Le blindé à roues ERC-90 Sagaie ne fait officiellement plus partie de l’inventaire de l’armée de Terre

En 2016, le directeur de la Section technique de l’armée de Terre [STAT] avait expliqué aux députés que les Engins de reconnaissance et de combat ERC-90 Sagaie allaient progressivement être retirés du service dans les années à venir et que les chars AMX-10 RCR reprendraient leurs missions, dans l’attente de l’arrivée de l’Engin blindé de reconnaissance et de combat [EBRC] Jaguar, dans le cadre du programme SCORPION.

Depuis sa mise en service, dans les années 1980, l’ERC-90 Sagaie a été engagé dans pratiquement toutes les opérations françaises menées en Afrique. Il y a cinq ans, l’armée de Terre en comptait une centaine d’exemplaires, modernisés [et « diésélisés »] à partir de 2003.

Dévéloppé par Panhard [absorbé depuis par Arquus], ce blindé léger d’environ 10 tonnes en ordre de combat, monté sur un châssis à six roues, est armé d’un canon de 90 mm, de deux mitrailleuses AANF1 de 7,62 mm et de quare lance-pots fumigènes. Aérostransportable et pouvant combattre en atmosphère contaminée grâce à un dispositif de pressurisation et de filtration de l’air, il affiche une autonomie de 750 km. Et l’un de ses points forts est sa mobilité, qu’elle soit terrestre ou aquatique.

« La Sagaie présente de gros avantages qui expliquent sa durée de vie supérieure à ce qu’elle aurait dû être : c’est un véhicule très léger, qui entre facilement dans un Transall, et qui a une puissance de feu assez considérable car un canon de 90 millimètres, ça fait pas mal d’effet. Nous l’avons même utilisé en début d’intervention au Mali », avait rappelé le directeur de la STAT, il y a maintenant près de six ans.

Mais ce que celui-ci avait prédit s’est effectivement réalisé. Au 1er juillet 2020, l’armée de Terre avait encore 40 ERC-90 Sagaie en dotation.

Un an plus tard, selon la dernière livraison des « Chiffres clés de la Défense » [.pdf], document que le ministère des Armées vient de publier, ce blindé a effectivement disparu de l’inventaire. À noter que, entre-temps, neuf exemplaires ont été cédés à l’armée tchadienne. Cela étant, il fait toujours l’objet d’une fiche technique sur le site de l’armée de Terre.

Par ailleurs, et alors que Véhicule blindé muti-rôles [VBMR] Griffon entre progressivement en dotation au sein des régiments, le nombre de Véhicules de l’avant blindé [VAB] a continué de décroître, 151 exemplaires ayant été rayés des comptes. Au 1er juillet 2021, l’armée de Terre en comptait 2500.

S’agissant des hélicoptères de l’aviation légère de l’armée de Terre [ALAT], la flotte de Puma s’éteint progressivement, 32 appareils étant encore en service en juillet 2021, contre 46 un an plus tôt.

Enfin, sans surprise, le système de drone tactique intérimaire [SDTI], basé sur le « Sperwer », a aussi disparu des comptes de l’armée de Terre, qui attend l’arrivée du Patroller, développé par Sagem. Mais les « Chiffres clés de la Défense » ont livré un chiffre curieux. L’édition 2020 affirmait que 60 drones du Systèmes de mini-drones de renseignement [SMDR] étaient en dotation… Un chiffre qui a depuis été divisé par deux selon celle de 2021.

Photo : armée de Terre

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

111 contributions

  1. jerome dit :

    en 1992 ou 93 ; au RICM, on a testé ces engins, peut-être voulais on nous les refourguer à la place de nos 10RC. j’ai même passé vite fait la licence pilote à Meucon. mais on les as gentiment déclinés, non merci ! une horreur. sous motorisé avec son minuscule moteur PRV (peugeot-renault-volvo, se mettre a trois pour pondre une daube pareil, chapeau) , les ventilos qui se déclenchaient avant démarrages dans un sifflement fort peu discret, et blindage en carton, je crois qu’on aurait été plus serein à l’époque, dans une AML ! je lis qu’on les as modernisés en 2003, j’ignore ce que ça a donné. aux dernières nouvelles beaucoup ont fini en Afrique (à la place des AML)

    • Moi-même dit :

      Le PRV n’était pas prévu pour déplacer un blindé de 10 tonnes !
      À la base il était dans les voitures du type Renault R30 ou Peugeot 604… alors une daube, ok, mais il à quand même des excuses…

    • Grosminet dit :

      Le « Propulseur Raté Volontairement » ^^ est en fait un moteur V8 conçu AVANT la crise pétrolière de 1973….

      Ce V8 ayant été amputé de 2 cylindres pour moins consommer (suite,donc,à la crise de 1973) est donc devenu un V6 « bancal »,avec son ouverture à 90° au lieu de 60….

      La conception est en fait dûe à Peugeot,Renault se contentant de « fournir » les premiers vilebrequins,et Volvo devant gérer le passage à l’injection….
      D’ailleurs,fait « amusant » pour les mateurs,beaucoup de pièces du PRV sont issues des moteurs X de Peugeot (qui continue,au passage,à être une « pince » en matière de R&D,réutilisant un maximum de pièces des moteurs précédents dans les nouveaux,comme lors du passage des XU aux EW/DW)

      bref,juste pour vous rappeler que,à l’époque,c’était ce qu’on avait de plus « puissant » en moteur FRANCAIS (un V6 de 2.9L 155cv,on est d’accord que ça vole pas haut) ,quand Citroën avait la « chance » (en plus d’être indépendant de Peugeot) de pouvoir se servir du PEU fiable V6 Maserati (Citroën étant proprio à l’époque de Maserati)….
      Alors,entre le peu puissant PRV et le peu fiable Maserati,qu’est ce qui valait mieux?

      • Paddybus dit :

        Ho, mais ce V6 a vite bénéficié d’un vilebrequin à manetons décalés… devenant bien plus « rond » et agréable…. sans pour autant devenir un foudre de puissance…
        Le fait est qu’un moteur de voiture n’est pas prévu pour tracter 10 tonnes ou pour un usage industriel…

      • Nexterience dit :

        Prv préparé jusqu’à 600 ch pour les Venturi.
        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Venturi_600_LM

    • Ca va où ces materiels en fin de vie? Il y a de quoi faire des regiments de reservistes!

    • Marcus dit :

      Monsieur,

      Vous n’avez pas testé cet engin au RICM en 92/93, c’était son équipement principal : 4 escadrons Sagaie, Un escadron Vab Hot (anciennement P4 Milan) . Le 10RC est arrivé en 91 afin d’équiper les 1er et 2° escadron pour l’opération Daguet.

  2. Dupont avec un t dit :

    L’ ERC90 Sagaie MK II, avec son châssis rallongé , son moteur turbo diesel, sa boite auto et surtout son système de rechargement du canon par barillet, était un véhicule de Reco bien abouti et très fiable .

    • Le Tympan de Tintin dit :

      Vous mélangez pas l’ERC 90 Sagaie II (TTB 190, nouveau chassis) et l’ERC 90 Sagaie Mk II (chassis Sagaie I, CSE 90LP) ?
      Que je sache c’est celui avec la CSE 90LP (sans barrilet) qui avait une boite auto. La Sagaie II avait un barilet (pour le stockage, les bous sont toujours chargés par le commandant) mais pas de boite auto.

  3. Parabellum dit :

    Ça a rendu service et une tourelle de 90 faisait son effet . Sa petite taille lui permettait d aller vite et partout…les nouveaux paraissent enfermé et moins armes non ? Le projet crab aurait eu son utilité mais on n ni aura pas.

  4. felipe dit :

    on peutjours discuter :  » pas assez de puissance, moteur essence (au début), petite roues, trop leger, etc », il n’en reste pas moins que le concept d’un blindé léger (dont protection minimale assumée) avec grosse puissance de feu (un 90mm, c’est pas rien), le tout couplé à des optiques performantes; est un concept intéressant.
    faible empreinte logistique, coût d’acquisition modique (donc achat de masse) sont des pistes à explorer.. sauf qu’il y a un hic majeur : la protection des combattants. c’est devneu une caractéristique quasi « politique ». on nous vend toujours les nouveaux matériel par l’apsect protection (rassurer le petit peuple).
    il n’en demeure pas moins que des unités conventionnelles, interarmes, légères à haute mobilité tactique (rouler hors des pistes), seraient une bonne réponse au défis dans le sahel. Renseignées et appuyées par les airs, ces unités sahariennes du 21e siècle articulées en SGTIA autour , d’un ou deux pelotons (pick up/VBL/ERC) d’une ou deux sections d’infanterie/vlra, d’une section génie et d’une section d’appui (mmp/mo81/drones tactiques, PLGE), avec l’autonomie logistique, relié par SAT au PC. imaginons une dizaine de SGTIA déployés par mandat (trois ou quatre en permanence en opération)…
    cela suppose déjà l’acceptation politique du risque…

    • guy dit :

      « cela suppose déjà l’acceptation politique du risque… »
      Le politique est sensible à ce qu’accepte la société.

      Peu importe les besoins qu’imposent le terrain, peu importe l’objectif à atteindre, quand dans la société vous avez des gens qui vont presque porter le gouvernement en procès dès qu’un VBL saute sur une mine…
      Et ceux qui scandalisés quand ils regardent le prix de chaque bombe? Ceux qui veulent qu’on se retire car s’imaginant qu’on se ruine en opex?

      Le politique n’y est pour rien, l’ignorance du monde militaire par la société qui ne comprend ni les enjeux, ni son fonctionnement, qui voit derrière chaque militaire une « victime », qui ne voit qu’un aspect financier de nos interventions, mais une société qui veut savoir et ne veut pas qu’on lui oppose un argument contraire. C’est bien cette société qui est un problème et c’est elle qui fait perdre les guerres, qui va pousser à privilégier la guerre zéro mort pour arriver à peu de résultats (et elle s’en plaindra) qui poussera au retrait pour « économiser » de l’argent.
      Pour satisfaire cette société, une opération militaire ne devra comporter aucun risque, l’action militaire sera de rouler dans des véhicules les plus protégés possible et gagner sera de ne pas subir des pertes dans les attaques de l’ennemi.

      • Jo666 dit :

        La société avec 130000 morts covid et 75 % acceptant l’absence de soins pour les anti vax est devenue et accepte les fameux 7% de perte……. sans être grand clerc pour les conflits de haute intensité

        • Twouan dit :

          Je confirme le politique en exploitant la douleur des familles plus qu en valorisant l acte heroique a une part non negligeable dans l acceptabilite.

          Maintenant c est le politique qui assume devant le peuple. Ils ont surement leurs raisons meme si je suis perplexe.

        • lgbtqi+ dit :

          La société va dans le sens pour lequel elle est conditionnée par les médias.

          « l’emmerdeur jusqu’au bout », quand il n’est pas au lit avec sa maman, oups pardon, sa femme, achète beaucoup la presse avec l’argent du contribuable. Défiscalisation précédemment, et très récemment don de 483 millions d’euros.

          Quand on achète, on possède …

      • MAS 36 dit :

        + 100. Il n’est que de voir toutes les associations , féministes entre autres, pleurer aujourd’hui sur le sort des afghanes et demander une intervention, alors que lorsque nos soldats suaient sang et eau et pour certains (90) laissaient leur vies personne ne leur rendait hommage.

    • Sempre en Davant dit :

      Un tel engin à plein de bonne qualités à conditions qu’on l’utilise en fonction de ses caractéristiques : puissance de feu et faible emprunte logistique.

      Pour qu’il donne du rendement il ne faut pas seulement admettre de perdre des engins et des équipages (en laissant les appuyés sans appuis). Il faut accepter d’agir brutalement par la puissance de feu et négliger les pertes adverses ou collatérales.

      Il faut oser le choix politique du tir en premier à 2km sans observation préalable ou améliorer: portée, précision,… cuirasse.

      Quand on ne peut pas perdre ses appuis on les protèges et tant pis pour « l’humanitaire ».
      Même médaille. Autre face.

    • Fred dit :

      @ felipe

      Tu parles du « petit peuple » qui éructe sur Opex 360 chaque fois qu’un VBL saute sur un IED ?

  5. Polymères dit :

    Sur le papier, quand on prend les caractéristiques, on pourrait penser que l’ERC90 est pas mal, mais dans les faits, depuis une bonne dizaine d’années, le parc était devenu compliqué à gérer, une fiabilité incertaine (pannes et problèmes fréquents), une ressource humaine défaillante (car de plus en plus réduite avec des compétences moindres)
    Un véhicule qui était devenu le véhicule symbolique pour l’Afrique et qui poussait à réaliser des formations à la va vite avant de partir. Dès lors qu’il était un peu trop utilisé, on pouvait avoir une chute de la disponibilité qui nécessitait des renforts temporaires venant de métropole pour remonter la DTO. Les pièces de rechanges se faisant rares, le cannibalisme a été une bonne ressource pour faire durer un peu plus longtemps ce parc.

    Je sais que pour beaucoup de personnes qui ne savant pas comment ça se passe derrière, ils ne comprendront pas qu’on va bazarder des véhicules pouvant encore rouler, des aéronefs pouvant encore voler. Pourtant il y a une véritable contrainte à garder ce genre de choses. La première elle est humaine, maintenir des formations et des compétences quand le besoin doit prioriser la nouveauté (Jaguar). Maintenir une double ou triple compétence ce n’est pas possible, au même titre que dans l’armée de l’ai il est important d’effectuer des transformations rapides des unités, on ne va pas avoir un escadron qui va avoir deux types d’avions différents, ce n’est pas pour faire jolie.
    On a aussi évidemment une tension au niveau de la maintenance, ou les pannes deviennent de plus en plus nombreuses, les temps d’intervention de plus en plus long, des pièces de rechange (parfois plus produites) de plus en plus rares.

    Il faut dégager l’ancien, il ne faut pas avoir trop de parcs différents, ni de micro parcs, ce n’est pas viable humainement et opérationnellement. Il y a des phases de transition qui vont forcément toujours faire sortir des comptes des matériels avec un peu de potentiels (qu’on peut vendre à l’occasion ou le céder à des pays pour qui ces engins ne seront pas un micro parc). Mais si on le fait ce n’est pas qu’on est con de ne pas le garder et l’exploiter, c’est que derrière, ça bouffe de la ressource et du temps qui finit par bouffer de l’argent.
    Comme le Transall, il est faux de penser qu’on peut encore l’exploiter comme il y a 10 ans. Il faut que l’on forme les personnels sur A400M afin d’optimiser cette flotte. Au même titre que les appareils anciens, l’arrivée des nouveaux passe toujours par un temps d’appropriation, les équipes de maintenance apprenant et se formant, les temps sont rallongés. Il faut plusieurs années pour que le savoir et l’expérience permet d’optimiser l’entretien, la réparation. Au début du Rafale c’était pareil, l’heure de vol était très importante, puis elle a chuté, ce n’est pas par magie.

    C’est nécessaire de virer des choses et tourner des pages, c’est même très conseillé de le faire le plus vite possible en évitant des transition (étalement de programmes) sur parfois 15 ou 20 ans, car on arrive irrémédiablement à une « phase » ou on sera à avoir du mal à faire monter en puissance le nouvel équipement et à maintenir l’ancien. C’est exactement la situation qu’on connait avec les hélicos par exemple ou on commence à peine à faire monter en puissance le NH90 et ou on galère littéralement à soutenir le parc de Puma. Il faut bien comprendre que très souvent c’est bien un problème structurel, d’organisation, de personnels, de compétences et non pas que le nouvel équipement est « problématique » ou trop « complexe » comme beaucoup le disent. Bien sûre que sur un nouvel équipement comme pour le NH90 on aura généralement plus de points à vérifier, cela va prendre plus de temps, c’est ce qui va déterminer l’indisponibilité. Faut pas croire que quand on va dire qu’un A400M doit subir 10 heures de maintenance pour 1 heure de vol que ça signifie qu’il a pleins de pannes, de casses, non c’est juste qu’il a bien plus de choses qu’il faut contrôler. Ce fait n’est pas lié à l’avion qui ne serait pas assez « rustique » ou qui serait trop « technologique » et qui ferait donc pleins de problèmes, c’est lié à un déficit de compétences, un déficit humain. Il est logique que s’il fallait 10h pour faire une visite sur un Puma, qu’il en faut 20 pour un NH90 et qu’on se dit qu’on va maintenir le même effectif (mécanos) et la même logique d’intervention, qu’on va avoir une chute de la disponibilité. C’est bien beau de toujours vanter qu’un matériel nouveau fasse beaucoup plus de choses qu’un ancien, mais si le matériel fait plus, il faut aussi accepter et comprendre qu’il faut faire plus dans le soutien et il n’y a rien de scandaleux ou de dramatique là dedans, il n’y a que ceux qui regardent juste des chiffres et se diront qu’un hélico c’est un hélico, qu’un blindé c’est un blindé, qu’une frégate c’est une frégate, qu’un avion c’est un avion, sans voir la différence capacitaire qui seront choqués et scandalisés de voir que ça coûte plus cher à entretenir et qui souvent seront très rétrogrades.

    Même si je dévie un peu du sujet , la Sagaie a fait son temps, elle a bien servie, mais place au Jaguar, place à la prise en main et l’optimisation de ce parc qui va devoir monter en puissance si on ne veut pas attendre trop longtemps pour le mettre en oeuvre.

    • PK dit :

      « Il faut dégager l’ancien, »

      Eh non : il faut stocker l’ancien, sous cocon afin de les ressortir quand tout ira mal.

      Mais la vision à court terme domine le monde : celui du calcul financier qui voit le bout de la lorgnette et pas la tuile qui va arriver.

      En tout cas, à l’heure de la haute-intensité annoncée, c’est une aberration de plus.

      • Polymères dit :

        Désolé, mais votre vision est totalement détachée de la réalité, elle est celle de chiffres et de papiers ou vous imaginez qu’un véhicule, qu’un aéronef, qu’un navire ça se préserve et que ça se ressort du jour au lendemain. On ne parle pas là de fusils ou de vélos, faut pas croire que vous allez mettre ça sous cocon pendant 10 ans et le sortir du jour au lendemain et le faire rouler comme si de rien n’était, que sa non utilisation va le préserver.

        Qui dans 10 ans saura l’utiliser? Qui pourra l’entretenir? Quels moyens pour l’entretenir si au bout de 10km une pièce casse? Il n’y a plus de soutiens, plus rien, plus de pièces, plus rien d’adapté, tout se perd vite mon ami, bien plus vite que vous ne l’imaginez. Je pourrai parler des munitions, de l’usure naturelle de toutes les pièces (comme des pneus) auxquels on ne pense pas.
        Avez vous déjà vu comment ça se passe dans les armées? Ce n’est pas un jeu vidéo ou un véhicule a juste besoin de carburant. Il y a un soutien permanent, des opérations permanentes et ça ne sert à rien d’avoir des véhicules qui dans la haute intensité seront inaptes fautes de pièces, qui n’auront pas de quoi durer avec des munitions (car oui ça se périme).
        Ce n’est pas une voiture (encore que) que vous allez sortir dans 10 ans et que tout le monde pourra utiliser sans problèmes.
        Il ne sert à rien de se rassurer avec des chiffres en se disant qu’on a du stock, car au final ce qui sortira du stock, c’est la même chose que ce que les ukrainiens ont sortis en 2014. Des chiffres qui servent à faire croire que alors qu’en fait, ce qui est réellement apte, c’est autre chose. En Russie c’est pareil, énormément de matériels qui est qualifiés de « réserves » s’avère en réalité totalement inutilisable et servent de pièces détachées. Ils pourront avec 10 tenter d’en refaire un, ou alors ils se serviront des structures pour reconstruire des choses, mais ça ne se fait pas en un claquement de doigts.

        L’intérêt du stock, c’est d’avoir un parc de pièces d’occasions pour des parcs existants, que ce soit dans notre armée ou ailleurs. Tout le reste ne sont que des chiffres qui ne serviront à rien dans un conflit qui demanderait de les ressortir dans plusieurs années. Ce n’est pas qu’une question financière, c’est ainsi, pour des blindés, pour des navires, pour des aéronefs.

        Je ne dis pas qu’il ne faut rien garder, mais il y a des choses qui ne peuvent pas se stocker car ils demandent des compétences humaines, des structures de soutiens, des entretiens (même quand ils ne sont pas utilisés), des munitions, des rechanges etc.

        Il ne sert à rien de vouloir se rassurer psychologiquement avec des « réserves » (comme certains s’imaginaient des années qu’on gardait les AMX30 sous la main au cas où, alors qu’ils étaient juste en attente de déconstruction avec quelques pièces utiles pour en faire tourner quelques uns au CENTAC).
        Vous pouvez légitimement regretter le volume actuel de nos armées, mais ce que vous préconisez n’améliore en rien le potentiel de nos armées, bien au contraire, elle risquerait de donner la fausse illusion qu’on a derrière de quoi faire alors que le jour ou on devrait les sortir, on se retrouverait comme des cons avec des véhicules qui ne tiendront pas une semaine d’opération (non pas en raison d’une destruction adverse).

        Il faut renforcer l’armée d’active, pas se faire des scénarios fictions avec une guerre de haute intensité qui irait puisé dans nos réserves. On serait bien plus confronté à un problème humain que matériel et vu le peu d’envie déjà que certains ont pour se faire vacciner, je n’ose imaginer l’acceptation d’aller se battre.

        Ce n’est pas parce que l’on dit se préparer pour la haute intensité qu’il faut aujourd’hui sortir cela à chaque fois comme argument devant pointer du doigt une « aberration » avec des arrières pensées politiques. Faut être particulièrement malhonnête pour croire qu’il suffit de dire « haute intensité » pour que du jour au lendemain on doit être prêt à cela sous sa forme la plus violente.
        La haute intensité est avant tout un concept d’engagement, malheureusement beaucoup de personnes ne le savent pas et comparent la haute intensité à la 3e guerre mondiale contre la Russie et à une guerre d’usure digne de Verdun pour laquelle si on n’est pas prêt, on finira comme en 40.
        Désolé mais ce n’est pas cela.
        Non nous n’affronterons pas la Russie, non nous ne ferons pas Verdun pour empêcher notre pays d’être envahit, qu’on le veuille ou non, l’arme nucléaire a un très grand rôle pour éviter cela et ce n’est pas parce que des pays ne l’ayant pas sont soumis à de gros risques conventionnelles et à de possibles invasions, qu’il faut se mettre à leurs places et se sentir impuissant.
        Nous devons voir qui sont nos menaces sérieuses pour arrêter de fantasmer des conflits qui n’arriveront pas pour nous, même s’ils peuvent arriver pour d’autres (Ukraine, Taïwan, etc…) afin d’éviter sans cesse de se croire à la rue et incapable et tomber dans un alarmisme permanent qui n’est pas adapté à notre position.

        Dire cela ne veut pas dire qu’il faut baisser la garde ou ne pas faire plus pour nos armées, j’ai toujours dis et je vais le redire, être partisan pour faire plus. Mais je suis également présent pour avoir une approche sérieuse d’une remontée en puissance, d’une approche sérieuse par rapport à nos vraies menaces. Certains ont pris le réflexe du pessimisme permanent, de la critique alarmiste avec un esprit « tous des cons » qui ne savent rien et ne font rien, mais cette approche n’est pas constructive car elle est trop sur un fait immédiat, ou tous les jours ça va répéter le même discours le même refrain, comme si tout allait et devait changer en 15 jours. Ce sont des réactions de personnes qui ne veulent pas comprendre qu’il faut regarder les armées sur le temps long, que tout ne peut pas se faire en quelques temps, des personnes qui vont répéter sans arrêt que la guerre c’est pour demain.
        On fait la guerre avec ce qu’on a quand elle vient, ne vous fixez pas un idéal d’armée car il vous ne le verrez jamais. Je le dis souvent, tout ne peut pas s’obtenir avec de la volonté politique et de l’argent. Même si on voudrait 50 000 hommes de plus dans nos armées, nous ne pourrions pas l’obtenir avant des années, on pourrait même ne pas les obtenir. Et vous avez beau vouloir 10 nouvelles frégates pour l’année prochaine, beau vouloir débloquer l’argent, qu’industriellement ça ne suivrait pas. C’est être réaliste que de dire cela, pourtant même si demain nous annonçons vouloir 10 frégates de plus, qu’on l’atteindra en 2035, que certains diront que c’est du foutage de gueule, qu’on n’a pas le temps pour ça, qu’ils passeront 10 ans à critiquer la lenteur de cette remontée en puissance, disant sans cesse c’est trop tard, car ces gens ne veulent pas comprendre, ils ont tellement besoin d’immédiateté pour être rassuré dans leurs scénarios fictions.

        Actuellement c’est pareil, certains ne veulent pas voir et comprendre autre chose que ce qu’ils pensent connaitre. Ne comprennent pas qu’avant de remonter en puissance, il est bon de vouloir consolider ce que nous avons et rattraper des retards qu’on a emmagasiné depuis des années. Ces choses là ne se traduisant pas par des hausses quantitatives de chars, d’avions ou autres, ils en concluent que ça ne sert à rien, que l’on ne fait rien. Désolé, mais avant de vouloir plus de blindés, commençons par remplacer les vieux et c’est quand on aura fait cela, quand on aura atteint un certain niveau dans le remplacement de ce qu’on possède, qu’on pourra essayer d’augmenter les volumes en sachant pertinemment les limites humaines qui s’imposeront et qui détermineront les équipements à acquérir. On n’achète pas l’équipement avant d’avoir les hommes qui vont l’utiliser.

        • PK dit :

          Faudra expliquer cela aux Syriens qui n’ont rien compris aux choses de la vie et qui doivent une grosse partie de leur survie à la « ressortie » de vieux T-54 (oui, oui, vous avez bien lu… 54 !) qui leur ont permis de tenir quand ils étaient à l’os…

          Mais vous, vous avez des mots pour soigner des maux. Chacun son truc. Votre truc a fait ses preuves de son inefficacité. Moi, je préfère ceux qui ont fait la preuve du contraire.

          Chacun son truc.

          • Pravda dit :

            Juste comme ça, j’écris sans avoir verifié, quel matériel actuel hormis l’ERC utilise le même type d’obus de 90 ?
            Si c’est pour entretenir des blindés (car même sous cocon, il faut faire tourner les moteurs), être emmerdé par les nouveaux « bio-diesel » type B7, dont la conservation est réduite à quelques mois (l’huile végétale incorporée se dégradant et bouchant les filtres) et au final ne pas avoir de munitions fiables quand hypothétiquement on les sortira dans 30 ans …

          • Carin dit :

            @PK
            Vous n’avez pas tout à fait tort… les américains ont prouvé la validité de vos dire lors d’Irak 1 en ressortant un très vieux destroyer parce qu’il était équipé de canons en 300mm.. qui ont fait feu sur Bagdad. Mais nous ne sommes pas américains, ce bateau était un musée flottant, entièrement entretenu par ses vieux servants, et grâce aux gains des gens qui venaient en masse payer leurs tickets d’entrée.. il en est de même pour les actuels PA qui sortent du service actif, et qui sont entretenus de la même façon.. en France, nous n’avons pas assez de gens pour faire pareil, quelques passionnés retapent des véhicules pour exposition, mais ça va pas plus loin. Donc @Polymere n’a pas tort, nous n’avons pas les moyens de garder sous cocons ces matériels. Notez que le très vieux bateau américain qui a servi en Irak, était armé de jeunes marins, mais que les vieux étaient à bord pour expliquer le fonctionnement de l’animal, et de ses canons… chose impensable en France, on n’envoie pas un civil au feu!

          • UnKnown dit :

            Parce que les Syriens font face à une guerre hybride et pas une guerre de « haute intensité » malgré l’hécatombe causée par ce conflit… Même un T-34 pourrait servir dans ce genre de situation.

          • Aymard de Ledonner dit :

            On n’est pas des syriens. Ils ont ressorti des vieux chars pour affronter l’EI qui n’a ni avions ni chars lourds. Grand bien leur fasse. Est-ce que nous devons en conclure que nous qui disposons d’une armée aux capacités totalement différentes et qui se prépare à des confrontations différentes devrions aller récupérer le Renault FT du Minarm, au cas ou? Définitivement non.
            Et les frappes russes ont certainement eu beaucoup plus d’impact dans le retournement en faveur du régime qu’une poignée de T-54.

          • Ltikf dit :

            @Carin
            Correctif, ce n’était pas un destroyer, mais les 4 cuirassés de la classe Iowa, avec non pas des canons de 300mm mais de 406mm (et des missiles). Et ils n’ont pas bombardé Bagdad au canon, ville distante d’au moins 500 km… Pour l’anecdote, ces 4 bateaux sont aujourd’hui des Musées, dont la visite est tout à fait passionnante…

          • Aramis dit :

            @Carin ces navies étaient toujours en service en 1990 et n’était évidement pas des musés. Ils n’ont pa spu tirer sur Bagdad au canon…

          • Polymères dit :

            PK je vais me répéter, mais vous ne savez pas comment ça se passe dans une armée et vous avez juste un regard sur l’armée par les médias et internet.

            Vous déviez d’une argumentation qui pourrait être enrichissante pour tomber dans une conclusion qui va vous conforter personnellement dans vos convictions.

            Les syriens n’avaient pas sous cocon leurs T-54/55, ils étaient en service, ce qui change fondamentalement les choses.
            Ne confondez pas un vieux matériel en service pour lequel il existe un soutien en place, pour lequel il existe un gros marché d’occasions pour les faire fonctionner.
            Quand j’ai évoqué l’Ukraine, c’est que justement ce pays passait depuis des années à sortir des inventaires un nombre conséquent d’équipements pour ensuite nourrir un marché de l’occasion internationale ou pour vendre.

            Le problème n’est pas de maintenir de vieux matériels en service, c’est d’être capable de remettre en service un vieux matériel qui a été sortit du service pendant des années. Les matériels soviétiques ont été massivement produits, la gamme T-54-55 c’est près de 100 000 exemplaires, d’autres équipements tels que des Mig21 c’est pareil, s’ils tiennent jusqu’à nos jours, c’est en raison de ces volumes et d’un marché de l’occasion (cannibalisme géant) qui fait aussi un intérêt « low cost » pour le soutien. Vous n’arriverez jamais à maintenir un véhicule comme la Sagaie produit à 400 exemplaires et dont un grand nombre ne sont plus existants de la même façon. Vous allez avoir une perte de compétences humaines, puis vous allez être dans l’impossibilité de changer la moindre pièce.
            Il est évident que derrière un écran, ce genre de choses sont illusoires, incompréhensibles, on aime se dire qu’il suffit de mettre ça dans des hangars climatisés et dans 10 ans on va ressortir cela comme si de rien n’était. Si vous voulez penser cela c’est votre problème, je ne cherche pas à apprendre et faire comprendre des choses à des gens qui ne veulent que se comprendre eux mêmes.

            Sinon, les syriens n’ont pas tenu grand chose sur le terrain, comme je l’ai dit, ils ont fait la guerre avec ce qu’ils avaient et il ne faut pas penser que c’est ce qu’il faut, que c’est le plus adapté et que c’est ce qu’on doit copier. L’armée syrienne était très clairement perdante au sol et l’arrivée de quelques missiles ont fait passer l’essentiel des blindés syriens pour des cibles de choix. Mais là encore, il suffit qu’un média fixe une gopro sur quelques chars dans la banlieue de Damas (qui était loin d’être la zone la plus intense, même si elle était compliquée en raison de l’urbanisation et des civils) pour que certains vont se convaincre de l’efficacité des chars et que les syriens faisaient de formidables manoeuvres blindés. Mais comprenez bien que tout cela c’est de la propagande qui avait pour but de montrer une armée « sérieuse ».
            Mais les syriens étaient en pleine déconfiture au point d’appeler la Russie à l’aide et ce sont bien l’aviation russe qui a inversé les choses.

            Mon truc ce ne sont pas des mots, c’est l’expérience et le réalisme, votre truc c’est internet et votre imaginaire.
            Chacun son truc comme vous dîtes.

            Dans notre situation, il ne faut pas miser sur votre méthode de stockage du vieux matériel qu’on sera incapable de mettre en oeuvre pour diverses raisons. La meilleure solution pour avoir une réserve matérielle c’est de miser sur un procédé simple et connu, celle de la « surdotation ». C’est d’avoir par exemple, pour rester dans le sujet, un régiment qui a théoriquement un besoin de 50 Jaguar mais à qui on en refilera 70. Via une politique de roulement vous avez une DTO qui sera presque au taquet en permanence (car l’objectif sera de 50/70 engins pour être à 100%). Vous gardez un volume qui est capable d’absorber d’éventuelles pertes et les indispos de maintenance. Un véhicule connu, avec du soutien, du personnels compétents.
            Là vous avez quelque chose de bien plus cohérent en terme d’emploi et de réserves que de miser sur de vieux blindés stockés et qu’on sera loin de pouvoir exploiter pleinement et sur la durée (je ne parle pas d’années) en cas de besoin. Il n’y a pas 100 000 ERC90 qui se trouvent ici et là et pour lesquels on va trouver des pièces.
            Vous pensez que si on va les filer aux tchadiens par exemple, c’est sans raison? En refilant quelques exemplaires qui serviront activement dans une armée, on va capter un marché de l’occasion, mais cela ne durera pas longtemps, les tchadiens seront dépendants du stocks que nous ferons. Nous aurions pût nous aussi maintenir encore la Sagaie plusieurs années, mais il aurait fallu réduire considérablement le parc et il se serait réduit progressivement à mesure que les pièces seront inexistantes. Il est impossible de concevoir un avenir ainsi avec des unités constituées comme chez nous, on a besoin de véhicules qui ont une stabilité quantitative dans le temps, on ne peut pas se permettre d’avoir de l’attrition définitive à la moindre panne comme certains pays sans moyens peuvent se le permettre car c’est ça ou rien et tant que « ça » fonctionne, c’est du bonus.

            Je vais m’arrêter là, car sinon je ne finirai jamais, de toute façon à quoi bon quand en face le seul objectif du débat est de vouloir avoir raison pour son égo.

        • Lagrange dit :

          « On fait la guerre avec ce qu’on a quand elle vient, ne vous fixez pas un idéal d’armée car il vous ne le verrez jamais.  » Sans aller jusqu’à un idéal d’armée on est au moins en droit d’attendre une armée fonctionnelle qui puisse faire la guerre sur court préavis. Ce qui n’est pas le cas, on se ferait écraser sur le plan conventionnel par n’importe quelle armée sérieuse même à effectif égal. Notre logistique est aux fraises.

          Le plus probable des pires scénarios c’est une guerre conventionnelle limitée pas les fantasmes de Verdun ou de guerre mondiale. Et même pour quelque chose de limité on est incapable de faire.

          « Et vous avez beau vouloir 10 nouvelles frégates pour l’année prochaine, beau vouloir débloquer l’argent, qu’industriellement ça ne suivrait pas. » Industriellement 10 frégates sur plusieurs années serait jouables. Mais le recrutement est clairement en souffrance, donc on aurait de gros soucis pour les équipages.

          « il est bon de vouloir consolider ce que nous avons » Consolider des capacités ultra faible ne permet pas d’avoir un socle de remonter en puissance.

          « On n’achète pas l’équipement avant d’avoir les hommes qui vont l’utiliser. » Toute remontée en puissance passera par une conscription sélective car on aura pas assez de volontaires pour avoir plus qu’actuellement.

          • limousin dit :

            Carin
            le « vieux destroyer » . Vous voulez sans doute parler du cuirassé Wisconsin (classe IOWA) que l’on peut voir ( et visiter) à Norfolk (VA) avec son étrave débordant sur une artère de centre ville…

        • Twouan dit :

          Bien que ce soit juste.

          C est quand meme plus facile de mettre en route un vehicule blinde qu un avion (/navire).

          Ca sert toujours, au pire on le tracte en haut d une colline. Ca occupera un peu les adversaires.
          La seconde guerre mondiale fourmille d exemple de recyclage
          Ils n ont a eux seul jamais emporter la decision mais ca depanne.

        • Pravda dit :

          Même stocker des fusils, comme le Mas49/56 par exemple, ne sert à rien quand on ne fabrique plus les munitions adéquate (seul le serbe PPU en produit).

          • PK dit :

            Étant donné qu’on n’a même pas de munitions en stock pour les armes en cours, la question ne se pose pas.

        • une partie de la réponse, en tout cas la mienne. les enjeux sont considérables. Scorpion, Titan et la haute intensité.

          https://www.athena-vostok.com/article-sans-titre-19 et nous sommes tous ici en partie conscients de l’urgence.

        • Mica X dit :

          En effet, bel exposé, une armée ce n’est pas une machine et un soldat mais toute une logistique & une organisation pérenne tant pour la machine que pour le soldat et une dynamique bien rodée pour maintenir le matériel et le soldat en état de marche.
          Bref, de la profondeur, de l’organisation, du réalisme et beaucoup de tâches ingrates ou peu glorieuses mais indispensables.
          Les US sont très forts pour cela, il n’y a qu’à visiter une de leur base, c’est un autres univers. Et cela passe de l’appareil le plus sophistiqué au service social de l’armée en passant par les écoles pour les mouflets et les supermarchés comme au pays dit donc…
          Merci pour votre exposé

          • Lestrade dit :

            Les US sont un exemple de gaspilage de ressource en terme de base. Ce type de fonctionnement en vase clos est parfois délétère quand il faut comprendre le pays où on est déployé.

            Quand un navire français fait escale il achète via l’ambassade de la nourriture sur place. Les US se font livrer de la nourriture par container… cher et inutile.

    • Edgar dit :

      @Polymères Très intéressant commentaire. Je dirais que le vieux matériel, encore utilisable, reste utile pour armer les unités de réserves en cas conflit de haute intensité; ou pour équiper les unités de sécurité en arrière des fronts.

    • Frede6 dit :

      Tout cette logorrhée pour enfoncer des portes ouvertes. Merci mais maintenant j’ai mal à la rête.

      • MonCulEnColleretteSurLaCommode dit :

        Tandis que – Vous – parvenez à produire une logorrhée bileuse en l’espace de deux phrases ; et avec deux fautes — sacrée performance Fredesissy.

        L’argumentaire de Polymères est bon et détaillé ; peut-on le contester, mais il s’appuie sur quelques faits et une certaine logique.
        Le budget de l’Armée Française n’est pas celui de l’US Army ; elle se doit de faire beaucoup avec peu, il parait alors logique d’essayer de rationnaliser les coûts.

        • PK dit :

          Rationaliser, ce n’est pas jeter quand ça peut servir. C’est mettre sous cocon. Ça coûte un peu, mais beaucoup moins quand on en aura besoin quand on sera vraiment à l’os.

        • Fred dit :

          @ MonCulEnColleretteSurLaCommode

          D’autant plus que même l’Armée US n’a pas hésité à brader des milliers de ses véhicules blindés employés massivement au Moyen-Orient.

    • penandreff dit :

      très bon papier, qui recadre bien beaucoup de discussions

    • Jo666 dit :

      Si l’armée galère avec Dassault et Airbus, le gouvernement oublie ses participations . Il y a un problème d’acheteur à la base et de gouvernance de Bercy car seuls les comptables décident. Il faut des soldats et des ingénieurs à la direction technique su budget à Bercy.

    • AirTatto dit :

      On peut peut être leur trouver une nouvelle vie comme plastron? @Polymères merci pour ce point de vue très intéressant

  6. Lagrange dit :

    Un excellent véhicule qui aura été bien utile en Afrique.

    • Wrecker47 dit :

      on voit que vous ne l’avez ni utilisé ni connu …Cette M…. sous-motorisée qui avait la même tourellez que l’AML90 …Tous ceux qui ont connu le Linx vous diront qu’on auarait dû avoir ceux-là …Mais à tout prendre les Blindés Colos comme les Cavaliers de la Légion vous diront qu’on aurait mieux fait de cvontinuer d’utiliser les AML Panhard Diésel !
      Beaucoup plus souples d’emploi fiables et économes en carburant !
      La Sagaie ne vakait pas un clou ni même un coup de FPG7 !

      • Lagrange dit :

        On voit que vous n’êtes jamais allé au combat en Afrique avec. Fiable et endurant, aérotransportable et bien adapté au conditions. Moteur faiblard oui c’est un défaut.

  7. Vinz dit :

    Pour le coup blindé rustique, avec un canon potable contre du moyen/léger genre T55/PT76, parfait pour de la projection, mais quasi inapte contre les divisions blindées du Pacte de Varsovie des années 80 (on ne saura jamais donc…) On l’a tout de même déployée sur l’opération Daguet ; même pas peur.
    Très bien en théorie pour des théâtres comme l’Afrique ; en revanche contre un « technical »qui roule à 70-80km/h, ça le fait plus trop ; si une KPV est montée dessus faut commencer à se méfier. Protection contre les ied quasi nulle.
    A noter que la revalorisation concernait le fameux couple MTU/Renke.

    • Et nous n’avons toujours pas d’helicopteres lourds, pas suffisament de defense anti aerienne, le remplacant du CDG en 2035, la flotte de rafales amputee pour la Grece, pas de HWCS et un recrutement insuffisant. Mais la flotte de drrones s’accelere, les satellites se multiplient et nos FREMM sont d’une grande efficacité. OUF. Avons nous un stock de munitions et missiles pour la haute intensité ?

      • Lagrange dit :

        « Avons nous un stock de munitions et missiles pour la haute intensité ? » Le mot stock a été bani du vocabulaire des armées.

        • lgbtqi+ dit :

          Si le mot stock avait été banni seulement du vocabulaire des armées … on serait bien.

          Mais on a vu l’absence de stocks de masques, de blouses, de curare, etc .

          Gouverner, ce n’est pas prévoir. C’est s’arranger pour empêcher les populations de voir.

        • Dupont avec un t dit :

          Malheur aux combattants qui, face à ses ennemis , ne disposent que d’un stock réduit de munitions !
          Des « Biscuits » des « Biscuits » Chef

  8. Singer dit :

    Bonjour, j’ai passé un an au 1er régiment de Hussards parachutistes. J,étais tireur sur erc 90 sagaie. Je me souviens très bien, avec une campagne de tir à canjuers. Nous avions fait aussi une sortie en mer sur un chaland de débarquement. Cordialement Jean-Dionis

  9. Plusdepognon dit :

    Encore des vieux matériels rincés à refiler ?
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/09/12/rencontres-sur-les-cessions-de-materiels-de-guerre-22411.html

    Plutôt dans les pays du Golfe de Guinée, car les autres plus courtisés préfèrent la concurrence qui propose des matériels récents et neufs (dernièrement le Tchad après voir pris americano-émirati, a pris du turc).
    https://www.africaintelligence.fr/afrique-ouest-et-centrale_diplomatie/2021/09/24/cooperation-militaire–paris-affecte-ses-surplus-au-golfe-de-guinee-tandis-que-le-sahel-reclame-du-materiel-de-pointe,109693422-eve

    https://blablachars.blogspot.com/2021/12/mrap-turcs-pour-le-tchad.html

    Les FAMa, ce sont plus les chinois, les russes, l’afitque du sud et même la Corée du sud pour les dernières livraisons…
    https://blablachars.blogspot.com/2021/12/livraisons-de-materiels-pour-les-fama.html

  10. kakane57 dit :

    Il aura fallu que je m’approche du terme de ma carrière pour voir disparaitre l’engin de mes débuts. Quelle fiert, à l’époque, de troquer nos fidèles AML90 contre l’ERC. Il avait pas mal de défauts (sous motorisation chassis et tourelle, arcure..) mais c’était un engin très moderne pour l’époque. Il a véritablement rendu de très bon service mais totalement dépassé aujourd’hui.

    • Le Tympan de Tintin dit :

      moderne ? Pas de stabilisation, ni de vision nocturne pour le commandant, vision nocturne non standard (donc seulement certaines Sagaies ont le luxe de pouvoir voir la nuit), canon basse pressio en 1980 c’est pas très moderne. Ensuite le retard sera (très légèrment ratrapé) avec une munition kinétique en 1990, mais au fond c’était déjà trop peu trop tard (les flèches ça date des années 60 pour l’URSS et 70 pour l’OTAN)

      • Fred dit :

        @ Le Tympan

        Un canon de 90 à haute pression sur un véhicule de moins de dix tonnes, ça aurait résolu le problème de la faible motorisation en effet (en tirant vers l’arrière et en changeant tous les boulons du véhicule à chaque tir).

  11. Carin dit :

    Il est temps de se séparer du sagaie, avec tous les honneurs qui sont dû à ce matériel qui a été de tous les coups de feux en Afrique, en Irak, en afgha…mais pas que…
    Aujourd’hui il y a l’EBRC pour le remplacer, rendons cet honneur au sagaie, il a fallu taper fort pour justement créer ce nouvel engin, c’est dire l’utilité du sagaie malgré la longue liste de ses défauts, qui une fois au contact, accompagné de toute la sagacité de son équipage, pouvait devenir un engin redoutable.
    Merci donc au sagaie et salut.

  12. E63 dit :

    Cet engin , bien positionné et utile dans les guerres post impériales du 20e siècle a fait son temps . Il fut acheté pour renforcer le manque d amx rc alors que nous n’avions pas les moyens (déjà !) de jouer sur le continent européen face au pacte de Varsovie et en Afrique …et pour donner un «  valide au combat «  a panhard en espérant obtenir le même succès commercial que l’aml 60/90 de cet industriel . La question est de savoir si son éventuel remplaçant, ( celui de l amx rc en fait ) sera à même de fournir la même qualité d.engagement …et ça ..on peut en douter sur le nombre et la puissance …

    • kakane57 dit :

      Il est parfois préférable de s’abstenir d’écrire de telles inepties pour éviter de passer pour un c…

    • Fred dit :

      @ E63

      Il y a belle lurette que nous avons les moyens de nous opposer au Pacte de Varsovie et successeur : nos Forces stratégiques.

      • Aramis dit :

        Les forces stratégique c’est pour une guerre nucléaire.

        • Fred dit :

          ? Je te le confirme :o). Ou plutôt pour menacer d’une apothéose nucléaire les ceusses qui envisageraient de visiter la Tour Eiffel gratos et sans visa.

  13. JM24 dit :

    moi je les reclasserais en défense AA, en attendant d’un porteur plus rapide (VBMR.L ), en 2 versions, canon 40 AA RapidFive, et l’autre tourelle 4 Mistral plus 12,7. Les tourelles preuve être récupérais plus tard pour un nouveau porteur. Sinon programme de l’état Macron, Don a l’Affrique

  14. Lagaffe dit :

    Mis en service en 1980 alors que le disco était encore à la mode, l’ERC-90 à fait son temps. Je ne sais plus quel CEMAT protestait contre le matériel de plus de 30 ans, militairement dépassé mais maintenu à grands frais en service, mais c’était une remarque plus que pertinente. Lorsqu’un matériel entre en service, la logique voudrait que l’on fasse un bilan tous les 5 à 10 ans sur son efficacité et sa maintenabilité face aux nouvelles menaces, que l’on fixe une durée limite d’utilisation pour la production des pièces par les industriels, la formation à la maintenance, et que l’on prévoit les budgets pour le début des études pour son remplaçant… mais on repousse constamment les limites et on maintien en service des équipements obsolètes en risquant la vie des équipages et un trou capacitaire au moment du remplacement. Faute d’anticipation on se retrouve à bricoler des rénovations très chères qui au final ne font que rallonger les livraisons de matériels modernes. En 1939 l’armée française était encore largement équipé de matériels de 1918. Mais pour les politiques de l’époque c’était pas grave, avec le nouveau plan d’équipement finalement voté, l’armée serait prête pour se défendre face à l’Allemagne… en 1943.

    • Vinz dit :

      « En 1939 l’armée française était encore largement équipé de matériels de 1918.

      Dont le canon de 75mm, qui faisait encore très bien le taf

      • Le Tympan de Tintin dit :

        Contre l’infanterie oui mais pas en anti-char, seuls des obus explosifs étaient en dotation (et l’infanterie a regrettée de ne pas avoir une dotation AC pour le 75)

        • Vinz dit :

          Pour de l’AC il faut une vitesse initiale élevée, ce que ne sait pas faire ce canon ; néanmoins contre les chars en carton allemands de 1940 ça restait efficace – même l’obus à balle contre les chenilles.
          Cf 37 blindés allemands neutralisés les 5/6 juin dans la Somme par le 72° RA (groupe Pouyat – http://www.picardie-1939-1945.org/phpBB2new/viewtopic.php?t=3397) ; cf aussi à Bir Hakeim.

          • PK dit :

            l’AC de l’époque était un 47 qui fonctionnait très bien et perçait tous les blindés allemands en 1940.

          • Vinz dit :

            @PK oui mais c’est pas la question. Vous parlez d’un canon produit en 1939.

      • Gege dit :

        @vinz et le FT qui le faisait beaucoup moins bien.

        • Vinz dit :

          Oui, mais même des blindés chenillés de 1935 (R35/H35/B1) ne le faisaient pas non plus. La moralité c’est qu’il n’y a pas de dogme dans ce domaine.

    • sentinelle dit :

      Et l’armée allemande comptait encore des centaines de milliers de chevaux , il faut tordre le coup aux idées toutes faites , encore fallait-il les mettre au bon endroit . Il y en aura des millions jusqu’en 1945 seul les US n’auront aucun cheval , à vérifier.

      • Lothringer dit :

        Je confirme que mon grand-père a été convoqué à une réquisition de chevaux par l’armée allemande en zone Alsace-Moselle.
        Et l’un d’entre eux a décoché une ruade à un gradé allemand, ce qui a donné des sueurs froides (à mon grand-père).
        Incompréhensible, car ce cheval (de trait) était un monstre de gentillesse et de douceur : il refusait même de passer par dessus un sac de pommes-de-terres posé à terre car il avait peur d’écraser quelqu’un.
        Il s’en sont finalement bien tirés (le cheval et mon grand-père) avec un « Raus mit diesem Kamel » (dehors avec ce chameau).

  15. Pierre dit :

    Etrangement il n’y a pas dans le pdf en lien le nombre de P4 actuellement en dotation.

    Le dernier chiffre sur Wikipedia est de 2500 en 2016.

    Si quelqu’un à un chiffre plus récent je suis preneur.

  16. VinceToto dit :

    Le lien .pdf Les chiffres clés de la Défense 2021 met du temps à télécharger (les doc US mil sont beaucoup plus rapides à télécharger, de même que les russes, chinois quand ils sont un peu connus.)
    La seule guerre dont ils parlent c’est celle contre le Covid. Ils sont très fiers d’avoir fait plus d’un million de piqûres.
    Les ERC-90 Sagaie? Peut être que les derniers en dotation ne rentraient pas dans le tableau de présentation ou faisaient moches? Peut être sont ils vraiment complètement OUT?

  17. DRAILLET dit :

    Nous pourrions rééquiper les escadrons de la Gendarmerie mobile qui a bien besoin de véhicules blindés .

    • Fred dit :

      @ DRAILLET

      Bien besoin de véhicules blindés ? Avec des canons de 90 ? Paranoïa ? Misanthropie ? Envie de massacres ?

    • lgbtqi+ dit :

      et qui a bien besoin d’équipement ANF1 et canon de 90 mm contre la population ? C’est dans les plans de l’emmerder encore davantage ?

    • Carin dit :

      @DRAILLET
      On imagine bien les gendarmes mobiles arriver en manif avec une tourelle en 90mm… accompagné de 2 mitrailleuses en 7,63… vont regretter les grosses balles de caoutchouc nos amis gilets jaunes!

    • lgbtqi+ dit :

      votre pseudo doit-il se lire « dé-railler » ?

  18. Il faut un service indépendant qui soit charger de fournir les Armées en matériel . Supprimer la STAT !!des expérimentations qui durent 25, 20, 30 ans, sur des de chars, engins du Genie et dans ma conception des engins que veulent les militaires.
    Les plus grands gaspillages, char de Leclerc, trop lourd, trop fragile une simple grenade à 10€ pour le rendre aveugle,des armoires informatique des années 60. L’AMX 30 retiré alors qu’il est essentiel sur les routes d’heurope.
    Que dire du paquetage,30 ans de recherche sur le les parckas ! Pour au final les commander avec notre argent perso! C’est le résultat de l’absence de contrôle de ces spsedo d chercheurs !!??
    Il nous faut: du simple, pratique, léger, standard, en grand nombre, bon marché et …
    Et surtout :DES PNEUS INCREVABLES COMME LA FABRICATION FRANÇAISE C’EST FAIRE.

    • Fred dit :

      @ PETTINARI Ennio

      Pour info. Il existe une méthode encore moins onéreuse qu’une grenade pour rendre inopérant un Leclerc : monter sur sa structure muni d’un pinceau et d’un pot de peinture (peu importe la couleur) et badigeonner ses optique à l’aide de ces deux armes combinées.
      Rah, le problème, c’est que ces accessoires ne sont pas fournis par l’armée au fantassin de base : essayer d’en piquer à l’atelier de maintenance, ou bien – encore une fois – casquer à titre personnel. Bon courage et longue vie camarade.

      P.S. Jamais eu de réflexion lorsque tu portes ta Parka perso ? Étrange, étrange…

      • EchoDelta dit :

        Un paint-ball pour le rebelles ? 🙂
        C’est clair que c’est un défaut des chars modernes.
        Le développement par Nexter de Munitions de peintures concentrées à tirer dans des cumulonimbus n’est pas encore au programme je crois. En tout cas je n’en ai pas vu dans le panel des Caesars…
        Au passage même remarque pour les avions furtifs : C’est la meilleure façon de les taguer (avec un zeste de savon).

  19. Philippe dit :

    Bien vu Polymères…enfin un commentaire qui prend en compte le réel, le vécu et le bon sens. Derrière un char, un avion un navire y’a un paquet de mecs et de nanas aussi invisibles qu’ indispensables. Les additions comparatives brutes de décoffrages de X ou Y matériels pour mesurer les performances probables des différentes armées du monde sont de monumentales âneries. Derrière un escadron de F35 combien de mécaniciens …quelle durée pour leur formation ou de leur remise à niveau quand ils changent de matériels. ( bref formation, compétence, motivation, flexibilité adaptabilité…intelligence et dévouement voilà d’abors ce qu’il faut compter…

  20. Yo dit :

    Ce ne sont pas les « Chiffres clés de la Défense » qui officialisent le retrait du service de ce type de matériel mais une notification de la France à l’OSCE dans le cadre du traité sur les forces armées conventionnelles en Europe. La division maîtrise des armements de l’état-major des armées doit demander à l’unité française de vérification de rédiger cette notification.

  21. Durandal dit :

    Bon débarra…
    Avec l’arrivé du Jaguar, l’ERC 90 devient complétement obsolète.

  22. farragut dit :

    Je ne sais pas s’il y a un équivalent en « blindés » du A-10 Thunderbolt II, mais il me semble que c’est un bon contre-exemple à la démonstration de @Polymères.
    Le « vieux » est parfois encore adapté au besoin, s’il a été correctement conçu et réalisé pour être efficace, résilient au combat et économe en maintenance…
    Maintenant, l’argument de la formation des mécaniciens sur le F-35 a été repris par l’USAF pour justifier la mise au rebut (refusée) des A-10, sachant que le CAS n’est pas vraiment une mission de prédilection pour un 5ème génération furtif !
    Donc, oui, il y a bien des arguments pour accélérer les transitions (genre M2000 vers Rafale), mais cela tient plus au changement de doctrine sur la gestion des pièces de rechange. On part de l’hypothèse (doctrine McNamara) qu’un matériel « omnirôle » remplaçant plusieurs types de matériels existants (7 pour le Rafale) coutera moins cher en MCO que les matériels « remplacés ».
    La pratique et l’expérience (des autres, aussi, genre F-111) montrent que cette hypothèse est parfois très optimiste, et surtout coûteuse en exploitation. D’où le maintien en flotte, et la longévité de M2000-D et autres M2000-5 pour les missions d’appui-feu ou de supériorité aérienne, ou d’ATL2 « rénové » pour la guerre ASM, malgré leurs aspects « dépassés » (tous les arguments de @Polymères peuvent s’appliquer à la doctrine « John Boyd » )…
    D’où un vrai besoin de comptables (ou plutôt d’une « comptabilité » intelligente -je sais, c’est un peu osé!-) qui sachent prendre en compte les réalités du métier des armes, et pas seulement la volonté « politique » de rembourser la dette.
    Le 1/3 Thatcher, 2/3 Merkel n’a rien donné de bon en opérations (Malouines en 1982, F-35 en 2022) !

    • Fred dit :

      @ farragut

      Bien des militaires pensent que le A-10 se ferait écharper face aux moyen AA modernes lors de ses tirs au canon.

      • PK dit :

        Les Syriens ont prouvé que les théories de Polymères sont fumeuses. Le reste, c’est de la littérature.

      • farragut dit :

        @Fred
        Peut-être, mais que proposent ces militaires pour remplir la même mission ? Le F-35A ou B ? Qui va risquer un appareil de plusieurs dizaines de millions d’euro ou de dollars pour faire du CAS ? Et les effecteurs dispersant des sous-munitions intelligentes ou des drones suicide sont-ils vraiment plus efficaces et sans danger pour les troupes amies au sol ?
        Je veux bien croire que l’artillerie intelligente, de type CAESAr avec obus BONUS pourrait faire l’affaire, mais quid d’une attaque à plus de 40 km, hors de portée de tir ? Un appareil spécialisé en CAS est plus rapide pour aller sur zone, plus apte à évaluer la situation tactique, et peut être réutilisé (à la différence des missiles ou des drones suicide). Certes, le prix à payer est celui de la perte ou la capture des pilotes (cas du M2000N en Serbie, ou du F-16 en Irak), mais pour l’instant, c’est encore la baignoire blindée en titane de l’A-10 qui protège le mieux…

        • Fred dit :

          @ farragut

          Oui, les militaires américains proposent le F-35 comme remplaçant du A-10 : tout aussi capable de lancer des missiles, et plus apte à résister aux moyens aériens et sol-air ennemis.

          Les militaires français lui préfèrent les hélico, capables de se dérober, dans ce rôle.

  23. Yolec dit :

    Ce ne sont pas les « Chiffres clés de la Défense » qui déterminent le retrait du service de ce type de matériel mais une notification de la France à l’OSCE dans le cadre du traité sur les forces armées conventionnelles en Europe.

  24. Sergio dit :

    Heureusement que le Leclerc et le Vbci ont mis un terme à la longue tradition des blindés français Merdissima. Malheureusement il reste encore quelques scories immondes, Amx 10P, Vab, PVP, VBL…

    • VinceToto dit :

      Ce qui compte c’est que vous soyez contents avec!
      Cependant le mix Leclerc et VBCI dans des scénarios un peu réels de combat c’est plus la synergie des handicaps que la synergies des capacités.

  25. Thierry dit :

    Ils nous remplacent un 90mm par un 40mm CTA et faudrait être content ??? désolé mais j’appelle pas ça un progrès, on a clairement fortement perdu de la puissance de feu.

    • jccdm dit :

      Non.

    • EchoDelta dit :

      L’important ce n’est pas toujours la taille du canon, mais surtout comment on s’en sert. Il vaut mieux un CTA 40 mm qui touche précisément le point sensible la première fois, que le 90 mm qui s’y reprendrait à 10 fois pour faire mouche.

      • Thierry dit :

        et ce pitoyable 40mm n’a pas la capacité d’engager les drones, sa tourelle n’est pas équipé pour…, de qui se moque t’on ?

        Ce truc a été choisit par réduction des coûts et non par capacité opérationnelle, pas la peine de lui trouver des excuses, quand à toucher un « point sensible » avec du 40mm c’est une blague cela ne perce qu »un blindage très léger déjà vulnérable au 20mm ou au 12,7mm. On peut le comparer favorablement avec du 30mm mais certainement pas avec du 90mm, ça n’a absolument rien à voir.

  26. Frédéric dit :

    Plusieurs commentaires sur les forums disent qu’ils sont toujours utilisé à l’instruction a l’école de cavalerie.

  27. Rogger dit :

    Bonjour, engin assez fiable, défaut de motorisation de tourelle, assez rustique , bon canon pour l,outre mer…
    Protection faible , bonne mobilité sur le plat … l,on pouvait faire mieux sur beaucoup de points … discrétion, observations de nuits …

  28. Castel dit :

    Nul doute que ce blindé avait quelques qualités ( vitesse, maniabilité, artillerie puissante pour sa catégorie) , mais quand on pense que son blindage dépassait à peine 1 Cm à la tourelle, c’était quand même largement insuffisant, surtout lorsqu’on se rappelle que son ancêtre l’EBR possédait lui, quand même 4 Cm d’épaisseur !!