L’Italie veut porter le niveau de ses dépenses militaires à 2% du PIB en 2028

Troisième économie de l’Union européenne [UE], l’Italie dut imposer une diète budgétaire sévère à ses forces armées à partir de 2012, soit au moment de la crise de la dette. Pour le président du Conseil, qui était alors Mario Monti, l’enjeu était de réaliser au moins 20 milliards d’euros d’économies dans les deux années à venir… Et le budget militaire fut donc largement mis à contribution pour tenir cet objectif.

En 2015, selon les chiffres de l’Otan, les dépenses militaires italiennes s’élevèrent à 17,6 milliards d’euros. Puis elles augmentèrent significativement par la suite, pour s’établir à un peu plus de 20 milliards d’euros en 2016. Un nouvel effort important fut consenti à partir de 2020, le budget des forces transalpines ayant fini par dépasser la barre des 26 milliards d’euros.

Et cela alors que la situation politique ne s’y prêtait pas forcément, la coalition gouvernementale dirigée par Mario Draghi devant faire avec les différentes sensibilités qui la composent, certaines, comme celle incarnée par le Mouvement Cinq Étoiles [située à gauche], n’étant pas forcément favorables à une hausse aussi élevée des dépenses militaires.

Quoi qu’il en soit, l’effort de défense de l’Italie a atteint 1,4% de son PIB en 2021 [soit 28,3 milliards d’euros]. Ce qui lui permet de lancer et de financer de nombreux programmes, comme la construction du porte-aéronefs Trieste, l’achat d’avions de combat F-35, la participation au projet Tempest, les études relatives à deux nouveaux « Cacciatorpediniere » [ou « destroyers »] ou bien encore le renouvellement des blindés médians.

Pour autant, cela s’avère encore insuffisant pour atteindre l’objectif consistant à porter les dépenses militaires à 2% du PIB d’ici à 2024. Objectif auquel a adhéré l’Italie lors du sommet de l’Otan organisé à Newport [Royaume-Uni] en 2014, soit après l’annexion de la Crimée par la Russie.

Si, après avoir longtemps traîné les pieds, l’Allemagne a fini par consentir à faire un effort significatif pour ses forces armées après l’invasion de l’Ukraine par la Russie [avec un fonds spécial de 100 milliards d’euros et un budget militaire d’un montant supérier à 2% du PIB], l’Italie s’apprête à en faire de même… Mais d’ici à 2028.

Ainsi, le 30 mars, la majorité qui soutient le gouvernement de M. Draghi a fini par se mettre d’accord sur une trajectoire financière visant à atteindre l’objectif souscrit par Rome dans le cadre de l’Otan. Mais au prix d’une concession au Mouvement Cinq Étoiles, qui a en effet obtenu que les dépenses militaires italiennes soient portés à 2% du PIB en 2028, et non en 2024. À cette échéance, les forces armées transalpines devraient bénéficier d’un budget annuel supérieur d’environ 12 milliards d’euros par rapport à celui de 2022.

Cela étant, tout ceci est à mettre au conditionnel… étant donné que nul ne sait quelle sera la coalition gouvernementale qui dirigera l’Italie d’ici-là. En attendant, cette hausse des dépenses militaires à2% du PIB n’est pas soutenue par l’opinion publique italienne. Selon un sondage publié le 29 mars par TgLa7, seulement 34% des personnes interrogées y sont favorables, contre 54% qui estiment qu’un tel effort n’est pas nécessaire.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

57 contributions

  1. Barfly dit :

    En 2028, la troisième guerre mondiale sera finit. Toutes ses prévisions sur les budgets sont bidons.

    • Bob dit :

      C’est bien probable. En tout cas ça travaille du monde au Vatican.
      Entre la Prophétie des papes et le 3ème Secret de Fatima, l’année 2027 est proposée pour la destruction de Rome.

    • Dolgan dit :

      Marrant. Tous les ans depuis 80 ans, on nous l annonce imminente. Pourtant on l attend toujours.

  2. vrai_chasseur dit :

    En UE, Il ne reste plus que les Pays-Bas à ne pas avoir encore décidé -officiellement- d’augmenter son budget défense.
    Et aussi la France, pour l’après – LPM actuelle. On attendra le résultat des élections.

    Le programme SCAF semble par ailleurs avancer.
    L’un des gros points de blocage entre les 2 industriels Dassault et Airbus, vient d’être débloqué : il s’agissait de la maitrise d’oeuvre des commandes de vol du NGF.
    Airbus a accepté la maitrise d’oeuvre de Dassault. Les commandes de vol du futur démonstrateur NGF seront basées sur celles, très performantes, que Dassault a mis sur son Falcon 10, ce que Dassault proposait depuis longtemps.

    • philbeau dit :

      Hélas il y d’autres points de blocage , qui relèvent d’un plus haut niveau de cette « coopération » forcée par le politique . Et qui conditionnent quelque part l’avenir de Dassault face à Airbus defence : le rêve caressé dans certains milieux européistes fanatiques d’une fusion , i.e absorption . Vous remarquerez que le dossier n’avance pas , après cette déclaration .

    • Sorensen dit :

      Vous racontez n’importe quoi. Le partage des tâches est contractuel. Il n’est pas modifiable. C’est sur le management qu’il y a mésentente.

      • tschok dit :

        @Sorensen,

        Ben justement.

        Le management peut vider de sa substance le contractuel, ce qui était précisément expliqué par Trappier, qui constatait que le contractuel plaçait la France, avec Dassault, en position de maitre d’oeuvre, ce qu’Airbus contestait en permanence en proposant un management du projet qui revenait à priver cette maitrise d’oeuvre de sa réalité industrielle (en droit elle existe, dans les faits elle n’existe plus).

        D’une certaine façon, vous mettez le doigt sur le coeur du problème…

        Sinon, content d’apprendre qu’il a été réglé. Reste à lever l’hypothèque du « Bundestag frei » (liberté pour la France d’exporter le SCAF sans autorisation du Bundestag).

        Le SCAF doit être ITAR free et Bundestag frei, sinon, puits à emmerdements en perspective.

        • Sorensen dit :

          Non il ne peut pas. Airbus n’a jamais remis en cause la position de Dassault une fois que la chancellerie a fait son choix. Rien n’a été réglé, puisqu’il n’y a aucun problème sur le sujet. Si Dassault n’a pas suffisamment confiance en elle pour pour confronter sa technologie à celle d’Airbus c’est son problème.
          Maître d’œuvre -/- Maître d’ouvrage. Le maître d’ouvrage finit toujours par l’emporter, ce n’est pas nouveau, Dassault savait parfaitement où elle mettait les pieds.

    • domapl dit :

      @vrai_chasseur,
      Je suis curieux de connaitre les liens qui vous permettent d’affirmer vos dires……

      Pour ma part je ne vois pas l’intérêt de faire un zinc de combat commun avec les boulons !

      Ils n’ont pas de PA, pas de bombe nuk compatible et ne font pas d’opex !!!

      Qu’est-ce qu’on branle avec ces zigs !??

      • tschok dit :

        @dompal,

        « Qu’est-ce qu’on branle avec ces zigs !?? »

        Rien que vous puissiez comprendre. Ca fait des années qu’on en parle, si vous n’avez toujours pas compris les enjeux, les raisons, les objectifs, etc, c’est râpé.

        Considérez que la réponse à votre question est une énigme insoluble. Un mystère absolu. Comme la survie de l’âme après la mort, l’existence de Dieu, l’infinité de l’univers, le sens de la vie, etc.

        C’est fini pour vous. Peut-être que dans une autre existence vous comprendrez, mais dans celle que vous vivez actuellement, vous avez fait le maximum de ce que vous pouviez faire et ça n’a rien donné, donc c’est plié.

        C’est ainsi. Ce truc restera inexplicable. Comme la transsubstantiation au moment de la messe. Et ça empêche pas d’aller à la messe de ne rien entraver. Demandez aux cathos, ça fait 2.000 ans qu’ils entravent que dalle et ils sont heureux. Ils appellent même ça la félicité, voire la béatitude.

        Donc, vous voilà bienheureux. Elle est pas belle la vie? Hein?

        (chuis sincère, les gens se mettent la rate au court bouillon en se disant « faut que je comprenne tout ce qui se passe », mais non en fait, on n’est pas obligé, et il y a plein de trucs qu’on ne comprendra jamais et ça empêche pas la Terre de tourner)

        • Twartagl à la récré dit :

          Toujours aussi bavasseux, ce tschok.
          Et inutile : il y a des commentateurs qui réfléchissent et d’autres qui ne réfléchissent pas.
          Cette seconde attitude est la plus confortable : c’est celle que tschok a choisie.

          • tschok dit :

            Ben quoi, j’essaye de le réconforter.

            C’est une vraie question philosophique: est-ce qu’on a vraiment besoin de tout comprendre?

            Est-ce que vous avez vraiment besoin de comprendre pourquoi l’huile et le vinaigre ne sont pas miscibles pour faire une vinaigrette?

  3. philbeau dit :

    Ce qu’il y a de bien avec les chiffres , c’est qu’ils permettent aux politiques de s’exonérer de leurs responsabilités en tant que dirigeants . 2 % en soit ça ne veut pas dire grand-chose si il n’y a pas un esprit national tourné vers la défense du pays . Cette volonté ne va pas de soi dans le monde occidental actuel , qui privilégie le bien-être matériel , l’intéret personnel , et fait peu de cas d’un consensus réel , au-delà des paroles , des citoyens comme acteurs de cette défense. On a ainsi des pays riches comme l’Allemagne ou les Pays-Bas affichant des forces armées ridiculement hors d’état de fonctionner , ainsi que l’avouait piteusement dernièrement le chef de l’aviation allemande . Comme pour toute action de gouvernement , les politiques se retranchent sur des bilans chiffrés qui ne prouvent aucune efficacité objective . Il sera difficile , et cela est-il encore du domaine du possible , de réarmer moralement les pays européens .

    • tschok dit :

      @philbeau,

      Le truc, c’est qu’à la guerre comme dans la vie vous faites avec le monde tel qu’il est, et pas avec une société idéale peuplée de gens parfaits.

      Donc, il faut prendre les sociétés européennes telles qu’elles sont, avec des patriotes, des collabos pro-russes, des individualistes, des altruistes, des pacifistes, des bellicistes, des vertueux, des vicieux, des jouisseurs, des ascètes, des épicuriens, des rêveurs, des réacs, des dépressifs, des drogués, des fashion victims, des intellos, des abrutis, des bobos, des laborieux, des contestataires, des conformistes, des complotistes, etc.

      Vous, vous êtes marqué par le décadentisme. Quand vous parlez de la société française en particulier, et des sociétés occidentales en général, vous les décrivez toujours comme des sociétés d’individualistes matérialistes et jouisseurs qui se vautrent dans le stupre et la fornication, ce qui les conduit sur les chemins du vice vers une décadence inéluctable.

      On sent que vous avez été élevé par les curés. Après vos sermons, aux accents de révolution nationale, on a toujours envie de se flinguer.

      Bon, c’est votre droit, je dis pas le contraire. Mais c’est quand même extraordinairement réducteur.

      Et puis surtout, le truc qui est chiant, c’est que ça subordonne toute amélioration de la situation à une sorte de révolution morale, qui est posée comme un préalable indispensable.

      En fait, vous êtes un révolutionnaire: pour vous, la société ne peut s’améliorer que si on la transforme profondément pour faire naitre un homme nouveau, enfin digne de son destin. Enfin à la hauteur de tous les espoirs qu’on place en lui.

      C’est l’idée selon laquelle le progrès humain est subordonné à une révolution que précède souvent un « réarmement moral » que les gens comme vous désirent comme un bien, et qui est conçu comme une condition de possibilité de la véritable transformation de l’homme en quelque chose de parfait.

      Alors qu’en réalité il faut faire avec l’humanité telle qu’elle est, donc arrêter de râler en permanence contre les gens parce qu’ils ne sont pas conformes à l’idéal d’humanité qu’on projette en eux. Tu parles! Si vous croyez qu’on se lave toujours les mains après avoir pissé…

      Donc, oui effectivement les gens sont un peu merdoyeux. Oui les hommes politiques sont un peu merdoyeux. Oui tout cela n’est pas toujours extraordinairement brillant. Oui les chiffres sont truqués et quand ils ne le sont pas ils sont absurdes. Oui les Allemands et les Néerlandais sont des gens ridicules, pitoyables et pleutres, puisque vous le dites. Mais on va se démerder avec et vous allez voir, on va progresser.

      Donc, ici, on voit que les Italiens passent en mode 2%. On arrête de râler et de déverser notre bile sur le monde et on dit « ok, c’est plutôt une bonne nouvelle, non? ».

      Allez, courage, essayez. Repeat after me: c’est plutôt une bonne nouvelle, non?

      Oui, je sais, ça vous râpe la langue. Mais essayez encore. Il suffit juste d’oublier pendant 5 secondes que vous êtes un Français qui passe son temps à geindre. Si vous y parvenez, vous verrez que votre langue et vos lèvres savent encore prononcer les mots « bonne nouvelle ».

      C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Notre corps s’en souvient même si l’esprit a oublié. Après quarante ans de lepénisme, c’est normal, vous êtes un peu rouillé, rien de grave, ça va revenir vous allez voir.

  4. précision dit :

    Hélas ! Encore un pays qui
    – n’est pas sérieusement menacé,
    – s’entend bien avec ses voisins,
    – n’a même pas de territoire outre mer à défendre
    – courtise les investissements chinois et est un acteur des routes de la soie, donc n’est pas particulièrement rival de la Chine.
    – a des relations raisonnablement cordiales avec la Russie (dont l’armée est de toute façon loin de faire des prouesses actuellement et qui est en train de perdre une partie significative de son matériel … ou de ses capacités d’investissement)
    – a des relations raisonnablement cordiales avec la Turquie

    et qui malgré tout s’enfonce dans la course aux armements.
    Jaurès réveille toi, ils sont devenus fous !

    • mich dit :

      L ‘ Italie s ‘enfonce dans la course aux armements ! c ‘est quoi pour vous le cout qu ‘un pays comme l’ Italie doit consacré à sa défense ? que dires des pays que vous citez et d’autres en méditerranée ?Jaurès était pour une France moins armé que ses voisins ?mais bon , il reste le parapluie au cas ou il pleuve trop fort , l’ Europe à l’ habitude .

    • précision dit :

      Et merci (ou bravo) à M. Lagneau pour avoir conclu son article en mentionnant les souhaits de l’opinion publique.
      Les médias ont trop souvent tendance à négliger qu’en démocratie le choix du peuple prime sur les recommandations de telle ou telle organisation militaire. Même si un sondage n’est qu’un sondage, le mettre ainsi en avant sur un blog de défense est, je trouve, tout à son honneur.

    • précision dit :

      Pour être tout à fait franc, j’aurais été moins enthousiaste si le sondage avait dit l’inverse. J’aurais probablement considéré que le peuple ferait un mauvais choix à cause d’un manque d’information ou d’une campagne médiatique belliciste. Donc mon enthousiasme est en partie du à ce que ce sondage peut être interprété comme l’attachement du peuple italien à la paix.

      Mais si mes remerciements ne m’ont rien coûté, cela n’ôte rien à mon souhait de tirer globalement mon chapeau à tous ceux qui ont l’honnêteté de mettre en avant des faits contraires à leurs intérêts ou opinions (présumées ou réelles).

    • vrai_chasseur dit :

      @precision
      C’est, avec la Grèce, la porte sud de l’Europe. Si le Sahel brûle, ou le Moyen-Orient devient encore plus instable qu’il n’est aujourd’hui, ils seront (ils sont déjà) concernés en premier.
      Le simple facteur des flux migratoires est là pour le leur rappeler tous les matins.

      • précision dit :

        Cet argument ne me semble pas pertinent. Les augmentations de budget militaire n’ont pas grand chose à voir avec les migrations, car

        – les budgets militaires ne contribuent pas significativement à développer les économies du Sahel, donc tant qu’il y aura un différentiel important de niveau de vie avec l’Europe une grande partie de ces populations souhaitera émigrer vers l’Europe. On prétend parfois qu’ils contribuent à stabiliser la situation (ce qui est possible mais discutable) mais lorsque l’économie de ces pays ne suit pas, il me semble qu’il n’y a pas de progrès notable. Donc cet argent n’est pas la meilleur façon de stabiliser ces pays (ou dissuader les départs, selon le point de vue)
        – En fait il est discutable d’affirmer que maintenir l’hégémonie militaire occidentale aide la stabilité au Moyen-Orient. Je suis persuadé qu’en dépensant ces énormes budgets dans le développement on pourrait stabiliser bien plus efficacement. Ce n’est sans doute pas démontrable. Le contraire non plus.
        – les équipements militaires sont médiocrement adaptés au contrôle des migrants une fois qu’ils sont partis vers l’Europe. Ce n’est pas vraiment la mission de l’armée. Et il n’y a pas la volonté politique pour barricader l’Europe et stopper l’arrivée de migrants illégaux. Il y a surtout la volonté politique de ne pas faire de vague et donner l’impression d’agir.
        – Enfin, c’est un détail, mais si c’est un point d’entrée important avec la Grèce, ce ne sont pas les seuls : l’Espagne aussi, entre autres.

        • tschok dit :

          @précision,

          Je suis d’accord avec vous sur le fond: l’emploi de la force armée est inadaptée à la gestion et, encore moins, à la maitrise des flux migratoires.

          Mais, peut-être que ce que voulais dire vrai_chasseur, est d’un autre ordre: les flux migratoires sont un mode de perception de la menace.

          Si vous regardez les flux migratoires brutaux (ceux qui prennent la forme d’un exode massif) que nous avons connus dernièrement, ils sont tous associés à la guerre.

          Donc, on fait l’association guerre = flux migratoires

          Dès lors, et j’en reviens à mon énoncé initial, on en vient à penser que l’emploi de la force armée est un mode de gestion des flux migratoires, d’autant qu’en interne, nous associons volontiers immigration et troubles à l’ordre public dans les banlieues, et d’une façon générale, immigration et délinquance ou fraude.

          Ce qui nous amène en France à une autre égalité:

          Guerre civile = flux migratoires

          Alors qu’en réalité, l’objectif des 2 points de PIB consacrés à la défense n’est absolument pas lié à tout cela. Il a une autre historicité. C’est une demande des Américains qui estiment assumer 70% du poids financier de la défense européenne.

          Cette demande reçoit l’accord progressif des Etats européens qui prennent doucement conscience que pour se dégager de la tutelle stratégique des Etats-Unis, afin d’acquérir un minimum d’autonomie stratégique, il faut commencer par payer par nous-mêmes pour notre propre défense.

          Là où on voit que le sondage italien est intéressant, c’est que cette idée est loin de faire consensus au sein même de la population.

          • précision dit :

            Nous sommes presque d’accord là dessus.
            Je corrigerais de façon mineure votre équation.

            Guerre civile => Flux migratoire.

            Un lien d’implication et non d’égalité. Une guerre civile implique et encourage des flux migratoires, et on peut préciser que l’Europe n’en reçoit d’ailleurs qu’une petite partie. Les pays voisins , moins riche que l’Europe, accueillant (et dans certains cas exploitant) souvent la plupart des réfugiés (Liban, Turquie, par exemple).

            Mais beaucoup de flux migratoires sont motivés non par la guerre (ou pas directement, dans la mesure où beaucoup de pays ont pu connaître la guerre à un moment ou un autre) mais par la différence de niveau de vie. Le cas de la Lybie est emblématique: la majorité des réfugiés non-lybiens passant par la Lybie migrent pour des raisons économiques (source: rapport UNHCR). Ce que la guerre civile en Lybie a changé c’est que Kadhafi bloquait contre finances les flux de migrants. Il me semble que c’est un des principes majeurs de la gestion des migrations encore à l’heure actuelle : l’Europe passe de manière assez discrète des accords avec les pays de départ ou de transit pour qu’ils limitent les flux, même si cela se fait peut-être plus par des quotas de visas que par des sous comme avec Kadhafi…

          • précision dit :

            Je partage pour l’essentiel votre avis sur l’origine de ces hausses de budgets, mais je préciserais:
            – demande américaine (à travers l’OTAN) qu’on dépense plus dans les armes
            – volonté d’autonomie d’états européens (face aux US), en se ménageant une capacité à agir presque seuls et en aidant l’industrie de défense européenne face aux US et autres compétiteurs hors UE.
            Mais aussi paradoxalement :
            – volonté des pays européens de soutenir leur industrie de défense face à la compétition européenne. La consolidation (fusion et extinction des plus faibles) des industries de défenses européennes étant très probable face à des coûts croissants et à une intégration européenne croissante. Les modalités de financement des projets européens font que les pays ont intérêt à développer par eux-même des champions locaux pour pouvoir recevoir des fonds complémentaires de l’Europe.

            Sauf que je ne suis pas convaincu de la justification de ces dépenses:
            – parce-que les dépenses pourraient être engagées dans des domaines plus utiles à l’humanité et même à la population européenne.
            – parce-qu’il n’y a pas de menace d’offensive sur l’Europe occidentale et que je ne suis pas persuadé que la course aux armements atténue les menaces sur nos intérêts. En fait je crains qu’elle fasse partie du problème plus que de la solution.
            – parce-que ces questions d’autonomie me semblent assez illusoires. Le petit jeu de la compétition intra-européenne n’a pour le moment pas donné des résultats très probants à l’international. Et , même si on suppose que les relations entre états de la planète s’inscrivent dans une perspective de concurrence plutôt que de répartition.
            – La demande de l’OTAN me semble plus ou moins un prétexte car collectivement les pays européens n’auraient aucune peine à y opposer une fin de non-recevoir, sans qu’il n’y ait de conséquence sérieuse. Même individuellement, il me semble que la principale conséquence serait une perte d’influence de l’état considéré au sein de l’OTAN. Mais je ne pense pas que x communiqués de responsables militaires se gargarisant d’avoir obtenu tel ou telle responsabilité dans l’OTAN (postes, participation aux manoeuvres) change beaucoup le quotidien des français.

    • Dolgan dit :

      2% on est loin de la course aux armements . Et on verra ce qu’il en restera dans 5ans.

      • précision dit :

        2% du PIB c’est en fait beaucoup, cela représente une grosse partie du budget de l’état qui n’est naturellement qu’une petite portion du PIB. Et quand on parle de la 8e économie de la planète, 2% de 2000 Mds de dollars/an ça peut être appelé la course aux armements, surtout si on raisonne non pas à l’échelle du pays mais en tant que participation à l’échelle des alliances.

        • Dolgan dit :

          C’est sur que si on décide que c’est une course à l armement, on peut définir les critères de manière à ce que ça en soit une. On peut même le faire avec 0,001 % du PIB.

  5. Anton Chigurh dit :

    Rappelons nous Uzbin…
    L’ italie n’est pas en guerre sur aucun front, ni à aujourd’hui ni dans un avenir proche, alors pourquoi pour elle lâchement développer des crédits militaires s’il n’y a aucun ennemi à payer pour ne pas avoir à le combattre ?!

  6. Roland de Roncevaux dit :

    ils ne se pressent pas, et ils ont raison d’une certaine façon… l’Italie n’a pas de grosse menace à ses portes. Ils sont sous le parapluie américain de l’OTAN. Ce qui leur est demandé, c’est surtout de contribuer à l’industrie militaire américaine, en achetant du matériel, comme tous les vassaux. C’est une manière indirecte de payer sa protection. Mais en fait, quoi qu’il arrive les Américains ne retireront pas leur protection, car leur crédibilité géopolitique d’une part, et l’ancrage de l’Italie dans l’UE d’autre part, sont bien trop précieuses et déjà largement rentables en soi.

    • AlexS dit :

      Je pense que l’Italie vend plus aux États-Unis que vice versa.

      Fincantieri =FFG Constellation
      Fincantieri =Osprey MCMV entretien
      BAE+IVECO = ACV pour le USMC
      Leonardo = hélicoptères (USN, USAF)

      • Roland de Roncevaux dit :

        tant mieux pour eux alors. De toutes façons, l’Italie a toujours eu une industrie efficace (notamment l’Italie-du-Nord).

        • Mani dit :

          @ Roland de Roncevaux il existe une Italie ( Nord Centre Sud) comme il existe une France ce n’est pas parce que les navires se font à Saint Nazaire que l’Alsace n’existe pas ou que les avions sont construits à Toulouse que la Provence n’existe pas …. Pour info Leonardo produit avions, drones…au nord mais aussi au sud à Pomigliano, Nola, Grottaglie e Foggia … comme Fincantieri qui produit des navires au nord mais aussi au sud à Naples Palerme …

    • mich dit :

      Fine analyse de l’ industrie d’ armement Italienne !mais bon vous avez pu placer Otan et vassaux, c ‘est le but ,non ?

    • joe dit :

      Des vassaux libres de rejoindre qui ils veulent, contrairement aux vassaux Russes qui sont contraints de n’avoir qu’un choix, au risque de se faire envahir, bombardé, violé, assassiné.

      • Etudiant dit :

        Tous les pays européens nous compris nous sommes des vassaux des US sans possibilité de choisir autre chose. Les US ne veulent pas de Défense Européenne qui pourrait aller vers plus d’ indépendance, ils préfèrent des pays européens vassaux avec de plus petites armées … Avons nous le choix ? L’UE du accepter les pays de l’est qui plombent l’UE sur tous les sujets : immigration, armement, industrie, énergie, … et ce n’est pas fini.

        • tschok dit :

          @Etudiant,

          Je me demande ce que vous « étudiez » pour parlez comme vous le faites, c’est-à-dire comme un beauf avec 80 de QI.

          Ce qu’on attend d’un étudiant, c’est qu’il développe son esprit critique, pas qu’il répète servilement les conneries de ses ainés qui se biturent au café du commerce.

          Vous pourriez par exemple utilement vous intéresser à un terme que vous employez: vassaux.

          Le terme vient de l’organisation de la société selon le système féodal. Est-ce que vous êtes réellement sûr que les relations internationales entre Etats-Nations souverains fonctionnent comme la société féodale européenne du Moyen Âge?

          Une société où il n’y avait pas les GAFAM par exemple. Une société dont le système monétaire reposait sur des monnaies métalliques. Une société qui ne produisait pas de croissance économique, sauf circonstances particulières. Une société qui n’avait qu’une conscience assez confuse de ce qu’était le reste du monde qui l’entourait. Une société dont les élites aristocratiques passaient leur temps à guerroyer, essentiellement dans le but de s’approprier des fiefs ou de défendre les leurs. Une société qui était capable de partir en croisade. Une société qui était incapable de s’expliquer ce qui pouvait lui arriver autrement qu’en y voyant la main de Dieu (la foudre, c’était Dieu, un tremblement de terre, une épidémie, une bonne récolte, une victoire sur le champ de bataille, une bonne affaire réalisée lors d’une foire, le naufrage d’un navire, la naissance d’un héritier mâle, tout cela, c’était la divine providence).

          Est-ce que vous croyez que le système féodal se transpose automatiquement de ce genre de sociétés à notre monde actuel, sans qu’on torde un peu le concept pour le faire rentrer dans sa case?

          Est-ce que, par hasard, ce ne serait pas ce qu’on pourrait appeler un abus de langage? Un mot qu’on utilise comme ça, un peu par paresse intellectuelle, par esprit de routine, sans trop savoir ce qu’il signifie réellement et s’il est vraiment approprié?

          Bref, un mot à qui on veut faire dire quelque chose qu’il ne dit pas.

          • Etudiant dit :

            @ tschok ( cela fait ************** chez moi en Alsace)
            je suis d’accord avec Twartagl à la récré « il y a des commentateurs qui réfléchissent et d’autres qui ne réfléchissent pas » ou qui ne savent pas réfléchir et insultent les autres, vous faites partie de la troisième catégorie et je ne parlerais pas de votre QI. …

          • tschok dit :

            @Etudiant,

            Dire que vous parlez comme un beauf, c’est vous insulter?

            Ben… relisez-vous. Vous avez fait trois assertions:

            1) Tous les pays européens nous compris nous sommes des vassaux des US
            2) Les US ne veulent pas de Défense Européenne
            3) L’UE du accepter les pays de l’est qui plombent l’UE (sic)

            Ca, c’est parler comme un beauf à petit QI. Mais j’ai jamais dit que vous en étiez un. C’est justement parce que je ne le pense pas que je vous ai invité à creuser un peu votre première proposition.

            J’ai laissé les deux autres de côté. A chaque jour suffit sa peine.

            Là-dessus, vous me répondez que votre majesté ne va pas s’abaisser à me répondre.

            Mais si votre majesté avait la curiosité de parcourir le fil des commentaires, elle constaterait par elle-même que cette façon simpliste de poser les choses la fait passer très loin du coeur du sujet.

            Et comme sa majesté se dit étudiant, aller au fond des choses devrait être sa préoccupation première.

            Sa majesté devrait par exemple s’interroger sur le fait que l’Italie, qui est censée être un pays vassal des Etats-Unis, n’a pour autant pas tenu son engagement de consacrer deux points de son PIB à sa défense, et qu’elle a fini par s’y résoudre non pas en raison de pressions américaines, mais parce qu’il y a la guerre en Ukraine.

            Et encore, ce n’est pas pour tout de suite, mais pour 2028. Et si et seulement si une nouvelle majorité ne change pas d’avis d’ici là.

            Perso, je trouve que l’Italie est un « vassal » très dissipé, pas vous?

            Il n’y a pas un truc qui commence à tilter un peu dans l’esprit de sa majesté?

            Rien? L’encéphalo reste plat?

            Je vous le refais en plus court: les Etats-Unis exigent de leurs alliés qu’ils raquent pour leur défense. Ils ne le font pas ou trainent des pieds. Vous trouvez que c’est de l’obéissance, ça?

            Donc, maintenant, je vous le redemande, qu’est-ce que vous entendez au juste par « vassal »?

      • Roland de Roncevaux dit :

        vous ne pensez pas sérieusement ce que vous écrivez ? Essayez juste d’échapper au giron américain pour voir un peu… En plus l’Italie est un pays vaincu en 1945, et des plus intégrés à l’Otan. Tous les pays d’Europe de l’Est sont entrés dans l’Otan sans aucun problème : l’Ukraine représente un cas particulier, et d’ailleurs sa déclaration d’indépendance comprenait à dessein une clause de neutralité. Pas la peine de faire de la morale : nous vivons dans l’empire américain parce-que c’est ainsi pour de multiples raisons historiques et géopolitiques. Et voilà tout. Sont-ils gentils ou méchants n’est pas une question : ils sont les maîtres, et cela suffit au débat.

        • tschok dit :

          Attendez Roland, là on est au coeur de l’incompréhension souverainiste/nationaliste.

          Le problème n’est pas d’échapper à la domination américaine. Parce que si on veut cela, alors le problème n’a qu’une solution: il faut extraire la France de se monde et la projeter dans un monde parallèle où les Etats-Unis n’existent pas.

          Non, notre problème, c’est de vivre dans un monde où les Etats-Unis existent et de créer les conditions qui nous permettent de vivre et de prospérer en ayant des relations avec eux, alors qu’ils sont bien plus puissants que nous.

          Quand vous dites: « ils sont les maîtres, et cela suffit au débat », non, non, le débat, il commence.

          Comment on fait pour vivre libres et souverains dans un monde où existe cette super-puissance?

          C’est au seuil de cette question que les souverainistes/nationalistes calent en général, parce qu’ils n’ont que deux solutions. La première est le repli autarcique sur soi, le frexit de tout.

          Le retour dans la matrice France, dans le ventre protecteur de la mère, tel un enfant effrayé par le monde et un poil boudeur.

          Et à côté de ça vous avez les pro-russes, qui se pensent intelligents en se disant qu’ils vont jouer la Russie contre les Etats-Unis, en espérant que la France puisse se faufiler entre les deux, en tirant parti de leur opposition comme d’une externalité positive.

          Comme les puissants se tapent sur la gueule, moi pendant ce temps-là, j’en profite pour me libérer de la tutelle qui me contraint, je pratique une politique de non-alignement et avec du bol je peux même arbitrer leurs conflits.

          Comme ce pari est en train de se casser la gueule aujourd’hui, leurs espoirs se tournent vers la Chine, et rebelote, ils espèrent pouvoir bénéficier encore une fois de la même externalité positive, qui est illusoire.

          Voilà en gros les deux stratégies de nos souverainistes/nationalistes:
          – Le repli identitaire et autarcique dans le frexit de tout
          – Les externalités positives (profiter des engueulades entre super-puissances pour se faire la malle et jouer son propre jeu)

          On leur explique que ce sont deux impasses stratégiques, faut le temps que la pommade pénètre, parce qu’ils ont le cuir épais et dur, et pour l’heure on en est là avec eux.

          Et je me dis que je ne suis pas forcément le bon interlocuteur pour vous raconter tout ça, et qu’il vaudrait sans doute mieux que cela vous soit expliqué par quelqu’un de votre propre camp, puisqu’il y en a quand même qui commencent à piger l’indigence de la pensée stratégique nationaliste/souverainiste et l’impasse vers laquelle elle conduit.

          Après le stade bébé fait sa colère contre l’UE qui nous gouverne, les zélites qui nous trahissent, les immigrés qui nous grand-remplacent, les Etats-Unis qui nous dominent, l’Ukraine qui résiste, etc, il y a un moment où il faut quand même commencer un peu à piger le monde actuel et arrêter de se le raconter en boucle, en se répétant le 10 mai 40 chaque soir à la veillée, autour de la cheminée.

          Le problème, c’est de vivre et de prospérer, libres et souverains, dans un monde où on n’est pas les plus forts et où on représente en gros 1% de la population mondiale à tout péter. Comment on fait?

          Et dans le cahier des charges, vous pouvez rajouter qu’on a pas de pétrole, ni de gaz et plus de charbon, pas assez d’uranium et à peu près rien de ce qu’il nous faudrait pour dire merde au reste du monde.

          Mais on a du picrate et des sacs à main où ranger nos parfums. On fait de beaux avions et on sait encore faire tourner des centrales nucléaires sans les faire exploser.

          Voilà. C’est avec ces cartes qu’il faut gagner.

  7. Klein dit :

    Ce n’est pas qu’ une question de budget mais aussi de programmation et d’organisation . Ce pays a bien réussi ces dernières années voir le nombre de soldats envoyés en mission par le monde Liban Kosovo Afghanistan Iraq Mali Niger Islande Pays nordiques Roumanie … et les nombreuses activités avec les USA et les pays de l’OTAN. Ils connaissent leurs points faibles et ils les traiteront. Les autres pays devront faire de même.

    • Soult dit :

      « mais aussi de programmation et d’organisation » justement il y a un paquet de chose à régler chez eux.

      « Ce pays a bien réussi ces dernières années voir le nombre de soldats envoyés en mission par le monde Liban Kosovo Afghanistan Iraq Mali Niger Islande Pays nordiques Roumanie …  » Ils ont été ridicule avec à chaque fois des volumes insignifiants.

      Ils ont tout à rebatir de A à Z sauf la marine et n’en prennent pas le chemain.

      • LeMarquis dit :

        Absolument faux. Les contigents déployés (et ceux qui le sont encore) étaient similaires aux nôtres (4000 hommes en Afghanistan). L’Italie compte actuellement près de 9 000 membres des forces armées déployés pour 34 missions dans 21 pays, dont 1 100 en Irak et plus de 600 au Kosovo. (L’Allemagne compte quelque 3 000 soldats déployés dans 11 pays).

        La différence entre l’Allemagne et l’Italie en terme d’investissement tient plus du fait que la situation italienne est BEAUCOUP moins précaire que celle allemande. L’Allemagne a négligé ses forces armées pendant des décennies, ce que n’a pas fait l’Italie.

        • précision dit :

          précaire est un grand mot. Aucun de ces pays n’est particulièrement menacé sur le plan militaire.

          • LeMarquis dit :

            Effectivement, mais les italiens anticipent des crises éventuelles en Méditerranée, élargie (Méditerranée, mer rouge, golfe de Guinée…).

            La zone d’intérêt stratégique italienne dépasse de loin la Méditerranée. C’est notamment la raison pour laquelle l’Italie s’investit plus dans le Sahel et maintient une présence en Somalie, etc.

      • Raca dit :

        @ Soult vous devriez vous informer, ce pays a envoyé jusqu’ à 10 000 soldats en opex ( ce que vous appelez volumes insignifiants) dans les différentes régions du monde avec ONU UE OTAN depuis plus de 20 ans ( il y a quelques jours un navire militaire italien la frégate Rizzo est intervenue contre des pirates pour sauver un navire marchand dans le Golfe de Guinée) . Pour ce qui est des capacités militaires la marine et l aviation ont fait le nécessaire avec les investissements prévus; pour l’armée de terre quelques problèmes pour le remplacement des chars lourds. Reste aussi a rajeunir la troupe … voila pour l’ Italie, je fais court, mais je pourrais vous parler d’autres pays Allemagne, Royaume Uni et du nôtre, qui ont aussi quelques sérieux problèmes ….

  8. mich dit :

    Plutôt logique et surtout cela va permettre de renforcer une industrie de défense plutôt complète et qui pourra encore plus parler d’ égal à égal avec les autres pays , il devrait bien insister sur le coté économique et souverain de ce budget .

  9. Rob dit :

    La France et le Royaume-Uni croient toujours qu’ils peuvent avoir un rôle mondial, en Italie, nous avons abandonné cette idée il y a longtemps, le fascisme a tué cette ambition et depuis lors, les Italiens pensent négativement au renforcement de nos forces militaires. Notre stratégie militaire se concentre sur ce que nous appelons la Méditerranée élargie (jusqu’au Sahel et au Moyen-Orient), tout le reste se fait dans le cadre de l’UE, de l’OTAN et de l’ONU.

  10. Auguste dit :

    Ce qu’en pensent les Italiens eux mêmes.
    https://www.difesaonline.it/evidenza/editoriale/aumento-delle-spese-la-difesa-se-non-oggi-quando
    Si mon commentaire précédent a sauté à cause d' »expressions excessives »,je tiens à dire qu’elles proviennent d’articles de ce site.

    • Mani dit :

      Non Auguste ce n’est pas ce que pensent les italiens c’est ce que pensent ces journalistes de difesaonline

  11. ronfly dit :

    La seule raison pour laquelle l’Italie prévoit une forte progression de son budget défense, c’est pour suivre le mouvement Europeen qui s’amplifie depuis la guerre d’Ukraine. Il ne veulent pas etre décrochés avec « seulement » 30 mds aujourd’hui… Allemagne: 70 mds en 2025 (doublement en 10 ans), Royaume uni: 65 mds en 2025 (doublement en 10 ans), France: 50 mds en 2025 (+60% en 10 ans)…

  12. Jo dit :

    Non Auguste ce n’est pas ce que pense les Italiens, c’est ce que pense une revue italienne qui est très proche de l’extrême droite italienne donc nuances !!!
    Cette revue remet en cause systématiquement toutes les actions du gouvernement italien a partir du moment que l’extrême droite n’est pas largement représenté, donc avant de vouloir vous faire le porte parole des italiens il serait bon que vous preniez un minimum de renseignements sur le sujet et sur vos informations, si vous prenez RID il n’ont pas du tout les mêmes informations et difesaonline non plus!!!
    J’ai remarqué une chose avec vous Auguste,des qu’ils s’agit d’italien vous vous jeter comme une hyène sur le clavier pour a chaque fois essayer de rabaisser ou carrément de démolir tout ce que ce pays peut faire….
    Vous avez un problème avec les Italiens Auguste ?
    Oui parce que sur d’autres sujets vous êtes inexistant !!! Il peut s’agir des sous marin avec l’Australie, des programmes avec l’Allemagne, où le royaume Uni, jamais le moindre mot !!!
    Vous ne seriez pas un peu racistes des fois ?

    • Auguste dit :

      Toujours la même rengaine,toujours incapables de voir et de dire les choses telles qu’elles sont,toujours à s’accrocher à la méthode Coué.C’est navrant,quoi dire d’autre?

    • LeMarquis dit :

      Ne perdez pas votre temps avec lui. 😉

      Ce n’est pas comme s’il comprenait le sujet…

  13. Franck dit :

    Rappelons nous le mensonge de uzbin, où comment rejeter sur un autre les fautes impardonnable d’un capitaine français qui a amené sa compagnie a se faire quasiment anéantir par l’ennemi parce que celui-ci n’avait pas prévu assez de munitions, assez de moyens de communication, aucune reconnaissance du terrain au préalable !!!
    Et cela je vous le rappelle mon cher Anton, malgré l’avertissement des troupes italienne de ne pas sortir sans moyen aérien !!!
    Je vous rappelle également qu’il y a eu une enquête de l’OTAN qui a duré plusieurs mois qui a conclu que cette histoire était un mensonge d’un officier français destiné à protéger son ami le chef de la compagnie du RPIMA….