Les États-Unis pourraient accroître leur présence militaire en Grèce pour surveiller les accès à la mer Noire

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. Thaurac dit :

    Je le demandais il y a longtemps, et la france devrait en profiter aussi c’est l’économie d’un porte avions en méditerranée..
    Les dents de M.Erdogan vont grincer, contrôle des Dardanelles et de suez…

  2. Durandal dit :

    C’est très bien maintenant déplacé vos nukes de la Turquie vers la Grèce.
    Et bon courage pour les récupérer, j’espère sincèrement que vous avez été malin et que ces bombes sont fictives…

    • Joe dit :

      Même non fictives, sans les codes elles ne servent à rien. Et pour les voler, la Turquie devra entrer en guerre avec les US.
      Erdogan est un dictateur plus ou moins feutré mais il a toujours reculé lorsque ces tentatives d’intimidations ont échouées… alors affronter directement les US pour des armes inutilisables, c’est non.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Même non fictives, sans les codes elles ne servent à rien. Et pour les voler, la Turquie devra entrer en guerre avec les US. » Il n’est pas impossible que les techniciens U.S. en charge de la maintenance des B61 aient déjà « inactivé » lesdites bombes en retirant le cœur fissile et que ces derniers aient été « exfiltré » par des navettes logistiques « lambda »!

    • Too dit :

      Si il évacuent Incirlik comme ils ont évacué Bagram, le sultan risque d’être surpris.
      .
      Mais je ne doute pas qu’un Russe viendra y poser rapidement ses valises si ca se produisait

    • Maxime dit :

      Vous pensez sincèrement que la Turquie a les moyens d’empêcher les USA de reprendre leurs propres armes nucléaires ?
      Si d’aventure le sultan d’opérette essayait les USA lui balancerai tous ce qu’ils ont de peur que ces bombes arrivent dans les mains russes ou chinoises pour une analyse de technologie.

      • Plouc putatif dit :

        « Sultan d’opérette » !
        Je n’ai aucune tendance à défendre Erdogan mais je m’étonne d’une telle locution qui rappelle les heures les plus clinquantes du maoïste.
        Quelques millions de morts plus tard (les Cent fleurs, la Révolution culturelle, tout ça) l’on trouve encore quelqu’un pour utiliser ce langage ringard.
        C’est sidérant.

  3. Thierry dit :

    Un nouveau centre de jeux de guerre pour accélérer les livraisons d’armes aux Marines américains

    WASHINGTON – Le Corps des Marines des États-Unis, chargé d’accélérer ses efforts de modernisation des forces, a lancé la série d’exercices de technologie navale avancée pour mettre des prototypes technologiques prometteurs entre les mains des Marines pour un retour et un apprentissage rapides.

    Maintenant, le Corps planifie sa prochaine étape : un centre de jeux de guerre unique en son genre qui permettra au service d’exécuter des scénarios à plusieurs reprises, en peaufinant à chaque fois les concepts, les tactiques et les technologies pour guider la décision du Corps sur la conception de la force 2030. -processus de fabrication à un rythme rapide.

    Le Marine Corps Wargaming and Analysis Center donnera au service cette capacité d’apprentissage rapide, a déclaré Scott Lacy, chef d’état-major du Marine Corps Warfighting Lab, qui supervisera les opérations du centre.

    « C’est bénéfique car cela nous permet d’accélérer ce que nous appelons la campagne d’apprentissage, qui consiste à identifier un concept ; jeu de guerre ce concept; prendre finalement ce résultat et en faire une expérimentation en direct, virtuelle ou constructive ; et également identifier où les nouvelles technologies à l’horizon peuvent s’intégrer dans ce processus, puis finalement cela se transforme en exigences, qui se transforment idéalement en acquisitions », a déclaré Lacy à Defense News le 27 août. « Et donc si vous pouvez accélérer ce processus de campagne d’apprentissage et de construire un corpus très riche de travaux analytiques qui sous-tendent ces décisions, c’est vraiment précieux pour l’institution.

    Les Marines ont innové au centre en mai. La construction devrait être achevée en 2023, le centre ouvrant en 2024 et atteignant sa pleine capacité en 2025, selon un communiqué de presse.

    « Nous ne sommes actuellement pas habités, formés ou équipés pour un adversaire équivalent dans cet environnement opérationnel, et nous devons au pays de nous mettre dans un meilleur endroit », a déclaré Lacy. « Tout ce que nous pouvons faire pour accélérer le processus de changement de la bonne manière, cela nous met dans une meilleure position pour rivaliser avec un adversaire équivalent parce que cet adversaire ne ralentit pas, cet adversaire adorerait si nous continuons à fonctionner aussi lentement que possible. »

    Que peuvent faire les Marines au centre ?

    Le centre de 100 000 pieds carrés à Quantico, en Virginie, transformera les jeux de guerre militaires d’un exercice sur table à une expérience immersive dans un environnement simulé.

    L’intelligence du monde réel informera l’environnement de fond dans les jeux de guerre. Des experts scientifiques et technologiques contribueront à façonner les outils que les adversaires emploient dans les scénarios modernes et futuristes. Des graphismes sophistiqués et une technologie de modélisation aideront les joueurs à voir clairement les défis auxquels ils sont confrontés et à reconnaître comment de nouveaux concepts, tactiques et armes se comporteraient dans une bataille potentielle.

    La mission principale du centre sera le développement des capacités, a déclaré Lacy, notant que l’installation sera suffisamment grande pour accueillir des jeux de guerre impliquant des centaines de participants et pour exécuter simultanément plusieurs scénarios différents.

    « Là où nous avons quelque chose comme Force Design [2030], où nous avons une vision très concrète de la voie à suivre qui nécessite des détails supplémentaires, c’est le centre qui nous aidera à obtenir ces détails plus rapidement et à comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas » dans le jeu de guerre, puis utiliser ces informations pour concevoir des expériences en direct, a déclaré Lacy.

    Le centre contribuera à façonner l’apparence du service en 2030, mais restera pertinent à l’avenir pour garantir que la force reste en avance sur les menaces en constante évolution.

    « L’analyse qui résulte de ce processus et les décisions qui sont étayées par cette analyse feront partie des décisions institutionnelles sur les ressources et les décisions sur [la] voie à suivre », a ajouté Lacy. «Et comme le commandant l’a décrit à plusieurs reprises, cela est susceptible d’être contre un adversaire équivalent et une menace de stimulation de mouvement / contre-mouvement. Et nous devons donc être en mesure d’identifier rapidement le moment où l’adversaire a créé un contre-mouvement qui a un impact sur nos plans, puis de trouver notre contre-attaque – et cela accélérera vraiment ce processus.

    Le centre aidera également à répondre aux questions sur la taille de la force et l’équipement nécessaires pour que le Corps réussisse dans divers environnements – et il aidera ensuite le service à remettre continuellement en question ces réponses pour s’assurer qu’elles tiennent dans les scénarios modernes.

    « La possibilité de réexécuter différents plans d’action à la vitesse de la machine – vous savez, plusieurs fois – vous permet d’obtenir un ensemble de données impossible à reproduire maintenant » avec des jeux de guerre sur table et des expérimentations en direct, a déclaré Lacy.

    Compte tenu de la capacité du centre, a-t-il ajouté, il y aura des opportunités d’effectuer une planification opérationnelle pour des missions telles que le réapprovisionnement d’une force désagrégée dans un environnement contesté, ou la saisie d’une île ou d’une piste d’atterrissage particulière.

    Comment l’industrie en profite-t-elle?

    Le centre est destiné à aider le Marine Corps ainsi que ses partenaires interinstitutions et interarmées à se concentrer sur la préparation des opérations futures. Mais les avantages pourraient s’étendre au processus d’acquisition et à l’industrie, offrant aux entreprises des exigences plus rapides et plus claires pour combler les lacunes de capacités émergentes, a déclaré Lacy.

    Tout comme la série Advanced Naval Technology Exercise, ou ANTX, avant elle, l’installation de jeux de guerre pourrait offrir aux petites entreprises un nouveau moyen de transmettre leurs idées au Marine Corps sans avoir besoin d’une capacité de fabrication à part entière.

    Lorsque la Marine et le Corps des Marines ont lancé ANTX en 2017, les entreprises, grandes et petites, traditionnelles et non traditionnelles, ont été encouragées à apporter des prototypes sur la plage pour une démonstration de manœuvre navire-terre. Les marines et les marins testeraient les prototypes dans quelque chose qui s’apparentait à un véritable environnement contesté, puis fourniraient des commentaires aux décideurs de l’industrie et des services.

    « L’une des raisons pour lesquelles ils sont très similaires est le sens de fournir des commentaires très utiles et détaillés à l’institution, au Corps des Marines », a déclaré Lacy, ajoutant que le centre de jeux de guerre ferait dans un environnement simulé ce que l’ANTX a fait dans un environnement vivant.

    Il a également déclaré que la barrière à l’entrée pour l’industrie pourrait être plus faible avec le centre des jeux de guerre.

    « Si une entreprise de l’industrie propose une solution potentielle et … cela ressemble à quelque chose que nous voulons examiner plus avant, alors nous travaillerons via le processus actuel que nous avons pour saisir les idées de l’industrie et trouver comment transformer cela en une représentation dans un jeu de guerre. Et cela nous aiderait à déterminer si les capacités décrites … nous déplaceraient dans la direction que nous voulons », a déclaré Lacy.

    Lacy a déclaré que le laboratoire de combat n’a pas déterminé à quel point une technologie doit être entièrement conçue avant de pouvoir être utilisée dans un jeu de guerre, mais éviter de fabriquer un prototype serait une victoire pour les petites entreprises qui tentent de présenter des idées.

    En attendant, a-t-il déclaré, l’industrie devrait continuer à s’engager avec le Corps des Marines par le biais de notes de planification avancées à l’industrie pour rester au courant des besoins d’acquisition pour soutenir Force Design 2030. Le centre, a-t-il ajouté, ne fera qu’accélérer le rythme auquel le Corps peut envoyer des exigences à l’industrie pour le développement et l’acquisition.

    « Je pense que ce que nous leur demanderons à l’avenir est très similaire à ce que nous leur demandons maintenant. Mais nous serons capables d’aller plus vite, je crois, pour régler ces problèmes [sur lesquels] nous demandons leur aide », a déclaré Lacy.

    Pourquoi un nouveau centre de jeux de guerre est-il nécessaire ?

    Le Marine Corps Wargaming and Analysis Center a été officiellement créé en 2017 par le commandant général de l’époque, Robert Neller, mais l’idée et les premiers travaux de planification remontent à 2015. Le lieutenant-général à la retraite Robert Walsh, qui a été commandant adjoint de le développement et l’intégration du combat de 2015 à 2018, a déclaré à Defence News qu’il devenait clair que le Corps avait besoin d’un moyen de s’éloigner de l’optimisation pour les guerres terrestres et de se préparer à la guerre navale contre un adversaire avancé comme la Chine ou la Russie.

    « Nous avons vu qu’il allait falloir beaucoup d’innovation pour nous orienter dans une nouvelle direction parce que nous n’avions certainement aucune des bonnes idées, et il n’y avait pas de plan sur la façon de le faire », a-t-il déclaré dans un communiqué du mois d’août. 30 entretien.

    Walsh et d’autres dirigeants de l’époque considéraient le Marine Corps Warfighting Lab comme le lien entre le « processus de développement du combat avec l’environnement opérationnel ». Ils ont contacté d’anciens dirigeants comme l’ancien commandant général Charles Krulak, qui a aidé à mettre sur pied le laboratoire en 1995.

    Walsh et son équipe ont redynamisé le laboratoire et l’ont réorienté pour faire face à la menace des adversaires de force équivalente. ANTX et le Marine Corps Wargaming and Analysis Center étaient destinés à renforcer des parties distinctes du laboratoire pour soutenir l’innovation et l’apprentissage rapide.

    Une division d’expérimentation et une division scientifique et technologique ont été aidées par la création d’ANTX en 2017, avec un format de démonstration qui leur a permis d’apprendre beaucoup dans une boucle de rétroaction étroite entre les concepteurs, les combattants et l’industrie.

    Le Marine Corps Wargaming and Analysis Center était l’idée comparable de la division des jeux de guerre, qui existait déjà pour mener des jeux de guerre remplissant les obligations du titre 10 – les rôles de chaque service – et pour participer à des jeux de guerre interarmées, interagences et multinationaux. événements.

    Bien que la division des jeux de guerre ait effectué un travail important, « nous fonctionnions toujours bien en retard par rapport à ce que vous pouviez faire avec la technologie disponible aujourd’hui en ce qui concerne les jeux de guerre, l’analyse, la modélisation et la simulation », a déclaré Walsh. . Lorsqu’il a informé les dirigeants du Marine Corps et du Pentagone de ses recommandations concernant de nouveaux équipements pour moderniser la force, ou s’est rendu au Congrès pour demander un financement, il a déclaré qu’il disposait d’une analyse des jeux de table, mais qu’il estimait que cela n’était pas une justification idéale.

    « Le Wargaming and Analysis Center renforcerait la division des jeux de guerre du laboratoire de guerre pour obtenir plus d’analyses. dont ils ont besoin, ce sont les capacités dont ils ont besoin, c’est le programme d’enregistrement dont nous avons besoin », vous auriez l’analyse derrière cela que vous pourriez rester là et les gens vont : « OK, nous pouvons adhérer à cela, c’est logique, et nous vous soutiendrons.’ »

    Walsh a déclaré que les événements ANTX initiaux avaient eu des effets démontrables sur Force Design 2030 et l’acquisition du Corps des Marines, avec les idées d’un navire de surface sans pilote à longue portée et de véhicules terrestres sans pilote capables de lancer des armes datant des séries 2017, 2018 et 2019.

    La série ANTX se poursuivra, et Walsh a déclaré qu’il espère que le centre de jeux de guerre dans quelques années bouclera la boucle du processus de conception de la force, convainquant le Pentagone et le Congrès que le Corps a la rigueur analytique derrière les demandes de financement pour de nouveaux programmes, plutôt que simplement histoires de réussite anecdotiques de Marines expérimentant sur le terrain.

    « Quand quelqu’un comme [le commandant général David] Berger intervient et dit : « Voici les directives de planification de mon commandant, voici Force Design 2030 ; maintenant, j’ai besoin de ces nouvelles capacités, qu’il s’agisse de missiles antinavires basés au sol, de capteurs à longue portée, de [drones MQ-9] », – quoi que ce soit – il est capable de s’asseoir là maintenant et de montrer l’analyse qui se cache derrière cela peut aider à justifier comment nous sommes arrivés là où ils sont », a déclaré Walsh.

    «Donc, d’une manière très innovante, cela permet au Marine Corps de passer du concept au prototypage rapide beaucoup plus rapidement, car ils sont capables de mettre un point beaucoup plus fin sur des choses où les gens reconnaîtront vraiment le travail acharné qui a été fait. Et quand ils le contesteront – ils le contesteront – et [then], espérons-le, dans la plupart des cas, [ils] seront capables d’accepter le travail qui a été fait derrière, au lieu de le remettre en question et de dire : « Hé, c’est trop subjectif, nous n’avons pas assez de détails ici.
    source :
    https://www.defensenews.com/training-sim/2021/09/07/new-war-gaming-center-to-speed-up-weapon-deliveries-to-us-marines/
    _____________________________________________________________________________

    Oubliez les FPS et autres jeux vidéos en ligne basé sur le réflexe et la rapidité qui sont l’équivalent d’un jouet pour les enfants et passez à la réflexion tactique et stratégique d’une véritable simulation militaire qui correspond en tout point à celle vécu sur le terrain par les troupes !

    Et on le voit ici il s’agit de combiner l’analyse informatique au jeu sur table avec modèles réduits et figurines pour reproduire tous les scénarios possible et anticiper la réaction de l’adversaire.

    En vérité ce n »‘est pas nouveau et déjà utilisé durant la seconde guerre mondiale aussi bien par les Allemands que les Américains avec de beaux succès militaire à la clé.

    en ce qui me concerne, à plus de 50 balais je l’ai pratiqué toute ma vie et me considère imbattable sur le sujet, je ne peut que me réjouir de ce centre des Marines, et aussi regretter que cela n’existe pas en France, car voilà bien quelque chose qui ne coûte pas cher à mettre en place mais rapporte immensément en terme militaire, à former de futures pointures et grand stratèges et ça ne serait pas un luxe au vu de notre passif historique !

    • Naledi dit :

      Hors sujet non !? C’est quoi se gros pavé qui s’impose aux autres contributeurs et aux lecteurs ? Le lien suffirait… Merci

      • Naledi dit :

        « ce »

        • Paddybus dit :

          Ca fait longtemps que ce troll procède ainsi…. le mieux étant de sauter le long paragraphe re-sucé dans la propagande ricano-mondialiste… :0)))

          • Robert dit :

            Je me tais, je fais aussi preuve d’incontinence verbale plus souvent qu’à mon tour.
            Par contre, sans vouloir être désagréable, ne m’appelez pas troll, mais korrigan ou à la rigueur leipreachán.
            Je ne sais pas ce que deviens Scope Wizard, j’espère que sa santé est bonne?

          • Paddybus dit :

            Cher Robert, quand la prose est intéressante, et apporte des arguments recevables ou empreinte de réalisme et d’une certaine dose de nationalisme Français… elle est bienvenue et ne peut être taxée de trollisme…
            Seulement, ici certains sont les hussards d’idéologies ennemies et destructrice de notre nation… avec de plus des arguments douteux pour qui est à minima informé…
            Dans tous les cas, avec des référence Irlandaises… vous serez toujours bienvenu…!!!! ;0)))

          • Paddybus dit :

            Pour Scope Wizard, plus de son plus d’image depuis sa sortie de crise majeure… j’espère qu’il se rétabli au calme, et qu’il nous reviendra avec une santé rétablie…

        • Robert dit :

          Je ne me réclame pas du nationalisme qui est issu de la révolution et d’un certain idéalisme.
          L’idéalisation de la nation a conduit aux massacres entre européens et affaibli notre pays.
          Je suis patriote, mais pas simili-mondialiste et surtout pas cosmopolite.
          Celui qui aime sa patrie respecte celle des autres.
          Vous voulez parler de ça?
          Ne me tentez pas trop, je suis un vrai fan.
          https://www.youtube.com/watch?v=LSU–W60Xm8
          https://www.youtube.com/watch?v=wZ6BOVU2Cz8

    • Clavier dit :

      Qu’est-ce que ça vient foutre ici ta loghorée….?

    • Piliph dit :

      @Thierry : ouais, bon, toute cette énorme machine à gaz, pour démontrer que des Marines occupant une ile du Pacifique ont besoin de « missiles antinavires basés au sol, de drones et de capteurs à longue portée »… je trouve le résultat un peu dérisoire. La moitié d’entre nous ici – au moins – pourrait parvenir aux mêmes recommandations, pour bien moins cher. Qu’est ce qui m’a échappé?

      • Thierry dit :

        Cela vous a glissé entre les doigts comme une poignée de sable.

        leur boulot c’est d’établir tous les scénarios d’invasion potentiel, comme l’invasion de Taïwan ou même de la Grèce par exemple, de prévoir toutes les stratégies adverse possible et à chacune d’elle donner une réponse pour la contrer efficacement.

        Il s’agit également d’évaluer tous les matériels et d’anticiper leur comportement face aux matériels adverse, déterminer la doctrine d’emplois de chaque système d’arme pour voir dans quel contexte ils sont d’utilisation optimum ou minimum.

        Sans oublier l’emploi des troupes afin d’anticiper les besoins spéciaux face aux difficultés auquel ils seront confrontés (engins spéciaux, etc)

        Prévoir l’imprévisible comme la météo ou le terrain changeant, etc.

        Tout cela est d’une complexité infini si on rentre dans tous les détails mais c’est tout à fait essentiel, il s’agit d’anticiper pour gagner, toujours avoir un coup d’avance sur l’adversaire qui sera acculé à se défendre plutôt qu’à attaquer.

        • Alexandre dit :

          @propagandiste très lourd,

          Vous essayez de nous expliquer que les outils de simulation tactiques et stratégiques seraient une nouveauté Américaine ?
          De l’Australie à la France en passant par l’Inde et le Pakistan, toutes les marines utilisent ce genre d’outils depuis des décénies.
          Et les Américains le font évidemment depuis « toujours », pondre un pavé pour nous expliquer que c’est l’avenir, comment vous dire , c’est pas d’une guerre que vous etes en retard….
          Sinon vous n' »etes pas obligé de venir nous traduire toutes les pubs faites par des bureaux pour obtenir des financements (puisque c’est de cela qu’il s’agit).

          • Thierry dit :

            C’est faux, le wargame n’est utilisé que par un « happy few », un noyau de quelques pays et la France ne le pratique pas du tout, la Russie se contente de jouer aux échecs faute de budget et dans d’autres pays les écoles d’officiers se contente de leur apprendre la tactique des batailles historique jusqu’à l’antiquité (ce qui est utile mais insuffisant) sans pratiquer toutefois la moindre simulation de conflit contemporain.

            quand à vous, vous ne semblez pas avoir dépassé le stade du jeu de l’oie avec vos couacs de canard à l’orange.

      • Pascal (l'autre) dit :

        Thierry jaiunavis expert en …………………… cuisine! Un jaune d’œuf, 1 pointe à couteau de moutarde et une cuillère à café d’huile et il nous sort un pot de 10 litres de mayo! Quel talent!
        Sinon heureusement qu’il y a la barre de défilement rapide!

        • Robert dit :

          Mon capitaine à l’armée disait « on lui mettrais deux olives entre les fesses, il en sortirait un litre d’huile.  »
          Il parlait du soldat qui a la trouille, humour militaire!

  4. Max dit :

    La stratégie d’encerclement d’Erdogan des zones d’influence européennes dont françaises ne s’arrêtera pas avec cette position américaine.
    L’autocrate rêve d’un front commun contre la civilisation judéo-chrétienne.
    Quand la religion est utilisée pour les plus vils desseins : Pouvoir, argent.
    Les alliés de la guerre froide de confession musulmane se radicalisent !

    Avant la fin de cette décennie nous ferons face à la mère des guerres.

    • lxm dit :

      D’ailleurs qui parle de la base navale turque.. en albanie ? base pour de sous-marins, mais pourquoi donc à cet endroit ?
      La turquie remets d’ailleurs en cause les puissances nucléaires actuelles, dont elle dit que l’arme doit être interdite pour tous ou autorisée pour tout le monde. La turquie est en phase expansionniste, maintenant tout le monde l’a bien compris, elle veut le monde, rien que cela, faudra qu’elle partage avec XI qui le veut aussi. Il y aura forcément une alliance conjoncturelle entre tous les pays expansionnistes, turquie, iran, russie, chine et d’autres, qui vont affronter une alliance de pays « tranquillisés ». C’est comme l’extrême droite en europe, de temps à autre tous ces partis tentent de fusionner au parlement européen, cela ne dure que très peu de temps, avant d’éclater, à cause de leurs contradictions internes; leur but est toujours de contrebalancer les alliances des partis trop laxistes, complexes, centristes, consensuels. En physique on parlerait d’énergie contre la masse. Et toute notre évolution est de réduire cette séparation entre celui qui ne fait qu’agir s’agiter et celui qui ne fait que regarder rester immobile, pour atteindre cette symbiose comportementale de correctement comprendre ce qui se passe pour agir en conséquence, sans excès, juste ce qu’il faut. Ce qui se passe au niveau physique, ou d’un être vivant continue à être vrai à n’importe quelle échelle de taille de groupe.

      Se rappeler que A.H. ne pensait pas à une guerre contre l’ouest, il pensait prendre la pologne sans réaction, comme pour les sudètes et encore avant l’anschluss et encore avant la rhénanie. Mais c’est le propre des dictateurs, comme ils ne partent pas, ils prennent confiance en eux, pensent les autres « faibles »( au lieu de tolérants) et tentent de croitre continuellement en usant les pays voisins pour les faire céder jusqu’à ce qu’ils jugent mal la situation, parce que tous les autres en ont marre.
      En matière de séduction, un homme peut agresser sans arrêt une femme en pensant qu’elle va statistiquement accepter sous la pluie de proposition, et céder, mais s’il va trop loin cette dernière va parler à ses copines et il sera ban du groupe. En publicité, l’entreprise va chercher un max de plate-formes et de créneaux horaires pour être certain que vous soyez atteint, et que la quantité vous fera statistiquement acheter en guise de réponse au stimuli.

      Bref, notre monde moderne génère des comportements de dictateurs en série mais les dispatche dans autant de domaines d’activités qu’on peut en inventer, c’est la force de l’imagination. Vous pouvez être dictateur et vouloir dominer le monde en étant réalisateur de film ou simplement en ayant la plus grande collection au monde de grenouilles. 10000 métiers, 10000 empereurs. Mais derrière tout ceci, si le rêve s’effondre sous l’économie qui l’entretient, et le réveil arrive, que fera t-on d’autant d’agressivité accumulée ? ça, c’est cela qui fait peur, on a stimulé nos pulsions agressives au lieu de tempérance.

      • Lothringer dit :

        « La turquie est en phase expansionniste, maintenant tout le monde l’a bien compris, elle veut le monde, rien que cela, faudra qu’elle partage avec XI qui le veut aussi.  »

        Je crois qu’il y a un épisode de James Bond qui s’intitule « Le monde ne suffit pas ».
        (C’est celui avec la belle Sophie Marceau, je crois ?)

        OK, je sors.

  5. HMX dit :

    Comme évoqué dans les (nombreux !) posts relatifs aux actions de la Turquie en Libye et Méditerranée orientale, nous aurions également tout intérêt à « prendre position » dans ce secteur. L’ouverture d’une base aéronavale française en Grèce (par exemple en Crète) ou à Chypre serait un message fort adressé aux acteurs régionaux, en premier lieu la Turquie, mais aussi la Russie ou la Syrie. Nul doute qu’une telle nouvelle serait accueillie très positivement en Grèce, qui se sent un peu seule face à la Turquie et la mollesse des « soutiens » américains ou de l’UE lors des récentes crises. Un partage du financement de la base pourrait même certainement être évoqué, dans le cadre d’accords de défense.
    Une telle base, en dehors de sa fonction « diplomatique », serait également appelée à constituer un relais de premier ordre pour toutes nos opérations en Méditerranée, dans le Golfe ou l’océan indien.

    Sincèrement, on peine à trouver des points négatifs à l’idée d’une telle base… espérons que l’idée soit reprise par le futur PR élu en 2022, à supposer qu’il souhaite « marquer le coup » à l’international…

    • Naledi dit :

      Qui va payer pour cette base permanente ? La France seule ? Oui au soutien de la Grèce mais ponctuel. Ou plus solidaire, vente de matériel militaire à prix coûtant par exemple. Plus assistance et transfert de connaissances pour du MRO. Dixit le proverbe « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher… » ça c’est la solidarité européenne. Alors qu’on critique la nature hégémonique de l’Allemagne on fait pas mieux.
      Et puis au fond ce soit disant pétrole ou gaz dans les eaux méditerranéenne que ce qu’on attend pour l’exploiter ? Mieux qu’une base militaire !

      • HMX dit :

        La question du paiement me semble presque secondaire au regard de l’intérêt stratégique d’une telle base, mais si le sujet vous intéresse, il y a en effet plusieurs options :

        – Création ex nihilo d’une base franco-française sur un site concédé pour une longue durée par la Grèce (ou par Chypre) : option la plus coûteuse et la plus longue à mettre en place.
        – Intégration de la base française sur une base grecque déjà existante, même si cela nécessite des travaux d’agrandissement ou d’aménagement : ce serait de loin l’option la plus réaliste, en termes de coûts comme de délais. C’est exactement ce qu’envisagent de faire les américains avec la base navale grecque de Souda.
        – 3ème hypothèse, juste pour rire : créer la base non pas dans un cadre franco-français, mais dans le cadre de l’UE, donc avec un financement européen, et des forces européennes venues défendre les frontières de l’UE : totalement irréaliste à ce jour, mais il est permis de rêver qu’un jour l’UE prendra son destin en main. Blague à part, la France et la Grèce pourraient néanmoins tenter d’obtenir des financements européens dans le cadre de la PESC (Politique Etrangère et de Sécurité Commune).

        • Albatros dit :

          Le financement par la PESC d une base européenne avec prépondérance franco grecque est une idée interessante.

          • Lothringer dit :

            PESC : délai de négociation ? (avec notre chère Présidente de la Commission Von der Leyen, ancienne ministre de la défense allemande, qui aura laissé le souvenir dans son pays d’une ministre totalement concentrée sur…le dessin d’un uniforme militaire féminin).
            Quand les négociations auront abouti, je pense que la 3eGM sera déjà terminée.

            Et puis aux yeux de ces gens dans « franco-grecque » il y a 2 gros mots qui justifieront la congélation des négociations :
            – franco (je ne parle pas du dictateur espagnol), çà fait trop militaire napoléonien.
            – grec : çà fait trop ruineux, couteux, dispendieux aux yeux des allemands

            Donc, oui, c’est une très bonne idée, mais qui a peu de chances d’aboutir…malheureusement.
            Sauf si…on prononce devant Mme Von der Leyen un autre gros mot, qui pourrait faire l’effet d’un chiffon rouge : « sofagate ».

        • Alexandre dit :

           » les discussions portent sur la possibilité qui serait donnée aux forces américaines d’utiliser d’autres bases grecques, dont celles situées à Evros et à Xanthi.  »

          Voilà, c’est tout, il n’est absolument pas question de l’ouverture d’une nouvelle base Américaine.

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Et puis au fond ce soit disant pétrole ou gaz dans les eaux méditerranéenne que ce qu’on attend pour l’exploiter ? Mieux qu’une base militaire ! » Disons que la présence d’une base militaire permet d’exploiter un gisement plus …………….sereinement!

    • Électeur dit :

      @HMX
      « Tout intérêt », non.
      Au contraire nous avons intérêt à ne pas nous impliquer dans les éternels conflits de la Méditerranée orientale parce que l’incompétence crasse de notre personnel politique en relations internationales y serait rapidement flagrante.

      • HMX dit :

        Vous proposez donc qu’on reste chez nous, et qu’on ne prenne aucune initiative. Laissons la Méditerranée orientale aux turcs, puisqu’ils ont l’air de savoir ce qu’ils font ? laissons les grecs se débrouiller ? Ne nous occupons pas de ce qui se passe en Libye ? Fermons nos bases à l’étranger et rentrons chez nous ? Pas sûr que cette stratégie « ligne Maginot » soit un bon calcul. Et dommage que vous n’ayez pas davantage d’ambition pour votre pays…

        • Électeur dit :

          Laissons la Méditerranée orientale aux riverains de la Méditerranée orientale.
          La France est une puissance régionale sur tous les océans du monde mais n’est pas concernée par la Méditerranée orientale où elle n’a aucun territoire, aucun de ses citoyens, aucun intérêt.
          .
          Occupons-nous du monde, car c’est notre place.
          Et désintéressons-nous de la petite Méditerranée orientale et de ses éternelles querelles.

    • Maxime dit :

      La Grèce est satisfaite de la position française, qui a été bien seule a condamner fermement l’attitude de la Turquie, d’ailleurs ça s’est soldé par l’achat de 18 Rafales et une intention déclarée pour des appareils supplémentaires (la Grèce s’était publiquement positionner pour l’achat des appareils proposés à la Croatie si jamais celle-ci choisissait le F-16).
      Quand à la base à Chypre ou en Grèce oui ce serait bien mais à Chypre avec les 2 bases britanniques déjà existantes ce serait l’embouteillage, et en Grèce une base de ce genre coûte très chère pour construire ou mettre les infrastructures existantes aux normes françaises et les accords entre états sont complexes (utilisation de l’espace aérien, statut de la base aérienne etc.) Bref un projet de ce type prend des années et des années à se mettre en place

      • HMX dit :

        Un tel projet peut en effet prendre des années et coûter très cher si on part de zéro et qu’il faut créer toutes les infrastructures. Ce qui est donc peu réaliste. Par contre, si vous choisissez d’accoler la future base à une base militaire existante (et ça tombe bien, il y en a plusieurs dans la région…), le projet devient immédiatement plus réaliste en termes de coût et de calendrier…
        Relisez l’article : c’est exactement ce qu’envisagent de faire les américains en Grèce. Et c’est exactement ce que nous pourrions faire…

    • albatros dit :

      Nous avons déjà accès à une base aérienne en Jordanie et aux bases grecques (dans le cadre de l’OTAn mais aussi d’accords nationaux)
      et surtout disposons d’une autre base elle complète aux EAU (http://www.opex360.com/2009/05/26/inauguration-officielle-de-la-base-francaise-a-abu-dhabi/). C’est déjà pas mal pour avoir un pied à terre dans la grande Région du Proche et Moyen Orent…

      • Lothringer dit :

        La Jordanie n’a pas d’accès à la mer Méditerranée. Donc la jonction directe France-Jordanie par nos avions militaires doit obligatoirement survoler des pays à qui on demanderait une autorisation de passage (au hasard…Israël). Ou alors faire un gigantesque détour pour entrer en Jordanie en survolant le Golfe d’Aqaba, en survolant préalablement l’Égypte. Donc notre base en Jordanie n’est pas forcément idéale pour intervenir en MedOr.

    • Alexandre dit :

      N’importe quel coin de la méditéranée est atteignable par les rafales en bien moins d’une heure, et en plus quels navires voulez vous y stationner ? Et si vraiment nous en avions besoin, les bases Grecques et Chypriotes nous acceuilleraient sans aucun problèmes. Si cet argent était disponible, l’achat de quelques frégates et la formation des équipages me paraitrait bien plus utile.

  6. Eugene123 dit :

    Amusant… Est-ce que les USA commenceraient à se méfier de ce bel allié historique qu’est la Turquie?

  7. Patrickov dit :

    il suffirait que les talibans débarquent en Grèce pour que les américains prennent la poudre d’escampette ainsi que tout l’OTAN

    • Pravda dit :

      Tout l’Otan? Même la légendaire deuxième puissance de l’organisation et ses invincibles drones de 12ème génération ?

      • Pascal (l'autre) dit :

        « Tout l’Otan? Même la légendaire deuxième puissance de l’organisation et ses invincibles drones de 12ème génération ? Peut être ignore-t-il que la Turquie fait (encore) partie de l’OT.A.N.! Maintenant il ne fait pas trop lui en demander non plus, à part Ankara et Moscou…………………

        • Patrickov dit :

          Pravda quand certains prennent la fuite en 2013 laissant les américains et leurs alliés en Afghanistan, il faut reconnaître que nos amis turcs sont les derniers à avoir quitter l’Afghanistan en août 2021, d’autres sont parti la queue entre les jambes il y 8 ans.
          Les turcs vont surement recruter les talibans pour leurs opex et assurer leurs formations en leurs vendant drones et autres armements avec la grande Russie.

    • Joe dit :

      Sauf que ils feraient face aux grecs eux-m^mes et n’auront pas l’avantage de leurs pays extrêmement montagneux et une population jouant double jeu. Sans compter la logistique.
      Donc à part le côté blagounette de comptoir…

      • Patrickov dit :

        Joe les grecs ont déjà du mal à se protéger des turcs seuls sans l’aide de l’UE et de l’OTAN, des talibans qui ont mis une raclée à la plus grande organisation militaire ne ferait qu’une bouchée des sandwichs grecs.
        Aujourd’hui le monde entier veut négocier avec ces talibans.

    • Momo dit :

      Ah ben cela faisait longtemps de ne pas le voir celui-là et on s’en portait excellemment bien.
      Alors, tu es allé vérifier si la bataille de Verdun avait été gagnée par les sénégalais en Juin 1940 comme tu l’écrivais?
      Dis nous, on est pendu à ton rapport.
      Hahahahahahaha

  8. Nimbus - parfois cumulo dit :

    Excellent. Seules m’agacent les dernières lignes de l’article, que l’on peut juger « diplomatiques » si l’on veut rester en bons termes avec l’ami américain…

  9. Nicolas R dit :

    La Grèce devrait constituer une priorité pour la France, au même titre que Djibouti, et recevoir a minima les mêmes investissements que ceux qui avait été réalisés aux Emirats il y a quelques années. Les enjeux stratégiques sont nombreux : « porte-avions » en Méditerranée orientale, affirmation de notre alliance avec la Grèce, exercices avec nos partenaires dans la région (je pense à l’Egypte en premier lieu, mais aussi à la Bulgarie, la Roumanie… et la Turquie puisqu’Erdogan ne sera pas éternel).
    L’AAE devrait être en mesure de déployer un escadron de 6 Rafale à Tanagra aux côtés des appareils grecs. Souda serait idéale pour accueillir des moyens de surveillance (1 à 2 ATL2, drones), de ravitaillement (1 ou 2 MRTT) et d’escale, pour nos avions et nos navires (pourquoi pas une frégate attachée en permanence).
    C’est un pivot majeur entre Méditerranée et Mer Noire, c’est à la fois notre frontière et la porte du Proche-Orient. Il ne faut pas le laisser aux Américains.

    • HMX dit :

      Tout à fait d’accord.

    • Nimbus - parfois cumulo dit :

      Entièrement de votre avis. Cette frontière de l’Europe est aussi importante que celle des Pays Baltes, voire plus si l’on envisage un meilleur contrôle de l’immigration par la Grèce…

  10. Plusdepognon dit :

    En Méditerranée orientale, la Turquie a marqué des points surtout avec la Libye, avec un blanc-seing de Washington pour em..rder les russes et un redéploiement des EAU :
    https://www.areion24.news/2021/07/01/libye-le-grand-jeu-mediterraneen-de-la-turquie/

    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210304-sous-pression-des-etats-unis-les-emirats-rebattent-leurs-cartes-en-libye

    Avec la crainte affichée par certains américains de voir la Turquie basculer vers le camp russo-chinois (à mon humble avis, pas crédible, il y a encore trop à gratter avec les USA) :
    https://www.lopinion.fr/edition/international/dela-bassin-levantin-l-avenir-incertain-l-alliance-turque-tribune-jean-223473

    Ce qui nous a bien joué des tours et du dépit :
    https://www.lefigaro.fr/vox/monde/face-a-erdogan-la-france-ne-peut-plus-compter-sur-l-otan-ni-sur-l-allemagne-20200915

    Il n’y a pas qu’en Méditerranée que cela sent le gaz d’ailleurs…
    https://www.intelligenceonline.fr/grands-contrats/2021/09/01/le-russe-stroytransgaz-epine-dans-le-pied-du-plan-de-sauvetage-energetique-americain,109688030-art

  11. Grosminet dit :

    En France, on avait le CEPC à Mailly qui faisait les simulations sur pc, puis les scenarios étaient joués au CENTAC SUR LE TERRAIN….

    De 96 à 98,BEAUCOUP de « bleus » (à l’amour propre, surtout !) ont étés désagréablement surpris que les FORAD ne réagissent pas comme sur les simulations….. Au point de DEVOIR brider la Forad….

    Ah, les bons souvenirs d’un exercice durant 10mn au lieu des 8h prévues

  12. Raymond75 dit :

    La Grèce est le cheval de Troie des intérêts chinois en Europe ; ce pays sera donc défendu par les US : l’économie réelle d’un côté, les moulinets militaires de l’autre.

  13. Bob dit :

    L’achat de frégate pour les mafiosi grecs ne devrait pas tarder.
    L’ Oncle Sam devrait surtout avoir une nouvelle sur l’île de Chypre mais on peut rêver.

    • Momo dit :

      Les ‘mafiosi grecs’?
      Tu n’as pas l’impression, comme ça, de passer pour un concombre avec ce genre de déclaration?

    • Ajm. dit :

      Monsieur Bob : la réalité avérée d’une très puissante mafia criminelle dans cette région est connue de toutes les polices du monde comme étant localisée en Turquie. Elle a partie liée avec les « services » turques depuis très longtemps et a des liens étroits et anciens avec une grande partie de la classe politique de ce pays, notamment avec le clan Erdogan.

  14. Franchouillard dit :

    Question aux commentateurs qui préconisent que la France s’installe militairement en Grèce elle aussi : pour y faire quoi ?
    Quel serait l’intérêt de la France ? S’il s’agit de montrer que nous suivons les Ricains, c’est un mauvais motif.
    Mais effectivement : les Young Leaders qui nous gouvernent peuvent le vouloir.

  15. Plotiste dit :

    C’est curieux de constater que personne ne semble penser à un acteur majeur de la région : Israël.
    Peut être n’a-t-on pas le droit de l’évoquer.
    .
    Je me permets pourtant (sous anonymat) d’imaginer que l’AIPAC soutient, ou a initié, cette décision américaine.

    • albatros dit :

      Israël n’est pas populaire en France (notamment chez de nombreux antisémites des banlieues)
      et il faut dire aussi que ce pays n’a pas forcément les mêmes intérêts que nous dans quelques domaines – voire nous concurrence dans la vente d’armes.

      • Habituė d' opex360 dit :

        Albatros
        « Les antisémites de banlieues » ?
        Voilà un concept intéressant.
        Et qui mérite d’être précisé. On vous lira avec intérêt.

        • Momo dit :

          On peut penser qu’il ne veut pas parler de Neuilly, Auteuil, Passy ou même genre.
          Auquel cas il a parfaitement raison.
          Les banlieues où les profs ne peuvent plus parler de la shoah.
          Entre autres choses.

        • Anti-trolls dit :

          @ Momo
          Ne pas parler de la shoah, c’est antisémite ? Expliquez-nous ça.

          • Momo dit :

            T’as pas bien tout compris toi, hein? C’est compliqué de lire, hein?
            Essaye encore, pour voir ^^

          • Plotiste dit :

            Et parler de la géopolitique en Méditerranée orientale sans parler d’Israël, c’est quoi ?

          • Courmaceul dit :

            « ne peuvent pas » du verbe pouvoir. On ne vous avait rien dit ?

    • fabrice dit :

      Le Quai d’Orsay étant par nature, je dirais même culturellement, anti israélien, les combinaisons et les machinations du Quai évitent soigneusement d’engager Israël, pardon, « le petit pays de merde voué à disparaitre ».
      https://frblogs.timesofisrael.com/la-diplomatie-francaise-deraille/
      D’un autre côté avec un PIB d’environ 400 mds de $ Israël a une économie supérieure à l’Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l’Egypte, la Libye et le Soudan réunis. Israël réunit dans les 15 mds de $ de levée de fond hi tech par an (l’équivalent de la France et de l’Allemagne réunit). Israël a l’armée la plus puissante de la région sans compter une position stratégique de 1er ordre et un énorme excédent de la balance des paiements (avec des réserves de devises qui frôlent les 200 mds de $). je passe sur les réserves de gaz et le poids de la diaspora…
      Bref la diplomatie française fait bêtement l’impasse de la puissance régionale majeure et une puissance technologique d’échelle mondiale ce qui est tout simplement ridicule.
      D’ailleurs en parlant de technologie israélienne…
      https://fr.sputniknews.com/europe/202109071046105199-lallemagne-reconnait-finalement-que-sa-police-a-aussi-utilise-le-logiciel-pegasus/
      Où on nous explique qu’en cyber, 20% des levées de fonds MONDIAUX sont israéliens…Il s’agit bien d’un acteur technologique de 1er plan au moins dans des secteurs clefs…
      https://themedialine.org/life-lines/israels-cyber-sector-breaks-another-record-raising-1-5b-in-q1/
      Je ne suis pas seul à penser que le Quai se fourvoie, de nombreux acteurs économiques et militaires pensent de même. L’élite grecque (culturellement et de longue date fortement anti israélienne) l’a compris avant.
      Si vous regardez les levées de fonds et la croissance démographiques vous comprendrez que la puissance israélienne ne diminue pas mais est encore ascendante. Je ne dirais pas de même des Etats arabes…
      Une opinion publique ça se travaille.

      • Breton baptisé dit :

        @ fabrice
        Que le Quai soit anti-israélien, ce n’est pas du tout ce que dit un livre paru il y a qques années, intitulé « un ministère à la dérive » et qui montre au contraire que les sionistes y détiennent un pouvoir indu.
        .
        Or ce livre semble assez bien documenté, n’a jamais été réfuté et n’a jamais donné lieu à l’accusation d’antisémitisme, pourtant habituelle à l’encontre de toute critique du sionisme.

      • Lothringer dit :

        Oui, Israël est le géant économique de la région.
        Oui, Israël est un acteur de premier plan en matière de technologies.
        Oui, Israël a une armée et des services secrets de très haut niveau.
        Mais…
        sur le plan démographique, que pèse Israël dans la région ? beaucoup moins que les 3 critères précédents.
        Et lors de leur dernière guerre au Sud-Liban, leur soldats ont été méchamment accrochés par les soldats du Hezbollah.
        Donc, avoir une vision exclusivement technologique+économique des choses est une vision tronquée.
        La géographie et la démographie sont des paramètres importants à prendre en compte.
        Les Israéliens eux-même se considèrent comme menacés , à l’intérieur de leur propre pays, par l’évolution de leur démographie sur le long terme (à moins qu’ils ne deviennent tous ultra-orthodoxes et fassent tous 8 enfants par foyer, mais alors comment nourrir tout ce monde sur si peu d’espace ?).
        Israël reste un pays encerclé de pays arabo-musulmans, avec juste la mer Méditerranée en guise de gigantesque plage de sable doré (on oublie le minuscule débouché d’Elat). En cas de défaite militaire (à l’occasion d’une guerre non-conventionnelle mal maîtrisée) ils pourraient effectivement se retrouvés « rejetés à la mer » (selon les vieux slogans de l’OLP).

  16. Max dit :

    Quand cela va chauffer les US se replieront vers leur près carré laissant dont l’Europe ne fera plus partie la maissant seule face à son funeste destin.