L’US Air Force veut réduire sa flotte d’avions de supériorité aérienne F-22A Raptor de 18% en 2023

Quand elle décida de mettre un terme à la production d’avions de combat F-22A Raptor, l’administration Obama avait expliqué que cet appareil de supériorité aérienne appartenait à une « autre époque » [celle de la Guerre Froide] et que continuer à en acheter pour le compte de l’US Air Force serait un « gaspillage d’argent inexcusable », d’autant plus que ses coûts d’acquisiton et de possession étaient élevés.

Seulement, c’était aller un peu vite en besogne. Avec le retour de la menace dite de « la force » et de la compétition entre puissances, certains estimèrent que les 187 F-22A Raptor alors en service au sein de l’US Air Force [sur une cible initiale de 750 exemplaires, ramenée à 381 après la fin de la Guerre Froide, ndlr] étaient désormais insuffisants pour rivaliser avec les J-20 et FC-31 chinois ou les Su-57 Felon russes. Et de plaider pour une relance de la production… Une idée vite écartée, car trop coûteuse.

Pourtant, de par ses capacités [gardées confidentielles pour l’essentiel], sa furtivité, ses capteurs et ses performances en vol, le F-22A Raptor est en mesure d’abattre plusiers adversaires au-delà de la portée visuelle [Beyond Visual Range – BVR] sans être détecté. Ce qui en fait un atout de premier ordre pour les forces américaines.

Cela étant, l’US Air Force n’a que très peu de marge de manoeuvre avec ses F-22A Raptor. La flotte étant trop petite, la disponibilité des pièces de rechange s’en trouve limitée, d’autant plus que les moteurs Pratt & Whitney F119 ne sont plus en production. Ce qui fait que le coût de maintien en condition opérationnelle [MCO] s’envole… Qui plus est, il faut aussi compter sur l’attrition probable.

En 2021, le chef d’état-major de l’US Air Force, le général Charles Q. Brown, laissa entendre que le F-22A Raptor n’allait plus faire partie des plans à long terme de l’aviation de combat américaine… alors que l’on pouvait penser qu’il resterait en service au moins jusqu’en 2040. L’idée était alors de donner la priorité au programme « Next Generation Air Dominance » [NGAD, visant à développer un avion de combat de 6e génération mis au coeur d’un « système de systèmes »] et de compter sur le F-15EX Eagle II, le F-35A ainsi que sur un chasseur-bombardier de génération 4,5 [soit, visiblement, le F-16 porté au standard « Viper »].

Cela étant, le retrait du « Raptor » pourrait commencer bien plus tôt qu’on ne pouvait le penser. En effet, dans la demande de budget qu’elle a remis au Congrès pour l’année fiscale 2023, d’un montant de 163,9 milliards de dollars [soit 3,4% de plus que celui qui lui a été octroyé en 2022], l’US Air Force a fait part de son intention de retirer 33 F-22A de son inventaire, en particulier les plus anciens [ceux de la version Block 20]. Cela permettrait une économie de 1,8 milliard de dollars, soit la somme qu’il faudrait pour les mettre à niveau.

Selon les explications donnée par Frank Kendall, le secrétaire à l’Air Force, ces 33 F-22A Block 20 sont principalement utilisés pour l’entraînement et la formation. Aussi, ils ne sont pas aptes au combat. L’économie générée par leur retrait servira à financer la modernisation des 153 « Raptor » restants, le programme NGAD [pour lequel une enveloppe de 1,7 milliard de dollars a été demandée pour 2023, ndlr] et le passage au block 4 du F-35.

Justement, s’agissant de ce dernier, l’US Air Force veut en acheter 33 exemplaires en 2023, soit quinze de moins par rapport à ce qui avait été prévu [l’US Navy et l’US Marine Corps ont exprimé les mêmes intentions]. Et cela afin de libérer des fonds pour le NGAD, financer un nouveau moteur pour le F-35 et accélérer le déploiement du F-15EX [avec l’achat de 24 exemplaires supplémentaires, soit deux fois plus qu’en 2022, pour 2,7 milliards de dollars].

Reste maintenant à savoir ce qui décidera le Congrès… Dans sa demande de budget pour l’année fiscale 2022, l’US Air Force avait sollicité l’autorisation de retirer 42 avions d’attaque A-10 Warthog, surnommé le « tueur de chars ». Ce qui ne lui fut pas accordé. Pour l’an prochain, elle voudrait se séparer de 21 exemplaires… alors que des élus américains ont défendu l’idée d’en céder à l’Ukraine.

Mais cela aurait été une « fausse bonne idée », à en croire le secrétaire à l’Air Force. Car, selon lui, la guerre en Ukraine a indirectement démontré que le Warthog est désormais « dépassé » en raison de l’efficacité « dévastatrice » des défenses aériennes tactiques ukrainiennes. Bien que très robuste, le A-10 serait maintenant trop vulnérable, a-t-il soutenu.

Au total, le Pentagone a demandé un budget de 773 milliards de dollars au titre de l’année fiscale 2023. Soit une hausse de +4% par rapport à celui voté par le Congrès pour 2022. « Il s’agit de l’un des plus gros investissements dans notre sécurité nationale de l’histoire, avec des fonds nécessaires pour garantir que notre armée reste la mieux préparée, la mieux formée et la mieux équipée au monde », a fait valoir le président Biden.

Photo : US Air Force

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

107 contributions

  1. Aramis dit :

    Le F 35 et le F 22 qui échouent à remplacer F 15 et F 16. C’est de plus en plus confirmé. Il est même probable qu’ils survivent plus longtemps que leur « successeur ». Les américains ont intérêt à ne pas se louper sur le NGAD et à en intrapoler une version plus réduite pour remplacer le F 16.

    • Too dit :

      Non le F22 fait son boulot.
      Malgré ses capacités gardées assez secrète, il n’a été déployé que sur des terrains « chaud » et il n’y a jamais eu de réel problèmes.
      C’est un avion de domination aérienne qui n’a aucune concurrence, forcément qu’il n’est pas utile, mais ce n’est pas un échec et il ne remplaçait pas vraiment le F16 qui est bien plus polyvalent par essence.
      .
      Autant le F35 manque d’atout et de fiabilité comparé au « porte missile » qu’est le F15, autant le F22 et le F16 on des dessein assez différent par essence.

      • Aramis dit :

        Mais au final le F 22 est retiré progressivement du service alors que le F 15 E est commandé. Donc ce qu evous dites n’a aucun sens.

        • Too dit :

          Si vous relisez mon commentaire vous allez voir que c’est parfaitement cohérent, mais il faut juste le lire quoi…

        • SOWETI dit :

          Ce pourrait-il que vous ayez tous les deux raisons. Un F22 qui fait le boulot mais dont la chaine de prod est fermée et un contexte qui amène a une évidence simple: Mieu vaux une nuée de 4.5 éprouvés que 17 Gen5 qui toussent.
          Vos deux commentaires font sens.

    • 1PourAvis dit :

      Heureusement que les occidentaux sont encore la, et qui se précipitent comme les Allemands et Canadiens pour acheter du F35 et autres babioles pour rester bien dépendant des US qui garde la clé de contact des engins.

      • joe dit :

        … Peut-être parce qu’ils se rendent compte qu’il ne faut pas compter sur une armée Européenne… La faute à qui ? Pas aux US qui demandent à cors et à cris d’augmenter les dépenses depuis de très longues années… mais non, la guerre c’est fini. La paix est garantie pour toujours… Le réveil est brutal et quitte à dépendre de quelqu’un, autant l’être (partiellement) avec un pays qui ne veut pas restaurer un empire disparu depuis 200 ans.

        • hadrien dit :

          ces pays ne sont tout simplement pas maitre de leur destin leur sécurité repose sur leur amitié avec les USA sans aucune autre garantie si demain il devait arriver l’impossible, nous serions peut etre les seuls a pouvoir réagir à temps, les pays dépendant des USA pour la bombe se retrouveraient dans l’attente et l’expectative

  2. ScopeWizard dit :

    Bye Bye Raptor…

    On ne croit jamais si bien dire ; les USA réduisant bientôt la flotte ainsi que les commandes F-35 , voici
    que le F-22 vient de le prendre de vitesse…

    Décidément , ça marche au top ces « furtifs »….

    • Youn dit :

      Et c’est pour ça que Le NGF prend exactement ce chemin monsieur l’expert, si la furtivité n’avait aucune valeur, on ne verrait pas des pays concurrents comme la chine dépenser des milliards dessus…..
      Dassault sortirait un avion furtif, vous en seriez le premier fan

      • ScopeWizard dit :

        @Youn

        Eh non .

        Mais je me suis déjà cents fois exprimé là-dessus .

      • Frank dit :

        @ Youn Illogique.
        Comment démontrer la valeur d’un avion furtif, puisque ce dernier est furtif par définition?
        On peut imaginer un ciel saturé d’avions furtifs, tout comme d’autres furtifs armés de missiles encore plus furtifs que leur vecteur et leur cibles.
        Il y a eu un F-117, furtif de chez furtif à l’époque, détruit par un SA-3 vintage et obsolète sur le papier, en 99 en Serbie.
        Mais comme vous êtes connaisseur, vous savez mieux que quiconque la valeur furtive de l’expertise à l’instant t..
        Il s’agit désormais d’être furtif dans ses interrogations, donc, soyons prudents.
        Le risque, c’est qu’à s’obstiner à devenir furtif, on devienne inexistant.

        • Twouan dit :

          Furtif comme n’importe quelle capacite ca n’a d’interets que si le cout est proportionne.
          La vitesse c’est pareil, c’est bien beau l’hypersonique mais si un subsonique fait le meme boulot sur 90% des cibles a 2 fois moins cher c’est contre productif.
          Pour en revenir au furtif, un f22 sans revetement c’est bien plus furtif qu’un f15. Donc plutot que de s’obstiner, ils auraient mieux fait de rendre la machine robuste. Pour l’aspect camion a bombe, je doute sincerement que l’on charge les f15 au maximum en mission. L’avion serait lent, peu manoeuvrable et avec une faible autonomie. Pas sur que la soute qui a aussi une meilleure trainee soit beaucoup moins efficace en operation.

          Le probleme des systemes de l’an 2000 c’est qu’ils ont systematiquement choisit 1% de capacite en plus a 2 fois le prix et en sacrifiant le nombre.
          Tout ca pour gagner en masse salariale et en mettant un cout absurde a la vie du pilote.

        • daniel dit :

          « Comment démontrer la valeur d’un avion furtif ? »
          Très simple: il reste plus longtemps dans le hangar (muni d’un paratonnerre) qu’il ne vole. Le hangar fait 10 fois sa taille ( la moitié du volume d’emport d’un C17) pour stocker les pièces détachées et le matériel destiné à refaire le revêtement RAM.

      • Carin dit :

        @Youn
        Pour ce qui est de Dassault… c’est fait.. et ça fait 20 ans… il s’appelle rafale, et rares sont ceux qui peuvent se vanter de l’avoir vu arriver! (En fait, personne n’est en mesure de s’en vanter).
        Cela changera peut-être avec le NGAD, mais en attendant….

      • Gaulois78 dit :

        @Youn

        N’est pas Houdini qui veut…
        La furtivité avec les radars actuels et les améliorations à venir existe de moins en moins, j’ai cru lire sur ce site des articles et avis comme quoi avec la dernière génération de radar monté sur le Rafale, le F35 ferait office de lièvre illuminé alors que son rôle est d’être dans la catégorie chasseur…

        Les Chinois, Russes et autres pays dépenseront des milliards en pure perte pour la chimère furtive…

        Pour le moment les clients de LM financent l’investissement du F35, ils passeront une deuxième fois à la caisse pour le retrofit et une troisième fois pour commander le successeur du F35..

      • Alpha dit :

        @Youn
        Le NGF (s’il voit le jour…) sera certes furtif, mais il ne sacrifiera pas toutes les autres qualités nécessaires à un bon avion de combat à la sacro-saint furtivité ! Endurance, manœuvrabilité, brouillage, saturation et transmission devraient être ses principaux atouts selon les opérationnels et les industriels concernés.
        Bref, tout l’inverse d’un F-35 en somme…
        Et pour ce qui est de Dassault : le Rafale doit bien avoir un certain degré de furtivité, car de ce que je sais, certains furtifs F-35 ne l’ont pas vu arriver au dernier « Atlantic Trident » ! 😉

    • Frank dit :

      @ ScopeW Oui, mais c’est bizarre.
      Si ce déclin se confirme, le F-22 restera un mystère.
      16 ans de service, un cout unitaire jamais vu, tous les superlatifs, un potentiel inégalé, mais jamais engagé.
      Un Pb de gros sous ? Avec un prévisionnel de Défense qui frise les 800 $Mds pour 2022, peu probable.
      Des soucis de performances? Je suis souvent critique sur les US, mais force est de reconnaitre qu’ils savent fabriquer de beaux et bons avions, et en plus de savoir les vendre. Mais il l y a aussi l’exemple du F-104.
      Une arnaque de LM? Le bijou ne serait pas conforme à ses performances affichées.
      Un épouvantail? Du genre, si on me cherche, j’envoie mes +/- 180 F-22 que je dissimule.
      Un laboratoire pour le F-35 et le NGAD? Pourquoi pas, mais dans ce cas, le cout des programmes cumulés va défier l’entendement. Va falloir trouver des pigeons.
      Des petites luttes intestines entre LM, Boeing et GD au Pentagone? Qui sait, suis pas la petite souris des lieux.
      C’est vrai qu’entretenir le doute est un élément de stratégie, mais si une telle merveille supposée finit sa carrière au bout de 20 ans, B-52 et Bear vont bien rigoler.

      • Waroch dit :

        @Franck: De mon point de vue, c’est surtout un programme lancé au mauvais moment. Dans les années 80, concevoir un intercepteur nec plus ultra sans compter les brouzoufs ça pouvait se justifier, mais après la chute de l’URSS la menace concrète la plus sérieuse se limite à des Sukhoi Flanker. Des F-15/16/18 modernisés suffisent à faire le job.

        Continuer le programme du F-22 pour faire tourner les bureaux d’étude et emmagasiner de la R&D n’était pas une décision absurde, mais il n’y avait clairement plus d’intérêt à avoir une production durable et efficace; à partir de là c’est la spirale négative classique des économies de bout de chandelle: on produit moins, donc prix unitaire en hausse, donc investissements à minima sur la chaîne de prod pour gagner un peu de bénef ici ou là… Au final un vrai casse-tête pour maintenir la chaîne de production.

        Ajoutez à ça le programme JSF en parallèle qui se bâfre des quantités de pognon gargantuesques mais pour faire un avion « utile », remplaçant en théorie les F-15/16/18, A-10 e tutti quanti, la tentation de mettre un terme définitif à la production du F-22 brillant mais superflu se fait plus évidente. Et avec une « petite » série (à l’échelle de l’US Air Force), il y a peu de motivation pour maintenir un développement technologique important.

        Au final, on commence tout juste à revoir un intérêt pour ce genre d’avion depuis quelques années, mais rien de trop urgent non plus. Le J-20 n’est en service officiellement que depuis 5 ans et il faudra encore un bon moment avant qu’il devienne un rival sérieux. Quant au Su-57, l’industrie russe est en chute libre depuis des années et ils se sont fait larguer par l’Inde, là aussi il n’y a pas de risque à court terme de voir une flotte rivale opérationnelle.

        Ah, j’allais oublier: il y a effectivement l’ange de la mort ultime de l’Iran 😀

        Bref, pour résumer: sorti au mauvais moment, pas vraiment de justification opérationnelle quoique toujours intéressant technologiquement, et le programme obèse du F-35 et ses conséquences comme rival budgétaire, mais a priori pas vraiment la faute du coucou lui-même.

      • ScopeWizard dit :

        @Frank

        Insuffisamment commandé avec une perspective à l’ export bloquée , vraisemblablement trop cher à produire ce que ce blocage a contribué à accentuer avec des pièces de rechange devenues trop rares donc très certainement chères .

        « 16 ans de service, un cout unitaire jamais vu, tous les superlatifs, un potentiel inégalé, mais jamais engagé. »

        Oui , mais dans le même temps un avion qui n’ était tout de même pas à jour par rapport à ce que d’ autres chasseurs comptaient comme équipements d’ où de nouveaux surcoûts en ce sens .

        « Un Pb de gros sous ? Avec un prévisionnel de Défense qui frise les 800 $Mds pour 2022, peu probable. »

        Probablement un avion trop cher à exploiter et en nombre insuffisant pour constituer une première ligne de défense réellement crédible sans parler d’ une « furtivité » peut-être à ce jour battue en brèche par les continuels progrès accomplis par la détection RADAR .
        Il est possible qu’ au cours d’ une campagne d’ essais tenue secrète -du moins quant à ses résultats- que ce soit par mission de pénétration ou confrontation avec d’ autres chasseurs les USA se soient aperçus que cet avantage n’ en était plus tellement un , en tout cas concernant le F-22 .

        « Des soucis de performances? »

        Sans-doute pas en performances pures tel son domaine de vol , mais en performance électronique ou informatique , là c’ est possible .

        « Je suis souvent critique sur les US, mais force est de reconnaitre qu’ils savent fabriquer de beaux et bons avions, »

        Comparativement à leur grand nombre de constructeurs ou à leur possibilités financières , si en missiles , moteurs , radars , avions de bombardement ou de reconnaissance , les USA sont très forts , ils le sont nettement moins en ce qui concerne les chasseurs .

        En revanche , leur lignée des années 1970 ; F-14 , F-15 , F16 , F-18 et je rajoute le A-10 a en son temps fait illusion et incité à croire que les USA avaient là aussi résolu certaines difficultés ou insuffisances , ce qui leur a tout de même permis d’ être en tête pendant près de 30 ans .

        Ils sont certes audacieux et très inventifs , mais leur obsession mercantile les perd parfois au point qu’ il leur faut alors avoir recours à toute la puissance politique et diplomatique pour via l’ OTAN et leur surpuissance militaire , compenser et donner le change .
        D’ où les ventes à son époque de F-104 ou actuellement de F-35 quand les F-16 restent leur cheville ouvrière pour ne pas dire un fer de lance toujours pertinent .

        « et en plus de savoir les vendre. Mais il l y a aussi l’exemple du F-104. »

        Ce sont effectivement des vendeurs hors pair .

        « Une arnaque de LM? Le bijou ne serait pas conforme à ses performances affichées.
        Un épouvantail? Du genre, si on me cherche, j’envoie mes +/- 180 F-22 que je dissimule. »

        Je n’ en sais rien mais je retiens le rôle d’ épouvantail…

        « Un laboratoire pour le F-35 et le NGAD? »

        Possible .

        « Pourquoi pas, mais dans ce cas, le cout des programmes cumulés va défier l’entendement. Va falloir trouver des pigeons. »

        La guerre en Ukraine + l’OTAN devrait grandement aider à cela .

        « Des petites luttes intestines entre LM, Boeing et GD au Pentagone? »

        « GD » ?
        Pouvez-vous préciser ?

        Vu que ça fait des décennies qu’ en somme tout ce beau monde se tire la bourre , à ce titre les homériques rivalités entre la Navy et l’ Air Force sont proverbiales , c’ est effectivement là une hypothèse à prendre très au sérieux .

        « C’est vrai qu’entretenir le doute est un élément de stratégie, mais si une telle merveille supposée finit sa carrière au bout de 20 ans, B-52 et Bear vont bien rigoler. »

        Pour sûr !

        Prenez soin de vous et des vôtres !

        • Alpha dit :

          @ScopeWizard
          [parlant des Etats-Unis] « Ce sont effectivement des vendeurs hors pair . »
          Oui, mais précisons quand même que dans le cas des ventes d’armes, leurs industriels peuvent s’appuyer sur la toute puissance du Département d’Etat et du Pentagone…
          Forcément, ça aide… 😉
          Ménagez-vous Terence !… 🙂

          • ScopeWizard dit :

            @Alpha

            « Oui, mais précisons quand même que dans le cas des ventes d’armes, leurs industriels peuvent s’appuyer sur la toute puissance du Département d’Etat et du Pentagone… »

            Alors , certes de façon moins synthétique , c’ était bien là l’ idée exprimée…

            « Ils sont certes audacieux et très inventifs , mais leur obsession mercantile les perd parfois au point qu’ il leur faut alors avoir recours à toute la puissance politique et diplomatique pour via l’ OTAN et leur surpuissance militaire , compenser et donner le change . »

            Terence ?

            Dites , ça fait deux fois…

            Les rôles s’ inverseraient-ils ?

            Bud ?

            Et puis , quel est donc cet @Alpha ? Le vrai , l’ authentique ? ou l’ une de ses imitations ?

            Dites voir , un peu…. 🙂

          • Alpha dit :

            @ScopeWizard
            Bon je ne sais plus qui de nous deux est Bud ou Terence… Flute ! 🙁
            Mais je suis le vrai @Alpha, la copie n’apparait plus depuis quelques temps, j’ai donc repris mon pseudo initial…
            Si d’aventure le troll se faisant passer pour moi revenait, je le préciserai. 😉

          • ScopeWizard dit :

            @Alpha

            Cher Alpha , allons !

            Une fois , il y a de cela quelques mois , en ces temps de pic pandémique assortis de mesures restrictives nous confinant en nos chaumières , vous m’ avez clairement fait comprendre que vous ressembliez plus à Terence qu’ à son alter ego ( oui , ou haltère et go ! )…

            Entre-temps , vous n’ avez tout de même pas autant forci ? Si ?

            À la bonne heure !

            Bon , ce n’ est pas que pour ce qui me concerne je sois tellement plus proche de la corpulence de l’ ami Bud , néanmoins une certaine couleur naturelle capillaire m’ en rapprocherait…

            Prenez soin de vous ! 🙂

            Concernant la copie , il me semble que quelque avatar bien choisi pourrait vous préserver d’ une nouvelle usurpation…

            C’ est juste une piste , m’ enfin… 😉

        • Frank dit :

          @ ScopeW GD? General Dynamics, pour le F-16 d’avant LM, le F-111, et autres babioles plus actuelles, sauf des avions.

          • ScopeWizard dit :

            @Frank

            Voilà , c’ est bien ce qu’ il m’ avait semblé ; sauf que si je ne dis pas de bêtises , General Dynamics s’ est depuis spécialisée dans le sous-marin qui avec le navire était de toute façon sa spécialité initiale .

            La parenthèse avion étant principalement due aux très importants bénéfices engrangés durant la Seconde Guerre Mondiale , qui après le mitigé et audacieux F-111 , permettait à cette entreprise de se diversifier mais peut-être pas d’ être en mesure de pousser le concept du F-16 à l’ invraisemblable succès , au maximum de ses possibilités .

            Quoi qu’ il en soit , merci d’ avoir précisé .

      • SOWETI dit :

        A priori le dessin devient deplus en plus clair. La furtivité est la bonne doctrine mais il faut un mix entre passive/Aero, et Active/brouillage/spoofing. Le tout passif, ben il a ces limites dans le temps et il se fait depasser par les solutions Radar/brouillage/Hardware misent en place avec le temps. La GEN5 est mal né, c’est tout. Au moins notre doctrine de rationalisation des taches de l’avion et de ses capteur sur du long terme n’apparait plus si ridicule avec le temps.
        Concernant le F104, on a essayé de coller a un intercepteur une avionique qui pesait une vache alors que sa surface ailaire frisait le zero. L’erreur, c’est que l’on pris une cellule concue pour la vitesse a haute altitude pour en faire un avion d’attaque. Les Skunk W étaient connus a l’époque pour faire des avions sans concessions. C’est les Allemands et les promesses du market de chez LM qui sont a mettre en défault. Pas le concept de départ qui était conforme.
        Oui, le B52 et le Bear sont extraordinaire, meme si on considère les retrofit et ameliorations divers, une cellule de cet age, c’est sans commune mesure.

        • ScopeWizard dit :

          @SOWETI

          « Au moins notre doctrine de rationalisation des taches de l’avion et de ses capteur sur du long terme n’apparait plus si ridicule avec le temps. »

          Ridicule ?

          De mon point de vue , le truc est très simple ; plutôt que risquer passer minimum dix années supplémentaires en interminables mises au point diverses et variées , Dassault ( comme ses sous-traitants tels la SNECMA ou Thalès ) a préféré proposer une cellule parfaitement aboutie et viable mais prévue pour être très évolutive qui soit déjà capable de mener un éventail de missions en air-air permettant d’ en faire un bon avion de chasse suffisamment compétitif et adapté aux Forces Aériennes Françaises .

          Compte tenu de son potentiel d’ évolution confinant à l’ excellence dans une polyvalence voulue maximale , plus que « ridicule » , c’ est au contraire une démarche très intelligente .

          D’ une part , l’ avion est en service et au point , donc hormis ce que l’ on attend de lui peut bénéficier d’ un RETEX lui permettant d’ être optimisé en fonction de ce-dernier sans que les pilotes aient trop souvent l’ impression d’ être aux commandes d’ un avion d’ essai tantôt au top tantôt à la ramasse , d’ autre part il devient concurrentiel sur nombre de marchés export .

          Pour tout le reste , je vous suis mais ne perdez pas de vue que sur les premiers F-104 le siège éjectable vers le bas n’ était guère garantie de situation d’ avenir pour tout pilote de Starfighter s’ éjectant à basse ou très basse altitude .

      • Carin dit :

        @Franck
        Ce qui me paraît être le plus probable, c’est que en matière de supériorité aérienne, le F15 tient encore le haut du panier, pour une fraction du prix d’un F22 certes nettement au dessus, mais tant que la concurrence n’offriras pas mieux qu’un F15 de dernière mouture, les avions de type F22 ne s’imposeront pas.

        • ScopeWizard dit :

          @Carin

          J’ ai effectivement tendance à largement souscrire…

          Le F-15 reste un appareil exceptionnel , ne serait-ce que du fait de son palmarès en combat aérien .

        • v_atekor dit :

          C’est exactement ça. Le F22 pourrait être amélioré pour être moins couteux à exploiter, mais à quoi bon puisque le F15 n’est pas menacé…

  3. EchoDelta dit :

    En tout cas cela bouge dans les doctrine d’emploi des avions, et de l’arme aérienne en particulier. Tout comme les chars d’ailleurs.
    C’est le retour du « fantassin » et des armes légères qui, grâce à leur efficacité, repousse les rayons de frappe au plus loin du territoire. C’est une vraie évolution vers la frugalité en somme. En somme il faut frapper de plus loin et avec avec précision.
    Cela doit quand même gamberger dans les Etats Majors, et cette guerre d’Ukraine est pleine d’enseignements instructifs.
    Pour un peu, et avec une grosse dose de cynisme, certains généraux ne doivent pas avoir trop hâtes qu’elle se termine rapidement cette guerre, tant le RETEX est instructif.

    • Aramis dit :

      A chaque médaille son revert. Le fantassin léger Ukrainien qui bénéficie d’interval entre les unités russes et de zones boisées ou urbanisés est efficace. On savait déjà que dans ces conditions l’infanterie légère serait efficace.

      Mais sans interval et attaquée frontalement par une force mécanisée elle recule ou se fait fixer.

    • Franz35 dit :

      Ce conflit est clairement instructif à bien des égards. Il va surtout nous montrer que nous avons trop tardé à mettre des systèmes de leurrage sur nos hélicoptères, et qu’il faut absolument renforcer l’auto-protection de nos aéronefs si l’on veut pouvoir les utiliser. Et surtout investir massivement dans les défenses anti-aérienne (qui sont aujourd’hui très embryonnaires) et dans les capacités SEADs (que l’on n’a plus sauf à ressortir des cartons le bon vieux Martel).
      Il va peut-être falloir que nos politiciens acceptent enfin d’ouvrir le porte-feuille plutôt que de distribuer de l’argent à tout va la veille des élections pour quelques suffrages

      • Carin dit :

        @Franz35
        Vous savez des avions comme les F22/35 ou rafale sont des pompes à renseignements électromagnétiques…. Nos rafale bordent de tous côtés les frontières de l’Ukraine pour justement enregistrer tout ce qui va permettre d’alimenter son SPECTRA en contremesures aussi bien au niveau des autodirecteurs des différents missiles employés, que sur les systèmes radars, qu’ils soient au sol, ou embarqués. Cette guerre est une mine de renseignements pour encore améliorer SPECTRA, et si dans sa version 4 le petit raffy produit une plus grosse intensité électrique, cela renforcera d’autant ses capacités de leurage et de détection et surtout d’encore plus loin.

        • Franz35 dit :

          Détecter une capacité ennemi pour s’en protéger, c’est bien. Mais il y a encore un cap à franchir pour supprimer cette capacité ennemi. Et aujourd’hui, nous n’avons pas (en France) les moyens nécessaires pour éliminer ces dangers, juste pour les détecter et tenter de les esquiver.

          • v_atekor dit :

            Rien pour engager un radar ou son porteur ? Il me semble que l’opération a déjà été menée, et en condition de guerre en plus

    • Too dit :

      Oui et non au final.
      Oui les fantassins sont une terreur pour les unités au sol et aériennes.
      Mais non, on a pas encore vu d’offensive d’infanterie remplacer celles que peuvent avoir les blindés.
      .
      Je vois mal l’infanterie se déplacer sans couverture de char ou aérienne réussir à envahir et tenir une zone.
      .
      La ou se rejoint clairement, c’est que en haut ils doivent comprendre que la doctrine de tout mes œufs dans les même panier ne marche pas.
      Et sans faire de chauvinisme, la doctrine de la multiplication des forces spéciales me semble être une bonne idée, et c’est plus ou moins ce qu’on a en France. (il faudrait juste que ce ne soit pas aussi échantillonnaire et qu’on ait plus de densité.)

      • Soult dit :

        « Et sans faire de chauvinisme, la doctrine de la multiplication des forces spéciales me semble être une bonne idée, et c’est plus ou moins ce qu’on a en France. (il faudrait juste que ce ne soit pas aussi échantillonnaire et qu’on ait plus de densité.) » C’est abslument pas ce que nous avons fait.

      • EchoDelta dit :

        Oui je suis d’accord qu’il faut moduler aussi car en face on a du matériel essentiellement qui a 20 a 40 ans d’âge, d’un point de vue technique. Cela relativise un peu la performance des ukrainien très bien équipés en portatifs, face aux russes, qui ne mettent pas nos plus toute la purée partout. Mais bon dans ce schéma ca reste instrutif.

    • 1PourAvis dit :

      Sans oublier, les drones qui sont la plus grande avancée des derniers conflits conventionnels.

    • Joe dit :

      Tout à fait vrai sur la partie Retex.
      Prenons le cas d’un pays sans avion de combat sophistiqué ou de bombardier. Le cas de l’Ukraine grosso modo. Remplacer les coûts d’acquisition, de formation, de maintenance et la panoplie d’armes, remplacer cela par le nombre adapté de systèmes d’interdiction courte, moyenne et longue portée. Ajouté les armes portables anti-tank de différentes portées (RPG 7,Karl Gustav, MMP) en très grand nombre (plusieurs dizaine de milliers pour les deux premiers, le tout complété par des drones de courte portée, moyenne et longue porté ainsi que des drones kamikazes et vous avez un pays qui devient imprenable sur la durée, sous réserve que sa population le défende et qu’il ai la profondeur stratégique. Ajouter quelques alliances et même une ‘super puissance » trouvera le coût trop élever. Un message pour Xi au passage… 😀

      L’avenir est aux fantassins 2.0 aidé par de multiples capteurs. La mitrailleuse à tuer les attaques en ligne. L’artillerie à tuer la guerre de tranchée ou les concentrations de troupes. Ne resterons plus que les nations qui peuvent produire des armes (et contre-mesures) très efficaces en masse via des usines robotisées. Cela ressemble bougrement au film Terminator.

    • PK dit :

      Eh, oui : c’est ce que j’avais prédit. C’est un excellent exercice in live – cynisme mise à part – d’un conflit de haute intensité. C’est passionnant, encore que cela soit à tempérer avec la doctrine d’emploi des troupes russes, qui font plutôt dans la dentelle par rapport à leur habitude.

      Donc il faudra moduler beaucoup de choses. Malgré, comme vous dîtes, c’est riche d’enseignement.

      • joe dit :

        Citation : « qui font plutôt dans la dentelle par rapport à leur habitude »… C’est vrai car en temps normal (comprendre pays non slave), il y a longtemps qu’ils auraient rasés Kiev avec en plus quelques fûts de chlore et un bombardement non pas épisodique mais systématique de tous les hôpitaux, cliniques et dispensaires… Ne pas oublier non plus que la plupart des soldats russes sur le terrain ont autant envie de se battre que de se couper les deux jambes.
        Comme en plus la communauté internationale est vent debout contre l’invasion, il faut faire ‘léger’, tout en rappelant bien tous les jours que les bombes ne touchent que des cibles militaires et le sempiternel : « c’est la faute des occidentaux!! » /s

        • PK dit :

          Le problème avec votre lecture des choses pro-occidentales (ou plutôt anti-poutinistes primaires) est qu’elle ne vous permet pas de prendre du recul et donc d’analyser les choses avec sérénité.

          Donc, oui, je maintiens. Les Russes ont eu et ont toujours une stratégie anormale en Ukraine, du moins si l’on se réfère à ce qu’ils font d’habitude. Ils sont d’ailleurs assez proches des Ricains sur ce plan : des gros destructeurs avec des bottes de plomb.

          Donc, on peut déjà en tirer quelques conclusions :

          – l’attaque d’un pays grand comme l’Ukraine avec « seulement » une centaine de milliers d’hommes est impossible, à moins de le faire plier sous un bombardement massif.
          – Personne n’en doutait, et il serait insultant pour les Russes de penser qu’ils ne le savaient pas
          – S’ils ne l’ont pas fait et qu’ils ne le font toujours pas, c’est donc qu’ils avaient une raison
          – Poutine a exprimé ses objectifs aux débuts : pour le moment, les événements lui donnent raison
          – Aucun occidental ne veut écouter ces quelques conclusions.

          Tout cela ne légitime rien, mais explique beaucoup de choses. Oui, les Russes sont énormément dans la retenue, et ça fout vraiment par terre une grosse partie de la propagande de l’ouest.

          Maintenant, j’attends de voir débarquer tous les guignols qui vont montrer qu’un obus tombé au mauvais endroit démontre le contraire, comme d’habitude. La différence entre le recul et la vue d’ensemble.

          • Picsou dit :

            A quel moment ils sont dans la retenue ? Des milliers de morts civils en 3 semaines ne vous suffisent pas ?
            L’armée russe tient plus d’une armée mexicaine que d’une force d’invasion façon overlord. Elle ne possède pas une projection solide sur le terrain et ne vaut pas tant que ça face à une guérilla bien organisée possédant un matériel occidental récent ou bien plus efficace que son armement des années 70.

            La Russie est pays en voie de développement, elle n’a pas les moyens de ses ambitions. Du moins le croyait elle, à tort.
            Maintenant il leur reste l’épouvantail nucléaire, c’est dire s’ils sont acculés.

          • mark41 dit :

            « Poutine a exprimé ses objectifs aux débuts : pour le moment, les événements lui donnent raison »

            Bravo PK voila exactement le genre de discours qui fait de vous un « fan » de Poutine. Comme si la « dénazification » de l’Ukraine était un objectif réaliste et crédible.

            A lire ce genre de commentaires, je suis ravi de faire parti des anti-Poutine. Ce mec est une belle ordure (demandez donc aux russes qui ne sont pas d’accord avec lui…)

          • Aramis dit :

            @Picsou « A quel moment ils sont dans la retenue ? » Par rapport à Grozny et Alep.

            « L’armée russe tient plus d’une armée mexicaine que d’une force d’invasion façon overlord. » Cela ne veut rien dire.

            « Elle ne possède pas une projection solide sur le terrain » Ne veut rien dir enon plus.

            « et ne vaut pas tant que ça face à une guérilla bien organisée possédant un matériel occidental récent ou bien plus efficace que son armement des années 70. » Elle n’affronte pas une guerilla et le matériel des deux camps date des années 80 dans beaucoup de cas.

            « La Russie est pays en voie de développement » Au standard de l’ONU c’est clairement un pays développé.

            « elle n’a pas les moyens de ses ambitions. » Ce qu’elle voulait fair eétait impossible quel que soit les moyens. Elle a eu le smoyens de relier le Donbass à la Crimée.

            « Maintenant il leur reste l’épouvantail nucléaire, c’est dire s’ils sont acculés. » Attendons de voir.

            Bref dir eils sont nuls car ils sont méchants c’est de la stupidité.

          • PK dit :

            Vous voulez dire qu’il y a des morts là où il y a des combats ? Ça alors, vous découvrez la guerre ? C’est bien, c’est un bon début. « Quand armée faire guerre, civils sur le passage toujours en prendre plein la gueule » (ça date d’environ 10 000 ans, mais bon en grattant un peu, on doit pouvoir encore reculer la date).

            Pour votre info, sans jamais mettre les pieds chez les Serbes, les occidentaux ont « tapé » toutes leurs infras, faisant des milliers de morts (mais, chut, hein, ce sont des mauvais morts, donc ils n’ont pas eu droit au 20h). Pareil en Irak et ils seraient douteux qu’en Libye, nous n’eussions tapé un peu partout.

            Bref, quand on fait une guerre pour mettre à genoux un pays, on tape les infras. Où sont les infras tapées par les Russkofs ? Nada. Une volée de missiles au premier jour, sur essentiellement des cibles militaires. Ou sont les barrages, les centrales, les usines détruites ? Aucune.

            Maintenant, je vous laisse conclure…

          • Picsou dit :

            @Aramis
            Vous ne faites pas honneur à votre surnom. Votre mauvaise foi vous aveugle. « Les standards de l’Onu »…mais lol.
            La Russie est un désastre économique et societal. Tout le reste en découle. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.
            Ça se voit que vous ne vous êtes jamais rendu dans ce pays, ni travaillé avec une entreprise russe.

          • Pravda dit :

            500 morts civils d’après Human Right Watch. Propagande quand tu nous tiens.

          • v_atekor dit :

            PK: Putino-Kompaible ? Pousses un peu ton raisonnement et tu vas conclure que c’est un choix de bombarder les civils dans les villes plutôt que les infrastructures. Avec tes inepties tu es entrains dérouler le tapis rouge pour le tribunal de Lahaye.
            .
            Les Russes tapent dans les infrastructures lorsqu’ils le peuvent. Ils ont détruit assez de ponts, assez de relais radio & télévision, stocks de carburant, usines… Le soucis c’est que globalement ils manque de précision, et se manque de précision est lié à deux raisons :
            .
            * La présence de manpads pour voler suffisamment bas ;
            .
            * Le manque de munition de précision largable en haute altitude.
            .
            * Une défense anti missile qui tient encore suffisamment la route pour limiter fortement les dégâts
            .
            Dans la série des ratés, on a quand même un parking d’intérêt stratégique qui a été pulvérisé aux abords d’un radar, un relais de télévision endommagé sans qu’il soit inopérant)…

  4. BlackBird dit :

    Bonjour
    Je rajouterai que la baisse des F35 est temporaire, car les chiffres remontent à partir de 2024.
    Concernant le budget, une grosse parti part pour la R&D, les nouveau programmes B21, NGAD et un missile de croisière hypersonique. En effet ce dernier aura un budget de R&D de +560 millions de dollars à partager avec l’AGM183A.
    Concernant le B21, l’USAF – a demandé 1,7 milliards pour commencer la production à faible taux (5 appareils).
    Concernant le F22 c’était prévisible qu’ils demandent sont retrait cette année. Le NGAD bien que classifié, nous pouvons supposer qu’il est bien avancé. Je rappelle qu’un prototype a déjà volé en SEP2020.

  5. Mike dit :

    Doit on conclure qu il ont déjà un remplaçant en service? Le dérapage budgétaire du programme f35 ne doit pas être perdu pour tout le monde.

  6. Franz35 dit :

    « passage au block 4 du F-35 »
    C’est incroyable. Le block 4 est sensé être la première version du F-35 réellement apte au combat avec des capacités globalement complètes. Et pour y arriver, il va falloir développer un nouveau moteur.
    A ce stade là, les USA devraient presque repartir du début et refaire un avion réellement efficace plutôt que de persister à essayer de sauver ce programme trop ambitieux à l’origine. Avec les progrès et l’expérience accumulés depuis le F-22 et le F-35, il devrait être possible de développer 2 avions distincts (1 pour la navy et l’air force, et 1 pour l’USMC), moins couteux et plus adapté.
    Et pour remplacer le F-22 (mais aussi les F-15 et F-18), il va falloir avancer sur le NGAD

    Pendant ce temps là, en France, rien de nouveau. Il faudrait pourtant que l’on se lance très rapidement dans un projet (ou au moins un démonstrateur) ambitieux d’avion type « SCAF » pour remplacer à terme le Rafale avec un gros bi-réacteur omnirole et endurant. Puis dans un projet de chasseur léger, rapide et discret pour donner de la masse à notre armée de l’air

  7. jyb dit :

     » l’efficacité « dévastatrice » des défenses aériennes tactiques ukrainiennes  » et quels sont ces systèmes ?

    • Thaurac dit :

      s300 manpads stingers , anglais, suédois, et maintenant les derniers missiles anglais, pour haute altitude.
      Ils ont descendu un stock d’avions russes,e et en descendent tous les jours
      Tient bonjour, on cherche toujours Souleymanie , si tu le vois…:)

    • Thaurac dit :

      Les pilotes russes peuvent trembler: les missiles Starstreak arrivent en Ukraine
      Trois fois la vitesse du son et une efficacité redoutable.
      https://korii.slate.fr/tech/pilotes-russes-peuvent-trembler-missiles-starkstreak-antiaeriens-ukraine-manpads-3-fois-vitesse-son

      • mark41 dit :

        Mouais, évitons le marketing forcené des industriels de défense. Oui, le Starstreak semble plus performant (sur le papier) que les MANPAD existant. M’enfin, cela reste un missile pour la très courte portée et l’altitude de croisière reste faible. Je ne suis pas vraiment certain que cet équipement change la donne.

  8. v_atekor dit :

    L’Arménie et l’Ukraine sont riches d’enseignements. Le F22 a probablement une signature radar/ir supérieure aux petits drones turcs. Fantassins plutôt que chars, et on lâche le furtif, on met le paquet sur les drones… Et les missiles portatifs prennent une importance insoupçonnée.

    • Thaurac dit :

       » Le F22 a probablement une signature radar/ir supérieure aux petits drones turcs.  »
      Pas sûr
      La réduction de la signature radar, qui serait égale à celle d’une bille de métal, soit environ 1 / 1 000e de celle du F-15, alors que les deux avions ont à peu près la même taille, résulte :

      de ses formes qui évitent de renvoyer les ondes radar vers l’émetteur ;
      de son revêtement intégral par une peinture absorbant les ondes radar ;
      de ses surfaces de contrôles conçues par thermoformage, supprimant l’utilisation de rivets qui créeraient des aspérités ;
      des antennes et détecteurs noyés dans le revêtement ;
      du canon caché derrière une trappe amovible.

      • UnKnown dit :

        Je n’irais pas voler en dessous de 7000 pieds au dessus de l’Ukraine, même avec un F-22. La signature IR et la présence très importante de mannpad rendent l’environnement très dangereux pour tout ce qui vole.

  9. jp dit :

    ils peuvent relancer la chaine de production F22 avec une modernisation des composants commun avec le block 5/6 du F35 comme prévu initialement

  10. Doodiiz dit :

    « sa furtivité, ses capteurs et ses performances en vol, le F-22A Raptor est en mesure d’abattre plusieurs adversaires au-delà de la portée visuelle [Beyond Visual Range – BVR] sans être détecté. »

    Question à ceux ayant plus d’infos car qqle chose m’échappe:

    comment le f22 peut il rester indétectable tout en abattant un avion ennemi ? il doit bien utiliser son radar pour ne serait-ce que détecté l’adversaire puis utiliser de nouveau son radar pour guider le missile non? l’avion ennemie le détecte aussi, il peut mettre en œuvre des contres-mesures et l’engager à son tour, non?

    Il doit bien trahir sa furtivité pour passer à l’action. La furtivité passive, en somme, donnerai un bonus de départ (ce qui est déjà pas mal) et c’est tout.

    • E-Faystos dit :

      @ Doodiiz
      Le F22 fait clairement office de sniper plutôt que soldat du rang.
      Pour arriver à ce résultat, il possède un radar très puissant.
      Mais la technologie qu’il emploie est poussée à son paroxysme.
      Si un radar ancienne génération faisait office ce de phare côtier et corne de brume, celui-ci du F22 fait plutôt office… De mitrailleuse.
      Pour pouvoir détecter, il change constamment de fréquence pour éviter de se faire repérer par une antenne ennemie ET il émet des faisceaux extrêmement étroits, d’où ma comparaison. Une fois une cible acquise, un radar devait se focaliser dessus. Dans le cockpit de l’avion cible, les détecteurs passaient au rouge vif et le pilote -ou le système- activait des leurres.
      Mais avec un changement de fréquence, cette poursuite en continu est interrompue pour le détecteur, qui prévient juste qu’il y a des impulsions dans un coin, mais hyper brèves. Donc le système d’autoprotection n’est leurre le temps que le missile prenne le relai avec son autodirecteur.
      Et là, c’est le drame.
      Pour contrer la menace du AIM120, les avions les plus modernes ont une suite d’auto protection qui est complétée par un détecteur infrarouge : son rôle est d’avertir quand le missile prend son envol, avec un gros panache caractéristique. Le pilote est alors informé et peut réaliser des manœuvres d’évitement.
      Bien sûr, il ne s’agit de battre le missile à la course ou en virage: on parle d’un projectile qui fonce à mach 2,5 et tourne à 20 G en fin de course… Contre mach 2 et 9g pour un avion sans charge externe… Y’a pas photo.
      Donc l’objectif est de sortir de la zone où le missile deviendra autonome, brouiller sa liaison avec le radar de l’avion lanceur et leurrer aussi fort que possible.

      • v_atekor dit :

        Ce que tu décris est commun à tous les radars AESA où chaque cellule émet sur sa propre fréquence, chacune en faisant de l’évasion fréquentielle (et en prime les radars de générations plus ancienne font aussi de l’évasion fréquentielle, mais sur des faisceaux plus larges).

        • E-Faystos dit :

          C’est exact. Le radar PESA du Rafale était déjà spécifié « LPI »: basse probabilité d’interception.
          À mon avis, les tuiles des radars AESA pourront se transformer en antenne pour les communications.
          Cela permettra d’émettre sur des réseaux ouvert anciens avec des taux d’interception réduit.

        • Cricetus dit :

          @v_atekor
          « Ce que tu décris est commun à tous les radars AESA »
          Oui. Le grand intérêt, c’est associé à une cellule furtive : « il voit, mais il n’est pas vu »

          • v_atekor dit :

            Dans l’idée, oui, et depuis l’antiquité. Dans la pratique grace au très grand nombre de fréquences utilisées simultanément, les AESA arrivent bien à détecter les cellule « furtive » (F35 et J20 au moins) mais ils ont plus de mal avec des contre-mesures plus habituelles, notamment la réémission du signal entrant en décalage de spectre/Doppler de façon à ce que le radar «voit » quelque chose ailleurs qu’il n’est vraiment, et c’est d’autant plus compliqué à contrer que (justement) le faisceaux étant étroir, il porte peu d’énergie, et qu’un signal équivalent d’énergie à peine supérieure suffit à le perturber…

    • Thaurac dit :

      Non une il peut avec radars passif et les liaisons avoir sur son radar la position de l’adversaire et lâcher la purée, munitions , avant , guidées par style awac mais maintenant « tire et oublie »
      On le fait aussi…

    • Cricetus dit :

      @Doodiiz
      Le F-22 et le F-35 utilisent un radar dit LPIR (Low Probability of Interception Radar). Schématiquement ces radars étalent leur émission sur un large spectre de fréquence avec pour une fréquence donnée une faible puissance d’émission qui peut être en dessous du bruit de fond.
      Par ailleurs ces avions peuvent fusionner les données issue d’autre appareil, permettant a un appareil de garder son radar éteint, profitant des informations issue d’un autre appareil, prudemment resté a distance, qui aurait gardé son radar allumé.
      Pour finir ils sont dotés de système IRST.

    • EchoDelta dit :

      Il y a le prospectus de l’époque et la réalité d’aujourd’hui. Pour l’instant la cape d’invisibilité arrange bien les USA pour rester crédible.
      Quand on s’expose on montre la réalité.
      Bien sûr qu’il est décelable et abattable aujourd’hui. Il suffit même d’un marqueur et on peut le suivre dans toutes ses évolutions.
      Avec un peu d’astuce la furtivité disparaît très vite.

    • UnKnown dit :

      En BVR, la furtivité totale n’existe pas, parce qu’il faut bien arroser abondamment d’ondes radar les cibles que l’on souhaite engager pour obtenir une solution de tir, et donc se révéler. Mais on peut le faire en restant discret ou en tout cas en limitant la perception de l’adversaire. Tous les avions de combat modernes disposent d’un mode de balayage passif « Track While Scan » le radar balaie une zone sans se concentrer spécifiquement sur l’appareil que l’on souhaite attaquer. L’image radar manque de précision (fréquence de rafraîchissement faible car balayage plus ou moins large), mais permet de ne pas alerter la cible sur la nature réelle de la menace (oui il y a un F-22 dans l’azimut, mais difficile de déterminer précisément la distance et l’altitude, et la nature réelle de la menace). Cela permet de laisser le pilote adverse dans le doute, par opposition à un verrouillage « en dur » d’un radar hostile ou d’un missile, qui suppose un balayage radar actif à très haute fréquence (pour avoir une image constamment mise à jour, et garantir le maximum de précision).
      La furtivité du F-22 sert surtout à garantir une sécurité dans la distance d’engagement, en retardant au maximum le moment ou le radar adverse sera suffisamment proche pour garantir un verrouillage. Et sert aussi sans doute dans les manœuvres défensives de type « notch » ou l’on cherche à se positionner à 90° par rapport à au radar adverse pour se fondre dans « l’angle mort » de l’effet doppler.

  11. Frédéric dit :

    Juste une précision concernant le budget, avec l’inflation qui en explose depuis quelques temps, c’est au mieux une stabilisation en terme de  »pouvoir d’achat ».

  12. Trent dit :

    Ils devraient nous acheter des Rafales.
    Leur prochain coucou leur coûtera les yeux de la tête.

    • Thaurac dit :

      Sachant comme ils procèdent le nouveau « game changer » doit ête près depuis longtemps et les études doivent porter sur bien d’autres choses.

  13. Raymond75 dit :

    Un avion tellement supérieur aux autres en prix d’achat, en coût de maintenance, en coût d’utilisation, qu’il en devient ridicule même pour les fous des armes que sont les US !

    • Vinz dit :

      Donc il faut ou bien être con ou bien maso pour acheter cet avion ? C’est ça ?

  14. Red dit :

    « Justement, s’agissant de ce dernier, l’US Air Force veut en acheter 33 exemplaires en 2023, soit quinze de moins par rapport à ce qui avait été prévu [l’US Navy et l’US Marine Corps ont exprimé les mêmes intentions]. Et cela afin de libérer des fonds pour le NGAD, financer un nouveau moteur pour le F-35 et accélérer le déploiement du F-15EX [avec l’achat de 24 exemplaires supplémentaires, soit deux fois plus qu’en 2022, pour 2,7 milliards de dollars]. »

    Il n’est pas fait mention ici que Frank Kendall à confirmé que l’USAF allait bel et bien acquérir l’ensemble des 1763 F-35A prévu :
    .
    « Mais il a souligné que le F-35A restera un élément central de la flotte de chasseurs de l’armée de l’air pour les années à venir, et que l’objectif de l’armée de l’air d’acheter 1 763 des chasseurs reste inchangé. »
    : https://www.defensenews.com/air/2022/03/28/air-force-would-cut-150-aircraft-including-a-10s-buy-fewer-f-35s-in-2023-budget/
    .
    Après 3 semaines en poste, Kendall avais déjà averti qu’il allait diminuer les commandes de F-35A pour facilité le développement du Block 4 (la partie TR-3) et également pour réduire les appareils à rétrofités voici (une) des entrevues sur le sujet qu’il avait donné il y à un peu moins d’un an à son entré en poste et fait à noté qu’il à agit de la même façon sous Obama avec le Lot LRIP-4 avec un certain succès :

    « es problèmes ont atteint leur paroxysme lors des discussions contractuelles sur le lot 4 de la phase de production initiale à faible cadence de l’avion. Les accords en place depuis 2010, avec les rénovations attendues, n’étaient pas ce dont le ministère de la Défense avait besoin.

    « Nous sommes dans une situation qui ressemble à celle que j’ai eue plus tôt, autour du lot 4 environ, quand il y avait beaucoup de problèmes de conception sur un avion qui n’avaient pas été résolus, et nous étions en train de acheter des avions qui allaient nécessiter des modifications importantes », a déclaré Kendall à Air Force Magazine dans une interview exclusive. « À ce moment-là, j’ai sérieusement envisagé d’arrêter la production pendant deux ou trois ans pour résoudre ces problèmes de conception. …

    « J’ai décidé de ne pas faire ça. »

    Il a plutôt décidé de plafonner la cadence de production à 30 pendant deux ans « en partie » pour faire pression sur le constructeur, Lockheed Martin, « mais aussi pour éviter d’acheter des avions sur lesquels nous allions faire des modifications coûteuses après les avoir achetés.

    « Ça a marché. »

    Maintenant, a déclaré Kendall, le Pentagone semble être dans une situation similaire : l’armée de l’air devrait acheter le F-35 dont elle a besoin, en particulier la mise à niveau du bloc 4 avec Technology Refresh 3, « qui a des problèmes », a déclaré Kendall.

    TR3 comprend un nouveau processeur principal, une mise à niveau radar et un nouvel écran de cockpit, ainsi que des mises à jour logicielles pour améliorer les capacités de guerre électronique. Cette actualisation «déverrouillerait» les améliorations du bloc 4 du jet. Parce que la version Block 4 est ce que veut l’Air Force, les négociations se sont concentrées sur moins d’avions sur les lots de production à venir. Le bureau du programme conjoint du F-35 a déclaré que la mise à niveau du TR3 viendrait dans le lot 15, prévu pour 2023, « selon les besoins ».

    Dans l’intervalle, l’Air Force ralentit ses achats de F-35, appelant à 48 au cours de l’exercice 2022 puis à 43 par an de l’exercice 2023 à l’exercice 2026, soit une baisse de 10% par rapport à son plan de défense des années futures précédentes.

    Les sceptiques remettent en question le calendrier des mises à niveau du bloc 4. Le Government Accountability Office, dans un rapport de mars, a déclaré que le calendrier du JPO pour l’effort de modernisation n’était « pas réaliste », le Pentagone sous-estimant régulièrement la quantité de travail nécessaire pour développer les mises à niveau.

    « Je pense que nous devons examiner, à ce stade, [at] quel est le taux de production approprié pour nous amener d’où nous sommes au moment où nous avons cette capacité sous la main », a déclaré Kendall. « Et l’entrepreneur n’a pas très bien fonctionné – il y a eu beaucoup de problèmes avec ça. »

    Comme pour les négociations du lot 4, Kendall a déclaré qu’il espère que le ralentissement de l’achat exercera une certaine pression et obtiendra les mises à niveau nécessaires. »
    .
    Il n’y à jamais été question d’abandonné le F-35 que ce sois avec du F-16, du F-15EX ou du F-18SH BLK-III … Les 608 F-16 qui sont – déjà – en cours de modernisation se font ajouté 4000h de durées de vies .. Leurs retraits est prévu pour 2048 alors que le dernier F-35 livrable est prévu .. pour fin 2047 suivez le fil. Les F-15EX remplacement – au plus vite – les F-15 C/D qui tombent plus vite que le rythme des techniciens. Quant au F-35C, ils sont passé d’un Squadron de10 appareils par PA, à 14 et maintenant 20 F-35C pour 24 F-18SH ( rappelez-vous que le ratio F-18SH/F-35C est de 608 F-18SH pour 273 F-35C prévu ..)

    « Meuh il à 800+ défauts cet appareil » Et alors ? C’est du – Software – ! .. Du Iphone .. MDF, FCS, Sub-sys .. même plus de catégorie 1A, 11 catégorie 1B (mettant en danger le potentiel de la mission) 5 cette année et ceux-là ils sont important à corrigés. Le reste ça se traite extrêmement rapidement sauf quand ton pays un peu trop attaché a ses libertés et se prend 2 ans de Covid + doit produire des appareils pour le monde au complet + doit produire une partie d’Odin + doit réduire le CPFH + doit gérer les 1200 sous-traitants bref, certains vont peut-être commencer à comprendre pourquoi Kendall ralenti la production ? 🙁

    Parce que le trolling et les noms d’oiseaux pour commenter/analyzer l’actualité d’un appareil certes, compétiteur du pays d’origine du site, cela ne fait pas très sérieux … Le plus drôle était quand vous étiez plus de 300 à tourner, retourné, déchirer le mot « Cornerstone » dans le but de vous auto-convaincre (certains..) que Brown ne voulait surtout pas dire que le F-35 était ni plus ni moins que l’épine dorsale (j’utilise autre chose mais c’est du pareil au même 😉 ) de la future USAF . C’était de toute beauté à voir ..

    • E-Faystos dit :

      Cher Nico
      Vous pourrez présenter les choses sous l’angle le plus arrangeant qui soit, ça continue d’être des pavés.
      Similaires à l’objet de votre désir: farcis de bonnes intentions, mais peinant à convaincre.
      J’espérais qu’avec l’achat Canadien, vous seriez comblé et passeriez à autre chose.
      Encore raté!

    • EchoDelta dit :

      Nico, personne ne doute des efforts acharnés des équipes de R&D dont vous faite partie, pour faire du F35 un avion convenable, et j’imagine que toute l’ingénierie doit en baver, surtout en logiciel. Mais pour l’instant la réalité sur le terrain est qu’il a des capacités limités, et que cela fait prêt de 20 ans qu’il est en service, Plus de 15 ans de service quoi.
      Alors je sais qu’en France nous ne sommes pas des rapides, mais là, chez des américains, je pense que tout le monde peut convenir que ce programme est un désastres technique et industriel. Quand il faut tout refaire : électronique, moteurs, avionique, équipement, armement (canon), outils de maintenance (ALIS) : à un moment on peut se dire sans rougir que la première copie était vraiment très pale.
      Alors OK. considérons les 600 premiers exemplaires comme des PoC (Proof of Concept NDLR) mais alors ca fait beaucoup de PoC pour une expérimentation d’avion multi-rôle. Sans parler des couts.
      On parle de Bug logiciels mais là je constate que tout le matériel est a changer… Les 300 premiers F35 je ne sais même pas à quoi ils peuvent servir actuellement, et peut être même que les 600 Premiers seront retiré du service avant la fermeture de la ligne de production du F16, comme le si génial F22 est retiré du service avant l’arrêt de la ligne de production du F15…
      Ca interpelle quand même.

  15. scalectric dit :

    Si j’ai bien compris, le F22 est trop cher et son réacteur n’est plus en production, le F35 est dépassé car il lui faut un autre réacteur plus puissant, le A10 est trop vulnérable… que reste-il de l’US Air force ?
    Plus simples plus mobiles, plus insidieux, plus létales et moins cher qu’un avion ou un char, cette guerre aura été l’avènement des équipement portatifs: missiles sol/air ou missiles antichars et des drones déjà mis en valeur en Libye ou en Azerbaïdjan.

    • Thaurac dit :

      Les missiles manpads fonctionnent car en manque de munitions guidées les SU passent à basse altitude pour larguer les bombes, un b52 avec une centaines de bombes guidées sur barillet depuis 12-13000 m arrose la région

    • sentinelle dit :

      La guerre ça ne consiste pas à avancer en colonne b.à C. sur des routes parce qu’au mois de mars/ avril c’est impossible de se déployer sur une terrain plat comme la main appuyer par des aéronefs sans moyens de protection et une artillerie incapable de coordonner ses feux avec les unités au contact et sans suppression efficace des unités sol/aair faute de ciblage efficace et en plus en retenant ses coups et avec des effectifs réduits et mal entrainés j’ai bon ? Et en utilisant des transmissions mal cryptées

  16. Le Suren dit :

    Je pensais que le F-16 était plutôt chasseur que bombardier. Je miserai plutôt sur une flotte homogènre de F-15 qui est plus multi-rôle que le F-16. De plus, en bi-réacteurs, l’équipage est plus sécurisé.

  17. Casper dit :

    773 milliards de dollars, avec ce budget combien d hopitaux, plus de faim dans le monde, l etre humain est vraiment en dessous de tout……

    • joe dit :

      C’est pas faux… En même temps si il n’y avait pas cette super puissance militaire représenté par les US, le monde aurait probablement connu plusieurs guerres d’envergures qui auraient coûtées encore bien plus, sans compter les destructions. Un jour peut-être nos lointains descendants seront en paix, sans les mensonges servis par les uns et les autres… attendez que la pénurie alimentaire s’installe dans 1 an…

    • Igor dit :

      Rapporté à leurs économies on peut dire la même chose de la Russie et la Chine.

    • E-Faystos dit :

      Les politiques Américains ne sont pas humains.
      Ils sont contre l’idée de mutualisation sous toutes ses formes et traitent de socialiste quiconque leur souflerait l’idée de sécurité sociale comme chez nous.
      Pourtant, sauver la population de la crise accompagnant le COVID leur à coûté cher. Je ne parle pass d’argent : ils en impriment à volonté depuis la.crise de 2008, en se moquant des répercussions. Mais regardez les effets de la »grande démission », attendu, évoquée chez nous, mais qui se fait attendre.

    • Vinz dit :

      Une bonne partie irrigue tout le tissu économique US – donc revient sous une autre forme dans les caisses de l’Etat. Une autre bonne partie à ce niveau de budget part forcément en fumée – pas pour tout le monde.
      Devinette : quel pays, au 700 milliards d’euros de prestations sociales/an, s’est retrouvé avec ses hôpitaux complètement submergés par le Covid, incapable de développer un vaccin rapidement, toujours en retard d’une guerre dans les mesures prises ? Indicatif 33.

  18. Thaurac dit :

    « étaient désormais insuffisants pour rivaliser avec les J-20 et FC-31 chinois ou les Su-57 Felon russes. »
    Capacité supposées, sur le papier…..qu’ils nous les donnent le f22…

  19. Jay5714 dit :

    Non le F22 n’utilise pas forcément son radar pour accroché une cible mais son détecteur infrarouge qui ne trahit pas ça position, c’est un avion ayant l’écho radar d’un bourdon même à haute altitude le retrait de cet avion et de nature budgétaire pas opérationnelle

    • E-Faystos dit :

      Le F22 n’a pas de détecteur infrarouge.
      Lu un article comme quoi un contrat était passe en vu de l’en doter. Et l’auteur de se questionner sur l’emplacement, la place disponible est rare.
      Désolé.

  20. HYLE dit :

    Je pense que l’on se trompe lourdement sur le RETEX de la guerre en Ukraine.
    On se trompe aussi sur la haute intensité.

    La Russie n’a pas voulu noyer sous les missiles et les bombes l’Ukraine, la guerre a finalement été extrêmement localisée et les dommages collatéraux relativement minimes. On pourrait même dire que la 3/4 de l’Ukraine s’en sort sans destruction. Si l’Ukraine était à 100%, la Russie elle ne l’était pas, d’ailleurs elle ne l’était tellement pas qu’elle a foiré son opération spéciale initiale sur Kiev, mais réussira à prendre son lac d’Azov.

    On peut même dire que les pertes russes se situent dans les villes qu’ils ont peu bombardés et par l’inconséquence de la protection de leurs colonnes de chars. On peut affirmer sans sourciller que les drones n’ont rien changés à la donne, c’est-à-dire qu’il faut avoir un complément terrain fantassin/blindés/défense sol air qui a visiblement complément était aux abonnés absents.

    Le vrai RETEX de cette guerre, c’est que la Russie a vécu avec l’imaginaire de la Guerre Patriotique et a combattu comme tel. Sauf sur certaines troupes d’élites.

    • Pravda dit :

      La Russie a cramé 50% de son stock de missiles, et si elle n’était pas à 100% je ne vois pas l’utilité de faire venir des syriens , des tchétchènes, des mercenaires…, de laisser les mêmes troupes en première ligne sans approvisionnement sérieux pendant un mois.
      Elle était à 100% de ses capacités de « projection », si on peut appeler ça une projection, le reste de ses troupes étant occupée à la défense du territoire ou à la logistique, seule une mobilisation massive mais peu efficace voir même contre productive pour le Kremlin, pourrait augmenter ses effectifs (en chair à canon).
      Echec du renseignement, échec de la logistique, du génie, des communications, des « stratèges et tacticiens », de la capacité à assurer la supériorité aérienne… il faudra des mois pour faire le retex quand les choses se calmeront…, les drones ont permis aux ukrainiens de guider les attaques d’artillerie, à mener des attaques sur les défenses anti-aérienne ou les convois logistiques, à taper les centres de commandement, ils ont été loin d’être inutiles.

    • vrai_chasseur dit :

      @Hyle
      pour aller plus loin,
      Le 1er RETEX qui vient est que les capacités russes de renseignement et d’analyse politico-militaire stratégiques en amont ont fait défaut. La « guerre éclair de libération » n’était qu’une construction intellectuelle et rien ne s’est passé comme prévu. Il y a eu un gros décalage, volontaire ou non, entre la perception de la situation et le plan qui en a découlé, et la réalité. Décalage qui doit secouer actuellement tout le Kremlin.
      Le 2eme RETEX, est en fait une vraie question : l’armée russe est-elle vraiment capable de faire autrement que ce qu’elle démontre en Ukraine ?
      Même si on considère cette opération comme une grosse « OPEX » expéditionnaire russe avec un objectif politique mal taillé, son échelle très large confirme des caractéristiques sur l’armée russe qui étaient déjà soupçonnées auparavant :
      – peu d’agilité opérative sur le terrain (par ex. les sous-officiers de rang sergent ou plus n’ont aucune prérogative de décision, toutes les initiatives de manoeuvre viennent d’en haut),
      – des capacités de combat réservées aux seules unités d’élite : les VDV, la Rosgvardia (et encore : c’est plus une force de police), l’infanterie de marine et les Spetnaz.
      – peu de coordination interarmées terre-mer-air, ce qui oblitère également l’efficacité de la logistique,
      – recours massif à l’assommoir artillerie non guidée pour ‘dissiper le brouillard de la guerre’ dès qu’il s’épaissit,
      – recours systématique à la terreur (vous dites « dommages collatéraux relativement minimes » : raser à 90% une ville côtière de 400000 habitants comme Marioupol reviendrait en France à raser entièrement une ville comme Nice et toutes ses communes limitrophes).

      Toutes ces caractéristiques commencent à faire émerger un point : l’armée russe serait meilleure en « zone grise » (conflits hybrides) qu’en haute intensité.

      • Hyle dit :

        Je suis d’accord avec vous tous ( @Pravda, @vrai chasseur et @Carin ). Ce que je voulais écrire, c’est qu’il faut se garder d’en tirer des conclusions sur la guerre de « haute intensité » du XXIe siècle, car la Russie a montré qu’elle n’était pas au niveau (quelque soit le niveau, commandement, moral, troupes, renseignement, matériel, etc.).

        De plus, il y a une réelle question morale qui se pose, c’est pour ça que je parle de destruction minime (tout de même 1/4 tu territoire, mais par rapport à l’ampleur de l’invasion initiale, ça reste concentrée). Cette question morale est qu’il y a fort à parier que la Russie pensait faire un coup, pas une invasion massive; pensait être favorablement accueillie et que finalement ce qui devait être une promenade c’est transformé en déroute avec tentative de rattraper la face.
        => Cet aspect moral, est important, car les soldats russes ont hésité, mal informé, mal embrigadé, et surtout en empathie avec les locaux. C’est d’ailleurs pour moi la principale raison de l’utilisation de mercenaires étrangers.

        Pour moi on a assisté à une guerre asymétrique comme avec l’Afghanistan pour les USA, à la différence que les USA ont des moyens colossaux et la propagande ce qu’il fait qu’ils ont duré et ont compensé des pertes. les USA ont eu recours aux mercenaires aussi, se sont cachés dans leurs camps pour faire des sorties surarmées mais au bout de 10ans ils ont lâché l’affaire…. face à des paysans en kalach et rpg7 dont le soutien international est bien plus faible que les pays européens.

        In fine, on est dans un problème philosophique assez simple : la guerre du XXIe siècle pour être gagnée doit reposer sur le massacre conséquent ou total de la population civile et militaire adverse sinon elle est condamnée à moyen terme à échoue. Le soft power et la corruption des élites ont des effets in fine bien plus dévastateurs en comparaison.

  21. vrai_chasseur dit :

    Comme toujours, pas une cause unique à cette décision mais une combinaison de facteurs en amont :
    – Les premiers F22 Block 20 sont en version obsolète, inaptes au combat. C’est l’avion d’entrainement le plus cher de l’histoire … les retirer est plus sage que les garder.
    – Le F22 souffre d’un défaut technique apparu au cours du temps, son train d’atterrissage avant peut se plier voire ne pas se déployer à l’atterrissage. On peut être « l’avion-de-la-mort-qui-tue », si on fait un cheval de bois au posé comme un vulgaire faucheur de marguerites, c’est très embêtant. C’est déjà arrivé. Les inspections ont montré que 20% du parc F22 est affecté.
    – Le budget économisé (1,8 milliards $) va être redirigé vers le NGAD. Apparemment, il avance beaucoup plus vite que prévu.
    – Le missile air-air longue portée américain, le AIM-260, arrive en phase opérationnelle. Il va donc conférer à tous les chasseurs actuels de l’USAF de meilleures capacités de combat air-air. Y compris pour le F35, qui ne brille pas particulièrement sur ce domaine. L’intérêt d’avoir des F22 pour la supériorité aérienne devient alors plus relatif. (NB : nous, nous avons déjà le missile longue portée Meteor depuis plusieurs années. A ceux qui se demandent si le couple Rafale + Meteor vaut quelque chose, vous avez la réponse : même les américains malgré leur budget pléthorique n’ont pas encore ce couple en panoplie et cherchent activement à l’avoir).
    – il y a aussi des considérations politiques. Le F15EX est assemblé à St Louis dans le Missouri, fief démocrate. Le F35 est assemblé à Fort Worth dans le Texas, fief républicain. Les élus pro-Boeing et les élus pro-Lockheed-Martin poussent leurs pions pour le budget de commandes avant les Mid-Term de novembre prochain, où les démocrates s’attendent à perdre la majorité au Sénat et au Congrès.

  22. Carin dit :

    @HYLE
    Je pense que vous idéalisez une armée russe dont les combattants ont été tenus à l’écart de la décision de Poutine. (Ils ne s’attendaient pas à être envoyés en Ukraine dès la fin de zapad)…
    Ils sont partis tels quels sans même une carte d’état major de l’Ukraine. ( ils sont cantonnés sur les grandes routes et suivent les panneaux pour rejoindre les villes qu’ils sont censés prendre).. Il n’en demeure pas moins, qu’au niveau combat, l’armée russe est égale à ce qu’elle a toujours montré par le passé, sortie de Russie, y’a plus rien! Ça fait 9 ans que les milis ukrainiens s’entraînent à contrer le rouleau compresseur russe alors que les russes se sont largement reposés sur leur certitude de victoire en quelques jours, les stratèges russes n’imaginaient même pas une quelconque résistance en dehors des alentours du palais présidentiel de Kiev. Aujourd’hui ils ne savent toujours pas comment faire, et se contentent de bombarder à tout va les villes et leurs populations, pour garder les combattants ukrainiens le plus loin possible de leurs troupes.
    Il n’empêche que 300000 russes avec leurs matériels, plus la marine russe, plus les bombardements longues distances depuis le sol russe, n’arrive pas à venir à bout d’une armée ukrainienne qui sur le papier ne représente pas le dixième de la leur…
    Au point que nos amis russes reviennent à leur point de départ, et seule la propagande en Russie (et seulement pour un temps), les sauvent… car pour le reste du monde, c’est une défaite sur tous les plans. Espérons que le malade du Kremlin ne tente pas un baroud d’honneur avec du sale, voire du nuc, et que son entourage lui fera peter le caisson plutôt que de devoir mourir de honte.

    • v_atekor dit :

      Oui. Et côté « vérités » Russes, on admirera l’annonce d’une baisse de la pression à Kiev qui consiste essentiellement à un renouvellement des troupes… Certains nous bassinent avec Poupou Ier qui ne dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit, mais s’il disait une seule fois la vérité, il n’y aurait plus grand monde pour le croire.
      .
      Il y a une constante malgré tout : propagande ou pas, les Russes appuient/suivent Poutine. Pas tous, mais suffisamment pour que la Russie ne change pas de si tôt.

      • Thierry dit :

        le soutient du peuple russe à Poutine relève davantage de la propagande que la réalité sinon il ne serait pas obligé de jeter les manifestants en prison, depuis sa réforme des retraite il n’a plus de soutient, la crise du Covid a vidé les derniers supporters, et le matraquage de la propagande dans les médias russe est encore une preuve de cette réalité, personne ne manifeste pour la guerre en Russie, et les sondages sont largement manipulés :

        https://www.opendemocracy.net/en/odr/russia-opinion-polls-war-ukraine/

        • v_atekor dit :

          Oh, mais je ne suis pas fou au point de penser que Poutine a 60% de personne qui le porte dans son cœur. Mais avec 15% d’appuis directs, et 20% de personnes qui se contentent de la situation, ça suffit… Un dictateur est un homme seul. C’est le système qu’il a mis en place qui le fait tenir, et sans le soutien d’une partie importante du peuple, le système s’effondre seul. Dans les années 60 en Espagne, pas grand monde n’aimait Franco, mais la plupart des gens étaient assez bien lotis pour préférer leur bout de gras, avoir peur de la guerre civile, ce qui n’empêchait pas que des prisons de sinistre réputation se remplissent (et se vident sans que personne n’en ressorte.. vivant), le tout était de ne pas en faire partie…

  23. Thierry dit :

    venir dire que les A 10 seraient trop vulnérable et les F-15 EX pas du tout, relève de la contradiction total, ce sont des avions de même génération et leur sensibilité aux défenses anti-aérienne est exactement la même, ils ont tous les deux besoin que le F-35 viennent faire le ménage avant d’intervenir, comme tous les avions de 4ème génération (sans exception).

    Retirer le A10 serait une bêtise, il peut précisément encaisser les coups de la DCA et continuer sa mission, il n’a pas de remplaçant ayant des capacités similaire, s’il coute trop cher à entretenir alors il lui faut une mise à niveau comme pour les B52, avec changement de moteur et modernisation du système de navigation.

  24. Charognard dit :

    L’info était sortie sur « the drive », bientôt la même avec du Fail-35 ?
    https://www.thedrive.com/the-war-zone/44954/air-force-wants-to-retire-33-f-22s-buy-more-f-15exs-in-new-budget