L’armée de l’Air & de l’Espace se dote d’un « escadron d’expertises techniques en procédés spéciaux »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

19 contributions

  1. Frérot Georges dit :

    Décision pour le moins surprenante pour une base aérienne équipée de telles infrastructures au moment où l’on parle de capacité de dispersion en cas de conflit, et plus particulièrement de conflit de haute intensité.

    Nos systèmes de défense anti-aérien ne sont pas si nombreux, même sur la base d’ARVORD, qui reste de ce fait très vulnérable à une attaque un peu saturante de missiles de croisières et drones de toutes natures.

    Alors faire l’impasse sur un tel environnement de dispersion déjà tout équipé cela questionne très sérieusement sur le bien fondé des analyses et le sens de la décision prise.

    Espérons que les crayons pointus des tableurs Excel ou autres n’aient pas encore une fois sévit envers et contre tout, comme ils ont continués de le faire pendant la crise de la COVID_19 en poursuivant la réduction des lits hospitaliers.

    • patrico dit :

      Bien d accords avec vous mais si cela fait faire de Réelles Economies ça passera un peu mieux. Mais Surtout, pour moi, il y d autres Escadrons à créer d Urgences ! !

    • Gaulois78 dit :

      Un désastre l’abandon de cette base, il est vrai qu’avec la descente aux enfers du quantitatif des aéronefs on n’aura bientôt plus besoin de bases… Quelques hangars au fin fond de RCDG, Le Bourget, Saint Ex devraient suffire aux quelques dizaines de Rafale de l’AA… La BA125 Istres fera un immense lieu d’accueil pour les « gens du voyage »

  2. JM24 dit :

    On devrais gardée la base de Chateaudun, Si dans le future on veux se renforcée ou autre, On va avoir une nouvelle LP de 2025 à 2030. que vendre pour 1 euro, c’est du garchie pour notre défense

  3. Ah Ca ! Z arrive ! dit :

    Encore du grand n’importe quoi… Du côté des bâtiments et équipements de Châteaudun, il n’y a pas photo, aucune raison de partir !

    Et à qui va être revendue la base avec ses très nombreux hangars ? Eiffage, Vinci, un américain ou un chinois ? Évidement, pour une bouchée de pain, question d’assurer les retombées économiques des bons fonctionnaires.

    Il faut bien comprendre que la série des petits généraux une pépéte qui dirigent et ont dirigés la base en ont marre d’être cocufié par leurs femmes qui ne veulent plus faire leurs 3 ans en pleine cambrousse. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage.

    Bien mieux être à la 208 à mi-chemin entre Lyon et G’nève où madame peut emmener les gosses au ski pendant que mônsieur va aux putes au bord du Lac ! Les weekends à la plage en méditerranée sont, eux aussi, bien plus faciles.

    Encore une histoire qui sent autant l’incompétence que la magouille bien juteuse à 10 km.

    Nous marchons sur la tête…

  4. Thierry dit :

    c’est vrai qu’il n’y a plus guère d’anciens aéronefs à stocker puisqu’ils volent désormais jusqu’à tomber tout seul ou être cannibalisé, sans parler de ceux revendu à d’autres pays comme la Grèce.

    Donc ils ferment une base aérienne de plus, le budget a beau augmenter, les moyens continuent de s’assécher, l’argent ne va pas là ou il devrait aller, et c’est bien vain de nous annoncer ça comme si c’était une réforme ou une innovation car il n’en est rien, une base aérienne entière a été réduite à un escadron , il ne s’est rien passé d’autre.

  5. E63 dit :

    Cette décision montre à quel point les hauts fonctionnaires de l état ( les carriéristes de l armée de l air en font partie n oublions pas ) ne sont que des irresponsables tout juste capables d appliquer des directives qui datent d ‘ il y a 25 ans …malgré l évolution « théorique «  d un discours officiel ….. un fonctionnaire ne sait pas évoluer seul ..il applique les directives du n+1 sans remettre quoi que soit en question ….. la grosse différence entre un haut fonctionnaire militaire ( DGA et cie ) et un soldat face à l ennemi est essentielle .. au premier on demande d être com…petent. Et au second d être ..efficace ..la messe est dite ! …L un se planque dans son bureau , l autre combat ..

    • patrico dit :

      Dans les grandes entreprises que j ai vecue quand l es grands « patrons » venaient c est tout juste si des cadres ne prenaient pas nos outils des mains ! Ou nos places loin de leurs bureaux ! C étaient de « vrais » chef-chef !

    • ji_louis dit :

      Souvent, quand un fonctionnaire remets en question les directives de son N+1, d’abord sa notation chute, puis il saute. L’administration (et surtout les armées), c’est la hiérarchie, pas la démocratie (et il vaut pieux que cela soit comme cela).

  6. Le Rebelle dit :

    Oui, voilà bien une décision de « pailleux ». Laisser le » Poulmic  » et les  » HM  » équipés de l’hydrométrie contrôlée à l’abandon et aller faire du stockage à Aulnat est une ânerie de plus à l’actif des ronds de cuir de la DCMAA qui, à de rares exceptions près, n’à jamais été commandée par des mécanos dignes de ce nom. Le bateau coule donc « normalement.

    • Bilboquet dit :

      La DCMAA n existe plus depuis une quinzaine d années. Avalée et digérée par le csfa puis lui-même par le cfa. Enfin bref adieu Chateaudun….

  7. Eric dit :

    C’est une énorme erreur de fermer la BA 279, une base que je connais très bien pour y avoir fait mon service militaire comme aspirant au sein de l’escadron de protection 42/279 en 1986/87. La piste est superbe, les bâtiments, dont le fameux hangar Poulmic modernisés et en très bon état. En 1986, la base accueillait entre autres le Centre de programmation informatique de l’Armée de l’Air (CPSMAA), un immeuble ultra-moderne et très sécurisé. Autant que je me souvienne, il n’y avait pas de hangars durcis pour avions en alerte, mais la place ne manquait pas pour en installer : le tour de base fait plus de quatre kilomètres si je me souviens bien. Nous étions une centaine de fusiliers-commandos dans l’escadron de protection ; à l’époque, la base disposait même d’un escadron de défense sol-air équipé de Crotales, ce qui donne une idée de l’importance que lui donnait l’Armée de l’Air ! A l’heure où on croit très intelligent de resserrer les escadrons de l’AAE sur moins d’une dizaine de plate-formes, ce qui fera autant de cibles en moins à traiter pour un assaillant éventuel, se priver d’un telle base, c’est du crétinisme pur et simple.

  8. Momo dit :

    C’est effectivement dommage de na pas optimiser l’usage des installations militaires de Deol.
    Ceci étant il faut reconnaitre que Chateauroux… comment dire… les municipalités qui s’y succèdent depuis un siècle veulent absolument honorer l’idée que l’on s’en fait… et donc on est toujours consterné d’y passer mais ravi de s’en aller… franchement…

  9. atomkraft dit :

    Encore une décision imbécile d »abandon d »une infrastructure militaire en excellent état.
    Je verrais bien l »utilisation des hangarettes comme complément à la prison de Chateaudun.
    Par ces temps d’ensauvagement ça laisserait des perspectives à l’emploi local ; tous matons !
    Il est vrai qu’il était urgent de sauvegarder des sites plus indispensables et peu chers en contrepartie: citons par exemple la base aérienne 722 Saintes dont l »utilité saute aux yeux.

  10. tschok dit :

    Bon sinon, je suis sûr que Christo aurait adoré l’idée d’emballer un Mirage 2000 dans une bâche en plastique.

    Faudrait le faire pour les navires.

  11. BASSIN Gérard dit :

    L’Armée de l’Air et de l’Espace restera présente à travers son conservatoire d’aéronef nommé CANOPEE par son créateur Jean-Michel WUILLEMAIN. Sa mission est muséale et consistera à raconter l’Armée de l’Air et de l’Espace, à travers ses missions, ses moyens humains et matériels, dont ses avions et autres matériels …
    CANOPEE présentera bien sur des avions dans leur contexte d’utilisation, mais également les autres matériels et spécialités indispensables à son fonctionnement, par exemple :
    – A l’usage des BIA et autres, le fonctionnement en temps réel du banc pédagogique qui a servi pendant 40 ans à la formation des pilotes et mécaniciens sur Alpha-Jet.
    – La mise en situation d’un contrôle local d’aérodrome à partir de la mise en situation des matériels utilisés (Equipement complet dont radar SPAR, Consoles, etc.)
    La plateforme de Châteaudun, après avoir été militaire, devient civile, à travers la reprise par la DGAC.
    Ce site restera au Service de l’Armée de l’Air par son activité muséale, car n’oublions jamais que le futur se construit toujours à partir du passé, à condition que ses traditions puissent être transmises.
    C’est un des rôles du futur CHATEAUDUN

  12. Sun Tzu dit :

    Dans la « bonne continuité » de ce qui se fait depuis 40 ans, en 1984 on réaménage la base de Creil, qui avait entre autres un DAMS, en créant des hangars avions durcis et des abris anti-atomique, pour la fermer en 1985 en la rattachant à Cambrai. Par la suite, elle fut recrée … puis on a fermé Cambrai, Colmar, Reims, Strasbourg… S’il ne restent plus d’avions… autant faire un achat groupé avec les suisses et acheter un simulateur de F-35… On aura alors plus besoin de hangars, de personnels pour l’entretien, la réparation ou le stockage des avions. Et on pourra aussi faire comme les allemands et faire plaisir à Jose, en achetant un tracteur pour sortir les avions restants et les amener sur la piste lors d’un « elephant walk » annuel. Compte tenu de ce qui reste on devrait renommer cette armée : « Armée de l’Air et de l’Espace vide » !