Non, M. Attali, l’envie de se battre n’a pas manqué aux soldats français de 1940!

Même si on ne peut qu’en avoir une perception biaisée par les réseaux sociaux, comme l’explique le général [2S] Olivier Kempf dans les colonnes du Figaro, il serait tentant d’établir un parallèle entre la résistance qu’opposent les Ukrainiens aux forces russes avec les combats livrés par l’armée française contre les troupes allemandes durant la campagne de France, en mai-juin 1940. Mais ce serait commettre une erreur d’appréciation. Comparaison n’est pas raison, dit-on.

Cependant, dans son dernier billet hebdomadaire publié par Les Échos, l’essayiste Jacques Attali s’est risqué à comparer les deux situations… Quitte à faire fi de la mémoire et de l’honneur des combattants français de 1940, qui furent, quoi qu’on puisse en dire, les premiers résistants.

M. Attali passe pour quelqu’un de très cultivé. Et on ne peut imaginer que sa connaissance de la Bataille de France se limite à l’image d’Épinal véhiculée par les comédies de Robert Lamoureux [comme « Mais où est donc passée la septième compagnie »]. Ou alors, c’est qu’il ne peut pas admettre que les soldat français de 1940 aient été des lions commandés par des ânes, pour paraphraser la formule du général américain Douglas MacArthur.

« […] Rien n’est plus cruel pour la France, et de plus éclairant, que d’imaginer ce qui aurait pu se passer entre le 10 mai 1940 […] et le 17 juin 1940 […], si la France s’était aussi bien préparée au combat contre les armées du chancelier Hitler que l’Ukraine s’est préparée à affronter les troupes du président Poutine. Non pas seulement en termes d’armement, en particulier d’armement blindé, mais surtout en termes de moral, d’envie de se battre, de ce que les Anglais nommaient alors le ‘fighting spirit’, dont ils ont si bien su faire preuve à cette époque », écrit M. Attali.

Et d’ajouter : « Si tel avait été le cas, Strasbourg, Reims, Lille, auraient résisté comme résistent aujourd’hui Kharkiv, Marioupol et Kherson. Nous aurions sans doute eu plus de morts que nous n’en avons eu ; mais nous aurions sans doute pu éviter la défaite. Et même si nous avions été provisoirement battus, nous aurions évité la collaboration et le déshonneur. Le sort de la guerre, et de l’après-guerre, eut été totalement différent ».

À en croire l’éditorialiste, les soldats français n’auraient pas eu « envie de se battre » contre l’envahisseur… Ce qui est un peu court car c’est passer outre les erreurs [et la sclérose] du commandement [décrites par Marc Bloch dans « L’étrange défaite], la supériorité tactique des armées allemandes, ainsi que celle de leurs équipements, tant en quantité qu’en qualité.

« Certes, nous avons été, nous sommes submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne de l’ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui », avait d’ailleurs déploré le général de Gaulle, dans l’Appel du 18 juin.

Mais par dessus tout, face à l’ennemi, les soldats français ont opposé une résistance farouche, voire héroïque. Ce ne sont pourtant pas les faits d’armes qui manquent.

Ainsi, et alors qu’il était impensable pour le commandement de voir les armées allemandes passer par les Ardennes, le village de Stonne changea 19 fois de mains entre les 15 et 18 mai, les troupes françaises, inférieures en nombre, ayant mis hors de combat environ 6000 soldats allemands. La bataille prit fin le 25 mai, une fois les ultimes poches de résistance réduites au silence. « Les soldats de la Wehrmacht ont toujours comparé l’enfer de Stonne en 1940 à l’enfer de Verdun en 1916 », écrira l’historien Karl-Heinz Frieser.

Stonne peut être le symbole de la combativité et de l’esprit de sacrifice des soldats français… Mais ce serait oublier les combats de Tannay, au cours desquels 47 cavaliers du 93e Groupe de reconnaissance de division d’infanterie [GRDI] se lancèrent, baïonnette au canon à l’assaut des positions allemandes, sans le moindre appui. Seulement cinq survécurent au déluge de feu et d’acier. Au total, cette bataille coûta la vie à un milliers de soldats français. Les pertes furent trois fois plus nombreuses côté allemand.

Quasiment au même moment, à Landrecies [Nord], trois chars B1 Bis, à savoir le « Tornade » [sous-lieutenant Rival], le « Mistral » [lieutenant Pompier] et le « Tunisie » [sous-lieutenant Gaudet] réussirent l’exploit de détruire des dizaines d’automitrailleuses allemandes apparemment abandonnées. En apparence, seulement, puisque des impacts furent relevés sur les tourelles des blindés français.

Le 5 juin 1940, venant de se lancer à l’assaut de la Ligne Weygand et malgré le déluge d’acier venu du ciel [et des « Stukas »] et leur supériorité numérique, les troupes allemandes se heurtèrent à une résistance inattendue de la part des forces françaises chargées de tenir la position. Comme dans le village de Champien. « Il faudra qu’ils me passent sur le corps pour avancer! », aura encore la force de dire le sous-lieutenant Francis Vincent, alors que l’issue de la bataille ne faisait plus aucun doute, après des heures de combats acharnés, et que la mort n’allait pas tarder à le faucher.

« Il s’est allumé une lutte acharnée, où l’on ne se bat pas pour chaque village mais pour chaque maison. […] À la sommation de se rendre, les Français répondent négativement et par un redoublement de leur feu. Ce sont des soldats qui ne connaissent ni faiblesse, ni hésitation », témoignera un officier de la IVe Panzer.

Plus tard, alors que l’armée allemande s’apprêtait à entrer dans Paris, le 20e Corps français [soit six régiments], après avoir subi un bombardement ayant duré plus de trois heures, tint tête à six divisions d’infanterie de la Wehrmarcht dans le secteur fortifié de la Sarre. « Les Français s’accrochent au terrain et ne le cèdent qu’au prix du sang », relatera l’historien Roger Bruge.

Dans les airs, peut-être que le bilan des « mille victoires » de la chasse française est-il exagéré… Mais il n’empêche que les aviateurs français auront également tenu la dragée haute à une Luftwaffe dotée d’appareils redoutables, comme le Messerschmitt Bf 109. Citons le sergent-chef François Morel, abattu le 18 mai 1940 après avoir été crédité de 12 victoires [dont 7 en collaboration] en une semaine, le capitaine – et futur général – Jean Accard [12 victoires], ou encore du sous-lieutenant René Pomier Layrargues, mort à 23 ans, après six victoires homologuées, dont une aux dépens de l’as allemand Werner Mölders, qui comptait alors 25 victoires. Mais il est impossible de tous les évoquer…

Et que dire au sujet du raid – réussi – contre Berlin, mené le 7 juin 1940 par un Farman F.223.4 affecté à l’aéronautique navale et transformé en bombardier, avec pour équipage le capitaine de corvette Daillière, l’enseigne de vaisseau Comet [navigateur], le maître principal Yonnet [pilote], les maîtres Corneillet [mécanicien] et Scour [radio] et le second-maître Deschamps [mitrailleur bombardier]. Parti de Mérignac avec 18’000 litres d’essence, il larguera 80 bombes incendiaires de 10 kg chacune sur la capitale du « Reich ».

On pourrait aussi citer les combats acharnés livrés au niveau de la Loire par les élèves officiers de l’École de cavalerie de Saumur, alors que le maréchal Pétain venait d’annoncer qu’il demanderait un armistice. Ou encore la résistance héroïque des hommes du 23e Groupe de reconnaissance qui résistèrent à un contre dix à Xertigny [Vosges], le 18 juin 1940. Leur chef, le commandant Frédéric de Saint-Sernin, piégé dans l’hôtel de ville en flammes, sortit l’arme au poing au devant de l’ennemi…

Il ne s’agit là que de quelques faits d’armes, dont certains sont pourtant connus… Plus généralement, il est estimé que, proportionnellement, les pertes subies par l’armée allemande durant les six semaines de la campagne de France ont été plus élevées que pendant les six premiers mois de l’opération Barbarossa, lancée en juin 1941 contre l’URSS. Et elles ont également été supérieures – toujours proportionnellement – à la bataille de Verdun!

Aussi, écrire que les combattants de 1940 ont manqué « d’envie » pour se battre relève, au mieux, de l’ignorance ou, au pire, de la calomnie. Dans un cas comme dans l’autre, c’est une faute. Reste à voir si M. Attali rectifiera son propos dans une prochaine chronique, avec des excuses…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

101 contributions

  1. PeterR dit :

    J’ai pour ma part une bien piètre opinion de Jacques Attali, ancien éminence grise de FM et donc ayant plus que contribué au déclin français.
    Donc les avis de ce triste personnage c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un.

    • PeterR dit :

      Jacques Attali fait partie des personnages qui peuvent toujours tout expliquer mais jamais rien prévoir.

      Mais bon, quand on débite des conneries d’un ton docte le béotien vous prend au sérieux et aura de toutes manières tout oublié quand les événements lui donneront tort.
      Ne pas oublier que pour être élu il suffit de 50% + 1 voix

  2. Sacha dit :

    Merci pour les anciens qui sont passés avant nous, qu’ils aient été d’active ou non, pour répondre aux envies d’expansionnisme d’une nation voisine, et dont on peut parfois raconter n’importe quoi aujourd’hui.

  3. Le Meur dit :

    Merci pour cet article.

  4. RGA dit :

    les matériels étaient équivalents, peut être un peu moins rôdés côté français, et un peu démodés l’effort de réarmement a été notable, suivis. c’est une défaite du commandement avant tout, voir l’excellente biographie du généralissime Gamelin récemment parue. les allemands ont engagés trois fois mille chars, les français mille fois trois chars, la plupart sans radio .Quand on voit dans l’actualité à l’Est les ravages que font les drones légers turcs, armés, on constate que l’imagination n’est toujours pas aux commandes en France

  5. Gator Ali dit :

    Aux soldats sûrement pas, à certains officiers et ministres à tous les niveaux, assurément.

  6. Isidore dit :

    « Des lions commandés par des ânes », ça n’a jamais été aussi vrai…

  7. EchoDelta dit :

    Malheureusement Jacques ATTALI fait partie du clan des liquidateurs de la nation française, donc tout ce qui permettrait de réduire l’appartenance à une nation est appuyé dans son esprit pour promouvoir le village mondiale. Il sent très bien le danger avec l’Ukraine. C’est le retour des nations, des patriotes, du sentiment d’appartenance à un peuple…
    Tout cela doit donc être combattu sur le fond et sur la forme.
    Tout cela me fait dire que cette déclaration fait partie de la promotion des idées qu’il fait quotidiennement. Peut être même finit-il par croire ce qu’il dit comme étant une vérité, mais avec Berger, Kouchner, and Co ils font parti du même petit club de promotion des idées mondialistes.
    Il y a donc aucune chance qu’il reconnaisse une erreur, encore moins qu’il s’excuse, et au mieux tournera ces propos en dérision sur une pirouette linguistique, si d’aventure il se voit acculé par un historien dans un débat aussi âpre que précis.

  8. Plusdepognon dit :

    Il est plus à son aise avec le futur second tour Macron-Le Pen, dont les français ne veulent pas puisque c’est un non- choix.
    J’entends encore son pote luc ferry demander à ce que l’on tire à balles réelles sur la foule.
    https://www.marianne.net/politique/emmanuel-todd-en-bas-l-intelligence-progresse-tout-comme-le-taux-de-cretins-diplomes-en

    Ceux qui savent, savent mieux que nous évidemment…

    Effectivement, on en revient toujours aux marottes du pouvoir, mais avec des habits neufs : le transhumanisme étant les habits neufs de l’eugenisme.
    https://www.lemonde.fr/livres/article/2010/11/18/la-revolte-des-masses-de-jose-ortega-y-gasset_1441712_3260.html

    Avec les technologies numériques à portée, la guerre cognitive paraît gagnée d’avance.

  9. Olivier dit :

    Merci Monsieur Lagneau de nous apprendre tout cela, et de rétablir quelques faits marquants de cette période difficile pour la France.
    Honneur et gratitude aussi à nos aînés qui se sont battus vaillamment pour la Nation et pour nos familles.
    Vive la France !

  10. Nico80100 dit :

    Le soldat français de 1940 s’est battu comme un lion. A chaque fois qu’il était bien commandé, il a tenu la dragée haute aux allemands.
    La défaite de 1940 est une succession d’erreurs stratégiques.
    Comme a écrit un général allemand devant Verdun lors des combats de l’Argonne le 13 juin face à la 3eme DIC  » Ils sont aussi dignes que leurs pères. »
    A Jacques Attali ceci veut tout dire sur la combativité du combattant français.

  11. Félix GARCIA dit :

    Très bel article.
    Merci à vous monsieur LAGNEAU. Merci pour votre travail.

    « Non pas seulement en termes d’armement, en particulier d’armement blindé, mais surtout en termes de moral, d’envie de se battre, de ce que les Anglais nommaient alors le ‘fighting spirit’, dont ils ont si bien su faire preuve à cette époque »

    Même si les anglais ne déméritent pas, c’est « surjoué », comme le rappelle Jean LOPEZ :
    « Hitler pouvait-il gagner la guerre ? »
    https://www.youtube.com/watch?v=EKSbj4bIB8k
    « Aux origines de Barbarossa »
    https://www.youtube.com/watch?v=NiRIHyjA6xg
    « Barbarossa: guerre totale, bataille absolue (Partie II/II) »
    https://www.youtube.com/watch?v=OD6eqIuCxqg
    « Opération Bagration – Été 1944 – Jean Lopez – Les Clionautes »
    https://www.youtube.com/watch?v=55GtWRKPB9w
    Il est fait état de l’avance des anglais, dans les domaines des radars et de l’aviation, sur les allemands.

    Pour ce qui est de la personne de Jacques ATTALI, regardons ce que vient de faire « son petit protégé, son poulain » (Emmanuel MACRON) :
    « Conférence de presse du Sommet de Versailles. »
    https://www.youtube.com/watch?v=FRzNAyfdl5Y
    The Versailles declaration, 10 and 11 March 2022
    « On 10 and 11 March EU leaders adopted a declaration on the Russian aggression against Ukraine, as well as on bolstering defence capabilities, reducing energy dependencies and building a more robust economic base. »
    https://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2022/03/11/the-versailles-declaration-10-11-03-2022/

    Dans la Salle des Batailles, annoncer l’avènement de l’Europe (« U.R.S.S. 2.0 »), et donc, la FIN DE LA FRANCE !
    Ça aussi, c’est inadmissible !

    • sentinelle dit :

      Je recommande les ouvrages de Jean Lopez j’ai lu 5000 pages sur la guerre à l’Est, passionnant Barbarossa pour moi est une leçon d’histoire ensuite on peut aller vers Stalingrad et Koursk .
      Sur Attal tout est dit depuis longtemps !

      • Félix GARCIA dit :

        « Je recommande les ouvrages de Jean Lopez »
        C’est ma prochaine commande, avec certains ouvrages de Gérard CHALIAND.
        Et quand j’ai vu qu’il avait aussi écrit sur la guerre antique, j’ai eu hâte d’avoir l’ouvrage entre les mains (encore plus que pour ceux sur la seconde guerre mondiale).
        Ça ira bien après « L’Emprise » (Marc ENDEWLD), « Précis de la puissance maritime » (Yan GIRON) et « La Méditerranée » (Fernand BRAUDEL) !

    • Félix GARCIA dit :

      PS : Sur la question des élites britanniques (dont Jean LOPEZ parle bien à propos des négociations entre les différentes parties au conflit) ;

      Carroll Quigley
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Carroll_Quigley
      Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine
      https://www.decitre.fr/livres/histoire-secrete-de-l-oligarchie-anglo-americaine-9782491861094.html

  12. Albin dit :

    Scandaleux de la part d’Attali qui ne mérite pas qu’on dise Mr.
    Il crache sur la mémoire de nos anciens qui étaient des appelés et des réservistes. Il oublie que la génération juste avant celle de 1940 et qui était donc les pères de cette dernière avait connue les tranchées.
    Les fils allaient se battre en 40 en pensant à leur père.
    Mon grand père né en 1912 n’a pas connu son père mort en 1915 et à fait la bataille de France puis prisonnier le reste de la guerre. La moitié, je dis bien la moitié de son régiment pulvérisé.
    Quel abruti cet Attali, courageux dans un fauteuil, au chaud.
    C’est un scandale de tenir des propos comme ça.
    Purée j’ai envie de distribuer une giboulée de phalanges là.
    Cache toi Attali, cache toi bien toi qui depuis 40 ans empoisonne la vie politique française en arrière plan comme un freluquet avec tes discours et idées de m.rde.
    J’appelle ça un gros toquard à la face de pigeon.

  13. fred dit :

    atali qui ?Miterrand disait de lui il a 10 idées a la minute,moi une seule mais c’est la bonne.Ce personnage fait parti de cette clique qui traine leurs godasses dans les palais de la république pour ce faire mousserCette personne est certes cultivé mais pour autant totalement inculte dans certains domaines.Je peux concevoir l’indifférence mais pas le mépris.

    • philbeau dit :

      Heureux de vous entendre parler comme cela fred . Pour une fois je suis sur votre longueur d’onde .

    • philbeau dit :

      Je dois confondre avec votre pseudo avec une majuscule . Mais je confirme mon approbation .

  14. philbeau dit :

    Le conseiller de Mitterrand …Attali comparaît la France à un hôtel . Des paroles non maîtrisées , peut-être dangereuses dans le contexte électoral actuel .

  15. Pascal (l'autre) dit :

    Attali! Le chantre de la déconstruction des états au profit de la mondialisâââtion! La même cuvée que les Minc et consorts!

  16. Deres dit :

    M. Attali ne fait que répéter la propagande anti-française permanente des anglo-saxons amoureux secret de leurs cousins allemands. Ceux-ci oublient bien entendu de parler de la retraite honteuse non annoncée aux alliées dans le nuit de l’armée britannique en Belgique laissant un trou béant dans la ligne et condamnant l’armée belge qui se fera contourner dès le lendemain. Et de l’humiliation complète des anglais en Malaisie par les japonais. Et de l’écrasement des américains aux Philippines. Et la débâcle totale face à Rommel en 1941. Et de la fuite des américains à Kasserine.

    • Castel dit :

      Vous interprétez vraiment l’histoire à votre sauce :
      Il n’y a pas eu de retraite honteuse des anglais en Belgique, ils ont tout simplement essayé d’échapper à, l’encerclement inévitable auquel ils ont échappé de justesse en se dirigeant vers Dunkerque, dans le cas contraire, ils auraient offert une victoire facile aux Allemands, sans pouvoir défendre leur pays par la suite, d’où l’on a pu organiser la résistance à l’envahisseur…
      Quand l’écrasement des Américains aux Philippine et à Kasserine, il ne s’agissait que de péripéties, dont vous semblez avoir oublié le résultat final !!

      • Nimbus - Parfois Cumulo dit :

        Oui, oui, on peut toujours dire cela… Mais quand on décide d’une retraite, on peut aussi prévenir ses alliés ! Belges et français ont été mis devant le fait accompli. Maxime Weygand est mort, il ne pourra pas vous démentir.

  17. Denetanne dit :

    Que dire de Jules Beaulieux, qui a tenu tête tout seul dans sa petite tourelle à un peloton allemand pendant 24h avant de mourir sur les obus de chars. Que dire du compositeur Jehan Alain, lui aussi seul face à un peloton entier, qui a emporté dans sa tombe 16 allemands avant de mourir à court de munitions. Que dire des soldats français qui ont défendu Dunkerque au moment de l’opération Dynamo, tandis que le « Fighting spirit » britannique si cher à Attali les faisaient abandonner le flanc belge et l’intégralité de leur matériel pour retourner dans la peur et la précipitation en Angleterre. Que dire des innombrables hauts faits de l’armée des Alpes face aux Italiens, des 9 soldats qui ont tenus tête à 2000 hommes de Mussolini à Pont Saint Louis, de Pierre Le Gloan abattant en un seul jour 5 appareil italiens, des ouvriers travaillant jour et nuit d’arrache-pied pour rendre le cuirassé Jean Bart à moitié fini en état de naviguer pour échapper à la capture. Que dire enfin, des tirailleurs sénégalais de Chasselay, qui ont défendu valeureusement comme des lions Lyon, avant d’être massacré comme des animaux par la division Totenkopf.

    Un jour, il faudra que l’on m’explique pourquoi la parole d’individus comme Attali vaut plus que celle de n’importe quel autre français.

  18. jyb dit :

    @LL
    avez vous lu le billet que vous commentez ?
    Pas une fois l’auteur ne dénigre le soldat français; et ses conclusions « collent » avec bon nombres de commentaires que je peux lire ici ( hausse des budgets défense, « anti-américanisme » , patriotisme )
    Et non, la bataille de france ne fut pas valmy, les citoyens français ne se sont pas insurgé, ils n’ont pas dans toutes les villes dressé des barricades, ils ne se sont pas massivement enrolé dans des milices de défense, ils n’ont pas spontanément pris les armes, ou participé chacun à son niveau à l’effort de guerre…
    C’est bien cet esprit de combat et de résistance du peuple ukrainien, militaires ET citoyens qui surprend les russes et, qui, me semble-t-il, est évoqué dans ce billet.

    • sentinelle dit :

      En bref dans une conception très stalinienne vous vouliez transformer Paris en Stalingrad et bien moi après la saignée de 14 nous ne pouvions pas être saignés une nouvelle fois et je suis contre les encouragements donnés aux ukrainiens en gros on se bat jusqu’au dernier ukrainien . Ala longue on finit toujours par venir a bout de l’occupant .

      • jyb dit :

        @sentinelle
        – non je ne veux rien et je ne suis pas à la place des ukrainiens. en revanche je suis comme vous gêné aux entournures quand je vois qu’on alimente cette guerre tout en enterrant les ukrainiens. je vous renvoie à la lettre du cema de ce jour.

    • Waroch dit :

      @jyb: après lecture du billet, je ne partage pas vraiment votre avis. Il parle bien de l’envie de se battre de manière générale, pas seulement de la base citoyenne, qu’il compare avec le « fighting spirit » dont les anglais auraient su faire preuve, là aussi de manière générale.
      Ce qui est historiquement faux, pour la troupe comme pour la population du moins à un certain moment de la bataille. Crémieux-Brilhac évoque cet aspect en détail dans « Les Français de l’an 40 », et distingue en gros trois phases: d’abord, le choc, la sidération devant la brutalité de l’assaut allemand, puis une phase de résistance opiniâtre à partir de l’arrivée de Weygand aux commandes, jusqu’à l’annonce désastreuse de Pétain de demander l’armistice qui signe un effondrement généralisé du moral.
      Pendant cette seconde phase, le moral des soldats mais aussi l’opinion publique dans son ensemble était particulièrement belliqueuse. En fait, ça commençait même à tourner à une haine viscérale de l’Allemagne avec un certain nombre d’exactions. Des exécution sommaires (dans les deux camps), voire des aviateurs parachutés lynchés par la foule. C’est arrivé à des italiens en particulier; Mölders lui-même était à deux doigts d’y passer et n’a dû son salut qu’à des gendarmes qui se sont interposés.

      Ceci dit mettre en avant le « fighting spirit » anglais à la même période ou présenter Lindbergh comme un pronazi c’est également inexact.

      Enfin, et surtout, la comparaison n’est pas la bonne. Si l’on doit tracer un parallèle entre la situation actuelle et la Bataille de France, c’est plutôt l’autre bord qu’il faut observer, avec un contraste particulièrement frappant entre une offensive allemande extrêmement rapide grâce notamment à une logistique bien rodée, et une armée russe qui présente les mêmes défauts que nos DCr à l’époque: grosse force de frappe, mais beaucoup trop rigide, manquant d’infanterie pour occuper le terrain, et de gros problèmes logistique et de communication.

      • Czar dit :

        « l’annonce désastreuse de demander l’armistice » parce que tu comptais faire quoi, cr**** ? leur jeter des cailloux depuis perpignan ou Constantine ? recruter des légions de féroces anthropophages démocrates de l’Oubangui-Chari avec leurs coupe-coupe parfaitement républicains et civilisationnels.

        faut-il rappeler à quelques grandes gueules creuses que lorsque la demande d’armistice – qu’il a été criminel de repousser dès lors que la bataille était clairement perdue donc avant même début juin – a été faite, le dispositif français était en voie de désintégration pure et simple.

        le franchouille inconséquent et déclamatoire vagit sur la collaboration mais s’il n’y avait pas eu occupation la question ne se serait pas posée., petit point de détail opportunément évacué des discussions sur la question

      • jyb dit :

        @waroch
        –  » Il parle bien de l’envie de se battre de manière générale » nous sommes donc bien d’accord. je remarque simplement qu’attali n’accable pas en particulier les soldats français comme le laisse accroire le titre du post.
        – vous savez ma méfiance à l’égard de l’histoire, donc je ne me lancerai pas dans des comparaisons aventureuses.

    • jyb dit :

      @lw
      Non. Je m’attendais après avoir lu @LL à un billet outrageux et polémique. Il n’en est rien. C’est un texte un peu opportuniste, un peu démago. J’ai surtout l’impression qu’une recette de caramel mou signée Attali susciterait de toute façon autant de rejet que ce billet.

  19. ScopeWizard dit :

    Grand MERCI à notre hôte de ce billet !!! 🙂

    Eh oui , et Macron , le président actuel dont la « reconduction » ne fait déjà plus de doute , plus qu’ un héritier est un enfant de cette engeance comme de Minc d’ ailleurs , ce qui en soi commence à en dire long sur l’ idée que ces gens-là se font de la France évidemment chaque jour toujours plus petite pour eux , trop petite….

    Pauvre France….

    Entre une démocratie au rabais , une république qui de « publique » n’ a guère plus que le nom , combien vas-tu encore devoir souffrir et subir d’ avanies….

    Et surtout au nom de quoi ? de « machins »….

    Quelle pitié…..

  20. Hervé dit :

    Je pense même que Les Échos pourraient publier intégralement votre article qui sonne comme un droit de réponse de tous les soldats de 40 insultés par un homme trop habitué aux courbettes des médias, même lorsqu’il écrit des idioties.

  21. Barfly dit :

    C’est pas la première fois que le Attali sort une connerie. Là en l’occurrence, il fait preuve de méconnaissance. Il ne connait pas son sujet et nous ressort le vieux cliché très largement répandu du soldat français fuyant devant la furia allemande. A défaut de s’instruire, on préfère répéter à l’infini des erreurs. Certes la campagne de France est l’une des pires défaites de notre histoire, les causses en sont multiples, militaires, politiques, stratégiques, économiques, morales, culturelles mais il ne faut surtout pas faire porter le poids de ce traumatisme sur le soldat français qui comme vous le dites Mr Lagneau a tout tenté pour éviter le pire. Hélas le courage et la volonté des hommes suffisent rarement, d’autres paramètres rentrent en compte. Pour revenir à l’actualité et laisser Attali à son ignorance, nous verrons si la résistance ukrainienne se limitent au courage de ses soldats face à l’envahisseur ou si elle est le fait d’une stratégie bien mieux pensée qu’on ne le croit.

  22. jojo dit :

    que monsieur Attali se taise, il fait parti des gens qui nous on mit dans la situation ou l’on est. qu’il aille à la pêche ou qu’il s’occupe de ces petit enfants mais qu’il se taise.

  23. Fred dit :

    Quelques chiffres sur la Bataille de France 1940
    La bataille de France de mai-juin 1940 est l’un des sujets les plus méconnus de la Seconde Guerre mondiale.

    Les archives et les témoignages des deux camps montrent pourtant que cette campagne a été marquée par une suite ininterrompue de combats particulièrement sanglants. Les journaux de marche soulignent ainsi l’ampleur des pertes dans les rangs allemands, la résistance héroïque des troupes françaises et la violence inouïe des combats.

    Durant les six semaines de combat de mai-juin 1940, les pertes militaires allemandes ont été proportionnellement plus élevées que les six premiers mois de guerre sur le front russe en 1941 : 4 711 soldats allemands sont tués ou blessés par jour en mai-juin 1940 contre 4 222 en juin-novembre 1941.

    L’ensemble des pertes militaires alliées et germano-italiennes en mai-juin 1940 sont également plus lourdes que les trois mois de la bataille de Normandie en juin-août 1944: 610 500 soldats alliés et germano-italiens hors de combat (tués ou blessés) en mai-juin 1940, contre 466 000 victimes militaires allemandes et alliées (tués ou blessés) en juin-août 1944.

    Fait totalement méconnu, l’hécatombe de mai-juin 1940 est proportionnellement supérieure à la bataille de Verdun en 1916 et à celle de Stalingrad en 1942-1943 : 13 566 soldats axistes et alliés sont tués ou blessés par jour en mai-juin 1940, contre 3 000 à Verdun en février-décembre 1916 et 8 600 à Stalingrad en septembre 1942-février 1943 !

    Du 10 mai au 25 juin 1940, l’armée allemande déplore 212 000 soldats hors de combat (49 000 tués et 163 000 blessés), 1 800 chars détruits ou endommagés sur 3 039 engagés, sans oublier 1 559 avions abattus ou endommagés sur 3 900 engagés.

    L’armée française compte de son côté 342 000 soldats hors de combat (92 000 tués et 250 000 blessés), 1 900 chars perdus sur 2 262 engagés et 892 avions hors de combat sur 1 300 engagés.

    Durant cette même campagne, les pertes militaires britanniques, belges et hollandaises réunies atteignent 50 300 soldats hors de combat (13 900 tués et 36 400 blessés). Il convient d’y ajouter 6 200 soldats italiens tués ou blessés.

    Des auteurs et historiens sérieux ont eu le courage de remettre en cause les clichés véhiculés depuis des années sur la bataille de France de 1940. Ils méritent d’être cités : Roger Bruge, Patrick de Gmeline, François Vauvillier, Gérard Saint-Martin, Jean-Paul Pallud, Yves Buffetaut, Henry de Wailly, Marc André Fabre, Jean Delmas, Paul Devautour, Etienne Plan, Erik Barbanson, Régis Potié, Bernard Horen, Michel Baudier, Stéphane Bonnaud, Jean-Yves Mary, Alain Hohnadel, Jean-Robert Gorce, Jacques Riboud, Pierre Vasselle, Claude Paillat, Jean-Pierre Richardot, Jean-Paul Autant, Jean-Pierre Levieux, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Jacques Belle et quelques autres.

    D’après La bataille de France jour après jour – mai-juin 1940 – Dominique Lormier
    Copié sur le site collectiffrance40.fr

    • Nauatg dit :

      @ Fred
      Merci à vous pour cette recontextualisation. Ça va peut être éclairer tous ces lamentables ignorants moqueurs. Ces hommes qui conspuent nos anciens. Quand eux mêmes se chient dessus depuis 2 ans comme des petits pleutres à cause du COVID. On ne les a pas entendu s élever contre cette folie trop occupés qu ils étaient à se terrer comme des rats!
      Et maintenant ça explique comment affronter la mitraille a la baïonnette… Mort de rire!

  24. United we conquer dit :

    M Attali fait parti de la classe des bobos gauchos qui ont des avis sur tout et surtout des avis, il est mettre dans le même sac qu’un certain BHL pour qui la science de la guerre n’a plus de secret. Ces messieurs sont régulièrement invités sur les plateaux télé des « amis » pour nous éclairer de leur science divine.
    Un essayiste ça essaye quitte renier l’histoire pour mieux écrire ses petits papiers pour en faire les choux gras de la presse.
    Il faut parfois songer à prendre sa retraite et à se retirer de la vie publique quand la mémoire commence à faire défaut et que l’on écrit des inepties. Surtout quand on commence à réécrire l’histoire on frise le crime de pensée.

  25. Achille-64 dit :

    Cette guerre russo-ukrainienne chavire les esprits passant pour les plus brillants, on dirait.
    Né en 1943, Jacques Attali aura eu la chance d’éviter toute les occasions de prouver au beau monde son ‘fighting spirit’.
    Peut-être a-t-il eu la chance quand même d’aller se les geler en janvier dans les campagnes allemandes, pour défendre l’occident contre le pacte de Varsovie ?

    Mourir pour des idées, l’idée est excellente … pom pom pom pom

  26. albatros dit :

    Pour bien comprendre en quoi la résistance des soldats français notamment à Dunkerque, a eu des conséquences pour les allemands, rien de mieux que de lire nos anciens ennemis de l’époque : les officiers nazis, notamment leurs plus grands généraux (Rommel : « Dunkerque a été une défaite pour nous » voir la vidéo ci dessous)
    Pour info la moitié de la Luftwaffee était au tapis en 1940 après la bataille de France, ce qui manquera aux allemands pour la Bataille d’Angleterre.
    https://www.youtube.com/watch?v=w6C5P-AYGdY

  27. N'importe quoi dit :

    M. Attali a dû confondre avec l’Etat major, la grande majorité des membres du gouvernement Reynaud et une bonne partie des parlementaires (dont de gauche). Les « capitulards » étaient plutôt les politiques qui, d’ailleurs, n’hésitèrent pas à donner les pleins pouvoirs à Petain dans la foulée.

  28. Propergol dit :

    Merci pour cet article.

  29. Doumé dit :

    Cela devient récurant de déblatérer sur des faits historiques, pour apporter une vérité qui doit coller à l’information du moment, quitte à se fourvoyer dans le déshonneur. Fort heureusement, il y a des Français qui ne sont ni dupes, ni avares de vérités pour redorer et rétablir l’honneur de ceux qui ont combattu, dès les premières heures de cette guerre dévastatrice du genre humain. Merci !

  30. Jf dit :

    je plussoie vos écrits. Merci monsieur L’agneau. vous ne pouvez rien faire contre ce cher Monsieur qui siffle aux oreilles de nos présidents depuis Mitterrand. Il a une haine de la France, cheville au corps, et s’est donné comme principe de la déconstruire. Cependant, il est bon pour certains sur ce blog de se rappeler ce que notre peuple fut, et qu’on a la possibilité de le redevenir. Merci encore.

  31. tankaboum dit :

    Au panthéon des c…. la gauche Française fait la queue. Dans l’hystérie du moment , chacun espère y trouver son moment de gloire politique en envoyant les autres au charbon.

  32. Zeb dit :

    Merci pour ceux morts aux combats en héros, si facilement dénigrés par des pédants. Ironiquement, cette « plume » réputée est assez représentative dans son comportement à ceux qui ont construit la défaite.

  33. VinceToto dit :

    ~60 000 militaires français officiellement tués au combat du 10 Mai au 25 Juin. ~30 000 militaires allemands. En un mois, cela donne une idée de la brutalité des combats.
    Les militaires français n’utilisaient pas les crèches, hôpitaux, etc. comme boucliers et zones privilégiées de combat et propagande, ce qui évidement ralenti la progression d’un ennemi qui a un peu de moralité. L’objectif de l’Etat Français n’était pas non plus le massacre de ses propres civils pour faire des articles dans les médias.

  34. Jean-soutien dit :

    Respect à nos militaires.
    Honneurs à nos morts.

    Ces mot rendent innommable celui qui les à prononcé, honte à lui.

    Merci pour ce billet Mr Lagneau.

    PS: Sur un ton beaucoup plus léger si vous me permettez:
    https://www.youtube.com/watch?v=Lb6wvaw3G98

  35. bruno dit :

    Ah, le célèbre « fighting spirit » anglais …

    En 1940, à Dunkerque …

    Quel déconneur, cet Attila …

  36. lxm dit :

    Ce que j’ai surtout remarqué, c’est qu’en comparant les armées les allemands étaient jeunes avec plutôt début 20ans d’âge moyen, des célibataires pleins d’hormones et de propagande voulant conquérir le monde; alors que les français avaient bien 10 ans de plus, c’était des pères qui voulaient d’abord protéger leurs foyers et leurs boulots.
    Et cela, du point de vue de la physiologie ça ne pardonne pas un tel écart, bien plus que la technologie.

  37. TDK dit :

    Merci Monsieur Lagneau !

  38. PENLAË dit :

    Les chars français étaient au moins aussi bons, si ce n’est meilleurs que ceux d’en face, mais ont été très mal employés. Et le Dewoitine D520 était un excellent appareil, malheureusement arrivé trop tard.

  39. JC dit :

    tout à fait d’accord.L’armée française était commandé par un le général Gamelin, qui était malade d’ une MST.
    A lire « Les vérités cachées de la défaite de 1940 » de Dominique Lormier ou il explique aussi que l’histoire de 1940 a été revu par les Anglo-Saxons.A voir Dunkerque avec l’opération Dynamo.Se sauver à l’anglaise.

  40. anonyme en mousse dit :

    Merci pour cet article !

  41. Pedro dit :

    Merci Mr Mr lagneau pour cette mise au point bien nécessaire. Meme nos « élites » ne connaissent plus l’histoire…

  42. REPman dit :

    Les soldats français n’ont pas transformé leurs villes en bunkers au milieu des civils, pour commencer…

  43. Passicot dit :

    Rectifier, ou s’excuser ? Vous pouvez rêver. Mais ces élites mondialisées détestent la gloire, le panache et l’esprit de sacrifice lorsqu’il est français. Ils ne l’admirent, faussement, que chez d’autres peuples.
    « Tout ce qui est français est notre » disait Maurras. M Atali dirait plutôt « rien de ce qui est français n’est mien »

  44. Anthonyl dit :

    Les Français n’ont pas combattu dans les villes en 40 pour éviter les pertes civiles et les destructions. Il n’empêche que la défense de Lille du 25 au 31 mai permet aux Armées du Nord et aux Anglais de rejoindre Dunkerque. Les combats autours de Lyon et St Etienne d’éviter l’encerclement de l’armée des Alpes et j’en passe…

  45. sepecat dit :

    M. Attali passe effectivement dans certains milieux pour quelqu’un de cultivé, mais aussi pour un individu dont la vision de la société est assez utopiste et (trop) souvent en total décalage avec la réalité. La question que je me pose est de savoir quel aurait été le comportement dudit M. Attali en 40 ? Personne ne peut avancer avec certitude que le quidam en question se serait comporté en héros à cette époque, car il faut avoir été réellement confronté à ce type d’événement pour savoir, a posteriori, quelle attitude on aura effectivement adoptée. En 40, M. Attali serait-il parti sur le front et se serait-il montré empressé à se battre ? Traiter les soldats de cette époque de lâches, puisqu’en caricaturant à peine c’est bien le propos qui est tenu ici, est particulièrement idiot et dans le contexte actuel tout à fait malvenu. Sous certains aspects sa prose rappelle les discours bileux du « french bashing » que l’on trouve à foison sur les forums. Il n’est pourtant pas très difficile aujourd’hui d’accéder à l’information et se pencher de façon factuelle sur l’Histoire, vue par des historiens français comme étrangers, aussi est-il particulièrement incohérent de procéder à une généralisation telle que celle suggérée par la prose de M. Attali. Mon avis sur le personnage ? Un bobo de plus avec toutes les inepties que cela sous entend. Il me rappelle une autre bobo croisée sur un forum, qui déversait sa bile sur les militaires et à laquelle je rappelai simplement que lorsque la tribu A décide de taper sur la tribu B en Afrique, les bobos de son espèce sont bien souvent les premiers à se ruer dans les avions mis à leur disposition par les militaires pour quitter le pays… Juste un constat.

    • Félix GARCIA dit :

      « Personne ne peut avancer avec certitude que le quidam en question se serait comporté en héros à cette époque, car il faut avoir été réellement confronté à ce type d’événement pour savoir, a posteriori, quelle attitude on aura effectivement adoptée. »
      Sur RadioGâtine, lorsque j’étais en 1ère, on faisait une émission sur une période de l’histoire qui était dans le programme scolaire (comme TP).
      Du fait d’avoir fait choisit la seconde guerre mondiale, on a eu la chance de faire l’émission avec un résistant qui s’était engagé « de force » (car les résistants du coin le lui interdisaient malgré le fait qu’il mentait sur son âge) à 16 ans, ou même 14, je ne me souviens plus .
      Lors de l’émission, la présentatrice nous a demandé à tour de rôle ce qu’on pense que l’on aurait fait à sa place : j’ai répondu que je n’en avais aucune idée.
      Lui, à 16 ans (14 ?), il a foncé bille en tête.
      « L’occasion fait le larron », d’ac, mais quand même … l’a du coeur l’gamin !

  46. LucienB dit :

    L’histoire est racontée par les Britanniques et les Américains. Ces informations sur les performances de l’armée française en 1940 ne sont connues que de quelques personnes en France. Dans les livres d’histoire du monde entier, ou dans les films hollywoodiens, les Français sont toujours dépeints comme des idiots et des lâches.
    Je suis d’accord avec le général MacArthur que les « Français sont des lions conduits par des ânes », non seulement en 1940, aujourd’hui on peut dire que la situation reste ainsi.

  47. GlopGlop dit :

    A tous les trolls pseudo cultivés qui ne connaissent rien à l’hisoire mais qui ne peuvent s’empêcher d’intervenir à tout va : Cap Martin & Mont Agel constituront pour vous de délicieux moments de lecture…
    * Ah oui, il s’agit de la fameuse ligne Maginot :
    -1 qui descendait jusqu’à la mer et pas seulement présente dans l’est
    -2 qui a obligé les allemands à passer par la Belgique (comme en 14)
    -3 qui a résisté aux multiples attaques italiennes jusqu’à la rédition.

  48. mexivert dit :

    Bien vu Laurent!
    Ce type, Attali, a manqué de respect a ceux qui se sont battus avec bravoure.
    Les chefs au top ont été en dessous de tout en n’attaquant pas lorsque les allemands ont envahi la Ruhr. Tout est parti de là.
    Après, faire porter la faute sur les soldats il n’y a qu’un pas, le pas de trop
    OUI, des excuses. C’est un minimum
    Au fait, Monsieur Attali a t’il fait son service militaire ou en a t’il été dispensé en tant que Major de polytechnique…

  49. pfr dit :

    Et sans oublier le front des Alpes. Les Italiens ne sont pas passés.
    Merci pour cette mise au point !

  50. Maxime Choucroun dit :

    Et aussi, on ne peut oublier la résistance de Lille. Les Français, se sont rendus après une farouche résistance.
    Et fait rarissime, ils ont reçu les honneurs de la guerre de la part des ennemis allemands.
    Le but était de permettre à Dunkerque de tenir le plus longtemps possible.

    Aussi, 100.000 morts en 6 semaines.

  51. Patrick, de Belgique dit :

    Merci Monsieur Lagneau pour cette utile rectification ! Bon, avec Attali, il y a parfois des choses intéressantes, et puis…

  52. Le Suren dit :

    Lamentable !

  53. Vinz dit :

    On ne voit pas bien en quoi la tactique allemande fut une surprise, c’est la même qui fut utilisée en Espagne et en Pologne. La réalité c’est que 1940 fut une étrange défaite précisément parce que rien dans cette guerre ne fut une surprise, pas même le coup des Ardennes.
    Tout le scénario initial était connu par avance.

    « Le couloir du Luxembourg, non défendu, sans destructions, menaçant à courte portée la gauche de nos régions fortifiées et nos rocades, c’est là la direction initialement dangereuse, en face d’une attaque brusquée dans laquelle l’Allemagne mettra certainement en jeu des moyens mécaniques et motorisés supérieurs à ceux donnés au parti bleu pour l’exercice « . Général Weygand, 1933.
    => Dès le début le commandement sait que la région des Ardennes, là où s’arrête les fortifications, constitue un danger.
    « Les forêts des Ardennes sont impénétrables si on y fait des aménagements spéciaux. Par conséquent nous considérons cela comme une zone de destruction. » Pétain, 1934, commission du Sénat
    => a minima cela signifie que des gens hauts placés se posent des questions.
    Les généraux Walch, Prételat, le colonel Bourguignon ont tous travaillé, de 1932 à 1938, à des scénarios d’une attaque brutale par les Ardennes.
    Exercice de Prételat : « Tout l’intérêt de l’exercice qu’il conçoit et « joue » avec son état-major réside dans le parallélisme presque total qui existe entre la manœuvre qu’il imagine, effectifs et moyens matériels engagés, chronologie, déroulement et rythme des opérations, espace géographique couvert…, et la manœuvre allemande telle qu’elle se déroule en mai 1940. »
    cqfd.

    Puis vint Gamelin.
    https://books.openedition.org/septentrion/7346?lang=fr

  54. Lothringer dit :

    Oui, Jacques Attali, dont je fus lecteur autrefois, et dont je suis finalement revenu, s’avère finalement dans toute sa splendeur : un anti-français, extrémiste pro-européen. Il est le serviteur zélé d’une « culture globale » , internationaliste : du coca-cola et du pepsi-cola à volonté….et de la « cancel culture » (culture de l’effacement) à volonté.
    Avec 50 ans d’écart, il aurait été copain comme cochon (?…) avec l’espion pro-américain Jean Monnet.
    Et dire qu’il fut le zélé bras droit de Mitterrand, qu’il était celui qui chuchotait à ses oreilles.
    On voit aujourd’hui où ces gens nous ont menés : moins de 10% d’industrie dans notre PIB. Tout se tient.
    Et dire que j’ai cru pendant tant d’années aux fariboles de ce monsieur. Mais des vérités ont fini par apparaître.
    C’est un peu comme un de mes oncles, qui était communiste dans ses jeunes années. Jusqu’au jour où il a fait un voyage en train en URSS et où il s’est retrouvé avec le canon d’une kalachnikov sous le nez , sur le quai d’une gare, simplement parce qu’il était descendu du train sur le quai pour se dégourdir les jambes. En 1 seconde, il a compris, et est devenu anti-communiste.

  55. E-Faystos dit :

    Apparemment, la culture de Mr Attali présente d’importantes lacunes. Mais qu’attendre d’un « conseiller » qui n’a que des faillites à son actif ? On pourra toujours argumenter avec humour que 200,000 soldats Allemands ont disparu dans la bataille, et que cela ne saurait être de la « tourista » dans le pays de la gastronomie.
    Alors ? Le fiasco de la bataille de France naît de plusieurs facteurs. J’ai terminé ma semaine, je vais pouvoir prendre le temps de détailler cela proprement.
    .
    Facteur politique
    La France laisse l’Allemagne se réarmer en sachant pertinemment ce qui va se passer. Et en 36, le Front Populaire s’est brièvement imposé. Vacances, réduction du temps de travail, nationalisations. De ce que j’ai vu sur le Net et ailleurs, le Front et les communistes portent tous les torts. Mais c’est faux.
    Pierre Cot fera tout son possible pour revigorer l’aviation tricolore en fusionnant les différents artisans. Mais le budget refuse de suivre et les avions de guerre sont toujours fabriqués « à l’ancienne ». Pendant la « drôle de guerre », l’Allemagne sortira 300 avions par mois, comme la Grande Bretagne. La France se contentera de 60. Et des modèles dépassés qui plus est.
    L’exception à ce marasme est le Dewoitine 520. Un avion exceptionnel à plus d’un titre, donc j’en reparlerai plus bas. Âmes sensibles s’abstenir !
    Mais restons sur la politique.
    La troisième république est régulièrement secouée de spasmes dû à des Jacques Attali de tous poils : l’instabilité ministérielle est la règle, et les gouvernement ne tiennent pas un an, avec des changements de bord régulier, chacun déconstruisant méticuleusement les travaux du précédent gouvernement !
    Au niveau des militaires, c’est un effet miroir guère plus glorieux. Les matériels passent par de redoutables obstacles :
    -la Direction Générale de l’Infanterie, qui aura pour unique objectif de faire de l’infanterie le pivot de la bataille derrière les fortifications Maginot. Dire que leur pensée stratégique est périmée est un euphémisme. J’y reviendrai plus tard
    -La STAé : le carbone de la DGI. Pas trop d’innovations, ni de dépenses, et surtout aucune logique. Le réveil sera terrible quand arriveront les Me 109 et Hurricane. Le Spitfire étant encore balbutiant.
    .
    Facteur industriel
    Malgré tout le mal que j’ai pu lire sur le Front Populaire, les choses sont déjà mal embouchées en 1936. L’aviation Française est le fait d’artisans qui travaillent à la pièce. Il y a bien eu des programmes, mais ils ont coûté cher pour des résultats médiocres. La France aura des avions de bombardement, de reconnaissance assez passables. Surtout que ce sont des avions dont l’armée de Terre ne sait pas quoi faire. Aussi la DGI va imposer le concept d’artillerie à longue portée. Mais pour le soutien au sol, c’est le néant. L’initiative de Pierre Cot sur la Nationalisation va être un calvaire : prendre des constructeurs concurrents pour en faire de gros pôles de fabrication amèneront les industriels à pousser leurs ouvriers dans la rue… pour protester contre la nationalisation. L’état à justifié ce coup de force en promettant des machines modernes, mais l’initiative à été bloquée par le ministère des finances. La France se prépare à la guerre, mais refuse de s’armer pour de vrai : dans les usines, c’est le chaos, avec des projets qui vont du ridicule au grotesque.
    -Le ridicule : le Dewoitine 520, avion mythique s’il en fut, se fera par une série de coups de force d’Emile Dewoitine contre Farman. L’initiative crééra un chaos qui jettera un froid entre le gouvernement et les industriels déjà arc-bouté contre la nationalisation. Chaos : 1 France 0.
    -Le grotesque : pour défendre la Ligne Maginot, la DGI s’est emparé du Char B. Un bon char lourd. Mais la France voulait plus gros, plus puissant, plus impressionnant : ce sera la char F, soit le successeur du char 2C. Mais 10 mètres de long, 140 tonnes, 2 tourrelles, dont une avec un canon de marine de 90 mm, 50 calibres et 6 mitrailleuses. Et pour fabriquer le prototype en acier douxx, on interrompra… la fabrication de chars B. Chaos : 2 France 0.
    Mais là n’est pas le pire. Comme pour les avions, la France se dispersera dans plusieurs modèles de chars légers « d’infanterie ». Des chars petits, lents, aux suspensions fragiles et mal armés. Et pour se les payer, l’armée prendra sur le budget des « véhicules de cavalerie ». Car le Terme « Char », c’est uniquement pour l’Infanterie. La Cavalerie n’a qu’a se pourvoir en automitrailleuse. Dommage ! Le Somua S35 est un char moderne, qui inspirera le Sherman et qui sera clairement le meilleur char de la bataille de France, mais il est fabriqué trop petites quantités à cause des conflits entre les différentes armes. Chaos : 3 France 0.
    .
    J’en profite aussi pour remettre en plat de résistance l’esprit très collaboratif entre Lord Chamberlain et Halifax avec les Nazis, ainsi que les indiscrètes révélations du bref EdouardVIII sur les faiblesses de la ligne Maginot… avec des alliés pareils.
    .
    Facteur stratégique
    Les militaires Français aiment s’enterrer. C’est triste de ce dire que l’on a de l’A.D.N. de taupe. Si ça à marché à Verdun, ce sera un échec cuisant en 40 et Dien-Bien-Phu. Mettre des troupes à l’arrêt et les enterrer, c’est un pari perdant face aux avions d’attaque au sol parce que blinder des plafond coûte cher, pèse lourd, et provoque chez l’adversaire l’irrésistible envie d’y tester ses meilleures bombes. Donc l’aviation d’assaut fera un énorme travail côté Allemand. A partir du moment où le ciel est acquis, les retraites Française, et l’approvisionnement du front sera menacé. La Bataille de la Ferté Allais est exemplaire : les troupes tiennent, puis vient l’ordre de repli. Et les Français seront impitoyablement massacrés lors de la retraite. Le ciel est acquis aux Stukas et avions de reconnaissance, mais les Français marquent des points dès que les Messerchmitts 109 se reposent. Aussi les milles victoires sont crédibles.. d’autant que pour s’acquitter de la défaite, le gouvernement de Pétain se vengera sur les pilotes (dont les machines tricolores seront plus des boulets qu’autre chose) et Pierre Cot. Quelques généraux seront limogés et ce sera un politicien en uniforme, l’Amiral Darlan, qui sera propulsé sur le devant de la scène.
    « L’Amiral qui n’ jamais vu la mer » est un bon organisateur, et Pétain lui fera une carrière sur-mesure, meilleure encore que celle de De Gaulle. Darlan est un flatteur, un opportuniste, et les Américains comptent sur lui pour reprendre les rênes du pays à la libération. Au vu de ses qualités de paillasson, je suis encore enthousiaste ! Darlan captera un énorme budget pour la Marine. Marine qui restera au port, parce que les Allemands ont déjà beaucoup de sous-marins et que les grosse unités Françaises arrivent APRES leurs homologues Italiennes (classe Strasbourg) et Allemandes (classe Richelieu). Mais pas de porte-avion. C’est pourtant avec des Swordfish que les Anglais mettrons les Italiens hors-jeu. Et le Swordfish….
    Mais le fait est clair : l’Argent de la Marine n’ira pas dans les avions, le ciel sera Allemand, et tout ce qui ressemble à un convoi (civil inclus) sera bombardé. La terreur aidant, Hollandais, Belges et Français bloqueront les routes. Comment se ravitailler dans les conditions d’un weekend de Pâque ou de 15 août et avec un ciel contesté?
    .
    Facteur tactique
    Les Allemands ont parié sur du matériel léger, peu coûteux à produire et sont en avance sur un point essentiel : les communications. Leurs radios portent loin, sont relayé par des véhicules de commandement spéciaux qui peuvent parler à l’aviation d’assaut et le quartier général. Le tout avance dans un ensemble organique où au moindre point dur, on envoie les Stukas. Leurs bombes feront le travail des gros canons.
    .
    La manœuvre :
    En perçant à Sedan, les allemands couperont les français en deux fronts et se rabattrons vers le nord pour chasser les Anglais. Anglais qui ne demandent qu’un chose, mettre la manche entre les teutons et eux. Ils rompront le combat pour rembarquer brutalement, tout en promettant de revenir. Au final, la Manche est la seule fortification qui fonctionnera. Les militaires Français se sacrifieront pour pouvoir être rembarqués sur des navires, mais avec un ciel vide de chasseurs amis, ces derniers devant se farcir le rideau de Me 109, les opérations se passeront mal ! Surtout que tant en France qu’en Angleterre, le concept d’appui au sol est le fait de bombardiers légers, qui tomberont sous les DCA Allemandes. Les contre-attaques Françaises échoueront face à la pénurie d’essence, carburant (essence avion pour les B1!) de rechanges, ce qui causera l’abandon de matériel et permettra ensuite aux Américains de se gausser des Chars français abandonnés.
    Avec humour, j’aimerai rappeler que les M3 Stuart qui se sont fait shooter au 88 n’ont pas laissé de traces pour cause de vaporisation. D’où la mauvaise surprise des USA quand ils se sont aventurés en Tunisie.
    Pourtant, ils savaient.
    Puis les mêmes dans le bocage Normand.
    Pourtant, ils savaient.
    .
    Pour conclure, la guerre est aussi une affaire de nombre, comme des contributeurs le font souvent remarquer. Mais des FT 17 avec chenilles caoutchouc n’ont rien à voir avec des Panzer II ou III. Les FT 17 étaient pourtant présents en nombre dans l’inventaire Français de 40, au même titre que leurs successeurs tout autant obsolètes. Quand à l’armée Allemande, elle apparaît depuis comme une pointe d’acier trempée au bout d’une hampe en bois vermoulu. Dans tous les cas, une défaite n’arrive jamais d’un seul horizon et jamais, au grand jamais, il ne faudra comparer l’avancée des Russes embourbés et désorganisés avec l’offensive de Mai-Juin et ses routes bombées de civils terrifiés par les bombardements, certains les visant par ailleurs spécifiquement, la terreur étant une arme largement prisée chez les Nazis.

    PS : « Mais où vais-je chercher tout ça ? » « c’est de l’imagination » « tout le monde sait que les Français sont des singes capitulards ».
    La lecture est un passe-temps sain.
    Les miennes sont autant physiques que numériques.
    Wikipédia permet de tordre le cou à des idées reçues
    Amiral Darlan
    Dewoitine 520
    Char B
    Au même titre que :
    https://www.chapitre.com/BOOK/collectif/armes-et-armements-de-la-seconde-guerre-mondiale,630611.aspx
    https://livre.fnac.com/a1674891/Collectif-Chars-de-la-Seconde-guerre-mondiale
    Et quelques autres
    et puis des blogs :
    https://aviadrix.blogspot.com/
    https://perekastor.fr/
    https://unodieuxconnard.com/
    .
    Bonne lecture !

  56. Castel dit :

    Oui, c’est vrai, il s’agit d’un commentaire tout à fait injuste de la part de Jacques Attali ( mais, venant de lui, je ne suis pas vraiment surpris) par contre, l’appréciation de Douglas Mac Arthur n’était pas très juste non plus, car il s’agissait surtout que nos hauts gradés de l’ époque avaient tout simplement une guerre de retard, d’ailleurs, il n’y a pas que chez nous que cela s’est produit, puisque chez les Japonais par exemple, jamais le désastre ( pour eux, bien sûr) de Midway ne se serait produit, si l’amiral Nagumo qui commandait la flotte de porte-avions, était lui-même persuadé que le Japon finirait par gagner la guerre grâce à……….. ses cuirassés comme lors de la bataille de Tsushima !!!
    Mais comment oser contredire des vieux gradés qui appliquent les méthodes des anciens qui les avaient amené à la victoire ; c’est peut-être justement l’avantage de l’armée Française d’aujourd’hui, qui devrait savoir tirer les leçons du passé, alors , que les Américains qui, comme les Russes restaient sur des victoires n’ont pas su le faire, que ce soit au Vietnam pour les premiers, ou l’Afghanistan pour les seconds, qui eux, soit dit en passant persistent dans la même erreur en Ukraine !!

  57. Dominick dit :

    Tout à fait M. L Lagneau, il est important de reprendre les propos de ce M. Attali qui a facile de donner des leçons mais qui c’est toujours planté!! Aujourd’hui on dénigre tout donc pourquoi pas aussi dénigrer les soldats français qui se sont très courageusement battu au début de cette guerre. On oublie mais il y a eu aussi, la contre-offensive du Colonel De Gaulle qui avec la 4ème DCR a contre-attaqué à 2 reprises vers Montcornet non sans succès ainsi que la moins connue bataille de Narvik et puis le drame de Dunkerque où la résistance acharnée des français a permis à la totalité de l’armée anglaise de ré-embarquer, etc, etc…. Après la réorganisation de l’armée, on oublie aussi les exploits de la 1ère armée commandée par De Lattre De Tassigny ou de ceux de Leclerc à la tête de sa 2ème DB, qui a été salué par un certain Patton ou l’exploit du commando Kieffer et il y en a bien d’autres faits d’armes! De mémoire, je ne me rappelle plus quel est l’officier allemand qui à dit à la fin de cette guerre « de toute façon, il n’y a que les français pour battre les allemands ». Alors, je n’ai pas l’habitude de dire des grossièretés mais que M. Attali ferme sa gueule surtout en ce moment où des hommes politiques de la même veine que lui non contents de salir les mémoires et l’histoire de notre pays, sont en train de vendre et de trahir la France et les français ainsi que nos intérêts! Alors à tous ceux qui pense le contraire, je leurs dis de bien réfléchir afin de peser le pour et le contre car soit nous relevons le tête, soit nous disparaîtrons, c’est aussi simple que cela mais qu’ils ne viennent pas pleurer après !!

  58. old local looser dit :

    la guerre en Ukraine est vraiment l’occasion d’un délire de propagande abracandabrantesque. C’est à qui sortira le truc le plus débile dans l’espoir qu’à force de reprise cela devienne une vérité!
    Il est donc logique que l’Attali nous en sorte une belle…
    Mon histoire familiale dément ces propos: mon grand-père, blessé à la 1ère, prisonnier à la 2ème (défense de la poche de Dunkerque) était tout sauf un va-t’en guerre, plutôt un intellectuel, mais un homme de conviction , de respect des valeurs. Ses camarades et lui ont tenu tant qu’ils ont pu…
    Je me permet de conseiller aux russophobes et ukainofils de circonstance de se renseigner, de s’informer sur d’autres média que ceux contrôlés par le pouvoir en place. notamment: « lecourrierdesstratèges.fr » , « chroniquesdugrandjeu.com » , « stratpol.com » , « strtegika.fr » , il en existe d’autres non moins intéressants, il faut chercher et on trouve!
    Bien sûr, ces sites n’expriment pas la parole divine, à chacun d’y puiser sa pâture.

  59. olivier 15 dit :

    Merci Mr Lagneau, pour cet article. Les combattants français ont été comme leurs prédécesseurs: De haute valeur. Par contre, le peuple français a été bien en dessous des Ukrainiens de 2022. Comme le dit Jyb, il n’y a pas eu d’union nationale. Ils se sont terrés, ont fui, et plus tard ont collaboré. La Résistance a sauvé les meubles, mais avec 2% des français concernés, ça vend pas du rêve. ( pour ceux qui pourrait me dire que c’est beau de souligner le don de soi au pays depuis un clavier, j’ai servi le pays 29 ans ). Si une crise comme l’Ukraine devait survenir en France, j’ai vu qq micro-trottoirs ces derniers jours: Poutine nous traite de dégénérés, je vais finir par le croire !

  60. Charlie49 dit :

    Les allemands ont été plus rapides dans la blitzkrieg, plus fins tacticiens. Les français sont morts en grand nombre durant cette guerre, ils se sont battus. Les anglais sont repartis dans leur ile.
    Pétain a signé la capitulation. Que voulez-vous de plus ?
    ah oui, De Gaulle est parti à Londres et les alliés ont débarqués en Normandie 4 ans plus tard.

  61. El Gringo dit :

    L’armée ukrainienne est saluée, à juste titre, pour sa résistance après deux semaines de durs combats. Monsieur attali devrait simplement se souvenir que la campagne de Pologne a duré un mois (soit le double) et la campagne de France six semaines (trois fois plus longtemps). Il serait temps de regarder notre passé à la lumière du présent et de jeter, enfin, définitivement à la poubelle ces vieux clichés des chevaux polonais qui chargent contre les chars ou de la défaite française sans combats.

  62. akrak dit :

    Et si la France avait continué la guerre : une uchronie très fouillée, récite par une équipe de chercheurs français
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Et_si_la_France_avait_continu%C3%A9_la_guerre

    • Czar dit :

      il ne s’agit pas d’une « uchronie très fouillée » mais d’une grosse tartouillade grasse qui laisse stupéfait qu’un truc qui relève au mieux des délires de lycéens ait pu recevoir un prix, quand bien même on comprend que c’est d’abord dû à l’originalité du de l’approche plus qu’à la qualité du travail contenu (mais bien sûr c’est la comtesse de portes qui a décidé du sort du monde en poussant son nabot reynaud à laisser la place tout ce ci est très sérieux et réfléchi….)

  63. Félix GARCIA dit :

    « Puisque personne ne peut mourir à ma place, personne ne peut vivre à ma place »
    Entretien avec KAMEL Daoud
    https://www.youtube.com/watch?v=yBhBmYOy8ZQ

  64. Les libéraux progressistes ne sont plus à une insulte près.

  65. Mamy Gatling dit :

    Qu’en pense BHL? Pourquoi ne pas l’inviter à l’école de guerre comme Attali? Ha..Ha..Ha. Bon sinon on va par ressortir la Bataille de Stonne alors que notre armée était dans les choux au nord, avec des chars commandés avec des drapeaux par manque de radio embarqué… Surtout que finalement le village a été perdu. J’ai lu un livre sur cette bataille, mais aussi sur Saumur (J’avais vu sur le Cadre Noir de ma fenêtre.), qui pour moi n’est qu’une échauffourée avec quelques mitrailleuses et 2 ou 3 canons. Idem aujourd’hui dans l’incurie qui fait la différence, avec une criante absence de missile AA longue portée ou de drone. On se demande en quoi consiste l’OTAN si ce n’est nous enlever notre fusil d’assaut, nos hélico lourds, nos frégates, nos munitions, nos batteries AA lourdes, nos chars, nos missiles portables, nos drones. On parle bien ici du format. On comprend qu’avec la situation actuelle la Russie n’a aucune chance de débouler sur l’Europe, que le rouleau-compresseur russe ressemble d’avantage à un running gag macabre. Oui j’ai dévié de sujet, je ne discute jamais du pipi de chat, je ne m’intéresse pas aux prophètes de mauvaise augure.

  66. Alpha dit :

    Inutile de refaire l’histoire, la France va bientôt pouvoir montrer par les actes sa bravoure… Il suffit d’écouter le discours de Macron aujourd’hui à la clôture de la petite suterie à Versaille qui a sous-entendu que l’UE était prête à entrer en guerre contre la Russie.

    Ecouter bien le petit Macron, une fois élu, il y aura déclaration de guerre! On verra alors si les français courent vers le front ou si ils fuient le frond!

  67. arnaud dit :

    Attali a t’il réalisé une chose depuis qu’il est sorti de l’ena ?

  68. Quentin.F dit :

    Merci pour cette mise aux poings…
    On est fatigués du french bashing qui devient continuelle

  69. vrai_chasseur dit :

    @LL
    Je n’aime pas spécialement J Attali, mais prenez peut-être son billet avec indulgence : il utilise le mot dystopie dès la première phrase.

    – Sur le fond, en l’espèce son intention n’était sans doute pas de décrier en particulier les français de 1940 qui se sont battus avec bravoure, mais plutôt d’imaginer en général ce qui aurait pu se passer si chaque français était animé d’un état d’esprit tel qu’on le constate chez les ukrainiens aujourd’hui. Cette réécriture imaginaire du cours de l’histoire (dystopie probablement réjouissante pour lui si la France avait vaincu l’Allemagne en 1940) n’enlève en fait rien à ces français qui ont combattu à l’époque et dont vous citez quelques exemples parlants (il y en a plein d’autres, personnellement je regrette qu’ils soient peu cités dans les manuels d’histoire).

    – Sur la forme, je vous accorde que la formulation de sa phrase est maladroite. Elle parle des français en général, ce qui rend justement indistincts ceux en particulier qui se sont bien battus. De Gaulle aurait dit : « comme quand on délaye le tout dans la purée de marrons ».

    – Enfin les enseignements qu’il tire rejoignent ce que beaucoup pensent. Je résumerai cela avec la phrase célèbre attribuée à Al Capone: « On obtient beaucoup avec un sourire. On obtient beaucoup plus avec un sourire et un revolver chargé. »
    Aujourd’hui l’Europe réalise qu’au-delà du sourire, elle a besoin d’un revolver chargé, Attali ne dit pas autre chose.

  70. groseil dit :

    Mon commentaire sera simple ! m. attali « roule » pour qui ? En ce Moment Historique (les minuscules et les majuscules reflètent mes jugements de valeurs). Pour ma simple histoire personnelle, mon Grand – Père né en Pologne, engagé à 17 ans en 1939, volontaire dans la Deuxième Division d’Infanterie Polonaise de l’Armée Polonaise sous le Commandement de l’Armée de France (54 000 Polonais ont combattus avec l’Armée Française en 1939 – 1940), prisonnier de 1940 à 1945 en Allemagne. m. attali, issu de l’ENA, vous n’êtes qu’un « mo***on » comme plein d’autres… vos « analyses » en cette période ne sont que synonymes de défaitisme et d’humiliation de notre Peuple de France. Une seule question à vous poser, m. attali, si l’armée de poutine arrive aux Frontières de la France vous faites quoi ???

  71. aoups dit :

    Attali, ou la technique du coucou… toujours là pour faire des courbettes et persifler parfois des choses pertinentes, mais bien trop souvent des conneries sans nom.

    Merci monsieur Lagneau d’honorer la mémoire de ceux qui ont offert leur vie à leur pays et de remettre en place ces pseudo savants.

  72. Thierry dit :

    Les exemples d’héroïsme en Mai 1940 sont encore plus nombreux que ceux décris ici et cette bataille les Allemands l’ont remportés comme la guerre de 1870, en si peu de temps qu’il a été impossible pour la France de mettre en ouvre toute ses capacités militaire comme cela a pût se faire en 1914 ou la Bataille de la Marne frustra les allemands d’une victoire rapide de ce genre. Si Joffre avait perdu cette bataille il serait arrivé exactement la même chose, Paris envahit, la déroute et la capitulation…
    mais Joffre a gagné, les usines ont eu le temps de fabriquer de l’armement, la mobilisation a assuré les effectifs, l’effort de guerre a été maximal, la lutte pouvait se poursuivre.

    Pour les ukrainiens c’est la même chose, ils ont enrayés l’avance russe, ce qui permet aux occidentaux le temps nécessaire de leur faire parvenir ce qu’ils réclament pour se défendre et tenir, lutter à armes égales contre les Russes qui perdent peu à peu leur suprématie.

    Mais une chose demeure, la France de Macron n’est pas plus en capacité de faire la guerre qu’il ne l’a été de lutter contre le Covid, pris au dépoté le pantalon sur les chevilles alors que non seulement il n’a rien préparé, mais il a même réduit les capacités à se défendre et sa soi-disant sanctuarisation du budget défense n »‘a été qu’on coup de communication puisque l’argent a été dilapidé en pur perte (Mali, etc).

    L’armée française aujourd’hui n’est pas du tout prête à faire face à une guerre conventionnelle de haute intensité, il y a des lacunes grave qui compromettent son potentiel. Et l’armée de l’air est en plein naufrage.

  73. Daufes dit :

    C’est avec tristesse que je vous laisse ce commentaire. J’ai eu l’immense chance de converser avec mon arrière grand père né en 1889. Ce dernier est ressorti vivant de 4 ans de guerre. Aveugle suite au gaz il pleurait chaque 11 novembre lorsque la première chaîne relatait la guerre. Son fils, mon grand-père s’est battu comme un lion. En ce qui me concerne, je fais parti des forces de l’ordre et je résiste, coûte que coûte, avec 4 gosses, je fais ce que je peux. Rien de bien héroïque, j’encaisse, pour ma famille , pour la France.

  74. Roissard dit :

    Toutefois la population française, contrairement à la population ukrainienne, a plutôt gêné son armée : à cela il y a des centaines d’exemples, le plus connu mais hélas loin d’être exceptionnel, étant celui d’Edouard Herriot demandant à ce que Lyon soit déclarée ville ouverte bien avant l’arrivée des Allemands.

    Saint-Exupéry l’évoque dans « Pilote de guerre » : « Et comme un lieutenant d’artillerie…tente de mettre en batterie une pièce de 75 sur laquelle tiraille l’ennemi -et comme l’ennemi manque la pièce mais fauche la route – des mères vont à ce lieutenant qui ruisselant de sueur, obstiné dans son incompréhensible devoir, tente de sauver une position qui ne tiendra pas dix minutes : Allez-vous en ! Allez-vous en ! Vous êtes des lâches ! »

    Je crois que le souvenir si proche de « la grande boucherie » de 14-18, comme la désignait Paul Valéry, avait enlevé au peuple Français l’envie de se battre : il n’en serait plus de même aujourd’hui.

  75. vieux margi dit :

    La France en 40 manquait de matériel…..mon père n avait plus de tracteur d artillerie mais des chevaux pour tracter son 75, un oncle au lieu de motocyclettes venues plus tard un cheval ( 4 éme dragon)…un autre oncle est mort à perthes en protégeant le repli de ce qui restait de son groupe plus des tirailleurs,spahis, égarés lors de combat de rue contre les chars allemands…l histoire est pleine de ces héros qui sachant que Pétain parlait d’armistice continuait sans se rendre…..il était au 127 eme RI entièrement décimé documents et drapeau détruit par les officiers restant…
    Honneur à ceux de 40…

  76. Voltigeur dit :

    Merci pour cet article, j’avais un peu oublié les faits d’arme de notre armée décrits par mon feu grand père !

  77. Yves Cadiou dit :

    La défaite de 1940 fut une défaite politique : c’est à cause de décisions politiques que l’armée française était très mal organisée et équipée, manquant de moyens mobiles (chars, aviation, logistique) qui lui auraient permis de suivre le rythme imposé par la force mécanique de l’envahisseur et d’arrêter celui-ci.

    C’est à cause de décisions – ou de non-décisions – politiques que la Marine Nationale ne dépendait pas du ministère de la Guerre mais d’un ministère de la Marine : ses six cuirassés de 40’000 tonnes, lourdement armés en artillerie pouvant tirer dans l’intérieur des terres et très bien équipés en anti-aérien, auraient pourtant été très utiles devant Dunkerque pour soulager notre 12ème Brigade d’infanterie. Mais le Gouvernement négligea de leur donner l’ordre d’y aller.

    Lorsqu’ en 1936, 37, 38 le Gouvernement Léon Blum avait décidé de doubler puis tripler le budget des armées, ce budget n’avait pas été dépensé parce que l’industrie d’armement n’avait pas pu suivre : ce que l’on appelle aujourd’hui la BITD n’était pas préparée, carence qui illustre bien une imprévision politique : le pacifisme qui régnait dans les gouvernements successifs depuis 1919 avait anéanti la BITD.

    Ensuite, lorsque vint le choc de mai-juin 1940, l’armée fit son devoir. Les militaires se battirent vaillamment contre l’envahisseur en faisant leur possible pour compenser l’infériorité de leurs équipements : en témoignent plus de cent mille morts (dont douze généraux) en quarante jours, ce qui est autant ou plus que pendant quarante jours de n’importe quelle période de la Grande Guerre. –
    Au contraire le gouvernement se débanda. Cette débandade gouvernementale mémorable est à l’origine de l’article 16 dans la Constitution actuelle.

  78. michel dit :

    Juste pour ajouter, mon beau père, résistant de la première heure en 1940,il avait vingt ans, décoré de la lègion d’honneur, capitaine en fin de guerre. Il n’a jamais parlé à ses enfants ou petits enfants de ses faits de résistant, à sa mort nous avons trouvé la fameuse médaille, jamais porté !!! Voilà M Attali, il y a encore des familles en France qui connaissent l’historique de ceux qui ont fait le travail pour que la maison France tienne encore debout.

  79. Prof de physique dit :

    Si vous connaissez des profs d’histoire, je leur ai mâché le travail.
    https://www.prfphy1.fr/Histoire/soldats-fran%c3%a7ais1940.pdf

    J’ai aussi ceci :
    https://www.prfphy1.fr/Histoire/campagnedeFrance1940.pdf

    Et cela (toujours le travail de Monsieur Lagneau) :
    https://www.prfphy1.fr/Histoire/champien1940.pdf

    Oh et puis ça (pour le plaisir):
    https://www.prfphy1.fr/Histoire/Formigny.pdf
    https://www.prfphy1.fr/Histoire/Le_Roy_Engloys.ogg

  80. Papi dit :

    Ces gens là parlent beaucoup de la guerre mais ne la font jamais.