Les drones MALE MQ-9 SeaGuardian pourront être mis en oeuvre depuis un porte-aéronefs

En 2021, la Turquie a annoncé son intention de transformer en porte-drones le TCG Anadolu, qui, jusqu’alors, devait être un navire d’assaut amphibie dérivé de la classe Juan Carlos I, conçue par le constructeur espagnol Navantia. Dans un premier temps, ce bateau mettra en oeuvre une version navalisée du Bayraktar TB-2, connue sous le nom de TB-3. Puis il embarquera le drone de combat [UCAV] MIUS, en cours de développement chez Baykar.

Le TB-3 sera évidemment un appareil de type STOL [Short Take-off and Landing aircraft / Avion à décollage et atterrissage court], dont la récupération à bord du TCG Anadolu sera sécurisée, si besoin, par une barrière d’arrêt, c’est à dire un filet de sécurité. Le même principe pourrait être retenu aux États-Unis, voire au Royaume-Uni.

En effet, le 10 mai, le constructeur américain General Atomics a dévoilé un système prêt-à-monter [ou « kit »] permettant de réduire significativement la distance nécessaire à un drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9B SkyGuardian/SeaGuardian pour décoller et atterrir. Assez, en tout cas, pour envisager de le mettre en oeuvre depuis le pont d’un porte-aéronefs… Et cela, sans avoir recours à des catapultes.

« Imaginez que vous retirez le toit rigide de votre Jeep pour le ranger dans votre garage. Vous avez maintenant un véhicule ouvert. S’il pleut, vous remettez le toit rigide. Le principe est le même : vous prenez un MQ-9B standard et vous lui installer le kit STOL et vous le faites voler », a expliqué David Alexander, le Pdg de General Atomics.

Ce kit STOL modifie les ailes et la queue du MQ-9B. Selon l’industriel, il s’installe en moins d’un jour. Évidemment, les sous-systèmes de l’appareils [capteurs, armement, etc] restent les mêmes. L’un de ses intérêts est qu’il permet de transformer en drones embarqués les appareils déjà en service.

Selon General Atomics, la mise au point de ce kit a commencé en 2017, dans le cadre de son programme Mojave. Une première capacité a été testé avec un MQ-1C Gray Eagle Extended Range. Et il n’est pas impossible qu’il puisse aussi s’adapter sur un MQ-9A Reaper.

Pour une force navale, mettre en oeuvre des MQ-9B SeaGuardian depuis un porte-aéronefs procurerait une plus-value opérationnelle indéniable. Pouvant rester en vol pendant au moins une vingtaine d’heures, cet appareil est en mesure d’assurer des missions de surveillance, de renseignement, de guerre électronique, de lutte anti-surface et de lutte anti-sous-marine grâce à la panoplie de capteurs et d’armement qu’il est en mesure d’emporter [boule optronique MX-20, radar de surveillance maritime SeaVue, bouées acoustiques, nacelle Sage 750 pour identifier et suivre les émissions radars, etc]. En outre, General Atomics a récemment indiqué avoir testé un radar à antenne active [AESA] Seaspray 7500E V2 intégré sur ce type de drone.

L’US Marine Corps [USMC] pourrait évidemment être intéressé par ce MQ-9B STOL étant donné qu’il cherche à se procurer, depuis maintenant plusieurs années, un drone MALE pouvant décoller depuis un navire d’assaut amphibie, dans le cadre du programme MUX [Marine Air Ground Task Force – UAS Expeditionary].

Même chose pour la Royal Navy qui, dans l’attente de disposer de F-35B en nombre suffisants, pourrait en doter ses deux porte-avions. D’autant que les forces britanniques disposeront, à terme, de 16 MQ-9 SkyGuardian [appelés « Protector » outre-Manche].

Un autre avantage de ce MQ-9B STOL est la flexibilité opérationnelle qu’il est suceptible de procurer avec sa capacité à atterrir sur des pistes courtes, sommairement aménagées.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Kamelot dit :

    La navalisation des drones n’est pas une option mais une nécessité…
    « Notre » Eurodrone pourra-t-il le faire?
    Un point qui n’est pas abordé: le guidage (automatique et tous les temps?) à l’appontage. Atterrir sur une piste fixe est une chose, apponter en est une autre…

  2. Félix GARCIA dit :

    C’est mort, on développera jamais de « TB-3 français » …
    Vu qu’on a 3 PHA et un PA, je suis prêt à parier qu’on aura 3/6/9 MQ9 SeaGuardian d’ici 2027/2030 … vu qu’on va les acheter « en commun » avec tous les possesseurs de porte-aéronefs de « l’Europe de la Défense » (qui eux, achètent aussi des F-35) …
    Trop forts ces ricains …

    N’empêche, on doit quand même faire des dérivés du « nEUROn » navalisables (~ 50) :
    – SEAD / DEAD (10)
    – Air-Air (15)
    – Air-sol / air-mer (25)

    Et des équivalents français du « Celera 1000L », dont des versions dronisées (« nounou » …), elles-aussi navalisables (pas pour les garder sur le porte-avions, mais pour pouvoir les faire apponter et les réapprovisionner avant de les faire redécoller).

  3. Dominick dit :

    Article très intéressant! Même si le porte-avions restera toujours nécessaire, je pense que dans un avenir proche, il faudra développer en complément de ce dernier, un petit porte-aéronefs (15 000/20 000t) peu onéreux et commandé en plus grand nombre et qui bien sûr, devra être capable de mettre en œuvre des drones comparable à ce projet américain ou un mixte de drones, hélicoptères et/ou avions à décollage vertical. Ce nouveau type de bâtiment pourrait-être la pièce maîtresse d’un groupe avec son escorte ou être intégrer au sein d’un GAN ou d’un groupe d’assaut amphibie. Il pourrait même être modulable ou proposer en différentes versions comme l’intéressant « BNE » (Bases Navales Expéditionnaires) / « ESB » (Expeditionnary Sea Base) » de notre cher ami Géo Trouvetou, je parle de bien sûr de @Félix GARCIA qui a toujours une bonne idée dans ses tiroirs!

    • Félix GARCIA dit :

      « notre cher ami Géo Trouvetou »
      Une « RED Team » à moi tout seul !
      ^^

      « Jean BOND ! »

  4. HMX dit :

    Très bien vu de la part de General Atomics. Le fait de pouvoir simplement ajouter un kit pour transformer un MQ-9B, et peut être un MQ-9A, en appareil STOL ouvre énormément de perspectives pour tous les pays dotés de ponts plats. et ils sont de plus en plus nombreux.

    Outre la Turquie, l’USMC, et la GB, cités dans l’article, on pense aussi à la Corée du Sud et au Japon, mais également à l’Espagne, à l’Italie… et bien sûr à la France avec ses 3 PHA Mistral . On imagine aisément tout l’intérêt que nous aurions à convertir nos PHA pour leur permettre de mettre en œuvre des drones MALE. l’idée n’est pas nouvelle, mais elle trouve un écho particulièrement significatif pour la Marine Nationale avec cette offre de General Atomics, dans la mesure où les PHA sont déjà existants, et que nous sommes également déjà clients du Reaper (certes mis en œuvre par l’AAE…). Cette solution doterait à moindre frais les PHA d’une réelle capacité d’appui aux opérations amphibies, qui constitue justement leur cœur de mission, et d’une capacité secondaire de lutte ASM potentiellement très utile, même en dehors d’une opération amphibie. Le coût se limiterait à des aménagements mineurs sur les PHA, à l’acquisition des fameux kits STOL pour équiper nos MQ-9A existants, et probablement dans un second temps l’acquisition d’un nouveau lot de Reaper MQ-9A ou -9B, selon les besoins. Le rapport coût/bénéfice opérationnel semble extrêmement alléchant, et mériterait qu’on s’y intéresse de très près.

    Pour aller plus loin, et pour rêver un peu (ça ne coûte rien !), on soulignera que parmi les pays engagés dans l’interminable et exaspérant programme Eurodrone (Allemagne, France, Espagne, Italie), les trois derniers disposent de ponts plats et sont donc potentiellement intéressés par un drone MALE embarqué. Il aurait donc été très pertinent pour les 3 pays concernés de penser à développer un kit STOL pour l’Eurodrone, sur le même principe que le MQ-9. Mais chut, il ne faudrait surtout pas que de nouvelles discussions autour de cette brillante idée fasse subir un énième retard au programme, dont les premières livraisons sont finalement prévues pour … 2028, si tout va bien !

  5. Larange dit :

    C’est là qu’on constate à quelle point on est con d’avoir fait des BPC et pas de vrais porte hélicoptères construits au normes de combat.

    • Dominick dit :

      Alors là, bien d’accord avec vous, moi je préconisais 3 TDC légèrement plus grand que nos anciens « Foudre » et « Sirocco » et 2 petits porte-aéronefs dans les 15 000 à 20 000 tonnes lège.

  6. Loufi dit :

    Et que font les industriels français ? Ils se pignolent

    • Respect dit :

      Et vous ? Vous faites quoi à par rester derrière votre clavier à tout critiquer et sortir des vulgarités ?

  7. Félix GARCIA dit :

    Chef d’état-major de la Marine@amiralVandier
    Accélération numérique.
    Visite au Centre Support de la Donnée Marine à Toulon, où le cloud de combat avance en mode startup. Les pionniers du traitement de la data des systèmes de combat nous préparent les cas d’usage qui permettront de conserver la supériorité.
    #MarineenPointe
    https://twitter.com/amiralVandier/status/1524336607318392832?cxt=HHwWgICy1a2ExKcqAAAA

    « Inno-veille-cheune ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=kXw782QU15s
    ^^

  8. lym dit :

    La question qui se pose pour nous: D’un PHA, ça pourrait le faire (après adaptation pour la barrière d’arrêt) ou le pont est vraiment inadapté (longueur/disposition)?

    • Kaya dit :

      Un PHA n’a pas un pont de 50 m de largeur et un drone de plus de 14-15m d’envergure sera impossible à y faire atterrir .Je doute très fort que le MQ9 B puisse un jour le faire ,un tout nouveau modèle beaucoup plus petit oui .Ils sont forts les US pour faire avaler tout et n’importe quoi . : )

  9. Kaya dit :

    Le MQ-9 B fait 20 m d’envergure ,il faut au moins ça pour le faire voler ,des ailes plus courtes équivaudraient à changer pas mal de chose dans sa conception ,je ne vois comment il pourrait servir sur un PHA avec ces dimensions car il faudrait qu’il soit beaucoup plus petit et donc complètement différent .Cela serait bien sûr une avancée à moindre coût pour un porte-avion mais pas très réaliste sur un PHA .

  10. Kaya dit :

    La France ,avec ses navires type Mistral de 200 m n’a que très peu de chance de voir un jour un drone de ce type servir sur ces derniers .Le TCG ANADOLU fait 230 m lui ,cela fait une différence et une possibilité bien plus réaliste pour développer un drone mâle pour un PHA qui n’a au maximum qu’une vingtaine de mètres pour pouvoir faire atterrir un drone sur son pont ,cela veut obligatoirement dire que celui-ci doit avoir une envergure ne dépassant pas les 12 à 14 m donc un drone complètement différent du MQ9 B qui lui fait 20 m .

  11. Kaya dit :

    Le plus grand intérêt d’un drone ,avec un minimum d’armements pouvant servir sur une plateforme navale,est qu’il puisse le faire sur PHA er non sur un porte-avion car l’avancée serait moins bénéfique et même si cela n’est pas du tout négligeable.Avec un drone de combat comme le KIZILELMA de BAYKAR étant furtif ,supersonique et une capacité d’emport d’au moins 1,5T dont des missiles air-air et de croisière, l’intérêt est encore plus grand .La plupart des pays n’ont pas de porte-avions ,mais des PHA avec de tels drones seraient bien plus abordables et efficients que des portes-avions ,cela changerait complètement la donne et l’intérêt des porte-avions et de leur nécessité .

  12. Thaurac dit :

    KIZILELMA de BAYKAR moteur ukrainien belle maquette

    • Kaya dit :

      Ahah,que t’es comique ,moteur ukrainien ou même sud africain ,cela changerait quoi mon copain ?? La maquette comme tu dis est en cours de montage et son premier vol prévu l’an prochain .La société Baykar ne plaisante pas et n’a pas pour habitude de présenter un projet qu’elle n’est pas capable de réaliser ,qu’il y est un moteur étranger dessus ne change rien ,la propriété industrielle lui appartient ou pas ?? Quand c’est la France ou des pays soit disant avancés achètent des technologies aux autres ,on ne vous entend pas ,les catapultes du PA de la France,les MQ-9 ou la plupart des systèmes d’armement européens ,frégates , hélicoptères ou missiles ,etc développés en collaboration ou encore beaucoup d’autres systèmes achetés à d’autres pays ,quelque chose à dire là-dessus peut-être ??

    • kaya dit :

      Ahaha,on sent de la jalousie dans ton commentaire .C’est vrai que la Turquie n’a pas eu la chance de copier les avancées technologiques des Allemands dont certains se vantent aujourd’hui d’être les leurs ,je n’ai pas besoin de te les énumérer ,un petit peu d’histoire te ferait du bien mon copain . 🙂 🙂

      • saintebaguette dit :

        La jalousie ? Tu veux qu’on énumère les équipements/systèmes que la Turquie ne sait pas faire, mon copain ? Votre supet-char-turc-en-kit avance bien ? 🙂

        • Kaya dit :

          La Turquie n’a jamais eu la prétention d’être au top dans l’industrie de la défense mais elle au moins ne se vante pas d’avoir de l’armement développé avec des technologies des autres en faisant croire que ce sont les siens . 🙂 🙂
          Char en kit ,la bonne blague . 🙂 🙂
          Le Altay est en grande partie de fabrication turque ,il ne manquait que le moteur mais un de nos soit disant « alliés » a fait faux bond lorsqu’il a fallu liver les moteurs au dernier moment .Sinon pour info mon copain ,la firme BMC POWER a développé un moteur de 1500 HP pour le Altay,il est phase de test depuis plusieurs mois déjà ,il y a aussi trois autres moteurs pour les blindés de 400-600 et 1000 HP certains sont déjà en fonction ,celui de l’ Altay devrait être prêt en 2024 .La Turquie sera alors un des rares pays à construire un moteur de char ,cela prendrait une dizaine d’années à n’importe quel pays ayant au moins la technologie et l’infrastructure pour le faire .La Turquie a fait confiance à un « allié » mais elle n’aurait pas dû , maintenant elle n’a plus la moindre confiance et développe tout son armement ,c’est le cas pour une grande majorité des systèmes dorénavant et tout ce qui ne l’est pas aujourd’hui va l’être dans les prochaines années ,avant la fin de cette décennie,tu le saurais si tu te renseignais un peu ,pas auprès de la presse occidentale bien sûr . 🙂 🙂

  13. Ulysse dit :

    Les Italiens ont lancé le Trieste de 245m, particulièrement intéressant . La France se focalise sur un futur PAN qui va syphonner le budget de la Marine, et ne permettra pas de développer les nouveaux vecteurs, missiles, drones, munitions rodeuses, qui vont profonde changer la donne. Le centre de gravité des prochaines tensions est le bassin méditerranéen ou un futur PAN ne pourra opérer dans le cadre d’un conflit de haute intensité sans s’exposer. Dans un conflit dit asymétrique des bâtiments du style du Trieste seraient parfaitement adaptés. Merci de ne pas évoquer l’Indo pacifique, qui est une chasse gardée US et dont l’éloignement ne permettrait pas au PAN d’intervenir rapidement ou d’opérer durablement. Seuls les SNA sont adaptés à la défense de notre ZEE lointaine.

  14. Fralipolipi dit :

    Une annonce, un communiqué, une image de synthèse, c’est bien.
    Mais moi, surtout s’agissant de Lockheed, je préférerais attendre de voir ce SeaGuardian décoller pour de vrai d’un modeste pont plat … sans catapulte !
    M’est avis que si le moteur n’est pas nettement plus puissant que l’actuel, et même avec une belle envergure, ce drone là ne pourra pas embarquer grand chose sous ses ailes (surtout s’il a l’ambition d’embarquer le plein carbu).
    .
    La Gravité est têtue … bien plus que le Marketing de Lockheed.
    .
    On verra bien, mais je flaire déjà la semi intox.

  15. PHILIPPE dit :

    Pour franchir cette étape en sécurité il serait souhaitable de prendre l’avis d’Israël voire de la Turquie !

  16. Thierry dit :

    Un porte drone présente évidemment un très grand intérêt pour toute marine mais aura toujours des capacités inférieur à un porte-avion actuel pouvant aussi lancer des drones à hélice en plus des avions à réaction.

    On ne peut considérer qu’un drone à hélice concurrence un F-35 ou autre chasseur embarqué à réaction, les capacités d’emport et les missions ne sont pas du tout les même.

    Les drones complètent fort bien l’action des avions et il serait dommage de s’en passer, notamment sur les navires amphibie de type Mistral ou classe America, cela permet d’économiser les chasseurs pour des missions secondaire, ça élargie l’éventail capacitaire à des moyens proportionné par rapport à un petit objectif ou de la surveillance longue durée.

  17. Trotaralasoupe dit :

    Avec une paire de Jato tout est possible pour un décollage ultra-court en puissance. Quand à la largeur sur un PHA, faudra pas d’hélico en attentr sur le pont sinon….grabuge.

    • Fralipolipi dit :

      Toutes les cellules ne sont pas assez solides pour supporter des fusées Jato, et sans doute pas celle ultra légère d’un drone MALE comme le Reaper … dont le profil de voilure n’est pas non plus adapté.
      … Ah, si c était si simple…
      .
      Et je passe sur les déséquilibres de structure que généreraient assurément le lourd renforcement du train d’atterrissage pour permettre l’appontage.

  18. Faire d’un des 3 porte helico un porte drones. Voilà une bonne idée.

    • Fralipolipi dit :

      Un porte drones à voilure tournante, Ok.
      Un porte drones type Reaper ? … non, là faut arrêter de rêver, même (ou plutôt surtout) si c Lockheed qui raconte sa fable.

  19. Charognard dit :

    Voilà le futur de l’aéronavale anglaise, quand elle ne sera pas occupée à repêcher ses F-35 B…