Saab et la PME française Solarmtex vont livrer des filets-écrans multispectraux à l’armée de Terre

En février 2019, et pour les besoins de l’armée de Terre, la Direction générale pour l’armement [DGA] diffusa un avis de marché relatif au développement, à la fourniture et au soutien de 1500 à 6000 filets-écrans multispectraux [FEM] « avec des performances dans le domaine visible, proche infrarouge, infrarouge thermique et radar ».

« Face aux capteurs de plus en plus performants sur le champ de bataille, et afin de prendre en compte le besoin de camouflage statique des grands véhicules et des grands shelters postes de commandement de l’armée de terre, ces FEM seront utilisés pour décaractériser la silhouette et réduire la signature globale de ces matériels, en leur permettant de se confondre avec l’environnement afin d’échapper à la surveillance ennemie », avait alors expliqué la DGA.

Et d’ajouter que l’un des enjeux de ce marché était aussi de « visible et le proche infrarouge, permettant de remplacer le bariolage actuel des filets de l’armée de Terre ».

Deux ans plus tard, le groupe suédois Saab a annoncé que la DGA venait de lui notifier un « contrat-cadre » d’une durée de huit ans pour livrer à l’armée de Terre des systèmes de camouflage « Barracuda ».

Selon les explications livrées par Saab, ce contrat, dont le montant n’a pas été précisé, prévoit également une « phase de travail en commun au cours de laquelle les solutions de camouflage Barracuda seront spécifiquement adaptées aux besoins opérationnels de l’armée de Terre française ».

« La première phase de ce programme permettra d’affiner la spécification des filets de camouflage multispectraux afin de répondre aux besoins spécifiques de l’armée de terre française. La technologie fournie améliorera la capacité de l’utilisateur à rester invisible sur le champ de bataille où le développement de capteurs plus performants et accessibles augmente considérablement le besoin d’un camouflage efficace », a commenté Henning Robach, chef de l’unité commerciale Saab Barracuda.

Pour ce contrat, Saab a noué un partenariat avec l’entreprise française Solarmtex en octobre 2021. Implantée à Vierzon, cette PME spécialisée dans les textiles techniques sera ainsi chargée de l’assemblage, de la distribution et du soutien des systèmes de camouflage Barracuda. De quoi assurer la création d’une dizaine d’emplois en deux ans, avec un investissement de 500’000 à 1 million d’euros.

« Saab va nous fournir le textile technique qu’on va transformer, confectionner, équiper en boucleries. L’intérêt, c’est de se rapprocher le plus possible des forces armées. Solarmtex fera le lien efficace », avait expliqué Yann Ilacqua, dans les colonnes du Berry Républicain.

Photo : Saab

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

26 contributions

  1. jo666 dit :

    ça ne vaut pas des couvertures en survie en milar qui permettent aux SNIPERS de se cacher . Ce filet a des ouvertures trop grande donc pour dévier des bandes passantes très grandes qui sont supérieures au carré des largeurs des ouvertures

    • lgbtqi+ dit :

      Il me semble que c’est précisément grâce à ces couvertures de survie qu’on repère, au radar, des accidentés en montagne …
      Quelqu’un pour préciser ?

  2. Lucy dit :

    Quelqu’un pourrais me dire quels matériaux sont utilisés?
    Discrétion radar et visible OK. Mais discrétion IR??

    • Céphalopode dit :

      c’est au point : Grâce à un stimulus électrique, le film développé par les chercheurs peut devenir invisible à des caméras infrarouges, et revenir à la normale.
      Bien qu’il ne s’agisse pas là encore d’une « cape d’invisibilité » à la lumière visible, cette découverte peut déjà avoir des applications militaires. En effet, l’armée utilise beaucoup la lumière infrarouge, pour des lunettes de vision nocturne, la navigation ou encore les systèmes de visée…
      Matériau fonctionnel dans le spectre lumineux entre 700 et 1.200 nanomètres, ce qui correspond aux longueurs d’ondes utilisées dans la plupart des équipements de visualisation infrarouge…

      • Moogli dit :

        Question : ça pourrait être utile sur les FDI navales, au niveau des edo ou etraco (dans l’alignement conduite cheminée sur les FLF) ?

        Je pose cette question néophyte, parce qu’avec une caméra IR sur avion de patrouille à distance, un rectangle plus chaud que le reste discret autour, pouvait faciliter l’identification par rapport à des navires qui illuminaient plus.

        Désolé si la question a 20 ans de retard.

    • VinceToto dit :

      « Discrétion radar et visible OK. Mais discrétion IR?? »

      D’après Saab, mais pas dit comme cela: la discrétion/protection radar c’est niveau protection un peu de feuillage(efficace contre bande >1GHz) et ils peuvent copier en partie la signature radar de l’environnement pour certaines bandes. C’est donc potentiellement efficace contre le système de guidage radar de certains missiles mais pas du tout contre les radars de détection/identification de véhicules fixes ou en mouvement au sol (de toute façon, la parade à cela c’est déjà la guerre Elec. et d ‘autres moyens) à fréquence <1 GHz.
      Discrétion IR: des camouflage qui reprendront les émissions IR habituelles de l'environnement. Mais évidement si le véhicule est chaud, cela restera facilement repérable même si une bonne dissipation, comme avec d'autres filets, bâches peut ennuyer le ciblage.

      Au niveau des matériaux, Saab ULCAS apparemment ne résiste et ne fonctionne pas <-20°Celsius mais résiste aux taches de pétrole, huile, etc. . En fait l'avantage de ce type de filet de camouflage comparé à d'autres militaires modernes, c'est qu'il peut être fabriqué sur mesure en fonction des env. .

  3. HMX dit :

    Intéressant de voir que le question du camouflage revient timidement à l’ordre du jour dans l’AdT.

    L’article ne dit pas s’il s’agit d’un dispositif actif alimenté électriquement, semblable aux prototypes de tuiles ou d’écrans pixellisés permettant (théoriquement) de camoufler un blindé, ou s’il s’agit, plus vraisemblablement, d’un dispositif passif permettant, grâce à un tissu multicouche intégrant des matériaux isolants/réflecteurs, de camoufler un véhicule ou une position dans le domaine optique visible, mais aussi infrarouge en modifiant ou atténuant le dégagement de chaleur « visible ».

    Pour aller plus loin , il serait hautement souhaitable de voir l’AdT se doter de procédures et d’équipements dédiés pour développer la pratique opérationnelle du leurrage. Quand on sait comment masquer et camoufler, on peut aussi faire en sorte de simuler la présence de véhicules ou équipements, grâce à des leurres actifs ou passifs. Ces techniques, vieilles comme le monde mais remises en permanence au goût du jour, sont toujours très efficaces, des plus bas échelons jusqu’au au plan tactique global, et même au plan stratégique (« maskirovka » en russe, « déception » en bon français). Fabriquer de faux véhicules, de faux PC, simuler des émissions radios réalistes, utiliser les techniques de « deep fake » pour utiliser et tromper les médias et nos adversaires sur la nature de nos forces, leur localisation et leurs intentions… il y a là un domaine gigantesque à explorer, et pas seulement par l’AdT. Il faut nous (ré)approprier les techniques de désinformation militaire, qui sont au coeur des conflits dits « hybrides ». Ces techniques ne doivent plus seulement être subies ou contrées : nous devons désormais réfléchir à les retourner contre nos adversaires.

  4. chill dit :

    HS, mais c’est avec Saab qu’on devrait faire le SCAF (ngf), l’entreprise suédoise serait un partenaire de haut niveau ; leurs compétences sont incontestables en électronique militaire et nous savons faire des moteurs, entre autres …

    • Pb75 dit :

      Saab s’est rabrouer par Dassault il y a 3 ans et n’est plus du tout chaud pour recommencer à construire des ponts vers notre constructeur national

    • John dit :

      Problème, Saab est un concurrent direct aux industries françaises sur une vaste gamme d’équipements…
      – Saab aviation fait la même chose que Dassault
      – Saab successeur de Ericsson est compétent dans le domaine des radars, et en avance sur Thales sur les technologies les plus récentes (radars AESA GaN)
      – Saab a déjà son propre appareil capable de guerre en réseau, de partage de données, et ce déjà depuis le Gripen A, mais celui-ci s’est amélioré jusqu’à être le plus perfectionné sur le Gripen E/F.
      – Saab produit des sous-marins (Kockums) notamment et tous les systèmes d’armes, Saab est le premier à avoir développé un moteur stirling pour sous-marin, ce qui a rendu le Gotland le sous-marin le plus silencieux au monde, et permis d’abattre les portes avions américains encore et encore. L’US Navy a dû louer les services des sous-mariniers suédois et le Gotland pour s’adapter à une nouvelle menace.
      Saab produit aussi des navires, en général légers et rapides, et dans les
      – Saab est déjà actif dans le développement d’Awacs et d’avions de patrouille maritime, donc en compétition directe avec Dassault !
      Bref… Je ne vois pas de vraie complémentarité, mais je vois de la concurrence. Saab en réalité a besoin de fournisseurs très spécifiques pour certains éléments.
      Et sur le Tempest la Suède ne participe pas au développement de l’appareil, mais de la r&d de certains éléments. Parmi ceux-ci, il y a le moteur, le système en réseau avec les drones, les capteurs, les matériaux. Mais leur but est bien d’en faire un appareil distinct. Pourquoi?
      Parce que les monstres prévus par les grosses nations européennes n’entrent absolument pas dans la stratégie de bcp de nations. A ce rythme, les nations qui ont pu acheter 40-60 appareils de cette génération en auront plus que 15-20… Ce n’est pas viable, et cela ne fonctionnera pas pour la Suède si elle veut conserver ses capacités de décollage / atterrissage au milieu de nulle part, et servi par une équipe réduite.

      Et il ne faut pas oublier du comportement ultra arrogant de Dassault, en permanence qui a moqué la Suède à plusieurs reprises, qui a fait énormément de désinformation lors de l’achat du Gripen. Oui, Dassault fait partie des raisons pour lesquelles le Gripen n’a pas été acheté… Et pourtant, le choix suisse de l’époque a été démontré par la Finlande, le Gripen E était meilleur que le Rafale F3R testé par la Finalande… Et ce n’est que la version F3 qui était proposée, puis la F1…
      Bref, la Suède et Saab ne sont pas dans la même mentalité que la France et Dassault.
      La France ne supporte pas d’avoir perdu en Suisse et cherche à le faire payer maintenant… C’est marrant de voir les Français critiquer les Américains quand leurs dirigeants font pire en l’occurrence. Et de l’autre côté, Saab et la Suède ont regretté le choix, mais ont précisé dans le même temps vouloir développer leur relation dans tous les domaines, en précisant que leur coopération était des plus importants.
      La Suède est discrète et reste assez factuelle sur ce qu’elle propose.
      La France semble vouloir ajouter des commentaires de jugements, de menaces, d’arrogance… Sur un point l’arrogance notamment, en voulant imposer leur françicitude là où certains pays ont des mœurs différentes, plus discrètes, moins émotionnelles, etc…
      Vraiment, cette alliance est improbable.
      Et en réalité, dans CE DOMAINE, aucune alliance n’est envisageable. La France clame sa supériorité sur tous dans tous les domaines de l’aviation de chasse, ne veut pas partager de technologies, et ne veut pas des compétences de l’autre car ils sont meilleurs. L’idéal pour la France dans ce domaine, c’est un pays d’accord de financer le développement de l’avion, de subir les besoins stratégiques français, et de produire 2-3 éléments pas très importants.
      Donc en ce moment, je ne vois pas comment un Dassault peut collaborer en bonne intelligence.

  5. VinceToto dit :

    En information complémentaire pour le camouflage multi spectral des véhicules, il y a l’intéressant article, parmi d’autres, « SAR ATR of Ground Vehicles Based on ESENet » Xidian University, Xi’an 710071, China, pour des spectres apparemment non couverts par ces filets.

  6. farragut dit :

    Est-ce qu’on n’aurait pas pu le faire auparavant (chinois) ? 😉

  7. Mario 1114 dit :

    @dompal,
    Merci, et surtout merci a Laurent Lagneau !

    • dompal dit :

      @Mario,
      Le premier lien ne fonctionne plus….ou bien c’est mon ordi qui refuse de travailler un dimanche !?? 😉