Haute intensité : L’armée de Terre mise sur la « différenciation » pour remédier à ses carences

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

164 contributions

  1. Le Breton dit :

    « Gagner la guerre avant la guerre » Napoléon (puis Hitler) pratiquait déjà cette technique avec ses marcheurs: tu arrives en premier sur le territoire de ton adversaire avant qu’il ne soit préparé et tu frappes vite et fort, c’est pas plus compliqué.

    • ji_louis dit :

      Dans notre cas, le problème non résolu est l’attrition certaine au combat de haute intensité: Nous n’avons pas de réserve suffisante, ni en matériels, ni en hommes.

      Avec des forces généralistes, on peut déshabiller Paul pour habiller Jacques et repartir au combat à plus petite échelle.

      Avec des forces spécialisées, chaque gros coup reçu désorganise l’unité, qui ne peut plus se réorganiser et assumer sa tâche spécialisée, donc cette fonction disparaît pour l’ensemble, jusqu’à l’incapacité opérationnelle de l’ensemble.

      Les russes (au Dombass), turcs (en Libye), et azerbaïdjanais ont montré qu’il suffisait de quelques bombardements ciblés pour désorganiser l’adversaire (organisé en armée conventionnelle ou presque) sans avoir à tout détruire pour lui faire perdre la capacité de combattre efficacement. Voilà l’avenir qu’on nous prépare.

      Le Général De Villiers, en dehors de ses qualités humaines, a été apprécié parce qu’il est « tombé au front » pour avoir défendu ses hommes (les armées) face à Bercy. Combien sont capable de suivre son exemple?

      • BoitaR dit :

        Commentaire intéressant ji_louis, mais penser qu’à tout faire, on fait tout aussi bien que chaque spécialiste de chaque discipline est un leurre. D’aucuns penseraient qu’en terme d’efficacité, à fortiori pour une « petite » armée, mieux vaut être particulièrement efficace pour faire la différence.
        La France ne pourra jamais aligner le nombre d’hommes et d’équipements qu’alignent USA, Russes, Chinois et autres… C’est à travers l’absolue maitrise des armes, et donc l’absolue maitrise de chaque spécialité, que les armées pourront faire la différence.

      • Fred dit :

        @ ji_louis

        Le Général De Villiers a surtout défendu son bout de gras avec une attitude épidermique assez peu justifiée, attiré par une perspective de carrière politique (semble t’il ratée) en lien avec Monsieur frère et La lettre des généraux.

        On parie que, tel le Monstre du Loch Ness, on le verra tenter de bouffer à tous les râteliers (un félon n’inspire confiance à personne) ?

        • Électeur dit :

          Non, Fred : l’attitude du Général Pierre de Villiers n’était pas « épidermique ».
          Avez-vous seulement lu son bouquin ?
          À part le titre qui me semble trop court*, il démontre une réflexion certaine.
          .
          * « Servir la France » aurait été un meilleur titre, surtout en ces temps où les politiciens parvenus au pouvoir s’imaginent que les moyens de la France sont à leur service.

          • LEONARD dit :

            @Electeur
            Le titre réel, c’est :
            « Servir la France au Boston Consulting Group »,
            Non ?

      • Dodo dit :

        « Les russes (au Dombass), turcs (en Libye), et azerbaïdjanais ont montré qu’il suffisait de quelques bombardements ciblés pour désorganiser l’adversaire (organisé en armée conventionnelle ou presque) sans avoir à tout détruire pour lui faire perdre la capacité de combattre efficacement. Voilà l’avenir qu’on nous prépare »

        Et nous n’avons jamais rien démontré de ce genre ? Nous ne savons pas effectuer des bombardements ciblés pour désorganiser un adversaire ?
        La guerre se fait dans les deux sens, faut arrêter de se faire passer comme celui qui doit et ne fera que subir l’adversaire, de croire qu’on ne cherchera pas à le désorganiser, qu’on va le laisser dérouler son plan car on veut se faire plus petit qu’on ne l’est. Nous ne sommes pas l’armée ukrainienne, nous ne sommes pas l’armée arménienne et nous ne sommes pas un groupe armé libyen.

        Quant à De Villiers, la désertion n’est pas une qualité enviable et si tout le monde devrait démissionner pour râler dès lors qu’il n’est pas content il n’y aurait plus aucun chef dans nos armées, mais aussi dans les armées du reste du monde, bonjour la résilience.
        Ces faux exemples qui vous inspirent, son bien au contraire, un exemple d’une lâcheté, préférant abandonner que combattre dans la lignée des grands chefs de 40. Je préfère des chefs qui se battront jusqu’à la baïonnette à défaut de munitions que des chefs qui lèveront le drapeau blanc car estimant avant la bataille, ne pas avoir assez dans les stocks. A chacun ses exemples et sachez que si De Villiers aurait été plus jeune dans l’institution, il ne serait pas sorti et qu’il a bien profité du scandale politico-mediatique pour vendre son livre et faire sa reconversion…

        • BoitaR dit :

          Piquant mais juste. Merci pour ça.

        • Aramis dit :

          « « Les russes (au Dombass), turcs (en Libye), et azerbaïdjanais ont montré qu’il suffisait de quelques bombardements ciblés pour désorganiser l’adversaire » Non les Russes n’ont pas fait que ça et loin de là.

          « Nous ne sommes pas l’armée ukrainienne, nous ne sommes pas l’armée arménienne et nous ne sommes pas un groupe armé libyen. » Ouai et on aligne quoi au maximum en cas de guerre d’après le livre blanc?

          « A chacun ses exemples et sachez que si De Villiers aurait été plus jeune dans l’institution, il ne serait pas sorti et qu’il a bien profité du scandale politico-mediatique pour vendre son livre et faire sa reconversion… » Il n’a pas eu le choix je pense.

        • Royal Marine dit :

          Vous êtes malheureusement ridicule… Votre raisonnement biaisé, vous permet de louper complètement la cible et de frapper à côté! MDR!
          En fait, le Général de Villiers (CEMA) a défendu les Armées, et non pas seulement l’AdT, bec et ongles, et a mis en balance sa démission, alors qu’il venait d’être prolongé dans son poste pour 2 ans… Peu en sont capables…
          Micron était bien gêné!
          On voit qu’aujourd’hui, et malgré les annonces de crédits en hausse du gamin capricieux, « C’est moi le Chef! » (des c.ns? Sans aucun doute…) la Marine manque de frégates et de SNA, l’AdA d’avions de tous types, et l’AdT de ses nouveaux matériels, tous en retard! Sans compter les trous de personnels, et les stocks d’armes au plus bas… Et tout ceci, bien sûr, au moment ou le Monde entier réarme à toute vitesse, et que nous nous dirigeons rapidement vers des confrontations à haute intensité… Le Général de Villiers avait d’ailleurs combattu plusieurs fois, avec courage, ce que vous oubliez…
          Il faisait l’admiration de ses pairs, et jusqu’au plus petit des pioupious sous ses ordres, il n’est que de voir la manifestation spontanée qui lui fût réservée par les personnels de l’EMA lors de son départ…

    • Oliver dit :

      Le bon général a gagné la bataille avant de l’engager.
      Sun-tzu dans L’art de la guerre

      • BoitaR dit :

        Le bon Général chie pas un cake avant de filer sa dém’ au chef des armées parce qu’il n’a pas eu ce qu’il voulait et que du coup, autant se faire un peu de pub pour écrire un bouquin.
        Chacun sa conception de ce qu’est que l’honneur d’un soldat.

    • Fred dit :

      @ Le Breton

      C’est plus compliqué. Tu n’as juste pas entendu ce qui est dit, pourtant pas très compliqué. Problème d’état d’esprit pourvu d’œillères. Relis.

    • Vérités crues dit :

      Mais c’est qui l’ennemi mon comandant ? On ne peut quand même pas bombarder l’assemblée nationale mon colo ?

  2. Roberto dit :

    Nos officiers supérieures et généraux continueront eux à se différencier dans leur spécialité de joueurs de pipeau et d’inventeurs de haute voltige rhétorique.
    Ceux qui devraient se mettre à la haute intensité les premiers, ce sont eux, et ce n’est pas un problème de matériel et de véhicule, mais bien d’esprit et de travail. A la vraie guerre il n’y aura pas possibilité d’aller en weekend à N’djam ou Abidjan en laissant le bureau vide, messieurs.

    • Ah Ca ! Z arrive ! dit :

      Il faut préciser, en Falcon avec apéro et petits fours.

    • Dupond avec un d dit :

      Le véritable danger pour le militaire, ce n’est pas l’ennemi, mais la haute hiérarchie avec son stylo Mont-Blanc ou sa plume Sheaffer.

      • Roberto dit :

        Je donnerais ma solde du mois pour revoir ce commanfor de Barkhane haranguant de sa dernière idée de génie toute sa troupe rassemblée sous le cagnard Malien pour l’occasion :
        « Et que Barkhane… Gagne ! »
        *Silence absolu de consternation*
        « Aller répétez tous avec moi! »
        Surréaliste. A peine digne d’un coach d’une équipe de football de poussins.

        On est presque tenté de souhaiter leur guerre de haute intensité tant elle sera révélatrice de l’incompétence crasse de cette équipe de pitres. Ils nous regardent de haut et nous, de plus en plus, ne les regardons plus du tout.

        • farragut dit :

          Je suis sûr qu’il aurait eu plus de succès avec le slogan: « Und jetzt, Merkel, raus ! » 😉

        • BimBamBoum dit :

          Je m’en souviens de celle-ci camarade.
          Personne n’avait piper un mot et on s’est tout regarder et interroger.

      • MP3 dit :

        Que de bave…

    • Fred dit :

      @ Roberto

      Le paradigme ici exposé ne concerne pas la « haute intensité » dont tu parles (relis).

      Ce n’est évidemment pas une révolution copernicienne, mais il a le mérite d’exposer clairement le transfert du centre de gravité de l’affrontement à l’heure du rôle d’internet sur les opinions publique, à l’heure de la globalisation industrielle, à l’heure d’une forme plus « soft power » mais efficace de l’impérialisme.

      Les manœuvres permanentes de la Turquie et de la Russie sur ce nouveau centre en sont la parfaite illustration.

  3. Aramis dit :

    Une arlésienne ressortie à chaque coupe budgétaire depuis 1984.

    • Plusdepognon dit :

      @ Aramis
      L’erreur est ancienne, mais la persévérance est toujours là…
      https://www.ifri.org/fr/publications/etudes-de-lifri/focus-strategique/fin-regiment-trente-ans-de-destructuration-de

      • nikoopol dit :

        maintenant la question se pose, les états modernes sont ils capables de monter en mobilisation ?
        au XX siécle une mobilisation rapide était un gage de puissance maintenant on parle de drone autonome, d’ia. on va où ?

        On a parlait d’actions ambigues, quand on voit la latence dans la prise de position politique, l’absence de pragmatisme et d’adaptabilité des décideurs, quand bien méme nous aurions les equipements l’armée française pourrait elle étre parti prenante dans un affrontement de Haute instensité.

        • Aramis dit :

          « l’armée française pourrait elle étre parti prenante dans un affrontement de Haute instensité. » je pense que ce type d’article répond à la question.

  4. Flo dit :

    Et sinon on peut pas « juste » se fixer l’horizon 2030 pour remonter une division interrarme complète et en parallèle passer à 100 000 réservistes ?
    Parce que là on reste dans le cache misère…

    • blavan dit :

      A part la gendarmerie, le maintien de réservistes est un non sens dans ce contexte de moyens matériels échantillonnaires. Dans une armée où le surnombre d’officiers supérieurs oblige à « fabriquer » des postes , comment justifier cette réserve, sauf à penser que Sentinelle est l’avenir de la mission de défense ?

      • Saint Chamond dit :

        Dans l’immédiat un moyen pour avoir du personnel de soutien pas cher et pour assurer des missions de sécu subalterne (sentinelle mais aussi la sécu des bases).
        Plus tard, si les budgets montent, un moyen pour constituer un div lourde de réserve.

        https://www.meta-defense.fr/2021/07/13/la-garde-nationale-un-format-de-predilection-pour-la-haute-intensite/

      • Aramis dit :

        La création d’une vrai réserve est jugée vitale dans l’optique d’avoir à nouveau une armée qui tienne la route.

      • Fred dit :

        @ blavan

        Disposer d’un surnombre d’officiers (?), cela permet de faire remonter les effectifs globaux bien plus rapidement en cas de besoin.

        • blavan dit :

          @fred. Pas mal comme argument, c’est dans la même idée que le nombre d’énarques, de ministres, de députés, de sénateurs et d’élus en tous genres, de personnels non soignant à l’hôpital, etc . Bref la France.

          • Niel dit :

            @blavan,
            Non, c’est tout simplement connaître l’Histoire. L’exemple de l’armée américaine à la veille de la Guerre de Sécession, armée-croupion surencadrée, est assez sens éloquent (je vous l’accorde en revanche, ils étaient tous « dézingués » lorsque le temps de paix revenait). La puissance industrielle du Nord et ses masses de conscrits ainsi équipés n’auraient servi à rien si l’ensemble n’était pas encadré par les anciens officiers supérieurs de la guerre américano-mexicaine… Qui ont continué à servir malgré la décrue des effectifs .
            Plus proche de notre époque, l’exemple de la Reichswehr démontre toute sa pertinence.
            Je suis ouvert au débat sur le sujet, si tant est qu’il dépasse le niveau des comparaisons hasardeuses.

          • Aramis dit :

            Niel exactement et ce type d’organisation était celui des USA et des anglais avant la seconde guerre mondiale. C’était aussi en partie le cas sous la conscription avec possibilité de dériver des unités de réserves d’unités d’active en cas de mobilisation grâce à un surencadrement. Et c’était aussi la logique poussée à l’extrème de la Reishwehr.

    • MAS 36 dit :

      exactement. Rester simple et concret. + 10 000

  5. LeVoyageurDeRetour dit :

    Je trouve que c’est une excellente nouvelle. Mais le rythme de remontée en puissance faire qu’il va nous falloir encore 10 à 15 (j’espère pas plus) pour être digne de notre rang. Est-ce les ennemis de la France (je ne vise personne, c’est un terme générique), lui laisserons ce luxe du temps ou est-ce que comme durant la seconde guerre mondiale, l’ennemi va frapper fort AVANT que l’armée française soit totalement remise à niveau ?

  6. patrico dit :

    Messieurs les Généraux Merci !
    1er -Paix Crises Guerres ! Non. Aujourd hui c est a dire demain ce sera malheureusement Crises Guerres Paix !
    2em-Apres les engagements au Sahel et au Levant notre Armée de Terre est elle au niveau ? pour des combats de hautes intensités! ! ? ?
    3em- on est en 2030 ! Nos chers Généraux le savent, mais n ont pas « toutes » les Manettes!
    4em- il y a le Savoir, le Savoir faire, et, le Savoir Etre !
    Merci Thank you !

  7. Frérot Georges dit :

    Cela laisse pantois.
    La guerre en gant blanc avec des cocottes en papier en quelque sorte.
    Gagner la guerre avant la guerre,
    Affectation ds équipements différenciée selon la spécificité des régiments,
    Se concentrer davantage sur la maîtrise et l’entretien de savoir-faire individuels et collectifs qu’elles sont les seules à détenir en propre,
    Désolé mais pour être en mesure d’assumer un engagement de haute intensité d’une durée raisonnable, plusieurs semaines, avant de devoir envoyer un premier signal d’alerte fort (15 ktn) et l’anéantissement général, cela demande :
    – des moyens humains polyvalents et entraînés pour tenir et assurer les relèves,
    – des moyens matériels :
    – stock de munitions suffisant,
    – capacités logistiques adaptées,
    – service de santé en ligne avec ce type d’engagements qui produiront morts et blessés en nombre,
    – matériels opérationnels de qualité en nombre pour supporter l’attrition, …
    En somme une identification et qualification des nos ennemis, des zones de conflits potentiels pour en déduire le système de défense adéquat et les moyens nécessaires.

    • Dupont avec un t dit :

      Le Check est en cours
      – des moyens humains polyvalents et entraînés pour tenir et assurer les relèves, Virtuels , en cours d’élaborations
      – des moyens matériels, Montée en charge prévue depuis des décennies mais de plus en plus lente
      – stock de munitions suffisant passé 72H en hte intensité y a pas ou plutôt y a plus, a part du cal 12 chez les chasseurs
      – capacités logistiques adaptées, il fut un temps assez lointain ou il y a eu
      – service de santé en ligne avec ce type d’engagements qui produiront morts et blessés en nbre, SAN plus Rien Cultes Ops
      – matériels opérationnels de qualité en nbre pour supporter l’attrition, sur le tableur excel c’est tt bon mais faut ensuite ajouter le taux de disponibilité sans cannibalisation

      « On est mal Patron » , en Haute Intensité « On est mal Patron »

      • Plusdepognon dit :

        @ Dupont avec un t
        La Pistourelle des prés et la Musilette des bois peuvent dormir tranquilles…
        https://www.lanouvellerepublique.fr/romorantin/loir-et-cher-les-armes-et-munitions-commencent-a-manquer

      • Frérot Georges dit :

        Une armée LIDL !
        Je n’y crois pas.
        Les fiascos financiers :
        – des Horizon, Fremm et Fdi,
        – du char Leclerc,
        – des fusils d’assaut et munitions sans contrepartie aucune,
        – des bases aériennes cédées ou encours de cession comme CHÂTELLERAULT alors qu’il faut envisager la dispersion en cas de crises,
        – et bien d’autres sujets ….
        confirment que c’est une armée de riches au frais des contribuables.
        Il est temps, grand temps de sortir des bons mots et postures des courtisans de toute nature.
        Un inventaire sans concession aucune de la situation s’impose pour construire et proposer un plan d’équipement faisant l’objet d’une LPM avec des priorités en échelonnées sur 3, 5 et 10 ans.
        Son financement pourrait être assurer par un emprunt auprès des contribuables français, solution envisagée par les « barbares polonais », pour la partie ré-équipement.
        Les budgets de fonctionnement devraient pouvoir être optimisés si nous mutions d’un modèle d’armée mexicaine à un structure d’armée moderne.

  8. Lagaffe dit :

    Question manque de moyens, le dernier magazine Raid fait un constat sans appel des trous dans la raquette de la BITD française : Chars lourds plus fabriqués, pas de chars légers, pas de VCI chenillés, pas d’automoteurs chenillés, pas de LRM, pas de drones d’attaques, pas de munitions rôdeuses, pas de SRBM, pas de défense sol-air, pas de fabrique d’armes légères et munitions, peu de moyens de guerre électronique, des moyens du Génie limité, une robotisation « à l’étude »… et un stock de munitions limité. On a une industrie militaire terrestre tournée vers les moyens légers à roues pour des opérations expéditionnaires face à un ennemi dépourvu d’armes lourdes, de soutiens et d’appuis aériens. Le pire est que les nouveaux programmes comme Scorpion s’étaleront sur 10 à 15 ans et qu’on ne lancera aucun autre programme avant 2030-2035 faute de pouvoir passer des commandes d’état qui aujourd’hui sont les seules à faire vivre nos industriels. MGCS et VBAE sont les exemples de projets reportés au delà du raisonnable.
    Nos concurrents lancent dès maintenant des programmes d’armements majeurs et innovants, on va avoir 15 ans de retard au mieux. On laisse les USA, la Chine, La Russie, la Turquie, la Corée du Sud… prendre des parts de marchés en Europe et à l’étranger pour les 30 ans à venir.
    Le magazine Raid rappelle qu’en 1936 le gouvernement engageait un plan de réarmement en déclarant « en 1943 nous seront prêts ». On sait où nous mena cette déclaration martiale.

    • blavan dit :

      @lagaffe. Dans les hypothèses de conflit futurs, nos armées ont le bon matériel, même si on peut admettre que le nombre n’est pas suffisant. A quoi nous serviraient des chars lourds, de lourds moyens de génie puisque nous allons persister dans le combats asymétriques . Il nous faut des matériels vendables à l’export et la panoplie made in France me semble adaptée. L’Armée que vous souhaitez ne pourrait voir le jour que dans le contexte d’une Armée européenne totale, qui ne verra jamais le jour, les américains font tout pour.

      • ONERESQUE dit :

        « puisque nous allons persister dans le combat asymétrique »……..Permettez-moi, mais qu’est-ce qui vous permet de sortir votre « boule de cristal », cher GANDALF-Valdemort ? Et s’il fallait repousser des bataillons de Marines chinois assaillant la Nouvelle-Calédonie, à Djibouti ou La Réunion ou des spetnatz russes en Ukraine ? Çà c’est asymétrique ?

        • Aymard de Ledonner dit :

          La marine et l’AA sont bien plus utiles pour repousser les chinois ou plutôt les dissuader de tenter le coup. Si des bataillons de chinois arrivent à débarquer c’est qu’on a déjà perdu.

        • Piliph dit :

          @Oneresque : qu’est ce que l’armée française irait faire en Ukraine? Ca ne fait pas partie de l’OTAN et pas d’accords bilatéraux.

          • Fred dit :

            Pour répondre à ta question du 8 concernant le Mali (commentaires fermés) :
            Oui, nous avons lu la même chose… Mais ce n’est pas fait ;o)
            La France a d’ailleurs dit que ce serait incompatible avec sa présence.

      • Lagrange dit :

        La question est en cas de haute intensité.

    • ONERESQUE dit :

      A 150% en phase avec vous et on peut rajouter sur la liste des manques rédhibitoires, pas de système d’interception active des missiles anti-chars de type TROPHY………vraiment PITOYABLE

      • Hermes dit :

        Les manques sont également des choix.
        Le système de défense actif été prévu, on peut le voir avec le SHARK qui a quand même plus de 13 ans…
        .
        Mais est ce que nos Leclerc en avaient besoin ? Non
        La décision était bonne ? Oui tant que les compétences n’ont pas été abandonné.
        .
        On est obligé de faire des compromis malheureusement, on ne peut pas tout fournir en nombre suffisant, même les USA’s ont du mal.
        La réelle question c’est de savoir si ce qu’il manque provient d’une décision rationnelle ou pas, et de savoir si en cas de besoin cela peut être comblé dans des délais raisonnable.

    • Plusdepognon dit :

      Le langage managérial s’est installé dans tous les communiqués et articles sortant du MINARM, comme dans toute la haute fonction publique :
      https://www.areion24.news/2020/08/28/le-mdc2-loccasion-de-renover-notre-c2

      Les progrès technologiques en termes de traitement d’informations y sont liés, à tel point que l’on peut bientôt envisager à moyen terme l’automatisation de 70% du travail d’un etat-major (rébarbatif et qui ne manquera à personne) :
      https://www.forcesoperations.com/op%c2%b2ex-ia-un-projet-dintelligence-artificielle-pour-accelerer-la-preparation-de-mission/

      La vitesse de circulation des informations a augmenté, la difficulté c’est que cela soit utile :
      https://www.areion24.news/2021/03/05/penser-la-strategie-vitesse-information-et-strategie-2/

      Et puis un état-major, c’est une cible valable pour l’ENI :
      https://www.areion24.news/2021/08/20/haute-intensite-la-survie-des-postes-de-commandement

      De toute manière, même sans intelligence artificielle, juste avec les costards- cravates, on entend dans les salons où l’on cause que cela en fait des inutiles aux postes de responsabilités, dont on peut se séparer qu’ils soient en costumes militaires ou civils…
      https://www.nouvelobs.com/politique/20210627.OBS45815/des-milliards-depenses-pour-se-substituer-a-l-etat-enquete-sur-la-republique-des-consultants.html

    • Hermes dit :

      Dans vos manques:
      -Char léger, pourquoi faire ? Les ERC 90 et AMX10RC, bien qu’imparfait, ont rempli le rôle avec succès, espèrons que le Jaguar soit un digne successeurs.
      -VCI chenillé, pourquoi faire ? Le choix du tout roues semble avoir été le bon, la chenille c’est bien, mais c’est bien plus cher, alors des chenilles qui ne nous serviront pratiquement pas mais qui aspireront encore plus le budget déjà limité… Non merci.
      -Automoteurs chenillé, pourquoi faire ?
      Même question, c’est quoi le projet d’un automoteur chenillé ? A la limite vous m’auriez dit un CAESAR 8×8 totalement automatisé qui reprend un peu les traits d’un ARCHER, ok, mais encore une fois, si c’est pour avoir du K9/Pzh2000 qui reste à la métropole parce que trop cher à mobiliser, alors qu’un CAESAR est parfait pour nos missions, non.
      .
      L’armée française ne peut pas couvrir l’ensemble des spectres d’opérations avec ses effectifs et son budget.
      La différence entre chenillé et roues est bien plus ténu que ce qui était par le passé, par contre le coût lui est toujours explosif pour le chenillé.
      .
      Bref, vos manquements ce sont surtout des compromis et si je suis pas toujours d’accord (RIP LES FREMM….), concernant les éléments que vous avez cité, les choix ont été je pense les bons.
      .
      S’il faut produire des MBT’s pour produire des MBT’s juste histoire de flatter votre égo… aucun intérêt, il serait temps de grandir un peu, on joue pas aux petits soldats, des décisions doivent être prise.

      • Lagrange dit :

        « L’armée française ne peut pas couvrir l’ensemble des spectres d’opérations avec ses effectifs et son budget. » Oui mais là on ne couvre quasiment rien en conventionnel. C’est le problème.

  9. Mat49 dit :

    Oh mince alors! Il y a quelques temps on nous avait dit qu’à l’avenir ce type de savoirs faires étaient inutiles:https://www.defense.gouv.fr/actualites/communaute-defense/preparation-operationnelle-la-preparation-centree-sur-la-mission

    La différenciation ça fait 40 ans qu’on en parle sinon. La répartition des véhicules par type de RI était déjà actée. Donc rien de nouveau.

    On brasse du vent faute de budget.

    • NRJ dit :

      @mat49
      Alors le première postulat que vous considérez comme invraisemblable est justement le plus vrai. Un vrai ennemi, on le repère des années à l’avance. Il suffit juste de regarder l’évolution de ses moyens militaires, ses ambitions, et la propagande qu’il sert pour servir ces ambitions.
      Par exemple, Hitler, il n’a pas la Wehrmacht en 6 mois. La 1ère guerre mondiale, elle était dans les cartons depuis 1870.
      Tenter de vouloir aller vite, c’est négliger la préparation et prendre généralement une dérouillée. C’est ce qui s’est passé avec les argentins (typiquement, s’ils avaient attendu quelques mois, l’Angleterre n’avait plus de porte-avions et elle n »aurait rien pu faire. A la place ils sont partis dans la précipitation et ont reçu une déroute magistrale).

      On est d’accord sur le deuxième postulat. Ca va d’ailleurs exactement dans mon sens: tout ne se règlerait pas « en quelques jours ». La guerre est une affaire de long terme si on le décide.

      « On ne tient pas un front très important avec ça surtout qu’il faut garder des troupes en réserve opératives. ». Il n’est pas forcément tant question de tenir un front que de neutraliser l’ennemi. Avec des forces aussi modestes, effectivement on ne refait pas Barbarossa. Par contre, avec ce poing blindé, on peut détruire tout ou partie des forces puissantes adverses en coopération avec l’aviation. Si l’ennemi resterait présent, il serait neutralisé, obligé de se cantonner à la protection des villes qu’il a déjà conquis (s’il y en a) que nous ne pourrions effectivement pas prendre d’assaut dans l’immédiat (mais ce qui nous laisse le temps de mobiliser). On peut avoir un million de fantassins, sans blindés, sans l’artillerie et sans avions, ils ne tiennent pas deux secondes dans un champ ouvert.

      « Et si on a que quelques jours comme c’est probable on déploiera bien sûr nettement moins de troupes et de matériel. ». Effectivement, et le fait d’avoir un budget à 60 milliards n’y changera rien. La guerre ne s’arrête que si les deux camps sont d’accord qu’elle s’arrête. A nous de faire le choix. Typiquement, pendant la guerre du Koweït, on a attendu presque une année avant de contre-attaquer.

      Enfin, nos adversaires ne sont pas mieux lotis. La Turquie a des moyens aériens et navals très limités (c’est le moins qu’on puisse dire). La Russie est plus puissante, mais on est en droit d’avoir quelque doute sur ses capacités réelles une fois qu’on sort des chiffres qui font bien sur Powerpoint (là encore, regardez le passé avec Barbarossa. Les chiffes sont des leurres). Et ses capacités à faire une guerre sur le long terme sont inexistantes (pas d’argent, pas d’hommes).

      « Qu’est ce qui vous fait dire que ce constat, fondé sur les éléments factuels ci-dessus serait erroné dans l’hypothèse décrite : exercice Russe qui couvre en fait une invasion des états Baltes voir de la Pologne si elle tente d’aider les Baltes. ». So what ? Les aviations européennes pourraient intervenir rapidement, les troupes américaines ont déjà des forces prédispositionnées. Bref on a de quoi les user et tout au moins fortement les ralentir (surtout qu’ils n’ont pas la logistique pour mener une guerre à plusieurs centaines de km de leurs frontières). Après il suffit d’accepter de perdre du territoire au début pour revenir plus fort avec une engagement sur le long terme que la Russie ne pourra pas gagner.

      • Mat49 dit :

        @NRJ là on a les Russes potentiellement et on ne fait rien. Donc nous votre postulat « Un vrai ennemi, on le repère des années à l’avance. Il suffit juste de regarder l’évolution de ses moyens militaires, ses ambitions, et la propagande qu’il sert pour servir ces ambitions. » est pour moi bidon. 1935 à 1940 est aussi un très belle exemple de ce type d’aveuglement cocardier et méprisant.

        « On est d’accord sur le deuxième postulat. Ca va d’ailleurs exactement dans mon sens: tout ne se règlerait pas « en quelques jours ». La guerre est une affaire de long terme si on le décide. » Vous ne comprenez pas. On considère que au bout de six mois le match va s’arrêter forcément. pas que cela durera plusieurs moi, nuance.

        « Il n’est pas forcément tant question de tenir un front que de neutraliser l’ennemi. » tenir un front on ne peut déjà pas alors neutraliser 100000 hommes bien quipés et entrainés avec 3000 mal équipés et mal entrainé pour la haute intensité c’est… naif pour ne pas dire plus.

        « Par contre, avec ce poing blindé, on peut détruire tout ou partie des forces puissantes adverses en coopération avec l’aviation. » Dans le laps de temps imparti de quleque jour on ne déploierait pas de chars. Et notre aviation ne s’entraine que très peu au tire air air et déploierait quelques dizaines d’avions. Donc elle aussi serait en grande difficulté.

        « Si l’ennemi resterait présent, il serait neutralisé, obligé de se cantonner à la protection des villes qu’il a déjà conquis  » Il n’y a pas beaucoup de grosse aglomérations en Mazovie.

        « On peut avoir un million de fantassins, sans blindés, sans l’artillerie et sans avions, ils ne tiennent pas deux secondes dans un champ ouvert. » Exactement sauf que nous on aurait que 2000 à 2500 fantassins presque sans blindés, presque sans l’artillerie et presque sans avions. Donc à l’évidence quand on a rien on ne fait rien.

        « Effectivement, et le fait d’avoir un budget à 60 milliards n’y changera rien. » je réponds à ça à part, mais pour faire court vous avez tort. L’argent est le nerf de la guerre et ce n’est pas pour rien.

        « Typiquement, pendant la guerre du Koweït, on a attendu presque une année avant de contre-attaquer. » Parceque les américains étaient là et que c’était l’Irak en face. Dans une configuration ultra favorable totalement hors de propos ici.

        « La Turquie a des moyens aériens et navals très limités » Hos sujet également.

        « La Russie est plus puissante, mais on est en droit d’avoir quelque doute sur ses capacités réelles une fois qu’on sort des chiffres qui font bien sur Powerpoint » Si vous m’aviez lu vous comprendriez que sur ce plan nous sommes d’accord. Et que j’en tiens compte.

        « Et ses capacités à faire une guerre sur le long terme sont inexistantes » Elle peut se battre quelques mois. Nous me^me quelque jour, dans ce que j’envisage c’est du suicide.

        « Les aviations européennes pourraient intervenir rapidement, » Pardon vous croyez vraiement qu’elle sont moins à la rue que nous. je vous renvois à nouveau vers l’article où nous avons commencé à discuter où on s’apercevait qu’on ne s’entrainait que très peu au tire air air. Alors dans des pays moins lotis je n’ose pas imaginer. Bref c’est comme croire au père Noël.

        « les troupes américaines ont déjà des forces prédispositionnées. » Pas beaucoup : 2nd Stryker Rgt, 173e BP et une brigade d’hlico. Des forces légères. Bien supérieurs à ce qu’on pourrait aligner mais c’est léger (deux bataillons d’artilelrie pas de char).

        « Bref on a de quoi les user et tout au moins fortement les ralentir » Si les américains ont les coudés franches à Taïwan et qu’ils décident de déployer des moyens lourds, oui ils peuvent couvrir la Pologne.

        « surtout qu’ils n’ont pas la logistique pour mener une guerre à plusieurs centaines de km de leurs frontières » Ce ne serait pas le cas, ils sont chez eux à Kaliningrad et presque chez eux en Biélorussie.

        « Après il suffit d’accepter de perdre du territoire au début pour revenir plus fort avec une engagement sur le long terme que la Russie ne pourra pas gagner. » Si les américains viennent pourquoi pas.

        Mais au final vous me confortez totalement dans mon constat en apportant aucune contradiction à ce que je dis. Si les US viennent nous serons les seuls à apporter une aide symbolique. Mais cela restera symbolique.
        S’ils ne viennent pas, ou restent en second rideau, ce n’est pas la peine d’envoyer les 3 000 hommes qu’on pourraient déployer. Presque sans blindés, presque sans l’artillerie et presque sans avions ils se feraient massacrer. Non pas parce qu’intrasèquement un soldat Russe individuelement serait meilleur qu’un soldat français. Mais parce que sur les 280 000 hommes que compte les forces Russe d’active, il y en a a peu près 100 000 de potables (ceux alignés lors des ZAPAD, chiffre calculé par la Rand). Solidement dôté en blindés, en artillerie, avec un minimum d’avions, et beaucoup de drone et de DCA il n’aurait pas grand mal à nous battre nous et les Polonais si les américains ne viennent pas. Dans un tel cas il faut prier pour que les Russes satisfait d’avoir pris les Baltes en gage territorial acceptent des négociations au bout de 48H sans qu’on ait à se battre. Si à l’invers les américains viennent ce qu’on fait n’a aucune importance car notre petite demi brigade sous équipées sera annecdotique.

        • NRJ dit :

          @Mat49
           » 1935 à 1940 est aussi un très belle exemple de ce type d’aveuglement cocardier et méprisant. ». Mais ce n’était en rien une surprise, la guerre de 40. Le coup d’envoi à une remilitarisation française a d’ailleurs été donné dès la remilitarisation de la Rhénanie. Vous confondez les causes des évènements.

          « On considère que au bout de six mois le match va s’arrêter forcément. pas que cela durera plusieurs moi, nuance. ». Pourquoi le match doit t’il s’arrêter au bout de 6 mois ? Il s’arrêtera au bout de 6 mois si on décide notre ou bien nous-même décidons d’arrêter au bout de 6 mois. Mais rien ne nous engage à ça. Pourquoi vous imposez vous une telle limite, à part pour essayer de neutraliser la mobilisation/recrutement (je vous laisse donner le nom que vous voulez) de la société française ?

           » tenir un front on ne peut déjà pas alors neutraliser 100000 hommes bien quipés et entrainés avec 3000 mal équipés et mal entrainé pour la haute intensité « . Vous pouvez avoir 10 millions d’hommes en face. Si on neutralise leurs blindés et leurs aviations, ils ne pèseront rien. Ils seront obligés de se barricader dans des villes ce qui nous laissera le temps de monter en puissance. Si on a un poing blindé, c’est pour neutraliser leur matériel, et non pas simplement pour faire de la présence dans une tranchée paumée. Ca on le laisse à des alliés qui ou à des hommes mobilisés (sachant que pour tenir une tranchée, quelques semaines d’entraînement suffisent). Une fois qu’on a détruit le matériel important de l’armée adverse, celle-ci est neutralisée, quelque soit le nombre d’hommes.
          Après on est ‘accord sur le fait que l’armée française doive s’entraîner à la guerre de haute intensité. Mais ce n’est PAS une question de budget. C’est une question de doctrine.

          « Dans le laps de temps imparti de quleque jour on ne déploierait pas de chars. Et notre aviation ne s’entraine que très peu au tire air air et déploierait quelques dizaines d’avions. Donc elle aussi serait en grande difficulté. »
          Effectivement en quelques jours on ne déploierait pas de chars. Là faut partir du principe que nos alliés ne se sont pas laissés attaqués comme des bleus et qu’ils peuvent retarder l’attaque adverse. Maintenant qu’est-ce que peut bien changer le fait d’avoir un budget à 60 milliards ? Ou même 100 milliards ? Absoluement rien, à partir du moment où la moitié de nos troupes n’est pas stationnée là-bas de façon permanente.
          Notre aviation est surement imparfaite, mais ils restent néanmoins très bien entraînés, surement mieux d’ailleurs que les russes dont les avions sont en panne la moitié du temps (je vous laisse lire les bilans des indiens sur les avions russes).

          « Exactement sauf que nous on aurait que 2000 à 2500 fantassins presque sans blindés, presque sans l’artillerie et presque sans avions. ». Ben non. On aurait 15000 hommes avec des blindés, des avions et des hélicoptères. Et avec le reste de l’armée derrière qui se déploierait au fur et à mesure. Après si c’est une question de jour voire d’heure, effectivement il n’y aura personne, et concrètement on ne peut rien y faire si ce n’est disposer toute notre armée dans les pays voisins de la Russie et non pas sur le territoire national.

          « Parceque les américains étaient là et que c’était l’Irak en face. Dans une configuration ultra favorable totalement hors de propos ici. ». pourquoi hors de propos ? Ca montre juste qu’on n’est pas obligé de réagir dans l’urgence mais qu’on peut se préparer pour repousser l’adversaire. C’était vrai pour les irakiens, c’est vrai pour les russes. La seule raison pour laquelle une telle chose serait impossible serait l’invasion de la France par les russes. Avec les nucs, bonne chance….

          « Et que j’en tiens compte. ». Alors ne me dites pas que la Russie serait capable de prendre d’assaut et mener en quelques jours une opération Barbarossa sur la Pologne et les pays Baltes sans que ces derniers ne s’en rendent compte et voient venir le coup. Et ne me dites pas non plus qu’ils pourraient neutraliser facilement les aviations européennes (et notamment l’AAE), simplement car on tire relativement peu de missiles air-air.

          « Elle peut se battre quelques mois. Nous me^me quelque jour, dans ce que j’envisage c’est du suicide. ». Vous envisagez un cas apocalyptique pour essayer de justifier l’injustifiable. Et qu’est-ce qui vous fait dire que l’armée russe peut se battre quelque mois si ce n’est des chiffres du matériel et de l’armée russe qui n’ont de valeur que sur des présentation Powerpoint ?

          « Alors dans des pays moins lotis je n’ose pas imaginer. ». Parce qu’évidemment, les avions russes tirent des missiles tous les jours dans leur entraînement. Soyons sérieux.
          Tirer un missile dans un avion, c’est appuyer sur un bouton. Ca c’est justement quelque chose qu’on peut faire sur simulateur. Donc arrêtez de vous fixer là-dessus.

          « Si les américains ont les coudés franches à Taïwan et qu’ils décident de déployer des moyens lourds, oui ils peuvent couvrir la Pologne. ». Non, ils sont de l’autre côté de l’Atlantique, les américains. Il leur faudrait 6 mois pour arriver. En revanche, ils peuvent user les russes et derrière les confronter à un combat sur le long terme que les russes ne peuvent pas gagner.

          « « surtout qu’ils n’ont pas la logistique pour mener une guerre à plusieurs centaines de km de leurs frontières » « . Je voulais dire: les russes ne sont pas capables d’envahir la totalité de la Pologne. Il y a des élongations logistiques impossibles à tenir pour eux et couplées à des déploiements des armées européennes.

          « Si les américains viennent pourquoi pas. ». Et bien merci de le dire…. Et même sans eux, ce serait surement plus compliqué, mais le principe reste le même. Rien qu’un embargo sur les matières premières ferait mal aux russes, alors un conflit à gérer en prime leur rendrait la situation impossible. Ce n’est même pas la peine de lancer une grande invasion, une simple guerre d’usure et des attaques limitées les forcerait à renoncer (car la logisitique, le coût d’occupation d’un territoire etc).

           » il n’aurait pas grand mal à nous battre nous et les Polonais si les américains ne viennent pas. » .Expliquez moi comment avec 100 000 hommes ils envahissent la Pologne… Je ne nie pas qu’ils pourraient détruire l’armée polonaise, mais il sera question après pour eux d’attaquer les villes, alors qu’on sera à la frontière pour contre-attaquer. Bref, une situation impossible à gérer. Et cela ne prend même pas en compte l’aviation.

      • Mat49 dit :

        @NRJ Sur les points de détail distinct de mon précédent message :

        « Les dénominations ne sont que des dénominations. Elles ne présagent en rien de ce qu’est un appareil. » Certes mais là le SH est extrapolé du Hornet. Donc si pour moi la structure est très similaire.

        « Vous m’avez dit qu’il était nécessaire que le NGF soit capable d’emporter en interne plusieurs tonnes d’armement » ce n’est pas moi qui le dit mais les documents parlementaires.

        « pourquoi serait-il nécessaire d’avoir plusieurs tonnes en interne avec le NGF ? » pourquoi la furtivité passive en somme.

        « Pas de T90 pendant la guerre du Donbass. » Au temps pour moi, déployé en Syrie.

        « Et ça ne présage en rien de la capacité de l’armée russe à mener une guerre. » Tout le monde a bien pris note de ce qu’ils faisaient en Ukraine et en Syrie. Et de leur capacité à durer sur les deux tableaux.

        « Mais se remettre à la haute intensité, c’est une question de doctrine et non de budget. » Non la doctrine n’avait jamais abandonné la haute intensité. Citation de l’article ci-dessus : « l’armée de Terre a su garder la « quasi-totalité de la palette » de ses capacités ». Nous n’avons pas abandonné doctrinalement la haute intensité et d’ailleurs nous avons gardé un embryon de force pour. Si on veut faire remonter en puissance cet embryon de force il faut l’entrainer, l’équipe le recruter le soutenir, donc payer plus pour avoir ça.

        « Qu’est-ce que vous en savez ? » [du niveau des Russes] Les exemples réels récents et leurs analyses.

        « Parce que vous vous figurez réellement que si elle avait eu un rapport de 10 contre 1, elle aurait été plus capable de contrer l’opération Barbarossa ? » Bien plus à l’évidence, notamment car les allemands auraient dû tirer beaucoup plus de munitions, et surtout avec certains matériels supérieur aux allemands (T34 et KV1 notamment), mais démographiquement et industriellement elle ne pouvait clairement pas avoir un tel ratio.

        « Si les russes veulent nous empêcher de monter en puissance, ils auraient à nous envahir en espérant qu’on n’utilise pas l’arme nucléaire. » Il n’auront jamais à en arriver là, occuper les Etats Baltes et menacé la Pologne suffit.

        Et encore une fois ici on aura pas le temps de remonter en puissance car c’est une affaire de jour. Il faut remonter en puissance avant que les guerres éclatent.

        « Oui… quelque chose uqi est plus complexe justement. » Oui mais militairement il n’y a pas eu à remonter en puissance en 1914 car on avait d’excellents fondamentaux.

        « Là où en quelques semaines on peut avoir des soldats entraînés » Nous n’avons pas les cadres pour les entrainer car notre armée de terre est sous encadrée. Nous n’avons pas de stock de matériel pour les équiper, nous n’avons pas les infrastructure et la logistique pour les nourrir et les loger. Ce que vous dite n’est matériellement pas envisageable aujourd’hui. Il faudrait des années de remonter en puissance, en temps de paix bâtissant des fondamentaux, notamment une réserve et des moyens de remonté en puissance (cadres et stock de matériel) pour faire ce que vous dites. Y compris sur le plan industriel.

        « Ah vous avez parfaitement raison : il aurait fallu dès le début les troupes les mieux entraînées et équipées au monde. » Pas forcément non, juste l’armée de 1939 prête.

        « Et cela avec une doctrine adaptée à la guerre moderne pour atteindre la Ruhr, détruire l’armée allemande, et même prendre Berlin. » Non juste atteindre la Ruhr, cœur vitale de l’effort de guerre allemand bordé par le Rhin. Ce qui ne nécessite pas en soit de révolutionner la doctrine de l’époque (ce qui aurait eu bien peu de chance de se produire avec l’état major qu’on avait) : on aurait établit un front défensif sur le Rhin ce qui ne contredisait pas la doctrine. Détruire l’armée allemande, et même prendre Berlin c’était hors de porté car je pense qu’on aurait pu avoir l’armée de 1939 en volume et la préparer en amont mais pas plus.

        « On est parfaitement d’accord » on ne parle pas de la même chose. Il n’aurait pas « juste fallu »

        « Vous prenez les grecs pour des mauvais, dites moi…. » Non pour des gens désargentés. Les Turques pourraient chercher à élargir le front en passant par la Bulgarie avec qui ce n’est pas le grand amour.

        « Pas de manœuvre savante, il s’agira d’envoyer et de voir ce qui passe les barrages d’artillerie grecs. » Ils n’auront pas vraiment de quoi faire et les Turque ont de quoi faire de la contrebatterie… nous je vous laisse lire l’article ci-dessus qui constate qu’on ne maîtrise pas le combat interarme…

        « Alors où allez vous couper pour que nous atteignions un budget de 80 pendant 3 ans, puis 60 milliards » Je viens de le dire : tout ce qui n’est pas régalien. Les 20 milliards de plus pendant 3 ans sont obtenus en partie par de l’endettement et des redirections de dépenses depuis les budgets sociaux. Après plus d’endettement supplémentaire.

        « J’espère sinon que vous avez pris en compte les déficits publics » Oui puisqu’il ne s’agit pas de s’endetter beaucoup plus.

        « Sachant que le budget de la Défense doit être durable » Oui d’où les chiffres très modérés proposés et en plus non indexés sur le PIB, juste sur l’inflation. Même si le PIB monte ou baisse on reste au même montant en euros constant.

        « Comment arrivez vous au chiffre de 100 000 hommes prêt au combat avec 60 milliards dépensés par an ? » Au bout de plusieurs années on pourra, si on dépense bien (car faire un chèque ne suffit pas en soit il faut utiliser judicieusement le montant), atteindre ce niveau qu’on avait en 2002, époque où on avait ce volume avec un budget plus faible en euros constant. Le fait de ne pas aller au-delà est destiné à financer le stock de matériel, la logistique, les avions de transports, les hélico et les réserves. Pour le recrutement soit on réussi à avoir un sur recrutement comme après 2016 soit on fait un mécanisme à la Suédoise (mais ce dernier n’est pas ma tasse de thé).

        « comment on fait sans marine ? » Comme expliqué je ne dis pas qu’on aurait 0 sur le plan naval, juste ce qu’on a prévu actuellement. Ce qui revient à continuer à sacrifier la Marine.

        « et on ne pourra pas faire venir 100 000 hommes par la terre en quelques jours (faudra au minimum plusieurs semaines). » On déploierait immédiatement beaucoup plus d’hommes qu’actuellement où on ne déploierait quasi personne.

        Je dis juste que manifestement nos généraux ont raison, preuve à l’appui, et vous tort sur la question de la haute intensité. Il suffit de lire l’article qui est juste au dessus, et tous les autres sur ce blog. La haute intesité est évidement utiliser pour mendier du budget et éviter une baisse post sahel. Mais ce n’est parce que quelqu’un mendie qu’il n’est pas pauvre, surtout quand n’importe qui peut constater à quelle point c’est une évidence.

        • NRJ dit :

          @Mat49
          « Donc si pour moi la structure est très similaire. ». C’est votre avis très subjectif car tout à fait personnel qui vous dit que la structure est similaire. Objectivement la structure n’est pas la même, car on ne tient pas un avion 30% plus gros avec une structure identique. Techniquement ce n’est juste pas possible.

          « ce n’est pas moi qui le dit mais les documents parlementaires. ». Où disent t’ils qu’il est prévu que le NGF embarque plusieurs tonnes d’armements en soute ?

          « « pourquoi serait-il nécessaire d’avoir plusieurs tonnes en interne avec le NGF ? » pourquoi la furtivité passive en somme. ». Pas du tout. On peut optimiser le NGF pour être furtif dans certaines missions contre des systèmes A2/AD en l’équipant de quelques missiles (et seulement quelques missiles, par 15 tonnes) pour accomplir ces quelques missions. Et pour le reste des missions, pas besoin d’armements en soute. Donc non la furtivité passive n’est pas une justification d’avoir « plusieurs tonnes » en soute. Là encore je n’invente rien, c’est ce qu’on décidé les américains avec le F35 (et si vous n’appréciez pas la comparaison, trouvez moi un autre avion de chasse furtif) né après 2000.

          « Nous n’avons pas abandonné doctrinalement la haute intensité et d’ailleurs nous avons gardé un embryon de force pour. ». On n’a effectivement pas abandonné, on l’a juste délaissé. Maintenant il faut se reconcentrer contre cette menace.

          « Bien plus à l’évidence, notamment car les allemands auraient dû tirer beaucoup plus de munitions, et surtout avec certains matériels supérieur aux allemands (T34 et KV1 notamment), mais démographiquement et industriellement elle ne pouvait clairement pas avoir un tel ratio. ». Vous montrez que vous ne connaissez rien aux raisons de l’échec russe cette année là. Les russes étaient incapables d’utiliser leurs armes. Vous auriez pu les armer de Leclerc, ça aurait été la même chose. Un magazine que je vous recommande est le Guerre&Histoire n°2.

          « Il n’auront jamais à en arriver là, occuper les Etats Baltes et menacé la Pologne suffit. ». OK. Et qu’est-ce qui nous empêcherait de mobiliser et d’attaquer un ou deux ans après pour récupérer les pays baltes ? (en supposant évidemment qu’on n’a pas la possibilité d’arrêter, notamment avec l’aviation, l’offensive russe dans un premier temps).

           » Oui mais militairement il n’y a pas eu à remonter en puissance en 1914 car on avait d’excellents fondamentaux. ». On a « juste » eu à monter en puissance industriellement, ce qui était un défi bien plus important que des troupes que l’on peut entraîner en quelques semaines.

          « Ce que vous dite n’est matériellement pas envisageable aujourd’hui. Il faudrait des années de remonter en puissance, en temps de paix bâtissant des fondamentaux, ». En 6 mois ça pourrait le faire, surtout si on n’engage pas tout de suite l’armée d’active (car on peut faire le choix de ne pas s’engager tout de suite de façon irréfléchie dans le piège qu’on nous tendrait). Là encore c’est ce qu’on a fait au Koweït, et objectivement rien ne nous empêche de faire la même chose.

          « as forcément non, juste l’armée de 1939 prête. » Avec des si….

          « Non juste atteindre la Ruhr, cœur vitale de l’effort de guerre allemand bordé par le Rhin. » Vous auriez voulu attaquer en Allemagne avec une armée mal entraînée, mal dotée et mal pensée pour se faire prendre une dérouillée par la Wehrmacht (qui ne se serait peut-être pas tourné les pouces si on l’attaquait sur la Ruhr)… C’est votre choix.

          « « Vous prenez les grecs pour des mauvais, dites moi…. » Non pour des gens désargentés. » C’est vrai qu’en Turquie, c’est le faste…
          Quant à passer par la Bulgarie… MDR. Quel intérêt aurait la Bulgarie à laisser passer les turques ? Le plaisir de se faire prendre des bombes dans leurs tronches ? Il y a un moment où il faut arrêter d’imaginer n’importe quel scénario apocalyptique pour justifier l’injustifiable.

          « Ils n’auront pas vraiment de quoi faire et les Turque ont de quoi faire de la contrebatterie… ». Surement. Et les grecs ont les moyens de mettre en pièce ces contrebatteries, notamment avec une aviation bien plus capable que son homologue (et après avec le soutien de la France si on décidait de les soutenir).

          « Oui puisqu’il ne s’agit pas de s’endetter beaucoup plus. ». MDR. La question n’est pas de s’endetter plus ou moins, mais de ne pas s’endetter du tout. Pour cela, une politique cohérente serait d’économiser pour EN PREMIER LIEU réduire les déficits (3% si on se base sur les chiffres de 2019 avant Covid) puis EN DEUXIEME LIEU, d’augmenter les budgets qui en auraient besoin.
           » et des redirections de dépenses depuis les budgets sociaux ». Quels budgets sociaux ? C’est bien de gamberger, mais un moment faut dire les choses.

          « atteindre ce niveau qu’on avait en 2002, époque où on avait ce volume avec un budget plus faible en euros constant. ». Quels sont vos sources sur ce chiffre de 2002 ?

          « Ce qui revient à continuer à sacrifier la Marine. ». Si on sacrifie la marine, les sous-marins hyper techno des turques et des russes vont trouver le moyen de détruire au port toutes nos frégates, notre PA, et nos sous-marins. Et on fera quoi, alors puisqu’on n’a pas de réserve dans la marine ? Vous avez pensé à ce cas.

          « Je dis juste que manifestement nos généraux ont raison, preuve à l’appui, et vous tort sur la question de la haute intensité. ». Vous pouvez dire ce que vous voulez. Il n’empêche que les généraux ont un des outils les plus puissants dans notre partie du monde. Et ça aussi c’est manifeste. A eux de l’utiliser correctement (notamment, et je suis d’accord avec vous sur ça, en le repréparant au conflit de haute intensité).

  10. Czar dit :

    Le manque de maîtrise du dialogue interarmes [c’est à dire entre l’infanterie et l’artillerie, par exemple] d’une part, des savoir-faire de son arme et de sa spécialité […] d’autre part, est récurrent »,

    mais que foutent ces gens de toutes leurs journées ? j’entends parfaitement que la forte réduction des effectifs ait eu un impact su rune expérience type grandes manoeuvrses mais quand on t’explique que les personnels ne maîtrisent pas les exigences de leur spécialité à eux, je m’interroge. ils sont censés s’entraîner, non c’est un peu leur coeur de métier normalement

    • Aramis dit :

      « ils sont censés s’entraîner, non c’est un peu leur coeur de métier normalement » c’est expliqué dans l’article.

    • PK dit :

      L’entraînement est devenue une arlésienne, au profit de Sentinelle et autres billevesées budgétaires…

    • 1776 dit :

      Ils font sentinelle ?

    • Désabusé dit :

      @ Czar
      Faute de volonté de l’encadrement et de budget, à part les entraînements avant d’être projeté en OPEX, c’est repos en chambre et glandage à tous les grades, ça limite les notes de service de 25 pages pour une simple manœuvre en forêt à plus de 20 km du camp pour toucher les ISC.
      Ne reste que ceux qui ne veulent pas bosser.
      https://www.arteradio.com/son/615934/petits_soldats

      • albatros dit :

        Ce que vous dites est très grave et très préoccupant
        L’armée mexicaine avec des centaines de généraux.

    • Tintouin dit :

      Cela m’étonne aussi qu’on en arrive à ce constat.
      Depuis des années que l’Armée de Terre engage avec Serval et Barkhane des GTIA et SGTIA, IA signifiant Inter-Armes, doit-on comprendre que ce n’était qu’une façade? Un vernis marketing pour faire bien dans les réunions d’Etat-Major, et donner l’illusion qu’on créait des « synergies » entre les Armes?

    • dfs dit :

      Je suis désolé je ne peux pas à la fois :
      – emmener mes hommes manœuvrer sur le terrain et mettre à jour à l’encre les cahiers formation que l’OA refuse de numériser ;
      – préparer des exercices de tir pertinent et écrire des poèmes pour que le chef de corps les mettent dans un livre ;
      – maintenir mes compétences et en acquérir de nouvelle tout en cherchant un tableau dans un brocanteur parisien en particulier, en pleine mission sentinelle, pour que mon chef de corps l’offre à sa femme ;
      – former éthiquement et moralement mes hommes au combat et changer encore et encore la place d’une virgule dans une feuille de notation parce que le RH n’en est pas satisfait ;
      etc etc

      • Fusco dit :

        On sent le vécu d’un CDU là.
        Le constat et toutes ces anecdotes illustrent un certain ras le bol, que je peux comprendre pour y être passé moi aussi.
        On a tous ce genre d’âneries en tête. ce n’est pas prêt de changer malheureusement.
        Et pour vous saper le moral, je vous dirai qu’une fois que vous aurez pris le chapeau mou, si vous décidez d’aller bosser dans le monde civil, vous en verrez encore d’autres, des vertes et des pas mûres !

  11. Milou dit :

    Il manque aujourd’hui deux choses à l’Armée française :
    – une Éducation nationale qui donne aux enfants puis aux jeunes l’amour de la France,
    – des moyens financiers…
    Bref, un gouvernement digne de ce nom.

    • Félix GARCIA dit :

      Comment ça l’état n’est plus crédible ?

      Petit ravitaillement :
      https://twitter.com/mvaletsicp/status/1457378028485480459
      Elles enferment le voleur dans la salle de bain, la police leur conseille de le laisser partir
      https://www.ledauphine.com/magazine-lifestyle/2021/11/07/elles-enferment-le-voleur-dans-la-salle-de-bain-la-police-leur-conseille-de-le-laisser-partir

      Ah … en effet …

    • Patadouf dit :

      Et peut-être… une majorité du peuple à la hauteur de l’Histoire de son pays…

    • Pascal (l'autre) dit :

      « – une Éducation nationale qui donne aux enfants puis aux jeunes l’amour de la France, » Bon courage au gouvernement qui voudra instaurer cela vu l’orientation politique générale de l’éduction nationale(vous remarquerez que je n’ai pas mis de « E » majuscule à cette pétaudière qu’est l’éduction nationale) et sans parler de toutes les associations « droits de l’homme » et antiraciste et autres, auto proclamées! Du facho, populiste, nazi, membres du R.N., chemise brune et j’en passe, les réactions » « indignées » des bien pensants et des forces de prôôgrés vont tomber comme à Gravelotte!

      • LEONARD dit :

        @Pascal
        Des « indignés », il en reste, mais de moins en moins. Quand ils sont en 1ère ligne, les fonctionnaires penchent de plus en plus R.N:
        https://www.lagazettedescommunes.com/748391/enquete-cevipof-poussee-des-intentions-de-vote-le-pen-chez-les-fonctionnaires/
        Quant aux assoces et autres, elles existent toujours, sont « représentées » dans les médias plus que leur poids ne le justifierait, mais sont tellement nombreuses, groupusculaires, désordonnées, qu’elles ont de moins en moins d’audience. L’époque est à l’individualisation, au travail comme dans la vie sociale, à l’activisme Réso-socio, qui lui est aussi est tribalisé et surtout à l’instantanéité, pas à l’engagement pérenne.

        Un problème fondamental de notre société sera d’intéresser la génération individualiste née des réseaux sociaux à tout ce qui collectivement pourrait les dépasser, ou s’imposer à eux.

      • Eric dit :

        « – une Éducation nationale qui donne aux enfants puis aux jeunes l’amour de la France, »
        Je suis prof d’histoire-géo dans le public , membre du trinôme académique, j’essaie, et je ne suis pas le seul dans ce cas. Mais, je veux bien l’avouer,ce n’est pas toujours évident!

  12. vrai_chasseur dit :

    Le continuum compétition / contestation / affrontement qui remplace Paix / crise / guerre, est une approche intéressante : elle traduit assez bien ce qui se passe avec la Turquie, la Chine, et d’autres pays. On n’est pas en guerre contre eux, mais on est contesté sur plusieurs plans.
    Ce qui a toujours fait la force de la France, c’est une cohérence d’action entre les militaires et les diplomates. Reste donc à savoir si le Quai d’Orsay est sur la même réflexion stratégique.

  13. Patadouf dit :

    Avec tout le respect que je dois au parcours des auteurs, je suis toujours étonné, voir blasé, de cette faculté qu’ont nos grands décideurs à produire régulièrement de nouvelles théories prospectives de l’espace, sans sembler tenir compte de l’état actuel et à venir de notre pays. Mais c’est moi qui ne doit pas être équipé pour comprendre…

  14. Bricoleur dit :

    Avec la « différenciation », c’est le  » retour à la spécialisation des régiments, notamment d’infanterie « . La dérive était effectivement poussée trop loin … MAIS on se retrouve avec le modèle « Au contact » avec des divisions NON spécialisées. Les 1° et 3° divisions sont composées chacune d’une brigade blindée, d’une brigade « médiane » et d’une brigade d’infanterie. C’est antinomique.
    Un nouveau retour serait peut-être dans l’air … Une division blindée à 2 brigades blindées (VBCI) , une division « forces médianes » avec 2 brigades médianes (GRIFFON) et une division d’infanterie (SERVAL) avec 2 brigades d’infanterie. Cela ferait un état-major de plus, mais on ne verrait pas des gens traiter d’emploi de chars lourds « en même temps » que de blindés légers. Les divisons seraient spécialisées, « différenciées » quoi !
    CEPENDANT, bonjour la morne vie éternelle des camps de Champagne pour ceux des blindés et les OPEX pour les autres. Retour vers le corps blindé-mécanisé (CBM) à 1 division au lieu de 8 en 1990 ! Et à une Force d’Action Rapide (FAR) à 2 divisons au lieu de 5 en 1990 . Ce qu’on a voulu éviter depuis les années 2000. Faire, défaire et refaire, là pas de « différence  » au fil des ans.

    • Nicolas R dit :

      Assez d’accord sur le format à 3 divisions spécialisées, d’autant que le volume du soutien se prête bien à ce format : 3 RHC, 6 RT, 6 RMat…
      Vous noterez par contre que les unités des BB participent autant aux opex que les autres, on ne compte plus les GTIA Wild Geese, Walsh, Auvergne (92 RI), Acier (16 BC), Quinze-deux etc. depuis l’Afgha, la RCI et le Sahel. Pour les rgts Leclerc il reste l’emploi en sgtia, les op Lynx, et la rotation aux EAU.

    • Lagrange dit :

      Pas d’accord c’est pomper du budget pour ce nouvel état major sans ajouter de nouvelles capacités de combat.

    • Thom dit :

      Il n’y avait que certains régiment qui partait en Opex à l’époque ou il y avait des effectifs. Depuis 20ans tout le monde part et le fait de re spécialisé les régiments ne changera pas la donne si les effectifs restent les mêmes.

  15. MAS 36 dit :

     » Différenciation  » encore de la novlangue pour dire poliment que nous sommes à la ramasse. D’autres posts ci-dessus ont bien détaillé ces manques que nous connaissons tous. Le constat est simple .

    Au quotidien nos services sont incapables de protéger nos frontières. Au quotidien nos services sont incapables d’empêcher la pêche illégale au large de la Guyane et de nos îles du Pacifique. La confrontation avec nos compétiteurs ( on n’ose même plus dire adversaires ou ennemis) est déjà là . Et nous ne pouvons pas dire que la réaction de nos gouvernants soit à la hauteur des défis que l’on nous impose déjà.

  16. Jm dit :

    Il est où, Monsieur Requin, avec ces déclarations tonitruantes.
    Il n’y a pas que l’AT qui est exsangue. C’est idem pour les autres armées.
    Sauf…..
    la Gendarmerie qui a recommencé son ascension depuis 2008. Mais qui a encore du chemin à faire pour revenir à un niveau certain.
    Je ne suis pas un éternel pessimiste, mais force est de constater que nos grands penseurs nous sortent des phrases copier-coller à l’identique de ce qui se disait dans les années1935 – 1939.
    Et les armées étaient dans le même état, avec les même coupe sombre depuis plus de 15 années.
    On a vu le résultat.
    J’en ai assez de lire sur ce site des grands théoriciens de la pensée militaire qui ont quitté le service actif depuis plus de 15 ans, voir même beaucoup plus, et qui nous ressortent l’antienne « de mon temps ».
    Vous ne vous rendez pas compte de la dégradation intervenue depuis 1995, voire de l’état de délabrement de nos armées.
    A part de belles paroles, et de beaux bureaux pour les états-majors et les comptables, tout le reste n’est que misère et affichage. Regardez le Balardgone et les bureaux du SCA à Salon, et allez faire un tour à Salon de Provence, ou à à ‘escale d’Orléans..
    Prenez le 14 juillet. Avec tout ce qui a été mis en place pour voler devant les télé, il ne restait plus que quelques avions en état de dispo immédiate en plus de la PO.
    Il ne faut plus parler de ce que vous avez connu, et que j’ai également connu au début, c’est fini ce temps-là.
    Pour nous qui sommes passés soi-disant Armée de l’Air et de l’Espace, à ce jour, il n’y a quasiment aucune Base aérienne qui est dotée de la fibre. Internet affiche des débits dignes des années 2000, quand il y a Internet.
    Si vous voulez vraiment parler des armées, arrêtez- de nous sortir des grandes phrases et autres théories, mais venez sur le terrain en immersion mais pas une journée, ça c’est de l’affichage, tout sera beau et propre, comme pour le 14 juillet.
    Venez, mais 1 mois, et là vous comprendrez que ce qui a été est révolu et de très loin.
    Ceux qui sont en service vont comprendre ce que j’écris, les autres, soit vous nous croyez, soit vous restez dans le monde que vous avez connu et qui n’existe plus.
    Nous n’avons plus une armée française, mais une armée de conseillers en Défense.
    Et si il n’ y a personne pour suivre ou exécuter les conseils…..
    D’autant que c’est bien connu, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.
    Certains vont encore écrire que je suis défaitiste, désabusé ou autre. Pas du tout.
    Je suis réaliste, mais en France, on n’aime pas quand on décrit la réalité des choses.
    Surtout quand elle va à l’encontre de la bien pensance.

    • dompal dit :

      @Jm,
      Tiens !……le bleu bite off sup de l’AA qui vient faire la morale aux anciens de l’AT (entre autres)……vraiment pathétique ! 🙁

      Moi j’en ai ras-le-bol des gus comme vous qui crachez dans la soupe alors que vous pourriez être civil depuis longtemps !!!
      L’armée va mal voire même très mal, pourquoi y restez-vous ??????
      Alors les gars qui ont su rendre leur rond de serviette au mess il y a 15 ans ou plus ont autant de légitimité que vous pour s’exprimer sur ce blog, ne vous en déplaise !!!

      • Jm dit :

        Vous êtes la preuve de ce que j’écris, des personnes qui croient que les armées 2020 sont les mêmes que de leur temps. Et arrêtez de toujours tout ramener à l’AT alors que je ne l’ai même pas citée. J’ai écrit que cela concernais tout le monde, dans une moindre mesure la Gendarmerie.
        Cher Monsieur, je ne fais la morale à personne, et encore moins à mes camarades de l’AT que j’ai vu tomber à mes côtés en Afgha. Vous pouvez vérifier, je n’étais pas en vol mais au sol en inséré AT en COP, et pour cela j’ai suivi les formations de mes camarades AT, module Alpha, Bravo, Charlie, Delta, Echo, jour et nuit, si cela vous dit. Je n’en tire aucune gloire, mais c’est relativement rare dans l’AA, hors commandos. Et c’était entre janvier et novembre 2010, et je les ai vu tomber et les ai accompagnés les Toinette, Libaert, Hutnik, Barek, Miloche et tant d’autres, Miloche dont j’ai fait l’Opex suivante au Liban avec son frère qui est doc médecin chef. Vérifiez où était le médecin chef Miloche en 2011.
        C’est d’ailleurs la pire des périodes, celle où nous avons eu le plus de pertes sur la durée de deux mandats. Alors par respect pour ces camarades que moi j’ai vu tomber (pouvez-vous en dire autant, sauf à le lire en page 18 de n’importe quel canard dont le journaliste qui relate les faits ne sais même pas où est l’Afghanistan, encore heureux que Word corrige aussi l’orthographe du nom pour lui), ne me parlez pas de morale pour une époque où tout le monde savait que nous faisons une guerre avec des bouts de ficelles.
        Monsieur Dompal, je ne crache pas dans la soupe, je constate, et je ne suis pas le seul, que notre armée au sens global fout le camp : pour preuve, c’est qu’il y a de plus en plus d’articles çà ce sujet, celui-ci est le xième depuis 3 semaines, toutes armées confondues.
        Et si je reste, cher Monsieur, c’est pour défendre des gens comme vous qui sont toujours persuadés que la soupe est toujours bonne dans les armées, que tout va bien dans le meilleur des mondes, et qu’à nous seuls, nous allons défendre la France et sauver le monde.
        Las anciens se sont fait piéger par une ligne Maginot, notre ligne Maginot à nous elle n’est pas physique, elle est virtuelle et financière.
        Mais bon sang, ouvrez les yeux. Tout le monde le dit, tout le monde l’écrit, nous n’avons plus les moyens de nos ambitions, encore moins de l’exécution de la volonté de nos grands chefs politiques.
        Oui l’Armée va mal. D’une part on n’arrive plus à recruter durablement (il est loin le temps de la carrière longue), actuellement, le taux d’attrition après 2 mois est supérieur à 35%, c’est énorme plus du double d’il y a 15 ans. Et il est de 60% après 1 an.
        Et 80% des militaires sous contrat quittent à la fin du 1er contrat.
        Demandez à vos camarades d’active de l’AT ou des autres armées, demandez leur qu’ils vous expliquent la mentalité d’aujourd’hui, demandez leur avec quoi ils travaillent désormais par rapport à l’époque que vous semblez avoir connue et appréciée.
        Ce phénomène commence tout doucement à toucher dorénavant La Légion me raconte mon neveu qui est affecté en qualité de Sous-off issu du Rang : vous conviendrez qu’on ne puisse le taxer de galonné en bouton de manchette dorés.
        Oui Monsieur Dompal, j’y crois encore, mais nous sommes quelques-uns à constater que désormais beaucoup intègrent soit parce qu’ils sont vu de la lumière, soit parce que c’était la dernière sortie avant la plongée, soit parce que les formations sont gratuites, et après l’obtention d’une certification valant diplôme, ils quittent.
        Il est largement fini le temps du « je rentre pour la Patrie et le Drapeau ». Ils sont à peine 20% à le penser.
        Oui Monsieur j’y crois toujours.
        Quant à l’off sup AA bleu bite, je pense avoir quand même quelques décennies derrière moi pour ne pas être affublé de ce terme. D’ailleurs, Monsieur Dompal, si vous étiez encore au fait de ce qui se passe dans nos armées, le terme « bleu bite » ça fait belle lurette qu’il n’est plus employé.
        Enfin, et ne vous en déplaise (et vous pourrez vérifier), je ne mange jamais au mess Off, je n’aime pas la nourriture servie, elle est trop grasse et trop salée, et en plus je n’aime pas le côté copinage de façade devant des chefs que beaucoup dénigrent par derrière. Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis en face, quel que soit le grade. Je mange au sein de mon unité avec mes mécanos.
        Donc pas de rond de serviette…..
        Enfin, je ne critique pas la légitimité de ceux qui ont quittés, si j’y suis actuellement, c’est parce qu’ils y étaient avant moi.
        Je voulais simplement écrire qu’il n’y a pas un fossé, mais un abîme entre la période 2000, et celle que nous vivons actuellement. Il ne faut plus discourir sur les errements antérieurs appliqués à notre époque, c’est irréaliste et totalement décalé.
        Comme je l’ai écrit, allez au contact, rencontrez les militaires d’aujourd’hui, mais pas pendant les cérémonies, le discours est biaisé par la trop grande présence de grands chefs, allez en inséré pendant quelques jours, vous verrez de l’intérieur.
        Alors, cher Monsieur Dompal, si vous en avez ras-le-bol des gus comme moi qui soi-disant et à tort, crachons dans la soupe alors que nous pourrions être civil depuis longtemps, sachez que si j’ai embrassé la carrière dans l’AA, c’est parce que j’avais des dispositions physiques et intellectuelles pour le faire, j’aurais tout autant pu être dans une autre armée, militaire c’est ce que j’ai toujours voulu faire. Et je n’ai jamais envisagé de quitter même avec les annuités, parce que je ne conçois pas de quitter à 45 / 50 ans avec une pension confortable et prendre le boulot de quelqu’un en secteur civil qui lui a décidé de faire un métier dans le secteur civil.
        Et après quelques décennies, je me fais toujours autant plaisir malgré tout ce que j’ai écrit ci-dessus. Malheureusement, force est de constater que ceux qui vont nous succéder ne sont pas dans la même optique.
        Enfin, cher Monsieur Dompal, vous constaterez que mes écrits sont peut-être critiquables, je peux me tromper, il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font jamais de conneries, et encore, même en ne faisant, ils arrivent à en faire, mais a contrario du votre (écrit), je suis toujours poli et je n’insulte jamais personne. Moi.

        • Fusco dit :

          @ Jm : Bravo pour ce cri du coeur, je sui 100% d’accord avec vos remarques.
          Marre aussi des donneurs de leçons qui se croient supérieurs aux autres, depuis le confort de leur clavier.
          Il devrait tout de même être possible de débattre en utilisant de vrais arguments qui nous éloigneraient des simples discussions de comptoir.
          Perso, je vais sur ce site pour apprendre des choses et débattre de sujets qui m’interressent, pas pour cracher du fiel et encore moins pour jouer les kadors, je n’ai rien à prouver.

          • Jm dit :

            Merci
            J’aimerai également avoir en face des personnes qui répondent en argumentant plutôt que des personnes qui insultent dès que l’on n’est pas en accord avec eux. Ce que j’appelle le phénomène Mélanchon.
            Ou phénomène de mon grand-père que j’adore et je respecte ; quand je rentre d’un théâtre d’opérations, que lui appelle un champ de bataille, et qu’il me pose quelques questions auxquelles je réponse plus qu’évasivement et qu’il me dit systématiquement que je ne peux pas comprendre SA guerre à lui, en fait que je ne peux pas comprendre, pour lui je n’ai pas fait la guerre !!! Je l’embrasse et on se partage un petit apéro.
            C’est ça la vie, pas les invectives gratuites caché derrière un clavier.

    • Piliph dit :

      @jmqui écrit : « Pour nous qui sommes passés soi-disant Armée de l’Air et de l’Espace, à ce jour, il n’y a quasiment aucune Base aérienne qui est dotée de la fibre. Internet affiche des débits dignes des années 2000, quand il y a Internet. »
      Si c’est vrai, ça fait peur….

  17. Lassithi dit :

    Il aurait pu jouer première flute dans un symphonique.

    La HI, c’est du nombre ( au niveau du corp d’armée), de la puissance de feu coordonnée , du mouvement et une capacité de régénération de ses pertes.
    Mis à part la valeur des personnels, on a rien de tout ça. Aujourd’hui, on pourrait faire de la HI contre une armée type Benelux et encore…

    Allez, je retourne sur France Musique, au moins ça joue juste.

  18. MERCATOR dit :

    Quelles sont les menaces futures probables ? Que devons nous mettre en place ? Comment ?

    La menace conventionnelle future directe possible dans les cinquante prochaines années compte tenu de notre géographie vient de la fédération de Russie.
    Prenons le parti pris de ne compter sur aucune alliance ni aucune aide ou intervention d’aucune sorte OTAN ou forces US à venir.
    En prenant comme scenario que les forces nous séparant des forces Russes (Allemagne ,Pologne, Tchéquie, etc,) soient très rapidement submergées, nos forces terrestres à venir nos reserves en hommes et munitions chars, artillerie, troupes au sol, compte tenu des budgets prévisibles à venir seraient très rapidement annihilées et la seule solution inévitable serait d’intervenir hors de notre sol effectuer nos premières salves nucléaires d’interdiction sur les territoires allemands ou tchèques , avec de très grandes chances de voir l’offensive s’arrêter, notre pays n’étant pas un avantage indispensable et suffisant pour les autorités russes du moment, qui savent contrôler leurs nerfs .
    S’épuiser en une course aux armements conventionnels terrestres est donc inutile, nous devons, c’est l’évidence consacrer nos budgets de défense à l’armement nucléaire, à notre aviation et à notre flotte de surface et sous-marine.
    Par contre, la défense du territoire par le biais des forces de gendarmerie et de réserve opérationnelle doit être complètement recréé et développée.
    Chaque brigade de gendarmerie départementale doit être étoffée en effectif, armement, véhicules blindes légers, entrainement poussé pour constituer un maillage national, avec un système de liaison inbrouillable,afin de pouvoir immédiatement réagir à toute tentative de sabotage des centrales nucléaires, peages d’autoroute, centre de communication, centrales électriques ,centre de commandement, venus d’ailleurs ou interne des banlieues .
    Les unités de défense passive, les unités de pompiers doivent être militarisés et bien défrayés pour leur temps consacré à l’entrainement.
    Une armée informatique doit pouvoir en cas d’attaque sur les réseaux sociaux des GAFAM pouvoir prendre le relais afin de rassurer les populations, donner des instructions .
    Une police militaire des transports doit pouvoir intervenir sur les autoroutes, grands axes, gares, aéroports, ports, super et hypermarchés, pour canaliser les mouvements de foule, des réserves de boisson, nourriture, médicaments, masques doivent être stockés et gardés dans les mairies afin d’etre distribué par les autorités en cas de confinement.
    Bref il faut créer un réflexe de défense passive au sein de la population, l’épisode de la Covid ayant eté un excellent exercice .

    • Aramis dit :

      « avec de très grandes chances de voir l’offensive s’arrêter, notre pays n’étant pas un avantage indispensable et suffisant pour les autorités russes du moment, qui savent contrôler leurs nerfs . » Suicidaire. les Russes répliqueraient avec des armes nucléaires tactiques directement sur les autres états européens.

      Ensuite les Russes n’attaqueront que les Etats Baltes et un peu la Pologne si on insiste mais pas plus. Donc pas de cas où on utiliserait des armes nucléaires.

      • MERCATOR dit :

        @Aramis

        J’ai mal formulé ma pensée, dans l’hypothèse assez improbable où les forces de la fédération de Russie dépasseraient les frontières polonaises ou tchèques et entreraient en Allemagne, nous poserions la question ultime aux Russes , Attention n’allez pas plus loin, car nous avons une frontière commune avec l’Allemagne et toute avancée supplémentaire constituerait un « casus-belli », la réponse est évidente ni les russes ni nous, sommes suicidaires.

        • LEONARD dit :

          @MERCATOR

          Vlad n’a pas les moyens d’envahir, ni surtout de tenir tant de pays.
          Je pense par ailleurs que lui et les kleptocrates qui l’entourent n’y ont pas intérêt.
          Leur objectif n°1, c’est d’être tranquilles en Russie et que l’Occident ne vienne pas se mêler de leurs affaires, ( au sens business), avec des droits de l’homme et une démocratie dont ils se foutent.
          Leur moyen n°1, c’est la dictature douce qu’ils exercent sur le peuple russe, par l’intermédiaire des « services ».
          Leur moyen n°2, c’est de garder la société civile russe sous tension et rien de mieux qu’un adversaire occidental européen ou américain.
          Pour que ce moyen n°2 fonctionne, il faut perpétuellement l’animer, une fois contre les pays baltes, une fois en Serbie, une fois en Syrie, une fois dans le Caucase, pour jouer sur la fierté nationaliste russe. C’est aussi une bonne façon de justifier des maigres résultats de l’économie et du pouvoir d’achat.
          Enfin, pour que tout celà fonctionne, il faut des médias obéissants et serviles.

          Donc, sauf à un enchainement néfaste issu d’une action de démonstration de force qui tourne mal, suivie d’erreurs de jugement ou de stratégie, qui tournerait au risque de perte du pouvoir, je ne vois pas la kleptocratie poutinienne se lancer dans une stratégie de conquête autre que régionale. ( qui pourrait être tout aussi opportuniste que téléguidée)

    • lgbtqi+ dit :

      Ceux qui ne se sont pas encore réveillés se réveilleront-ils un jour ?

      Et pourquoi défense seulement PASSIVE ?

    • Piliph dit :

      @MERCATOR : ainsi les Russes envahiraient l’Europe occidentale et la France. Mais pourquoi faire?
      L’Europe de l’Ouest a besoin des ressources énergétiques de la Russie (et pas du gaz de schiste US, sans pérennité et trop cher), a besoin de ses surplus alimentaires, etc. Dans 50 ans, la Russie sera ce qu’elle était en train de devenir dans les années 2000 – 2010, un partenaire économique privilégié de l’Europe. L’Allemagne a déjà commencé, avec NordStream2. Même les pays baltes sont bien obligés d’acheter de l’énergie russe (au prix du marché, ni plus ni moins). Les pays de Wisegrad (Pologne, etc.) ont plutôt des problèmes avec Bruxelles qui veut leur imposer accueil de réfugiés, prédominance idéologique lgbtqi+, soumission aux ONG, etc. Autant de difficultés, de dangers mortels à éradiquer, là où la Russie est leur alliée naturelle, contre une UE qui anticipe un besoin de « 50 millions de migrants » venus du Sud.
      Si vous pensez que les Français se battront pour défendre le woquisme, les quotas professionnels selon la couleur de peau et le sexe, l’immigration sans frontières, et tous les autres délires de l’idéologie américaniste-mondialiste, vous vous égarez.
      Quant à l’autoritarisme de leurs démocraties, qui serait condamnable? Regardez dans les sondages où vont les préférences des Français, et vous comprendrez pourquoi vous ne serez qu’une minorité dans votre croisade anti-russe.
      Désolé, mais je n’adhère pas à votre hypothèse de départ.

  19. Bob M dit :

    Bien, le constat amer a été fait par nombre d’entre nous…. Nous ne sommes pas prêts, nous partons dans la course avec une bonne longueur de retard, nos dirigeants nous donneront le minimum…etc
    Commençons à remettre nos gars à l’entraînement au lieu de patrouiller dans les rues, achetons sur étagères en attendant l’arrivée de nos programmes innovants, stockons….
    Je ne suis pas bien optimiste.

  20. DLoQueb. dit :

    Je comprends l’idée, mais en même temps, difficile de convaincre une grosse machine comme celle de l’armée, comme celle du gouvernement, et en même temps convaincre la population qu’il faut se préparer à une guerre de haute intensité quand ça fait des décennies que la France n’en a pas livrée. Je veux bien qu’on fasse des parallèles avec l’avant seconde guerre, mais à cette époque, l’ennemi était littéralement aux portes et menaçait directement le territoire français, c’était facile de convaincre qu’il fallait s’armer (et encore, ça n’a pas été vraiment fait nulle part…). Même l’armée américaine avant le 11 septembre 2001 n’était pas vraiment préparée à une guerre de haute intensité, il a fallu qu’elle fasse de l’improvisation la plupart du temps, on n’a qu’à penser par exemple aux Humvee envoyés massivement dans les zones de combats alors qu’ils n’étaient pas destinés à ça du tout, et qui ont fini par être modifier par les soldats eux-mêmes vu les nombreuses pertes qu’ils avaient subis. Est-ce que je dois rappeler que le remplaçant du Humvee, le Oshkosh JLTV, n’est entré en fonction qu’en 2015, soit 14 ans après le début de la guerre. Il faut se rendre à l’évidence, partout en occident, elle est lente la machine.

  21. Frede6 dit :

    Est ce que ces idiots seraient capable d’expliquer la différence entre ‘paix / crise / guerre ‘ et ‘compétiton / contestation / affrontement’ ?
    Un bon coup de peinture mais qui ne réussi à masquer la pauvreté de leur pensée.

  22. Frede6 dit :

    Après 100 ans de réflexion et d’experimentation l’AdT ne connaît toujours la bonne organisation pour une section…alors pour le reste on va encore devoir attendre longtemps.

    • Lagrange dit :

      Il n’y en pas de « bonnes » chacune à ses avantages et ses inconvénient.

  23. Carlier dit :

    Avé, un mot pour « dire » retour en arrière on fait comme pendant la guerre froid mais avec beaucoup moins de soldats, et bien sur la durée de vie des unités sera divisé par X.

    • Dodo dit :

      Et comme pour la guerre froide, on ne fera pas la guerre ailleurs que dans l’imaginaire.
      Quand l’imaginaire est sans limites , les moyens resterons toujours limités.

  24. Convertor dit :

    Je ne suis pas certain que cet habillage de « haute intensité » et la rhétorique vendeuse des Etats-Majors citée dans cet article ne soient pas quelque peu inspirés des villages Potemkine … On habille le vide pour satisfaire le tsar. Si le vrai danger n’est plus la Russie, pas comme à Prague en tout cas, les actions en France de notre vrai ennemi ne sont guère contrecarrées. Par exemple, les Loups Gris attaquent une manifestation arménienne et ils sont immédiatement neutralisés, pardon mis en prison. Ah non, c’est de la trop « haute intensité » ?

    • lgbtqi+ dit :

      les villages Potemkine sont une invention de la propagande bolchévique, relayée avec succès par leurs complices dans le crime, les communistes occidentaux.

      Un peu comme le prétendu droit de cuissage, inventé par la monarchie pour discréditer la royauté médiévale, et habilement propagé par un maître en manipulation, voltaire.

  25. Scipion dit :

    Bon, le blabla on a l’habitude. Commençons par réactiver quelques régiments (infanterie et artillerie) et par remettre tout le monde à l’entraînement.
    Mais pour ça il faut augmenter le budget sérieusement et arrêter de courir après des chimères Européennes.

  26. aminata dit :

    La « différenciation » c’est effectivement de la nov-langue, mais qui cache à la fois une réalité d’affaiblesssemnt et une idéologie inquiétante, surtout appliquée aux armées.
    Je m’explique:
    Le terme vient des milieux pédagogistes post 68 de l’éducation nationale, popularisé dans les années 70 essentiellement par l’écolo Meirieux, le fossoyeur de l’enseignement en France. Le « concept », c’est prétendre « faire mieux avec moins » (et qui conduit évidemment à faire moins bien avec moins).
    Avec ce genre d’artifice lexical on cache la paupérisation des armées et on reporte toute la responsabilité des échecs que cela va amener sur le dos des régiments en bout de la chaine hiérarchique, là où on prétendra que la différenciation a été mal faite.
    C’est ce qui s’est passé dans l’éducation national avec le résultat que l’on sait, c’est ce qui va se passer dans l’Armée. La logique idéologique est la même : affaiblir notre pays dans tous ses secteurs régaliens.

    • nikoopol dit :

      rien que le pseudo incite à dire triple OUI.
      C’est bien la le probléme, en tant que non militaire intéressé aux sujets défense, le pont entre Opérationel+politique+civil devient trés compliqué.

      Il me semble que ces communications ont pour but de trouver des financements(et à maintenir un minimum d’effectif), ceux qui savent lire entre les lignes arrivent à en tirer des infos sur le quotidien des armées, mais parmi tous les programmes qu’est ce qu’on peut en tirer de bon dans l’exercice de la force ?

  27. mathieu75 dit :

    Nos chefs militaires sont à l image de nos hommes politiques, à savoir: ils veulent laisser leurs traces par des réformes ou des paroles flutesques!!

    Ce nouveau concept est ridicule. C est un cache misère. Nos décideurs politiques ne sont pas dupes. Ils ne rajouterons pas une rallonge budgétaire pour les armées.

    L armée française n est plus une armée puissante depuis 1 siècle. Nous sommes juste une puissance dépassée doté de quelques bombinettes nucléaires..

  28. aminata dit :

    désolé d’avoir écorché le nom : Philippe Meirieu (sans le x)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Meirieu

    Le terme « différenciation » n’est pas choisi au hasard… en effet le concept de différentiation vient des USA, traduit en France par des gauchistes soixante-huitards.
    C’est un clin d’oeil à la fois à notre asservissement à l’empire aglo-saxon, et à la décadence à venir des armées sur le modèle de l’éducation nationale d’aujourd’hui

  29. Sergio dit :

    La phraséologie est toujours savoureuse. Avec un message comme celui-là, nos ennemis potentiels devraient s’arrêter net: » Attention, nous avons la différenciation et nous n’hésiterons pas à nous en servir ». Ca fout les jetons!!

  30. Vins dit :

    Beaucoup de passion dans les commentaires… mais en vous lisant je le demandais contre qui la haute intensité? Britanniques, belge, allemand, espagnols? Non…
    Donc il faut des forces projetables… et de déni d’accès…
    Bref tout ce qui manque. Destroyers lourds, sous marins, bombardiers à long rayons, destroyers anti aérien avec plus de 8 missiles…
    Parce que projeter un char en calédo sans escorte, il risque de manquer des morceaux à l’arrivée…
    Et dans tout ce que je viens de citer, aucun projet concret en perspective.
    Donc pas de stress, on est loin de la haute intensité….
    J’ai oublié les suisses, italiens, luxembourgeois….mais y’a des montagnes et pas sûr que leur matos arrivent à les franchir

  31. Pourfendeur dit :

    Si au moins ce discours servait à définir et préparer minutieusement à l’avance et à cibler par anticipation toutes les cibles potentielles des futurs ennemis ?

    La guerre, elle, ne sera pas virtuelle…

  32. Narvik40 dit :

    Je viens de lire ce numéro de Fantassin : c’est jargonneux à mourir ! On ne sait plus écrire simplement dans l’infanterie ou est-ce pour cacher le vide de certaines réflexions ? C’est très décevant.

    • lgbtqi+ dit :

      c’est une tendance que je ne cesse de dénoncer.

      Pardon : c’est un trend susceptible de générer des oppositions auxquelles ma susceptibilité de m’agréger est assez élevée.

      Il faut que les généraux s’habillent en civil, et que les officiers supérieurs se croient obligés de donner dans le jargon de la prétendue haute administration …

      Pardon : selon certains éléments congruents, il est de plus en plus manifeste que s’opèrent des glissements de ce qui par le passé était caractérisé sous le vocable castes, en vue de s’auto-assimiler putativement à des fonctions convoitées mais inaccessibles.

  33. tschok dit :

    Ecoutez, les gars, je compatis. Je me rends bien comptes que depuis que les gradés parlent de haute intensité, ça râle dans les rangs.

    Forcément: vos chefs vous disent que la haute intensité, c’est un truc que vous savez pas faire. Je pense pas que ça soit à cause de l’éducation nationale, avec ou sans majuscule. Pas la peine de chercher des coupables ailleurs. Ou alors, prenez ceux qu’on prend d’habitude sur ce blog: les immigrés. Et vous faites pas chier à inventer des trucs compliqués sur mai 68 et la différenciation made in USA.

    Toujours est-il qu’il va falloir vous y mettre, quoi.

    Bon, vous savez pas faire un truc. Ok, c’est désagréable de se l’entendre dire. Mais faut positiver. Dites-vous que la « différenciation » va être une fantastique aventure, une expérience nouvelle qui va vous faire rencontrer des gens passionnants dans des endroits insolites et que vous allez apprendre des tas de trucs que vous saviez pas avant.

    Et puis de toute façon il est temps que vous respiriez un peu d’air frais. Ca va vous faire du bien de vous renouveler un peu. Le monde bouge, vous n’allez pas rester dans votre immobilisme intellectuel sclérosé pendant ce temps-là, c’est pas possible.

    On est bien d’accord? Bon ben voilà.

  34. Sylvain dit :

    Différenciation, grands discours… Mais ça ne résout pas le fond du problème. La France n’est pas en mesure de mener une guerre de moyenne/haute intensité pour plusieurs raisons :
    1/ même si on met en avant la meilleure qualité des matériels (ce dont je doute parfois), nous n’en avons pas assez faute aux coupes budgétaires et à l’étalement des programmes dans le temps. Or, une guerre de moyenne ou haute intensité est par définition une guerre d’attrition
    2/ nous n’avons plus assez de personnels, notamment en qualité : aptes au combat, apte à l’effort, capables de mener des troupes au combat.
    3/ notre population, et a fortiori les politiques qui la représentent, n’ont aucune résilience : dès que nous aurons une 100 aine de morts, le pays capitulera. D’ailleurs, lors des derniers conflits, la défait a été plutôt politique que militaire.
    4/ cela se voit dans les discours des officiers généraux : on fait du POLMIL, mais il n’y a pas de vision stratégique, et à mon avis, le nombre de généraux capables d’avoir un niveau stratégique, ou même seulement opératif, est faible

    Bref, une guerre conventionnelle serait loin d’être gagnée.

    • Dupont avec un t dit :

      +1 pour le 1/
      +1 pour le 2/ 60 à 65% sont en surpoids, en manque de capacité (VO2 trop faible) à l’effort moyen et long terme … les soda, les cafés,les réunionites, l’excès de bouffe feront surement plus de dégâts que le conflit lui-même.
      +1 pour les 3/ Le poids des mots ( surtout sur les réseaux sociaux), le choc des images ( surtout par leurs diffusions très très rapide)
      +1 pour le 4 / Sauf ID (intervention divine) ou Révélation d’un individu exceptionnel dans ses prises de décisions stratégiques , force est de constater que cette classe d’Off Gén, en est, à ce jour dépourvu.

      On est encore plus mal qu’annoncé Patron ….

  35. werf dit :

    L’exemple de Balard est significatif de la manière d’aborder les questions de défense. On a voulu faire un Pentagone à la française, faute de moyens financiers heureusement, mais disproportionnés par rapport à nos forces disponibles pour agir efficacement. Trop de monde de tous grades dans les bureaux qui font semblant de travailler en jouant avec les concepts et les moyens sans véritables directives inter-armes, chacun jouant pour son armée et défendant bec et ongles ses moyens. Comme il n’y a aucun courage au niveau politique pour remettre de l’ordre dans la maison c’est la pétaudière qui s’illustre par des déclarations solennelles mais creuses des CEMA car limitées à leur armée!

  36. Phil dit :

    Bla bla bla …que de palabres inutiles,alors qu’il suffit de dire que l’armée Française est,malheureusement, incapable de faire une guerre dite de « haute intensité « 

  37. vrai_chasseur dit :

    Haute intensité …
    – les talibans, ‘ces barbus en claquettes et kalash’ ont dégagé l’armée américaine, qui en dépensant 980 milliards $ en 20 ans, a pourtant mis en oeuvre contre eux tout ce que sa BITD technologique pouvait lui procurer
    – plus loin de nous, en juillet 1808, la ‘guérilla espagnole en espadrilles’ a vaincu en Andalousie les 20000 hommes du général Pierre Dupont de l’Etang, beaucoup mieux équipés et entraînés, démontrant pour la 1ere fois au monde entier que l’armée napoléonienne n’était pas invincible,
    – Les divisions vietminh ont énormément souffert des ‘dinassaut’ ces petites poignées de commandos français extrêmement déterminés du contre-amiral Ponchardier, qui ont désorganisé tous leurs flux logistiques dans le delta du Mékong en Indochine,
    etc etc
    L’histoire militaire, ancienne ou récente, fourmille de cas où l’asymétrie ne donne pas la victoire à celui qui a le plus beau catalogue marketing de moyens technologiques militaires : avoir des milliers de canons et de chars n’a pas été le déterminant principal, on se doute bien que ‘autre chose’ a lieu.
    La réponse à une armée française trop mince n’est donc pas une armée française épaisse : ça ne satisfera que les amoureux des catalogues militaires. c’est donc une initiative intéressante et nécessaire que des réflexions stratégiques soient engagées sur cette ‘autre chose’ qui fait gagner. On peut juste regretter que seuls les militaires en apparence aient pris cette initiative. Les politiques et les diplomates sont autant concernés, l’armée n’a pas vocation à tout résoudre dans les conflits asymétriques.

    Reste que, si on veut augmenter le budget de la défense en France et arrêter de le considérer comme une variable d’ajustement, le vrai enjeu in fine est assez simple : il va falloir taper dans les dépenses sociales inutiles.
    Et ça, ça ne concerne ni les militaires, ni les politiques, mais les français eux-mêmes.

    • lxm dit :

      Celui qui gagne est celui qui ose massacrer, celui qui perd est celui qui n’ose pas massacrer.
      l’empire romain massacrait régulièrement, l’islam s’est répandu en massacrant, les mongols faisaient de même en massacrant tout homme au dessus d’une certaine taille/âge, l’empire colonial français s’est maintenu grâce aux massacres, et a été perdu dès qu’on a abandonné cette politique.
      D’ailleurs les américains ne sont pas en reste, ils ont gagné la guerre de sécession en massacrant, quasi exterminé les indiens en trahissant les contrats de paix, et ne fichaient bien de bombarder du civil avec leurs bombes pendant la seconde guerre.
      On massacre tous ceux qui s’opposent, pour pas qu’ils puissent apprendre pour devenir meilleurs ensuite, cela a toujours été la base de la guerre, comme le viol, pour favoriser le métissage et réduire les tensions sur le long terme. Le viol de guerre a été interdit depuis la guerre ethnique en ex-yougolavie.

      Mais voilà, la nouveauté est l’émergence de la presse, qui fait entrer dans mes foyers de bonne moeurs des grandes villes l’horreur du maintien des privilèges, il y a eu l’holocauste, et d’un coup tout a changé, d’un coup il était devenu mal de massacrer. Dès lors on ne pouvait que perdre toutes nos guerres et voir nos pays progressivement se décomposer sous la sécession et la reddition, s’émietter. Notez l’ironie que c’est quand les italiens commencèrent à massacrer à addisadeba leur toute fraiche conquête éthiopienne devant la presse et les photographes occidentaux que l’italie fut mise au ban des nations et se rapprocha de l’allemagne.
      Le pacifisme, débuté après la 1ere guerre mondiale, a comme aboutissement logique la fin des états et l’isolement des individus, laissés à la merci de n’importe quelle force brute locale, d’où aussi la fin de la sécurité garantie par l’état, on regarde, on prend des photos, des films, mais on n’agit pas.

      Il y a quelques années, à un migrant d’érithrée qui a massacré des gens en europe qui l’ont accueilli, on lui demande pourquoi il fait, que cela est mal; il répond qu’il ne savait pas que c’était mal, pour lui c’était naturel. On pourrait même dire que cela était le principe colonial de la nature, des gènes en remplacent d’autres gènes sur un même territoire.

      Sachant tout cela, on peut commencer la prospective et des stratégies pour éviter de retomber dans le passé.

      • tschok dit :

        Bof. La Wehrmacht et plus généralement l’Allemagne nazie a beaucoup massacré, elle a perdu. L’empire mongol a finalement été assez éphémère. L’armée française n’a pas dédaigné les massacres lors de la décolonisation, contrairement à ce que vous dites, et cela n’a pas empêché la décolonisation. Les armées US et soviétiques ont été ultra-violentes au Vietnam et en Afghanistan et cela n’a pas empêché leur déconfiture. Etc.

        Je crois que vous énoncez des contre-vérités.

        Non, le massacre n’est pas la base historique de la guerre. C’est une modalité particulière, mais pas la base. La base, c’est vaincre et on peut vaincre sans massacrer surtout si on considère que les populations conquises sont précieuses. Le massacre, en fait, est plutôt une anomalie.

        Sinon, sur le viol, Jack l’Eventreur se foutait du brassage génétique. En fait, les violeurs violent prioritairement dans leur groupe ethnique, donc on ne peut pas vraiment les présenter comme des agents du métissage.

        Ce qui permettrait de dire l’inverse par la suite, en le présentant comme une vérité historique.

    • Lagrange dit :

      non votre Haute intensité … c’est du COIN. Et Dupont de l’Etang c’est du conventionnel pas une insurection comme les Talibans.

    • Plusdepognon dit :

      @ Vrai_chasseur
      Les militaires US cherche une utilité à leurs FS en dehors de la contre-insurrection (COIN) :
      https://mwi.usma.edu/special-operations-forces-and-great-power-competition/

  38. Philippe dit :

    Il n’y a, malheureusement, pas trop d’illusions à se faire car le ‘quoi qu’il en coûte’ touche à sa fin et la résorption de la dette va vite reprendre ses droits. en résumé comme disait Coluche :
    Ecrivez nous de quoi vous avez besoin …. on vous expliquera comment vous en passer …
    https://twitter.com/patrice_0311/status/1093457440887238656
    On garde tout de même le moral !

    • Dupond avec un d dit :

      Surtout on garde les chaussettes , pour y mettre le moral bien au chaud

  39. Matou dit :

    Tous ces discours, y compris le dernier numéro spécial du magazine DSI, par ailleurs très intéressant, ne cesse d’émettre un parfum de trop peu. Toutes les spécialisations et les optimisations du monde ne cachent pas la réalité : le manque de volume. On parle de haute-intensité mais comme dit dans certains commentaires, comment gère t’on le haut niveau d’attrition dans un tel cas, quid de l’impact d’une destruction d’un régiment spécialisé sur les autres ? Comment la résilience peut-elle se faire dans de tels cas ? Le concept est intéressant et probablement pertinent mais à nouveau, ne pourra jamais remplacer la volumétrie nécessaire à une telle échelle de conflit. Du moins, c’est ma perception vue d’une petite fenêtre de citoyen inquiet pour son pays et sa capacité réelle à se défendre. J’ajouterais que pour justifier son rôle de nation cadre, peut-être faut-il montrer une capacité à agir plus lourde que celle dont nous sommes capable aujourd’hui. Avoir la volonté d’être une nation cadre et s’y préparer est une excellente chose, mais faut-il que cela soit accepté et acceptable par les autres. Pas sûr que cela soit le cas aujourd’hui. Bientôt, la Pologne pèsera plus lourd sur le plan conventionnel que la France (déjà le cas probablement pour l’arme blindée). Nos militaires ont du mérite à tâcher de s’adapter en permanence et il est compréhensible de voir l’état-major choisir ses mots. Cela dit, cela ne change pas les faits.

    • Felipe dit :

      le manque de volume est effectivement au centre des enjeux. et ce n’est pas q’une question d’argent
      encore faut-il que l’appareil industriel accepte une densification de ses capacités de production*. il ne servirait à rien d’espérer la mise en service de10FDI sur 5 ans, encore faut-il que nos chaniters navals sachent le faire et que les approvisionnements le permettent. encore faut-il que les industriels aient les ouvriers pour les construire
      les armées peuvent avoir tous les équipements souhaités , encore faut-il qu’il y ait le personnel pour les servir. un sergent opérationnel exige 2 ans de formation académique en école ou en régiment, un adjudant chef de section deux fois plus.. si vous l’avez sur vos tablettes. la solde n’est apa la réponse et il faut être lucide : dans nos sociétés post modernes, les métiers « dérégulés » dans leur rythme de travail dans lesquels les relations humaines se fondent parfois sur les rapports de force ou sont soumis aux imprévus de la nature, attirent peu. c’est le drame des vieux pays occidentaux.

      • Matou dit :

        Merci Felipe pour ce complément intéressant. Il illustre l’urgence d’une décision sur ce sujet et la mise en oeuvre d’une feuille de route de remontée en volume dont les résultats ne seront évidemment pas immédiats. Il ne s’agit pas que de l’écrire mais de penser aussi les conditions de la réalisation, ce qui n’est pas une mince affaire tout en restant une nécessité. Accessoirement, cela pose également une autre question concernant la protection des moyens industriels associés en cas de conflit déclaré.

  40. JM24 dit :

    Avec le plan de relance à ce jour, faire un emprunt de 30 Milliard pour rééquipement de force pour 2030, ( Achat et recherche ), pour rattrapé les 15 année passé de coupe. et suive budget de la LP prévue + 3 en 2022 et suite

  41. Fred dit :

    Qui a affirmé il y a de cela quelque temps mordicus, que Czarévitch le moscoutaire n’est pas un moscoutaire ? Petit-fils de Russes blancs enkystés dans les taxis parisiens, hantés de Revizors.

    Il défend toujours et systématiquement – relativement discrètement, on a la stratégie honteuse – sa Poutine glorieuse et la Sainte blanche Russie éternelle qui l’herbergeois.

    Vive le Czar torse-nu chevauchant à cru, il arrache à la cavalcade les oreilles du Tigre de Sibérie avec les dents ! Malheur aux opposant.e.s.

  42. Alain d dit :

    Superbe baratin
    66000 > 77000 OK, mais pas suffisant.
    La réserve, indispensable et très utile, mais qui reste une réserve. Elle n’est pas destinée à pallier à la faiblesse de la FOT chaque jour qui passe.
    « les armées françaises doivent disposer des capacités pour « gagner la guerre avant la guerre » tout en se préparant à l’éventualité d’un engagement de haute intensité. » >>> 88000, avec le matos qui suit, les entrainements et les munitions, notamment celles pour les formations et entrainements.
    Cà, c’est juste pour l’Armée de Terre.
    —-
    Et pour nos ZEE et le trafic avec la Mer de Chine :
    Une base en indopacifique : présence sérieuse et permanente, avec du stock, du carburant, et des capacités de maintenance et de réparation capables de monter très vite en puissance, puisque que la Haute Intensité, c’est déjà une pression permanente 24H/24, donc des matériels qu’il faudrait bichonner très rapidement, déjà parce que nos armées sont sous-dimensionnées.
    Et surtout, nous oublions nos alliés (qui sont aussi nos concurrents, voir AUKUS) , parce que l’histoire regorge de « tours de cons » et de revirements entre supposés alliés. Viendrons, viendrons pas, et s’ils se décident, arriveront-ils à temps?
    On arrête le cinoche et on sort le carnet de chèque?

    • Alain d dit :

      Et mettre le paquet sur les FS et commandos.
      2016 :
      https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/montee-en-puissance-de-la-force-l-armee-de-terre-adapte-ses-infrastructures
      Ainsi les soldats opèreront sur « Sentinelle » moins longtemps et seront donc plus disponibles pour les missions pour lesquelles ils se sont engagés.
      Parce que sentinelle va perdurer, la menace ne disparaitra pas. Elle sommeille et attends son heure, facilitée chaque jour qui passe par le chômage massif, qui rend impossible d’intégrer des migrants, sauf à les mettre en concurrence directe avec des français de souche déjà défavorisés. D’où la montée de l’extrême droite.
      Sans oublier les quartiers abandonnés depuis trop longtemps aux dealer-douanier-casseurs.
      Il faut donc aussi sortir le carnet de chèque pour la Police, la Gendarmerie et surtout la Justice qui devrait avant tout être très réactive et dissuasive. Et ces quartiers, il faut évidement les réhabiliter dans le même temps. Et les peines, il faudrait les appliquer, même pour des incivilités, menaces ou dégradations.
      Pas besoins de modifier la loi, il suffit d’augmenter les personnels de Justice et de construire de prisons, voir aussi des centres de rééducation (la gauche aime bien). Et donc former des magistrats, des huissiers, des gardiens de prison et des redresseurs.
      L’enseignement en France est totalement parti en vrille, et est en plus en retard qualitativement sur nos concurrents (Etats-Unis, Royaume-Unis, Allemagne, Pays-Bas, etc.). Le droit doit avant tout être respecter à l’école, sans quoi tous les autres efforts seront vains.
      Sachant que l’enseignement et la R&D sont fortement liés.
      Donc là encore, il faut sortir le carnet de chèque.
      Gauches et droites, des décennies d’inerties, d’omissions, de renoncements, de promesses non tenues, il faut donc évidement surmultiplier les efforts et les leviers afin d’éviter l’effondrement irréversible et le déclassement définitif !

  43. Richard devouet dit :

    Effectivement, tout est dit.

    Sauf une chose: en cas de guerre de haute intensité avec beaucoup de perte, je suis certain que certains militaires préfèront se porter pâle pour ne pas y aller.

    En maintenant, qui veut mourir pour un salaire de 2500 euro par mois en opex.
    Qui voudra laisser une famille seule en base arrière subissant des pénuries alimentaires et un désordre sociale fort???

    Je comprendrais aisément que certains militaires préfèront rester près des sien pour les aider et le protéger que risquer leur vie pour une cause perdue…

    C est ça la vrai réalité de la génération Y. Opex en Afrique tranquille oui…la guerre non

    • tuiotfrance dit :

      C est clair, je partage votre analyse

    • lgbtqi+ dit :

      cela se produisait déjà en 1915. Cf. les carnets d’un poilu de la « main de Massiges »

      http://lamaindemassiges.com/carnetdeguerre.htm

      Beaucoup de jeunes planqués, avant qu’ils ne soient menés autoritairement au front.

      Permissions supprimées chez les méridionaux, pour cause de désertions en direction de l’Espagne.

      Et déjà des entraînements ridicules au tir …

  44. ULYSSE dit :

    Novelangue: différenciation= spécialisation. Comment réinventer la roue.

    • lgbtqi+ dit :

      vous n’avez rien compris ! C’est un élément de langage integré à un narratif … 😉

  45. Plusdepognon dit :

    Faire, défaire et refaire… C’est toujours travailler !
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1457740007842754563

  46. Belzébuth dit :

    N’oublions pas à cause de qui tout ces choix ont ete avalisés et la médecine de ces Diafoirus ultra-liberaux appliquée avec zèle.

    « L’armée de terre française est taillée pour la gestion de crise, pas pour la guerre »:
    https://croixdeguerre-valeurmilitaire.fr/2021/04/08/armee-de-terre-de-la-gestion-de-crise-a-la-guerre-future/

    C’est valable pour les deux autres armées, le dernier rapport de la RAND corporation ne disant pas autre chose.