Le Japon pourrait doubler le niveau de ses dépenses militaires

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

83 contributions

  1. lxm dit :

    On peut aussi y voir la transposition de la règle des 2% de l’OTAN vers l’alliance pacifique autour des usa.

  2. PK dit :

    En tout cas, le risque d’expansion du Japon nouvelle version est relativement ténu (a contrario de celui de l’Allemagne, quand elle se réveillera). Il n’est pas forcément très dangereux pour l’occident qu’un Japon fort, ainsi qu’une Corée forte, soit présente dans la région.

    Le nationalisme japonais était essentiellement féodal, un peu royal, et la société japonaise a totalement évolué.

  3. Harambe dit :

    Doubler le budget de presque 50 milliards, pour un pays censé ne pas avoir d’armée après sa défaite à la 2ème guerre mondiale et souffrant d’une crise démographique, ça en fait des dépenses là où même l’Inde, la Russie et la France n’ont pas de budget pareil alors qu’ils sont « vainqueurs »…

    • Too dit :

      La seconde guerre mondiale c’était il y a 70ans, à un moment on ne va pas les garder en laisse, le Japon à bien changé en 100ans.

    • DLoQueb. dit :

      Oui en même temps, cette interdiction d’une armée pour le Japon est difficilement comprenable aujourd’hui. Loin de vouloir effacer les crimes des Japonais durant la seconde guerre, je pense qu’on peut difficilement justifier le fait de continuer à obliger le Japon à ne pas avoir d’armée dans une région agitée tandis qu’on a permis à l’Allemagne d’en avoir une. Par contre, pour ce qui est du problème démographique et de la dette du Japon, d’accord avec vous que cette augmentation des dépenses militaires pourrait finir par passer le k-o aux finances publiques japonaises.

      • Robin dit :

        « Oui en même temps, cette interdiction d’une armée pour le Japon est difficilement comprenable aujourd’hui. »
        Peut-être pour le maintenir sous la coupe de la protection américaine ?
        Question pour les plus chevronnés :
        Vous voyez comment le fait que le Japon ne fasse pas partie de l’AUKUS ?
        -Éviter la hausse des tensions avec la Chine au vu de leur balance commerciale ?
        -Stratégie des américains pour que les japonais se sentent plus isolés et augmente justement leur budget militaire ?
        -Autre chose
        -D: la réponse D

  4. EBM dit :

    Le Japon 200% d’endettement du PIB…

    • Too dit :

      Je vous laisse relire l’article, comme le dit Mr Lagneau, c’est à relativiser vu les débiteurs

    • Sylvain dit :

      Tout-à-fait, mais la structure de la dette est particulière : à 94%, la dette japonaise appartient à des japonais. Du coup, la dette n’est pas vraiment un moyen de pression sur le gouvernement japonais

    • Asvard dit :

      Oui mais principalement en interne (dette détenue par des Japonais) alors que celle de la France est externe. Donc si les Japonais disent « on diffère le remboursement ou on l’annule » ça grognera en interne mais pourra toujours se financer en externe même avec difficulté alors que la France ne pourra avoir cette option (un financier se fait rarement avoir 2 fois)

      • tschok dit :

        C’est pas tout à fait ça le truc.

        Le Japon fait comme tout le monde, il roule sa dette (il emprunte pour rembourser le capital, voire payer les intérêts). Quand 60% de cette dette est détenue par la banque centrale, ça veut dire qu’elle roule dans son bilan ad vitam aeternam et il n’y a qu’un seul truc à regarder, les taux d’intérêt. Quand ils montent, la dette augmente, quand ils baissent, la dette diminue. Epivala.

        Mais la banque centrale, c’est l’Etat. Autrement dit, l’Etat se doit sa dette à lui-même. On dit qu’il y a confusion entre la qualité de débiteur et de créancier, ce qui est un cas d’extinction de la dette non pas par compensation, mais par confusion justement.

        Donc 60% de la dette japonaise est virtuellement éteinte. Sauf que c’est purement virtuel: la banque centrale et son Etat font comme si la dette était active et se gardent bien de constater l’un ou l’autre l’extinction de cette dette.

        C’est en effet une décision politique que tout Etat hésite à prendre car elle révèle que l’Etat se finance par la planche à billets, ce qui est de nature à inquiéter ses autres créanciers, ceux qui lui prêtent effectivement du pognon.

        Donc, le Japon ne le fait pas. Mais en fait, cette partie de sa dette il s’en fout, puisque c’est lui qui se la doit à lui-même. Il est son propre créancier, donc il va pas être méchant avec lui-même.

        Reste ensuite le tiers de la dette qui est détenu par les zinzins nippons: celle-là, il faut la rembourser, et si vous ne la remboursez pas vous mettez votre économie en péril parce que tout ce paquet de pognon c’est de l’épargne des Japonais. Et je parle pas des troubles sociaux.

        Et enfin, vous avez les 10% de dette qui sont détenus par les créanciers étrangers. C’est que dalle. Le japon la paye sans problème. Pourquoi il irait ruiner sa notation financière au risque de compromettre ses sources d’investissement, alors que cette dette est marginale?

        Bon voilà quoi: en gros il y a 40% de sa dette qui est sensible. Un tiers en interne, c’est de l’épargne japonaise, un dixième en externe, c’est de l’investissement étranger. Et tout ce qu’il y a dans le bilan de la banque centrale, ils s’en foutent. Faut juste zieuter le niveau des taux d’intérêt pour éviter que la casserole de lait déborde et foute le merdier sur le piano.

        Donc, les Japonais sont tranquillement à 250 points de PIB de dette publique, mais en réalité ils sont à moins de la moitié, ce qui les met à peu près au même niveau que nous. Et comme ils ont des excédents, ce qui n’est pas notre cas, ce niveau de dette n’inquiète personne.

        Et ça roule tranquillement depuis des années comme ça et ils s’y sont habitués, comme ils se sont habitués aux tremblement de terre, alors que ce système comporte sa dose d’effets pervers, mais c’est un autre sujet.

        Si jamais le Japon doit faire face à un coup de Trafalgar, il peut purement et simplement annuler

    • Franchouillard dit :

      @ EBM
      Excellente remarque : le Japon étant la 4ème ou 5ème économie mondiale, il démontre que la dette n’a aucune importance pour un pays souverain.
      .

      • tschok dit :

        @Franchouillard,

        Le cas du Japon démontre tout ce que vous avez l’intention d’y voir, si vous avez un raisonnement téléologique.

        Mais si vous avez un raisonnement lucide, il démontre que le financement de l’Etat par la planche à billets crée quand même pas mal de problèmes, notamment une sorte de stagnation économique douillette (stagflation) dans laquelle le Japon s’est enfoncé depuis deux décennies.

        En économie, tout est affaire d’équilibre.

        Je pense que les Japonais sont quand même embarrassés par l’importance de cette dette.

        Ils sont tombés dans une sorte d’ornière: plus la politique de la BoJ est accommodante, pour tenter de relancer l’inflation afin de sortir de la stagflation, plus elle alimente la machine qui a créé les conditions de la stagflation.

        Bon, je ne sais pas trop comment ils peuvent s’en sortir, mais en tout cas on ne peut pas dire que la dette n’ait aucune importance, parce que c’est un des éléments du problème auquel les Japonais sont confrontés, même si sa soutenabilité n’inquiète personne, je pense.

        Le Japon, c’est le 2ième excédent courant mondial, c’est la 3ième économie mondiale derrière les Etats-Unis et la Chine, c’est une épargne considérable (300 Mds d’euros d’épargne accumulés pendant la crise du Covid) et des actifs financiers domestiques de, tenez vous bien, 27.000 Mds d’euros, soir 6 fois son PIB. Donc, la soutenabilité de la dette c’est pas leur problème. Avec de tels chiffres, ce ne serait pas le mien, en tout cas.

        En fait une dette ne vous pose pas que des problèmes de soutenabilité, si vous voulez. La dette les handicape, mais ailleurs, parce qu’elle alimente la machine à stagflation et c’est surtout ça qui les emmerde, d’après ce que j’ai compris.

      • tschok dit :

        PS: le mécanisme dont je vous parle (la dette qui alimente la stagflation) ça s’appelle la « debt flation », théorie proposée par Irving Fisher.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Irving_Fisher

        Pour ceux qui veulent creuser.

    • Thierry dit :

      259% d’endettement en 2020 pour le japon

      200% pour la Grèce (armé par la France…)

      116% pour la France, et même 272% si on y ajoute la dette privé :

      https://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/dette-publique-et-privee-la-france-272-du-pib

      130% pour les USA (passée de 23.200 milliards en mars 2020 à 28.000 milliards en mars 2021.) et c’est celui qui économiquement souffre le moins.

      91% en moyenne pour l’Europe

      Tous les pays développés sont couvert de dette et ça ne date pas de la crise du covid, il ne faut pas s’arrêter de vivre pour autant et c’est même le contraire, c’est en empruntant encore plus que vous pourrez en sortir car rembourser la dette équivaut à une condamnation à la récession sur un très long terme.

      On notera l’hypocrisie des présidents qui ne cessent de vouloir nous serrer la ceinture au motif d’endettements et qui creusent encore plus la dette par les conséquences de cette politique.

      si on compare ce qu’on a économisé en fermeture de lit d’hôpitaux, déremboursement des soins médicaux, etc, et ce que le Covid nous a couté, la balance penche clairement très lourdement du mauvais coté.

      j’ai omis de citer la Russie faiblement endetté mais eux c’est parce que personne ne veut leur prêter de l’argent, Poutine dans sa folie traite les investisseurs comme des « agents de l’étranger » pour éviter de voir émerger une opposition politique financé de l’extérieur, c’est dire si aucun ne veut mettre son argent en Russie, la répression est déjà à son comble.

    • Auguste dit :

      254%.Mais détenus par les Japonais.Dette perpétuelle qui n’a pas l’impact sur l’économie que peut avoir une dette détenue par l’étranger.

      • Thierry dit :

        dire que la dette n’a pas d’impact sur l’économie parce que détenu par les japonais ne me paraît pas la réalité, un usurier quel qu’il soit donne son argent dans les mêmes conditions, un contrat qui engage l’emprunteur à rembourser à un délai déterminé et selon un taux fixé.

        En quoi un investisseur étranger pourrait avoir un quelconque pouvoir de plus dans cet engagement ????

        S’il y avait défaut de paiement de l’état, le pays serait bien plus fortement impacté parce que la dette est détenu par les japonais qui eux même se retrouveraient dans l’incapacité d’honorer leurs engagements financiers, ça serait des faillites en cascade.

        • Auguste dit :

          Pas ou peu d’impact sur l’économie japonaise.Si la dette japonaise serait détenue par l’étranger,elle n’échapperait pas à la spéculation et aux pressions politiques.

      • tschok dit :

        Nan Auguste, c’est pas le critère de dette détenue par des créanciers étrangers ou nationaux qui compte, c’est le ratio de dette détenue par la banque centrale.

        C’est ça qui fait que vous êtes plus ou moins pépère avec votre dette quand vous êtes un Etat. Bon, j’explique ça plus haut, et dans le cas du Japon, c’est bordé à 60%.

        Et par ailleurs, et j’explique ça plus haut aussi, les Japonais ont des actifs à mettre en face de leur passif et ils pourraient se payer the finger in the nose 3 fois plus d’endettement.

        Bon en tout cas, vous n’avez pas une dette perpétuelle qui serait détenue par les nationaux et une dette remboursable qui serait détenue par les étrangers, ça marche pas comme ça.

    • Czar dit :

      dette possédée par les japonais et de toute façon le japon ne s’endette pas pour fabriquer des afro-maghrébins ou pour payer les retraites de boomers macronistes comme le fait la France, sa dette est donc saine et un problème très relatif. De toute façon comme souligné dans l’article, il s’agit d’un cap indiqué, pas d’un objectif chiffré à tenir impérativement

    • Thaurac dit :

      Le japon détient sa dette…Lire l’article

    • Dupuis dit :

      200% d’endettement OUI ! Mais 200% d’endettement à lui même ( ou à son peuple ) , comme du temps de De Gaulle , quand l’état Français empruntait à la Banque de France à 0% ! Pour financer ses programmes et ne devait aucun compte et AUCUNE DETTE ! aux financiers usuriers du privé . Tout à commencé à partir en vrille pour notre Nation à partir de 1973 et l’arrivée de Valéry Giscard d’Estaing , lui aussi ancien de la banque Rothschild , comme avant lui Georges Pompidou et après lui Emmanuel Macron , comme par hasard ! Qu’on se le remémore et QU’ON SE LE DISE !

    • Gribeauval dit :

      250% du PIB, par contre elle appartient essentiellement à la banque du japon (60%) et à des investisseurs japonais (30%). Il n’y a pas vraiment de risque de défaut de paiement…

    • vrai_chasseur dit :

      238%.
      Mais le Japon se prête de l’argent à lui-même dans sa propre monnaie.
      L’endettement japonais vis-à-vis de tiers extérieurs n’est que de 6% du PIB. Donc tant que son économie lui permet de rembourser les intérêts totaux (0,1% annuel) + ces 6%, il peut encore monter son endettement.
      C’est le principe de la dette perpétuelle.
      C’est ce qui a permis à l’Angleterre de conquérir le monde au détriment de la France de Louis XIV qui s’épuisait à rembourser ses dettes.
      Et le Japon a encore des marges de manœuvre pour augmenter ses recettes et donc emprunter plus : la fiscalité japonaise n’est que de 26% du PIB – contre 46% en France.
      Ce qui ferait du bien à la France -et à toute l’Europe- c’est que ce soit directement la BCE qui soit le prêteur principal des états membres -à hauteur, par exemple de 60% et libellés en euros -. Là on parlerait vraiment de changement de braquet et pas de plan de relance pour midinettes.

    • PK dit :

      LA dette japonaise est aux mains des Japonais. Donc, ce n’est pas un vrai souci…

  5. Clamarion dit :

    En voilà un pays qui prend sa sécurité au sérieux.

    • blavan dit :

      Si le Japon veut se protègera contre la Chine, la seule option c’est d’acquérir une capacité de frappe nucléaire avec des sous marins lanceur d’engins . Investir dans le conventionnel ne servira à rien car le Japon a une telle densité de population qu’une frappe nucléaire de la Chine anéantirait définitivement ce pays.

      • Louma dit :

        Si Algérie veut régler le crime colonial, la seule option c’est d’acquérir une capacité de frappe nucléaire avec des sous marins lanceur d’engins . Investir dans le conventionnel ne servira à rien car Algérie a une telle densité de population qu’une frappe nucléaire de la France anéantirait définitivement ce pays.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « qu’une frappe nucléaire de la France anéantirait définitivement ce pays. » Il serait plus que temps de vous mettre à l’eau minérale, vous venez’ de démontrer que l’excès de rouge est cérébralement parlant très nocif!

        • Pravda dit :

          Un ICBM sur le 93 ?

      • Aramis dit :

        Un simple blocus naval mettrait le pays à genoux.

        • Galopant dit :

          Avec les missiles hypersoniques, pour créer un musée d’épaves des navires français. L’entrée est gratuite.

          • Aramis dit :

            Pas asser de navires français à couler pour faire un musé.

          • Pascal (l'autre) dit :

            « Avec les missiles hypersoniques, pour créer un musée d’épaves des navires français. L’entrée est gratuite. » A ce jour la seule chose hypersonique chinoise c’est la connerie des trolls zhinois! N’était ce pas un de vos camarades d’éprouvette qui pour justifier la « formidable  » avance chinoise dans ce domaine qui avait posté la photo d’un prototype américain sous l’aile d’un B52! Ah les guignols !

      • Sobidac dit :

        Seul pays à avoir subi des bombardements nucléaires, le Japon est à la fois un État non nucléaire favorable à la dénucléarisation, un État allié à la puissance nucléaire dont il était jusqu’en 1945 l’ennemi, un État virtuellement nucléaire menant une dissuasion nucléaire virtuelle. L’archipel continue d’adhérer à sa constitution pacifiste et à l’alliance américaine. Mais les gouvernements successifs, soutenus par les États-Unis car enrôlés dans le containment anticommuniste, n’ont pas manqué depuis soixante ans de réinterpréter la constitution, à défaut de pouvoir la réviser, tout en restant dans le cadre du « pacifisme constitutionnel », ni d’accroître la liberté d’action au sein de l’alliance, Le Japon n’a reçu que deux bombes, la punition n’était pas assez, il fallait encore plus, quand à la France, pays de pédophilat, la plupart d’enfants ont eu cette mauvaise expérience, rendre les français sont des gens malades, la fin du conflit Est-Ouest ayant eu pour effet de relancer le processus de désarmement, l’auteur reprend l’idée d’une abolition des armes atomiques par leur « virtualisation » progressive, sous la forme d’une weaponless deterrence, d’une dissuasion « en filigrane » ou d’une recessive deterrence. La solution proposée consiste à désactiver les armes nucléaires en séparant les ogives et les lanceurs, voire les têtes et les systèmes d’amorçage, et à placer ces différents éléments, qui pourraient être reconstitués en cas de besoin, sous contrôle international.

        • Pascal (l'autre) dit :

          « Le Japon n’a reçu que deux bombes, la punition n’était pas assez, il fallait encore plus, quand à la France, pays de pédophilat, la plupart d’enfants ont eu cette mauvaise expérience, rendre les français sont des gens malades,  » Nous remarquons que les trolls du Yang Tsé ont découvert un nouveau mot (qui n’existe pas, c’est dire le niveau!) le « pédophilat » Qu’est ce, Mystère, boule de gomme et…….neurone de petit coolie! Avant nous avons eu « supernova » Ils ont du le trouver dans un « atlas du ciel » et ont trouvé que ça faisait intelligent!
          Pop corn aussi et il y a déjà un certain temps « égout ». Ils sont balèzes nos trolls pékinois!

      • Davy Cosvie dit :

        Le nucléaire, c’est l’arme du 20e siècle.
        De nos jours, la dissuasion résulte des missiles guidés avec précision (MGP) dits aussi missiles de croisière (MdC).
        Ces missiles permettent de détruire un gouvernement sans dégâts collatéraux.

        • tschok dit :

          Le rêve des populistes, quoi.

        • M51 dit :

          @ DC, exact mais incomplet : l’arme nucléaire n’est pas obsolète car elle servira à détruire discrètement les flottes militaires de surface qui s’aventureront trop loin des côtes.

        • blavan dit :

          @davy cosvie. Détruire un gouvernement sans dégâts collatéraux, à part les élections, je ne vois pas comment. Vivement 2022 pour vérifier !!!!

          • Davy Cosvie dit :

            blavan « ne voit pas comment » ! C’est une blague ?
            Imaginez un missile d’une ou deux tonnes, sans charge explosive, qui arrive à 940 km/h dans un conseil des ministres.
            Conséquence : aucun dégâts à l’entour, mais nécessité de changer de gouvernement.

  6. Félix GARCIA dit :

    Princes of the Yen | Documentary Film
    https://www.youtube.com/watch?v=p5Ac7ap_MAY

  7. Plusdepognon dit :

    Cela veut dire diplomatiquement que la parapluie américain n’est plus dissuasif.

    Et pourtant, la protection américaine se paie et chèrement :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/03/19/des-troupes-us-au-japon-et-en-coree-du-sud-quels-couts-pour-21981.htm

    L’écho de la retentissante défaite en Afghanistan n’a pas que des effets dans le monde des djihadistes, la Chine s’est enhardie dans ses menaces et au Japon comme en Corée du sud, on s’interroge :
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/06/la-debacle-americaine-en-afghanistan-relance-le-debat-sur-la-securite-en-coree-du-sud-et-au-japon_6093529_3210.html

    Ou plutôt on se pose de moins en moins de questions sur le fait de devenir une puissance nucléaire.

    La boîte de Pandorre est ouverte:
    https://www.meta-defense.fr/2021/09/27/japon-inde-la-course-aux-sous-marins-nucleaires-dans-le-pacifique-a-t-elle-debute/

    Certains observateurs estiment que l’alliance AUKUS est la sécurisation de l’uranium australien pour les USA dans l’optique d’une guerre économique totale et longue:
    https://www.ege.fr/infoguerre/le-role-de-laustralie-dans-la-nouvelle-guerre-froide-des-etats-unis-pour-contrer-global-china-tech

    D’où le fait que pour la Nouvelle Calédonie, la menace n’est pas que chinoise…
    https://www.capital.fr/entreprises-marches/tesla-va-se-fournir-en-nickel-en-nouvelle-caledonie-1417054

    https://www.capital.fr/entreprises-marches/nouvelle-caledonie-lusine-de-nickel-de-vale-rachetee-tesla-partenaire-1398793

    La « troisième voie » sous la précédente guerre froide était déjà un jeu d’équilibriste ardu, mais aujourd’hui le fil bouge beaucoup trop pour les pays asiatiques…
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/09/28/crise-des-sous-marins-en-asie-le-pacte-aukus-met-mal-a-l-aise-les-partenaires-des-etats-unis_6096240_3232.html

  8. Bob dit :

    Ce serait bien que les nippons augmentent leur budget militaire mais cela reste une manœuvre électoraliste, c’est dommage.
    De toute façon, 2% du PIB pour les dépenses nippones ne changera pas le rapport de force avec le PCC, ni en Indo-pacifique, ni avoir des SNA de l’Oncle Sam, ni la prochaine annexion de Taïwan, ni la potentielle défaite de l’US Navy et des ses alliés. Et la menace hypersonique Nord-Coréenne (à moins de transfert de technologie massive de la part du PCC, je n’y crois pas un seul instant et je me suis bien marré, encore merci pour cette bonne tranche de rigolade) conventionnelle ou nuke ne change pas les affaires nippones.

  9. Matou dit :

    On peut comprendre les japonais tenant compte des agissements de leurs voisins. Le PCC et le gvt de Corée du Nord étant alliés (probablement pas un hasard si la Corée du Nord progresse dans les missiles) sans compter la Russie. Le Japon ne peut pas compter uniquement sur les Etats-Unis face aux proches menaces, au moins sur son intégrité territoriale et de mon modeste point de vue.
    Ce qui me désole, c’est l’absence d’une telle politique en France ou la défense semble restée une grande absente des débats politiques à ce stade. Il ne s’agit pas de devenir la première armée du monde, ce serait difficile et très probablement inutile. Mais un volume plus important sur terre, mer et air ne semblerait pas un luxe à l’heure où la haute intensité se présente comme le défi majeur de cette décennie, voire de la suivante.

    • Thierry dit :

      Nous sommes entrée dans une ère ou les grands conflits conventionnel redeviennent possible et le japon ne peut pas ignorer la menace chinoise sous peine d’être avalé !

      Pour la France c’est pareil, le danger n’est pas moins grand et nous avons déjà été envahis plus souvent qu’à notre tour…

      Un simple petit retard technologique peut suffire à décider un envahisseur potentiel.

  10. Gaulois78 dit :

    PIB Japon 2019 = 4600 milliards d’euros
    Budget Défense prévu pour 2022 = 42,2 milliards d’euros
    Soit un petit 0,92 % du PIB

    PIB France 2019 = 2437 milliards d’euros
    Budget France prévu pour 2022 = 41 milliards d’euros
    Soit un petit 1,683 % du PIB

    J’ai pris le chiffre de 2019, 2020 étant faussé par la pandémie et 2021 étant une année de rattrapage…

    • Thierry dit :

      ça n’est pas demander la lune que d’avoir une défense à 3% du PIB et on en est encore loin.

      • tschok dit :

        @Thierry,

        Ca dépend à qui vous la demandez, la Lune. Si vous la demandez aux Français, 3% c’est beaucoup et c’est même de trop. C’est pas qu’on veuille pas, c’est que ça excède les conditions actuelles d’acceptation sociale de la chose.

        Le PIB, c’est pas un élastique qu’on peut tendre à l’infini, il y a un moment où les gens n’ont plus assez de pognon pour boucler le mois et là ça claque.

        Et ça peut claquer d’autant plus fort si les gens comprennent que tout le pognon qui leur manque est déversé sur la BITD française qui est hyper prospère, hyper-capitalistique et qui pratique l’optimisation fiscale à fond.

        A ce moment là, vous quittez le domaine de la non-acceptation sociale de la chose pour entrer dans celui de sa non-acceptation politique.

        Nan, c’est un leurre.

        Si vous voulez 3% du PIB dans la défense, il faut aller à l’église pour prier afin que se produise un méga attentat en France qui justifie de déclarer la guerre à un pays dont seraient issus les auteurs de cette attaque.

        Là, ouais, vous les aurez vos 3%.

        Donc, les mecs, tous ceux qui veulent 3% vont à l’église bruler un cierge en espérant qu’il y ait plusieurs milliers de morts dans un attentat. Tentez votre chance. La prière, c’est comme le Loto: tant que tu joues pas, tu peux pas gagner.

        Et ceux qui ne veulent pas d’un méga attentat: eh ben tant pis pour les 3%, faites-en votre deuil et puis c’est marre.

        Mais les uns et les autres, arrêtez de nous faire chier avec une chimère qui devient une lubie. C’est pas parce qu’une chimère devient obsessionnelle que vous augmentez les chances qu’elle se réalise.

        • Aramis dit :

          « la BITD française qui est hyper prospère, hyper-capitalistique et qui pratique l’optimisation fiscale à fond. » Elle se meurt mais bon.

        • Aramis dit :

          Et 3% c’était ce qu’il y avait sous la guerre froide ù l’acceptation sociale était beaucoup plus faible que maintenant. Donc postuler c’est du vent.

          Ce qui compte c’est le budget en euros constant. Si on était resté en euros constant à celui de 1991 soit 40 milliards il n’y aurait pas eu de soucis à ne pas rester fixer à 3% du PIB. Car le PIB progressait, mais on on aurait pu maintenir le budget au même niveau. C’est ce qu’il aurait fallu faire d’ailleurs.

          Cela aurait été un excellent moyen de communication pour faire croire au gens comme vous que le budget baissait.

      • Roger Dubreuil dit :

        3%, c’est d’autant moins « lunaire » que c’est une dépense qui reste dans l’économie nationale, favorise la recherche et soutientt les exportations.

  11. werf dit :

    L’augmentation des dépenses militaires du japon serait très mal perçue par la Chine mais aussi la Corée du Nord car les peuples de ces Etats n’ont pas oublié les massacres japonais pendant la 2ème guerre mondiale ( ils sont enseignés dans leurs écoles…). Le Japon y perdrait le peu de considération des états de la zone et surtout récolterait des menaces très précises, nucléaires, s’ils s’obstinait dans cette voie du réarmement, contraire aux accords de paix.

    • SdN dit :

      Le Japon se moque bien de ce que peuvent penser les dictateurs de Pékin et de PiongYang.
      De plus, il peut très facilement acquérir des armements efficaces avec une grande discrétion : en nous achetant pour ses sous-marins des torpilles qui seront en fait des MdCN.

      • 341CGH dit :

        Peut-être le Japon est-il déjà en possession de quelques-uns de nos MdCN.
        Je dis ça pour rendre service aux trolls pékinois qui fréquentent ostensiblement opex360 : qu’ils en fassent part à leur gouvernement.

  12. Paul Bismuth dit :

    Lorsque les choses deviennent sérieuses, l’externalisation de sa sécurité ne suffit plus.
    https://www.meta-defense.fr/2021/09/01/japon-coree-du-sud-et-taiwan-poursuivent-leur-effort-budgetaire-en-faveur-de-la-defense/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *