L’US Army cherche un successeur au missile anti-aérien portable FIM-92 Stinger

Au début des années 2000, l’US Army décidé de dissoudre ses unités anti-aériennes [dites SHORAD, pour Short Range Air Defense], considérant que ses troupes allaient être beaucoup moins [voire pas du tout] exposées aux menaces aériennes étant donné que la perspective d’un engagement de haute intensité s’était éloignée avec la fin de la Guerre Froide. Ce qui s’est vérifié par la suite, l’accent ayant été mis sur la contre-insurrection et le contre-terrorisme, comme en Afghanistan et en Irak.

L’annexion de la Crimée par la Russie et le début du conflit du Donbass [sud-est de l’Ukraine], en 2014, ainsi que l’apparition de la menace des drones, ont conduit l’US Army à revoir ses plans… et donc à s’intéresser de nouveau aux capacités anti-aériennes afin de protéger les manoeuvres de ses unités dites de mêlée. Ce qui s’est traduit par le déstockage de 72 systèmes Avenger, dotés de FIM-92 « Stinger », le fameux système de missile anti-aérien portable [MANPADS, pour Man-portable air-defense systems] et par le lancement du programme M-SHORAD [Maneuver Short-Range Air Defense].

Dans le cadre de celui-ci, General Dynamics Land Systems [GDLS] a obtenu un contrat de 230 millions de dollars pour modifier 28 véhicules blindés Stryker en leur ajoutant un module de mission fourni par Leonardo DRS, un canon XM914 de 30 mmn une mitrailleuse M240 de 7,63 mm, deux missiles antichars Hellfire et… quatre missiles Stinger.

Outre le M-SHORAD, l’US Army développe actuellement le DE M-SHORAD [Directed Energy Maneuver-Short Range Air Defence], c’est à dire un véhicule Stryker équipé d’un système laser de 50 kilowatts.

Cela étant, un troisième projet en matière de capacité anti-aérienne de courte portée vient d’être lancé par l’US Army. Appelé SHORAD Increment 3, il vise à mettre au point le successeur du FIM-92 Stinger, dont la conception remonte aux années 1970.

Pour rappel, le Stinger est de type « tire et oublie » [ou « fire and forget »], c’est à dire qu’il se dirige seul vers sa cible grâce à son autodirecteur infrarouge passif. Après avoir fait la preuve de son efficacité [notamment en Afghanistan, les États-Unis en ayant livré aux « moujahidines » qui combattaient alors l’Armée Rouge], deux nouvelles variantes ont été développées : celle dite POST [Passive Optical Seeker Technique], qui améliore sa capacité à atteindre un aéronef volant à basse altitude malgré les leurres thermiques, et celle dite RMP qui, reposant sur un microprocesseur reprogrammable, dispose d’un système d’identification ami ou ennemi [IFF] et affiche de meilleures performances face aux contre-mesures.

Cela étant, et même s’il est encore efficace, comme semble en témoigner l’usage qui en est par les forces ukraniennes face à l’aviation de combat russe, l’US Army a donc publié une demande d’informations à l’intention de l’industrie pour développer un missile de défense aérienne à courte portée de nouvelle génération. Une enveloppe de 1,5 million de dollars a été prévue à cette fin.

Pour justifier ce nouveau programme, l’US Army explique qu’elle souhaite disposer d’un nouveau missile sol-air permettant une meilleure « acquisition de la cible » et doté d’une portée plus longue et d’une létalité accrue. En outre, le successeur du Stinger devra également être doté d’une « fusée de proximité » [PROX, pour Proximity Fuze] pour éliminer les drones.

Selon sa demande d’informations, l’US Army prévoit de commencer les travaux de conception et de développement à partir de 2023, avec l’objectif de mener les premières démonstrations avec des prototypes dès l’année suivante. Les livraisons du successeur du Stinger devraient commencer en 2027.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. Sorensen dit :

    Ils devraient s’intéresser à la nouvelle alliance Diehl Defence et Hensoldt

  2. Carin dit :

    Nos amis américains veulent faire d’une pierre 2 coups. Ils sont conscient que certains stinger vont finir entre les mains des russes, et donc que ces derniers vont faire le nécessaire pour les contrer…
    Comme Washington compte bien en donner des milliers aux ukrainiens, il faut lancer le plus tôt possible sont très futur remplaçant. C’est nos amis anglais qui vont devoir s’assoir sur leur tout dernier missile à pointes de tungstène, car au hasard de la guerre les russes l’auront également en mains.. et qui dit russe, dit forcément chinois!!

    • Stoltenberg dit :

      1. Le Stinger n’est plus fabriqué depuis des années. Et lest stocks s’amenuisent beaucoup plus vite que prévu.
      2. Ce genre des systèmes sont soumis aux règles de contrôle concernant l’export au vu des traités de non-prolifération. Donc je suppose que, pour ce qui a été livré, il s’agit, soit des systèmes plus anciens (ce qui a été confirmé pour le Javelin et est forcément vrai pour le Stinger), soit des systèmes adaptés à l’export.
      3. Les Russes ont déjà saisi des exemplaires des Grom (prédécesseur du Piorun) en Géorgie (c’était avant les traités de non-prolifération) et n’ont jamais sorti quoi que ce soit de mieux (9K333).

    • Abel dit :

      @carin, le stinger n’a plus de secret pour les rusees depuis les années 80, ils en avaient récupérés et démontés et la seul parade qu’ils avaient trouvé était de décoller et atterrir en spirale et ainsi avoir assez d’altitude pour échapper aux stingers

  3. Carin dit :

    Et pour les fans d’engins chenillés, vous remarquez que 90% des véhicules que l’on voit son montés sur roues?

  4. Hermes dit :

    Et nous, sur le Mistral et les CROTALES on a prévu d’avancer vers du nouveau ?
    .
    Le MISTRAL peut encore patienter un peu, mais le CROTALE il mériterait un nouvel héritier non ?

    • Thierry dit :

      Les minions à Macron via leur startup vont se ruer sur le programme de remplacement du mistral et Crotales par un stylo lance fusée d’une portée de 2 mètre et dont la tête explosive est capable de faire un cratère de 3cm dans une plaque de beurre molle.

      Coût de fabrication : 7,5 euros
      prix de vente à l’armée française : 3 millions d’euros par missile

    • ALsur dit :

      on a encore des crotales ( en dehors de ceux monter sur FLF et encore c,’est bientôt la fin ) ?

    • john dit :

      Non, rien de prévu. Le Mistral III sera intégré au Tigre, c’est une version modernisée.
      Et c’est un vrai problème en air-air, le taux de réussite du guidage IR est de moins en moins bon, alors qu’il n’y a pas de solution technique pour perturber les missiles guidés laser comme les RBS 70 suédois ou Starstreak anglais.

      Pour les Crotales, il n’y a rien de prévu. Par contre, il n’y a pas de raison de les remplacer, ils ont justement la qualité d’être des missiles guidés de la même manière que les RBS et Starstreak. (command to line-of-sight guidance).
      Par contre, ce qu’il faudrait, c’est des batteries supplémentaires, et aussi une capacité intermédiaire entre Crotale et Aster.
      Et en plus il faudrait un missile anti icbm, et le Aster n’est pas vraiment conçu pour cette mission.

    • Carin dit :

      @Hermes
      Je crois que le futur crotale s’appelle Mica NG…

    • v_atekor dit :

      Mica NG.
      .
      Mais ca n’est pas la même classe que les stinger : 15kg pour le stinger contre 112 pour le mica, par contre le mica fait le ménage à 80km contre 5km pour le missile US.

  5. Dolgan dit :

    2027 c’est un délai bien court amha.

    • Stoltenberg dit :

      Je pense qu’ils vont devoir le raccourcir. Ou bien avoir recours à une solution intermédiaire.

      • Dolgan dit :

        Ils parlent développement avec un délai proche d’un achat sur étagère. Ils ont sans doute déjà une bonne idée du missile qu’ils vont acheter.

  6. Twouan dit :

    Il doit manquer 3 zeros a la facture.
    Plus serieusement, plus loin, plus lethal c’est le Nasraam. Et puis plus plus, c est aussi plus cher et avec les drones c’est deja souvent trop cher.
    Je trouve que le royaume uni a une solution interessante (starstreak), c’est sur que ce n’est pas la plus simple d’emploi mais elle sert a tout. Et pour un equipement de fantassin, c’est important.

  7. Bricoleur dit :

    Avec tous ces « manpads » dans les mains des Ukrainiens, on peut constater que les « brillants » hélicoptères russes ont déserté le ciel. Où sont les « merveilleux » MI 24 ? En creux, on peut se demander s’il est bien opportun de continuer à croire aux capacités de survie de nos TIGRE et futurs H 160 GUEPARD très couteux. Se doter de milliers de drones armés bon marché type Bayraktar paraît une solution plus … pérenne.

    • Nike dit :

      Ca dépend de la doctrine d’emploi des hélicoptères. Cela dit le retex peut effectivement modifier la doctrine d’emploi.
      Mais sauf erreur de ma part, la doctrine d’emploi prend déjà en compte cet élément qui n’est pas nouveau. Ce qui est surprenant c’est que cela semble n’avoir pas été anticipé par les Russes.

      • Dolgan dit :

        Et globalement, on a vu les hélicoptères des deux champs rendre de précieux services.

    • Rémi dit :

      Un mois de combat, on sait à peine ce qui se passe et vous avez déjá le RETEX? J’admire.

    • Stoltenberg dit :

      Certains spécialistes estiment que l’arrivée des drones va avoir une influence négative sur l’intérêt des hélicoptères d’attaque. Cependant, en ce qui concerne les manpads tout dépend des caractéristiques techniques, et de la conception tactique et stratégique.
      Technologie : tous les systèmes d’avertissement et de protection
      Tactique : la manière de les utiliser pour minimiser les risques
      Stratégique : le fait de frapper l’ennemi en profondeur avec plusieurs types de moyens (artillerie, aviation, voire marine et cyber) afin que ces manpads, ainsi que les missiles, batteries ou supports ne puissent même pas arriver sur le front.

      • Dolgan dit :

        Les drones sont encore loin d avoir le volume de feu d un hélicoptère. Et pour du CAS, un appareil habité c’est une grosse plus value.

    • Carin dit :

      @Bricoleur
      Si vous regardez toutes les images ou les hélicos russes se font shooter, vous remarquerez qu’aucun n’est équipés de leurres thermiques, et de ce fait, il n’est pas interdit de penser qu’ils n’ont pas non plus de système de contremesures électroniques…

      • Dolgan dit :

        Ils sont équipés de leurres thermiques et en font usage intensément en préventif.

        Une possibilité est que ceux qui finissent abattu en vidéo sont ceux qui ont consommé tous leurs leurres thermiques.

    • Patatra dit :

      Bricoleur, les shoots d’hélicoptères en stationnaire en dehors de toute protection de relief ou forêt ou bâtiments est ce qui passe à la télé.

      Pas de masses de shoot d’hélicoptères arrivant en radada dans le couvert et qui lâche une salve en loft avant de partir.

      Après c’est la guerre… Il faut sortir de cette logique zéro mort grâce à un super matos. Des apaches, des tigres, ils en tomberaient aussi… quelques soit la doctrine d’emploi.

      Pour faire un parallèle, les fameux A10 si redoutables, si bien construits, blindés, redondants, rustiques, étaient destinés à tous disparaitre dans le cadre d’un conflit de haute intensité contre le bloc soviétique.

      • reality dit :

        Vous avez bien résumé, pour Poutine ce ne sont pas les pertes car elles sont obligatoires et seront forcement moindre par rapport aux pertes ukrainiennes. A Marioupol c’est Poutine qui règne et les mercenaires encerclés et sans ravitaillement ni eau ni nourriture se rendent comme des rats d’égouts. Kiokiokio. Vous savee Poutine ne fait pas de bruit comme le comedien de Zelensky. Il faut le craindre. Ce que certains ici ne comprennent pas c’est que Poutine ne peut pas perdre cette guerre. En cas d’echec Poutine rayer l’Ukraine de la surface du globe et nul n’osera bouger comme à Nagasaki et Hiroshima. Ne pousser pas l’Ukraine à la guerre.

  8. Bricoleur dit :

    Les défenseurs de l’hélico d’attaque écrivent en nombre. Tant mieux s’ils sont dans le vrai sachant que nous disposons d’excellentes machines ( mais en quantité bien faible …) et de pilotes bien formés. Cependant, il reste à comprendre pourquoi les MI 24 russes paraissenr très peu employés en Ukraine. Difficile de croire que ce n’est pas par crainte des « manpads »

  9. reality dit :

    Vous avez bien résumé, pour Poutine ce ne sont pas les pertes car elles sont obligatoires et seront forcement moindre par rapport aux pertes ukrainiennes. A Marioupol c’est Poutine qui règne et les mercenaires encerclés et sans ravitaillement ni eau ni nourriture se rendent comme des rats d’égouts. Kiokiokio. Vous savee Poutine ne fait pas de bruit comme le comedien de Zelensky. Il faut le craindre. Ce que certains ici ne comprennent pas c’est que Poutine ne peut pas perdre cette guerre. En cas d’echec Poutine rayer l’Ukraine de la surface du globe et nul n’osera bouger comme à Nagasaki et Hiroshima. Ne pousser pas l’Ukraine à la guerre.