Le sous-marin nuclaire d’attaque Suffren enfin prêt à être admis au service actif

Quand le sous-marin nucléaire d’attaque [SNA] Suffren, premier d’une série qui en comptera six, fut remis à la Marine nationale, en novembre 2020, son admission au service actif promettait de se concrétiser assez rapidement. Du moins après son déploiement de longue durée [DLD], passage obligé pour tous les nouveaux navires. En effet, cette phase, que l’on peut assimiler à une période de garantie, vise à s’assurer que tout fonctionne normalement à bord d’un bâtiment et, surtout, à valider ses capacités militaires. Et ce n’est donc qu’après qu’il pourra entamer sa carrière opérationnelle.

Seulement, et alors que ses essais en mer furent menés en moins de six mois sous la supervision de Naval Group, du CEA, de TechnicAtome et de la Direction générale de l’armement [DGA], qui plus est dans un contexte rendu compliqué par la pandémie de covid-19, le Suffren a connu quelques problèmes techniques durant son DLD, dont une fuite sur l’une de ses turbines. Un souci important car, comme le confia un spécialiste au journal L’Opinion, il « limitait la puissance de manière significative » et donc « les capacités opérationnelles du sous-marin », sauf dans les « phases discrètes ».

Cela étant, il n’y avait rien d’exceptionnel : les phases de tests servent justement à découvrir des problèmes et à y remédier. Cependant, l’admission au service actif du Suffren n’a donc pu être prononcée en novembre 2021, comme prévu… alors que la Marine nationale devait alors se passer du SNA Perle, victime d’un incendie en juin 2020.

Finalement, il aura fallu attendre huit mois pour ce nouveau sous-marin soit déclaré apte au service. En effet, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, est attendu à Brest, le 3 juin, pour « l’admission au service actif » du Suffren. L’annonce vient d’être faite par le ministère des Armées.

Que la mise en service officielle du Suffren soit effectuée à Brest peut sembler curieux étant donné que les SNA de la Force océanique stratégique [FOST] sont tous basés à Toulon. D’ailleurs, le nouveau sous-marin avait été remis à la Marine nationale par la DGA sur le site de la base varoise.

Le second SNA de la classe Barracuda, le Dugay-Trouin, devrait être mis à l’eau d’ici la fin de l’été prochain. Un préalable avant la divergence de son réacteur. Et, selon la Presse de la Manche, ses premiers essais en mer ne débuteraient qu’en fin d’année, ce qui fait qu’il sera livré à la Marine nationale, au mieux, qu’en 2023.

Pour rappel, les SNA de type Barracuda affichent une longueur de 99 mètres pour un diamètre de 8,8 mètres et un déplacement de 5.300 tonnes en plongée. Ils sont équipés des dernières technologies en matière de capacités sous-marines [automatisation, mât optronique, numérisation, recours à l’intelligence artificielle, etc]. Plus discret que ceux de la classe Rubis, et aussi plus manoeuvrables, grâce aux barre en X de leur appareil à gouverner, ils peuvent naviguer à une profondeur supérieure à 300 mètres. Enfin, ils emportent des missiles de croisière navale [MdCN], des missiles antinavires Exocet SM39 modernisés, des torpilles lourdes filoguidées F-21 et des mines.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

87 contributions

  1. Sergio dit :

    Excellente nouvelle.

  2. chill dit :

    Bravissimo, maintenant les 7 autres..

  3. Félix GARCIA dit :

    « le sous-marin nucléaire d’attaque [SNA] Suffren, premier d’une série qui en comptera six »
    Qui en comptera huit, car telle est ma volonté !
    Ce qui sera d’ailleurs annoncé dès demain.
    « L’État, c’est moi ! »

    • Félix GARCIA dit :

      Et d’ailleurs, on va développer nos propres catapultes, vu qu’on va faire un PA-NG, mais aussi deux porte-drones à propulsion nucléaire de 30/45 000 tonnes.

      • Finaud dit :

        Mais ces catapultes seront-elles utilisables en plongée ?
        Je crains que non, car le RafaleSM n´est pas encore tout à fait au point.

    • Jason Bourne dit :

      Vous auriez des informations sur les barracudas Egyptiens ?

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Qui en comptera huit, car telle est ma volonté !
      Ce qui sera d’ailleurs annoncé dès demain.
      « L’État, c’est moi ! » Mélenchon sort de ce corps! A titre personnel deux soum en plus, je souscris!

  4. Nexterience dit :

    Normalement, le premier essuie les plâtres et les suivants seront plus rapidement actifs.
    C’est tout de même une bonne nouvelle de réussir une machine à 1 milliard d’euros de technologie nationale. Tout le monde n’en dit pas autant: combien dans le monde?

    • Franchouillard dit :

      Excellente remarque, Nexterience. Je salue moi aussi cette réussite.
      Toutefois (pour le plaisir de râler) l’on peut sûrement trouver à bord quelques accessoires qui ne sont pas « made in France » : les sous-vêtements de l’équipage, par exemple, sont-ils fabriqués à Roubaix ?

      • Nexterience dit :

        Oui, il paraît qu’ils mangent parfois aussi des pâtes italiennes.

  5. Félix GARCIA dit :

    Sera-t-il équipé de ce dispositif ?
    ALSEAMAR Naval Communication Systems for Submarines and Surface Ships
    https://www.youtube.com/watch?v=PBQ3rTTZjV8

    Prometteuses ces antennes une fois couplées avec des drones sous-marins par ailleurs.
    Pour des dérivés de D-DO porte-Switchblades/drones par exemple (pouvoir rester en liaison avec les munitions-rôdeuses/drones une fois ceux-ci déployés et le drone retourné sous l’eau).
    Mais aussi recevoir des ordres une fois un contact établi par exemple (dans le cas de drones porteurs de torpilles par exemple).

    • Félix GARCIA dit :

      On peut imaginer une version périscope (« périscope déporté » : avec simple caméra ? boule optronique « simple » ?).
      Là encore, pour les sous-marins ou les drones sous-marins, et qui envoie ses données/images/vidéos (là où il y a un récepteur pour les recevoir) après rupture du contact filaire (piles/batteries intégrées à cet effet).
      Le drone/sous-marin disposerait des données, de même que les états-majors.

    • Jean-Louis MARCHAND dit :

      Cela fait des décennies qu’un système similaire existe, on apellait ça le TUUM ou téléphone sous-marin.

      • Félix GARCIA dit :

        Je l’ignorais.
        En me renseignant sur le sujet, j’ai même appris qu’il existait des « cabines téléphoniques sous-marines » :
        « Dans les zones souvent fréquentées par leurs sous-marins, la Marine américaine (US Navy) et la Marine russe ont installé au fond de la mer des équipements d’écoute et de transmission sonique reliés par un câble sous-marin à leurs stations terrestres respectives (système Sound Surveillance System pour les États-Unis). Il est envisagé qu’à proximité d’un de ces dispositifs, un sous-marin puisse communiquer et rester en contact avec sa base »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Communication_avec_les_sous-marins
        Original.
        ^^

    • EJP dit :

      Pour avoir fourni aux sous-mariniers (ceux qui plongent) des appareils « sophistiqués » conformément aux cahiers des charges rédigés par DCNS ou la DGA je garde un souvenir ému de la découverte des nouveaux matériels par les marins.

      Après une écoute attentive de la description des performances de ces nouveaux matériels qui vont bien évidemment les projeter de l’age des caverne au XXI siècle, la première question posée est :

      « Et quand c’est en panne on fait comment ? »

      Les matériels fournis sont très généralement dotés de nombreuses fonctions soit inutiles soit inutilisées.

      La question centrale reste de définir les fonctions essentielles et de disposer pour ces fonctions de modes secours efficaces.

      • Félix GARCIA dit :

        Ah beh là j’peux pô vous répondre malgré la pertinence de votre propos (c’est p’t-être pour ça d’ailleurs …).
        ^^

        « ces nouveaux matériels qui vont bien évidemment les projeter de l’age des caverne au XXI siècle »
        « Inno-veille-cheune ! »

      • Jo666 dit :

        Les systèmes sont triplés normalement

    • tschok dit :

      @Félix,

      Oui, mais ce sont des antennes déportées, grâce à une bouée, qui a une certaine autonomie.

      Il faut bien comprendre que ces antennes ne permettent pas vraiment de communiquer sous l’eau, qui fait obstacle à la propagation des ondes. L’idée est donc d’envoyer vers la surface une petite bouée dotée d’une antenne et reliée par un câble transmetteur au drone ou au sous-marin, qui peut ainsi émettre et recevoir un signal pendant une durée limitée.

      En l’état, je ne pense pas – mais je ne suis pas un spécialiste – que ces antennes autorisent les drones sous-marins à se passer d’IA.

      Rappelons la contrainte: contrairement à un drone aérien ou terrestre, un drone sous-marin ne peut pas communiquer avec ce qui l’entoure, à moins de le relier par un fil à son centre de contrôle, un peu comme une torpille à guidage filaire. Donc, le drone sous-marin doit être autonome. Donc, IA.

      Ce qui pose la question de savoir si on accorde à l’IA la prérogative d’engager un acte offensif létal. Comme on a décidé qu’il ne le fallait pas, le drone doit pouvoir communiquer, même momentanément, avec un centre de décision humain (homme dans la boucle) ce qui nécessite donc une antenne de surface.

      C’est là que ce genre d’antennes présente un intérêt. Mais elles ne permettent pas de se passer d’une IA, le drone devant être capable d’une certaine autonomie de décision entre deux contacts avec son centre de contrôle.

      C’est du moins comme cela que je me pose le problème (pour les drones).

      Quant aux sous-marins, ce genre d’antennes présente un intérêt majeur, même si leur principe n’est pas neuf. Mais dans un sous-marin, vous avez de l’intelligence humaine, donc la communication ne se conçoit pas de la même façon.

    • Carin dit :

      @Felix Garcia
      C’est déjà un peu le cas, nous avons des moyens de com trempés à l’aide desquels ont peu communiquer avec nos soums, mais qu’à quelques dizaines de kms de nos côtes, plus loin, le son se déforme, et personne n’a encore la technologie pour
      « Reformer » le signal, tel que le fait une baleine qui capte ses congénères à plusieurs milliers de kms… mais c’est en cours d’étude, et nous sommes loin d’être les seuls à bosser dessus.

  6. Eric dit :

    Il faut reconnaitre que les SNA Rubis commencaient à faire leur âge, malgré l’excellence (unanimement reconnue sauf par les trolls, débineurs et ignorants habituels) des équipages de la Marine. Ces sous-marins étaient dès le départ trop compacts et ont connu de graves problèmes de discrétion, en grande partie réglés par le programme d’amélioration « améthyste ». Reste que l’entrée en service des Barracuda / Suffren nous mettra incontestablement au même niveau que les américains, britanniques et russes… et qu’il ne serait pas un luxe d’en avoir sept, voire (rêvons tout haut !) huit au lieu de six.

    • Michel dit :

      Salut,
      Pour en parler aussi bien tu a dû naviguer dessus mais probablement pas pendant sa TLD ou ses essais en eau chaude et peut-être Nouméa

      • Tournicoti dit :

        Comme le souligne Eric, les SNA Rubis ont été conçus dans les années 70 pour la lutte antisurface de préférence: Rapide, agiles (moteurs électriques), petite taille …
        Comme souvent, l’EM leur a donné des missions pour lesquels ils n’étaient pas prévus… L’amélioration Améthyste fut un pis-aller
        rappel : Un SM silencieux est un gros sous marin : Il faut de la place pour effectuer le découplage acoustique…
        Les Barracuda sont une réelle amélioration ‘qui prends en compte les améliorations venant des Triomphants.)

    • Carin dit :

      @Eric
      Je comprends ce que vous dites.. mais… lorsque les « rubis » sont arrivés en service, ils ont relevé leur prédécesseur que vous pouvez aujourd’hui visiter au musée de la marine… et franchement, les marins avaient le très net sentiment de passer du placard à balais, à la suite royale…
      Aujourd’hui, je vous accorde que ces soums arrivent au bout de leur potentiel, mais je vous invite à voir qu’il n’y a pas si longtemps, l’un d’entre eux coulait virtuellement un PA américain et la moitié de son escorte, malgré que l’exercice ai duré une semaine, et que toute l’escorte du PA le cherchait dans un périmètre donné… et qu’il y a encore moins longtemps l’un d’entre eux se trouvait en mer de Chine, et faisait la nique a toute le flotte chinoise y compris ses soums, et ce pendant 15 jours. Donc oui, les rubis vieillissent, et non, ils ne sont toujours pas obsolete.

      • breguet dit :

        Carin:  »et qu’il y a encore moins longtemps l’un d’entre eux se trouvait en mer de Chine, et faisait la nique a toute le flotte chinoise y compris ses soums, et ce pendant 15 jours » : votre enthousiasme vous fait dire et affirmer des choses invérifiables…A moins d’être à bord lors de la mission…Rien n’a filtré de cette mission et si les chinois ont eu des résultats croyez vous qu’ils vont le crier sur les toits? Il faut rester prudent surtout sur ce qui se passe sous l’eau…Répandre ce genre d’affirmation n’est pas crédible…

      • Vinz dit :

        « l’un d’entre eux coulait virtuellement un PA américain et la moitié de son escorte »

        Fèque niouze, puisqu’on nous explique à longueur de blog qu’un PA c’est incoulable. Par ailleurs ça devient un lieu commun dans toutes les marines cette histoire (les soums australiens, chiliens, quessèje, ont tous coulé un jour ou l’autre un PA américain).

  7. Comte Vertigo dit :

    Je ne suis pas expert, mais il manque aux Suffren la capacité à effectuer des frappes saturantes avec des VLS, ce qui serait faisable techniquement (et souhaitable), en ajoutant une section équipée de tubes de lancement verticaux, à la manière du VPM des Virginia block IV. Autre chose de curieux (à mes yeux de non-expert), les Suffren ont un sonar d’étrave traditionnel à la différence des SNA de classe Virginia et Iassen qui sont équipés de sonars shpériques

    • tschok dit :

      @Comte Vertigo,

      L’option VLS a été envisagée mais a été écartée car elle n’apportait pas une plus-value opérationnelle jugée suffisante par rapport à son coût.

      Mais d’autres flottes, particulièrement la flotte sud-coréenne, n’ont pas cette appréciation, et ont doté leurs sous-marins de VLS pour des frappes tactiques, disons, significatives.

      Les sous-marins sud-coréens expérimentent un modèle de dissuasion à l’aide de missiles tactiques. Le concept est inconnu en France. Il est dû aux conditions locales (voisinage de la Corée du Nord).

    • Carin dit :

      @Comte Vertigo
      C’est exact, vous oubliez juste le sonar tracté…
      Quand aux sonars sphériques, à mon avis, ils ne doivent pas êtres aussi bon que ça, parce que la Navy va construire ses nouveaux bateaux avec des sonars d’étrave et tractés français.
      Sans compter que le plus important pour un soum, ce sont ses capacités passives… un sonar c’est comme un radar, dès que vous le mettez en route, les autres savent ou vous vous trouvez!

      • Carin dit :

        Ah et pour ce qui est de tirer vers la terre le suffren est quand même équipé de MDCN, de plus grâce à leurs capsules à changement de milieu, il n’a même pas besoin de faire surface… ce qui vous en conviendrez est très dangereux pour un soum!

    • Vinz dit :

      Pas du tout expert non plus, mais ça supposerait de rallonger et redimensionner la bestiole au niveau d’un SNLE (espace cellules + magasin + armuriers et servants d’arme etc.). Ca ferait pas non plus le même prix, alors même qu’on a pas beaucoup de soums… Se pose donc la question du tout nucléaire – qui peut handicaper accessoirement les contrats exports, cf Inde tout récemment : c’est toujours rassurant pour un pays d’acheter une techno validée, utilisée, maintenue et améliorée par le pays vendeur.

      En revanche permettre à un SNLE de tirer du mcdn ? Question comme ça.

  8. Michel dit :

    Bonjour,
    Pourvu qu’il n’y ait pas de problème de clim, que l’usine à oxygène fonctionne bien et qu’il ne soit pas sourd a grande vitesse…
    Sinon bonne mer aux équipages.

    • zaza24 dit :

      Monsieur semble avoir navigué dans un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître…
      Pensez vous que Naval Group n’ait pas eu des remontées d’informations ?
      Sinon excellente nouvelle que cette mise à disposition.
      Va falloir trouver les équipages maintenant…

      • Michel dit :

        Naval Group est capable et son savoir faire certain , la question est toujours la même il s’agit de mettre en adéquation le budget alloué avec le programme et nos ambitions, c’est de la politique et de la vision ensuite ne pas mettre sous le tapis les problèmes rencontrés mais les traiter rapidement afin gagner rapidement en fiabilité. Maintenant le Rubis navigue toujours.

      • Carin dit :

        @zaza24
        Mais les 2 équipages sont prêts, ils s’entraînent sur simulateurs depuis 3 ans maintenant, vous croyez que ce soum est parti presque une année avec un équipage d’ingénieurs et techniciens civils de chez Naval Group?

  9. DarkCed dit :

    Allez Seb profites en pour en commander 2 de plus !

    • felipe dit :

      c’est bien joli d’avoir des ferrari, encore faut-il les équipages ?

      ne pas oublier que toutes les listes au père noel commencent par celle du recrutement et ce n’est pas une question de solde (un sous-marinier a une indemnité spécifique).
      quand on voit le manque d’attractivité pour l’embarquement à la mer (on ne rentre pas chez soi tous les soirs et on n’est pas en boite tous les samedi)…
      alors passer de 12 à 16 équipages … problématique valable pour la marine en général. en 2021, on s’engage pour être marin au port, pas pour naviguer

  10. vrai_chasseur dit :

    @LL
    Pourquoi Brest et pas Toulon, qq modestes infos
    Brest a investi dans une infrastructure de maintenance spéciale pour SNA classe Suffren, le quai Barracuda. Un certain ministre de la défense, un breton, avait tranché à l’époque en faveur de la Bretagne…
    C’est ce quai qu’on inaugure également avec le Suffren, mais sans bruit pour ne pas vexer Toulon qui reste la base de l’escadrille des SNA.
    Il existe néanmoins une logique pour Brest. La présence des SNA en Atlantique s’accroît en raison des enjeux géopolitiques. Par ailleurs un SNA accompagne toujours un SNLE lors de sa sortie en patrouille. Une maintenance et un soutien sur place simplifieront les opérations et éviteront quelques transits par Gibraltar. D’autre part la maintenance du coeur du réacteur exige sa sortie de la coque, ce qui pourra se faire dans les installations existantes des SNLE, à la fois pour garantir la sûreté nucléaire de cette opération sensible et pour économie par mutualisation. A Toulon, le savoir-faire de cette opération de maintenance nucléaire existe aussi, puisqu’elle a lieu sur le coeur nucléaire du CDG. Mais dans un porte-avions cette opération peut se faire à l’intérieur du navire, ce qui n’est pas possible sur un SNA. Et à Toulon l’arsenal est en pleine ville, contrairement à l’Ile Longue.

    • Félix GARCIA dit :

      Il existe une rivalité entre les Atlantes et les Méditerranéens ?
      ^^

      Mais oui, il y a deux « goulets d’étranglement » pour sortir de Toulon, comme vous le faites remarquer.

    • cipal dit :

      A Brest aussi pour l’arsenal stricto sensu ! mais l’Ile longue est certes plus loin mais pas tant que çà !!!

    • hoopy dit :

      A mon avis, les SNA nucléaires ont plus leur place sur la cote Atlantique que sur la Méditerranée. Pour la méditerranée, on ferrait mieux d’investir dans des SNA AIP.

      • Le Suren dit :

        Entièrement d’accord.

      • Carin dit :

        @hoopy
        Figurez-vous que nos stratèges y ont pensé… avant de se rendre à l’évidence que la bassine bleue (Méditerranée) mesure environ 1000 kms de Toulon à Alger (ceci est un exemple, que les RC et compagnie ne prennent pas la mouche), et qu’avec un AIP, faire le voyage aller, espionner pendant plusieurs jours avant de revenir faire surface dans les eaux françaises, forcerait l’équipage à une très longue apnée!
        Et je ne vous donne que la plus petite course, sorti des pays du Maghreb, la course s’allonge considérablement…

        • Vinz dit :

          Bof – 1000 bornes c’est quasi la porte à côté dans un référentiel marin ; franchement un AIP @ 20 noeuds en plongée et qqs jours (trois semaines dixit wikipedia pour le Type 212) en immersion, sans sortir schnorchel ou autre, c’est largement suffisant pour la flaque a priori. En tout cas ça suffit à la marine italienne.

  11. Greenskin dit :

    Il en faudrait 10 + 10 en stock juste au cas où… On est loin du compte.

    • Mat49 dit :

      Et les équipages? On fait comment pour monter à 10? Et s’il y en a 10 en stock ça veut dire dix navire nucléaire à quai à gérer. C’est l’un des rares matériel ou le stock soit plus que discutable.

    • Félix GARCIA dit :

      Non, 8, et 6 Bases Navales Expéditionnaires (BNE, équivalents des ESB américains) pour déployer des drones océaniques.
      Ainsi que le déploiement de nombreux drones sous-marins avec ports d’attache dans l’Hexagone et les Outremers.
      🙂

      « Disruptif ! Inno-veille-cheune ! Starteup-Neille-Cheune ! »

    • Eurafale dit :

      10 ? Et 10 en stock ? Pour quoi faire ?

      • tschok dit :

        @Eurafale,

        Pour faire des stocks.

        En économie, un stock est un actif circulant. Donc, il doit circuler. Mais dans l’esprit anxieux de monsieur-tout-le-monde, un stock s’apparente à une précaution, donc il tend à devenir de l’épargne, c’est-à-dire qu’il tend à devenir une immobilisation.

        Quand on s’enferme de cet état d’esprit, la finalité du stock n’est plus de servir, mais d’exister: on stocke pour stocker, ce qui devient une fin en soi.

        Le commentaire de Greenskin illustre ce phénomène: 10, plus 10 en stock « au cas où ».

        Il ne se pose pas la question de savoir combien coûte un stock immobilisé ( un stock qui ne sert à rien). C’est à ce stade de la discussion qu’en général on cite la valorisation du stock des pièces détachées de l’armée de l’air française, qui était valorisé à plus de 10 milliards d’euros de pièces détachées, pour une disponibilité de merde du parc aéro.

        Et 10 milliards d’euros, c’est le coût de deux porte-avions.

        Et ça, je l’ai déjà expliqué x fois ici, mai ça sert à rien, les mecs veulent stocker des SNA comme ils stockent des rouleaux de PQ et des paquets de nouilles en cas de pandémie de Covid, c’est plus fort qu’eux et ça sert à rien de leur expliquer. Ils fonctionnent avec leurs tripes, osef.

        Faut juste retenir que c’est la connerie à ne surtout pas faire.

        A la limite, ce qu’on peut stocker, ce ne sont pas des trucs neufs, mais des trucs vieux, genre les canons, les blindés, des hélicos, des missiles, etc, des choses qui ont encore du potentiel et qui peuvent resservir.

        Mais stocker 10 SNA neufs, c’est une pure connerie. Je sais pas ce qu’il y a dans sa tête pour qu’il puisse imaginer qu’il est possible de faire ça. J’ignore comment il s’imagine la société, l’économie, la vie, pour penser que c’est une bonne idée.

        Ces mecs-là sont dans leur bulle, on ne sait pas trop. C’est un autre univers, disjoint du nôtre.

        • Terrien dit :

          Mais si, le stock c’est très bien : vous voulez stocker du vieux matériel qui peut encore servir ? Alors la solution c’est de stocker du matériel neuf : ainsi il deviendra obsolète sans avoir servi et restera utilisable comme si c’était du vieux matériel. Et en attendant, il coûtera moins cher et ne posera pas de problème de MCO.
          .
          Et puis, le stockage facilite la gestion des personnels : un sous-marin (ou autre matériel) stocké, ça demande moins de personnel. Mais ça permet aux politiques de se tranquilliser : « on a le matériel, tout ça démarrera sur un claquement de doigts (et après moi le déluge, je ne serai pas responsable) ».
          .
          Je me rappelle l’époque (le début des années soixante-dix) ou dans les régiments on avait des « compagnies en sommeil » : un capitaine, avec deux sous-officiers et quelques appelés pour entretenir le matériel (armement et véhicules). Officiellement le régiment était 100% opérationnel mais avec une ou plusieurs compagnies en sommeil, il coûtait moins cher.

        • Hannibal_Lecteur dit :

           » la question de savoir combien coûte un stock immobilisé »
          Sand parler de la contrainte nucléaire là-dedans…

    • Czar dit :

      au moins hé dis-moi ils nous serviraient à quoi ces flambants SNA ? manifestement pas à couler les barges d’envahisseurs qui débarquent tranquillement, au mépris de nos lois et de notre volonté, et sans réelle réaction ni des pouvoir publics ni de ladite armée

      mais soyez rassurés, on veille sur les tartares russo-zhinois si jamais ils avaient envie de traverser la moitié de la terre pour nous envahir.

      quand on est pas foutus d’assurer l’ordre à 10 km à vol d’oiseau de l’Elysée, on y va mollo sur ses rêves dérisoires et humiliants de grôndpouissônss

      • PK dit :

        D’un autre côté, ce n’est pas en mégotant sur la remontée du matériel qu’on pourra assumer quoi que ce soit, du côté de l’autorité… même si je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il manque totalement de volonté politique (pour l’un comme pour l’autre…).

        Les mauvaises langues diraient que c’est fait exprès d’ailleurs…

        • Czar dit :

          nous ne sommes pas menacés militairement et la première menace putative est en train de s’auto-dissoudre l’autre, c’est le problème des stazunis

          notre menace sécuritaire est intérieure, et jouer les grands rôles sur la scène internationale se traduit par des Bataclan car on n’a pas levé l’hypothèque intérieure d’autre part nous n’avons plus l’économie pour alimenter une remontée en puissance des forces, faut arrêter de fantasmer sur la simple fraude sociale réglons nos problèmes, quand ce sera fait, nous aurons de quoi redonner du volume à nos forces armées qui pourront à ce moment-là être employées au service d’une politique là nous n’avons ni celle-ci ni les moyens arrêtons de vivre dans le fantasme les schleuhs peuvent cracher 100 milliards car ils n’ont pas 120% de dette, qu’ils ont fait le choix de conserver une industrie, et que malgré le coup de folie de 2015, ils n’importent pas des QI de 70 comme on les importe (ou auto-produit ardemment)

          l’armée n’est PAS une priorité si on regarde les choses avec lucidité donc qu’on assume une LEGERE montée des moyens pour ne pas être lâchés sur la question des mutations technologiques, histoire de pouvoir augmenter à nouveau quand l’économie tournera mais techno ET montée en volume des forces c’est pas possible dans l’enveloppe financière qui s’annonce

          • PK dit :

            C’est sûr qui si vous basez votre analyse sur le budget d’aujourd’hui qui consiste à filer des milliards en priorité à l’immigration, on n’a pas les moyens pour l’armée.

            De toute façon, pour changer les choses, il faudra changer de politique et là, ce n’est pas gagné. Le Pen risque de gagner les prochaines élections, mais à la vitesse où elle se macronise, ça ne risque pas changer grand-chose…

            Je pense qu’il est nécessaire que les Français assument leur choix politique insensé ; donc il faut aller au fond du trou. On est déjà au stade pré-Liban avec une guerre civile larvée (200 attaques au couteau par jour, donc au moins une au nom d’un type qui veut aller au bar). L’exemple du stade de France est caractéristique de l’impuissance absolue de la police (1000 policiers et gendarmes… au moins 5000 délinquants déchaînés… moins de 100 arrestations. Même Zelinski aurait fait mieux en slip).

            Encore quelques années et les premières milices vont sortir du bois officiellement… Avec tout ce qui a été « envoyé » en Ukraine, cela va revenir très vite dans nos « banlieues » (les premières armes sont déjà disponible sur le dark web… 30 k€ pour un Javelin).

            Bref, sans électrochoc, je ne crois guère au changement.

          • Czar dit :

            en France, les changements ne surviennent qu’avec électrochoc (1940, 1958)

            cékomssa

    • CortoMaltese dit :

      Oui enfin à ce compte on peut aussi demander 800 Rafale et 2000 Leclerc. Qui paye ?

      Si déjà on pouvait en avoir 8 plutôt que 6, ça serait pas mal.

    • Carin dit :

      @Greenskin
      Vous nous prenez pour les USA?
      Ou plus simplement, vous avez le melon?

  12. Jean dit :

    Bah purée, il est pas trop tôt !!!

    • Carin dit :

      @jean
      C’est marrant de vous lire, parce que dans la classe Suffren, tout est nouveau… jusqu’au moindre composant électronique… on vient de passer d’un F16, à un F35 qui serait réussi… et franchement, moins de 2 ans pour corriger la moindre erreur, c’est peu. D’autant que les suivants vont en bénéficier dès leurs mises en chantier.
      En plus en France on n’a pas l’habitude de mettre les problèmes sous le tapis lors de la sortie d’un nouveau produit, en attendant une IPER pour le régler!
      Je pense sincèrement que ce soum va révolutionner les profondeurs marines, surtout lorsque l’on entends parler de ce que nos équipages sont capables de faire avec la génération d’avant!

  13. nike dit :

    Bonne nouvelle, manque plus qu’à en commander 2 de plus et on sera bien. D’ailleurs ce serait pas trop mal d’en avoir 1 ou 2 dans le pacifique à Papeete ou à Noumea. Il me semble que ce serait de nature à calmer les ardeurs de certains pays mal intentionnés.

    • Félix GARCIA dit :

      Avec des drones océaniques de chez Naval Group, et des essaims de drones de chez ECA Group.
      Ainsi que quatre BNE (équivalents des ESB américains) dans l’Océan Pacifique et l’Océan Indien, en « couples » avec des Gowind 2500/3000 (donc quatre).

    • Carin dit :

      @nike
      Alors, pour en commander 2 de plus (grand max), j’aurais tendance à penser comme vous. Pour ce qui est de les baser ailleurs… c’est moins sûr, pour la simple raison que les installations à bâtir pour un SNA (donc à propulsion nucléaire) sont carrément démentielles.

  14. Bob dit :

    Il était temps et avec plus de 5 ans de retard au total sur le programme. Ce n’est pas la fête non plus après les déboires avec l’incendie du Perle. Avec un SNA en ATM, la France a 4 SNA en service actif…Bien mais insuffisant. 6 est un minimum.
    Si le SNA est à Brest, c’est sans doute pour traquer les SNA russes en Atlantique Nord.

    • Carin dit :

      @bob
      Non, c’est juste pour qu’il soit réceptionné par la royale…(c’est prévu de longue date par un certain breton qui fut ministres), ensuite il prendra la direction de Toulon ou son quai l’attend. Par contre, je suis sur qu’à l’avenir 2 SNA seront basés à Brest… et c’est la raison pour laquelle je pense que quel que soit le gouvernement en place dans 10 ans, il y auras une commande supplémentaire pour 2 suffren de plus.

  15. PHILIPPE dit :

    Pour les SNA les missions abondent déjà et l’avenir apparaît chargé !
    En conséquence la production doit s’accélérer sans nuire bien sûr à la qualité et sans oublier la formation des équipages.
    L’abandon récent de la commande australienne aura au moins un aspect positif si cela peut permettre de servir rapidement notre Marine Nationale.

    • Carin dit :

      @PHILIPPE
      Aucunement, les soums australiens étaient prévus d’êtres fabriqués en Australie…
      Mais vu la tournure que prennent les événements, et le changement radical de gouvernement en Australie… il se pourrait que Naval Group revienne dans l’équation, je pense que nos amis australiens se rendent compte du marché de dupes qu’ils ont entamé avec les states. Mais ils pourraient aussi rayer tout cela d’un haussement d’épaule, et continuer à se faire plumer par Uncle Sam.

  16. lxm dit :

    Un petit sous-marin, il ne faut pas non plus trop lui demander; des fois on préfère un couteau-suisse qui combine tout, des fois une combinaison d’outils spécialisés, cela dépend des stratégies et des moyens alloués, y’a des avantages et des inconvénients. Mais actuellement, les principales menaces maritimes théoriques à contrer seraient les flottes méditerranéennes de Russie, Turquie, Algérie, qui seraient combinées dans le pire des cas. Je me demande si on peut poser( ou si ce n’est déjà fait) au fond de la mer, en toile, des sortes de stations sonars pour « écouter » en permanence tout ce qui passe par là.

    • Carin dit :

      @lxm
      C’est déjà le cas… sur les 12kms exclusifs, principalement sur les endroits où nos soums se
      « diluent ».

  17. Comte Vertigo dit :

    Pourquoi si peu d’exemplaires ?? Rien qu’avec l’étendue de notre zone économique exclusive et nos territoires d’outremer à défendre 6 unités me paraissent LARGEMENT insuffisant. Et bien entendu, en cas de conflict de haute intensité, de type Malouines loin de nos bases contre la Chine par exemple, la flotte entière pourrait être anéantie

    • tschok dit :

      @Comte Vertigo,

      1) Pourquoi si peu? Parce qu’on doit être à plus d’un milliard d’euros l’unité.

      2) Rien qu’avec notre ZEE blabla

      Non, un SNA ne sert pas à surveiller de la ZEE. Pour faire de la police des pêches, des missions de l’Etat en mer, vous prenez un OPV, ça suffit et c’est très bien. Et justement, il nous en manque.

      Si vous financez du SNA, pour n’aurez plus assez d’oseille pour financer de l’OPV, ce qui est d’ailleurs ce qui nous arrive, outre le fait que le sujet de la ZEE et de l’OPV n’est pas considéré comme prioritaire. Donc, pas de volonté politique. Parce que le pognon, on pourrait le trouver, mais comme on ne place pas la surveillance de la ZEE au sommet de la pile de dossiers, on reporte la dépense d’un exercice comptable à un autre depuis… euh… une vingtaine d’années, je dirais. Peut-être trente, je sais pas.

      C’est loin la ZEE. Le stade de France, c’est proche.

  18. Parabellum dit :

    4 scorpene seraient aussi bien utiles pour les abords dès zée et Méditerranée. On a gaspillé 18 milliards au Sahel…mieux vaut s équiper en sous marin

    • tschok dit :

      @Parabellum,

      Dépensés, pas gaspillés. Ils sont sortis du budget de l’Etat pour être injectés dans l’économie française. C’est une dépense, pas un gaspillage.

      Ce qui est un gaspillage, c’est quand vous vous achetez pour pas cher un truc made in China, dont l’obsolescence est programmée, et que vous allez donc remplacer rapidement par un autre truc pas cher made in China, etc.

      Ca c’est du gaspillage, mais vous ne vous en rendez pas compte parce que les coûts sont invisibles, du moins dans un premier temps: déficit de la balance commerciale, coût écologique, destruction du tissus industriel français. En gros, ce sont les trois coûts du made in China.

      Alors qu’en fait les 18 milliards sur lesquels vous vous focalisez, c’est de l’économie circulaire en pratique: c’est du pognon qui est réinjecté dans l’économie française. Ca circule. Bon, c’est pas super efficace, mais au moins ça circule.

      Donc ça produit un effet keynésien. Alors que le made in China, non.

      • Carin dit :

        @tschok
        Compliqué à expliquer le côté suicidaire du made in china….
        Et malheureusement tout aussi compliqué de l’éviter…
        Tout le monde aujourd’hui fait fabriquer en chine, et souvent les entreprises qui se réclament du label « made in france » reçoivent l’ensemble des composants de leurs produits directement de chine!
        Même de très nombreux emballages carton de produits bio proviennent de chine… c’est dire si nos amis chinois ne montre aucune inquiétude quand à leur avenir, ils sont très profondément enracinés dans notre vie de tous les jours.

      • Vinz dit :

        Une bonne partie fut dépensée sur place – empreintes logistiques, ravitaillements & sous-traitants etc. Ensuite entre gaspiller et [mal] dépenser (argent de la formation des glorieux Fama, usure prématurée du matériel etc ?), y a pas masse de différence. Enfin pour revenir à la parabole chinoise, si la prime opex sert à se payer un Ayephone et un écran géant, Keynes a bon dos. Ok il est mort.

        Tiens d’ailleurs : je sais pas si ça a été pris en compte par les néo-keynésiens, le fait que le type ait élaboré sa théorie alors que la mondialisation et les fameuses chaines de valeur étaient somme toute limitées. De fait en France, plus tu redistribues, plus tu boustes la croissance de la Chine. C’est bien pensé tout de même toute cette tringlerie.

        • Parabellum dit :

          Je voulais dire que le fric des open stériles aurait mieux servi à se doter d armés stratégiques plutôt que flinguer des types en Toyota avec des missiles tirés de rafale.d autant que maintenant on a foutu le camp et que les habituels colonels locaux font copains avec les russes. Quant à la chine on paie la corde qui nous pend.90 milliards de déficit…nul

  19. Félix GARCIA dit :

    Affaire des irradiés de l’île Longue : l’État condamné pour faute inexcusable après l’irradiation d’un technicien de sous-marin nucléaire
    https://www.cnews.fr/france/2022-06-03/affaire-des-irradies-de-lile-longue-letat-condamne-pour-faute-inexcusable-apres

    La veille … une façon d’ouvrir un nouveau chapitre ?

  20. Raymond75 dit :

    Les SNA et surtout les SNLE nucléaires sont des monstres de technologie, et cela montre que la France a potentiellement un très haut niveau … qu’elle pourrait mieux exploiter si elle ne s’était pas laisser enfermer dans le néo-libéralisme et la mondialisation, qui confient production, et de plus en plus étude et conception, à l’étranger.

    Ha « l’entreprise sans usines »chère à Serge Tchuruk, très haute dirigeant, éminent polytechnicien, président de la société Alcatel alors une des plus grande entreprise mondiale de communication, aujourd’hui réduite à un simple logo que l’on achète, grâce à sa science économique …

    • tschok dit :

      Oui, bon Raymond, mais faudrait peut-être tourner la page, parce que c’est vieux tout ça et on va pas passer notre temps à se morfondre sur le passé, en boucle. le passéisme récessif = mouliner toujours les mêmes trucs.

      Et puis, vous savez que ça vous fait devenir décadentiste.

      Il est temps que les jeunes étudiants qui vous entourent vous secouent un peu les puces, sinon vous allez virer vieux schnock.

    • Vinz dit :

      C’est en partie vrai pour le Tchuruk, mais c’est un peu plus compliqué ; on pourrait dire grandeur et décadence, Capitole et roche tarpéienne etc. De fait il a fait croitre très fort Alcatel grâce notamment à la techno cuivre ADSL. Il s’est ensuite reposé sur cette rente, négligeant la partie radio. Le réveil fut brutal traduit par le rachat catastrophe de Lucent, puis guerres intestines de leadership – pour finir racheté par Nokia – ça aurait pu être pire. Mais oui, le mythe du fabless… : c’est pas le seul Apple, AMD etc.
      Le concept de chaîne de valeurs a fait beaucoup plus de dégât dans l’industrie française : le plus grand scandale-fiasco français reste Renault, avec un Etat français actionnaire.

  21. Durandal dit :

    Une petite parenthèse, à lire absolument. (en anglais)

    https://www.navalnews.com/naval-news/2022/05/feedback-on-french-navy-high-intensity-exercise-polaris/

    Ça résume très bien ce que je dis ici depuis un moment déjà.
    Et même si c’est probablement exagéré pour influencer les décisionnaires, mais les inquiétudes des Marins sont légitimes, la MN est à des années-lumière de la guerre à haute intensité.
    Dans mon scénario à moi, c’est pire encore, il n’y a pas de déclaration de guerre, je coule le CdG en temps de paix avec un BIED. Pour un pays comme la France, il faut être un âne pour avoir 30% de tes ressources aériennes sur une cible.
    Et eux aussi trouve que ça manque de drone, donc je le dis une fois de plus, le TCG Anadolu des Turcs est un bateau qui manque a l’arsenal fr, pas besoin de faire aussi gros, mais juste adapter nos 3 navires d’assaut en porte drones mâles.
    Une solution cheap et qui donne immédiatement du punch.
    Sans parler du manque de munition, bref ce que je dis ici depuis bien longtemps déjà…
    Tu vides les soutes à munitions d’une task force avec une multitude d’attaques de pauvre, mais que tu dois pourtant traiter.
    C’est quoi une attaque de pauvre, toute sorte de BIED, de drones bon marchés avec une munition HEAT, une munition HEAT contre un bateau c’est pas bon…

  22. Vinz dit :

    [mavieamoi] vu sur plateforme le film « k-19 the widowmaker », le meilleur film de Liam Neeson où il ne tue pas tout le monde. Y a Harrison Ford aussi- les deux essaient de parler russe en anglais avec un accent de Mourmansk. A ce qu’il paraît ils ont utilisé un K-77 pour décor – très intéressant, on est vraiment en immersion (?) – si on fait abstraction de tout le bullshit et pathos hollywoodien (notamment ces types irradiés qu’on se précipite à embrasser…) [findemavieamoi]

  23. Bikoro dit :

    « Le sous-marin nuclaire d’attaque Suffren enfin prêt à être admis au service actif ». Excellente nouvelle! Curieux tout de même que personne ne note qu’il aura certainement le même avenir radieux que le CDG : une hélice qui se perd, le pont qu’on a dû rallonger (pour le CDG)… Sinon à part cela, son NUCLAIRE, comme le signale le titre de l’article, sera, sans aucun doute, puissant.