Selon l’armée de l’Air, les « risques de paralysie militaire et de déclassement stratégique se précisent »

Après l’armée de Terre [« Supériorité opérationnelle 2030 »] et la Marine nationale [Mercator, Accélération 2021], l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] vient à son tour de dévoiler sa vision stratégique, appelée « Vaincre par la 3D » [.pdf]. Et cela dans un contexte marqué par un « durcissement » de la compétition entre puissances et le retour de la guerre en Europe, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le général Stéphane Mille, le chef d’état-major de l’Armée de l’Air & de l’Espace [CEMAAE], résume donc cette vision stratégique en trois mots : décourager, défendre et défaire [dans le sens, évidemment, d’infliger une défaite à un ennemi, ndlr].

Ainsi, il s’agira pour l’AAE d’empêcher un « compétiteur » ou un « adversaire potentiel » de chercher à « affaiblir les positions de la France, de menacer ses intérêts ou d’entraver sa liberté d’action » en anticipant les crises éventuelles [grâce au renseignement], en agissant rapidement pour contrer toute politique du fait accompli, en menant des « actions visibles et réversibles » [c’est à dire des démonstrations de force, comme des raids sur de longues distance et les opérations « Poker » relatives à la dissuasion] pour affirmer sa détermination et adresser un message politique.

En outre, l’AAE devra rester réactive pour « défendre et protéger » les intérêts de la France partout où ils se trouvent, via, par exemple, des opérations d’évacuation de ressortissants déclenchées sous faible préavis [comme Apagan, en Afghanistan, l’an passé] ou visant à acheminr de l’aide humanitaire.

Enfin, le cas échéant, l’AAE aura à faire face « à tout ennemi userait de la force pour tenter » d’imposer sa volonté, « y compris dans un affrontement de haute intensité » dans un « conflit majeur mené en interarmées au sein d’alliances et de coalitions ».

Pour cela, le général Mille veut une armée de l’Air & de l’Espace « audacieuse », « agile », « ouverte » et « connectée », capable de transformer les « évolutions profondes de la société en opportunités et en atouts opérationnels », mobilisée pour la formation de ses aviateurs et « centée sur l’entraînement et la préparation au combat », tant dans les airs que dans l’espace, où « la perspective d’un affrontement spatial devient chaque jour un peu plus crédible ».

Évidemment, cela suppose des moyens. Or, sur ce point, la Vision stratégique de l’AAE lance un avertissement. « Dans un monde de plus en plus incertain où se développement des menaces militaires, y compris à proximité immédiate de notre territoire ou de nos forces prépositionnées, les risques de paralysie militaire et de déclassement stratégique se précisent », y est-il affirmé.

Cependant, la version « grand public » de ce document n’entre pas dans le détail des capacités que l’AAE entend renforcer et et/ou se doter. Toutefois, elle insiste sur la nécessité – impérieuse – de respecter le format de l’aviation de chasse, tel qu’il a été défini par la Loi de programmation militaire 2019-25.

« Au regard de l’évolution du contexte stratégique, et des menaces qui se précisent, les formats, notamment celui de l’aviation de chasse, définis par l’ambition opérationnelle sont désormais des minima dont la rejointe doit constituer une priorité. Sans modifier l’ambition opérationnelle, la montée en puissance du Rafale prévue dans
l’actuelle LPM doit être réalisée dans les plus brefs délais », affirme cette vision stratégique, en soulignant, au passage, que les « risques d’attrition ne peuvent plus être écartés ».

Or, la LPM en vigueur prévoit a fixé à 129 le nombre de Rafale devant être mis en oeuvre par l’AAE à l’horizon 2025. Mais avec la vente de 24 appareils appareils d’occasion [12 à la Grèce et 12 à la Croatie, ndlr], cet objectif ne sera pas tenu. « Pour faire la guerre, il est vrai que 117 Rafale, ce n’est pas la même chose que 129 », avait d’ailleurs admis le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une audition parlementaire, l’automne dernier.

Quoi qu’il en soit, étendant la logique de « juste équilibre » à tous les domaines qui la concernent [ravitaillement en vol, transport aérien stratégique et tactique, défense sol-air, stocks de munitions « complexes », espace, etc], l’AAE estime qu’elle doit « disposer de la masse nécessaire pour être efficace dans le contexte de compétition permanente » ainsi que pour être « résiliente dans les phases de contestation » afin de pouvoir faire la décision en cas d’affrontement.

Quant aux quelques capacités évoquées dans cette vision stratégique, l’AAE veut, sans surprise, mettre l’accent sur le combat collaboratif, ce qui posera « la difficile équation de l’interopérabilité, de la place de l’intelligence artificielle dans les systèmes et de la capacité à maîtriser et à exploiter des données de masse ».

Il est aussi question de développer des armes hypersoniques, lesquelles constituent une « rupture technologique aux effets à la fois tactiques et stratégiques ». Et, à ce sujet, le développement du futur missile Air Sol Nucléaire de 4e génération [ASN4G] sera le rendez-vous à ne pas rater. Enfin, l’intelligence artificielle et le « big data » sont appelés à devenir incontournables, notamment pour le Maintien en condition opérationnelle [MCO] et les opérations spatiales, pour lesquelle l’AAE veut avoir recours à des « constellations » [de satellites] et « explorer » une capacité de « lancement réactive ».

Enfin, et c’est un point qu’elle avait déjà abordé dans un document de prospective diffusé en 2019, l’AAE veut retrouver la capacité de supprimer les défenses sol-air adverses [SEAD, Suppression of Enemy Air Defences]. Si elle n’est pas totalement démunie en la matière [vol à très basse altitude pour échapper au radar, tir de missiles de croisière à distance de sécurité pour détruire des moyens de défense aérienne ennemis, etc], il lui manque un missile moyenne-portée anti-radar, comme l’AS-37 Martel, dont elle ne dispose plus depuis la fin des années 1990.

« La supériorité aérienne repose sur deux éléments fondamentaux et complémentaires : la supériorité en combat aérien et la suppression
des défenses sol-air adverses. La capacité SEAD s’impose de nouveau pour la cohérence et la liberté de notre action en environnement contesté », est-il expliqué dans la vision stratégique de l’AAE. « Cette capacité nécessite, dès les temps de compétition, une connaissance approfondie des moyens adverses et de leurs modes de fonctionnement. Au combat il s’agit de pouvoir neutraliser ces systèmes [brouillage ou destruction] », lit-on encore dans ce document.

Un Rafale de guerre électronique, à l’image de l’E/A-18G Growler américain, pourrait être une solution… Mais le ministère des Armées l’a écartée en janvier dernier, dans une réponse écrite à un député qui l’avait interrogé sur ce sujet. La « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires », avait-il justifié.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

128 contributions

  1. EchoDelta dit :

    « La « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires », avait-il justifié »
    Ou comment dire que l’on dépendra au mieux des autres, et des américains en particulier.
    Cette réponse toute politique n’en est pas une, elle ne précise pas de contexte, les accords éventuels que nous aurions pu signer en cas d’agression, les différents cas tactiques envisagés, etc.
    En résumé sa vrai réponse est : SVP ne m’emmerdez pas, nous n’avons pas pris ce facteur en considération, depuis les dividendes de la paix. Nous n’imaginons pas que ce besoin se présente à nouveaux pour nos armées, et je ne veux pas engager des dépenses dans ce sens, donc ce n’est pas la peine de bosser dessus. Si jamais il arrivait un jour que nous ayons besoin de cette capacité, et bien nous demanderons poliment aux USA de traiter le problème s’ils le veulent bien.
    Ca c’est la vision politique très long terme (cad à 3 mois) de nos hommes politiques en place.

    • Marcassin dit :

      Sans remonter très loin dans l’histoire, c’est à peu près la même logique que celle qui prévalait au début des années 1990 pour nombre de capacités (renseignement et navigation par satellites, transport stratégique, armes anti-radar, artillerie longue portée …etc…).
      On remarquera qu’aucun homme/femme politique de 1er plan ne traite ce sujet devant l’opinion, sans parler des media.
      Je veux dire l’évidente incohérence entre la politique étrangère et la diplomatie de la France, sa stratégie militaire et la structure de ses forces, ses moyens …

    • Nauatg dit :

      Où parle t il des US?
      Ce qui ne remet pas totalement en cause votre propos. Néanmoins, en tous cas ces derniers temps le sol air n est plus si déshérité….

    • Roland de Roncevaux dit :

      de tous façons, pourquoi nous escrimer avec tout ça ? … la France n’a déjà plus de monnaie, d’industrie, de diplomatie, à quoi nous sert une autonomie stratégique militaire ? Cela demanderait un taux d’effort insoutenable par notre économie de services et d’inclusion positive. De toutes façons on fait tout comme les Américains nous demandent de faire. Donc, autant jouer la carte à fond. L’armée française doit se concentrer sur la fourniture de régiments de combattants au sol (infanterie et cavalerie légère) afin de mettre de la masse à la disposition des officiers de l’OTAN.

    • Charognard dit :

      @ EchoDelta
      On l’a vu en Libye, pour l’opération Harmattan en 2011 et en attendant le successeur du Martel:
      https://theatrum-belli.com/la-france-a-t-elle-la-capacite-dentrer-en-premier-sur-un-theatre-doperation/

  2. Raymond75 dit :

    Bien : puisque tous les officiers supérieurs déclarent que l’armée française ne peut faire face à une guerre de haute intensité, et que de plus les Africains nous foutent dehors, il est temps de supprimer l’armée, et de confier notre défense aux USA, comme tous les Européens.

    Nous ferons des économies et seront mieux défendus ; et de toute façon nos gouvernements (gauche et droite) sont couchés devant la finance internationale, essentiellement US. Autant faire officiellement acte de soumission …

    • Marcassin dit :

      Abolition de l’armée et soumission politique officielle aux USA … vous trouvez que l’ensemble des autres pays européens ont adopté ces décisions … ou bien n’est-ce que l’expression de votre souhait personnel ?
      En ce moment, l’Italie et la Suède par exemple investissent aussi dans leur défense, chacune d’une façon qui leur est propre et avec des enjeux géopolitiques qui ne sont pas strictement identiques.

    • LucienB dit :

      Chaque fois qu’on interroge Parly sur le manque de capacité des armées françaises dans une exigence quelconque (il y a plusieurs exemples, je ne citerai pas), la réponse standard est que nous combattons en coalition. En réalité, nous sommes totalement dépendants des Américains.

    • Mesa dit :

      C’est sûr….. et comme je suis occupé, là, rend moi service, demande a ton pote poutine de proteger le pays, il parait qu’il sait faire….

    • lgbtqi+ dit :

      d’autres auront plutôt le sens de l’honneur ou à tout le moins de la dignité.

    • EchoDelta dit :

      Alors si nous confions notre défense aux USA, nous ne ferons aucune économie bien au contraire. Sauf à être Naif, pensez-vous vraiment qu’il le feront gratuitement ?

    • Guillotin dit :

      @Raymond 75 : c’est une suggestion intéressante et qui ne ferait que confirmer la réalité du terrain. il est déjà prévu la suppression du ministère des affaires étrangères par la suppression du personnel diplomatique, allons donc jusqu’au bout du processus et supprimons nos armées en confiant toutes les clés aux États-Unis.l’ensemble de notre économie est déjà dépendante de ce pays, l’ensemble de la population est déjà totalement conquis et colonisé depuis 1945, nous sommes arrivés en fait au bout du processus enclenché le 6 juin 44 et dont l’objectif sous-jacent était effectivement la colonisation américaine de la plus grande partie possible de l’Europe. Les États-Unis disposent toujours en France de plusieurs bases aériennes qu’ils avaient fait construire du temps de l’OTAN, il faudrait les remettre en état.l’est de la France notamment en pullule.
      le français de base adorerait vivre à l’américaine sous le drapeau américain :Il serait une main-d’œuvre médiocre pour les maîtres de Washington mais peu importe, il serait d’abord un débouché pour les produits made in USA..
      votre suggestion est donc réaliste et réalisable.les impôts des Français servent déjà en partie à financer des pays d’Europe pour leurs achats de matériel américain (la Pologne).. le processus est donc déjà bien engagé

      • Roland de Roncevaux dit :

        @ Guillotin : entièrement d’accord avec vous… Nous n’avons même plus de monnaie… votre diagnostique est le bon. Plutôt que de continuer à voter à notre ridicule élection présidentielle, qui est une élection provinciale, nous devrions demander le vote aux élections américaines. De toutes façons, l’élection de Biden a plus d’influence sur notre politique intérieure que l’élection du régent Macron. Et au lieu de mettre ce pauvre drapeau européen sous l’arc-de-triomphe, mettons directement le drapeau étatsunien. En éradiquant l’industrie de défense française on obtiendrait un intéressant effet de concentration du capital et des marchés en faveur de l’industrie de défense américaine. De notre côté, nous pourrions investir dans les bateaux-mouche et les Ehpad afin d’attirer les touristes polonais voire ukrainiens, et offrir aux retraités hollandais une agréable province tout-équipée pour leurs vieux jours. Et développer le marché de l’emploi dans le secteur de l’aide à la personne et des formations à l’autonomie.

    • Raymond75 dit :

      Veuillez excuser ma tendance naturelle à l’exagération : il ne faudra pas supprimer TOUTE l’armée, mais il sera nécessaire de conserver quelques éléments de parade pour le 14 juillet, sans oublier quelques navires (à l’ancre comme à Toulon et Mers-el-Kébir) pour une revue navale annuelle à Brest et à Toulon.

      • Roland de Roncevaux dit :

        @ Raymond 75 : Tout à fait… on pourrait aussi inclure des voiliers du grand siècle, afin de donner un aspect historique et haut-en-couleur. On pourrait imaginer des spectacles du type du puy-du-fou afin de divertir les touristes avec la belle histoire de France.

  3. Thierry dit :

    La suppression des défenses anti-aériennes adverses (par une combinaison d’avions radars, avions furtif et avion de guerre électronique, tel que cela se fait aujourd’hui par toutes les grandes puissance militaire) est remise à un pays tiers allié de la France car elle n’a plus du tout cette capacité là, ne possédant qu’un très faible nombre d’avions radars (4 Awacs et 3 Hawkeye) et aucun des autres.

    pour le combat aérien là aussi c’est mal barré, les russes ont perdus plus de 300 appareils depuis le début de l’invasion en Ukraine, la France ne tiendrait probablement pas plus de 3 semaines à un mois avant de perdre la totalité de ses maigres effectifs.

    Et s’il n’y a plus maitrise de l’espace aérien il n’y a plus aucune chance de victoire ni même de durer.

    L’Armée de l’air a raison d’alerter l’opinion, mais on sait bien qu’un autre général à la botte de macron viendra enterrer tous les problèmes et fera taire la contestation… Aucune solution politique n’est à espérer dans le cadre actuel, comme d’habitude ils se réveilleront trop tard et juste pour fuir…

    • LaMeuse dit :

      Bizarre, « La supériorité aérienne repose sur deux éléments fondamentaux et complémentaires : la supériorité en combat aérien et la suppression
      des défenses sol-air adverses » omet toute mention de la défense aérienne moyenne et haute altitude, qui nous fait cruellement défaut depuis la fermeture de ces composantes de l’artillerie sol-air (Roland, Hawk). Bien sur, ce ne sont pas des moyens de l’AAE, mais ils sont complémentaires de la supériorité aérienne, qui ne peut être que locale/temporaire, et surtout agissant au sein des forces, ils sont indispensables aux forces terrestres.

    • Carin dit :

      Mon pauvre Thierry, tu penses vraiment que les avions que perdent nos amis russes sont au standard d’un rafale?

      • Thierry dit :

        Vous faites en effet bien de me faire préciser que le SU-35S est indubitablement supérieur au trop petit Rafale. Au mieux certains le considèrent égal au Rafale, mais aucun ne pense qu’il vaut moins en combat aérien. Ce sont des avions de même génération et niveau technologique.

        Et ces deux avions ne sont ni invisible aux radars ni insensible aux missiles, plusieurs SU35 ont été détruit par des S300 et Stingers en Ukraine, de fait Poutine les économise car il s’agit d’un chasseur et non d’un chasseur bombardier. Quand au Rafale, toujours pas le moindre combat aérien à se mettre sous la dent, ça en fait un chasseur d’apparat pour défilé militaire ou un vainqueur de ciel vide comme en Syrie ou il aurait pû tester le SU35 qui y était aussi !

        si les Russes avaient engagés des Rafales au cotés de leurs avions en Ukraine le résultat aurait été en tout point semblable.

        • Félix GARCIA dit :

          « Vous faites en effet bien de me faire préciser que le SU-35S est indubitablement supérieur au trop petit Rafale. Au mieux certains le considèrent égal au Rafale, mais aucun ne pense qu’il vaut moins en combat aérien. Ce sont des avions de même génération et niveau technologique. »

          J’en ai trouvé un !

          « Le Rafale : meilleur avion du monde ? La preuve en compétitions face aux F-35, Su-35, F/A-18… »
          Le Rafale de Dassault est devenu un grand succès à l’export, mais ses premières années ont été difficiles. Alors que l’avion gagne de nombreuses compétitions à partir de 2002, il n’est finalement vendu qu’en 2015 à l’Egypte, avant l’enchaînement que l’on connaît. Je vous propose donc de revoir ensemble les résultats des différentes compétitions auxquelles le #Rafale a participé.
          https://www.youtube.com/watch?v=PQZZe1WbRQ8

          Z’avez vu ? Il a même des arguments !
          ^^

        • Bomber X dit :

          @Thierry
          Ah, la finesse légendaire des analyses de Titi « Le spécialiste » ! Chaque commentaire de sa part est immanquablement un festival de conneries ! 🙂
          « Quand au Rafale, toujours pas le moindre combat aérien à se mettre sous la dent, ça en fait un chasseur d’apparat pour défilé militaire ou un vainqueur de ciel vide »
          Comme ton fameux F-35 alors ?
          Comme le Typhoon en somme ?
          Ou encore comme le SU-57 ? Le Gripen ?
          Et la dernière victoire aérienne en combat du F-22, c’était quand déjà ?
          Selon tes pauvres raisonnements, ces avions sont donc  » des chasseurs d’apparat pour défilé militaire ou des vainqueurs de ciel vide » ? 🙂
          Sérieusement, tu n’es pas lassé de te livrer en pâture à tes petits camarades ?
          Ici, tout le monde se fout de ta gueule, tu es notre « Bozo le clown » à nous, le « Charlot » de ce site, « l’Auguste au nez rouge » d’Opex360 !!!
          Mais il comprend pas………

  4. Jean Le Bon dit :

    Manque de capacités tactico-stratégiques, manque d' »épaisseur », nos Armées sont à la limite du « hors jeu ». Avec les conséquences géopolitiques mais aussi industrie/recherche (avec impacts forts sur le secteur civil…).
    La politique du « vide casernes/escadrons » actuelle (Ukraine, contrats exports à honorer « de suite »…) amplifie le problème…
    La France se croirait-elle « sortie » de l’Histoire ?
    Conséquences logiques de décennies de sous-investissement.
    Même le fondement même de notre défense – le nucléaire- est « limite-limite »…

    • LucienB dit :

      Oui. La France est en faillite, endettée, désindustrialisée, envahie par les immigrés (qui arriveront au pouvoir démocratiquement par la LFI). Dans 10 ans, nous serons un pays du tiers monde. Dans 20 ans la France sera morcelée en plusieurs califats.

  5. Félix GARCIA dit :

    VISION STRATÉGIQUE DE L’ARMÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE
    « TROUVER UN BON ÉQUILIBRE ENTRE QUALITÉ ET QUANTITÉ
    La polyvalence des moyens et des personnels de l’armée de l’Air et de l’Espace a permis de compenser en partie la contraction des formats des dernières décennies.
    Au regard de l’évolution du contexte stratégique, et des menaces qui se précisent, les formats, notamment celui de l’aviation de chasse, définis par l’ambition opérationnelle sont désormais des minima dont la rejointe doit constituer une priorité.
    Sans modifier l’ambition opérationnelle, la montée en puissance du Rafale prévue dans l’actuelle LPM doit être réalisée dans les plus brefs délais. Les risques d’attrition ne peuvent plus être écartés.
    Cette logique de juste équilibre doit s’exercer dans tous les domaines comme le ravitaillement en vol, le transport stratégique et tactique, la protection par les systèmes de défense sol-air, celui des stocks de munitions, d’équipements de mission ou encore des lots de projection. »
    […]
    « SEAD (Suppression of Enemy Air Defense)
    La supériorité aérienne repose sur deux éléments fondamentaux et complémentaires : la supériorité en combat aérien et la suppression des défenses sol-air adverses.
    La capacité SEAD s’impose de nouveau pour la cohérence et la liberté de notre action en environnement contesté.
    Cette capacité nécessite, dès les temps de compétition, une connaissance approfondie des moyens adverses et de leurs modes de fonctionnement. Au combat il s’agit de pouvoir neutraliser ces systèmes (brouillage ou destruction). »
    https://www.defense.gouv.fr/air/actualites/vision-strategique-larmee-lair-lespace

    Donc (l’important étant aussi de durer) …
    On reste sur le Rafale jusqu’en 2060/2080.

    Plus de réserves de munitions, pièces détachées etc … (vu que l’on sait maintenant que l’on reste sur le Rafale [si si … j’vous l’assure ! ^^] )

    40/60 Rafales supplémentaires « maintenant » (5 ans). 40 supplémentaires en 2035, lors de la fin programmée des Mirages (et en même temps qu’eux s’ils sont cédés précocement).

    Des équivalents des « Celera 1000L » (notamment dans l’idée du « combat infovalorisé » de demain), par DASSAULT :
    – « Nounous » : « dronisés » ou non.
    – « Dronisés » (MALE) : « nounou », ROEM, air-sol/air-mer/air-air, guerre électronique, « SEAD », « porte-Switchblades »…
    – PATMAR, Reco’ (ISR) …
    – Avec armement en soute (peu) : 2/4 GBU 250, 2/4 Sea Venom, 1/2 Exocet, 1/2 Marte ER, 2/4 MU-90, 4/6 Mica, 1/2 Meteor …
    – Transport

    Des dérivés du « nEUROn » (toujours par DASSAULT) avec armements en soute, notamment comme compagnons du Rafale, tous avec capacités d’appontage et de catapultage sur porte-avions :
    – Guerre électronique / « SEAD » : avec missiles anti-radars et capacités de leurrer (avec forte manœuvrabilité)
    – Air-air : compagnon du Rafale (et des AWACS) en tant que « camion à missiles » (MICA, Meteor …)
    – Air-sol / air-mer : toute la ribambelle habituelle …

    Ce qui ferait que sur le PA-NG, on aurait environ 25/30 Rafales et 5/10 dérivés du « nEUROn » en plus des 3 HawkEye.
    Avec les « essaims »de « Celera » (décollant notamment des outremers) faisant office de « nounous » pour donner plus d’allonge, et d’effecteur déportés.

    Pour la protection des bases aériennes etc … :
    – RapideFire 40mm et Oto Melara 76mm fixes ?
    – Camions 6×6 avec RapidFire 40mm ?
    – Camions 8×8 avec Oto Melara 76mm ?
    – Sherpa 3 avec Mistral 3 / Starstreak ?
    – HELMA-P (si ça marche) ?

    Voilà, équilibre entre quantité et qualité (et souveraineté).
    Et on remet le NGF/SCAF européen aux calendes grecs ! Le « Celera » remplissant même l’objectif de « guerre bio/verte ».
    Nous voilà bons jusqu’en 2060/2080 !

    • Félix GARCIA dit :

      ôO

      À propos de « guerre bio », je viens d’apprendre que Jens STOLTENBERG est un statisticien qui bossait sur des mécanismes de calculs des émissions de carbone, pi il a bossé sur « LE Changement Climatique ™ », pi sur l’aspect sécuritaire de la chose, avant de devenir secrétaire général de l’OTAN :
      Watch live: ‘Securing our shared future’ – NATO’s Stoltenberg remarks and press conference | DW News
      https://www.youtube.com/watch?v=g7JPWYKLBEc

      « Stoltenberg through his governing advocated that international agreements with global taxes or quotas are the most effective means of reducing greenhouse gas emissions. At the UN Climate Change Conference 2009, a separate proposal on the preservation of rainforests with funding from rich countries, advanced by Stoltenberg and Brazilian Pres. Luiz Inácio Lula da Silva in 2009 obtained support from among others U.S. President Barack Obama during COP15 in Copenhagen. »
      https://en.wikipedia.org/wiki/Jens_Stoltenberg
      Tout se tient …

      • Félix GARCIA dit :

        Armée française – Opérations militaires@EtatMajorFR
        #Barkhane | #LeSaviezVous ? Dans le cadre de la réarticulation de @BARKHANE_OP, la base de Niamey s’agrandit : nouveau bâtiment éco-camp composé de 48 modules logements pouvant accueillir près de 100 nouveaux militaires.
        https://twitter.com/EtatMajorFR/status/1519952126402834433/photo/1

        « Éco-camp » ?

        • LucienB dit :

          Oui pour accueillir le bataillon « queer » qui sera créé par Parly.

      • LucienB dit :

        J’ai entendu dire que Stoltenberg brûlait de l’argent et se promenait nu dans les rues de Bekkelaget. Quelle idée stupide, donner de l’argent aux Brésiliens pour préserver la forêt tropicale. Encore plus pour Lula qui a été condamné à plus de 600 ans de prison pour corruption. Je ne suis pas surpris qu’Obama ait soutenu l’initiative.
        Ce qui est hilarant, c’est que le Français moyen, adepte de la bonne pensée, croit vraiment que les forêts seront préservées grâce au paiement international.

    • Lagrange dit :

      Le SCAF doit aller à la poubelle.

      • Félix GARCIA dit :

        Le SCAF français doit prendre la place du SCAF européen !
        🙂

    • Mat49 dit :

      2060? Le rafale sera dépassé même modernisé. Et en 2060 les avions volant au kerosène ce n’est pas certains que ce sera possible avec la hausse du prix du kérosène.

      Je ne suis pas contre ce que vous proposez mais cela me paraît des détails.

      Avant de se pencher sur chaque matériel il faudrait : 1) définir une stratégie 2) adopter un modèle d’armée qui y réponde 3) dans tous les cas bâtir des fondamentaux solides (masse, réserve, stock, entrainement, matériel de qualité, logistique).

      On voit avec l’Ukraine qu’une stratégie appropriée servie par un modèle d’armée qui y réponde et reposant sur des fondamentaux solides est la clé si on veut faire quoi que ce soit: les ukrainiens avaient une stratégie défensive, ils ont donc adopté un modèle de défense territoriale largement axé sur les réserves qui répondait parfaitement à ce dont ils avaient besoin et avec des stocks de matériels conséquents. Cela ne veut pas dire qu’il faut faire comme eux mais qu’il faut être cohérent comme eux.

      • Félix GARCIA dit :

        « 2060? Le rafale sera dépassé même modernisé. Et en 2060 les avions volant au kerosène ce n’est pas certains que ce sera possible avec la hausse du prix du kérosène. »
        Peut-être pas si on modernise les armements et qu’on lui adjoint des « ailiers loyaux », notamment comme effecteurs déportés. Qu’en pensez-vous ?

        La stratégie :
        – Devenir une grande puissance géoéconomique mondiale par le maritime ;
        —> Retour de la propulsion vélique dans la pêche et le commerce maritime mondial grâce à « Solid Sail »
        —> Développement du transport aérien « point à point », notamment sur les côtes mais aussi entre les îles, grâce aux dirigeables LCA60T de « Flying Whales »
        —> Développement du transport aérien grâce à un équivalent français du « Celera 1000L »
        —> Stratégie d’approvisionnement énergétique avec « HaceWave » (Hydro Air Concept Energy – Conversion de l’énergie de la houle [même faible et chaotique, de 0.4 m à 3m ]) en électricité : potentiel mondial selon ses concepteurs 500 000TW/h (soit 20 fois la consommation mondiale, et ce, depuis les littoraux, où se situe ~70% de la population mondiale). Avec possibilité d’utilisation de l’énergie électrique excédentaire pour faire de l’hydrolyse et produire ainsi de l’hydrogène, de l’oxygène et de la chaleur (coucou Air Liquide).
        —> Déploiement d’une flotte océanographique conséquente (déjà très belle), avec 4 « Polar Pod » dans l’océan austral
        —> Aquaculture : notamment l’AMI (Aquaculture Multitrophique Intégrée), mais aussi élevage de poissons herbivores, flotte de pêche du krill et aquaculture dans les TAAF etc …
        —> Pêches : redéfinitions des méthodes de capture, renouveau du caseyage, retour du vélique etc …
        —> Développement par l’agroforesterie d’un secteur du bois-bûches à bases d’arbres têtards, et constitution de la flotte de vraquiers-bûchers à voiles qui va avec
        —> Etc …

        Et donc, avoir les armées capables de protéger nos intérêts et la liberté de navigation.
        D’où la « liste » précédente.
        À laquelle j’ajouterais des dirigeables LCA60T (mais aussi 10T/20T/30T etc …).
        Mais aussi des ESB accompagnés de Gowind 2500.
        Et des voiliers multicoques faiblement armés pour patrouiller sur les routes commerciales et dans les zones de pêche.

        Avec une doctrine : Pas touche.

        • Félix GARCIA dit :

          PS : Pour lé kérosène ;
          Le fait d’avoir réussi à développer « HACEWave » (électricité + hydrogène + oxygène) et l’air comprimé, comme avec « Anthos Air Power », de même que la généralisation du bois-bûche pour le chauffage, des maisons « éco-conçues » (bien isolées, bien orientées …), des capteurs solaires thermiques pour le chauffage de l’eau, nous permettra probablement de « flécher » de manière plus pertinente l’utilisation des ressources en hydrocarbures, et donc, de disposer des réserves nécessaires à la perpétuation de la flotte d’aéronefs existants.
          Si … et si … et si … ^^
          Mais rien d’impossible ! 🙂

          • Mat49 dit :

            Pourquoi pas. Je comprends que pour vous le modèle est une force de défense d espace maritime. Je doute clairement que tout cela fasse de nous une grande puissance. Mais a creuser.

          • Mat49 dit :

            Par contre vous ne répondez pas sur le Rafale. Sa cellule n est pas extensible pour emporter toujours plus d electronique

          • Félix GARCIA dit :

            En effet, peut-être pas une puissance à la hauteur de la Chine (quoique) et des États-Unis, mais tout de même une grande puissance géoéconomique. Ne serait-ce que par la ventilation des outremers et la présence que cela nous impose et nous assure.
            Et au niveau de l’armée, en effet, que l’on ait des capacités de projection, amphibies et de frappes dans la profondeur me parait indispensable, mais je vise plus une marine de défense, en effet (mon idée pour les 60 prochaines années : durer).
            Une armée qui fasse réfléchir à 15 fois n’importe qui, sans pour autant être capables d’envahir le monde.
            Notamment avec les ESB qui viseraient à couvrir de larges espaces sur un large éventail de missions, de « bas et milieu du spectre » (+ opérations des Forces Spéciales en servant de base de projection), mais aussi pour assurer la défense déportée de nos autres navires de guerre (Drones océaniques et de lutte anti-mines embarqués, NH90, H160M, VSR700, Camcopter, HAROP embarqués …).
            Et ce, dans la logique des alliances et partenariats dans « une diagonale jusqu’en Polynésie », avec « conquête » des littoraux du monde entier par l’économie de la mer et « HaceWave ».

            Pour ce qui est du Rafale, c’est pour cela que je pense aux effecteurs déportés, comme les drones dérivés du « nEUROn » et les « Celera 1000L » (dronisés ou non), en « combat collaboratif et infovalorisé », plutôt qu’à un successeur du Rafale.
            D’où l’idée aussi d’un Rafale de C2 aérien (si nécessaire), intégré dans des escadrons mixtes Rafales + Drones.

            Mais peut-être est-il préférable d’avoir un NGF multirôle.

          • Mat49 dit :

            Merci, pour le Rafale je viserais plutôt un successeur mais avec des ambitions moindres que le NGF.

        • Félix GARCIA dit :

          ***erratum : flotte de pêche du krill pour l’alimentation aquacole dans les TAAF

    • Lothringer dit :

      « Des équivalents des « Celera 1000L » (notamment dans l’idée du « combat infovalorisé » de demain), par DASSAULT : »

      Cela fait des mois que j’ai dit qu’il nous faut développer un avion multi-usage, qui ressemble (sur le plan esthétique) aux vieux NorAtlas, pour en faire un avion multi-usage navalisable
      – drone tanker nounou (ailes repliables pour embarquer sur porte-avion)
      – lutte ASM successeur de l’Atlantique-2 (carlingue assez grande pour contenir électronique/torpilles/quelques humains) (toujours avec les ailes repliables)
      – avion awacs (toujours avec les ailes repliables) concurrent eu HawkEye-2
      – patrouille maritime généraliste
      – concurrent de l’EuroDrone
      basé sur turbopropulseur Safran

      Cette configuration multi-usages garantirait une production en centaines d’exemplaires donc un coût d’amortissement et de production parfaitement maîtrisés.
      DASSAULT/Safran/Thales/MBDA ensemble peuvent le faire…vite et bien

  6. JMN dit :

    La « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires »

    Comment noyer le poisson dans un langage énarchique parce qu’en fait on a pas les moyens de le faire.

    • Raspoutine dit :

      Effectivement :
      -interarmées : ni l’AdT ni la Marine Nationale n’ont de capacité SEAD (hors missile de croisière mal dimensionné pour ce besoin),
      -multi-milieux : cela parle bien à l’actuel CEMA qui utilise souvent ce concept, mais en pratique pour le SEAD, qu’est-ce donc ? on passe par une arme installée sur satellite ?
      Il me semble que Russes, Chinois et autres sont bien plus pragmatiques quand il s’agit de décrire des capacités militaires…

    • lgbtqi+ dit :

      Tout à fait, et je reste sidérée que des militaires se piquent de ce genre de syntaxe, qui, à rang subalterne, amène généralement une interrogation cinglante sur la propension à tordre ainsi du cul quand il s’agit de décrire un problème.

  7. ThierryL dit :

    La capacité actuelle de l’AAE s’apparente plus à du DEAD (Destruction) qu’a du SEAD (Suppression). Elle repose sur un ciblage au préalable et une destruction par bombardement. La No Escape Zone des systèmes que nous pourrions affronter a considérablement augmentée ces dernières années une approche par une arme anti radiation de moyenne portée s’apparente à du suicide en exposant inutilement l’avion et son pilote.
    Une arme supersonique (rapidité de traitement) et à longue portée (hors de la bulle de No Escape Zone) me semble nécessaire pour engager les défenses les plus modernes. Il sera toujours possible d’employer des moyens moins technologiques pour des défenses moins sensibles ou dangereuses. L’impact cinétique d’une armez rapide compenserait une charge réduite mais suffisante pour réduire en cendre un véhicule de commandement radar.
    Il n’existe aucune arme de ce type sur le marché (les AGM-88 sont donnés pour 60 miles seulement et à profil HI HI LO j’imagine) pour répondre à des menaces de types S400 ou S500 que nous aurons en face.
    Une version boostée du Meteor donnerait la vitesse et probablement la portée nécessaire. MDBA dispose ensuite de toutes les compétences en matière de traitement du signal pour y adjoindre de l’IA capable d’analyser et de choisir la cible la plus appropriée.
    Je pense sincèrement que c’est à notre portée.

    • Wagdoox dit :

      Ah enfin qq’un qui comprend la différence entre sead et dead.
      Malgré tout le rafale fait du sead via spectra, a la difference du growler, chaque rafale le fait pour lui meme. Le growler le fait pour tout le monde dans une zone donnée.
      Tant qu’on utilise que des rafale, cette capacité n’est pas nécessaire mais si on mettre des mirage 2000 ou des a400m, là ca pourrait etre interressant.
      L’utilisation de missile hyper ne changera pas la donne, ca reste du dead, saud a l’utilisé de maniere massive et systématique.
      Actuellement, on en parle que tres peu mais le radar aesa en gan pourra faire du brouillage offensif a la maniere d’un growler (sans avoir la meme puissance ou la capacité de travailler sur autant de fréquences).
      Alors ca semble vous avoir échappé mais c’est certainement pas le meteor qui servira pour cette mission mais le fman (futur missile anti navire).

  8. Le Suren dit :

    Et abattre un satellité en orbite basse, ce serait bien de savoir le faire, aussi, non ? Quant au nombre de 117 appareils, je pleure !

    • lgbtqi+ dit :

      Ragez bien plutôt ! Et tirez-en les leçons et conséquences.

    • Wagdoox dit :

      Non car ca implique de creer un nuage de debris dangereux pour tous les satellites.
      On se concentre sur un laser/brouilleurs qui rendra inopérants les capteurs du satellite sans le detruire. On a aussi des petits satellites de défenses qui vont arrivés et pourront ensuite entre utilisés de manière offensive.
      117 pour la seule aae, pour une cible de 129 soit une difference de 12, qui sera atteinte dés 2026.
      On sera a 210 en 2030. Perso ce qui m’inquiète plus c’est le manque de munitions.

    • Dolgan dit :

      C’est vraiment pas compliqué à faire en 2022 pour la France et désormais environ 10 pays. Voir même des sociétés privées. Ne vous en faites pas pour ça.

  9. Patrick Sergeat dit :

    Après avoir abandonné notre monnaie (à l’europe),nos frontières,nos lois(à Bruxelles),nos industries stratégique à l’étranger(Alcatel,Alstom,Technip….),notre gouvernement veut il la disparition de notre défense (la dernière indépendance de notre pays,à ma connaissance seuls trois pays au monde ont toutes les technologies de défense:les USA,la France et la Russie).où va t on?

    • LucienB dit :

      C’est le plan. Macron a été formé par les Américains pour détruire la France. Il a été choisi par l’influence des algorithmes des géants de la Silicon Valley. Dans dix ans, la France ne sera plus qu’un grand musée.

  10. Titeuf dit :

    Ainsi, il s’agira pour l’AAE d’empêcher un « compétiteur » ou un « adversaire potentiel » de chercher à « affaiblir les positions de la France, de menacer ses intérêts ou d’entraver sa liberté d’action »

    Euh…pas besoin d’adversaires…
    On se débrouille très bien tout seul , y’a qu’à voir les tartuffes qui nous gouvernent ou qui siègent a Bercy …

  11. Félix GARCIA dit :

    Les angloîs embrayent.

    Britain clears funding for additional tranche of F-35 jets
    « The former First Sea Lord said during a webcast earlier this year that the UK intends to purchase ‘around 60’ F-35B jets and then ‘maybe more up to around 80’ for four deployable squadrons. A defence insider informed the UK Defence Journal of a live webcast given by the previous First Sea Lord.
    “The First Sea Lord has just said 60 F-35, then maybe more up to around 80 for 4 deployable squadrons.” »
    https://ukdefencejournal.org.uk/britain-clears-funding-for-additional-tranche-of-f-35-jets/

  12. civis17 dit :

    un rafale avec 100 % de sa dotation de missiles devrait suffire pour un 14 juillet réussi , après bof on fait avec et en plus au musée de l’air il y a de beaux avions qui reflètent le génie français passé.
    A quand une démission collective des étoiles de AAE ?

    • Félix GARCIA dit :

      « A quand une démission collective des étoiles de AAE ? »
      Dans les hôpitaux ça n’a rien changé.
      Gageons que ça secoue un peu plus si tel était le cas …

  13. Achille-64 dit :

    Hélas, hélas, le CEMAAE porte devant le public un fait avéré : l’AAE est sur un mini-format avec une érosion qui s’est poursuivie encore et encore, même après le plan Armées 2010 de l’époque Sarkosy.
    Le budget a si peu augmenté, ainsi que les effectifs, devant l’augmentation des missions (l’espace, le cyber, …), que les moyens d’actions réels ont en fait décru. Seule éclaircie, la montée en puissance de la flotte MRTT et des deux escadrons (opérationnels) de drone.
    Faisons le bilan en mettant de côté les escadrons de conversion opérationnelle (ETD ETR), les escadrons spéciaux (ECE), ainsi que les unités outremer et les micro/mini/ escadrons pré-positionnés en permanence (3):
    – chasse : 7 escadrons dont 4 polyvalents (je ne compte pas le 2/5 qui s’endort dans 2 mois)
    – transport tactique : 5, légers, moyens, lourds (en étant gentil avec le nombre d’avions dispos)
    – escadrons particuliers : 2
    – drones : 2
    – hélicoptères : 3
    – surveillance radar et EM : ben 2 escadrons … et 6 avions tendant vers 4.

    Avec ces moyens et environ 50 000 femmes et hommes, l’AAE ne serait plus capable de réitérer une opération comme Harmattan (nombre d’appareils et durée), en conservant ses capacités de dissuasion, DAT et formation des équipages, j’entends.

    Bon, alors le CEMAAE dit les choses mezzo voce, c’est déjà bien.
    Si l’on était pas complètement inséré dans une alliance qui nous protège (et c’est un nostalgique de la période d’indépendance nationale qui l’écrit), aujourd’hui on serait mal.
    Alors, mener une vraie guerre contre un adversaire de rang 2 (sans parler de le caraméliser avec des ASMP-A, bien sûr), mieux vaut ne pas l’envisager. Prière de rester sages, les politiques.

    Un grand bravo aux aviatrices et aviateurs qui ‘font face’, malgré des conditions très difficiles.

  14. Mat49 dit :

    L armée de l air rappelle une évidence…

  15. Twisted dit :

    Pour le SEAD, on pourrait déjà envisager une tête antiradar pour l’AASM, supersonique et 60km de portée

    • Marcassin dit :

      Ce qu’il y en en face, ce sont des systèmes complexes en réseau courte à longue portée (jusqu’à des CENTAINES de km). Voir notamment les S300 ou S400 russes dont se méfient même l’USAF et l’aviation israélienne …

    • Wagdoox dit :

      C’est pas necesaaire, un rafale haut mais hors de porte ou ceres peut detecter le radar adverse et un rafale volent en tba peut larger un aasm sur coordonner gps.
      Pour le reste on a les scalp.

    • Mat49 dit :

      L’AASM est une bombe propulsée pas un missile. Elle ne peut pas être supersonique. Et il faut plus que 60km de porté pour ce type de mission.

  16. Prof de physique dit :

    Combattre la corruption des copains et des coquins. Juguler la fraude fiscale, mais surtout, parce que les sommes en jeux sont bien plus conséquentes :
    – combattre efficacement la fraude sociale,
    -réserver allocations sociales aux seuls français, sauf accord de réciprocité réel.
    Plus d’allocations familiales pour ceux qui veulent nous soumettre par le ventre de leur femmes,, fini les allocations logements, le RSA, etc…
    Réservés aux citoyens français, ce qui amène aussi à cesser les naturalisation automatiques.
    Fin des aides à la presse, sous prétexte de pluralité, alors que celle-ci est le joujou de milliardaires.

    Tout ceci permet de récupérer de quoi financer le programme nécessaire à notre armée de l’air et aussi à notre aéronavale.

    Je rajouterai bien quelques taxes douanières (comme en Chine) pour relocaliser notre industrie.

    Zut !
    Les Français n’ont pas voté pour ça.
    Dommage.
    c’était un beau pays.

  17. Fralipolipi dit :

    Pour l’optimisation du Sead-Dead avec Rafale, il semble que cela passera par le standard F5 (sans forcément avoir recours à un ou des pods externes supplémentaires… le standard F4.2 ayant anticipé sur certains besoins d’évolutions et d’intégration de nouveaux capteurs à venir)
    + le FMAN (futur remplaçant supersonique de l’Exocet) qui doit aussi servir de missile anti-radiations dédié au Sead-Dead.
    A suivre.

  18. Gp83 dit :

    C’est bien écrit mais cette belle vision militaire opérationnel se heurte à l’adage du politique : dis moi ce que tu veux et je t’expliquerai comment t’en passer comme parfaitement illustrer par la réponse du Ministère au député.

  19. Alfred dit :

    Pas, la peine de tenir des grands discours, nos dirigeants élus pour 5 ans n’en ont que faire. L’important pour eux est de faire des promesses qui flattent l’électeur plutôt que d’aborder les sujets qui fâchent, la capacité de notre pays à financer sa défense n’en étant qu’un parmi d’autres….

  20. LucienB dit :

    L’Armée de l’air a déjà été reléguée. Et très faible. Les carences sont immenses. Je ne vais même pas parler des rebuts avec plus de 50 ans de vol de l’AA, ni des fermetures de bases, ni que nos Rafale sont encore au standard F2, ni du manque de personnel, ni de la précarité des entraînements, ni le manque de munitions, ni les bas salaires, mais le plus gros problème est la déformation du rôle des armées qui devrait être la guerre, mais sous Macron et Parly, nos armées sont devenues un instrument de wokisme, avec la féminisation des AA, et la fin de la méritocratie.

    • Simplecitoyen dit :

      Nos Rafale sont au standard F3-R.On attaque bientôt le standard F4… pour info…
      On ne manque pas de personnel , il est juste mal utilisé . Trop de monde occupés à des tâches de bureaucratie inutile voulue par les chefs.
      Les salaires sont corrects , mais plombés par une mobilité (en majeure partie inutile) et les prix de l’immobilier dans certaines régions.
      Je pense qu’on a surtout un gros problème de gestion des moyens et de gestion des priorités .
      -Avoir une Patrouille de spectacle aérien qui coûte un bras, mais être incapable d’habiller tout le monde correctement…

      • Mat49 dit :

        Le personnel a été réduis au delà du déraisonnable. Les soldes n’ont pas beaucoup bougé depuis un bail. Nos moyens sont dérisoires pour une armée expéditionnaire: très peu d’avions, très peu de base, quasi pas de munitions.

        Si on était un pays neutre notre armée conviendrait mais ce n’est pas le cas.

        Vous vivez dans un monde imaginaire ou la France a une armée qui réponde à ses ambitions.

      • LucienB dit :

        Tous les Rafale M ont été mis à jour à la norme F3R. Or, dans l’AA seule la moitié des Rafale ont été mis à jour, principalement les Rafale C. Quant aux Rafale B, malheureusement la plupart restent au standard F2, avec un radar PESA « myope » d’une portée de seulement 100 km. On pense que le Rafale F2 sera mis à jour à la norme F4.1, mais cette mise à jour n’a pas encore été contractée par le gouvernement français.

  21. Parabellum dit :

    Au lieu d avions ruineux et vulnérables avec perte humaine insupportable construisons une force de drones et de missiles stratégiques et revoyons nos priorités…les années perdues dans le Sahel finissent dans les mains des russes ou des chinois…défendons nos vraies Zee et nos approches et cessons le leurre franco allemand totalement stérile voire nuisible.

    • Patrico dit :

      Merci et bravo je signe pour les Drones mais des Drones Novateurs ! Je l ai dit dans les belles pages des sites mais vous avez raison c est cause perdue surtout d un quidam ! Merci a vous Tous !

    • Aramis dit :

      On serait encore plus faible avec ça. Et notre mission prioritaire n est pas défensive.

    • Wagdoox dit :

      C’est du grand n’importe quoi !
      Les communications sont securisables sur 100 voir 200km.
      Les missiles stratégiques… on en a tiré combien depuis 45 ? Ne rentre dans le def que les missiles nucléaires, scalp et mdcn.

  22. lgbtqi+ dit :

    Les phrases et les attendus sont complexes, mais la réalité crue et effarante est là.

    Ce n’est pas l’éloquence des personnages politiques qui nous sauvera. Et c’est hélas leur principale compétence.

  23. Oliver dit :

    La masse s’est pliée aux appétits commerciaux.
    Si le but était d’obtenir un Rafale moins cher pour l’AE&E, le conflit à venir nous prendra de cours. Dassault bien qu’augmentant ses capacités de production plafonne encore à 3 appareils F-3R par mois.
    Si le but est d’attendre l’arrivée du SCAF… Hum c est mort !
    Allons-nous se retrouver avec une situation du type Dewoitine 520 en sous-nombre en juin 40 ? Je passe les cas des appareils livrés non armés.
    Il va de soi que nous devons entrer en économie de guerre car la crise alimentaire, conséquence de la guerre en Ukraine va générer un bouleversement géostratégique historique en Méditerranée. Tel le 3ème Cavalier de l’apocalypse, la famine sera le moteur d’engrenages incontrôlables.
    Gageons que dans une politique du pire, Poutine instrumentalisera la haine contre l’Europe en Afrique, Maghreb et Moyen-orient.
    Mais les français sont confits dans l’hedonisme et le nihilisme. Le retour de la force sera un choc qui risque de nous depasser.

    • EchoDelta dit :

      « Mais les français sont confits dans l’hedonisme et le nihilisme » -> Pas vraiment.
      Ce sont essentiellement les élites parisiennes que vous décrivez mais certainement pas « les français » en général.

      • Félix GARCIA dit :

        Exactement :
        « À la ligne » de Joseph Ponthus : le livre coup de cœur
        https://www.youtube.com/watch?v=3vzxCHXNzAY
        Entretien d’Issy | Conversation avec Joseph Ponthus, écrivain
        https://www.youtube.com/watch?v=cmFpp2OlABk
        Rencontre littéraire avec Joseph Ponthus – À la ligne
        https://www.youtube.com/watch?v=J2sgi4vdDMs

        Tous ceux qui ont fait de l’intérim, de l’usine etc … ou qui ont des proches qui y sont passés, savent que ses mots sont justes. Incroyablement justes même … et cette idée du retour à la ligne pour le style … brillant … vraiment dommage qu’il nous ait quitté si tôt (j’ai rarement été autant touché par les mots d’un homme [il restera dans les mémoires]) …

        Pi quand je vois les paysans et les artisans autour de moi …
        Pendant que les gens du tertiaire parlent des 35 heures, dans les campagnes, on fait plus du 35/70H. 40/50h souvent pour les intérimaires (ça, ça vaut aussi dans les villes et les zones périurbaines, mais dans le primaire et le secondaire de manière générale) …

    • lgbtqi+ dit :

      Para bellum. Et pour le reste, « il faut abandonner ceux qui s’abandonnent », Shakespeare

    • Gaulois78 dit :

      @Oliver
      Hum,hum, Dassault, 3 appareils par moi, vous l’avez eu où cette info ?
      Je joins ci-dessous le calendrier de livraison du Rafale depuis l’origine…
      https://omnirole-rafale.com/des-annees-80-a-nos-jours/le-rafale-en-chiffres/

      Vous constaterez que les livraisons pour l’AAE 2022 = 1 , 23 = 13, 24 = 13, 25 = 13, il faut retirer les ventes occasions de l’AAE…Gageons que pour faire de la place aux cdes export et celle qui pourraient survenir les livraisons pour l’AAE seront reportées pour l’avant présidentielle 2027, la livraison d’un avion nécessitant +- 36 mois, il faudrait pas que le conflit dure deux ans, oui je sais, on a une réserve de coucous au musée du Bourget…

  24. LEONARD dit :

    Toujours bon de se rappeler au souvenir du Préz et de la future A.N avant le vote du budget, une éventuelle actualisation de la LPM et la définition d’un futur Livre Blanc qui ne manquera pas d’être commandé à la suite de la crise ukrainienne.
    Comme l’accent ukrainien porte sur le terrestre, la Marine et l’A.A se mettent en avant.
    Guerre d’influence entre étoilés.

    • PK dit :

      Comme toujours, subir, ne jamais prévoir ni anticiper.

      La prévision et l’anticipation sont l’apanage des chefs, la soumission de Macron et de ses prédécesseurs. Normal pour des gens qui prennent les ordres de plus haut…

  25. Fabiano dit :

    De toute façon, c’est prévu non? Macron travaille pour des intérêts étrangers, germano-américains, et leur but est de déclasser la France. Il va falloir se faire une raison…

    • Félix GARCIA dit :

      « Il va falloir se faire une raison… »
      JAMAIS !

    • Crapaud55 dit :

      Il va bien finir par acheter des F-35 à la place des Rafale …

    • Coléo91 dit :

      Comme quoi en démocratie on peut raconter n’importe quoi !

      • PK dit :

        Prouvez-le…

        Macron est un American Young Leader, ancien de Rotschild, conseillé – comme par hasard – par McKinsey…, qui a vendu le fleuron Alstom aux Américains… et qui a des liens glauques avec Pfeizer. Je vous passe les sordides affaires de pognon planqué à l’étranger qui n’ont pas grand-chose avoir avec la traîtrise…

        Je passe sur les détails… Vous en voulez encore ? Ce mec sera sans doute jugé par l’histoire (les Français semblent trop cons pour voir ce genre de détail) comme un traître de premier ordre.

        • Fabiano dit :

          On peut rajouter la volonté de vendre Alstom Transport à Siemens au début de son premier quinquennat, le Traité d’Aix la Chapelle et les coopérations militaires foireuses avec l’Allemagne, systématiquement au désavantage des intérêts français. Ah oui j’oubliais, il a aussi accepté de transférer en Allemagne en 2021 l’usine de fabrication des moteurs d’Ariane qui était domiciliée à Vernom. Puis tant que j’y pense, il a aussi filé les données de santé des français à Microsoft alors qu’il existait une solution française avec OVH Cloud…
          Ah Emmanuel Macron, ce grand patriote. Les français qui ont réélu ce clown vont mériter ce qui va leur arriver.

  26. pierrequiroule dit :

    La « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires  »
    Serait-il possible d’avoir une traduction en Français ?
    Et pourtant j’ai « servi » 35 ans dans l’AA et je ne comprends pas …..

    • UnKnown dit :

      interarmées: US airforce et US army
      multi-milieux et complémentaires: F-35/F-18 SH /F18 Growler + AH64 + hypothétiques NGAD / missiles hypersoniques / enfin bref que du US.
      On délaisse le spectre.

    • Mat49 dit :

      Traduction: je ne peux pas faire mais je ne veux pas l’avouer.

    • Gaulois78 dit :

      @pierrequiroule
      Je devrais pouvoir vous aider à comprendre, je travaille dessus depuis la parution de l’article, j’ai bon espoir d’y arriver prochainement…Je compulse revues, notes, memoires en novlangue publiées par l’ENA & Sciences Po…Archéologues et linguistes m’aident au déchiffrement de ce language…

  27. Pffff dit :

    La vraie question, au lieu de se gargariser avec des slogans…compétition, contestation, confrontation…décourager, défendre, défaire…et demain évaluer, écarter, éradiquer… bréf on peut en trouver beaucoup…affaire de marketing à la veille d’une nouvelle LPM…c’est de répondre à la question « qui veut on vraiment être? Avec quelle autonomie? quelle soumission veut-on vraiment…est-on paré à baiser la babouche du wookisme, ce nouveau totalitarisme? » après 189, 129, 225 ou 105 rafale… c’est un peu du flan…

  28. mich dit :

    Ah , il semblerait que l’ on se place pour la répartition du budget de cet automne ! je penses qu ‘avant d’ augmenter les budgets ,si cela se passe vraiment ,après une phase de » stabilisation » et de mise à plat qui me parait pas trop mal pour l’ instant ,il faudra rappeler à certains que ce ne sera pas open bar non plus car les idées et les concept c ‘est sur que certains n’en manquent pas .L ‘exemple du SEAD est parfait pour réfléchir au besoins futurs de nos armées sans rejouer les guerres d’hier ou même d ‘aujourd’hui ,bien sur si on arrive à avoir une vision de ce que l’ on veut pour soutenir nos politiques au niveau défense , là c ‘est moins clair hormis le blabla et les poncifs habituels .

  29. baron dit :

    Combien de vrais combats aériens genre dog-fights ces dernières années ? Aucuns ! Le besoin air-air est surévalué et nous bouffe beaucoup trop de crédits. Il faut mettre le paquet sur l’air-sol sous toutes ses formes ainsi que sur les systèmes d’autoprotection de nos chasseurs et les moyens de protection sol-air de nos bases. Et n’oublions pas les drones, certes coûteux, mais qui offrent des capacités à survivre dans la permanence incomparables. Et par dessus tout ça… des moyens d’écoute et d’évaluation de la menace adaptés. Et à la chasse…!

    • Parabellum dit :

      L Ukraine montre la place des missiles et de des drones de frappe dans un vrai combat .nous on a rien et notre artillerie n a qu une trentaine de canons en état….rien ne protège nos abords et sites …trop peu de missiles Aa ou trop vieux…tout est à revoir mais il faudrait d autres chefs et une créativité autre que le bla bla…

    • Mat49 dit :

      Le besoin air air a été sacrifié. Et ce n’est pas le passé qu’il faut regarder mais le présent et l’avenir. L’air sol est l’un des rares domaines où il reste un petit quelque chose.

      Un drone coûte moins cher qu’un Rafale.

      « Et par dessus tout ça… des moyens d’écoute et d’évaluation de la menace adaptés. » C’est l’un des rares trucs dont on ne manque pas.

      • Desty dit :

        Le besoin air air a été sacrifié. ??????
        La France dispose tout de même du meilleur missile air-air au monde avec le meteor, peut-être à une dose un peu trop homéopathique mais tout de même !
        Autrement à distance un peu plus rapproché le mica est loin d’être mauvais non plus…

    • Charognard dit :

      @ Baron
      Comme d’habitude, on ne parle que de la chasse pour parler de l’AAE qui a bien d’autres missions, heureusement il y aura du Dogfight dans TOP GUN 2, avec du F-18 Super Hornet qui est déjà condamné pour cause de montagnes de dollars et de politique intérieure américaine.

      Le missile air-air Meteor fait des envieux:
      https://meta-defense.fr/2021/09/23/la-course-aux-missiles-air-air-a-tres-longue-portee-saccelere-entre-les-etats-unis-la-chine-et-la-russie/

      Plus de dogfight, mais des no-escape zone de plus en plus terrifiantes pour les cochers.

      D’où certaines attentions.
      https://meta-defense.fr/2022/04/20/la-serbie-pourrait-se-tourner-vers-le-typhoon-si-la-france-refuse-de-livrer-certains-missiles/

  30. Félix GARCIA dit :

    À mettre dans la « boîte à réfléchissementation » :
    Deux mois de guerre en Ukraine : quelles pertes aériennes ?
    https://air-cosmos.com/article/deux-mois-de-guerre-en-ukraine-quelles-pertes-aeriennes-33551

  31. pepitola dit :

    L’armée du vent et du vide…

  32. Jobbic dit :

    En France, on a pas d’avion, mais on a des idées

  33. Dambrugeac dit :

    Nos forces aériennes tombées à grosse modo 100 Rafales dont une partie encore en format 2 et pas forcément tous opérationnels ! Et dire que l’on parlait de 240 à 260 chasseurs multi rôles il y a 20 ans… oû en sommes nous arrivés dans le déclin ? 72 canons ceasar ! 40 milliards de budget face aux 100 ME de relance urgente des allemands et leurs 70 milliards de programmation annuelle. En 4 ou 5 ans l’armée allemande aura un format double du notre.. Ils vont recommencer à nous faire danser nos grands amis. Bravo à nos gouvernants actuels et ceux depuis une bonne vingtaine d’années, Chirac, Sarkozy et Hollande en tête !

  34. Momiaa dit :

    Bonsoir à tous,

    Ma question va vous paraître stupide (je n’ai aucune expérience dans le domaine de l’armement ou de l’armée) mais pourriez vous m’expliquer pourquoi il faut un missile spéciale pour détruire de la défense anti aérienne? Un simple missile ne peut il pas faire le travail?

    • mich dit :

      Grosso modo ,le but est de détruire les moyens de détections ou de guidage ,pour cela il faut des missiles capable de reconnaitre ses moyens , de les identifier puis de les détruire . Bien sur des missiles seuls sont insuffisant face à une DA un peu organisé , le retex de cette guerre peut être intéressant à ce niveau .

    • Achille-64 dit :

      SEAD = supress ennemy air defense
      Il faut un missile qui détecte les émissions du radar adverse (parmi 100 autres), puis se guide très rapidement vers lui en essayant de se faire oublier et en déjouant les contremesures.
      Ce missile est à longue portée, pour ne pas que l’avion porteur soit abattu.

    • Mat49 dit :

      Un missile est guidé et est spécialisé pour un type de cible. S’il doit détruire un avion par exemple il est attiré soit par la chaleur du réacteur soit par la cellule de l’avion.

      Pour détruire une batterie de DCA il faut un missile avec une prosse portée donc plutôt massif, et qui soit attiré par les ondes radars du radar de la batterie. Car il faut tirer au delà de la portée du missile de la batterie et à une distance de 120 ou 150 km c’est trop éloigné pour repérer efficacement au radar une cible au sol. Elle n’emet pas non plus une grosse chaleur donc pas possible de faire un guidage infrarouge (par la chaleur) qui nécessite d’être plus proche quand c’est possible.

      Il il faut donc un missile spécialisé et un avion qui ait un système spécialisé. Il détecte l’onde du radar de la batterie, rentre les coodonnées de cette émission dans le missile et celui ci remonte à la source d’émission.

    • Marcassin dit :

      Le missile concerne doit etre precis et a longue portee pour atteindre la cible, qui est un radar a longue portee ou un desx véhicules d’accompagnement, guidage ou porteur de missiles sol air. Depuis longtemps il existe donc des missiles munis d’autodirecteurs et charge specifiquement destinés a ce type de cible… sachant qu’une batterie russe S400 peut engager un avion a qques centaines de km avec plusieurs types de munition selon la distance de sa cible…

    • Félix GARCIA dit :

      Si vous connaissez par avance la location de la cible (le radar), vous pouvez taper sur les coordonnées, et les ajuster en cours de vol sur les munitions guidées.
      Si vous n’avez pas les coordonnées, on remonte à la source des émissions électromagnétiques du radar, ce qui est la signature du radar, avec un missile prévu à cet effet : le missile anti-radar.

      Missiles à guidage thermique pour tout ce qui émet de la chaleur : moteurs …
      Missile à guidage optique : reconnaissance de formes pré-enregistrées ?
      Etc …

      Que quelqu’un me dise si je me goure.

      • Desty dit :

        Non pour une fois je crois que vous faites surement le commentaire le plus pertinent: une station radar fixe ou immobilisée le temps de son fonctionnement (comme c’est le cas pour les modules qui guident un système S400), il suffit d’avoir par avance repéré sa positon au moyen d’un détecteur déporté (satellite de renseignement électromagnétique, AWAC, avion de combat lui même) pour pouvoir envoyer une munition appropriée direct dessus que cette munition soit guidée GPS, laser ou autre. Si le radar est fixe et que vous connaissez sa position pas besoin que la munition soit attirée par les ondes radars pour faire mouche.
        Reste le cas particulier des radars embarqués par les avions qui sont très mobiles… dans ce cas les ondes radars ne sont certainement pas le meilleur moyen de guidage qui soit: il suffit que la cible se rende compte qu’elle est engagée par une munition anti-radiation, qu’elle coupe son émission et change de direction et vous avez dépensé une munition pour rien !
        Je persiste à penser que ce qui a sonner le glas des munitions anti-radar dans l’armée FR, c’est l’acquisition de moyens de détection satellite.
        Le SEAD c’est autre chose: en supprimant simplement la menace d’une détection radar, vous pouvez potentiellement passer crème sans que personne ne s’en rende jamais compte. Si vous détruisez toutes les stations radar que vous rencontrez sur votre route vers un objectif quelconque, d’une part ça peut être couteux en munitions et en charge utile, d’autre part votre adversaire (la victime) peut finir par en déduire la route que vous avez suivi et de là factuellement comprendre qui vous êtes en voyant d’où vous êtes venu…

  35. VinceToto dit :

    « Vaincre par la 3D »
    Mais kicéki qui va les commander, les organiser en cas de guerre cette bande de Pixel Art et de bouts de lego perdus dans un océan de charabia commercial?
    Apparemment, les USA/OTAN.

  36. HMIMID69 dit :

    La France a dégringolé dans les classements des grandes puissances militaires de 3eme dans les années 60 puis 5 ème 20 ans plus tard jusqu’à aujourd’hui 7eme dernière l’Inde et la Corée de Sud c’est ça la rivalité la France a laissé tombé la course aux armements elle croit que la paix est difinitivement installer et le parapluie Américain empêche de futures guerres, erreurs pendant que les occidentaux croirent a leur puissance les autres pays moins démocratique travail jour et nuit pour rentrer dans la cour des grands a l’image de la Corée du Nord un autre danger qui menace le monde et peut être l’Iran aussi les USA ont raté l’occasion de remettre de l’ordre dans le monde pendant qu’ils étaient seules superpuissance du monde.

  37. Nexterience dit :

    La situation stratégique est au moins comparable à la guerre froide.
    -en interne:
    -les anti systèmes (dont un % pro russe) sont peut-être plus nombreux que les communistes des années 70-80
    -en cas d’attentat, Sentinelle peut remonter en puissance
    .
    -en externe:
    – une guerre consomme déjà un petit peu notre armée mais pour un temps et une intensité indéfinis. Certes le potentiel à contrebalancer n’est pas celui des soviétiques.
    -le Sahel peut nous inciter à rester encore plus pour éviter le gros chantage russo malien aux migrations.
    -Liban, Libye, Emirats peuvent nous solliciter.
    Bref, il est possible que le gouvernement soit obligé de tenir les promesses d’augmentation de budget défense pour 2025.

    • Félix GARCIA dit :

      « -les anti systèmes »

      « On est lààààààà … on est lààààààà ! »
      ^^

  38. Gudule dit :

    Le déclassement stratégique n’est pas une menace mais une réalité.

  39. ONERESQUE dit :

    ENFIN ! Le CEMAAE a eu des éclairs de lucidité ! Depuis Ouadi-Doum et la dernière intervention des Martel, plus aucun vecteur digne de l’anti-radar n’a été ni envisagé, ni pensé, ni donc conçu ….IMMENSE ERREUR effectivement. Pendant ce temps-là, on est passé des vénérables SA-4 Ganef ou SA-6 Gainful (redoutables) à des systèmes SA beaucoup plus rapides et à beaucoup plus longue portée ( 200 à 400 km )…… Aux premières heures d’un CHI, face aux murs de radars métriques géants anti-furtifs russes et à la foison de S-400 et S-500 appuyés par la myriade de Pantsir et Buk ( entre autres ), QUE FERAIT l’AAE ? Du stand-off à 500 km ????…Ou aller au contact à portée d’ASSM pour…….participer à un nouveau « tir aux pigeons Guerre du Kippour 1ère semaine », hélas dans le rôle des volatiles Phantom et Skyhawk face aux SAM-6 en 1973 sur le canal de Suez……Que l’on ne vienne pas dire que les ECM, ECCM suffiront à tout brouiller…c’est de la méthode Coué….Rusticité des autodirecteurs AD russes, vitesses d’approche de Mach 5 à Mach 7, évasion de fréquence SERONT REDOUTABLES et 300 à 400 km de distance d’interdiction sont INTERMINABLES, même à 1.100 km/h en radada…..N’oublions pas que les Su-34 et Su-30 tombent comme des mouches face aux rares S-300 Ukrainiens et face à de simples Stinger, Starstreak et Strela qui suffisent aussi avec leur Mach 2,5 et leurs 6 km de range alors que les Russes ont des leurres et des gros brouilleurs…..alors….. NON, IL FAUT DES EFFECTEURS ANTI-RADAR à la France ….Rapides en effet à Mach > 2, donc un METEOR ou, mieux, un ASMP dont on a changé les AD avec des récepteurs interférométriques large bande…… Sinon, dans un CHI tel que l’Ukraine l’a ( à peine ) introduit, nos Rafale seront rayés du ciel en 3 mois…..

    • Desty dit :

      L’AASM est largement suffisante pour traiter à distance de sécurité un système Buik, Pantsir voir même un système Hawk. L’avantage c’est qu’elle est tout petite et qu’elle fonctionne par gravitation planante, on ne la voit généralement pas venir avant qu’elle a fait but et du coup elle est pratiquement instoppable.
      Pour les systèmes plus avancés, il nous reste toujours le SCALP qui travaille dans un rayon de 500km donc à distance de sécurité des systèmes russes les plus modernes. Pour maximiser ses chances de faire but, je crois qu’il utilise effectivement la méthode du radada…
      C’est vrai que les Su-34 et Su-30 tombent comme des mouches et pas forcément face à des systèmes très moderne ou longue portée. Mais c’est surement parce qu’ils ont une électronique embarquée toute pourrie et qu’ils n’arrivent pas à détecter les menaces avant qu’elles aient fait feu et très tardivement ensuite avec en sus des moyens de contre-mesure en réalité très faibles. Le fait que nos amis russes ne soient pas en mesure de détecter de loin la position de leur propres systèmes S-300 qu’ils ont eu la bêtise de vendre à l’Ukraine pose la question de la performance réelle de leur capacité spatiale qui était pourtant réputée être forte…

  40. Bob dit :

    Le CEMAE a du boulot avec le renseignement qu’il veut augmenter. L’absence chiffré de moyens, capacité est un manque de transparence dans un état qui de veut démocratique et cela baisse la portée du signalement stratégique de ce type de document. Je ne vois pas le rapport entre le déclinisme et un monde incertain, si l’EMA n’est pas capable de savoir de quoi le monde est fait ni où il va, il doit changer de job. Avoir accepté la vente de rafales d’occase puis dire que ce n’est pas bien est hypocrite, à ce niveau de responsabilité le CEMAE n’a aucune crédibilité. On peut se poser la question de l’envoi de Mirage chez nos alliés baltes alors que ces avions sont considérés obsolètes sur le théâtre d’opération du Levant. Je comprends les inquiétudes de nos alliés du flanc Est de l’OTAN. L’AAE combien de munitions? Certains doivent bien se marrer. Et toujours pas de nouvelles du test de l’arme hypersonique frenchy prévu l’année dernière? Bizarre que le retrait des Gabriel avec la perte de capacités dans les moyens ISR qui ne soit pas compensé soit encore accepté par l’AAE et qui se plaint derrière. Drôle d’impression. Les missions SEAD sont prévus par l’emploi du Scalp EG d’après l’AAE, encore un retournement de veste? Il ne reste plus que le pantalon là…

  41. lxm dit :

    Comme disait le père Dassault, le rafale est l’aboutissement d’un concept( l’avion à réaction), et comme les dirigeables ont eu une fin, les biplans ont eu une fin, ce genre d’avion aussi disparaitra, remplacé par des ailes volantes, des essaims de drones, des soucoupes volantes ou des trucs de SF durs à conceptualiser, et si la téléportation( de bombe) doit un jour exister, il n’y aura quasiment même plus besoin d’armée, il suffira de savoir où est le chef ennemi à abattre, mais la nature humaine fera peut-être qu’il n’y aura plus de chef et que les humains formeront des groupes sociaux anarchistes, ou pseudo-anarchistes comme en afghanistan.

    Mais au lieu de tirer des plans sur la comète, à notre époque, il existe aussi un truc fondamental pour qu’une armée fonctionne.. l’argent; et un pays qui n’a pas la maitrise de sa monnaie( l’euro en plus de couler l’économie française a surtout remplacé le franc notre monnaie depuis le moyen-âge) ne peut pas battre monnaie pour financer une guerre et doit alors piocher et gager ses actifs réels auprès d’autres puissances, ce qui limite donc la guerre au niveau de sa dette extérieure, et la france a déjà une guerre titanesque dont le secret d’état concerne les créditeurs de cette dette, on ne sait même pas à qui on emprunte, on perd notre liberté.

    Pour moi, soit il faut urgemment une armée européenne, soit il faut quitter l’euroland; mais les allemands et bien d’autres sont contre une armée européenne, ils veulent être supplétifs des américains( mentalité de supplétifs du nouvel empire romain), ce qui naturellement nous pousse à réduire nos propres capacités nationales en nous « reposant » sur le concept d’une coalition, or, celle-ci peut ne pas arriver, les autres peuvent nous lâcher au dernier moment, et en perdant notre liberté on peut se retrouver entrainés dans une guerre forcée où il n’y a rien à gagner pour la france et tout à perdre; quand apprendra t-on de l’histoire ?
    Le renseignement doit nous permettre d’ajuster notre politique à la taille d’une menace, un nain ne va pas menacer un géant, il faut rester réaliste, mais derrière il faut pouvoir aussi ajuster notre force à l’époque, et il faut une économie, une industrie derrière, des spécialistes, des commandes pour maintenir les capacités, ne pas se retrouver (comme avec le manque de masques) bloqués du jour au lendemain, en période critique parce qu’un autre pays bloque des composants électroniques ou s’autorise un droit de véto sur ce qu’il nous a vendu en 1ere main ou seconde main. On existe en n’étant pas dépendants, vous pensez qu’un drogué est libre ? non, alors pourquoi continuer à dépendre d’importations d’hydrocarbures ? vous avez vu qui les vend, quasiment tous des adversaires et qui nous veulent du mal, cela coule notre balance commerciale et réduit notre monnaie circulante chaque année de 50 milliards et donc notre PIB. L’armée est un concept global où il faut prendre en compte, comme lors de la révolution française, si le monde entier se retournait contre nous, car ce qui importe ce n’est pas de gagner des guerres à 5000 kms mais continuer à s’élever vers le haut( programme spatial), pour conserver d’abord notre liberté de choix donc d’exister, ici, en france, et pour ne pas se faire submerger. Cela supposerait que l’état relance d’ambitieux programmes nationaux pour remotiver et former la population, mais pour cela, il faut de la marge monétaire, nous ne l’avons plus, mais a t-on encore des idées ou copie t-on juste les voisins ?

  42. Félix GARCIA dit :

    « risques de paralysie militaire et de déclassement stratégique se précisent »

    « Joe Biden will cut a bad nuclear deal with Iran – opinion »
    For the greater glory of the ghost of Obama, Washington will make every possible concession to Iran.
    https://www.jpost.com/opinion/article-705391

    Moi, je trouve que c’est une excellente nouvelle ! 🙂
    « À vos marques, prêts, partez ! »
    On ne va quand même pas se laisser couillonner une nouvelle fois ?!

  43. Momiaa dit :

    Merci à tous pour vos précisions.

  44. Jean Le Bon dit :

    Je suis stupéfait pour ma part de constater l’omerta des politiques et des médias tous confondus sur les insuffisances -dangereuses- de notre outil de défense. A entendre la classe politique, les médias (tous horizons), nous avons su garder un « vrai » outil de défense. Soit nous sommes dans le déni, soit dans le manque de professionnalisme (ou d’intérêt) soit la malhonnèteté intellectuelle…
    Rappel: « notre outil militaire est en faillite », tribune au journal Le Monde de Michel Goya le… 20 mars 2013…

  45. vno dit :

    Depuis 1970, on a tiré une trentaine de missiles stratégiques environ…