Le français Arquus serait en mesure de réduire de 60% la consommation de carburant des blindés

S’il est encore trop tôt pour établir le retour d’expérience [RETEX] de l’invasion de l’est de l’Ukraine par la Russie, il apparaît cependant que, d’après ce que l’on peut avoir via les réseaux sociaux, les chars de combat sont à la peine.

Ainsi, certains estiment que, en trois semaines, les forces russes auraient perdu au moins 270 chars T-72 et autres T-80. Et cela pour au moins deux raisons : l’efficacité des missiles antichar livrés aux forces ukrainiennes [Javelin, NLAW] et les difficultés d’approvisionnement en carburant, les convois logistiques étant régulièrement pris pour cible par les soldats ukrainiens.

D’où l’intérêt de réduire la consommation en carburant des blindés, via une motorisation hybride. Et, au-delà des considérations écologiques [qui ne pèsent pas bien lourd quand il s’agit de faire la guerre…], celle-ci présente d’autres avantages, comme celui de réduire significativement la signature thermique et sonore d’un véhicule, de donner une « capacité d’esquive » en combinant la puissance de deux moteurs et d’être « résilient » sur le terrain, avec, en quelque sorte, un moteur de secours. Tout cela ne peut qu’avoir des effets sur la manoeuvre tactique.

En la matière, et après avoir présenté le VAB Electer, en 2016, issu d’unn Plan d’études amont [PEA] qui lui avait confié la Direction générale de l’armement [DGA], le groupe français Arquus a récemment lancé le premier véhicule blindé à propulsion hybride, à savoir le SCARABEE et dévoilé un groupe motopropulseur [GMP] hybride destiné au Véhicule blindé multi-rôles [VBMR] Griffon et reposant sur machine électrique de 150kW, associé à un moteur thermique de 400 chevaux.

Dans un entretien paru dans le dernier numéro de la revue « DefTech », un conseiller « innovation » d’Arquus, François Deloumeau, a indiqué que l’industriel travaille actuellement sur l’hybridation des chars, avec l’objectif de monter à bord du programme franco-allemand MGCS [Main Ground Combat System], pour le moment embourbé à cause de désaccords entre Nexter Systems et Rheinmetall.

« Pour l’hybridation des chars, nous disposons de deux composants essentiels : une batterie lithium-ion et une machine capable de produire de fortes quantités d’énergie », a confié M. Deloumeau. « Une batterie lithium-ion peut être chargée à deux fois sa capacité, et en trente minutes seulement, avec une machine adaptée. Nous disposons de cette machine qui produit au moins 60 kW, moteur au ralenti. Ce qui est énorme », a-t-il assuré.

Selon M. Deloumeau, un tel dispositif permet de réduire significativement le temps de fonctionnement du moteur thermique, et donc la consommation de carburant. Et de citer le cas du char Leclerc, qui engloutit « 40 litres par heure au ralenti, contre 8 litres par heure » avec le nouveau système d’Arquus « quand le moteur tourne ».

« Nous sommes en mesure de réduire la consommation du char de 60% », a insisté M. Deloumeau. Et donc de tripler son autonomie… Ce qui fait qu’avec un seul plein, le char est « largement opérationnel durant trois jours de combat », a-t-il conclu.

Photo : Arquus

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

189 contributions

  1. Olivier dit :

    Bonjour ‘ super innovation il faut continuer ! !

    • Belzébuth dit :

      Dans l’histoire, il y a l’ENSTA Bretagne (et un commentaire très intéressant de Sempre en Davant):
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/12/17/l-ensta-bretagne-et-arquus-s-accordent-sur-des-projets-de-fi-22657.html

      • Sempre en Davant dit :

        Belzébuth,
        Vous êtes fort civil et bien urbain! Le prochain rustre embourbé dans la verte dira que c’est ma faute!
        😉

        • Belzébuth dit :

          @ Sempre en Davant
          En Estonie, on a pu apercevoir des véhicules à roues batifolant dans la neige…
          https://twitter.com/CompteRenduMili/status/1490399232058089479

          Les paléontologues militaires ont même découvert une P4 « haute intensité » en excellent état de conservation:
          https://twitter.com/CompteRenduMili/status/1490283430151700481

          • Sempre en Davant dit :

            Pas de pelles, pas de pioches, pas de plaque à sable, pas de moufles de traction : Civils?
            Un militaire sérieux confie ses norvégiennes à un GBC! Important manger chaud 😆

            26 mars 1807 : Napoléon décide la création du Train des Équipages. 2022 Poutine y songe.

            Et s’il fallait ressasser encore : la préservation du terrain pour la mobilité de ceux qui suivent est essentielle.

            Sans doute connaissez vous les mémoires du sergent Bourgogne. La longue errance de troupes dycenteriques, survivant d’animaux morts longuement bouillis, et rêvant de trouver des « juiveries » pour manger un peu de fibre car « là où il y a des juifs il y a des noisettes »… Quel récit !

            Heureusement qu’il a laissé un compte rendu ce Bourgogne.

          • fabrice dit :

            C’est effectivement une coutume juive depuis la plus haute antiquité de planter des arbres fruitiers à la naissance d’un enfant.

          • Sempre en Davant dit :

            Fabrice, lisez Bourgogne, vous comprendrez. La retraite de Russie est une épreuve invraisemblable.
            Pas un poil d’antisémitisme dans mon propos simplement de la géographie. Il ne me souvient pas s’ils traversent le Belarus ou la Pologne, mais son petit groupe de zombies et lui traversent des pays ou certains villages sont séparé des autres…. Et où il y a des noisettes!
            Vous avez peut être entonné le Champ des marais : c’est l’ambiance.
            Et ceux qui ont survécu furent de ceux qui ne se suralimentèrent pas devant une aubaine.

            Bourgogne attribue sa survie à la déchirure de son fond de culotte qui lui permet de se vider debout tandis que nombre d’autre gèlent de ne pas avoir la force de se relever.
            Comme vous le savez lors de la libération des camps, beaucoup sont morts d’avoir été (très relativement) « gavés ». Les libérateurs pensant bien faire. Rapidement une réalimentation progressive fut mise en œuvre.

            Le « gaulois » plantait un chêne pour que l’enfant ait chaud.
            Le symbole des fruits est très bon aussi.

    • okboby dit :

      « peut être chargée à deux fois sa capacité » ca n’a aucun sens….

  2. ScopeWizard dit :

    Ce serait effectivement le bon plan .

    Maintenant reste à conserver voire à accroître le rendement de tels moteurs .

    À quand un véhicule civil type berline ou compacte Arquus ?

    • john dit :

      Bonne blague.

    • Alain d dit :

      @ScopeWizard
      C’est est à prendre avec précaution.
      Mais il est évident qu’il faut chercher des solutions, seul moyen de progresser.
      Hybride = complexe. Les autos hybrides essuient quelques critiques, notament sur leur supposé gains écolo CO2.
      Et quand c’est complexe c’est fragile, alors que le blindé est fait pour encaisser et si bien réalisé, pour limiter des possibilités de départs de feu et des dégâts des éclats qui se faufilent.
      La photo montre bien que c’est une « usine à gaz ».
      Logique, plus c’est pointu et sobre en énergie et plus ça devient complexe et plus consommateur d’électronique, avec en plus toujours plus de normes qui elles mêmes complexifient encore plus.
      Et à quel prix de vente : unités, entretiens, pièces détachées. Quels temps d’intervention pour les réparations?
      Et un stock de pièces bien plus important à gérer.
      Enfin, affaire à suivre, mais ce n’est certainement pas gagné.
      L’intérêt de l’électrique me semble déjà un relatif silence de fonctionnement au démarrage et au ralenti, et une trace thermique moins visible, en embuscade ou en observation.
      Un moteur de char, même au ralenti ça dépote.
      Ne pas oublier que quelques pays, dont la France, scannent la chaleur aussi depuis les satellites.
      Ce qui permet de comprendre, de localiser les déplacements, les stationnements, l’intensité des combats et la concentrations des feux. Chaleur concentrée sur une rue > probablement embuscade qui aurait fonctionnée. Sur la rue et pâtés de maison aux alentours : combats, embuscade ou pas.

      • Palu dit :

        @Alain, pour moi à la fin de votre article vous donnez trop de détails concept.

      • Question complexité et fiabilité, j’ai pas de problèmes avec ma Lexus hybride au contraire de camarades VTC avec des diesels (mais ma Lexus a un gros moteur essence atmo).
        Avec les électriques vous ne pouvez maintenir la puissance longtemps sans vider la batterie de manière exponentiel.
        Avec l’hybride vous avez des avantages tactiques, et la résilience du thermique combiné (autonomie, résistance au froid).
        l’électrique peut être un jour mais pas encore.

      • Cela dit je partages votre inquiétude sur la fiabilité des véhicules lourd de marques Européennes en motorisation hybride.

      • ScopeWizard dit :

        @Alain d

        Je vous la fais courte ; pour moi , plutôt que chercher à développer une autre technologie et de l’ imposer ce qui va poser de nouveaux problèmes , l’ intelligence serait de faire avec ce que l’ on a mais en le poussant au maximum de ses possibilités .

        Le moteur thermique l’ a t-il été ?
        Non , au nom d’ une pseudo-écologie , « on » préfère laisser tomber .

        Ce qui quoi qu’ il en soit se comprend parfaitement dès lors que l’ on bien conscience de la façon dont notre système fonctionne : production constante , innovation , bref jamais l’ on ne doit s’ arrêter .

        Indépendamment de la technologie thermique ou électrique donc éventuellement hybride si combinée , perso je serais plus enclin à « croire » à l’ hydrogène qui me paraît l’ une des pistes les plus prometteuses à explorer .

        « La photo montre bien que c’est une « usine à gaz ». »

        Depuis quelques années , j’ ai rarement vu un moteur moderne qui n’ en soit pas une .

        « Enfin, affaire à suivre, mais ce n’est certainement pas gagné. »

        Oui , pour nombre de raisons que vous citez et que j’ approuve .

        « L’intérêt de l’électrique me semble déjà un relatif silence de fonctionnement au démarrage et au ralenti, et une trace thermique moins visible, en embuscade ou en observation.
        Un moteur de char, même au ralenti ça dépote. »

        Je souscris .

        Bref , comme vous dites ; affaire à suivre…

        • Guillaume dit :

          Oui enfin, il ne faut pas se priver du bon côté des innovations non plus.

          Comme cela a ete dit plus haut, etre capable de tenir une position fixe en alimentant au moins ta tourelle et ton systeme de tir, sur batterie sans bruler du carbu, sans bruit et sans chaleur…

          Si on fait une analogie dans mon domaine c est un peux comme faire du roulage electrique sur le tarmak.
          C est l avenir et techniquement c est sans risque.

          Je veux dire, on parle juste de charger une batterie avec un moteur ou un un apu. On est encore loin de la pile a combustible.

        • Aramis dit :

          « Le moteur thermique l’ a t-il été ? » On continue à l’améliorer.

          « Non , au nom d’ une pseudo-écologie , « on » préfère laisser tomber . » L’hybride n’a rien d’écolo, il permet juste de moins consommer d’essence sans avoir besoin de recharger fréquement la batterie. Mais il lui faut de l’essence et des minerais.

          « perso je serais plus enclin à « croire » à l’ hydrogène qui me paraît l’ une des pistes les plus prometteuses à explorer . » Il ne règle rien: demande beaucoup d’énergie pour être produit, délicat à transporter, sujet aux explosions.

          L’hybride ne sert à rien écologiquement, tout le mond le sait, mais militairement c’est prometteur.

      • Alain d dit :

        @Palu, Christophe…, ScopeWizard, Guillaume
        Merci pour ces commentaires.
        Désolé, mais pas le temps de vous répondre.
        Qui vivra verra, ou pas…

    • Patatra dit :

      Une compact ARQUUS… je prends le scarabée. Pratique pour se garé avec un rayon de braquage réduit.
      Hybride pour la planète et un volume de coffre agréable, en plus j’aime bien être en position surélevée et c’est pratique pour aller au ski.
      Le seul soucis, j’adore les toits panoramiques et je sais pas s’il y a une boule d’attelage pour mettre le porte vélo à l’arrière. et j’ai besoin d’un radar de recul.

  3. Elwin dit :

    C’est une rupture technologique, chapeau.

    • HMX dit :

      Le terme de rupture technologique semble un peu trop fort. C’est une avancée intéressante, déclinaison militaire de ce qui existe dans le civil. A court terme, c’est une solution plutôt intelligente, surtout si on peut l’adapter en rétrofit sur des blindés existants. Reste la question du coût d’acquisition, et peut être et surtout la question de la fragilité et du coût d’entretien de cette mécanique et de cette électronique pour un usage militaire. Question qui mérite que des démonstrateurs soient commandés et testés intensivement sur différents théâtres, pour se faire une opinion.

      la vraie rupture technologique, qui viendra sans doute elle aussi du monde civil, consistera à concevoir des blindés à propulsion 100% électrique, avec une autonomie supérieure aux blindés à moteurs thermiques équivalents. Sur le papier, ce serait très intéressant, un moteur électrique (ou plusieurs moteurs jumelés) étant moins lourds et moins complexes à fabriquer et à entretenir que les lourds et complexes blocs thermiques, avec leur boîte de vitesse associée. Reste évidemment la question brûlante des batteries, qui ont fait d’énormes progrès, mais qui restent encore insuffisantes pour ce type d’usage.

      Lorsque ce problème sera résolu, cela ouvrira la voie à une petite révolution dans la logistique terrestre. Fabriquer de l’électricité par différents moyens, ou se connecter à un réseau local existant, est en effet beaucoup plus simple à gérer d’un point de vue logistique que d’acheminer de vulnérables camions citernes au plus près de la ligne de front.

      • Ératosthène dit :

        HMX : « … des batteries, qui ont fait d’énormes progrès, mais qui restent encore insuffisantes pour ce type d’usage. … »
        Il n’y aura pas de grand progrès pour les batteries.
        Parce que la puce d’ordinateur a suivi la loi de Moore selon laquelle la puissance est doublée tous les deux ans, on s’imagine que c’est la même chose pour le reste. Et bien non.
        Cela fait 222 ans que la pile existe (empilement de rondelles de zinc et de cuivres, inventé par l’Italien Alesandro Volta). Les plus grands progrès ont déjà été faits.
        Pour la puce on pouvait miniaturiser et on l’a fait.
        Pour la batterie, on est directement au niveau de l’électron, il n’y a pas de miniaturisationpossible.

        PS : Ces histoires de véhicules électrique sont à la graisse d’ours.

        • Wazabi dit :

          Qu’un principe technologique ait été inventé il y a 222 ans ne signifie pas que tous les progrès possibles ont été réalisés. Surtout dans le domaine du stockage chimique de l’énergie où il ne s’agit pas uniquement de miniaturisation.
          Comme pour l’ampoule électrique, on est maintenant avec les LED CMS, loin du filament en carbone et pourtant la finalité reste la même.

  4. Dodo dit :

    Le problème russe ce n’est pas que les destructions ou les pannes d’essences, c’est aussi les problèmes techniques et du terrain (peu importe que ce soit à chenille ou non).
    Mais il est difficile d’admettre à certains que la chenille ça s’embourbe également et que le vieux matériel soviétique qu’on pense « rustique », ben en fait il ne tient pas comme on le pensait (par méconnaissance).

    L’ajout d’un moteur électrique (hybridation) revêt d’un grand intérêt. Si on va parfois mettre en avant l’aspect « écologie », je pense qu’il faut complètement l’écarter du sujet, car il va finir par corrompre des esprits qui n’y verront qu’une « aberration » ou une « contrainte » sans intérêts pour les armées.

    Réduire la consommation en carburant a un intérêt opérationnel, si beaucoup pouvaient en douter, le conflit en Ukraine le montre bien. Peu importe le calibre du canon, peu importe l’épaisseur d’un blindage, si vous n’avez pas le carburant pour le faire fonctionner, vous êtes comme un con, les russes en ont fait l’expérience.
    Avoir un moteur électrique permet d’obtenir une meilleure réactivité au démarrage, permet de faire fonctionner des systèmes électriques à l’arrêt ou avec n moteur thermique ne servant qu’à recharger les batteries.
    Un moteur thermique peut servir comme il est dit d’un système redondant permettant de faire avancer un véhicule après un problème technique sur le moteur principal.
    Une progression sur moteur électrique permet une réelle discrétion opérationnelle, pour qui n’a jamais été par exemple dans le calme de la nuit en entendant au loin des moteurs, ben ils ne comprendront pas. Quand on prend en plus un exemple comme le VAB avec son turbo qui va siffler…
    Un moteur électrique sera toujours plus simple à entretenir et connaitra moins de problèmes.

    Il faut vraiment développer l’hybridation de nos véhicules militaires, pas pour sauver la planète, mais dans un intérêt opérationnel. Il faut pousser plus loin par la suite, avec une propulsion principale en électrique et un moteur thermique secondaire pour recharger les batteries, puis vers le tout électrique avec 2 moteurs.
    La technologie avance petit à petit, ce qui semble être encore pas réalisable de suite ne le sera pas forcément dans 15 ou 20 ans. Il ne faut juste pas être en retard.

    • Franz35 dit :

      Les engins à chenille ont généralement une pression au sol plus faible. Les derniers blindés à roues ont des performances à ce niveau là qui s’en rapprochent maintenant. Mais de fait, selon la nature du sol, n’importe quel engin peut s’enliser. Et si la chenille reste « généralement » plus mobile, elle peut aussi finir par s’enliser

    • Elio dit :

      L’impression que me donne l’échec du char Russe, est que les chars d’assaut ne répondent plus à toutes les techniques de guerre moderne. Si l’on compare les situations modernes aux situations d’avant 1950 :
      A -les positions ne sont plus fixes mais mobiles : l’ affrontements se fait moins sur des positions défensives fixes comme on le faisait avant. Le terrain du théâtre des opérations est peut être moin défoncé et souvent moins ouvert qu’il ne l’était.
      B – le développement des armes anti char terrestres a des coût raisonnable (de 1 a 5% du prix d’un char); missiles courte et moyenne porté que l’on peut mettre en œuvre aisément rend les blindages, en environnement peut ouvert (villes), inintéressant.
      C- la faible vélocité des véhicules et des armes lourdes, à nouveau, rendent ces armes peut opérante en environnement peut ouverts.

      Dans une guerre d’opposition où les forces cherchent à s’opposer sur des espaces ouverts, où les positions sont clairement établis, le char anti-char a probablement sa place. Le char d’assaut a probablement aussi sa place pour déloger des places fortes parfaitement identifiées.

      • Dolgan dit :

        En ukraine, il y a « 2 guerres ».

        Celle d un front gelé ww1. Et celle de mouvement. Rien de très neuf.

        L artillerie à joué un rôle majeur dans cette guerre. De même que l info valorisation du champ de bataille (bricolé en partie en mode démerde )

        Les chars ont souvent été mal utilisés par les russes (absence de soutien, de reconnaissance, avancée à la queue leuleu à découvert, ….). Par contre ils ont plusieurs fois fait leur boulot : percer les défenses ennemies. Le problème est venu dans l incapacité d exploiter ces percées.

    • Patatra dit :

      Et un moteur électrique produira moins d’IR qu’un moteur thermique également 😉

  5. Wrecker47 dit :

    Ce moteur n’équipera pas dans l’immediat les blindés français ,peut-être dans vingt ans …et encore !
    Depuis que le drone existe :si plus est » armé », nos blindés ne peuvent devenir que des cercueils à roulettes ! Tout a été axé sur les moyens de lutte anti-chars tant sur le plan terrestre qu’aérien …Durée de vie d’un équipage inférieure à 36 heurs au combat!… On peut considérer que l’arme blindée est devenue obsolète et qu’elle ne sert plus à rien ,si ce n’est à devenir des cercueils collectifs !

    • john dit :

      La technologie hybride existe depuis longtemps maintenant. Ce genre de solution peut même être installé en rétro fit en complément du moteur en place.
      De plus, il y a bcp de blindés en conception et en début de production.
      Les chars européens de nouvelle génération doivent arriver entre 2030 et 2040, ce qui laisse le temps de voir venir.
      Et il y a bcp de blindés 4×4, 6×6, 8×8 et même à chenilles qui sont en début de production ou en cours de conception voire avant-projet.

      Pour les blindés obsolètes, ce n’est pas le cas, loin de là cette idée.
      Toute guerre doit se faire avec une volonté de maîtriser l’entier du champ de bataille, cela inclut la mer, le ciel, l’espace et le terrain.
      Aujourd’hui, les défenses anti-aériennes de bcp de pays sont très (trop) limitées. La France n’a par exemple plus de canon anti-aérien. Les missiles à courte portée sont des missiles mistral, qui ont le désavantage comme le Stinger d’être très sensibles aux contremesures.
      Par contre, un pays comme Israël a une défense anti aérienne complète et intégrée qui lui permet d’intercepter une majorité de projectiles et aéronefs.
      Sinon, la Suède et la Grande Bretagne ont des solutions pour des systèmes courte portée à guidage laser, et avec auto guidage. En complément, un canon anti-aérien est totalement encouragé puisqu’il peut permettre de faire de la défense anti-artillerie à moindre coût.
      Et finalement, pour la courte portée, il y a maintenant les armes laser qui fonctionnent. Rheinmetall Oerlikon a développé une solution testée et efficace.
      Mais pour cela, il faut des systèmes de détection anti aériens efficaces, cela inclut des radars modernes, mais pourquoi pas des systèmes IRST y compris, etc… Et il faut réfléchir à la défense anti-aérienne face à la furtivité. C’est un vrai défi pour le futur.
      Pour les blindés et les chars, la réalité est plus complexe.
      Si on regarde la Turquie en Syrie qui a perdu bcp de Leopard 2, le problème n’est pas le char mais la stratégie turque. Les chars n’étaient pas accompagnés d’infanterie, et étaient trop immobiles, donc des cibles faciles.
      Pour la fameuse colonne russe, peut-être y a-t-il plus un problème stratgique et tactique que la simple question des drones.
      Une colonne aussi longue sur une même route est une cible facile. Aucun système de défense ne protégeait le convoi.
      Et c’est le cas aussi pour la logistique. Des camions non blindés, non protégés… Forcément qu’ils sont des cibles faciles.
      Et en plus, la Russie a voulu prendre des villes très en avant sans vouloir nettoyer les campagnes, et se sont retrouvés entourés d’ennemis de partout. Les Russes ne maîtrisent que les axes routiers principaux, mais entre ceux-ci, ils ne maîtrisent rien…
      Une des raisons est la crainte de s’enfoncer dans le sol ukrainien. Et en ce sens, on voit que les blindés chenillés ont encore un intérêt, que ce soit pour l’artillerie ou le combat d’infanterie.
      Autre point important, les systèmes de protection actifs seront un bon complément et cela va se propager après ce conflit. Il ne faut pas tout jeter à la poubelle si ce n’est la stratégie russe.
      Mais n’oubliez pas aussi que de nombreux militaires russes étaient en service militaire, soit des non-professionnels très mal formés, et des chefs très peu au fait avec les stratégies basiques d’infanterie. Tout cela n’est pas forcément la bonne chose à faire.
      Et sur un point particulier, la France aime les blindés légers, et c’est un choix stratégique qui se justifie. Mais sur les chars de combat, le Royaume Uni avec le Challenger 2 avait un char ultra protégé capable de recevoir des dizaines de rpg sans problème ! Il est possible de se protéger de certaines armes anti-chars.
      Mais l’idée sera surtout de les tenir à distance. Et pour cela, il faut une infanterie qui nettoie les campagnes et que tous jouent leur rôle !

      • LaMeuse dit :

        Tout à fait. Faire comprendre la complexité du combat terrestre et la complémentarité de ses composantes est toujours un défi indispensable, même ici. « Ceci sert-il ? » , « cela fera la décision ? » assénés ad libitum en réunion multiples, c’est exaspérant ! L’Ukraine le démontre encore, la victoire et la défaite , c’est au sol. Et l’adT doit être comprise du politique qui n’a plus le temps de la connaître . Alors entre la vision «  magasin de jouets » qui individualise les équipements, segmente le besoin et peut rendre la solution incohérente et la conceptualisation (« combat de mêlée », «  agression dans la profondeur ») qui n’explique pas concrètement le contenu matériel et impose un choix homothétique au politique, un équilibre est indispensable avec des concepts budgétisés qui soient complémentaires et cohérents.

      • Prolegomen dit :

        Concernant l’obsolescence du char, vos arguments peuvent s’entendre mais sont quand même soumis à débat. Vous semblez cantonner le drone à de l’aérien. Or, l’on peut tout a fait imaginer des essaims de drones accompagner les troupes au sol, en contact avec celles-ci, sans jamais avoir besoin de réellement pendre de l’altitude et donc s’exposer à des défenses antiaériennes.

        Regardez ce qu’arrivent à faire les pilotes de drones en FPV. Armez ces drones et vous vous retrouvez avec un pilote à l’abri, au sein de son escouade, et un engin capable de faire de la reconnaissance, de rentrer dans les bâtiments et d’éliminer d’éventuelles menaces. Ceci inclus dans des unités d’infanteries, j’avoue avoir du mal à comprendre la plus-value du char dans ce contexte.

        En outre, à 8 millions en moyenne le char, plus l’importance de son emprunte logistique, cela en fait du mini drone, même kamikaze, à opposer en face (faible cout d’achat, faible entretien, possibilité d’imprimer en 3D un très grand nombre de pièces d’entretien, facilité de transport…). J’avoue ne pas comprendre, dans un conflit moderne, sa doctrine d’usage. Inutile si il doit rester derrière l’infanterie, trop fragile en première ligne même accompagné du fait de la multiplication des menaces, nécessite des ressources colossales pour sa mise en œuvre…

        Maintenant je ne suis pas expert, cela ne me parait être que du bon sens. Si quelqu’un a un argumentaire contraire étayé, je suis sincèrement preneur.

      • Lagrange dit :

        Une majorité de soldats Russe engagés sont des pros.

      • Nelson dit :

        Tapis des bombes à l’américaine et plus de probleme

      • Dolgan dit :

        Pour les convois, ils avaient des camions cabine blindée (par sur qu’il en reste beaucoup)et ils étaient escortés à minima par des bmp. Mais ta cabine blindée resiste pas à missile charge creuse. Et les bmp pareil.

        Quand tu es immobilisé, à découvert et qu on t allume de loin au missile, à part plonger dans le fossé, tu peux pas grand chose.

        Le problème c’est l absence de soutien aérien (hélicoptères/ avions) et l absence de reconnaissance au sol des lieux (nombreux) pouvant servir à une embuscade.

        Mais pour ça, il faut de la masse. Et on retombe sur l inadéquation entre la mission et les moyens disponibles.

    • radionucleide dit :

      durant la guerre froide, l’espérance de vie d’un char était inférieur à 24h
      rien de neuf

    • Elio dit :

      Qu’entendez vous par Drone ? Les missiles (les missiles ballistics exceptés) sont-ils des drones ?

      Les blindages sont la réponse défensives aux balles et aux obus. Quelle réponses défensives peut on donner aux drones : piratage radio, brouillage radio, … Dans quel type de véhicule placeriez vous ces équipements défensif ? Un blindé ou pas.
      Peut être devrions nous différencier les équipements défensifs et offensifs ?

  6. Félix GARCIA dit :

    J’ai rien compris.
    Pas que votre article soit mal écrit monsieur LAGNEAU !
    C’est juste que j’ai du mal à comprendre comment ce système peut augmenter l’endurance. Car réduire la consommation de carburant d’accord, mais pour consommer de l’électrique ? Y a toujours besoin du même nombre de kW/h de puissance, mais celle-ci est électrique, c’est ça ? Et donc, provient de la batterie (qui doit peser un âne mort et prendre la place, en volume, d’une belle quantité de carburant [quand je vois la gueule de ma batterie lithium-ion de 2kW …]).
    Je ne comprends définitivement pas …
    Quelqu’un pour m’aider ?

    • EchoDelta dit :

      En fait le moteur au ralentit a un rendement très faible : de l’ordre de 8%. Quand le moteur tourne au couple maxi il a un rendement jusqu’à 45 a 50% même sur les moteurs de bateau : l’idée est de charger la batterie à haut rendement et de la décharger dans les phase de faible puissance ou le moteur tourne au ralentit.
      Le char en opération a toujours
      Besoin d’énergie même s’il ne bouge pas pour faire fonctionner la tourelle, la radio, la clim etc.

    • v_atekor dit :

      L’astuce vient que les moteurs très très lourd des chars (comme des bateaux) sont conçus pour propulser des masses vertigineuses. Sauf qu’ils passent un temps non négligeable à fonctionner au ralenti sans propulser rien du tout. Et ce mode de fonctionnement pour lequel ils ne sont pas du tout optimisés est extrêmement coûteux.
      .
      Un char qui ne se déplace pas a besoin d’énergie (tourelle, clim, informatique…), mais peut être pas de la même puissance que pour faire faire avancer un blindage de 50 tonnes dans de la boue en côte…
      .
      A titre indicatif, il y a des recherches très avancée dans les autres modes transports pour éviter d’utiliser des moteurs surdimensionnés pour rien ou pas grand chose. Pour gérer les bateaux dasn les ports, ce serait les mettre sur secteur plutôt que de faire tourner leurs énormes moteurs (gros soucis quand même lorsque 5 navires de croisières totalisant 30.000 personnes arrivent dans un port… Idem pour les avions dans les aéroports car l’APU représente presque 10% de la conso, essentiellement pour la clim au sol…

      • Nike dit :

        Sauf erreur de ma part, la solution APU d’Airbus « green sky » est restée au stade du POC.
        Le gros pb du stockage d’energie par batterie en militaire c’est la durée de vie des batteries.
        1 – Si vous changez les batteries tout les 5 ans sur du matériel dont la durée de vie est de 40 ans vous devez changer 8 fois votre batterie. Au final ce n’est pas neutre en terme de coût.
        2 – La techno des batteries change très très vite, de sorte que les batteries sont très rapidement obsolètes. Nombre de packs batterie doivent être complètement reconçus au moment du changement de la batterie parceque le chargeur ou le BMS n’est plus adapté à la nouvelle techno de batterie… Au final vous changez presque tout le système et ça a un coût exorbitant. Vous noterez d’ailleurs que les voitures thermiques utilisent toujours des batteries au plomb pour démarrer, car c’est fiable, peu cher, robuste et dans 100 ans vous pourrez toujours vous en procurer !

        • Félix GARCIA dit :

          Un « détail » à prendre en compte en effet !
          Merci pour ces réflexions.

      • v_atekor dit :

        Sur les APU, ça ira plus loin qu’un poc car c’est un gain énergétique « facile » dans un monde les détracteurs de l’avion s’en prennent à son bilan carbone, mais l’aspect batterie n’est pas essentiel car elles stockent une faible quantité d’énergie. Le soucis ce sont les aéroports qui doivent potentiellement alimenter des dizaines d’avions, ce qui suppose une infrastructure lourde, et qui mettra du temps à se mettre en place. Idem pour les croisiéristes : remplacer le fioul par un branchement au secteur, c’est sympa, mais ça revient à brancher une petite ville et tous les ports n’ont pas les installations adaptées…

    • john dit :

      C’est simple. Un char ou véhicule sans batterie actuellement doit conserver son moteur au ralenti, donc allumé pour utiliser tous les composants électroniques de surveillance, mais aussi la clim et autres besoins.
      Sauf que le ralenti du moteur est une question mécanique, il consomme de l’énergie dans le vide. Cette énergie peut être exploitée pour charger des batteries. Ainsi lorsque la batterie est chargée, il est possible d’éteindre le moteur thermique et de fonctionner sur batterie, et donc il y a de grandes économies.
      Mais à cela vous pouvez ajouter les systèmes de récupération d’énergie cinétique. Vous pouvez considérer de charger les batteries avant le départ, ce qui offre de l’énergie en plus du plein.
      Donc énergétiquement, il y a une baisse de consommation et donc un rayon d’action potentiellement supérieur.
      En plus de cela, il offre des capacités tactiques très très intéressantes. Des approches plus furtives (propulsion silencieuse 100% électrique, et aucune chaleur de moteur thermique visible).
      Et à cela en effet il y a l’avantage d’avoir une propulsion de secours en cas de besoin après avoir été touché pour se mettre à l’abri. Donc sur tous les points c’est une solution intéressante. Le seul défaut est la masse de la batterie. Mais elle peut amener un avantage sur des véhicules très haut en abaissant le centre de gravité, ce qui est un problème sur tous les véhicules de transport de troupes anti-ied.

    • radionucleide dit :

      récupération d’énergie au freinage
      meilleur rendement du moteur électrique au démarrage…

    • aoups dit :

      Sur un blindé comme sur un engin de chantier, on fait du surrégime pour faire avancer et manœuvrer la masse. On reste à bas régime entre deux mouvement (donc on consomme quand même)
      Si on utilise un moteur thermique à régime constant comme un groupe électrogène l’optimisation de la consommation est possible. Si on ajoute une batterie, on ne fait pas tourner au ralentit à vide le moteur thermique, ni on sollicitera un moteur de grosse cylindrée si c’est le moteur électrique qui complète le nombre de chevaux utiles; le moteur électrique ne consommant de l’énergie que pour le mouvement. On peut se poser la question du type d’hybridation « série » ou parallèle  » ?
      je donnerais l’avantage au premier pour la consommation la plus efficiente pour des blindés.

      Un char Leclerc c’est 300 litres au 100km si on se contente de soustraire 60% de cette valeur c’est presque 250km d’autonomie en hybride. En tout électrique cela reviendrait à 400 kWh au 100km… improbable. L’hybride à un avantage indéniable même si l’autonomie en mode électrique est de 8-10km

    • Félix GARCIA dit :

      @ Echodelta @v_atekor @john @radionucleide @aoups
      Merci à tous pour vos réponses.

    • vrai_chasseur dit :

      @FG
      Oui le « réservoir supplémentaire » c’est la batterie.
      Arquus utilise des Li-Ion de 12 kWh et surtout un chargeur ultra-rapide de 70 kW.
      Si l’énergie électrique apporte une plus-value tactique indéniable en hybridant la propulsion, la nécessité est surtout de répondre à la demande exponentielle de kWh pour l’électronique embarquée.
      Elle devient pléthorique sur un véhicule : capteurs, pointeurs laser, brouillage, communications, informatique portable, etc etc, y compris recharger les batteries des petits drones, sans compter la clim pour refroidir toute cette électronique.
      Le bilan énergétique d’un véhicule Scorpion d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec ceux des véhicules des années 90 : faire la guerre en réseau demande d’avoir en permanence des kWh sous la main.

    • Nicolas Sambart dit :

      Alors pour etre un peu plus éclairant sur le sujet il y a deux solutions au systeme soit de l’hybride rechargeable chose qui me semble peu probable puisque une batterie annexe est charger par une alimentation et une recuperation d’energie a la deceleration et au freinage ou un systeme appeler chez moi e power c’est a dire que l’on peut faire tourner le moteur a regime constant qui allimante la batterie et cette derniere alimente les moteurs electrique qui entraine la chaine de traction . Ca marche dans l’automobile , apres pour 50 tonnes , on peu monter une batterie d’une capacité de 600 kw pout 2 tonnes de plus la batterie 62 kw d’une megane ou d’une leaf pessant 210 kg . On gagne affectivement sur cette derniere 40 % de carburant .

  7. vno dit :

    Présenté comme cela, c’est magique ou trés malhonnête ! Un ou ses enfants travaillent chez Mac Kinsey ?

    • Dolgan dit :

      C’est un commercial qui vend son produit. Si c’était aussi miraculeux, les usa nous auraient déjà envahi .

      Ça veut pas dire que c’est mauvais. Juste survendu.

    • EchoDelta dit :

      Non ils ont juste pas préciser dans quelle phase l’économie était réalisé ou le cycle de fonctionnement pris en compte.
      Après une rafale de 14,5 dans le pack batterie n’est pas souhaitable, car avec une batterie on promène son IED potentiel avec sois…

  8. Plusdepognon dit :

    Ce qui n’est pas dit, c’est qu’un tel moteur, certifié Euro 6, ne boit pas n’importe quoi (donc on compte sur une logistique pas perturbée comme pour une OPEX africaine, on cela peut même être confié à des entreprises privées).
    https://www.lopinion.fr/international/ladieu-des-generaux-francais-au-confort-operationnel

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/02/10/takuba-externalise-une-partie-de-son-soutien-a-la-nato-suppo-22796.html

    On ne pourra pas leur faire boire ce que l’on trouve sur le territoire,ce ne sont pas des motobylettes chinoises à 300 euros…
    https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/nigeria/essence-de-contrebande-un-trafic-juteux-en-afrique-du-nord-et-de-l-ouest_3058153.html

  9. Matt dit :

    Très impressionnant sur le papier.
    A voir dans la réalité.
    Il est impressionnant de voir la vulnérabilité d’une armée motorisée vis à vis du carburant.

  10. nikoopol dit :

    En soit l’hybride n’est qu’un passage vers le tout électrique.
    Passage obligé ? à débattre, est ce le sens de l’histoire ? au final il faudra toujours avoir une énergie primaire.

    La solution annoncée ici ressemble à du 50%-50%, soit il y aussi des solutions 75-25%…
    En soit les arguments sont du marketing, en général 2 problémes : on ne va pas pouvoir mettre du « tout carburant » dans ces moteurs thermiques « optimisés », encombrement de l’ensemble.
    La batterie lithium a ses limites et il a été démontré que les incendies ne sont pas impossibles.

    Donc au final, ok allons y, finançons l’industrie nationale, de toute façon on a pas de pétrole et trés peu de raffinerie… par contre on a des polytechniciens.

    • john dit :

      Pour tout véhicule, le but est d’avoir une densité d’énergie la plus élevée possible (en prenant en compte le poids du stockage d’énergie, du moteur et de la transmission.
      Pour le moment, les batteries ne sont pas aussi bonnes que le carburant. Combinés, il y a des avantages.
      Dans le futur, la question va se poser avec l’hydrogène, l’électrique ou le fossile. Pour l’électrique comparé au carburant, la situation sur place pour charger un véhicule plutôt que lui faire un plein va être une question de faisabilité tactique. Et donc il faudra définir la source d’énergie primaire… Un micro-réacteur nucléaire sur camion?
      Et il y a la possibilité de charger à distance qui est en cours de développement dans certain pays, voire de ne pas avoir de batterie et de fonctionner à l’électricité sans fil.
      Sinon, dans un cas comme en Ukraine, avec des militaires abandonnés, pouvoir se brancher sur le secteur dans une zone sécurisée peut permettre d’être plus autonome.
      Sinon il y a les moteurs multi-carburants en siphonnant tous les véhicules présents.

      • nikoopol dit :

        je suis preneur de lien sur les derniers points, ça pense combien en puissance ?
        Si on fait de la prospective, ces solutions ne valent t’elles pas qu’en défense avec des infrastructures ? ici je ne vois pas comment être offensif pour un char.
        Comme d’habitude avec le progrés je pense que l’innovation ajoute des usages (ici un mode moteur éteint) sans jamais effacer les anciens (tout terrain etc.).

        ce que l’on voit sur les sous-marins, donne de bonnes idées sur ce qui est possible mais on a beau tourner dans tous les sens je ne vois pas comment on ne va pas devoir repenser les véhicules et les doctrines d’emploi. A quand des essaims de mini-char ?

  11. Czar dit :

    « avec l’objectif de monter à bord du programme franco-allemand MGCS »

    donc l’idée c’est d’embringuer Arquus pour rééquilibrer après l’arrivée de Rheinmetall et de garantir le partage 50-50 de la charge de travail qui est la base du contrat ?

    c’est un choix de l’entreprise ou c’est la position du gouvernement français ?

    • john dit :

      HS…
      L’idée est de proposer leur solution au programme.
      La situation est équilibrée actuellement.
      50% du travail en France, 50% en Allemagne. C’est KMW et Rheinmetall qui vont devoir faire des concessions.
      Et si la France ne parvient pas à maintenir sa part, elle en sera 100% responsable. C’est clair dès le départ du projet.
      Et Rheinmetall a raison de s’imposer. En France c’est normal de s’adresser à un industriel sans appel d’offre et de développer un système.
      Mais en Allemagne, c’est impensable que cela se fasse de cette manière. Donc oui, Rheinmetall s’impose sur ce projet. Et d’ailleurs Rheinmetall a clairement des compétences importantes…
      Le dernier véhicule chenillé conçu l’a été par Rheinmetall.
      Le canon de 140mm de Nexter a été dérivé d’une collaboration avec Rheinmetall et les USA.
      Et il est bon de rappeler que l’Allemagne a gagné bcp d’argent en exportant le Leopard 2, mais que le Leclerc a coûté plus d’un milliard à la France en pertes sur le seul contrat d’export. Et c’est sans mentionner les autres contrats allemands dans l’exportation de blindés de tous genres. La France peine à s’imposer sur ce créneau. Donc collaborer avec le « king » du char et du blindé va assurer un volume de travail à l’export très important pour l’industrie française.
      Et même, la France pourra imposer son système de partage de données Scorpion et d’étendre ses marchés. Donc il y a une vraie opportunité commerciale sur ce projet, d’autant que les « petites » nations n’auront pas les moyens de développer un successeur.
      Et d’autant plus que le concurrent principal n’a pas commencé à développer un successeur au M1 Abrams. Le plus gros concurrent direct pourrait être sud-coréen, et potentiellement italien en collaboration avec d’autres nations. Mais ce couple sera à priori le premier à mettre un char occidental de nouvelle génération en service. C’est un avantage certain.

      • Aramis dit :

        « Et il est bon de rappeler que l’Allemagne a gagné bcp d’argent en exportant le Leopard 2, mais que le Leclerc a coûté plus d’un milliard à la France en pertes sur le seul contrat d’export. Et c’est sans mentionner les autres contrats allemands dans l’exportation de blindés de tous genres. La France peine à s’imposer sur ce créneau. » Il est bon de rappeler que 2 145 Léopard 2 ont été livrés entre 1979 et 1992 à l’allemagne ce qui a permis un effet de série et des stocks à revendre d’occasion. Donc la comparaison avec le Leclerc et ses malheureux 406 exemplaires livrés à la France est sans fondement. Même si le Léopard 2 avait été un peu moins bon que le Leclerc l’effet de série et donc la baisse du coût de possession et d’achat dont il bénéficie faisait que le Leclerc n’avait aucune chance faute de marché national suffisant pour assurer un prix compétitif.

        La France a abandonné les chars quand elle a cessé d’en produire.

        « Donc collaborer avec le « king » du char et du blindé va assurer un volume de travail à l’export très important pour l’industrie française. » Sous réserve que l’allemagne ne refuse pas de vendre, que la copération fonctionne, et qu’il y ait des commandes nationales suffisantes.

  12. mrcracou dit :

    Cette affirmation est totalement stupide….
    Ils peuvent réduire la consommation de carburant MOTEUR AU RALENTI quand le blindé ne bouge pas. En gros une batterie remplace l’utilisation directe de l’alternateur. C’est pas comme si ça existait depuis 70 ans….
    Alors oui à l’arrêt le char consomme moins…. mais il est bien à l’arrêt donc s’il doit bouger en urgence…. ben il ne bouge pas.

    Lors des déplacements le char consomme exactement comme avant… le poids est le même.

    • Dolgan dit :

      Le « truc » c’est que le moteur électrique suffit largement pour les manœuvres d’évitement. Donc à l arret tu gardes ta capacité de
      mobilité.

      Ensuite tout dépend du profil de l engagement.

    • v_atekor dit :

      Je ne pense pas que les ingénieurs qui ont planché sur le système, et ceux qui l’ont achetés soient stupides.
      .
      Je suppose que tout le problème est justement de pouvoir redémarrer quand on veut, car un char passe un temps non négligeable sans se déplacer.

    • Twouan dit :

      Ben si, il bouge sur le moteur electrique justement, le temps que l’autre demarre.
      Et il semble que le propre du combat c’est de pietiner un bon moment

    • john dit :

      Sauf que Arquus a les données que vous n’avez pas quant à l’utilisation typique des chars. Si en réalité, le char est allumé en permanence mais qu’il ne se déplace que 1/3 du temps, cela est clairement un avantage intéressant. Et cela semble être le cas.

      L’alternateur à l’ancienne chargeait une petite batterie pour faire fonctionner le démarreur, charger la batterie, et produire le peu d’électricité nécessaire. Ici il s’agit d’avoir un moteur électrique en plus, donc il faut bcp d’énergie.
      Et lorsque le moteur est au ralenti, avec un alternateur à l’ancienne, quelle part d’énergie est gaspillée et n’est pas récupérée par une petite batterie?
      Ici il s’agit de récupérer 100% de l’énergie thermique qui est consommée. Et à cela ajoutez un système de récupération d’énergie cinétique, et votre efficacité énergétique augmente encore.

      Et au contraire, en urgence il a son moteur électrique. Mais en plus, avec des systèmes start-stop très efficaces et déjà utilisés sur de gros moteurs, un tel système sera bcp plus réactif car le moteur électrique apportera un boost très important, notamment grâce à un couple intéressant. Un pied à fond sur l’accélérateur, et le char réagit très rapidement.

      Partir du principe que des entreprises qui investissent et qui doivent faire de l’argent sont stupides, c’est un peu arrogant. Bien souvent il y a des inconnues derrière tout cela que vous ne connaissez pas.
      D’autant qu’un tel système apporte des avantages nombreux tactiquement.

    • Vinz dit :

       » C’est pas comme si ça existait depuis 70 ans… »

      Evidemment ; l’hybridation ça existe depuis 100ans même – mais rien à voir technologiquement avec ce qu’on fait sur les véhicules actuels.
      les batteries lithium-ion c’est récent ; la recharge rapide aussi.

  13. philbeau dit :

    Une pierre de plus dans la cour du MGCS , un programme bassement politique , issu de l’idéologie européiste de nos politiques , engourdie dans un schéma de pensée personnel où ils se sont enfermés depuis des années , le « couple franco-allemand » , qui relève de la psychose . Les industriels français ont toute la capacité nécessaire à réaliser un système novateur en termes d’armé blindée , très au-delà du sillon industriel « old school  » qui a fait le succès , à une époque dépassée maintenant , des principes hérités du 3è reich qui lestent encore le mode de pensée des industriels allemands , hérédité oblige . Il faut que nos baby boomers qui tiennent le manche du pays , devenus vieux schnocks , s’émancipent enfin des complexes dont l’intermède mitterandien a conduit ce pays , et arrivent à le penser redevenu indépendant . Pas sous tutelle allemande .

    • john dit :

      Comment vous expliquez que l’Allemagne exporte son char et pas la France?
      Comment expliquez-vous l’export des blindés allemands alors que la France peine sur ce créneau? La France a même perdu son contrat VBCI qatari face au Boxer.
      Et n’utilisez pas l’excuse des chars d’occasion exportés à la fin de la Guerre Froide, parce que de nombreuses exportations ont été des chars neufs à 100%.

      Pour ce qui est de la capacité industrielle française, oui, elle existe et la France pourrait le faire seule, comme le SCAF.
      Mais le problème de la France c’est les finances publiques catastrophiques, et ça a des conséquences à terme. Des économies deviennent obligatoires même sur des projets de ce type. Et en ce sens, la démocratie française a des problèmes. Les élus sont ceux qui promettent la lune, mais les finances publiques n’ont pas ou peu d’importance.
      Et en plus de cela, la France étatique travaille pour les groupes français en majorité. Les pertes sont socialisées, les bénéfices privatisés. Et les groupes reçoivent des cadeaux fiscaux incroyables.
      La France est devenu un paradis fiscal pour certains investisseurs. Certains suisses ont délocalisé en France à cause des 5 ans sans impôts, et après 5 ans, il ferme l’entreprise et en créent une nouvelle, et 5 ans de plus sans impôts. Ou alors il y a les milliards du CICE.
      Et last but not least, il y a les intérêts de la dette qui seront bientôt le premier poste de dépense de l’état français…

      • Vinz dit :

        On l’a tellement répété que ça en devient saoulant. Comment on passe de 4000 LeoII à 300 dans son ordre de bataille ?

      • Rascasse dit :

        @john
        C’est assez facile à expliquer, je crois… D’une la perte du VBCI était très politique. De deux, sauf grosse erreur de ma part, le Leclerc n’a pas été pensé prioritairement pour des combats dans la plaine germanique ou les steppes, en terrain ouvert et avec des centaines de km de perspective. Par contre, pour le combat urbain, il a ses avantages. Du coup, la plupart des acheteurs de chars ayant des besoins plus proches du produit allemand, c’est ce produit qu’ils ont choisi. Ce qui a donné une échelle large à Rheinmetall.
        Mais cela ne veut pas dire que leur char soit meilleur. Et ça veut encore moins dire qu’ils sont capables de concevoir un char adapté aux besoins français.

      • philbeau dit :

        Ne passez pas à côté des questions politiques , ici comme dans le cas des avions de combat . On sait parfaitement que le Qatar a dénoncé le contrat pour le VBCI français pour punir le côté français de certaines prises de position . C’est une habitude chez ce petit pays , minuscule mais dont les dirigeants ont la grosse tête . cf l’affaire Airbus , qui n’était qu’une manoeuvre malhonnête pour faire se refaire la cerise des pertes de la crise du covid . Et n’oublions pas que le « partenaire » allemand et le plus retord des concurrents pour les français
        .https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-vbci-de-nexter-est-il-ensable-au-qatar-833740.html

      • Aramis dit :

        « Comment vous expliquez que l’Allemagne exporte son char et pas la France? » Cf message ci-dessus.

  14. Oliver dit :

    Ci le principe est intéressant Rheinmetall y trouvera certainement matière à y mettre son grain de sel.
    Sauf que l’agenda est serré tant les bouleversements géopolitiques en cours rebattent les cartes.

  15. Maxime dit :

    Il faut absolument virée Rheinmetall du projets

  16. Carin dit :

    Vivement un essai au sein de nos armées… rien ne vaut un bon retex, avant d’étendre ce genre de technologie au char Leclerc ou son futur remplaçant.
    Certains vont souligner que cette technologie dite hybride est courante sur les voitures de Mr/Mme tout le monde, mais il faut prendre en compte que les contrainte d’un moteur militaire sont très au dessus de celles de nos bagnoles… elles sont même bien supérieures à celles des gros culs qui sillonnent nos routes.
    Quant au MGCS, si nos amis allemands reviennent au contrat initial, je doute qu’ils n’imposent pas le moteur MTU a 1500CV.
    Mais j’ai bon espoir que l’on lâche ce projet bancal, d’autant que l’on a de quoi se retourner avec nos clients indiens qui cherche 1500 bestiaux, sans compter les autres!
    Et nos clients savent… on ne pourra pas leurs refaire le coup du « très mauvais matériel » qui a sévit sur le Leclerc.

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      C’est clair que ce serait une très bonne idée de quitter ce projet bancal , comme celui du SCAF et de voir du côté Indien ,car la Marine Indienne à un porte-avions , notre Rafale Marine était en test pour voir sa capacité de décollage à partir d’un tremplin .

  17. Raymond75 dit :

    Oui, c’est une formidable idée, et qui illustre bien le génie français : il suffit que les troupes mécanisées soient accompagnées de centrales électrique mobiles (nucléaires peut être pour éviter les problèmes de ravitaillement) pour faire des économies d’énergie.

    Je pense que le complexe militaro-industriel prend vraiment les décideurs militaires pour des C..S, et que ça marche !

    Continuez à empiler les gadgets, et les défaites …

    • Czar dit :

      non les troupes seront chacune accompagnées d’un Régis-est-un-con modèle 75 modifié 88 qui aura pour fonction d’ouvrir sa grande gueule et de générer ainsi un vortex convertible en électricitay (en plus de faire l’éolienne dans le vide avec ses petits bras)

      ça devrait générer assez d’énergie pour illuminer tout marioupol aussi bien qu’à Vegas.

      • Raymond75 dit :

        Mais je m’étonne de votre ressentiment à mon égard : je ne cesse de vanter tous les mérites et les immenses progrès que les forces armées, tous uniformes confondus, apportent au monde, et à la civilisation en général, depuis les temps dits primitifs jusqu’à notre époque de grands développements.

        Ce qui se passe en Ukraine en est la dernière (provisoirement) illustration, après les combats US pour la liberté au Moyen Orient et au Vietnam, et les deux destructions de l’Europe et de l’Asie au XXème siècle.

        Maintenant, le massacre des civils est devenue la règle, une règle d’or.

        Grâce à une centrale nucléaire mobile qui accompagnera les régiments de chars, la guerre deviendra plus verte, plus propre, plus favorable aux générations futures.

        • Aramis dit :

          Le but d’une armée est de tuer ou capturer à des fins politiques.

        • Czar dit :

          mais nous ne cessons de boire avec avidité le suave nectar de tes pensées les plus abouties, régis.

          pour nous t’es un peu Confucius (mais un peu moins les dernières syllabes)

    • Pascal (l'autre) dit :

      « Continuez à empiler les gadgets, et les défaites … » De quoi vous plaignez vous? Cela vous permettra de continuer à poster vos éternelles pleurnicheries et autres états d’âme!

    • Raie immonde dit :

      Chaque fois que ce monsieur écrit c’est pour être à contre courant ainsi que vomir sur la France.

      Si ce blog ne vous plait pas, allez sur plutôt sur le site de Femme actuelle

    • v_atekor dit :

      Contrairement à nos trolls proches du Gremlin, je pense que la diversité des opinion constitue le premier rempart pour éviter de faire de grosses c****ies, genre envahir l’Ukraine sur les « conseils » des yesmen que l’on a embauché pour dire amen à tout ce que l’on dit.
      .
      Du coup j’admets qu’il faut avoir un certain nombre d’intervenant à la fois pacifistes et très peu cohérent sur un forum dédié à la chose militaire. Mais quand même, vous devriez consulter…

  18. Twouan dit :

    Qui se moque encore des anglais qui faisaient la promotion de l’hybride sur ce meme forum?

  19. Paddybus dit :

    Assez incroyable… mais surement intéressant…
    Espérons que ces technologies seront rapidement utilisables sur les véhicules privés… car les constructeurs automobiles sont encore loin d’un tel résultat…!!!

  20. Thieu dit :

    Macron, l’a pas encore vendu ?!
    Fait faire attention, si bidden se pointe avec un peu de monnaie sur ‘lui, on risque de devoir racheter le brevet 10 fois son prix de vente…
    Ça ne serait pas la 1ère fois !

    • MATHIEU DOMINIQUE dit :

      demander à Mckinsey

    • lgbtqi+ dit :

      Trop occupé à s’esquiver, actuellement.

      Il attend le soutien des amnésiques pour reprendre son triste travail.

  21. phipat dit :

    y a plus qu’a alors , et ne pas le refiler aux allemands et à d’autre comme d’habitude

  22. Bomber X dit :

    Excellente innovation ! Oui, mais les Allemands n’en voudront pas dans le MGCS, l’idée n’est pas d’eux.

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      Qu’on quitte ce programme et qu’on regarde du côté de l’Inde .

  23. E-Faystos dit :

    Le choix de la motorisation est critique.
    Lors de la campagne de France, le char B1 tournait au kérosène.
    Par la suite et lors de la guerre en URSS, le T34 et son moteur diesel apporta une grande sécurité car couplé à un blindage incliné…
    En pleine guerre froide, la course à la puissance pour animer des monstres de 50 tonnes amena à tester des alternatives exotiques.
    Aussi les USa et les Russes se tournèrent vers la turbine à gaz.
    Et leur consommation est stratosphérique : un M1 vide son réservoir en 8 heures de veille. On est loin des 40 litres par heure.
    Problème, l’hybridation est la source d’un surpoids important, faisant passer la barre des 60 tonnes pour un Leclerc. Il est impo de voir si la batterie peut prendre la place de certaines zone du blindage pour ne payer en performances l’autonomie ainsi gagnée pour rester en stationnaire.

    • aoup dit :

      un Leclerc c’est moins de 55 tonnes, l’hybridation ne lui couterai qu’un surpoids d’une tonne, aller grand seigneur j’accepte 2 tonnes… les chevaux électriques étant ce qu’ils sont les utilisateurs auront l’impression d’avoir 10 tonnes de moins… Après effectivement si votre idée est de convertir un Char Leclerc en de thermique à hybride, il faudrait mieux le déshabiller pour remplacer toutes les transmissions mécaniques du moteur jusqu’aux chenilles par des moteurs électriques, on y gagnerai de la place et du poids pour accueillir le lourd pack de batteries.

      • E-Faystos dit :

        @ aoup
        Un moteur thermique alimentant des moteurs électriques… C’est une idée de 1918.
        Aux côtés des petits FT17, le général Estienne manoeuvra pour un char géant: le FCM 2C.
        Exactement deux Sherman en hauteur et longueur.
        L’engin de 70 tonnes, sous motorisé, peu fiable, fut d’une inutilité complète à cause de son gabarit et de sa faible vitesse (un homme en marche).
        Cependant, un excellent exercice avec son canon long et tourelle multiplaces, en tout point conforme.au cahier des charges.
        Par la suite, c’est le projet Nazi du Tigre (Panzer VII) qui opposa Ferdinand Porsche à ses rivaux. Son prototype doté de cette technologie prit feu lors.de la.démonstration devant Hitler qui pourrait qu’à une colère telle que les ingénieurs prirent peur… Pour leur vie.
        Aussi j’écarte l’idée car ce qui marchait pour les U-Boote n’est as adapté pour le matériel roulant compact comme les chars.

      • vno dit :

        Il me semble que la dernière version en ordre de bataille est déjà à 57 tonnes. L’accident de viaduc à Gène a fait prendre conscience qu’il était temps de faire quelques travaux en France, on se demande bien pourquoi ?

  24. Terminator26 dit :

    A voir le nombre de chars russes ferraillés en Ukraine (toujours étonné de voir les tourelles éjectées des chars, à croire qu’elles sont simplement posées dessus !), on peut se demander s’il est pertinent d’investir des sommes colossales dans ces engins mis hors de combat par un missile porté à l’épaule et coûtant quelques milliers d’€. OK, les chars russes employés en Ukraine ne sont pas le top du top (et les blindages réactifs semblent bien peu efficaces). Mais comme les missiles anti-chars vont sûrement progresser encore en efficacité et en simplicité d’emploi, il est peut-être temps de repenser le mode d’emploi, sinon l’utilité, du char de bataille. Sans parler des VBCI (russes ou autres) qui se font dégommer au RPG7!

    • Thierry dit :

      Le T72 russe a déjà été étrié lors de la guerre du Golfe contre Saddam Hussein ayant envahit le Koweit, les chars M1 Abrams ont fait une hécatombe en subissant peu de perte y compris de la part des missiles portable d’origine russe car les char léger bradley plus ancien tenaient l’infanterie ennemi à distance.

      En 1940 les chars français se sont fait aussi balayés, trop lent, pas de radio et employé de manière dispersé, il s’agit bien de la doctrine d’emploi qui est mauvaise;

      Et les jeux vidéos comme « World of tank » ou l’on voit des chars s’affronter entre eux sans attaque aérienne ni missile portable ou mine est la quintescence du vice d’utilisation du char de combat, avec une mauvaise doctrine, qui, employés en grande formation et dénué d’autres éléments militaire de soutient comme l’infanterie ou les strykers, ont une grande vulnérabilité sur le champ de bataille.

      le concept du char est plus utile que jamais, mais à condition de savoir s’en servir, ce qui n’est pas le cas des Russes qui sont restés sur la doctrine soviétique des grandes formations blindés inspiré de la Blitzkrieg allemande. Les russes ont désormais plusieurs guerre de retard sur l’emploi des chars en plus d’avoir un matériel qui commence sérieusement à dater.

  25. Lotharingie dit :

    « ……………………Et de citer le cas du char Leclerc, qui engloutit « 40 litres par heure au ralenti, contre 8 litres par heure » avec le nouveau système d’Arquus « quand le moteur tourne ».

    « Nous sommes en mesure de réduire la consommation du char de 60% », a insisté M. Deloumeau. Et donc de tripler son autonomie…….. »
    .
     » 60 % de consommation en moins  » : ce chiffre semble incroyable !

    Au regard de notre dépendance énergétiques, j’ose espérer qu’ à court ou moyen terme, cette technologie se diffusera progressivement dans le civil :

    Matériels de génie civil et BTP mais aussi transports routiers, sans oublier les secteurs naval et ferroviaire ( 30% des lignes ferroviaires françaises ne sont pas électrifiées ).

    • Vinz dit :

      Une grosse partie de la manœuvre des Leclerc (entre autres) est en statique. Attendre quoi. Rien à voir avec un profil d’utilisation civil.

  26. albatros dit :

    Incroyable…
    Soit 5 fois moins de carburant à transporter
    cela aurait pu grandement aider au Mali et en Afrique en réduisant l’empreinte logistique et même la pollution, donc le coût final.

  27. albatros dit :

    A quand chez Renault (Lada, Dacia, Mobilize, Alpine du groupe, ou même Nissan Mitsubichi de l’alliance) et Stellantis (Fiat, Chrysler, Jeep, Dodge, Ram, Maserati, Alfa Romeo, DS, Lancia, Peugeot, Citroën, Abarth, Opel et Vauxhall) ?
    Ils vont détruire la concurrence avec un tel système à breveter d’urgence

    • Daniel 1945 dit :

      À Saint Malo, sur la plage, ça fait belle lurette que l’on voit des « chars à voile ».

  28. lxm dit :

    Loin de moi de vouloir porter malheur mais pour plus de précisions, il se passe quoi si une telle batterie lithium-ion reçoit un choc, une onde de choc, ou même un tir d’arme de n’importe quel calibre dedans ? Il me semble qu’une telle batterie doit en plus être refroidie en permanence.

  29. Edgar dit :

    Ah! je connais des gens, à l’Est, qui pourraient en avoir besoin. 60% de consommation en moins pour un tank ? Il prendront contacte dès qu’ils auront réussi à se désembourber d’un bled de par là bas où ils ont mis les pieds un peu légèrement, à la mauvaise saison, au prétexte qu’ils avaient tous les droits et que…voila… enfin… bon…

  30. Lucy dit :

    Et comment la batterie sera rechargée? Avec un réseau éléctrique fonctionnant sa prendra longtemps, sans … bien je suppose que ce sera par groupe diesel. Mais dans ce cas, ce sera pas efficace du tout et fera augmenter la consommation.

  31. Degourba dit :

    L’heure des chars lourds est désormais révolue! A voir comment des drones et anti tanks de quelques centaines de milliers de dollars décimés des tanks et autres blindés de plusieurs millions de dollars, on reste bouche bée.

  32. tnato dit :

    Une très bonne chose car les approvisionnements en carburant avec des convois attaqués par les drones est une vraie fragilité

    • Benoit dit :

      Oui et des convois de milliers de tonnes de batteries qui explose aux chocs violent c est mieux ?

  33. lym dit :

    Franchement, quand on voit les différences de conso entre théorie et pratique sur les bagnoles hybrides on pleure dès que l’on sort de l’urbain plat. On peut dire que cela fait 15 ans qu’on subventionne Toyota à tricher… Alors sur un char, franchement, j’ai plus que des doutes!

      • lym dit :

        Dans cet article récent, il s’agit même de l’évolution hybride qui se branche dont le surpoids est encore plus conséquent puisqu’elles doivent pouvoir faire minimum 50km en électrique pur. D’où une double motorisation électrique qui n’est plus un appoint et, entre cela et l’autonomie, fatalement une batterie plus conséquente et lourde.

        Le pire étant qu’elles sont de plus achetées pour éviter le malus, surtout s’agissant des flottes/entreprises. Et là, comme les collaborateurs ont la carte Total (mais paient leur électricité à la maison!), eh bien quand la boite de leasing récupère le véhicule au bout de 2 ans les câbles de charge sont encore dans le blister. Et la carte Total, elle explose à un point ou certains en reviennent… au diesel! Côté particuliers, beaucoup n’ayant pas un garage fermé ou coller le chargeur, elles sont en pratique utilisées en mode hybride simple mais eux n’ayant pas la carte Total font la gueule car niveau conso, c’est du délire. C’est cela de croire au SUV tutoyant les 2T affichant consommer 2 ou 3l/100km. La physique est têtue.

        Bon courage pour appliquer les ZFE en 2024, surtout qu’aucun progrès depuis 2011 n’est reflété par les vignettes crit’air (essence=1, diesel=2): Diesel tricheur VW d’avant 2015 ou de 2020 ayant pris les tours de vis de réglementation d’un législateur vexe d’avoir été baisé sont mis dans le même panier. Pendant ce temps les essence désormais turbo+injection directe, qui comme les diesels venus à cette formule avant eux crachent désormais de la particule à plein pot, en arrivent à peine au FAP obligatoire avec 11 ans de retard sur les diesels resté crit-air 2, y compris traitant les NOx (pb spécifique qui restait) via adBlue.

        => Il serait bon d’exclure le militaire de ce piège à cons… et d’y remettre de l’ordre par ailleurs, avant que certains procès retentissants se remettent les pendules à l’heure sur les ZFE.

        • Tannenberg dit :

          +1000

          J’ai eu l’occasion il y a quelques années déjà, de discuter avec un ingé motoriste de chez BMW, avec les dernières évolutions des diesel dans leurs gammes, ces moteurs sont bien plus efficients et propres que n’importe quel moteur essence actuellement en production, d’ailleurs on a pu voir les conséquences dans les armées depuis que la majorité du parc automobile est passe a la motorisation essence: une explosion de la consommation et de l’empreinte carbone. Nos politiques semblent être conseillés par des brêles XXL qui doivent avoir de grosse oeilleres (vertes, jaunes, bleues ou autres…).

      • Belzébuth dit :

        L’arrivée des véhicules blindés Scorpion va augmenter la consommation d’essence pour l’armée de terre française.
        http://www.opex360.com/2018/12/22/avec-larrivee-des-vehicules-scorpion-le-besoin-en-carburant-des-armees-va-augmenter-significativement/

  34. Alex dit :

    Le plus formidable Fake News jamais publié !!… mais qui va croire ce genre de nazeries bien réelles ?

  35. Félix GARCIA dit :

    Pour diviser par 4 la consommation dans certains domaines aériens :
    « Celera 500/1000L »
    https://ottoaviation.com/celera-500l
    Y a ça aussi :
    Dirigeables « Flying Whales »
    https://fr.flying-whales.com/
    Dirigeables « Voliris »
    http://www.voliris.com/fr/
    Dirigeables « Varialift »
    https://www.varialift.com/

    Dans certains domaines maritimes, pour réduire la consommation :
    Voiles « Solid Sail »
    https://chantiers-atlantique.com/references/solid-sail-aeoldrive/
    Jusqu’à 50% de réduction de la consommation, selon Jean LE CAM dans la vidéo de présentation

    Allez, soyons fous : des catamarans à voiles, qui se déplaceraient lentement, avec des modules « HaceWave » entre les flotteurs (qu’on pourrait « ouvrir et fermer » sur commande).
    https://hacewaveenergy.com/
    IPC 2021 European Conference – HACE Wave Energy – producing green hydrogen at sea
    https://www.youtube.com/watch?v=cLJKgW7gEXc
    (Concepts à 20:36)
    Pourquoi ? Pour faire des stations sonars et radars auto-alimentées.
    Dans la même veine, des « Polar Pods » avec modules « HaceWave » pour la détection sonar et radar :
    https://www.polarpod.fr/fr

    Mais qui pourraient aussi s’envisager comme stations de ravitaillement (électricité et hydrogène) pour des drones.

    • Félix GARCIA dit :

      Dans le même registre :
      Moteur à air comprimé Anthos Air Power
      https://www.youtube.com/watch?v=fjeQQik-KjI
      Groupe Electrogène ANTHOS AIR POWER
      https://www.youtube.com/watch?v=ywTceDciXa0
      Véhicule Anthos Air Power fonctionnant à l’air comprimé
      https://www.youtube.com/watch?v=u0c7lIDFsYA
      Anthos Air Power Normandie lors de la semaine Européenne de la mobilité
      https://www.youtube.com/watch?v=5LRzLZc9Ff8
      Véhicule utilitaire Air Power
      https://www.anthosairpower.com/projets/vehicule-utilitaire-air-power/

      MDI – Air Comprimé
      https://fr.mdi.lu/

      Et l’air comprimé, on peut le faire facilement avec des moulins à eau et à vent modernes, mais aussi avec de la vapeur (en cycle fermé ? moteurs Stirling ?) à base de solaire thermique (capteurs et concentrateurs).
      Cela ce stocke et se transporte facilement. Quasi aucun risques associés (environnementaux, sécuritaires etc …)
      Et peut se convertir facilement.

      Je parle pas de faire des chars à air comprimé, qu’on s’entende hein ! ^^
      Mais pour une partie du transport sur le territoire, dans les bases etc … ?

      Autre exemple de stockage d’énergie « facilement » convertible (énergie électrique, mécanique …) : les volants d’inertie ;
      Energiestro
      « ENERGIESTRO a inventé un volant en béton précontraint qui va permettre de stocker l’énergie pour un coût très inférieur à celui des batteries. »
      https://www.energiestro.fr/
      Ça pourrait peut-être marcher sur les bases, ainsi que des « bateaux-ravitailleurs d’énergie » qui pourraient se recharger à l’énergie houlomotrice (modules « HACEWave » déployables ou intégrés dans la conception du navire) ou éolienne, et seraient des sortes de grosses centrales flottantes …
      De même sur les « Polar Pods » …

      « Vers l’infini et au-delà ! »

  36. Mat49 dit :

    Etape 2 on l’essaye sur un prototype de char. Etape 3 on augmente notre budget de la défense et on sort du MGCS. On doit sortir des programmes qui échouent à démarrer.

    • Carin dit :

      @Mat49
      Apparemment c’est sur un VBMR que l’essai va se faire…
      Je n’ai pas relus l’article, mais il me semble que c’est même déjà en cours de test.

  37. sentinelle dit :

    Pour les croûtons anti blindé ce que j’ai vu c’est une offensive en mars avril qui est le plus mauvais mois et les images me donnent raison et des équipages non entraine qui constitue des cibles pour tira aux pigeons , je m’arrête la pour aujourd’hui

  38. Borca dit :

    Quels sont les effets d’une charge tandem sur le compartiment de la batterie ? Il y aura des extincteur au graphite ?
    A voir ….

    • KOUDLANSKI Romain dit :

      Le compartiment sera protégé par du blindage spécifique , d’ici à ce que ce soit monté la technologie aura évoluée .

    • Carin dit :

      @Borca
      Quels sont les effets d’une charge en tandem sur un moteur actuel?

    • Dolgan dit :

      Tu t en fous puisque l équipage est mort de toute façon.

  39. Mick dit :

    Quand on voit les merdes que arcuss nous a sorti avec le VT4… Défaut moteur, bruit de casseroles, support roue de secours qui fissure, boutons rajoutés a l’arrache dessiné par un enfant de 5 ans… Ça promet…

    • Marcus dit :

      @ Mick
      Les livraisons des véhicules pour les forces spéciales françaises, on en parle ?

  40. Sun Tzu dit :

    Le premier char hybride est le « Jagdpanzer Elefant », un engin blindé de 65 tonnes produit à 90 exemplaires par Porsche dès 1942. Ferdinand Porsche, grand passionné de la technologie hybride, a conçu ce chasseur de char lourd qui était propulsé par 2 moteurs électriques de 230 kW, dont l’énergie provenait d’un générateur électrique alimenté par 2 moteurs essence V12 de 300 Ch. Le problème de carburant demeurait, mais on réduisait les problèmes de boite de vitesse et de transmission… À méditer.

    • Vinz dit :

      « Le premier char hybride est le « Jagdpanzer Elefant » »
      – chars Peugeot 1917 et Saint-Chamond 1916 (système Crochat-Collardeau)
      « Le moteur Panhard alimentait une dynamo, qui alimentait à son tour les deux moteurs électriques (un par chenille) et barbotins. »

    • farragut dit :

      Certes, mais dans la totalité de l’histoire, la démonstration opposant les deux prototypes Henschel et Porsche du Tigre devant Hitler le jour de son anniversaire a tournée court, car les électromoteurs avaient commencé à prendre feu du fait de la puissance demandée, et le prototype de Porsche avait fini remorqué par celui de Henschel qui est devenu le Pkz VI « Tiger » I… De plus, il était beaucoup moins manoeuvrant.
      Comme Porsche avait lancé la fabrication de 90 chars en avance par rapport à la décision finale, ces 90 châssis se sont retrouvés convertis en « chasseur de chars » (Jagdpanzer, avec un canon en casemate, sans tourelle), ce qui n’était pas sa destination première.
      https://news.hybridlife.org/jagdpanzer-elefant
      (Voir Batailles et Blindés n°001 « La génère du fauve » (novembre-décembre 2003).

      Bref, une expérience de « diesel-électrique » avant la lettre, qui a montrée ses faiblesses en comportement dynamique. Cela dit, pour les engins de levage statiques comme les grues, c’est la solution la plus efficace…

      Et comme la densité d’énergie extraite d’une réaction chimique (carburant-air ou lithium-ion) dépend de la masse des composés en jeu, l’avantage (par mille) sera toujours à une réaction nucléaire, de fission ou de fusion.
      Voir le site de LM sur ses CFR (compact fusion reactors) :
      https://lockheedmartin.com/en-us/products/compact-fusion.html
      https://arpa-e.energy.gov/sites/default/files/10_MCGUIRE.pdf

      Donc la véritable solution d’une énergie propre et dense passe par des réacteurs à fusion (froide, si possible, autrement dit LENR). Mais dans ce cas, on peut aussi penser que les armes antichars en profiteront aussi (lasers ou IEM de haute puissance) ! 😉
      http://www.lenr-cars.com/index.php/fr/technology/lenr
      https://ncc-1776.org/tle2019/tle1043-20191020-02.html
      https://www.ecat.org/
      https://www.lenr-forum.com/forum/

      Heureusement, d’ici là on aura développé des dispositifs d’antigravité qui permettront de faire voler les chars ! 😉

  41. Reny dit :

    Merveilleuse technologie ces deux énergies (thermique et électrique) .

  42. MERCATOR dit :

    Cet emploi n’est pas nouveau,les Allemands se sont retrouvés confrontes à des problèmes de fiabilité pour leurs chars Panther du fait de la complexité de sa mécanique, péché majeur des ingénieurs Allemands, son moteur essence V12 a une durée de vie moyenne de 724 Km, tandis que son talon d’Achille, le réducteur final ne dure en moyenne uniquement que 150 Km.
    Pour réduire cette complexité qui entraine des pannes à répétition, Ferdinand Porsche, grand passionné de la technologie hybride, a l’idée de recourir pour son chasseur de char lourd Éléphant de faire propulser chaque train de chenille par 2 moteurs électriques de 230 kW en simplifiant énormément les mécanismes classiques , dont l’énergie provenait d’un générateur électrique alimenté par 2 moteurs essence V12 de 300 Ch, ce système fut reconnu comme très fiable.

  43. marc chassillan dit :

    Le titre très accrocheur de l’article ne correspond à aucune réalité physique. Je rappelle que l’on ne sait pas créer de l’énergie, on ne sait que transformer de l’énergie. Dans un système hybride de base, au lieu de perdre bêtement l’énergie de freinage et de ralentissement sous forme de chaleur dans les freins, on fait tourner une génératrice (qui oppose donc un couple de freinage) qui recharge des batteries. Pour accélérer, c’est l’inverse, la génératrice devient moteur et tire sur la batterie. Pourquoi la Prius consomme moins que les autres voitures non hybrides, c’est parce que le moteur électrique économise du temps de fonctionnement du moteur thermique principal à des moments où justement ce moteur a une consommation importante (phase accélération et ralenti). En fonction du profil de mobilité (roulage sur route, accélération, arrêt, cycle urbain, mobilité en tous terrains), on peut espérer 5 à 15% d’économie de carburant. Ce dont parle l’article porte exclusivement sur le fonctionnement au ralenti. Effectivement faire fonctionner un moteur de 1000 ch pour alimenter une génératrice de 35 kW (50ch) est stupide ET C’EST POUR CA QU’ON A INVENTE LES GAP ! Le Leclerc émirien a un gap 35 kW (un petit moteur diesel) qui consomme comme votre voiture et sur le Leclerc Emat la turbine de l’hyperbar fonctionne toute seule et alimente une génératrice de 20 kW. La diminution de consommation de 60% n’est donc pas un exploit c’est même assez médiocre car le GAP d’un Leclerc consomme à peine 10% du carburant consommé par le moteur principal au ralenti, donc c’est plutôt – 90%. Une fois de plus on mélange tout et ça envoie de très mauvais messages aux décideurs ignorants.

    • tschok dit :

      @marc chassillan,

      D’après ce que je comprends, l’économie vient du meilleur rendement énergétique de la génération électrique, qui transforme mieux le mouvement en plus électricité, stockée dans des batteries plus performantes (à charge rapide).

      En mode APU, la turbine du moteur hyperbar du Leclerc consomme 40 l/h dit Deloumeau, pour produire 20 kW de puissance, dites-vous.

      Avec ce système, la même turbine consomme 8 l/h pour produire 60 kW de puissance, dit Deloumeau ET la batterie est chargée à deux fois sa capacité en 30 mn.

      Ca charge mieux ET ça charge plus vite. Donc, le moteur tourne moins longtemps. Donc, économie de carburant.

      Après, je suppose qu’il y a une analyse de la consommation du char en opération et le constat que, sans doute, le char consomme en réalité beaucoup alors qu’il ne bouge pas. De fait, un char ne bouge pas en permanence. Si le char passe plus de temps à ne pas bouger qu’à bouger, le truc n’est pas d’inventer une machine qui produit plus d’énergie qu’elle en consomme, ce n’est physiquement pas possible, mais d’optimiser la production électrique quand le char est à l’arrêt, pour qu’il puise profiter de ses phases d’arrêt pour recharger ses batteries et lorsque ses batteries sont chargées, couper son moteur thermique.

      Et part ailleurs cela permet de profiter d’une source de puissance d’appoint en cas d’urgence, puisqu’on peut adjoindre à ce dispositif un moteur (à moins que la génératrice fasse les deux).

      On peut également songer à la récupération de l’énergie lors du freinage, la quantité d’énergie accumulée dans un char lancé à 60 km/h étant assez phénoménale, ce qui fera autant de moins à dissiper dans le système de freinage, qui constitue un poste de dépense de MCO important.

      En fait, derrière cette innovation, il doit y avoir une percée technologique au niveau de la génération électrique et le chargement des batteries, et une analyse statistique du temps de fonctionnement d’un moteur de char en opération: en 10 heures de fonctionnement, mettons, à quel régime tourne le moteur, et pour faire quoi?

      Et peut-être qu’en 10 heures d’opération, le moteur va tourner – j’invente – 5 heures au ralenti. L’idée, c’est de profiter de ce qui se passe durant ces 5 heures pour produire plus et plus vite de l’électricité en consommant moins de carburant.

      C’est du moins ce que j’imagine. Maintenant, je ne suis pas ingé et si le type de chez Arquus vend sa soupe en exagérant les performances du système, je ne sais pas le détecter avec les infos que j’ai.

      La seule info technique qu’il donne, c’est celle-là, en fait: avec 8 litres de carburant par heure, je fais tourner une génératrice de 60 kw de puissance et avec ça, je charge mes batteries en 30 mn.

      Et ce qui produit le mouvement, c’est la turbine à gaz Turboméca du V8X, en mode APU ou GAP si on préfère l’acronyme français.

      Et le type, il insiste bien sur la génératrice:

      « Pour l’hybridation des chars, nous disposons de deux composants essentiels : une batterie lithium-ion et une machine capable de produire de fortes quantités d’énergie »

      et il ajoute:

      « Nous disposons de cette machine qui produit au moins 60 kW, moteur au ralenti. Ce qui est énorme »

      Donc, visiblement cette « machine » a des performances hors normes. Et effectivement, quand on compare avec les chiffres que vous donnez pour la version tropicalisée (35 kW) et Emat (20 kW) le delta est important.

    • PK dit :

      Donc, si je comprends bien, un char moderne à deux moteurs, un gros pour son déplacement, un petit moteur pour charger ses batteries et un (ou des moteurs) électriques ?

      • tschok dit :

        Oui, c’est un simple APU, ou GAP en français, comme sur les avions. Sur le Leclerc Emat, c’est la partie turbomoteur qui joue ce rôle. Sur la version tropicalisée, c’est un moteur dédié.

        Le F16 est par exemple doté d’un APU qui est célèbre car il est alimenté par un carburant très toxique qui complique l’intervention des secours en cas de crash.

        Les blindés, avions et navires modernes ont des besoins électriques qui augmentent, donc la génération électrique devient un problème central. C’est évidemment le cas lorsque le véhicule a une propulsion électrique, mais plus seulement, en raison de l’importance grandissante de l’électronique embarquée.

        Wagdoox ou Alpha, je ne me souviens plus, évoquait la génération électrique sur le Rafale, et citait le cas d’une nouvelle génératrice de forte puissance qui permet à l’avion de passer à ses nouveaux standards et standards ultérieurs.

        De même on citait le cas des destroyers Arleigh Burke dans ses plus récentes versions, qui sont équipées d’une génération électrique de forte puissance, ce qui non seulement leur permet d’embarquer les nouveaux systèmes de combat, gourmands en électricité, mais leur leur confère également une marge d’évolution.

        Dans le domaine de la génération électrique, l’industrie française est bien placée. Ce sont d’ailleurs des technologies duales (civiles et militaires) elles ne sont donc pas limitées aux seuls débouchés militaires, qui sont souvent trop restreints pour attirer les investissements massifs.

        On peut dire que c’est un sujet stratégique à maints égards, ce que beaucoup de commentateurs n’ont pas vraiment perçu.

    • James dit :

      Il n’y a pas que la consommation de carburant qui est considérée mais aussi les signatures thermique et acoustique qui sont diminuées

    • Tannenberg dit :

      merci pour ces précisions qui relativise grandement l’intérêt d’une hybridation du GMP , autres arguments qui vont dans votre sens, l’ajout d’une batterie qui peut transformer le véhicule en zippo assez facilement, et dont le poids devient un handicap de consommation pour le moteur thermique dès qu’on sort du terrain plat… d’où l’intérêt de la chenille toussa toussa…
      ### Bref, c’est du non sens peint en vert, comme beaucoup d’autres initiatives écologiquement politiques (ou l’inverse), financées par le contribuable pour faire croire qu’on peut remplacer des sources d’énergie a très haute densité par des énergies intermittentes pour faire tourner un pays industrialisé, sans parler d’alimenter les serveurs nécessaires pour abreuver les consommateurs de gros volumes de données que nos sommes devenus, merci les réseaux sociaux, youtube, netflix & co. , le tout baignant dans la neutralité carbone, évidemment puisqu’on a décidé qu’on pouvait continuer de se suicider mais pas plus vite qu’a la vitesse actuelle, c’est cool non?

    • v_atekor dit :

      LA grosse différence entre un char et une voiture, c’est que la raison d’être d’une voiture est de se déplacer, la raison d’être d’un char est d’utiliser son canon et de servir de foteresse à ses occupants. Il peut donc d’être en usage intensif avec un déplacement nul. Être arrêté dans un embouteillage n’a jamais été une fin en soi pour les chauffeurs de voitures, être arrêté et tenir une position est une fin en soi pour un tank.

  44. Phil dit :

    Curieux qu’il faille attendre aujourd’hui pour » sortir » ces innovations, dont certaines sont connus depuis un moment, mais allant à l’encontre des lobby pétroliers, et par ricochet aux taxes pour l’état….

    • tschok dit :

      Oui, comme c’est bizarre, mon cher cousin.

      (et puis là il faudrait lorgner un couteau)

    • v_atekor dit :

      C’est surtout l’effet « grand public », en particulier les progrès spectaculaires pour les batteries li-ion commencés par les téléphones portables dans les années 90 qui sont aujourd’hui à maturité pour les grandes capacités et permettent de réaliser des idées qui ne l’étaient pas hier. Pour moi cette idée arrive « à l’heure », c’est à dire après que les autres secteurs industriels aient payés les pots cassés des essais infructueux et des demi-solutions.
      .
      L’idée était connue (sur les voitures, les camions ou les chars), mais utiliser des batteries au plomb rendait la solution trop lourde.

  45. Alfred dit :

    Il y a dans le discours tenu un savant mélange entre puissance (kw, cv) et énergie (kwh, quantité de carburant). Sauf invention géniale tenue secrète qui contredirait les lois de la physique, toute machine tournante produisant de l’électricité absorbe plus d’énergie mécanique qu’elle produit d’énergie electrique. Toutefois le moteur électrique développant un couple important et constant dès le premier tour de fonctionnement, à la différence du moteur thermique dont le couple varie avec la vitesse de rotation, il peut être intéressant de l’utiliser pour « aider » un moteur thermique en phase d’accélération ou de travail à sa puissance maximale, de façon à réduire sa consommation de carburant (sans oublier qu’il faudra évidemment reconstituer l’énergie absorbée par le moteur electrique dans une phase ou le moteur thermique. sera moins sollicité). C’est ce qui est réalisé avec une certaine efficacité par exemple pour les tombereaux de carrière qui circulent sur des pistes (fermees à la circulation des autres véhicules) en alternant des phases de montée en charge à pleine puissance, et des phases de descente à vide pendant lesquelles le moteur thermique est peu sollicité et les batteries sont rechargées. La donne est quelque peu différente pour un char de combat qui effectue des parcours atypiques et irréguliers, et il faudra une gestion très fine du système pour espérer réaliser des gains significatifs, sans oublier que la place disponible pour des batteries et un « moteur/alternateur » reversible est plus comptée que dans un tombereau de carrière. N’étant ni politicien, ni énarque
    cette annonce me laisse pour le moins songeur d’autant plus que les consommations réelles des véhicules automobiles hybrides s’avèrent plus importantes que les consommations théoriques annoncées par leurs constructeurs, et qu’il s’agit là de réduire la consommation de 60%

  46. Naledi dit :

    Sur le Paris Dakar il y a aussi des camions hybride. Ça peut faire un bon retex.
    Mais sur le fond est-ce que char n’est pas un peu démodé. Un peu comme la cavalerie lourde en son temps.

    • tschok dit :

      Le char, contrairement à l’avion, est une arme qui a été condamné dès sa naissance, pour ne pas se reproduire.

      Le char a toujours été anachronique, soit trop en avance, soit dépassé.

      Comme tout un chacun, nous pouvons évidemment être sensibles à ces critiques.

      Mais le fait est, et c’est une énigme, qu’il est toujours présent sur les champs de bataille. Nous sommes le 28 mars de l’an de grâce 2021, et ce putain de char est toujours présent sur les champs de bataille.

      Le cuirassé, lui, a disparu. Il était le roi des mers. Pendant un siècle environ, il a gouverné la géostratégie mondiale.

      Ce con de char est toujours là. On reçoit des faire-part à chaque instant, pour annoncer ses funérailles. On le dit bel et bien enterré. Chaque jour que Dieu fait, on se promet que c’est fini, qu’on ne le reverra plus. Qu’on ne nous y reprendra plus, car c’est une hérésie. Tout le hurle. Les drones, les missiles anti-char, les RPG, les IED, les obus Bonus, le poids de la logistique, surtout en carburant, le coût du MCO, la clameur permanente des innombrables sceptiques, etc, tout nous le dit.

      Mais comme dans le sketch, le canard est toujours vivant…

      Et vous savez quoi? Je n’ai pas le moindre début d’explication à vous offrir.

      Cette arme est une énigme qui se soutient par ses propres moyens et quand ils lui manquent, elle trouve toujours des hommes ou des femmes audacieux pour en faire l’instrument de leur victoire, contre toute attente.

      Tout ce qu’on sait de ce truc, c’est qu’il n’est pas destiné aux paresseux, aux mièvres, aux mous et aux nuls. Il est le contraire de son projet de départ, faire la guerre à l’abri d’une cuirasse et taper l’adversaire sans rien risquer soi-même, tout en étant mobile.

      C’est une arme qui ne sert à rien si elle n’est pas servie par des gens de talent. C’est à peu près tout ce qu’on sait.

      Le reste est un questionnement. Un doute. Un pari. Une habitude. Une certaine façon de faire la guerre, qui pourrait être mise en déroute par un ennemi inventif, du jour au lendemain. On ne sait pas trop.

      • tschok dit :

        2022, l’an de grâce… ralala. Et je passe l’éponge sur les autres nombreuses fautes.

      • v_atekor dit :

        Oui, mais il n’y a pas eu d’innovation majeure sur les blindages, ça se résume depuis les années 70 à : plus dur, plus d’acier, plus lourd, plus de conso, moins de manœuvre. Par contre il y a une telle quantité d’avancées côté infanterie, que l’épée semble quand même nettement plus efficace que le bouclier.
        .
        Je me demande si la guerre en Ukraine n’enterrera pas une bonne fois pour toute le char lourd.

        • Alfred dit :

          Il y a quand même eu le blindage composite céramique multicouche, le surblindage réactif, et on travaille actuellement sur des blindages composites 3D qui absorbent l’énergie, voire même des blindages composites colloïdes qui durcissent au choc, ce qui s’eloigne quand même de la métallurgie traditionnelle

      • MERCATOR dit :

        @tschok

        On sait que dans un combat de haute intensité, à fortiori urbain, un char à une espérance de vie de moins de douze heures, si cet état de fait était sans importance pour les équipages de T 34 en 1943/1944 à qui on ne demandait pas leur avis,troupes du NKVD en embuscade sur leurs arrières, de nos jours, même en fédération de Russie ,la perspective d’être rôti au barbecue fait que les équipages qui ne sont pas des kamikazes ont tendance à abandonner leurs engins dès la première escarmouche en le laissant intact .
        C’est d’ailleurs la raison de la création du char Armata et sa capsule de survie .

    • Belzébuth dit :

      @ Naledi
      Pour plus de RETEX, on peut aussi analyser le black-out médiatique au sujet de l’IED sur la dernière édition en Arabie saoudite:
      https://look-travels.com/une-enquete-francaise-conclut-que-lied-a-cause-lexplosion-du-rallye-dakar-source-nouvelles-de-la-course/

  47. Vins dit :

    Question bête: vu les technologies actuelles missiles, observations satellites…. Quel est l’intérêt du char?
    La rupture technologique ne serait pas de se passer du char?
    Je pense que l’avenir est aux petites plates formes peu onéreuses et en masse… un essaim de petits drones peu faire bien plus mal qu’un char pour moins cher…
    Mais bon c’est mon point de vue…

    • Chamoix dit :

      @ Vins
      Un char de combat ou dans le cas d’espèce un véhicule blindé a de nombreux rôles qui ne peuvent être circonscrit au combat du char contre un char.

      Une fonction non prééminente doit elle dicter les caractéristiques de notre futur char ou doit on les définir en fonction des emplois les plus courants ou les plus probables ?

      Le coût des armes occidentales est souvent grevé par la satisfaction de performances marginales pour faire plaisir à des intérêts particuliers qui n’ont rien à voir avec l’intérêt militaire de la chose…

    • E-Faystos dit :

      @ Vins
      Pour ma part, je ne doute pas du futur du char.
      On parle beaucoup des chars Russes détruit et abandonnés: c’est vrai car les Russes sont venu récolter les.fmeurs tendues par les Ukrainiens libérés.
      Et du coup, la désillusion de ces militaires à la protection très parcellaire (pas de système actif ou réactif), traversant comme ils le peuvent des terrains difficiles en fait des cibles rêvées.
      Les chars Russes ont comparativement légers et peu blindés face à leurs homologues occidentaux, et leur.manque de mobilité en fait des cibles rêvées pour tout ce qui porte un lance roquette.

  48. Thierry dit :

    Pour l’instant un moteur 100% thermique est plus puissant et souple d’utilisation que n’importe quelle combinaison hybride ou électrique, cette solution me paraît plus adapté pour les véhicules léger que les chars, Arkuus ayant déjà créé le Scarabée :

    https://www.largus.fr/actualite-automobile/arquus-scarabee-2021-le-tout-terrain-militaire-hybride-de-400-ch-10574406.html

    En tout cas on ne pourra jamais se permettre d’attendre qu’un char recharge sa batterie, l’électronique entrant de plus en plus dans les systèmes d’armes, c’est là dessus que devrait se concentrer l’énergie électrique dégagé par un moteur thermique via un système quelconque (Dynamo, etc), et non pour la motorisation.

    réduire la consommation d’un char est souhaitable seulement quand cela n’entrave pas ses capacités, quand aux lignes de communications, quand elles sont coupé par l’adversaire c’est aussi les vivres et les munitions qui n’arrivent plus, l’essence n’est qu’une partie du problème, et l’électrique ne satisfait pas en terme de réponse.

  49. Thierry dit :

    Neuf soldats russes ont reçu l’Ordre du courage pour avoir participé aux hostilités en Ukraine. Le prix a été remis par le vice-ministre de la Défense Alexandre Fomine à la succursale du 3e hôpital clinique militaire central nommé d’après Vishnevsky. À en juger par les images diffusées par Channel One, huit des lauréats ont été amputés des jambes (complètement ou partiellement), et un, le commandant adjoint du peloton, qui était le seul à pouvoir se lever, a été amputé du bras droit.
    source :
    https://novayagazeta.ru/articles/2022/03/27/boevye-deistviia-v-ukraine-den-32-glavnoe
    ___________________________________________________________________________

    Poutine doit confondre courage et infirmité, c’est aussi improbable que si Napoléon avait remis la légion d’honneur à tous ses invalides…mais il ne fait pas de doute qu’il essaie d’atténuer les conséquences de son attaque dans l’opinion russe et que sa croix de ferraille sera de peu de secours à ceux estropiés à vie pour la mauvaise cause.

    Quand les ukrainiens montent des embuscades à courte portée contre des colonnes de char russe, les Russes bombardent l’Ukraine à distance depuis l’espace aérien de la Russie (ou de la Crimée) pour ne pas être abattu, pas étonnant qu’il n’ait que des infirmes à décorer…

  50. Lothringer dit :

    J’ai un peu de mal à comprendre…
    Lavoisier nous a enseigné « rien ne crée, rien de se perd tout se transforme ».
    Pour remplir les batteries, il faut tirer de l’énergie (électrique) de quelque part. Si cette énergie est prélevée sur le moteur thermique (via alternateur), c’est autant d’énergie (mécanique) en moins pour le bestiau lui-même. Donc si on veut la même énergie mécanique disponible en ordre de marche, et en même temps recharger les batterie, il y aura sur-consommation de carburant.
    Et même au ralenti, toute énergie prélevée au-delà de celle permettant au moteur de rester tranquillement au ralenti sera source de sur-consommation au ralenti.
    En conséquence, j’ai du mal à comprendre comment on peut nous proposer une consommation diminuée.
    A moins d’avoir mis au point un système de génératrice thermo-électrique ultra-performant en recyclant la chaleur des gaz d’échappement (sachant que le rendement d’un moteur à explosion tourne aux environs de 35% donc 65% de pertes en chaleur).
    Si par chance ils avaient inventé une génératrice thermo-électrique avec 20% de rendement (miraculeux !) sur la base des 65% de pertes en chaleur, soit au final 13%, là oui ont pourrait discuter. Et là, oui, on augmenterait l’efficacité du bestiau de 1/3, ce qui serait déjà une avancée significative.
    Mais de là à multiplier l’autonomie par 3…je ne suis pas convaincu de prime abord.

    Mais bon, il y a probablement quelque chose qui m’a échappé. Sera-ce aussi efficace que les (vieille histoire) fameux avions renifleurs ?

    • PK dit :

      Non : vous avez tout compris. Le seul moment où un chargeur électrique, c’est quand vous transformez votre freinage en énergie : pour le reste, c’est du pipeau, mais comme c’est écolo, il ne faut pas dire que c’est mal.

      Reste que chargez une batterie en ne profitant que des descentes, faut habiter en montagne et aller se battre dans les vallées.

      En revanche, l’adjonction d’un moteur électrique, avec la surconsommation que cela implique au final, a des avantages, comme un couple max immédiat et autres joyeusetés qu’un moteur thermique ne peut pas faire. Les deux couplés forment une aide bénéfique à l’engin.

  51. James dit :

    « Une batterie lithium-ion peut être chargée à deux fois sa capacité…
    Je suppose qu’il s’agit de courant de charge mais non de la capacité de la batterie

  52. chinois02 dit :

    Y’a pas de miracle: c’est simplement un APU comme dans les avions, couplé à une batterie.
    A l’arrêt seul l’APU tourne, le gros moteur de 1200cv est coupé. donc la conso est celle de l’APU.

  53. Benoit dit :

    Ouais ouais… Les lois de la physique sont telles que cela est un vieux pieux.

    Pour faire baisser la conso soit tu rationnes soit tu coupes.

    A kWh constat baisser le carburant veut dire trouver une autre source c est tout.

    Pour recharger cette super batterie il faudra des groupes électrogènes donc l essence il l a faudra mais ailleurs. Donc en terme de logistique globale ça rajoute beaucoup de contraintes.

    De plus ces batteries sont extrêmement lourdes… Sans parler du volume. Attention le lithium ion est ultra toxique et fait boom facilement de cas faire un superbe ied embarqué… Autre point le risque de spot single point of failure sera augmenté.

    Bref on complexifie mais une bonne arme c est quoi ? Ça doit durer combien de temps ?

  54. Carin dit :

    Une chose me traverse l’esprit.. il me semble que les moteurs militaires fonctionnent toutes essences…
    Si c’est encore le cas, pourquoi ne pas passer au bio-éthanols ?
    Je sais que pour nos voitures essence il faut rajouter un module électronique qui gère cette nouvelle essence, mais pour des moteurs multi-essences est-ce le cas?
    L’avantage du bio-ethanol étant bien entendu son prix extrêmement mini!

    • Aramis dit :

      « Si c’est encore le cas, pourquoi ne pas passer au bio-éthanols ? » Le bio ethanol suppose beaucoup de surface agricole qui sont plus utiles pour l’estomac.

      Pour l’instant on sait qu’on aurait dû chercher un substitu même imparfait au pétrole depuis longtemps mais on a pas donc on bricole avec l’électrique car le pic prétrolier est derrière nous.

  55. coucoucestnou dit :

    Aller hop encore une question bete : ce conflit ne montre-t-il pas que « les chars c’est fini » ? Quand on voit qu’un drone silencieux flingue du T72 à tire-larigauts, ou de simples stingers… Quel est l’apport réel du char d’assaut dans les conflits d’aujourd’hui ?

    • Plusdepognon dit :

      @ Coucoucestnou
      Les véhicules blindés ou pas ont été bien exposés à des nuées de missiles ATGM (on parle de plus de 23 000 livrés).
      L’armée de terre française y serait passée en entier à la place des russes (pour resituer).

      Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain, si un véhicule blindé peut exploser, quelle est la protection des fantassins sans blindage face à des Switchblade, bientôt utilisés en essaim ?
      Nulle.
      https://blablachars.blogspot.com/2022/03/reflexions-ukrainiennes.html

  56. Z0ZZ dit :

    Bon en 99 les serbes bougeaient les 122 avec des boeufs et des chevaux.
    Pas de signature thermique, pas de carburant, par contre pour décarrer rapide c’est pas terrible. Attention au tir de contre batterie.

  57. lgbtqi+ dit :

    ça devrait faciliter les mariages des employés de l’entreprise avec de jeunes chinoises de la dictature éponyme…