Nexter a présenté le premier Griffon de série en version « Génie » à la Direction générale de l’armement

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

46 contributions

  1. souricière dit :

    Le tourelleau c’est ARQUUS et ce n’est pas un élément dédié à un véhicule mais à tous les véhicules. En gros tous les véhicules peuvent le recevoir, c’est le principe de modularité des différents kits.
    Au final, il y aura 3 tourelles pour 4 véhicules.
    Certaines mauvaises langes vont dire « c’est ridicule », mais quel autre pays dans le monde a 75% de ses véhicules blindés de ce type équipés de tourelles téléopérés? Même les américains ne l’ont pas, continuant avec une 12.7 manipulée par un servant.
    On passe d’une situation ou on avait environ 250 VAB avec une tourelle à plus de 3000 (même si dans le lot ça comprend des modèles en 7.62 et LG40mm)

    • Thierry dit :

      Ah oui, parlons en des tourelles, 1 VAB d’infanterie sur 100 avait une AA52 en tourelle quand le humvee du cuisinier dans l’armée US avait une 12,7 en tourelle…

      Franchement à choisir entre une tourelle manuel en 12,7 et téléopérés en 7,62 il me faudrait 0,000001 milliseconde de réflexion pour faire le bon choix!

      • Royal Marine dit :

        Encore une connerie… l’AA 52 était en 7,5 mm…

      • Pascal (l'autre) dit :

        « 0,000001 milliseconde de réflexion pour faire le bon choix! » Sans déconner! Mais quel homme! Les scénaristes de Marvel devrait s’inspirer de vous pour créer un nouveau « super héro » lightning Thierry!

      • Mat49 dit :

        Une tourelle sur VAB, ma barbille! Tu dois confondre avec ta dernière coiffure… très beau string dis donc aujourd’hui!

    • Ronin dit :

      @ souricière
      C’est surtout intéressant comme démonstration du poids budgétaire à Paris par rapport au terrain.

      Le gros du stock de base coûte moins cher, mais n’est pas projetable.
      Le projetable (bien blindé et avec armement téléopéré) coûte trop cher, alors c’est une option qui est ajoutée au coup par coup.

      Cela doit plaire aux financiers.
      En revanche, pour celui qui doit aller dedans face à un véritable ennemi c’est moins plaisant.

      J’essaie de l’écrire aimablement: toujours des mots creux pour masquer la transformation de l’armée de terre française en gendarmerie africaine…
      https://www.areion24.news/2021/09/08/scorpion-innover-et-etre-pret-pour-la-haute-intensite/

      Plus grave que le 25 mm en lui même, notre principal armement de l’infanterie, est l’absence de blindage de tous nos véhicule de combat.
      Ceux ci étant de blindage, au mieux, de niveau IV (V exceptionnellement sur l’avant du VBCI version « 32 tonnes » (à 95 exemplaires, pour toute l’armée française, non pas expéditionnaire, mais plus encore « échantillonnaire » et de plus en plus.).

      Ces blindages n’arrêtant que les munitions de mitrailleuses, et, « au mieux » de 25 mm (pour l’arc avant de nos quelques 95 VBCI 32T !!!).

      C’est à dire, plus clairement, aucun de ces véhicules n’est capables de haute intensité, voire même de moyenne, intensité.

      Ce serait même le dernier des crimes d’envoyer nos soldats au combat, ou même dans de simples crises un peu sérieuses, dans de telles trapanelles de la mort.

      Toujours pas de véritable VCI pour les fantassins français, le SERVAL et le GRIFFON sont des MRAP extrêmement onéreux, pas du tout un engin convenant à une confrontation de forces mécanisées, juste un vecteur d’infanterie.

      Le « griffon » par exemple, qui est juste un VBCI sans tourelle, avec un essieux et deux roue de moins, en moins motorisé, et apparemment en moins blindé, n’atteindrait même pas le niveau IV (contre les tirs de mitrailleuses) de blindage prévu :

      Le JAGUAR, quant à lui est dangereusement massif et haut, sans parler du fait qu’il est couvert de sous-ensembles «façon guirlandes de Noël high-tech » mais très vulnérables.
      Concernant sa mobilité, c’est bien d’avoir choisi un nom de fauve, mais je crains que la chose ne suffira pas pour en faire un prédateur.

      Et ils osent encore parler de haute intensité !!!

      Ce qui est plus une perte de savoir-faire* en matière d’équipements terrestres, de plus en plus actée, et un décalage de plus en plus hors sol avec les réalités et les grandes évolutions actuelles.

      Et sans tourelleau, ce n’est qu’un camion faiblement blindé hors de prix.
      https://blablachars.blogspot.com/2020/11/petites-nouvelles-et-considerations-sur.html

      Ils en ont même « oublié » la moindre mitrailleuse téléopérée, strict minimum sur ce genre d’engin, et d’emblée ils ont obligé, avant même la première projection sur le terrain réel, d’y rajouter deux tonnes de blindage cage (le blindage du pauvre à mi-temps.) !

      On est même plus près du foutage de gueule complet que de tout autre chose.
      https://blablachars.blogspot.com/2021/07/14-juillet-ou-sont-passes-les-blindes.html

      • Kohps dit :

        Oh non pas vous. Vous pourrissez déjà assez blablachar. Restez y

      • muchini dit :

        La réalité est que le projet VMBR n’est pas fait pour de la très haute intensité, même avec cage et protection active “projet prometheus”. Il s’agit du remplacement du VAB par le Serval ,du VBCI par le Griffon et de l’AMX10RC par le jaguar, chacun pour optimiser les coûts “MCO” et protéger au mieux de ce qui tue … les mines, Le but est de pouvoir par la suite proposer un VCI ou APC lui plus lourdement armé et blindé.
        Pour ce qui est du blindage … c’est beau c’est bien c’est mignon ça protège mais cela rend le véhicule intransportable pour rappel les meilleurs 8×8 ne dépassent pas stanag 5+ “eitan israelien notamment” avec tourelle c’est déjà 35 tonnes de bonheur « non amphibie, alors que de nombreux terrain l’oblige + charge A400M 37 tonnes MAX” si nous devions avoir un engin correctement blindé donc stanag 6 “car la majorité des nouveaux calibres moyen sont du 30mm ” il faudrait des véhicules de plus de 40 tonnes comme dit plus haut intransportable et affreusement cher “donc pas de masse”alors que nous sommes une armée d’expéditionnaire.

      • Fred dit :

        @ Ronin

        Donc, si je comprends bien tes souhaits, ce qu’il faudrait pour soutenir l’infanterie c’est ceci :

        Flying Elephant (!), anglais, cent tonnes (1ère GM)
        https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/51/Flying_Elephant_-_Bovington_-_1.jpg?uselang=fr

        ou ça, FCM F1, français, 139 tonnes
        https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/81/FCM-F1.svg?uselang=fr

        ou encore cela, P1000 Ratte, allemand, 2 000 tonnes:
        https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c5/P1000_ratte_scale_model.png

      • Fred dit :

        @ Twisted

        No comment ;o)

      • Grosminet dit :

        @ Ronin:

        Alors ça tombe parfaitement……..A COTE,vos critiques concernant les manques de ceci ou cela sur un véhicule de combat…..

        Le VBMR N’EST PAS un véhicule de combat! c’est un VTT (Véhicule de Transport de Troupes) destiné à amener les troupes au plus près…un gros camion blindé,donc (avouez,vous préfereriez monter « au contact » avec un VBMR qu’avec un « Geb 180 » ,non? )

        Pour le COMBAT,il y’a le VBCI

      • Hermes dit :

        « Ces blindages n’arrêtant que les munitions de mitrailleuses, et, « au mieux » de 25 mm (pour l’arc avant de nos quelques 95 VBCI 32T !!!).

        C’est à dire, plus clairement, aucun de ces véhicules n’est capables de haute intensité, voire même de moyenne, intensité. »
        .
        Si vous pensez réellement ce que vous dites, y’a un problème.
        Il est actuellement inenvisageable d’avoir un VBTT suffisamment léger capable d’encaisser des pruneaux de 40 et +.
        Même le lourd IFV Puma dans sa version de 40t+ n’en est pas capable.
        .
        Le cahier des charges implique des compromis, on ne peut tout simplement pas une offrir une protection tout spectre sur des véhicules terrestre, même les MBT’s ont du mal et ils sont tourné uniquement vers ça avec des masses au combat de plus de 60-70t.
        .
        On pourrait a la limite commander quelques TBTT à Georges Lucas, mais ça serait compliqué.

      • souricière dit :

        Avec Ronin, c’est toujours pareil, on a une armée de merde, on a de l’équipement de merde, on fait des choix de merde, on va devenir une armée de merde.
        Pas un commentaire ne diffère.

        L’art et la manière de créer du scandale en se faisant passer pour « monsieur je sais ce qu’il faut », c’est à dire tout l’inverse de ce que nous faisons car c’est bien entendu « l’expert militaire » c’est Ronin, TOUS les autres sont des idiots qui ne savent pas ce qu’il faut, car Ronin a lui une grande expérience militaire, a fait la guerre de haute intensité, car Ronin maitrise la recherche sur wikipédia et google photos.

        Mais mon petit Ronin, si le niveau de blindage devrait disqualifier l’ensemble des blindés de niveau 4 et inférieur de la guerre de haute intensité ou moyenne intensité, vous allez devoir admettre que l’ensemble des blindés d’infanterie de la guerre froide n’étaient pas adaptés.

        Dire que le passage du VAB au Griffon ou au Serval serait comme une régression qui ferait passer l’armée de terre à une force de gendarmerie, qu’il n’y a pas un renforcement de blindage, c’est se foutre du monde.

        Ne pas faire la différence entre un VTT et un VCI est encore l’un de vos gros problèmes et ça continuera encore. Oui il s’agit d’un véhicule blindé pour transporter l’infanterie et non d’un véhicule de combat, qu’est-ce que vous ne voulez pas comprendre? Autre énorme problème que vous avez, c’est que regardez l’armée de terre uniquement sous le prisme des véhicules, pour vous ce n’est qu’une comparaison et une confrontation de véhicules, oubliant de facto que lorsqu’on parle d’infanterie, on parle d’hommes et que l’arme principale de l’infanterie ce sont les hommes.
        Cet aspect « humain » dans la guerre, il n’est jamais présent dans vos commentaires, chez vous c’est qu’une confrontation de véhicules et c’est celui qui a la plus grosse qui gagne. Cela traduit votre manque d’expérience réelle du milieu militaire, celle ou vous verriez et comprendriez que la force d’un véhicule comme le Griffon ou le VAB, c’est le groupe de combattants qu’il transporte et que vous pouvez faire bien plus de choses avec des hommes débarqués qu’avec des véhicules.

        Vous êtes bornés à vos critères et vos références et tout ce qui ne va pas dans ce sens est pour vous de la merde. Vous allez prendre dans un pays A, tel véhicule, dans le pays B, tel autre véhicule et ainsi de suite pour construire l’idée que « tout le monde a ou fait ce qu’il faut sauf nous », qu’ils ont les véhicules adaptés, même s’ils n’existent pas encore ou qu’ils sont échantillonnaires. Vous arrivez toujours à faire passer cette armée idéale à vos yeux que vous piochez de droite à gauche comme celle du « reste du monde » tout en appuyant systématiquement chez nous pour faire passer notre armée comme inadaptée à tout et bonne à rien.
        Chez vous un BMP2 car chenillé sera toujours plus adapté à la guerre de haute intensité qu’un véhicule à roue comme le VBCI, car vous vous êtes mis dans la tête que la chenille = haute intensité et que la roue c’est juste bon pour l’Afrique. Si le Griffon avait été un chenillé, sans changer fondamentalement son niveau de protection, qu’il serait également d’une autre armée, il serait un « modèle ». Mais vu qu’il est français et sur roues, alors il devient un modèle à ne pas suivre, car forcément, vous allez trouver dans le catalogue des véhicules du monde entier, celui qui va pouvoir le vaincre.

        Confondre le Griffon ou le Serval avec un MRAP est une nouvelle preuve de l’absence de fond dans votre expérience qui repose sur la forme. Car les caractéristiques des MRAP que vous avez très certainement en tête (ceux des américains par exemple) et qui en feront des véhicules peu manoeuvrants, presque incapable de rouler en dehors de pistes, avec une mécanique fragile, ben ne sont pas une généralités que vous pouvez imposer au Griffon car vous jugez sur des photos certaines similarités physiques.
        Que le Griffon ait des caractéristiques prenant en compte le danger contre les mines n’en fait pas un MRAP. Un MRAP est une classe de véhicule à part et n’englobe pas tous les blindés à roues et la résistance aux mines devient une généralité qui n’est pas synonyme de véhicules qui seraient juste taillés pour la basse intensité. Je sais que vous faîtes là aussi un parallèle « réflexe » dans vos comparaisons.

        Vous avez un regard du passé dans le regard sur les véhicules blindés. Vous êtes dans une logique ou un véhicule doit être le plus bas possible, doit être chenillé avec le plus gros canon en tourelle. Tout ce qui va s’en éloigner deviendra à vos yeux « mauvais » et je conçois alors que vous voyez tous ces nouveaux véhicules comme des « problèmes ». Mais ce ne sont pas ces véhicules qui sont un problème, c’est vous qui avez un problème car vous ne voulez pas comprendre et chercher à comprendre l’intérêt qui amène à ce genre de véhicules.
        Nous ne sommes pas dans world of tank à chercher à faire dévier un projectile sur un blindage incliné, à vouloir être le plus bas possible et ou on portera ces caractéristiques à l’ensemble des véhicules. Aujourd’hui on est dans un monde ou l’inclinaison d’un blindage n’a plus la même importance, car la menace n’est plus d’avoir un char en face sur la même « ligne » que vous, la menace est en 3 dimensions, pas besoin d’un blindé pour détruire un autre blindé, même hyper protégé, on voit des drones ou des munitions rôdeuses faire ce travail au même titre que le font les avions et les hélicos depuis un moment, mais on voit aussi que dans l’infanterie, un missile anti-char fait le travail contre plus de 99% des blindés du monde. Et ne venez pas me dire que les systèmes comme le trophy sont une généralité ni que les systèmes de brouillage contre un certain type de missile marchent contre tous les véhicules, car si vous êtes bon à critiquer le poids budgétaire chez nous, sachez constater qu’ailleurs ce n’est pas mieux et que nous ne sommes pas dans des salons d’expositions ou on présente toujours des véhicules « toutes options ».

        Pour en revenir au Griffon (et d’un côté aussi le Serval), vous êtes dans la recherche de scandales ou d’explications scandaleuses plutôt que de vouloir comprendre. Ce sont des véhicules qui ont été conçus dès le départ pour être modulables afin d’éviter de faire comme pour le VAB, d’avoir de l’équipement additionnel qui se fait sur certains véhicules mais qui ne peuvent pas aller se retirer et s’installer sur d’autres.
        Plutôt que vouloir voir les avantages de faire cela, vous essayez d’y voir une misère financière. Les avantages sont nombreux, ce sont ceux qui permettent de préserver du potentiel de véhicules, d’accroitre une disponibilité, de préserver de l’usure (en s’évitant d’inclure le surblindage dans le blindage initial).

        Il faut comprendre que le Griffon et bientôt le Serval sont au tout début de leur vie, qu’ils ne sont pas « sans tourelles », comme je l’ai dit, il y aura 3/4 des blindés qui en seront équipés et ce n’est pas un retard de livraison par ARQUUS qui se met dans le bain de la fabrication de ces tourelles sur les premières livraisons qui doit pousser à dire que les blindés sont « sans tourelles ». Vous êtes là à chercher de la petite polémique comme beaucoup qui « aiment cela », même si ça ne durera qu’une histoire de quelques mois, pour vous ce sera « définitif ». D’ailleurs votre lien remonte à l’an dernier et sans doute allez vous encore le sortir pendant 10 ans car vous estimerez que rien à changer vu qu’il est toujours « présent ».
        Les différents kits pour les Griffons, c’est pareil, il sont prévus, ce n’est pas une option, c’est juste qu’il s’agit de marchés additionnels et parallèles à la production des blindés. Cela ne se fait pas au coup par coup et les Griffon projetés au Mali ne sont pas différents des autres, ni plus chers, ils sont des Griffons qui reçoivent un ou plusieurs kits additionnels adaptés à la mission. En passant, le système de « cage » a démontré qu’il est meilleur contre les charges creuse que de la simple épaisseur d’acier, il n’est en aucun cas un blindage du pauvre (encore la recherche de la polémique). C’est un système de protection adopté par l’ensemble du monde et le monde se moque bien de l’avis de Ronin. Ils n’ont pas été « obligés » de le rajouter au Griffon, c’est l’un des nombreux kit qui a été prévu dès le départ. Votre approche « critique » et « polémique » est maladif et vous le faîte ruisseler sur tout, vous essayez de vous convaincre qu’il n’est pas assez blindé et qu’on s’en serait rendu compte trop tard en voulant lui donner un surblindage et une cage, mais vous n’avez strictement rien compris à la modularité recherché dans ce programme pour qui ces kits ne sont pas des « corrections » mais font partie même du véhicule.

        Donc le crédo de Ronin, qui prétendait sous d’autres pseudos ne plus vouloir revenir ici à force qu’on s’opposait à ses « plaintes » et sa « vision », ne s’est pas concrétisé, trop insupportable que certains ne passent pas leur temps à se morfondre de tout comme lui, pire même quand certains osent dire du positif sur nos armées.
        Vite vite, j’attends la réponse moralisatrice de la vérité vraie du spécialiste du combat de blindés, celui que tout le monde envie, chez qui tout le monde cherche conseils.

        • Ronin dit :

          Si nous voulons en effet rester (vous faite bien de parler de volonté, de la part de certains actuellement, malheureusement … Celle ci est plus à la vente à la découpe qu’autre chose).

          Une grande puissance, une des cinq puissances permanentes du conseil de sécurité des nations unies par exemple, il nous faut retrouver les moyens, hautement stratégiques (ce n’est pas des baguettes de pains, ou toute autre chose que l’ont achète…), militaires, indépendants, et souverains, de la totalité du spectre de nos armements, et non des simples consommateurs d’armements conçus par d’autres.

          J’ajouterais encore un autre point plus que crucial, vital même : une rares vraies industries qui nous reste encore (justement préservée de part ses spécificités, jusqu’à présent).

          Il est hors de question que nous devenions de simples équipementiers, livrés au bon vouloir, ou pas, d’autres pays. Surtout que très rapidement certains auront la « bonne » idée d’aller encore faire fabriquer encore ailleurs pour, prétendument moins cher.

          « Prétendument », car au final cela nous coute au contraire extrêmement cher, la fin de nos industries, et finalement ni plus ni moins que notre sortie de l’histoire et d’une participation à la gestion et à l’évolution du monde, laissée, abandonnées en l’occurrence à d’autres…

          Au contraire la France doit rester, redevenir (car elle en prend malheureusement le chemin de la sortie), une grande puissance, cela ne se faisant qu’en retrouvant pleinement tous les instruments, de la conception à la fabrication complète, de cette puissance ;
          Ou sinon autant se laisser marché dessus par tous les premiers venus, singapouriens ou autres, en nous mettant nous même, la tête sous le sable.
          L’industrie et les technologies propres au militaire, ont toujours constitué un élément hautement déterminant de toute puissance militaire effective d’un pays.

          À force de nous concevoir des véhicules bardés d’électronique, et avec des programmes en milliard d’euros de R&D, à chaque fois (qui sont autant de subventions déguisées à des industriels de plus en plus transnationaux par ailleurs), on fini par ne plus pourvoir les équiper du moindre armement minimal.

          Le résultat paradoxal de l’argent facile.

          Malheureusement pour nos soldats qui en feront encore les frais sur le terrain.
          Au moins, ces derniers ainsi démunis pourront voir leur fin arriver les yeux rivés sur leur « écran tactique » scorpion presque comme dans un jeu vidéo…

          On va vraiment d’aberrations en aberrations totales dans nos armées.

          Rendez vous compte on s’apprête à envoyer nos propres soldats sur le terrain avec des véhicules complètement désarmés ! ?
          Une armée « à hauteur d’homme », comme il disent…

          Ce que vous nous proposez là, est de devenir de simple client, captif (?), d’autres puissances.

          Nous serions donc déjà devenu incapable de faire ce que font de petits pays, comme la Suède, ou plus encore comme ce monstre stratégique que constituerait « Singapour » (une « puissance » dont nous étions un des principaux fournisseurs il y a encore vingt ans : quel renversement.) ? !

          Il est normal que la plupart des armées européennes s’équipent correctement en fonction des risques potentiels d’un conflit de haute intensité qui pourrait survenir sur le continent. L’idéal étant évidemment d’en dissuader la survenance.

          L’armée d’un « grand pays » doit disposer de moyens chenillés, seuls apte à garantir la mobilité tactique combinée à la protection.
          Mais sans négliger pour autant la disponibilité parallèle d’une force rapide , flexible , montée sur roues.
          Et qui serait la plus apte à faire face , par exemple, à une surprise stratégique survenant par voie aérienne ou navale, dans la profondeur des territoires amis.

          Il ne sert en tout cas à rien de se lamenter sur la minimisation des moyens militaires et industriel français. Ce qu’il faut savoir c’est si oui ou non la France à la volonté de jouer, -si nécessaire- un rôle militaire majeur en Europe , dans l’hypothèse d’une confrontation avec les dictatures de l’Est.

          Personnellement, j’ai malheureusement des doutes à ce sujet. Mais c’est un autre débat.
          Pour autant, si cette volonté existe bel et bien, il faut s’équiper.

          Comme les autres nations.

          Et -pour gagner du temps et de l’argent- le mieux serait alors que la France mette de côté ses réflexes habituels.

          En acceptant de produire sous licence ou en coopération, du matériel qui, au besoin, a déjà été conçu ailleurs . Et ayant si possible fait largement ses preuves en termes de fiabilité. Il n’y aurait aucune hérésie à çà !

          Le chauvinisme n’est pas de mise ! Au contraire.

          • muchini dit :

            Je suis d’accord sur l’intérêt tactique de la chenille mais je ne comprend pas l’intérêt d’avoir un véhicule de 40 tonnes contre une armée conventionnelle, pour moi nous sommes revenu au début de la charge creuse avec l’avènement des missiles, drones et munitions rodeuses.
            Pourquoi vouloir le bouclier 20 fois trop cher et 10 fois trop lourd alors qu’une épée bien aiguisée fait l’affaire dans tout type de combat.
            je vois des personnes dire “oui mais en ville la chenille patati patata » les premiers retours du Kurganets-25 (combats en Syrie) qui est le nouveau CV90 russe montre que le véhicule est trop large pour de la ville … comme quoi le mieux est l’ennemie de bien.

    • Jul dit :

      C’est délirant ce que vous dit, les USA sont les premier à avoir utilisé les tourelles téléopérer en masse, (75 000 HMEVV) de mémoire en été équiper sur 100 000. Alors que nous on galérer avec nos 200 VAB avec tourelle téléopérer sur les 6000 VAB qu’on avait… sans parlez que par rapport au tourelle téléopérer les américains on fait exprès, il voulez 30 % de Blindée léger avec des tourelle manuel et le kit de protection 360 degrés parce qu’il estimé que si demain il y avait un problème électrique les tourelles téléopérer été mort donc il faillais trouver une solution, et c’est celle la qu’il ont choisie; 70% tourelle téléopérer et 30 % manuelle avec kit de protection 360 degrés. Et au final le résultat ? UNE MERVEILLE !

      • souricière dit :

        Les américains n’utilisent pas massivement des tourelles téléopérés (ou alors vous ne savez pas ce que c’est), je ne sais pas d’où vous sortez vos chiffres, mais j’attends vos sources pour continuer là-dessus.
        Je réitère, les américains utilisent en grande majorité des tourelles manuelles et le remplaçant du humvee ne change pas cette réalité. Le « gunner » est une tradition chez eux.

      • GA dit :

        L’orthographe bon sang !!

  2. Vieux sapeur dit :

    Là, pas bon , le service photo de NEXTER. Ils se sont mélangés les pinceaux … Les 2 photos ne sont pas celles d’un Griffon Génie. Tous les engins du Génie sont bardés de « gadgets » (bien utiles) sur le dessus et sur les côtés. Quant à la bande jaune !!!

    • Vroom dit :

      Il manque les autocollants « angles morts » également ! 😉

    • grosminet dit :

      Les bandes jaunes,ainsi que les catadioptres latéraux et les deux plaques réfléchissantes arrières sont une obligation du code de la route pour les PL circulant sur voie publique (mais j’avoue ignorer que MEME les PL militaires étaient concernés par ces règles).

      Hors;le VBMR Griffon (2,54m de large,presque autant que ma semi frigo! ) est un CAMION de transport de troupes….
      Il est donc amené à évoluer sur routes européenes,et c’est important (de nuit,surtout! ) pour le conducteur arrivant derrière une grosse bête sombre mal éclairée qu’il fonc droit sur un PL (« porteur »,dans ce cas,les plaques à l’arrière étant horizontales) roulant à maximum 90kmh sur autobahn …..Et comme ce genre de grosse bête se déplace rarement seule sur la route…..

      • lgbtqi+ dit :

        Hors -> or

        Hors, c’est pour indiquer par exemple d’être hors de la pièce …
        Or, c’est une conjonction de coordination entre deux propositions.

      • Vinz dit :

        Tous les véhicules susceptibles d’emprunter une voie publique doivent se conformer au code de la route. C’est ainsi qu’on a trouvé bon de mettre des clignotants sur le leclerc…

  3. Thierry dit :

    C’est tellement français contemporain, on vous demande d’abord votre avis et puis ensuite on n’en tient pas compte, c’est beau comme le macronisme d’avant les gilets jaunes, souvenez vous des grands débat de Macron, numéro de cirque sans lendemain.

    d’ailleurs en parlant de Macron, voyez plutôt cela :

    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-chine-etend-son-credit-social-a-235270
    extrait :
    La Chine étend son crédit social à l’international et en France c’est Thalès qui est au coeur du passe sanitaire

    ans le dévoiler officiellement, la France emprunte le pas du modèle chinois.
    Le passeport sanitaire n’est que le début permettant ensuite la mise en place du crédit social et la France.
    Petit à petit Thales pourra proposer au gouvernement français de regrouper sur un seul support numérique les données sanitaires, les données bancaires, les données fiscales, les données publiques, et petit à petit vous serez habilitée d’aller au restaurant parce que vous avez bien payé vos impôts, vous ne pouvez pas aller à l’hôpital parce que vous n’êtes pas à jour du dernier vaccin exigé, etc. vous serez habilité d’aller là où l’état aura décidé que c’est bon pour vous selon son point de vue !

    Officiellement annoncé en 2014, le système de crédit social chinois fonctionne de mieux en mieux, et de plus en plus. En posant des caméras partout, en développant toujours plus de QR-Codes et en incitant à la délation, le Parti Communiste Chinois (PCC) crée Le Meilleur des Mondes.

    C’est en allant sur le blog de l’entreprise Thalès (en anglais) qu’on comprend dans quelle cohérence d’ensemble s’inscrit cette première étape du capitalisme de surveillance qui s’appelle le passe sanitaire. Thalès entend en effet proposer une solution globale d’identité numérique et nous expose avec une forme de naïveté comment ce projet va se décliner.

    Thalès écrit donc :
    Mais en quoi le Great Reset a-t-il vraiment besoin du passe sanitaire pour se mettre en place ? Cette question dont on pressent l’importance grandissante depuis plusieurs semaines, et qui s’impose aujourd’hui comme la charnière explicative des politiques publiques, donne lieu à de nombreuses supputations. Il ne suffit en effet pas d’écouter les discours de la caste appelant tous à une ségrégation contre les non-vaccinés pour comprendre l’intention fondamentale de cette innovation. C’est en plongeant dans l’un des blogs de l’entreprise transnationale française Thalès que l’on comprend la stratégie d’ensemble qui se met en place, et les étapes qui suivront.
    Peut-être vous êtes-vous demandé, comme moi, quelle mouche avait brutalement piqué Emmanuel Macron le 12 juillet lorsqu’il a annoncé la mise en place d’un passe sanitaire restreint dès le mois d’août. Il est encore trop tôt pour avoir toutes les réponses aux questions qui peuvent se poser, notamment sur le poids exact de l’industrie pharmaceutique dans les décisions politiques (on pense ici aux disparitions étonnantes de certains chefs d’Etat hostiles à la vaccination, qui laissent à penser que des méthodes de persuasion parfois assez violentes sont utilisées dans le milieu… l’Histoire éclaircira ces affaires).

    Le passe sanitaire est donc un “précurseur” ! L’anticipation d’un système généralisé où l’identité ne sera plus établie par un document officiel “autonome” comme une carte d’identité, mais bien par un “portefeuille” numérique conservé sur un cloud et une application dont l’archivage échappera à l’utilisateur.

    Autrement dit, il s’agit de nous habituer à changer de mode d’établissement de notre identité.

    ur le fond, Thalès ne cache pas l’ambition “centrale” du passe sanitaire, qui est de devenir une plate-forme d’accès aux différents services publics disponibles sur Internet. Pour ce faire, le passe-sanitaire repose sur un “wallet”, un portefeuille numérique, pour lequel la Commission Européenne a d’ores et déjà posé les bases.

    n comprend donc que le passe sanitaire est la face émergée d’un iceberg technique qui se constitue progressivement, et qui va bouleverser la notion d’identité “administrative”. Désormais, les citoyens seront directement gérés par un Big Data qui permettra de leur donner accès à certains lieux ou à certains services par le contrôle de l’intelligence numérique.
    Quand le portefeuille digital remplacera le passeport

    Dans la palette de services que “l’ID numérique” devra rendre, on trouve en particulier le remplacement en bonne et due forme du bon vieux passeport actuel. Celui-ci sera bientôt rangé aux oubliettes de la préhistoire et remplacé par une application sur un téléphone, où toutes les données individuelles seront centralisées.

    On se souvient que l’Europe s’était fondée sur l’aspiration à un continent sans frontière et sans contrôles d’identité. Subrepticement, on est passé à une Europe avec des contrôles universels poussés à un point inconnu jusqu’ici. C’est sans doute le progrès des Lumières qui veut ça.
    Portefeuille digital et euro numérique

    Mais c’est une autre fonctionnalité du “wallet” qui doit retenir l’attention, car elle rejoint le projet d’euro numérique que nous avons évoqué cette semaine. Il s’agit de l’utilisation du portefeuille digital comme moyen de paiement.

    On y vient, donc : le passe sanitaire devrait déboucher sur une ramification future, le paiement en ligne, par exemple des impôts ou des amendes. Ou du loyer. Ou des traites sur en emprunt bancaire…

    Bref, si l’on se souvient que l’euro numérique serait à la main complète de la Banque Centrale Européenne, l’espace de liberté qui restera au consommateur pour arbitrer ses dépenses va devenir de plus en plus contraint. Du propre aveu de Thalès, en effet, l’Etat saura tout de vous, y compris de votre situation financière ou bancaire.
    La porte ouverte au crédit social

    On va bien dans quel état de dépendance ce système entreprend, sans que ce projet ne soit publiquement explicité auprès des citoyens, de placer les individus. Se met en place une architecture qui rendra possible le “crédit social” à la chinoise : le wallet contiendra des marqueurs indiquant qui n’a pas payé ses impôts, ou ses dettes, qui a roulé trop vite, qui a tardivement réglé sa pension alimentaire. Et si le marquer apparaît, l’individu sera interdit d’accès à certains services, ou à certains achats.

    Peu à peu, il sera marginalisé, sans possibilité de s’y opposer.

    C’est bien à cela que sert le passe sanitaire. Il n’est pas une fin en soi. Il est un début, un précédent, une mise en bouche. Vous savez désormais dans l’attente de quoi il sera maintenu après le 15 novembre 2021.

    • Maxou dit :

      Mon pauvre Thierry
      Le fait de Griffonner n’importe quoi sans aucun Génie ne vous rapproche pas pour autant du sujet que vous avez ignoré : Le « Griffon Génie ».
      Revenez sur terre, mettez de l’ordre dans vos neurones et cessez donc de soliloquer.
      Merci

      • Paddybus dit :

        Mais, oui… lui, c’est seulement « Génie sans bouillir »…. et comme vous savez, de toute façon, il n’est pas prés de bouillir… car coté production, il ne fait pas d’étincelles…!!!!!! ;0))))

      • sentinelle dit :

        on s’en tape et vos élucubration comme Ronin prennent trop de place

    • SGT MORALES dit :

      et griffon dans tout ça?

    • Hermes dit :

      On est pas sur un site de propagande lowcost pour les complotistes…
      .
      Le Pass sanitaire n’aurait eu aucune raison d’exister si les gens n’avaient pas été stupide pendant la pandémie. Ils sont responsable de l’arrivé du pass.

  4. farragut dit :

    Je croyais que NEXTER et la DGA pratiquaient l’ « ingénierie concourante », qui leur auraient permis d’obtenir les spécifications des utilisateurs du Génie lors de la conception initiale, et éventuellement de procéder à la réalisation de plusieurs « standards » en fonction des capacités demandées par chaque client.
    Pas prévu de remorquer un autre engin (au moins le crochet) ?
    Méthode de « Maîtrise des coûts » mal comprise ? DGA/AQ902 « obsolète » ?
    Bon, en progrès quand même… 😉

  5. patrico dit :

    Le Griffon version Sahel j aimerais le voir faiŕe l ancienne route du Paris Dakar ?
    Il doit plomber sur ses pneus étroit !

    • farragut dit :

      @patrico
      Il n’y a qu’à demander à Volkswagen de fournir les pneus « ballon » de la Kübelwagen DAK de 1943 ! 😉
      Un bon RETEX digne d’un projet en véritable « coopération », pour une fois !
      https://i.pinimg.com/originals/f4/e9/a0/f4e9a0004608736ef1739695d347d423.jpg
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Volkswagen_K%C3%BCbelwagen

    • Grosminet dit :

      @ Patrico:

      Au cas ou vous l’ignoreriez,sur les sufaces meubles,on DEGONFLE les pneumatiques pour élargir leur empreinte au sol,ce qui diminue en même temps la pression exercée en surface (pas loin de 40% de réduction! ) et favorise le « débourrage » (l’évacuation du sable,de la boue,ou autre)

      Accessoirement,un VBMR de 32T NE PEUT PAS être aussi performant (et ce n’est pas son rôle!!!!) sur ce terrain qu’un Kamaz de 9T/1100Cv lancé à 140kmh

    • Vinz dit :

      Vous n’êtes pas au courant, mais on a aussi un peu de sable avec des dunes par chez nous. Notamment à Biscarosse, centre d’essai de la DGA…

  6. Plusdepognon dit :

    Le Griffon a 6 variantes majeures:
    https://www.forcesoperations.com/le-griffon-prend-son-envol/

    https://www.forcesoperations.com/apres-linfanterie-le-griffon-prendra-bientot-la-direction-des-regiments-dappui/

    Pour le Serval, on avait une clé de répartition entre les versions du blindé Serval, pas vu la version Génie (même s’il fallait bien se frotter les yeux pour les caractéristiques de l’animal) :
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1399996629835452416

    – Patrouille blindée : 124
    – Guerre électronique : 61
    – Nœud de com’ tactique : 97
    – SA2R (Surveillance/Acquisition/Renseignement/Reconnaissance) : 76

    Concernant le Jaguar, les mécanos vont commencer à apprendre avec des maquettes.
    https://mobile.twitter.com/ForcesOperation/status/1433709324711383046

    Pour finir, un lien pour les lier tous, avec un petit article sur les Hornet d’Arquus :
    https://www.forcesoperations.com/hornet-latout-darquus-pour-simposer-dans-le-segment-des-tourelleaux-teleoperes/

  7. SGT MORALES dit :

    POUR LA VERSION INFANTERIE UN TREUIL PAR SECTION ME PARAIT JUSTIFIE?ENCORE FAUT-IL FORMER LES CADRES AUX MANOEUVRES DE FORCE

  8. Savancosinus dit :

    les équipages et la troupe transportée doivent avoir de l’aisance, comparé au VAB, mais quel volume! il doit constituer une belle cible!

    • Plusdepognon dit :

      @ Savantcosinus
      Ils sont hauts contre la menace IED :
      https://blablachars.blogspot.com/2021/06/plus-lourd-plus-gros-plus-haut.html

      Avec des dimensions proches de celles d’un bus, la menace anti-chars est en effet renforcée…
      https://blablachars.blogspot.com/2021/06/des-nouvelles-du-rpg-7.html

      Sur un théâtre d’opération urbain, qui sera choisi par nos ennemis se rajoutent d’autres problématiques :
      https://eurasiaprospective.net/2019/12/30/guerre-urbaine/

    • Grosminet dit :

      @Tangente/

      Si les CAMIONS DE TRANSPORT DE TROUPES,blindés ou pas,en arrivent à constituer « de belles cibles »,c’est que le gros de la force (Leclerc et VBCI) DEVANT aura été éliminée ou pire,contournée…..Donc,autant dire qu’une telle situation serait le résultat de catastrophes précédentes

      • Sempre en Davant dit :

        Grosminet,
        Pour cette fois plusieurs désaccords avec vous.
        1) La boue. Souvent des pneus plus étroits et plus gonflés trouvent sous la surface de boue la couche dure. Ainsi une Diane 6 avec 5 joyeux vendangeurs passe sans avoir l’air d’y toucher pendant que le pagero pneus larges façon paris dakar éclabousse sur place. La pression au sol dur ça sert aussi. Pareil pour les pneus cloutés et des pneus de tracteurs agricole qui sont étroit pour trouver un appui et non large pour passer dessus.
        Le reste je vous l’accorde bien volontiers. Vive le gonflage dégonflage en roulant, à bas les roues jumelés etc.
        2) Le Beber est la merveilles des merveilles surtout pour la livraison des norvégiennes et de la tonne à eau.
        Mais dès avant le VAB les marsouins sur leurs marmon se plaquaient derrière les ridelles faute d’autre protection et les cavalos des escadrons des ECL, ou 11é Escadron formaient des « commandos motorisés et s’entraînaient à sauter hors du Berlier roulant avec les 89 les FLG et tutti quanti.
        Le VAB camionnette blindée est vite devenue le blindé des motorisés et des opex. Le 3 RIMA en été doté dans le golfe. En dépit de leur passion pour la cource a pied ils ont décrété qu’au lieu de l’arrêter à 300m du blockaus pour finir à pied il fonceraient jusqu’à ce que le nez de l’engin ferme la porte. Les tenus de sports étaient sans doute fripés dans les sacs. Les VBMR ils s’en serviront de même façon.
        3) vous me surprenez en semblant penser que la notion de front et d’arrière est de nouveau pertinente. Si les photos du Sahel montrent encore des 180 au millieu des convois c’est qu’il n’y a plus de front.
        Si l’Afghanistan s’est effondré si vite devant les talibans c’est qu’ils étaient déjà à l’arrière « comme un poisson dans l’eau » et que plus rien ni personne en aucun point n’était sur.
        L’expression de Mao nous ramène à l’Indochine et la tenue d’itinéraire nous a valu une fière maxime : « les plus cons dans le béton ». Ca faisait du monde mais pas assez. On s’est passé de route en égaillant des paras ici et là et quand il a fallut couper la route du seul pays ayant rejoint l’Union Française (notre Commonwealth wannabee) aux Sino-Viet ça à donné DBP. L’armée française dans la guerre d’Indochine est un très bon livre avec une remarquable contribution du Gal Bizard sur les chars dans la « cuvette » ou les viets attaquaient en montant.
        Même sans route ça c’est mal fini.
        Après l’interposition ONUsienne (à la C..!) les ONG et le droit d’ingérence (allez y les milouf j’ai une itw et un drink avec un sac de riz) et le nation building… on fait des patrouilles de police 2.0. Plus moyen de s’arrêter manger chez Mac Do où à la pizza : le Kebab est embeded dans le convoi de police. (oui là j’exagère!)
        4) La querelle Major Mamour vs Casimir à repris sous un autre camouflage.
        Sans changer de pseudo : les catastrophes précédentes n’ont pas assez fait comprendre la nécessité d’une stratégie permettant de livrer des batailles que l’on peut gagner et qui permettent d’atteindre le but politique qui justifie tout cela.
        Depuis l’invasion du Koweit, passant par la Yougo, le terrorisme et toutes les interventions de ces 30 dernières années avons nous réduit le nombre de trayeux de bouc et leur enragement à nous faire disparaître?
        Il me semble que l’ONU, l’Otan et l’€urope ont subi une complète déroute idéologique.
        C’est dans ce convoi là qu’il faudrait remettre de l’ordre.

  9. MERCATOR dit :

    Contrairement aux divagations des CEMA et autres hauts gradés qui prophétisent une « guerre de haute intensité « en centre Europe, celle ci n’aura pas lieu ou tout au moins ne dépassera le secteur des états baltes, de l’Ukraine et peut être au pire la Pologne. Notre force de dissuasion est notre meilleure assurance vie,il est clair que le programme Scorpion est destiné aux OPEX en zone Africaine de l’ouest et centrale, voire machrek , où ils n’auraient à affronter que des armes légères de petits et moyens calibres ou lourdes style KPV-14.5 et le blindage actuel est suffisant. En ce qui concerne les IED et autres RPG à charges tandem même les chars les plus lourds y sont vulnérables. On peut également penser que ce type de matériel pourrait être employé dans l’hexagone la Belgique et le Luxembourg lors d’une éventuelle « guerre des banlieues » et là le calibre de 40 mm télescopé est plus que suffisant .