage dans « une économie de guerre », au minimum il creuse des tranchées ou crée des murs de sacs. D’ailleurs je le répète, la France ne peut pas faire la guerre( les opérations de police en afrique sont déjà des problèmes budgétaires) car elle ne contrôle pas sa monnaie, elle dépend donc du bon vouloir de l’allemagne, le problème plus général est que la France a une dette si énorme qu’elle a déjà du mal à fourguer ses obligations d’état( et doit aller jusqu’en asie pour la vendre à des pays qui ignorent notre situation), d’autant plus en cas de guerre, le déficit génère alors une immense inflation des prix, lié aux pénuries et à la baisse de valeur de la monnaie.

  41. Lassithi dit :

    Gouverner est bien différent d’administrer un pays. Le notre est administré depuis 1992.

    Gouverner, c’est prévoir, anticiper tout en gardant sa capacité de réagir pour s’adapter. Certains ici se tapent le ventre sur les déclarations de cet article, mais il ne s’agit que d’un constat d’échec.

    Incapable de comprendre les bouleversements du monde, où pire encore ne voulant les voir, nous sommes acculés à réagir.

    La guerre dans le Donbass a débuté il y a 8 ans, la Russie s’est reconstruite avec des réelles ambitions pour revenir a un statut de premier rang après les années Eltsine. la Chine est devenue une vraie puissance militaire et économique avec des ambitions et des velléités , dans le pacifique, dans l’indien, en Afrique et même chez nous en Europe et en France par le rachat de biens tout azimut. L’Inde grandi à son rythme et imposera bientôt sa force sur l’échiquier mondial.

    Alors, déclaré qu’il faut consolider un outils de défense sérieux, n’est ni sérieux, ni une découverte pour beaucoup ici puisque la démonstration de nos lacunes et les alertes faites vs l’état de nos forces armées échantillonnaires sont des propos récurrents dans les commentaires de Zone militaire.

    Ceux qui se tapent le ventre avec ces déclarations, nous expliquaient il y a peu que la force de notre présence dans les ultra marin se faisait grâce à la puissance d’un pavillon sur un navire.

    Bref, les enjeux de demain se sont construits hier. il ne s’agit pas de consolider un modèle, mais de le reconstruire en intégrant les enjeux avec une vision du monde à échéance 2050 , pas ceux d’aujourd’hui. Il y a deux voies, l’administrer ou gouverner. Il serait grand temps qu’on revienne à la seconde.

  42. Mat49 dit :

    Bon on va faire deux trois mesurettes « au moindre coût » donc pas plus fort et pas plus vite que maintenant. Ce qu’étudie la DGA devrait déjà exister. On poura peut être retrouver des échantillons un peu opérationnels vers 2030 si tout va bien, à défaut d’avoir un modèle d’armée cohérent, mais pas plus.

    A partir de 1990, le choix progressif a été fait de chercher à atteindre le modèle d’armée le plus coûteux qui existe: le modèle professionnel expéditionnaire.

    Mais les choses sont devenues intenables car en même temps on a divisé par deux la part de PIB qu’on consacrait à la défense. Nos armées on eu une alternative à proposer quand on leur a demandé ce qu’elle pouvait faire avec aussi peu: la peste échantillonaire et le choléra sécuritaire. Pour ne pas condamner l’industrie comme le voulait Bercy et entretenir quelques temps une possibilité de reconstruction comme le voulait les militaires, on a toujours privilégié l’échantillonaire grevé de vides capacitaires.

    Une vitrine commerciale de ce que produisait encore l’industrie quand on a fixé le format et pas un modèle d’armée cohérent.

    Il est d’ailleurs piquant de voir qu’il y a quelques années on claironnait qu’on maintenait le modèle d’armée complet (terme vide de sens) pour finalement concéder depuis quelques mois qu’on va « tendre » vers 2030, si tout va bien, vers un tel « modèle ».

    Car oui avec le fameux « modèle complet » on ne peut pas faire de haute intensité comme le reconnaissent nos généraux, peuve qu’il n’était pas du tout complet en plus de ne pas être un modèle.

  43. Félix GARCIA dit :

    HS : La Marine tourne la page des frégates F70 avec le départ du Latouche-Tréville
    « La frégate Latouche-Tréville effectue ses deux dernières journées de navigation à partir de ce mardi, avant d’être désarmée et de partir à la casse.
    Rentrée samedi de sa toute dernière mission, la frégate Latouche-Tréville effectue ses deux dernières journées de navigation ce mardi et mercredi. 32 ans de service et une jolie page qui se tourne pour la Marine nationale.
    Dernière de la mythique série F70, la frégate anti sous-marine (Fasm) Latouche-Tréville quitte le service pour être désarmée et partir à la casse. Il s’agit de la septième et dernière F70 à être remplacée par une frégate multi-missions (l’arrivée de l’Aquitaine en 2012). Au programme de cette avant-dernière journée de mer au départ de Brest, une navigation vers le Toulinguet et un retour au port militaire de Brest vers 14 h 45.
    Coups de canon
    Des échanges de coups de canon sont prévus autour de 14 h : 21 coups tirés de la frégate et en réponse 21 coups du patrouilleur Commandant Blaison. Le chef d’État Major de la Marine se pose en hélicoptère (Dauphin) à 9 h 40. Dernier appontage d’une longue carrière qui a vu passer 2 500 marins pour 3 524 jours de mer et l’équivalent de 42 tours de la planète. »
    https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/la-marine-tourne-la-page-des-fregates-f70-avec-le-depart-du-latouche-treville-14-06-2022-13068616.php

  44. MERCATOR dit :

    @Scope Wizard

    Et donc , in fine , avec l’abandon du programme ATTACK et une France qui pour diverses raisons se retrouve mise sur la touche , ces 555 millions d’ Euros de remboursement nous dirons « généreux » représentent moins de 1% ; elles sont là les miettes auxquelles je faisais allusion sur le fil correspondant .

    Apparemment, vous avez des problèmes avec l’arithmétique et la compréhension des textes.
    8.5 milliards d’euros par rapport à 555 millions, cela représente 6.52 % et non pas 1 % sorti de votre chapeau .
    Bon second point, les 555 millions représentent une indemnité prévue au contrat dont nous ne savons rien, mais il est parfaitement légal de prévoir des indemnités financières ou pénalité à chaque tranche qui peut être divisée par exemple en tant à la commande, tant au futur avancement des travaux par tranche par exemple de 10 %.
    J’en veux pour preuve que les journaux australiens parlaient eux sans d’ailleurs en connaitre les éléments de 250 millions .
    Par contre, Naval Group et les autres contractants se feront bien évidemment rembourser la totalité des frais engagés ( bureau d’études, déménagement du personnel,transports France, Australie,salaires etc ) sauf si les pénalités et indemnités de rupture du contrat englobent ce qui vient d’être annoncé et cela nous n’en savons rien le droit anglo-saxon étant particulièrement retors,j’espère que nos juristes ont suffisamment bétonné le contrat. Quoi qu’il en soit,il reste en cas de litige à ce sujet avoir recours à l’Arbitrage en droit du commerce international.
    L’importance et l’originalité du commerce international se manifestent dans le recours à l’arbitrage qui est devenu le mode de résolution de droit commun des litiges du commerce international, la saisine des tribunaux étant l’exception.
    Le principal avantage est que les parties à un contrat n’ont pas à choisir une juridiction nationale. Ainsi, lorsque les parties ont recours à l’arbitrage, la loi choisie pour régir le contrat sera appliquée de manière impartiale puisque les arbitres choisis n’auront généralement ni la nationalité des parties au contrat ni la nationalité de la loi applicable au contrat.

    • ScopeWizard dit :

      @MERCATOR

      Tiens , vous êtes là vous ?

      « Apparemment, vous avez des problèmes avec l’arithmétique et la compréhension des textes.
      8.5 milliards d’euros par rapport à 555 millions, cela représente 6.52 % et non pas 1 % sorti de votre chapeau . »

      Ouais , ben alors ça doit être un chapeau drôlement magique , parce que ce n’ est pas du tout ce que je dis….

      Si vous repreniez , mais plus calmement , dans la grâce et en se méfiant des nerfs , en recherche de sérénité , en laissant l’ hystérie bien rangée dans la penderie ; peut-être comprendriez-vous mieux ?

      Et oui , qui sait ?

      En tout cas perso je garde espoir ; au moins pour les copains !

    • ScopeWizard dit :

      Puisqu’ il le faut….pfffffffffffffffffff……………………….comme s’ il ne faisait pas assez chaud sans ça…..

      Bon , alors au départ , la totalité de ce contrat était de 56 milliards….d’ Euros .

      Par conséquent puisque la France participait à raison de 8.5 milliards , cela signifiait qu’ environ 15 % devaient lui revenir .

      Seulement vu que tout est tombé à l’ eau , terminé pour la partie Française à qui il reste remboursement et indemnité .

      Visiblement , « indemnité » y aura pas , donc reste remboursement ; ce remboursement « généreusement compté large » s’ élevant à 555 millions d’ Euros , par rapport aux 15% escomptés soit les 8.5 milliards ce ne sont plus que des miettes , les 6.5 % que vous avez calculé , et PLUS ENCORE si on prend pour référence les 56 milliards de tout le contrat où là ces 555 millions représentent tout juste 1% .

      Si vous aviez lu correctement et attentivement plutôt que vite charger sabre au clair sus à l’ ennemi , c’ était bien précisé .

      « Bon second point, les 555 millions représentent une indemnité prévue au contrat dont nous ne savons rien, mais il est parfaitement légal de prévoir des indemnités financières ou pénalité à chaque tranche qui peut être divisée par exemple en tant à la commande, tant au futur avancement des travaux par tranche par exemple de 10 %. »

      GNI ??

      Et quelle « indemnité » ?

      Aux dernières nouvelles mais il est vrai qu’ elles peuvent aller vite , point d’ « indemnité » mais « remboursement » des sommes investies et travaux engagés à ce stade .

      Donc OUI il est légal tout ce que vous voudrez , sauf que dans les faits ce ne sera pas comme ça que les choses vont se passer .

      « J’en veux pour preuve que les journaux australiens parlaient eux sans d’ailleurs en connaitre les éléments de 250 millions . »

      Autrement-dit , ils remplissaient ; ce qui ne vaut rien au mieux ça équivaut à du baratin .

      « sauf si les pénalités et indemnités de rupture du contrat englobent ce qui vient d’être annoncé et cela nous n’en savons rien le droit anglo-saxon étant particulièrement retors,j’espère que nos juristes ont suffisamment bétonné le contrat. Quoi qu’il en soit,il reste en cas de litige à ce sujet avoir recours à l’Arbitrage en droit du commerce international. »

      Ah oui , mais sauf que tel que c’ est parti , « indemnité » faut oublier .
      On ne sait jamais , gardons quelque carte dans notre jeu ; il n’ est peut-être pas trop tard , tout n’ est pas encore fini donc ne soyons pas trop regardants….

      « L’importance et l’originalité du commerce international se manifestent dans le recours à l’arbitrage qui est devenu le mode de résolution de droit commun des litiges du commerce international, la saisine des tribunaux étant l’exception. »

      En d’ autres termes ; « loi du plus fort » ?

      « Le principal avantage est que les parties à un contrat n’ont pas à choisir une juridiction nationale. Ainsi, lorsque les parties ont recours à l’arbitrage, la loi choisie pour régir le contrat sera appliquée de manière impartiale puisque les arbitres choisis n’auront généralement ni la nationalité des parties au contrat ni la nationalité de la loi applicable au contrat. »

      Et c’ est pas un peu la porte ouverte au grand n’ importe quoi , ça ?

      Elle est où la rigueur ?

      Bref , encore une magnifique arabesque de technocrate en perspective….

      Nous verrons bien ; mais in fine les enjeux pourraient bien se situer ailleurs….

      • Moogli dit :

        « Nous verrons bien ; mais in fine les enjeux pourraient bien se situer ailleurs…. »

        La prochaine fois, merci de commencer par ça.

        Le reste est fioriture 😉

        • ScopeWizard dit :

          @Moogli

          Ben , vous savez ce que c’ est ; moins on en a , plus on l’ étale toute cette « fioriture »….

          Oui je sais , c’ est globalement nul….

          Mais bon , nous dirons qu’ il y avait comme de la friture…. 😉