Forces spéciales : Destiné aux chuteurs opérationnels, le SMTCOPS est enfin en cours de qualification par la DGA

Cela fera bientôt six ans que les unités du Commandement des opérations spéciales [COS] attendent l’arrivée du « Système de mise à terre des chuteurs opérationnels » [SMTCOPS] de type « Phantom Canopy », commandés à 750 exemplaires par la Direction générale de l’armement [DGA] auprès de Zodiac Aerosafety Systems [groupe Safran], via un contrat d’une valeur de 65 millions d’euros. Et cela, afin de remplacer les parachutes G9 d’Air Azur, dont la charge est limitée à 160 kg [chuteur et matériel compris].

« Extrêmement performant, ce système [le SMTCOPS] permettra de sauter à plus de 9.000 mètres, en emportant jusqu’à 200 kg », avait précisé la DGA, dans le communiqué annonçant cette commande.

Seulement, ces SMTC-OPS tardent donc à être livrés… Et les unités concernées s’impatientent… Au point que, comme l’a révélé Intelligence Online en juillet 2021, les états-majors de la Marine nationale et de l’armée de l’Air & de l’Espace ont donné leur feu vert à l’achat de parachutes Hi-5, produits par Airborne Systems, pour en équiper respectivement le Commando Hubert et le Commando parachutiste de l’Air n°10 [CPA 10].

Cela étant, dans son dossier de presse publié à l’occasion de l’édition 2022 du salon EuroSatory, dédié à l’armement terrestre, la DGA a indiqué que le SMTCOPS était en cours de qualification, avec le concours des parachutistes d’essais des centres DGA Techniques aéronautiques [DGA TA] et DGA Essais en vol [DGA EV]. Ce qui laisse augurer la livraison prochaine des 750 exemplaires commandés en 2016.

Le programme SMTCOPS « vise à équiper les chuteurs opérationnels français d’un ensemble complet d’équipements et accessoires de parachutage de haute performance. Le SMTCOPS permet de franchir des distances de l’ordre de 50 km, et des atterrissages sur des zones sommaires. Le nouveau parachute amènera de meilleures performances de stabilité, et de confort », assure la DGA.

Dans le détail, le SMTCOPS se compose d’un parachute, de moyens de communication et de navigation, des équipements d’aide au poser de nuit ainsi que d’une protection thermique et balistique. Il offre également des capacités d’emport de charge sous gaine ou de colis autoguidés.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

46 contributions

  1. Denis dit :

    Ce ne serait pas Aerazur (pas Air Azur) par hasard ?

    • VinceToto dit :

      G9 ARZ, fabricant Aérazur propriété du groupe Zodiac Aerospace

  2. xoxo dit :

    Le commando Hubert est-il le plus prestigieux des commandos au sein des commandos marine ou cette préférence est due à une autre raison ? C’est une vraie question je ne cherche pas à faire une polémique nullarde

    • Starbuck dit :

      Hubert c’est les nageurs de combat. La crème des FS

    • lgbtqi+ dit :

      Pas sûr qu’il y en ait un qui soit plus prestigieux que l’autre. Ils sont tous excellents et fournissent un travail dont on ne les remerciera jamais assez.

      En attendant que le gouvernement communiste de mélanchon ne les supprime, comme d’autres choses remarquables et utiles à la survie de notre pays.

      • PK dit :

        Vous avez l’air rancunière contre la démocratie. Encore un petit effort et vous allez soutenir les gens autoritaires… à la Poutine ;-P

        • lgbtqi+ dit :

          Le communisme est une organisation criminelle internationale comme l’énonçait si bien Vladimir Volkoff.

          Il n’a rien de démocratique.

          Le principal talent de mélanchon est d’avoir réussi à cacher aux yeux du public son communisme, par les discours et par une dilution d’apparence dans une coalition, coalition qui bientôt éclatera sous le coup de ses dissensions.

          • PK dit :

            Vous savez, la différence entre un socialiste et un communiste, c’est surtout dans la manière dont on les écrit.

            D’ailleurs, les vrais communistes s’appellent des socialistes 🙂

            Du coup, Macron ou Mélenchon, c’est blanc bonnet et bonnet blanc.

          • lgbtqi+ dit :

            @ PK

            Non. Entre la peste et le choléra il faut savoir choisir provisoirement le choléra, qui se soigne plus facilement ensuite.

            Une fois le communisme installé, il faut des décennies et d’innombrables morts pour s’en débarrasser.

            Donc barrage aux communistes !

          • PK dit :

            Nous sommes déjà dans un état communiste. Je ne suis pas sûr qu’en URSS, les Russes étaient aussi assistés que les Français d’aujourd’hui.

            Quant à choisir entre la peste et le choléra, non merci. On nous fait le coup depuis Mitterrand. À la fin, on a toujours la peste et le choléra.

            Les Français ne méritent que cela : une fois au fond du trou, ils comprendront peut-être.

            Peut-être. Ou ils disparaîtront. La France ne fait que chuter depuis 2 siècles après avoir rayonné sur le monde. Ça ne peut que mal finir.

            La peste et le choléra… Perso, je ne participe pas.

    • vieille suspente dit :

      @xoxo les copains de Hub’ représentent probablement la plus grande masse de SOGH chez les marins, et me semble t il ce sont les seuls avoir des équipes SOTGH dans la royale

    • Berlin dit :

      il est le plus prestigieux mais aussi celui qui fait les missions les plus importantes. Tous les hommes du commandos Hubert sont des commandos marines avec une solide expérience de plusieurs années et choisis sur concours parmis les commandos marines ( que tous ne réussissent pas), c’est la crème de la crème comme on dit.
      ils sont aussi très liés avec le service action de la dgse puisqu’ils sont, je crois, l’unité qui intègre le plus d’hommes dans el service action. Bref, c’est les meilleurs, même dans le monde je crois qu’ils sont une des 3 meilleures unités fs

    • vrai_chasseur dit :

      @xoxo
      Chuteur opérationnel est un brevet de spécialité. Il en existe dans toutes les forces, terre air mer.
      Les opérateurs Hubert (et CPA10) sont tous brevetés chuteurs opérationnels.
      Ce sont donc les premiers concernés par ce matériel.

  3. cipal dit :

    avec un tel système on a tout intérêt à ne pas faire la guerre avant 30 ans si on veut avoir du matériel en retard de 10 ans et avec 6 jours de munitions devant nous par ailleurs ! mais quand allons nous être capables de botter les fesses à tous ces pinailleurs qui ne sont pas foutus de sortir ce type de matériel en 6 ans !! il se peut que par un immense coup de bol nous ne soyons pas amenés à faire la guerre … j’ai comme un doute !! il va bien falloir non pas mettre au pied du mur mais devant un mur nos merveilleux politiques les chantres des bénéfices de la fin de la guerre froide ! qu’un Fabius soit encore avec une fonction essentielle, qu’un ancien président qui va finir repris de justice en tout état de cause et qui un jour va être obligé de régler l’addition de ses turpitudes magouilleuses et de ses amitiés douteuses !! sans compter qu’il va finir comme le meilleur contorsionniste avec ses aficionados de la politique française il bat Edgard Faure sur le sujet ! pour mémoire un médiocre éleveur de chevaux ersatz de ministre même pas bons pour la Garde ! m’étonne qu’il n’aie pas tenté le coup !! finalement pas besoin d’analyser les causes de la défaite de juin 40 !! nous sommes entrain de revivre le film ! problème il n’y a pas de De Gaulle en réserve ! et cerise sur le gâteau les fossoyeurs bisounours béats de notre industrie y compris celle de défense vont nous expliquer comment l’on peut recréer une industrie de guerre alors même que celle de guerre n’existe plus !! et les amateurs au pouvoir sont les fossoyeurs de notre industrie de défense au nom d’une connerie sans nom l’Europe de la Défense, qui les autorise à brader notre capacité indéniable sur maints sujets techniques (voire Dassault par exemple ) aux valets des Etats Unis nos « amis » les teutons qui sont entrain de nous piquer notre savoir faire ! honte à nos politiques de l’extrême gauche à l’extrême droite

    • lgbtqi+ dit :

      Honte à la population, oui.

      À chacun son dû. Chacun a ce qu’il mérite.

    • Achille-64 dit :

      Je vous rejoins.
      Je crois que dans votre billet, vous pourriez aussi accorder un traitement spécial à une majorité de ‘journalistes’ (M Lagneau fait exception, comme quelques autres), qui au lieu de faire leur métier se comportent en directeurs de conscience et nous indiquent en permanence ‘pour qui on peut voter’ et qui sont ‘les créatures diaboliques à rejeter’.
      Le quatrième pouvoir est devenu le premier. C’est un dictateur ni bienveillant ni éclairé, et pas patriote non plus.
      Et on n’est pas sorti de l’auberge …

      • lgbtqi+ dit :

        Un ancien journaliste abondait, lui aussi, dans votre sens, déclarant et déplorant que les journalistes français étaient devenus avant-tout des militants et non plus des enquêteurs.

        • PK dit :

          Il suffit d’écouter des chaînes étrangères pour s’en rendre compte.

          Bon, il faut parler autre chose que le frangliche de nos élites…

          • lgbtqi+ dit :

            Le jour où les journalistes français auront l’indépendance et le courage des journalistes américains, on sera pour une bonne part tirés de l’ornière.

          • PK dit :

            Même pas. Je le croyais aussi.

            Et puis j’ai découvert l’Italie. Des vrais journalistes (au moins dans chaque camp), une vraie démocratie, des émissions à n’en plus finir où tout le monde a la parole. TOUS LES SOIRS. Chaque jour, sur la TG, chaque chef de clan politicien a la parole… Imaginez la gueule d’un journaliste de France Info obligé de laisser le crachoir à Zemmour tous les soirs sans l’interrompre !

            Résultat : néant. Les Italiens ne croient pas plus en leur système que nous en le nôtre (à part les gagnants du système).

            Bref, le problème est la démocratie, pas la façon dont elle est représentée.

  4. PK dit :

    « Seulement, ces SMTC-OPS tardent donc à être livrés… »

    Manque d’ingéniosité nos FS… suffit de dire que c’est pour l’Ukraine. Les lignes de crédits vont s’ouvrir miraculeusement !

  5. Orwell dit :

    Heureusement que la fin de l’article précise que le contrat ne porte pas que sur les seules voiles, parce 87 k€ l’unité, ça paraît un peu dispendieux, non ?

    • vieille suspente dit :

      @orwell oui il y a tout un « tas de fourbi » avec, mais le seul moyen d’avoir une unicité de ces matériels au COS, et d’ailleurs de les avoir tout court, c’est de les inclure dans le marché. En effet si parfois les copains aviateurs et marins (casquettes et bachi) FS sont « bien traités » par leur armée d’appartenance, comme étant des vitrines de l’excellence et du savoir faire, il en est autrement pour les terriens. Déjà les programme terre ne sont pas des petites séries à 2 francs six sous, mais souvent l’esprit terrien est le plus fort : « ah ouais, encore les danseuses des FS qui veulent des fusils qui tirent dans les coins et des gadgets inutiles … yaka leur expliquer comment s’en passer, déjà qu’on arrive pas à se payer tous nos véhicules … ». et comme le COS n’est pas la 4ème armée avec une fonction RH propre et des ressources financières stables d’équipement de ses commandos, bien souvent il proposait des équipements, charges aux différentes armées de mettre (ou pas) la main au porte feuille … et celui des terriens a souvent été en peau de hérisson. Du coup un bon programme interarmées fourre tout avec une enveloppe globale moins « négligeable », pour ne pas dire risible face aux autres programmes (65M euros), cela permet d’y arriver ou au moins on espère y arriver un jour. n’oubliez pas que pour une commande qui date de 2016 … on est sur des études de 2010 voire avant. imaginez les 15 ans pour arriver à pallier à l’obsolescence et la sous capacité d’emport criante du G9 !!! mais bon, la DGA assure que le SMTC OPS est en cours de qualification, il sera donc disponible dans 5 ans au mieux, il faut juste attendre de perdre les compétences du TGH et d’avoir une ou deux guerres de retard … et comme on disait autrefois, pendant ce temps là les allemands construisent des chars !!!

    • vrai_chasseur dit :

      @orwell
      C’est en fait plus un « moyen de transport » qu’un simple parachute, il y a aussi
      – système de guidage et de navigation tout temps et de nuit,
      – protection grand froid complète (à 9000 m il fait -45°C)
      – respirateur oxygène
      – protection balistique supérieure et inférieure
      – système d’emport de la charge utile (200 kg permet d’emporter pas mal de matériel)
      La voile elle-même est très technique : « finesse » 5:1, ça veut dire qu’elle permet de se déplacer de 5 km en horizontal par km de descente – un opérateur peut donc se poser à plus de 40 km du point vertical de largage

  6. Math dit :

    Ça sent le saut depuis un avion de ligne… ou du plastron d’un avion de ligne… 9000 m… c’est pas loin de 10000. Le précédent à 6000 ne pouvait pas faire illusion. Tanguy & Laverdure !

    • Frédéric dit :

      L’A400M a un plafond de 12 000 m.

    • vieille suspente dit :

      @Math … je pense que vous extrapolez et vivez sur des mythes. J’ai connu le GQ, le G9 et le PBO (Parachute Biplace Opérationnel qualifié aussi pour les charges lourdes, en 2 mots la caisse à roulettes).
      pour le SMTC OPS on a 200kg d’emport. avec 30 kg de parachute, 80 kg de parachutiste, 20-30 kg habits armement munitions trans et protections balistiques on tutoie les 140 kg. avec le G9 il restait 20 à 30 kg pour la gainasse du chutops SOGH et pour le SOTGH un peu moins car il y avait aussi le système respiratoire avec la bouteille oxy. avec le SMTC OPS on peut enfin espérer avoir une vraie gaine individuelle avec un vrai sac dans l’EL 56 (si ça n’a pas changé).
      pour les hauteurs de largage : 1800-4000 ou 5000 SOGH, jusqu’à 9000-10 000 SOTGH (saut sous oxygène qui n’est pas un sport de masse loin s »en faut). pour le SOTGH il faut un kit oxy dans l’avion (bouteilles individuelles et collectives), équipe de largage formée, (…) donc on est pas vraiment dans les conditions d’un avion de ligne. après pour les copains de la DGSE, là je ne saurais pas vous dire (…). mais vu les vitesses de vol d’un avion de ligne, même en mettant un déflecteur, on doit prendre une sacrée baffe … sans compter que le but c’est d’ouvrir le plus haut possible pour pouvoir bénéficier du maximum de projection verticale, donc c’est pas le moment d’avoir une perte d’attention après avoir eu un instantané 0-800 km/h.
      on parle de 50 km de DSV (dérive sous voile) à 9000 soit en gros une finesse de 6 (6 km de projection pour 1 km de descente), donc 8 km d’ISV (infiltration sous voile) on réserve les derniers 1000 m pour l’arrivée sur zone, estimation du vent et cheminement (approche en circuit pour les puristes). les 50 km sont bien entendu le déplacement dans la masse d’air ou vous évoluez et pas par rapport au sol. en gros si vous avez un vent porteur linéaire (ce qui n’arrive jamais) de 30 km/h vous ferez un peu moins de 80 km de projection. Pour un vent de face de 30 km/h vous ferez un peu plus de 20 km. ce qui est intéressant c’est aussi le comportement de la voile à haute altitude (l’air est moins portant) et à faible charge. par exemple, un PBO qui est fait pour 250 kg de charge (un passager plus une gaine) volera parfaitement avec sa charge, par contre voler solo sans gaine dessus … je vous laisse essayer mais cela risque de ne pas être totalement convainquant avec à coup sûr un petit rideau de la toile au dessus de la tête, ce qui laisse peu de temps pour apprendre à voler !!! il ne faut pas oublier que lorsque vous préparez votre saut il y a l’étude des vents (direction et force dans les différentes couches), des taux de chute suivant votre poids total, la portance de votre voile et l’altitude avec la portance de l’air, le tout pour déterminer votre point de largage et vos points de relaxe par rapport au point d’arrivée et aux paramètres sus-cités. considérez que le tout (réalisation du saut) est fait en conditions opérationnelles, de nuit, sans marquage sol, sans repère de vent pour atterrir, en zone hostile non reconnue, et que c’est juste un moyen de mise à terre pour commencer sa mission et pas une fin en soi … vous vous rendez assez facilement compte que ce n’est pas un sport de masse. Pour ceux qui pensent qu’il faut juste être grand fort et bête pour faire un bon chutops, je vous laisse à vos appréciations individuelles. quelques petites remarques supplémentaires : on parle de protection thermique, c’est le costume de cosmonaute qui accompagne le saut oxy (pour info vers 9-10 000 comptez -60 à -80″c …) ? c’est bien mais quid des effets de taille ? idem pour les protections balistiques. moyens de communication … cool, mais sont ils compatibles avec le reste une fois qu’on est au sol ou doit on l’abandonner avec le reste du matériel ? équipements d’aide au poser de nuit ? je pense qu’on parle d’intensificateurs de lumière binoculaires (avec une monoculaire on n’a pas de vision 3D donc dommage pour estimer la distance sol et celle des obstacles, ce qui est dommage surtout par nuit 5 !) ? pour finir c’est bien d’en prévoir 750 … soit environ initialement 3 jeux de SMTC OPS par chuteur FS. Si on considère qu’on conserve un lot de 200 entre le lot « d’urgence » et le nécessaire volant de maintien en condition du parc, il nous en restera 500-550 en service courant. avec la règle des 21 jours, va falloir la jouer serré pour arriver à avoir des équipes bien entrainées à l’usage du SMTC OPS. Pour peu que la 11ème BP fasse pipi par terre et se roule dedans pour avoir aussi son jeu de SMTC OPS (même si le TGH c’est en principe plus pour elle) de même que les cousins de la DGSE … ben on n’a pas le cul sorti des ronces !!! conclusion : une bonne idée au départ ce SMTC OPS (guidée surtout par l’obsolescence des G9 et leur quasi inutilité vu la capacité d’emport), mais vu les volumes commandés on est pas prêts de gagner la guerre !!!

      • VinceToto dit :

        Cela à l’air beaucoup plus sympa de faire instructeur dans le civil, idem pour la plongée, le ski, etc. . Genre, en hiver ski, en été parachute ou plongée. Guide rando entre l’Hiver et l’Été?

        Sinon, je me demande si un parachute finesse 6 pour 200 kg ne risque pas d’être difficile à gérer en cas de poids genre seulement 140 kg. Et puis quand à atterrir avec une voilure finesse 6 pour 200 kg, cela risque de diminuer les zones possibles et d’augmenter les chances d’être repéré car la voilure va probablement être plus large qu’une pour 100 kg par exemple. Juste une réflexion, pas mes problèmes.

        • vieille suspente dit :

          @vincetoto, un parapente a une finesse de 8 sans pour autant qu’ils ne se mettent de grosses galettes à l’arrivée. en fait sur les voiles un a deux poignées de commande qui permettent de « briser » le profil d’aile à l’arrière du parachute. je tire à gauche, je vire à gauche, je tire à droite, je vire à droite, je tire sur les deux, je « freine » mon parachute. en fait de frein c’est surtout un transfert de vitesse horizontale en vitesse verticale … les amateurs des vectorisations de forces comprendront facilement. une voile de chuteur est plus proche dans son comportement d’une voile de précision d’atterrissage que d’une petite voile hyper sportive. en freinant on arrive quasiment à descendre tout droit … mais vite !!! une bonne équipe bien drillée va poser sur un quart de terrain de foot, d’où l’adage des chutops, paumés mais groupés !!! après il faut penser que ce qui fait « voler » la voile c’est son profil d’aile. ce profil est obtenu en gonflant d’air des caissons. les entrées d’air se trouvent devant, un les voit bien sur la photo. ce qui fait mettre en pression les caissons une fois la voile en configuration de vol, c’est justement la charge sous la voile. donc si la charge n’est pas suffisante (poids très nettement inférieur), la pression dans les caissons sera moindre. au meilleur des cas, comme le profil d’aile n’est pas parfait, le vol est erratique avec des tas de turbulences. au pire, des caissons peuvent se refermer et là … la gravité naturelle rejoint celle du moment. on peut toujours essayer de voler en « demi frein » pur modifier le profil de voile et forcer les caissons à être en pression, mais on perd l’efficacité dans la direction et surtout le plané et frein à l’atterrissage. un autre point concernant la surface des zones utilisables est celui de la phase d’atterrissage. on atterrit toujours face au vent. si par exemple la voile a une vitesse horizontale de 15km/h et qu’il y a un vent de 15km/h : si je pose vent de dos (dit atterrissage formule 1) je dois courir à 30 km/h pour éviter le roulé boulé suivi du rouleau de printemps dans la voile. si je pose face au vent, la vitesse horizontale est nulle et j’ai juste un ou deux pas à faire. pour ce qui est d’être repéré, il fait considérer l’ISV SOTGH pour ce qu’elle est et juste pour ce qu’elle est : un moyen d’insertion différent et plus discret. on ne fait pas d’insertion sous voile de jour (ce serait stupide) ni dans des zones de très forte densité de population (risque de se manger une ligne électrique en plus de se faire gauler). une fois la voile ouverte à haute altitude l’insertion sous voile ne fait pas de bruit. juste tout au plus un léger sifflement du vent dans les suspentes, mais il faut être juste à coté pour l’entendre (c’est pour ça que sur toute bonne zone de saut de para club on demande aux para au sol d’être vigilants et de regarder ceux qui sont en vol pour éviter les percussions, on ne les entends pas arriver). donc pas de bruit en pleine nuit dans une zone censée être vide de population, c’est pas de chances si on est repérés … bon après, question d’horoscope, la pas de chance ça existe, tout comme les chats noirs dans les équipes. vous pouvez penser être repérés par écho radar … mais en fait la voile n’a qu’une signature très légère, du à son profil d’aile. et ce qui reflète le plus les ondes radar c’est ce qui est métallique. il y a des parades comme remplacer tout ce qui est métallique sur le harnais (par exemple des matières composite carbone/céramique pour les maillons … mais bonjour la facture !!!), mais aussi et surtout des « housses » qui permettent de dévier les ondes radar (notamment pour les armes par exemple) … mais quand on en est à ce niveau de détail là, c’est qu’on est top niveau sur le reste … c’est qu’on a déjà en amont des avions, des parachutes et des parachutistes hyper drillés qui ne font que ça à longueur de temps. je crois qu’on y est pas encore.

          • Orwell dit :

            @vieille suspente
            Un grand merci pour ces multiples explications aussi passionnantes (car écrites par un passionné) que détaillées (car écrites par un vrai pro).
            Je retiendrai « paumés mais groupés » .

      • Thomas dit :

        Un grand merci pour ces explications.
        Distance, emport, ect…

      • Parapro dit :

        Merci pour votre analyse particulièrement intéressante!

      • Concernant les sauts depuis avions de ligne, le Service Action a testé les sauts depuis Caravelle dans les années 80. Cet appareil possédait une trappe axiale à l’arrière et évitait de trop se faire tabasser par rapport aux portes latérales. Depuis je ne sais pas si cela à été renouvelé sur des appareils plus récents…

    • Achille-64 dit :

      Ou bien peut-être aussi le saut depuis un avion de transport encore souvent décrié ?
      Les FS utilisent l’Atlas, maintenant …

  7. dompal dit :

    « « Extrêmement performant, ce système [le SMTCOPS] permettra de sauter à plus de 9.000 mètres, en emportant jusqu’à 200 kg », avait précisé la DGA, dans le communiqué annonçant cette commande.  »

    Quelqu’un peut m’expliquer à quoi correspond ces 200 kg…. ou bien est-ce purement théorique, car une fois au sol faudra bien se les trimballer et sans mule cela me parait bien improbable ?

    • Relisez l’article, le poids du chuteur est compris dedans… Si vous prenez un chutops d’un bon gabarit comme moi 🙂 (90 kgs à poil, en rajoutant le treillis, les godasses, le gilet d’assaut, le F.A, le P.A, les JVN, la radio, vous arrivez vite à 130-140kgs). Avec un G9, il ne vous restait plus que 20 kgs pour le sac (gaine). Avec ce nouveau parachute, ils vont pouvoir augmenter leurs capacité d’emport…

    • Aymard de Ledonner dit :

      Il peuvent parachuter un fardier, planquer une partie du matériel….

    • VinceToto dit :

      « Quelqu’un peut m’expliquer à quoi correspond ces 200 kg »
      Un Ranger de 130kg(de muscle)+ ses rations OTAN pour une semaine? 😉
      Ma théorie
      Cela peut arriver d’avoir 50..80kg pour les FS en rations OTAN+munitions+armement+etc. après largage parachute ou hélico, Taxi, etc. . Ils font un camp de base d’où ils partent en patrouille en plus léger pendant laquelle ils peuvent faire d’autres bases puis repartir en patrouille en encore plus léger. C’est la doctrine base/patrouille US/OTAN.
      A ceci(50..80kg) et leur poids(70..90kg) se rajoute l’équipement combi pour du saut Haute-Altitude, navigation, équipement pour le parachute, et voila 150…200 kg.

  8. dompal dit :

    A-t-on vraiment besoin d’une qualif’ de la DGA pour certifier ce matos ?
    A moins que ce ne soit pour une question d’assurance en cas d’accident…. ou bien est-ce pour occuper des off sup/généraux pour leur permettre ‘d’exister’ encore un peu…???

    • cipal dit :

      ben oui comme charge utile expérimentale ! comme çà il y aura plus de place à la DGA!

    • PHILIPPE dit :

      D’ailleurs avons-nous encore besoin de parachutes ?!!!!!
      Chute libre de 7,5 km sans parachute : l’Américain Luke Aikins réussit son pari fou !
      https://www.youtube.com/watch?v=Q9VNIKTWjaE

      • Robert dit :

        Une chute libre, c’est 200km heure environ, comment un filet peut suffire à ralentir la chute puis freiner pour que le para ne s’écrase pas au sol?

        • PK dit :

          Observez la taille du filet et vous comprendrez : à la louche, décélération sur 30m… Soit quelques G pour le chuteur.

          Bon exercice de physique : de combien doit s’enfoncer un filet (= un ressort) pour arrêter un homme de 80 kg lancé à 200 km/h, de façon à ne pas le tuer (indice : il ne doit pas dépasser les 10G de décélération).

        • PHILIPPE dit :

          ce commentaire en anglais (faire un clic droit pout obtenir automatiquement la traduction) de wikipédia est plus précis que celui de wikipédia en français notamment en ce qui concerne la matière du filet et les 4 cylindres à air comprimés destinés à ralentir la chute : ‘ https://en.wikipedia.org/wiki/Luke_Aikins.

    • Aymard de Ledonner dit :

      La DGA s’assure que l’indus livre un matériel conforme. Rien de plus normal. On ne parle pas de petites cuillères….