Le Royaume-Uni propose d’aider l’Inde à concevoir ses propres avions de combat

Étant donné ses liens anciens avec la Russie, l’Inde n’a pas condamné l’offensive lancée par Moscou contre l’Ukraine, pas plus qu’elle n’a accepté de s’associer aux sanctions prises contre son allié, son intention étant, au contraire, de lui acheter davantage de pétrole à un prix réduit. Aussi, la position de New Delhi embarrasse Washington.

En effet, le 22 mars, le président américain, Joe Biden, a estimé que, à l’égard de la Russie, l’Inde était le pays le plus « fragile » du Dialogue de sécurité quadrilatéral [QUAD], une alliance mise en place par les États-Unis [avec l’Australie et le Japon] pour contrer les visées de la Chine dans la région Indo-Pacifique.

Aussi, pour affaiblir cette relation entre Moscou et New Dehli, la diplomatie américaine mise sur la persuasion et non sur la contrainte. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles l’Inde n’a pas été sanctionnée par les États-Unis pour son achat de systèmes russes de défense S-400. Mieux : ils lui ont proposé un accord permettant l’échange de données militaires en octobre 2020 [Basic Exchange and Cooperation Agreement – BECA].

Cependant, et même si c’est moins vrai depuis déjà quelques années, l’Inde dépend encore significativement de la Russie pour équiper ses forces armées. D’où l’idée de Washington de renforcer ses relations militaires avec New Delhi, qui a par ailleurs déjà acquis plusieurs équipements de facture américaine [hélicoptères d’attaque AH-64 Apache et avions de patrouille maritime P-8I Poseidon, par exemple].

« L’Inde est un partenaire de plus en plus important dans une dynamique internationale en mutation rapide », a encore affirmé Lloyd Austin, le chef du Pentagone, lors d’une visite à New Delhi, en mars.

Cela étant, les États-Unis ne sont pas les seuls à tenter de convaincre l’Inde de se détourner de la Russie : le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale, s’est engagé sur la même voie. D’abord en proposant un accord de libre-échange, qui pourrait être signé d’ici octobre prochain. Puis avec une renforcement des relations militaires, notamment dans le domaine industriel. C’est en effet ce qu’a proposé le Premier ministre britannique, Boris Johnson, à son homologue indien, Narendra Modi, lors d’un déplacement à New Delhi, ce 22 avril.

Concrètement, le Royaume-Uni propose à l’Inde de l’aider à concevoir et à assembler ses propres avions de combat, en lui « offrant le meilleur du savoir-faire britannique » dans le domaine de l’aéronautique.

Aucune précision n’a été donnée sur le programme concerné par cette offre et une éventuelle participation de l’Inde au projet britannique « Tempest » n’a pas été évoquée.

Actuellement, l’Inde continue de développer l’avion de combat LCA Tejas [produit par Hindustan Aeronautics Limited – HAL], dont 83 exemplaires ont été commandés par l’Indian Air Force. Les livraisons doivent commencer en 2024 et se terminer quatre ans plus tard. Pour le moment, cet appareil est propulsé par un réacteur F404-GE-IN20, alors qu’il aurait dû l’être par un moteur de conception locale, à savoir le GTRE GTX-35VS Kaveri, dont le développement ne se fait pas sans peine [le français Safran a d’ailleurs été sollicité, dans le cadre des compensations industrielles liées au contrat Rafale, ndlr].

En outre, le ministère indien de la Défense a lancé le programme AMCA [Advanced Medium Combat Aircraft], qui vise à développer un avion de combat de cinquième génération. Et le calendrier est plutôt ambitieux puisqu’un premier prototype est attendu pour 2025, l’objectif étant de démarrer la production en 2030. Est-ce ce projet qui pourrait bénéficier d’un appui britannique?

Quoi qu’il en soit, M. Johnson a également proposé l’aide du Royaume-Uni en « matière de nouvelles technologies pour identifier les menaces dans l’océan Indien » et y répondre. Enfin, Londres va délivrer à New Delhi une « licence d’exportation générale ouverte » [OGEL] afin de réduire les délais pour les achats d’équipements militaires.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. Félix GARCIA dit :

    Et paf !
    Pousse toi d’là que j’m’y mette !
    C’est là qu’on s’intercale, qu’on propose la conception d’un chasseur léger basé sur le Rafale.P’t-être même piquer leur idée d’armements en soute !
    Et ensuite, on montre le bébé à l’Argentine, au Pérou, au Mexique …
    🙂

    • Hannibal_Lecteur dit :

      En chasseur léger il y a le Tejas…
      Mauvaise pioche!

      • Félix GARCIA dit :

        …………………….
        …….. Pousse toi d’là que j’m’y mette quand même !
        ^^

        « En outre, le ministère indien de la Défense a lancé le programme AMCA [Advanced Medium Combat Aircraft], qui vise à développer un avion de combat de cinquième génération »
        Tous les espoirs sont permis !

      • E-Faystos dit :

        Le cas du Tejas est pas simple.
        Il est porte par HAL et les politiques qui sont proche du  » fabriqué en Inde ».
        Sauf que l’appareil souffre d’handicaps.sérieux du à son moteur trop léger et de sa petite taille.
        Donc des défauts qui ne se corrigent as.aisément. d’où un Tejas II avec des faux airs de .. Rafale!
        Mais comme c’est vraiment pas simple, les Indiens peuvent être fier d’avoir intégré des technologies assez pointues dans leur production, et comme la masse est un facteur de coût, et que la.quantité est aussi un avantage, ils ont construit un appareil avec un retour financier et réalisé un gros.pas en avant dans la maîtrise de la technologie aéronautique.
        Et quand on voit le Pakistan très fier de son chasseur local (assez réussi) commander des J10 Chinois, il y a de quoi observer la situation locale de près.

        • Félix GARCIA dit :

          Alors en avant !
          Rafales + bébés Rafales !
          Plus encore : CEASAr et Leclerc 2.0 avec Ascalon. Et un jour, export SCORPION (JAGUAR, GRIFFON, SERVAL).
          Toujours plus : export H160.

          • Félix GARCIA dit :

            En proposant évidemment de localiser la production de ces bébés Rafales là-bas.
            Et en vantant la complémentarité des armements du Rafale et du futur bébé Rafale …

        • Félix GARCIA dit :

          Et comme ça ils pourront le mettre sur leur STOBAR !
          Tout en sachant qu’ils pourront faire apponter et redécoller les Rafales en configuration légère !
          Franchement, ça fait des arguments sympas non ? Avec les mêmes armements en plus !
          Et si on fabrique des « BMA »/ »ESB », on peut leur en proposer deux.
          Chuis sûr que ça peut leur plaire !
          🙂

          De plus, nous pourrions leur proposer de fabriquer les Rafales légers pour conquérir les espaces aériens du monde entier, et toucher une part raisonnable du chiffre.
          Et comme ça, on marginaliserait la Chine tout en assurant nos positions, mais aussi une position mondiale !
          🙂

          • Félix GARCIA dit :

            Et comble de l’audace, on le propose aux iraniens lors de notre retour dans le pays (mais pas les équipements terrestres lourds, et éventuellement les hélicos et les avions pour le civil).
            Comme ça, on laisse l’assurance de l’avantage du Rafale aux pays du Golfe, voir même aux irakiens …

  2. Bomber X dit :

    La G-B, les États-Unis, la France… Nombreux sont les pays a courtiser l’Inde dans le domaine militaire. Qui va être choisi ? Et surtout, quand ?

    • yakafokon dit :

      La GB a été disqualifiée avec son Eurofighter de toutes les compétitions objectives.

      • NRJ dit :

        @yakafokon
        Vous parlez des compétitions où l’on peut avoir comme résultat que des F-35 sont moins chers que les Rafales et les F-18SH ? On parle bien des mêmes ?

        • chill dit :

          moins chers en apparence, de plus il est avéré que le youesses cassent les prix dans certaines compétitions ce qui rend d’autres clients dubitatifs ; j’ajoute que la dinde au croupion de feu et ses 800 buggs n’est pas pleinement opérationnelle et qu’elle devra recevoir différentes modifications majeures dont un nouveau moteur, excusez du peu..

          • Alpha dit :

            @Chill
            Oui, comme vous dites, moins cher en apparence car la plupart des F-35 sont vendus par l’intermédiaire des Foreign Military Sales, avec ristourne en plus de L.M. qui se rattrape ensuite sur le coût affolant du MCO.
            Tout çà pour un avion qui ne sera pleinement opérationnel, au mieux et si tout va bien, qu’en 2027 !… 12 ans après son entrée en service !!!
            Mais il y a encore quelques Trolls qui osent la comparaison avec le Rafale, notre petit canard national qui fonctionne bien et qui visiblement leur fait faire des cauchemars… Et c’est pas fini ! 😉

          • NRJ dit :

            @chill
            Je parle de la pertinence des compétitions pour juger de la qualité d’un avion de chasse. Les suisses ont estimé que le F-35 avait eu une note de 326 points contre 231 pour son concurrent le plus proche (le Rafale ?) dans la compétition qui avait opposé F-35/Eurofighter/F-18SH/Rafale.
            Du coup, si par hasard, vous êtes d’accord ce que dit @yakafokon, vous seriez d’accord de dire qu’il faut considérer que le Rafale est une bouse comparée au F-35 ?

        • Too dit :

          L’Autriche (un des seul acheteurs du EF2000) en est extrêmement satisfaite ! <= non.
          Mis a part les pays qui l'ont construit (et encore même eux le remplacent), personne ne l'a acheté ou en est satisfait.

          • NRJ dit :

            @Too
            « un des seul acheteurs du EF2000) « . MDR. En plus de l’Autriche, l’Eurofighter a été vendu à l’Arabie Saoudite, au Koweït, au Qatar, et à l’Oman. En 2015, on aurait été heureux d’avoir autant d’acheter.
            Et où avez vous vu que ces différents pays étaient mécontents de l’Eurofighter ?

    • fabrice dit :

      Source Hindustan Times (le Monde indien…)
      https://www.hindustantimes.com/india-news/india-israel-to-work-on-10-year-roadmap-for-defence-cooperation-101635521274759.html
      Ces cinq dernières armées l’Inde a importer ses armes à 49% de la Russie (1er,avions, tanks), 18% de la France (2ème, avions), 13% d’Israël (3ème, drones, électronique, radars, missiles anti aérien, missiles anti chars, missiles anti navires, fusils d’assaut, obus, canons…).
      Concernant le Royaume Uni, Sous le radar, très discrètement, https://www.jpost.com/israel-news/article-702889 marqué par un accord dont on a très peu parlé (décembre 2020)… https://ukdefencejournal.org.uk/uk-and-israel-sign-military-cooperation-agreement/#:~:text=Israeli%20Chief%20of%20General%20Staff,between%20the%20UK%20and%20Israel.
      « higly classified » dit le journal anglais…
      Pendant ce temps une bande d’élus des banlieues parisiennes vont aller danser la java avec le Hamas à Gaza pour chanter « free palestine from the river to the sea » en rêvant d’une France à la tête des peuples arabo musulman tenant tête aux USA et à « l’entité sioniste »…
      Dans la réalité, la France endettée jusqu’au cou, enfermée dans l’euro, dépend des décisions de l’UE et surtout du banquier allemand. Sur la question israélienne, à Berlin, les jeux sont faits. https://www.jpost.com/international/article-704802 (ça date d’hier). Berlin rejoint la position déjà tenue et défendue par le groupe de Visegrad et l’ensemble hellénique (Grèce-Chypre).
      Encore une fois le Quai en retard d’une guerre…

      • philbeau dit :

        Bonne nouvelle pour vous , le Quai n’existe plus . Vu le formatage des hauts fonctionnaires , on comprend en effet l’inexistence d’une diplomatie française efficace depuis des lustres . Après , Macron mettra en poste des « amis » , qui n’apporteront aucune plus value . De toute façon , c’est Bruxelles qui compte , s’pas ?

        • Félix GARCIA dit :

          C’est fou que ce soit même pas un sujet dans notre pays.
          Même Marine LE PEN ne saisit pas la perche en plein débat présidentiel lorsqu’il lui parle de « France rabougrie » …
          Bref, on nous parlera bientôt de la naissance du « corps diplomatique européen » dont la visite de « Michel & Ursula » à Kiev est un prélude …

        • fabrice dit :

          Philbeau
          Ce n’est pas la plus idiote des réformes de Macron. Un « spoil system » n’est pas forcément mauvais, après tout c’est le président qui décide, autant qu’il nomme des proches. Talleyrand, le meilleur diplomate qu’on ait jamais eu, n’avait pas eu le concours d’Orient (il n’existait pas à l’époque…).

          • E-Faystos dit :

            Celui qui domine tous les autres, c’est celui qui signera la paix au bout de la guerre de sept ans.
            Il parviendra à un persuader les Anglais que la France ne repartira pas en guerre.
            Au bout de ce fabuleux bobard, l’indépendance Américaine.
            Fabuleux j’vous dis.

  3. Jmarc G. dit :

    le royaume-Uni se positionne comme cheval de Troyes des USA, dans cette proposition il s’agit d’isoler,
    voire torpiller la coopération France-Inde-rafale-safran-Airbus.hélicos.
    Les sous-marin Scorpène sont en voie d’achèvement.
    Tout n’est pas perdu.

  4. Le Breton dit :

    Que les anglais essaient de concevoir seuls leur propre avion de combat pour commencer.

  5. Félix GARCIA dit :

    Cela me rappelle deux formules :
    « L’occident, uni, mais seul »
    « L’Ouest et le Reste »

    Faut qu’on se tire de ce bourbier par le haut …

  6. Florian dit :

    Ca sent le coup fourré pour nous empêcher de vendre plus de Rafale.

    • Jag dit :

      ça prendra combien……………? 30 ans???
      Le Rafale sera un vieux souvenir.

      • Jean Le Bon dit :

        Un vieux souvenir dans 30 ans ???
        La tranche 4 -2 n’est pas encore livrée; encore moins la tranche 5…
        Les F15, F16, F18, étaient bien présents il y a 30 ans… Toujours le cas aujourd’hui pour… 30 ans minimum… Pas les mêmes standards, (il y aura le Rafale F4 et très probablement un F5), mais, la « structure » est la même… D’ailleurs, les Etats-Unis réduisent la voilure des achats de F35 pour reprendre des Viper (F16…) et modernise pour une xième fois le F15…
        Ce ne sera pas un vieux souvenir le Rafale dans 30 ans…

        • Hannibal_Lecteur dit :

          « Ce ne sera pas un vieux souvenir le Rafale dans 30 ans… »
          Bien sûr que si.
          Bon, peut-être pas un si vieux souvenir, mais un avion en fin de vie. Depuis au moins 10 ans voir plus..
          Et c’est tout à fait normal.

    • Czar dit :

      pas grave, on en vendra à l’argentine

    • Manu34 dit :

      Ils ont déjà essayé, et pas qu’une fois (MMRCA initial, contestation et offres non sollicitées après avoir perdu celui-ci au profit du Rafale, contrat Rafale effectif, navalisation fantaisiste du Typhoon), et ils se sont pris la porte à chaque fois…
      Qui plus est, cette coopération proposée n’est pas sur le même tuyau que le(s) contrat(s) Rafale.
      Par contre, empêcher Dassault de se positionner éventuellement pour l’après, ça c’est le sujet.

    • fabrice dit :

      Bah, si on vend aussi au Pakistan et à l’Indonésie, on pourra dire que c’est nous même qui nous sommes mis un coup fourré…Pas la peine d’accuser le RU…L’Inde de Modi lutte contre les frères musulmans et le Pakistan islamiste. Un moment il faut sortir du « dans le même temps » parce que pour nos partenaires ce n’est pas forcément synonyme de « oh qu’il est intelligent et brillant » mais « quand est ce qu’il va arrêter de nous prendre pour des pigeons »….

  7. Lecoq dit :

    Et nous on reste bloqué avec notre boulet : l’allemagne

    je sent un remake de l’aukus de la part des anglais

  8. Roland de Roncevaux dit :

    l’hyper-activité diplomatique de Johnson traduit une forme de fébrilité des Occidentaux. Après tout, la guerre en Ukraine est un conflit régional à l’importance stratégique tout à fait secondaire (le basculement de Kharkov ou Marioupol ne va pas changer la face du monde !) qui ne mériterait pas autant d’agitation. Venir hypocritement proposer aux Indiens des ponts en or parce-qu’on chercher désespérément des alliés n’est pas forcément garanti de succès mais plutôt un aveu d’échec (sous-entendu, pourquoi n’avons nous pas spontanément des alliés ?). On verra ce que les Indiens vont faire de ces propositions diplomatiques. Pour le moment, ils ont plutôt tendance à conserver leur non-alignement, et ont même augmenté leurs achats de pétrole à la Russie. Pas sûr que ce pays plein d’avenir ait envie de servir de planche de salut à un Occident en crise. Quant à leur vendre nos brevets et leur transférer nos usines en pensant qu’ils seront bien obéissants, on a vu ce que ça a donné avec les Chinois ! … on verra bien.

    • LucienB dit :

      Le conflit en Ukraine marquera la fin de l’hégémonie du dollar et, par conséquent, des États-Unis en tant que première puissance économique mondiale. Nous allons maintenant traverser une période d’équilibre entre Américains et Chinois, mais avec des Américains en déclin. Les sanctions ont l’effet inverse de celui attendu. Le dollar se dévalue et la monnaie russe n’a pas été touchée. La moitié des pays du monde ont déjà accepté d’effectuer des transactions économiques dans une autre devise que le dollar, dont l’Inde, mais aussi l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Israël, le Brésil, le Mexique, l’Argentine, l’Indonésie, nos voisins hongrois et de nombreux autres pays. Depuis 1945, le dollar est la monnaie de réserve internationale, qui garantit aux Américains un privilège économique indescriptible. Cela se termine.

      • Bruno dit :

        Tout fait d’accord.
        Ça fait du bien de lire autre chose que la propagande atlantiste.
        Cette guerre montre bien que les US et l’Occident sont en déclin.
        La Russie et la Chine sortiront plus fort de cet épisode.
        Comme le Covid, d’ailleurs : la gestion de la Russie et la Chine a bien montré leur supériorité sur les « démocraties ».

        Et je ne parle même pas de la pisciculture en Mer Noire.
        La création d’un récif artificiel favorable à la ponte des diverses espèces grâce à la clairvoyance de la marine russe va ainsi permettre d’augmenter considérablement sa production de caviar.

        • Manu34 dit :

          Faut quand trainer un sacré problème avec la clairvoyance pour penser que la Russie sortira plus forte de cet « épisode ». La vache ! La Chine peut-être, on en sait rien, mais la Russie. Ah oui, quand même….
          Mais enfin, avec les niaiseries de la phrase qui suit sur la gestion COVID, on comprend mieux votre rapport à la réalité…
          Je pense qu’en 44 il devait bien y avoir quelques déglingués qui « pensaient » aussi que l’Allemagne sortirait plus forte de cet « épisode », tout comme en 87 en Afghanistan pour l’URSS…

        • h dit :

          Encore des gens qui n’ont toujours pas compris que les US n’ont eu de cesse de sortir renforcés des conflits intra-européens. Vous sous-estimez le cynisme américain. Cette guerre en Ukraine leur va très bien, et faire durer la guerre et le meilleur moyen pour eux de raviver l’Otan, de sécuriser des clients pour leurs ventes d’armes, et d’accroître leur mainmise sur le vieux continent.

      • joe dit :

        «  »Le conflit en Ukraine marquera la fin de l’hégémonie du dollar et, par conséquent, des États-Unis » »… Merci pour ce moment totalement hors sol ne reposant sur rien de concret, surtout en mettant en avant l’Ukraine comme un facteur de chute du $… C’est tout le contraire. Le rouble sorti des frontières du seul pays qui l’utilise ne vaut rien, les US renforcent leur hégémonie à la fois sur le $ mais aussi sur les énergies, l’independance énergétique de l’Europe va se construire sur le binôme $/€ , les achats d’armements vont également profiter aux industrielles US et Européens, l’arrimage plus que probable de la Finlande et Suède à l’Otan renforcera l’Occident… encore une fois, la monnaie russe est artificiellement à un niveau « haut » uniquement parce leur banque centrale décrète que x $/€ à une contre valeur en xx Roubles… La russie sortie des énergies est un piètre exportateur et le seul bien industriel qu’ils mettaient en avant était l’armement, qui a démontré sa médiocrité face à des armes modernes. L’Ukraine sera le tombeau des rêves de poutine pas celui du $ 😀 _____________ Pour information, des chiffres réels et pas sorties d’un chapeau de clown : Les 10 devises les plus négociées, qui représentent près de 90% des transactions totales.
        Le dollar américain (USD),
        L’euro (EUR),
        Le yen japonais (JPY),
        La livre sterling (GBP),
        Le dollar australien (AUD),
        Le dollar canadien (CAD),
        Le franc suisse (CHF),
        Le renminbi chinois (CNH) (1.23% des transactions…),
        La couronne suédoise (SEK),
        Le dollar néo-zélandais (NZD),

      • Félix GARCIA dit :

        Treasury Secretary Janet Yellen holds a briefing at the IMF World Bank Meetings — 4/21/22
        https://www.youtube.com/watch?v=V-NTAwC2oww
        LIVE: IMF’s Georgieva, Powell, Lagarde and others discuss global economy
        https://www.youtube.com/watch?v=0zx-ttF0qn4

        Droit de tirage spécial (DTS)
        https://www.imf.org/fr/About/Factsheets/Sheets/2016/08/01/14/51/Special-Drawing-Right-SDR
        Glasgow Financial Alliance for Net Zero
        https://www.gfanzero.com/
        The Council for Inclusive Capitalism with The Vatican
        https://www.inclusivecapitalism.com/
        The Commons Project
        https://www.thecommonsproject.org/

      • Rob dit :

        @LucienB

        “ Le dollar se dévalue…” …ehm…quoi?

        23 Feb, 1 dollar = 0.88 euro
        23 Avr, 1 dollar = 0.93 euro…

    • joe dit :

      «  »ont même augmenté leurs achats de pétrole à la Russie. Pas sûr que ce pays plein d’avenir ait envie de servir de planche de salut à un Occident en crise » »… Ils achètent parce que les Russes bradent leur pétrole, comme ils braderont la plupart de leurs ressources naturelles d’ici 1 an car l’Europe et les US vont se tourner vers des sources alternatives pour assurer leur indépendance. Les Indiens auraient bien tort de ne pas en profiter.. au détriment de la Russie qui à moyen terme, verra plus de 60% de ces revenus d’exportation diminuer en net… surtout si il faut construire des gazoducs vers la Chine et l’Inde, devenant ainsi dépendant de deux gros clients qui feront de la russie un vassal énergétique_________ Par ailleurs l’Occident n’est pas en crise majeure mais en phase de réorientation de ces stratégies industrielles et énergétiques (gaz, fuel, micro-processeurs, matières premières, nucléaires civiles, hydrogène, voitures électriques…) A terme l’indépendance et le PIB vont croître, adosser à des monnaies refuges ($ et €)_______ L’Inde et la Chine auront besoin de partenaires fiables qui cherchent à faire du commerce plus équilibrer, en mettant en avant les technologies du future, pas celles des énergies fossiles qui seront de toute façon de plus en plus rare et chère au fur et à mesure des avancées technologiques. Ces deux pays ont besoin de plus qu’un pays à bout de souffle, la russie, qui utilise ces revenus à fabriquer des armements inutiles contre des ennemis fantômes ou qu’il se crée de toute pièce… en les attaquant 🙂

      • Tulio dit :

        Vous avez le droit d’être russophobe mais il faudrait éviter d’écrire des énormités. Des contrats ont été signés récemment entre Russie et Inde avec un prix du pétrole indexé sur divers indicatifs donc le prix n’est pas du tout bradé ! Vous avez l’impression que le pétrole est bradé en ce moment ? Pourtant le pétrole que la France continue à acheter à la Russie n’est pas bradé 😉 Les Russes « braderont la plupart de leurs ressources naturelles d’ici 1 an » ? Ah bon ? C’est mal parti, vu la pénurie de métaux rares, de nickel et d’alumine (la Russie est le premier producteur mondial) dont les prix montent en flêche ! Sans parler des céréales ! Et il n’y a pas que l’Inde et la Chine (plus d’1/3 de la population mondiale) qui commercent avec les Russes, il y a les 3/4 de la population de la planète à commencer par des pays comme l’Indonésie (275 M d’h) ou le Brésil (235 M d’h).

      • OURGOUT51 dit :

        1. « surtout si il faut construire des gazoducs vers la Chine et l’Inde, devenant ainsi dépendant de deux gros clients qui feront de la russie un vassal énergétique_ »
        Ben non! La Russie a annulé le gazoduc vers l’Inde. Cela a été annoncé en juin 2021 par madame Yelana Bulmistrova, vice-présidente de GAZPROM. La livraison de GNL se fera par tankers depuis Sabetta (Yamal), Sakhaline et et Vladivostok. Et toutes les infrastructures sont opérationnelles!

        2. » Ils achètent parce que les Russes bradent leur pétrole, comme ils braderont la plupart de leurs ressources naturelles d’ici 1 an » . Vous pouvez préciser vos sources et indiquer précisément le prix du barril lors des transactions? La Chine peut négocier mais elle a aussi un urgent besoin de gaz compte tenu de sa promesse d’atteindre la neutralité carbone en 2060 et de renoncer au charbonn!

  9. Raymond75 dit :

    Les Indiens possèdent une collection complète d’avions de tous origines ; il n’y a qu’à faire du rétrofit et copier des éléments pour en faire un avion ‘purement indien’ …

    • Tulio dit :

      Ils essaient mais ils n’en sont pas capables.

    • E-Faystos dit :

      Un avion « purement indien » risque d’être un appareil des années 70 avec un radar et des moteurs étrangers.
      Les Chinois on mis 20 ans pour avoir des propulseurs alignés sur ceux des Russes: très puissants mais fragiles.

  10. Thierry HENRY dit :

    Je croyais l’Inde indépendante, depuis longtemps…

  11. vrai_chasseur dit :

    La place de la Russie est à prendre en Inde.
    Cette place n’était pas celle d’un simple fournisseur d’armement mais d’un partenaire R&D de systèmes d’armes sophistiqués.
    Missile de croisière BrahMos, futur chasseur biplace indien sur base Sukhoi 57, la Russie ne rechignait pas à ouvrir à l’Inde des technologies qu’elle n’a jamais fournies à d’autres, en particulier à la Chine.
    Le R-U avec son légendaire opportunisme a parfaitement saisi que la Russie, économiquement sanctionnée, n’allait plus pouvoir tenir cette place de partenaire R&D.
    Mais il va falloir convaincre les indiens, quand on n’a pas soi-même développé un chasseur depuis au moins 2 décennies.

    • Félix GARCIA dit :

      Si on prend leur place en Inde, qu’on continue avec l’Égypte, et qu’on arrive à réarrimer l’Iran (peu ou prou, les rabibocher avec « l’OTAN d’Abraham ») … ROYAL !
      On continue avec les indonésiens et les malaisiens et « balec » des chinois !

      Ensuite, coup de maître : un projet trans Congo-Tanzanie pour relier les océans Indien et Atlantique au coeur de l’Afrique par voie ferrée (avec un pont au-dessus du lac Tanganyika) et fluviale (fleuve Congo) avec des dirigeables LAC60T de « Flying Whales » partout !

    • Lado dit :

      Pour le moment c’est la France qui remplace les SU 35 russes en Egypte , Inde ,Indonesie ..en Croatie , voir même en Serbie!
      Bon il reste l’Algérie , le Vénézuela, l’Arménie, le Vietnam comme client fidèle.. quoique le Vietnam est devenu un gros client d’Israel..Ne serait pas surpris par des achats en Fr
      comme en Indonésie, Malaisie ,l’agressivité de la Chine (ennemi historique du Vietnam on l’oublie trop ,de l’empire d’Annam demandant la protection de la France…! à Langson en 1979), la proximité commerciale du Japon de la Corée et de Taiwan tout en s’inquieteant de l’ITAR crée un espace

  12. Dambrugeac dit :

    Cette proposition anglaise à l’Inde mérite quelques remarques : elle vise bien entendu à arrimer l’Inde au consortium anglo americain car les États Unis ne sont certainement pas loin derrière Jonhson pour fournir leurs éléments technologiques d’assemblage sur étagére (moteurs, systémes, armement, radar etc), et cela ne va pas dans le sens de nos espoirs d’export; elle démontre également notre manque de réactivité quj reste préoccupant dans la ”coopération” franco allemande sur le Scaf largement bloquée : d’autres partenariats sont possibles avec l’Inde en lieu et place de nos ”alliés’’ mais il faut se décider à rompre ou continuer les palinodies ; enfin cela pose à nouveau la question d’un chasseur multi rôles relativement léger, spécialité française en voie d’abandon sous la pression d’outre Rhin, dans la lignée des Mirages F1 et 2000, ce qui manque cruellement pour l’export, un Rafale néo pouvant étre dérivé en peu de temps certainement.

  13. Thaurac dit :

    Faut pas imaginer qu’on va vendre des centaines de rafales, ils veulent faire leurs propres avions et c’est très bien!

    • Nike dit :

      Oui c’est certain et normal, mais ce serait quand même bien que l’on vende plus de 36 rafales aux Indiens.

    • fab le vrai dit :

      Regardons le développement du Tejas depuis les années 80… je ne suis pas sûr que les aviateurs indiens soient trés confiants sur 2025/2030 pour l’avènement d’un nouvel avion de génération avancée…. avec ou sans les Britons.

      les besoins d’appareils navalisés (57), c’est pour hier. De même, 2 escadrons Rafale, c’est loin d’être suffisant pour se prémunir de la Chine, éventuellement du Pakistan… même si le taux d’attrition a progressé en Inde.
      Choisir russe ne semble plus être une option depuis quelques années (déception sur la maintenance), et les indiens n’ont – pour l’heure – pas fait preuve d’un tropisme US prononcé en ce qui concerne leur aviation.

    • Tulio dit :

      Oui, c’est bien mais ça fait quand même 30-35 ans qu’ils essaient de faire voler le Tejas et ce n’est pas la réussite absolue ! Ils vont passer de la série limitée d’un mono-réacteur MK1 à moitié raté à un bi-réacteur MK2 : en fait, ils vont refaire un Jaguar bis (Jaguar qui a été construit là-bas sous licence). Il devrait quand même y avoir une commande de 30 à 40 Rafale pour l’Indian Navy.

  14. OURGOUT51 dit :

    Bonsoir,
    Je crois que cette visite du PM britannique à Delhi va bien au-delà du domaine de la défense et en particulier de l’aéronautique.
    Nous sommes en présence d’un forcing de la Maison blanche pour tenter d’isoler la Russie sur son flanc asiatique.

    Les diplomates américains ont sans doute lu attentivement en juillet 2021 l’oukaze 400 du président Poutine sur la nouvelle stratégie russe de sécurité nationale. Dans le chapitre consacré à la diplomatie et à la coopération, l’OTAN est sans surprise décrit comme la menace principale et l’UE est totalement ignorée (elle n’est pas mentionnée une seule fois en 44 pages). Mais le plus important est le sigle RIC soit Russie/Inde/Chine, axe de coopération désormais privilégié par Moscou. Cela n’a vraisemblablement pas échappé au Département d’Etat.
    Il suffit d’observer le ballet diplomatique auquel nous avons assisté depuis trois semaines. Résumons : Le 30 mars, le US Deputy national security advisor for international economics, Daleep Singh, un des architectes des sanctions contre Moscou, était à Delhi pour s’entretenir avec son homologue indien, Subrahmanyam Jaishankar. Le lendemain, 31 mars, Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères était elle aussi dans la capitale indienne pour rencontrer Subrahmanyam Jaishankar. Le 12 avril, c’est Joe Biden qui, à son initiative, s’entretenait en vidéoconférence avec Modi, le PM indien. Et enfin, le 22 avril, c’est Bojo qui terminait cette chorégraphie anglo-saxonne.
    Deux aspects sont à considérer dans cet intense épisode diplomatique. Le premier concerne la bonne relation bilatérale entre Moscou et Delhi, par ailleurs membre du QUAD et que Biden voudrait bien mettre à mal.
    La coopération en matière de défense est connue et je ne m’étendrai pas sur le sujet. En revanche, les échanges économiques, modestes jusqu’à présent, semblent décoller. A titre d’exemple, les compagnies indiennes PETRONET LNG et ONGC souhaitent s’investir sur le champ gazier de Yamal LNG 2 à hauteur de 10%. L’Inde entend aussi devenir actionnaire au sein du méga projet TAYMIR LNG propriété de ROSNEFT. Parallèlement, un « mémorandum of intent » a formalisé la création d’un couloir maritime Vladivostok/ Chennai qui sera plus court et plus économique que l’actuelle route Saint Petersbourg/ Mumbai pour les échanges entre les deux Etats. Soucieux de ne pas laisser tout le gâteau sibérien aux Chinois, les Indiens ont signé avec la Russie en janvier 2021 un accord pour la mise en valeur de l’Extrême Orient russe et Delhi a immédiatement ouvert une ligne de un milliard d’USD. (India vows enhanced trade and investment in Russian Far-East /Business Standard November 7 2021). Tout récemment, comme en atteste CNBC du 13 avril, « India’s coal imports from Russia jumped in March to highs not seen in more than two years, »

    Le second aspect touche au trio Russie/Inde /Chine et là aussi l’administration américaine veut éviter une coordination trop étroite entre ces trois larrons qui, malgré leurs différends notamment entre Pékin et Delhi, partagent des positions identiques sur les droits de l’homme, le changement climatique mais surtout sur leur refus d’un monde unipolaire où un seul pays impose sa domination diplomatique, militaire, économique et culturelle.

    Or la Chine tente actuellement d’arrondir les angles avec l’Inde ; le MAE chinois, Wang YI, lors de sa récente visite à Delhi, a souhaité que les deux pays coordonnent leur rôle dans les affaires internationales et mettent de coté leurs querelles de frontières. « China does not seek a « unipolar Asia » and respects India’s traditional role in the region, Chinese Foreign Minister Wang Yi said on Friday, according to a statement released after he met his Indian counterpart in New Delhi. The world will listen when China and India speak with one voice. » Reuters 25 mars 2022
    Nous n’en sommes encore pas à ce stade mais les récentes initiatives diplomatiques de l’administration américaine montrent, si besoin est , qu’elle fera tout pour éviter tout rapprochement entre les RIC !
    Bon weekend

  15. penandreff dit :

    les UK ont proposés leurs aides pour concevoir des avions aux turques, aux Japonais, et maintenant aux Indiens , mais ont ils réellement quelque chose à proposer? ou cherchent ils des financements pour leurs projets d’avions?
    A la fin les UK achèteront US

  16. Lado dit :

    Cela n’a rien d’évident au-delà de l’effet d’annonce (Johnson en difficulté, partygate,fait diversion en Inde avec en passant un petit coté anti Fr)
    d’une part les relations avec les Anglais sont médiocres(Pakistanais en UK, syndrome « France/Algérie »,equipement ITAR free ..)
    En tout état de cause on parle d’un effort de R§D (comme avec Safran ..depuis pas mal d’années ..et qui passe à la prod locale au moins pour les hélicos, voir abandon de la commande de 48 Mi russe au profit de qui?On parle du Caracal)

    Gros forcing en com/campagne de presse en faveur du F18 pour l’aéronavale indienne en ce moment..(Pas de Pb vous pouvez continuer à acheter du pétrole russe (à-20% ,ils dépassent la baisse de la TVA, vous pouvez acheter le S400..)
    Bon Dassault fait de même
    Les Indiens font remarquer que les P8 Poseidon récemment achetés ont été largemernt « déshabillés » par les US en terme de radars , systèmes et armement..
    Bref un petit manque de confiance

  17. akrak dit :

    Premiers effets de la guerre en Ukraine sur le partenariat Russe-Inde ?

    https://www.thedefensepost.com/2022/04/21/india-scraps-purchase-russian-helicopters/

  18. Habitant du Léon dit :

    La Grande-Bretagne et l’Inde ont des rapports anciens et profonds : l’ancienne puissance coloniale a marqué à jamais son empreinte jusqu’en 1947, de nombreux Indiens se sont installés en Grande-Bretagne et la langue anglaise est aussi un autre point commun extrêmement important..
    Depuis que la Grande-Bretagne a retrouvé sa liberté et donc de l’oxygène, elle cherche à développer de nouveaux partenariats qui étaient impossibles sous le carcan et la trique européens: la la Grande-Bretagne aurait donc tout intérêt et tout bénéfice dans une coopération militaire étroite avec l’Inde, qui serait facilitée par une proximité ancienne… ce n’est pas notre cas et nous avons eu beau inviter à grands frais des détachements aériens indiens à Istres pour des exercices, notre groupe aéronaval a beau être missionné fréquemment pour aller faire de la promotion commerciale dans les parages de l’Inde, le ciment ne prend guère et une coopération entre l’Inde et la Grande-Bretagne serait des plus logiques et positives..

    la France est en train de perdre une possibilité de proximité avec le monde slave et une possibilité d’ouvertures si elle avait conservé une attitude diplomatique exigeante mais digne avec la Russie actuellement, mais elle est contrainte et forcée sous le joug de l’OTAN et donc des États-Unis, de se joindre à la campagne xénophobe insensée actuelle contre tout ce qui est russe, jusqu’aux œuvres de Dostoïevski, jusqu’aux sportifs, jusqu’aux athlètes handicapés, jusqu’aux candidats au concours Eurovision de la chanson : des génocidaires en Ukraine probablement ?
    Le suivisme cataclysmique de la France nous fait perdre tout lien avec la Russie, sous les ordres des cacochymes de la Maison-Blanche et du Pentagone..tant pis , c’est le peuple français qui morflera encore une fois mais on dirait que ça lui plaît ! Il va en bouffer !

    • Lado dit :

      Mais oui bien sûr !
      Leon de Bruxelles ..Plus à l’Est

      • Tulio dit :

        Et pourtant, il n’a pas tort… Bon après, on peut trouver ça bien les autodafés d’oeuvres de Dostoïevski, le renvoi des sportifs et des athlètes handicapés et le reste. A chacun ses valeurs…

    • mich dit :

      Et bien , vous n ‘êtes pas plus doué sur la coopération entre Inde et France dans l’ armement que sur le traitement de la guerre au Yemen par la presse française , faut vous renseignez un peu ou pas lire de travers OPEX 360 ! c ‘est vrai que votre sujet c ‘est la xénophobie contre les Russes , c ‘est bizarre j’ ai comme un doute .Sinon ,du monde sur le pont du CDG ? vous avez été voir le site de la marine ?

      • Homme du Léon dit :

        @ mich : Le site de la marine ? La bonne blague ! Vous confondez le marketing, les relations publiques, et la vraie vie ! Si je veux savoir ce qu’il y a sur le pont du Charles De Gaulle ce n’est sûrement pas sur le site de la marine que je vais le savoir ! Il est évident qu’il faut aller sur place pour voir le réel… il y a des centaines et des centaines de personnes qui sont sur place et qui savent le réel, c’est largement suffisant pour que le réel soit connu… c’est la même chose à terre d’ailleurs, rien ne vaut un bon bol d’air frais du Nord Finistère avec vue sur les opérations, ou le pantouflage chez soi, bien à l’écart des opérations mais avec des machines qui font le travail à votre place : elles sont faites pour ça ! Le réel, il faut aller le chercher dans le réel.je suis comme saint Benoît : je ne crois que ce que je vois.

    • Alain d dit :

      « La Grande-Bretagne et l’Inde ont des rapports anciens et profonds. »
      La Grande-Bretagne et le Pakistan ont des rapports anciens et profonds.
      « de nombreux Indiens se sont installés en Grande-Bretagne »
      De nombreux pakistanais se sont installés en Grande-Bretagne, donc des oligarques.
      Des communautés au Royaume-Uni prennent partis contre l’Inde et (ou) pour le Cachemire pakistanais.
      Ce n’est pas gagné pour le Royaume-Uni-Bouffe-à-Tous-les-Râteliers.
      C’est bien vrai qu’après Brexit, le Royaume est encore plus soumis aux Etats-Unis.
      La City, crapule financière N°1 mondiale, a donc, contre sa volonté, du supprimer ses passeports dorés et virer ses oligarques russes chéris. Aussi parce que l’UE lui mettait la pression.

    • Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

      Vladimir sors de ce corps immédiatement ……………………………….

  19. Clavier dit :

    L’Inde cherche trois choses : un transfert de technologie, du matériel bon marché ( voire même vendu à perte…..) et en plus des retours d’investissements à plus de 50%
    Ils se fourrent le doigt dans l’oeil car personne n’est d’accord pour accepter de telles exigeances ….

  20. Slasher dit :

    On sent pas du tout la tentative des beefs de torpiller les partenariats grandissants entre la France et l’Inde. lol !

  21. OURGOUT51 dit :

    Je crois que cette visite du PM britannique à Delhi va bien au-delà du domaine de la défense et en particulier de l’aéronautique. Nous sommes en présence d’un forcing de la Maison blanche pour tenter d’isoler la Russie sur son flanc asiatique.

    Les diplomates américains ont sans doute lu attentivement en juillet 2021 l’oukaze 400 du président Poutine sur la nouvelle stratégie russe de sécurité nationale. Dans le chapitre consacré à la diplomatie et à la coopération, l’OTAN est sans surprise décrit comme la menace principale et l’UE est totalement ignorée (elle n’est pas mentionnée une seule fois en 44 pages). Mais le plus important est le sigle RIC soit Russie/Inde/Chine, axe de coopération privilégié par Moscou. Cela n’a vraisemblablement pas échappé au Département d’Etat.
    Il suffit d’observer le ballet diplomatique depuis trois semaines. Résumons : Le 30 mars, le Deputy national security advisor for international economics, Daleep Singh, un des architectes des sanctions contre Moscou, était à Delhi pour s’entretenir avec le MAE indien, Subrahmanyam Jaishankar. Le lendemain, 31 mars, Liz Truss, la ministre des Affaires étrangères était elle aussi dans la capitale indienne pour rencontrer ce même Subrahmanyam Jaishankar. Le 12 avril, c’est Joe Biden qui, à son initiative, s’entretenait en vidéoconférence avec Modi, le PM indien. Et enfin, le 22 avril, c’est Bojo qui terminait cette chorégraphie anglo-saxonne.

    Deux aspects sont à considérer dans cet intense épisode diplomatique. Le premier concerne la bonne relation bilatérale entre Moscou et Delhi, par ailleurs membre du QUAD et que Biden voudrait bien mettre à mal.
    La coopération en matière de défense est connue et je ne m’étendrai pas sur le sujet. En revanche, les échanges économiques, modestes jusqu’à présent, semblent décoller. Les compagnies indiennes PETRONET LNG et ONGC souhaitent s’investir sur le champ gazier de Yamal LNG 2 à hauteur de 10%. L’Inde entend aussi devenir actionnaire au sein du méga projet TAYMIR LNG propriété de ROSNEFT. Parallèlement, un « mémorandum of intent » a formalisé la création d’un couloir martime Vladivostok/ Chennai qui sera plus court et plus économique que l’actuelle route Saint Petersbourg/ Mumbai pour les échanges entre les deux Etats. Très récemment, l’Inde a demandé à la Russie d’accroitre ses livraisons de pétrole mais aussi de charbon: selon CNBC du 13 avril, « India’s coal imports from Russia jumped in March to highs not seen in more than two years, » Soucieux de ne pas laisser tout le gâteau sibérien aux Chinois, les Indiens ont signé avec la Russie en janvier 2021 un accord pour la mise en valeur de l’Extrême Orient russe et Delhi a immédiatement ouvert une ligne de un milliard d’USD. (India vows enhanced trade and investment in Russian Far-East /Business Standard November 7 2021).
    Le second aspect touche au trio Russie/Inde /Chine et là aussi l’administration américaine veut éviter une coordination trop étroite entre ces trois larrons qui, malgré leurs différends notamment entre Pékin et Dehli, partagent des positions identiques sur les droits de l’homme, le changement climatique mais surtout leur refus d’un monde unipolaire où un seul pays impose sa domination diplomatique, militaire, économique et culturelle.
    Or la Chine tente actuellement d’arrondir les angles avec l’Inde ; le MAE chinois, Wang YI, lors de sa récente visite à Delhi, a souhaité que les deux pays coordonnent leur rôle dans les affaires internationales et mettent de coté leurs querelles de frontières. « China does not seek a « unipolar Asia » and respects India’s traditional role in the region, Chinese Foreign Minister Wang Yi said on Friday, according to a statement released after he met his Indian counterpart in New Delhi. The world will listen when China and India speak with one voice. » Reuters 25 mars 2022
    Nous n’en sommes encore pas à ce stade mais les récentes initiatives diplomatiques de l’administration américaine montrent, si besoin est , qu’elle fera tout pour éviter tout rapprochement entre les RIC !
    Bon weekend

    • Alain d dit :

      L’EU aussi « veut éviter une coordination trop étroite entre ces trois larrons »
      Que l’Inde achète du pétrole russe bradé n’est pas le seul problème. Sachant que le pétrole de l’Oural s’était déjà pris un décote de + de 25% sur quelques semaines. Mais l’Inde va aussi récupérer d’autres matières que la Russie ne peut plus exporter vers l’Occident : Or, diamants, etc. De plus l’Inde va aider la Russie à combler ses pénuries : électronique, composants, pièces détachées, médicaments, etc.
      « orange marmalade, mango jam, pasta, oats flakes, pancake mix, spaghetti, basmati rice, coffee, tea, cornflakes, rum, ketchup and prawns »
      Que l’Inde ait besoin de garder de bonnes relations avec la Russie pour les armement low cost, et stratégiquement face à la Chine et au Pakistan, c’est bien compréhensible.
      Mais là, l’Inde joue clairement contre l’UE, en aidant autant la Russie.
      L’Inde oublie juste que que l’UE pèse bien plus que la Russie pour son économie, ses échanges culturels et scientifiques.
      Et encore plus maintenant et à l’avenir, puisque l’économie de la Russie coule (comme le Moskva), et ne se relèvera pas de si tôt.
      L’Inde ne doit pas non plus oublier que l’UE la soutient aussi contre la Chine, économiquement et militairement.
      Je pense que ce choix qu’elle fait à court terme, va lui couter cher sur le long terme.

      • OURGOUT51 dit :

        Bonsoir!

        qui vivra verra!

      • Tulio dit :

        @Alain d, ce que vous écrivez est vrai, par contre, vos conclusions sont discutables. Déjà, même si je ne connais pas grand’chose au pétrole, j’ai souvent lu ou entendu que le pétrole russe était de très mauvaise qualité… Ensuite, l’Europe continue à acheter ce pétrole. Enfin l’Inde qui est un géant démographiquement et un futur géant économiquement, n’a absolument rien à craindre de l’UE et sur le moyen-long terme, l’Inde comme la Chine seront les gagnants de cette crise. Et l’UE a probablement plus besoin de l’Inde que l’inverse.

  22. talmu dit :

    L inde qui soutient et achete le gaz Russes, ne subit aucune sanction ni remontade de l OTAN, c est quand même incroyable !!

    • Tulio dit :

      Tout est tordu dans cette phrase ! Vous confondez l’OTAN, organisation militaire anglo-saxonne, avec l’ONU. Et pourquoi l’ONU (ou une autre organisation) délivrerait des sanctions à l’Inde ? En vertu de quoi ? D’ailleurs la France, comme toute l’Europe et presque toute l’Asie, achète et consomme du gaz russe (et aussi du pétrole russe). Enfin, qui a parlé de gaz ? Il s’agissait du pétrole russe.