Robotique : L’armée de Terre s’intéresse aux synergies « homme/machine » pour les missions de reconnaissance

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. anatide dit :

    Du Spielberg…
    L’ère des machines est en ordre de marche.
    L’homme n’est peut-être pas a l’abri de cette révolution qui pour le moment n’a d’ambition que de le préserver en arrière ligne.
    Vaste sujet.

  2. pilum dit :

    C’est la solution du futur pour les guerres asymétriques de demain.
    Je serais leader d’un mouvement de libération, je m’inquiéterais.

    • Lame dit :

      Je doute que le recours massif aux SALA dans une guerre contre-insurrectionnelle soit d’avantage une garantie de victoire que le recours massif aux drones télésupervisés. Les guérilleros sont des humains et s’adapteront aux SALA comme ils se sont adaptés aux drones.

  3. Gégétto dit :

    Pour l instant, les robots militaires possèdent des roues, des chenilles, des ailes.
    Puis viendra le temps de la militarisation des robots style Atlas de Boston Dynamics…premiers a entrer!
    https://youtu.be/yULH_hpJPio

  4. tartocitron dit :

    L’avenir est plutôt aux mission de reconnaissance faites uniquement par les machines qu’aux synergies impliquant l’homme.
    Qu’il s’agisse de renseignements issus d’analyses d’images satellitaires, d’avions ou de drones seule l’IA est capable de traiter des données aussi importantes.
    Une modélisation en 4D (topologie de zone et mouvements) pourrait même servir à « désactiver » les « obstacles » sans risques pour l’homme (IED…).

    • Lame dit :

      Tartocitron, dans le présent, on a déjà des drones de reconnaissance autonome, des munitions rôdeuses autonomes (drones turcs en Syrie et Lybie) et des remote carrier qui tirent des missiles sur la cible indiquée par le pilote de son avion-synapse. L’avenir est plutôt aux essaims de reconnaissance ET de SALA.

  5. Félix GARCIA dit :

    « Take the E.U Digital Certificate, today, more than 400 millions certificates have been generated across Europe. 42 countries, in 4 different continents are plugged in »
    Ursula Von Der LEYEN

    Ursula von der Leyen addresses the European Parliament in her second State of the Union speech
    https://www.youtube.com/watch?v=KREUxCY29U0

    « Plugged in » …
    « Welcome to the Matrix » …

    Allez, encore 10 ans de guerre froide à fabriquer des machines, des robots et des drones, et ils l’auront leur armée de Terminators et leur « cyber-ruche ».

    « All Hail Britannia ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=C-u59vXACT0

  6. HMX dit :

    C’est plutôt encourageant de voir que l’AdT investit dans la robotisation et le combat collaboratif. Il faut continuer, en ayant une vision globale de la robotisation, du fantassin (drone de reconnaissance capable de désigner des cibles, drone-grenade, drone de transport venant livrer du ravitaillement à la demande directement aux fantassins…) jusqu’au char d’assaut (qui sera lui aussi doté d’effecteurs déportés, terrestres et aériens).

    En revanche, on se peut s’empêcher d’être agacé par l’extrême prudence française, pour ne pas dire le blocage psychologique, sur la question de l’armement des drones. On prend ainsi grand soin de préciser que ces expérimentations ne concernent que des robots de reconnaissance, non armés. Ouf, nous voilà soulagés…

    En 2021, compte tenu des mutations géopolitiques en cours, et de l’évolution très rapide des technologies et des rapports de force dans le monde, il serait temps de dépasser ce blocage psychologique, et d’investir dans des drones nativement conçus pour être armés. Nos principaux compétiteurs se moquent de nos pudeurs et de nos craintes irrationnelles sur le sujet, et mettent en service un nombre croissant de systèmes robotisés armés, comme le montre l’exercice ZAPAD qui a lieu à nos portes. Il n’y a guère qu’en Europe (et surtout en Allemagne) où l’on tergiverse de cette façon, et où nous accumulons un retard qui sera forcément difficile à combler par la suite.

  7. FF dit :

    Le doigt dans l’engrenage…

  8. Max dit :

    L’ère des machines devra attendre l’ordinateur quantique pour que l’IA atteigne la singularité tant désirée par les transhumanistes.
    Là il faudra être vigilant si aucune règle n’aura été posée.(cf Asimov).

    • Lame dit :

      Le transhumanisme est la promotion des capacités humaines par les disciplines et la technologie en tant que principal moteur du progrès individuel ou collectif . Si certains membre de la mouvance transhumanistes sont également des singularistes, ce n’est pas systématique.

  9. Fusco dit :

    Je m’appellerais SARAH CONNOR, je sauterais déjà dans ma Jeep WRANGLER et je partirais dans le désert car « La grande tempête elle arrive » 😉