Un député suggère d’équiper l’armée de Terre avec un véhicule blindé chenillé comme le KF-41 allemand

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

205 contributions

  1. kagamet dit :

    quand un civil demande de remplacer un véhicule ayant fait ses preuves au combat par un modèle allemand, qui n’a pas connu le feu, même pas adopté par l’armée allemande, et qu’on attend toujours en estonie on croit réver.
    Si le problème c’est la taille du canon, le VBCI existe avec une tourelle de 40 mm.
    La guerre est une affaire sérieuse qui doit être laisser à ceux qui ont le courage de la faire.

    • berger dit :

      même s’il ne l’ont pas faites !

    • vno dit :

      « on croit rêver »

      C’est le côté député intègre qui vous fait rêver ou abruti complet qui veut des chenilles Allemandes (c’est important) pour envahir la Russie ? Celui la ne se cache même pas. Il y en a un autre qui s’est étonné il y a quelques semaines que l’audition du chef d’état-major de la Marine lui avait révélé que notre Marine ne pouvait pas s’opposer à la Marine Chinoise.

      J’ai honte des gens qui prétendent me représenter.

      • Thaurac dit :

        Où a t’il dit que c’était pour « envahir la russie » car c’est plutôt le contraire à redouter!

      • lgbtqi+ dit :

        vous n’êtes pas le seul à éprouver ce sentiment de honte en regard de ceux qui prétendent nous représenter …

        • Gaulois78 dit :

          Si cela peut vous rassurer, j’ai honte un peu plus chaque jour et je ne suis pas le seul…

          • lgbtqi+ dit :

            lol, non, ça ne me rassure pas …

            Pensées toutes particulières pour le Colonel benala en ses oeuvres, coups sur entravé, et son coffre, griveaux et ses ébats sur smartphone, sibeth qu’elle nous croit moins capable qu’elle de porter un masque, attal au regard si franc et altier, casta au soutien indéfectible au zinc et à la platine, pour ceux qui n’ont pas créé un seul lit de réa ni même stocker du curare, et pour tant d’autres à qui nous devons tout notre bonheur et notre prospérité.

            Le long fléau du peuple de France …

    • Eric dit :

      Le civil en question est membre depuis des années de la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée Nationale. J’imagine donc qu’il doit savoir un minimum de quoi il parle. Ensuite, le VBCI a fait ses preuves au combat au Sahel, mais jamais à ce jour dans un environnement de haute intensité et sur un TO type européen. Le KF41 est incontestablement mieux armé et mieux protégé avec un poids en ordre de combat comparable à celui de l’AMX30 ou du Leopard et un canon de 35 mm plus puissant. Ses chenilles et son moteur de 1000cv lui permettraient de suivre le Leclerc sur tous les terrains et seraient aussi un gros avantage en zone urbaine. Ca, ce sont des faits indéniables : de plus, il ne s’agirait en aucun cas de remplacer, mais plutôt de compléter le parc actuel de VBCI avec un engin plus puissant.
      Après bien sûr, il y a la question du coût (le KF41 est proposé à l’Australian Army à un prix unitaire de 20 millions d’euros), de la compatibilité avec Scorpion, et de l’introduction d’un calibre supplémentaire (35 mm) aux côtés des 40 mm et des 25 mm déjà en service sur les véhicules blindés de l’Armée de Terre.

      • Twisted dit :

        Le KF41 n’est absolument pas mature pour le moment

      • blavan dit :

        @Eric. Le civil devrait savoir qu’on n’achète pas sur étagère dans l’Armée française. Il faut que notre armée serve avant tout notre industrie puisque pour l’instant on n’a que les ennemis que l’on se fabrique.

        • adnstep dit :

          Ben si, on achète sur étagère. Des FM, des véhicules, des drones…

          Ça n’empêche pas de tester et vérifier qu’on pourra les utiliser dans notre modèle d’armées.

        • AR97 dit :

          On achète tout sur étagère, pourtant….
          Les C-130J, les HK 416/Glock 17/AT4, les VT4 qui ne sont que des Ford Everest militarisés, les drones Reaper, les missiles Hellfire pour le Tigre, les bombes guidées laser Paveway, les E-2 Hawkeye de la Marine, et j’en passe…

      • Ced dit :

        Bonjour éric: 20ms d’euros l’ex.!!!! vous êtes sûr de ces chiffres? ça me paraît énorme (ça comprend la MCO, peut-être?) ça fait 2 à 3 fois un MBT

      • Vinz dit :

        « le KF41 est proposé à l’Australian Army à un prix unitaire de 20 millions d’euros »

        Ruineux si avéré. Merci, mais non merci.

      • UnKnown dit :

        Le VBCI a 30% d’autonomie sur route de plus que le KF41. Dans un environnement de haute intensité ou les munitions rodeuses, les missiles A/G en tout genre et autres armes hypersoniques, ou encore de l’artillerie longue portée seront foisons, les dépots de carburants devront être très éloignés du front, sans parler du fait que l’épaisseur du blindage devient une protection très relative. La capacité de détection, de mouvement, et l’autonomie, et une certaine capacité de « discrétion (parce qu’on ne peut pas parler de furtivité avec une véhicule de 30 tonnes) » vont être de plus en plus décisifs. Et à ce jeu de vitesse et d’endurance, la roue l’emportera toujours sur la chenille.
        Le char est une arme dépassée sur son concept d’origine, mais toujours utile en support au sein d’un groupe interarme, à condition que la logistique suive. Il en va de même pour tous les véhicules à chenilles (généralement plus lourds et plus consommateurs en carburant).
        On peut parfaitement rester avec notre future combinaison EBRC + Leclerc + VBCI, et se passer des véhicules allemands, pensés pour une autre guerre, avec les menaces d’une autre époque.

      • Aymard de Ledonner dit :

        La France ne va pas tout faire. Elle est impliquée au sud de l’Europe avec le matériel adapté. Elle soutient les pays baltes avec des leclercs et des VBCI. De là à acheter en plus un matériel spécifique, euh non. Les pays à l’est de la France peuvent augmenter leurs efforts.

    • Qui ça ? dit :

      Le civil que vous sembler dénigrer, M. Lagarde est député et membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas un énième comité Théodule mais une commission multipartite qui permet d’éclairer les parlementaires dans leurs votes en matière de défense.
      Ne pas oublier que c’est le parlement qui vote un déclaration de guerre, autorise les opérations à l’extérieur au-delà du troisième jour d’intervention et surtout vote la très importante loi de programmation militaire qui planifie le schéma de forces armées pour plusieurs années …

      • adnstep dit :

        Et puis, si le député pose la question, c’est qu’elle lui a été sussurée par quelques militaires…

    • Olivier dit :

      La guerre est une affaire sérieuse dites vous? L’indochine, son fiaso, ça ne vous suffit pas? Une guerre de militaire menée par des militaires avec un total désintérêt de la population et des politiques. Réfléchissez avant de parler

      • adnstep dit :

        L’Histoire aussi c’est une affaire sérieuse…

      • Naoned 46 dit :

        Sauf que les guerres sont déclenchées par ordre des gouvernements « …………civils

      • Momo dit :

        On voit là en une seule phrase un historien expert qui a beaucoup étudié et peut ainsi résumer en un rot plusieurs dizaines d’années d’événements complexes.

        « Une guerre de militaire menée par des militaires avec un total désintérêt de la population et des politiques »

        On reste muet d’admiration devant tant de compétence et d’intelligence.
        Bravo!

      • Leroy dit :

        C’était il y a 67 ans et nous n’avons plus de Noratlas !

    • FRANCOU dit :

      Kagamet, bravo. Bien dit. Un nostalgique d’Adolf, ou encore un qui balance une vanne pour se faire remarquer. L’ armée n’ a pas besoin de cet ahuri. Il y a des professionnels qui ont surtout besoin d’argent. Il pense ouvrir un marché avec Fritz et toucher des commissions ?

    • NRJ dit :

      @kagamet
      « quand un civil demande de remplacer un véhicule ayant fait ses preuves au combat par un modèle allemand, qui n’a pas connu le feu, même pas adopté par l’armée allemande ». Justement, on a testé le VBCI et on en a trouvé les limites. En particulier sur le terrain. Dès qu’on entre dans des zones humides et accidentées, il se révèle mauvais en comparaison aux véhicules à chenilles (http://www.opex360.com/2018/02/28/otan-moment-vbci-groupement-tactique-francais-deploye-lituanie-ont-ete-mis-hangar/). Le VBCI est un 8×8, pas un chenillé. C’est normal qu’il galère plus quand le terrain est mauvais. Et pour cette raison, c’est logique de demander l’acquisition d’un véhicule chenillé.

      Et pas besoin d’adopter le Puma, il y a également le Lynx qui peut faire le job (déjà acquis par la Hongrie, d’ailleurs si vous craignez un matériel pas opérationnel). On peut également réfléchir au CV-90, bien que celui-ci soit moins protégé.

      « La guerre est une affaire sérieuse qui doit être laisser à ceux qui ont le courage de la faire. ». La guerre est une affaire sérieuse qui se doit d’être réfléchie de façon pragmatique. Et on ne peut pas refuser une question d’un revers de main simplement parce qu’on est ignorant.

  2. Thierry dit :

    Le Mali ou l’Afghanistan ça n’est pas l’Europe de l’Est ou la Russie dont certaines routes peuvent être couverte de boue en automne ou au printemps sur une profondeur de plus de 50cm, et surement davantage avec le réchauffement climatique et le permafrost qui fond.

    Dans ce cas de figure seul les véhicules à chenille large passent, les autres doivent être tractés.

    L’armée française a non seulement besoin d’un tel véhicule mais aussi d’un canon d’au moins 105mm pour compléter et faire nombre avec les chars Leclerc et disposer de suffisamment de bouches à feu pour faire face aux 750 chars russes pré-positionnés en permanence sur leurs frontières occidentales, directement face à nous.

    • twouan dit :

      Bien qu il y est des avantages a toutes les technologies. Ne crois tu pas qu on devraient surtout avoir plus de VBCI? (et de matos/combattants en general)
      On fera toujours des impasses, mais le pire c est de saupoudrer.

      Quand au depute en question, c est son metier de controler l etat.

      • Thierry dit :

        Qu’on monte une tourelle de genre AMX10RC sur le VBCI et je suis preneur ! je croix qu’il y a de la place pour un char léger même à roue.

        Le M10 Tank Destroyer de la seconde guerre mondiale affichait une vitesse double des chars allemands (90km/h) pour un blindage très fin et a fait un véritable carton contre les panzer de tout type grâce à son canon. ce concept est à reproduire.

        les véhicules d’infanterie sont en effet indispensable, et encore plus quand ils sont du genre Stryker ou avec des équipements spéciaux pour réduire des obstacles, si seulement on pouvait avoir autant de VBCI qu’on a eu de VAB ce serait super mais faut encore pleurer misère la dessus comme pour tout le reste.

        • Pseudo dit :

          Ne confondez vous pas avec le Hellcat ?

          • Thierry dit :

            oui c’est ça le M18 Hellcat, désolé pour l’erreur, mais le M10 a quand même un beau palmares aussi au vu de son blindage.

        • Keep cool dit :

          90 Km/h sur route… Mais bien sûr!
          Vous devriez vous documenter de façon plus sérieuse avant d’intervenir. Je ne suis pas certain qu’un M10 puisse atteindre 50 Km/h sur route en ordre de marche.
          Merci quand même pour ce fou rire!

    • Eugene123 dit :

      Mon dieu! 750 chars prêts à foncer sur l’Europe occidentale!

      Au secours! On fait quoi? On se jette immédiatement à l’eau pour rejoindre à la nage la côte des USA?

      Et tu as pensé à toutes ces ogives nucléaires qui nous observent depuis les tréfonds de l’Oural… Il faut prendre immédiatement des mesures… Il faut enterrer la totalité de la France pour la protéger des vilains et agressifs russes!

      Bon, je sais bien que depuis toujours les galonnés ont toujours exagéré les menaces pour avoir des budgets illimités, mais là t’as pas l’impression d’en faire trop?

      • Thierry dit :

        alors j’ose à peine vous réveiller pour les 12 000 à 16 000 chars de l’arsenal russe dont bon nombre datent de l’époque soviétique (surtout des T-72) mais sont conservés en état de marche, certains ont le culot de dire qu’ils rouillent au soleil mais j’attent de voir une photo satellite pour le croire… en attendant ils existent bel et bien, ont été construit et sont dans la naphtaline pour l’instant, mais ressortiraient en cas de guerre. et oui, il y en a bien 750 prêt à servir avec équipage, munitions et essence sur le front ouest.
        On voit bien que les russes récupèrent aussi les anciens avions de cette époque avec de légères modernisation.

      • adnstep dit :

        Comme l’Histoire l’a montré plus d’une fois, mieux vaut se préparer au pire, et qu’il n’arrive pas, plutôt que le contraire.

        Si Poutine pensait qu’il avait une chance raisonnable de lancer son armée sur l’Europe sans trop de dégâts, il n’hésiterait pas une seconde.

        Et pour le calmer, le mieux, en effet, reste le parapluie nucléaire.

        • Chris dit :

          Vous êtes le psychologue de Poutine ? Pour le moment c’est vous qui détruisez des pays en Afrique et au moyen orient

        • Thierry dit :

          l’arme nucléaire tactique peut en effet réduire cet embonpoint de char, il faudra l’envisager et de préférence avant que les chars russes pénètrent sur le territoire français… s’ils sont encore en Russie c’est encore mieux.

          • Pascal (l'autre) dit :

            « avant que les chars russes pénètrent sur le territoire français… s’ils sont encore en Russie c’est encore mieux. » Ben voyons, Une bombe nucléaire même « tactique » sur le territoire russe et bien sûr notre « stratège » Thierry jaiunavis est persuadé que les Russes rendront les armes! Y a pas à dire vous en tenez encore une « sévère » ce soir!

    • kagamet dit :

      Le 105mm est obsolète face à canon de 40mm et aux munitions du jaguar. Mon petit doigt me dit que les t90 et t72 utilisé par la STAT n ont pas fait long feu.
      Un véhicule comme le lynx de 41t demande de mettre a niveau nos EFA nos wagons nos infrastructures.
      La roue est bien meilleure pour rester en vie.
      Si quelqu’un en doute demander au britannique l AJAX a chenilles est une catastrophe. Ils se rabbate sur le boxer qui est… au surprise a roue

      • NRJ dit :

        @kagamet
        Il faut comparer le 40 mm aux canons de la même génération. Ainsi il y a eu le canon de 120 mm fer équipant le Vextra qui a été testé. Le 40 mm est il équivalent à un 120 mm ? Pas sûr…

    • Hdouv dit :

      La fameuse Raspoutitsa qui a autant contribué à la défaite allemande que le froid

      • Seb_16 dit :

        Bonjour ce n’est ni la raspoutitsa ni le froid qui a contribué à la défaite allemande.
        Mais la stratégie allemande de conquérir était trop grande par rapport aux moyens.
        De plus la logistique allemande s’est effondrée au fur et à mesure de la progression des 3 groupes armés, dans le temps et la distance.
        Et il est évident que quand le régime veut tuer tout le monde il faut s’attendre à une dureté des combats qui n’était pas prévu au début.
        Pour rappel l’affaire devait être pliée en 4 mois.

    • PeterR dit :

      Pourquoi, vous pensez que la France a dans l’idée d’envahir la Russie ??
      Encore un de vos délires made in US ??
      Un conflit avec la Russie finirait probablement à coup de bombes H.
      Orienter notre budget vers le conflit urbain sur sol français qui lui devient probable me semble préférable.

      • jack dit :

        vous pensez reellement que la logique a encore cours au sein de l’otan ?? des soldats afghans qui font du training combat-loc pour se battre dans les montagnes d’afgha.. ne vous fatiguez, c’est le même delire au Mali : je decide de la facon dont va se dérouler le conflit, si ca ne marche pas cette fois, ce sera pour la prochaine fois… encore faut-il être encore en vie,. sauf que pour le couos ce sont d’autres qui perdent leur vie.

    • Pierro dit :

      Mieux vaut des missiles anti char que des canons de 105mm contre des MBT !
      Un véhicule n’est pas lourd parce qu’il est chenillé, il est chenillé parce qu’il est lourd.
      Pour la tourelle du VBCI, ça peut se changer.
      Les blindés Jaguar auront du 40mm > 35mm et des missiles > 105mm.

      • Vinz dit :

        Des missiles = 4; dont deux prêts au tir. C’est pas avec ça qu’on bouchera la trouée de Fulda.

        • Fred dit :

          Ce n’est pas ce type de matériel qui est censé en priorité s’opposer à une attaque blindée massive (Chars lourds, obus Bonus, hélicoptères, avions … etc.).

          Ceci dit, si un Jaguar peut à lui seul détruire quatre chars (et recharger), c’est un score très positif.

          • Vinz dit :

            C’est très optimiste ; en face il y a des systèmes « hard kill ».

          • Fred dit :

            @ Vinz

            Pour l’instant, ils sont inopérants contre les attaques venant du haut, comme celle du MMP.
            Ils ne sont pas infaillibles, semble t’il.

          • Vinz dit :

            Rien n’est infaillible – mais vous n’aurez jamais vos 100% non plus…

        • LEONARD dit :

          @Vinz
          La trouée de Fulda a été bouchée le jour de la réunification de l’Allemagne.
          Bon, pour vous dédouaner, ça ne fait que plus de 30 ans, c’est très récent, pouviez pas savoir.
          Par contre, il y a une certaine trouée de Suwalki qui est encore d’actualité….
          http://gillesenlettonie.blogspot.com/2015/12/de-la-trouee-de-fulda-la-trouee-de.html

    • Maya dit :

      Ce qui menace la nation Française et plus largement l’europe n’est absolument pas la Russie. Ce qui nous menace est : l’islamisme , le délire démographique africain et l’immigration qui en découle , l’idéologie progressiste décadente au pouvoir depuis 50 ans et accentuée par ses métastases woke. Les russes n’ont ni l’envie , ni le besoin , ni les moyens militaires , économiques , démographiques, financiers de menacer l’europe. Agiter la menace russe permet juste à l’industrie militaire américaine de fourguer son matériel et de faire du fric.

      • Fred dit :

        Troll paranoïaque, tu as peur de ton ombre, vas donc te cacher petit insecte couard.
        https://www.youtube.com/watch?v=c_wvwg8JQ4o

      • Robert dit :

        Maya,
        Vous avez remarqué comment l’insulte et l’hystérie apparaissent chez certains quand vous énumérez certaines réalités?
        C’est plutôt rassurant, il n’y a pas d’argument sérieux à vous opposer et dire les choses est devenu insupportable.

        • Fred dit :

          @ Robert, ONG secours fasciste

          Il n’y a pas de solution… Parce-qu’il n’y a pas de problème : que dire de plus ?
          Contre les trolls qui volent en escadrille, il n’y a qu’une solution : faire feu à volonté.

          • tschok dit :

            Moi j’trouve surtout que notre Robert a des exigences déséquilibrées: Maya se contente d’accumuler des affirmations, qui ne sont que des poncifs, et Robert estime qu’on ne peut lui répondre qu’en argumentant.

            Et ne pas argumenter serait fautif, selon lui.

            Alors que dans son esprit, il ne pèse sur Maya aucune obligation d’argumenter, car elle (il?) dit la vérité: elle se contente de les « énumérer », comme il dit. Et ça suffit.

            Moi j’trouve que l’arbitre est vachement partial, là. Et ça se voit. D’habitude, il se dissimule mieux le tartuffe. Il doit être fatigué en ce moment.

        • LucienB dit :

          L’entrée d’immigrants illégaux est devenue une activité rentable pour les ONG de gauche.

          • tschok dit :

            Et pas de droite? Bon ben je préfère être dans une ONG de gauche, alors.

            Je vais pas m’engager dans une ONG qui va déposer son bilan, ce serait con.

      • LucienB dit :

        Parfait!!!!

    • Dodo dit :

      L’Europe de l’Est n’est plus celle d’il y a 80 ans, allez y faire un tour que d’imaginer qu’à la frontière allemande on passe d’une route goudronnée à un champ de boue.
      Quant aux chars russes, combien de bouche de feu les tchétchènes avaient pour foutre en l’air des centaines de blindés russes? Là aussi, pour arrêter un char, pas besoin d’un autre char ni besoin de refaire Koursk. C’est terminé la guerre ou on avait l’infanterie d’un côté et les blindés de l’autre, ou les blindés étaient tout puissant contre l’infanterie. Aujourd’hui quelques groupes à pieds peuvent détruire des colonnes blindés à l’aide de quelques roquettes, missiles et mines chapeauté par une bonne tactique.

      • Pravda dit :

        Les techniques de combat urbain ont évolué depuis Grozny, les blindages additionnels se sont multipliés aussi.

      • sentinelle dit :

        relisez la 2 eme GM vous verrez que c’était déjà vrai mais la technique sans l’art opératif et la coordination des armes est impuissantes. Je conseille Jean Lopez : Stalingrad, Koursk, Surtout Bagration et pour avoir une vue d’ensemble de 1916 a 1970 Joukov , passionnant! Si vous êtes encore plus passionné Barbarossa, Tcherkassy, et Berlin. J’ai tout lu et je me suis régalé ces livres montrent l’abomination des deux systèmes que sont le nazisme et le communisme . Pour nos aviateurs on y parle aussi des armées de l’air .

      • Bp dit :

        Votre commentaire me rappel quand mon seul groupe de sapeur avait mit hors jeu une quinzaine de véhicules avec un ligne de mines bien disposé. Quelle bonheur au petit matin d avoir appris que la nuit de labeur avait portée ses fruits !

      • Edgar dit :

        @Dodo Le char n’a pas été inventé pour lutter spécifiquement contre l’infanterie (ce qu’il fait très moyennement…), mais pour s’affranchir de la toute-puissance de l’artillerie. C’est l’artillerie qui liquide les fantassins.

    • Marsouin.doc dit :

      Oui effectivement.
      Le CV90 me parait adapté aux combats mécanisés. Il est éprouvé au combat et plus accessible financièrement

      • Twisted dit :

        Le problème du CV90 c’est que son châssis date des années 90. Il y aurait tout intérêt à s’associer avec les Suédois pour construire une nouvelle plateforme (quitte à prendre leur tourelle cela dit).

  3. Lagaffe dit :

    Si on veut accroître la puissance de feu, commençons par doter les VBCI d’un canon de 40mm CTA ou par se doter de moyens d’artillerie supplémentaires avant de vouloir acheter allemand. Ensuite cessons de vouloir combattre l’ennemi en l’imitant ou en suivant son modèle, on doit au contraire trouver des solutions innovantes et disposer d’un système de défense pour « casser » son modèle, son rendre obsolète son choix de la « masse blindée ».
    Et par pitié, que les politiques laissent les militaires décider de ce qu’ils ont besoin comme type d’armes !

  4. Prudential dit :

    Faut arrêter vos délires…

  5. Quelles compétences a donc Mr LAGARDE en matière de défense ?

  6. JC dit :

    Quand un civil demande que l’armée française soit équipée d’un matériel allemand, ce n’est qu’un collabo de plus et rien d’autre.

    • Olivier dit :

      Vous confondez 2021 avec 1941. Vous savez, depuis, on a envoyé des hommes dans l’espace, on a perdu l’indochine, Madagascar, les colonies africaines et l’Algérie. Entre temps, on est allé en Afghanistan pour rien. Et j’en passe. La collaboration, c’est comme parler de jeanne d’arc.

    • Ouai dit :

      Et pour le HK?

  7. Olivier dit :

    Bonjour, le jour où on demandera aux personnels militaire ce qu ils ont besoin comme matériel pour faire la guerre on gagnera beaucoup de temps et d’efficacité ! !!! Bien cordialement

  8. Marsouin dit :

    Ce député pose une vraie question…tactique!
    Dans une perspective de combat haute intensité notamment en zone urbaine la chenille est indispensable.
    Elle permet une meilleure mobilité tactique.
    En zone ouverte, la chenille passe là où la roue le fait difficilement voir pas du tout.
    Donc si nous sommes logiques avec nous meme (le retour de la haute intensité), le retour de la chenille est incontournable.
    Elle peut se réaliser par les véhicules mais également par les drones terrestres, robots etc.

    • Marsouin.doc dit :

      Entièrement d’accord avec vous.
      Le CV90 dernière génération me parait adapté à cet emploi.

    • Fred dit :

      Un déchenillage en ville, blindé immobilisé et c’est sa destruction assurée.
      Un véhicule à roues peut toujours manœuvrer, même avec ses pneus crevés, et il est par ailleurs bien plus résistant aux mines et IED (fond en V, garde au sol, pneus qui amortissent le choc).

      Dans un certain nombre de cas, un véhicule à roues présente une meilleur mobilité, du fait de sa garde au sol et du grip sur sol gelé.

      • Twisted dit :

        Le problème de la roue en ville c’est qu’elle oblige à limiter les feux d’artillerie (éviter trop de gravas) et nécessite un gros soutien en génie. Surtout en combat urbain les avantages de la roue (vitesse, mobilité stratégique) sont limités. Mieux vaut un VCI bien bas, avec un canon moyen calibre à fort débattement et munitions programmables, une pelle à l’avant et de bons moyens de communications avec les troupes débarquées. La compacité est décisive en ville.

        • Fred dit :

          @ Twisted

          C’est à voir. Les pneus modernes passent très bien et sans dégât dans les gravats. On a vu maint chars lourds totalement immobilisés sur un obstacle longitudinal en béton ou autres, posés sur leur fond plat du fait de leur faible garde au sol.

  9. ji_louis dit :

    Les combats en Géorgie, Ukraine et Azerbaïdjan ont prouvé que rien ne résiste à l’artillerie lourde (sauf peut être les chars lourds). L’avenir n’est pas aux blindés légers ou moyens mais aux moyens de se déplacer discrètement (infiltration) ou très vite (technicals), à la détection avancée (drones et radars en réseaux), à aux gros marteaux qui tapent loin (artillerie lourde, bombardiers).

    • Nicolas R dit :

      Ça tombe bien, notre artillerie est réduite à l’état échantillonaire.

    • Edgar dit :

      Et a une bonne dose d’infanterie (qualité moyenne), avec une bonne quantité de bouches à feu, pour tenir le terrain.

  10. Clavier dit :

    Ce député UDI qui sait acheter la paie sociale en Seine St Denis…. souhaite-t-il acheter également la bienveillance de nos voisins allemands…?
    On est en tout cas content de savoir que nous disposons d’experts de la chose militaire au sein de notre représentation nationale même si c’est au milieu du centre mou

    • Portus Namnetus dit :

      clientélisme islamiste et dans le grand banditisme pour se faite élire maire, malversations, détention d’arme a feu sans autorisation et peut-être du travail fictif pour madame son « assistante parlementaire », oui il cumule le blaireau. Niveau de confiance vers moins l’infini et au au-delà…

      • Gaulois78 dit :

        Je n’avais pas lu votre post, je venais juste de mettre un lien sur les controverses de cet imminent politicien

  11. Dodo dit :

    « et faisant actuellement défaut aux soldats français »
    Il a donc consulté les militaires pour faire sa demande?

  12. Castel dit :

    Le problème c’est que pour la zone Saharienne ou nous sommes engagés actuellement, des véhicules équipés de 6 ou 8 roues motrices, semble mieux convenir aux zones sablonneuses, car, plus rapide et plus maniable, il semble avoir un avantage sur les chenillés, de plus, ils sont plus légers et transportables avec un A400M.
    Par contre, c’est vrai que pour les théâtres d’opération éventuels, situés en Europe du Nord ou de l’Est, les chenillés sont en général plus efficaces que les roues motrices, cela dit, si nous devions intervenir dans des zones subtropicales en Afrique, ou en Asie Pacifique ( voire en Guyane) nous risquerions de tomber sur des sols marécageux, représentant des difficultés comparables, donc un chenillé ne nous serait pas forcément inutile.
    Par contre, il serait alors souhaitable que le poids de cet engin n’excède pas les 35t, de manière à être transportable avec les moyens aériens que nous possédons actuellement ; pas forcément facile à concevoir !!!

    • blavan dit :

      @castel. Commençons à rétablir l’ordre dans l’hexagone avant de se projeter dans le zones subtropicales ou en Asie. En Europe, il n’y a vraiment que les français pour se préparer à intervenir sur les cinq continents.

      • Castel dit :

        @blavan
        D’une certaine façon, la Guyane peut être comptée dans l’hexagone, idem pour la nouvelle Calédonie, ainsi que les autres DOMTOM, à moins que vous soyez de ceux qui estiment que nous devrions évacuer nos dernières « Colonies » !!

        • blavan dit :

          @castel. Pour moi nos DOM TOM font partie de la France. Ce sont les territoires de l’Afrique et du Moyen Orient qui ne devraient plus avoir un seul militaire français. Je me rassure, un président finira bien par s’en rendre compte.

          • Carin dit :

            Dans ce combat d’idées entre la chenille et la roue, personnellement je préfère la roue.. surtout depuis que j’ai vu ce dont sont capables les engins de bucheronnage avec de simple chaînes à mailles serrées sur des pneus parfois même carrément lisses… un contributeur parle d’une hauteur de 50cm de boue… ces engins passent sans même ralentir dans 1 mètre de boue, et y repasse si régulièrement, qu’ils creusent le sol sur plus d’un mètre de profondeur sans que cela ne les gêne outre mesure…
            De plus il est précisé dans l’article de Laurent que les qualités du VBCI ont été très appréciées en Estonie… je ne pense pas que ces exercices se soient déroulés sur le parking d’un géant casino.
            Alors avec 8 roues chaînées, et ses 500 chevaux,cet engin doit pouvoir passer n’importe quel terrain.
            Quant à son armement, le 25mm, Ca fait quand même de gros dégâts, et c’est mieux que le 12,7 qui équipe la plupart des engins (transport de troupes) dont se dotent de nombreuses armées.
            Et pour finir, les véhicules proposés par certains contributeurs, ne sont pas dans la catégorie du VBCI, mais dans celle du Jaguar… qui soit dit en passant, est le seul qui reste transportable par A400.

      • Franchouillard dit :

        blavan, n’oubliez pas que le territoire national (avec des concitoyens lointains mais incontestables, dont beaucoup s’engagent dans l’armée, volontaires pour défendre les valeurs du drapeau tricolore) est réparti sur vingt-trois fuseaux horaires : de la mairie de Wallis la plus à l’est, à la mairie de Maupiti la plus à l’ouest En passant par Vesoul et Pouldreuzic.
        .
        Pour revenir au sujet, le seul engin vraiment tout-terrain, c’est l’hélicoptère. Notre brav’ député, s’il voulait vraiment être utile, plaiderait pour équiper nos forces d’hélicoptères lourds avec ravitaillement en vol.
        .

  13. sentinelle dit :

    Eternel débat mais il faut éviter notre travers d’armée d’échantillons et aller au bout de notre concept , il semble peu probable de nous engager à l’est de la Pologne aussi nos zones d’engagements ont des réseaux corrects de routes et chemins , je ne connais pas la capacité du VBCI à manoeuvrer en terrain gras comparé au nullissime VAB. On peut aussi lui mettre des chaines en hiver pour améliorer sa mobilité hors pistes encore faut il les avoir en dotation et pas attendre 10 ans l’expérimentation STAT !

  14. Patadouf dit :

    Un concours d’idées ?? Les coussins d’air, la sustentation, les champs magnétiques… Faites moi une fiche !!

  15. fgnico dit :

    Ce c
    « Cher Député  » émarge sur quel budget chez nos « amis » teutons ??

  16. Patadouf dit :

    Hein Chef pour la Tenaille, faut d’la roulette !!

  17. Lassithi dit :

    Après les vaccins US, les chars allemands tout comme les FA.
    Lagarde est un européiste tendance eurogaga.
    Bref, comme il n’aime pas son pays, il se voit allemand. Qu’il aille vivre là bas.

    Maintenant, des chenilles pour accompagner des Leclerc c’était comme les X 10 vs les X 30. Ca fait du sens.
    Il me semble qu’on a un industriel ( encore) qui sait faire. Pourquoi pas, quand la France aura décidé de se doter d’une armée prête pour la HI.

  18. Électeur dit :

    Un député, c’est un PARLEmentaire. Son boulot, c’est de parler.
    Plus on parle, plus on dit de conneries.
    .
    Les élus (c’est le fond du problème) s’imaginent que le suffrage universel donne la compétence universelle.
    .
    Et je suis gentil parce que (à la différence de plusieurs contributeurs) j’imagine que ce député n’est pas corrompu, mais seulement incompétent.

  19. Pascal (l'autre) dit :

    Ce que « j’aime » chez tous ces députés, sénateurs et autres « responsables » politique est que c’étaient les mêmes ou leurs prédécesseurs qui ont quasiment mis à poil la défense nationale au nom de la R.G.P.P. , des dividendes de la paix et autres joyeusetés! Ah les aigles!

    • Paul Letissier dit :

      La RGPP et ses avatars ont mis à poil aussi les hôpitaux, avec l’assentiment des mêmes irresponsables.
      On a vu le résultat.
      .
      Leur idée (mais pas la mienne) c’est qu’il faut maîtriser la dépense publique pour que l’€ reste une monnaie forte.
      La France a besoin d’une monnaie faible mais l’Allemagne a besoin d’une monnaie forte.
      Nos responsables politiques ont choisi.

  20. Flo dit :

    ça me paraît assez hasardeux et sortir de nul part cette proposition…comme par hasard pour émettre l’hypothèse d’un achat de matériel Allemand en plus.
    Enfin, à la fin de l’article : programme TITAN pour faire émerger des solutions pour 2040, à ben super on a le temps de crever la bouche ouverte d’ici là.

  21. calvus2 dit :

    AMX-10 RC est inutilisable sur neige. J’espère que on peut monter les chaînes sur les roues de VBCI

  22. Sorensen dit :

    bien

  23. lxm dit :

    La chenille me semble un truc du passé, de nos jours on sait créer des roues de toute forme, pour grimper, s’accrocher à l’environnement, on sait faire des roues qui se regonflent automatiquement après crevaison, mais aussi, pour les militaires, des roues pleines, qui ne peuvent se dégonfler, et les roues peuvent facilement se remplacer. On sait créer des roues de 5mètres de haut ou de 1 mètre de large. Je ne vois pas l’intérêt des chenilles, c’est coûteux, fragile, et exige des matériaux spéciaux, la technologie des roues a évolué depuis la seconde guerre mondiale. Il faut peut-être simplement « s’ouvrir aux nouvelles possibilités » qu’offrent les roues et ne pas rester figé.

    • PK dit :

      Les roues, ça ne permet pas de pousser quand il y a en besoin par exemple. On n’a pas de bull à roue, sauf pour faire le guignol sur une terrain plat sans difficulté. La roue n’accrochera jamais comme une chenille (qui est potentiellement un crampon de 5m de long). Il n’y a même pas de débat là-dessus.

      Quant au reste, le poids par essieu limite tellement la masse, et la trace au sol, sans compter la hauteur mécaniquement relevé par la présence d’essieu au lieu de chenille, font que la roue ne remplacera jamais la chenille.

      L’avenir serait plutôt à trouver des nouvelles chenilles, genre mixte caoutchouc/acier selon les usages. On a déjà fait pas mal de progrès là-dedans (mais dans un pays qui boude la chenille, tout le monde s’en fout).

      Après, un pays intelligemment mené développe des moyens complémentaires. L’usage de la roue est complémentaire de la chenille. Pour amener des troupes près de la zone de combat, des chenilles sont inutilement coûteux et sans doute plus lent. Pour le reste, au contact, la chenille sera toujours supérieur…

      En revanche, je me pose l’utilité de conserver une artillerie sur chenille aujourd’hui, au moins pour le 155. La portée utile augmente tellement qu’une présence en second rideau semble suffire., et donc un système comme le CAESAR suffisant. J’aimerais bien avoir un retex de spécialistes de l’ABC pour savoir si un truc (même modernisé) comme l’AUF1 est toujours pertinent aujourd’hui.

    • ULYSSE dit :

      La chenille a largement évolué également. Les chenilles souples peuvent équiper des véhicules de plus de 40t. Les arbitrages concernent davantage le poids des VCI au regard du choix entre mobilité et protection. Il peut être constaté que beaucoup de pays s équipent de VCI lourds, c’est une strate qui manque clairement à l AT .

    • Plusdepognon dit :

      @ Lxm
      Avec la chenille composite, il y a d’énormes progrès qui ont été faits pour les véhicules blindés chenillés :
      https://blablachars.blogspot.com/2021/05/la-chenille-composite-lavenir-des.html

      • Fred dit :

        Il y a des Bobcat (donc légers) à chenilles souples qui travaillent devant chez moi : ils déchenillent régulièrement ; chenille déraillée ou cassée = véhicule immobilisé, ce qui n’est pas le cas avec la roue.

        Chenille souple = chenille mise en péril par une mitrailleuse ; elle perd donc un de ses avantages, en pire par rapport à une roue qui, même crevée n’immobilise pas le véhicule.

        • lxm dit :

          Et si le véhicule a 6 roues ou 8 roues il peut même continuer de rouler avec des roues en moins, sa survivabilité est renforcée ainsi que sa capacité à être utile, transporter et à combattre. Il peut revenir de lui même à une base logistique au lieu d’attendre le dépannage.

          • lxm dit :

            Sans compter que des véhicules compatibles pourraient « se prêter » des roues. 2 véhicules pourraient chacun prêter une roue à un autre qui est immobilisé parce qu’il a roulé sur une mine.
            Ensuite si technologiquement, on puisse faire la même chose avec des ramettes de chenilles qu’on pourrait clipser, pourquoi pas.
            Mais le danger est toujours de rester immobilisé en cas de crise.

    • lxm dit :

      Vous oubliez tous qu’on n’est plus à l’époque du char qui doit passer des fossés naturels( ou pas), rouler sur des cailloux et s’arrêter pour tirer.
      Maintenant le char doit tirer en roulant, donc aller vite, sa vitesse est une défense en restant tout le temps en mouvement, ce qui est mieux avec des pneus, y’a des routes partout, les paysages ont été aplanis en europe par l’agriculture intensive, et l’urbanisme; pratiquement où que vous soyez, à moins d’un km y’aura une route. De plus le bruit importe aussi, un char sera énormément plus silencieux avec des roues qu’avec des chenilles, donc moins repérable. Vos chenilles peuvent durer 50000kms sur le papier comme des roues, mais pas en allant à 70km/h.

      • Plusdepognon dit :

        @ Lxm
        Les infrastructures de transport, ce sont les premières choses qui sont détruites dans un conflits, quelque soit son intensité.

        Ne parlons même pas du cas du théâtre urbain dont le pouvoir egalisateur sera toujours choisi par nos ennemis, aujourd’hui comme demain :
        https://eurasiaprospective.net/2019/12/30/guerre-urbaine/

        Sans parler de ça, regardez les images en provenance d’Allemagne, des Pays-Bas ou de Belgique sur l’état des lieux après une catastrophe naturelle et faites passer des véhicules à roues…

        Dans les pays bien moins dotés économiquement où nous intervenons, cela s’appelle la vie normale en saison des pluies.

  24. Phil dit :

    On a déjà un président et des ministres qui nous sur-vaccine pour leur prise illégal d’intérêt, voilà maintenant un député veut faire acheter du blindé à chenille ! Sa femme travaille-t-elle chez rheinmetall?

  25. Sam dit :

    Pour une fois qu’un député montre un bon niveau d’analyse et de la cohérence doctrinale… dommage que ce soit pour nous inféoder aux Allemands !

  26. basstemp dit :

    Moi je pense que déja, il serait pas mal de cesser de confondre « Europe de l’Est » et la Sibérie ! Alors certes je ne doute pas qu’il faille la bas prévoir des conditions de boue sur certains terrains mais globalement on est quand même loin de devoir faire face la bas a du permafrost comme en Sibérie ! Car c’est bien la le problème : Il y a clairement confusion entre Europe de l’Est et la Sibérie !

    On parle d’engins a 8×8 roues motorisées ! Si ces engins ne peuvent pas affronter un peu de boue c’est qu’on a un très sérieux souci ! En France étrangement, les tracteurs agricoles n’ont jamais de soucis avec la terre humide … Pourquoi diable devrait on en avoir avec un 8×8 ?

    De toute façon, la France ne dispose clairement pas de forces en nombre en adéquation a pouvoir affronter un pays comme la Russie qui dispose des quantités démentielles de chars & blindés … Si ce genre de confrontation doit avoir lieu : Ca sera a l’hélicoptère Tigre et au raffy que ça se fera et assez peu au sol ou serons de toute façon avant tout déployé : Des Leclercs !

    • PK dit :

      Un tracteur, c’est 5t max… et dans les terrains gras, on leur colle des roues supplémentaires !

      • Fred dit :

        Les roues supplémentaires, c’est pour ne pas tasser le sol (il m’est arrivé de travailler pour le secteur agricole). Les pneus de tracteur sont des produits extrêmement technologiques : pouvoir rouler sur route en sécurité et sans trop d’usure, avoir du grip dans les champs, ne pas accumuler une gangue de terre…

        • PK dit :

          Non, pas pour ne pas tasser : pour pouvoir arracher le soc dans le gras. La roue, ça n’a pas beaucoup d’adhérence, typiquement dans la glaise !

        • Fred dit :

          (une trop faible pression au sol, peut poser un handicap de motricité dans certaines conditions, sur terre grasse et compacte justement, où les sculptures des pneus n’entament plus le sol, et CF. chenilles sur verglas ou sol gelé dur).

  27. Tempo dit :

    Aucune chance de voir le Lynx KF41 adopté par l’Armée de Terre. En revanche, il y a tout lieu de penser qu’une partie des VBCI entrés en service à partir de 2008 sera revalorisée. Pour ce faire, on peut penser :
    au projet VBCI 3030 pour la Bulgarie doté d’une tourelle pouvant recevoir indifféremment des calibres de 30 à 90m/m voire 105
    au projet VBCI – CTA 40m/m + MMP candidat malheureux contre le Boxer de KMW
    au projet Philoctète actuellement proposé aux grecs
    http://www.forcesoperations.com/vbci-philoctete-et-munitions-nexter-poursuit-son-epopee-en-grece
    La France s’est exclue depuis bien des années du marché du chenillé et n’ apparaîtra plus que dans le cadre d’une coopération européenne avec des programmes qui ne déboucheront que dans 20 ans compte tenu de la prolifération des offres VCI actuelles et à venir (engin robotisés, chenilles composites, hybridation)
    worlddefencenews.blogspot.com/2021/08/germany-launches-development-of-new.html
    milremrobotics.com/type-x
    Elle est tout autant menacée sur le segment roue avec des acteurs très actifs au moyen orient en en Afrique tels les turcs, russes, et bientôt chinois
    Il avait été envisagé, sans lendemain, d’envoyer une poignée de Leclerc au Sahel pour des raisons de puissance de feu, on ne l’entend pas plus sur les chars moyens qui sont à l’ordre du jour dans beaucoup de pays et qui correspondrait plus à sa doctrine opérationnelle que le MGCS
    http://www.opex360.com/2020/12/26/letat-major-des-armees-ecarte-leventualite-de-deployer-des-chars-leclerc-au-sahel
    http://www.meta-defense.fr/2021/08/17/la-france-doit-elle-developper-un-char-moyen-en-parallele-du-programme-mgcs

  28. TheFred dit :

    Une tourelle 105mm sur un châssis roues ? Rappelles vous le VEXTRA, démonstrateur qui semait les 4×4 dans le désert. Un magnifique projet 100% français enterré par nos savants dirigeants. C’était un 10RC puissance 10, parfait pour compléter les LECLERCS, une arme de cavalerie magnifique. Alors les députés avisés, si ça existait, on le saurait.

  29. fgnico dit :

    Bigre ça c’est ne référence. » . Le civil en question est membre depuis des années de la commission de la défense nationale et des forces armées à l’Assemblée Nationale.

    • Habituė d' opex360 dit :

      @ fgnico
      Sur ce blog, beaucoup de contributeurs s’intéressent aux questions militaires depuis leur adolescence, voire s’en passionnent au point de s’engager dans l’armée malgré les inconvénients du métier.
      .
      On ne leur fera pas croire à la compétence d’un monsieur qui a découvert la question depuis quelques années, quand on l’a inscrit dans une commission parlementaire pour arriver à l’effectif voulu.
      .
      Comme tous les politiciens qui n’ont jamais eu le courage de s’engager dans l’armée (je pense bien sûr aussi à nos présidents-chefs quinquennaux), ce Christophe Lagarde ferait bien de prendre conscience de son ignorance.

      • Autrefois Grand Muet dit :

        J’imagine que les élus qui visitent ce blog doivent se sentir un peu morveux.
        De même que les journalistes « spécialisés défense ».
        .
        Tout ce petit monde regrette certainement beaucoup l’époque pré-internet où la parole militaire était sous le strict contrôle des rédacteurs-en-chef.
        .
        J’ai connu cette époque : impossible de publier si ça ne faisait pas un scandale susceptible de déstabiliser le Gouvernement.
        .
        Il existe des restes de cette époque : « l’affaire Surcouf », la « tribune des généraux »..
        .
        Mais ça n’empêche qu’aujourd’hui les militaires peuvent débattre publiquement de sujets sérieux sans laisser les amateurs raconter n’importe quoi.
        .
        Merci aux tenanciers de blog.

  30. Raymond75 dit :

    Si ‘combat de haute intensité’ il doit y avoir un jour en Europe, pour le plus grand malheur des populations, il se passera dans les zones frontalières orientales et probablement en hiver. La question est donc de savoir si, dans la neige et la boue (rappelez vous l’invasion allemande) qui est le plus efficace des roues ou des chenilles. On peut quand même penser que ce sont les chenilles, mais ce n’est pas moi le spécialiste hautement confirmé …

    • mich dit :

      « mais ce n’est pas moi le spécialiste hautement confirmé  » , tout a fait d’ accord !

      • Raymond75 dit :

        Et quelle est votre réponse à ma question ? si vous en avez une évidemment.

        • mich dit :

          Aucune , j ‘avoue que cela faisait longtemps que je ne vous avais pas fait de remarque et j ‘avais cru lire un peu d’ironie dans votre propos , encore trompé !mais puisque c ‘est demander gentiment voila mon avis , perso je n’ aurai rien contre que l’ on possède des chenillés de combat ,c ‘est plutôt le concept de nouvel guerre de haute intensité qui me dérange , et je ne suis pas sur que si il y a conflit futures dans les zones orientales ,comme vous dites , la question de la guéguerre roue ou chenille de certains soit forcement la plus importante .

        • tschok dit :

          @Raymond,

          Chenilles et roues ont chacune leurs avantages et inconvénients, mais sont globalement efficaces et même de plus en plus efficaces, puisqu’on fait des progrès dans les deux domaines.

          Le juge de paix, c’est la masse: en 8X8, la limite de la roue arrive vers les 35 t, actuellement.

          Donc c’est simple: si vous avez besoin d’un blindé bien protégé et bien armé, vous allez taper dans les 40 t assez facilement. A ce niveau de masse, la roue n’est plus dans la course. Donc, chenilles.

          Mais si vous restez en-dessous de 35 t, ou aux alentours, vous faites ce que vous voulez, roues ou chenilles en fonction de l’avantage que vous recherchez: en gros la roue c’est la mobilité opérative, la chenille c’est la mobilité tactique.

          Et puis après, vous avez les progrès techniques qui modifient de façon plus ou moins marginale cette ventilation. Demain, on inventera peut-être un nouveau type de roues qui permettra de monter jusqu’à 40 t et plus, allez savoir.

          Je vous précise que je ne suis pas spécialiste de la matière, simplement, j’ai lu quelque part que la limite de la roue était vers les 35 t et je constate d’ailleurs que c’est la masse maximale des véhicules 8X8 à roues de génération actuelle, VBCI, Eitan, Patria, Piraniha, Boxer, etc, ce dernier détenant la palme avec une masse maxi de plus de 38 t selon Wiki et un moteur de plus de 800 ch, contre 500 à 600 ch habituellement pour ce type de véhicules.

          • PK dit :

            La limite de masse par essieu, c’est pouvoir :

            – avoir un pneu qui n’éclate pas sous le poids de l’engin
            – un amortisseur qui continue à jouer son rôle d’amortisseur
            – des biellettes qui continuent à avoir de la mobilité quand la roue tourne

            Le tout bien entendu à toutes les vitesses envisagées pour le véhicule. Du coup, en charge, le système trouve vite ses limites.

            À noter un truc rarement évoqué, mais sous-jacent à la mobilité tactique : la chenille a une pression au sol moindre que le pneu. En plus de mieux gripper, elle permet le passage sur des sols plus meubles.

            Bref, tout est histoire de compromis et il faut de tout pour avoir un système cohérent et efficace.

    • lxm dit :

      Avec un combat de haute intensité, on verrait d’abord 100 millions de personnes prendre leur véhicule en même temps pour aller vers l’ouest et bloquer toutes les routes, l’électricité, et internet n’existeront plus, la plupart des gens ne sauront pas ce qui se passe à cause de ces coupures et stockeront en vitesse, magasins et pompes à essences deviendront vides en 1 journée.

      Faut se rappeler l’invasion de 1940 de la belgique et du nord de la france, la masse de civils bloquait la coordination et l’arrivée de renforts sur le front.

      L’idée d’un pays du point de vue russe turc ou du maghreb serait que cette guerre ne serait qu’une sorte de parade d’honneur, une guerre de quelques heures, quelques jours au plus, où les européens épuiseront très vite leurs maigres stocks forcément très limitées et seront tellement soucieux des perturbations économiques et des pertes humaines qu’ils se rendraient très vite, et se souvenir qu’un monde de marchand est d’abord un monde de consensus et le consensus c’est pétain, on dépèce le pays, on vend une partie de sa population pour plaire à l’ennemi et on crée des lois iniques, pour anticiper ce qu’il veut. J’ai vu du pur pétainisme quand l’europe, à part la france, a abandonné la petite grèce à son sort devant les appétits de l’énorme turquie.
      Nous, nous avons vécu le pétainisme qui reste vif dans notre histoire proche, les rafles, le totalitarisme, le régime de vichy, de gaulle a créé la 5eme république pour éviter aussi que cela ne revienne en brisant l’esprit de consensus désastreux de la 3ème république, mais tous les autres pays européens, l’UE elle-même, sont comme nous étions en 1939.
      Pour cela que je pense qu’en cas de guerre sérieuse, la france sera seule, abandonnée par tous les autres pays de l’otan, je le pensait déjà avant l’affaire grecque, cela n’a fait que renforcer cette idée. Merkel ne voulait pas se mettre la « communauté turque à dos » en défendant la grèce, des gens considérés par ankara comme des colons.

      • Tempo dit :

        @lxm
        Comme vous l »abordez succinctement, la guerre de haute intensité sur le théâtre européen sera avant tout une guerre numérique avec neutralisation des infrastructures essentielles du pays (sites stratégiques, production / distribution d’énergie, hôpitaux, centres de données, centres logistiques, transports etc….) au travers de saturation, manipulation d’informations et qui toucheront aussi bien les centres de décision et de commandement que chaque citoyen avec le chaos que celà engendrerait.
        Les prémices de cette guerre sont déjà perceptibles par les tentatives de désinformation, les repérages et l’écoute des flux d’information transitant par les câbles sous-marins par exemple et plus visiblement par les fake news.
        Quel intérêt pour un ennemi éventuel de s’emparer de ruines quand la maîtrise du champ de bataille numérique permet d’assujettir le pays vaincu sans destruction majeure et avec un minimum de pertes.
        D’où l’importance de la cybersécurité axe absolument prioritaire des investissements de défense et du nécessaire maintien de la rusticité de l’ensemble des moyens de défense.
        La France ne disposera jamais des capacités d’une riposte graduée chère au général L Norstad et devra très vite
        accéder au seuil nucléaire dont on imagine mal qu’il soit activé par le politique européen quelque soit l’intensité de l’agression.

    • Fred dit :

      @ Raymond75

      Sur une route verglacée, plaque de glace, neige tassée… Les chenilles dérapent plus que les pneus, d’autant plus si ils sont pourvus de chaines.

      • PK dit :

        Sur neige tassée, c’est faux (sinon les dameuses ne montraient sur les pistes !)

        Le seul truc infranchissable est la glace et pour tout le monde. La glace se passe avec des clous donc les pneus ont un avantage sur la chenille (sur lesquels on ne peut pas coller de clous !).

        Les hommes mettent aussi des crampons…

        • Fred dit :

          @ PK

          Alors oui, faut s’entendre ;o) Je pensais à la neige sur-tassée par le passage de nombreux véhicules par grand froid. Je ne connais rien de plus glissant, pas même la glace. [pour info, j’ai aussi travaillé sur des rallyes d’hiver, jusqu’en Finlande].

          L’avantage des chenilles extra larges des VHM et dameuses, c’est justement de ne quasiment pas tasser la neige (et de posséder des sculptures métalliques et maousses pour l’hiver).

  31. Ancien du 3ème RSMA dit :

    Roue ou chenille, le résultat est le même sur un terrain vraiment boueux : quand l’engin est enfoncé jusqu’à la caisse, celle-ci fait ventouse et l’on n’en sort pas : tout ce que l’on peut faire, c’est récupérer le maximum de matériel et de fluides sur l’engin, puis abandonner là le reste qui se recyclera naturellement.
    J’ai vu le cas avec un bulldozer en Guyane. Je crois me rappeler qu’il était à chenilles, mais peu importe : quand ça plante, ça plante. Il incombe au pilote de choisir le bon passage.
    .
    Et comme je connais aussi un peu le Sahel je sais que le sable, au contraire de la boue ne fait pas ventouse.
    .
    Enfin je tiens à affirmer que le député Lagarde, ainsi que tous ses pareils qui n’y connaissent rien, feraient bien de comprendre qu’ils n’y connaissent rien.
    Et de comprendre, par conséquent, qu’ils feraient mieux de se taire quand ils n’y connaissent rien.

    • Fred dit :

      Le petit plus de la roue, c’est qu’elle permet une garde au sol nettement plus importante et un fond plat plus réduit.

      • PK dit :

        C’est un désavantage pour un véhicule militaire… garde au sol plus haute, donc hauteur de l’ensemble plus haut. Une excellente cible quoi !

        • muchini dit :

          Sauf quand il existe des suspensions adaptables.

          • PK dit :

            Pas adaptable : variable.

            Mais même avec des suspensions variables, la hauteur des essieux est supérieure pour le passage des roues vs les chenillés.

        • 341CGH dit :

          @PK
          La garde au sol plus haute diminue la vulnérabilité aux mines.
          Le véhicule plus haut permet de mieux voir.
          .
          On ‘est plus au temps où l’on préparait un combat retardateur contre le Pacte de Varsovie.

  32. adnstep dit :

    Pas de chenilles dans l’Armee française. Sinon, Anne va se fâcher la prochaine fois qu’il va falloir repaver les Champs.

    • tschok dit :

      Le revêtement des voies est dans un état dégueulasse à Paris. Il y a 10 ans, avoir un véhicule 4X4 était une hérésie, aujourd’hui ce n’est pas si idiot.

      On a depuis longtemps dépassé le stade du défaut d’entretien normal car l’entretien de la partie de la voirie destinée aux automobiles n’est pas la priorité de cette mairie, moins d’un Parisien sur deux ayant une voiture.

      Je pense que la mairie de Paris est en fait assez indifférente à l’état de la chaussée, ce d’autant qu’elle veut en changer profondément l’usage pour l’ouvrir à d’autres utilisations que la circulation automobile, qui est de plus en plus restreinte et rendue volontairement plus difficile.

      En fait, la mairie de Paris met en oeuvre une véritable politique d’entrave à la circulation automobile. Les gilets jaunes de province ne connaissent pas leur bonheur. S’ils vivaient à Paris, ils s’arracheraient les cheveux.

      Donc, l’idée d’entretenir les voies et d’investir dans l’asphalte pour un usage automobile est un peu regardée comme un non sens historique. Bref, les chars peuvent déglinguer le pavage des Champs Elysées, je crois bien qu’ils s’en cognent complètement. Il y a peut-être l’aspect prestige qui peut éventuellement les contrarier, parce qu’un pavage dégueulasse sur l’avenue emblématique de la ville, ça la fout mal, mais c’est tout.

  33. adnstep dit :

    Les Fritz ont des chenilles, nous on a des roues. Donc tout va bien, puisque maintenant on est potes et qu’on va faire la guerre du même côté…

    Non ?

  34. Albatros24 dit :

    Nexter devrait pouvoir lui concocter un VBCI chenillé …
    Mais si Macron réélu alors (Le Pen en principe devrait à nouveau perdre mais cette fois ci de très peu…) veut vraiment créer une Garde nationale avec des appelés, réservistes et cadres de l Armée alors pourquoi pas recréer 2 ou 3 divisions blindées équipées en chenillés successeurs du Leclerc et véritable VCI .

    • Électeur dit :

      A24
      Une garde nationale pourquoi pas.
      Il lui faudra un budget, un encadrement et des personnels disponibles.
      Et des matériels en rapport avec sa mission.
      .
      Vous avez de l’imagination, il en faut.
      Au contraire vous semblez manquer d’imagination pour la présidentielle de 2022, qui serait d’après vous une reproduction de 2017.
      .
      Mais rien ne dit que Macron se représentera en 2022.
      Il ne le sait pas lui-même : à ce jour ses sponsors n’ont pas encore décidé.
      Et s’il se représente, rien ne dit qu’il sera au deuxième tour.
      .
      Quant à MLP, les macronistes aimeraient qu’elle joue encore le rôle d’épouvantail qui est celui de la famille Le Pen depuis 1952. Mais ça peut, là aussi, ne pas se passer comme prévu.
      À cause des électeurs qui ne jouent pas le jeu et refusent de voter comme leur journal leur dit de voter.
      .
      Bref : des roues ou des chenilles, le débat reste ouvert.

      • Albatros dit :

        Philippe soutient Macron alors même qu il est le favori des sondages…
        Donc je vous donne rv en juin 2022…
        Nous verrons si j ai eu tort.

      • PK dit :

        « Mais rien ne dit que Macron se représentera en 2022. »

        LOL. Le mec est déjà en campagne… Ça vous a échappé ? Son programme est même connu : à droite toute pour mettre Le Pen en finale contre lui (car même une chèvre gagnerait contre Le Pen aujourd’hui).

        • Électeur dit :

          Le mec est en campagne parce qu’il ne sait pas encore si ses sponsors l’autoriseront à se présenter.
          .
          Il fait campagne plus pour convaincre ses sponsors que pour convaincre les électeurs.
          .
          Car ceux-ci importent peu : ils n’interviennent qu’en finale dans un jeu joué d’avance et sans eux.

          • Mourzem dit :

            Ça semble logique : Macron n’est pas en campagne pour une élection dans huit mois.
            Ou alors il faut décompter son temps de parole. Et intégrer le budget de l’Élysée dans ses comptes de campagne.

        • Plotiste dit :

          Le président est en campagne pour sa réélection mais ça ne lui coûte rien, c’est pris sur le budget de l’Élysée.
          De même on ne lui décompte pas son temps de parole dans les médias.

    • Gaulois78 dit :

      L’armée est déjà à l’os, la moelle est proche, alors vouloir une (vraie) garde nationale…Surtout que même avec des moyens financiers cela va prendre des années.(enfin, je crois ?)

      • Albatros dit :

        Une armée pro coûte bien plus cher qu une armée de conscrits

        • Sortabla dit :

          @Albatros.
          Vaste question parce qu’il faut voir aussi le rapport qualité/prix.
          .
          La professionnalisation a été initiée par Charles de Gaulle en 1969 en prévision des opex qui deviendraient indispensables dans l’Afrique récemment décolonisée.
          .
          Puis elle a été « vendue » aux élus au motif qu’un engagé formé et équipé pour cinq ans coûte moins cher qu’un appelé formé et équipé pour un an seulement.
          .
          En fait notre armée aujourd’hui n’est pas vraiment « pro » (comme le sont la Police, les Douanes, etc) parce que la plupart des engagés ne font pas carrière.
          Si l’on donnait des vraies garanties de carrière à tous les engagés (comme dans tous les autres services publics) alors oui, une telle armée coûterait plus cher comme vous le dites.
          .
          Je n’ai pas entendu que cette évolution soit en projet.
          Vous aurez donc encore tort (désolé) pendant un moment.
          .

    • Aramis dit :

      Avec quel budget? C’est la LPM qui fixe et elle ne prévoit rien. Pour avoir une garde nationale façon Etat Unis il faut des anciens pros volontaires en nombre.

      Rétablir une forme de conscription coûterait aussi beaucoup d’argent. Sans hausse d ebudget tout ça relève du fantasme.

      • Albatros dit :

        Maintenir les tâches des armées avec si peu d effectifs et un budget trop légèrement augmenté…ça c est du fantasme

        • Aramis dit :

          Elle ne peuvent pas mener leurs tâches avec si peu d’effectifs et la LPM actuelle ça c’est évident. Il faut donc une autre politique servie par un autre budget.

  35. Clergue dit :

    Les nouveaux conflits exposeront moins nos militaires. Ces engins « agricoles armés » laissent des traces trop visibles, donc des cibles parfaites. Les futurs conflits seront des avatars des jeux sur play Station. Demandez aux jeunes sur quels formats ils s’entraînent à la guerre ?

  36. Nicolas R dit :

    Il y a encore des généraux et des députés pour entretenir la matrice de la guerre froide et penser que les conflits de demain se joueront en centre-Europe contre la Russie ??

  37. Alex dit :

    Je lis les commentaires : l’article est pire qu »un coup de briquet dans une ruche d’africaines : on se fait déglinguer la gueule de partout et surtout du passé… j’ai vu des chenillés blindés de 30 t 105 mm, 36 t au combat, piégés dans un marigot africain jusqu’à leur tourelle et seul un tractopelle à roues de l’armée sénégalaise a pu les sortir de cette m… VBCI : plus léger, plus véloce, plus loin et pouvant recevoir un 40 mm, c’est quoi le problème ? Au chiottes les ch’nilles !!

  38. Gaulois78 dit :

    Bah oui, plus facile d’envoyer nos soldats faire du « maintien de l’ordre » à des milliers de kilomètres que d’assurer la sécurité des habitants d’une cité lambda, ils se chient dessus au moindre hurlement provenant d’une cave nos politiciens, il s’agit du syndrome de 2005, tous dans la lâcheté ,la facilité…Aucun courage…

  39. Kostal dit :

    Pour les unités de mêlée des blindés chenillés pourquoi pas, mais la conso en carburant est beaucoup plus élevée ce qui est une vulnérabilité majeure en haute intensité. De plus la protection renforcée suffira-t-elle face à des munitions comme l’obus Bonus, ou des drones cf conflit au Nagorno Karabakh ? Absolument pas. Mais qu’un député français fasse de la pub pour Rheinmetall vs Nexter sur un sujet qu’il ne connaît visiblement pas, ça gonfle.

    • Fred dit :

      Oui, les véhicules blindés, même les plus lourds sont très peu protégés sur les hauts (et l’arrière), question de masse globale acceptable.

  40. GBU12 dit :

    Bof … il serait plus avisé d’investir dans la lutte anti drones, et inventer des concepts robotisés pour la première ligne, ambiance haute intensité, normalement les blindés sont envoyés lorsque l’adversaire à quitté la position, des hélicoptères de combats plus rapide et furtifs serait un plus, et donc des hélicoptères lourds.

  41. Angra dit :

    Réparer une chenille cassée dans la boue…..bonjour la galère. Je l’ai fais sur un AMX 13 du génie à Mourmelon en 1983 en je m’en souviens encore très bien. Changer une roue est plus simple et également plus rapide. Et puis on peux toujours rouler avec un pneu crevé tandis qu’une chenille cassée…. tu fais une belle cible bien stable.

  42. Thierry dit :

    Le redoutable chasseur de chars « Jagdtiger » d’Hitler a eu de sérieux problèmes

    Voici ce que vous devez savoir : la taille même et le petit moteur du Jagdtiger l’ont condamné à des dysfonctionnements répétés.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, les usines allemandes ont produit de nombreux canons d’assaut sans tourelle (Sturmgeschutz) et des chasseurs de chars (Jagdpanzers) basés sur chaque châssis de char majeur. Bien que l’absence de tourelle les rende moins capables dans les opérations offensives, ils étaient moins chers à construire, pouvaient transporter des canons et des blindages plus lourds et restaient très efficaces pour tendre des embuscades aux chars ennemis ou fournir un appui-feu. Par conséquent, une version sans tourelle de l’énorme char Tiger II de soixante-dix tonnes était considérée comme une plate-forme naturelle pour le canon de 128 millimètres. Une maquette en bois à grande échelle du Jagdtiger a été présentée à Hitler le 20 octobre 1943 et le führer a approuvé avec enthousiasme la production.

    Le Jagdtiger mesurait près de onze mètres de long et trois mètres de haut, et faisait pencher la balance à soixante-dix-neuf tonnes courtes, soit quatre-vingt-trois entièrement chargés de munitions et un équipage de six personnes. Une grande partie de ce poids est allée dans 250 millimètres de protection blindée dans la superstructure de la casemate abritant le canon principal; cependant, la coque inférieure n’avait que quinze centimètres, et les côtés et l’arrière huit. Ainsi, alors que le blindage avant était pratiquement invulnérable, il restait sensible aux tirs latéraux, arrière et supérieurs.

    Le véhicule gargantuesque a conservé le même Maybach HL 230 P30 de 690 chevaux utilisé sur le char Panther, même si le Jagdtiger était 60 % plus lourd. Théoriquement capable d’aller à vingt et un milles à l’heure, le « bunker mobile » a été réduit à neuf milles à l’heure en cross-country, et ses caractéristiques de consommation de carburant ont limité la portée à cinquante à soixante-quinze milles. Le moteur manquait simplement de puissance suffisante et tombait en panne de manière prévisible à une fréquence alarmante.

    Le canon Pak 44 de 128 millimètres mesurait cinquante-cinq calibres et n’avait que dix degrés de rotation de chaque côté. Ses obus de soixante livres voyageaient à 950 mètres par seconde, avec une portée allant jusqu’à quinze milles s’ils étaient utilisés pour le tir indirect. Les quarante cartouches de munitions en deux parties devaient être assemblées par deux chargeurs avant chaque tir, et le canon devait être nivelé pour évacuer la culasse. Le Jagdtiger a également monté une mitrailleuse dans la coque, et parfois une seconde mitrailleuse antiaérienne sur le pont moteur arrière.

    L’as du tigre Otto Carius n’était pas ravi de cette « arme secrète qui pourrait encore sauver l’Allemagne », comme le décrit son autobiographie Tigers in the Mud :

    « Toute grande traversée du canon devait être effectuée par le mouvement de l’ensemble du véhicule. À cause de cela, les transmissions et les différentiels de direction étaient bientôt hors d’usage. . . . Une meilleure idée pour le verrou de voyage du canon de huit mètres de long de notre « Tigre de chasse » était également nécessaire. Il devait être retiré de l’extérieur lors du contact avec l’ennemi. Le verrouillage du canon lors d’une marche sur la route était bien sûr nécessaire. Sinon, les supports de montagne se seraient usés trop rapidement et une visée exacte aurait été impossible. . . . Nous avons découvert que le canon, en raison de sa longueur énorme, était tellement malmené à la suite d’un même court déplacement hors de la route que son alignement ne correspondait plus à celui de l’optique.

    Le Jagdtiger était destiné à « tirer » sur les chars ennemis à deux ou trois milles de distance tout en restant à l’abri des ripostes. C’était un bon concept, mais l’Allemagne possédait déjà le Pak 43, un canon plus petit de soixante et onze calibres de quatre-vingt-huit millimètres qui pouvait encore pénétrer les chars alliés les plus lourds tels que le Churchill VII et l’IS-2. Celui-ci était déjà déployé sur le Jagdpanther, un chasseur de chars de cinquante tonnes doté d’une mobilité supérieure et d’un blindage toujours redoutable.

    Le Pak 44 avait à peu près la même pénétration maximale que le Pak 43, bien que ses obus plus lourds conservent une plus grande énergie pour les tirs à longue distance. Cependant, même les canons allemands standard de soixante-quinze millimètres étaient très efficaces contre les types de chars alliés les plus nombreux, le M4 Sherman américain et le T-34 russe. Malgré ses avantages de niche, le Pak 44 était un cas classique d’exagération.

    Entre février 1944 et mai 1945, l’usine Nibelungenwerk de St. Valentin, en Autriche, ne produisit que quatre-vingt à quatre-vingt-huit châssis Jagdtiger. La plupart avaient des systèmes de suspension à neuf roues, bien que onze comportaient une configuration à huit roues moins chère mais moins robuste conçue par Porsche. Une pénurie de canons de 128 millimètres aurait conduit quatre Jagdtigers à être équipés de Pak 43.

    Le 653e arrive en retard pour la bataille des Ardennes

    À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces allemandes étaient affligées d’un moral en ruine, d’un approvisionnement en carburant désespérément limité, d’une perte rapide de territoire et de la détérioration des lignes d’approvisionnement. Dans cette mauvaise situation, les Jagdtigers consommaient beaucoup de carburant et de pièces, tombaient fréquemment en panne en essayant de se déplacer sur de courtes distances et étaient difficiles à remorquer, nécessitant apparemment un réservoir de récupération Bergepanther et deux Sd.Kfz. 9 principaux moteurs. En conséquence, pour chaque Jagdtiger détruit par le feu ennemi, quatre autres ont été abandonnés ou détruits par leurs propres équipages en raison de pannes de moteur, de carburant épuisé ou de dommages mineurs au combat.

    Le 653e bataillon lourd de Panzerjäger, qui avait déjà utilisé des chasseurs de chars Elefant surdimensionnés similaires, a commencé à recevoir ses premiers Jagdtiger en septembre 1944. combattre les alliés occidentaux dans l’offensive des Ardennes, croyant qu’ils étaient plus susceptibles de se replier. Cependant, bien que certaines unités américaines aient prétendu à tort avoir rencontré des Jagdtigers lors de la bataille des Ardennes, en réalité, les conditions météorologiques hivernales et des problèmes mécaniques les empêchaient d’atteindre la ligne de front.

    Un peloton de trois Jagdtigers a participé à l’opération Nordwind, une offensive de suivi visant Strasbourg, en France. Les débuts au combat le 4 janvier 1945 ont été de mauvais augure : alors qu’il assurait une surveillance depuis une pente près de la ville française de Rimling, le Jagdtiger 134 a été touché dans son blindage latéral vulnérable par un bazooka ou un char M36, faisant exploser les munitions et tuant l’équipage ; deux Jagdtigers qui l’accompagnaient se sont retirés. Les chasseurs de chars lourds ont eu plus de succès plus tard ce mois-ci en détruisant plusieurs bunkers de la Ligne Maginot réoccupés et quelques Sherman.

    Le 23 janvier, le 653rd atteignit enfin son effectif total autorisé de quarante-deux Jagdtiger, soutenu par six chars antiaériens Möbelwagen et Wirbelwind. Cependant, une semaine plus tard, après une marche sur route de 125 milles, des pannes ne laissèrent que vingt-deux Jagdtiger opérationnels. Après avoir passé février à utiliser leurs canons comme artillerie improvisée, mars a vu l’unité s’engager dans une série de batailles acharnées, à commencer par la destruction d’une colonne de chars Sherman le 14 mars. Le lendemain, le bataillon a lancé une contre-attaque, mais cinq ont été rapidement éliminés. par les chasseurs-bombardiers P-47 Thunderbolt et les tirs d’artillerie.

    Le 22 mars, trois Jagdtiger ont pris position juste à l’extérieur de Neustadt et ont tendu une embuscade à une colonne de chasseurs de chars Sherman et M10 Wolverine. L’unité Jagdtiger a pris les véhicules de tête et de queue de la colonne et a ensuite affirmé avoir détruit vingt-trois véhicules blindés supplémentaires, écartant tous les obus entrants avant de se retirer dans Neustadt, où deux d’entre eux sont tombés en panne et ont été abandonnés. Le même jour, un peloton Jagdtiger à Böhl a détruit neuf chars et deux half-tracks, mais l’un des énormes véhicules est tombé en panne et un autre a été détruit par l’artillerie.

    Le 653e ne connaîtra pas beaucoup d’autres succès. Au cours d’une série d’engagements à Schwetzingen, Kirchen et Klingenberg, plusieurs Jagdtigers ont été assommés par des chars français et américains et dix ont été abandonnés et détruits par leurs équipages lors de leur retraite. Un Jagdtiger a explosé lorsqu’une équipe de maintenance a soufflé de l’oxygène comprimé dans le mauvais raccord ; un autre a été perdu lorsqu’il a fait s’effondrer sous son poids le pont Mangfall de Kolbermoor, en Autriche. Les quatre derniers Jagdtiger de l’unité ont été détachés pour combattre un dernier combat avec la première division panzer SS, mais à la fin d’une longue marche, ils se sont rendus aux forces soviétiques le 5 mai à Amstetten, en Autriche.

    Le 512e et la chute de la poche de la Ruhr

    En février, un bataillon Panzerjäger supplémentaire s’est formé avec des vétérans des chars Tigre, qui n’étaient pas ravis de servir dans des véhicules sans tourelle. À son apogée, le 512e ne comptait que deux compagnies de dix Jagdtigers commandées par Albert Ernst et Otto Carius, plus une troisième compagnie à mi-effectif qui a brièvement combattu aux côtés de chars Tiger II dans la défense de Paderborn.

    En mars, le 512th fut envoyé pour contre-attaquer la percée alliée sur le pont de Remagen, mais il fallut dix jours à l’unité pour atteindre la ligne de front. Encore une fois, les Tigres Chasseurs sont arrivés trop tard. Tentant d’intercepter les chars Sherman dévalant l’autoroute, quatre des précieux Jagdtigers sont tombés en panne et ont dû détruire leurs équipages.

    Plus ont été perdus dans divers épisodes absurdes. L’un a été mal identifié par l’infanterie amie et détruit par une roquette panzerfaust. Un autre s’est immobilisé dans un trou d’obus la nuit. Carius raconte un incident au cours duquel deux Jagdtigers ont repéré une colonne américaine en approche à longue distance, mais le chef de peloton a refusé d’ouvrir le feu, craignant de s’exposer aux avions alliés. Au lieu de cela, il a battu en retraite, mais les deux véhicules sont tombés en panne et ont été abandonnés.

    Cependant, alors que les forces allemandes se retrouvaient piégées dans la soi-disant poche de la Ruhr, les Jagdtigers ont finalement commencé à livrer le genre de batailles pour lesquelles ils avaient été conçus. À Herborn, la compagnie d’Ernst a affirmé avoir détruit trente chars Sherman avec des tirs à trois kilomètres de distance. Puis, le 8 avril, la deuxième compagnie de Carius s’est déployée en embuscade à Unna et a signalé avoir assommé vingt Sherman et voitures blindées pour la perte d’un seul véhicule.

    Les quatre Jagdtiger restants d’Ernst ont été renforcés par un peloton de chars moyens Panzer IV, de canons d’assaut Stug IV et de Sd.Kfz. Canons anti-aériens automoteurs 7/2. Le 11 avril, ceux-ci se sont déployés sur une crête surplombant la route de Langschede. Lorsqu’une colonne américaine de la huitième division a traversé la vallée en contrebas, le groupement tactique d’Ernst a déclenché une pluie d’obus perforants, assommant onze Sherman et quarante autres véhicules. La colonne américaine s’est repliée dans la panique et a appelé un soutien aérien. Trois vagues de P-47 se sont abattues sur un Jagdtiger et une piste anti-aérien, mais des obus anti-aériens et des mitrailleuses ont provoqué l’incendie de deux des combattants en forme de cruche.

    Une mise en garde importante est que les réclamations allemandes dépassaient probablement les pertes réelles des Alliés, car les pétroliers de tous les côtés avaient tendance à trop réclamer. Cependant, ce champ de bataille semble être décrit par l’officier britannique George Forty dans son livre German Tanks of World War II :

    «Je me souviens très bien d’être tombé sur ce qui semblait être un régiment entier de chars Sherman qui avait été complètement anéanti. Il y avait des Shermans étendus en tas partout où l’on regardait, des tourelles arrachées, des coques déchirées, la plupart avaient clairement été brassées. . . . Ils avançaient avec le grain du pays et avaient manifestement été pris par surprise par le flanc. L’échelon de suivi avait alors tourné à droite vers leur bourreau, mais avait trouvé peu de couverture le long de leur nouvelle ligne d’avance. L’auteur de tout ce carnage était un seul Jagdtiger, dont la masse immense occupait toujours une position de tir parfaite dans une basse-cour au sommet d’une colline dominante.

    Ainsi, les Jagdtigers pouvaient être à la hauteur de leur réputation d’intimidation dans les rares occasions où ils pouvaient se déployer dans de bonnes positions d’embuscade à des kilomètres des forces ennemies, leur permettant de tirer pleinement parti de leurs canons surdimensionnés et de minimiser l’exposition aux attaques de flanc. Mais les reichsmarks et les heures de travail nécessaires pour construire un seul Jagdtiger auraient pu produire un peloton entier de Panthers ou de Jagdpanthers, qui étaient presque aussi efficaces dans la plupart des circonstances et moins susceptibles de tomber en panne. Un super réservoir défectueux et vorace n’a guère profité à une Allemagne nazie désespérée.

    Entre le 12 et le 15 avril, les Jagdtigers d’Ernst ont continué à perturber les avancées américaines mal coordonnées avec des tirs à longue portée, assommant au moins quatre autres Sherman, tout en étant obligés de saborder six autres Jagdtigers en panne. Cependant, alors que les positions allemandes se sont effondrées, le capitaine Ernst a été laissé l’officier supérieur dans la région.

    Souhaitant éviter la destruction d’Iserlohn, qui regorge de réfugiés, Ernst a rencontré le lieutenant-colonel Robert Kriz de la quatre-vingt-dix-neuvième division d’infanterie américaine le 16 avril pour organiser la reddition des forces allemandes dans la poche.

    C’est une ironie appropriée que les meilleures images enregistrées des énormes chasseurs de chars aient été filmées alors que les trois derniers Jagdtigers d’Ernst roulaient en formation ordonnée sur la place Schiller d’Iserlohn avant de rassembler les troupes américaines et les civils locaux. Cet acte digne de reddition était sans doute le plus beau moment d’une arme de guerre bestiale.
    source (en anglais) :
    https://nationalinterest.org/blog/reboot/hitler%E2%80%99s-fearsome-%E2%80%9Cjagdtiger%E2%80%9D-tank-destroyer-had-some-serious-problems-193356
    ________________________________________________________________________________

    La réputation des chars allemands de la seconde guerre mondiale tient souvent plus de la légende que de la réalité et leur supériorité dans un domaine dévoile une excessive vulnérabilité dans un autre.

    il ne faut d’ailleurs pas oublier que le char allemand le plus produit était un canon d’assaut sans tourelle STUG III ;

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Sturmgesch%C3%BCtz_III

    et que le char russe T34 ou américain Sherman le plus produit était très supérieur à ce char là qui n’était même pas considéré comme une menace sérieuse.

    Quand aux mastodonte de Type Tigre I et II ou celui de l’article ils se faisaient rarement voir sur le champ de bataille tellement il y en avait peu.

    a noter également que le type d’acier allemand utilisé à la fin de la guerre pour le blindage était de bien plus mauvaise qualité qu’au début du conflit et qu’il leur en fallait mettre encore plus pour des capacités égale.

    Voilà autant de caractéristique que vous ne trouverez jamais dans les jeux vidéos du genre ! (World of Tank, etc)

    • Albatros dit :

      Historiquement parlant…et j ai tout lu…c est…interessant.
      Mais les nazis avaient trop de modeles différents de tanks camions voitures même. Ce qui n était pas le cas des russes et etatsuniens. Uniformisation. Meilleur maintien en condition. Rentabilité et circuits courts d approvisionnements grâce à des flux logistiques maîtrisés…

  43. fantassin dit :

    Assez d’accord avec les deux marsouins, autant prendre du CV90 MKIV (le CV90 est tout de même la référence du VCI européen…) et rien n’empêche de demander une partie de la production en France en coopération avec nos industriels. Prenons exemple sur ce qui se passe en ce moment chez les Tchèques (hâte de voir le résultat de cette belle compétition au passage, et malheureux de ne pas voir un produit français sur la ligne de départ…).

    Sur le fond, je suis aussi plutôt d’accord avec les propos de monsieur Lagarde, un VCI lourd chenillé manque dans notre paysage (idem pour génie, san, mortier, OA, PC…). La roue et la chenille sont complémentaires avec des avantages et des inconvénients de chaque côté. Nous avons la roue, il nous manque la chenille (d’autant plus que la chenille composite pourrait amener de nouvelles opportunités, y compris pour la réparation en première ligne, cf Soucy…).

    Si l’on évoque le besoin opérationnel, on peut concevoir que les opérations du moment ne nécessitent pas de VCI lourd en France, mais bien malin celui qui peut prévoir ce qui se passera dans 10-20 ans, et c’est malheureusement le temps qu’il faut pour dérouler la mise en service d’un tel véhicule en quantité suffisante pour peser dans un engagement. Donc, autant faire comme tout le monde, c’est à dire avoir du léger ou médian à roue, et du lourd à chenilles…

    Enfin, pour notre cher VBCI qui demeure un véhicule magnifique dans nos engagements OPEX, il est un peu simpliste de croire qu’on peut le hausser au claquement de doigt avec du 40 ou du 105. Mis à part la silhouette générale, les VBCI développés pour l’export n’ont plus grand chose en commun avec le véhicule français (regardez simplement où se situe le chef d’engin sur les photos, ce n’est qu’un exemple). Notre véhicule a une réserve de masse limitée, y compris le 32T, et son puit de tourelle 1 homme ne pourra pas recevoir une tourelle 2 hommes avec le CTA 40 (par pitié, on ne met pas sur la table la tourelle téléopérée qui enferme tout le monde en caisse derrière du « tout caméra »). Au mieux, notre VBCI pourrait recevoir un POD MMP, ce qui est déjà intéressant (même indispensable) autant que couteux, mais sur nos véhicules en service ça ne pourrait que s’arrêter là. L’ étape d’après (ou d’avant) pour des engagements durcis -> CV90.

    • Aramis dit :

      « Donc, autant faire comme tout le monde, c’est à dire avoir du léger ou médian à roue, et du lourd à chenilles… » Tout le monde ne le fait pas. Et le soucis est que notre micro armée de terre représente une petite commande de véhicule de combat. Donc si on a 3 type de VCI cela représente 3 micro parcs. Si on développe nous même les 2 autres types de véhicule pour faire le lourd et le le léger cela va coûter bonbon. Avoir des blindés chenillés c’est possible si on remonte en puissance (vraiment que dans les mots).

      Avec le VBCI le vin est tiré il faut le boire.

    • Alex dit :

      Thiery : Tu devrais sortir ça pendant tes séances de psy, ça nous éviterait tes commentaires trop longs à la con aurait dit Patton…

  44. Nexterience dit :

    On s’est fait chier à marier Nexter avec KMW pour créer Knds, 1er fabricant de blindés d’Europe et certains veulent acheter ailleurs.
    C’est con, Rheinmetall, Bae semblent avoir des pertes de compétences chenilles. Donc un des fabricant les plus sûrs est … Knds.
    Lagarde a évoqué peut être le concurrent n°1 Rheinmetall pour provoquer la DGA ou Nexter. Il met les pieds dans le plat, il va avoir un débat. C’est sain tout cela.
    Et certains l’ont déjà pendu.
    La question se pose aussi côté franchissement de coupures humides: ça ne sert à rien d’avoir un chenillé si les travures ne suivent pas.
    Bref, les intensités changent, le matériel doit suivre.

  45. Thunder dit :

    « à régénération du combattant  » ??? Mais quand cessera t-on d’écrire des niaiseries ? Que l’on mette ces gens en première ligne , juste pour rire.
    A force d’accepter que l’on puisse dire n’importe quoi, on fini par faire n’importe quoi.

  46. Aramis dit :

    De toute façon le choix du VBCI et du Griffon est fait. Nous n’allons pas en plus allourdir une logistique à l’agonie en introduisant un nouveau type de véhicule. Pour équiper qui d’ailleurs puisque VBCI et Griffon vont équiper les 20 unités d’infanterie qui restent. Et il n’y a pas le budget ce qui ferme la porte.

    Cela correspond au théâtre où on opère, il faut faire avec, qu’on préfère ou non la chenille.

  47. Maxim dit :

    La solution existe :
    Tourelle de Jaguar + châssis de char Leclerc. Nous aurions la un véhicule agressif, bien protégé et disposant de toute la palette d’armements nécessaires pour nuire aux candidats de la haute intensité Française. Et en plus on recycle. Le poids de la tourelle de 120mm étant idéalement transféré en blindage additionnel.

    • Albatros dit :

      Bonne idée.
      Mais dispose t on de suffisamment de chassis Leclerc pour celà ?

    • Albatros dit :

      Car pour ma part je pense qu il faudra garder ces tourelles de 120 mm voire les transformer en 140…

  48. Nexterience dit :

    Ou bien retrofit de stock pour des Leclerc XLR allégés de 8-10t de blindage et de gmp pour la mobilité sur les ponts et terrains les plus fragiles. il ne résistera plus aux obus flèche mais à tout le reste.
    Bref, le fameux char employable.