L’US Space Force veut développer un engin spatial pour patrouiller autour de la Lune

Cette année, on célèbrera le cinquantième anniversaire de la mission Apollo 17, la dernière qui permit à deux astronautes américains [Eugene Cernan et Harrison Schmidt] de fouler le sol lunaire. Celle-ci marqua la fin d’une époque, la « conquête spatiale » se limitant désormais aux activités en orbite terrestre et à l’envoi de sondes et autres robots sur d’autres planètes [Mars en particulier] ou sur des comètes.

Cependant, depuis quelques années, la Lune est redevenue un sujet de rivalité entre puissances. Ainsi, en 2021, la Russie et la Chine ont signé un accord pour construire conjointement une « station scientifique lunaire internationale ». Pour cela, l’agence spatiale russe, Roskosmos développe le lanceur « Yenisei », dont le premier vol était jusqu’à présent prévu en 2028. Et, côté chinois, on n’entend pas se contenter du succès de la sonde Chang’e-4 , qui, en 2019, s’était posée sur la face cachée du satellite de la Terre. D’autres missions de ce type sont dans les cartons, afin d’y prospecter des ressources potentiellement exploitables, comme les métaux rares

Confirmé par l’administration Trump [qui l’a même accéléré], le programme Artemis doit permettre aux États-Unis de revenir sur la Lune. Celui-ci reposera sur le lanceur SLS [Space Launch System], la capsule Orion et une mini-station appelée « Lunar Orbital Platform-Gateway ». L’objectif est de pérenniser l’accès à la Lune avant d’envisager d’aller sur Mars.

Quant à l’Agence spatiale européenne [ESA], elle nourrit quelques ambitions. À commencer par celle consistant à explorer le sous-sol lunaire avec les robots RoboCrane et Daedalus, l’un des enjeux étant d’exploiter, par la suite, le régolithe, un minerai à partir duquel il est possible d’extraire eau et oxygène. En outre, elle a également le projet – très ambitieux – d’établir un « village lunaire ».

Par ailleurs, le Japon et l’Inde ont mis leurs ressources en commun pour explorer la Lune. Ainsi, la mission LUPEX [Lunar Polar Exploration] devrait être lancée en 2024, avant d’envisager une expédition humaine. En tout cas, c’est un objectif partagé par ces deux pays.

Cela étant, au-delà des projets portés par les États, il faut aussi compter sur les projets commerciaux portés par des acteurs privés [qui forment le « New Space »], comme ceux de SpaceX, qui a l’ambition de développer le tourisme lunaire.

Cette multitude de projets concernant la Lune pourrait avoir des implications militaires… En effet, le 21 mars, le laboratoire de recherche de l’US Air Force [AFRL – Air Force Research Laboratory] a publié une demande de propositions adressée aux entreprises membres du Space Enterprise Consortium [SpEC] afin de trouver des solutions pour le programme « Cislunar Highway Patrol System » [CHPS], qui consiste à développer un engin spatial devant permettre à l’US Space Force [USSF] de détecter, suivre et identifier tout objet artificiel évoluant entre l’orbite géostationnaire et la Lune [soit au delà d’une portée de 385’000 km].

« Le programme CHPS améliorera notre connaissance du milieu spatial, dans une région qui est mille fois plus grande que notre zone de responsabilité actuelle », a commenté Michael Lopez, le responsable de ce projet. « L’AFRL est intéressé à entendre des entreprises qui pourraient avoir des idées différentes des nôtres et qui seraient susceptibles de contribuer au développement des capacités e ce satellite. », a-t-il ajouté.

L’enjeu du CHPS est de repérer des « objets cislunaires » qui ne sont actuellement pas répertoriés [corps de fusée, débris] puis de les suivre afin de pouvoir mettre à jour leurs positions, l’idée étant d’éviter qu’ils entrent en collision avec les engins spatiaux des futures missions lunaires. Et cela peut effectivement un sujet de préoccupation : début mars, l’étage d’une fusée [présumée chinoise] en déshérence depuis des années s’est ainsi écrasé sur la face cachée de la Lune.

« Nous sommes impatients de voir ce que l’industrie proposera, pour nous aider à concevoir et à construire le système », a déclaré M. Lopez. « Notre objectif est de créer un satellite qui deviendra d’une importance cruciale alors que les États-Unis soutiennent les efforts civils et commerciaux dans le domaine cislunaire », a-t-il ajouté.

Cela étant, le Traité de l’Espace, signé en 1967, stipule que la Lune ne peut être utilisée qu’à des fins pacifiques [ce qui vaut aussi pour tout autre corps céleste] et interdit de tester des armes, d’y conduire des activités militaires [manoeuvres, bases, etc…]. C’est donc dans ce cadre-là que s’inscrit le programme CHPS. « LUS Space Force assurera le développement pacifique de l’espace, en gardant nos missions sûres et sécurisées dans ces frontières lointaines », fait d’ailleurs valoir le Pentagone.

Photo : AFRL

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. Franky dit :

    1. Il existe un droit de l’espace, ainsi, selon le traité de l’espace, les armes de destruction massive sont illégales en orbite terrestre

    2. L’ accord régissant les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes de 1979 est entré en vigueur en 1984: Il stipule que la Lune ne peut être utilisée qu’à des fins pacifiques et qui interdit tout recours à la menace ou à l’emploi de la force ou à tout autre acte d’hostilité sur la Lune et de mettre sur orbite des armes de destruction massive autour de l’astre lunaire.

    Alors que c’est la mode aujourd’hui de mettre la Russie au ban des nations, les ricains militarisent l’espace en foullant au pied les accords signés!

    Les pays européens feraient bien de ne pas se laisser aveugler par la guerre urkainienne. Le vrai danger ne se limite pas à Poutine!

    • Félix GARCIA dit :

      « les ricains militarisent l’espace »
      C’est pas pour faire le tatillon, mais la militarisation de l’espace est un fait, c’est son « arsenalisation » qui est interdite.

    • Twouan dit :

      Si un radar ou une camera est le prelude a une arme de destruction massive, je comprends mieux la haine des radars routiers.

      • Fralipolipi dit :

        @Twouan
        Demain, avec des « limitations de vitesses » pour les orbites lunaires et terrestres …?… 😀
        en effet, ca va vite générer de la destruction massive de satellites 😉

    • Paddybus dit :

      Ben quoi..??? les accords internationaux concernent les zétazunis maintenant …??? c’est nouveau ça…!!!
      Faites comme je vous dis… pas comme je fais…!!!!
      Vous devriez savoir que les zaméricains ne font jamais ça par volonté belligérante…. ils veulent préserver la paix.. eux… et ils prennent un peu d’avance, juste pour pas être en retard…. ils sont pas belliqueux les ricains…. jamais…!!!

      • michel dit :

        Paddybus
        « C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité, voila contrairement au tienne , des paroles d’une grande sagesse , d’un coté cela me réconforte, de lire des trolls , comme toi , qui, il y a pas encore longtemps , disaient , la lune ,est une fabrication de Stanley Cubrik et Hollywood , pour l’instant il y a 6 drapeaux u.s sur la lune et un chinois…

        • Gégétto dit :

          Et deux Lunokhod siglés CCCP et certainement porteurs du drapeau de l URSS sur un flanc.

        • Paddybus dit :

          Si tu n’as que le qualificatif de troll…. Passes ton chemin…. Je te rappelle que notre hôte a demandé de ne plus aller à la facilité de l invective…..
          Quand à la phrase que tu cité…. Elle à été fabriquée et n’a probablement jamais été prononcée depuis la Lune…. Mais ça permet à une certaine clientèles de se gargariser de peu….
          Maintenant si tu as une réponse de bon sens à mon propos initial…. N’hésites pas….!! :o))

    • joe dit :

      Citation : « les armes de destruction massive sont illégales en orbite terrestre »… C’est sans compter sur inénarrable interprétation russe qui va nous pondre un satellite blindée d’armes nucléaires sous le nom de « objet à radioactivité spécial » 😀

      Croire que les pays Européens sont aveuglés par l’Ukraine est hors de propos. la belle Eu c’était un peu endormie sur les lauriers de la paix, faisant des choix en terme de budget, mais les états-majors eux n’ont jamais cessé de fonctionner et d’anticiper les futurs évolution et défis. L’Espace en est un et depuis longtemps. Comme par hasard, l’Europe est indépendante d’un point de vue lanceur spatial et est un allié des US tout en étant également un compétiteur.

      • Twouan dit :

        Deja qu’on a nos anti americain pavlovien qui confondent radar et armes.

    • scalectric dit :

      Dommage que les russe foulent au pied tous les accords d’équilibre entre les forces stratégiques notamment avec les missiles hypersoniques ou les missiles balistiques stratosphériques. Aveuglez vous l’êtes déjà beaucoup.

    • lxm dit :

      Obama( celui qui a décrété que si vous utilisiez un dollar vous tombiez sous la juridiction américaine), dans une grande reconfiguration, a torpillé tous ces traités liés à l’espace pour la privatiser et se l’approprier, il devient donc sujet d’une compétition et d’une militarisation.
      En gros depuis quelques années, un pays peut revendiquer des territoires en dehors de notre planète, c’est comme la course à la colonisation au 16ème siècle depuis l’europe.
      Les chinois sont ainsi très pressés de créer leur colonie sur la Lune pour en revendiquer et exploiter les ressources, notamment l’eau. Il se pourrait qu’il y ai dans une génération une guerre sur la Lune entre des colonies, et même l’usage d’armes de destruction massives; mais aussi des batailles entre vaisseaux spatiaux, et entre satellites.

      • Gaulois78 dit :

        @Ixm
        Reconnaissez qu’il est peu dangereux de s’envoyer quelques missiles, voir des bombes nuk de faibles puissances (pour voir ses effets) sur le satellite terrien…Netflix en y plaçant un max de caméra imax 4 D pourrait nous offrir un spectacle digne du film Dunkerque…Du moins pour les abonnés…

  2. Raymond75 dit :

    Oui en effet : une rumeur a indiqué que les Iraniens, alliés aux Cubains, envisageaient d’établir une base lunaire pour braquer ‘le rayon de la mort’ sur la Terre !!! Cela ne m’étonne pas de ces pays qui appartiennent à l’axe du Mal.

    Heureusement le complexe militaro-industriel US a trouvé une nouvelle source par aspirer les budgets colossaux que la Patrie du Bien et de la Liberté investi chaque année, au détriment de la santé de son propre peuple.

    Pendant ce temps, les drones humains en uniformes russes détruisent méthodiquement les villes et les lieux de vie des civils ukrainiens, et cumulent les massacres ; mais le maitre de l’Otan a déclaré « nous sommes à vos côtés » : nous regardons et avons clairement indiqué à Vladimir Vladimirovitch Poutine, ce dictateur mafieux et criminel de guerre, que « nous ne feront rien ».

    Au fait, Poutine a fait voter une nouvelle loi qui puni jusqu’à 15 ans d’emprisonnement toute information ‘déformée et mensongère’ sur la politique extérieure de la Russie. Etant donné qu’il ne cesse de mentir, il pourrait donc être inculpé ? Non bien sûr : les dictateurs s’appuient tous sur une police, une armée et une justice servile et corrompue pour exister.

  3. perry57 dit :

     » L US Space Force assurera le développement pacifique de l’espace, en gardant nos missions sûres et sécurisées dans ces frontières lointaines », fait d’ailleurs valoir le Pentagone.  » – Mais bien sûr et la marmotte met le chocolat dans du papier d’alu. Celui qui détiendra un « droit » ou de déni d’accès à l’espace, détiendra le pouvoir sur la terre. Ce n’est que le début, prochaine étape, la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter pour les minerais rares. Bon sauf si on se fait péter le caisson avant…

  4. NulH dit :

    Habitable ? Etape 1 pour Mars ?

  5. Jason Bourne dit :

    Excellente initiative. On n’est jamais trop prudent. Il faut anticiper toute tentative d’invasion marsienne, jupiterienne et surtout Saturnienne qui ne nous ont pas pardonner de les avoir espionné durant 12 ans avec notre sonde Cassini sans leur accord. Il faut donc anticiper toute attaque car notre satellite serait une tête de pont idéal pour lancer une attaque surprise de la terre.

  6. ScopeWizard dit :

    Pauvre Lune…

    Partout où l’ Homme qui de plus en plus se comporte tel un virus , met les pieds , tout ce qu’ il touche finit par être souillé , dépérir , voire par pourrir .

    Dès lors que son égo pilote , possession et désir de puissance ( donc principe de contrôle ) , religion du pognon , intérêts , prennent le dessus jusqu’ à n’ être plus que boussole unique , et pour leur hôte c’ est alors la fin .
    Un fin lente , certes , mais à terme telle une fin programmée , c’ est bien ce qu’ il se produit .

    En tout , s’ il en réchappe , trop souvent l’ hôte n’ en demeure pas moins fortement diminué ou affaibli .

    Et c’ est évidemment pire si plusieurs intérêts sont divergents et s’ affrontent ; la concurrence étant alors autant synonyme d’ émulation que de surenchère voire de course au « toujours plus » qui ne se raisonne d’ aucunes limites .

    https://www.youtube.com/watch?v=l11zPNb-MFg

    https://www.youtube.com/watch?v=g5q7A21ZXqg

    https://www.youtube.com/watch?v=SJszpEIAB8k&list=PLkNFYr6cyPbtTMpWicf68Slg71bkQswnD&index=2

    https://www.youtube.com/watch?v=WtrAzGuhaiE

    Plus court , plus direct :
    https://www.youtube.com/watch?v=FAp6jom0IPE&t=33s

    L’ écologie moderne tellement politisée et idéologisée tendance Woke , me fait bien rigoler , tiens…

  7. GeorgeAbitbol dit :

    Je commence par corriger une grosse erreur.
    Biden N’A PAS accéléré le programme lunaire, au contraire. Si le calendrier Trump paraissait trop ambitieux, celui de Biden va être beaucoup plus long, avec désormais la possibilité que la Chine arrive avant eux.
    Surtout c’est Biden et Obama qui avaient fait annuler le superbe programme Constellation voulu par Bush Jr, via la commission Augustine, fantoche. Exit Ares I, exit Ares V, exit l’alunisseur … Artemis ! Seuls restèrent SLS (dérivée de Shuttle/AresV avec 70t de charge utile au lieu de 188t, sans vrai étage supérieur) et Orion, le tout, dans le moindre objectif (aucune mission programmée d’ailleurs).
    8 ans de retard, merci Biden et Obama, Trump a bidouillé un programme avec ce qu’il restait, et surtout sans alunisseur disponible, et Biden parade désormais sur les ruines d’un programme qu’il a lui-même contribué à détruire.
    Sans parler du choix de l’alunisseur unique dont ils viennent de reconnaître que c’était une énorme erreur. Ils ont eu faux sur toute la ligne.
    Alors NON, Biden n’a rien accéléré.

    Sur ce projet de « patrouilleur », il ne faut pas que surveillance rime avec tensions supplémentaires. La Chine sera la première à réagir et à faire pareil, voire pire. C’est pas un bon futur qui se dessine. Il faut avant tout réaffirmer les traités de non-militarisation de l’espace, et de non-arsenalisation de l’espace (avec des armes).
    Sujet diplomatiquement très très complexe, surtout avec le retour d’une guerre froide tri-partite. Protégeons oui, mais gare aux mauvais signaux en offrant aux pays belliqueux l’opportunité de faire pire.

  8. Alfred dit :

    Pas foutus de nourrir l’humanité et de lui assurer une vie paisible, mais désireux d’exporter leurs vices ailleurs. Qu’on mette tous ces grands cerveaux dans leurs fusées avec leurs projets et un aller simple pour quelque part très loin au fin fond de l’univers, où ils pourront s’espionner et s’entre-tuer à loisir sans que ça nous dérange.

    • michel dit :

      afred
      un job pour toi , nourrir toute l’humanité , a coup, de caf, d’assedic ,de primes et de bon alimentaire ….

      • Alfred dit :

        Michel
        Votre commentaire est révélateur d’une profonde réflexion et d’un parcours exceptionnel. Evitez cependant le tutoiement. Ça fait un peu trou du c…

        • michel dit :

          Alfred
          Effectivement révélateur d’une profonde réflexion pour , un parcours typique d’un glucide vers sa porte de sortie …

  9. Fralipolipi dit :

    Pour résumer, les US voudraient pouvoir identifier et surveiller les trajectoires (à la manière d’un système GRAVES) de tout ce qui est expédié sur des orbites terrestres entre la Terre (au delà de l’orbite géostationnaire) et la Lune, ainsi que sur toutes les orbites lunaires.
    … Aujourd’hui y-a pas grand chose à suivre. Mais à terme, il risque d’y avoir du boulot pour ce satellite !!!
    .
    La justification pour raisons de sécurité est difficile à blâmer,
    surtout dans le cadre du programme Artemis, car les orbites de la station lunaire « Lunar Gateway » vont vraiment ratisser large !!! : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lunar_Gateway#/media/Fichier:Lunar-L1-and-L2-northern-and-southern-NRHOs.png
    .
    et ce même si le champs des probabilités (pour une collision) ne justifierait pas vraiment un tel empressement … car même si certains trucs se baladent (comme ce bout de fusée chinoise), cet espace là est globale hyper vide ! (rien à voir avec l’environnement de l’ISS).
    .
    Maintenant, entre surveiller pour la sécurité ou surveiller plus basiquement la concurrence, il n’y a qu’un pas. Ne soyons pas naïfs.
    .
    Mais bon, on n’en est pas encore à de l’armement dans l’espace. Halte aux exagérations ! => si toutes les caméras de l’espace public (dans nos villes) étaient considérées comme des mitrailleuses, alors nous serions mal 😉

  10. Frédéric dit :

    Niveau armes, il y eu, en plus des pistolets (dont un laser) des astronautes\cosmonautes, un canon automatique de 23 mm soviétique a bord de Salouit 3 qui reste à ce jour le seul a avoir tiré dans l’espace :
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Rikhter_R-23