L’armée nationale libyenne du maréchal Haftar affirme avoir tiré quatre missiles Scud-B lors d’un exercice

Le processus de « réconciliation nationale », amorcé par le président Macron en juillet 2017, aura fait long feu. À l’époque, il avait réuni, à la Celle-Saint-Cloud, Fayez Al-Sarraj, le chef gouvernement d’entente nationale [GNA], établi à Tripoli sous l’égide des Nations unies, et le maréchal Khalifa Haftar, commandant de l’Armée nationale libyenne [ANL] et principal soutien de l’exécutif – rival -relevant de la Chambre des représentants élue en 2014 et repliée à Tobrouk.

Et les deux hommes donnèrent leur accord de principe pour « s’abstenir de tout recours à la force armée pour ce qui ne ressort pas strictement de la lutte antiterroriste », intégrer leurs troupes respectives au sein d’une armée régulière et organiser des élections au printemps 2018.

Or, rien de tout cela ne se concrétisa. Au contraire même… En 2019, le maréchal Haftar, fort du soutien des Émirats arabes unis, de l’Égypte et de la Russie [via le groupe paramilitaire Wagner], lança ses troupes à l’assaut de Tripoli. Ce qui incita la Turquie à s’engager militairement aux côtés du GNA, avec lequel elle avait conclu un accord sur ses frontières maritimes afin d’assoir ses revendications en Méditerranée… et ses vues sur les ressources en hydrocarbures. Cette intervention mofidia le rapport de forces sur le terrain, l’ANL ayant été contrainte de reculer.

Cela étant, les deux partis rivaux tombèrent d’accord pour organiser des élections d’ici la fin de l’année 2021 afin de normaliser la situation politique du pays. À Tripoli, le GNA de M. Al-Sarraj s’effaça au profit d’un gouvernement d’union nationale [GNE] conduit par Abdel Hamid Dbeibah et adoubé par la Chambre des représentants de Tobrouk.

Seulement, cette accalmie n’aura pas duré longtemps. Renversé par une motion de censure en septembre 2021, M. Dbeibah refuse de céder son fauteuil à Fathi Bachagha, un ancien ministre de l’Intérieur ayant formé un nouveau gouvernement avec l’appui du Parlement de Tobrouk. Entretemps, les élections annoncées ont été renvoyées aux calendes grecques.

Cinq ans après la rencontre de la Celle-Saint-Cloud, la situation de la Libye ne s’est pas arrangée… Et si M. al-Sarraj n’est plus en poste, le maréchal Haftar – par ailleurs candidat à une élection présidentielle plus que jamais hypothétique – semble toujours tenir les rênes de l’ANL, encore appelée « Forces armées arabes libyennes ».

Et, après avoir reçu du matériel militaire russe [dont des avions MiG-29 et Su-24 ainsi que des systèmes de défense aérienne], l’ANL a étoffé davantage ses capacités en remettant en état des missiles balistiques Scud-B datant de l’époque du colonel Kadhafi. Cependant, son porte-parole, Ahmed al-Mismari, s’était gardé de précisé le nombre d’engins ainsi récupérés. Cela étant, ces derniers ne devaient pas être en très bon état… D’où des doutes que l’on pouvait alors nourrir sur une telle affirmation.

Sauf que, la semaine passée, sous la supervision du maréchal Haftar, l’ANL aurait procédé au tir de quatre missiles Scud-B depuis un endroit situé à 50 km au sud de Benghazi. Le conditionnel reste de mise car le film de ces lancements qui a été diffusé sur les réseaux sociaux relève plus du spot publicitaire que d’un document.

Quoi qu’il en soit, l’ANL a expliqué que ces quatre missiles ont été tirés par la brigade « al-Karama » en deux salves, en direction de cibles situées respectivement à 200 et 242 km de leur zone de lancement, au sud-ouest de Tobrouk.

Tirer autant de missiles pour un exercice suppose que l’ANL dispose d’un stock assez important, alors que de nombreux Scud-B des forces du colonel Kadhafi sont supposés avoir été détruits lors de l’intervention occidentale menée en 2011. Un autre hypothèse est qu’il s’agit d’une opération de propagande, l’objectif étant d’envoyer un message au chef du gouvernement d’entente nationale, qui refuse de s’effacer devant Fathi Bashaga, allié du maréchal Haftar.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. PPSD dit :

    2022 l’année du missile si je comprend bien…

    Ben alors DouDou tu viens plus aux soirées missiles ?

    • Clément dit :

      C’est l’occasion d’épuiser les stocks de la Guerre Froide !

  2. strider_on dit :

    eh non ceci n’est pas une punchline….

  3. jyb dit :

    – Retour en arrière sévère pour la libye. Encore une fois le pion tripolitain soutenu par l’onu fait défaut. Dbeibah a perdu sa légitimité et tripoli se retrouve au coeur des rivalités et combats inter milices.
    – haftar a remisé sa limousine pour ressortir le half track et semble jouer la carte de la sécurité « régalienne » contre l’anarchie des milices. sur le plan intérieur c’est un bon coup politique pour une population usée par 11 ans de guerre. sur le plan exterieur c’est aussi un bon coup parce que l’anl reste la seule force à lutter contre les djihadistes au sud.

    • Auguste dit :

      C’est Macron qui lui a mis çà dans la tête?:le 12 Haftar était à Paris.Les US,cette fois ci, ont pris les affaires en main sérieusement.Et ils ne veulent pas d’une nouvelle guerre.
      Dbeibah a perdu des plumes,mais il a encore des soutiens et il a la main sur la banque et le pétrole.Faudrait que les US arrivent à décoller Haftar(Bashaga) des Russes,pour qu’ils changent de cheval.

    • vrai_chasseur dit :

      @jyb
      la Libye est un bon exemple de ce qu’on appelle maintenant la « diplomatie Bayraktar » de la part des turcs : un mélange efficace de formation manoeuvrière des troupes locales au sol avec des instructeurs et de suprématie aérienne assurée avec des drones à faible coût, les TB2. Soit au global une empreinte minimale sur le pays.
      Hatfar malgré le soutien russe et surtout EAU massif a perdu la maitrise des flux, y compris les flux de ravitaillement par air à al Watiya le forçant même à geler la base, essentiellement parce que les drones TB2 assuraient une dissuasion sur toute sa dynamique de mouvement et ses convois. Au passage, les Pantsir russes se sont révélés être du piètre matériel AA, incapable de contester la menace des TB2.
      Sans cette « diplomatie bayraktar », le GNA aurait déjà été dégagé depuis longtemps. Le ratio efficacité / coût est sans appel, ce résultat a été obtenu par les turcs avec seulement 14 TB2 abattus, un prix payé dérisoire en comparaison du gain politique.
      A méditer.

      • jyb dit :

        @vrai-chasseur
        exactement. vous rejoignez mon interrogation sur le post de l’attaque à erbil :
        il faut mesurer la vulnérabilité des da aux missiles, roquettes et munitions errantes. La concentration des systèmes ( eau, ksa, irak, israel ) est régulièrement prise à défaut. L’attaque (ajoutons libye, haut karabagh…) progresse plus vite que la défense.
        derniers exemples en date le 10 mars des installations pétrolières à riyad sont touchées par des drones yéménites.

  4. Bikoro dit :

    Article intéressant. Mais parmi les soutiens de Haftar, il aurait été plus juste d »évoquer également celui de l’Etat français (malgré la position de l’ONU) qui voulait jouer sur les deux tableaux.

    • jyb dit :

      @bikoro
      L’ état français a raison de ne pas suivre l’onu quand l’onu a tort. Ce n’est pas pour rien que les émissaires de l’onu pour la libye démissionnent les uns après les autres ( Ghassan Salamé, nicolay mladenov, jan kubis )

      • Auguste dit :

        Kubis a été éjecté: il est pro-Russie-Egypte.En ce moment ça passe pas.
        C’est la Turquie qui mène la dance en Libye.Tout passe par elle.
        PS:N’avais-je pas raison quand je disais qu’Erdogan allait se rabibocher avec tout le monde?:Israel,Grèce,EAU,AS.Manque l’Egypte,mais ça va venir.Une bonne part des soutiens à Haftar en passant.Et nous on continue à miser sur le mauvais cheval.

    • jyb dit :

      et l’actuelle patronne de l’unsmil consulte beaucoup mais toutes ces consultations restent stériles.

  5. blavan dit :

    Encore une fois de plus il faut laisser la « nature  » faire . Plus on s’en mêle, plus les conflits durent, les américains l’ont enfin compris en Afghanistan et on finira par reprendre des contacts avec les talibans pour commercer . Le Viet Nam est également un bon exemple, la France a toujours penser que geler un conflit le solutionne , c’est pour cela qu’on a des revers en Afrique.

  6. ZoSo dit :

    Mince, la moitié de leur budget militaire y est passé…

  7. Auguste dit :

    Il continue à faire le mariole.Il veut s’en prendre encore une?.S’il bouge d’un poil pour aller sur Tripoli,lui et son pion Bashaga vont se retrouver en slip.Erdogan va leur entrer au lard et avec la bénédiction des USA.
    Si US ont un petit faible pour Bashaga ,ils veulent surtout que le pétrole libyen continue à couler.

    • jyb dit :

      @auguste
      les touaregs ont la main sur le robinet, et ils l’ont fermé la semaine dernière.

      • Auguste dit :

        Il a le chef d’une des principales milices d’Haftar qui est mort de mort violente.Cela devrait faire réfléchir les Touaregs. On leur a dit d’ouvrir les deux robinets.En ce moment on ne joue pas avec le gaz et le pétrole.

  8. Cyd dit :

    « Le processus de « réconciliation nationale », amorcé par le président Macron en juillet 2017, aura fait long feu. « 

    Comme d’habitude, comme pour tout le reste

    • PK dit :

      Mais vous ne lisez pas la presse française ? Macron a un incroyable talent (si, si…). Il a tout résolu, discute avec Poutine tout le temps, le fait quasiment plier en temps réel. Il n’a même plus le temps de se raser le pauvre et a troqué sa chemise en cachemire pour un tee-shirt du CPA 10… on n’est même plus sûr qu’il a le temps de changer de slip, le pauvre ! Imaginez les risques pour madame Macron… Déjà qu’elle est en plein cœur de cible du variant Ô Micron… Si en plus, elle doit se protéger de celui d’Ô Macron…

      Vous n’êtes vraiment pas à la hauteur. Pourtant, le virus Macron a arrosé la presse à coup de milliards cette année pour que vous soyez bien informé.

      J’ai vraiment l’impression que vous le faîte exprès. Ou alors, vous lisez la presse étrangère qui traite pratiquement Macron de guignol grotesque. Mais là, on va vous traiter de poutiniste (alors qu’il s’agit de la presse occidentale, pourtant pas très tendre avec Poutine). Ou alors vous êtes vraiment un poutiniste, parce que vous allez relayer que le porte-parole du Kremlin dément systématiquement toutes les déclarations de Macron dans les minutes qui suivent ses déclarations (très fort la synchro d’ailleurs…).

  9. Nico80100 dit :

    Ils les sortent d’où ces Scud? Seraient’ils tombés sur un dépôt secret , comment les ont’ils eu?

  10. VinceToto dit :

    Tirer un Scud-B en 2022? C’est déjà un exploit en soi: bravo les gras! Par contre si il arrive sur cible, là c’est du miracle (pas de vidéos crédibles je suppose?).

    • CaptainàDoc dit :

      Recharger en propergols liquides des Scud B en 2022 ! Moi, je dis : Respects aux artilleurs … ou Dieu protège les inconscients !

  11. bullnar dit :

    tripoli pour etre honnete …