Quand la France songeait à développer un missile aéro-balistique à capacité nucléaire…

Le 19 mars, la Russie a fait savoir que ses forces aériennes venaient de viser un dépôt militaire ukrainien avec une arme hypersonique, en l’occurrence un missile aérobalistique Kh-47М2 Kinjal, tiré par un avion de combat MiG-31K. Dérivé du missile sol-sol SS-26 [ou Iskander-M], cet engin adopte une trajectoire balistique [ou quasi-balistique si son apogée est dans l’atmosphère] avant d’entamer une descente vers sa cible, tout en ayant une capacité de manoeuvre à l’approche du but.

Le Kh-47M2 Kinjal n’est pas le seul missile aérobalistique hypersonique [c’est à dire volant à une vitesse supérieure à Mach 5] à avoir été mis au point… La Chine développe en effet le CH-AS-X-13, lequel devrait armer le bombardier H-6N.

Cela étant, le concept de « missile balistique à lancement aérien » [ALBM] n’est pas nouveau. Aux États-Unis, dans les années 1950, Lockheed développa le missile High Virgo [ou WS-199C], qui devait être mis en oeuvre par le bombardier supersonique Convair B-58 Hustler. Seulement, il ne donna pas pleinement satisfaction. Mais il ouvrit la voie au missile aérobalistique GAM-87 Skybolt, qui devait être lancé par les bombardiers B-52 Stratofortress de l’US Air Force et Avro Vulcan de la Royal Air Force. Mais là encore, ce projet fut annulé en 1962, en raison de ses coûts non maîtrisés et de difficultés techniques… En outre, il paraissait moins pertinent que les missiles balistiques stratégiques sol-sol et mer-sol.

Cependant, à la même époque, la France s’interrogeait sur l’opportunité de doter ses Force aériennes stratégiques [FAS] de missiles aérobalistiques à capacité nucléaire. Alors que le Mirage IVA, porteur de la bombe nucléaire AN-11, s’apprêtait à entrer en service à l’issue d’un développement rapide, les états-majors ne tardèrent pas à évoquer déjà son remplacement, afin d’anticiper les progrès des défenses aériennes et de la guerre électronique. Progrès alors susceptibles de rendre les bombardiers trop vulnérables.

D’où le lancement, en 1962, du programme « Minerve« , qui fait l’objet d’un dossier complet dans le dernier numéro du Fana de l’Aviation. L’idée centrale était qu’il fallait doter la force de frappe française d’un missile air-sol balistique, porté par un nouveau bombardier pouvant le lancer à une distance de sécurité.

Trois constructeurs furent sollicités, dont Sud-Aviation, avec un dérivé du Concorde pouvant emporter le missile « Robot », lui-même issu des études relatives à l’engin balistique sol-sol « Casseur » [abandonné en 1959, ndlr], Dassault Aviation, avec le Mirage IVB, nettement plus imposant que le Mirage IVA, et Bréguet.

Celui-ci plancha sur le bombardier biréacteur supersonique Br.1180… ainsi que sur une version dérivée de ce qui sera le Br.1150 Atlantic [qui sera cependant rapidement écartée]. Ces deux solutions avaient pour point commun le missile aérobalistique Matra 600.

D’une autonomie supérieure à 4000 km, propulsé par deux moteurs Bristol BS593/3 et mis en oeuvre par un pilote, un navigateur et un radariste, le Br.1180 devait afficher une masse de plus de 60 tonnes, pour une longueur de 33 mètres et avoir la capacité d’être ravitaillé en vol [et même servir de ravitailleur]. Il était prévu de placer le Matra 600 dans une soute.

Quant à celui-ci, d’une longueur de 9 mètres pour un diamètre de 1,05 mètres et une masse de 8400 kg, il devait être guidé par une centrale inertielle et un calculateur numérique. Propulsé par un turboréacteur, sa portée maximale annoncée était d’environ 2000 km selon l’altitude de largage.

Le Matra 600 « peut être largué à Mach 2 à l’altitude de 18000 mètres, sa portée maximale étant alors de 1900 km. Le lancement à basse altitude peut s’effectuer à Mach 1,2, avec une portée comprise alors entre 1000 et 1200 km. La tête nucléaire envisagée est d’une puissance d’environ une mégatonne [un million de tonnes de TNT, ndlr] . Une version bi-étage permettant d’améliorer la portée est envisagée pour le lancement à basse altitude », résume Claude Carlier, dans les colonnes du Fana de l’Aviation.

Finalement, ce projet n’alla pas plus loin que la planche à dessins… puisqu’il fut décidé de l’annuler en 1963. L’une des raisons était le recours à des moteurs de conception étrangère, ce qui n’était pas conforme avec les critères d’indépendance nationale de l’époque. En outre, il était considéré à la fois comme étant trop ambitieux et trop coûteux.

Il faudra ensuite attendre les années 1980 pour voir les FAS être dotées d’un missile à capacité nucléaire – mais de croisière – avec l’ASMP [Air Sol Moyenne Portée].

En savoir plus : « French Secret Projects » volume II – Jean-Christophe Carbonel

Photo : Bréguet, via le Fana de l’Aviation

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. Poorfendheur dit :

    Question : est-ce que contrairement à la Russie qui fait beaucoup de promotion là-dessus, serait-il possible qu’au contraire, un état possède cette technologie tout en faisant le maximum pour que ça reste secret.
    Par exemple, ce pourrait être la raison des « précautions » prisent avec l’Iran…
    Parce qu’on se douterait qu’en fait, ils les aient déjà…

    Un autre pays ?

    • Dolgan dit :

      Précautions ?

    • JMN dit :

      L’Iran n’a pas besoin d’hypersonique pour raser Israël de la carte. Peu après la victoire en Irak (aux alentours de 2003 je crois) les USA ont fait un wargame sur une attaque de l’Iran. Ils se prenaient une branlée monumentale. Au rejeu, ils ont viré le gars qui jouait les Iraniens et l’ont remplacé par un moins bon puis se sont donné des conditions ultra favorables… même la c’était pas brillant.

      • Tih yellow dit :

        Je sais ce que vous prenez mais ça à l’air d’être de la bonne.

        Israël à la domination aérienne vis à vis de l’Iran et surtout un système de protection contre les menaces balistiques efficace.

        Ensuite les USA perdrent contre l’Iran, idem faut arrêter de fumer la moquette. L’armée iranienne est dépassé technologiquement. On attend toujours le chausseur iranien tonnerre ou foudre ou éclair.
        Et faire une simulation sur un ordi ne veut rien dire, la preuve Poutine a fait un wargame face à l’Ukraine, il a gagné sur l’ordi et maintenant son armée patine en Ukraine.

        • Harambe dit :

          Cet excercice existe bel et bien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Millennium_Challenge_2002

          « Une nuée de petits navires rapides attaquant de manière conventionnelle ou en effectuant une attaque-suicide participa également à l’attaque. Celle-ci aboutit à la destruction de 16 navires de guerre — incluant un porte-avion, deux porte-hélicoptères, 5 navires de transports de troupes — avec 20000 hommes à leur bord. »

        • Too dit :

          Il prend de la bonne effectivement.
          Il fait référence au wargame « Millennium Challenge 2002 » quand les Américains se sont fait un wargame et que le général Van Miller à mis une branlée « a l’ancienne » (signaux lumineux, coursiers à moto etc…) à la flotte de l’US Navy qui était dans le camp adverse. Et effectivement les règles du wargame on changé ‘(et les bateaux remis à flot) pour que les Bleus gagnent.
          .
          La ou il prend de la bonne, c’est que les forces menées par Van Miller (qui ont donc gagné le premier engagement) n’étaient pas spécialement les forces Iraniennes, de la même façon que les bleues n’étaient pas représentatives des US dans leur plein puissance. En l’état actuel de leur force, l’Iran se prendrait une branlée…
          Ils sont d’ailleurs tellement sur les nerfs qu’ils avaient abattus un avion civil en étant persuadé que les Américains allaient les attaquer en représailles (Ukraine International Airlines 752 en 2020)

      • AirTatto dit :

        Alors là, c’est la palme de la désinformation. Comment on peut écrire une connerie pareil en ayant un peut de culture sur la Guerre Iran-Irak…
        Il y a eu beaucoup simulations USA vs Iran et plus particulièrement US Navy vs Iran.

        Sur un scenario parmi les très nombreux très nombreux exécutés entre 2018 et 2022, une fois un porte-avion avion américain à été coulé ce qui est le résultat cauchemars pour les USA.

        Ce qui d’ailleurs a amener la Navy à considérer qu’une attaque sur l’Iran ce ferait par 2 Task Force, avec un support depuis le sol des pays du golf. Tous les scénarios donne 5 jours à l’Iran pour ne plus avoir aucun Radar, aucune base aérienne en capacité de faire décoller un avion. Il n’est pas question das les scénarios d’une invasion de l’Iran mais bien d’une neutralisation des défenses, des centres de recherches, des centres militaires et des moyens offensifs a distances.
        Certain scénario de la RAN Corporation ont fuités et ce sont retrouvés sur la version publique de « Command: Modern Operations » dont celui ou le Carl Vinson CVN-70 est mis hors de combat pour ne pas dire couler au large de Queshm par une attaque surprise aérienne, maritime et terrestre.

      • Doudous74 dit :

        Le retex de l’exercice « Millenium challenge » ne doit absolument pas conduire à comprendre que les Etats Unis se prendrait une branlée à chaque fois qu’ils affronteraient un adversaire disposant d’une technologie inférieure, ni même que l’adversaire simulé (dans ce cas l’Irak et non l’Iran l’exercice ayant lieu de mémoire en 2002). Il rappelle surtout qu’une stratégie adaptée permet de niveler l’écart de niveau entre deux adversaire et de pouvoir faire subir au plus fort des deux un coût insupportable par rapport aux gains espérés…

    • ji_louis dit :

      Dans la mesure où les armes nucléaires servent avant tout à dissuader un adversaire d’attaquer le territoire national, il serait contre-productif de passer sous silence le fait qu’elles deviennent encore plus performante, ou bien il faut laisser fuiter (ou carrément annoncer, par exemple lors d’un test observable) le fait qu’elle ait été améliorée.

      Pourquoi croyez vous que la Corée du Nord tire aussi souvent des missiles observés par les occidentaux ?
      Réponse : Parce qu’ils ont atteit un niveau suffisant pour représenter une menace sérieuse, et que cela donne une idée de ce que pourrait subir un assaillant.

    • anatide dit :

      USA mach 10 much more…

    • john dit :

      En théorie, c’est évidemment possible. Il y a eu de nombreux pays travaillant en toute discrétion sur de telles armes. Les nations qui selon moi peuvent prétendre à des missiles secrets sont:
      – les USA, ils ont des zones de tir, ils ont des portes-avions, des bombardiers à longue portée, donc tout ce qu’il faut pour tester un missile
      – la Russie, pour les mêmes raisons (excepté le porte avion)
      – pour la France, c’est théoriquement possible, mais ça serait plus difficile. La France n’a pas vraiment de zone d’essais, et pour son missile hypersonique, les essais préliminaires du planeur hypersonique seront effectués aux USA.
      – Israël a réussi à garder secret un programme nucléaire. Israël a réussi à collaborer avec d’autres nations sur des projets ultra secrets. Donc pas impossible.
      – L’Inde pourrait s’y intéresser, mais il semble qu’il y a un saut technologique que l’Inde n’a pas encore franchi.
      – Le Japon, la Corée du Sud et Taïwan ont pour sûr un intérêt dans ce genre d’armes, que ce soit pour des munitions conventionnelles dans un premier temps, voire pour des têtes nucléaires à termes.
      La situation actuelle va pousser certaines nations à vouloir être nucléaire pour leur propre sécurité. Le Japon pourrait mettre en service une telle arme en 6 mois selon des experts. Pour Taïwan, ça serait plutôt 1 an. Pour la Corée du Sud je n’ai pas de souvenir.
      – la Chine réussit à avoir de nombreux projets secrets, donc je ne serais pas étonné, et technologiquement ça avance.

      Pour la Russie, il est intéressant de voir le bluff très régulier dont ils font preuve, et à quel point leur doctrine a peu évolué malgré les sauts technologiques. Quand il s’agit d’armes développées pour faire peur à l’occident, ou pour des effets d’annonce mais qui ne sont au final que peu produites, on a eu cette dernière décennie:
      – Char T-14 Armata
      – IFV lourd T-15 (remplaçant du BMP-2 et des MT-LB)
      – Kurganets-25 (nouveau véhicule de combat d’infanterie amphibie, dans certaine versions en défense anti aérienne 57mm, et canon d’artillerie de 125 mm)
      – Terminator T-3 basé sur la plateforme Armata
      – 8×8 Bumerang remplaçant le BTR
      – Artillerie 2S35 basée sur la plateforme Armata
      – torpille Poseidon à moteur nucléaire et à capacité nucléaire dans le but est de créer un tsunami toxique et rendant la vie dans les zones touchées dangereuses.
      – missile Burevestnik à propulsion nucléaire et portée « illimitée ».
      – nouveau système de communication et nouveau système de partage de données Ratnik (le « Scorpion russe ») qui a fait preuve de son absence vu qu’on peut encore écouter les communications russes depuis l’Europe, elles ne sont pas cryptées.


      Ou encore les programmes annonçant monts et merveilles mais dans les performances se sont révélées bien inférieures aux craintes:
      – Mig-25 durant la Guerre Froide
      – Pantsir qui a été détruit par différentes armées à maintes reprises, alors qu’il est récent
      – S400 qui ne détecte pas les drones ukrainiens non furtifs
      – la défense anti-aérienne + les forces aériennes ne permettant pas la suprématie aérienne alors que l’Ukraine a une petite flotte d’aéronefs.
      – les systèmes de guerre électronique qui ne fonctionnent pas contre les drones Bayraktar

      Il y a aussi eu les faux programmes pour effrayer l’occident, et ça a régulièrement fonctionné:
      https://www.rbth.com/history/333163-how-ussr-tried-to-scare

      Et on peut aussi mentionner les programmes qui vantent des capacités importantes, mais qui ne sont utilisées que d’une manière, et pousse à se demander si réellement ces appareils ont ces capacités:
      – les Su-30 et Su-35 sont des avions théoriquement swingrole. Or en Ukraine, il y a eu une utilisation très « passéiste » de l’aviation avec d’une part les avions dédiés à la supériorité aérienne, et on n’a pas vu ces 2 appareils dans des missions de frappes de précision, ou de support aérien.
      – les Su-34 ont utilisé principalement des armes non-guidées, et avec l’absence de supériorité aérienne et le fait qu’ils ne pouvaient pas voler haut, cela signifie des tirs sub-optimaux, donc probablement pas mal de ratés. Surtout qu’ils ne sont pas blindés comme les Su-25.
      – la défense aérienne pourtant très complète dans l’ensemble des capacités semble être utilisée par batterie individuellement, mais ils semblent manquer de coordination.
      – la capacité de guerre électronique de la même manière semble très peu coordonnée et organisée

      Et pour les programmes secrets russes et soviétiques, il y a eu:
      – les armes biologiques et chimiques
      – les programmes d’espionnage très efficaces
      – la course à l’espace dont les avancées étaient tenues secrètes, et les premières russes ont choqué / surpris les USA.
      Il y a bien d’autres exemples.
      Avec ces exemples mentionnés j’ai comme le sentiment que la Russie semble être très vocale quand les performances sont moyennes, mais quand il s’agit de réelles avancées technologiques, et des capacités très destructrices, ils tendent à tenir leurs compétences secrètes (mais je peux me tromper car je n’ai pas des infos secrètes) . A priori, je crains plus les armements inconnus de la Russie que ceux qu’on connaît.

      Mais le plus important philosophiquement afin d’être prêts, « expect the worst, hope for the best »

  2. Paul Bismuth dit :

    La France vit sur ses acquis et son matériel issu de la guerre froide, elle fait pour le moment partie des puissances nucléaires, ce n’est pas rien!
    Cependant, même pour du dissymétrique, on ne peut agir que grâce aux américains:
    https://theatrum-belli.com/la-france-a-t-elle-la-capacite-dentrer-en-premier-sur-un-theatre-doperation/

    Pour l’asymétrique aussi, on le voit au Sahel: on ne ferait rien sans nos alliés.

    • Alex dit :

      Argumenter en prenant référence sur theatrum-belli est-ce réellement sérieux ?… l’on voit bien que le borgne est roi au pays des aveugles : l »évidence paralyse la démonstration – Pierre Réverdy

    • Too dit :

      Matériel de la guerre froide <= lol !
      Vous allez nous ressortir que le Rafale est un appareil des années 80-90 je parie ? Parce que le Rafale d'alors n'a pas évolué, tout comme le F-16 et le F-16 Viper sont les même avions ?

      • Paul Bismuth dit :

        @ Too
        Tirer des GBU sur des puants planqués en plein désert ou au milieu de leurs propres familles comme boucliers humains, ce n’est pas la guerre, mais des missions d’assassinats.

        Il n’y a pas besoin de Rafale, c’est comme aller chercher le pain en Ferrari: on peut le faire, mais c’est stupide pour un État endetté comme la France.

        Un drone suffirait, si tant est que nos intelligents n’avaient pas volontairement raté la révolution des drones.

        Il s’agit juste de faire tourner lees stocks de corps de bombes de la filiale italienne du groupe Rheinmetall payé à prix d’or par le contribuable français.

        Les bonnes affaires de ceux qui comptent, aux dépens de ceux qui ne sont rien…

  3. PK dit :

    « L’une des raisons était le recours à des moteurs de conception étrangère, ce qui n’était pas conforme avec les critères d’indépendance nationale de l’époque »

    Que de chemin parcouru depuis… et quelle perte d’indépendance à la clé !

    • mich dit :

      Et vous croyez que l’ on était indépendant sur tout dans ces années là , mais bien sur !un peu comme les écoliers si supérieurs à ceux de maintenant .Puisque c ‘est le sujet , vous pourrez peut être expliquer en quoi notre force nucléaire actuelle est moins indépendante que dans les années 60 ?merci d’avance .

    • E-Faystos dit :

      Pouvez-vous préciser ?
      D’avance merci.

      • PK dit :

        Vous n’avez pas suivi les dernières nouvelles ? Même les munitions de petits calibres ne sont plus fabriqués en France… L’équipement du biffin de base est pratiquement 100% sous-traités à l’étranger et 100% pour son armement…

        Bon, pour les munitions, ce n’est pas grave : comme il n’y a pas de stock, ils ne pourront pas combattre longtemps…

        • mich dit :

          Vous pouvez nous rappeler en quelle année nous avons eu enfin un vrai fusil d’ assaut dans nos forces ? c ‘est beau l’ indépendance en effet !

          • PK dit :

            Pas une question d’indépendance, mais de longueur de traitement propre à la DGA.

            En 1920, l’équivalent de la DGA lance un nouveau fusil pour remplacer le vieux de 14. Révolutionnaire le fusil : semi-auto, etc.

            Il a fallu 20 ans pour qu’ils qualifie le nouveau fusil – avec le MAS 36 en attendant comme lot de consolation – et encore 9 ans pour qu’ils commencent à le produire en série. Le MAS 49 était enfin né !

            La conception était pourtant au point dès la fin des années 20…

          • mich dit :

            Bonjour ,vous considérez le mas 49 comme un fusil d’ assaut ! vous pensez quoi du FAL ,du G3 ou du SIG 510 (je mets pas l’ AK47 , quand même ) ,surement pas assez bien pour nous à cette époque .Et dire que maintenant on a des HK , tout se perds mon bon monsieur ,mais si c ‘est la faute de la DGA …

  4. ScopeWizard dit :

    Excellent choix de sujet ; merci cher Laurent !

    Chez Dassault il y avait eu aussi le projet d’ un avion de combat classe Mach 3 ; le MD 750 .

    • E-Faystos dit :

      Bonjour ScopeWizard.
      Pour moi, le plus et mieux reste ce fantastique Mirage IV.
      Je l’aime, et pas que pour son allure inimitables et ses performances.
      Et à la.fin des années 70, il sera rétrofiter pour les opérations à basse altitude avant de recevoir ce missile hors norme qu’est l’ASMP.
      Ce qui rendra sa succession possible par le mirage 2000N, qui pourra embarquer le même missile en plus d’un équipement d’autodéfense.
      Mais par rapport à un Rafale, c’était encore petit bras.
      D’ailleurs, le tirs se qualification de la nouvelle version de l’ASMP s’est passé crème.
      .
      Et j’en profite pour remettre une couche: si les Allemands veulent SpaceX pour la constellation GPS européenne Gallileo, Amazon tient à garder Ariane 6 dans la course pour contrer son rival dans l’accumulation de milliards.
      Donc Amazon à commande plusieurs tirs qui permettrons de pérenniser la filière fusée en attendant du réutilisable en Europe.

      • Hannibal_Lecteur dit :

        Le Fana (encore!) traitait il y quelques mois des missions de reco de Mirage IV, passionnant!
        Tchad, marine russe en Méditerranée, Yougoslavie, Irak…

    • Hannibal_Lecteur dit :

      Sur le papier il avait de la gueule ce MD750…
      J’ai toujours adoré ce genre d’articles dans le Fana!

      • Rocher dit :

        D’autres articles du même genre sont en magasin au Fana. Bientôt dans le magazine !

  5. mich dit :

    Les forces nucléaires sont le seul poste ou nous avons maintenu un effort constant dans le temps , après c ‘est une autre histoire de juger si ce dernier est suffisant ,surtout si on inclus les moyens d’ alerte et ceux de défense anti missile .On va dire que l’ on a surtout un glaive plus que correct ,mais bon , certains n ‘ont ni l ‘un ni l ‘ autre , à l ‘image des allemands .

    • Dolgan dit :

      Avion, pna, sna, mmp, caesar, vbci, griffon, serval, vbae, … tout ça c’est de la déco?

      • mich dit :

        Bonjour , belle liste , et donc ? vous savez ce que veut dire un effort constant ? vous avez déjà un jour comparé nos efforts dans nos forces nucléaires et dans le conventionnel dans le temps . Justement c ‘est avec les systèmes de votre liste et la prise en compte de leurs soutien que l’ on va savoir si on en a enfin fini avec l ‘époque guerre froide pour avoir un modèle de défense plus équilibré et ouvert sur les révolutions en cours .Pour cela il faut du temps ,ce n ‘est pas forcement juste une question de milliards et il faudra encore attendre l’ horizon 2025 – 2030 pour voir si nous sommes pertinent avec notre époque .

        • Dolgan dit :

          Oui on est nul, des zéros et
          Des moins que rien. Juste, les autres sont pire.

          • mich dit :

            Vous parlez de votre niveau de compréhension de ce que vous lisez ? pas faux alors .

  6. philbeau dit :

    A lire absolument cette dernière édition du toujours excellente Fana de l’aviation , qui fait connaître certainement à beaucoup l’extraordinaire richesse intellectuelle de l’aéronautique française de ces années là , partagée avec d’autres domaines ( énergie nucléaire , transports , industrie ) qui faisait de la France gaullienne un pays exceptionnel . Sujet de réflexion qui ne peut que revenir de manière entêtante sur la question qu’il pose : comment un pays occidental en plein essor peut-il voir ses capacités annihilées par une gestion politique absurde et anti-nationale ? Le cas français .

    • mich dit :

      Le cas francais ? c ‘est très bien de s’ auto flageller , mais pour rester dans le domaine de l’ aviation il n ‘y a pas qu ‘en France que les années 60 ont été exceptionnelles , la compétition a évoluée dorénavant , fini le temps des colonies ,il faudra bien que certains s’y fasse !Même question pour vous ,en quoi notre force nucléaire actuelle doit rougir de celle des années 60 ? vous regrettez la poignée de S2 et S3 ?

      • FredericA dit :

        Bonne remarque mich ! Si on parle du « Cas français », il faut alors aussi parler du « Cas anglais », Canadien, Allemand, etc.
        .
        Si on s’intéresse juste au Cas Anglais, les années 60 on été une mine de projets de chasseurs, bombardiers, appareil civils… qui ont tous terminés aux oubliettes. Au final, les British ont dû s’associer pour fabriquer le Typhoon et prévoit d’acheter 138 F-35 (si les budgets suivent).

        • mich dit :

          Je suis quand même curieux de voir ce que va donner le tempest , en tout cas j ‘aime bien celui de la seconde guerre mondiale !

    • mich dit :

      J’ai oublié d ‘écrire que pour « le fana de l’ aviation  » entièrement d’accord !

  7. Auguste dit :

    Je vais répéter ce que je disais au moment ou Poutine annonçait ses armes extraordinaires.
    Le peu de réactions des Occidentaux,US en premier et de la presse amie,m’ont fait penser qu’ils avaient des biscuits pour y répondre,la France inclue.
    Seul et éternel problème pour la France: elle manque de carburant pour réaliser.

  8. bullnar dit :

    c etait a l epoque ou nous en avions…

    • mich dit :

      Actuellement trois de nos SNLE en patrouille et le couple rafale / asmp-a qui monte nos alertes nuc .Nous en avions ……..c ‘ est cela oui!!!

  9. Prof de physique dit :

    Pourquoi équiper ce missile d’un turbo-réacteur ?
    À cette altitude et à cette vitesse, on commence à pouvoir utiliser un stato-réacteur, domaine développé en France par l’ingénieur Leduc.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Leduc_(avion)
    Extrait :
    « Au début du mois d’avril 1961, on apprend que Nord-Aviation a obtenu un contrat d’études, s’étendant sur une période de l’ordre de deux ans, au bénéfice de l’U.S Air Force et portant sur le combiné turbo-stato. Les techniciens américains avaient suivi avec le plus vif intérêt les travaux de René Leduc puis ceux réalisés sur le Griffon II par Nord-Aviation. Ce contrat représente une charge de travail pour les bureaux d’études de Nord-Aviation mais c’est aussi céder une avance technique dans un domaine où a brillé la France pendant des années. Les ingénieurs de Nord-Aviation ont la possibilité de prolonger leurs recherches, mais au seul profit de l’Amérique qui, à n’en pas douter, saurait en tirer parti à plus ou moins longue échéance. De fait, quelques années plus tard, le stato fut utilisé outre Atlantique sur des missiles. Ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’une technique née en France, sans que l’on sache en évaluer l’importance, était appelée à renaître à l’étranger 3. Nord-Aviation, après quatre contrats successifs passés par l’U.S Air Force pour poursuivre les développements du combiné turbo-stato, définit une chambre de combustion fonctionnant jusqu’à Mach 4, expérimentée dans les installations du Centre d’essais des propulseurs (CEP) de Saclay, en février 1966 4. « 

    • E-Faystos dit :

      Et ainsi vaint au monde les moteurs de l’A12  » char à boeuf ».
      Je n’en rigole pas. Plus depuis les frégates « meules de foin ».
      Se 71 « oiseau noir » ça garde quand même plus la classe.

      • Alpha dit :

        Ouais, bon les frégates « meule de foin », ok, pas très glamour encore faut-il parler le basque…
        Mais le commun des mortels pensera plutôt à la puissante et dangereuse vague mythique du Pays Basque, adorée des surfeurs confirmés ! 🙂

    • Too dit :

      Vous répondez vous même a votre question.
      L’article parle d’un concept abandonné en 1963, vos dates pour l’histoire du strato-réacteur vont de 61 pour le début de l’intérêt Américain à 1966.
      C’était plus ou moins en même temps que ces idées ont jailli, l’un n’étant pas allé plus loin, ce n’est pas étonnant qu’elles n’aient pas été combinées.

  10. lxm dit :

    Depuis qu’on parle des missiles super-rapides des russes, et des chinois qui vont bientôt en faire, un terme me revient sans cesse en mémoire, la MHD, pour MagnétoHydroDynamique, qui permet d’atteindre des vitesses folles, et pourquoi on est en retard, pourquoi on a semble t il ignoré sciemment tout un domaine de recherche, était-ce pour plaire/obéir aux américains ? était-ce par dissuasion réciproque pour justement éviter de fabriquer des missiles trop rapides ? était-ce parce qu’on avait pas les matériaux pour le faire ? Je constate juste que maintenant on est baisé, mais on commence à en avoir l’habitude.

    • E-Faystos dit :

      Les matériaux sont encore à inventer, au même titre que les générateurs.
      Quand on a développé le Griffon II, nord Aviation avait vraiment un prototype intéressant mais l’aluminium ne garantit pas les mêmes performances que le titane ou l’acier inoxydable en terme de résistance.
      Pour un mirage IV, la température était limitée à 120 degré et trente minutes à mach 1,8 était sa limite en supersonique haut.
      Le Concorde faisait mieux, mais aluminium au titane.
      Le Se 71 faisait beaucoup mieux, mais coque full titane, aux panneaux très dessérrés pour affronter la dilatation, altitude très élevée pour éviter le frottement de l’air et surtout ,un plan de vol complexe pour conformer les tôles avant d’entrer dans les paramètres de vol excessifs qui étaient les siens.
      Le seul avion. Haute performance encore en activité, c’est le MiG 25 et 31. Carlingue en acier inox, soudée, énormes monteur et énormes réservoirs.

      • lxm dit :

        J’avais entendu que pour le sr71, la cia avait créé une société écran pour importer le titane d’urss, plus gros producteur au monde, vu qu’il n’y en avait pas assez à l’époque aux usa

  11. Yannick dit :

    Les États-Unis (a priori ils auraient réussi un tir il y a peu) et la France n’ont pas réussi et vous pensez que la Russie auraient réussi, là où les lois de la physique et de l’aérodynamique disent que ce n’est pas possible, imaginez la puissance nécessaire pour manœuvrer un engin en vitesse hypersonique dans l’atmosphère.
    Voici un article très intéressant qui permet d’arrêter de fantasmer sur les missiles hypersoniques.

  12. Yannick dit :

    Les États-Unis (a priori ils auraient réussi un tir il y a peu) et la France n’ont pas réussi et vous pensez que la Russie auraient réussi, là où les lois de la physique et de l’aérodynamique disent que ce n’est pas possible, imaginez la puissance nécessaire pour manœuvrer un engin en vitesse hypersonique dans l’atmosphère.
    Voici un article très intéressant qui permet d’arrêter de fantasmer sur les missiles hypersoniques.
    https://www.pourlascience.fr/sd/technologie/les-promesses-exagerees-des-missiles-hypersoniques-23620.php

  13. Vachefolle dit :

    Plutôt que de vouloir monter en dissuasion en France avec un drone bombardier neuron+ qui allongerait la portée, ou un autre hypersonique il faudrait vraiment réfléchir avec les allemands sur un bouclier anti missile contre ces armes. Dans une optique nouvelle guerre froide, il faut redémarrer le concept de Reagan. Obliger la Russie ou autre à monter en gamme/nombre de missiles si ils veulent taper qqpart

    • E-Faystos dit :

      Les Allemands ne veulent rien d’autres qu’un an de charge pour leurs entreprises.
      Travailler ben coopération signifie 50% des frais, et 90+ des retombées.
      On fait SAM-P avec les Italiens, il faut poursuivre.

  14. Rocher dit :

    Merci pour ce retour sur le Fana Opex 360 ! Le Fana vous réserve d’autres sujets sur le même thème. A suivre ! Bon vol à vous !

  15. AFMC98000 dit :

    Si l’Iran avait la possibilité de raser Israël ce serait déjà fait et ce serzit la fête pour tous les musulmans du Monde… La haine profonde des mollahs de l’Iran pour Israël est constante depuis qu’ils dirigent le pays. Je suppose que bien d’autres pays islamiques les aideraient si étaient capables de le faire.

    • Dolgan dit :

      Sauf si raser Israël implique de voir leur pays rasé. C’est tout le problème.

  16. Gaulois78 dit :

    @Bismuth
    Vous avez bien raison mon brave monsieur…
    C’est pas avec nos Mirage 5 et 1 que l’on va pouvoir tenir tête au SU-57, J31, TFX, quand au fameux Rafale dont on nous vante les performances on attend toujours de le voir en action…

    • Paul Bismuth dit :

      @ Gaulois78
      Le Rafale, mon cher, si vous saviez le soulagement non dissimulé sur la base aérienne 113 de Saint Dizier quand Hollandouille a annulé la mission vers la Syrie, parce que laché par Obama, 10 minutes après le départ des avions…

      Vous sauriez que faire les marioles en OPEX, c’est bien, du moment qu’il n’y a pas de vraie défense sol-air!