Un officier de l’US Marine Corps relevé de ses fonctions pour avoir critiqué ses chefs au sujet de l’Afghanistan

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

107 contributions

  1. Reality Checks dit :

    Le lieutenant-colonel Scheller a aussi écrit, après avoir été relevé de ses fonctions, qu’il aurait pris la même décision que ses supérieurs à leur place, concernant la sanction.

  2. Thierry dit :

    Si Trump qui était grand partisan du retrait américain d’Afghanistan, l’a remis après la présidentielle alors qu’il aurait pu en finir tout de suite, c’est qu’il ne savait pas comment faire pour sauver la face ni comment s’en sortir sans égratignure.

    Biden a pris la bonne décision en confirmant le retrait, mais à vouloir prolonger le délai il a pris un risque supplémentaire, cela dit rien n’indique que cela aurait pu mieux se passer, 13 soldats et Marines y ont laissés la vie comme d’autres auparavant, et il n’y a pas de guerre sans victimes.

    La base de Bagram était bien trop vaste pour être assumé par les forces gouvernementales et l’US Army ne pouvait s’y maintenir sans d’énormes effectifs et une logistique quotidienne alors que les routes jusqu’au Pakistan d’où venait le ravitaillement n’étaient plus sécurisés car prise par les talibans. Cette solution n’existait pas.

    En 20 ans de guerre les erreurs n’ont pas été tant militaire que civil, à savoir concentrer tous les moyens sur le sécuritaire et quasiment aucun dans le développement aux population dont le soutient était pourtant essentiel. A quoi sert de faire des écoles pour filles, ce qui était surtout symbolique, s’il n’y a pas de route en bon état ni de service de bus. L’Afghanistan n’a pas été occidentalisé, elle a été militarisé, et là est la plus grosse erreur. L’aveuglement de la lutte contre le terrorisme a vécu, puis il est reparti quand il n’en avait plus les moyens.

    • Royal Marine dit :

      Une fois de plus vous racontez des c.nneries…
      Les Talebs sont ravis du réseau de grandes routes toutes neuves, et bien entretenues, contrairement à celles des USA, que leur laissent les Ricains… Ce n’est qu’un exemple. Tout est à l’encan, avec vous… Des niaiseries!

      • Thierry dit :

        les routes toute neuves ? dans certaines villes ou sur les anciens axes militaire oui, comme pour l’URSS qui a construit pont et tunnels pour acheminer les troupes par voie terrestre depuis leur frontière, La route qui conduit au Pakistan d’ou venait l’approvisionnement US est effectivement bien belle, mais il n’y a pas besoin de s’enfoncer bien loin pour retrouver les chemins de terre de village en village qui forment toujours l’essentiel du réseaux.

        —————————————————————————————————
        Le réseau comprend 12 350 kilomètres de route revêtue et 29 800 kilomètres de route non revêtue pour un réseau routier total d’environ 42 150 kilomètres2. Le sens de circulation est à droite.
        source :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Transport_en_Afghanistan
        ————————————————————————————————

        remballez vos images d’Épinal, elles sont aussi poussiéreuses que vos commentaires sont consternant.

    • Spectre dit :

      Trop vaste la base de Bagram… il est dit qu’il fallait 8000h pour la tenir. Soit les effectifs que les US ont eu à Kaboul avec les renforts envoyés en crash pour sécuriser l’aéroport. Donc argument foireux. Apres base facile à défendre par rapport à Kaboul. Je suis d accord par contre sur la question de l’utilité de cette base Bagram, pour les evacs à Kaboul. Pas sur que cela soit très pratique. Apres avec des si…

      Mais l’argument des effectifs est faux clairement.

      • Fred dit :

        @ Spectre

        Il aurait fallu des effectifs supplémentaires très importants pour sécuriser les 40Km de route et… Kaboul.

      • aleksandar dit :

        8000 hommes pour défendre Bagram ?
        Cela me parait très exagéré, il n’y en a jamais eu autant même quand il y avait 30 000 GI su la base.

    • Spectre dit :

      Quand vous dites « La base de Bagram était bien trop vaste pour être assumé par les forces gouvernementales et l’US Army ne pouvait s’y maintenir sans d’énormes effectifs et une logistique quotidienne alors que les routes jusqu’au Pakistan d’où venait le ravitaillement n’étaient plus sécurisés car prise par les talibans. Cette solution n’existait pas. »
      Cela est de l’humour j’imagine ?

      Car bagram est une immense base aérienne. Et les US ont la plus grande flotte de transport militaire de la planète. Donc pour ravitailler Bagram, les c17, c5M et même c130 pouvaient ravitailler la base sans aucun problème.

      Les routes tenues par les talebs est un problème imaginaires.

    • Edgar dit :

      @ Thierry Il y a énormément de choses, à la guerre, que l’on ne sait pas faire en pouvant « … sauver la face… » ni réaliser pour s’en sortir « …sans égratignure. » Alors on ne les fait pas. Et on serre les dents. Et on tiens. Un exemple entre mille : à la fin de la Guerre de Succession d’Espagne, le royaume de France était à bout, Louis XIV ne savait pas comment se sortir de ce bourbier sanglant, les négociations n’avançant pas. Il n’a pas commandé une « Bidinerie », il a tenu le coup, son armée avec lui, et il s’en est sorti honorablement.

  3. petitjean dit :

    Pitoyable
    les politiques et les cadres sup de l’armée n’ont jamais de compte à rendre
    ceux qui risquent leur peau sur le terrain doivent fermer leur gueule…………
    si l’état de l’armée ressemble à l’état de Biden…………..
    https://www.dedefensa.org/article/joe-est-il-le-variant

    • Bangkapi dit :

      Parce que c’est différent chez les popofs que tu semble tant admirer ?

  4. appolo dit :

    Normal qu’il ait été relevé de ses fonctions, c’est la règle d’or dans une armée. On ne critique pas publiquement. Il pouvait le faire en interne, envoyer un rapport via la voie hiérarchique, … mais certainement pas sur les réseaux sociaux. Si tous les soldats faisaient part de leurs états d’âmes sur n’importe quel sujet, bonjour la cohésion !

    • Ah Ca ! dit :

      @appolo

      Petite précision,
      Dans son cas « relevé de ses fonctions » = Viré, retour au civil avec probablement une mention déshonorable qui lui fermera la porte aux postes dans l’administration.

    • Le sicaire dit :

      Et bien moi je préfère un officier supérieur qui ouvre sa gueule alors qu’il est en fonction plutôt qu’un général qui utilise une démission en fin de carrière pour faire son autopromotion.

      Ou autrement dit, je préfère être sous les ordres d’un officier qui assume ses responsabilités plutôt que sous les ordres d’un général d’opérette.

      • guy dit :

         » je préfère être sous les ordres d’un officier qui assume ses responsabilités plutôt que sous les ordres d’un général d’opérette. »
        C’est contradictoire, car un officier a la responsabilité d’obéir à ce que le pouvoir politique décide et de ne pas justement jouer son propre refrain comme dans les républiques bananières qui voient des putschs se réaliser en raison d’une armée insoumise qui cherche ses propres responsabilités

        L’échec comme la victoire s’assumera politiquement. Et bien souvent ce sont des opposants politiques qui vont applaudir des militaires se « révoltant », mais qui cesseront de le faire si le gouvernement en place serait de leur « bord ».
        Comme en France qui soutient le « coup de gueule » de militaires (du moins d’un grand nombre de retraités) ? Des opposants politiques à Macron. Si demain ils seront au pouvoir, que des militaires agissent de la même façon, vous pensez qu’ils applaudiront?

        • Le sicaire dit :

          Bonjour Guy,

          La seule responsabilité d’un officier est de veiller à ce que les soldats que la nation lui confit ne meurent pas pour rien et que les ordres que lui donne le politique servent les intérêts de la nation et non pas les intérêts des politiciens.

          • guy dit :

            C’est alors que vous n’avez rien compris à la réalité (qui ne date pas d’aujourd’hui et n’est pas propre à la France) et que vous voulez y voir un idéal, votre idéal.
            Je dis cela sans être méchant

          • Le sicaire dit :

            @ Guy,

            « la réalité », vous pouvez soit vous y soumettre, soit la combattre… à chacun son « idéal ».

    • Reality Checks dit :

      De toute façons les républicains lui offriront un siège de député dans une circonscription facile à remporter, un « book deal » a 7 chiffres, et il sera booké pour une tournée de speech auprès de donateurs à 20.000 dollars pièces pour enfoncer Biden.
      Son avenir financier est garanti, aux USA l’audace paye.

    • aleksandar dit :

      « leurs états d’âmes ? »
      Un chef rempli sa mission mais il doit le faire en préservant la vis de ses hommes.
      Manifestement, vous n’avez jamais perdu d’homme en opération a cause d’une chaîne de commandement incompétente ou carrieriste dans un guerre totalement inutile.

  5. Pyrrhus dit :

    Notre général Desportes a été viré fin 2010 quelques mois après le général McChrystal qui commandait l’ISAF. Il est bon aujourd’hui de rappeler ci-après le texte du général Desportes qui lui a valu sa destitution.
    « L’affaire McChrystal révèle une faiblesse. Le chef de l’exécutif aurait pu morigéner son chef militaire et le renvoyer au combat, comme l’avait fait Roosevelt avec le général Patton, qui avait dû s’excuser d’avoir giflé un soldat. Tout se passe comme si le Président n’était pas très sûr de ses choix. Il a limogé deux généraux en l’espace d’un an, David McKiernan, qui prônait la tactique américaine traditionnelle de la force, et McChrystal, qui avait l’option inverse. Il a choisi une voie moyenne qui peine à fonctionner.
    A l’issue des débats sur les renforts nécessaires, il y a un an, il a opté pour 30 000 soldats de plus. Tout le monde savait que ce devait être zéro ou 100 000 de plus. On ne fait pas des demi-guerres.
    Si la doctrine McChrystal ne fonctionne pas ou n’est plus acceptée, il faudra bien revoir la stratégie. Et il n’y a plus qu’une option : celle du vice-président Joseph Biden, qui dit que l’Amérique a d’autres intérêts stratégiques que l’Afghanistan, qu’elle est piégée là par une guerre sans fin, et qu’il faut en sortir, en réduisant les troupes à une capacité de frappes ponctuelles contre Al Qaeda.
    Des trois lignes d’opérations, la sécurité, la gouvernance, le développement, Joseph Biden dit que seule la première marche -relativement. Le problème sera de réconcilier la stratégie avec ceux qui la mettent en œuvre. Il faudra aussi, probablement, repousser la date du retrait d’Afghanistan. »
    Les idées de Biden étaient bonnes, mais l’incapacité du système politico-militaire à faire mettre en oeuvre une stratégie de sortie cohérente et phasée est un échec difficilement explicable.

  6. anatide dit :

    L’Exemplarite est a double tranchant.

  7. JDutronc dit :

    Chez Nous les gars d’les Marines on a pas… etcetera, etceteri !
    Pas d’radis pas de paradis, tant pis pour…
    Pas d’Oseilles, vraiment pas d’merveilles,

    pompomp lon lon lon lon lon lon palalapapa ! Pom pom pom pon lon lon lon lon lon lon

    • Euclide dit :

      C’est pénible ces pseudos qui posts pour dire qu’ils n’ont rien à dire.

  8. François-Régis dit :

    Quel courage!

  9. banda dit :

    Il y a peut etre eu un arrangement en hot lieux , qui sait.

  10. Aldo dit :

    Excellente publicité pour Facebook . Seul moyen de nos jours pour se faire entendre ?

  11. blavan dit :

    Il y a toujours des rebelles pour critiquer les décisions du gouvernement. Quand on est fonctionnaire et en désaccord, on va jusqu’au bout de ses idées ; on va reprendre la vie civile. Cet officier aurait mieux fait d’écrire un livre sur la débandade de l’armée afghane, voilà le vrai sujet !

    • Moogli dit :

      Le vrai sujet mettrait beaucoup de monde dans la merde, jusqu’en dehors des frontières afghanes. Qui a négocié quoi avec qui et où, depuis quand ? Biden était où ?

      A partir du moment où les talibans reconquierent toutes les régions afghanes avec autant de facilité en un temps record, aucune question ? Les services secrets occidentaux n’ont pas anticipé la rapidité de la reconquête (si reconquête ^^), aucun problème ?

      Le bateau coule mais l’eau est bonne !

      C’est Biden qui a tout foiré ? Quelle blague… Il ne va pas se marrer avec l’addition papy :s

      Merci l’emir et vive le sport :/

  12. PK dit :

    « nous encourageons tous ceux qui ont du mal en ce moment à demander des conseils ou à parler à un autre Marine »

    Ils ont un département de guerre psychologique chez les Marines : ils devraient leur conseiller…

    « perte de confiance »

    Mince. J’aurais écrit « manquement à son devoir de réserve » mais perte de confiance. Ils n’ont peut-être pas bien cherché ? Sous la table peut-être ? À côté du cas Binet aussi ?

    • Royal Marine dit :

      Aux Etats-Unis? Devoir de réserve? Mais de quoi parlez-vous? MDR!

  13. ekiM dit :

    « relevé de son commandement […] en raison d’une perte de confiance dans sa capacité à commander »

    Au contraire, au contraire.

    Tous mes respects à ce camarade étranger qui a eu l’honneur et le courage de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas !

  14. charly10 dit :

    Et oui chez eux comme chez nous pas « de c…lle, pas d’embrouille. Ou bien encore « le premier qui dit la vérité , il sera exécuté »

  15. Anonymelol dit :

    Étant civil je ne comprends pas bien pourquoi les militaires n’ont pas le droit de s’exprimer. On apprend toujours des avis divergents.

    • asvard dit :

      pas en public

    • cerealkiller dit :

      Pour des raison de discipline, tout simplement. Imaginez quelques instants:
      – Lieutenant : « Camarades nous avons ordre de prendre cette colline, là en face »
      – Soldat 1: « ah mais je ne suis pas d’accord, je trouve qu’on devrait plutôt passer dans la vallée.
      – Soldat 2: « n’importe quoi, il faut rester sur nos positions
      – Soldat 3:  » de toute façon tout est perdu, il faut se replier »
      – Soldat 4: « ah mais je l’ai toujours dit, on ne peut pas décider, on n’a pas assez de recul dans cette guerre »

      Ça permet de débattre certe, mais ce ne fait pas avancer le bordel !

      • Le sicaire dit :

        Si les soldats se posent ces questions, c’est peut-être que le lieutenant n’a pas posé la question à son capitaine sur l’intérêt de « prendre cette colline »… et le capitaine à son commandant… et le commandant à sons lieutenant-colonel…

        La discipline est avant tout question de confiance et non pas de hiérarchie.

        • guy dit :

          Je réitère la même chose que plus haut, vous n’êtes pas dans la réalité.
          Le soldat doit exécuter les ordres sans réfléchir, il en va de la cohérence de l’armée, de la hiérarchie afin d’éviter des abandons de postes, des mutineries, des désobéissances.
          Car chaque individu a son propre avis et c’est pour ça qu’un chef, c’est un avis, qu’on va suivre et imposer , qu’on juge être bon ou mauvais n’y change rien.
          Si on en reste dans l’illustration présente, vous avez beau avoir une excellente raison pour prendre une colline, si en haut de la colline vous vous faîtes décimer par des nids de mitrailleuses la bonne décision deviendra une erreur tactique. De la même façon que des objectifs qui peuvent sembler ridicules ou sans intérêts, deviendront stratégique dès lors que vous les tiendrez.
          Donc dans la « décision » de chefs, à différents niveaux, il y a toujours un « brouillard de guerre » qui fait qu’un bon chef ou un mauvais sont liés à l’imprévu de leurs actes, donc d’avoir ou non une certaine chance.
          Attention à ne pas déconstruire la pyramide hiérarchique en pensant pouvoir mettre tout le monde sur un même pied d’égalité et de valeur, c’est utopiste pas réaliste.

          • ekiM dit :

            Un officier n’est pas un simple soldat. Ce qui caractérise un officier est une capacité de conceptualiser des manœuvres.

            Le rôle de l’officier est donc bien de questionner (au moins intérieurement) la valeur des ordres qu’il a reçu avant de les retranscrire dans les siens. Le Lieutenant a donc tout intérêt, pour la réussite de sa mission, à questionner les ordres de son Capitaine. Certes, pas devant ses hommes afin de ne pas créer de l’indiscipline et de la confusion.

            Un officier général n’est pas plus un lieutenant que ce dernier est un simple soldat. Avec les étoiles, il arrive une responsabilité énorme. Un officier général qui se respecte ne devrait donc pas se faire l’écho d’une politique stupide. Son honneur est donc de démissionner puis de prendre la parole pour dénoncer la médiocrité des ordres politiques qu’il a reçu.

          • Le sicaire dit :

            Guy,

            Votre fatalité face à la réalité n’est pas mienne. Que vos subordonnés obéissent à vos ordres sans réfléchir, c’est votre choix.
            Quant à moi je fais en sorte que mes subordonnés, qu’ils soient sous-officiers ou militaires du rang, réfléchissent et obéissent à mes ordres en connaissance de cause. Les deux ne me semblent pas incompatibles et peut-être même que la réflexion aidera à la bonne exécution de la mission en minimisant le « brouillard de guerre » ou « la chance ».

          • Robert dit :

            Sicaire,
            En fait, ce général aide pour l’avenir à réfléchir à des ordres injustes ou ineptes?
            A mon sens de civil il rend hommage à ses hommes et ce qu’ils ont vécus en ramenant son autorité au réel.

  16. Buck Danny dit :

    En ces temps d’incertitude, dans toutes les Ecoles de Guerre du monde, on étudie le désengagement des forces sous menace. Et tous les manuels préconisent de conserver jusqu’au dernier moment une base aérienne militaire avec avions et hélicoptères de combat.
    On ne peut imaginer que les militaires US n’aient pas recommandé très fortement ( » very strongly recommended » comme ils disent) de conserver Bagram, même s’il fallait mettre 10 000 hommes autour ( il y en a eu jusqu’à 100 000 à l’intérieur ! …). Le pouvoir politique est passé outre. Il va falloir changer les manuels.

    • jyb dit :

      @buck danny
      non rien à changer puisque l’aéroport de kaboul est aussi un aéroport militaire.

      • aleksandar dit :

        Pas vraiment, l’emprise est double civile et militaire et les pistes ne permettent pas une séparation certaine des deux.
        Bagram aurait été un meilleur choix, la base est bien organisée, bien fortifié, facilement défendable grâce au glacis sur plusieurs centaines de mètres autour, l’emprise est seulement militaire et les pistes peuvent accueillir les gros porteurs, nos pilote de l’AA y posaient nos Airbus.
        Les rotations d’ hélicos de transport + helico de protection US comme c’etait le cas pour nous ( Caracal + Tigre )s transferts US a partir de l’emprise militaire de KIA auraient permis de faire le job.
        La schizophrénie US, il a de beaux exemples sur les sites US, a conduit les responsables a croire que les talibans allaient attaquer Bagram, le couteau entre les dents pour se venger ou parce que c’est écrit dans le coran.
        La lecture du comportement des talebs depuis plusieurs mois et leur volonté de ne pas attaquer directement les américains aurait du peser dans la balance. Ils veulent que les étrangers armés partent et dans le calme.
        Première erreur
        Ils ont imaginé que l’armée afghane allait résister au moins dans Kaboul.
        Deuxième erreur
        Il ont négligé le travail des réseaux talebs dans Kaboul
        Troisième erreur
        D’où le choix de KIA

    • Pluton dit :

      En effet si la situation est tel que le decrive certains medias mainstream.
      Mais on peut faire l’hypothese que :
      Trump n’est pas un « stupid surrender monkey », il a constate, ou on a constate pour lui, que sur le terrain la coalition ne pouvait gagner, (oui le « nation building » a foire et ca on le sait depuis deja pas mal de temps…), il lui restait le choix de remettre un jeton dans la machine et repartir sur mettre un paquet de resources pour relancer les operations sur plusieurs annees sachant que comme les precedantes initiatives , ca changerait rien a cet etat defait, strategiquement c’est deja perdu, soit il negociait, ce qu’il a fait, et les negociations contraignant l’administration us a accepter des conditions drastiques comme des delais…
      On peut imaginer comme le stupide (gateux ?) que pourrait etre Biden, joue a fond le clivage partisan et decide que tout ce qu’a decide l’administration trump etait de la merde et du coup a pris du temps a admettre cet evidence, ce n’est pas les us qui ont la main sur ce dossier ( restait l’alternative de remettre un jeton dans la machine, et s’engouffrer dans des un puit sans fond de depense et de posture mediatique a tenir)
      Bon le probleme c’est que des negociations ont eu lieu et que des engagements ont ete pris ( et pour ceux qui ont pas l’air de comprendre si il suffisait de bombardement pour avoir le dessus, on en serait pas la….), et prendre le risque de pousser le bouchon trop loin expose a certains risques qui sont pas folichon non plus….
      Conclusion qui semble evident si les us avaient la maitrise de l’agenda, ca se serait pas passer comme ca….. ( et comme dit ils auraient pu ou pourrait reprendre cette maitrise , mais a quel prix et pour quel resultat ?…)

      • Fred dit :

        Qu’est-ce que Trump aurait fait de mieux ? Il envisageait un départ encore plus rapide…
        Biden se montre un fin politique avec l’opposition paralysante du système américain.
        L’accord avec les Talibans se passe plutôt bien. Un attentat de l’EI était inévitable et difficile à empêcher. Ce qui est une bonne nouvelle, c’est qu’il n’y en ait eu qu’un seul pour l’instant.

    • Dodo dit :

      Mais tout le problème n’est pas là, il est toujours facile de venir après coup dire ce qu’il fallait ou ne fallait pas faire.
      Mais dans les faits, le retrait américain comme il était prévu, sur le papier comme sur le terrain, c’était un retrait largement faisable qui peut se faire tranquillement.
      L’événement qui a tout bousculé n’est pas de maintenir une base ou des hommes, c’est l’effondrement de l’armée afghane à la suite d’une offensive talibane fulgurante. Cet effondrement a transformé un retrait qui se serait tranquillement terminé le 31 août avec le retrait des militaires américains et le maintien d’un soutien diplomatique et technique au pouvoir de Kaboul. La retraite précipitée et chaotique de tout le personnel diplomatique et de dizaines de milliers d’afghans n’a rien à voir avec le retrait militaire prévu.
      Pour moi, on a beau critiquer la décision américaine, ce qui s’est passé n’était pas prévisible, du moins pas de cette façon, personne n’aurait parier que l’armée afghane ne combattrait plus, malgré ses faiblesses. On ne peut pas s’en prendre à des conseillers ou des décisionnaires en leur prêtant la faute de ne pas être des médiums ou de ne pas avoir maintenu des militaires quand l’objectif était un retrait militaire…

      • Edgar dit :

        @Buck Danny Entièrement d’accord avec vous: pas d’évacuation réussie, spécialement aérienne et navale, sans supériorité aérienne et appui aérien. Lors de l’évacuation de la Crimée par les troupes germano-roumaines, en mai 1944, l’énorme processus d’évacuation par bateaux des plus de 200 000 hommes de l’Axe, et de tout leur matériel lourd, s’est déroulé sans problème, jusqu’au moment où la Luftwaffe a perdu ses derniers aérodromes sur la presqu’île (Carell). Les pertes ont commencé à augmenter à ce moment. https://fr.wikipedia.org/wiki/Offensive_de_Crim%C3%A9e#Progression_de_la_bataille

        • Fred dit :

          ? En l’occurence, ici, sans raids aériens, jusque-là, cela s’est infiniment mieux passé que dans le cas décrit par toi. Négociation et accord avec les Talibans (qui tiennent parole au passage).

          Une évacuation en force, cela aurait été un carnage. Cela me semble tellement évident, mais…

          • Edgar dit :

            @ Fred Les raids aériens us (re-)commencent en ce moment même… (Mais ils sont opérés de très, très loin, donc dans de mauvaises conditions.) « Buck Danny » parlait de théorie militaire, pas seulement du cas pratique afghan. Mais l’évolution actuelle de la situation à Kaboul montre combien la décision us de se fier aux Taliban comporte de risques. Non seulement les Taliban ne peuvent ou ne veulent, mais la position militaire us en Afghanistan est désormais extrêmement fragile et aventurée. Ils ne contrôlent plus rien. Un véritable cauchemar de théoricien militaire. Washington doit probablement déjà chercher à amadouer les Taliban par des promesses de versements de fonds… Byzance versera tribut aux Barbares.

      • Moogli dit :

        @Dodo. Très bonne analyse que je partage en partie. Pour l’autre partie, toute petite, je suis surpris que des gens formés et compétents soient autant surpris. Sur le papier, des services de renseignement sont là pour établir des options en fonction de contextes. Ça devrait dépasser « le petit chaperon rouge », « normalement ».

        Comme d’hab, il n’y aura aucun retour de manivelle pour les corrompus dégueulasses à l’origine des morts, des infirmes, des veuves et orphelins. Comme d’hab ils pourront bizness la chair humaine avec leurs fausses valeurs dans le plexus, vraies valeurs en portefeuille. AUCUN retour de manivelle.

        La grosse partie est agréable à lire, pendant que les récipiendaires des contributions collectives vont vendre des frigos à des eskimos, en courbant l’échine siglée Givenchy 🙂

        Merci pour votre post.

    • vrai_chasseur dit :

      @Buck Danny
      Kaboul est aussi une base aérienne militaire.
      Ce qui est difficile à gérer ce sont les accès : l’aéroport est en pleine zone urbaine.

    • Fred dit :

      Est-ce que disposer de moyens aériens auraient pu éviter cet attentat ? Évidemment non.

      Est-ce que Bagram aurait été plus sécurisant que Kaboul ? Évidemment non, il aurait fallu sécuriser la route, et pire : sécuriser au moins un quartier de Kaboul.

      Les américains ont négocié avec les Talibans et jusque-là, cela ne se passe pas si mal avec eux. Un retrait en force aurait été infiniment plus sanglant et l’image encore plus catastrophique. Ce qui aurait été étonnant, cela aurait été qu’il n’y ait pas d’attentat (l’EI en faisait depuis plusieurs année à Kaboul).

      Après cet attentat, l’EI a encore plus de grands soucis à se faire avec les Talibans.

      • aleksandar dit :

        Il n’y avait pas forcement besoin de sécuriser la route mais seulement les convois, a condition de se passer des hélicos de transport.
        Les talebs veulent que les US partent et ils auraient probablement été prêt a faciliter ces déplacements.
        L’option KIA était mauvaise dès le début compte tenu de la configuration des lieux.

  17. Sylvain dit :

    Difficile de trancher. Clairement, en tant qu’officier, il aurait dû émettre ses doutes dans un rapport et traiter cela en interne. Seulement, il faut le reconnaître : les armées (US ou françaises, et même les administrations….) sont pleines de rapports qui pointent des dysfonctionnements… et qui sont ensevelis dans une armoire. La méthode est mauvaise, mais les questions posées sont légitimes. Personne ne conteste le retrait d’Afghanistan. Mais sur la planification et la conduite de ce désengagement, il y a clairement des fautes. D’une part sur la situation : soit elle a été mal estimée, et les OFF/RENS doivent rendre des comptes. Soit elle a été correctement appréciée, et il faudra savoir pourquoi la conduite s’est affranchi des renseignements. De même la planification a été défaillante. Et objectivement, quitter Bagram avant d’avoir évacué était une ineptie (surtout en partant comme des voleurs…). 13 morts, et surtout une armée américaine humiliée : il y a des responsables qui me semblent devoir rendre des comptes, à commencer par le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, qui fut CENTCOM et qui peut difficilement dire qu’il a été surpris de la situation…

    • LEONARD dit :

      @Sylvain
      Perso, j’ai appris une règle simple:
      Il n’y a jamais de bonnes décisions, il n’y a que de meilleurs choix. Et surtout, pour les critiquer, il faut les analyser et intégrer l’ensemble des critères de décision.
      Une fois ce travail fait, on peut élaborer une/des solutions alternatives qui peuvent être (théoriquement) plus efficaces.
      Et donc, décrire le scénario de rechange.
      Or, toutes les critiques que je lis ne proposent rien d’autre que la critique de l’existant. Aucune solution de rechange raisonnée, argumentée, détaillée, architecturée.

      Un exemple: Les U.S étaient au courant d’un projet d’attentat-suicide sur les portes de l’aéroport. Ils en ont fermé 2, mais ont laissé Abbey-Gate ouvert pour permettre l’évacuation des brits. Ils ont donc fait un choix parmi deux solutions merdiques, comme c’est souvent le cas.
      Soit ils fermaient trop tôt et çà plantait l’évacuation des brits, soit ils le faisaient le plus tard possible, et ils aggravaient le d’attentat.
      https://www.politico.com/news/2021/08/30/pentagon-mass-casualty-attack-kabul-507481

      C’est la différence entre le principe de précaution et le principe d’audace.
      Y en a un qui est moins risqué que l’autre, mais il mène tout droit à la paralysie décisionnelle.

  18. Bolo dit :

    Bon on peu dire ce qu’on veut de la méthode, en tout cas il y a encore des chefs qui en ont une grosse paire et qui pensent a leurs hommes avant leur carrière … Un peu comme avant lui, le Capt. Brett Crozier.

    • Fred dit :

      Si tous les chefs réagissaient comme lui, ce serait la déroute assurée, une armée de pacotille.
      Qu’il soit mis sur un piédestal : les bras m’en tombent…

      • aleksandar dit :

        Vous négligez la  » fatigue « .
        Cela fait plusieurs années que en interne, l’efficacité et la logique de cette intervention est critiquée dans l’Army.
        Cet officier a décidé de parler, probablement pour qu’un tel carnage ne se reproduise pas et épargner la vie de « Marines » dans le futur.
        Il connaissait les risques.
        Il mérite le respect.

        • Robert dit :

          Aleksandar,
          Le nouveau testament, donc la Bible, dit « la loi est faite pour l’homme et pas l’homme pour la loi », à propos des règles de la loi juive qui ne peuvent asservir mais doivent servir au bien de l’homme.
          On pourrait en dire autant de la décision de cet officier. Même si la sanction est légitime, formellement, il a eu aussi raison de prendre ce risque, d’ou mon respect.

  19. Robert dit :

    Il a eu raison de parler, reflétant certainement l’avis de beaucoup d’officiers.
    Le commandement a eu raison de le sanctionner pour l’exemple.
    Biden peut toujours continuer à accabler Trump, est-ce qu’avant ce dernier la décision n’aurait pas du être arrêtée et organisée à long terme de prendre cette foutue décision de partir?
    Là, on a l’impression que l’un aborde le sujet qui fâche mais que personne n’a osé aborder avant lui et que son successeur se débarrasse du bâton merdeux au plus vite.
    Condoléances pour les victimes en tout cas, toutes les victimes.

  20. Patadouf dit :

    Sauf que… avec un cursus pareil, aux US, la reconversion ne devrait pas être un gros souci. Surement déjà des offres de recrutement.

  21. Lagrandeimage dit :

    Si l’on peut comprendre l’émotion d’une personne qui connaissait une des victimes de l’attentat, il reste qu’il n’a pas fait preuve d’une capacité de prise de recul. Il met en cause sa hiérarchie sans avoir aucune idée de ce qui s’est passé. Oui ,c’est sa hiérarchie qui aurait du conseiller Biden. Mais peut-être l’ont-ils fait et Biden s’est assis dessus. Il y a eu un gros fail mais était-ce le moment et l’endroit et la manière de le dire? Certainement pas et son limogeage rapide était prévisible.

    • aleksandar dit :

      1- Il ne me parait pas sous l’emprise de l’émotion
      2 – Il est certainement très bien informé de la situation sur place.

  22. décompte dit :

    Certains sont meilleurs combattants que carriéristes … Et leur fidélité va à leurs hommes et leur pays plutôt qu’aux zinstitutions.

  23. Raoul72 dit :

    Parmi les 13 soldats américains tués se trouvent deux sergents féminins de l’USMC.

  24. GBU12 dit :

    Les décisions politiques à l’emporte pièce, ont un peu déstabilisé la situation ces derniers temps.

  25. Gp83 dit :

    Le problème majeur de cette situation c’est un retrait après 20 ans de présence avec des milliers de soldats morts pourquoi ? La troupe suivra ce lieutenant-colonel au combat soyez-en sur. Nos armées françaises peinent à recruter et fidéliser pourquoi ? Car les chefs sont carriéristes et non aucun sens militaire au sens humain du terme.

  26. Waroch dit :

    Le lt-Col.Scheller c’est un peu le caporal Roudoudou de l’Odieux Connard en fait, pour ceux qui connaissent. La sanction est logique, et il s’y attendait sûrement. Respect au bonhomme!

  27. Nico80100 dit :

    Un homme d’honneur, voilà c’est dit

  28. Raymond75 dit :

    Soumis au devoir de réserve et au devoir d’obéissance, soumis tout simplement, il aurait dû s’exprimer sous anonymat dans OPEX360, comme ses collègues et supplétifs français.

  29. breer dit :

    De manière générale, dans tous les pays de cette planète (à quelques exceptions prêts), c’est la même chanson, Les politiciens, les membres des gouvernements, les magistrats (ceux la particulièrement), les plus hauts chefs militaires (aux ordres vu qu’ils sont désignés par les dirigeants) et même nos élus (députés, sénateurs) sont les dignes héritiers de l’histoire depuis plus de 2000 ans, ils ne se considèrent jamais fautifs, rarement responsables, encore plus rarement coupables, durant le 19ème siècle,on en a rarement entendu dire, qu’il avait pris de mauvaises décisions, fait des erreurs aux conséquences catastrophiques, envoyé des soldats au massacre (guerre de 14-18), même durant les grands procès (Nuremberg ou au Japon) beaucoup étaient dans le déni, l’hypocrisie. Il arrive quelquefois que des officiers généraux ou supérieurs démissionnent, ou dans le civil des ministres, mais c’est tellement peu fréquent. pour exemple, a t on entendu Sarkozy et sa clique au pouvoir avoir le moindre regret ou mot en public sur les conséquences catastrophique de l’assassinat de Khadafi et de l’effondrement de la Libye.
    Et dire que tous ces individus sont payés sans rien faire jusqu’à leur mort avec l’argent des contribuables..
    Certes la barbarie et la violence dominent dans certains pays, mais en occident c’est l’ambition, la manipulation et l’hypocrisie qui sont encore en vogue.

    • santé65 dit :

      excellent constat ! Particulièrement pour le dossier Libyen encore proche dans nos mémoires et dont les conséquences vont se payer des décennies.

    • guy dit :

      Vous faîtes une erreur importante dans votre commentaire, c’est que ce que vous affiliez à une « élite » dirigeante tant politiques que militaires est en réalité une facette humaine qui va descendre jusqu’en bas de la société.

      Personnes ne va assumer des actes pour lesquels une sanction risque de tomber, personne. Il y a toujours une excuse pour tout, c’est toujours la faute des autres.
      Le bordel en Libye la faute à Sarkozy pas des libyens qui se sont soulevés contre lui.
      Le génocide au Rwanda, la faute à l’armée française.
      Les pauvres le sont à cause des riches.
      Le voisin qui fait du bruit est emmerdant, mais on ne supportera pas que le voisin viendra vous dire de faire moins de bruit.
      Le voleur bien que filmé et clairement identifiable dira que ce n’est pas lui.
      On jette des cailloux sur le police et on se plaint de recevoir des coups de bâtons.
      Si je suis en retard sur la route, c’est à cause des autres qui ne roulent pas assez vite.
      S’il y a une opposition dans le pays, c’est à cause des pays étrangers.
      Si on se cogne le genoux sur le coin de la table, la faute à la table.
      Le garçon plein de chocolat autour de la bouche accusera le poisson rouge d’avoir mangé le gâteau.

      Vous comprendrez que c’est permanent pour tout et tout le monde et non pas réservé à une élite avec des pays qui feraient « exceptions » (ne me dîtes pas lesquels, j’ai mon idée…)

      • Pascal (l'autre) dit :

        @ Guy Excellent mais tellement …………………….vrai!

      • Félix GARCIA dit :

        « Le garçon plein de chocolat autour de la bouche accusera le poisson rouge d’avoir mangé le gâteau. »

        « Tu pousses le bouchon un peut trop loin Maurice ! »
        ^^

      • breer dit :

        Guy, vous avez bien sûr raison sur la nature humaine, d’ailleurs si c’est le bordel partout sur cette planète, c’est bien pour toutes ces raisons. Nous sommes toujours une espèce en gestation sur le plan de la pleine conscience, de soi même, de ses carences, de ses propres défauts, de ses névroses, de ses désirs et pulsions plus ou moins inconscientes et refoulées. Si on prend beaucoup de recul, on se rend compte que toute l’humanité n’a que peu changée sur le plan de l’égo individuel, depuis plus de 3000 ans, certes il y a eu et il y aura toujours au vu du nombre que nous sommes, des actes bons, beaux, généreux et admirables. Mais au réel, ce sont surtout les apparences extérieures qui nous donnent cette illusion d’évolution (industries et technologies diverses,). Le fond reste sensiblement le même ,avec plus ou moins d’écarts de prise de conscience, de compréhension psychique et de sagesse. Notre drame est que la démographie planétaire qui est la véritable catastrophe de cette planète (ce que beaucoup se refusent à admettre), ne laisse aucunement le temps aux populations d’individus de faire ce travail de prise de conscience quasi individuel. Les problématiques se démultiplient dans tous les domaines, et malgré tout l’optimisme que l’on pourrait avoir, les conséquences prochaines risquent de ne pas être celles dont on aurait rêvé. Mais bon au regard de l’échelle du temps cela aura peut être changé dans quelques milliers d’années, pour ceux qui seront là.

  30. bruno dit :

    pourquoi l’armée afghane c’est volatilisée? simple . américains partis plus de salaire!se sont des mercenaires la nation c’est un concept de chez nous, eux ils sont des tribus ! ils vivent au moyen age avec les règles de l’époque avec un peu d’islam du livre en plus

    • Fred dit :

      @ bruno

      Quand on vit au seuil de la subsistance vitale, soi et sa famille, un revenu c’est… Vital.
      On ne peut pas attendre de gens qui sont pressurés par le besoin de nourrir leurs proches qu’ils combattent sans salaire. C’est pareil chez nous, même si la solidarité sociale est organisée différemment, de manière plus centralisée.

      • breer dit :

        Il semblerait que le président afghan se soit fait quelques économies bien placés à l’étranger, il pourra donc payer son hébergement et celui de ses proches dans le pays de son choix…

  31. Buck Danny dit :

    @ jyb. KIA n’est pas une base militaire comportant des unités militaires avec moyens aériens de combat ( rens, attaque, hélicos… ). Lesquels moyens aériens américains appuyaient au plus près depuis Bagram l’armée afghane jusqu’à la mi-mai. En 6 semaines, l’appui aérien est tombé à 0, et le 2 juillet matin, Bagram était vide. Les talibans en ont profité et ce fut le début de la curée. Sans appui aérien puissant (merci @ Edgar pour son rappel), aucune défense mobile cohérente devenait possible. Les officiers afghans, soucieux de leurs hommes, et peu motivés par leurs gouvernants corrompus ont quitté la partie. On pourrait oser en conclure que l’abandon de Bagram est la cause de la débandade. Quand on planifie, on planifie aussi, et surtout, le « worst case ». Et le dit « cas du pire », c’était qu’une armée afghane sans appui aérien US ( l’aviation afghane était quasi-inopérante) était condamnée en quelques semaines. D’aucuns se rappellent avoir planifié le retrait de l’OTAN de Bosnie quand Milosevic a attaqué le Kosovo, et aurait pu atteindre facilement les bases OTAN en Bosnie avec ses missiles, ce qui constituait le « worst case ». Planification ô combien douloureuse.

    • jyb dit :

      @buck
      kaia. cellules rens, helico d’attaque et de transport, gros porteur, dispatch sanitaire etc
      maintenir deux emprises comme bagram et kaia ne servaient à rien.
      la base de bagram avaient déjà été attaqué à plusieurs reprises ces derniers mois avant que les talibans ne constatent (ou négocient) le départ effectif des us.

      • jyb dit :

        @buck @aleksandar
        – Bagram 2021 n’est plus bagram 2012. Le 1er mai 2021, les us devaient selon les accords de doha avoir évacué les derniers 2500 militaires présents en afgha. 6 fois moins que sur la seule bagram airbase en 2010 !
        Les dernières attaques contre la base remonte à decembre 2020 mais sont le fait de daesh-k. Visiblement us et talibans ont maintenu l’accord de non agression pendant le retrait des forces étrangères.
        @buck non l’aviation us n’appuie plus « au plus près » les forces afghanes depuis février 2020 ! elle est intervenue ponctuellement dans des situations critiques jusqu’en juillet 2021 et je n’ai aucune idée des critères objectifs qui autorisaient ou non ces interventions. En février 2020 us et taliban avaient convenu d’une période de diminution de la violence puis d’une trêve pendant la période de négociation.
        – « scénario du pire’ le 24 avril le pentagone et la communauté du renseignement ont présenté la situation afghane à biden et son équipe. A cette date la pire évaluation donnait la chute de kaboul possible avant la trêve hivernale (vers octobre) c’est cette réunion qui a enclenché le retrait des derniers 2500 pax. (une semaine plus tard on peut supposer que ces évaluations auraient été différentes puisqu’après la date symbolique du 1er mai, les talibans ont lancé 900 attaques en une semaine)
        Le 24 avril selon les us il restait 2500 gi, 7000 militaires de l’otan et 16 000 sous traitants à évacuer.
        Pour parer ces évacuations prévues jusqu »au 11 septembre 2 b52 supplémentaires ont été envoyé à al udeid et le groupe naval de l’uss eisenhower maintenu au plus près. j’en conclus qu’à cette date bagram air base n’était plus significative dans l’ordre de bataille.

        • aleksandar dit :

          Merci de votre réponse même si nous ne sommes pas d’accord.
          Je savais pour l’évolution a la baisse des effectifs sur Bagram mais la structure est solide.
          Les US auraient pu la réactiver avec l’accord implicite des talebs pour qui le seul danger c’est Daesh-K.
          Cordialement

    • aleksandar dit :

      Le problème, c’est :
      Quand vous vous intoxiquer pendant des années avec :
      – votre armée imbattable
      – votre destinée manifeste
      – votre foi, au sens religieux du terme dans la technologie
      – votre mépris pour des va nu pied et autre towelheads
      Êtes vous encore capable de planifier le  » worst case  » ?

      • Ah Ca ! dit :

        @aleksandar
         » towelheads »… Mille milliards de sabords !
        Ce n’est pas du ricain, enfin, peut être du ricain, mais bien diplomatique pour ne pas utiliser l’expression bien américaine de tête de chiffon connue sous « ragheads » servant à nommer les enturbannés toutes catégories confondues.

        Je confirme les américains sont bien de féroces adeptes de la méthode Coué, pour la motivation des troupes ça marche assez bien, quant au résultat… Enfin, quel étaient les résultats escomptés ? Ceux du complexe militari industriel… Mission accomplie. Pour le reste, nous en avons la résultante.

  32. Marsouin dit :

    La sanction est logique.
    L’institution militaire a cette spécificité qui est l’usage de la force délibérée.
    Dès cet instant, la cohésion, l’expression publique de ses membres doit être encadrée.
    Cela n’empêche pas le débat interne et la pédagogie mais pas dans les formes que l’on peut trouver ailleurs.
    Dans nos démocraties, le pouvoir politique décide, l’armée exécute.
    Les plus hauts chefs militaires conseillent le politique mais au final, le politique élu, émanation de la nation, décide.
    La grandeur du métier des armes est d’aller tuer ou mourrir sur ordre là où la nation, à travers ses représentants lui demandent d’aller.

    • Aldo dit :

      Daccord avec vous, belles paroles qu’on ne peut contester, ou bien on n’a rien à faire dans l’armée. Mais alors il faudrait rappeler avec force et insistance aux jeunes qui s’engagent qu’ils seront au service d’une classe politique dont nous constatons le manque de représentativité par rapport aux citoyens . Et de cela on se garde bien de les prévenir.

    • caiusbonus dit :

      C’est vrai si les représentants représentent plus de 19 % de la Nation, et là on n’y est pas…
      Tuer ou être tué ce n’est pas rien, et comme ancien soldat je ne suis pas capable de dire lequel des deux est le plus difficile.

  33. Ltikf dit :

    Le maintien de Bagram n’est pas la solution en elle-même. C’est le lâchage de Bagram qui a fait douter l’armée régulière, qui s’est écroulée: le domino qui fait tomber les autres…
    Trump était un piètre travailleur, du coup il laissait faire les spécialistes au lieu de mélanger politique interne et internationales comme Biden…

  34. Phil dit :

    Enfin un qui a des couilles c’est pas comme en France ! Mais pour l’avoir expérimenté celui qui dit la vérité l’a systématiquement dans le c..

  35. Edgar dit :

    Je m’étonne que l’on trouve déplacé les critiques de cet officier des us Marines. Tout commandement qui place ses troupes dans la situation dans laquelle se trouvent les forces us à Kaboul (et les auxiliaires afghans, les réserves d’armes, les citoyens us, les membres de la société civile moderne locale… partout dans le pays…) doit s’attendre à être, au moins critiqué par les officiers sur le terrain. Pour les officiers de cour, au delà d’un certain niveau d’incurie, c’est inévitable. Et Washington, dans son pétrin auto-généré, a de la chance: dans cette région du monde la tradition veut que, dans un tel cas, ses propres partisans retournent leurs armes contre vous… (Ce que l’armée afghane a fait, d’ailleurs…)

  36. PIFE dit :

    « Le guerrier ne fait que porter l’épée pour le compte des autres. C’est un seigneur car il accepte de mourir pour des fautes qui ne sont pas les siennes en portant le poids du péché et de l’honneur des autres. » Alexandre Sanguinetti, blessé de guerre, cité par Pierre Clostermann en incipit du « Grand Cirque »

  37. Benmalors dit :

    Et en plus ils tentent de cacher le fiasco des armements perdus ! Honteux !
    Le gouvernement fédéral a ainsi soigneusement caché les audits internes sur le matériel militaire délivré aux forces afghanes.
    Le site OpenTheBooks a pourtant réussi à déterrer deux rapports du Government Accountability Office (GAO) et de l’inspection générale pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) datés de 2017 et 2020 et effacés des sites web fédéraux. Le décompte donne un aperçu du gâchis.
    Entre 2003 et 2016, les États-Unis ont par exemple acheté et fourni 75.898 véhicules et 208 avions à l’armée et aux forces de sécurité afghanes, dont 22.174 Humvee, les fameux véhicules de transport militaires emblématiques de l’armée américaine, dont chacun coûte environ 91.000 dollars, ou encore près de 9.000 Navistar 7000-MV, des blindés de transport dont le dernier modèle coûte plus de 880.674 dollars pièce.
    https://korii.slate.fr/tech/technologie-cout-astronomique-materiel-laisse-afghanistan-armee-americaine-talibans