L’État-major des armées précise la contribution française au renforcement du flanc oriental de l’Otan

Lors de ses voeux au Armées, en janvier, et alors que la Russie accentuait encore sa pression militaire sur l’Ukraine après avoir mis en place une chaîne logistique comme pour se préparer à une offensive, le président Macron avait indiqué que la France était prête à participer une mission de type eFP [présence avancée renforcée] en Roumanie, dans le cadre de l’Otan. Puis, une semaine plus tard, le mnistère des Armées envoya une « mission d’experts » dans ce pays riverain de la mer Noire, en vue d’étudier les « paramètres » de cet éventuel déploiement des forces françaises.

Or, comme on pouvait le craindre, les échanges diplomatiques sur les garanties juridiques sur sa sécurité qu’elle demandait n’ayant rien donné, la Russie a donc lancé une offensive massive contre l’Ukraine, le 24 février, obligeant ainsi l’Otan à activer ses plans de défense pour protéger son flanc oriental et mobiliser, pour la première fois, sa force de réaction [NRF – Nato Response Force].

Alors que plusieurs pays membres [dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la Norvège ou encore l’Allemagne] avaient déjà renforcé leur présence militaire dans les pays baltes et la Pologne, où quatre groupements tactiques multinationaux sont déployés depuis 2017 au titre de la présence avancée renforcée de l’Otan, il est désormais question d’aller plus loin.

Comme l’avait suggéré M. Macron, la France déploiera ainsi 500 militaires en Roumanie. Elle « projettera ainsi un élément précurseur à titre national, dans des délais très courts », a annoncé l’État-major des armées [EMA], dans un communiqué diffusé dans la soirée du 25 février.

Et de préciser que les unités déployées en Roumanie seront issues de la Force à très haut niveau de réactivité de l’Otan [VJTF], dont la direction est assurée par la France depuis le 1er janvier. Pour rappel, le 1er Régiment d’Infanterie [RI] et le 3e Régiment de Hussards [RH], doté de chars légers AMX-10 RCR, constituent le « noyau dur » de cette force.

« La France assumera, comme elle s’y est engagée, le rôle de nation-cadre de ce déploiement de type présence avancée renforcée en Roumanie. Des contacts sont en cours avec l’Otan, la Roumanie et les alliés concernés dans cette perspective », a indiqué l’EMA.

En Estonie, où l’armée de Terre conduit actuellement la mission Lynx, dans le cadre d’un groupement tactique britannique, avec 12 chars Leclerc, 8 VBCI [Véhicule Blindé de Combat d’Infanterie] et 2 Engins blindés du Génie [EBG], le déploiement de 200 militaires supplémentaires est annoncé. La 27e Brigade d’Infanterie de Montagne [BIM] sera mise à contribution.

Toujours en Estonie, quatre Mirage 2000-5 du groupe de chasse 1/2 Cigognes seront déployés, en « avance de phase », à Amari, où ils rejoindront six F-15E « Eagle » américains et quatre F-16 belges, dans le cadre de la missio Baltic Air Policing de l’Otan. Sur ce point, l’envoi de Rafale F3R, dotés de missiles longue portée Meteor, aurait certainement un autre « impact »… Cela étant, dans son communiqué, l’EMA a indiqué que, depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, des « patrouilles d’avions de chasse » ont été envoyées en Pologne, à partir de la France, pour des missions de défense aérienne. Le type des appareils engagés n’a pas été précisé.

Le commandement des composantes terrestre et aérienne de la NRF est assuré par la France en 2022. Au titre de la VJTF, elle tient en alerte un bataillon de protection et de soutien, un poste de commandement de brigade interarmes, deux groupements tactiques interarmes [dont un sera donc déployé en Roumanie et l’autre, a priori, en Norvège, pour l’exercice Cold Response 22], deux escadrons NRBC [du 2e Régiment de Dragons], six avions de combat, 4 avions de transport, un hélicoptère Caracal et un « aéronef » de renseignement [un Transall C-160 Gabriel, dont la fin de carrière opérationnelle est proche?].

Au titre du 2e niveau d’engagement [IFFG – Initial Follow-on Forces Group] de la NRF22, l’armée de l’Air & de l’Espace tient en alerte six avions de combat et un avion de transport supplémentaires. Quant à la Marine nationale, elle pourrait devoir engager une frégate et un chasseur de mines.

« La situation nouvelle créée par l’agression russe en Ukraine rend plus que jamais nécessaire l’expression de la solidarité entre Alliés. Elle requiert de notre part vigilance et réactivité », fait valoir l’État-major des armées. « Ces dispositifs militaires ne visent à aucune escalade, mais simplement à participer à la défense des pays membres de l’Otan. La France assume ses responsabilités en tant qu’Allié et en tant qu’Etat européen. Elle est au rendez-vous de la sécurité de l’Europe et renforce significativement sa contribution à la réassurance de ses alliés orientaux », souligne-t-il.

À noter que, dans le même temps, l’Italie s’est dit prête à déployer 3400 militaires dans le cadre de l’Otan : 1400 dans un premier temps, puis 2000 autres si cela s’avère nécessaire. Actuellement, 240 soldats transalpins sont déployés en Lettonie et l’Aeronautica Militare a envoyé des Eurofighter en Roumanie.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

8 contributions

  1. Gaulois78 dit :

    Quand on écoute les commentaires et interrogations des Allemands sur les problèmes énergétiques, volte face complète sur le nucléaire, le charbon, l’armement,sacrée claque pour le mouvement écolo bisounours progressiste, la transition énergétique, anti-nucléaire, anti-militariste imposée par la CE est morte…

    Quand au discours sur le réarmement de l’Europe on attend la suite, Mr Biden et LM vont sûrement y mettre un stop si cela signifie un développement de la BIDT du continent…C’est du moins mon avis (de profane)… Macron doit annoncé à la nation d’une façon irrévocable le réarmement du pays autrement qu’avec emphase… Dans un précédent post je disais qu’il fallait une augmentation minimum de 120 milliards d’euros du budget mindef sur 18 ans, sachant que pour mettre des capacités industrielles supplémentaires ça va prendre 3/4ans…

    Si vous côtoyé le chancelier Allemand, dîtes lui bien que la France peut lui vendre des avions et que nous pouvons entreposer des bombes nuk bien plus efficiente que les B61 dans les hangars climatisé des F35…

    Une dernière chose, je remercie chaleureusement Mr Vladimir Poutine pour l’immense service qu’il vient de rendre à mon pays et accessoirement à l’Europe…

    • Sarcastique dit :

      Je viens de voir un reportage sur nos troupes qui s’entraînent la neige dans forêts des pays Baltes, avec des belles tenues cam centre Europe c’est comme leur afficher une cible dessus.

      La mindef qui nous intoxique avec la haute intensité. On devrait leur fournir les véhicules et mêmes les tenues de combat aux soldats français que nos chasseurs alpins et quand je vois des Leclerc camouflés Centre Europe, avec des VAB épuisés et des P4 sorties de la naphtaline, dans un océan blanc c’est à mourir de rire…
      https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/en-estonie-les-allies-de-l-otan-affrontent-le-grand-froid_2167545.html

      En réalité, rien n’a changé depuis les pantalons garance de 1914, pourtant l’histoire le dit: c’est à cause d’équipements et de matériel non adaptés à la neige et au froid dans cette région du monde que l’on se prend des tôles!

  2. Plusdepognon dit :

    700 soldats à la mi-mars dans deux pays de l’OTAN qui sont hors du coup, c’est sûr, Poutine va reculer !
    https://www.forcesoperations.com/700-militaires-de-larmee-de-terre-iront-renforcer-la-facade-orientale-de-lotan/

    26 ans après la professionnalisation, pour une armée prévue dès le départ comme un corps expéditionnaire, sans avions de transport stratégique et sans hélicoptères de transport lourd, ni de capacité à entrer en premier, de frappes en profondeur ou de capacités à se protéger des attaques aériennes…

  3. Robert dit :

    « Depuis plusieurs décennies, les responsables de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ont toujours nié l’existence d’un document écrit qui aurait limité son extension vers l’Est lors de la disparition de l’URSS.
    Pourtant d’après le très sérieux journal allemand Der Spiegel, un tel document existe bien. Il a été établi en 1991, et signés par les représentants Américains, Anglais, Allemands et Français, au moment du pacte portant sur la réunification des deux Allemagnes. »
    https://www.breizh-info.com/2022/02/28/180570/en-pleine-guerre-de-lukraine-lotan-rattrape-par-la-verite-lagora/

  4. rerdine dit :

    nous n’avons pas les moyens militaires conventionnel ,pour une guerre contre une armée moderne quelconque .Notre armée est valable contre les Africains contre le Hezbollah on prend une branlée directe , nous avons avec la professionnalisation des armées détruit le potentiel militaire du pays . La seul force qui nous reste sont la dissuasion nucléaire avec nos sous-marin .