Nexter confie au groupe MOL le soin d’assembler les véhicules blindés Griffon destinés à l’armée belge

En novembre 2018, dans la foulée d’un accord intergouvernemental signé par la France et la Belgique pour une partenariat stratégique dans le domaine des blindés médians, Nexter s’était rapproché de CMI Defense [devenu John Cockerill depuis, ndlr] pour établir une coopération afin de produire et soutenir les 382 véhicules blindés multirôles [VBMR] Griffon et les 60 Engins blindés de reconnaissance et de combat [EBRC] Jaguar destinés à l’armée belge, dans le cadre du programme CaMo [Capacité Motorisée].

« CMI agirait dans le cadre du programme CaMo en tant qu’assembleur final des VBMR Griffon et en tant qu’assembleur des tourelles de 40 mm de l’EBRC Jaguar », avait expliqué le groupe belge, à l’époque.

Seulement, début janvier, le Pdg de John Cockerill [ex-CMI], Jean-Luc Maurange, fit savoir que son groupe n’assemblerait pas les futurs Griffon belges. « Les dernières nouvelles ne vont pas du tout dans le bon sens. […] Les discussions ont traîné. On nous a demandé de repasser par certains appels d’offres. On oublie les promesses qui ont été faites. Or, il y a des engagements politiques et contractuels en termes de localisation et de retours qui avaient été pris », avait-il ainsi expliqué.

Finalement, ce sera la groupe belge MOL qui bénéficiera des retombées économiques et industrielles promises. En effet, par un communiqué diffusé le 25 avril, Nexter a annoncé avoir retenu ce dernier comme « partenaire pour l’assemblage des Griffon destinés à équiper la composante ‘Terre’ de l’armée belge à partir de 2025, dans le cadre du programme CaMo ».

Le groupe MOL est un constructeur de camions, de remorques et d’engins de manutentions. Bien que son catalogue ne mentionne aucun véhicule militaire, Nexter précise qu’il a « déjà travaillé pour l’industrie de défense », probablement dans la sous-traitance de structures métallique.

Les Griffon de l’armée belge seront donc « assemblés par MOL, qui bénéficiera d’un transfert de compétences et de savoir-faire conséquent de la part de son nouveau partenaire Nexter », a précisé l’industriel français. Et d’ajouter : « Ce transfert démarrera dès la seconde moitié de 2022 afin de préparer la mise en production et
l’assemblage qui s’étaleront de 2024 à 2030 avec, pour la société MOL, une augmentation prévue de ses effectifs de 25 emplois équivalent temps plein ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Belzébuth dit :

    Les Griffon belges auront tous des tourrelleaux, contrairement aux français qui n’en seraient pour l’instant équipés que pour pour 62,5% d’entre eux d’ici 2030 ?

    Le CEMA, à l’époque CEMAT tenait les propos suivant:
    « Il est vrai que tous les Griffon ne sont pas équipés d’un tourelleau télé-opéré : les 1.872 Griffon du programme Scorpion sont commandés avec un taux d’équipement de 75 % jusqu’en 2025, puis de 50 % au-delà. Cela n’a pas de sens […] mais nous ne disposons pas pour l’instant du budget nécessaire à l’équipement de l’ensemble des Griffon.

    Les 1.872 Griffon seront livrés d’ici à 2033 : nous avons donc le temps d’y remédier « .  

    Un belge taquin pourrait nous dire que nous, leur voisin français, avons une demi-MOL exploitable…

  2. AirTatto dit :

    Bravo Nexter, Bravo la France, Bravo la Belgique.

  3. Énigme dit :

    Monsieur et madame MOL ont un fils, comment s’appelle-t-il ?

  4. Jean dit :

    Ce contrat ne suit pas un cheminement normal et contractuel et le bloquage ne tardera sans doute plus très longtemps vu les recours de CMI ! Nexter va vite comprendre les complexités politiques et économiques de notre merveilleux petit pays ! faire des accords avec les Wallons, et puis, donner le travail à des Flamands ??? …Misère, ces gens du sud ne comprennent pas qu’il s’agit d’une déclaration de guerre en bon et due forme ! Bon réveil les gars !
    Sans doute la prochaine saga franco-Belge après l’affaire Agusta-Dassault !

    • Jean dit :

      A moins que la volonté de Nexter ne soit de faire capoter le contrat purement et simplement ? Car on ne s’y prendrait pas mieux pour échauder les Belges et cramer le contrat ! En effet, il se dit de-ci de-là, que le contrat serait à perte pour Nexter, les accords financiers ayant été conclu avant l’explosion des prix des matières premières et de l’énergie ! Les couts ont doublé depuis et les Belges refusent de rediscuter de quoi que ce soit ! Prix payé par les Belges ; 1.1 milliards – Coût de production ; 2.2 milliards € à charge de Nexter ! Ceci explique sans doute cela, car le non respect des engagements contractuels en matière d’appels d’offres d’état entraine de fait l’annulation du contrat !
      Et puis, même s’ils le voulaient, les Belges ne pourraient pas se réaligner sur le nouveau prix, l’enveloppe budgétaire ne le permettant pas et on ne trouve pas 1 milliard suplémentaire comme ça ! En plus, en cas de rupture, Nexter risque de garder l’avance… Mhhhh, ça se tient !

      • Aymard de Ledonner dit :

        De quel non-respect des obligations contractuelles parlez-vous? La Flandre fait encore partie de la Belgique non? Y a t-il un contrat qui oblige Nexter à travailler avec CMI? Pas à ma connaissance. Ce que je pense c’est que CMI, se croyant incontournable, s’est montré trop gourmand et que Nexter s’est trouvé un autre partenaire. Et maintenant CMI a la gueule de bois.
        Nexter est une boite d’armement française. Elle ne va certainement pas faire volontairement capoter un contrat stratégique validé au plus haut de l’Etat. On n’est pas en Allemagne.
        Les gens de Thales peuvent parfois être un peu turbulents mais Nexter…c’est le gars avec les grosses lunettes au premier rang qui arrive toujours avec 10 minutes d’avance, pas vraiment un rebelle.

        • Jean dit :

          Vous n’avez encore une fois RIEN compris ! Il y a deux infractions contractuelles dans ce dossier contre lesquels CMI va déposer plainte ! D’une part, le non-respect des engagements contractuels lié aux compensations économiques puisqu’elles étaient localisées géographiquement… en Wallonie ! Et d’autre part, le non-respect de certains délais qui ont été dépassés et qui nécessitent de refaire un nouvel appel d’offre ! Ces deux infractions sont suffisantes pour bloquer le contrat à très court terme ! Mais comme d’habitude, avec vos gros sabots franchouillards et votre condescendance maladive, vous n’en percevez pas l’importance !
          Je pense aussi que vous ne percevez pas le pouvoir de CMI en Belgique et particulièrement an Wallonie ! Nexter qui veut la jouer à l’envers va bientôt comprendre que la Belgique ce n’est pas la France !
          De toute façon la confiance est rompue ! Les Caesars et toute collaboration future sont à oublier définitivement ! Comprenez aussi que la prochaine tranche de financement lié à la bonne marche des clauses du contrat vont probablement très vite bloquer le projet !
          Et puis il y a le plus dommageable, la perte des derniers amis qui vous restaient encore en Belgique, les Wallons ! Heureux de penser qu’ils ont enfin compris comment fonctionnent le milieu affairistes français ! Les Américains sont beaucoup plus loyaux et plus pragmatiques, ils sauront surement s’en souvenir ! Et ce n’est pas faute de les avoir mis en garde sur des pratiques que l’on a déjà connues avec l’affaire Agusta-Dassault !

      • Jean dit :

        Etonnant que le clash n’ait pas encore eu lieu coté Belge ! Sans doute que les parties attendaient la réélection de Macron pour réagir ? Toujours est-il que CMI, un acteur de classe mondial, extrêmement politisé (de la même classe que FN Herstal) et qui vent jusqu’à l’US Army ne se laissera pas compter fleurette, ce qu’ils ont déjà annoncé ! Autre constatation de taille, les compensations économiques ne sont pas respectées par Nexter ! Ils se foutent vraiment de notre g… en fait ! Ça sent la rupture anticipée de contrat, je le répète ! Le contrat signé en 2017, n’a sans doute pas tenu compte (ou pas suffisamment) de l’évolution catastrophique des couts énergétiques et des matières premières, sans anticiper sans doute non plus, la pénurie de certains matériaux rares dont les prix sont devenu prohibitifs ! Assurément, tout ceci va encore finir au tribunal ; la prochaine affaire franco-Belge, on dirait ?
        https://defencebelgium.com/2022/04/06/le-retour-economique-du-contrat-camo-est-desormais-estime-a-910-millions-deuros/

        • Aymard de Ledonner dit :

          Lisez les articles que vous citez. En 2019 on parlait d’un retour économique de 889 millions pour la Belgique. Aujourd’hui on est a 910 millions. 910 étant supérieur à 889, les engagements de Nexter sont respectés.
          Ce qui a été négocié est un retour pour la Belgique et ce retour aura bien lieu.
          Le choix des sous-traitants relève de Nexter qui est libre de choisir ses sous-traitants à condition de respecter le retour sur investissement. La FN fera les tourelleaux mais CMI a perdu, probablement parce qu’ils ont été trop gourmands.
          Donc on ne voit pas trop ce qui justifierait une rupture anticipée du contrat…

    • Jean dit :

      Et pour échauder mes copains du site ; heureusement que les Belges n’ont pas pris les Rafales qui doivent aussi suivre la tendance inflationniste tous azimuts ! Les USA sont beaucoup moins impactés au niveau des couts énergétiques et leurs filières matières premières doivent être mieux sécurisées vu leur importance !Je devine la tête des Égyptiens, Grecs, indonésiens et des Émiratis quand ils vont voir leur facture Rafale exploser ! Ça sent la diminution de commandes et l’explosion des délais ça ! Dassault ne va jamais vendre à perte non plus !Chaud, chaud tout cela !

      • Aymard de Ledonner dit :

        Je ne sais pas ce que vous fumez, mais ça ne m’a pas l’air bien légal. Pour le moment ce sont les couts du F35 qui n’en finissent pas d’exploser. Les émiratis viennent de payer le premier versement donc ils n’ont pas l’air effrayés plus que cela par vos rumeurs de comptoir.

      • UnKnown dit :

        Au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué l’inflation est mondiale, tout flambe. Les économies les plus ouvertes aux échanges internationaux sont les plus touchées, et les USA sont d’ailleurs parmis les plus exposés, avec une inflation qui tourne autour des 8%/9% rien que pour ce début d’année…
        Et dans ce genre de cas, F-35 ou Rafale, il y a des variables d’ajustements et des prix révisables. Ce sont des contrats sur une/des dizaines d’années. A ceci prêt que la production de Rafale ne dépend pas d’un saucissonnage de la production sur une quinzaine de pays. Ce qui va devenir un avantage quand les choses vont commencer à vraiment coincer en Septembre.

        • Jean dit :

          Je me doute bien qu’il y a une clause de réajustement des prix ! Mais celles-ci sont limitées en taille et en temps, vous pensez bien ! Quant à faire face à un doublement des coûts (pas seulement à cause de l’inflation, mais surtout suite à la flambée des matières premières – Et n’oubliez pas la crise covid antérieure qui a entamé une tendance à la pénurie de celles-ci ), je ne crois pas qu’il ait été envisagé nulle part, c’est impossible ! Aucun contrat ne prévoit un tel risque, parce qu’en ce moment on a affaire à du jamais vu ! Les enveloppes budgétaires des armées sont limitées, un surcout d’un milliard n’est prévu dans aucun contrat que je sache, cela se traduira sans doute par des renégociations à la baisse !
          Grosse pagaille devant nous, c’est indéniable !

  5. Rosemarie dit :

    Non-respect des engagements initiaux par Nexter ! Le contrat des Caesar est directement menacé ainsi que toute nouvelle collaboration future !
    Voici comment l’affaire est perçue de ce coté-ci de la frontière ! Ça pue l’arnaque qui n’ira pas très loin …!
    https://www.lecho.be/entreprises/defense-aeronautique/john-cockerill-n-assemblera-pas-les-futurs-blindes-de-la-defense/10359650.html

    • Aymard de Ledonner dit :

      Votre article n’est pas en accès libre

    • Twouan dit :

      Il y a un offset wallon et un offset flamand? Je ne suis pas sur que ca soit une facon saine de penser.
      Faire un appel d’offre c’est la meilleure facon de depenser l’argent du contribuable (belge ou francais). Apres, c’est a Nexter de s’assurer que son sous traitant sait faire ET ne sera pas defaillant (la partie la plus difficile a juger).

  6. Lys 40 dit :

    Des tourelleaux de la FN qui sont bien moins hauts que ceux des griffons français et qui équiperont les Leclerc rénovés. Le tourelleau français est bien trop haut et volumineux.

    • Donald dit :

      @ Lys40
      Avec la rénovation, le Leclerc culminera à 3,75 mètres.
      Il faudra voir comment la logistique va s’en débrouiller.