Au Moyen-Orient, l’US Navy a lancé une force opérationnelle qui sera dotée de drones aériens et navals

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. T129 dit :

    Ils copient sur les Turcs.

    • Eric dit :

      Hilarant. Comme si les turcs avaient quoi que ce soit à apprendre aux américains en termes de guerre aéronavale…

    • Eurafale dit :

      Les turcs ne sont pas le centre du monde. Tout le monde fabrique ou développe des drones de surface ou sous-marins.

    • Durandal dit :

      Pas vraiment, par contre les Turcs comme les autres copies les Israéliens.
      Les Turcs ont, il est vrai démontré à quel point c’était efficace.

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Ils copient sur les Turcs. ]

      Vous êtes taquin de poster  » ça  » sur OPEX360™ ! ;0) Je pense amtha que certaines  » réactions  » ne vont tarder de fleurir !
      Effectivement la Turquie développe aussi ce concept comme beaucoup d’états d’ailleurs , n’en déplaise à certains intervenants … Bien sûr cela passera par la maîtrise de toutes les briques technologiques et leur fabrication locale . Il est ainsi très intéressant de comparer les architectures et les concepts .
      https://www.defensenews.com/unmanned/2021/07/26/aselsan-teams-up-with-local-shipyard-for-two-new-naval-drones/

      Maintenant sans avoir été une  » puissônze aéronavale « ™© , la Turquie héritière de l’Empire Ottoman joue – abuse même parfois – de l’héritage prestigieux de la flotte Ottomane . Celle-ci fut avec les  » navires huissiers  » des Croisés Européens l’une des premières marines au monde à maitriser le concept d’opération amphibie et ceci sur un espace qui s’tendait de la Mer Méditerranée à l’Océan Indien . L’innovation navale technologique n’est donc pas exclusivement contemporaine et Occidentale .
      Beaucoup de contributeurs de ce blog oublient que la seule évocation de la flotte Ottomane faisait  » pisser » – et même ch** – les monarchies Européennes dans leurs braies .
      Sauf peut-être les monarques Françaouis qui collaboraient …. ;0)

      • Félix GARCIA dit :

        « Beaucoup de contributeurs de ce blog oublient que la seule évocation de la flotte Ottomane faisait » pisser » – et même ch** – les monarchies Européennes dans leurs braies .
        Sauf peut-être les monarques Françaouis qui collaboraient …. ;0) »
        ^^
        Pas étonnant qu’on ait construit autant de place fortes, forteresses, châteaux-forts etc (ça me fait penser à ce que disait Caroll QUIGLEY sur les systèmes d’armes et la stabilité politique : vu que le chevalier ne pouvait pas vaincre un château, et que les châteaux ne pouvaient pas vaincre un chevalier, puis, vu le faible nombre de chacun d’entre eux, le Moyen-Âge a duré longtemps ! ^^) … quand on voit ce qu’on a pris dans la gueule de toutes parts pendant des siècles, plus toutes les fois où on s’est mis sur la gueule nous-mêmes.

    • Max dit :

      Pseudo: T129
      Le T129 Atack turc n’a t-il pas été développé sous transfert de technologie du A.129 International (ou AW-129 AgustaWestland SpA) ?

  2. Jo666 dit :

    En France on sera encore à la traîne…

    • Eurafale dit :

      C’est pour ça que plusieurs projets sont en cours d’expérimentation alors, et que plusieurs de nos entreprises sont reconnues à l’international.

    • Frédéric dit :

      On prépare déjà des navires autonomes pour la guerre des mines. Les britanniques, belges, néerlandais également prévoient également de remplacé leurs flottilles de chasseurs de mine par de tels bâtiments sans équipage.

    • Fred dit :

      La DGA attend ton CV.

  3. Thierry dit :

    Ce concept est déjà à l’oeuvre, ci-joint quelques infos supplémentaire :

    ———————————————————————-

    DUBAI, Émirats arabes unis – La 5e flotte de la marine américaine basée au Moyen-Orient a annoncé mercredi qu’elle lancerait un nouveau groupe de travail comprenant des drones aériens, à voile et sous-marins après des années d’attaques maritimes liées aux tensions persistantes avec l’Iran.

    Les responsables de la marine ont refusé d’identifier les systèmes qu’ils introduiraient depuis leur quartier général de la nation insulaire de Bahreïn dans le golfe Persique. Cependant, ils ont promis que les mois à venir verraient les drones étendre leurs capacités à travers une région de points d’étranglement cruciaux pour l’approvisionnement énergétique mondial et le transport maritime mondial.

    « Nous voulons mettre plus de systèmes dans le domaine maritime au-dessus, sur et au-dessous de la mer », a déclaré le vice-amiral Brad Cooper, qui dirige la 5e flotte. « Nous voulons plus d’yeux sur ce qui se passe là-bas. »

    La 5e flotte comprend le détroit crucial d’Ormuz, l’embouchure étroite du golfe Persique à travers laquelle 20 pour cent de tout le pétrole passe. Il s’étend également jusqu’à l’extrémité nord de la mer Rouge, près du canal de Suez, la voie navigable égyptienne reliant le Moyen-Orient à la Méditerranée et le détroit de Bab el-Mandeb au large du Yémen.

    Les systèmes utilisés par la nouvelle Task Force 59 de la 5e flotte comprendront certains de ceux qui participent à un test d’avril dirigé par la flotte du Pacifique de la Marine. Les drones utilisés dans cet exercice comprenaient des drones de surveillance aérienne ultra-endurance, les navires de surface sans pilote Sea Hawk et Sea Hunter, et des drones sous-marins plus petits qui ressemblent à des torpilles.

    La 5e flotte comprend des eaux peu profondes, des eaux salées et des températures estivales pouvant dépasser 113 degrés Fahrenheit avec une humidité élevée. Cela peut s’avérer difficile pour les navires avec équipage, sans parler de ceux qui naviguent à distance.

    « Je pense que cet environnement nous convient vraiment bien pour expérimenter et aller plus vite », a déclaré Cooper. « Et notre conviction est que si les nouveaux systèmes peuvent fonctionner ici, ils peuvent probablement fonctionner n’importe où ailleurs et peuvent les adapter à d’autres flottes. »

    Il représente également une région qui a connu une série d’attaques en mer ces dernières années. Au large du Yémen, des drones chargés de bombes et des mines mis à la dérive par les rebelles houthis du Yémen ont endommagé des navires au milieu de la guerre qui a duré des années dans ce pays. Près des Émirats arabes unis et du détroit d’Ormuz, des pétroliers ont été saisis par les forces iraniennes.
    etc;
    Source :
    https://www.defensenews.com/flashpoints/2021/09/08/us-navy-launches-mideast-drone-task-force-amid-iran-tensions/
    ————————————————————————

  4. farragut dit :

    Je vois bien des centaines de ces engins transformés en « bateaux de pêche » pour aller vérifier le droit international de libre circulation près des ilots annexés par les chinois en Mer de Chine méridionale.
    Equipés de systèmes de défense automatique, ces « engins de pêche » donneraient du fil à retordre aux Garde-Côtes chinois, si tous leurs voisins faisaient la même chose qu’eux ! 😉
    Mais je suppose que les Chinois les copieraient aussi sec !

    • AirTattoo dit :

      Ou des chiens pour Sous-marin. Plus de contrainte de temps, le dit drone colle au sous-marin comme un chien d’aveugle.

    • Max dit :

      Pas demain la veille les navires de pêche autonomes. Pour leur balancer du poisson pas frais ?
      La flotte de pêche chinoise qui joue un rôle stratégique en Mer de Chine ne pêche pas beaucoup.

  5. Filochard dit :

    la finalité des finalités n’est elle pas d’avoir des drones pilotés par des robots ? le keef les mecs, le pied intégral, quelle victoire sur tous les ennemis ! et nos drones détruirons leurs drones , sans pitié aucune… je bande rien que d’y penser.

  6. Jul dit :

    Putain ils ont les moyens les US, quand je voie tous c’est drone qui sont des bijoux mis en oeuvre dans une force opérationnel, je me dit que quand même ils ont de quoi faire de sacrée dégâts, surtout quo’on connais très bien le passé du MQ-9 et du MQ-4C (des bijoux)

    • GA dit :

      Jul, peux-tu te relire avant de cliquer sur « laisser un commentaire » stp ? Merci pour les lecteurs.

  7. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ Je vois bien des centaines de ces engins transformés en « bateaux de pêche » pour aller vérifier le droit international de libre circulation près des ilots annexés par les chinois en Mer de Chine méridionale ]

    Cela fait des années que les Pékinois offrent une prime de 40 000 euros ou 70 000 euros aux pêcheurs pour la capture de ces drones …. ;0)
    C’est même devenu un réel problème : Les pêcheurs se concentrent d’avantage sur la pêche aux drones plutôt qu’au poiscaille ! ;0)

    Cit : [ Mais je suppose que les Chinois les copieraient aussi sec !]

    Ils les copient depuis le premier drone capturé ! :0)))))))))))))))))))))))))

  8. Daniel BESSON dit :

    Cit : [ C’est même devenu un réel problème : Les pêcheurs se concentrent d’avantage sur la pêche aux drones plutôt qu’au poiscaille ! ;0)]

    https://www.bbc.com/news/world-asia-china-51130644

  9. Daniel BESSON dit :

    @Belzébuth
    La privatisation de la surveillance maritime est amtha inévitable . Se posera juste le pb de la confidentialité des données .
    Pour le circuit court il suffit effectivement d’octroyer des quotas de pêche et donc de pouvoir être indépendants dans ce domaine ! ;0)
    Il faut mettre des limites au terrorisme préservationniste des Khmers-verts et des Khmers-bleus .
    Mais vu les discours de Macron et de Michel à Marseille cela n’en prend pas le chemin …

  10. Diame dit :

    Les yankees ont compris que leurs navires qu’ils pensent être très sophistiqué ont montré leurs limites après les survoles humiliant fait par les drones Iraniens, les attaques contre les navires Israéliens sans que leurs pacotilles de destroyers ne puissent les défendre. Les Turcs n’ont rien innovés c’est tout simplement la 5eme flotte est malmenée par le CGRI et que il est urgent de trouver des solutions pour faire face à ce désastre.

  11. HMX dit :

    Cette expérimentation grandeur nature de l’US Navy préfigure l’avenir de la guerre navale. Des systèmes de drones navals autonomes, pilotés par IA, et travaillant en réseau pour traquer l’adversaire. Donc des systèmes qui n’auront plus grand chose à voir avec de simples bateaux « téléguidés ». L’intervention humaine, coordonnée depuis le sol ou depuis un navire « habité », sera limitée aux phases critiques de la mission, notamment un éventuel ordre d’ouverture du feu.

    Dans le cas d’une force navale, on imagine aisément l’apport de tels drones, qui agiront comme une toile d’araignée autour des unités à protéger, permettant la détection précoce d’une éventuelle attaque adverse, et/ou de frapper en laissant les navires à distance de sécurité.

    Appliqué à la flotte française, on pourrait imaginer des drones (gamme de 500 à 1000 tonnes, pour disposer d’une tenue à la mer et d’une autonomie suffisante pour accompagner le PA et les frégates ) portant des capteurs actifs et/ou passifs, ainsi que des VLS. Ces drones serviraient d’escorte à nos bâtiments, permettant d’étendre considérablement la couverture radar et sonar sans exposer inutilement nos navires, tout en apportant une puissance de feu qui fait actuellement défaut à nos unités de surface (SCALP, Aster, torpilles, et demain le futur missile issu du programme FMAN/FMC).