Le dialogue avec l’Otan et les États-Unis étant dans une impasse, la Russie menace d’agir

À partir du moment où l’on s’assied à la table des négociations avec des revendications sur lesquelles il est hors de question de faire la moindre concession alors que la partie opposée les juge inacceptables, il est alors extrêmement compliqué de s’entendre… Et c’est ce qui est arrivé cette semaine avec les discussions qu’a eues la Russie avec les États-Unis et l’Otan au sujet des garanties « juridiques » sur sa sécurité qu’elle réclame.

Aussi, ce 13 janvier, jour où une troisième discussion devait avoir lieu sur le même sujet au sein de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe [OSCE], la Russie a estimé qu’une nouvelle séquence diplomatique comme celle qui vient d’avoir lieu ne serait pas « utile » dans l’immédiat.

« Sans qu’on éclaircisse s’il y a […] des réserves de flexibilité de l’autre côté sur des sujets importants, il n’y a pas de raison de se mettre à la table [des négociations] dans les prochains jours, se réunir de nouveau et recommencer les mêmes discussions », a en effet déclaré Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères. Et d’ajouter : « Le problème est que les États-Unis et leurs alliés de l’Otan ne sont pas prêts […] à répondre à nos principales demandes », à savoir l’arrêt de l’élargissement de l’Otan, le non-déploiement d’armements offensifs près de la Russie et la réduction drastique de la des manœuvres militaires de l’Alliance en Europe de l’Est.

Or, a encore souligné Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, ces trois revendications sont aussi primordiales pour Moscou qu’elles sont inacceptables pour les Occidentaux. En outre, à Washington, des sénateurs membres du Parti démocrate ont présenté un projet de loi visant à imposer des sanctions « radicales » à l’exécutif, à la hiérarchie militaire et aux principales institutions bancaires russes dans le cas où Moscou lancerait une offensive contre l’Ukraine.

Mais plus encore, ce texte, intitulé « Défendre la souveraineté de l’Ukraine », vise notamment le président russe, Vladimir Poutine, ainsi que son Premier ministre, Mikhaïl Michoustine. Et il encourage aussi le gouvernement américain à « envisager toutes les mesures disponibles et appropriées » pour garantir que le gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne [NordStream 2 ndlr] ne devienne « pas opérationnel ». Ce qui a de quoi contrarier Berlin…

En effet, si elle a dit vouloir des sanctions sévères à l’endroit de la Russie, y compris contre M. Poutine, la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a revanche estimé, ce 13 janvier, que le gazoduc NordStream 2 devait « rester à l’écart » de cette affaire. « Nous devons résoudre ce conflit, et nous devons le résoudre dans des pourparlers – c’est l’opportunité que nous avons en ce moment – […] plutôt que de tisser un lien avec des projets qui n’ont aucun rapport avec ce conflit », a-t-elle en effet déclaré.

Quoi qu’il en soit, et comme on peut s’en douter, le projet de loi présenté par les élus démocrates du Congrès a été vivement critiqué à Moscou. « Des sanctions contre un chef d’État, c’est une mesure qui franchirait une limite, ce serait équivalent à une rupture des relations », a prévenu Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. Et cela « ne facilite pas l’établissement d’une atmosphère constructive pour les pourparlers » entre Russes et Occidentaux, a-t-il fait valoir.

À l’OSCE, on a insisté sur « l’urgence » à désamorcer la crise entre la Russie et les Occidentaux ainsi que sur la nécessité d’arriver à une « désescalade » militaires aux abords de l’Ukraine, où 100’000 militaires russes seraient déployés. « Il semble que le risque de guerre dans la zone de l’OSCE n’ait jamais été aussi intense au cours des 30 dernières années », a commenté Zbigniew Rau, le ministre polonais des Affaires polonais, dont le pays vient de prendre la présidence de l’organisation pour un an.

Le représentant russe auprès de l’OSCE, Alexandre Loukachevich, a évoqué l’avertissement lancé par M. Poutine en décembre, à savoir que Moscou prendrait une « série d’options » dans le cas où l’Otan refuserait de donner suite à ses revendications. « Si nous n’entendons pas de réponse constructive à nos propositions dans un délai raisonnable et si le comportement agressif envers [la Russie] se poursuit, alors nous devrons prendre les mesures nécessaires pour assurer l’équilibre stratégique et éliminer les menaces inacceptables pour notre sécurité nationale », a-t-il déclaré, via Twitter.

Le Haut repésentant de l’Union pour les Affaires étragères et la politique de sécurité, Josep Borrell, n’a pas dit autre chose, peu avant le début d’une réunion informelle avec les ministres de la Défense des États membres de l’UE, à Brest. Ainsi, selon lui, les mouvements de troupes russes observés pèrs de l’Ukraine « font partie de la pression » exercée par la Russie pour obtenir les garanties qu’elle demande. Pour autant, a-t-il estimé, il n’est « pas question de négocier sous la pression ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

191 contributions

  1. hadrien dit :

    complètement HS mais cet avion est quand même magnifique ….visuellement et technologiquement

    • précision dit :

      Mouais, pour la technologie… il semblerait que leurs sièges d’éjection supposés être 0-0 demandent une vitesse minimale. Pour l’équipage, on fait mieux depuis longtemps, à l’Ouest.

      • Ion 5 dit :

        @précision
        Vos confondez « mieux » et « différent ». Le KT-1M (nom du siège éjectable du Tu-22M) fonctionne à partir de 130 km/h. Mais SURTOUT jusqu’à M2,1.
        On peut discuter à l’envi de la pertinence de ce choix, mais également estimer comme les ingénieurs soviétiques, qu’en dessous de cette vitesse la (grosse) cellule du Toupolev est parfaitement capable d’absorber le choc sans dommage pour les occupants.

        • précision dit :

          peut-être, je n’avais pas réfléchi à ce point. Mais cela n’en fait pas un 0-0 il me semble.
          Par ailleurs, si c’était un choix volontaire comme vous le sous-entendez, et non contraint par l’état des technologies à leur disposition, on peut effectivement s’interroger sur la pertinence de ce choix. Hors combat, les accidents à M2.1 c’est rare, alors que ceux au décollage ou atterrissage sont fréquents, surtout dans un pays à la météo difficile comme la Russie.
          Et c’est justement ce qu’on a pu observer lors d’un accident de TU22M ces dernières années (même si un événement isolé ne permet pas de tirer des conclusions pertinentes en statistique).

    • Oryzons dit :

      Une copie pure et simple du B1B Lancer. Tout comme le Tu 44 était une copie du Concorde dont les plans avaient été volés grâce au PCF.

      • précision dit :

        L’affirmation est assez ridicule vu qu’il dérive du Tu 22 (1962), et que le Tu22M fait son premier vol en 1969.
        Le B1B fait son premier vol en 1974. A moins d’avoir le don d’anticipation, les russes ne risquaient pas de faire une « copie pure et simple » 5 ans avant que l’appareil existe.
        Quand à la copie du concorde c’est le Tu144.

        Ignorance de bonne foi, ou juste un post irréfléchi pour dénigrer tout ce qui est russe indépendemment des faits, comme on en voit hélas trop en ces temps de tension?

      • Themistocles dit :

        Les faux plans….

      • FREDERIC dit :

        Sur la photo, c’est un Tupolev Tu-22M, celui qui est copié ou ressemble, c’est selon, au B1B est le Tu 160. Concordski était le TU 144.

      • farang keenok dit :

        Euh…le b1b date des annees 1984, le Tu22M est sorti des usines en 1969

      • philbeau dit :

        Heu , là c’est le TU 22 il me semble , pas le TU 160 …Après , contrairement au Concordov , il n’y a pas eu de fuite des plans du B1…

      • Gégétto dit :

        Oryzons
        D accord pour le TU160 qui ressemble étrangement au B1B Lancer, mais là sur la photo c est un TU 22 M3

      • UnKnown dit :

        Le Tu-22 et le B-1 n’ont absolument rien à voir… Et le programme du Tu-22 a commencé 2 années avant celui du B-1…

      • felix dit :

        Sottises. Toujours penser que l’adversaire est bête, c’est plus simple.
        « L’ennemi est stupide, il croit que c’est nous l’ennemi, même si c’est lui » Pierre Desproges

        Juste pour info, le premier vol du T22M c’est 1969, le premier vol du B1, c’est 1974. donc pour copier cet avion US, les soviétiques ont inventé la machine à voyager dans le temps … une évidence.

        Pour ce qui est du TU 144 (le TU 44 n’existe pas Mr l’expert) les similitudes sont expliqués dans cet article de Wikipédia. Cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas espionnage, juste que les soviétiques n’ont pas fait une copie du concorde, comme on peut souvent l’entendre dire par les ignares.

        Bilan, deux affirmations, deux idioties, Bravo, grand chelem.

      • précision dit :

        En y réfléchissant je crois comprendre : vous avez confondu le Tu22M avec un Tu160 (!!) Votre affirmation reste néanmoins tout à fait incorrecte, pour autant que je sache. Le Tu160 a été lancé après le B1, en effet, mais ses caractéristiques sont plus proches de celles du B1A (mach2) que du B1B (signature radar réduite pour une pénétration à basse altitude), donc « copie pure et simple du B1B », certainement pas. Il me semble d’ailleurs même que le projet a en partie bénéficié des travaux sur le Tu144.

        De même votre affirmation concernant le concorde et le Tu144 est très approximative. Le KGB a certe tenté de copier les plans du concorde (avec plus ou moins de succès, il parait que côté occidental on avait profité de l’occasion pour intoxiquer un peu) mais les russes ont développé une solution au final assez différente.

        – En partie parce-que les conditions d’utilisation n’étaient pas les mêmes,
        – en plus grande partie parce-qu’ils étaient pressés de produire leur avion avant le Concorde pour une question de prestige,
        – et enfin parce-qu’ils ne disposaient pas des technologies nécessaires pour concevoir un avion équivalent au Condorde.

        Le résultat était loin d’être à la hauteur du Concorde: pas de supercroisière, par exemple.

      • Ion 5 dit :

        Pour une copie du Concorde, je trouve que le Tu 144, plus gros, plus lourd, plus puisant et plus rapide était quand même assez dissemblable…
        https://avatars.mds.yandex.net/get-zen_doc/3141623/pub_5eaddec22027132c419e159e_5f4e89d4c4282416a529abd7/scale_2400

        Par ailleurs si vous n’étiez pas aussi ignare, je vous aurez demandé QUEL Tu-144 était-il la copie du Concorde?
        Parce que des Tu-144, il en eut 3 différents, sous la même désignation…

  2. petitjean dit :

    Analyses :

    « Comme les pourparlers n’ont mené à rien, la Russie va être obligée de réagir »

    https://lesakerfrancophone.fr/comme-les-pourparlers-nont-mene-a-rien-la-russie-va-etre-obligee-de-reagir

    https://www.moonofalabama.org/2022/01/with-no-progress-in-talks-russia-will-have-to-react.html#more

    « La principale demande de la Russie, à savoir mettre fin à la poussée de l’OTAN vers ses frontières en excluant l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie, a été rejetée. Un article du NYT, pour une fois réaliste, n’a même pas essayé de cacher le désastre : « (…..)

    « La Russie entre-t-elle dans l’ère de la riposte ? »

    https://www.dedefensa.org/article/la-russie-entre-t-elle-dans-lere-de-la-riposte

    • didixtrax dit :

      Les « menaces » de l’un et les « hypothèses » des autres ne sont que du vent. Attendons de voir –ou pas. Mais je me réjouirai d’une asymétrie russe « sanctionnant » l’UE pour toute déconvenue avec les US, rien que pour voir la tronche d’un Borell ou d’une Von Der Leyen

    • Twouan dit :

      Je suis tres surpris que Mme michusky menagere typique de plus de 40ans Russe soit passionnee par le Donbass.
      La seule chose que les familles russes ont vu c est que leurs enfants n etaient pas la pour les fetes ou pour enterrer les 900 vieux qui claquent tout les jours.

      Hors, ce sont les derniers jeunes russes! Faire une guerre va atomiser la tres faible natalite russe. Les 20 ans en russie c est 2% de la population. Les 15 ans 1% (ici c est 2% et 2%). Dans 5 ans le potentiel mobilisable de la russie sera reduit de 25% dans 10 ans par 2 et le potentiel de reproduction suivra pareil avec 10 ans de retard mais tout aussi ineluctable. Avec une guerre ou une crise continue, il va voir passer sa derniere chance. Un soldat qui meurt c est un enfant qui ne nait pas La russie n’a vraiment pas ce luxe.
      https://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1946_num_1_3_1668

      Si il veut d’un grand pays, il lui faut des enfants pas de la terre… Les seules gagnants seront les chinois. Qui je n en doute pas doivent l’encourager.

  3. Bob dit :

    La duplicité allemande et française sur le dos de l’Europe de l’Est est encore mise à jour. Le Tsarat de la poutine est vorace comme un ours sortant d’hibernation. Ils ne s’arrêteront pas à l’Europe de l’Est s’ils ne sont pas anéantis. L’Oncle Sam, comme l’OTAN ont déjà dit qu’ils n’interviendrait pas en Ukraine, ni en Biélorussie. Seules des sanctions économiques seront encore mises en place, comme depuis 2014 sans résultats tangibles. La poutine n’a rien à battre des sanctions économiques. L’Ukraine est cuite, les russes peuvent aller jusqu’à la rive gauche du Dniepr comme ils ont fait pour la Crimée. Et les occidentaux seront encore mis devant le fait accomplis pendant que les russes engranges des gains, jusqu’à la prochaine fois en …2029…Je n’aimerais pas être ukrainiens

    • Aymard de Ledonner dit :

      La seule duplicité qui saute aux yeux ici c’est la votre. L’Allemagne et la France n’ont pas la même position sur ce sujet. La France ne soutient pas Nordstream 2 et soutient la mise en place de sanctions économique en cas d’invasion russe pour essayer de dissuader Poutine de franchir le pas.
      Poutine va peut-être avancer mais ça ne serait pas une partie de plaisir pour lui. Les forces terrestres ukrainiennes sont très conséquentes et afutées par le conflit au Dombass. Contrairement à son invasion du Dombass, il ne bénéficie d’aucun effet de surprise, l’adversaire ukrainien est bien mieux préparé et la majorité de la population des territoires visés ne lui est pas favorable. Pour ne rien arranger les US ont fourni de nombreux missiles Javelin à l’Ukraine qui pourront être utilisés contre les blindés russes par de petits groupes d’infanterie.
      Poutine devra engager massivement ses forces terrestres mais aussi son aviation.
      En cas de succès tous les échanges économiques avec la Russie seront sous pression US. Même Nordstream 1 serait menacé à moyen terme. Aujourd’hui la Russie a déjà du mal à vendre ses avions. Demain, en dehors des chinois, qui voudra lui acheter?
      Ceci dans le meilleur des cas. Parce que les US envisagent de livrer des missiles stinger à l’Ukraine ce qui compliquerai les opérations aériennes de la Russie en cas d’Attaque. Et ils se feront un plaisir de saigner les russes en Ukraine comme ils l’ont fait en Afghanistan en fournissant armement et informations aux résistants ukrainiens.
      Ce sera certes dur pour les ukrainiens mais Poutine risque tout simplement de voir son pouvoir s’effondrer s’il s’enlise dans un nouvel Afghanistan tout en ruinant son économie.

    • STARBUCK dit :

      « Anéantis » carrément. Bon courage, les allemands ont essayé, on connais le résultat.
      La Russie n’a aucune envie de conquête, c’est juste qu’elle ne veux pas que l’on viennent campé sur le pas de sa porte et sa peux se comprendre. Sauf pour vous qui êtes un Russophobe primaire.
      Et merci de ne pas me catalogué de troll.

      • Tom dit :

        Pendant la Guerre froide, les troupes soviétiques campaient sur l’Elbe et le Danube. En 45 ans, les dirigeants de l’URSS ne se sont pas demandaient si ça plaisait ou non aux pays d’Europe occidentale. Maintenant que les rôles sont inversés, toute proportion gardée parce que l’URSS y stationnait des types d’armement et des quantités de troupes autrement plus effrayants que ce que ce que l’OTAN a positionné dans les pays baltes, le Kremlin nous fait un caca nerveux comme quoi ce serait une situation inacceptable. À cela il faut ajouter que l’OTAN s’est toujours élargi avec l’assentiment des nouveaux membres, contrairement à l’occupation soviétique des démocraties populaires ayant mené à la constitution du Pacte de Varsovie.
        Et merci de ne pas me cataloguer de pro-américain.

  4. MICHEL MANCEAU dit :

    la logique voudrait que la France et l’Europe participent à l ‘entrevue.

  5. Komanoff dit :

    La plupart des habitants à Dombas qui veulent rattacher avec la Russie,
    comme 98% de kanaks veulent rester français, même chose.

    • dom dit :

      il serait bien de connaitre le contexte de la nouvelle calédonie avant de la citer en exemple
      ne pas confondre voter pour l’indépendance sous la pression de la coutume et vouloir etre indépendant.
      de nombreux Kanak prefairent vivre en paix au sein de la France que de subir le joug de leurs chefs.
      montrer son attachement a la republique est souvent reprimé par l’exclusion de la tribu par la violence.

    • Ératosthène dit :

      @Komanoff : 
      Vouloir, c’est pouvoir, du moment où on en a les moyens.

  6. Stylgar dit :

    J’ai envie de leur dire…
    Mais allez y dans le bourbier Ukrainien, surtout avec avec 100 000 hommes sur le terrain…

  7. Nico from UK dit :

    Le pb des US et accessoirement de l’OTAN et l’EU (les pays européens ne sont pas moteur ici, ils ne font que suivre les ordres de leur maitre) est qu’ils sont un immence paquebot somnanbule, incapable de discuter d’autre chose que de redissions sans conditions. Ils avancent donc pour toujours etendre leur pouvoir mondial sans prendre en compte les inquietudes ou les interets legitimes des autres nations. Pour resumer les US sont incapables de diplomatie.
    Les europeens vont pouvoir plernicher mais c’est le prix a payer quand on perd son independence.

    • YM dit :

      Ouai… enfin les US se désengageaient de l’Europe, plus personne ne parlait de l’OTAN et les européens ne finançaient quasiment plus leurs armées, avant que les Russes et mettent à inventer des problèmes (Géorgie, Ukraine…) pour préserver les petites carrières de leurs politiciens et oligarques.

      • précision dit :

        C’est ce que certains médias aiment à répéter. Mais cela ne correspond pas aux faits.

        Les conflits que vous citez remontent (au moins) à l’éclatement de l’URSS. Géorgie : guerre en 91,92, 96, 2001,2004,2006 puis 2008.
        Le rapprochement avec l’OTAN était bien antérieur au conflit de 2008.

        L’ Ukraine est depuis l’éclatement de l’URSS tiraillée entre une volonté de rapprochement avec l’UE de la population de l’Ouest du pays et une classe dirigeante initialement formée par les soviétiques et menant une politique équilibrée plutôt favorable à la Russie (plus ou moins par choix, les russes utilisant à l’époque différent leviers économiques ou autres pour s’assurer cet équilibre).
        Les difficultés ne sont pas venues exclusivement des russes mais de ces luttes d’influence entre les 2 camps, à coup de révolutions oranges et autre formation de militants politiques visant à remplacer les dirigeants pro-russes par des dirigeants pro-UE-USA, etc. C’est pour limiter l’impact de ce basculement vers l’occident du pays que les russes sont intervenus, pas pour préserver leur carrière (ça aussi c’est un leitmotiv de médias médisants qui ne semble pas étayé par des faits).
        Il est symptomatique que le gouvernement sélectionné par Mme Nuland comportait géorgien, lithuanien, américain, etc… Et tout autant d’oligarques corrompus que le précédent d’ailleurs (je m’avance un peu là, c’est difficile à dire en l’absence d’éléments objectifs pour en juger mais on voit que Poroshenko a été accusé de corruption).

        Les US ne se désengageaient certainement pas : ils ont au contraire mis pied dans les balkans et constamment intensifié leur présence en Europe de l’Est. Vous ne vous souvenez peut-être pas des débats sur le bouclier anti missile dans les années 2000 dont Bush et l’OTAN prétendaient qu’il était uniquement destiné à se protéger de l’Iran et ne représentait pas un risque pour la Russie. Depuis, on ne cache même plus son intérêt contre les russes.

        Que les actions russes aient joué sur la course aux armements est en effet probable. Mais la Russie pouvait difficilement ne pas essayer de rattraper une partie de son retard après avoir été mise en difficulté dans les années 90 et 2000, donc un réarmement russe était inéluctable. Le réarmement de l’OTAN qui était et reste de loin très supérieur à ses adversaires, lui, me semble évitable. Je ne vois pas pourquoi il faudrait se maintenir « au-dessus » des autres.

      • STARBUCK dit :

        Correction, ce sont les US qui ont mis le bordel et engendrer une réaction Russe en Géorgie et en Ukraine. (Révolution de couleur made in SOROS et compagnie)
        Les US se comportent comme au temps de la conquête de l’ouest mais maintenant (depuis 45) à l’échelle de la planète. Il faut éradiquer les indiens qui refusent de se soumettre et d’adhérer à la civilisation.
        Les US ont théorisé l’encerclement et l’affaiblissement de la Russie dans les années 90 (voir Le grand échiquier: l’Amérique et le reste du monde, de Brezinski) et les démocrates US y mettent toujours plus de cœur que les républicains.
        Et vous voudriez que les Russes ne prennent pas cet élément en compte?
        Si quelqu’un essayait de vous étouffez, le laisseriez vous faire et vous défendriez vous avec l’énergie du désespoir?
        Quand on pousse quelqu’un ou un état dans ces derniers retranchement, on ne peux pas s’étonner qu’il devienne agressif.

        • Courmaceul dit :

          « Et merci de ne pas me catalogué de troll. » C’est de vous, non ? Cette demande est bien inutile puisque vous êtes déjà catalogué.

          • STARBUCK dit :

            Venant de vous qui ne proposez jamais rien, à part dénigrer et insulter ceux qui ne vont pas dans votre sens, ça ne peux être qu’un compliment

        • DAVE dit :

          On retrouve en effet là l’attitude américaine qui a poussé le Japon à la guerre en 1941.
          Des sanctions économico/politiques tellement dures qu’elles sont quasi équivalente à une déclaration de guerre camouflée.
          Cela n’enlève en rien de l’attitude agressive des uns et des autres, mais montre bien que la responsabilité d’une guerre est bien souvent partagée.

          • précision dit :

            On trouve même des traces de haut responsables américains dans ces années exprimant leur souhait que les japonais déclenchent la guerre avec les USA de manière à ce que ceux-ci puissent participer au conflit en ayant le « droit » et l’opinion avec eux.

            Mais d’un autre côté il faut dire que les japonais massacraient assez allégrement les chinois, donc l’embargo, s’il était quasiment insoutenable pour le Japon, ne manquait pas de « justifications ».

          • Pravda dit :

            Les pauvre japonais n’avaient pas du tout prévu de s’attaquer aux americains, ils se contentaient d’apporter amour et paix aux chinois et autres … et en plus ils n’avaient pas du tout prémédité Pearl Harbour en envoyant des années avant des espions faire les plans … pfff

    • Barbapou dit :

      reddition

    • MonCulEnColleretteSurLaCommode dit :

      Un anglais qui parle d’indépendance vis à vis des USA c’est cocasse ; votre dissuasion nucléaire dépend de la bonne volonté américaine (deuxième bouton rouge), vous ne savez plus fabriquer les chaufferies nucléaires de vos HMS sous-marins, qui sont aussi Made in USA ; techniquement, en termes régaliens et de souverainetés, vous n’êtes plus que le 51ème état de l’Union.

      • STARBUCK dit :

        Sauf qu’il n’est pas plus anglais que vous. C’est un français vivant chez les British

  8. Mesa dit :

    C’est du grand nimp. le Vlad nous refile des oukazes et on devrait accepter . Genre tu fais ce que je veux ou je te file une branlée, on croit cauchemarder. Si nos politiques européen baissent la culotte, c’est sûr on va au conflit.

  9. oryzons dit :

    Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour faire monter les prix du gaz…

    Quant à l’Allemagne elle est dans le déni.
    C’est bel et bien grâce à NS2 et à sa politique d’achats massifs de gaz russe que Poutine peut se permettre de maltraiter l’Ukraine puisqu’il n’en a plus besoin pour vendre son gaz à l’Allemagne.
    A peine les allemands avaient-ils obtenus de Biden de laisser NS2 se conclure que Poutine s’est lancé dans ses manœuvres à la frontière ukrainienne.
    Erreur allemande. Erreur de Biden, une de plus.

    C’est triple bonus :
    – faire monter les cours du gaz européen sans menacer d’être coupé par les ukrainiens
    – plus de manne pour les ukrainiens ce qui mettra leur économie encore plus à mal en les rendant très dépendant du bon vouloir de Moscou
    – soumettre l’OTAN à des forces contraires et ce au moment même où les américains ne rêvent que d’une chose, refocaliser toutes leurs forces en Asie.

    Mais trop tard… le nucléaire est condamné en Allemagne, le charbon est une aberration écologique, et les renouvelables ne peuvent pas combler ET le nucléaire, ET le charbon ET le gaz. Et le pétrole d’une certaine façon avec l’électrification des voitures. C’est impossible de remplacer des 3 énergies pilotables par une énergie intermittente. Rien que se débarrasser du charbon sera un défi pour l’Allemagne, cela prendra au moins 10 ans et coûtera une fortune.
    Alors le gaz russe ?
    Encore de beaux jours devant lui.
    Et Poutine avec.
    Au lieu de faire des leçons de morale sur les exportations d’armes françaises les allemands auraient mieux fait de réfléchir à qui ils filaient une laisse stratégique de leur économie.

    • Moogli dit :

      @oryzons. Les navires qui transportent du gaz liquide en Atlantique ne permettent pas de compenser le débit NS2, sauf quand les russes bloquent par chantage.

      Si chantage et blocage russe, il n’y aura pas 0 gaz liquide en Europe dont l’Allemagne. Par contre les interruptions commerciales entre UE et Russie ne passeront pas inaperçues là-bas.

      L’Europe n’a pas le couteau sous la gorge. Le coût du gaz avec explosion des tarifs est plus dû à des choix que le prix du gazole pour transporter la matière.

      Si les français et les allemands (donc l’Europe) se coordonnent au lieu de se tirer dans les pattes, il y a moins de raisons de flipper avec un gars qui va diviser son CA par 2 ou 3 quand sa population a faim.

      Faudrait arrêter de se poignarder le dos avec des saucisses molles, face aux mafieux fans de mercenaires. La Russie ne tiendra pas l’Europe par les -ouilles longtemps.

      • aleksandar dit :

        En reve…..
        La Russie a suffisamment de réserves monétaires et de change pour tenir 3 ans.
        Et il lui restera d’autres marché a l’export dont la Chine.
        Quand a importer du gaz par bateaux, c’est du délire tout simplement, il suffit de comparer le fret gaz liquide d’un bateau et le débit du simple NS1 ( même pas le NS2 ) pour savoir que cela ne peut en aucun cas compenser.
        En moins de 3 mois l’économie européenne est morte.
        Sans compter la hausse des prix vertigineuse que l’arrêt des exportations russes, 2eme producteur mondial provoquerait
        Faut revenir dans la réalité parfois.
        Et pensez a acheter des pulls.

        • tow dit :

          Des réserves monétaire pour tenir 3 ans? Mais pour tenir quoi? On se souvient il y a quelques années que ces réserves fondaient pour simplement soutenir le rouble…
          Mais on se rassure comme on peut, quand on a un tel parti pris pro-russe et anti-occidental comme vous.

        • Moogli dit :

          D’accord. L’arrêt des échanges commerciaux UE-Russie me dérangera énormément : je cours chez mon berger pour que ma paysanne me tricote des pulls.

          Tes bouffons en Europe, tu les envoies en Chine, ça me va encore mieux. Quand je vois la gueule de ton business en RCA et au Mali, je suis impatient que la Russie se déleste de l’Europe.

          Ton pêcheur de truites à dos d’ours, torse-nu pour exciter tes homophobes (!?!), pourra arrêter de casser les burnes avec ses menaces et ses empoisonneurs de civils.

          Tu n’es pas sur Novosti ici, camarade fan de costards rouges ! Retourne allumer ta cheminée avec ta cage d’escalier !

        • Alain d dit :

          @aleksandar
          Juste quelques années que la Russie en enlisée en mode survie !
          Russie exportations de biens
          2013 : 502 Md$
          2014 : 474
          2015 : 326
          2019 : 407
          2020 : 331 Md$
          Russie importations de biens :
          2013 : 323 Md$
          2014 : 295
          2015 : 182
          2019 : 238 Md$
          2020 : 239 Md$
          PIB de la Russie :
          2013 : 2292 Md$
          2014 : 2059
          2015 : 1363
          2016 : 1277 Md, un PIB presque divisé par 2 en seulement 3 années.
          La Russie est bien Championne du Monde de la Déconfiture.
          2017 : 1574
          2018 : 1657
          2019 : 1687 Md$

          2019, Canada : 1742 Md$ pour 38 millions d’habitants. Mieux que la Russie, mais avec quatre fois moins de citoyens.
          Cherchez l’erreur ? Réponse : Poutine et ses politiques économiques et guerrières.

          L’UE a évidement souffert des tensions avec la Russie, mais avec un impact bien moindre.
          L’EU-27 est encore le premier débouché des exportations russes, notamment, charbon, hydrocarbures et métaux, pour 137 Md$ en 2020, qui correspondent à 40,6% des exportations russes. Avec ~ 1/2 de produits pétro-gaziers (bruts et raffinés)

          Les collabos, qui dans l’UE, absorbe ces exportations russes en 2020 :
          Pays-Bas pour 7,4 %
          Allemagne 5,5 %
          Royaume-Uni 6,9 %
          Italie 3 %
          France 1,4 %
          Ce sont les plus atlantistes, chefs faux-culs, F35 et autres, qui bouffent donc à tous les râteliers en financent l’État russe. Étonnant ?
          Ceci étant, l’économie Russe survit beaucoup grâce à la France qui est toujours le 1er pourvoyeur d’emplois étrangers par Danone, Renault, Leroy Merlin, Total, etc. La France y est le 2ème investisseur (IDE sortants), si j’exclus les paradis hubs-fiscaux (Chypre, Pays-Bas,…), qui sont maintenant passés largement devant l’Allemagne et la France depuis 2014.
          Exportation de services russes, n’en parlons même pas, mis à part les barbouzes de Wagner, ses média-trolls et ses espions, la Russie est archi nulle !

          Donc, la Russie n’a toujours pas récupéré son niveau d’échanges internationaux de l’année 2013, avant l’agression sur l’Ukraine, ceci malgré sa forte réorientation vers de la Chine.
          Pensez-vous sérieusement que la Russie pourrait résister à de nouvelles sanctions occidentales, tout en finançant sa guerre contre l’Ukraine ?
          Oups, j’avais oublié, un troll ne pense pas, un système digestif et le tout-à-l’égout, pas plus.

          • Paddybus dit :

            Voici un lien vers les chiffres OCDE du PIB …. à parité de pouvoir d’achat… seuls chiffres vraiment comparables…

            https://data.oecd.org/fr/

            Aprés cela, votre vision ultra « réaliste » (!) de la Russie et de son économie vous appartient…. et prouve votre volonté de dialogue…. merci à vous… ;0))))

          • Alain d dit :

            @Paddybus
            Et c’est tout? Vous nous mettez le lien avec l’OCDE, que j’ai utilisé plus souvent que vous ici même, Soit directement, soit en reportant ses chiffres.
            La parité, blabalabla…..
            Alors regardons les affaires Monde de la Russie.
            Stock d’IDE sortants en 2020 :
            https://data.oecd.org/fr/fdi/stocks-d-ide.htm#:~:text=Stocks%20d%27IDE%20sortant%20est%20la%20valeur%20des%20fonds,et%20des%20pr%C3%AAts%20nets%20qu%27ils%20leur%20ont%20octroy%C3%A9s.
            Chine ~ 2410 Md$, Canada ~ 1960 Md$, Allemagne ~ 1950, France ~ 1540, Russie ~ 380 Md$.
            A population à peu près équivalente, l’Allemagne et la France additionnées font neuf fois plus que la Russie, et aussi plus que la Chine.
            Et vous pouvez convertir dans n’importe quelle monnaie (euro, yen, rouble ou yuan), le ratio sera toujours identique. :>))
            Inutile de sortir les chiffres additionnés de l’UE-27, ou des membres de l’OTAN, qui écrasent ceux de la Russie ou de la Chine.
            Stock d’IDE entrants en 2020 :
            Le Canada, l’Allemagne et la France additionnées font aussi bien que la Chine.
            (1120 + 1120 + 960) contre 3170 Md$, tandis que la Russie affiche ~ 440 Md$.
            Donc, en $ par habitant, les démocraties occidentales performent bien plus que vos dictatures adorées !
            Delta par habitant, un écrasant coefficient de x9 ou x10 pour les chiffres cités ci-dessus, à l’avantage des démocraties.
            Inutile de vous rappeler que la France, avec de très faibles d’exploitations de minerais et hydrocarbures, et sa petite population, exporte au minimum 8 à 10 fois plus de biens non fossiles que la Russie : aéronefs, satellites, automobiles, trains, navires, machines-outils, outils, électronique, fibre optiques, turbines, échangeurs, armoires électriques, etc.
            Comme la France doit importer de nombreuses matières fossiles et dérivés (gaz, pétrole, minerais, raffinés, métaux, engrais, etc.), sa balance commerciale est fortement déficitaire.
            Ceci étant, ce déficit est ~ 8 à 10 fois inférieur aux exportations (biens + services) et ~ 15 à 20 fois inférieur aux échanges (biens + services). Il pèse évidement, mais au regard de la totalité des échanges, par tant que cela. Une des raisons pour laquelle on va s’en tirer avec une croissance (prévue) à + 6,7% pour l’année passée, hors effet de reprise..
            Cette année 2021 aura pourtant été mauvaise pour les exportations et la balance : hausses des prix des matières et des logistiques, accompagnées de pénuries qui freinent nos exportations.
            Il s’agit de dizaines de milliards perdus.
            Pour exemple, pertes annoncées par Renault :
            https://www.usinenouvelle.com/article/ebranle-par-les-penuries-de-puces-renault-prevoit-une-perte-de-production-de-500-000-voitures-en-2021.N1152672
            https://www.usinenouvelle.com/article/chez-renault-et-stellantis-le-choc-des-penuries-de-puces.N1164512
            https://www.usinenouvelle.com/article/tableau-de-bord-suivez-l-evolution-des-marches-automobiles-mois-apres-mois.N1078494

            Exportations russes, 2019 :
            https://oec.world/en/profile/country/rus
            Soit 400 milliards d’extractions, dérivés et raffinés.
            Françaises :
            https://oec.world/en/profile/country/fra
            Soit 550 milliards de fabrications.
            On ne joue pas vraiment dans les mêmes catégories.
            En 2019, la France est la 1ère exportatrice mondiale d’aéronefs + satellites, tandis que la Russie est certainement la première exportatrice de fossiles.
            Star Wars vs Jurracik Park :>))

          • Paddybus dit :

            alain d…. Votre super blabla n’apporte rien d’intéressant….
            Je voulais juste vous rappeler votre premier cours de math…. on ne compare pas des choux et des carottes…. alors pour comparer les PIB, il faut le faire à parité de pouvoir d’achat…..
            mais si ça vous emmerde, ce que j’ai bien compris…. hé bien tant mieux…!!!!!!!!!
            Accessoirement, demandez aux agriculteurs Français ce qu’ils pensent des sanctions infligées à la Russie…. c’est eux qui ont trinqué…. mais vous, vous êtes heureux, car on emmerde la Russie…. Russie qui en a profité pour s’organiser à se passer des importations de France….pauvre malade…!!!

            Votre haine de la Russie vous aveugle et vous retranche dans les limbes de l’acharnement….
            En fait vous êtes un des multiples trolls des services américains qui nous emboucanent depuis des années, et comme ils perçoivent l’éveil d’une partie des populations…. ils payent des trolls tels vous…!!!! pauvre monde…. ;0}}}}}

          • Alain d dit :

            @Paddybus
            Vous avez raison, ne comparons les choux et les carottes :
            Nous sommes bien d’accord sur ce point :
            « Star Wars vs Jurracik Park »
            Oui, quelques secteurs de l’agriculture française ont été violement touchés par les refus d’importations de la Russie. Cout, moins d’un milliards en 2015, quasiment plus rien en 2016.
            Réorientation des exportations vers le Vietnam, la Chine, le Golfe, etc.
            Et même d’autres secteurs, à cause de blocages de la part de la Russie ou de la France : aéronautique, défense, nucléaire,…..
            La Russie a besoin d’investissements étrangers, de technologies et d’expertises occidentales, les entreprises françaises, comme d’autres, font le travail : énergies, électronique, startups, agroalimentaire, chimie, santé, etc.
            2020 : « La France bénéficie d’une position économique ancienne et stratégique en Russie : 6e fournisseur (part de marché de 3,5 %), 2e pourvoyeur de flux d’IDE hors zones à fiscalité attractive, 2e stock d’IDE dans le pays et 1er employeur étranger. Des partenariats stratégiques ont été établis de longue date (énergie, aéronautique, nucléaire, spatial) et de nouveaux secteurs de coopération porteurs d’opportunités pour les entreprises françaises émergent (transition énergétique, villes intelligentes et nouvelles mobilités, innovation, santé). »
            L’économie russe dépend déjà de nombreux investissements et groupes étrangers, qui lui permettent d’exporter des biens, autres que des armes, hydrocarbures et minerais, hors de ses frontières.
            Ces entreprises boostent aussi la croissance interne de la Russie, la nourrisse et la soigne, améliorent l’ordinaire : Nestlé, Danone, Auchan, Métro, Mars, Pepsi, Bayer, Sanofi, groupes automobiles, etc.
            https://www.forbes.ru/rating/384135-50-krupneyshih-inostrannyh-kompaniy-v-rossii-2019-reyting-forbes
            https://www.kp.ru/daily/28338/4484489/

            Surtout, svp, ne le répétez pas, que je suis un troll US, merci.
            Je vais essayer de faire de la publicité pour les F35, Boeing, les GAFAM, les atlantistes et l’ITAR plus discrètement.
            :>))

        • Lotharingie dit :

          aleksandar :
          .
          « ………………………En reve………………..La Russie a suffisamment de réserves monétaires et de change pour tenir 3 ans…………..En moins de 3 mois l’économie européenne est morte……………. »
          .
          Donc, à lire vous lire, une sous-économie régionale pourrait selon vous faire tomber la 2eme puissance économique du monde en moins de trois mois et tout cela grâce à une rupture de ravitaillement d’énergie fossile ?…..
          .
          Si je ne connais pas votre de domaine de compétence, je peux affirmer sans réserve que vous n’avez pas la moindre connaissance en macro-économie et en géo-politique.
          .
          A défaut de vous former, vous pourriez déjà par commencer à vous informer avant d’écrire des fariboles.
          .
          Bien à vous.

    • ONERESQUE dit :

      Peut-être, mais alors, comme c’était souligné, çà ressemble à de la roulette….russe car si le jeu de poker menteur de VP dégénère, NS2 sera automatiquement dans la charrette du gros train de sanctions qui suivra….

    • Kergunner1 dit :

      Bien dit !

    • Gabacho dit :

      excellent

    • Albin dit :

      Bonnes remarques et analyses. Ça fait réfléchir sous cet angle là.

    • Bruno dit :

      N’importe quoi.

  10. Fabiano dit :

    Lol >>> « En effet, si elle a dit vouloir des sanctions sévères à l’endroit de la Russie, y compris contre M. Poutine, la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a revanche estimé, ce 13 janvier, que le gazoduc NordStream 2 devait « rester à l’écart » de cette affaire. »

    Il ne faut pas toucher au gaz allemand, pour quelque motif que ce soit. Par contre le nucléaire français est inacceptable… On dit « faux culs »?

  11. Lyonpuce dit :

    Poutine sait très bien que le ratio bénéfices/risques n’est pas du tout en sa faveur.
    Il a lancé une partie de poker menteur en mettant la barre tellement haute qu’il est pris à son propre piège : il n’a pas d’autre choix que d’aller de l’avant au risque de passer pour un bouffon.
    Et les allemands ne sont que de gros faux-culs : le NS2, on s’en branle, si VP déclenche une guerre, bien sûr que le NS2 doit être bousillé, c’est la base : on ne fait pas commerce avec un ennemi, bordel !
    La seule chose à lui répondre : chiche ?

  12. Marcel dit :

    à savoir que Moscou prendrait une « série d’options » dans le cas où l’Otan refuserait de donner suite à ses revendications.
    Quelle série d’option ?? 😉
    (Pour rappel, la Russie ce n’est même pas le pnb/hab de la Grèce.)

    • aleksandar dit :

      Vous connaissez le rapport entre les PIB de l’URSS et l’Allemagne en 1941 ?
      Pourtant c’est le petit PIB qui a foutu une branlée aux boches.

      • Mat49 dit :

        C’est la plus grosse industrie, soutenue par les livraisons US et la plus grosse démographie qui l’a emporté.

        • LOUIS XIV dit :

          Bien aidée par les erreurs de toton Adolf, la profondeur gigantesque du territoire et le Général Hiver, leur meilleur pote.

      • tow dit :

        Oui bien entendu, comme en Tchétchénie et en Afghanistan?
        Continuez à vous rassurer et quand à la branlée infliger aux boches, au vu des pertes russes, le terme de « branlée » est à relativiser.

      • Alain d dit :

        @aleksandar
        Les interventions des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Canada et de la France africaine, et les résistances en Europe (Grèce et autres) avaient obligé Hitler à combattre sur tous les fronts. Sans quoi, la Russie non préparée se serait rapidement fait piétinée en 1939-40 .
        Raison pour laquelle Staline avait copulé avec son pote Adolphe, dans un premier temps, pour se refaire une santé, étant donné que la Russie, seule face à l’Allemagne, ne pesait rien, en 1939.
        Vous êtes toujours autant comique.

    • Mat49 dit :

      Il ne faut pas dire n’importe quoi: le PIB Russe en 2021 est légèrement supérieur à celui de l’Australie. Par contre le budget de la défense est supérieur à celui de la France d’environ 30% avec un coup de la mase salariale bien moindre. Et surtout, eux ont une armée de terre et une armée de l’air opérationnelles prête à la haute intensité.

      Mépriser l’ennemi c’est une faute.

      • LOUIS XIV dit :

        Je dirais également que le budget de la défense russe est nettement plus efficace que celui des américains pourtant 10 fois plus élevé et entré de longue date dans un processus de rendements décroissants qui explique la cata technico-industrielle du F35 et l’incapacité américaine à mettre au point des armes hypersoniques.

    • Baerenkopf68 dit :

      Comme en 1962! Missiles ou autre chose à Cuba/Venezuela pour faire apprécier aux cowboys ce que signifie un adversaire ( ennemi ?) sur le palier de la porte.

  13. Jacky dit :

    et pendant que les enfants ce chamailles pour des miettes de biscuit, les gens ordinaires triment aux quotidiens dans l’indifférence complète car ils en ont vu d’autres

    • Edgar dit :

      Eh oui… (Mais il faut garder un oeil sur les chamailleries, parce que sont bien des chamailleries de diplomates et des plans de guerre paranoïaques qui on conduit, sans que personne ne puisse rien y faire à la boucherie suicidaire de la Première Guerre mondiale.)

  14. ONERESQUE dit :

    Cette tension resucée de la période de pré-invasion Crimée pourrait être assimilée (au réserve du contexte actuel) à la période 1938-1941….Ouaip, des ressemblances troublantes de comportement diplomatiques de l’Allemagne de 1938 et du Japon de 1941, des régimes dictatoriaux étranglés par l’embargo pétrolier de Roosevelt pour ce dernier et un endettement massif du réarmement seulement 7 ans après le Krach de 1929 auprès des grand banquiers de la Ruhr pour le premier. La Russie subit de plein fouet COVID19 massif, sanctions économiques, baisse de la natalité, stagnation des régions, incendies de forêts et mauvaises récoltes impactées par le bouleversement climatique continental. Or, quand un régime de ce genre moyennement sympathique est acculé par une accumulation de mauvaises tendances, la tentation est automatique (natürlich) de détourner l’opinion publique du bassement matériel avec une petite, voire maousse piquouze de galvanisation nationaliste en 3ème dose, après Dombass et Sébastopol. Histoire aussi de pointer les boucs émissaires diabolisés, ouuuuuh ! les méchants occidentaux si envahissants et si odieux avec leurs si injustes sanctions….bref général Hideki Tojo le 1er décembre 1941 = Poutine le 15 janvier 2022……espérons que l’on se trompe un chouillas sinon çà va saigner………

  15. Jean Ker dit :

    Digression:
    La guerre sera -j’imagine- un parfait échappatoire pour masquer la faillite totale des politiques néolibérales atlantistes, qui ont tout ruiné et pillé jusqu’à leurs propres populations (c’est à dire: nous).
    Parfaite également dans la perspective où les « élites » auraient -allons savoir pourquoi- à échapper à une éventuelle sorte de nouveau Procès de Nuremberg.
    Tout sera bon pour ajouter du dramatique à ce qui est déjà proche de l’indicible.
    Pour ma part, je considère le totalitarisme comme déjà acté.
    Points de suspension…

    • Elwin dit :

      Vous êtes ruinés et pillés ? Vous nous écrivez depuis une cabane en palettes et cartons ?

      • tschok dit :

        Oui, Jean a énormément souffert. C’est une grande victime du totalitarisme insoutenable des Etats occidentaux, qui est la cause d’un si grand malheur qu’il n’y a presque plus de mots pour le décrire.

        D’ailleurs, il le dit lui-même: c’est indicible (ce qui ne peut être dit, exprimé).

        Mais pour l’instant, il cause encore et les mots ne lui manquent pas. Ouf!

        Je trouve que le totalitarisme moderne est devenu très laxiste. C’est fou le nombre de gens qui en parlent pour s’en plaindre, surtout en Occident.

        Le totalitarisme occidental, c’est plus ce que c’était, didon. Dans le temps, on disait un truc de travers, et paf! une balle dans la nuque et on terminait dans le trou. Tandis que maintenant, n’importe qui peut dire n’importe quoi.

        Moi j’dis que c’est la grande déglingue. Tout part en couille. On est tous foutu.

    • Gator dit :

      Néolibérales ? Relisez vos classiques
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme?wprov=sfti1

    • Pravda dit :

      https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/covid-19-plus-de-87-000-morts-en-novembre-en-russie-un-record-7487795.php
      Comme dit plus haut, il y a de la place en Russie. Après je partage votre point de vue sur la politique mondialiste qui a transformé nos sociétés en un immense marché (et c’est pareil en Russie ou en Chine, totalitarisme déjà en place depuis des générations).

    • Courmaceul dit :

      « Pour ma part, je considère le totalitarisme comme déjà acté. » Allez visiter la cathédrale de Salisbury, il parait que ça fait un bien fou au moral. Si si !

  16. philbeau dit :

    Bon , contrairement à ce qu’il était d’usage de s’attendre , avec l’expérience passée des gesticulations réciproques entre Washington et Moscou , le feu a subitement pris sous la braise apparemment . On peut penser que Poutine , n’ayant plus de toute façon le moindre espoir , si jamais il en avait eu , du côté des occidentaux , et ayant le soutien de la Chine , ait décidé qu’il fallait battre le fer tant qu’il est chaud . Et que Biden n’ait pas les moyens , politiques s’entend , d’ouvrir un conflit dans le contexte intérieur aux USA , et encore plus en Europe , avec une Allemagne assise entre deux chaises . Diable , la Crimée était un zakouski déjà amer pour certains . Il se pourrait qu’on passe au plat principal bientôt . Pourtant , ici à l’Ouest , personne n’a d’appétit …

    • tschok dit :

      Oooh, une métaphore culinaire… comme c’est approprié.

      Vous ne pourriez pas nous faire un poème, je vous sens inspiré?

    • joe dit :

      Le soutien de la Chine n’est que de surface. Ils ne peuvent aider directement les Russes, encore moins faire pression sur les US ou l’Europe avec des migrants.

      Au contraire, il sont empêtrés avec leurs propres problématiques : le poids démographique, le manque de ressources pour pousser tout ce monde vers les classes moyennes et pour terminer, Taiwan, qu’ils ne peuvent militairement récupérer sans subir un contre-coup gigantesque : retour de toutes les usines vers d’autres pays, inclus l’Europe.

      La Chine, un géant au pied d’argile.

    • Pravda dit :

      Poutine veut faire oublier sa catastrophique politique intérieure (gestion du covid par exemple), veut jouer au coq à l’international, et les chinois sont ravis d’avoir trouvé un cou..on pour distraire une bonne partie des forces se mettant face à eux, occuper l’espace diplomatique, user le potentiel militaire de l’Otan… et en bonus, ce cou…on est leur voisin ! possède de vastes ressources, est en crise démographique, et va fatiguer pour eux ce qu’il lui reste de matos datant de la guerre froide… tout bénéf !

  17. lxm dit :

    Les américains pourraient-ils aller jusqu’à nous faire un Merselkébir en attaquant, sabotant, le gazoduc de NordStream 2 ?

    • Mesa dit :

      J’espere qui si il ne le font pas, des européens le feront, si c’est necessaire, quand tu as la gangrene il ne faut pas hesiter à couper…. le Vlad il ne faut pas lui laisser une seule occasion de nous manipuler, on a deja été trop laxiste depuis trop longtemps avec ce type. Comme les Allemands je ne suis pas sûr qu’on puisse leur faire confiance…..

    • tschok dit :

      Ce que je ne comprends pas, c’est la fixette que vous vous faites tous sur NS2.

      Perso, j’avais pas compris que les Allemands étaient le problème.

      Nan, moi, bêtement, je pensais que c’était plutôt les Russes.

      • Jean (le 1er) dit :

        NS2 permet de livrer du gaz russe directement à l’Allemagne en apportant ainsi des devises à la Russie. Voilà ce qui gène les US. Qui accessoirement voudraient bien livrer de gaz liquéfié à l’Allemagne à la place

      • Aymard de Ledonner dit :

        D’un coté du tuyau il y a les allemands et de l’autre coté il y a les russes qui encaissent l’argent du gaz vendu.
        Moins de gaz vendu = moins de ressources pour Poutine pour s’acheter ses jouets = moins de problèmes

  18. hyle dit :

    La Russie fait bien de ne pas faiblir sur ce dossier.
    On espère tous l’envahissement de l’ancienne Ruthénie. La Pologne récupéra le Nord de la région autour de Lvov/lviv/limberg

  19. stcad dit :

    Cela commence à bien faire mais de quoi se mêle l’OTAN & l’union européenne.
    Depuis la chute de l’ex-bloc de l’est.

    On n’a pas cesser de s’etendre à l’est (loin d’etre à nos avantages) Pologne intégriste, Hongrois nauséabond, romains tricheurs etc.

    Résultat on souffre de la concurrence déloyale de nos très « chers » voisins qui ne nous respecte point et en sus à, présent on commence à avoir la grosse tete au niveau OTAN et europe concernant l’Ukraine donc je me bat les C… Totalement. A croire ces connards de ricains (biden ne vaut pas mieux que trumps) on envisage d’exclure la Russie de Swift. mais intéressé à nous vendre le gaz USA nettement plus cher que le gaz russe (il n’y a pas de petits profits après tout).

    On est pas loin de la confortation, par l’ukraine interposé et après Première guerre mondiale du 21 ieme siècle ?

    Qui va appuyer sur le bouton le premier.

    Etrange mais on entend point Macron sur ce sujet cela chauffe ok on est en période électorale

    • Stylgar dit :

      Euh les Romains ils étaient dans l’Europe dès le départ…

    • Souvenirs d'Asie Centrale Soviétique dit :

      Cher stcad,

      C’est assez comique de voir des français dans ton genre déjà prêts à baisser le pantalon et la braguette devant Vladimirochitch Poutine … Comme d’autres le firent dans un autre temps devant un certain A H …
      Il règne sur ce forum comme un parfum de collaboration avant l’heure ces jours-ci !

      Pour le reste je doute que ton discours passe dans les ex-pays communistes maintenant Est de l’UE …eux Moscou ils connaissent que trop bien et savent de quoi il retourne !
      Seulement voila stcad, ces gens là tu les méprises, d’ailleurs à tes yeux ils n’existent simplement pas …

  20. EchoDelta dit :

    La manœuvre de la Russie semble vouée à terme à l’échec. On ne peut pas contraindre un pays tiers en lui intimant l’ordre de ne pas exercer sa souveraineté. La Russie devrait normalement si elle était forte, convaincre ses voisins de devenir des partenaires économiques et militaires pour se protéger mutuellement et se développer économiquement. Ne pas réussir à se mettre d’accord la dessus, et c’était notamment le rôle initiale de la CECA, devenue CEE, conduit nécessairement à rompre des liens et à ce que les voisins changent de crémerie. Essayer de leur tordre le bras, ne va qu’exacerber leur volonté d’émancipation. Autrement dit le jeu se resserre autour de la Russie et de Poutine. Il devrait passer des échecs au jeu de Go pour bien anticiper.

    • joe dit :

      Exact. En fait Poutine ne fait que s’enfoncer. Il supporte en priorité les dictatures (Biélorussie, Syrie, Chine) et fait fuir de son périmètre naturel tous les candidats au changement.

      L’UE est attractive, l’Otan offre une sécurité. La Russie n’a pas grand chose à offrir. Terminer le temps ou les peuples obéissaient aux maîtres du Kremlin par potiches interposées. Alors il faut agiter le drapeau de l’envahisseur… sauf que absolument aucun pays d’Europe ou même les US n’envahiront jamais militairement la Russie. Ne reste plus qu’à continuer à s’enfoncer et à menacer, faute d’autres arguments.

  21. PicNicDouille Cémoi Landouille dit :

    garantie juridique avec la russie de la mafia de poutine… alors que ce dernier montre et démontre que quand cela l’arrange il ne respecte pas les traités…

    • didixtrax dit :

      Ne confondez-vous point avec les US ? d’ailleurs je me demande bien pourquoi la Russie demande des garanties juridiques de la part des US alors qu’elle les accuse, à juste titre, de ne pas les respecter lorsque cela les arrangent. Tout ce cirque gesticulatoire me semble juste destiné à brouiller l’entendement et à masquer les problèmes internes des uns et des autres afin d’éviter à leurs dirigeants de se faire lyncher par leur propre population.

      • Fred dit :

        La Russie s’était engagée à respecter l’intégrité territoriale de l’Ukraine en échange de l’abandon par cette dernière de son arsenal nucléaire. L’Ukraine a respecté son engagement, la Russie l’a bien vite oublié.

      • Courmaceul dit :

        vos propos sont tellement primitifs que je vous suggère le Forum Dysneyland, c’est mieux pour vous. Par contre pas de bas résille, pas d’escarpin, Mikey n’est pas fana.

  22. Vinz dit :

    « la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a revanche estimé, ce 13 janvier, que le gazoduc NordStream 2 devait « rester à l’écart » de cette affaire. »

    Bah oui puisque sa réponse était qu’il fallait empêcher Poutine de faire du shopping sur les Champs. Autrement dit, on est favorable aux sanctions économiques, mais uniquement si c’est la France qui trinque… Ca nous ramène à l’histoire des BPC en fait.

    • Aymard de Ledonner dit :

      C’est pas mal de rappeler cette histoire et le fait que la France avait fait mis ses intérêts de coté pour condamner l’invasion de la Crimée et du Dombass. On va voir si les allemands, qui livraient leurs sous-marins en Turquie au moment où Erdogan était à deux doigts de s’emparer de territoires maritimes grecs, peuvent sacrifier leurs tubes pour avoir plus de paix aux portes de l’Europe.

  23. TheDogme dit :

    Je suis toujours opposé au va t’en guerre qui commente, mais on peut effectivement avoir à faire face à un conflit en Europe si ca continue comme cela.
    Acculer un pays, même si ses demandes ne sont pas raisonnables présente un risque réel. Espérons qu’il s’agit d’une nième gesticulation Russe…

    • Dodo dit :

      Acculer un pays? Mais la Russie n’est en rien acculée, c’est l’esprit de ceux qui ont en tête la carte de la Russie d’un autre temps qui s’imaginent acculés.
      La Russie pourrait très bien s’entendre avec tout le monde, mais certaines personnes ne veulent pas voir qu’elle est une nation impérialiste et agressive qui cherche à dominer.
      La Russie N’EST PAS une « victime » et elle est responsable des tensions avec tous ces pays différents, faut arrêter de croire au complot généralisé contre la Russie et qui la mettrait en danger. La Russie ne craint pas pour sa sécurité, elle craint de ne plus pouvoir mettre en oeuvre une politique impérialiste sur des pays sur lesquels elle lorgne comme on le faisait à une autre époque.

      • Delilah dit :

        Exactement !

      • précision dit :

        Il y a beaucoup de vrai. Mais inversement ne pourrait-on pas dire à pas mal de pays européens qu’il faut arrêter de croire à un complot généralisé de la Russie qui mettrait les pays balte et la Pologne en danger?
        J’imagine que vous ne seriez pas d’accord, et que l’argument (en dehors des arguments liés au caractère plus ou moins démocratique des uns et des autres) serait qu’ailleurs, la Russie est en tort, et qu’elle mêne des opérations d’influence, de déstabilisation, des cyberattaques, etc. Ce qui est vrai. Mais c’est tout aussi vrai des membres de l’OTAN.

        Tournons plutôt la question d’une façon positive. Que propose/offre chaque partie pour abaisser les tensions?
        De ce que j’ai lu, pas grand chose.

      • Mon général dit :

        « la Russie n’est en rien acculée, » mais non bien sûr … elle a seulement des milliers de missiles pointés sur elle et ç sa porte bientot… rigolo!!!

      • TheDogme dit :

        Vous n’avez pas compris mon propos.
        La Russie n’est pas une victime, mais elle est acculée par des sanctions multiples (méritées ou non je n’ai pas les éléments pour le dire). Mais au final, on se retrouve avec les USA qui agissent comme le gendarme du monde et on peut honnêtement penser que d’autres pays ne trouve pas la position des USA légitime.

        Dès lors, si on est dissonant avec les USA, on risque d’avoir son économie mise en difficulté.

    • Castel dit :

      Le problème, c’est que de céder à des demandes que vous qualifiez vous même d’irraisonnable, serait ouvrir la porte à tous les abus par la suite.
      Il ne faut JAMAIS céder devant les menaces !!
      Par contre, si voyant que celles-ci ne sont pas constructives, Poutine se décide à faire un pas en arrière, il faudra à ce moment là, savoir faire de même pour essayer de trouver un compromis, mais pas avant ….

    • Courmaceul dit :

      « Acculer un pays? Mais la Russie n’est en rien acculée » Le pal n’est dans l’ordre du jour.

  24. LEONARD dit :

    On assiste depuis 3-4 jours à un défilé militaire sur rail depuis les districts de l’Est vers l’Ouest.
    L’hypothèse privilégiée était initialement le renforcement de l’OSTC au Kazakhstan, mais, comme Tokayev a demandé à l’OSTC de se retirer, il faut plutôt envisager un transfert vers la frontière avec l’Ukraine.

    Pour ceux que cette surveillance intéresse, 2 cartes tout d’abord:
    Celle ou des convois ont été repérés:
    https://twitter.com/Liveuamap/status/1481546155754496000/photo/1
    Le réseau du Transsibérien:
    https://twitter.com/Andy_Scollick/status/1481660967851286540/photo/1

    Pour suivre le défilé ferroviaire en léger différé:
    https://twitter.com/MarQs__
    https://twitter.com/GirkinGirkin
    https://twitter.com/worldonalert

    L’évaluation était de +/- 55 BTG (Bataillons Blindés de 700/1000h) présents autour de l’Ukraine:
    On peut estimer qu’il y en a une bonne dizaine d’autres en mouvement.
    La 1ère armée de la Garde (autour de Moscou) peut en générer une bonne dizaine de plus, et les paras autant.
    Y a de la réserve, encore.

    • tschok dit :

      En matière d’invasion, les Russes ne sont pas des amateurs, je leur fais confiance.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Quand on écoute trop Wagner, on a envie d’envahir la Pologne……

    • aleksandar dit :

      Première référence, un site ukrainien donc partial et outil de propagande des barbus islamiques de Syrie
      Deuxième référence, un ex-consultant pour le gouvernement ukronazi
      Troisième référence, un type qui annonce l’invasion de l’Ukraine par la Russie au moins une fois par mois depuis 2014
      Quatrième référence, un compte ukrainien crée en 2014 et qui diffuse la propagande de l’armée ukrainienne
      Cinquième référence, un site américain russophobe qui lui aussi annonce l’invasion de l’Ukraine une fois par mois et qui lui aussi était un grand supporter d’Al Qaida-Nusra en Syrie.
      Heureusement que l’on n’emploie pas de gens comme vous pour faire une synthèse Rens !

      • LEONARD dit :

        @aleksandar
        ukronazi : Fait
        propagande ukrainienne : Fait
        site américain russophobe : Fait
        asssociation russophobe / al Qaida : Fait
        Et alors, aucune référence à l’Otan menaçante, rien sur Soros / Maïdan ?
        N’oubliez pas vos fondamentaux, que diable !!

        • aleksandar dit :

          Les fondamentaux mon brave c’est de vérifier ses sources.
          Vous auriez appris cela si vous aviez fait du rens

          • LEONARD dit :

            @aleksandar
            Dans le cadre de mon apprentissage, vous pouvez sûrement me communiquer vos sources « vérifiées » pour disqualifier mes liens.
            Vous comprendrez que toute échappatoire serait comprise comme une manipulation de plus….
            Merci d’avance.

    • FUSCO dit :

      Merci pour ces infos.
      Même difficiement traçables ça donne une idée des mouvements.

    • albatros dit :

      Troupes russes à 90% composées d’appelés du contingent en l’oublions pas…
      Jeunes issus de familles mono parentales ou avec un seul enfant et une démographie en perte nette depuis des années (population Russie actuelle 144 millions qui stagne depuis les années 90 et qui correspond à la population de l’Allemagne et de la France réunies – 40 à 50 millions d’hommes mobilisables – face à 110-160 millions d’européens mobilisables)
      Cette fois ci les ukrainiens sont très remontés (44 millions de personnes seulement) car c’est leur pays utile qui est menacé (Armée de 300 000 soldats et de 700 000 réservistes) et ils ont acquis des drones (turcs) et augmenté leurs moyens militaires mais toujours avec du matériel soviétique. Leur armée est en train de s’occidentaliser. Mais il n’ont en fait que peu d’alliés et ne pouvant bénéficier que de matériels vendu par les pays de l’OTAN) – les ukrainiens ont subi une défaite de la part des russes déjà. Mais ils ont dû méditer et analysé leurs faiblesses et ont dû s’améliorer. Et acheté le matériel qui leur manquait. Poutine dénonce justement ces achats qui pourraient lui faire du mal en cas de guerre. Une invasion se terminerait en occupation partielle de l’Ukraine à l’Est puis en guerre de tranchées. ça peut durer des années surtout si les occidentaux financent cette guerre (comme jadis la guerre Iran Irak) qui serait dans leur intérêt de voir la puissance militaire russe égratignée. Poutine n’a pas les moyens d’une guerre longue et coûteuse en tout pour son économie qui redémarre lentement. Et surtout pas en terme sociétal et démographique…
      Un dictateur veut le pouvoir et n’a recours à la guerre que pour se défendre ou contre un ennemi très faible.
      Il ne devrait pas y avoir de guerre européenne en principe (pas d’alliance entre l’OTAN et l’Ukraine et les plus de 500 millions d’européens ne feront rien seuls pourtant ils sont nombreux très riches avec plus de 2 millions de soldats professionnels au total)
      Mais il y aurait beaucoup plus de cercueils qui repartiraient vers la Russie en cas de conflit.
      Pas certain que toutes les familles et les ethnies de la Fédération soutiennent tant que cela une guerre d’invasion et ses milliers de morts et donc ne retournent leur colère contre Poutine. Après tout les russes ont goûté à la société de consommation et à la modernité. Je les vois mal aussi résilients que leurs ancêtres ouvriers et surtout paysans.

      • albatros dit :

        J’ajoute qu en 1994 avec le Memorendum de Budapest les ukrainiens ont renoncé à leur armement nucléaire conséquent à court et moyenne portée, il me semble même intercontinental. Au profit de la Russie contre la promesse du respect de leur intégrité territoriale (garantie par la Russie mais aussi les Etats Unis et la Grande Bretagne…).
        Pas sûr qu ils ne le regrettent pas aujourd’hui.
        Morale de cette histoire (comme dirait de la Fontaine) ?
        1/ Ne jamais faire confiance à un autre Etat ou peuple et surtout pas à des communistes (ET des anglo saxons)-jamais.
        2/ Toujours, toujours toujours garder une armée forte, citoyenne, assise sur une industrie locale afin de garantir son intégrité territoriale
        .
        Morale qui nous touche de près aussi : en France on compte trop sur nos missiles intercontinentaux et sur les Etas-Unis et l’OTAN pour notre indépendance territoriale et nationale, c’est une très grossière erreur..russes chinois américains ont aussi des armées puissantes et sont aptes à défendre leur territoire utile.
        DFéfendre conventionnellement son territoire utile…
        Le pouvons nous réellement ?
        Au bout de combien de jours ou d’heures nos stocks de munitions et missiles notre pétrole seraient épuisés, nos pièces de rechanges toutes utilisées, nos hôpitaux de campagne (si on en a encore plus de 2 u 3) saturés à la « Dien Bien Phu » ?
        Répndre à cette question c’est définir ses priorités ensuite (service national, production locale de ses munitions : on essaiera ensuite d’en vendre aux autres après, augmentation des équipements qui sont pauvres en tout,…).
        On ne peut pas/plus compter sur les Etats Unis ou même l’OTAN pour notre défense.
        On ne peut plus compter sur seulement notre population et économie pour être une puissance actuellement.
        Donc se posera la question d’une union (confédération et à terme fédération) avec 3 ou 4 autres pays de l’UE.

      • LEONARD dit :

        @albatros
        Les forces russes se sont professionnalisées depuis des années.
        A date, il y a environ 420 000 professionnels pour un effectif d’un peu plus de 1 000 000 de personnels.
        Votre chiffre de 10% ne concerne que l’infanterie, et le % de professionnels augmente naturellement en fonction de la technicité.

  25. JC dit :

    Madame Christine Lambrecht  » veut bien  » que la Russie et les USA fassent mumuse mais pas touche au gazoduc NordStream 2. Il va y avoir du chantage dans l’air. La Russie va demander à Berlin quelques concessions et les américains ont du F35 à vendre plus quelques autres babioles dans le catalogue OTAN. Quant aux autres pays européens embarqués dans la péniche Deutschland, ils ont bouches fermées et surtout fesses serrées.

  26. Wrecker47 dit :

    Ben mon Colon …Nous voilà assis devant les réalités de Popov … çà va forcément péter ,et on a Le prose bordé de C4 !…
    Poutine a prévu à Kolyma la relève ne va pas tarder !

  27. totoro dit :

    Poutine est comme les psychopathes des films de Tarantino, c’est le taré qui approche une lame du visage de son voisin innocent et qui lui dit « oh, c’est triste, regarde ce que tu m’obliges à te faire, moi je voulais vraiment pas te faire de mal mais tu m’y forces, tu as franchi les lignes rouges Michel… »

  28. Jre91 dit :

    Il semblerait que Poutine fasse tout pour justifier son invasion de l’Ukraine, c’est à dire en demandant des choses sachant qu’elles aucune chance d’être acceptées.
    Au passage on note encore le coté altruiste de l’Allemagne, mon gazoduc en dehors des négociations…

    Bref, juste deux questions :
    Les sanctions à défaut de mieux, admettons, (c’est l’Ukraine qui doit se demander où sont réellement ses soutiens), mais que deviendront les Ukrainiens après ? On dirait que tout le monde s’en fou, on parle des russes, mais l’Ukraine semble juste être là pour justifier les actes.
    Deuxièmement, pourquoi chaque pays soutenant l’Ukraine, n’enverrait pas un petit régiment de soldats là-bas ? Éventuellement sur une base de volontariat si c’est possible… personnellement je pense que cela donnerait à réfléchir à la Russie avant de tenter quoi que ce soit.

  29. Achille-64 dit :

    Du point de vue russe, la position sur une non-Otanisation de l’Ukraine est totalement compréhensible.
    Si l’US-OTAN cherche l’escalade sur ce point précis, il est possible que l’Ukraine indépendant en fasse les frais.

    Il est dommage qu’une position française distincte de l’OTAN ne soit pas entendue … mais c’est aussi le résultat de notre intégration complète à cette alliance dirigée par les Américains, pour les intérêts des Américains.

    Merci encore à Sarko, le plus toxique des PR de la 5ème.

  30. Alain d dit :

    Il fallait l’oser :
    NorthStream2 : « un lien avec des projets qui n’ont aucun rapport avec ce conflit »
    Mise à part minimiser l’impact du gazoduc qui passe par l’Ukraine, pouvoir plus facilement joue sur le débit de ce tuyau parce alors que le NS2 pourrait prendre le relai, ou retirer la manne de plusieurs milliards que récupère l’Ukraine pour le doit de passage du gaz russe qui termine dans l’UE.
    Les chantages aux coupures de gaz et les aux hausses des prix de ce gaz, le CV de Poutine les collectionne.

  31. précision dit :

    Les déclarations des dirigeants de tous bords sont d’une belle hypocrisie.
    Mais si la palme de la violence revient en Europe de l’Est incontestablement aux russes, la palme de l’hypocrisie dans les discours me semble revenir de droit à certains représentants de l’UE.
    « pas question de négocier sous la pression  » : a-t-il réfléchit que les USA et les pays de l’UE exercent systématiquement des pressions sur leurs adversaires (ne serait-ce que par le biais de sanction, les déploiements militaires, etc.) et que cela a toujours été le cas? Encore heureux que les adversaires aient accepté de négocier sous la pression.

    A l’inverse, lorsque C.Lambrecht affirme que le gazoduc n’a aucun lien avec le conflit, c’est peut être un point de vue discutable, mais cela reste très discutable du point de vue ukrainien (et du point de vue des autres, ce projet constitue un moyen de pression… dans les 2 sens d’ailleurs). Enfin c’est toujours plus défendable que l’affirmation du président ukrainien selon laquelle ce pipeline constitue une menace pour la sécurité matérielle et économique de l’Europe…

    Quand aux « menaces » mentionnées dans l’article et critiquées par la Russie, elles ne s’appliqueraient que dans le cas où la Russie mènerait une offensive en Ukraine. Comme les russes ont affirmé que ce n’était pas leur intention il y a quelques semaines, je ne vois pas pourquoi ils font tant d’histoires sur la partie la plus symbolique et la moins pénalisante des mesures prévues. Les gouvernants russes devraient d’ailleurs être fiers d’être sanctionnés avant leur peuple. Noblesse oblige.

    • J'me fend la gueule (à coup de hache!) dit :

      Hé gars!!!! on a rien compris à tes salades!!!

      • précision dit :

        3 paragraphes, 2 ou 3 idées. C’est peut-être trop? Je reviens ci-dessous sur ce que je voulais énoncer :
        affirmer « pas question de négocier sous la pression » est indigne d’un politicien intelligent, vu que c’est justement en période de tension qu’il est le plus utile de négocier.

    • tschok dit :

      @précision,

      Haro sur le NS2 dans les commentaires, c’est visiblement le baudet de la fable, mais, entre nous, vous diriez quoi si le nucléaire français était mis dans la balance des négociations?

      Comme ça, juste pour rire.

      Je pense que la tonalité générale des commentaire serait à peu près dans ce goût-là: « Nan mais ça n’a rien à voir, quoi merde! ». Ou: « Mais bon sang, pourquoi on ferait un lien entre notre industrie nucléaire et le conflit en Ukraine?! ». Ou encore: « Putain, encore un sale coup des Boches! ».

      Hi hi hi.

      Parait que le gaz russe pour l’Europe, c’est un tiers du budget russe. Si on coupe le robinet, il faudra s’approvisionner ailleurs. Ca coûtera cher, ce sera plus ou moins facile, ça aura une incidence sur les prix, mais c’est possible.

      Côté russe, en revanche, c’est sacrément chiant: faire une croix sur un tiers d’une ressource, c’est le genre de truc qui vous flanque un régime par terre. Si Poutine n’a que le choix entre la fin de son régime et la guerre, cette fois-ci à l’Europe, je crains qu’il choisisse la guerre.

      Je suggère donc de bien réfléchir avant de couper le robinet du gaz russe. Parce qu’on n’a envisagé qu’une hypothèse: celle où ça nous ferait plus chier qu’eux. Mais si l’info selon laquelle les exportations de gaz russe représentent un tiers des ressources budgétaire de la Russie est exacte, c’est l’autre hypothèse qui est vraie. Celle qu’on n’a pas formulée sur ce blog: couper le gaz russe reviendrait à déclencher non seulement une guerre en Europe, mais une guerre contre l’Europe.

      Je pense qu’il serait prudent de laisser NS2 de côté.

      Je ne sais pas ce que vous en pensez.

      Sinon, sur le fait qu’on négocie toujours sous la pression, c’est évident. Borrell fait de la langue de bois, c’est tout. A titre professionnel, il est en principe particulièrement bien placé pour savoir qu’on s’assoit toujours à la table des négociations parce que le mec en face vous met la baïonnette aux creux des reins d’une façon ou d’une autre. Sinon, pourquoi s’emmerder à négocier, je vous le demande?

      Les négos, c’est âpre, c’est chiant, c’est dur, faut faire des concessions, on se fait engueuler par son mandant qui vous reproche d’avoir été trop conciliant, ou au contraire trop intransigeant, de ne pas avoir inclus telle clause dans l’accord, ou d’avoir inclus telle clause, etc, bref c’est un bâton de merde.

      Et il y a des négos où il n’y a que des coups à prendre parce que vos propres partenaires peuvent être encore plus chiants que celui qui est en face. Et il est tout à fait possible que celle-ci en soit une.

      Maintenant, si Borrell est un mec qui ne négocie que quand il est dans sa zone de confort, on s’est peut-être gouré en ce qui le concerne. C’est peut-être pas the right man at the right place at the right time.

      Avec les Russes, on n’est jamais dans la zone de confort. C’est la même chose qu’avec les Turcs ou les Iraniens. Si vous êtes à la table des négos avec eux en face, c’est que forcément ils vous ont fait un coup de pute pour vous y amener.

      • précision dit :

        je n’a pas émis d’opinion sur la pertinence de donner suite à NS2, à mon avis les arguments pour et contre sont bien connus.
        Mon post concernait les déclarations à l’emporte pièce de nos politiciens, que je trouve éminemment criticables. Cela valide de mon point de vue le message que certains médias russes font passer ces temps-ci comme quoi nos élites ne font pas preuve d’une grande compétence.

        Je ne sais pas si la phrase était de Borrell lui-même mais elle me semblait stupide. Tout comme celle de Lambrecht ou de Zelensky. Ils affirment des opinions (pour ne pas dire des âneries parfois) comme si c’était des vérités absolues. Ce genre de comm’ ne me semble pas digne du dialogue que les élites doivent avoir avec le peuple. Surtout lorsqu’il y a un risque de guerre.

        Dans la plupart des négos à l’Europe, il y a des pressions. Même entre alliés. Alors avec l’adversaire…

      • précision dit :

        PS je vous rejoins à 100% concernant Borrell. Même s’il est parfois conspué pour quelques petites bourdes ou perçues telles, je ne suis pas convaincu qu’il soit à ce point stupide. Mais c’est la langue de bois qui m’énerve. J’attends mieux d’un politicien qui me représente en tant qu’européen (je suis sur ce point plus exigeant avec ceux qui me représentent qu’avec l’adversaire). Surtout je ne vois pas l’intérêt. Peut-être rassurer les citoyens (mais ce serait les prendre pour des crétins, ou faire passer un message à l’adversaire (on voit mal lequel, et pourquoi par ce canal), ou courtiser quelqu’un (opinion publique, donneur d’ordre), ce qui est indigne.

      • aleksandar dit :

        « Parait que le gaz russe pour l’Europe, c’est un tiers du budget russe.  »
        1 – J’aime beaucoup les gens qui commence par  » Il parait  »
        Ca sent bon, la France profonde et les discussions du Café du Commerce
        2 -Le total des exportations russes du secteur extractif : 40% du budget
        Part du gaz : 18% du montant total des recettes d’exportations globales soit 7.2 % du budget russe
        3 – Exportations vers l’Europe représentent les 2/3 de 7.2% soit 4.6 % du du budget russe.
        Prétendre donc que cela contribue a hauteur d’un tiers du budget russe est une ineptie.
        Désolé pour les clowns qui clament que arrêter d’acheter du gaz russe va mettre la Russie a genoux.
        La réalité c’est pas Top Gun.
        Il serait temps de devenir adulte !

        ( Les réserves de change et le Fonds souverain atteignent respectivement 622,5 Md USD et 185,2 Md USD au 1er décembre 2021 )

        • Courmaceul dit :

          Parfait ! Ben on se retrouve après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe ! Devenir « adulte » ? Oui, c’est à peu près ça !

          • aleksandar dit :

            Comme toujours a coté de la plaque mon brave Courtouseul.
            On parlait de gaz et de budget
            Mais je vous pardonne car évidement cela ne cadre pas bien avec la propagande de vos maîtres.

        • tschok dit :

          @aleksandar,

          J’ai trouvé ça:

          https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/RU/situation-economique-et-financiere-de-la-russie-mai-2018

          Regardez la note en bas de page, qui dit ceci: « En 2021, les recettes pétro-gazières devraient selon les prévisions des autorités représenter 36% des recettes fiscales totales ».

          Maintenant, il faudrait trouver la part de ces exportations pétro-gazières qui seraient susceptibles d’être concernées par des sanctions US ou UE, ou les deux.

          Si, comme vous le dites vous-mêmes, les exportations vers l’Europe représentent les deux tiers de cette masse, on peut supposer qu’elles sont accessibles aux sanctions.

          Donc, deux tiers de 36% des recettes fiscales de l’Etat fédéral russe sont susceptibles de disparaitre de son budget. On n’est pas loin du quart des recettes fiscales, non?

          Donc, l’info n’est pas si farfelue que ça.

          Toujours est-il que le budget fédéral russe est très exposé au risque de variation des recettes fiscales tirées de la rente pétro-gazière et que ce n’est d’ailleurs pas moi qui le dit, mais les Russes eux-mêmes:

          https://www.transitionsenergies.com/russie-declin-hydrocarbures/

          Donc, le problème est simple: en cas de sanctions, quel effet sur le budget?

          Vraisemblablement un effet significatif. La question qui se pose est de savoir si cet effet significatif est un facteur de risque de guerre, ou non.

          Globalement, j’aurais tendance à répondre oui, vu les montants en jeu. Donc, je préconise de pondérer les sanctions, pour qu’elles fassent mal à la Russie, mais sans la placer dans une situation telle qu’elle préfèrera la guerre.

          De ce point de vue, la position allemande, qui distingue le problème que pose NS2 des sanctions qui pourraient être prises en cas d’invasion de l’Ukraine, me semble intelligente, même si nous l’attribuons plus en France à la duplicité supposée de l’Allemagne qu’à sa légendaire prudence.

          Dire que NS2 est à part, c’est laisser entendre que le robinet ne sera pas complètement coupé.

          Sinon, les Russes ont environ 800 Md USD sous le pied. C’est effectivement une somme considérable, mais quand un quart de vos recettes fiscales foutent le camp pratiquement du jour au lendemain et pour une durée indéterminée qui peut être très longue, je vous assure que ce n’est pas assez. Surtout si, parallèlement ils se font éjecter du système SWIFT.

          En revanche, 800 Md USD de réserves de change et fonds souverains, ça peut financer une guerre. Une guerre courte, violente et décisive.

          Je conçois que la très forte exposition de l’économie russe dans son ensemble, et pas seulement du budget fédéral, aux risques de variation des recettes tirées de la rente pétro-gazière soit pour vous une source de contrariété. Néanmoins, il faut bien convenir qu’elle existe et qu’elle est l’un des éléments de l’équation.

          Mais, je voudrais vous rassurer: je ne pense pas que la volonté des Occidentaux soit de mettre la Russie « à genoux ». D’abord pour la raison que je vous ai indiquée. Et sans doute aussi parce qu’il ne veulent pas compromettre la reprise économique mondiale après la pandémie.

          Or, la croissance économique a besoin d’une énergie fluide, abondante, disponible, pas trop cher, etc. Si vous empêchez le premier exportateur mondial d’énergie d’exporter sa production, il me semble que vous ne faites pas ce qu’il faut faire pour avoir de l’énergie abondante, disponible, pas trop cher, etc. Donc, moins de croissance.

          C’est aussi ça qu’on regarde.

          En France, par exemple, il va bien falloir trouver les moyens de financer l’augmentation du pouvoir d’achat des Français, puisqu’on est en train de basculer d’une économie déflationniste à une économie inflationniste. Sans croissance, on va avoir du mal, surtout si dans le même temps on veut réduire l’endettement pour le ramener à un niveau plus raisonnable.

          Je doute qu’à Bercy la perspective des sanctions provoque un déchainement d’enthousiasme.

          • précision dit :

            attention à ne pas confondre recettes fiscales et exportations. La TICPE (ancienne TIPP) rapportait plus ou moins 30Mds d’euros à l’état français ; 5% des recettes fiscales. Pour autant je ne crois pas qu’on soit de grands exportateurs.

          • Lotharingie dit :

            à . tschok
            .
            « …………..Surtout si, parallèlement ils se font éjecter du système SWIFT……………………….. »
            .
            Déconnecter la Russie de SWIFT, c’est empêcher l’économie russe de bénéficier des flux de fonds libellés en dollars et en Euros mais aussi d’autres monnaies occidentales…
            .
            S’il y a des futurs sanctions, j’ose espérer que les occidentaux n’iront pas jusque là.
            .
            Déconnecter la Russie de SWIFT, c’est vouloir son effondrement économique et sociétal, ce qui pourrait effectivement entrainer de la part du Kremlin des représailles militaires extrêmement douloureuses pour l’ensemble de l’économie et une grosse partie de la population mondiale.
            .
            J’ose espérer que les diplomates sauront trouver des alternatives moins préjudiciables.

      • TheDogme dit :

        Analyse intéressante. Pour aller dans votre sens, il y avait une tribune sur Poutine qui expliquait à quel point il était coincé. Il est richissime mais il ne peut pas quitter le pouvoir (il sera au mieux mis en prison, au pire exécuté par ses remplaçants).
        Du coup, si on cumule ce point avec le votre, effectivement la guerre apparaît comme sa seule issue.

      • Aymard de Ledonner dit :

        Pour le moment NS2 n’est pas en service. Donc il représente 0% des exportations de gaz russe….
        Je pensais que les exportations de gaz étaient tellement importantes pour Poutine qu’il ne prendrait pas le risque de les mettre dans la balance. J’ai eu tord. Mais c’est lui qui est en train de jouer sa partie de poker. Je ne suis qu’un spectateur. Et quand on joue au poker, on prend le risque de perdre sa mise. C’est un peu le principe du jeu.

        Mais je ne suis pas sur que Poutine ai les moyens d’envahir complètement l’Ukraine et encore moins sur qu’il puisse stabiliser le pays s’il y arrivait. Par contre déclencher une guerre contre l’OTAN parce qu’il a du mal a exporter son gaz, ça me parait un peu too much. Il ne peut espérer y gagner quelque chose.

        • précision dit :

          sur rt, qui sans être la voix officielle du Kremlin, exprime généralement des points de vue reflétant à peu près leur vision (ou ce qu’ils veulent en faire passer à l’international), la perspective d’une invasion de l’Ouest de l’Ukraine était considérée comme très improbable. Ce sont les territoires à l’Est qui pourraient faire l’objet d’une offensive militaire si la Russie s’engageait ouvertement dans la guerre. Stabiliser Marioupol ou quelques kilomètres de terrain au Nord de la Crimée ne serait sans doute pas si dur, mais le coût de la guerre serait probablement élevé donc j’espère aussi que la Russie ne fera pas ce choix, que ce soit parce-qu’elle considère qu’elle n’a pas assez à y gagner et trop à y perdre, ou pour d’autres raisons.

          • tschok dit :

            Il est vrai qu’on ne peut pas s’empêcher de spéculer sur l’étendue de l’invasion russe de l’Ukraine.

            En général, on considère que le Dniepr est la limite maximum, ce qui pose le problème de l’oblast de Zaporijie, sur la rive orientale du fleuve, où se trouvent concentrée une part importante de l’industrie ukrainienne.

            Difficile d’imaginer que l’Ukraine, même militairement vaincue à plat de couture, se satisferait longtemps de l’annexion ou même seulement de l’occupation d’une région aussi importante.

            Même l’après-guerre d’une guerre qui n’a pas encore eu lieu est problématique et porteur de conflits futurs.

  32. ron7 dit :

    On a fait l’Europe avec l’Euro, et puis c’est tout !
    L’Europe de le Défense, c’est une vaste blague ! Et, ça aurait pu être dans le « pack » lorsqu’on a fait l’Euro… Eh bien, NON !
    Alors demain, sur qui compter !!?
    Alors, que les américains sont concentrés sur la zone Indo-Pacifique, l’Europe (OTAN en emporte le vent) est mal barrée !!
    2022 ou 1938, de l’instabilité, c’est un point commun ! Pour 1939, on sait ce qui s’est passé !
    Pour 2022… Il y a aura des tempêtes, on voit déjà de gros nuages !
    Le gaz Russe,est dans l’équation… L’Allemagne, va-t-elle se relancer dans le nucléaire pour se chauffer, et fournir de l’électricité pour les autos…
    Electrique, la situation l’est !

  33. richy dit :

    Le joueur de poker américain se croit malin face aux joueurs d’échecs russes ! Pendant ce temps là, le joueur de GO chinois , attends son heure ; la faillite de la financiarisation occidentale est tellement criante, que les seules options pour sauver l’Occident ont l’air d’être la guerre, sauf que une guerre , encore faut-il la gagner !

    • Paddybus dit :

      Hooooo un commentaire plein de bon sens…. et sans les rodomontades de petits malades refusant l’histoire récente, préférant la fable otanienne et attendant avec impatience une guerre dont ils ne se rendent pas compte qu’elle pourrait bien les éclabousser largement….
      Merci…

  34. Le Suren dit :

    Les sanctions économiques contre le Japon vers 1935-1940 et la tension diplomatique qui en a résulté se sont terminées à Pearl-Habor et pas la suite à Hiroshima et Nagasaki. Pourvu qu’on n’emprunte pas le même chemin !

    • précision dit :

      ou en 1914 l’enfermement économique des pays d’Europe centrale qui cherchaient à remettre en cause un certain ordre mondial, avec le très malsain jeu d’alliances, l’affrontement sur des territoires « marginaux » et la course à la mobilisation… On peut trouver des similitudes entre pas mal de guerres. J’espère qu’il y aura suffisamment de personnes de bonne volonté pour mettre fin au conflit. Dans les médias on vois plutôt les communiqués braire que ceci ou cela n’est pas acceptable mais j’espère que derrière la scène il y a(ura) des efforts d’ouverture.

  35. Gégétto dit :

    Je sens que ça va barder…il va y avoir pénurie de PQ sous peu.

  36. Olivier dit :

    Les russes sont toujours aussi PARANO!! Ceux sont eux qui amasse des troupes pas loin de nos frontières Européenne ! ! Et de plus on ne peut pas leur faire confiance ! C est à eux de reculer les premiers, retirer toutes leurs armées . Car on a pas l intention de les envahir car je ne sais pas ce qu on irait faire dans ce pays !,!, mais eux par contre ils aimeraient être bien chez nous!!! Il ne faut pas céder ! !!

    • précision dit :

      « mais eux par contre ils aimeraient être bien chez nous », alors je ne sais pas où c’est chez vous…
      Mais si je ne pense pas que les russes jugent probable une invasion à court terme, il n’en est pas de même à long terme; l’histoire montre que les ressources du pays ont souvent intéressé ses voisins. A l’inverse il est peu probable qu’ils soient intéressés par les ressources naturelles du sous-sol polonais ou balte…

      En outre, ils peuvent craindre une destabilisation, sinon chez eux du moins dans les pays avec lesquels ils entretiennent de bonnes relations. Et s’ils n’ont pas de débouchés/partenaires économiques, leur territoire leur ferait une belle jambe.

      La confiance doit être réciproque. Ils affirment ne pas avoir plus confiance en nous que l’inverse.

      Quand à l’amas de troupes, si on fait le total des effectifs ou équipements des armées OTAN et de la Russie, ou si on compte les bases militaires maintenues par chaque pays en dehors de son territoire… la Russie est – comparativement – un nain militaire. Ils n’ont pas d’objection à ce que les polonais maintiennent en Pologne une armée polonaise, mais voient d’un mauvais oeil une alliance conçue pour s’opposer à la Russie installer des troupes et équipements américains à leur frontière.

      Donc plutôt qu’un raisonnement de cours de récré du type « l’autre à tort et nous raison, c’est eux qui ont commencé, pas question de céder » il me semble plus intéressant de chercher à comprendre la position de chacun; et, pour ceux qui en ont la responsabilité, de chercher un modus vivendi acceptable pour toutes les parties.
      Je peux donc comprendre la position de principe des russes tout comme la position des pays de l’Est, des USA et de l’UE.

  37. Durandal dit :

    C’est exactement ce genre de discours qui fait que de plus en plus de Pays rejoignent l’OTAN.
    Vous voulez que la tendance s’inverse les Russes ? Alors faites donc le ménage chez vous et viré votre dictateur.
    Si vous avez un peu de courage.
    Finalement, je comprends le rapprochement Russie/Afrique, vlad se comporte comme un dictateur africain.

    • précision dit :

      « C’est exactement ce genre de discours qui fait que de plus en plus de Pays rejoignent l’OTAN. » Ce sempertinel argument qui ignore les faits… la plupart des pays voisins de la Russie et ayant un contentieux avec elle cherchaient déjà depuis longtemps à rejoindre l’OTAN, bien avant l’arrivé de V.P. au pouvoir. La Finlande, pendant la guerre froide n’avait rien de russophile, mais évitait de rejoindre l’OTAN par peur d’indisposer inutilement les russes. A peu près pareil pour la Suède.

      Quand à virer le dictateur… s’il est encore assez populaire c’est en partie parce-que la période pro-occidentale des années 90 à 2000 a été une catastrophe économique pour la Russie, et que les occidentaux en ont profité pour gagner du terrain économiquement et militairement, assez souvent aux dépens de la Russie.
      Cela pourra peut être changer d’ici quelque temps, les jeunes n’ayant pas connu cette période, et V.P. a déjà un âge bien avancé… Mais je ne suis pas sûr que l’antagonisme actuel soit propice à faire émerger des politiciens agréables à la tête de la fédération.

      • Durandal dit :

        Nous sommes bien d’accord, mais depuis que Poutine est au pouvoir, il a envahi la Géorgie, il est intervenu en Ukraine et en Tchétchénie et il est devenu plus menaçant et vociférant qu’un leader nord-coréen. Bref ça fait beaucoup pour un seul homme, du coup la sympathie pour l’OTAN augmente chez les voisins des Russes. Pour ce qui est de la popularité de Poutine, c’est un dictateur d’extrême droite, qui règne par la peur, ses opposants dorment en Sibérie. Et c’est là où Macron se trompe, la France doit rester liée à l’OTAN, l’Europe est incapable d’assurer sa défense seule.

        • Paddybus dit :

          Ben voyons…. tous les poncif en si peu de mots…??? fallait y arriver…. mais il est vrai qu’il est plus facile de raccourcir l’histoire en éliminant les faits gênants…. comme les infiltrations ricaines dans les économies et la politiques de tous les pays qu’ils veulent asservir…. et comme ils l’avaient tenté avec la Russie dans les années 90…. d’ou la survenue de Poutine et le traitement « généreux » dont il bénéficie…!!!!!!

          • Durandal dit :

            Un dictateur est dans tous les cas de figure inexcusable, maintenant, je ne vends pas mon âme au diable non plus, j’ai une confiance limitée dans les USA, mais les USA sont hauts la main un moindre mal.

          • Paddybus dit :

            mais non Durandal…. vous le savez très bien…. la situation conflictuelle dans laquelle se retrouve la Russie n’est que le résultat de décennies de manoeuvres permanentes des usa afin de contraindre une Russie qui refuse d’être contrainte….

            Les usa ne sont en rien un moindre mal… sinon que dans la « non pensée » unique qui sert d’alternative à la réflexion des foules….

            Les usa sont surtout des terroristes auxquels de nombreux pays se sont soumis soit par faiblesse soit par intérêt bien compris de quelques personnes qui ont agit contre l’intérêt des peuples….

            Poutine n’est en rien un dictateur, vision automatique et non réfléchie qu’impose une doxa….
            Les faits sont tout autre…. une fois encore, lisez « le grand échiquier »…!!!! Et n’oubliez pas les péripéties qui ont émaillé les relations avec la Russie depuis cet ouvrage… tels les révolutions de couleurs dont celle de la maïdan et bien d’autres (rien qu’en ukraine, il y en a eu deux…!!!)
            Les dictateurs ne sont pas ceux qui sont les plus voyants… les trafics d’influence ricains sont bien plus dictatoriaux que Poutine…!!!

  38. Carin dit :

    Comme prévu, le petit père des peuples pense faire monter les enchères avec ses menaces à 2 balles…
    Il sait qu’il va finir par s’écraser, mais c’est plus fort que lui, il faut qu’il se hisse sur la pointe des pieds pour paraître plus grand…
    Nos amis allemands viennent de toucher du doigt que leur NS2 ne sera jamais activé tant que Poutine fera peser sur l’Ukraine ses menaces… et même après.
    Nos amis américains sont très contents de caser leur propre gaz à peu de frais, tout en imposant le passage par l’Ukraine… merci Poutine devrait être le futur slogan sur les tees-shirts en lieu et place du smiley…
    Le vrai bordel risque de venir de l’Ukraine, qui commence à se sentir prête à reprendre le Dombass dans un premier temps, puis la Crimée, et qui risque de précipiter les choses, c’est l’unique raison pour laquelle les États Unis ont bien précisés qu’ils n’interviendraient pas, mais qu’ils fourniraient le nécessaire aussi bien en armements qu’en renseignements aux forces ukrainiennes.
    Le Dombass coûte très cher à Poutine, certaines familles commencent à lui demander des comptes, entre l’Ukraine et la Syrie, ça commence à faire beaucoup de cercueils qui rentrent sans que les gars soient reconnus « morts aux combats » et donc sans pension pour les familles.
    Les troupes russes, même sous faux nez Wagner, s’enlisent partout où elles interviennent, et le peuple russe commence à tirer sérieusement la langue.
    Poutine joue son va-tout, et il va perdre… tout perdre.

    • aleksandar dit :

      20 ans que les petits blancs colportent la même propagande sur la Russie.
      Errare humanum est, perseverare diabolicum

      Sinon, le transfert du gaz par l’Ukraine c’est fini en 2024.
      Quand a l’Ukraine prête a reprendre le Donbass et la Crimée, c’est de la rigolade.
      En moins d’une journée, l’armée ukrainienne serait détruite et les russes à Odessa

      • tow dit :

        Oui oui en une journée…
        Promis on sera rentrer à noël, quelqu’un pour apporter des fleurs à mettre aux fusils?

        Vous fantasmez un peu trop la Russie qui sont aussi des petits blancs mon ami l’africain.
        Mais continuez d’écrire des commentaires pour vous rassurer!

        • aleksandar dit :

          Allez je suis bon prince !
          Deux jours pour être a Odessa.Aucun fantasme, il suffit de faire une balance des forces.
          Mais vous ne savez probablement pas ce que c’est.
          L’armée ukrainienne n’existe que sur le papier.

          Voir la branlée mémorable qu’elle a pris a Debaltsevo.

      • Courmaceul dit :

        Et après ? Quand vous étiez petit, à l’école, c’est vous qui faisiez pipi le plus loin dans la neige, hein ? Et c’est vous qui demandez aux autres de grandir ?

      • Pravda dit :

        En une journée ? Il y a quelques années pourquoi pas, mais la donne a changé, c’est d’ailleurs ce qui fait peur à Poutine, les ukrainiens sont préparés, du matos est arrivé, et à mon avis il y a de quoi faire taire l’artillerie russe (le seul point fort de vos amis, car en dehors des canons ce ne sont pas les conscrits à pied ou motorisés qui feront la différence).
        Tout ça risque de finir en massacre de conscrits et poupou ne peut pas se le permettre vu son magnifique bilan des dernières années. Ce sera quitte ou double pour lui si il engage les hostilités.

    • FUSCO dit :

      @Carin
      « Les troupes russes, même sous faux nez Wagner, s’enlisent partout où elles interviennent » En tout cas c’est bien le camarade Popov qui a pété les reins de Daesh en Syrie, pendant que les occidentaux la jouaient un coup devant, un coup derrière et que Lafarge continuait son petit commerce.
      Juste un constat.

      • Courmaceul dit :

        Pourquoi ? La Syrie, c’est fini ? Ben on ne m’a rien dit ! 🙂 Les 70% de sunnites syriens, il en fait quoi le fusco du Crazy Horse ?

    • TheDogme dit :

      La fin de votre analyse est très intéressante.
      J’ai une question : comment Poutine peut justifier une intervention militaire sur un territoire étranger sans erreur des Ukrainiens ?

    • Gaulois78 dit :

      @Carin
      Bonjour, « Le vrai bordel risque de venir de l’Ukraine, qui commence à se sentir prête »

      L’Ukraine est en voie de déliquescence, paupérisation, fuite de sa population, corruption parmi la plus élevée du monde…

      Si les mafieux au pouvoir font quoi que ce soit il vont se prendre une branlée mémorable, il est peut probable que les US interviennent, Macron aboyera et détournera la tête…Bojo à ses problèmes Intérieurs en ce moment et l’armée British est dans un état plus déplorable que la nôtre…

      Une intervention de l’Allemagne, Italie, Pologne,Espagne et autres micro-pays de l’UE je pouffe de rire rien qu’à y penser…

      Reste plus qu’à attendre qu’un bon samaritain russe mette le Vlad à la retraite…Demain ? dans 6 mois, 1, 3, 5, 10 ans ???

  39. Vins dit :

    D’un côté les russes veulent garder sous contrôle leurs partenaires historiques: logique
    De l’autre, les occidentaux veulent affaiblir la Russie pour se consacrer aux chinois: logique
    Bref quand deux camps s’opposent sans solutions favorables aux deux, ça finit en guerre
    Poutine va vouloir sauver la face… ça m’étonnerait pas qu’il annexe une nouvelle région, pas trop sensible pour pas embarquer l’OTAN dans une confrontation militaire.

  40. précision dit :

    « Le vrai bordel risque de venir de l’Ukraine, qui commence à se sentir prête à reprendre le Dombass dans un premier temps, puis la Crimée »
    Argument bien peu crédible. Soit vous êtes un professionnel de la boule de cristal (et apparemment aussi un grand expert sur l’opinion du peuple russe), soit vous prenez vos désirs pour des réalités. Autant on peut trouver des éléments rendant la première partie plausible, autant je ne crois pas qu’une seule personne sensée considère la seconde probable même d’ici plusieurs années.

  41. Thierry dit :

    S’il y a déploiement d’armes offensives près de la Russie c’est précisément de sa faute car la Russie est en crue, débordant de ses frontières et menaçant militairement ses voisins.

    Poutine sait qu’il n’a aucune chance d’être entendu avec des revendications aussi farfelus, c’est le loup qui demande que le chien de berger s’éloigne du troupeau de mouton et ça n’arrivera pas. Il s’est juste fabriqué un prétexte pour attaquer mais personne n’est dupe, pas même ses « amis » chinois, iraniens et turc (la liste est courte..)

    Il ne sait pas encore ce qui l’attend en Ukraine et son attaque programmé à l’avance lui réservera une sacré surprise, rien à voir avec les conflits précédant, pour cela il n’a aucune expérience. Qu’il y vienne puisqu’il y est attendu de pieds ferme !

  42. Hélyx dit :

    Les USA ont l’air déterminé avec le Nord Stream 2 et ce ne sont pas quelques F-35 et AH-64 Apache qui changeront la donne. Ça s’annonce difficile pour Berlin, avec la cristallisation des parties, leur politique « le cul entre 2 chaises » où ils veulent négocier avec chaque camp pour écouler des berlines va se retourner contre eux.

  43. Jean Ker dit :

    Bon, eh! bien je préfère vous laisser entre croyants de la Secte.
    Quand je lis des « c’est aux russes de reculer », je me dis que des abrutis qui ne comprennent même pas la géographie ni qui habite où et qui déploie son armée et ses bombes nucléaires chez les autres, ne peuvent vraiment rien faire d’autre qu’alimenter le drame de la connerie qui nous touche.

    Bien à vous;

    • Pravda dit :

      Comme les troupes et armes déployées à « Kaliningrad » ? Le nom sonne russe mais ce territoire n’a rien de russe.

      • précision dit :

        Jusqu’où n’irez-vous pas? Vous voudriez dérussifier un territoire peuplé à 90% de russes, comportant moins de 200 allemands d’après wikipedia, et que l’Allemagne ne revendique absolument pas (de toute façon les allemands ne se risquent pas à rejeter les frontières de 1945)…

        Et j’imagine que vous ne vous considérez pas comme russophobe 🙂

  44. béber dit :

    Poutine n’a qu’une obsession: que les pays frontaliers n’adhèrent pas à l’Otan.
    Non pas parce qu’il craindrait pour sa sécurité (comme il veut le laisser croire), aucun pays frontalier n’a le moindre désir ni les capacités d’envahir la Russie soyons sérieux, mais parce que passés à l’Otan il ne pourrait plus continuer à grignoter ces territoires comme il l’a déjà fait avec la Crimée et le Dombas car l’Otan ne pourrait alors qu’intervenir militairement.
    Il n’y a pas d’autre raison à ses exigences .

    • précision dit :

      Totale méconnaissance des faits et raisonnement mal construit.
      La Russie n’a jamais dit qu’elle craignait être envahie par la Pologne ou les pays baltes ou la Géorgie, elle a dit que l’OTAN est une menace pour sa sécurité. Si vous ne comprenez pas la différence, renseignez vous.
      Et si aucun pays n’a les capacités pour envahir, ce n’est pas tout à fait la même chose de l’OTAN.

      La question n’est certainement pas de grignoter des territoires, sauf peut être en Ukraine; que voudriez-vous qu’il y ait à grignoter dans les pays baltes (sauf à annexer complètement ces pays)? Et en Géorgie? La Russie a déjà grignoté ce qu’il y avait à grignoter en créant l’Abkhazie et Ossétie. Tout au plus pourraient-ils les annexer mais ces territoires ne sont déjà plus contrôlés par la Géorgie.
      En Pologne, certes, il y a le corridor de Suwalki, mais ce n’est pas demain la veille que la Russie va envahir la Pologne, à moins d’une guerre généralisée.
      « Il n’y a pas d’autre raison à ses exigences » bon, encore un expert qui connaît les raisonnement intimes du gouvernement russe ! Et pourtant… cherchez, et vous trouverez. La capacité à influencer (que ce soit légitime ou non) est un motif bien plus plausible, même si apparemment cela ne vous est pas venu à l’idée.

  45. Gagnon Roger dit :

    Christine Lambrecht « NordStream 2 devait « rester à l’écart » de cette affaire »
    On sort de l’école primaire?
    Ce que j’ai déjà écrit; L’Union Européenne n’est telle qu’un bout de papier à jeter à la poubelle?
    Du pays qui se targue d’être pro vert avec des éoliennes, faut le faire, wow
    Cela nous aide à comprendre l’agressivité de Poutine, le feu est dans la grange du voisin?