Les États-Unis disent renoncer aux essais de missiles anti-satellite à ascension directe

Dès le début de la conquête spatiale, les États-Unis ont cherché à se doter d’une arme anti-satellite. En octobre 1959, soit deux ans après la mise sur orbite de Spoutnik-1 par l’Union soviétique, un essai du missile « Bold Orion », lancé par un bombardier B-47 Stratojet, démontra qu’il était possible d’atteindre un objet spatial. Mais il fallut atteindre 1985 pour voir l’US Air Force détruire un satellite avec un missile ASM-135 ASAT [Ascent Anti-SATellite] tiré par un chasseur-bombardier F-15 « Eagle » [voir photo ci-dessus].

Puis, en 2008, l’US Navy intercepta un satellite espion alors en perdition avec l’un de ses missile RIM-161 SM3, utilisé habituellement pour la défense anti-missile. Et, à l’époque, ce tir avait été perçu comme étant une réponse à la destruction par la Chine, un an plus tôt, d’un vieux satellite d’observation météorologique par arme anti-satellie à ascension directe [D-ASAT – Direct Ascent Anti-SATellite], en l’occurrence un missile balistique de portée intermédiaire.

Depuis, l’Inde s’est engagée dans cette voie, devenant ainsi le quatrième pays au monde à se doter d’une telle capacité [après les États-Unis, la Russie et la Chine, nldr]. En effet, en 2019, New Delhi avait annoncé avoir détruit un satellite en orbite basse [300 km] avec un engin anti-missile modifié pour les circonstances.

Plus récemment, la Russie suscita l’indignation après avoir détruit le satellite Cosmos-1408 avec une nouvelle arme anti-satellie, appelée PL-19 Nudol. Ce qui généra environ 1500 débris orbitaux susceptibles de « menacer pour les décennies à venir les satellites et autres objets spatiaux vitaux pour la sécurité, l’économie, et les intérêts scientifiques d’autres nations », fit valoir Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine.

Et il avait accusé la Russie de tenir un double discours. « Cet essai a clairement démontré que, malgré ses affirmations selon lesquelles elle s’oppose à la militarisation de l’espace extra-atmosphérique, elle est prête à mettre en péril l’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique par toutes les nations par son comportement imprudent et irresponsable ».

Justement, comme il serait cynique de reprocher aux autres ce que l’on fait soi-même, la vice-présidente américaine, Kamala Harris, qui dirige le Conseil national de l’espace [National Space Council], a annoncé que les États-Unis renonceraient à tout essai d’arme anti-satellite à ascension directe et qu’ils chercheraient à établir une nouvelle norme internationale pour un « comportement responsable dans l’espace. »

« Cet engagement répond à l’une des menaces les plus pressantes pour la sécurité et la ‘durabilité’ de l’espace. […] La destruction d’objets spatiaux par des essais de missiles ASAT est imprudente et irresponsable. Les débris à longue durée de vie créés par ces tests menacent désormais les satellites et autres objets spatiaux qui sont vitaux pour la sécurité, les intérêts économiques et scientifiques de toutes les nations, et augmentent les risques pour les astronautes dans l’espace », a fait valoir Mme Harris, depuis la base « spatiale » de Vandenberg [Californie], le 18 avril.

« Un conflit ou une confrontation dans l’espace n’est pas inévitable, mais les États-Unis cherchent à s’assurer que l’espace en reste exempt », a encore insisté la Maison Blanche.

Cette interdiction de missiles ASAT est la première du genre… Cependant, d’autres types d’armes anti-satellites existent… comme les engins manoeuvrants, par exemple. Les États-Unis en sont dotés, avec le drone spatial X-37B, dont la nature des missions est grande partie confidentielle. Il est possible d’utiliser des lasers pour aveugler un engin d’observation, ou bien encore des armes à micro-ondes ou à implusion électromagnétique. Enfin, une autre possibilité serait d’exploiter des vulnérabilités informatiques afin de bloquer les communications, voire prendre le contrôle d’un satellite à distance.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

15 contributions

  1. Franz35 dit :

    Il est bon de noter que les USA renoncent aux essais de ces missiles, mais pas à leur développement et utilisation opérationelle

    • Dolgan dit :

      C’est comme la Russie qui a renoncé à faire la guerre à l ukraine.

    • Amiral_sub dit :

      évidement qu’il faut conserver la capacité à détruire des satellites

    • Frank dit :

      @ Franz35 J’imagine que vous postez en conscience de l’ironie de ce pseudo renoncement, mais si ce n’est le cas, chacun appréciera.
      Comme chacun sait, les US ne sortent des vieux traités que pour assurer la sécurité du « Monde Libre »…
      Moi aussi, j’aime bien ces formules:
      « Monde Libre », « Communauté Internationale », « Défense de la Démocratie », etc…
      Le slogan  » Les US cessent de foutre la merde dans le Monde », et restent chez eux, il est réaliste?

    • Plusdepognon dit :

      @ Franz35
      En 2022, pour la France, des tests d’éblouissement de satellite par tirs laser (ces tests seront gérés par @ArianeGroup depuis Saint Michel l’Observatoire) étaient prévus en ce début d’année 2022.

      L’ONERA travaillant sur l’illumination de satellites pour les aveugler, sans les detruire, la cible d’entraînement serait un vieux satellite SPOT.
      https://www.challenges.fr/entreprise/defense/la-france-travaille-sur-une-arme-laser-anti-satellites_657432

      Un système de riposte graduée qui permet une proportionnalité et d’éviter de générer de nouveaux débris.
      https://www.francetvinfo.fr/sciences/espace/infographies-debris-spatiaux-qui-sont-les-plus-gros-pollueurs-de-l-espace_4849799.html

      Il y a peu de nations capables de mettre un satellite en morceaux, la France en est techniquement capable, mais au vu du chaos considérable sur l’orbite avec les débris ainsi engendrés, ce n’est pas la stratégie choisie.

      En revanche, la Russie a prouvé il n’y a pas longtemps qu’elle faisait aussi désormais partie de ce club très fermé:
      https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/12/dans-l-espace-les-russes-sont-desormais-capables-d-agir-sur-tout-le-spectre-de-la-conflictualite_6109172_3210.html

      • Pbwl7 dit :

        Pour ce qui est des essais, ils ont déjà été effectue durant la 2e moitié du mois de février 2022 dans la région de Marseille.
        Il etait notifie dans le metar que des exercices d éblouissement satellite par tir laser étaient en cours dans certaines zones de Marseille. étant élève dans une école de pilotage de la région, nous avons reçu les informations comme quoi nous ne pouvions survoler 3 zones au dessus de la région marseillaise selon des heures précises jusqu’au 28 février. Ca avait duré 10 jours je crois

  2. Paddybus dit :

    Nos zamiricains, vont encore nous proposer un accord international visant à réguler l’utilisation de ces armes dans l’espace, et ne le signeront pas…. tout en se chargeant de le faire appliquer au mieux de leur intérêt…!!!!

  3. Thierry dit :

    Un drone mécano » avec deux bras outil peut largement saboter les satellites de l’adversaire un par un en les rendant inopérant, il n’est plus du tout nécessaire de les détruire, dont les débris mettraient en danger ses propres satellites.

    • EchoDelta dit :

      Le plus subtil serait de prendre la main sur ce que font ou voit les satellites sans que l’adversaire ne s’en aperçoive. Ca c’est le top.

  4. Thierry dit :

    Les forces armées ukrainiennes peuvent lancer une attaque au missile sur le pont de Crimée, mais le moment n’est pas encore venu. Cette opinion a été exprimée dans un commentaire exclusif d’OBOZREVATEL par l’ancien chef adjoint de l’état-major général des forces armées ukrainiennes, le lieutenant-général Igor Romanenko.
    source :
    https://news.obozrevatel.com/vojna-v-ukraine/general-romanenko-putin-mstit-za-potoplennyij-krejser-moskva-no-ukrainu-zaschischayut-kiborgi-intervyu.htm
    ———————————————————————————-

    Voilà une des mesures de rétorsion que les Ukrainiens peuvent prendre contre Poutine s’il s’acharne à venger la perte du Moskva dont les missiles allaient toucher des cibles civils également.

    On notera l’absurdité de la propagande russe, ils ne reconnaissent toujours pas la destruction du navire par missile mais se vengent par des frappes décuplés contre l’Ukraine dès le lendemain du naufrage y compris contre l’usine d’où sortent les missiles…… une façon de reconnaitre la responsabilité de l’Ukraine !

  5. Lotharingie dit :

    HS :

    « ……………….L’Ukraine a reçu des avions de chasse et des pièces détachées pour renforcer son armée de l’air, a indiqué mardi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, refusant de préciser leur nombre ou les pays ayant fourni les appareils…………………… »
    .
    https://www.lefigaro.fr/international/guerre-en-ukraine-kiev-a-recu-des-avions-de-chasse-et-des-pieces-detachees-selon-le-pentagone-20220420

  6. reality dit :

    Non les yankees devront simplement dire qu’ils n’ont plus la capacité de zigouiller des satellites depuis le sol. Poutine n’a pas tarder à faire cette démonstration de force depuis le sol prouvant de quoi il capable.

  7. Pascal (l'autre) dit :

    « Poutine n’a pas tarder à faire cette démonstration de force depuis le sol prouvant de quoi il capable. » De quoi il est capable………………….il nous le démontre tous les jours! Mais quel homme ce Poutine, vous devez en rêver!