Les États-Unis pourraient transférer deux systèmes israéliens de défense aérienne « Iron Dome » à l’Ukraine

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. blavan dit :

    Quand il faut relancer la guerre froide, nos « amis ‘ » américain n’en loupe pas une. Relancer la zizanie dans l’UE en espérant que l’Ukraine intègre l’Otan , le grand rêve de l’oncle Sam.

    • E-Faystos dit :

      l’Europe géographique ne manque pourtant pas de pays à problème mais ils.ont pourtant insisté pour y intégrer la Turquie.
      Depuis, ils ont compris que c’était un choix discutable.
      Mais c’était effectivement un gros clou pour un petit cercueil….

    • Borok 83 dit :

      Et pourquoi pas, le sort actuel du Belarusse vous convient ????

      • Félix GARCIA dit :

        Mine de rien, la propagande russe perd un atout avec cette de question de l’union avec la Biélorussie (en 28 étapes si je ne m’abuse [de ce qu’on en sait], dont la dernière serait l’union politique).
        Mais ces derniers temps, sur RT France et Sputnik France, ils en causent plus trop. Comme s’ils avaient acté et intégré les dernières évolutions, comme s’ils ne cherchaient plus à convaincre. Silence. Silence sur la Biélorussie, alors qu’ils étaient bruyant lors des manifestations. Et quand on cherche plus à causer …

      • berger dit :

        comme tous le monde le sort du Belarus m’empêche de dormir…

    • Pravda dit :

      Et quand les russes vendent des S400 à la Turquie ??

    • appolo dit :

      les US relancent la guerre froide ? Non ! C’est quand même la russie qui a envahi et annexé illégalement la Crimée et soutient les séparatistes en Ukraine. Et avec sa propagande et ses opérations cyber, la Russie est très bien placée pour déstabiliser l’UE

  2. Zigomar 17 dit :

    Lors de la dernière empoignade avec le Hamas du côté de Gaza…le système Iron Dôme a, semble-t-il, parfois été pris en défaut, en laissant passer, suite aux tirs de saturation des Palestiniens, nombre de roquettes artisanales des combattants du Hamas…
    Ces roquettes du pauvre ont provoqué des tués et blessés israéliens, d’importants dégâts matériels aux infrastructures, et surtout en instaurant une peur panique générale qui obligeait la population israélienne à se terrer, durant de longues heures jour et nuit, dans les bunkers, abris et autres caves salvatrices…
    J’imagine assez facilement le succès très relatif de ces batteries cédées à l’Ukraine face à un armement russe autrement plus sophistiqué et efficacement meurtrier…

  3. Max dit :

    A2/AD (anti-access/area-denial pour déni d’accès/déni de zone) va devenir une priorité pour nos forces armées.

    Pour l’armée de l’air (systèmes dédiés à la défense des bases aériennes).
    8 SAMP/T Mamba équipent quatre escadrons de défense sol-air (EDSA) : « Barrois » sur la base aérienne (BA) 113 de Saint-Dizier, « Crau » sur la BA 125 d’Istres, l’EDSA sur la BA 702 d’Avord et celui sur la BA 118 de Mont-de-Marsan. Ce modèle est en service depuis 2010 dans les forces aériennes.
    Les EDSA ont aussi des postes Crotale NG.
    Sous l’égide de l’OCCAr [Organisation conjointe de coopération en matière d’armement] au nom de la Direction générale de l’armement [DGA] et la SEGREDIFESA italienne, a été notifié à Eurosam le contrat de développement du SAMP/T NG (ASTER 30 B1 NT Extended Capability) avec Thales pour le radar AESA Ground Fore 300.

    Pour l’armée de terre à part les postes Mistral 3 !
    C’est short… Le conflit du Haut-karabakh à rebattu les cartes.

    http://www.opex360.com/2020/02/01/la-protection-des-unites-de-melee-de-larmee-de-terre-contre-les-menaces-aeriennes-fait-debat/

    https://www.challenges.fr/entreprise/percer-les-defenses-aeriennes-russes-le-defi-de-mbda_649167

    Quid de nos capacités SEAD anti-radar… futures ?

  4. Borok 83 dit :

    Et pourquoi pas, le sort actuel du Belarusse vous convient ????c’est drôle que les pays de l’est qui on vécut plus de 40 ans de joug russe n’est pas envie de prolonger l’occupation, ce n’est pas la frileuse Europe qui les protégera.

  5. werf dit :

    C’est la méthode américaine bien connue pour les équipements évalués et jugés obsolètes ou insuffisants, on les donne à des états amis-pauvres ou on les met au rebut. Ce système israélien a montré son incapacité lors de tirs de saturation et encore ce n’étaient que des roquettes artisanales. Face aux missiles et drones du Hezbollah ce serait une tout autre affaire. Mais c’est un sujet tabou en Israël…

  6. Bob dit :

    L’Oncle Sam a bien raison de préférer une solution industrialo-financière US plutôt que l’iron dome. Pourtant, c’est un système très onéreux mais qui marche globalement bien.

    L’Ukraine a besoin de protection et de système AA, la France doit proposer le Mamba même si cela doit être payé par les anglo-saxons à moins que jupiter en jupette préfère un baise main à la poutine.

  7. Frédéric dit :

    Excellent choix s’il se concrétise, armement purement défensif qui a montré ses qualités alors que des soldats ukrainiens meurt chaque semaine sur un  »front » gelé.

    • syfre dit :

      Un tas d’Ukraniens meurt du covid parce qu’en Ukraine la population n’a pas accès au vaccin (*).
      Mais il est plus important d’acheté de la ferraille militaire pour faire la guerre dans le Donbass

      Btw c’est un peu la cata en Ukraine qui s’interroge sur l’après 2024, lorsque le contrat de transit de gaz russe sera terminé, c’est qualifié de problème existentiel par Zelensky. Il comptait d’ailleurs sur Merkel pour faire pression sur les russes.
      D’ailleurs c’est pas leur seul problème, 30% de leur approvisionnement en gaz provient de Russie. Là aussi ils comptaient sur Merkel pour faire de la retro cession de gaz. Merkel les a douché en leur répondant qu’ils devaient se mettre à l’énergie verte. Un pays en quasi faillite et où il fait -20% la moitié de l’année, la bonne blague. Quand au transit, le trajet par Nord Stream 2 étant plus court et donc moins cher cela sera aux clients de décider, en tout cas l’Allemagne ne s’engagera à rien du tout.

      Ah mais d’ailleurs pourquoi faire pression sur les russes ? Les russes ont dit que pas de problème ils sont près à négocier un nouveau contrat de transit et à vendre du gaz aux Ukrainiens même a prix d’amis. Sauf que les ultra nationalistes au pouvoir a Kiev ne veulent pas en entendre parler, plus exactement ils ne veulent même pas discuter avec les russes.

      (*) les russes avaient proposé aux Ukrainien de produire Sputnik chez eux, évidemment les ukrainiens n’avaient même pas dénié répondre, comptant sur leur nouveau copain US, mauvaise pioche, finalement c’est le programme COVAX de l’OMS qui les a fournit et l’achat d’une poigné de vaccin chinois.

    • Red dit :

      @Frédéric
      .
      Tout à fait. Excellent choix stratégique qui j’espère, se concrétisera. Plus il y aura de bon systèmes AA/anti-missiles et d’armements de qualités, moins Moscou aura d’influence sur l’Ukraine.

  8. Pascal Petit dit :

    POUTINE N’EST PAS ÉTERNEL (Staline ne l’était pas non plus). Comme il est pro-israélien, se targuant d’origines juives, il ne tapera sans doute point du poing sur la table. MAIS, qui lui succèdera ?

    • Robert dit :

      Surtout héritier de la grand union soviétique vainqueur du fascisme et accessoirement très entouré de membres de la communauté loubavitch.

      • fabrice dit :

        Poutine n’est pas d’origine juive. Poutine est l’homme de l’ex KGB. Il est entouré d’ex KGbiste. Il fait la politique du clan KGB. Il n’est pas seule.
        Sa politique n’est pas pro israélienne. Il considère juste qu’il est de l’intérêt de la Russie de garder des relations potables avec Israël.
        Il a raison, il y a un million de russophones en Israël, l’accès aux lieux saints, la protection des orthodoxes, la vente des diamants bruts, l’achats de produits tropicaux, des échanges technologiques, des échanges de renseignement (la Russie a été victime d’attentats islamistes), 1,5 à 2 mds de $ d’échanges commerciaux annuels….

  9. Anthony dit :

    Même les Houtis savent contourner ce type de « Dome », alors laissons cette illusion de protection aux victimes des vendeurs du lobby de l’armement US. C’était sans doute les mêmes qui plaçaient, à coup de commissions, le F-35.

  10. Mica X dit :

    Les grecs ont bien raison, ils se rapprochent des Saoudiens qui n’aiment pas trop Erdogan mais qui sont à la peine vu le niveau de leur armée. Ils vont pouvoir s’entrainer en réel et gratos (ils ne vont pas débourser un euro et seront peut-être même payés par les saoudiens pour leur compétence) à détruire des objets volants… moi cela me rappelle les armes utilisées par certains de leurs voisins.
    En plus cet entrainement leur permettra de jauger l’efficacité relative de cet armement qui commence à dater pour mieux acheter farnco-italien, SAMP / T (on a le droit d’être optimiste, si si)
    Inch Allah

    • Mica X dit :

      Hum, m a trompé de fil de discussion, mea culpa, la fougue de la jeunesse retrouvée ?

  11. Zigomar 17 dit :

    …Ouragan et Smertch…
    En 1975, l’armée soviétique a commencé à recevoir de nouveaux LRM, encore plus puissants: les BM-27 Ouragan. Contrairement aux Grad, ces véhicules disposaient d’un moins grand nombre de tubes de lancement — 16 au lieu de 40. Cependant, les munitions de 220 mm avec une ogive d’environ 240 kg affichaient une puissance supérieure par rapport aux missiles de 122 mm du BM-21. Un tir d’Ouragan couvre ainsi une superficie de 40 ha et peut éliminer des cibles se trouvant jusqu’à 35 km de sa position.
    Cependant, l’Ouragan n’est pas le descendant le plus puissant de Katioucha. Les BM-30 Smertch mis en service en 1987 sont considérés à ce jour comme les plus puissants du monde. En une salve, le LRM peut tirer sur l’ennemi 12 missiles de 300 mm avec des ogives à sous-munitions, brisantes ou thermobariques d’environ 250 kg chacune. La superficie de la zone couverte par un tir complet avoisine les 70 ha avec une portée comprise entre 20 et 90 km. Selon les experts, le tir de six Smertch équivaut à une munition nucléaire tactique en termes de puissance destructrice.
    Cependant, la Russie met en œuvre un vaste programme de modernisation de l’artillerie réactive. En particulier, depuis peu, les Grad et les Smertch sont remplacés par les nouveaux systèmes Tornado-G et Tornado-S respectivement.
    Les deux LRM sont dotés de nouveaux équipements de contrôle et de communication à bord, d’un système automatisé de conduite de tir et des systèmes de navigation GLONASS.
    De son côté, le Tornado-S dispose d’une correction autonome de trajectoire de vol des missiles au niveau de l’angle de tangage et de lacet à partir des signaux du système de contrôle des dispositifs gazodynamiques. En d’autres termes, l’arme conçue pour éliminer des cibles sur une grande superficie est devenue de haute précision et peut éliminer efficacement des sites isolés de l’ennemi dans un rayon de 120 km. Selon les estimations des experts de l’IISS publiées dans le rapport The Military Balance 2017, le Tornado-S dépasse en tout point les LRM en dotation dans les pays de l’Otan.
    ********************************************************************************************
    Sans, personnellement, posséder l’expertise de nombreux commentateurs de ce site…
    J’imagine aisément que les batteries Iron Dôme ukrainiennes auraient le plus grand mal à neutraliser les salves de centaines de missiles des systèmes LRM russes des plus dévastateurs… avec une portée et une précision de tir autrement plus redoutables que les roquettes artisanales palestiniennes…
    Me semble-t-il…

    • Pravda dit :

      Mais, êtes-vous en train de dire que les hommes verts qui ont envahi la Crimée ne seraient que l’armée russe ?
      Heureusement, je suis persuadé que ce ne sont pas eux qui ont descendu le MH17…

    • Polymères dit :

      Vous essayez de vous rassurer, les grand défenseur de Moscou.

      Cependant vous oubliez une chose importante, la Russie n’assume pas sa guerre contre l’Ukraine, depuis le début elle est et reste officiellement non impliquée et son aide militaire aux « rebelles » du Donbass, bien que réelle (qui aujourd’hui vont encore accuser ceux qui le disent de menteurs russophobes?), ne veut pas dire « armée russe ».
      D’ailleurs ils se gardent bien de donner des systèmes trop « voyants » qui ne laisseraient aucun doutes, on se souvient des systèmes anti-aériens abattant les avions ukrainiens et se faisant évacués en catimini quand un avion civil a été abattu.

      Le Kremlin n’assume pas ses actes en Ukraine, idem en Crimée ou les petits hommes verts ne sont jamais mentionnés dans le discours russe, seul le « référendum » est cité pour légitimer et masquer une annexion de force.
      La Russie craint les réactions internationales, tout n’est pas qu’une question de confrontation militaire avec l’Ukraine en comparant des fiches wikipédia.

      Cet élément est crucial, car il démontre, malgré les discours, qu’il est peu probable que la Russie se lance dans une guerre ouverte avec l’Ukraine, qu’elle restera à jouer dans l’ombre, dans les discours de peur, les manoeuvres militaires. Car une guerre c’est toujours facile à commencer, mais on ne sait jamais comment et quand ça va se terminer. Car peu importe les discours, la Russie ne va pas si bien que ça et il ne suffit pas de vouloir se rassurer avec les tableaux de wikipédia quand la Tchétchénie continue de hanter les esprits, l’armée russe reste une armée de conscrits et toute guerre d’agression passe mal dès lors qu’on ramène les cercueils.
      Si la Russie de Poutine aime utiliser la guerre sous couvert de mercenaires ou d’anciens soldats en « vacance » ce n’est pas sans raison.

      Pendant ce temps l’Ukraine se prépare, non pas à affronter l’armée russe, mais les rebelles du Donbass, ce qui est bien différent. La Russie sera juste à dissuader, les ukrainiens prennent ce qu’il faut pour augmenter le « coût » à payer si la Russie choisie ouvertement d’entrer en conflit. Car au delà des risques liés à l’armée ukrainienne, il y a aussi le risque de voir l’Otan se ranger massivement derrière l’Ukraine pour lui fournir armes et financements pour lutter contre l’armée russe, le Kremlin sait très bien qu’il risque d’être poussé dans un bourbier. Américains, anglais, polonais et d’autres sont déjà là, ce possible don est un élément parmi d’autres.